Version classiqueVersion mobile

Guerres de plumes

 | 
Héloïse Hermant

Troisième partie. La publicité et ses enjeux. Pratiques et cultures politiques

Chapitre IX. Changement de la culture politique ou simple « possibilisme » ?

L’échec de la récupération par don Juan du mouvement d’opinion contre la Chamberga (1669)

Texte intégral

  • 1 L’expression revient à José Javier Ruiz Ibáñez (J. J. Ruiz Ibáñez, Felipe II y Cambrai).

1L’analyse des enjeux de la publicité dans la campagne contre Nithard a révélé de profondes fissures susceptibles de bouleverser le jeu monarchique. L’élargissement du public politique et l’irruption des apparences prises pour telles correspondent, dans l’action politique, à l’émergence d’un espace de persuasion incompatible avec l’espace public de prescription et de célébration sur lequel s’appuie le gouvernement. L’épisode de la campagne d’opinion contre la Chamberga et sa récupération manquée par don Juan invite à nuancer le constat d’un profond changement de la culture politique pour y voir plutôt une évolution de la pratique des jeux de pouvoir adossée à la notion de « possibilisme » sur laquelle nous reviendrons1. En effet, l’action de don Juan sur le public n’est nullement préméditée, mais relève d’abord d’une tactique.

I. — LE MOUVEMENT D’OPINION CONTRE LA CHAMBERGA

L’instauration d’un régiment dans la capitale

  • 2 Aytona est nommé le 27 avril 1669 (BNE, ms. 8353, fo 192ro).
  • 3 Consultes du 25 novembre 1668, du 10 et du 17 janvier 1669 (AHN, Consejos, leg. 7178 et 7179).
  • 4 Segunda carta de don Juan de Austria a la reyna doña Mariana de Austria (BNE, ms. 2582, fos 161ro-1 (...)

2La marche de don Juan sur Madrid avait souligné la vulnérabilité de la cour face à une troupe pourtant peu nombreuse. Dans le même sens, la chute de Nithard, apogée d’un vaste mouvement d’opinion sous la houlette du prince, avait dévoilé la faiblesse de la régente et la crise de l’autorité royale. Mariana réagit en créant à Madrid une nouvelle garde royale, la Chamberga, à la tête de laquelle elle place, non pas le comte de Peñaranda à qui revenait la paternité de l’idée, mais le marquis d’Aytona, son mayordomo mayor2. Les buts poursuivis étaient clairs. Cette nouvelle unité permettait d’occuper les vétérans du Portugal, de garder le contrôle de la capitale, à l’inverse de ce qui s’était passé dans les premiers mois de 1669, et, enfin, de constituer une ligne de défense solide contre don Juan. Le déploiement institutionnel progressif de la Chamberga laisse transparaître la volonté de prévenir un éventuel assaut sous l’égide du prince. Significativement, le premier décret stipulant le regroupement de troupes à Madrid paraît le 13 novembre 1668, le jour même où circulent dans la péninsule les lettres ouvertes écrites de Torre de Lledó. Par la suite, les incessantes consultes du Conseil de Castille élevant des protestations contre la concentration de soldats dans la capitale témoignent de la poursuite du processus3. Une accélération du mouvement se produit en janvier, en réponse au basculement définitif des rapports de forces en faveur de don Juan. Dans sa Deuxième lettre à Mariana de Junquera, datée du 22 février 1669, le prince courroucé signale à la régente qu’un aviso expédié depuis Madrid l’a prévenu de la mobilisation de troupes orchestrée par le président de Castille qui tente de dresser ainsi la capitale contre lui. Le président aurait même envoyé sa cavalerie pour qu’elle achète des chevaux et aurait contacté des soldats aux quatre coins de l’Espagne4.

Le mécontentement soulevé et l’amorce d’une guerre de plumes

  • 5 R. I. Sánchez Gómez, « Formación, desarrollo y actividades delictivas ».
  • 6 Id., Delincuencia y seguridad, p. 119.

3Les mécontentements suscités par l’instauration d’un nouveau régiment à Madrid sont incessants soit pour des questions de conflits de juridiction, soit en raison du problème né de l’impunité de soldats bénéficiant d’une législation spécifique, le for militaire qui entrave leur poursuite5. S’ajoutent des problèmes de discipline dus à l’enrôlement volontaire des soldats : l’absence de critères de sélection favorisait l’afflux de militaires licenciés, mutilés ou sans le sou et de vagabonds, bref d’une population interlope fuyant la misère et difficilement contrôlable6.

4Les archives de l’Archivo Histórico Nacional, et au premier chef les consultes de la Sala de Alcaldes de casa y corte et du Conseil de Castille, nous renseignent sur les désordres entraînés par le régiment. La Sala de Alcaldes de casa y corte, cinquième salle du Conseil de Castille, était apparue au xiiie siècle pour juger en première instance les casos de corte, c’est-à-dire les délits surgis dans le lieu de résidence de la cour. Cette salle réunissait une centaine d’alguaciles ainsi que des secrétaires. Véritable police municipale, elle assurait le maintien de l’ordre dans la capitale, faisait observer les lois et les décrets, veillait à la bonne marche du ravitaillement, visitait les prisons et constituait le tribunal de première instance des cas de cour. Tous les soirs, dans un des six quartiers de Madrid, un alcalde, escorté de seize alguaciles et de quatre secrétaires, faisait une ronde qui donnait lieu à des comptes-rendus et à un compte-rendu général d’activité, l’informe, toutes les deux semaines. C’est donc au sein de ces informes, traduits sous la forme de consultes portées devant le Conseil de Castille, que sont dénoncées les exactions commises par les chambergos. Le Conseil de Castille prend alors le relais en transmettant au roi — à la régente — les comptes-rendus, plaintes et pétitions de la Sala également sous la forme d’une consulte transmise le vendredi, jour de consulte. Le souverain peut, le cas échéant, la faire examiner par la Junte du gouvernement. Le Conseil communique en retour la réponse du souverain à la Sala de Alcaldes. Il procède de même avec la municipalité (ayuntamiento) dont il centralise les remontrances. L’historien perçoit de la sorte le violent mécontentement soulevé par la Chamberga à travers les multiples consultes qui scandent la vie politique à partir du mois de mars 1669.

5Quels crimes et délits impute-t-on au régiment ? Dans un premier temps, les débats portent sur les dommages que constitue en soi la formation de cette garde armée. Par la suite, c’est l’abominable réalité de la présence soldatesque qui nourrit les lamentations.

6La Chamberga présente d’abord le désavantage de dégarnir les frontières de la monarchie, livrant ainsi imprudemment l’Espagne à d’éventuelles manœuvres ennemies. Par ailleurs, l’instauration d’une garde royale manifestait la méfiance de Mariana envers son peuple. Pourquoi chercher à se prémunir d’un improbable assaut en faisant planer la menace d’une riposte violente incarnée par le corps de garde ? Les Espagnols se targuaient de ne pas avoir un tel régiment car c’était là un gage de la confiance et de l’amour que le roi concevait pour ses loyaux sujets. Enfin, cette troupe dresse une barrière supplémentaire entre le peuple et son roi : après la crise de légitimité qu’a constituée la campagne d’opinion contre Nithard, c’est un coup de plus porté au crédit de la régente.

  • 7 Ibid., p. 138.

7Mais la liste des difficultés s’allonge sans cesse. Non seulement le régiment coûte cher alors que les caisses sont vides, mais l’approvisionnement de la capitale sera, dit-on, perturbé. Enfin, on craint que la présence d’un corps de régiment protégé par le for militaire n’augmente les tensions dans la capitale. Ces craintes étaient fondées puisque la Sala de Alcaldes de Casa y Corte aurait signalé une soixantaine de cas de délits commis par des soldats du régiment entre juillet et août 16697. L’atmosphère devient insupportable tandis que les affrontements se multiplient entre la garde et la population civile de Madrid et de ses environs. Des escarmouches éclatent, opposant le régiment à d’autres soldats et un climat de terreur s’installe peu à peu au point que les gens se barricadent chez eux.

La tentative de récupération des mécontentements par don Juan

a) Un poste pour don Juan et l’évolution des rapports de forces

  • 8 Copia de la consulta que el Inquisidor General hizo a Su Magestad desde el lugar de San Agustin en (...)

8Don Juan perçoit vite comment exploiter ce mécontentement croissant, d’autant que, le 30 avril 1669, quand paraît le décret de la reine sur la levée du régiment, l’incertitude pèse toujours sur son avenir politique. En effet, bien que son renvoi soit irréversible, Nithard a tenté d’occuper la scène de la monarchie depuis son exil. Des bruits ont même circulé sur son possible retour. Nithard rédige ainsi plusieurs consultes où il tente de s’immiscer dans les affaires du gouvernement en donnant son avis sur les tractations en cours avec don Juan8. En vain. Par ailleurs, à partir de la fin février, un jeu subtil s’était engagé où, à travers une série de marches et de contremarches textuelles, don Juan s’efforce de regagner le terrain qu’il perd. Poursuivant notre enquête sur les modalités d’action propre aux libelles, l’analyse de la récupération des mécontentements dans cette épreuve de force épistolaire apparaît décisive.

  • 9 Fr.-A. Mignet (éd.), Négociations relatives à la succession d’Espagne, t. I, p. 424. Villars se fai (...)

9Le 6 mars, la proposition du marquis de Villars d’envoyer huit cents cavaliers à l’assaut d’un don Juan toujours protégé par son armée et résidant à Torrejón de Ardoz afin de lui signifier ses limites en l’obligeant à s’éloigner davantage de la capitale apparaissait irréaliste puisque la majorité des officiers soutenait le prince9.

  • 10 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 153.
  • 11 ASV, SS, Spagna, no 138, fo 105ro.
  • 12 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 163.
  • 13 BL, Eg. 327, fo 87ro.

10En réponse au décret d’expulsion de Nithard, don Juan envoie une lettre à Mariana, le 26 février, pour la féliciter. Il quémande l’autorisation d’aller se jeter à ses pieds, en gage de remerciement et annonce qu’il se rend à Guadalajara dans la perspective de sa venue prochaine à la cour10. Évidemment, il louvoie. Son escorte armée demeurant sur le pied de guerre, il incarne un danger réel. Cet impérieux désir de témoigner son respect masque une tentative pour confirmer son avantage en entretenant une tension extrême. Dans une lettre du 16 février 1669, le nonce totalise deux cent cinquante cavaliers escortant don Juan11. Cette situation explique la véhémence avec laquelle Mariana lui ordonne de rester éloigné de la cour d’au moins douze lieues12. Ceci n’empêche pas le prince de maintenir la pression en restant à faible distance de la capitale. Incarnant toujours une menace, il attend les ordres, tandis que les négociations entre Madrid et Guadalajara suivent leur cours. La procédure est simple : après discussion et approbation du Conseil d’État et de la Junte, des brefs sont remis, par l’intermédiaire de don Diego de Velasco, aux acteurs en présence, Mariana, Nithard et bien sûr don Juan13.

  • 14 AHN, Estado, lib. 878, fos 46ro-50vo.
  • 15 BNE, ms. 18.209, fo 93ro.

11Au terme de ce chassé-croisé, l’équilibre fragile des rapports de forces limite toute perspective d’évolution. C’est là qu’intervient le manifeste de Torrejón de Ardoz qui permet à don Juan de capitaliser les mécontentements et de rentabiliser l’agitation créée et nourrie par la guerre de plumes menée depuis octobre 166814. Ce texte, diffusé le 4 mars, est publié à la suite d’une lettre où don Juan exprime sa mortification face à l’injustice criante dont pâtissent les sujets. Ainsi, tout en manifestant son mécontentement, il se pose à nouveau comme le porte-parole de l’Espagne opprimée. Ne pas lui répondre reviendrait à avouer qu’on ne cherche pas à résoudre la crise. Par ailleurs, don Juan fait parvenir à Aytona le manifeste, assorti d’une missive où il proclame l’amitié qu’il conçoit pour le marquis15. Avec cette lettre qui, si elle est directement adressée à Aytona, est en réalité ouverte, le prince joue sur une réception plurielle. Don Juan apparaît irréprochable, étranger à toute manigance et donc incontournable. Surtout en multipliant les interlocuteurs, il s’extrait du face-à-face avec une reine inflexible tout en maintenant une pression sur la cour.

12Mariana, dans sa lettre du 8 mars, contourne les pièges tendus. La régente affirme qu’il n’avait eu jusqu’alors pour seule prétention que d’obtenir l’expulsion du jésuite, rendant ces nouvelles requêtes incongrues. La reine s’ingénie manifestement à désamorcer la menace que concrétise son adversaire aux portes de Madrid en lui reprochant de ne pas dissoudre son escorte. Elle cherche à dissocier le sort du bâtard royal de celui de l’Espagne afin de décapiter le mouvement d’opinion qu’il a créé. Cependant, la reine accepte de soumettre aux Conseils les propositions du manifeste de Torrejón pour éviter une levée de boucliers. L’instrumentalisation des mécontentements fonctionne donc bien dans ce cas, sans octroyer d’avantage décisif.

