Version classiqueVersion mobile

Guerres de plumes

 | 
Héloïse Hermant

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette étude qui a concerné des domaines différents (institutionnel, luttes de pouvoir, culture politique) et qui a mis en œuvre des sources diverses, nous voudrions souligner les résultats obtenus sur trois chantiers. Le premier renvoie à la figure complexe de don Juan qui a constitué le fil d’Ariane de notre travail. Ce n’est pas la psychologie du personnage qui a retenu notre attention, mais l’image qu’il a cherché à construire et que nous avons indexée à une praxis politique où la publicité était mise au service de la dissimulation. Le second chantier examine les modalités d’action offertes par l’écrit qui enrichissent les ressources de la dissidence en permettant de résister sans désobéir ouvertement. Ce questionnement, centré sur l’action d’un personnage, appelle en creux la notion de stratégie dont il convient de souligner les limites dans la mesure où les phénomènes de mobilisation politique recèlent une part d’imprévisibilité qui tient en partie à ce que personne n’en a le contrôle. Il en résulte une configuration spécifique novatrice. C’est ce qu’examine le troisième chantier qui analyse le champ relationnel où ces actions se déroulent et qui étudie les interactions entre « espace de publicité, espace polémique et espace transactionnel ». Les guerres de plumes ouvrent une arène polémique où les textes s’articulent selon des logiques propres que don Juan utilise pour négocier une place au gouvernement. Ce faisant, elles mettent à l’épreuve les contours de ce que doit être un public politique légitime. Ces enquêtes successives convergent vers une même interrogation à laquelle nous tenterons d’apporter une réponse : l’action inédite de don Juan fait-elle basculer l’Espagne dans un nouvel âge politique ?

2Le cas don Juan a déconcerté les contemporains qui ont saisi l’originalité de la trajectoire du bâtard royal. Cri de désespoir, colère outrée, admiration dévote, vénération démesurée sont autant de réactions contrastées qu’il a suscitées. Nous n’avons pas cherché dans notre étude à trancher dans les modèles qui surgissent sous la plume des contemporains et des historiographes, mais nous avons plutôt tenté de confronter quelques images contradictoires en précisant à chaque fois les enjeux et les contextes d’écriture qui orientent la grille de lecture de l’épisode don Juan.

3 Au xviie siècle, deux figures du prince se côtoient, celles du rebelle et du messie. Louis XIV a ainsi incité Mariana à la fermeté lors de la marche sur Madrid de 1669 parce qu’à la nouvelle de la crise espagnole, les épisodes de la Fronde ont ressurgi dans son esprit. C’est par le filtre de cette réminiscence traumatique que le Roi-Soleil interprète l’action de don Juan. Et il y a indéniablement des similitudes : la période de minorité, le déferlement pamphlétaire, le trouble et la peur de la guerre civile. Néanmoins, don Juan ne cherchait pas à s’emparer du pouvoir et l’écheveau complexe que cristallise la Fronde ne correspond en rien aux campagnes d’opinion du bâtard royal. Au-delà de l’engrenage polémique, la Fronde exprime un conflit entre la noblesse d’épée et la noblesse de robe, autour de la vénalité des offices et, plus généralement, porte à incandescence les tensions nées d’un nouveau type de gouvernement financier, guerrier et politique, « l’extraordinaire ». Certes, dans les deux campagnes d’opinion espagnoles la question du rôle de la noblesse dans les dynamiques de pouvoir domine. Mais, au-delà des généralités, la problématique des deux situations diverge radicalement. La Fronde se distingue par une désobéissance indéniable d’une fraction des sujets parfois animés d’un « devoir de révolte », marquée par des prises d’armes effectives des princes et la sécession de certaines régions. La violence verbale entretient un jeu complexe avec la violence physique qui la déborde presque toujours. Qu’on songe au massacre de l’Hôtel de Ville le 4 juillet 1652, expression de la terreur condéenne. En contraste, pas un mort lors des soubresauts du règne de Charles II. L’absence de violence physique que permet l’art de la menace maniée subtilement interdit d’assimiler don Juan à un rebelle sanguinaire.

  • 1 BNE, ms. 18.443.

4À l’opposé, Jaime Antonio de Comas présente, en 1682, un don Juan en roi sacrificiel sous les traits d’un christ-pélican. Il orne d’un dessin-frontispice représentant cette thématique une collection de textes polémiques groupant quelques écrits de 1668-1669 et, en grande majorité, des écrits de la campagne contre Valenzuela (fig. 4, voir annexe, p. 545)1. Tous juanistes, ces textes insistent sur la dimension messianique de l’entreprise du prince.

5Les versions de Gabriel Maura et de Henry Kamen dessinent deux silhouettes antithétiques du personnage. Maura voit en don Juan une figure du mal absolu : rebelle, lâche, obsédé par le pouvoir dont il veut s’emparer. Pour Kamen, il est une incarnation de la modernité politique, premier orchestrateur de campagnes d’opinion, premier « caudillo » soucieux de sortir la monarchie du gouffre, non exempt d’ambition personnelle. Nous avons vu que le premier situe sa lecture du règne de Charles II dans une vision téléologique de l’histoire indexée sur l’idée de décadence, tandis que l’historien anglais, opérant une critique salutaire des travaux antérieurs, traque systématiquement les forces de renouveau.

