Version classiqueVersion mobile

Guerres de plumes

 | 
Héloïse Hermant

Deuxième partie. La mobilisation politique

Chapitre V. L’« invention » d’un public juaniste : les espaces sociopolitiques de polarisation des guerres de plumes

Texte intégral

1Autour d’une querelle qui mobilise des acteurs toujours plus nombreux, nous avons mis en évidence l’existence d’espaces de circulation des textes et leur dynamique interne de déploiement. Dans la mesure où la signification politique du langage réside au premier chef dans sa dimension communicationnelle, il convient maintenant de voir quels espaces sociaux la querelle polarise, par quels moyens, quels en sont les destinataires et les publics. On éclairera cette étude sociologique par une analyse discursive de la notion de public (mise en scène des destinataires, unité rêvée ou clamée du public face à la diversité des opinions, bascule entre le vulgus et le populus), telle qu’elle apparaît et se transforme dans les libelles au gré des guerres de plumes.

  • 1 H. Jauss, Pour une esthétique de la réception.

2Le destinataire est le lecteur que le scripteur espère atteindre, celui auquel il s’adresse. Pour atteindre son but, l’auteur tient compte de paramètres comprenant « l’horizon d’attente » du destinataire, sa culture, ses aspirations, etc.1 Dans une logique d’action, il doit se montrer efficace en s’adaptant au contexte de réception des libelles. Appliqué à notre étude, cette définition permet d’identifier les acteurs que les partisans de don Juan, de Nithard ou de Valenzuela tentent d’impliquer et éventuellement de faire agir dans le litige, en relevant les capteurs semés dans les libelles.

  • 2 Escaparate de don Babiles (BNE, ms. 12.053, fos 207vo-216vo).

3Pour dessiner les contours des groupes que les pamphlétaires veulent toucher, nous disposons d’une source précieuse, le texte intitulé L’Armoire de don Babil2. Cet écrit livre une radiographie des publics de la guerre de plumes contre Nithard en décembre 1668. Il met en scène la rencontre de Juan Guarin, que les rigueurs du temps ont privé de ses biens, et d’un capucin bibliophile de Madrid, don Babil, sur fond de crise économique et politique. Babil expose à Guarin le litige opposant don Juan à Nithard et commente avec lui les libelles qui foisonnent depuis Consuegra. Une lecture scrupuleuse permet de dégager des marqueurs qui dessinent en creux la réception postulée. Ainsi, ce texte associe les registres stylistiques à des destinataires spécifiques et évoque les possibles jeux avec des formes culturelles caractéristiques de certains milieux sociaux, ce qui souligne l’importance du contraste entre les compétences de divers groupes de lecteurs et de leurs références culturelles ainsi que l’écart séparant leurs attentes et leurs intérêts.

4Il ne faut cependant pas oublier la dimension éphémère de la publicística. La gamme des outils de persuasion des publicistes ne se réduit pas à une manipulation de facteurs structurels voire identitaires, comme l’honneur lorsqu’ils veulent toucher la noblesse. Les enjeux tactiques, le contexte immédiat ainsi que les rapports de forces dans lesquels surgissent ces textes en modèlent le sens et dévoilent des dispositifs inédits de persuasion, construits pour viser un public particulier, dont le chercheur peut parfois dessiner les contours. Il faut donc s’armer de précautions à l’heure de traiter de la question de la construction du sens et ne postuler ni immédiateté ni transparence dans la transmission des textes. On touche ici la difficile question de l’efficacité des écrits de persuasion : viser un public par divers artifices discursifs et le toucher constituent deux étapes distinctes de la réception. On ne peut utiliser les mêmes indices pour identifier les raisons motivant un engagement partisan et les moyens rhétoriques utilisés pour convaincre d’une prise de parti. C’est pourquoi il faut partir des textes et non de récepteurs visés afin de déchiffrer les traces de réception qu’ils comportent.

5Dans un premier temps, nous chercherons à délimiter des ensembles de destinataires en fonction d’un faisceau de critères que nous expliciterons chemin faisant. Dans ce but, on ne peut se reposer sur un cloisonnement social préétabli. Il faut plutôt restituer la cartographie des destinataires que proposent les textes et étudier successivement les groupes déterminés. La diversité de ces ensembles de destinataires nous invite à ne pas plaquer des configurations culturelles sur des matériaux supposés leur être spécifiques, puisque les écrits polémiques s’adressent à plusieurs catégories sociales. De la sorte, se dessine le rôle dévolu à différents groupes dans le champ politique par les contemporains. La démarche veut ainsi saisir un certain type de segmentation sociale issue des lignes de fractures tracées par les scripteurs qui délimitent des ensembles caractérisés par des légitimités différentielles au regard du politique. L’étude tend donc vers une approche qui privilégie les discours que les acteurs tenaient sur eux-mêmes en leur temps.

6Certes, à l’heure de l’action, les libelles qui dessinent les frontières d’un public politique ne formulent aucune théorie. Hors de toute logique de codification, ils se bornent à sanctionner le clivage opposant ceux qui participent à la réalité du pouvoir — les « élites » (nobles, letrados et clercs) qui dessinent les contours du public politique légitime et les autres (le vulgus). Reprenant ces groupements issus du traitement des données fournies par les textes, nous commencerons donc par examiner comment les polémistes s’adressent aux élites au sens large et dans quelle mesure un certain nombre de textes étaient accessibles, au moins partiellement, à l’anti-public qu’est le « peuple » qui pouvait alors se les approprier, que les auteurs l’aient prévu ou non.

7Si le découpage des publics visés par les textes n’a au prime abord rien d’inattendu, les enseignements qu’on en tire sont riches. En effet, quand les libellistes imposent, sans l’avouer, des règles au jeu en postulant les seuls destinataires admissibles, ils privent de parole, voire nient l’existence des autres. Dans le même mouvement, il font surgir un espace virtuel de violation de ces règles avec lequel ils jouent sans l’avouer. Les scripteurs n’énoncent donc pas de pures pétitions de principe dans la mesure où l’expression d’une réception postulée ou, du moins, désirée vaut pour une adhésion ou pour une transgression des règles. En ce sens, la sollicitation conjoncturelle, problématique et ambivalente de l’« anti-public » qu’est le vulgus qu’on corsette dans une marginalité infamante ou auquel on octroie une légitimité pragmatique, modifie la donne : théorie et pratique apparaissent mêlées de façon inextricable et leur interaction recèle une gamme d’effets imprévus.

8En réalité, dans ce que les écrits disent des destinataires, il faut distinguer d’une part, la mise en scène du public supposé du libelle par le scripteur au sein même de son texte et, de l’autre, la restitution d’un public visé par le chercheur, grâce à un faisceau d’indices. Dans le premier cas, le lecteur tel qu’il apparaît est un subterfuge visant à donner un statut social à l’écriture et à la légitimer dans la mesure où seule la figure du destinataire noble ou letrado surgit de façon évidente dans les papeles. Dans le second cas, le profil du lecteur minutieusement reconstruit signale quels destinataires sont effectivement visés sans que le scripteur ne piège sa cible dans un jeu de miroir pour renforcer son statut au sein de l’espace polémique. Car, si les factions politiques s’adressent avant tout aux élites politiques, les textes polémiques font souvent l’objet d’une réception multiple. L’affichage des pasquins révèle l’ambiguïté des jeux entretenus avec des publics hétérogènes. Ces textes, parfois accompagnés de dessins infamants et placardés dans des lieux symboliques de la ville, devaient infliger une humiliation publique à leur cible. Leur efficacité allait donc de pair avec leur capacité à toucher le plus de monde possible, au-delà des élites. La plèbe apparaît ici expressément convoquée en spectatrice par les élites, sans perdre son statut d’anti-public politique. L’élargissement des publics souvent involontaire — par le biais des mécanismes incontrôlables de la diffusion des nouvelles — oblige les libellistes à composer avec cette réalité considérée soit comme une catastrophe, soit comme une opportunité à saisir.

9C’est pourquoi nous distinguerons deux types d’écrits. Les textes qui, en plus des destinataires explicitement visés par les scripteurs, touchent d’autres groupes de lecteurs qui n’étaient pas expressément exclus, mais dont la mobilisation recouvrait une importance marginale pour les publicistes. Les textes qui laissent percevoir un travail conscient des scripteurs visant à permettre plusieurs lectures, destinée chacune à un groupe de destinataires différents. L’élaboration d’une cartographie sociale des destinataires ne doit pas dresser des cloisons étanches entre ces groupes. Souvent, l’efficacité et la richesse d’un texte résident dans la pluralité de l’agencement des destinataires, qu’il s’agisse d’un effet recherché ou non. On se trouve en face d’un écheveau de relations verticales et horizontales établissant des agrégats parfois inédits qui brouillent une classification initiale sans annuler totalement sa pertinence. Ce brouillage crée des configurations sociales singulières et éphémères.

10Enfin, il conviendra de compléter l’étude en l’enrichissant par deux autres paramètres : le facteur-temps et la dimension partisane de ces textes. Ceux-ci n’entretiennent pas le même jeu avec les destinataires, selon qu’ils émanent des juanistes ou de leurs adversaires. En croisant ces deux nouvelles données, l’historien dispose d’éléments pour comprendre ce phénomène d’élargissement délibérée des publics identifiable dans les textes à un moment bien particulier des guerres de plumes et pour mesurer l’efficacité de la mobilisation par l’examen même des réajustements dans le temps des réceptions postulées. Grâce à un travail de contextualisation nous montrerons pourquoi, lors de campagne contre Nithard, ces agencements traduisent la volonté de répondre à la demande d’un public avide, bien plus large que ce qu’escomptaient les scripteurs, et surtout de l’utiliser pragmatiquement dans la lutte. L’ancrage temporel précis permet, en outre, d’apprécier la simultanéité entre la tentative d’atteindre un public dépassant les élites politiques par les textes, les marches sur Madrid, la surenchère de rumeurs et d’informations diverses et, pour la deuxième campagne d’opinion de don Juan, les sermons et les fêtes.

I. — LES MOBILISATIONS ESCOMPTÉES DES ACTEURS À TRAVERS LE MATÉRIAU POLÉMIQUE

Le milieu de la cour et des puissants

11Le milieu de la cour et les puissants en général constituent la première cible des textes polémiques. Le litige opposant don Juan à Nithard avait pris naissance à la cour et avait recruté ses premiers partisans en son sein. Nous avons mis en évidence le glissement des stratégies du bâtard royal au fur et à mesure que cette querelle privée devenait une affaire d’État. Après l’acte inaugural de Consuegra, la guerre de plumes qui s’amorce prolonge des luttes curiales dont l’efficacité et la légitimité conservent, dans les faits et dans l’imaginaire politique, toute leur force. C’est pourquoi l’aristocratie et les puissants restent les interlocuteurs privilégiés : dans les luttes de faction, le nombre de partisans à la cour garantit l’avantage. Le même raisonnement vaut presque davantage pour la campagne contre Valenzuela. La parution du manifeste des grands, qui donne un tour nouveau à la guerre de plumes encore balbutiante en décembre 1676, prouve que la noblesse participe à l’opération de destitution du valido en tant que groupe qui s’affiche comme uni, conscient de lui-même et en quête de nouvelles recrues en son propre sein.

  • 3 Papel en que un cortesano afea lo arrojado, y temerario de la carta del Señor Don juan y descubre s (...)
  • 4 « Cavallero de mucha erudicion, zelo e inteligencia » (Respuesta que cierto cavallero cortesano de (...)
  • 5 « Desengañado » ou du « desapasionado ».

12Plusieurs critères dessinent en creux cet ensemble de destinataires. Le premier indice réside dans le titre même de certains écrits qui présentent des traits clairement identifiables. Dans le Texte où un courtisan souligne le scandaleux et le téméraire de la lettre de Monseigneur don Juan et dévoile ses secrets desseins3, l’auteur est l’aristocrate qui représente, ici, le bon sens et la loyauté face aux passions que la querelle déchaîne. Dans d’autres écrits, l’auteur s’adjoint une kyrielle de qualificatifs élogieux. Dans un texte nithardiste particulièrement virulent, le scripteur devient ainsi « chevalier de grande érudition, loyauté et intelligence4 ». Par glissements successifs, il prend les traits du « détrompé » ou de « l’homme juste et posé »5. C’est qu’on crédite la noblesse de qualités intrinsèques au point d’en constituer les attributs : le courage, la droiture morale, l’intelligence, la force physique. En d’autres termes, les valeurs de la noblesse ne sont pas individualisées, chacun de ses membres en incarne une émanation au point que « l’être individuel » ne fait qu’un avec « l’être propre à l’état nobiliaire ». Le scripteur, qui se proclame noble, s’emploie à toucher, au-delà du destinataire anonyme, la catégorie sociale que ce dernier incarne par synecdoque en laissant transparaître des repères codifiés et une grille de lecture spécifique. Les valeurs-étendards dont se pare le scripteur imposent l’idée que sa lecture des événements est la seule admissible pour la noblesse ; il invite le lecteur à retrouver en lui ces valeurs qui remplissent une fonction de reconnaissance discriminatoire, par l’adhésion au texte lui-même. Peu importe que le scripteur soit noble. Seul compte qu’il s’adresse à un destinataire appartenant à l’aristocratie qu’il espère atteindre en déclinant une noblesse feinte ou réelle.

  • 6 A. Carrasco Martínez, Sangre, honor y privilegio.

13Le thème de l’honneur rattaché à la détention d’un statut social spécifique, que doivent refléter une vertu et un courage sans failles, rencontre une résonance forte à la cour. L’honneur détient un statut singulier : il subsume les valeurs de la noblesse en tant que principe organisateur de ce qui s’apparente à un système de vertus. La façon dont les scripteurs issus de la noblesse se désignent dans le corps des discours sous les traits de l’honnête homme, soucieux d’œuvrer au service royal, exprime l’importance d’une question qui touche aux traits saillants d’appartenance à ce groupe social transmis à chaque nouvelle génération par le sang et transformant chaque individu en incarnation de la dynastie prestigieuse dont il provient. Le respect du rang et de l’ordre devait se traduire par le service rendu au roi et par l’honneur reçu en contrepartie. A contrario, présenter le fils naturel de Philippe IV en être déloyal, ambitieux et « machiavélien », risquait d’entamer la crédibilité dont il jouissait auprès de la frange nobiliaire. La fustigation de sa bâtardise et du scandale de son action joue un rôle similaire6.

  • 7 Papel de abes (BL, Eg. 567, fos 73ro-74vo).
  • 8 « La Aguila que ofendida/[…] para castigo busco/Un abe de menos precio » (« L’aigle offensé/[…] tro (...)
  • 9 Ibid., fo 73voa.

14Cette question de l’honneur et du respect des valeurs identitaires de la noblesse se charge d’une coloration singulière dans la campagne d’opinion contre Valenzuela où surgit le thème des deux noblesses. En 1676-1677, plus personne ne discute l’ascendance de don Juan. En revanche, une ligne de fracture traverse la noblesse elle-même : presque tous les grands partent à l’assaut des dignitaires qui ont accepté d’intégrer la clientèle du nouveau valido. À une noblesse vertueuse au service de son monarque s’opposerait une noblesse décadente, trahissant son milieu et son roi. Le Texte des oiseaux paru en février 1677 restitue ces tensions7. Cette petite épopée, transposée dans l’univers des oiseaux, analyse tous les événements à travers les intérêts et les valeurs de la noblesse, ce qui la désigne de la sorte comme la principale destinataire de ce texte. On en veut pour preuve l’interprétation de l’auteur qui réduit la nomination de Valenzuela par la reine à une volonté délibérée d’humilier la noblesse. Offensée par le renvoi de Nithard imposé par les Grands sous la houlette de don Juan, Mariana, sous les traits d’un aigle, emblème des Habsbourg, appelle l’oiseau le plus vil, la corneille, pour succéder au jésuite-corbeau et châtier ainsi la cour8. Par la suite, le texte insiste sur la vilenie de la corneille qui se pare des plumes de la pie pour occulter l’usurpation sacrilège d’un rang que sa naissance lui interdit9. Nul étonnement à ce qu’elle fuie honteusement pour se cacher quand la conjoncture devient menaçante. On aura reconnu la référence à l’épisode de l’Escorial où Valenzuela avait trouvé refuge. Le thème de la fuite associée au stigmate de la lâcheté joue un rôle-clef en tant que révélateur de la non-appartenance au groupe nobiliaire.