13Les négociations menées par le cardinal d’Aragon, venu à Guadalajara, débouchent sur un accord à la fin mars, arraché en partie parce que la Junte réunissait en son sein des amis du prince. Celle-ci cède sur tous les points développés par le manifeste de Torrejón. La stratégie de la multiplication des interlocuteurs et d’isolement de la reine avait porté ses fruits. Le 11 mars 1669, la Junte décrète la libération de Patiño, Nithard se voit sommé de partir immédiatement à Rome comme ambassadeur extraordinaire, une Junta de Alivios est proclamée. Toutes les mesures récentes contre don Juan sont abolies, ses partisans recouvrent leur liberté tandis que des têtes du gouvernement nithardiste tombent. Dans ce processus, la récupération des mécontentements de divers secteurs de la population, de la noblesse aux plus humbles, que concrétise le manifeste, a joué un rôle décisif car la reine n’avait pu ignorer un texte largement diffusé qui avait rencontré l’adhésion de tous les secteurs de la population. Néanmoins, la victoire a son revers puisqu’en contrepartie de la garantie que Nithard a quitté le territoire, don Juan doit disperser ses troupes.

14Le renvoi de son escorte, au prime abord incompréhensible puisque cela lui fait perdre l’avantage, prend son sens dans un contexte précis. Après avoir obtenu satisfaction sur ses revendications, invoquer la nécessité d’une protection de don Juan pour contrecarrer les volontés homicides du confesseur n’est plus crédible et maintenir ses troupes aux portes de la capitale confine à la rébellion. Avec cette faible marge de manœuvre, le prince manie l’implicite et la rhétorique pour camoufler sa mauvaise foi derrière divers prétextes. Mais disposait-il d’autres cordes à son arc ? Il semble que non quand on examine la fragilité du parti juaniste.

15La propagande juaniste a dû se focaliser sur l’obéissance du prince aux ordres royaux et sur son désintéressement personnel. Elle a dû faire passer la cause privée derrière la cause publique, la défense du bien commun. Le sens qui se dégage de ces textes est simple : don Juan, le plus loyal des sujets, poursuit un seul but, le renvoi du confesseur pour le bien commun et l’honneur de la régente. Tenter de s’emparer du trône démentirait l’argumentation. En outre, ce serait accréditer le discours des nithardistes centré sur l’idée de duplicité du prince mu par son hybris. Si don Juan désobéit ostensiblement à la reine, sa crédibilité et sa légitimité s’effondrent et ses alliés de circonstance feront défection. Le discours de légitimation tenu par le prince est le seul à fonder la possibilité de son action, mais il en limite la marge de manœuvre. On ne saurait donc considérer l’argumentation déployée par la propagande comme un simple outil aux mains d’un manipulateur. Il convient plutôt de l’analyser en termes de contrainte. Comme l’a souligné Michaël Braddick,

  • 16 M. Braddick, « Réflexions sur l’État en Angleterre », p. 41.

la légitimation est un principe intersubjectif plutôt qu’une ressource des puissants et la représentation de l’action politique comme légitime implique toujours une tentative de réconcilier l’action en cours avec des valeurs plus amples16.

  • 17 Noticias de don Idiaquez a don Julián. 19 de marzo de 1669 (BL, Eg. 327, fo 161ro).

16Dans ces conditions, don Juan était acculé : il devait renvoyer son escorte. Les contemporains savaient les modifications des rapports de forces que cela impliquait. Ainsi, la correspondance privée des observateurs y voit un événement crucial qui achève la guerre civile et que salue un immense soulagement17.

17Deux questions surgissent alors : la mobilisation de publics est-elle volontaire, les acteurs enrichissant l’éventail des modalités d’action de la dissidence dans la monarchie de Charles II ? Quelle marge de manœuvre offre réellement la récupération des mécontentements ? L’épisode de la lettre du 5 mai 1669 et les événements qui en découlent apportent une réponse.

b) La lettre ouverte de don Juan du 5 mai 1669

18La coïncidence entre la date de parution du décret de constitution de la Chamberga et celle de la lettre du bâtard royal suggère que don Juan reprend à son compte les mécontentements suscités par l’établissement du régiment afin de s’approprier un mouvement d’opinion susceptible de lui conférer une vigueur nouvelle pour reprendre la négociation. Le calque de la consulte de la ville de Madrid qu’il effectue dans ce même texte renforce cette thèse. L’hypothèse à confirmer est la suivante : après avoir « découvert » la force de mobilisation des divers groupes sociaux déchaînée par la guerre de plumes contre Nithard, don Juan, quand il se trouve en difficulté, manie consciemment la force que lui procurent les mécontentements.

  • 18 AHN, Estado, lib. 878, fos 60ro-68ro.
  • 19 « El consejo escuse vuelva a mis manos ningun reparo, que estorve lo que tengo resuelto, por conven (...)

19C’est la constitution de la Chamberga placée sous la direction d’Aytona qui sert de prétexte à la rédaction de la lettre du 5 mai 166918. Deux éléments favorisent son entreprise. Tout d’abord, don Juan apparaît comme l’ultime recours face à l’intransigeance ostentatoire de la reine qui essayait de raffermir son pouvoir après l’exil de Nithard. Depuis le 25 février 1669, la redéfinition de l’agencement des instances au pouvoir étant à l’ordre du jour, Mariana devait se poser comme l’autorité suprême. La minorité de Charles se distingue par la fragilité de l’équilibre établi entre la reine, les Conseils et la Junte, autant de pôles cherchant à s’imposer les uns aux autres par des interprétations divergentes du testament de Philippe IV. C’est pourquoi la reine clôt sans appel le décret du 27 avril : « Le Conseil s’abstiendra à l’avenir de me faire remontrance contre ce que j’ai résolu qu’il convient d’exécuter19. »

  • 20 Papel en que cierto vasallo castellano propone a la Reyna Nuestra Señora dos medios principales par (...)
  • 21 AHN, Estado, lib. 877, fos 217ro-223ro.

20Le second point à faciliter la manoeuvre du prince est l’amalgame entre une cause privée et une cause publique. L’établissement de la Chamberga résulte de l’institutionnalisation d’une mesure d’abord conjoncturelle, motivée par la défiance conçue à l’égard du prince. Les étapes de la constitution du régiment sont autant de réactions à la menace tangible qu’il incarne. Ainsi, certains pamphlets de janvier et février réclament explicitement la création d’un régiment afin de contrer l’avancée de don Juan sur Madrid20. On tient là le point de bascule potentiel entre domaine privé et public. D’une part le mouvement d’opinion contre la Chamberga enfle devant la multiplication des exactions des soldats et, de l’autre, Aytona est un ennemi personnel de don Juan qui regroupe des troupes dans la capitale contre lui, avec la bénédiction de la reine. Le prince active donc une nouvelle fois la tactique de l’amalgame entre cause privée et bien commun. C’est ce que révèle la structure de l’argumentation de la lettre incendiaire du 5 mai qui reprend les revendications de la municipalité de Madrid afin de relancer, par le biais du problème de la Chamberga, les pourparlers avec la reine21. Comment s’opère cette opération de phagocytage ?

21La lettre se déploie selon une ligne sinueuse, passant des revendications personnelles de don Juan à une diatribe contre la Chamberga qui reprend, non sans quelques entorses, les vingt articles de la requête de la municipalité nommément évoquée. La figure d’Aytona articule les deux volets. Se posant en victime, le prince exprime son insatisfaction devant les offres évasives de la reine sur la charge qu’on devait lui confier. Il s’offusque de n’avoir pu se rendre à la cour pour aller baiser les pieds du roi, protestant de sa bonne foi et dénonce l’interdiction qui lui est faite de s’approcher à moins de douze lieues de Madrid. C’est pourquoi il exige une « juste » réparation. Don Juan se lance ensuite dans une diatribe contre Aytona dont le but consiste à assimiler ses revendications personnelles et les intérêts de l’État :

  • 22 « Pero si han pasado tan adelante las maximas apasionadas de este sujeto, y la desmedida ansia de s (...)

Mais ce sujet pousse si loin les damnables maximes que pour satisfaire sa haine et l’infâme passion qu’il a toujours eu de me perdre, il ne craint point de mettre l’État en combustion ; si bien que tous, du plus haut ministre au malheureux travailleur, les critiquent et c’est ce qui fait aujourd’hui l’étonnement du monde entier et de toute l’Espagne22.

22La discussion sur la question de la Chamberga s’effectue ainsi en douceur. Don Juan cite en exergue la pétition de Madrid et lui rend hommage :

  • 23 « No ay inconveniente que no arrastre tras si, como tan prudentemente dize la villa en los veinte c (...)

Il s’en suivra tous les désordres que les députés ont si sagement prévus en vingt articles de la remontrance qu’ils ont faite à Votre Majesté, outre que cela offense la fidélité naturelle des Espagnols et détruit le plus beau témoignage de la puissance de nos rois, admirée par les nations étrangères, parce qu’elle les voient vivre avec beaucoup d’assurance au milieu de leurs sujets sans autre garde que celle de leur affection et de leur respect23.

  • 24 « Monstruoso cuerpo de infanteria » (ibid., fo 100ro).
  • 25 Ibid., fo 100vo.
  • 26 Ibid., fo 101vo.

23Il reprend à son compte le texte dans ses grandes lignes, après avoir loué le peuple espagnol, une manière de s’attirer sa bienveillance et d’endosser le rôle de digne représentant. Puis le prince procède à une critique en règle du régiment qualifié de « monstrueux corps d’infanterie24 ». Au terme de la lettre, il en revient à Aytona, afin de justifier l’obligation que lui-même avait d’intervenir25. Il finit son discours en demandant le renvoi du régiment et des troupes aux frontières au nom de l’honneur de la reine et pour « secourir le peuple opprimé qui attend si patiemment la fin de ses calamités26 ». Les revendications de la municipalité se voient donc absorbées par un autre discours à la fin différente : conforter l’assise du bâtard royal pour le poser en homme indispensable à qui la reine ne pourra refuser des responsabilités de choix.

c) Intransigeance de la régente et reculade de don Juan : la question de la désobéissance

24Or, contrairement à ce qui s’était déjà produit, la reine, loin de céder, remet don Juan à sa place en lui signifiant, dans sa réponse du 17 mai, qu’il doit obéir :

  • 27 « Condenando mucho el ardor de vuestro zelo por la memoria, y respecto del rey mi señor, y os ruego (...)

Sachez, en même temps, que je n’approuve point cet excès de zèle que vous montrez pour la mémoire du feu roi. Vivez donc en repos je vous prie, et dispensez-vous de me faire tant de remontrances et en des termes si forts, surtout mettez-vous en tête que cette assurance que je vous ai donnée et que je vous réitère ne change point en vous la qualité de sujet, ni ne diminue en moi l’autorité souveraine que j’exerce en vertu du testament du feu roi sur tous ses sujets, en qualité de Reine régente, mère et tutrice du roi mon fils : c’est donc avec cette même autorité que je vous ordonne de vous retirer au lieu de votre demeure ordinaire où vous étiez lorsque feu le Roi mon seigneur mourut […] je vous avertis cependant que si vous n’exécutez pas cet ordre, en obéissant ponctuellement à celle qui vous l’envoie avec une autorité légitime et de plein droit […], vous serez entièrement déchu par votre faute de tous les privilèges et sûreté de parole que je vous ai donnés27.

  • 28 Carlos II. Menor edad (BNE, ms. 18.201, fo 105vo).

25Grâce à cet authentique coup d’écriture, Mariana réaffirme son autorité ébranlée par la campagne d’opinion contre Nithard. L’habileté consiste à contraindre don Juan à un choix extrême, l’obéissance ou la rébellion. En rappelant la supériorité de ses ordres, Mariana, incarnation de l’autorité suprême par le testament de Philippe IV, impose un choix sans équivoque et coupe court aux manigances de don Juan. C’est sans surprise que, face à de telles injonctions, le bâtard royal se soumet platement28.

  • 29 BNE, ms. 1506, fos 14ro-17ro.
  • 30 H. Kamen, La España de Carlos II, pp. 530-531.

26Cet échange épistolaire soulève une question primordiale pour notre enquête, sur les modalités de dissidence. Dans quelle mesure don Juan a-t-il désobéi à la reine depuis le 21 octobre 1668 ? Faut-il se laisser convaincre par le chœur nithardiste qui criait à la rébellion alors que presque tous les actes du bâtard royal finissent par rencontrer l’aval de la régente (par décret ou consentement tacite) ainsi que l’approbation des Conseils par le biais des consultes ? Mariana accepte le refus du prince de partir en Flandres pendant l’été 1668 : il n’est nullement hors-la-loi quand il revient à Consuegra au lieu de s’embarquer pour La Corogne. La consulte du 29 octobre 1668 prônait l’apaisement et allait dans le sens de don Juan juste après la parution de la consulte de Nithard29. Quant aux consultes des 19 et des 21 décembre, elles plaidaient pour l’envoi du jésuite à Rome comme ambassadeur extraordinaire30. Enfin, Mariana elle-même proclame l’expulsion de son confesseur le 25 février 1669. Le seuil de la désobéissance ouverte restait donc infranchissable pour le bâtard royal. Notre analyse de ses échanges épistolaires publics avec la régente lors de la première guerre de plumes a montré que ce dernier présentait toutes ses actions comme guidées par la réalisation du bien commun et la préservation de l’honneur de la reine. La demande du renvoi de Nithard constitue le point nodal de l’argumentation grâce à l’amalgame entre une cause privée et une cause d’intérêt général. C’est au nom du bien public et du respect du testament que don Juan agirait, mû par sa fidélité inconditionnelle à la régente.