6Cette dimension protéiforme du prince, qui ne donne lieu à aucune prise, nous apparaît essentielle. De tels propos recoupent ceux de Juan Idiáquez qui s’essayait à comprendre don Juan en présentant au lecteur une gerbe de couples oxymoriques. On demeure frappé par la double occurrence de la qualification de « monstre », réflexe défensif quand on se heurte à un inédit hors du commun. Une certitude cependant, la centralité de la question des apparences. L’originalité de don Juan a été d’introduire les apparences dans le jeu politique, en les prenant pour ce qu’elles sont, sans les réduire à un reflet ou à un cache de la vérité. En ce sens seulement, il est « machiavélien ».

7Don Juan se sert de la tribune que lui offrent ses lettres ouvertes pour rendre ses intentions réelles impénétrables. Sous couvert de tout mettre en œuvre pour la réalisation du bien commun, il brouille les rapports entre le vrai et le faux, l’être et le paraître ; le bâtard royal se meut dans la vraisemblance en multipliant les indices qui confortent son discours et en dissimulant les preuves explicites du contraire. L’originalité de don Juan consiste donc à transformer le secret de son ambition en force agissante qui tend à l’effacement puisque ce qu’il énonce dans chacune de ses lettres ouvertes est confirmé à court terme par ses actes, sans qu’on puisse savoir s’il faut se fier à la raison alléguée — la lutte contre la tyrannie — ou s’il s’agit d’une stratégie de conquête du pouvoir.

8Un des axes de cette étude a été d’analyser les modalités d’action inédites offertes par l’écriture. Lors des guerres de plumes de la minorité de Charles II, elles sont apparues nombreuses et décisives dans la victoire de don Juan. Le recours aux lettres ouvertes et aux libelles a permis au prince de résister sans désobéir ouvertement : la mobilisation de publics réalisée par l’intermédiaire de textes polémiques exerce, en canalisant le déchaînement de la violence, une réelle pression sur le pouvoir, mais réussit à éviter les réalités de la rébellion. Il ouvre ainsi la voie à un nouvel art de la négociation politique.

9En 1668-1669, don Juan passe de la position d’accusé à celle d’accusateur, il obtient le renvoi de Nithard et cesse d’être poursuivi pour devenir vicaire général d’Aragon, sans qu’une guerre civile ne mette l’Espagne à feu et à sang. Bien que subversive, l’action du bâtard royal se place sous la bannière du bien commun, puisqu’il se présente comme le restaurateur d’un système dévoyé par le jésuite de sorte que la crise peut se résoudre sans nécessiter de transformation de l’ordre politique en place. La montée des tensions à travers une violence verbale flagrante, qui ne commet pas l’irréparable d’une violence par les armes, a enrichi le répertoire d’action de la dissidence. En effet, si aucun dialogue ne se noue par les textes entre les adversaires, cela n’exclut pas la possibilité d’une négociation. La violence verbale creuse une arène polémique à partir de laquelle il convient de reconstituer l’espace de négociation ouvert, en élargissant l’analyse aux consultes et aux phénomènes non discursifs qui interviennent. Nous avons ainsi pu prouver que c’était l’interaction de ces moyens de mobilisation qui rendait compte de la réussite de la campagne d’opinion de 1668-1669. En exploitant les divisions qui clivent les Conseils autour d’une affaire d’État, nous avons montré comment le prince paralyse les institutions : la posture de loyal conseiller qu’il adopte, le mécontentement soulevé par les entorses de Mariana au testament, la haine à l’égard de Nithard et le spectre d’une guerre civile persuadent les Conseils d’État, de Castille et d’Aragon de demander le renvoi du jésuite. La reine, effrayée par l’escorte armée du prince, finit par céder pour échapper à l’accusation de tyrannie.

10 En 1676-1677, la restitution du mouvement de publicisation des moyens de mobilisation, des dispositifs subversifs en œuvre dans les miroirs de prince, en passant par les sermons, à l’émission en masse de libelles et à la seconde marche sur Madrid, confirme bien qu’à chaque fois que les moyens traditionnels de négociation — intrigue et complot — échouent, le recours à la publicité prend le relai. Si le rôle de don Juan n’est pas aussi aisément déchiffrable que dans la première guerre de plumes de la Régence, il n’occupe pas moins une place centrale.

11En novembre 1676, lorsqu’éclate dans toute sa violence une guerre de plumes, menée jusque-là en sourdine, don Juan semble en retrait, et c’est la noblesse qui lance l’assaut contre Valenzuela avec le manifeste des Grands. Parce qu’elle se pose en élite politique naturelle, la noblesse se sent menacée par l’arrivée de ce parvenu et cherche à négocier avec la régente l’établissement d’un système monarchico-nobiliaire où le valido serait un représentant et un défenseur des intérêts de la grandeza. En réalité, don Juan s’active dans l’ombre. Il alimente la masse des libelles sans se mettre en scène comme chef déterminé des mécontents : il écrit et commande des textes anonymes qui visent à démontrer qu’il est le seul à pouvoir rassembler la noblesse et régénérer l’Espagne. Les mécontents se rassemblent autour du bâtard royal et travaillent à sa cause car il est le seul à faire consensus pour bouter hors d’Espagne le valido.

