Version classiqueVersion mobile

La fabrique de l’écrivain

 | 
Laurie-Anne Laget

Remerciements

Texte intégral

1Au seuil de cet ouvrage, je souhaite adresser mes très chaleureux remerciements à M. le professeur Serge Salaün, qui en a suivi pas à pas l’élaboration, pour ses conseils précieux ainsi que ses lectures et relectures minutieuses (« No os comáis las comas, porque son indigestas »). Je remercie également Mmes les professeurs Françoise Étienvre et Marie Franco, ainsi que tous les membres du CREC, pour le dynamisme et l’émulation rencontrés au cours de nos réunions mensuelles (« La cabeza es la pecera de las ideas »).

2À M. le professeur Jean-Pierre Étienvre, directeur de la Casa de Velázquez, sans qui ce projet ramonien aurait été bien différent, et qui a eu la bienveillance d’accueillir ce volume dans la Bibliothèque de la Casa de Velázquez. Naturellement, ce livre n’aurait su voir le jour sans le minutieux travail d’édition de Mme Marie-Pierre Salès, responsable du service des publications de cette institution, ni le remarquable travail de mise en page de Mme Blanca Naranjo (« Una librería es un andamiaje que se adquiere para edificar el futuro »).

3À MM. les professeurs Paul Aubert, Eloy Navarro Domínguez et Domingo Ródenas de Moya, pour leurs écrits à la lecture desquels je me suis formée et pour toutes les suggestions précieuses qu’ils m’ont faites sur le manuscrit original de ce travail (« Libro : hojaldre de ideas »).

4Aux personnes et aux institutions sans lesquelles cet ouvrage n’aurait pu voir le jour : Gladys Dalmau de Ghioldi, qui m’a généreusement permis de reproduire nombre de matériaux originaux de Ramón Gómez de la Serna, dans les divers travaux que j’ai menés sur cet auteur ; Laura Baeza, qui m’a ouvert une partie essentielle des archives privées de Ricardo Baeza ; la Casa de Velázquez, pour les deux années exceptionnelles de travail dans les fonds d’archives madrilènes et pour l’aide précieuse que j’y ai reçue de Charo Moreno et de Germán Huélamo ; Charles E. Aston Jr., Eleanor Ferber et toute l’équipe de la Hillman Library de Pittsburgh, dont l’extrême confiance et la gentillesse ainsi que la grande disponibilité m’ont offert de longues journées à déchiffrer la redoutable calligraphie ramonienne ; Noël Valis et la Sterling Memorial Library ainsi que la Beinecke Rare Books and Manuscripts Library de l’université de Yale ; enfin, la Fundación Ortega y Gasset, où j’ai pu consulter la précieuse correspondance de Ramón à Ortega.

5Aux ramonianos, dont l’enthousiasme et la générosité intellectuelle ont été sans faille et m’ont aidée à démêler un peu l’écheveau ramonien : Olga Elwes Aguilar, Herlinda Saitz, Ioana Zlotescu, Juan Carlos Albert, Rodolfo Cardona, Nigel Dennis, Luis López Molina et César Nicolás (« El libro señalado con un redondel de café es que ha entrado en nuestra intimidad y lleva así el sello de haber pasado la frontera »).

6À tous les fidèles convertis au ramonismo bien malgré eux, qui ont prêté une oreille amicalement attentive aux greguerías du moment et ont accompagné de leur soutien indéfectible chacune des étapes de cette recherche : Adèle, Charo, Emmanuel, Jesús (« Nadie lo notará, pero estas nubes están al revés »), Julie, Julien, Juliette, Marina, Maud, Melissa, Natalia, Salomé, Sylvie, Zoraida et, tout particulièrement, Agnès, Carole et Eva, qui m’ont, de plus, vaillamment aidée dans la pêche aux coquilles de cette étude (« Al sacapuntas no le interesa sacar puntas al lápiz, sino hacerle tirabuzones »).

7À mes parents et ma famille, pour leur présence et leur patiente écoute, leurs conseils philosophiques ou mathématiques, leur regard extérieur et toujours fructífero, parce qu’ils ont su, enfin, partager les craintes mais aussi tous les moments d’exaltation qui ont jalonné ce travail (« Fruncimos las cejas porque queremos pillar con pinzas algún pensamiento que se nos escapa »).

8Aux greguerías du quotidien : heureusement que « La tetera es capaz de echar por su pitorro muchos etcéteras de té » !

9Para Eduardo, por haber sido el cómplice paciente y generoso de esta aventura y del resto de la vida sin Ramón (« Hablar es escribir en el aire »).

10Enfin, bien entendu, à Ramón lui-même, pour avoir « criaillé » contre l’esprit de sérieux dans la littérature :

Fig. 1. — Ramón Gómez de la Serna, El Circo. R. Gómez de la Serna, El Circo [1923].

Fig. 1. — Ramón Gómez de la Serna, El Circo. R. Gómez de la Serna, El Circo [1923].

© Gladys Dalmau de Ghioldi

  • 1 R. Gómez de la Serna, Ramonismo, p. 5.

Yo necesito la sencilla amistad de ciertos lectores, y por eso les preparo el libro fácil, variado, original, y siempre les regalo en cada libro, como los caramelos que añade el tendero al pedido, unas nuevas Greguerías, completamente nuevas1.

Fig. 2. — Luis Bagaría, Ramón Gómez de la Serna

Fig. 2. — Luis Bagaría, Ramón Gómez de la Serna

Avendaño, « Ramón Gómez de la Serna », La Tribuna, 13-IX-1912, p. 3. © La Tribuna

Notes

1 R. Gómez de la Serna, Ramonismo, p. 5.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Ramón Gómez de la Serna, El Circo. R. Gómez de la Serna, El Circo [1923].
Crédits © Gladys Dalmau de Ghioldi
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/18089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k
Titre Fig. 2. — Luis Bagaría, Ramón Gómez de la Serna
Crédits Avendaño, « Ramón Gómez de la Serna », La Tribuna, 13-IX-1912, p. 3. © La Tribuna
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/18089/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search