27En face de don Juan, le souverain qui se doit tout entier à la réalisation des intérêts de ses royaumes voit sa liberté d’action limitée, sauf à sombrer dans la tyrannie. L’exploitation habile de cette contrainte royale ménage à don Juan une grande latitude d’action. Réactivant la figure du valido idéal, il fait de ses requêtes des conseils, tout en exerçant par l’agitation pamphlétaire puis par la marche une pression sur les autorités où la menace transparaît sous le conseil. Don Juan se livre à une série de manoeuvres où il frôle à chaque fois le seuil de la désobéissance ouverte sans le franchir. Il refuse de renvoyer sa troupe tant que Nithard ne sera pas hors d’Espagne ou exprime son mécontentement face à l’absence de réponse de la reine dans sa lettre du 22 février. Cependant, le cas le plus exemplaire est celui de la lettre du 5 mai où, cette fois, don Juan perd l’échange. Si l’art de la rhétorique place don Juan dans le camp de l’obéissance, c’est parce que la publicité a dissimulé les preuves explicites du contraire. Il se révèle un expert dans la maîtrise des apparences, même s’il ne l’emporte pas toujours.

  • 31 Ce sont les interlocuteurs des lettres ouvertes du mois de novembre 1668 parmi lesquelles les missi (...)

28Don Juan répond avec une égale habileté au second grief : l’accusation de fomenter une rébellion et de vouloir déclencher une guerre civile par l’arme pamphlétaire car, là encore, l’attaque se cantonne au procès d’intention. Presque tous les libelles restent anonymes et don Juan lui-même prend soin de ne pas signer les textes qu’il écrit dans ce registre. Dès lors, la masse des textes confère un moyen de pression formidable au bâtard mais celui-ci n’en assume pas personnellement l’initiative, du moins en apparence. Il est donc difficile de prouver sa responsabilité dans le déchaînement des flux d’écrits séditieux. En revanche, le prince s’appuie systématiquement et à visage découvert sur des organismes représentatifs constitutifs du système politique espagnol : les villes avec vote aux Cortes, les Conseils ou les représentants des autorités aragonaises31. Il s’inscrit bien dans une logique de conseiller où il jouerait le rôle de représentant de l’Espagne en discussion avec les différentes courroies de transmission du pouvoir.

Épanouissement de la guerre de plumes et complexité de ses rapports avec don Juan

a) Bilan historiographique du mouvement d’opinion contre la Chamberga

  • 32 R. I. Sánchez Gómez, « Formación, desarrollo y actividades delictivas ».
  • 33 A. G. von Kalnein, Juan José de Austria, pp. 203-236.

29La création de la Chamberga recèle d’autres enjeux moins apparents que celui de la lutte opposant la reine à don Juan, mais aussi importants. Seule une prise en compte de la totalité du panorama permet de déchiffrer les implications réelles de cette nouvelle guerre de plumes. Trop souvent, les chemins empruntés par l’historiographie dans l’analyse de cet épisode ont tourné à l’impasse. On dénombre trois démarches lacunaires. La première n’étudie pas le corpus des textes polémiques et se contente de signaler l’existence d’une guerre de plumes, en l’étayant de quelques exemples32. La deuxième réduit cet ensemble d’écrits à une source statique, simple pourvoyeuse d’informations sur le régiment33. Enfin, la dernière dissocie les consultes de protestation des Conseils, des libelles qui travestissent le langage juridique par la satire. Or il faut prendre en compte la porosité de ces deux groupes de textes comme le suggère un grand nombre d’indices. Ainsi, la gazette publiée à la fin de 1669 télescope le récit de la campagne d’opinion contre Nithard avec celui de l’épisode de la Chamberga. Cet imprimé déroule, pour le lecteur, les grands textes de la querelle du prince contre le confesseur, soigneusement assortis de commentaires qui orientent les faits dans un sens juaniste. Cette séquence se prolonge par le récit des méfaits du régiment, illustrés de retranscriptions de consultes du Conseil de Castille. Par ailleurs, les consultes et des satires sont mises en circulation au même moment, ce qui détermine autant de nœuds de tension matérialisés par des pics dans la production textuelle. Enfin, un jeu d’échos s’établit entre les dénonciations de la Chamberga portées par les consultes et les lamentations violentes des textes polémiques sur le même thème. La démarche historiographique traditionnelle pèche aussi pour ne pas avoir tenté de dater les pamphlets. Le flou épistémologique se traduit alors par une double méprise. D’une part on parle hâtivement de « protestation populaire » qu’exprimerait la masse pamphlétaire. D’autre part, on suppose que don Juan est le seul à tirer les fils. Or, tous les textes ne travaillent pas ses intérêts. De surcroît, à partir du moment où il accepte le poste de vicaire général d’Aragon, ses regards se détournent momentanément de la capitale. Derrière la convergence des mécontentements, plusieurs protagonistes aux intérêts parfois incompatibles entrent en action.

b) L’entrée en lice du Conseil de Castille dans la publicística

  • 34 A. Carrasco Martínez, « Los Grandes, el poder y la cultura política ».

30Le renvoi de Nithard ouvrait une nouvelle phase dans une régence marquée par l’établissement d’un modèle polycentrique de pouvoir aux équilibres précaires et en perpétuelle redéfinition34. Après l’élimination du confesseur, les acteurs exploitent la découverte de la puissance de la mobilisation de publics, forts de la légitimité et de la non illégalité à représenter le mécontentement suscité par la Chamberga, dans un système où les attributions institutionnelles floues laissent la part à la pratique pour redéfinir les rôles respectifs.

31Après le 25 février 1669, Mariana cherche un nouvel appui qu’elle pense trouver auprès du marquis d’Aytona, nommé colonel du régiment. Ce choix n’étonne guère. Aytona s’était toujours montré fidèle à la Couronne et le cumul de ses fonctions le posait en successeur naturel du jésuite : sa condition de grand lui avait valu une place à la Junte de gouvernement et à sa charge de conseiller de Castille s’ajoutait celui de mayordomo mayor de la reine. Néanmoins, il se cantonne à la tâche de commandement qu’on lui assigne sans outrepasser son rôle. Sa mort précoce, le 17 mars 1670, lui interdit d’acquérir une quelconque envergure.

  • 35 A. G. von Kalnein, Juan José de Austria, pp. 216-218.
  • 36 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, pp. 249-250.

32Alors que la régente se trouve en difficulté, le Conseil de Castille retrouve les attributions que lui avait ôtées la présence d’un valido35. Son président était jusqu’alors une créature de Nithard, Diego Sarmiento de Valladares. Nommé en juin 1668, le renvoi du jésuite lui ôte tout soutien. Le 6 avril, le président n’assiste pas à la réunion : l’espoir que nourrissait Mariana de phagocyter par ce biais le Conseil s’envole. La reine ne nomme un successeur qu’en août, le comte de Villaumbrosa qui avait su garder une certaine neutralité et qui était donc acceptable pour les deux partis36.

  • 37 J. Fayard, Les membres du Conseil de Castille, p. 86 ; R. Kagan, Students and Society.
  • 38 J. Fayard, Les membres du Conseil de Castille, p. 46.

33Plus profondément, l’autonomie accrue du Conseil propice à l’épanouissement d’un esprit de corps le renforce. Un double mouvement rend compte du phénomène. En amont, depuis 1624, la formation de la Real Junta de Colegios qui émanait de la Chambre de Castille permet au Conseil de Castille de coopter directement dans les collèges des grandes universités les successeurs des conseillers défunts ou retirés de la vie politique37. En aval, une corporation d’anciens membres des collèges devenus conseillers distribuait places et bourses au sein des collèges38. La noblesse s’y taillait la part du lion comme le prouve la hausse continue des revenus des parents obtenant une bourse d’étudiant pour leur rejeton. La pratique courante de la dispense sur ce point ouvrait la porte aux plus riches familles. Par ailleurs, de 1667 à 1677, le souverain ne nomme aucun conseiller par voie de décret. Ainsi, le recrutement du Conseil de Castille apparaît endogène et sous contrôle dudit conseil.

34Dans ce contexte, la question de la Chamberga offre la situation idéale à une redistribution des cartes à la cour. Autour des problèmes soulevés par le régiment, ce sont la reine et le Conseil qui s’opposent en dernier ressort puisque l’instauration du régiment émane directement d’un décret de Mariana, tandis que les consultes qui se font l’écho des protestations de la ville et des particuliers proviennent du Conseil de Castille. Or, cette opposition relève d’un conflit de légitimité qu’on ne peut réellement trancher parce qu’il renvoie à un problème institutionnel de partage des pouvoirs laissé en suspens par le testament.

35La relégation au second plan de la Junte de gouvernement, pâtissant du discrédit de son inefficacité dans l’affaire don Juan, profite au Conseil de Castille. Ce dernier se glisse dans l’espace interstitiel vacant. Il reprend la lutte contre la régente sur deux points : les limites posées au pouvoir de Mariana et le rôle de la noblesse comme acteur politique. La reine avait-elle des comptes à rendre ? Les Conseils dispensés par les principaux organismes avaient-ils valeur d’information ou de prescription ? Pour la majorité des ministres, le testament de Philippe IV qui inclinait vers un gouvernement collégial et polysynodique avait été bafoué.

  • 39 « Los tribunales piden cuenta a la reyna » (Carta escrita por un vasallo del estado de Alba al duqu (...)
  • 40 « Que sus decretos no se ahoguen entre los que instituidos para obedecer y ejecutar, se presumen pa (...)
  • 41 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 153.

36Cette dimension du conflit n’avait pas échappé aux contemporains. La Lettre écrite par un sujet de l’État d’Albe au duc, à la vue de ce que Son Excellence a écrit à Monseigneur don Juan de Austria fait allusion au bras de fer entre Mariana et les Conseils constitués en tribunaux pour se scandaliser de ce que « les tribunaux demandent des comptes à la reine39 ». Fort d’une interprétation personnelle du testament, le scripteur affirme qu’il aspire à ce que « les décrets ne soient pas étouffés par ceux qui, institués pour obéir et exécuter les ordres, se piquent de commander et résister40 ». Quant à don Juan, il n’avait pas omis cette dimension, s’offusquant du mépris d’Aytona pour les tribunaux et les députés du corps de ville ; il s’était aussi indigné de l’entêtement de Mariana à ne pas écouter le Conseil de Castille41.

  • 42 BNE, R-2069.
  • 43 Carta de un anonimo a un personaje destos reinos, ausente de España en que le da cuenta de todo lo (...)

37Les luttes de pouvoir de Mariana et du Conseil trouvent ainsi un terrain d’élection dans une nouvelle guerre de plumes qui relaie la campagne d’opinion de don Juan contre Nithard. Il importe de considérer la capacité des libelles à infléchir les rapports de forces, plus que leur effet de reflet des tensions tiraillant le gouvernement de la Régence. C’est une gazette imprimée qui travaille le plus nettement aux intérêts du Conseil42. Parue fin 1669, elle reprend les événements de 1668-1669 de la lettre de Consuegra aux exactions de la Chamberga. Les épisodes ordonnés chronologiquement ne suivent pas une simple logique de concaténation. Le renvoi du confesseur est le premier acte d’une geste où la régente apparaît manipulée, d’abord par le jésuite, puis par Aytona. Le litige dont le prince sort vainqueur, livré dans une version juaniste, jette un premier discrédit sur Mariana et prédispose le lecteur à prendre parti, dans le second volet du récit, pour le Conseil de Castille campé en justicier soucieux du bien être de la population. Dans cette même catégorie, on recense quelques « récits » manuscrits qui constituent des calques de la gazette43.

  • 44 J. Moll, De la imprenta al lector.

38Plusieurs paramètres, favorisent cette entreprise de propagande. D’abord, l’absence d’écrit normatif permettant objectivement de qualifier d’illégaux les textes contestant la Chamberga libère la prise de plume. De même, la position institutionnelle du Conseil de Castille qui compte dans ses attributions la résolution des conflits entre les Conseils, alors qu’il est lui-même ici juge et partie, le place dans une situation commode. De surcroît, cet organe s’occupe des questions de censure et, partant, ses liens avec le monde de l’imprimerie se révèlent étroits. Les gazettes diffusées, parce qu’elles travaillent à l’intérêt du Conseil, ne butent donc sur aucun obstacle pour investir un espace public. À partir de l’affirmation de Jaime Moll selon laquelle toutes ces gazettes proviennent du même lieu d’impression, on peut penser à une circulation massive d’imprimés à partir d’un épicentre, relayée par une circulation de copies manuscrites44. Tout ceci plaide pour une stratégie unifiée de propagande qui confirme l’hypothèse d’une implication du Conseil de Castille dans l’élaboration de la gazette ou, du moins, de sa connivence. On peut ajouter une ultime preuve : la confrontation des consultes relatives à la Chamberga conservées à l’Archivo Histórico Nacional et des mêmes consultes retranscrites dans la gazette montre que ces dernières ont été reproduites à l’identique à partir des originaux, ce qui suppose qu’au moins un conseiller-complice a fourni à l’imprimeur le texte des délibérations du Conseil.

  • 45 Respectivement, BPE de Cádiz, XVII-3774 ; BMV, CH-1467 (1) ; BPE de Huesca, B-21-3397.

39De fait, l’absence d’entraves majeures à la diffusion de ce texte conservé en vingt-quatre exemplaires explique qu’il ait circulé dans toute l’Espagne, comme le suggère le recensement des lieux d’archives où il a été conservé. Le point de plus forte concentration se situe à Madrid étant donné que la capitale constitue la scène principale où s’expriment les enjeux de pouvoir et où se dénouent les conflits. On peut néanmoins appréhender un élargissement de l’espace de diffusion qui rayonne, depuis la cour, vers le Sud, en direction de l’Andalousie (Cadix), vers l’Est (Valence) et vers le Nord (Huesca)45.

40Il convient de compléter l’étude des implications du Conseil de Castille dans la guerre de plumes contre la Chamberga en montrant plus nettement en quoi les consultes retranscrites dans la gazette dressent une tribune pour défendre l’idée d’une redéfinition des partages de pouvoir au sein du système de régence, au profit du Conseil. Il faut aussi souligner le tour rhétorique par lequel le Conseil devient implicitement le porte-parole indigné et justicier des sujets opprimés par une mesure inique, allant jusqu’à en parasiter la voix.