12Un examen des libelles de 1676-1677 révèle que les modalités d’action par l’écrit étaient différentes de celles qui étaient mises en œuvre en 1668-1669. Cette deuxième guerre de plumes se divise en séquences de libelles qui visent à chaque fois une fin précise et qui modifient progressivement les rapports de forces entre les mécontents et la faction de la reine par un effet d’accumulation des écrits. Les libelles permettent d’abord de justifier le retour de don Juan — alors « exilé » à Saragosse — aux affaires de la monarchie et de structurer le courant antivalenzueliste autour de lui. À partir du 27 décembre 1676, la démarche évolue au contact des réalités. Une fois le prince appelé à la cour par Charles II, les publicistes livrent un éloge appuyé au jeune roi pour le féliciter de son initiative et empêcher un retournement de situation. Les libellistes ouvrent également l’espace des destinataires vers les couches populaires. Il s’agit de pouvoir brandir, le cas échéant, la menace du soulèvement d’un peuple-plèbe dévoué à don Juan et furieux de son éviction. La mise en scène de l’adoration dont le prince fait l’objet dans toutes les strates de la société ainsi que de la liesse que l’appel de don Juan à la cour a suscitée œuvre à cette même fin. Cette séquence joue un rôle déterminant dans l’obtention du décret d’incarcération du Duende et dans la nomination de don Juan comme Premier ministre, puisque jusqu’alors, bien que convié à la cour, son statut restait indéterminé. Enfin, dans la dernière phase, le bloc des mécontents se fissure. Les libelles défendent désormais des intérêts divergents car les alliés de don Juan craignent qu’il n’accapare tout le pouvoir. La thèse du primus inter pares, celle du messie et celle de l’homme dangereux à éliminer rivalisent dans l’espace polémique, sans remettre en cause la nomination du prince comme Premier ministre. Ainsi, lors de cette deuxième crise, les textes polémiques ont permis de justifier une action de dissidence sans heurter l’imaginaire politique des contemporains ; ils ont désamorcé l’accusation de désobéissance ouverte en présentant la venue de don Juan à la cour comme la conséquence d’un « coup de majesté » de Charles décidé à sortir de l’emprise d’une mère tyrannique. Les libelles ont également donné un sens à un mouvement d’opinion, en faisant parfois coexister des interprétations contradictoires, et ont permis de choisir les publics qui participent à la querelle, en l’élargissant ou en le sélectionnant.

13Peut-on parler d’une stratégie d’ascension politico-sociale de don Juan inaugurant un régime de publicité remplaçant celui du complot ? Ce prince invente bien un moyen d’action inédit par l’écriture dans la mesure où, contrairement aux acteurs des précédentes campagnes pamphlétaires contre les validos, il ne se sert pas de l’anonymat des libelles pour contrer les représailles mais utilise la tribune ouverte par l’écriture polémique pour devenir intouchable en se forgeant de texte en texte une stature de défenseur du bien commun. En mettant la publicité au service de la dissimulation de ses intentions réelles, don Juan parvient ainsi à négocier une place au gouvernement. Or, son entreprise résulte en partie de l’imprévisible de sorte qu’on ne saurait alors parler de planification de l’action à travers des gestes d’écriture.

14En 1668-1669, don Juan n’a pas de but donné. Une étude de ses lettres ouvertes dévoile une évolution des objectifs. Le fugitif cherche d’abord à sauver sa personne en transformant l’Espagne en tribunal : c’est pour se justifier qu’il diabolise Nithard. Mais il renforce bientôt cette « fabrique » d’un ennemi public par un discours visant à faire renvoyer le valido. Enfin, les processus de désingularisation de sa cause l’amènent à se mettre en scène comme le bon conseiller régénérateur de l’Espagne. L’action du prince prend en compte l’inattendu. On le voit dans le choix des destinataires qu’il orchestre dans ses écrits. Au début, il ne s’adresse qu’aux institutions mais, dans ses deux dernières lettres, il plaide pour le populus entendu comme corps social pensé sur le modèle du corps mystique. Le manifeste de Torrejón s’adresse dorénavant aux couches populaires. Ce changement connaît une impulsion pendant la marche sur Madrid où don Juan soulève l’enthousiasme partout où il passe. Les libelles suivent la même inflexion : ils cherchent à toucher les couches populaires en s’adaptant aux conditions de réception d’un discours par la plèbe, telle qu’elle était pensée par les scripteurs, et défendent les aspirations des humbles. L’invention d’un public déjà constitué avant de devenir destinataire des lettres ouvertes et des libelles témoigne d’une démarche qui se réoriente dans le feu de l’action. À défaut du terme stratégie, si l’on veut laisser une place aux initiatives des acteurs, on peut dire que don Juan a inventé de nouvelles règles du jeu. Il a réagencé normes et structures pour créer un champ nouveau de forces où Nithard s’est vu obligé de riposter sans en connaître les règles.

15Cette étude a montré qu’en rédigeant ses lettres, don Juan trouble les modalités de négociation institutionnalisées avec le pouvoir, en court-circuitant les consultes qui expriment les revendications et transitent des tribunaux jusqu’aux Conseils. Le basculement dans un régime de publicité de ces lettres leur confère leur force en modifiant les règles de négociation politique. Mis en demeure de répondre, Nithard met en scène une prise de silence. Il n’admet pas l’existence d’un espace public relevant de la justification car, selon lui, le monarque n’a pas de comptes à rendre. Cependant, l’ampleur que prend le mouvement juaniste contraint le jésuite à répliquer par une consulte ouverte. Niant toute légitimité aux écrits juanistes, les acolytes du confesseur sont pris entre deux feux : par prophylaxie, ils entrent dans le jeu introduit par le prince mais sans en appliquer les règles pour ne pas gonfler la querelle. Ils ignorent les lois particulières de l’espace polémique qui confèrent à ce dernier son autonomie : une dynamique textuelle où les écrits s’agencent en réseau pour augmenter leur force de frappe, l’apparition d’un nouveau public englobant la plèbe, l’effectivité d’un régime de vérité non plus forgé sur l’autorité mais sur la persuasion. Don Juan mène le jeu tandis que Nithard est condamné à riposter, sans qu’on puisse savoir jusqu’à quel point le bâtard royal avait conscience de ce rapport à la norme.