  • 10 Ibid., fo 74voa.

15Dans le Texte des oiseaux, don Juan-colombe, en arrachant les plumes de la corneille-Valenzuela et en la renvoyant ainsi à sa maîtresse, lui inflige la correction que mérite l’usurpation de noblesse, que la fuite du pleutre symbolise à elle seule, et signifie métaphoriquement la déchéance de ses titres10. En contraste, les nobles se caractérisent par une apparence qui reflète leur magnanimité. Le cas du duc d’Albe, un héron, semble le plus éloquent. Son plumage blanc et immaculé, presque marmoréen, représente une vertu sans tâche, signe de noblesse et joue avec l’onomastique puisque « alba » signifie « blanc » en latin. L’être et l’apparence se confondent, comme le veut l’idéologie nobiliaire. Dans une perspective similaire, l’auteur consacre une grande place au scandale des vexations que la corneille a infligées aux oiseaux de la cour et met au pilori les volatiles valenzuelistes en les tournant en ridicule et en les rabaissant afin de signifier que, déchus, ils ne sont plus dignes d’appartenir à la noblesse. À travers ce texte, les grands crient à la victoire en gonflant les événements d’un souffle épique et en réglant leurs comptes avec les quelques traîtres, alors même que le Duende a disparu de la scène politique. La frange nobiliaire juaniste publie sa propre gloire, se renvoyant une image complaisante d’elle-même. Il s’agit aussi de faire reconnaître à Charles II le rôle qu’elle a joué dans la libération de son souverain afin d’asseoir sa position sur la scène politique, après ces années de régence où Mariana avait tenté d’écarter la noblesse des arcanes du pouvoir.

  • 11 Papel escrito de un vasallo leal y celoso en que se pondera la gravedad del delito con que el señor (...)

16D’autres textes apparaissent destinés implicitement au milieu de la cour à travers le discours qu’ils tiennent sur le vulgo. En effet, un abondant corpus peut être assimilé à une logorrhée sur la « populace » dont il faudrait se préserver. Le scripteur exclut de ses destinataires le vulgaire, objet de méfiance et danger potentiel, indigne de participer au litige. Ce discours demeure l’apanage des partisans du confesseur qui se définissent en s’opposant aux milieux les plus humbles. Ainsi, le Texte écrit par un sujet loyal qui évalue la gravité du délit par lequel Monseigneur don Juan […] a manigancé l’emprisonnement de Monseigneur l’Inquisiteur Général expose la nécessité de prendre en compte les « affabulations » du vulgaire sans pour autant les légitimer, à cause de la politique de don Juan qui, lui, n’hésite pas à recourir aux rumeurs pour intégrer la « populace » à l’agitation déstabilisant Nithard11. Le scripteur dispense des conseils tactiques concernant le vulgaire et la place grandissante qu’il occupe dans le mouvement juaniste pour en canaliser les effets négatifs.

Les « gens de savoir » : clercs et letrados

17Clercs et letrados forment également un public convoité. Après la noblesse, ils constituent l’autre composante de la société qui possède une légitimité à intervenir dans les affaires de la monarchie. Ainsi, clercs et letrados jouent un rôle important au sein des luttes de pouvoir. Rappelons que la Junte de gouvernement comprenait d’office l’archevêque de Tolède et l’Inquisiteur Général. Quant aux letrados, ils peuplaient les Conseils et les audiences, forts de leurs compétences qui pouvaient leur valoir un anoblissement quand ils n’étaient pas déjà issus de la noblesse. Lorsque le roi et le gouvernement se heurtaient à un problème délicat, il arrivait fréquemment qu’on demande conseil par consulte auprès des universités, véritables pépinières des letrados dont une fraction importante appartenait au clergé. D’un point de vue pragmatique, clercs et letrados se révèlent de précieux relais de diffusion d’un mouvement d’opinion. À quels marqueurs se référer pour dessiner les contours de cette catégorie d’écrits ?

18Le premier critère est logique. Le monde des clercs et des letrados se caractérise par son érudition biblique et sa maîtrise du latin. Or, on dénombre un petit corpus rédigé entièrement dans cette langue savante dont la compréhension requiert une pratique courante. Il ne s’agit pas de reconnaître les formules familières des prières ou homélies qui rythmaient le quotidien de chacun mais de pouvoir suivre et apprécier, dans une mise en forme parfois kaléidoscopique, les pastiches de certains passages de la Bible, notamment de l’épisode de la Passion du Christ.

19Le genre des passio, opaque dans ses replis pour les autres strates sociales, enchante les clercs et prend un tour délicieusement piquant si l’on inscrit la prise de parti en faveur de don Juan ou de Nithard dans la querelle qui déchire les ordres religieux, jésuite et dominicain en particulier. Le latin opère un tri des lecteurs, introduit une connivence entre le scripteur et le destinataire, accentuée par la reconnaissance de jeux d’intertextualité, tout en autorisant les rapprochements les plus osés à l’abri d’un langage hermétique pour le plus grand nombre. Car, même si le latin employé est simple et intelligible pour la majorité des croyants, il faut bien en maîtriser les rudiments pour ne pas perdre la saveur et les implications téméraires de certains morceaux de bravoure. Seuls ceux qui seront passés par les colegios, où l’apprentissage du latin demeure la clef de voûte de l’enseignement, pourront pleinement profiter des subtilités de cette catégorie d’écrits.

  • 12 BUB, ms. 969, fos 340ro-340vo.
  • 13 Nouveau Testament, Évangile selon saint Jean, XVIII-XIX.

20Le Passio Regni Nostri Hispani Don Joane cum glosa interlinati paru le 22 janvier 1669, le jour où don Juan annonce dans une lettre ouverte à Mariana sa marche sur Madrid, confirme ce propos12. Alors que se profile la victoire du prince, ce texte latin annonce la libération proche de l’Espagne par don Juan en établissant implicitement une analogie avec le Christ. Ce libelle est un calque de l’Évangile de saint Jean qui reprend les épisodes de Jésus devant Pilate et de la crucifixion13. Plusieurs protagonistes échangent des propos sous la forme d’un dialogue forgé à partir de citations latines extraites du texte biblique qui dessine des rapports de forces en faveur d’un don Juan assimilé au fils du Seigneur. Le « ecce homo » prononcé par les Conseils, la volonté de le crucifier unanimement partagée entre ces derniers et le sacrifice de l’innocent corroborent cette idée. Le « crucifige eum » qui scande le texte s’apparente à un leitmotiv qui évoque le passage de l’Évangile de saint Jean. Le scripteur s’acharne contre le confesseur, mais aussi contre les théatins. Dans la Passio, ces derniers se déchaînent contre le prince et sont campés comme des idolâtres adorateurs de César alias Nithard. Pire, dans le texte de la Passio, les répliques attribuées aux théatins sont celles des juifs dans le texte de Jean. Ce qui signifie qu’en se détournant ainsi du roi, les jésuites, idolâtres et hérétiques, commettent impunément un crime de lèse-majesté sous les bons auspices de la régente ! Enfin, Nithard qui combine, dans le texte, les figures des juifs, de Pilate et de César se voit implicitement accusé de se prendre pour le roi. Ce texte s’adresse à deux groupes de destinataires opposés. Les jésuites d’abord sont certes agressés, mais il est possible que le scripteur cherche à modifier leur perception du conflit en les dissuadant de soutenir Nithard, au moment où la cause du valido arrive au point mort. Quant aux dominicains ils doivent savourer l’attaque et conforter leur posture juaniste. Voici donc établi un premier critère : l’utilisation particulière du latin qui se rattache plus largement à la question de l’érudition et de la culture constitutives d’un groupe social.

21La première partie de l’Armoire de Don Babil, déjà évoquée, indique d’autres pistes. Commentant les principales parutions d’octobre à décembre 1668 conservées dans sa bibliothèque, don Babil rapporte que certains textes ont été conçus exclusivement à l’intention des clercs qui s’en montrent friands. Il en évoque un :

  • 14 « Este papel es de las disputadas, escrito en estilo recoleto y avizcamadamente, conciso y tan rell (...)

Ce texte est celui des disputes écrites dans un style de récollet. Concis, il contient tellement d’accusations contre monseigneur don Juan qu’il ressemble à une marmite pourrie, cuite avec le venin de la mauvaise intention. Il a beaucoup circulé parmi les étudiants (escolares), comme accommodée exprès pour les religieux et les gens du savoir14.

  • 15 Las disputas a imitacion del Angelico Doctor Sancto Thomas (BNE, ms. 2034, fos 39vo-40ro).
  • 16 R. Kagan, Students and Society.
  • 17 Exode, XX, 13.
  • 18 « Con capa de juramento hallo Herodes theologia para matar al Bautista » (BNE, ms. 2034, fo 40ro).

22Forts de cet indice, voyons de quelle façon on peut prétendre que le texte de Disputes à l’imitation du Docteur Angélique saint Thomas d’Aquin, puisque c’est lui dont parle le bibliophile, était destiné au monde des clercs et des letrados15. L’originalité de ce texte ne réside point dans l’argumentation déployée contre le prince, pas plus que les chefs d’accusations ne renvoient à une sensibilité particulière du clergé. En revanche, la forme adoptée est en elle-même signifiante. Ces Disputes s’inscrivent dans la tradition de la scolastique médiévale qu’illustra brillamment saint Thomas d’Aquin au xiiie siècle. Elles renvoient plus particulièrement à l’exercice de la disputatio auquel étaient formés tous les clercs16. La disputatio consistait à discuter une quaestio, c’est-à-dire une proposition formulée sous le mode de l’interrogation se prêtant à un débat. Elle s’apparentait à une joute oratoire : un bachelier assumant l’office de répondant pour le maître devait répondre à toutes les objections qu’on apportait, souvent dans le plus grand désordre, à la quaestio. Les Disputes épousent donc la structure de la disputatio médiévale en posant huit questions qui font successivement l’objet d’un court débat. Les réponses définitives apparaissent nuancées, ce qui confère plus de crédit aux conclusions. Ainsi, à la première question soulevant le problème de la paternité de Philippe IV, l’auteur répond que don Juan est bien le fils du roi. Il discute tout aussi sérieusement de la volonté de don Juan de tuer Nithard. Défendant la thèse du non (un chrétien ne peut tuer son semblable car Dieu l’interdit17), la thèse antagoniste finit par l’emporter car les déclarations de Saint-Aunais, Malladas, Pinilla éveillent les soupçons, d’autant que l’ambition notoire de don Juan annihile tout scrupule : « Sous couvert de raisonnement, Hérode a trouvé des références théologiques pour tuer le Baptiste »18. Le scripteur prend parti pour le confesseur. D’après lui, le prince ne veut pas diriger pour soulager le peuple puisqu’il a toujours démontré une propension à opprimer les peuples (quaestio no 6). L’habilité de la dialectique s’imprime dans le mouvement de crescendo des accusations qui, de proche en proche, disposent le lecteur à adhérer aux positions les plus radicales. D’autant que les quaestiones, malgré l’épreuve du débat, n’échappent pas aux arguments spécieux. On tient là un deuxième critère explicite d’adaptation des publicistes à un ensemble de destinataires particuliers, le jeu avec une forme culturelle propre à un groupe, qui, au-delà du simple cadre, révèle une façon de penser. La scolastique influence encore la construction de l’argumentation de la majorité des écrits en circulation dans la Régence. Rien d’étonnant. L’enseignement des colegios mayores et des universités reposait avant tout sur la répétition et l’imitation de modèles de sorte que les étudiants passaient maîtres dans l’art du « à la manière de ». Notre texte apparaît ainsi comme le résultat paradigmatique de ce type de compétence.

  • 19 Dudas politicas y theologicas que consultan a las universidades de Salamanca y Alcala, los señores (...)

23Enfin, la défense d’intérêts catégoriels fait toujours florès. Certains arguments correspondent spécifiquement au monde des clercs et les auteurs des textes, qui appartiennent bien souvent eux-mêmes à ce milieu, savent parfaitement qu’ils toucheront juste. Tout bon propagandiste ne saurait se dispenser de jouer avec les attentes des destinataires. Nous avons vu dans notre analyse des Doutes politiques et théologiques, selon l’auteur, c’est l’identité et l’intégrité des ordres religieux que met en péril la toute puissance de Nithard qui par solidarité ne manquera pas de nommer à toutes les charges des alliés et par conséquent des jésuites19. Non seulement le confesseur pourvoira de prébendes les seuls jésuites, mais ses origines catholiques douteuses entacheront le prestige de l’Inquisition et ouvriront la voie aux conversos et aux hérétiques. Ingénieuse manière de lier, pour les juanistes, la prise de parti en faveur du prince à la rivalité entre les ordres religieux et à la défense d’un groupe spécifique, grâce à une stratégie d’amalgame.

Entre public visé et destinataire-simulacre : l’effacement des contours

24Si l’on scrute méticuleusement la façon dont ce premier ensemble de destinataires apparaît dans les textes, il faut souligner l’ambivalence de ces occurrences. Comme nous l’avons vu, le Texte où un courtisan souligne le scandaleux et le téméraire de la lettre de Monseigneur don Juan et dévoile ses secrets desseins agitait le leurre d’un scripteur noble s’adressant à un lectorat noble. Les valeurs-étendards de l’aristocratie y étaient exhibées et posées comme déterminant l’adhésion au discours. Mais au-delà de cet artifice rhétorique, le contenu du texte apparaît limpide et permet l’adhésion d’autres catégories de lecteurs/auditeurs. L’argumentation se segmente en différentes étapes dont chacune souligne de façon pédagogique une dimension particulière du « scandale don Juan » tout en activant une gamme d’affects complémentaires allant crescendo (indignation, effroi, colère) dont l’effet est d’inciter à s’élever par n’importe quel moyen contre le rebelle. On pourrait même avancer que la patine visible de « noblesse » du texte l’accrédite auprès des élites (clercs et letrados compris) parce qu’elle garantit comme lieu de discussion le milieu courtisan — ce qui dissocie le texte de la catégorie intrinsèquement « ignoble » des papeles quand bien même il en prend la forme. Mais si cette patine du discours d’autorité en « impose » aux autres strates de la société, le statut invérifiable de l’auteur lance une dynamique d’intreprétation où il s’agit pour les scripteurs de faire tomber les masques et dévoiler l’imposture d’une identité feinte. Et que dire du Texte des oiseaux ? Cette épopée volatile drolatique ne peut manquer de réjouir toutes les strates de la société, même si le scripteur présente — en un vers noyé parmi les autres — l’offensive de la reine contre la noblesse comme le nœud du conflit. Si le lecteur a d’abord affaire à un discours de nobles pour des nobles, le contexte de parution montre l’intérêt pour le parti des grands à agréger d’autres strates de la société converties en spectatrices puisque ce libelle proclame la gloire retrouvée de la noblesse à la face du monde. Des analyses similaires valent pour les discours destinés aux clercs et aux letrados. L’usage du latin, dans des textes comme les « passions », répond à une même logique. La passio inspirée de l’Évangile de saint Jean que nous avons examinée propose un montage des citations les plus connues du croyant qui va régulièrement à la messe de sorte qu’une connivence pouvait se nouer avec un public n’appartenant pas au monde des élites.