41L’année 1669 est donc marquée par une lutte, par consultes interposées, autour de la question de la Chamberga, entre Mariana et le Conseil de Castille. D’une consulte à l’autre, la montée de la colère éclate. Au début de l’affaire de la Chamberga, le Conseil reste prudent dans ses affirmations, mais par la suite il laisse éclater son indignation en rappelant à Mariana qu’elle doit prendre en compte l’avis de ses Conseils et qu’elle ne détient pas de pouvoir absolu :

  • 46 « Señora, la constitucion del tiempo presente no quita la conveniencia de lo dispuesto por estas le (...)

Madame, la constitution du temps présent n’ôte en rien la justesse de ce qu’ont décidé ces lois, ces décrets, ce serment dans ce style antique, mais au contraire elle la rend plus utile et nécessaire à la vue des écueils que rencontre ce gouvernement, des extrémités où se trouvent cette monarchie et la minorité de Sa Majesté46.

42La retranscription de certaines consultes du Conseil de Castille reprenant à leur compte les pétitions des Madrilènes dans la gazette vouée à une large circulation les intègre à une stratégie de lutte de pouvoir. En effet, ce sont bien les consultes et non les pétitions qui paraissent dans la gazette, ce qui implique qu’à côté de la teneur des plaintes, les pourparlers de la reine et du Conseil qui transmet les requêtes contre la Chamberga sont mis en valeur. Or ceux-ci rendent possible un récit orienté des rapports que ces deux entités entretiennent ainsi qu’un discours voilé, mais sans ambiguïtés, sur la « tyrannie » de Mariana. On peut retracer un crescendo des tensions où le Conseil manifeste d’abord une contrariété respectueuse devant l’attitude de la reine, puis une exaspération qui le contraint à rappeler qu’elle ne respecte ni le testament ni le système politique en vigueur. Évoquant l’obstination d’une reine réticente à prendre en compte l’argumentation du Conseil de Castille sur le problème du régiment, on peut lire dans une consulte retranscrite :

  • 47 « Señora, […] con la instancia que hazen al Consejo los accidentes que cada dia ocurren, ha buelto (...)

Madame, […] les accidents qui se produisent tous les jours pressent le Conseil de reconsidérer les dommages qu’il y a à ce que le Régiment reste dans cette cour, avec toute la réflexion que demande une affaire si grande et que le Conseil a menée pour remplir entièrement son impérieuse obligation, avant d’émettre les remontrances les plus efficaces de vive voix et par écrit ; et après s’être réuni, il a prévenu Votre Majesté des graves délits qu’on commettait […] ; si le Régiment restait ici, les dommages qui en résulteraient seraient considérables, ils offenseraient les principes capitaux du Gouvernement et bouleverseraient tout, de sorte que le Conseil, dans son zèle, s’est vu obligé de poursuivre ses remontrances avec toute la pondération que nécessite une affaire où le Conseil estime que se joue le salut de l’entière monarchie47.

43Quant à la phase de durcissement, elle apparaît dans des affirmations telles que :

  • 48 « Diferentes consultas ha hecho el Consejo a Vuestra Magestad representando los daños e inconvenien (...)

Le Conseil a remis différentes consultes à Votre Majesté, concernant les maux et les dommages résultant de la formation du Régiment et de la présence d’un si grand nombre de soldats dans cette Cour et de la crainte que soulève sa possible permanence […] et d’autres consultes encore, qui ont répété les nouveaux accidents survenus (capables de pouvoir persuader Votre Majesté d’ordonner le départ de cette cour des compagnies et de les placer aux endroits où il convient et où elles seront utiles) qui jusqu’à présent sont restées sans réponse. Et bien que la fragilité de la santé de Votre Majesté, qui afflige tant le Conseil et vos sujets, devait vous contraindre à ne pas participer à tout ce qui pouvait vous indisposer, les dommages se sont tellement aggravés de jour en jour que le Conseil n’accomplirait pas ses obligations et ne se montrerait pas digne de la confiance que Votre Majesté accorde à ceux qui en sont les membres, s’il cessait d’émettre des remontrances pour que Votre Majesté puisse résoudre une affaire de si grande importance où se joue la tranquillité de cette cour ainsi que la réparation du discrédit qu’a provoqué la décision de Votre Majesté de mettre un nombre de gardes au palais bien plus important que ne l’avaient fait vos prédécesseurs48.

  • 49 Consultes du 13 janvier, 9 mars, 24 juillet, 26 août et 4 novembre 1669 (AHN, Consejos, leg. 7179).

44La hausse du ton des échanges au gré des consultes traitant de la Chamberga correspond à un bras de fer entre la reine et le Conseil qui tire profit du récit de la gazette49. Comment le Conseil utilise-t-il les mécontentements ? La nécessaire condensation du propos de la gazette suppose de faire un choix parmi les pétitions des habitants, retranscrites entièrement ou, dans la majorité des cas, partiellement. Du coup, dans les préambules introductifs à chaque pétition des Madrilènes, le Conseil s’associe au chœur des lamentations et surenchérit en introduisant des commentaires ou des réflexions. De vecteur de transmission, le Conseil se fait l’avocat des pétitionnaires. C’est à travers lui que parlent les opprimés :

  • 50 « Señora, no ay día, ni noche que no sucedan en esta corte delitos, muertes, robos y pendencias, oc (...)

Madame, il n’est pas un jour ni une nuit où il ne se produise dans cette cour des délits, des meurtres, des vols et autres actions pendables, occasionnés par les soldats du régiment de la Chamberga et ils sont si nombreux que la plupart ne parvient même pas aux oreilles de la justice car, bien que ceux qui en souffrent les clament, ils n’en rendent pas compte parce qu’ils voient qu’on ne fait rien pour remédier et donner satisfaction à leurs dommages50.

  • 51 « Quejas universales » (ibid.).
  • 52 Ibid.

45Il évoque précisément le contenu de certains informes recueillant des « plaintes universelles51 ». Les exactions du régiment en date du 26 août ainsi que ceux de la nuit du 11 septembre se voient ainsi complètement retranscrites (destructions de jardins, taxes illégales, vol de bétail, insultes)52. Le Conseil ventriloque, fort d’un entrelacs entre style direct et style indirect, glisse ainsi, grâce au style indirect libre, d’un « tous demandent justice » à « la reine le doit à ses vassaux fidèles ». L’équation ainsi établie apparaît sans appel. Renvoyer la Chamberga sanctionnerait la consolidation de la place du Conseil, devenant de la sorte incontournable au sein de la Régence.

46Ainsi, la guerre de plumes qui se noue autour du problème de la Chamberga n’épuise pas son sens dans l’expression du rejet du régiment par une « opinion publique » qui appelle de ses vœux don Juan pour mater la soldatesque. Le prince et le Conseil de Castille agitent en sous-main les ficelles, produisant des effets de brouillage qui invalident une lecture identifiant les auteurs proclamés par les textes polémiques (la Ville de Madrid, les Espagnols opprimés) aux auteurs réels. Tout n’est cependant pas affaire de manipulation car, dans le même temps, un réel mécontentement se fait entendre dans des écrits qui ne sont pas forcément commandités par l’un des deux acteurs. Mais les lamentations contre la Chamberga peuvent toujours être récupérées et capitalisées dès lors qu’elles mettent Mariana en difficulté.

c) Décryptage du mouvement d’opinion contre la Chamberga : l’imbroglio de quatre guerres de plumes

47Il importe donc à présent d’opérer une mise à plat de cette guerre de plumes, en inscrivant les écrits, strictement séditieux ou en demi-teinte comme les consultes, dans un déroulement temporel dont la succession de séquences puise sa logique et sa cohérence dans l’évaluation de rapports de forces mouvants. La démarche revient à effectuer un découpage en segments définis par la prédominance d’un acteur qui en donne la clef en polarisant la masse des textes dont il n’a pas toujours l’initiative.

48Quatre voix s’expriment au sein des libelles décriant la Chamberga : don Juan, le Conseil de Castille, les rares défenseurs de Mariana et la population exaspérée. Les évolutions des rapports de forces entre ces acteurs permettent de distinguer deux séquences. Dans la première, don Juan domine et tire parti de l’ensemble des textes dont l’impact lui est favorable, qu’il s’agisse d’écrits émanant du prince ou de satiristes enrageant face à l’installation du régiment. Dans une seconde phase, le Conseil de Castille devient principal orchestrateur des libelles et parvient à mettre à son profit l’ensemble des écrits, y compris ceux qui se contentent de déplorer l’existence de la Chamberga sans le mettre en scène.

49Lors de la première séquence, le bâtard royal éclipse les autres acteurs et polarise l’ensemble des textes, même ceux dont il n’a pas pris l’initiative. Elle s’achève le 2 juin 1669, quand don Juan accepte le poste de vicaire d’Aragon. Cependant, une première cassure survient avec la réponse intransigeante de Mariana, le 17 mai 1669, qui interdit au prince de diriger les opérations à visage découvert sans ruiner sa stratégie. Lors de cette phase les libelles déroulent le scénario de la lutte entre un don Juan sauveur de l’Espagne et un bouc-émissaire, ici Aytona. L’imbrication maximale des négociations personnelles du bâtard royal et du mouvement contre la Chamberga se produit dans la lettre du 5 mai. Elle est immédiatement suivie par une lettre ouverte adressée à don Blasco de Loyola. Cette deuxième missive sert à assurer une large publicité à ses propos et conforte son image de sauveur de la patrie tout en insistant sur sa loyauté envers le roi, comme en témoigne cet extrait :

  • 53 « Las fechorias del Marques Aytona van passando tan adelante que devo dezir a Vuestra Merced […] qu (...)

Les méfaits du Marquis d’Aytona vont si loin que je dois avouer à Votre Seigneurie […] que je ne suis né ni avec l’humeur, ni avec l’obligation de les souffrir. […] Et il a certainement une foi bien faible celui qui ne croit pas que la main de Dieu et celle des hommes assistent don Juan de Austria, esclave soumis et frère du roi notre seigneur, libre de tout intérêt humain et soucieux du bien universel contre le marquis d’Aytona rempli d’ambitions, de passions et de désirs de vengeance53.

50Le procédé de la publication d’une fausse lettre privée vise à persuader de la bonne foi de don Juan. Les indices semés dans le texte, montrant que le prince s’adressait à un destinataire particulier et non à un large public, cherchent à persuader le lecteur que cette lettre a été diffusée à l’insu de l’auteur.

  • 54 BL, Eg. 327, fos 271ro-275ro.
  • 55 Ibid., fo 274vo.
  • 56 « Crea las verdades limpias del señor don Juan » (ibid., fo 274ro).
  • 57 Ibid., fo 274vo.
  • 58 Ibid.

51D’autres textes cherchent à influencer les négociations entre Mariana et le prince en demandant à la reine de nommer don Juan à la tête du Conseil d’État. Si la documentation empêche de déterminer s’ils paraissent avant ou après le 17 mai, il ne fait aucun doute qu’ils circulent avant la nomination de ce dernier comme vicaire général d’Aragon. Un texte anonyme s’ouvre sur l’amer constat de la déchéance dans laquelle le royaume a sombré54. Depuis Consuegra, on malmène la dignité de la monarchie. Pourtant, l’exil de Nithard ne sanctionne pas la fin des malheurs car l’ambition et la haine règnent dans le cœur des ministres, tous critiqués de Castrillo à Peñaranda. Le scripteur décrie particulièrement Aytona et la Chamberga. Ainsi, l’ignominie de ce dernier risque de décrédibiliser les institutions55. Ne pas imputer cette situation catastrophique à la reine est habile. Selon notre auteur, c’est le péché des Espagnols et non la faute de Mariana qui cause le naufrage de la monarchie. Face à cette conjoncture désespérante, une solution s’impose, don Juan. Cherchant à laver le prince du soupçon d’hybris qui plane sur lui, il implore la régente : « Croyez les vérités sans taches de monseigneur don Juan56 ». Tout sera réglé s’il préside le Conseil d’État car lui ne dédaigne pas le peuple qui l’appelle de ses vœux57. En conclusion, l’auteur énumère les hommes susceptibles de collaborer au gouvernement sous la houlette du prince, notamment Montalto et le duc de l’Infantado58.

  • 59 Discurso político sobre si don Juan de Austria habia acertado o no haber venido a Madrid con la gen (...)
  • 60 « Representar a la Reyna Nuestra Señora con fervor, claridad y constancia los achaques del publico (...)
  • 61 « En vez de curar a un enfermo ; se lo apresurasse la sepoltura. […] dar causa voluntariamente a un (...)

52La deuxième séquence débute par l’envoi à Saragosse de don Juan, devenu vicaire général d’Aragon. Le bâtard royal se trouve relégué au second plan de sorte que, même si de rares écrits le mettent en scène, le mécontentement exprimé par les libelles ne peut vraiment jouer qu’en faveur du Conseil de Castille. Deux lettres fictives largement diffusées, publiées le 8 juin puis le 12 juillet 1669, sous deux titres, justifient le retrait de du prince en Aragon mais aussi sa sortie forcée de l’échiquier politique59. Le scripteur approuve l’action du prince contre Nithard car son expérience et son statut particulier de fils naturel d’un roi qui en faisait la quintessence du sujet loyal justifiaient qu’il « représent[e] à Madame la reine, avec ferveur, clarté et constance, les maux qui accablaient le peuple et qu’il s’acharne à les soigner60 ». Néanmoins, la mission de don Juan s’arrêtait au renvoi du confesseur. À l’en croire, accepter le poste de vicaire général d’Aragon témoignait d’une attitude prudente et respectueuse de la patrie car s’il avait marché sur la capitale, « au lieu de soigner un malade, il l’aurait précipité dans la tombe […]. Il aurait volontairement provoqué un soulèvement populaire61 ». En somme, l’épistolier affirme n’avoir jamais cru que don Juan était le remède à la situation. Ces deux missives, imprimées au moins en dix exemplaires, servent directement les intérêts du Conseil et inaugurent cette phase ultime des guerres de plumes contre le régiment.