16Lors de la guerre de plumes contre Valenzuela, le rôle plus ambigu de don Juan se prête moins à la vision caricaturale d’un marionnettiste omnipotent. Dans ce cas, les séquences successives de libelles qui visent à chaque fois un objectif à court terme sont autant de coups tactiques qui se modèlent au contact des réalités et qui se réorientent de façon permanente. Le terme de stratégie semble donc à nouveau inadéquat.

17Lorsqu’on considère l’ensemble de la trajectoire politique de don Juan, se pose le problème de l’articulation des deux guerres de plumes dont il a été l’acteur central. Il faut se garder de télescoper la campagne épistolaire contre Nithard, son séjour à Saragosse en tant que vicaire général d’Aragon et la guerre de plumes contre Valenzuela soldée par sa nomination au poste de Premier ministre pour y déceler des jalons vers une ascension irrésistible. On a vu que les modalités d’action par l’écriture contrastaient dans les deux crises de la minorité. Par ailleurs, l’épisode de Saragosse ne constitue pas un maillon entre 1668-1669 et 1676-1677 : entre 1669 et 1675, don Juan ne songe pas à s’emparer du pouvoir et la construction de son image n’y travaille nullement. On ne peut subsumer les écrits des deux périodes dans un continuum.

18En somme, il semble primordial de souligner la dimension processuelle de la mobilisation à l’œuvre lors des guerres de plumes de don Juan. Notre analyse de la notion de mouvement d’opinion a insisté sur l’imprévisibilité des victoires successives du bâtard royal. L’originalité de don Juan a été de créer autour de lui un mouvement d’opinion. Dans les deux crises de la Régence, la faction de ses alliés, regroupement hétéroclite de mécontents qui cherchent à parvenir à leurs fins grâce à l’intrigue, est d’abord devenu un parti par un processus de désingularisation de la cause juaniste permettant d’exposer des revendications claires susceptibles d’élargir le recrutement, sous la forme d’un manifeste. Ce parti s’est transformé en mouvement d’opinion lorsque, dépassant la logique de réseau, des libelles ont été rédigés pour toucher des publics hétérogènes, en défendant des intérêts catégoriels ou en s’adressant simultanément à divers destinataires en multipliant dans un même écrit les registres de culture, de langue, de croyance. Ce dispositif a permis d’inclure de nouvelles strates de la société et a diversifié les modalités d’adhésion.

19 L’hétérogénéité des juanistes en fait une configuration instable. Notre étude des motifs de soutien au prince place en bonne position l’opportunisme, en particulier chez les Grands prêts à se désolidariser aussitôt qu’ils estiment leur allié gênant. Au sein de la noblesse, les alliances ambiguës ou de dernière minute sont légion. De même, l’adoration que la plèbe voue à don Juan apparaît volatile. La vague de messianisme qui le porte au pouvoir se dissipe dès les premiers mois de son ministériat. Enfin, le statut problématique du « peuple » qui demeure un anti-public pour don Juan et ses partisans, bien qu’il devienne une des cibles principales de leurs libelles, fragilise le prince et ne lui laisse en réalité qu’une marge de manœuvre réduite.

20Notre examen montre que le triomphe de don Juan s’explique par des logiques d’instrumentalisation réciproque agencées dans une dynamique de cercle vertueux. Ainsi, la fraction aragonaise des juanistes estime ses intérêts liés au sort politique du prince en qui elle voit un interlocuteur pouvant soutenir sa cause à Madrid pour défendre les fueros et donner une plus grande place aux ressortissants de ce royaume au sein des institutions de la monarchie : le bras de fer foral qui s’engage entre l’Aragon et Madrid devient un des rouages de la machine de guerre de don Juan en 1676-1677. D’une autre manière, en 1669, les règlements de compte entre le corregidor et le président de la chancellerie de Grenade, bien que du côté de la reine, servent, à leur insu, les intérêts du prince en dotant ce dernier d’un pouvoir de mobilisation et de subversion bien plus important que celui qu’il détient en réalité. Dans la campagne d’opinion contre Valenzuela, lorsque don Juan est appelé à la cour, les témoignages d’allégeance de ceux qui veulent entrer dans sa clientèle ou raffermir une alliance, comme la ville de Barcelone, le rendent incontournable et renforcent sa position qui demeurait fragile.

21Tout au long de notre enquête, nous avons tenté d’analyser l’action de don Juan et le recours aux libelles non sous le mode de la critique ou de l’opposition, mais sous le mode de la négociation. Notre travail a déterminé deux types d’espace en interaction : un espace polémique résultant de la dynamique des écrits pamphlétaires et un espace transactionnel, arrimé au premier.