25Ces constats n’invalident pas nos conclusions sur la quête, par les publicistes, d’un public avant tout constitué d’élites (nobles, clercs et letrados), public dont la figure proclamée a des effets de légitimations indéniables. Bien que le cadre argumentatif des libelles autorise à d’autres publics de s’agréger — que l’effet soit programmé ou non —, ces écrits dénotent un réel travail visant à emporter la conviction des publics mis en scène. Les subtilités de la passio ne pourront être goûtées dans leurs détails parfois les plus subversifs que par des hommes sachant réellement le latin et non par la masse des fidèles. Les pastiches de formes culturelles propres à certains groupes ne seront appréciés dans leur maestria et dans leurs recoins ludiques que par les individus qui non seulement ont une familiarité avec ces formes, mais encore la pratiquent de l’intérieur, enfin la proclamation de la défense d’intérêts catégoriels rencontrera un écho particulier au sein-même de ces catégories.

26Le destinataire-simulacre mis en scène dans les textes ne renvoie donc ni à un public fictionnel, ni à un public unique qui cantonnerait l’audience des libelles à la noblesse. Certes, les guerres de plumes s’appuient sur ce public désiré et touché dans la mesure où les libelles sont effectivement lus au premier chef par les élites : la prédominance de la circulation manuscrite des textes signale qu’ils étaient diffusés essentiellement dans l’espace curial par des jeux d’interconnaissance. Mais il semblerait que le rôle du destinataire-simulacre soit d’insuffler une dynamique à l’écriture autorisant une réceptivité plus large. Du coup, les contours du public s’effacent. Jusqu’où s’étend-il à partir noyau dur des élites ? C’est ce que nous allons tenter d’élucider maintenant.

La catégorie problématique de « public populaire » et la question de l’appropriation des textes

  • 20 A. G. von Kalnein, Juan José de Austria, p. 167.

27Le discours historiographique en vigueur traitant de la crise de 1668-1669 associe libelle et public populaire et pose comme une évidence que le bâtard royal ait visé le peuple depuis octobre 1668. Ce discours ne s’interroge pas non plus sur les moyens de transmission de ces textes et sur leur efficacité réelle. On pourrait résumer le propos couramment tenu de la façon suivante. Don Juan s’adresse au peuple dans ses écrits afin de créer une opinion publique. Il provoque l’agitation des « classes » des gens humbles des villes qui, politisés, lui offrent un soutien inconditionnel20.

28Or, on ne peut employer inconsidérement le vocable de peuple, notion piégée qui permet plusieurs approches complémentaires. Lorsqu’il ne désigne pas le « populus », c’est-à-dire la société dans son ensemble articulée en « corps », le peuple se définit d’abord par son exclusion du monde politique (il s’oppose aux puissants et prend les traits de la multitude tumultueuse). Son statut social est également caractéristique : il représente les couches sociales économiquement les plus humbles et incarne ainsi la plèbe. Enfin, dans l’ordre de la culture, il s’affirme dans sa relation antagonique avec les élites, renvoyant au couple savant / populaire. L’expression de vulgo cristallise ces acceptions autour du mépris et du rejet des classes dominantes. Dans le champ politique, le peuple est donc un anti-public indigne de participer aux débats.

29On mesure combien l’éventuelle existence d’un public populaire des guerres de plumes soulève de problèmes. S’agissant d’écrits, l’analphabétisme de ce public potentiel dresse un obstacle de taille. Par ailleurs, il ne suffit pas d’avoir connaissance de la lettre du texte, il faut pouvoir en comprendre le contenu, ce qui n’est possible que si l’univers politico-culturel auquel renvoie les textes est partagé au moins en partie par le scripteur et le lecteur / auditeur. Les libelles doivent également parvenir à ce public ; ce dernier ne doit pas rester à l’écart des circuits de diffusion. Or une grande partie des libelles des années 1668-1669 et 1675-1677 est manuscrite, ce qui suggère une diffusion au sein de cercles d’interconnaissance. Enfin, il faut que le scripteur veuille s’adresser à ce public pour le toucher. D’un point de vue méthodologique, il faut donc distinguer des textes où le scripteur aurait sciemment élargi ses destinataires au-delà des élites et les textes dont un public populaire appréhenderait le contenu sans que le scripteur l’ait prévu. Seul un travail de contextualisation rendrait compte de la première option, en explicitant les circonstances qui rendraient compréhensible qu’on sollicite cet anti-public. Dans ce cas de figure, l’efficacité de l’écrit dépend de sa capacité à reprendre à son compte certaines aspirations, en introduisant un champ de distorsions, de l’exagération aux mensonges éhontés. Pour « faire » une opinion, il convient de recourir à certains arguments susceptibles d’emporter l’adhésion parmi les destinataires visés, tout en s’inscrivant dans une culture politique déterminée, car un discours politique ne saurait émaner des hautes sphères du pouvoir sans être modelé en creux par le bas. Cependant, à travers les textes de propagande, l’historien décrypte davantage ce que les auteurs croient que penserait un public populaire avec son cortège de démagogie, que ce qu’il pense réellement. Si l’on considère maintenant la seconde option, il convient de comprendre comment un certain nombre de textes sont compréhensibles par ce même public alors qu’ils ne lui étaient pas spécialement destinés.

  • 21 R. Chartier, Culture écrite et société, p. 215.

30Méthodologiquement, mieux vaut commencer par examiner dans quelle mesure des libelles peuvent être accessibles à un public populaire pour statuer dans un second temps, si l’on dispose d’éléments permettant de le certifier, si ce fait résulte d’une intention du scripteur ou non. Nous ne raisonnons donc non pas en termes de réception mais d’appropriation des textes. Ce parti-pris implique de dépasser une classification qui associerait systématiquement des groupes précis préalablement constitués aux ensembles de destinataires. Roger Chartier, qui refuse de faire de la culture populaire un système étranger à la culture lettrée, peut nous servir de guide. La relation dominant / dominé présente le désavantage d’insister exclusivement sur la dépendance de la culture populaire vis-à-vis de la culture savante ou sur ses manques par rapport à elle. Un autre découpage s’impose : pour un même texte, les lectures différentes auxquelles procèdent les divers publics permettent de définir des configurations culturelles par la pratique, c’est-à-dire par ses modes d’appropriation. Chacun informe et nourrit ses lectures de ses croyances, de son expérience, de ses pratiques sociales. En d’autres termes, il s’agit d’élaborer « une histoire sociale des usages et des compréhension des textes par les communautés de lecteurs qui, successivement s’en saisissent21 ». Chemin faisant, nous tenterons de montrer comment les libelles épousent jusqu’à un certain point les règles de lectures supposées propres aux diverses communautés de lecteurs, en l’occurrence celles issues du peuple.

  • 22 « Esta es la carta del Maese Nicolas, de tan varios estilos, que parece librea de lacayo, y que su (...)

31L’armoire de don Babil nous conforte dans cette voie en soulignant la superposition des strates sociales et des registres au sein d’un même texte. Le bibliophage affirme dans les commentaires qu’il livre des principaux écrits polémiques en circulation : « Voici la lettre de Maître Nicolas, aux styles si variés qu’elle ressemble à une livrée de laquais et qu’il paraît que son auteur a trempé la plume dans une oiselière22. » Certains libelles des guerres de plumes sont-ils donc compréhensibles pour un public populaire, au moins partiellement, et le cas échéant comment appréhender cette réalité ?

  • 23 L. Rosales, « Algunas reflexiones sobre la sátira ».

32La vulgate historiographique nous incline vers l’affirmative23. Par ailleurs, il ne semble pas anodin que le goût du peuple pour les libelles nourrisse de façon récurrente la lamentation des puissants. Le 2 février 1666, Aytona, membre de la Junte de gouvernement, remet à la reine une consulte, où il déplore cette réalité :

  • 24 « El mayor riesgo en que estámos es la falta de justicia y la desautoridad de ella, atraviéndose el (...)

Le plus grand risque que nous courons est le manque de justice et d’autorité, car le peuple ose parler en toute impunité comme en témoignent une telle multiplicité de pasquins contre le gouvernement. Bien qu’en d’autres temps on n’ait pas pu s’en débarrasser, jamais on en a vu autant et avec une telle liberté d’esprit. Et les effets qu’il faut craindre et prévoir, à la vue de sujets si pauvres et affligés qui ne peuvent vivre avec de si importantes charges […] réclament une considération et une attention très grandes afin que les exemples passés des communes, des soulèvements et autres malheurs, nous ouvrent les yeux24.

33Il ne faut pourtant pas tirer de conclusions hâtives. La qualification de peuple vise en partie à éroder la légitimité des protestations émises contre le gouvernement auprès de la reine. En réalité, les critiques des pasquins devaient émaner de nobles mécontents qui avaient choisi ce moyen pour frapper les esprits. Toujours est-il que le succès des satires témoignait de leur large diffusion, notamment au sein des couches populaires qui reprenaient volontiers les quolibets ridiculisant les ministres. En outre, la crainte de l’émeute est avérée. Le mécontentement populaire résultant du marasme de la monarchie apparaît susceptible de provoquer un soulèvement d’autant plus violent qu’il aura été porté à vif par les pasquins. Le spectre des comunidades souligne l’importance de la composante populaire dans la sédition potentielle que craint Aytona.

34Les propos d’Aytona résument la place ambiguë que les élites politiques accordent à un public populaire. Le marquis associe ce public au genre des pasquins pour au moins deux raisons. Tout d’abord, la transmission du texte ne pose dans ce cas aucun problème. La pratique de l’affichage de ces écrits en des lieux stratégiques inclut sans discrimination tous les habitants de la ville. Par ailleurs, le public populaire apparaît dans une fonction précise de médisance au service de la diffamation. Le groupe des lecteurs / auditeurs / spectateurs doit s’élargir pour que l’humiliation soit totale. Le public populaire reste donc un anti-public, il est immature, pensé exclusivement dans une posture de moquerie. Cependant, Aytona dénote une conscience qu’il existe au sein d’autres publics, qu’il peut jouer un rôle particulier — notamment en termes de nuisance d’un adversaire — et qu’il peut être utile de l’inclure dans certains cas précis sans lui allouer de légitimité.

35Après ces mises en garde, on peut essayer de déterminer en quoi certaines satires sont compréhensibles à un public populaire. Ces textes présentent un certain nombre de caractéristiques repérables, formant un corpus relativement homogène, aussi bien par la forme que par les thèmes et les moyens de circulation. La première partie de l’Armoire de don Babil peut servir de fil d’Ariane. Don Babil, toujours aussi enthousiaste, extrait des tréfonds de son armoire quelques satires qu’il associe à un lectorat populaire :

  • 25 « Vea Vuestra Merced essos tres papeles, uno del Sueño del Bosco, otro de refranes, y otro de unas (...)

Considérez, Monsieur, ces trois écrits, le Songe de Bosch, ces proverbes et ces coplillas qui se terminent en latin et qui ne paraissent pas d’une vilaine main. Nous les lûmes tous les trois. Celui de Bosch jouait bien des métaphores, mais il nous parut que ce que recouvrait le songe n’avait ni queue ni tête bien que le piquant de l’invention méritât sans nul doutes des éloges ; les proverbes étaient bien accommodés au palais de la populace pour leur accent de vérité, mais ils ne sauraient convaincre ; les couplets, reposant sur l’imagination du peuple sont plaisants ; mais l’usage abusif des mots de la Sainte Écriture, horrible25.

36Dans ce cas, il ne s’agit pas d’un usage sophistique de la figure populaire, servant de repoussoir à une série de textes qui auraient contredit les vues du scripteur. En effet, la sensibilité de l’auteur de cette fantaisie est indéniablement juaniste, tout comme les textes dont il affirme que le peuple est friand. En outre, don Babil dresse une liste minutieuse des écrits en circulation et cherche systématiquement à leur attribuer un ensemble précis de destinataires : les contours de ces groupes n’ont donc rien d’aléatoire. Le chercheur peut donc accorder un certain crédit aux informations relatives aux destinataires visés par les libelles.

37Les textes que don Babil associe à un lectorat et à un auditoire populaires sont des proverbes et des coplillas, c’est-à-dire des textes courts, rythmés, porteurs de marques d’oralité. Le clerc souligne ici combien il importe de prendre en compte la pluralité des modes de réception d’un écrit en fonction d’une cible particulière. Pour un public populaire, la transmission orale des textes était décisive. On dénombre, tant dans la campagne d’opinion contre Nithard que dans celle contre Valenzuela, un important corpus de textes dont les titres renvoient à la poésie, la musique, voire la danse agrémentée de chants : Romancillo, Coplas. Ils débutent par une interpellation d’auditeurs, caractéristique du romance noticiero, sous la forme d’un impératif du verbe entendre. Ces caractéristiques s’adaptent bien à un public souvent analphabète, malgré une familiarité avec le monde de l’écrit qui envahissait les rues. Ces textes, construits sur une forte imbrication de l’écrit et l’oral, se prêtent à une lecture à voix haute et peuvent se mémoriser : ils étaient souvent lus à voix haute de sorte qu’une seule personne en diffusait le contenu à un grand nombre d’auditeurs. Sans oublier le crieur qui clamait les titres des textes qu’il vendait. Rumeurs et charlas assuraient alors le relais. Cette pratique explique le souci de brièveté et d’efficacité des auteurs ou du moins, le soin qu’ils mettaient à choisir les titres de leurs écrits afin qu’ils condensent le contenu.

38Enfin, les textes comprehensibles par un public populaire renvoient à son univers culturel composé de formes spécifiques. La Bible constituait l’essentiel de la culture au sein des masses en majorité analphabètes et ignorantes. Le clergé encadrait la société à tous les niveaux, le peuple espagnol était très croyant et son adhésion aux enseignements de l’Église, inconditionnelle. Les fêtes religieuses scandaient l’année, les marques de dévotion étaient omniprésentes, la messe concrétisait un moment incontournable de dévotion et de sociabilité. En outre, le clergé jouissait d’un immense respect doublé d’un prestige sans bornes.

  • 26 El Padre Nuestro glosado contra Aytona (BNE, ms. 2582, fos 368ro-373vo).
  • 27 Decimas glosadas por el Padre Nuestro en que por estilo admirable dieron razones al Rey nuestro Señ (...)

39Les pastiches des prières les plus connues, notamment le Notre-Père et l’Ave Maria, mises ainsi au service des polémiques, appartiennent à cette même catégorie de textes susceptibles d’englober dans leurs destinataires les couches inférieures de la société en s’insérant dans des schémas culturels qui rappellent les rites religieux du quotidien. Les deux prières qui bâtissent la charpente de ces textes aident à la mémorisation. Parfois, le procédé offre au lecteur l’occasion d’une transgression jubilatoire26. Mais lorsque le ton adopté est grave, cette structure dramatise les enjeux en diabolisant le valido ou en assimilant don Juan au bras de Dieu27. L’inspiration religieuse de ces textes dessine un trait d’union entre le Ciel et la Terre et passionne les prises de parti.

  • 28 BUB, ms. 753, fos 45ro-45vo.