  • 62 El Padre Nuestro glosado contra el Marqués de Aytona coronel del regimiento de la corte (BNE, ms. 2 (...)

53Dans ce cadre, tous les textes qui bataillent contre la Chamberga confortent la position du Conseil puisqu’ils traduisent, sur un mode contestataire, les requêtes des pétitionnaires de destitution du régiment reprises dans les consultes62.Aytona apparaît sous les traits d’un hypocrite sans scrupules, stupide et qui ne cherche qu’à assouvir ses passions. Toujours selon les libelles, le régiment regroupe une horde de soudards incontrôlables qui maltraitent la population et humilient l’Espagne. Ces textes justifient donc les requêtes du Conseil et en constituent une caisse de résonance. Mais ils permettent aussi d’exercer une pression menaçante sur la cour et la reine à travers la figure d’un peuple-monstre prêt à se soulever si aucun remède n’est apporté. On peut ainsi lire dans un pastiche du Pater Noster chargeant Aytona :

  • 63 « Contra este que los conduce/Para nuestra destruccion/Se mueba la esclamacion/Que nuestra queja pr (...)

Contre celui qui les conduit
Pour notre destruction
Se lève l’indignation
Que notre plainte produit
Et lui, qui le mal introduit
Nous ne nous en vengeons pas
Parce que nous sommes attachés
À notre foi espagnole
Sachez que nous ne lui
Pardonnons pas63.

54Cette catégorie d’écrits joue un rôle majeur dans la négociation en cherchant à désarçonner celle à qui seule incombe le maintien du régiment tout en transformant ceux qui demandent le renvoi des soldats (don Juan ou/et, ensuite, le Conseil de Castille) en représentants des sujets opprimés.

55C’est à la lumière du contexte créé à la fois par les exactions incessantes de la Chamberga et par les satires et les consultes du Conseil de Castille qui s’en font l’écho pour les réprouver, qu’on peut saisir le changement de facture des textes polémiques au dernier trimestre de 1669. En effet, même si quelques écrits courts et versifiés continuent de paraître, la majorité de la production prend de l’ampleur et présente un récit des événements qui ont scandé les années 1668- 1669 en partant du conflit don Juan / Nithard pour finir sur les malheurs de la population soumise aux débordements des chambergos. Nous avons évoqué la gazette afin de montrer en quoi elle élaborait l’image d’un Conseil de Castille justicier érigé en porte-parole des sujets opprimés. Or, la gazette justifie également le retrait de don Juan à Saragosse. Elle insère dans son développement la Lettre de l’ami qu’elle publie dans son intégralité et surtout ne fait aucune allusion à un rôle potentiel de don Juan sur la scène madrilène. Le premier volet de la gazette relatant le conflit ayant mis aux prises le prince et le confesseur remplit deux fonctions à nos yeux. D’une part, il s’agit de répondre à l’engouement des lecteurs avides de lire le récit des événements ayant ébranlé la Régence. D’autre part, l’évocation du bras de fer entre don Juan et le jésuite prépare le terrain pour légitimer l’action du Conseil de Castille et de l’aristocratie prête à tout pour se maintenir dans l’arène politique. En corollaire, la gazette relègue don Juan au second plan, une fois sa mission accomplie. Dans cette ultime phase de la guerre de plumes, tous les textes travaillent, directement ou non, pour le Conseil.

II. — LA MOBILISATION DES PUBLICS AU CŒUR DES LUTTES DE POUVOIR, UN « POSSIBILISME » ?

56Comment interpréter cette utilisation systématique de la mobilisation de publics dans les luttes de pouvoir, que ce soit le fait d’individus, comme don Juan, ou d’institutions, comme le Conseil de Castille ? Faut-il y déceler une évolution des paradigmes de la culture politique ? L’appellation de « coup d’État » ou de pronunciamiento dont l’historiographie a souvent qualifié l’action du prince permet d’aborder de front ce problème. En effet, en introduisant ces notions, le discours historiographique soulève la question épineuse de l’émergence de certains phénomènes appelés à un riche avenir, en histoire. Nous verrons d’abord comment aborder cet événement singulier et inédit, sans écraser sa spécificité ni créer un hiatus par rapport au contexte où il se produit, à la lumière de l’étude de cas que livre José Javier Ruiz Ibáñez concernant le consensus populi. Dans un second temps, nous étudierons dans quelle mesure il est adéquat de parler de « coup d’État ».

L’action de don Juan au miroir de l’analyse de Ruiz Ibáñez sur le consensus populi

57En 1595, un fait surprenant se produit : l’assemblée municipale de Cambrai offre la ville à Philippe II, déjà détenteur de l’Artois et du Hainaut, au détriment de l’ancien seigneur, l’archevêque de Cambrai. L’acceptation de ce don par le Habsbourg semble légitimer le procédé du consensus populi. Le peuple jouirait-il d’une capacité de décision en matière de souveraineté ? Bénéficierait-il d’un droit de résistance contre un prince établi, en l’occurrence l’archevêque ? Voici de quoi déstabiliser la domination monarchique et fournir des arguments à l’archevêque lui-même pour récupérer Cambrai.

  • 64 J. J. Ruiz Ibáñez, Felipe II y Cambrai.

58Cherchant à éclaircir cet événement a priori incompréhensible, José Javier Ruiz Ibáñez dégage d’une étude héritière de la microstoria, la notion de possibilisme64. L’articulation inédite entre théorie et action ou pratique mise en œuvre par ce concept nous semble féconde pour qualifier les événements de 1668-1669 et pour retracer le cours accidenté du statut de la mobilisation de publics divers au sein des luttes de pouvoir.

59L’historien souligne d’abord que des antécédents intellectuels et factuels rendent possible, dans ce cas précis, la mise en acte du consensus populi. Ainsi, Philippe II avait reconnu dans les États-Généraux de 1593 un interlocuteur valide dans le cadre d’une politique exploitant les guerres civiles françaises afin d’obtenir la Couronne. Par ailleurs, c’étaient les Cortes de Tomar qui l’avaient proclamé roi du Portugal en 1580. Du côté de l’idéologie, il convient de rappeler l’importance du résidu populaire dans la légitimation du pouvoir, dans le droit fil d’une conception médiévale pactiste de la monarchie. Ensuite, José Javier Ruiz Ibáñez détermine un faisceau de justifications coexistantes dans l’appropriation de Cambrai par Philippe II. Pour le populus de la ville, il s’agissait d’un acte de vassalité comme expression du droit électif. Mais le roi d’Espagne n’y voyait rien d’autre que la confirmation d’une propriété acquise par la guerre, une soumission. L’acceptation pragmatique de ce don n’équivalait nullement à reconnaître une capacité électorale au peuple de Cambrai. Néanmoins, une flexibilité maximale de l’interprétation pouvait conduire à admettre une décision du peuple en matière de souveraineté. C’est donc la multiplicité des interprétations empêchant de trancher explicitement qui fonde la possibilité de l’événement. Par la suite, les interprétations autres que celle de la soumission par la guerre régressent et sont étouffées par la pratique. Ainsi en 1624, Philippe IV ne réactive pas le processus de consensus populaire pour conserver la souveraineté de Cambrai.

  • 65 Señor, la licencia de pecar (AHN, lib. 1009, fos 75ro-90vo).

60Les événements de 1668-1669 présentent bien des similitudes avec ceux de 1595. Le lien entre théorie et action est aussi déterminant. On se heurte à l’irréductibilité d’un événement nécessairement singulier, aboutissant à l’invention d’un public que traduit un usage inédit de la mobilisation de l’opinion. Là encore, la coexistence de multiples interprétations remplit un rôle crucial. La réaction de don Juan, incapable de passer à la désobéissance ouverte, nie à l’opinion tout pouvoir de légitimation et tranche implicitement parmi les possibles. Une voie médiane s’impose, admissible par les deux partis parce qu’ancrée dans le système monarchique en vigueur. Les lettres ouvertes de justification prince la rendent perceptible. Parce qu’il représente l’Espagne opprimée, don Juan se décrit comme un valido naturel, aux antipodes de Nithard, monstre politique dont la présence tient à la tyrannie et à l’incompétence de la reine. Le fils naturel de Philippe IV défend sa cause en arguant de la fonction de conseil indexée à la quête du bien commun, sans cependant remettre en question la domination du roi qui tranche en toute souveraineté. Dans un contexte de minorité où les équilibres de pouvoir se révèlent précaires, une réflexion sur l’absolutisme se noue. Mais les autres possibilités exclues par l’interprétation des acteurs, telle qu’elle transparaît dans leurs actes, sont simplement suspendues, comme enfermées dans cette boîte de Pandore et pourront se déchaîner dans la campagne contre Valenzuela. En effet, en 1676, de nombreux textes mettaient l’accent sur la notion de monarchie élective et sur la légitimité de l’ensemble du corps social, y compris la plèbe, à intervenir dans les débats politiques65. L’inflexion des idéologies politiques marche donc indissociablement avec la pratique qui tranche parmi une pluralité d’interprétations concurrentielles, certaines conformes à l’orthodoxie, d’autres non. Mais l’action n’est pas pour autant autonome de la pensée, même dans le cas où celle-ci n’est pas préexistante. Selon José Javier Ruiz Ibáñez :

  • 66 « Basta con que un hecho pueda ser clasificado en un esquema preciso o intuitivo anterior, para que (...)

Il suffit pour un fait de pouvoir être rangé dans un schéma explicite ou intuitif qui le précède pour que cette action recouvre un sens clair et soit pensée au cours de son processus de justification à partir de cette intuition ou à partir de l’assimilation à un précédent66.

61Les événements de 1668-1669 résultent d’un combinaison contingente de paramètres (aucun plan n’est clairement établi au préalable par les acteurs), mais dont l’interprétation, voire la relecture, qu’on en fait en 1676-1677 pèse dans la campagne d’opinion contre Valenzuela.

62Ces considérations débouchent naturellement sur une réflexion autour des notions de « coup d’État » et de pronunciamiento auxquelles une grande partie de l’historiographie a eu recours pour qualifier l’entreprise de don Juan : 1669 serait le premier pronunciamiento de l’histoire espagnole. S’il n’est jamais anodin d’identifier la première occurrence d’un phénomène appelé à un bel avenir, cette affirmation est néanmoins paradoxale puisque la conception de la monarchie qui prévaut sous Charles II rend impensable une légitimité autre que celle émanant du roi. Aussi, à travers cette analyse du coup d’État, on abordera les rapports de l’action et de la pensée par un autre biais en conjurant toute propension téléologique à écraser, dans une furie d’étiquetage taxinomique, les spécificités d’un événement pour en faire un terminus a quo.

Qualification et signification de l’action de don Juan : le concept moderne de « coup d’État » est-il opératoire ?

a) Bilan historiographique

  • 67 M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, pp. 63-79.

63La démarche consiste à retrouver les « lieux d’écriture » des différents historiens afin de comprendre ce qui a amené ces derniers à qualifier l’entreprise de don Juan de coup d’État. Dans le sillage de Michel de Certeau, on entend par « lieux d’écriture », le terreau social, économique, social et culturel d’où émerge une pensée et qui rend possibles certains types de productions, tout en en interdisant d’autres67. Il s’agit de reprendre tous ces paramètres en fonction de leur pertinence et d’y intégrer les grands débats de l’historiographie espagnole qui ont conduit à parler de coup d’État. Schématiquement, on peut dégager deux pôles : le prisme de la décadence ou du renouveau et la question de la place de la Catalogne au sein de la monarchie composite espagnole.

b) Le prisme de la décadence ou du renouveau

64L’idée de décadence de la monarchie incarnée par un pouvoir Habsbourg déliquescent ou, au contraire, l’idée d’un renouveau préludant au réformisme des Bourbons à travers le prisme biographique incite les historiens à suivre une pente téléologique. À la lumière de la tradition espagnole du coup d’État au xixe siècle dont ils recherchent le point d’origine, ils réalisent le paradoxe d’expliquer deux visions contraires par ladite notion. Soit le coup d’État devient l’ultime signe de la dissolution du pouvoir monarchique. Soit, c’est l’idée de caudillismo, forte de l’utilisation inédite que le bâtard royal fait de l’opinion, signe d’une volonté réformatrice, qui constitue le maillon vers l’idée de coup d’État.

  • 68 G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte.
  • 69 « Todos los caracteres de tal, en su aparato teatral y en la mediocridad de sus intenciones. No fal (...)