22L’espace polémique naît de la dynamique textuelle des guerres de plumes. Nous avons pu en discerner l’émergence par un double examen de l’évolution des destinataires. D’abord, en soulignant un mouvement progressif de « déréalisation » du destinataire qui, d’un particulier déterminé et explicite, devenait un prétexte puis un artifice rhétorique pour atteindre un ensemble beaucoup plus large de lecteurs voire d’auditeurs. Il s’agissait de repérer le passage d’un destinataire précis à un public anonyme aux contours mouvants dépassant la logique d’interconnaissance et octroyant une valeur intrinsèque à la publicité en lui faisant dépasser la fonction de médiation. Ensuite, grâce à une analyse effectuant une cartographie des destinataires intégrant les évolutions dans le temps. Dans ce but, nous avons scruté quels groupes sociaux les libellistes convoquaient, et à quel moment, afin d’expliquer les évolutions. Pour la première guerre de plumes, nous avons rendu manifeste l’opposition entre un public nithardiste verrouillé et un public juaniste englobant la cohorte des « Espagnols opprimés ». Surtout, la prise en compte du facteur-temps a mis en relief l’invention d’un public juaniste résultant de l’interaction entre des ensembles de destinataires hétérogènes qui s’agrègent à des moments distincts et que l’on mobilise différemment. Pour la deuxième guerre de plumes, l’étude des inflexions des destinataires des libelles a révélé combien les publicistes maîtrisaient l’ouverture et la fermeture des publics au nom d’une entreprise pragmatique qui ne convoquait l’anti-public qu’est la plèbe qu’à certains moments.

23Le deuxième temps de l’identification de cet espace polémique a consisté à discerner comment les hommes de plume ont utilisé de façon consciente les moyens offerts par la publicité afin de subjuguer et d’élargir un public né de l’intérêt suscité par les luttes opposant don Juan aux validos de Mariana. Ainsi on repère l’attention accrue des libellistes à la compréhension du message délivré, perceptible dans les textes polémiques. Ou encore les stratégies de captation des lecteurs misant sur les attentes supposées d’un public — la diminution des impôts, la régénération de la monarchie, etc. — qui devient dès lors un réel enjeu. D’autres scripteurs recourent à des stéréotypes tératologiques ou provoquant le rire grinçant pour susciter l’exécration de l’adversaire. Enfin, dans les temps forts des guerres de plumes, la production polémique infiltre progressivement le marché des imprimés et des manuscrits, en profitant de sa plasticité pour épouser les contours de genres préexistants. Les publicistes des guerres de plumes sont donc conscients des lois du marché des papeles qui réunissaient déjà, avant que n’éclatent les guerres de plumes de don Juan, un public de plus en plus nombreux. Notre analyse des circuits de diffusion des libelles a montré qu’en 1668-1669 les hommes de plume s’approprient le marché de l’information en place, un marché multipolaire qui, avec les avisos de Pellicer sous Philippe IV et la popularisation des relaciones de sucesos, avait gagné son autonomie et avait transformé l’espace de publicité en espace hétérogène où plusieurs logiques de diffusion et plusieurs finalités se concurrençaient ou se confortaient. Les libellistes exploitent tous les ressorts des circuits en place et en complexifient la mécanique en activant les différences entre manuscrit et imprimé, en laissant la place à des logiques partisanes et lucratives qui parasitent le marché de la nouvelle et, enfin, en faisant interagir plusieurs moyens de diffusion.

24Ces deux ensembles — l’espace polémique et l’espace transactionnel — s’inscrivent dans un « espace de publicité » plus vaste, défini comme tout ce qui fait l’objet d’une publicité, sans plus de précision. Dans ce champ qui connaît l’extension la plus large, des visions concurrentielles de ce qu’il devrait être, impliquant la légitimité différentielle de publics, sont à l’œuvre. Une telle configuration permet de retranscrire les effets des crises car les guerres de plumes révèlent un chevauchement entre des conceptions divergentes d’un espace de publicité et de visibilité ainsi que les décalages entre théorie et pratique. Ainsi, nous avons vu que don Juan se distingue par son pragmatisme et creuse un écart entre ce que l’espace de publicité devrait être et celui qu’il fait surgir par opportunisme en convoquant la plèbe. Cependant, la conception de la bonne publicité dessine un cadre contraignant pour l’action de ce prince qui doit convaincre qu’il est un loyal sujet défenseur du bien commun et qui ne peut légitimer l’intervention de la plèbe dans un débat public, même s’il s’adresse à elle. La négociation avec Mariana doit donc suivre certaines règles qui brident l’action de don Juan mais dont ce dernier s’affranchit grâce à l’arme pamphlétaire. La polémique s’intègre donc directement au dispositif de négociation avec la reine.

25Les liens qui unissent l’espace polémique et l’espace transactionnel apparaissent complexes. L’action de don Juan est avant tout une entreprise de négociation dont l’écriture polémique est le moyen. Dans la guerre de plumes contre Nithard, le nerf de la négociation est constitué par les lettres ouvertes du bâtard royal, les réponses de la reine et les consultes des Conseils, dont le cours est parasité voire guidé par les vagues de libelles. Dans la guerre de plumes contre la Chamberga, les instruments de négociation entre don Juan et Mariana puis entre la reine-mère et le Conseil de Castille demeurent identiques : lettres ouvertes, réponses de la reine et consultes du Conseil. Dans la guerre de plumes contre Valenzuela, il apparaît plus difficile d’isoler un espace textuel de transaction parce que le prince rechigne à prendre ouvertement en main la négociation avec les autorité, jusqu’au 27 décembre 1676, et que les tractations sont majoritairement orales. On peut néanmoins mentionner le manifeste des Grands en tant que catalyseur de la campagne d’opinion, les lettres de Charles II et de Mariana appelant don Juan à la cour, la réponse de ce dernier et enfin les décrets du Habsbourg nommant son demi-frère Premier ministre et ordonnant l’incarcération du Duende. Lors de ces négociations successives, les libelles ont constitué une formidable caisse de résonance en ouvrant une tribune à l’échelle de l’Espagne ; ils ont justifié les initiatives de don Juan et des mécontents en empêchant qu’on prouve qu’ils se rebellent, ils ont mis en scène une force de mobilisation exerçant une pression sur la cour, empêchant des représailles de crainte d’une guerre civile et entraînant le discrédit de la régente, etc. Sans cette production de masse, on ne peut gager que don Juan l’aurait emporté.