40Le théâtre apparaît également comme une forme culturelle susceptible de trouver un écho chez un public populaire. Le peuple montrait une véritable passion pour ce divertissement et envahissait les corrales. Le recours à la référence à la comedia semble si efficace qu’un sous genre à part entière se constitue épousant un schéma récurrent. Les principaux acteurs de la crise (Nithard, don Juan, etc.) sont associés à un ou plusieurs titres d’œuvres théâtrales. Ces références autorisent une grande flexibilité dans la mesure où il n’est pas besoin d’avoir vu la pièce pour comprendre l’association. Les titres renvoient davantage à des remarques de bon sens, pointant un trait de caractère saillant d’un personnage ou bien tirant une conclusion piquante impliquant une prise de recul entre la sentence et la saillie. Cet ensemble d’écrits indique également l’homogénéité du monde culturel car, dans certains cas, la frontière se révèle ténue avec les proverbes et les aphorismes. Or, la culture populaire est avant tout orale et fonctionnelle, caractéristiques que recouvre la pratique du maniement des proverbes. Le Desvelo de Juan Rana illustre ces propos28.

41Au-delà de la variété de ce corpus, des constantes s’imposent qui autorisent à esquisser un bilan de ces textes qui peuvent inclure un public populaire en épousant les caractéristiques de la lecture populaire telle que les élites politiques la concevait : dislocation des textes pour ne retenir que de brèves séquences décontextualisées, attachement à la littéralité, nécessité de repères visibles, répétition de motifs semblables qui pourront être retenus par cœur. D’où l’importance des marques d’oralité, des proverbes et des rythmes qui rendent parfois poreuse la frontière avec la chanson et qui rendent aisée une transmission orale. Néanmoins, on ne peut prouver que ces textes s’adressaient exclusivement à un public populaire, ni même qu’il y ait eu accès. Les satires forgées sur des titres de comédies, les pastiches des prières les plus connues, les textes courts et assassins faisaient également le bonheur des élites. En vérité, ces écrits remplissent, comme les pasquins, une fonction de diffamation et de médisance pour lesquelles les formules frappantes et facilement mémorisables sont les mieux appropriées. Par ailleurs, ces textes que nous avons décrits comme compréhensibles par un public populaire n’apparaissent dans les archives que sous une forme manuscrite, au sein de collections ou de recueils. La présence d’imprimés aurait conforté l’hypothèse d’une diffusion élargie hors des cercles d’interconnaissance. La prédominance du manuscrit ne permet pas d’écarter l’idée d’une circulation au sein d’un public populaire, mais elle la maintient au stade de l’hypothèse car d’autres mécanismes peuvent rendre compte d’une diffusion de cette catégorie d’écrits au-delà des élites. Pourquoi ne pas envisager que les exemplaires imprimés de ces textes aient simplement disparu parce qu’il s’agissait d’un matériau périssable ? Par ailleurs, il arrivait que l’on vende des copies manuscrites et que les textes circulent alors sans discrimination. Les écrits compréhensibles par un public populaire sont courts, il devait donc être aisé de les recopier en grand nombre et d’en tirer un certain profit sans avoir à investir au départ dans les coûts d’une presse. Enfin, la transmission orale devait jouer à plein. Toutefois, il demeure audacieux d’affirmer quoi que ce soit sur la volonté des scripteurs de toucher un public élargi.

42Si cette analyse de l’éventuelle composante populaire des guerres de plumes n’apporte aucune certitude, il nous a paru indispensable d’évoquer les problèmes qu’elle soulevait. Il importait de prendre position dans le discours historiographique sur le rapport de don Juan au « peuple » pour le nuancer et avancer quelques remarques méthodologiques. Il nous a également semblé intéressant de dépeindre les caractéristiques de certains textes auxquels on ne pouvait assigner a priori un ensemble de destinataires fixes. Pour terminer, nous voudrions insister sur le cas du pasquin pour signifier que, bien que les auteurs aient intégré la césure entre public politique légitime et anti-public, ils avaient probablement conscience que le public des libelles n’étaient pas un donné et que différents groupes pouvaient s’agréger autour d’un même texte.

43Il convient de poursuivre cette étude des publics mobilisés lors des polémiques de la minorité de Charles II par un découpage non plus en fonction différentes catégories sociales convoquées et de leurs agencements divers, mais en suivant un découpage partisan et en prenant en compte les évolutions de ces deux publics.

II. — L’« INVENTION » D’UN PUBLIC JUANISTE

44Don Juan et Nithard ne s’adressaient pas à un même public. Une analyse des destinataires des libelles suivant la ligne de clivage des groupes partisans révèle que le jésuite vise un groupe social fermé : ses interlocuteurs appartiennent au monde de la cour. Ce sont des nobles, une fraction des clercs et les letrados en général. Selon une logique inverse, le bâtard royal procède à un élargissement du vivier de ses partisans au contact des réalités. À travers l’étude des lettres ouvertes de don Juan et des rapports qu’elles entretiennent avec les libelles, que seule une contextualisation intégrant les rouages du dispositif de mobilisation en place (discussions, rumeurs, matérialité des libelles) permet d’appréhender, nous aimerions réexaminer le rapport du prince avec les diverses composantes de son public.

45Si l’hétérogénéité du public juaniste semble incontestable et si la cohorte des partisans du prince englobe plus que les élites politiques, rien ne prouve que celui-ci se soit adressé dans ses missives, dès le 21 octobre 1668, au « peuple », comme l’affirme la vulgate historiographique. L’examen des groupes sociaux postulés par don Juan dans ses lettres ouvertes révèle plutôt un englobement progressif du peuple-plèbe, nullement visé au départ, au sein de ses destinataires. Le public juaniste n’a rien d’un donné inerte, il se constitue et évolue au gré des enjeux du conflit contre le valido. Il nous faut à présent tenter d’en cerner la dynamique.

Les juanistes et leurs adversaires : des publics différents

46L’étude des groupes de destinataires des lettres ouvertes successives de don Juan montre comment ce prince vertèbre le mouvement d’opinion qui le porte. Comme nous l’avons souligné, la lettre de Consuegra permet à l’ensemble des Espagnols de s’identifier à la cause du prince qui se posait en défenseur du bien public des opprimés. Néanmoins, à ce stade de la querelle, ce dernier cherche avant tout à mobiliser les puissants et le monde de la cour et ce n’est qu’à la toute fin de la missive que s’opère le renversement entre les intérêts particuliers de don Juan et le bien commun. L’importance de la question de la défense de son honneur dans cette première missive s’explique aussi parce que le prince cherche à faire communier la noblesse dans le scandale que constitue l’outrage fait à l’un de ses illustres représentants.

  • 29 BNE, ms. 8348, fo 62ro.
  • 30 « Servicio del Rey Nuestro Señor, conservacion de sus Reynos, y reputacion, y honor de todos sus va (...)
  • 31 Ibid., fo 63ro.
  • 32 Ibid.

47Les lettres qu’il envoie aux ministres, le 13 novembre 1668 depuis Torre de Lledó, et aux autorités aragonaises constituent une deuxième étape29. Le but affiché de ces textes est le « service du Roi Notre Seigneur, la conservation de ses royaumes, la réputation et l’honneur de tous ses sujets et ce qui concerne mes intérêts particuliers30 ». Le prince place le bien commun au centre, reléguant en arrière-plan le litige qui l’oppose au jésuite. En outre, il lie plus nettement le retour à la paix publique et l’avènement d’une ère nouvelle au renvoi de Nithard. Il peint un sombre tableau où il se campe dans le rôle de victime du confesseur. Nithard devient un bouc-émissaire à qui tous les maux de l’Espagne incombent31. Enfin, don Juan cherche à séduire les Aragonais en emportant les suffrages des représentants de ce royaume. Il touche la corde sensible du foralisme en rappelant que Malladas, ignominieusement égorgé, est un enfant de ce royaume32. Une progressive désingularisation de la cause de don Juan s’opère dans les textes. Néanmoins, la mention vague aux « sujets opprimés » ne signifie pas que le bâtard royal s’adresse au peuple. Il s’agit plutôt de condamner la tyrannie nithardiste et d’en arguer pour inciter les élites politiques à réagir et à rejoindre les rangs juanistes. Le but de cette manœuvre consiste également à mettre en avant son désintéressement tout en suggérant à Mariana qu’elle ne tient pas son rôle de juste souveraine.

48Si l’on analyse maintenant la façon dont le prince se présente dans ses lettres-manifestes, on perçoit ce mouvement d’élargissement des publics que nous avons évoqué. Au fil de la querelle, don Juan ne se contente plus de se dire soutenu par les Conseils, voire de se présenter comme le seul porte-parole des élites institutionnelles et de la noblesse. Il se pose en porte-parole de l’Espagne. Dans la lettre du 22 janvier 1669, le prince affiche l’appui que lui offrent les ministres, qu’il décrit comme les seuls conseillers admissibles et les seuls canaux légitimes qui transmettent à la fois la voix de Dieu et la voix des peuples :

  • 33 « Los tres principales, y Supremos Consejos de Estado, Castilla y Aragon, que con loable y uniforme (...)

Les trois principaux et suprêmes Conseils d’État, de Castille et d’Aragon ont émis leur avis sur l’ordre de Votre Majesté, avec un zèle louable et constant, et avec des clauses que personne n’ignore. Ils ont ainsi affirmé qu’il était nécessaire que le Père Confesseur quitte ces royaumes. Et dans leurs votes, il faut inclure ceux de trois des cinq membres de la Junte de gouvernement, sans qu’il faille faire l’affront aux deux autres d’imaginer qu’ils auraient voté différemment. Car tous ces ministres, si admirables et si aguerris par leur expérience, sont conformes, grâce à l’admirable influence de Dieu, à sa divine inspiration et à la clameur universelle des peuples33.

49Dans la Première lettre écrite par monseigneur Don Juan à Madame la Reine, de Junquera, le 22 février 1669, où il annonce son arrivée aux environs de Madrid pour faciliter les négociations, le discours s’infléchit légèrement :

  • 34 « Si hasta aqui ha hecho a V. Mag. esta suplica la congoja, y el dolor de toda España por mi sola v (...)

Si jusqu’à présent la souffrance et la douleur de toute l’Espagne vous a adressé cette supplique à travers ma seule voix, elle parle indubitablement désormais à travers celle du Conseil d’Aragon, celle de nombreux et très zélés ministres du Conseil de Castille (sans que les autres ne s’écartent de leur opinion), celle du Conseil d’État nemine discrepante ; la clameur de tous, la conservation et l’honneur de la Monarchie sollicitent et conjurent aussi Votre Majesté34.

50Le bâtard royal affirme ainsi que les institutions, les élites politiques du royaume, soucieuses du bien commun — les ministres sont « zélés » et unanimes —, seules aptes à émettre un avis politique, et lui-même émettent la même remontrance. Mais il se dépeint comme une entité aussi valide que les Conseils pour transmettre à la reine « la souffrance et la douleur de toute l’Espagne ». Par ailleurs, don Juan effectue une curieuse personnification de « la clameur de tous, la conservation et l’honneur de la monarchie », qui conjurent la reine d’accéder aux requêtes du bâtard royal. Les deux derniers syntagmes correspondent aux impératifs que le souverain juste se doit de réaliser et le premier renvoie à la parole du corps politique au sens de populus, qui exprime ce qui est nécessaire à la réalisation du bien commun. Par ces torsions syntaxiques, un décrochage symbolique s’opère entre, d’une part, la « clameur universelle des peuples » — évoquée dans la lettre du 22 janvier —, la « souffrance de l’Espagne » et, de l’autre, les Conseils. Le prince ne s’efforce pas pas de minimiser le rôle des élites politiques puisque leur prestige, canalisé par don Juan, lui donne plus de poids. Le but consiste plutôt à autonomiser la figure du bâtard royal, dont la légitimité politique serait désormais si forte qu’elle tirerait son principe de sa capacité à entendre les plaintes des sujets opprimés, sans plus nécessiter la caution des Conseils.

  • 35 BNE, ms. 18.208, fos 87ro-88ro.

51Une évolution se produit selon cette logique dans la Seconde lettre de don Juan de Austria à la reine doña Mariana de Austria, écrite à Junquera le 22 février 166935. Don Juan ne représente plus seulement l’Espagne, celle-ci ne se contente plus de parler à travers lui ; cette fois, il l’incarne bel et bien. Après avoir envoyé la lettre précédente, il avait appris que le président de Castille tentait de mobiliser la capitale contre lui en recrutant des hommes pour monter une armée. Il prend acte de l’agression et renforce symboliquement son statut en affirmant être le ciment de la monarchie. Son entreprise se justifie

  • 36 « Por concurrir unidamente en mi, todas las razones separadas que pueden aver movido a estos tres c (...)

parce que convergent en moi toutes les raisons séparées qui peuvent avoir incité les trois corps à exprimer leur point de vue dans cette affaire, parce que je suis un fils de Madrid, un noble et un soldat36.

52Outre les institutions du royaume, ailleurs mentionnées dans cette lettre, qu’il représenterait, don Juan affirme être le point de convergence de trois corps qu’il incarne — la ville de Madrid, la noblesse et les soldats. La dimension sacrificielle que revêt la remontrance du plus loyal des sujets signifie qu’il « imbrique » en lui ces trois corps et qu’il incarne par synecdoque en les faisant parler à travers lui. Les élites politiques et la noblesse mais aussi donc les Madrilènes, toute classe sociale confondue, et les soldats.

53Enfin, le glissement vers les couches populaires et vers d’autres catégories sociales qui ont prouvé leur capacité d’action en s’agrégeant au mouvement s’accentue dans le manifeste de Torrejón de Ardoz du 1er mars 1668. Ce texte offre un programme réformateur, avec son cortège de rhétorique et de démagogie, pour satisfaire tous les secteurs de la population qui l’avaient aidé. Il effectue une instrumentalisation chorale des mécontentements en prenant la parole sans plus s’abriter derrière la caution des Conseils. En son nom propre, don Juan défend les intérêts de diverses entités dont la somme constitue le corps politique et social de l’Espagne et avec qui il entretient un rapport direct. Ainsi, comprenant la nécessité de redorer le blason de la milice, don Juan écrit :

  • 37 « La milicia (braço diestro de las Monarquias) está oy defraudada de aquella gran estimacion, y pre (...)

La milice (bras droit des monarchies) est aujourd’hui privée de cette grande estime et des récompenses qui lui sont dues par les institutions ; l’exalter à nouveau favoriserait un important recrutement notamment parmi le meilleur sang et constituerait un moyen de la discipliner et de la fortifier37.

54En loyal compañero, il récompense et rallie définitivement à sa cause les soldats qui l’avaient rejoint aux environs de Madrid, grossissant les rangs des troupes qui l’accompagnaient.

  • 38 « La afliccion y lloros de los Pueblos de Castilla » ; « Como quien la ha tocado con las manos […] (...)
  • 39 « Insoportable carga y excesso de tributos » ; « Siendo su peso tal que aun fuerças para el gemido (...)
  • 40 « Ver abundar a unos, quando lloran los otros » (ibid.).
  • 41 « Que su sudor se queda, por la mayor parte entre los arcaduces, por donde le vierte » (ibid.).
  • 42 « No menos deve atenderse a la buena distribucion de las mercedes, y eleccion de los empleos, en qu (...)
  • 43 Ibid.

55Ce même manifeste adopte une tonalité plus populiste. Don Juan parle pour les peuples espagnols qui souffrent avec le pathos requis. Il évoque « l’affliction et la peine des peuples de Castille » et affirme avoir « touché [cette peine] des mains […] lors de [s]es pérégrinations », faisant allusion à la première marche sur Madrid38. Le prince condamne « l’insupportable charge et l’excès des impôts » dont le poids ôte leur force aux sujets au point qu’ils ne peuvent même plus gémir39. Il s’offusque de l’écart de condition entre riches et pauvres, voyant « que certains regorgent de biens alors que d’autres pleurent40 ». Il déplore que les intermédiaires récoltant les contributions privent les peuples du prix de leur sueur41. Pour remédier à la situation, il prône l’allègement des impôts et une meilleure distribution des charges42. Selon lui, ce n’est pas en multipliant les contributions que les rois s’enrichissent, d’autant que la situation de paix ne justifie pas une pression fiscale si forte43. Enfin, la proposition de constituer une Junta de Alivios implique le prolongement et la prise en considération institutionnalisée des débats publics pour résoudre la crise économique qui frappe la monarchie :

  • 44 « Suplico a V. Magestad rendidamente, con toda la afliccion, y lastima de los pueblos de Castilla, (...)