65Parmi les chantres de la décadence, le comte de Maura se distingue. Son œuvre consacrée à la Régence de Charles II, Carlos II y su Corte, se caractérise par une grande érudition, principalement issue des Mémoires inédites qui présentent une vision nithardiste des événements : mû par sa soif de pouvoir, le prince rebelle finit par s’imposer à la cour, à la suite d’un pronunciamiento68. L’auteur étaie sa thèse par un plan en crescendo : « don Juan fugitivo », « don Juan rebelde », « don Juan faccioso ». Le « lieu d’écriture » de Maura éclaire sa démarche. Son œuvre paraît dans une période hantée par le spectre de la décadence ouverte par la crise de 1898, lors des années de dissolution du système canoviste et de crise de la monarchie parlementaire libérale. Il est très marqué par la destitution de son père, le premier ministre Antonio Maura, après la révolte de 1909 qui a suivi la Semaine tragique. Lié à la famille royale — il dédie son œuvre au roi Alphonse XIII — et porteur d’une vision conservatrice de la monarchie, il dénigre la monarchie Habsbourg dont le règne de Charles II incarne l’aboutissement, réaffirmant ses liens avec les Bourbons par contraste. Ainsi, Maura projette l’Espagne où il vit (situation de fragilité monarchique, sentiment de décadence et peur d’un soulèvement) sur celle de Charles II à la lumière d’une téléologie de la décadence. Il a fait beaucoup d’émules à l’instar de Vincente Palacio Atard, auteur du Derrota, agotamiento y decadencia en la España del siglo xvii. Ce dernier évoque un authentique pronunciamiento précurseur de ceux du xixe siècle car l’entreprise de don Juan en renfermerait « tous les caractères, dans sa préparation théâtrale et dans la médiocrité de ses intentions. Il n’a manqué ni le chœur des acclamations, ni le manifeste correspondant. C’était le premier sauveur de la patrie69 ». Là encore, il s’agit de montrer la dissolution du pouvoir et la décadence nationale à la source du désir d’un messie venant tirer l’Espagne du fond du gouffre. Il fait ainsi du coup d’État le marqueur du degré de dissolution de l’autorité.

  • 70 « Primer golpe militar contra Madrid con la ayuda de las provincias » (H. Kamen, La España de Carlo (...)
  • 71 J. Castilla Soto, Don Juan José de Austria, p. 226.

66Le travail de Henry Kamen, qui se veut la première histoire globale de l’Espagne de Charles II, a fait date. Sensible aux forces de renouveau, il modifie la vision négative du règne du dernier Habsbourg en l’interprétant comme une période de renaissance sous-jacente. Soucieux de réhabiliter la figure de don Juan, l’historien en fait un « caudillo » et interprète son action comme le « premier coup d’État militaire contre Madrid avec l’aide des provinces70 ». Incarnant une volonté de changement, son réformisme associé à l’usage qu’il fait de l’opinion et à sa tentative de s’imposer à Madrid le place du côté de la modernité. Tous ces paramètres alimentent la thèse du pronunciamiento. Josefina Castilla Soto pousse cette théorie jusque dans ses retranchements en affirmant que don Juan a orchestré son coup d’État par l’arme satirique, gagnant ainsi la stature d’homme d’État moderne ayant procédé à une véritable « campagne électorale71 ». Face à une telle assertion, la circonspection semble de rigueur.

c) La place de la Catalogne au sein de la monarchie composite espagnole

67Le deuxième grand pôle historiographique de réflexion concerne la place de la Catalogne au sein de la monarchie. Dans l’historiographie catalane, le « coup d’État » de don Juan symbolise la fin de l’isolement du Principat et le début de sa contribution à la marche globale de la monarchie. C’est que le parcours militaire et politique de don Juan offre un observatoire privilégié pour analyser la place de la Catalogne au sein de la monarchie composite espagnole, ce qu’on a fait d’abord par le biais de problématiques nationalistes puis suivant les voies ouvertes par la théorie du néoforalisme. Comme nous l’avons vu, selon les tenants de cette théorie, le néoforalisme est une conception de la monarchie qui oppose le centre aux périphéries, la cour et les territoires et qui, après l’échec centralisateur d’Olivares, affirme qu’une autonomie des royaumes à la base d’un fédéralisme né des circonstances émerge. C’est par ce prisme qu’on a longtemps analysé l’action du bâtard royal.

  • 72 F. Soldevila, Historia de Catalunya.
  • 73 « L’assaig d’una estructura peninsular neoforalista, com a representativa de la collaboracio entre (...)

68Les nationalistes catalans s’enferment dans l’alternative Rompre avec / Diriger l’Espagne, à l’instar de Soldevila et de son Historia de Catalunya72. Cette classification binaire transparaît dans l’opposition entre la Guerra de los Segadores qui correspond à la première branche de l’alternative et la guerre de Succession qui renvoie à la seconde. La collaboration avec don Juan devient le prélude à un interventionnisme dans les affaires générales de la monarchie. Don Juan puiserait ses forces dans une périphérie en pleine expansion. L’auteur raisonne en termes de prise de pouvoir avec l’appui de la Catalogne, ce qui l’incite à parler de coup d’État. Dans son sillage, mais avec plus de nuances, Joan Reglà, parle du début d’une coopération de la Catalogne à la vie politique espagnole qui a ouvert la voie au néoforalisme. L’échec olivariste et la crise de la Castille brideraient la tendance de cette dernière à l’hégémonie et rendrait possible « l’assaut d’une structure péninsulaire néoforaliste en tant que représentative de la collaboration entre un centre épuisé et décadent et une périphérie qui commençait à se développer73 ». Du coup, le terme de golpe de Estado vient naturellement sous sa plume. Au final, on distingue un simple déplacement du thème de la révolution périphérique à celui de la prise du pouvoir par la périphérie sans que la problématique puisse s’extraire du piège de la bipolarité.

69Fernando Sánchez Marcos, lui, réévalue le poids de l’appui de la Catalogne dans le « coup d’État » de don Juan en montrant l’appui décisif de la Castille. Les liens clientélaires tissés entre le bâtard royal et l’élite du Principat invalident la recherche d’un centre cherchant à imposer sa domination aux périphéries et vice versa, car leur interpénétration est bien trop forte. Ce faisant, l’historien déplace les termes de la problématique et permet d’échapper au carcan du néoforalisme. Il pose des bases saines pour repenser l’entreprise de don Juan. Néanmoins, il n’innove pas à l’heure de qualifier les événements de 1668-1669. Il opte donc pour la qualification de pronunciamiento puisqu’un détachement militaire se « prononce » contre le gouvernement, exige la destitution de Nithard fort d’une menace militaire et de l’appui d’importants secteurs de la population. L’historien introduit un simple rapport de gradation avec le coup d’État. L’entreprise de don Juan serait moins importante, en particulier parce que les événements n’ont pas eu lieu à la cour, mais dans ses environs (depuis Torrejón de Ardoz et Guadalajara).

d) Remise en cause de la notion de « coup d’État »

  • 74 Fr. Foronda et alii (dir.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ?

70Un coup d’État est une interruption brutale du pouvoir politique, résultant d’une tentative illégale de conquête du pouvoir74. Un vocabulaire descriptif (« complot », « sédition », « conspiration ») gravite autour de cette notion sans s’y assimiler totalement. Par ailleurs, il existe des synonymes. Le pronunciamiento qui signifie le refus d’obéissance d’un groupe d’officiers ainsi que le putsch, à l’origine une onomatopée qui désigne un coup de couteau ou d’épée, puis un coup de feu, et dont le sens a glissé pour évoquer finalement une émeute soudaine et passagère, puis un coup d’État. Selon le degré de mobilisation et d’implication des secteurs sociaux, le terme de coup d’État peut recouvrir celui de révolution. Enfin, il arrive que le but poursuivi ne soit pas la conquête du pouvoir à proprement parler mais la redistribution des cartes au sein d’un gouvernement divisé. Il faut aussi souligner la différence de logique qui préside, d’une part, au coup d’État et, d’autre part, au régicide / tyrannicide. Le coup d’État exclut de son champ les tentatives individuelles, ce qui l’éloigne de la simple manifestation de la violence politique et confère un rôle important à l’idée de complot pour prendre le pouvoir.

  • 75 « Ha sembrado papeles en el pueblo de que se puedan ocasionar tumultos […], zozobra la quietud publ (...)

71La première difficulté que pose la notion de coup d’État pour qualifier l’action de don Juan tient à la notion même d’État. Le vocabulaire employé par les acteurs offre des indices importants. Ainsi, dans l’ensemble de ses lettres ouvertes, don Juan ne parle jamais de « raison d’État » mais de « bien public ». Les nithardistes, eux, qualifient le « désordre public » non pas d’« atteinte à l’État » mais de « crime de lèse-majesté ». Un partisan du jésuite évoque ainsi l’agitation entretenue par le fils naturel de Philippe IV : « Il a semé des textes parmi le peuple pouvant occasionner des tumultes […], il ébranle la quiétude publique pour défendre sa propre cause […] c’est là un crime de lèse-majesté75. » Il apparaît que l’État ne saurait être assimilé à une notion abstraite. Les écrits politiques de l’époque se font d’ailleurs l’écho de l’absence d’une impersonnalisation de la fonction royale. Les traités politiques adoptent en majorité la forme des miroirs du prince héritée de l’époque médiévale qui place au centre de l’autorité non une abstraction mais la personne du roi humaine et faillible. Par leurs enseignements, ces écrits doivent pallier les aléas de la succession dynastique. Quant à l’emploi privilégié de la maxime, il contredit l’idée d’une science politique et assimile plutôt l’art du gouvernement à un ensemble de règles pragmatiques indexées sur la vertu articulant foi et raison. L’État renvoie au lien qui unie le roi à ses sujets et non à une machine administrative. Ainsi, la notion de coup d’État signifiant qu’on cherche à s’emparer de l’État n’a pas grand sens dans l’Espagne de Charles II. À la rigueur la notion de « coup de force » conviendrait, faute de mieux, mais demeure imprécise.

  • 76 G. Naudé, Considérations politiques.

72Assimiler l’action de don Juan à un pronunciamiento n’apparaît pas plus pertinent. Certes, le prince cherche à imposer ses vues à la cour avec son escorte militaire. On retrouve le paramètre de l’intimidation, essentiel à la dynamique du pronunciamiento. Mais d’autres paramètres interdisent de les confondre. Ainsi, le pronunciamiento résulte souvent d’un complot ; le secret qui l’entoure ménage la surprise nécessaire à la réussite de l’entreprise. Or la spécificité de la démarche de don Juan réside dans son utilisation inédite de la publicité par le biais d’une campagne d’opinion sans précédents. Comment concilier les idées de conjuration et de publicité ? En outre, la préparation du complot renferme des implications qui invalident l’amalgame. D’une part, le secret qui entoure le complot exige une forte compacité événementielle : les étapes vers la prise de pouvoir doivent s’enchaîner très vite sous peine d’échouer. On retrouve là les tactiques propres au prince qui ressortissent de l’efficacité de l’action politique dans le domaine de l’extraordinaire, proposées par Gabriel Naudé76. Le syntagme de « coup » condense ces idées. Mais dans le cas qui nous occupe, l’action dure plusieurs mois. La dynamique et les modalités d’action semblent donc diamétralement opposées à celles d’un pronunciamiento. D’autre part, on associe en général les auteurs du pronunciamiento à une coterie d’intérêts pour laquelle le bien public reste un ornement de propagande. La situation est différente dans l’Espagne de 1669. C’est l’amalgame d’intérêts personnels et de la défense du bien commun qui a constitué la clef de voûte de l’action et qui a lancé l’engrenage polémique. Les deux éléments apparaissent indissociables : la défense du bien commun s’affirme comme une composante essentielle du mouvement juaniste et non comme un artifice rhétorique car il fonde la possibilité et la justification de l’acte du prince. Ses partisans ne forment pas un groupe isolé et coupé de la société ; c’est au fur et à mesure que se déploie la campagne d’opinion que se constitue un groupement. Enfin, l’idée de complot suggère que l’entreprise est préméditée et soigneusement mûrie. Là encore, rien de tel. Lorsqu’il fuit Consuegra, don Juan ne pense certainement pas à renverser le pouvoir royal et l’armée qui l’accompagne lors de sa marche sur Madrid n’a rien d’une soldatesque personnelle mais provient des garnisons royales cédées par le vice-roi de Catalogne pour la sécurité personnelle du prince. Ce n’est qu’au fur et à mesure que la troupe grossit et que don Juan se fait plus menaçant. Enfin, même s’il dispose de soutiens stratégiques au sein de la cour, les puissants rejettent la perspective d’une interruption des institutions et a fortiori d’une prise du pouvoir par les armes.

  • 77 M. Á. Ladero Quesada, « ¿Golpes de Estado a fines de la Edad Media ? », p. 602.
  • 78 R. Menéndez Pidal (éd.), Historia de España, t. XXVIII, p. 86.

73Nous avons donc montré que l’appellation de « coup d’État » était impropre en raison de la notion problématique d’État à l’époque moderne et nous avons expliqué en quoi la démarche de don Juan était étrangère à celle du pronunciamiento. Cependant il reste que don Juan a bien recouru à des moyens extraordinaires pour entrer au gouvernement. Les guerres de plumes et la marche sur Madrid ont activé une violence certes symbolique, mais la machine aurait pu à tout moment s’emballer et certains, notamment les nithardistes, ont cru dans l’éventualité d’une guerre civile. Et il faut rappeler ici que le coup d’État recouvre des formes diverses dont la déposition ou la mise à mort du roi ne constitue que la modalité la plus extrême. Miguel Àngel Ladero Quesada signale opportunément que les auteurs d’un coup d’État cherchent avant tout à accaparer le pouvoir par des moyens relevant de l’exceptionnel, en général violents, mais pas forcément sanglants. Pour parvenir à leur fin, « prendre le contrôle » de la personne et des pouvoirs du roi, les ambitieux peuvent encadrer les actions du souverain par le biais d’un privado défendant les intérêts d’un réseau d’hommes bien déterminé77. L’action de don Juan apparaît à ce titre comme un « contre coup d’État » en réaction aux manœuvres de la reine et de Nithard. Le prince affirme qu’il veut imposer à Mariana le respect du testament de Philippe IV car celle-ci tente de redistribuer les cartes au sein du système de régence en contrevenant à l’esprit des institutions par l’instauration d’un valido de fait qui brise le fragile équilibre polysynodique78. La reine signe ainsi le premier acte d’un conflit qui l’oppose à l’aristocratie désireuse de détenir un rôle-clef dans la monarchie. C’est en s’appuyant sur la légalité (et la légitimité) du testament que don Juan transforme Nithard en tyran. Les membres de la Junte de gouvernement, dont le rôle est éclipsé par la présence du confesseur, le suivent sur ce point. Au sein d’une régence régulée par un testament impliquant la collaboration de la reine avec la Junte, don Juan ne peut que s’en prendre au valido. Le ministériat permettait de construire des résistances à géométrie variable. Par la formule « Vive le roi, à bas le mauvais gouvernement », on pouvait contester les décisions du roi par l’intermédiaire du valido qui prenait tout pour lui : c’est le système du « fusible ».