  • 2 Ce n’est pas le cas de tous les textes : les lettres ouvertes de don Juan de 1668-1669 veulent conv (...)

26Cette hiérarchie des finalités politiques — la masse des libelles sert la cause de partis en lutte — pose le problème de la transparence des textes et de la légitimité accordée aux publics mobilisés. Leurs auteurs étant des acteurs impliqués dans la dynamique des rapports de forces et non des porte-parole des opprimés, on ne sera pas surpris que le sens apparent des revendications exprimées voile d’autres enjeux, comme le montre la mauvaise foi évidente mais efficace des imputations d’hérésie proférées à l’égard de Nithard ou encore la dénonciation des travers de la justice visant avant tout à obtenir une répartition plus favorable des pouvoirs. La publicité devient un cache pour défendre les intérêts des élites qu’il est impossible de formuler crûment : le leurre et le simulacre s’imposent donc. L’effacement du régime du secret se fait au profit d’un régime de la fausse transparence. Pour enrôler des partisans, les textes ne cherchent pas prioritairement à susciter une croyance dans leur lettre2 ; la mobilisation ne passe par toujours par l’adhésion dans le discours mis en circulation mais elle est pourtant impensable sans le recours aux textes. Les libelles ne sont donc pas des écrits véhiculant une opinion. Comment penser dans ce contexte la notion d’opinion publique au sens d’opinion de la société civile érigée en tribunal ? Quelle serait cette « opinion » que don Juan s’efforcerait de conquérir ? On pourrait dire, en première approximation, que cette « opinion » correspond au « public » des guerres de plumes. Or, ce sont principalement les ministres que le prince espère mobiliser, c’est-à-dire une fraction des élites gouvernementales. La notion d’« opinion » au sens d’« opinion publique » ne saurait donc convenir puisque le terme désigne un discours critique largement diffusé et partagé par la majorité de la population. Pourtant, le public des guerres de plumes va bien au-delà des élites politiques, comme nous l’avons vu. Certes, l’agrégation inattendue de groupes normalement jugés inaptes à statuer sur la chose publique modifie la donne. Mais il reste tout aussi difficile de qualifier d’« opinion publique » l’ensemble des acteurs juanistes puisqu’ils ne forment pas un groupe homogène. Les publics juanistes ont des interprétations contrastées voire divergentes des libelles si bien qu’aucune opinion commune ne se dégage de la lecture de textes qui ne sont, par ailleurs, pas conçus comme des textes d’opinion. En outre, ce public est à la fois institutionnel et extra-institutionnel, il ne subsume pas une introuvable « société civile ». Enfin, il semble arbitraire d’assimiler l’« antipublic » de la plèbe, qui joue un rôle important, à une « opinion publique » parce qu’une telle « opinion publique » n’a à sa disposition aucun canal d’expression — et pour cause puisqu’on ne lui octroie aucune légitimité à intervenir, ce qui contredit la notion d’opinion publique. Le tribunal qui surgit dans ces guerres de plumes est celui des experts politiques que sont les élites, conscientes de la menace que constitue un soulèvement de cette plèbe sans cesse appelée à manifester son adhésion, mais qui n’a pas voix au chapitre.

27Pourtant, la manipulation des sens et des gens ne doit pas être l’unique lecture, même si elle reste essentielle. En effet, le recours à la publicité qui implique qu’on dépasse la logique de réseau suppose que les auteurs défendent une cause où se joue autre chose que l’intérêt de leurs commanditaires afin d’agréger dans le mouvement le public le plus large possible. Si les textes polémiques ne sauraient devenir le vecteur d’expression d’une « opinion publique » érigée en arbitre suprême, ils reflètent autre chose qu’un choc cynique d’ambitions. À un premier niveau, les partis de cour ne s’affrontent pas seulement au nom d’intérêts particuliers mais aussi au nom de valeurs auxquelles les acteurs croient, qu’il s’agisse de défendre l’idéal du roi justicier ou de sauver l’éthos nobiliaire mis en péril par la pratique de pouvoir de la reine. À un second niveau, le fait de mettre le gouvernement au banc des accusés en se posant soi-même en restaurateur de la justice, quel que soit le degré de mauvaise foi, donne du poids aux griefs énoncés car n’importe quelle dénonciation transforme celui qui l’a formulée en champion d’une cause qu’il doit défendre, sous peine d’apparaître comme un imposteur et de perdre l’avantage. Paradoxalement, si l’on envisage la mobilisation politique sur un long terme, quand le vivier des destinataires s’élargit, les propositions et les valeurs défendues prennent du corps parce que le public mobilisé les investit de sens et que le soutien de ce dernier devient indispensable à la réussite de l’entreprise des partis. Cette logique propre aux mouvements d’opinion expliquerait, par exemple, la rédaction du manifeste de Torrejón de Ardoz où don Juan dresse un catalogue de réformes que ses détracteurs ont qualifiées de démagogiques. Il ne nous appartient pas de statuer sur l’authenticité de la solidarité du prince envers les humbles. Seul importe que ce manifeste ait été rédigé, qu’il ait explicité les intérêts des couches populaires, tenté de répondre à leurs revendications en proposant une solution institutionnelle — la Junta de alivios — et qu’il ait été soumis à la régente. Les dispositifs de manipulation et de conquête de nouveaux publics recèlent donc parfois des effets inattendus, transformant les joutes pamphlétaires en autre chose qu’un théâtre d’ombres au service des puissants. La question qui surgit alors n’est pas tant celle de la sincérité des discours adressés à la plèbe que celle de la politisation d’acteurs d’ordinaire écartés de la sphère institutionnelle. Notre analyse de la marche sur Madrid de 1669 a souligné que les plus humbles pouvaient procéder à une lecture politique des affrontements. La scène politique s’ouvre ainsi à un nouvel acteur au statut indéterminé avec lequel les élites vont devoir composer. Les guerres de plumes deviennent des guerres d’opinion. Faut-il y voir l’avènement d’un nouvel âge politique ?