Je supplie Votre Majesté de nommer une junte réunissant les ministres les plus expérimentés, zélés et désintéressés, qui traite seule de ces matières de jour et de nuit, qui écoute et reçoive les propositions et les textes qu’on lui adressera pour remédier aux maux évoqués et aux autres qui se présenteront à l’insigne prudence de Votre Majesté, et qu’on prenne des résolutions promptes et efficaces pour répondre au danger que représente de si graves dommages pour la plus plus grande gloire de Notre Seigneur, pour le bien des pauvres et pour la solide conservation de cette monarchie qui est la colonne de sa foi44.

  • 45 Ibid., fo 92vo.

56Notons que les contemporains ont surtout retenu de ce long texte la requête de soulager les humbles du poids des impôts pour « le bien des pauvres », par le biais d’une Junta de Alivios. En filigrane, don Juan se décrit comme une alternative valable à Nithard qui aurait échoué dans sa mission de soulager les Espagnols du poids des impôts. Le prince suggère que s’il était nommé au gouvernement il parviendrait à libérer les sujets de ce joug sans nuire aux finances45.

57Dans le manifeste de Torrejón, don Juan prend donc en compte les intérêts des humbles pour s’en faire le porte-parole. Cette tirade sur la misère des peuples tranche avec la tonalité des discours précédents. Don Juan s’exprime en misant sur le pathos afin de signifier qu’il a entendu et touché du doigt une souffrance réelle. Non content de s’en faire l’écho, il propose un projet pour l’apaiser. Faut-il en déduire que don Juan s’adresse non seulement à la reine et aux élites politiques mais aussi à la plèbe ?

  • 46 « Celui qu’ils jugeaient […] empêcher la restauration qu’ils attendaient de monseigneur don Juan » (...)
  • 47 Relación verdadera del regocijo y aplauso con que el señor don Juan de Austria fue recibido en la c (...)
  • 48 Amador de la Paz, Voto de la verdad que participa al orbe el clarin de la fama (RAH, 9/643, fos 217 (...)

58Il ne s’agit pas d’un discours tératologique où l’évocation de la plèbe introduirait la menace d’un soulèvement sans devenir pour autant destinataire du manifeste. La figure du peuple-monstre à la colère déchaînée ne surgit pas ici. Don Juan livre une défense du pechero soulignant la nécessité d’une plus juste répartition des contributions et condamnant les intermédiaires chargés de récolter les impôts — proposition susceptible de déplaire à certains de ses alliés de la grandeza. L’usage marqué du pathos dans ce manifeste qui n’a pas pour fonction d’avertir les élites politiques qui connaissent la gravité du marasme et le souci de rédiger des propositions concrètes suggèrent que cet argumentaire ne tient pas que d’une rhétorique creuse. L’apparition de cet argumentaire en février 1669 a un sens qu’il faut saisir. Il va de soi que ce discours est au moins en partie tactique. Par ce manifeste, le prince cherche à exercer une pression sur Mariana pour obtenir un poste au gouvernement. On en veut pour preuve le double mouvement qui anime ce texte : une charge contre Aytona et Valladares dont il réclame le renvoi, un éloge de don Juan présenté comme le seul capable de résorber la crise. L’insistance sur la souffrance des sujets vise peut-être à éveiller la culpabilité de la reine ou à lui faire craindre de passer pour peu soucieuse du bien des Espagnols si elle refuse de prendre en compte les demandes de don Juan. En offrant des solutions concrètes pour soulager les sujets, don Juan donne des gages de sa bonne foi et rend monstrueuse son éviction Cependant, il semble difficile d’apaiser les prévention d’une reine inflexible. De surcroît, les Conseils qui s’accordaient avec don Juan pour renvoyer le jésuite sont des alliés de circonstance. Une fois Nithard éliminé, il n’est pas sûr qu’ils s’offusquent qu’on neutralise don Juan. Le prince ne peut donc se prévaloir de l’appui des institutions pour cette nouvelle remontrance : le renvoi d’Aytona et de Valladares et l’application de son programme de réformes qui supposent sa présence au gouvernement. C’est pourquoi on ne saurait interpréter ce manifeste comme la seule mise en scène par don Juan de son souci du bien commun assortie de la preuve qu’il est l’homme de la situation devant un public constitué par des élites politiques solidaires de sa cause et par la reine, ainsi piégée par ce dispositif et contrainte de satisfaire le bâtard royal pour ne pas froisser les ministres. Le prince doit trouver un autre moyen pour s’imposer : l’ouverture en direction du public des humbles et le mécontentement que son renvoi pourrait provoquer chez cette catégorie de la population. En effet, si la défense des intérêts de la la plèbe parvient entre les mains des principaux intéressés, le rejet du manifeste de la part de Mariana pourrait lui être fatale car elle pourrait provoquer la colère d’un peuple prêt à se soulever. Il apparaît symptomatique que le discours de don Juan calque celui qu’on attribue à la plèbe dans cette guerre de plumes. Un récit de la sortie de Nithard affirme que l’ensemble des Madrilènes s’étaient mobilisés à la nouvelle du départ du confesseur pour l’accabler de jurons parce que, selon eux, le jésuite empêchait don Juan de régénérer la monarchie46. En somme, après avoir obtenu l’exil du valido, la seule ressource dont dispose le prince consiste à exploiter, en les canalisant, le mécontentement et le désarroi de la population en scellant le lien qui l’unit aux « sujets opprimés » par la publication d’un manifeste imprimé. Pour corroborer ce point, il reste à prouver que ce message puisse parvenir aux « Espagnols opprimés ». C’est à ce seul prix que les sujets accablés auront la certitude qu’ils ont un champion qui les défend. C’est à ce seul prix que le prince pourra s’attacher le peuple, convié uniquement en tant que spectateur, mais convié tout de même. C’est à ce seul prix que don Juan pourra consolider son parti et exploiter la ressource que représente le soutien de la plèbe. C’est à ce seul prix enfin que l’on peut comprendre que don Juan risque de malmener la cohérence de son parti en provoquant la réticence de ses alliés nobles. Or les lettres du 22 février et le manifeste de Torrejón de Ardoz paraissent imprimés et sont diffusés à large échelle. Par ailleurs, ces écrits trouvent deux relais imprimés. Un en amont, le récit des Vraies réjouissances et des applaudissements qui reçurent monseigneur don Juan dans la ville de Saragosse47. Un en aval, le discours juaniste de l’« Amant de la Paix », qui débat de la question des impôts et qui affirme qu’il vaut mieux porter préjudice aux prêteurs du roi et autres rentiers, qu’aux sujets démunis48. On recense ainsi quatre textes publiés entre le 5 février et le début du mois de mars 1669 où don Juan est directement mis en scène dans une posture de protecteur, voire de « père » des humbles qui subissent de plein fouet la crise économique et les dévoiements de certaines pratiques politiques. Pour don Juan, la plèbe devient destinataire de certains textes politiques. Si l’image du peuple souffrant remplace celle du monstre dévastateur, la plèbe n’est sollicitée que pour faire craindre qu’elle ne se soulève. Elle n’a de place que dans un jeu de pression avec d’autres publics considérés comme seuls légitimes et ne quitte pas le registre de la tératologie politique.

59En contraste, les textes nithardistes excluent explicitement le « vulgaire » de leurs destinataires sont tous nithardistes. Véritables mises en garde contre le danger qu’incarne une populace indigne de participer à un litige dont les enjeux la dépassent, ils posent le peuple en « anti-public ». Loin de toucher un large auditoire, ces discours à usage interne qui veulent infléchir une tactique, le verrouillent : ils ne concernent que les partisans du confesseur sans pouvoir gagner de nouveaux suffrages. Le constat progressif de l’importance de la rumeur, de la charla política et de l’agitation populaire prend, chez les nithardistes, la forme du scandale ou d’une attention mêlée d’effroi. Mais jamais les alliés du jésuite ne cherchent à en jouer ou reprendre à leur compte les aspirations de la plèbe. Bien plus, ils se glorifient de ne le point faire et pensent même discréditer don Juan en lui reprochant de s’adresser à une plèbe vile et d’utiliser dans ce but les moyens infâmes que sont la rumeur et la calomnie au sein des mentideros.

60Si l’on raisonne non plus en termes de destinataires escomptés par les auteurs des textes, mais en termes d’appropriation, il apparaît que dans l’ensemble du corpus nithardiste peu de texte peuvent susciter l’adhésion, voire même être compréhensibles pour des catégories autres que celle des nobles, des lettrés et des clercs. Rares sont les textes à ne pas exiger une culture érudite pour leur compréhension. Rares sont les textes dont la longueur n’impose pas du temps pour en prendre connaissance, rendant problématique une lecture à voix haute diffusant le propos tenu à un large auditoire. En outre, les écrits nithardistes que nous avons qualifiés de juridiques et ceux qui adoptent la forme de la glose n’ont de sens que pris dans leur totalité. Ils requièrent donc, après une lecture laborieuse, qu’on en embrasse la totalité dans un coup d’œil panoptique. Ils ne comportent pas de fragments détachables, susceptibles d’être retenus ou simplement diffusés tels quels par voie orale, mais nécessitent une familiarité avec le savoir dispensé dans les Colegios mayores et avec les manières et la logique spécifiques de conduire un raisonnement ainsi qu’une bonne mémoire et un esprit de synthèse. Les juanistes ne daignent même pas évoquer la production nithardiste dans son ensemble, pour l’entourer d’une négation méprisante. Ils publient ainsi l’absence d’un adversaire annihilé, prisonnier d’une identité vouée à l’exécration et au silence. Au contraire, les alliés du jésuite ne cessent de se lamenter du scandale et de l’audace de la propagande juaniste en raison de l’écho qu’elle rencontre. Ainsi, le camp du confesseur compte sur des groupes restreints déclarés seuls légitimes. En valorisant des ensembles de destinataires limités, définis par l’exclusion des autres, les partisans du confesseur ferment leur public.

L’« invention » d’un public, signe de l’efficace de la mobilisation

  • 49 Au sens de l’étymologie latine, invenire signifie trouver ce qui est déjà là et non « créer » ce qu (...)

61Après avoir constaté l’élargissement du public juaniste dans les lettres-manifestes du prince qui finit par rassembler autour de lui les nobles et la plèbe et après avoir souligné le contraste entre les destinataires des juanistes et nithardistes, il convient d’expliquer les raisons qui poussent don Juan à chercher à recruter hors du vivier originel de ses alliés pour se tourner vers l’anti-public de la plèbe. Le terme d’invention que nous utilisons implique la prise en considération de la variable du temps dans la constitution d’un public qui ne correspond pas à un donné49. Il implique aussi la notion d’hétérogénéité des destinataires dont l’interaction forme un public. De surcroît, il fait intervenir la notion d’imprévisibilité au sens de découverte involontaire d’un nouvel acteur politique. C’est pourquoi on ne saurait ignorer les interférences entre les publicistes et le public visé et/ou touché, ainsi que la variété des moyens de mobilisation qui se mélangent et produisent des effets inattendus.

  • 50 F. Sánchez Marcos, Cataluña y el gobierno central tras la guerra de los segadores.

62Cet élargissement du public apparaît dans les lettres ouvertes en février 1669. C’est pourquoi nous émettons l’hypothèse que la marche sur Madrid explique ce changement, du moins en partie. Dans son souci d’examiner la place de la Catalogne dans le soutien apporté à don Juan lors de la guerre de plumes contre Nithard, Fernando Sánchez Marcos raisonnait en termes de spatialité50. Il avait démontré que, même si le Principat avait donné asile au bâtard royal, on ne saurait en inférer qu’il avait tiré toute sa force de la « périphérie ». Mais cette approche géographique ne peut se dispenser du paramètre temps puisque le prince suit un parcours de la couronne d’Aragon à la Castille et que, au fur et à mesure de sa marche, il expérimente des modes nouveaux de mobilisation dont il peut concrètement évaluer l’efficacité.

63Quand don Juan quitte Barcelone pour Madrid, c’est uniquement, en apparence, pour obéir aux ordres de la reine et chercher un terrain d’entente. C’est plus tard, une fois en Castille, que ce prince adopte une attitude menaçante et qu’il demande non seulement la destitution de Nithard, mais qu’il se « prononce » contre le gouvernement jusqu’à formuler un ultimatum à Torrejón de Ardoz, le 23 février 1669. Selon Fernando Sánchez Marcos, il va plus loin parce qu’il se sent soutenu par l’enthousiasme populaire. Nous avons insisté, lors de notre étude de la première marche, sur la dimension processuelle de ce phénomène. La foule enfle toujours davantage selon que don Juan s’approche de la cour. Les manifestations incessantes de soutien témoignent de la capacité de mobilisation du parti juaniste ainsi que la menace potentielle que recèle la plèbe.

  • 51 BNE, ms. 6384, fo 117vo.
  • 52 BNE, ms. 8360, fo 18vo.

64De fait, de nombreuses correspondances et chroniques de la crise de 1668- 1669 se font l’écho des mouvements de foule en faveur de don Juan en février. Un récit de la sortie de Madrid de Nithard imprimé dépeint une foule enragée contre le confesseur prête à fondre sur le carosse qui l’emmène loin de Madrid51. Il n’est pas impossible que des agents juanistes aient contribué à lancer ces mouvements hostiles envers le malheureux. Quoi qu’il en soit, le terrain était favorable et si l’on ne peut savoir si ces manifestations de haine étaient entièrement spontanées, même orchestrées elles traduisaient une réalité. Nithard corrobore ce propos en se lamentant de la façon dont il a été maltraité par les habitants de la capitale le jour de son départ et le mois précédent52.

65Les première lignes du récit de la sortie de Nithard révèlent d’autres facettes du dispositif d’agrégation de publics hétérogènes autour de don Juan :

  • 53 « Aviendo el señor don Iuan conformandose con el orden de Su Magestad de acercarse a la Corte para (...)

Monseigneur don Juan ayant obéi à l’ordre de Sa Majesté de s’approcher de la cour pour pouvoir faire aboutir ses requêtes et résoudre si le Père Confesseur devait ou non être renvoyé, il demanda au duc d’Osuna une escorte pour la sécurité de sa personne et l’ayant obtenue et, ni Conseil d’État ni la Junte de gouvernement ne s’y étant opposé, il vint en faisant de courtes étapes sous les applaudissements et les acclamations des peuples, en particulier dans la ville de Saragosse où l’on donna des marques toutes singulières d’affection pour monseigneur don Juan et de haine pour le Père Confesseur. À l’écho de ces nouvelles auxquelles s’ajoutèrent les rumeurs de la plèbe, on craignit quelque grand désordre dans la cour de Madrid53.

  • 54 Relación verdadera del regocijo y aplauso con que el señor don Juan de Austria fue recibido en la c (...)