  • 79 « Principal miembro del mismo cuerpo del rey », Papel juridico en que cierta persona prueba haber c (...)

74Cependant, un « contre coup d’État » reste un « coup d’État ». Pour invalider ce qualificatif, il ne suffit donc pas se prémunir contre l’argumentation spécieuse des nithardistes qui assimilaient l’affaire à un régicide en tenant pour acquis que le prince voulait la mort du jésuite. En effet, pour les alliés du confesseur, don Juan cherche à tuer le confesseur, ce qui porte atteinte « à la partie principale du corps même du roi » et donc à la reine-mère et à Charles79. Il ne suffit pas non plus d’affirmer que les juanistes restent fidèles aux institutions, se contentant de condamner les hommes au pouvoir présentés comme des traîtres. Il appartient à la rhétorique du coup d’État de se présenter comme libératoire, comme le remède aux dévoiements d’un système qu’il faudrait restaurer dans son fonctionnement originel.

75En revanche, en se plaçant sur le terrain de la dialectique entre légalité et légitimité, il devient possible de spécifier l’originalité de la démarche de don Juan. Dans la configuration propre au coup d’État, deux légitimités entrent en concurrence. Les insurgés puisent dans cette structure bipolaire le droit à l’illégalité et à la désobéissance. La légalité ne tient pas devant une impérieuse légitimité supérieure à celle qu’incarnent les institutions en place. La voie s’ouvre alors à tous les moyens pour éliminer les autorités. Le cas de Franco en fournit une bonne illustration. Bien sûr, les auteurs du « coup » s’ingénient à justifier le bouleversement subi par les règles politiques en invoquant, dans la mesure du possible, des normes et des formes légales avec lesquelles leur action s’accorderait contre toute apparence. L’expression la plus extrême de cette tension entre légalité et légitimité est celle du « droit de désobéissance » où l’illégalité s’inscrit dans le droit, source de légitimité et de légalité. Le discours qui encadre le coup d’État vise ainsi à construire une apparence de légitimité et de légalité pour des actes hors norme qui violent indéniablement la loi.

76Or, l’impossibilité pour don Juan de passer à une désobéissance ouverte disqualifie une lecture des événements qui ferait du prince l’auteur d’une tentative d’un « coup de l’État » au nom du bien commun. D’après Louis Marin, le coup de l’État :

  • 80 L. Marin, « Pour une théorie baroque de l’action politique », p. 200.

C’est l’acte extraordinaire auquel un gouvernement a recours pour ce qu’il conçoit être le salut de l’État : action décisive, extrême, violente […] qui introduit la question fondamentale de sa justification et de sa légitimité. Le coup d’État, c’est le pouvoir d’État faisant en quelque façon régression à la violence originaire de sa fondation, à son fondement de force. Le coup d’État révèle, dans l’instant même de sa manifestation, le fondement du pouvoir, il est l’apocalypse de son origine80.

77Même si les procédés de mobilisation que don Juan emploie sont inédits, même s’ils ressortissent de l’exceptionnel, il prend soin de présenter chacun de ses actes comme légal : la fin ne justifie pas les moyens ou du moins les moyens préservent les apparences de l’obéissance même si la situation est plus compliquée. Dans la démarche de don Juan, la violence demeure symbolique et la perspective d’une guerre civile n’est qu’un argument rhétorique.

  • 81 BNE, R-3537, fos 64ro-65vo.
  • 82 BNE, ms. 18.209, fo 105vo.

78Dans l’Espagne de 1669, l’illégalité n’est pas de mise. C’est pourquoi don Juan n’entre jamais en désobéissance ouverte mais jongle avec les mots pour élargir au maximum sa marge d’action sans dépasser un certain seuil de tolérance. Comme nous l’avons signalé, toutes les actions du prince finissent par être validées par Mariana, explicitement ou non. L’interprétation gagne encore en cohérence quand on considère la question de la guerre civile, de son illégalité et de son illégitimité. Celle-ci ne constitue qu’un élément de la négociation au fort pouvoir dissuasif. L’étude de l’hétérogénéité du parti juaniste a montré qu’on ne saurait parler de révolution avortée au sens de soulèvement général véhiculé par la pensée d’un nouvel ordre social. On peut apporter un dernier élément confirmant l’absence d’une légitimité concurrentielle autorisant à parler de coup d’État, la place accordée à la mobilisation de l’opinion. Certes, don Juan innove avec ses campagnes et ses guerres de plumes, mais en aucun cas le soutien de l’opinion ne lui confère de légitimité pour s’emparer du pouvoir. L’épisode du mécontentement soulevé contre la Chamberga le montre bien. Don Juan tente d’instrumentaliser ce mouvement d’opinion à un moment où les négociations stagnent et où il perd du terrain après avoir renvoyé son escorte. Dans la lettre adressée à Mariana le 5 mai 1669 il redevient menaçant, se posant en porte-parole des Espagnols par la reprise à son compte des arguments déployés par la municipalité de Madrid et par le Conseil de Castille contre le régiment81. Cette stratégie, qui mise aussi sur la peur engendrée par la crainte d’un soulèvement, lui permet d’augmenter le degré de ses exigences. Mais la réponse inflexible de Mariana stoppe net la tentative. Le prince se soumet platement et ne se manifeste que très peu jusqu’à l’été où il accepte sa nomination par la reine en Aragon, alors même que le mouvement d’opinion contre la Chamberga enfle82. Comment interpréter ce retournement ? On peut dire que l’utilisation de l’opinion par don Juan appartient au domaine de l’action dont elle constitue une modalité redoutable, sans pour autant conférer de légitimité. Don Juan n’est pas « adoubé » par le peuple qui reste un « monstruo ». C’est pourquoi le terme de caudillo ne convient pas et encore moins ceux de plébiscite ou de « campagne électorale ».

79L’originalité de l’action de don Juan réside dans la mise en réserve d’une force jamais actualisée mais manifestée ostensiblement, érigeant en art la pratique de la menace. L’impossibilité d’enfermer dans un sens unique cette action qui engendre des passions virulentes et opposées (scandale puis terreur-panique ou au contraire, espoir et liesse) s’explique par le jeu d’équilibriste d’un don Juan à la frontière de l’obéissance et de la désobéissance. C’est cette dimension équivoque qui lui confère sa puissance dans la campagne d’opinion contre Nithard. L’indétermination permet la dissimulation et provoque le surgissement d’une puissance pure, au sens aristotélicien.

  • 83 P. Boucheron, « Théories et pratiques du coup d’État », p. 38.

80Si l’on se place du côté des autorités, dans une perspective symétrique, le paradigme éclairant du « coup d’État suspendu », que Patrick Boucheron pose en pilier de son analyse du stato médicéen, éclaire la démarche de don Juan. L’habileté de Cosme et de ses successeurs fut de prolonger indéfiniment le « temps étrange et cotonneux de l’avant coup [d’État] » car la « suspension du coup produit cette alchimie de l’acte en puissance » à la manière d’une épée de Damoclès83 ». En retenant ses coups, l’État évite de révéler le ferment de violence dont naît sa domination, comme l’a montré Gabriel Naudé. Paradoxalement, une dialectique s’instaure entre conspiration et coup d’État qui renforce le pouvoir princier, autorisé à user de l’extraordinaire pour étrangler les ferments de désordre qui mettent l’État en péril. Or, dans l’Espagne de 1669, cette dynamique qui bénéficie à tout pouvoir en place est parasitée par le brouillage des catégories introduit par la publicité dans l’action de la dissidence. En interdisant d’identifier l’ennemi (don Juan) à un conspirateur, à un traître, ou à un opposant, la riposte de la régente par un « extraordinaire » incarné par un « coup d’État », au sens de coup de majesté (l’instauration de la Chamberga), apparaît sans fondement. Le non-lieu dans lequel se réfugie la dissidence par le truchement de la publicité paralyse Mariana mais limite aussi le prince. Ce dernier ne peut effectuer un « coup d’État » au sens actuel, sous peine de devenir un conspirateur et de justifier une sanction extraordinaire. Don Juan ne peut quitter l’espace des possibles qu’il a créé où la virtualité de la menace constitue l’arme la plus redoutable.

81Don Juan fait des émules. Les nobles qui maniaient si naturellement l’imprimé depuis le début du xviie siècle trouvent dans le contexte de la guerre de plumes contre le régiment un terrain favorable à l’action typographique. La lettre ouverte du duc d’Albe du 10 avril 1669 en offre un exemple. En conseillant à don Juan de ne pas agir inconsidéremment alors que croît le mécontentement contre la Chamberga, le duc consolide sa position à la cour en « publiant » sa modération et son souci de maintenir la paix. Par ailleurs, il tente de canaliser l’action d’un allié qui pourrait devenir dangereux dans la mesure où la fougue intempestive du prince rendrait le duc suspect de vouloir semer le trouble à Madrid. En réalité, ce dernier se contente du renvoi de Nithard sans se montrer prêt à tout pour que don Juan occupe la place qu’il estime mériter à la cour.

82Mais l’épisode de la Chamberga fait plus que renforcer des pratiques déjà aguerries. Il ouvre l’éventail des possibles en permettant à certains acteurs d’utiliser la publicité pour négocier une place de choix dans la polysynodie en exerçant diverses pressions. Le Conseil de Castille reprend, dans le sillage du bâtard royal, les mécontentements provoqués par la Chamberga afin de reconquérir un rôle de premier plan dans la Régence. Dans ce but, le Conseil publie des consultes le mettant en scène comme le défenseur des opprimés contre les abus de Mariana et de la soldatesque, au sein d’une gazette largement diffusée.

  • 84 J. de Quiñones, Tratado de falsedades.

83Cette manœuvre marque une nouvelle étape dans une histoire de l’usage politique de la transgression des espaces de diffusion des textes. Dès le début du xviie siècle, certains écrits voués à circuler exclusivement au sein des arcanes de la polysynodie avaient été diffusés hors de ce circuit. Juan de Quiñones écrit un traité sur la question de la falsification des documents officiels assimilée à un crime de lèse-majesté à l’occasion de l’exécution du faussaire Miguel de Molina84. Le cas Molina signale l’existence de fuites laissant filtrer au dehors des arcana imperii l’information politique par la copie sur le coup ou grâce à un travail de mémorisation. La mise en circulation du vote d’Antonio de Contreras, du 20 novembre 1668, « publie » un dissensus grave au sein du Conseil de Castille et manifeste que des ministres soutiennent don Juan et veulent renvoyer Nithard. Cette publication reste balisée dans des réseaux d’interconnaissance, car elle circule d’abord sous une forme manuscrite. Ce n’est qu’à la fin de 1669 dans le contexte de la campagne contre la Chamberga qu’elle est imprimée dans la gazette et divulguée à large échelle. Néanmoins, dès novembre 1668, les libelles l’évoquent, ce qui montre l’impact de ce vote. On mesure mieux désormais ce qu’a de singulier la publication des consultes violentes du Conseil de Castille au sein de cette même gazette et ce que ce phénomène représente en termes d’action politique.

84Ainsi, la guerre de plumes contre la Chamberga montre que divers acteurs jouent des modalités d’action offertes par l’écriture et la publicité pour s’imposer en entamant avec la reine-mère une négociation musclée, sans tomber dans la désobéissance ouverte. La vulnérabilité de toute minorité, exacerbée par le discrédit de Mariana, constitue un terreau propice à une évolution des pratiques du jeu politique dans le sens d’une multipolarité des pouvoirs.

Notes

1 L’expression revient à José Javier Ruiz Ibáñez (J. J. Ruiz Ibáñez, Felipe II y Cambrai).

2 Aytona est nommé le 27 avril 1669 (BNE, ms. 8353, fo 192ro).

3 Consultes du 25 novembre 1668, du 10 et du 17 janvier 1669 (AHN, Consejos, leg. 7178 et 7179).

4 Segunda carta de don Juan de Austria a la reyna doña Mariana de Austria (BNE, ms. 2582, fos 161ro-164vo).

5 R. I. Sánchez Gómez, « Formación, desarrollo y actividades delictivas ».

6 Id., Delincuencia y seguridad, p. 119.

7 Ibid., p. 138.

8 Copia de la consulta que el Inquisidor General hizo a Su Magestad desde el lugar de San Agustin en 28 de febrero de 1669, dando quenta de su encaminamiento a Roma (BNE, ms. 8351, fos 29vo-30ro) ; Copia de consulta que el Inquisidor General haciendo nueba consulta a Su Magestad en Tolosa de Francia a 12 de abril de 1669, sobre el nombramiento de presidente (ibid., fos 37vo-41ro).