28Les campagnes du prince ne marquent pas un basculement dans un nouvel âge politique. Même si la pratique de don Juan semble détonner au sein de l’horizon idéologique de l’Ancien Régime, celui-ci n’a pas vacillé. On ne saurait critiquer les actions d’un roi, source de toute juridiction, au moins publiquement, sauf en décriant un valido érigé en bouc-émissaire. En outre, si la figure du tyran rend théoriquement envisageable la possibilité de changer de prince, la légitimité du pouvoir du prince dans l’absolu ne donne pas prise à la contestation. Surtout, aucune place n’est dévolue à un inconcevable débat public. Dans une société de réseaux et de clientèles, conçue sur le modèle du corps mystique incarné par la communion du roi et de ses sujets unis dans une relation spéculaire par les ressorts de l’amour et de la crainte, la notion d’individu atomisé, acteur social et politique autonome, indissociable de l’émergence d’une publicité de la vie politique et d’une sphère de discussion publique, n’a aucun sens. Corollairement, dans un monde où le juridictionnel ne l’a pas cédé à l’administratif, le terme « público » ne recouvre pas notre notion actuelle mais signifie « bien commun » dans la majorité des cas. Voici qui confirme le risque d’anachronisme à évoquer une sphère publique politique ou un « espace public ».

29En effet, l’absence de légitimité concurrentielle est patente, comme l’a montré l’analyse des inflexions prises par les deux crises politiques de la Régence. Ainsi, nous avons refusé le terme de « coup d’État » pour qualifier l’action de don Juan, en 1669. Celle-ci ne peut plus dès lors être considérée sur le mode de la rupture au sein d’un schéma causal. Nous l’analysons comme un agencement inédit de paramètres au sein d’un cadre fixe. Aux portes de Madrid, accompagné de son escorte armée censée assurer sa protection, don Juan ne peut passer à la désobéissance ouverte en s’emparant du pouvoir par la force. Il se contente d’exercer diverses pressions sur Mariana en maniant flatteries et menaces voilées afin que la reine l’appelle au gouvernement. Lorsqu’elle le met au pied du mur et lui rappelle qu’elle est l’unique détentrice de l’autorité, don Juan renvoie ses troupes. Sinon, il aurait fait acte de rébellion, son discours aurait été décrédibilisé et ses alliés de circonstance l’auraient abandonné. La défense du bien commun s’affirme comme une composante essentielle du mouvement juaniste et non comme un artifice rhétorique car il fonde la possibilité et la justification de l’acte du prince. Don Juan ne remet pas en cause la légitimité des institutions.

30De même, la seconde marche sur Madrid n’a lieu qu’après que don Juan a été appelé par son frère à la cour. Comme en 1669, aucun heurt ni aucun fait d’armes ne se produit puisque le but principal est de mettre en scène la capacité de mobilisation juaniste. Par ailleurs, toute l’argumentation déployée par les libelles s’appuie sur le fait que le roi reste un arbitre suprême intouchable. La vague messianique qui porte le prince au pouvoir présente la spécificité d’insérer dans le processus de régénération de la monarchie la figure « rey niño » qu’il faut sauver de son entourage. Cependant, les discours dérapent souvent et inversent la hiérarchie entre les frères.

31L’impossibilité de légitimité concurrentielle explique aussi les inflexions que prennent les analyses consacrées au valimiento pendant les guerres de plumes de la Régence. Lorsqu’il est Premier ministre, don Juan n’est pas présenté comme « sombra del rey » mais comme « retrato del rey ». Dans la symbolique du pouvoir, le topique du miroir usuellement appliqué au valido suggérait que, quel que soit le « support » choisi par le roi, le reflet serait le même. Le topique du portrait, lui, donne une réelle substance au valido détenteur de qualités qui permettront de l’identifier au préalable comme étant digne de devenir l’Atlante de la monarchie. On atteint ici un point-limite où don Juan apparaît comme un double du roi, même s’il reste un double dérivé de Charles. En réalité, la noblesse voyait surtout dans le paradigme du valido-retrato un moyen de démontrer que seul don Juan pouvait assister Charles II afin de promouvoir l’aristocratie en élite naturelle.

32La dimension intouchable du roi, seul détenteur de la parole légitime, et l’impossibilité d’un débat public susceptible de le remettre en cause transparaissent jusque dans la réflexion sur le devoir de désobéissance des sujets. Comme nous l’avons signalé, la théorie du « roi tyrannisé » permet d’affirmer que les ordres de Charles II n’émanent pas réellement de sa volonté. Ce faisant, les juanistes, au nom du bien commun, affirment s’opposer non pas au roi mais à son entourage maléfique qui l’empêche de régner. Ce raisonnement évite de devoir trancher à vif dans des questions relatives au pouvoir du souverain et à ses limites. La singularité de la position de don Juan autorise les publicistes à ne pas se perdre dans des circonvolutions concernant le statut d’une éventuelle instance autorisée à châtier le tyran. Le sang royal du prince offre le gage de son désintéressement et l’autorise à transmettre, au roi rendu sourd par la reine, les plaintes des opprimés.