66Cet extrait confirme que la marche révèle la puissance de mobilisation juaniste, au bâtard royal et aux Espagnols. Il témoigne aussi de l’art du prince à mettre en scène cette mobilisation ainsi que de la « capture » du public madrilène en quête d’informations et de libelles qui rend compte de l’écho démutiplié du Vrai récit des réjouissances et des applaudissements qui accueillirent monseigneur don Juan auquel fait allusion la citation54. C’est tout le dispositif de circulation des textes et des paroles qui se trouve modifié par la marche. La quête frénétique et papivore de la nouvelle au paroxysme de la crise transforme les habitants capitale en public d’un conflit exigeant de tous une prise de position parce qu’il peut engendrer une guerre civile. Les Madrilènes touchés par les libelles ne sont plus seulement ceux qui appartiennent aux cercles restreints de diffusion d’une production manuscrite. Tous s’activent pour acquérir des informations orales ou écrites en fréquentant ces lieux hybrides de parole et d’écriture que sont les mentideros. On imagine l’impact des manifestes imprimés de don Juan en ce mois de février. Outre « l’écho des nouvelles », le récit du départ de Nithard évoque les « rumeurs de la plèbe » qui laissent présager un soulèvement. La rumeur étant le seul mode d’expresion politique concédé à l’anti-public de la plèbe, souvent en prélude à quelque turbulence, l’auteur signifie de la sorte que la lutte contre le valido nourrit toutes les conversations, que la guerre de plumes passe plus que jamais par les mots proférés qui diffusent, en l’infléchissant, le contenu des libelles dans un mouvement d’oscillation pendulaire.

67Il reste à comprendre pourquoi les Espagnols se sont mobilisés au moment même de la marche sur Madrid. L’intervention des autorités aragonaises qui ont pris l’initiative d’aller saluer le bâtard royal à son passage a joué un rôle important en ouvrant une scène où la capacité de mobilisation du prince a pu se manifester. Les élites politiques locales ont signifié en majorité leur adhésion à la cause juaniste dont elles avaient pris connaissance par les lettres ouvertes, certains libelles, des nouvelles de Barcelone et de Madrid ainsi que par le biais de conversation chez des particuliers. Comment expliquer que les humbles se soient également mobilisés ? Il y a une dynamique d’entraînement lors de la marche. En outre, des textes, notamment les imprimés, avaient filtré hors des circuits de diffusions des élites, relayés — remplacés — par la parole et la rumeur. Notre étude du mentidero de Madrid et des losas de palacio explicite les mécanismes de diffusion du contenu des textes des guerres de plumes et rend compte de la possible implication d’acteurs non sollicités par les scripteurs. De fait, des textes juanistes comme Les Trois de la Renommé, le Mémoire de l’Andalousie, L’Armoire de don Babil, tous imprimés, qui ont pu faire l’objet de vente et de distribution, condensent un certain nombre de thèmes propres à séduire la plèbe. La simplification des enjeux et la vision manichéenne transformant Nithard en cause de tous les maux, les relents xénophobes, le glissement du vol des millions envoyés par Nithard en Allemagne, à celui du joug des impôts que ferait peser le valido sans entendre la souffrance des sujets, autant d’éléments propres à susciter l’enthousiasme des humbles pour le prince. L’Armoire de don Babil va encore plus loin dans la dénonciation du poids des contributions. Le scandale de l’accumulation des charges y est longuement décrit pour lui-même.

68Si la diffusion des libelles et des paroles expliquent en amont le succès imprévu de la marche sur Madrid, en retour, cet événement a influé sur les libelles. En effet, on constate que la totalité des satires que nous avions identifiées comme compréhensibles par un public populaire à partir de la radiographie des lecteurs établie don Babil paraissent en janvier et février 1669. Dans le même temps, les pasquins se mutiplient. Cette concentration de textes pouvant toucher au-delà des élites politiques par leur modalité d’expression, leur porosité avec l’oralité, leur univers culturel, leurs thèmes, à un moment bien précis de la crise, attire l’attention. Ce constat nous conforte dans l’idée de mobilisation, directement par les libelles, d’un public populaire ainsi inclus dans un ensemble plus large de lecteurs / auditeurs dans la mesure où, à la lumière de cette contextualisation, notre objet se transforme d’inventaire des critères des écrits accessibles à un public populaire en un phénomène circonscrit dans le temps et révélateur d’enjeux précis dépendant des rapports de forces. Les inflexions de la circulation de la nouvelles et des textes politiques induites par la marche sur Madrid qui capture le public madrilène inquiet du risque d’une guerre civile expliqueraient que les juanistes misent désormais sur l’écrit — en sus de la rumeur — pour atteindre un public populaire dorénavant en quête de libelles et de bruits traduisant le contenu des textes polémiques.

  • 55 Divertimiento del ocio en el « juego del hombre » (BNE, ms. 2034, fos 47ro-47vo). C’est un témoigna (...)

69Dans notre perspective, la publication imprimée le 7 février 1669 d’un texte intitulé Divertissement du jeu de l’Hombre apparaît davantage qu’une coïncidence chronologique ; elle est comme une métaphore de l’élargissement du public juaniste55. Il s’agit d’un jeu de cartes d’abord populaire, proche de notre actuelle « bataille », que d’autres catégories sociales pratiquaient. Deux à cinq partenaires s’affrontent, maniant quarante cartes une fois ôtés du jeu les huit, les neuf et les dix et donné à chaque participant neuf cartes distribuées trois par trois et par ordre. Chercher à élargir au maximum le cercle des destinataires suppose que l’auteur subsume leur hétérogénéité, qu’il trouve un langage ou un motif culturel largement partagé, ce qui exclut l’érudition et les traits identitaires propres à un groupe restreint. La force d’un texte qui s’adresse à un public hétérogène dépend de sa capacité à capter une pluralité d’appropriations. Le jeu de l’hombre remplit ces conditions dans la mesure où il apparaît comme un des points de contact les plus aisément identifiables entre un public populaire et les élites politiques.

  • 56 Por el sótano y el torno.
  • 57 Casa con dos puertas, mala es de guardar.
  • 58 R. Marrast (éd.), Théâtre espagnol du xviie siècle, t. II, p. 608.

70La façon dont le jeu de l’hombre apparaît dans la comedia, véritable miroir des représentations des contemporains, explique comment ce divertissement était perçu par les Espagnols du Siècle d’or. Un petit détour par le théâtre aura donc valeur de test pour savoir si ce jeu était bien conçu comme populaire. Dans la comedia, ce sont souvent des marginaux ou des personnes susceptibles de fréquenter les tripots et les auberges qui évoquent ce jeu dans leurs dialogues, suggérant ainsi qu’ils en sont adeptes. Dans la première scène de Par la cave et le tour de Tirso de Molina, un étudiant canaille séjournant à l’auberge des Viveros et deux charretiers se promettent de faire une partie, l’étudiant avançant qu’il misera l’argent qu’il lui est resté de son année scolaire56. Comment mieux associer le vulgus au jeu de l’hombre ? Calderón, dans la Maison à deux portes, maison difficile à garder, cisèle un dialogue entre un valet grotesque, Calabazas, et un jeune noble, Lisardo, dont le comique repose entièrement sur une allusion au jeu de l’hombre57. Au plus profond de la nuit Calabazas suit son maître, Lisardo, à l’insu de ce dernier. Celui-ci sentant la présence lourdaude d’un homme sur ses talons se retourne brusquement et empoigne celui qu’il prend pour un dangereux espion. Et Calabazas de jurer qu’il est quelqu’un d’honnête. Lorsque Lisardo lui demande de passer son chemin, le valet rétorque « Je ne passe pas puisque me voici l’hombre » et l’interlocuteur de répliquer « Eh bien moi je vais jouer de l’épée58. » Prélude savoureux avant la tombée des masques et la reconnaissance : « Arrête ! Aïe, aïe, mon maître, ne me tue pas, je suis Calabazas ! » L’hombre est à la fois le jeu mais aussi celui qui distribue les cartes et qui donc ne peut passer son tour. La réponse de Lisardo file l’analogie grâce à un jeu de mots entre « espada », le pique des cartes, et l’épée qu’il menace de dégainer. On voit donc que deux personnes de milieux sociaux différents connaissaient les règles de ce jeu et pouvaient broder un dialogue impromptu à partir d’elles dans des situations improbables. Cette incursion dans la comedia montre que, pour les dramaturges et les Espagnols du Siècle d’or, ce jeu est familier aux personnages de tous les milieux. Par ailleurs, ces allusions se devaient d’être crédibles sous peine de perdre leur comique. Enfin, le public des comedias réunissait toutes les strates de la population de sorte que ces références étaient certainement aussi fréquentes parce que comprises de tous et donc vouées à déclencher un rire facile. L’hypothèse qu’en forgeant une satire sur ce jeu de cartes — et non sur les échecs, jeu noble par excellence — l’auteur espérait se faire comprendre de tous, se valide donc. En s’inscrivant dans la tradition du jeu comme métaphore politique, ce texte se distingue par ses vertus pédagogiques. Il n’appelle ni le sarcasme ni l’invective, mais commente l’actualité avec recul. Ainsi le jeu de l’hombre se présente comme une métaphore populaire ; il constitue un langage :

  • 59 « El juego reducido en este caso a lenguaje, tiene exactamente la misma función que los títulos de (...)

Le jeu réduit dans ce cas à un langage, a exactement la même fonction que les titres de comédie ou les proverbes qui servaient également, à la même époque, à expliquer au peuple qui était bon et qui était méchant59.

71Dans le libelle de 1669, ce sont Mariana, Nithard, don Juan et l’Espagne qui s’affrontent pour une manche seulement, car la partie s’interrompt quand le prince quitte les lieux, laissant planer le doute sur l’évolution des rapports de forces. Le déroulement de la partie est minutieusement dépeint, si bien que des termes techniques renvoyant aux règles (polla pour la pioche, etc.) émaillent le texte. Le lecteur éprouve ainsi la sensation de suivre une partie en temps réel de sorte qu’un public populaire saisit facilement le sens de la dimension métaphorique de l’hombre puisque le pouvoir sera le tribut du vainqueur.

  • 60 « El naype tomo don Iuan/Y empezo a repartir cartas/Como no heran de su gusto/La reyna se las baraj (...)
  • 61 « Tomo el confesor el naype/Repartiendo cartas falsas/Dicen todos paso paso, /Pasan y ninguna pasa  (...)
  • 62 « Tuvo la polla y barato/dio a los que mirando estavan A Portugal todo un reyno/Todo Flandes dio a (...)
  • 63 « Lebantose don Juan luego/[…]/Que si el naype no me engaña/Lebantarse y no jugar/Es la accion mas (...)

72Tout converge vers l’idée de la déloyauté des adversaires de don Juan et de l’impossibilité de jouer avec de tels partenaires. Lorsque le prince distribue les cartes, la reine, mécontente de son jeu, les rejette60. Quand le confesseur est l’hombre, il répartit des cartes pipées. Devant la mauvaise distribution, tous passent leur tour, mais le texte ajoute qu’aucune carte ne passe61. En sus de la tricherie de Nithard contre lequel jouer n’a donc pas de sens, le lecteur déchiffre une critique de l’inique répartition des charges de la monarchie et des grâces en général. Plus loin, le jésuite prend la pioche et les carte défaussées pour les donner aux spectateurs. Le Portugal gagne ainsi un royaume et la France, toutes les Flandres. Quant à l’Allemagne, il lui donne toute la mise62. Encore une fois, le satiriste critique la politique de Nithard : la perte du Portugal en 1668 et celle de territoires dans les Flandres. Il contribue aussi à divulguer les rumeurs calomnieuses selon lesquelles le jésuite aurait détourné des sommes colossales en Allemagne. Le texte se conclut par le départ de don Juan qui quitte brutalement la partie. Et l’auteur de commenter que « si les cartes ne le trompent pas, se lever et cesser de jouer est l’action la plus sensée »63. Ici, le lecteur est livré à lui-même et doit interpréter le discours. Nous proposons l’hypothèse suivante. Puisqu’il apparaît vain de poursuivre une partie truquée, il faut avoir recours à d’autres moyens, à un extraordinaire politique auquel correspondrait la marche sur Madrid, dont le syntagme « se lever » rendrait compte.

  • 64 Ch. Jouhaud et A. Viala (dir.), De la Publication, p. 10.

73L’analyse du facteur-temps plaide donc pour un élargissement progressif du public juaniste, phénomène au sein duquel la marche sur Madrid constitue un moment décisif. Si l’on suit la thèse de Christian Jouhaud et d’Alain Viala sur la signification de la publication, entendue pour nous comme « publicité », « Chaque action de publication est porteuse d’un prise de position sur ce qu’est ou n’est pas l’espace public qu’elle envisage […] et que précisément elle met à l’épreuve de l’action64. » On assisterait donc à un réajustement des publics juanistes. Don Juan et ses alliés, dépassés par le succès que révèle la « mise à l’épreuve de l’action », prendraient acte de l’existence d’une cohorte de partisans issus des couches populaires qui, s’ils n’avaient pas été délibérément exclus des textes polémiques, n’avaient pas été directement sollicités par eux. Dès octobre, la diversité des moyens de mobilisations orchestrés (rumeur, « charla » politique) avaient prouvé leur efficacité à compléter le travail de transmission des textes aux lecteurs et avaient intégré les franges populaires dans le mouvement juaniste. Mais la marche qui déchaîne la liesse des foules marque une nouvelle étape. La prise de conscience de l’importance et de la force de cette catégorie de partisans se traduirait par l’apparition, dans la sphère discursive, de ce public populaire qui surgit non plus pour subir sarcasmes ou pour jouer les épouvantails, mais pour être inclus dans les destinataires. La réception postulée par don Juan et ses hommes se transformerait ainsi, face au constat de son inadéquation avec la réception réelle. La constitution d’un public précèderait son expression dans les textes en tant qu’ensemble de destinataires postulés et visés. Cette dialectique règlerait du même coup le problème de l’effectivité de la mobilisation. Il apparaît cependant impossible d’évaluer l’efficacité et le rôle respectifs des moyens de mobilisation discursifs et non discursifs dans les processus d’adhésion du public populaire à la cause juaniste. Par ailleurs, si don Juan élargit effectivement son public dans ses lettres ouvertes, rien ne prouve que les libellistes aient dans leur majorité cherché à intégrer la plèbe dans leurs destinataires. Un passage massif du manuscrit à l’imprimé aurait constitué un argument fort en ce sens. Cependant, les archives, dans l’état de conservation, ne laissent pas discerner un tel mouvement. Pour notre part, nous nous bornons à constater qu’à partir de janvier les lettres ouvertes de don Juan et les libelles connaissent des inflexions que nous expliquons par une contextualisation précise. Ainsi, le discours évolue avec l’apparition du thème des impôts et de la misère des Espagnols, les modalités d’expression dénotent une proximité plus forte avec l’oral, les modalités de transmission des textes permettent de toucher un nombre important d’individus sans trier les lecteurs (pasquins) et l’univers culturel le plus souvent convoqué est un univers commun à toute la société (la Bible, les comedias, la métaphore du jeu de l’hombre, les proverbes, les calendriers). Une rencontre a bien eu lieu, transformant la plèbe, d’arme tératologique brandie pour terrifier l’adversaire, en destinataire des libelles. Mais rien ne dit que ces écrits sont réellement parvenu à canaliser ce public dont la mobilisation demeure incompréhensible sans les autres vecteurs de communication que sont la parole, la rumeur et la marche sur Madrid. Une certitude, les libelles de 1669 se prêtent bien à la discussion au sein des mentideros et créent des interférences entre les différents moyens de communication politique. Ainsi, l’examen des espaces sociaux de polarisation des libelles et des lettres ouvertes nous a permis d’articuler les autres moyens de mobilisation discursif et non discursif sur les séquences de textes polémiques et de souligner leurs synergie.

  • 65 BNE, ms. 2733, fo 6ro.