9 Fr.-A. Mignet (éd.), Négociations relatives à la succession d’Espagne, t. I, p. 424. Villars se fait ici le porte-parole de Louis XIV soucieux d’éviter une crise en Espagne et qui préconise la fermeté.

10 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 153.

11 ASV, SS, Spagna, no 138, fo 105ro.

12 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 163.

13 BL, Eg. 327, fo 87ro.

14 AHN, Estado, lib. 878, fos 46ro-50vo.

15 BNE, ms. 18.209, fo 93ro.

16 M. Braddick, « Réflexions sur l’État en Angleterre », p. 41.

17 Noticias de don Idiaquez a don Julián. 19 de marzo de 1669 (BL, Eg. 327, fo 161ro).

18 AHN, Estado, lib. 878, fos 60ro-68ro.

19 « El consejo escuse vuelva a mis manos ningun reparo, que estorve lo que tengo resuelto, por convenir asi » (BNE, ms. 18.209, fos 103vo-104ro).

20 Papel en que cierto vasallo castellano propone a la Reyna Nuestra Señora dos medios principales para conservar su Real autoridad : y son convocar las Cortes y formar un competente exercito de soldados (BNE, ms. 8353, fos 389ro-394ro) ; Papel en que cierta persona leal y zelosa propone a la Reyna Nuestra Señora dibersos generos de medios y armas para reducir al Señor Don Juan a que se reduzca a la verdadera obediencia a Su Magestad (BNE, ms. 8349, fos 269ro-278vo).

21 AHN, Estado, lib. 877, fos 217ro-223ro.

22 « Pero si han pasado tan adelante las maximas apasionadas de este sujeto, y la desmedida ansia de su particular odio o venganza, a precio de toda la quietud de España, que desde supremo ministro, hasta el desdichado trabajador las vituperan en el grado que oy se ve en asombrar al mundo » (BNE, ms. 18.208, fo 101ro).

23 « No ay inconveniente que no arrastre tras si, como tan prudentemente dize la villa en los veinte capitulos de su consulta ; porque en primer lugar ofende en el ultimo grado a la innata fidelidad de los Españoles, y destruye la mayor grandeza de sus reyes ; y lo que mas ponderan todas las naciones extrangeras, es la gran seguridad con que viven con el amor, y reverencia de sus vasallos » (ibid., fo 100vo).

24 « Monstruoso cuerpo de infanteria » (ibid., fo 100ro).

25 Ibid., fo 100vo.

26 Ibid., fo 101vo.

27 « Condenando mucho el ardor de vuestro zelo por la memoria, y respecto del rey mi señor, y os ruego os quieteis y excuseis las representaciones que en terminos de sobrada eficacia frequentais hazerme ; mas con advertencia, de que siendo certissimo (como lo es) que la salvaguardia que os he dado, y de nuevo os ratifico, ni a vos muda la naturaleza, y obligacion de subdito, ni a mi me ha disminuido la autoridad suprema, que exercito por el testamento del Rey mi señor, y como madre de mi hijo, sobre todos sus subditos y vassallos, y usando de ella, os ordeno os returneis a donde era vuestra residencia ordinaria al tiempo del fallecimiento del Rey mi señor […]. Y tendreis entendido que de no executar esta orden, obedeciendo a quien os manda con legitima autoridad y poder, […] avreis perdido por hecho vuestro todos los privilegios, y seguridad de la salvaguardia » (A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, pp. 199-200).

28 Carlos II. Menor edad (BNE, ms. 18.201, fo 105vo).

29 BNE, ms. 1506, fos 14ro-17ro.

30 H. Kamen, La España de Carlos II, pp. 530-531.

31 Ce sont les interlocuteurs des lettres ouvertes du mois de novembre 1668 parmi lesquelles les missives de Torre de Lledó jouent un rôle important.

32 R. I. Sánchez Gómez, « Formación, desarrollo y actividades delictivas ».

33 A. G. von Kalnein, Juan José de Austria, pp. 203-236.

34 A. Carrasco Martínez, « Los Grandes, el poder y la cultura política ».

35 A. G. von Kalnein, Juan José de Austria, pp. 216-218.

36 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, pp. 249-250.

37 J. Fayard, Les membres du Conseil de Castille, p. 86 ; R. Kagan, Students and Society.

38 J. Fayard, Les membres du Conseil de Castille, p. 46.

39 « Los tribunales piden cuenta a la reyna » (Carta escrita por un vasallo del estado de Alba al duque en vista de lo que su excelencia escribio al señor don Juan de Austria, BL, Eg. 353, fo 441vo).

40 « Que sus decretos no se ahoguen entre los que instituidos para obedecer y ejecutar, se presumen para mandar y resistir » (ibid., fos 442ro-442vo).

41 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 153.

42 BNE, R-2069.

43 Carta de un anonimo a un personaje destos reinos, ausente de España en que le da cuenta de todo lo occurido en el negocio de Don Juan de Austria y del Padre Nithard, desde la muerte de Felipe IV hasta fines del año 1669 (BNE, ms. 18. 208, fos 37ro-131ro) ; Relacion de lo sucedido entre Everardo y don Juan. Año de 1669 (BNE, ms. 10.650, fos 17ro-99vo) ; Grandes y ruidosas controversias acaecidas en la menor edad de Carlos II (BNE, ms. 1506, fos 1ro-125ro) ; Suceso del gobierno de la Reyna Madre (RB, II-70).

44 J. Moll, De la imprenta al lector.

45 Respectivement, BPE de Cádiz, XVII-3774 ; BMV, CH-1467 (1) ; BPE de Huesca, B-21-3397.

46 « Señora, la constitucion del tiempo presente no quita la conveniencia de lo dispuesto por estas leyes, por estos decretos, por el Juramento y estilo envejecido, antes, la hacen mas útil y precisa considerando los escollos del gobierno, la extremidad en que esta monarquia esta y la minoria de Su Magestad » (AHN, Consejos, leg. 7179).

47 « Señora, […] con la instancia que hazen al Consejo los accidentes que cada dia ocurren, ha buelto sobre la consideracion de los inconvenientes de que el Regimiento permanezca en esta Corte con toda aquella reflexion que pide negocio tan grande, en que el Consejo por llenar enteramente el cumplimiento de su precisa obligacion passó antes de formarse a las mas eficazes representaciones a boca, y por escrito ; y despues de formado, ha puesto en la Real noticia de Vuestra Magestad los graves delitos que se cometen […] ; y siendo los inconvenientes que resultan de conservarse aquí el Regimiento de tan grande magnitud, y que ofenden los preceptos capitales del Gobierno y lo desquician todo, se ve necessitado su zelo a continuar las representaciones con toda la ponderacion que pide una materia en que el Consejo juzga que se atraviessa el todo desta Monarquia » (BNE, R-38.033, fo 75vo [consulte du 26 août 1669]).

48 « Diferentes consultas ha hecho el Consejo a Vuestra Magestad representando los daños e inconvenientes que resultan de la formacion de la coronelia y asistencia de tantos soldados en esta Corte, y el temor que se causa en ella de su continuacion […] y otras en que se repitieron nuevos accidentes que avian sobrevenido (capazes de poder persuadir a Vuestra Magestad a mandar salir desta Corte las Compañías y remitirlas a las partes donde convinieren, y fueren utiles) que hasta ahora no ha baxado respondidas. Y aunque la falta de salud de Vuestra Magestad que tanto sienten el Consejo y sus vasallos devia obligar a no participar ninguna cosa que le pueda ser de desazon, van creciendo tanto los inconveniententes cada dia que no cumpliera el Consejo con su obligación ni con la confiança que Vuestra Magestad haze de los que concurren en él, si dexara de repetir las instancias para que Vuestra Magestad se sirviera de resolver cosa de tanta importancia y en que se va el sosiego desta Corte, y la restitucion del descredito que se padece en poner guardas al Palacio de Vuestra Magestad sobre las ordinarias que los antecessores de Vuestra Magestad han tenido » (ibid., fo 78vo [consulte du 4 novembre 1669]).

49 Consultes du 13 janvier, 9 mars, 24 juillet, 26 août et 4 novembre 1669 (AHN, Consejos, leg. 7179).

50 « Señora, no ay día, ni noche que no sucedan en esta corte delitos, muertes, robos y pendencias, ocasionadas por los soldados de la Coronelia y Regimiento, y son tantas que las mas aún no llegan a los oidos de la Iusticia porque aunque las claman, los que las padecen, no dan quenta dellas por ver que no se consigue el remedio ni la satisfaccion de su daños » (RAH, 9/643, fo 201ro).

51 « Quejas universales » (ibid.).

52 Ibid.

53 « Las fechorias del Marques Aytona van passando tan adelante que devo dezir a Vuestra Merced […] que yo no naci con humor, no obligaciones de sufrirlas. […] Y cierto que tendra muy flaca la fe quien no creyere que ha de assistir la mano de Dios, y de los hombres a Don Juan de Austria, rendido esclavo, y hermano del rey nuestro señor, cargado de razon, libre de humano interés, y ansioso del bien universal contra el Marques de Aytona lleno de ambiciones, passiones y deseo de vengança » (BNE, ms. 18.209, fos 101vo-102ro).

54 BL, Eg. 327, fos 271ro-275ro.

55 Ibid., fo 274vo.

56 « Crea las verdades limpias del señor don Juan » (ibid., fo 274ro).

57 Ibid., fo 274vo.

58 Ibid.

59 Discurso político sobre si don Juan de Austria habia acertado o no haber venido a Madrid con la gente que tenia sin admitir satisfaccion ni empleo fuera de la Corte (RAH, 9/1039, fos 36ro-37ro [8 juin 1669]) ; De sí hizo bien o no en retirarse a Aragón con el puesto de Vicario General de aquel reyno (BL, Eg. 327, fos 229ro-229vo [12 juillet 1669]).

60 « Representar a la Reyna Nuestra Señora con fervor, claridad y constancia los achaques del publico y su aplicarla los curase » (BNE, ms. 2034, fo 236vo).

61 « En vez de curar a un enfermo ; se lo apresurasse la sepoltura. […] dar causa voluntariamente a una comozion popular » (ibid., fos 236vo-237ro).

62 El Padre Nuestro glosado contra el Marqués de Aytona coronel del regimiento de la corte (BNE, ms. 2582, fos 368ro-373vo [août 1669]) ; pasquin No todo guarda la Chamberga (BLO, ms. Add. A. 152, fo 208vo) [septembre 1669] ; Sátira política (BNE, ms. 2582, fos 378ro-378vo [septembre 1669]) ; les autres textes ne sont pas datés mais paraissent dans le dernier trimestre de 1669 : Los Mandamientos que reza y observa Aytona (BL, Eg. 327, fo 296ro) ; Verdadera relacion de los sucesos que han tenido las catholicas armas gobernadas por Aytona este año de 1669 (BNE, ms. 7787, fos 15ro-16vo).

63 « Contra este que los conduce/Para nuestra destruccion/Se mueba la esclamacion/Que nuestra queja produce/Y este que el daño introduce/Puesto que no lo vengamos/Porque amarrados estamos/A nuesta española fe/Sepa que a el no se le/Perdonamos » (Nuestro Padre glosado, BL, Eg. 327, fo 282ro [20 mai 1669]).

64 J. J. Ruiz Ibáñez, Felipe II y Cambrai.

65 Señor, la licencia de pecar (AHN, lib. 1009, fos 75ro-90vo).

66 « Basta con que un hecho pueda ser clasificado en un esquema preciso o intuitivo anterior, para que una acción cobre un sentido claro y se piense a través de su elaboración justificatoria sobre el hecho desde esa intuición o desde la asimilación a un precedente » (J. J. Ruiz Ibáñez, Felipe II y Cambrai, p. 217).

67 M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, pp. 63-79.

68 G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte.

69 « Todos los caracteres de tal, en su aparato teatral y en la mediocridad de sus intenciones. No faltó ni el coro de aclamaciones populares, ni el correspondiente manifiesto. Era el primer Salvador de la patría » (V. Palacio Atard, Derrota, agotamiento y decadencia, p. 109).

70 « Primer golpe militar contra Madrid con la ayuda de las provincias » (H. Kamen, La España de Carlos II, p. 532).

71 J. Castilla Soto, Don Juan José de Austria, p. 226.

72 F. Soldevila, Historia de Catalunya.

73 « L’assaig d’una estructura peninsular neoforalista, com a representativa de la collaboracio entre un centre esgotat i decadent, i una periferia que comencava a desenrotllarse » (J. Reglà, Els Virreis de Catalunya, p. 123).

74 Fr. Foronda et alii (dir.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ?

75 « Ha sembrado papeles en el pueblo de que se puedan ocasionar tumultos […], zozobra la quietud publica por su causa […] es crimen de lesae majestatis » (Memorial que dio a la reyna nuestra señora un vasallo de esta corona, dans A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, t. X (1788), p. 266).

76 G. Naudé, Considérations politiques.

77 M. Á. Ladero Quesada, « ¿Golpes de Estado a fines de la Edad Media ? », p. 602.

78 R. Menéndez Pidal (éd.), Historia de España, t. XXVIII, p. 86.

79 « Principal miembro del mismo cuerpo del rey », Papel juridico en que cierta persona prueba haber cometido el Señor Don Juan crimen de Lesa Magestad in primo capite (BNE, ms. 8346, fo 198vo).

80 L. Marin, « Pour une théorie baroque de l’action politique », p. 200.

81 BNE, R-3537, fos 64ro-65vo.

82 BNE, ms. 18.209, fo 105vo.

83 P. Boucheron, « Théories et pratiques du coup d’État », p. 38.

84 J. de Quiñones, Tratado de falsedades.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search