33Force est d’admettre que la personnalité singulière de don Juan en tant que bâtard légitimé du Roi-Planète est un des ressorts essentiels de sa réussite. Dans une société de corps à laquelle correspond un régime d’incarnation et non de représentation, ce n’est pas un « autre soi » mais un « plus grand que soi » qui peut devenir le héraut d’une cause générale. L’accès à l’espace de publicité apparaît codifié et fermé, aux mains des seules élites politiques, même si l’orchestration d’un mouvement d’opinion juaniste a fait surgir, dans le champ politique, ce nouvel acteur qu’est le « peuple ».

34 Nous avons rejeté l’hypothèse d’un tribunal de l’opinion en raison de l’absence de vecteurs appropriés pour exprimer son avis, prévus et donc reconnus par le pouvoir monarchique, ainsi que de l’inexistence d’une institution chargée de répondre aux délibérations de ce tribunal. Par ailleurs, nous avons récusé la notion « d’opinion publique » parce qu’elle masquait la question des légitimités différentielles des divers publics à intervenir dans un débat public. Cette sorte d’invariant occultait l’hétérogénéité des publics visés et touchés ainsi que leur évolution au fil des guerres de plumes. Nous avons souligné que le public ne désignait pas une même réalité lors des différentes séquences des campagnes d’opinion de la minorité. Néanmoins, nous avons remarqué que don Juan n’avait rien de commun avec un orchestrateur omnipotent et que son succès reposait sur l’articulation harmonieuse de logiques en partie exogènes à la dynamique qu’il avait lui-même impulsée.

35Enfin, il faut prendre en compte l’objet même de notre étude, les guerres de plumes de don Juan, car elles s’imposent comme une réalité particulière au sein du vaste champ de la polémique. Nous avons défini les guerres de plumes comme des affrontements entre partis composés en séquences où les textes adverses dialoguent et se combattent ou comme des séries d’écrits dont on peut montrer, à chaque fois, qu’ils pèsent sur la trame événementielle et contribuent à modifier les rapports de forces entre les acteurs. Nous avons donc sélectionné des moments singuliers où un engrenage polémique se mettait en marche au service d’une négociation entre puissants de sorte que tous les textes produits — même ceux qui ne faisaient qu’émettre une protestation sans arrière-pensée —, se trouvaient happés au bénéfice des juanistes ou de la reine. L’épisode de la Chamberga en a fourni une illustration magistrale. Mais il s’agit de moments de crise aiguë. Sur le long terme, les écrits dénonçant les validos et les ministres ne s’intègrent pas toujours à une trame événementielle modifiant les équilibres de pouvoir, du moins dans un premier temps. Ils peuvent avoir pour seul but de manifester la désapprobation, la colère ou de formuler une critique dont le scripteur espère qu’elle sera entendue, sans que la plume se convertisse en arme de guerre. Un débat peut alors s’ouvrir qui intègre, entre autres, la défense d’intérêts particuliers, mais hors de toute polémique puisqu’il s’agit non plus de contraindre le roi mais de le convaincre. Certes, il arrive que la discussion soit âpre. Mais dans cette configuration particulière, tous les textes en circulation ne travaillent pas directement ou indirectement aux intérêts des factions de cour. Diverses voix peuvent ainsi s’élever, ouvrant un débat multipolaire dont personne n’est apte à maîtriser toutes les initiatives. Ces voix visent donc l’abolition d’une mesure inique sans lier la requête à un remaniement des élites en place au profit de la faction rivale du valido.

36Les guerres de plumes de don Juan ont donc d’abord constitué une arme de pouvoir efficace aux mains du prince pour trouver une place au gouvernement. Cependant, elles ont contribué à faire naître la conscience (que partageaient les contemporains) des pouvoirs de la publicité et de la polémique afin de négocier plus fermement avec les autorités sans tomber dans la désobéissance ouverte. Les guerres de plumes de la minorité ont aussi élargi les publics sollicités dans les querelles des puissants en prenant en compte et en explicitant les intérêts de l’anti-public qu’est la plèbe. Or, la fin du xviie siècle espagnol a été propice à l’épanouissement de ces réalités. La faiblesse de Charles II qu’on pense pouvoir aisément influencer, manipuler ou impressionner explique que les luttes des partis de cour fassent rage et que le recours à la polémique devienne une des armes de choix à la disposition des adversaires aux côtés de l’intrigue. Au début du xviiie siècle, la Guerre de Succession d’Espagne pose un autre jalon de cette histoire d’un espace public en constitution. En effet, le contexte de querelle dynastique permet la coexistence de légitimités concurrentielles — Habsbourg contre Bourbons — de sorte que les publics sollicités par les textes polémiques, particulièrement nombreux lors de cet épisode, sont les plus larges possibles et qu’on leur octroie un pouvoir de légitimation pour que la victoire de Philippe V ne soit pas le seul triomphe de la force face à un concurrent malheureux. Si ce constat résulte d’une démarche pragmatique pour asseoir le pouvoir d’une nouvelle dynastie, il invite au début du xviiie siècle à retracer l’archéologie non linéaire d’un espace public jusqu’au basculement sans retour d’un régime de l’incarnation à un régime de la représentation dont la guerre d’Indépendance est un des éléments-clés.

Notes

1 BNE, ms. 18.443.

2 Ce n’est pas le cas de tous les textes : les lettres ouvertes de don Juan de 1668-1669 veulent convaincre de l’innocence du prince qui anime, en ce sens, une campagne d’opinion.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search