74Lors de la campagne contre Valenzuela, les partisans du prince ont manifestement perçu l’hétérogénéité du public mobilisé et des ressources considérables qui en découlait. En fonction des enjeux et du déroulement de la lutte opposant le nouveau valido au prince et à la noblesse, les auteurs ont varié la focale, tantôt s’adressant exclusivement à la cour, tantôt en englobant les couches populaires à partir du 23 janvier 1677. Nous avons ainsi montré comment se déployait une telle logique d’élargissement des destinataires. Dans la campagne contre Valenzuela, le divertissement du Jeu de l’hombre réapparaît, exploitant à nouveau les capacités de mobilisation d’un large public que recèle ce texte65. Si l’on laisse de côté l’efficacité de la mobilisation escomptée, il reste que les contours mouvants du public appelé en creux par les textes répondaient, à chaque fois, à des objectifs contextualisés nécessitant une configuration spécifique de partisans. L’expérience de 1669 et l’invention d’un public forgé dans le feu de l’action ont donc enrichi les modalités d’action de la dissidence.

Une dimension obscure du champ politique : le « peuple »

a) Le peuple, figure rhétorique ?

75Cette invention d’un public par le prince renvoie à des impératifs pragmatiques. Le statut des strates populaires au sein des destinataires reste flou et leur légitimité sujette à caution. Le « peuple » entre dans la danse d’abord sous des traits monstrueux, dans le cadre d’une mise en scène spectaculaire de la force de frappe du parti qui en revendique le soutien, pour effrayer l’adversaire. Dans ce cas, les scripteurs juanistes ne cherchent guère à toucher directement les humbles. Ils exploitent la crainte des puissants face à la force brute que le peuple, agrégé dans une foule tumultueuse, est censé incarner. À l’inverse, lorsque les nithardistes dénigrent le « public populaire » des textes juanistes, ils veulent dénoncer la médiocrité de la propagande de l’adversaire. Car le goût de la « populace » ne s’accommode que d’artifices grossiers incapables de convaincre l’honnête homme. Les textes qui prendraient en considération « le peuple » seraient donc faibles et démagogiques. En un mot, méprisables et rendant méprisable quiconque y adhèrerait. Pourtant, cette litanie haineuse qui masque une stratégie de combat conforme à une vision hiérarchisée de la société, n’est-elle pas qu’un leurre parce qu’elle rend le « peuple » omniprésent ? Rien ne garantit que cette figure du peuple brandie sans cesse, ne soit autre chose qu’une formule de propagande. L’existence de la composante populaire semble néanmoins attestée lorsque les nithardistes évoquent le public populaire juaniste non plus comme une macule discréditant le bâtard royal, mais comme un défi à relever, un paramètre qui complique la donne. Enfin, lorsque « le peuple » intègre la cohorte des destinataires dans les textes juanistes, cette insertion dans le champ des publics potentiels se produit insensiblement puisque les textes concernés n’évoquent jamais le « peuple ». Le contraste semble remarquable avec le bruit et la fureur qui surinvestissaient jusqu’ici l’espace textuel pour occulter une absence, dans la mesure où le peuple n’était qu’un artifice rhétorique. Dorénavant, le peuple apparaît davantage en creux, à partir d’un faisceau de critères qui le désignent comme une cible à toucher. Il ne surgit plus dans l’arène des luttes partisanes comme croquemitaine vociférant de l’imaginaire politique, mais endosse le rôle, plus discret, non pas d’acteur à part entière, mais de ressource politique. Il demeure donc une sorte de point obscur de l’imaginaire politique.

b) Le peuple, un enjeu

76Une analyse lexicographique de la façon dont les scripteurs des deux camps parlent du « peuple » dans la campagne d’opinion contre Nithard, confirme cette hypothèse. Deux visions antithétiques (une juaniste, une nithardiste) se confrontent.

  • 66 Escaparate de don Babiles. Segunda parte (BNE, ms. 7787, fo 44vo).

77Une immersion dans la masse des papeles révèle ainsi que pour les partisans du confesseur, le peuple est l’anti-public politique. Par « peuple » [pueblo], ils entendent, « populace » ou « plèbe » comme le révèlent les oscillations permanentes d’un terme à l’autre qui les désignent comme synonymes. Selon ces auteurs, deux caractéristiques interdisent de voir dans le peuple un interlocuteur digne d’intervenir dans les affaires de la monarchie : sa crédulité et son impudence. Don Babil, dans le second volet de ses aventures, présente la plèbe comme de la pâture pour tous les menteurs répandant des rumeurs contre le confesseur. Celle-ci devient la victime privilégiée d’une « épidémie de pensée macaronique » qui a « infecté l’air et qui contraint chacun à respirer des « âneries »66. Pour illustrer son propos, l’auteur choisit des types sociaux représentant à ses yeux le menu peuple des humbles qui pratiquent des professions « ignobles » : les marchands, les artisans, sans compter les marginaux et les exclus (les « vagabonds », les « escrocs »). Prenant acte de l’échec de la politique du gouvernement, les figures qui incarnent successivement la plèbe s’imaginent détenir les compétences pour prendre en main les destinées de la monarchie, en calquant les activités d’un ministre sur leur propre pratique quotidienne. Babil déplore ainsi que

  • 67 « Todos quieren gobernar […] y con esta confianzia reparten entre si los consejos, y assi los ciego (...)

tous veulent gouverner […] et avec leur impudence, ils se répartissent les Conseils. Ainsi, les aveugles clament qu’ils ont autant vu les Indes que ceux qui les gouvernent […]. Les vendeuses de légumes allèguent que leur revient la junte de l’armée parce qu’après tout, lorsqu’elles se battent en se lapidant à coup de navets, ce sont à des batailles navales qu’elles se livrent et peu de membres de la junte ont plus d’expérience […]. Les galopins se plaignent de ce qu’on ne les nomme pas regidores de la ville car ils prélèvent mieux les sisas que toute la municipalité67.

  • 68 Carta de don Antonio de Guevara, obispo de Mondoñedo, para el Señor don Juan de Austria (cité dans (...)

78La versatilité constitue un autre défaut rédhibitoire qui discrédite le peuple. Inconstant, il inspire la méfiance. Un nithardiste le rappelle à don Juan afin de signifier au prince que ses efforts pour enrôler la plèbe tourneront à l’impasse68. Par cet avertissement, le scripteur expulse la plèbe du champ politique puisque, alliée ou ennemie, elle demeure incontrôlable, seulement capable de destruction. C’est ce que confirment les dangers inhérents à la tentative d’en faire un interlocuteur. La supposée bêtise de la plèbe imposerait à l’auteur de recourir à des arguments grossiers et simplistes qui caricatureraient les enjeux des débats et mettraient en péril la discussion. Ravalée au niveau de ces autres parias que sont les femmes et les enfants, elle porterait en elle un principe de recrudescence de la violence textuelle et effective puisque pour mouvoir le « monstre » qu’est le peuple, il faut dramatiser les discours. Crédulité, impudence, inconstance, déraison, violence, toutes ces tares assimilent sans équivoque le peuple-plèbe à un « anti-public ».

  • 69 « Empezaron a escucharse los gemidos tristes del afligido pueblo » (Los Dos Genios, dans A. Vallada (...)
  • 70 « Desengañado el pueblo ha reconocido que todo aquel aparato de santidad era codiciosa hypocresia, (...)

79À l’inverse, sans jamais parler de « plèbe » ou de « vulgaire », les juanistes emploient indifféremment les notions de « peuple », de « sujets » et d’« Espagnols ». Le texte des Deux génies, illustre bien cette équivalence implicite et permet d’analyser tous les sens qui circulent en soubassement. Évoquant les malheurs qui commencent avec la mort de Philippe IV, le scripteur affirme qu’« on commença à entendre les tristes gémissements du peuple affligé69 ». Un second fléau vient s’abattre sur les Espagnols : la Chamberga. À propos du régiment notre auteur affirme que : « Désabusé, le peuple a reconnu que tout cet appareil de sainteté n’était en fait qu’une hypocrisie avide, une ambition masquée, une dissimulation70. »

80Quels enseignements tirer de l’emploi du terme « pueblo » dans ces extraits ? Dans le camp juaniste, peuple s’entend au sens de populus, comme l’ensemble des fidèles sujets. Cependant, le terme désigne parfois les classes des humbles sans jamais que la distinction soit clairement établie. Dans ce dernier cas, la plèbe apparaît sous les traits du « peuple opprimé » qui subit la tyrannie du valido ou le poids trop lourd des impôts, qui souffre mais qui demeure loyal et aimant pour son roi. Dans la dernière citation, la plèbe semble même pourvue de bon sens et d’une capacité innée à discerner le bien du mal. Cette conception se démarque donc de la figure de la plèbe étrangère à la raison.

  • 71 « Su juicio […] fluctuando a cada paso entre errores, qual boca es un mar de mentiras, sus apetitos (...)
  • 72 « Fiero monstruo » (ibid.).

81Pourtant, ces assertions n’échappent pas à un pragmatisme cynique. Elles visent avant tout à légitimer le public hétérogène des juanistes pour ériger le prince en porte-parole de tous les Espagnols. Mais en réalité, de nombreux partisans du prince jugent le peuple aussi durement que les nithardistes. Il suffit d’écouter comment Baños de Velasco parle de la plèbe : elle se caractériserait par « son jugement […] fluctuant à chaque pas entre les erreurs, [sa] bouche est une mer de mensonges, [ses] appétits sont infâmes, [ses] approbations sont imparfaites71 ». Quelques lignes plus loin, il qualifie le peuple de « monstrueuse bête féroce72 ».

82Finalement, le peuple, omniprésent mais insaisissable, représente, pour l’ensemble des acteurs, non pas tant une entité avec des caractéristiques immuables mais plutôt un enjeu. Indépendamment de la légitimité qu’on lui accorde à intervenir dans le champ politique, sa mobilisation et la mise en scène de son soutien permettent de l’emporter sur l’adversaire. En cela, il constitue un réservoir de force décisif entre les mains de la dissidence. Il va de soi que le prince ne pouvait expliciter sa démarche sous peine de la priver de son efficience. En revanche, certains nithardistes s’y sont essayés. L’auteur de la Lettre où l’on discute nouvellement des affaires présentes apparaît conscient des modalités d’action imparables que permet la mobilisation des couches populaires :

  • 73 « En el Monte Liceo, que esta en Arcadia, havia una fuente milagrosa, que se llamaba Agno ; la qual (...)

Sur le Mont Licée, qui se trouve en Arcadie, il y avait une source miraculeuse, nommée Agno, et si on agitait doucement ses eaux avec une branche de chêne, elle se recouvrait sur le champ d’une épaisse brume qui, en se congelant et en se condensant en nuage, faisant immédiatement pleuvoir. Le royaume, composé de ses villes et de ses villages, est une source fort justement appelée Agno ; car Agnus signifie agneau et les agneaux se dirigent au son de la voix : la source se compose d’eaux miraculeuses, qui sont les Grands, les Titrés, les ministres, les chevaliers et les Hidalgos : le peuple est le chêne ; vous savez, Monsieur, que c’est là le symbole des hommes rustres, âpres et durs comme sont ceux de la Plèbe : ils se meuvent par les bruits qui les persuadent et d’autres discours similaires causent un tel effet qu’en formant des nuages ils peuvent non seulement faire pleuvoir mais mettre à bas des royaumes entraînant la ruine du Monde73.

83Les libellistes s’adressent donc simultanément à diverses catégories sociales dont l’agencement est singulier pour chacun des textes polémiques, cet agencement n’étant pas toujours prévu, voire voulu par les publicistes. C’est pourquoi le public peut parfois être un interlocuteur plus efficace en tant qu’entité fictive mise en scène dans les libelles qu’en tant qu’il renvoie à une réalité sociopolitique pas toujours bien définie ou admise telle quelle. Les messages émis peuvent être différents au sein d’un même écrit selon que l’auteur tente de mobiliser l’anti-public qu’est la plèbe ou la noblesse.

84La confrontation des publics juaniste et nithardiste révèle de profondes différences. Alors que les partisans du prince essaient d’ouvrir le spectre social, quitte à perdre en cohérence, les alliés du confesseur s’adressent exclusivement aux élites politiques, seules dignes d’intervenir dans les polémiques.

85La mise en évidence de la dynamique d’élargissement des destinataires juanistes, des Grands vers les couches populaires, perceptible au sein même des libelles, autorise à évoquer l’« invention » d’un public. Cet élargissement des destinataires devient net au moment de la marche, lorsque don Juan suscite une liesse au sein du « peuple » dont il n’avait pas prévu l’ampleur. Cette addition des deux phénomènes nous happe vers un au-delà des textes en nous extrayant d’une sphère simplement discursive. On discerne l’émergence d’une configuration sociale inédite, issue de l’impulsion du mouvement de protestation juaniste. Cette synergie, qui transforme en retour le matériau textuel et infléchit le message délivré, montre qu’on ne saurait étudier le « politique » en évacuant la question sociale. Notre analyse privilégie la dimension processuelle de l’élaboration d’un espace de publicité et rejoint la définition que donne Daniel Cefaï d’une arène publique qui :

  • 74 D. Cefaï, Pourquoi se mobilise-t-on ?, p. 713.

s’articule à travers le cours temporel des multiples actions et des interactions qui y prennent place — étant entendu qu’elle ne les précède pas, comme leur réceptacle, mais qu’elle leur est corrélative, comme leur horizon, leur milieu, et leur élément74.

86La structure de l’arène est donc complexe parce qu’il faut considèrer les tensions qui s’instaurent entre les différents publics des polémiques. Certains publics — les élites — sont mis en lumière au sein des libelles et apparaissent ainsi dès le début sur l’espace scénique qui se déploie de texte en texte. D’autres — le vulgus — sont principalement théâtralisés alors même que leur statut de lecteur / spectateur des guerres de plumes demeure sujet à caution, comme nous l’avons montré dans notre étude du peuple « figure rhétorique ». Une lanterne magique d’un côté qui projette, rend visible et agrandit une réalité, un théâtre d’ombre qui agite une entité terrifiante dont on ne sait en fait si elle renvoie à une quelconque réalité, de l’autre. Le rôle joué par les élites est double : elles sont conviées au spectacle des guerres de plumes tout en étant incitées à agir en coulisse (par l’écriture pamphlétaire, en influant sur les négociations au sein des Conseils, etc.) : il s’agit donc d’un public spectateur mais potentiellement acteur. Le vulgus finit par être invité au spectacle parce qu’il s’est lui-même placé en position de spectateur et qu’ il est devenu acteur non pas en coulisse mais lors de la marche sur Madrid, sur un vrai théâtre d’opérations militaires. Le vulgus devient alors lui aussi mis en scène dans les textes, ingrédient d’un vaste conglomérat qui comprend les élites et qui revêt les traits du populus. Les opérations militaires de la campagne de don Juan redoublent le discours des libelles et vice versa de sorte que deux espaces scéniques intéragissent. Le vulgus n’apparaît comme acteur qu’autant qu’il obéit à un scénario. La caisse de résonance qu’édifient les papeles transforme le vulgus-acteur en marionnette dont on tire les ficelles, quelle que soit la liberté des individus sur le terrain, les convictions qui les animent et dont il habillent leurs geste ainsi que leur indépendance dans l’interprétation des faits. Enfin, lors du point d’orgue de la négociation politique, quand don Juan est abandonné des conseillers après le renvoi de Nithard, le prince convoque autour du manifeste de Torrejón de Ardoz les élites et le vulgus — baptisé désormais populus. Il tente de fracturer le public rassemblé autour de sa personne, d’en dresser une partie contre l’autre dans le cadre d’une surenchère tératologique. Le manifeste vise d’abord les élites appelées à valider les revendications émises et donc invitées à devenir actrices de la négociation engagée. Mais le texte vise également le vulgus dont les intérêts sont ici défendus et qui devient spectateur-juge de la négociation entre le bâtard royal et le public courtisan, lui-même conscient de l’existence de ce second cercle de destinataires. Le théâtre des papiers et le théâtre des opérations militaires fusionnent pour disparaître lorsque don Juan accepte de renvoyer ses troupes pour devenir vicaire général d’Aragon.

