Version classiqueVersion mobile

La fabrique de l’écrivain

 | 
Laurie-Anne Laget

Résumés

Résumé

Texte intégral

1Comment devient-on écrivain dans l’Espagne du début du xxe siècle ? Ce livre présente le cas de Ramón Gómez de la Serna. Auteur réputé inclassable et longtemps considéré comme le précurseur des avant-gardes en Espagne, il fut avant tout un remarquable exemple du parcours de l’écrivain-journaliste des premières décennies du siècle passé. Des rédactions de journaux aux réseaux du monde éditorial, l’écrivain doit, tout d’abord, se donner les moyens de vivre de sa plume en faisant circuler son nom et en devenant une figure publique du petit monde des Lettres de son époque. Il peut alors approfondir sa quête de nouveaux modèles pour se forger un style et trouver enfin son public, avant de prétendre à une fortune littéraire pérenne. C’est ce premier chapitre de l’histoire de tout écrivain espagnol contemporain qui est ici retracé.

2Les premières pages de ce parcours sont à lire dans les lieux, milieux et réseaux du marché éditorial des années dix, que Ramón apprend à connaître tardivement, grâce aux jeunes auteurs qui lui sont contemporains. Il trouve sa place en tant qu’écrivain professionnel depuis la tribune de la presse madrilène, où il publie des chroniques inspirées des formules littéraires alors en vigueur. Le style ramonien, dont la greguería est l’emblème, s’élabore au contact des salles de rédaction des grands quotidiens — un contexte éditorial qui explique, en grande part, la connaissance très réduite que l’on peut avoir aujourd’hui des premières greguerías. Celles-ci ont longtemps été étudiées comme un genre atemporel, ce qui en a oblitéré l’histoire textuelle et les a figées dans la formule consacrée des années quarante : « humour + métaphore = greguería ». En analysant les premiers pas de Ramón en tant que journaliste et écrivain, cet ouvrage retrace au contraire l’évolution qui a conduit à ce résultat.

3Dès cette première étape de sa carrière littéraire, Ramón ne cesse de manifester un souci de « lo nuevo » au nom duquel il cherche ses modèles d’écriture à l’étranger. À ce titre, le rôle des traducteurs qui l’entourent est essentiel : il s’agit de Ricardo Baeza, Carmen de Burgos ou de son frère cadet Julio, pour les plus proches, auxquels il faut ajouter un certain nombre de co-rédacteurs de la revue Prometeo, comme Rafael Cansinos Assens, Enrique Díez-Canedo ou Fernando Fortún. Car, Ramón est en réalité un faux polyglotte, ainsi qu’en témoigne sa précieuse correspondance inédite avec Baeza au cours de la période 1909-1912. Une série d’études intertextuelles montre alors que les figures tutélaires des origines de la greguería sont des écrivains symbolistes ou post-symbolistes (comme Remy de Gourmont, Marcel Schwob ou Francis Jammes) qui, dans certains cas, comme ceux de Max Jacob, d’Apollinaire ou de Saint-Pol-Roux, peuvent être considérés comme des précurseurs des avant-gardes littéraires, inaugurées au cours de la décennie suivante. À leur contact, Ramón explore un ensemble de formules esthétiques nouvelles et affirme les caractéristiques de son écriture : la greguería s’inscrit ainsi dans une histoire européenne des genres courts. Par ailleurs, il intègre à sa propre réflexion sur le langage poétique une esthétique de l’image. C’est là, probablement, ce qui constitue le point d’inflexion de sa formation philosophique et intellectuelle pour définir le champ de sa fortune littéraire à venir : le « démon de l’analogie » s’impose comme élément fondateur de l’univers littéraire des origines de la greguería.

4L’image est, en effet, au cœur de ce que l’on pourrait appeler, avec Guy Mercardier, l’« effet Ramón », c’est-à-dire cette sensation de surprise mâtinée d’évidence poétique, qui pique la curiosité du lecteur, tout en suscitant sa complicité. En quelques années, Ramón apprend à cultiver une écriture de la nouveauté et un style qui lui sont propres, tout en s’ouvrant à un public de plus en plus large. À partir des années vingt, la greguería devient une formule (à succès), qui s’inscrit dans une modernité littéraire lato sensu, intégrée aux lois du marché et de la consommation culturelle. Ramón devient alors ce personnage fantasque de l’historiographie littéraire espagnole, qui passe à la postérité pour son maniement de l’image poétique mais que, trop souvent, on oublie de rattacher aux années dix qui le voient naître en tant qu’écrivain professionnel.

5Ramón appartient à un autre temps que celui des avant-gardes auquel on l’a traditionnellement associé. C’est le creuset esthétique et journalistique des années dix, sillonné de rencontres et de contraintes éditoriales, qui préside à la naissance de la figure littéraire du Ramón greguerista. Une étude historique de ses années de formation, au travers du métier de journaliste et de ses exigences, révèle les limites de toute approche univoque de l’auteur. À la croisée de l’histoire culturelle et de l’analyse littéraire, ce livre apporte également un nouvel éclairage sur la décennie des années dix, cette charnière à l’intersection de toutes les modernités, trop longtemps plongée dans l’oubli historiographique. Il s’agit pourtant d’un bouillon de culture, où les héritages du siècle passé se décantent et où naissent de nouvelles formules éditoriales et littéraires, au gré des moyens de diffusion modernes et du nombre croissant des lecteurs. Les années dix se caractérisent par un syncrétisme culturel singulier qui fait tout leur enjeu. À l’image de ce contexte, Ramón et ses premières greguerías se trouvent à l’intersection des questionnements esthétiques et intellectuels qui caractérisent la période. Ce livre souhaite mettre en perspective l’originalité de Ramón, en révisant les jugements traditionnellement formulés par la critique, pour dévoiler les nuances d’un auteur trop souvent décrit à la hâte et mettre en évidence la subtilité des mécanismes de construction de son œuvre ainsi que les stratégies qu’il adopte pour établir son (pré) nom au sein du champ littéraire des années dix.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search