  • 75 S. Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne, p. 152.

87Croiser l’approche sociologique et l’examen discursif de la notion de public signale ainsi des changements dans les modes de représentation du pouvoir et de la communication politique. Don Juan amalgame au populus le public des guerres de plumes qu’il a constitué, ce qui lui permet de faire l’économie discursive du pouvoir légitimant des élites. En mars 1669, précisément quand les grands se désolidarisent de la cause du bâtard royal, le destinataire dépeint par le prince n’est plus le noble offusqué ni l’expert raisonnable mais le peuple en tant que totalité organique aspirant ontologiquement au bien. Une telle manœuvre se révèle bien adaptée à la dissidence qui s’appuie ainsi sur une réalité — le public — sans consistance institutionnelle. De la sorte, la démarche se garde bien d’être « révolutionnaire », c’est-à-dire de proposer un bouleversement du système politique en vigueur. Mais en même temps, don Juan réactualise le pacte originel entre les sujets et le roi dont il usurpe le rôle sans l’avouer, en théâtralisant la dimension « publique » que devrait avoir la politique du souverain. Pour reprendre les termes de Sandro Landi, « l’objet “public” […] est moins le point d’aboutissement d’un processus téléologique de libéralisation de la lecture et du lecteur, qu’une émergence textuelle et problématique qui renvoie à des stratégies de légitimation du discours public75 ».

Notes

1 H. Jauss, Pour une esthétique de la réception.

2 Escaparate de don Babiles (BNE, ms. 12.053, fos 207vo-216vo).

3 Papel en que un cortesano afea lo arrojado, y temerario de la carta del Señor Don juan y descubre sus ocultos designios (BNE, ms. 8347, fos 68ro-73ro).

4 « Cavallero de mucha erudicion, zelo e inteligencia » (Respuesta que cierto cavallero cortesano de mucha erudicion, zelo e inteligencia, dio al papel del politico estadista ; en que se descubre los enrredos, fraudes y dolos con que como astute y fraudulenta raposa, procura encubrir su malignidad y astucia, ibid., fos 145ro-231ro).

5 « Desengañado » ou du « desapasionado ».

6 A. Carrasco Martínez, Sangre, honor y privilegio.

7 Papel de abes (BL, Eg. 567, fos 73ro-74vo).

8 « La Aguila que ofendida/[…] para castigo busco/Un abe de menos precio » (« L’aigle offensé/[…] trouva pour châtiment/Un oiseau de bas prix ») [BL, Eg. 567, fos 73rob- 73voa].

9 Ibid., fo 73voa.

10 Ibid., fo 74voa.

11 Papel escrito de un vasallo leal y celoso en que se pondera la gravedad del delito con que el señor Don Juan, por medio de Don Bernardo Patiño, había maquinado la prisión o muerte del Señor Inquisidor General (BNE, ms. 8346, fos 6vo-14vo).

12 BUB, ms. 969, fos 340ro-340vo.

13 Nouveau Testament, Évangile selon saint Jean, XVIII-XIX.

14 « Este papel es de las disputadas, escrito en estilo recoleto y avizcamadamente, conciso y tan relleno de acusaciones contra el señor Don Juan, que parece olla podrida, cozida con el veneno de la mala intencion, y assi ha corrido mucho entre escolares, como guisado a proposito para frayles y gente de Vademeco » (BNE, ms. 18.208, fo 21vo).

15 Las disputas a imitacion del Angelico Doctor Sancto Thomas (BNE, ms. 2034, fos 39vo-40ro).

16 R. Kagan, Students and Society.

17 Exode, XX, 13.

18 « Con capa de juramento hallo Herodes theologia para matar al Bautista » (BNE, ms. 2034, fo 40ro).

19 Dudas politicas y theologicas que consultan a las universidades de Salamanca y Alcala, los señores del gobierno, y majores ministros de España (BL, Eg. 354, fos 147ro-150ro).

20 A. G. von Kalnein, Juan José de Austria, p. 167.

21 R. Chartier, Culture écrite et société, p. 215.

22 « Esta es la carta del Maese Nicolas, de tan varios estilos, que parece librea de lacayo, y que su Autor mojaba la pluma en alguna pepitoria » (BNE, ms. 18.209, fo 21vo).

23 L. Rosales, « Algunas reflexiones sobre la sátira ».

24 « El mayor riesgo en que estámos es la falta de justicia y la desautoridad de ella, atraviéndose el pueblo a hablar tan liciosamente como manifiesta tanta multiplicidad de pasquines contra el gobierno que, aunque de estos no se han librado en otros tiempos, pero tantos ni con tanta libertad nunca se ha visto ; y los efectos que se deben temer y prevenir, a vista de tanto pobre y afligido vasallo que no puede con tanta carga […] pide suma atención y desvelo para que nos abran los ojos los ejemplares pasados de comunidades, levantamientos y otras desdichas » (G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, t. I, p. 213).

25 « Vea Vuestra Merced essos tres papeles, uno del Sueño del Bosco, otro de refranes, y otro de unas coplillas que acaban en Latin, y no parecen de mala mano. Leimoslos todos tres, y el del Bosco parecio que seguia bien la metaphora, pero que lo que encubria debajo del sueño, no llevaba pies, ni cabeça. Los refranes estan bien guisados para el paladar del Vulgo a la verdad con que se hacen oir, sin que persuadan nada, las coplas suponiendo las imaginaciones del pueblo, caen en gracia, si bien causa horror el abusar de las palabras de la Sagrada Escritura » (BNE, ms. 18.208, fo 21vo).

26 El Padre Nuestro glosado contra Aytona (BNE, ms. 2582, fos 368ro-373vo).

27 Decimas glosadas por el Padre Nuestro en que por estilo admirable dieron razones al Rey nuestro Señor quan importante le era a su Real servicio la asistencia en el gobierno de la monarquia de España del Señor Don Juan (BNE, ms. 18.443, fos 220ro-222ro).

28 BUB, ms. 753, fos 45ro-45vo.

29 BNE, ms. 8348, fo 62ro.

30 « Servicio del Rey Nuestro Señor, conservacion de sus Reynos, y reputacion, y honor de todos sus vasallos, y las otras que miran a mis particulares » (ibid.).

31 Ibid., fo 63ro.

32 Ibid.

33 « Los tres principales, y Supremos Consejos de Estado, Castilla y Aragon, que con loable y uniforme zelo consultaron a V. M. sobre su Real orden, y con las clausulas, que nadie ignora, ser precisa la salida de estos Reynos del Padre Confessor ; en cuyos votos se incluyen tres de los cinco de la Iunta de Gobierno, sin que se deva hazer a los dos restantes el agravio de imaginar que le tuviessen diferente, conformandose tantos, y tan experimentados Ministros, por admirable influencia de Dios, con su Divina inspiracion, y con el clamor universal de los Pueblos » (RAH, 9/643, fo 80ro).

34 « Si hasta aqui ha hecho a V. Mag. esta suplica la congoja, y el dolor de toda España por mi sola voz ; ya habla claro a V. Mag toda ella por la del Consejo pleno de Aragon, por la de muchos, y muy zelosos Ministros del de Castilla (sin que los demas se aparten deste mismo sentir) por la del de Estado, nemine discrepante ; el clamor de todos, la conservacion y el lustre de la Monarchia lo solicitan, y lo suplican tambien a Vuestra Magestad » (BNE, ms. 8350, fo 7ro).

35 BNE, ms. 18.208, fos 87ro-88ro.

36 « Por concurrir unidamente en mi, todas las razones separadas que pueden aver movido a estos tres cuerpos a expressar su fineza en este lance, pues por hijo de Madrid, por noble y por soldado » (ibid., fo 87ro).

37 « La milicia (braço diestro de las Monarquias) está oy defraudada de aquella gran estimacion, y premios que la son devidos e instituidos ; y el bolverla a exaltar, será medio de que la professen muchos, y entre ellos los de mejor sangre, y de que este en disciplina y florezca » (ibid., fo 92ro).

38 « La afliccion y lloros de los Pueblos de Castilla » ; « Como quien la ha tocado con las manos […] en mis peregrinaciones » (ibid., fo 92ro).

39 « Insoportable carga y excesso de tributos » ; « Siendo su peso tal que aun fuerças para el gemido la faltan » (ibid., fo 91vo).

40 « Ver abundar a unos, quando lloran los otros » (ibid.).

41 « Que su sudor se queda, por la mayor parte entre los arcaduces, por donde le vierte » (ibid.).

42 « No menos deve atenderse a la buena distribucion de las mercedes, y eleccion de los empleos, en que tantas vezes se ha visto trastornada la equidad de las justas valanças » (ibid.).

43 Ibid.

44 « Suplico a V. Magestad rendidamente, con toda la afliccion, y lastima de los pueblos de Castilla, y como quien la ha tocado con las manos mas inmediatamente en mis peregrinaciones por ella, que V. Magestad se sirva de nombrar luego una junta de los mas experimentados, zelosos, y desapassionados Ministros, donde por unico instituto se traten estas materias de dia, y de noche, se oygan, y reciban las proposiciones, y papeles que a este intento se presentaren en ella y sobre todos los puntos dichos, y los demas que ocurrieren a la alta prudencia de V. Magestad, se tomen las resoluciones prontas, y efectivas, que pide el peligro de tan graves daños, para mayor gloria de Nuestro Señor, bien de los pobres, y firme conservacion de esta Monarquia, que es la columna mas estable de su Fe » (ibid., fo 92ro).

45 Ibid., fo 92vo.

46 « Celui qu’ils jugeaient […] empêcher la restauration qu’ils attendaient de monseigneur don Juan » (« al que juzgaban […] que estornava la restauracion que se prometen del señor don Juan ») [BNE, ms. 6384, fo 117vo].

47 Relación verdadera del regocijo y aplauso con que el señor don Juan de Austria fue recibido en la ciudad de Zaragoza, BFBM, no 7014, fos 45vo-51ro.

48 Amador de la Paz, Voto de la verdad que participa al orbe el clarin de la fama (RAH, 9/643, fos 217ro-274ro).

49 Au sens de l’étymologie latine, invenire signifie trouver ce qui est déjà là et non « créer » ce qui n’est pas.

50 F. Sánchez Marcos, Cataluña y el gobierno central tras la guerra de los segadores.

51 BNE, ms. 6384, fo 117vo.

52 BNE, ms. 8360, fo 18vo.

53 « Aviendo el señor don Iuan conformandose con el orden de Su Magestad de acercarse a la Corte para que mas de cerca se confiriessen sus pretensiones, y se resolviesse si avia de salir el Padre Confessor, pidio al Duque de Ossuna la escolta necesaria para la seguridad de su persona ; y aviendosela concedido, y no reprobando el Consejo de Estado ni la Iunta de Gobierno, vino marchando a cortas jornadas goçando de los aplausos y aclamaciones de los Pueblos, y en especial de la Ciudad de Zaragoza donde se hizieron singulares demostraciones de afecto al señor don Iuan y de aborrecimiento al Padre Confessor. El eco de estas noticias, aumentado con los rumores del vulgo, causó recelo de algun grave desorden en la Corte de Madrid » (BNE, ms. 6384, fo 116ro).

54 Relación verdadera del regocijo y aplauso con que el señor don Juan de Austria fue recibido en la ciudad de Zaragoza (BFBM, no 7014, fos 45vo-51ro).

55 Divertimiento del ocio en el « juego del hombre » (BNE, ms. 2034, fos 47ro-47vo). C’est un témoignage du nonce qui nous apprend l’existence d’une version imprimée de ce texte (ASV, SS, no 138 , fo 452vo).

56 Por el sótano y el torno.

57 Casa con dos puertas, mala es de guardar.

58 R. Marrast (éd.), Théâtre espagnol du xviie siècle, t. II, p. 608.

59 « El juego reducido en este caso a lenguaje, tiene exactamente la misma función que los títulos de comedia o los refranes que también sirvieron, en la misma época, para explicarle al pueblo quienes eran los buenos y quienes eran los malos » (J.-P. Étienvre, « Juegos del hombre a lo político », p. 656).

60 « El naype tomo don Iuan/Y empezo a repartir cartas/Como no heran de su gusto/La reyna se las baraja » (BNE, ms. 18.209, fo 76ro).

61 « Tomo el confesor el naype/Repartiendo cartas falsas/Dicen todos paso paso, /Pasan y ninguna pasa » (ibid.).

62 « Tuvo la polla y barato/dio a los que mirando estavan A Portugal todo un reyno/Todo Flandes dio a la Francia/Y por que no se quedasse/Sin su barato Allemania/Despues de llevar la Polla/Le dio toda la ganancia » (ibid.).

63 « Lebantose don Juan luego/[…]/Que si el naype no me engaña/Lebantarse y no jugar/Es la accion mas acertada » (ibid.).

64 Ch. Jouhaud et A. Viala (dir.), De la Publication, p. 10.

65 BNE, ms. 2733, fo 6ro.

66 Escaparate de don Babiles. Segunda parte (BNE, ms. 7787, fo 44vo).

67 « Todos quieren gobernar […] y con esta confianzia reparten entre si los consejos, y assi los ciegos claman que tanto han visto las Yndias como los que las gobiernan […]. Las verduleras alegan que les toca la junta de armadas porque al fin quando riñen en adviento apedrandosse con los nabos hacen batalla nabal y pocos de los que entren en la junta tiene mayor experiencia […]. Los galopines se quejan de que no les hacen regidores de la villa por que quando ban a los recados cobran mejor las sissas que todo el Ayuntamiento » (ibid., fo 45ro).

68 Carta de don Antonio de Guevara, obispo de Mondoñedo, para el Señor don Juan de Austria (cité dans G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, t. I, pp. 602-603).

69 « Empezaron a escucharse los gemidos tristes del afligido pueblo » (Los Dos Genios, dans A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 258).

70 « Desengañado el pueblo ha reconocido que todo aquel aparato de santidad era codiciosa hypocresia, ambicion disfrazada, cauteloso dissimulo » (A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 262).

71 « Su juicio […] fluctuando a cada paso entre errores, qual boca es un mar de mentiras, sus apetitos infames, sus aprobaciones imperfectas » (J. Baños de Velasco y Acebedo, Lucio Anneo Seneca ilustrado, p. 37).

72 « Fiero monstruo » (ibid.).

73 « En el Monte Liceo, que esta en Arcadia, havia una fuente milagrosa, que se llamaba Agno ; la qual si con blandura movian sus aguas con un ramo de enzina, al punto se lebantaba una niebla espesa, que congelandose y condensandose en nube, al punto llovia. El Reyno compuesto de sus ciudades y Pueblos, es una fuente propiamente llamada Agno ; por que Agnus quiere decir cordero ; y estos por donde oyen la voz por alli se encaminan : componese de milagrosas aguas, de Grandes, Titulos, Ministros, Cavalleros e hijosdalgo : el Pueblo es la enzina ; que ya sabe Vuestra Merced es simbolo de los hombres broncos, asperos y duros, como son los de la Plebe : estos movidos con las voces, y persuasiones de este, y de otros discursos semejantes causan tal efecto que lebantan Nubes que no solo pueden causar lluvias, sino que arrojen Reynos con que se arruine el Mundo » (Carta en que se discurre nuevamente de las materias presentes, BNE, ms. 8347, fo 112ro).

74 D. Cefaï, Pourquoi se mobilise-t-on ?, p. 713.

75 S. Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne, p. 152.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search