Version classiqueVersion mobile

Guerres de plumes

 | 
Héloïse Hermant

Deuxième partie. La mobilisation politique

Chapitre IV. Circuits de diffusion des guerres de plumes et moyens de mobilisation des campagnes d’opinion de la minorité de Charles II

Texte intégral

1La première partie de notre ouvrage a voulu montrer que, pendant les crises politiques de la Régence, les textes polémiques constituaient un moyen de résister sans tomber dans la désobéissance ouverte. Cette approche nous a permis de placer dans le corpus rendant compte de la dynamique événementielle des écrits généralement considérés comme de simples sources documentaires, voire comme un reflet des conflits. Mais ceci n’est qu’un aspect des guerres de plumes. La question de la mobilisation que nous allons aborder dans notre deuxième partie renvoie aux enjeux sociaux du phénomène et soulève une série de nouvelles interrogations : comment cherche-t-on à créer un « mouvement d’opinion » ? À qui et de quelle manière les publicistes s’adressent-ils dans leurs écrits ? Qui prend parti dans les conflits de la minorité et pour quels motifs ? Néanmoins, avant de traiter le cœur de cette question, il faut étudier la dimension matérielle des textes polémiques, restituer leurs circuits de diffusion et analyser comment interviennent les rumeurs, les discussions politiques, les marches sur Madrid, c’est-à-dire des dispositifs non textuels. En dessinant la configuration volatile des relations entre les textes, les rumeurs et les marches, nous proposons de réévaluer ici la place que ces réalités mouvantes, non stabilisées et non institutionnalisées, dont la définition même pose problème, occupe dans le processus de mobilisation et dans les luttes des partis.

  • 1 F. de Vivo, Information and Communication in Venice.

2Filippo de Vivo a placé au cœur de la compréhension du champ politique le phénomène de communication1. Dans son ouvrage Information and communication in Venice. Rethinking Early Modern Politics, il distingue trois sphères socio-politiques, une sphère de l’autorité marquée par le sceau du secret, qui affiche son unité et seule détentrice de légitimité, une sphère de l’arène publique des élites bien informées où peut naître le dissensus et une troisième sphère, celle de la place publique. Les lieux et les supports de communication (imprimé, parole, rumeur) diffèrent pour chacune de ces sphères et définissent un certain rapport au politique. L’historien italien ne se contente pas de poser ces trois niveaux, il analyse également les moments de confrontation et d’interpénétration de ces sphères dans ce qu’il nomme des « transactions communicationnelles ». Ce modèle s’applique partiellement à notre objet si l’on tient en compte que dans l’Espagne de Charles II il n’y a pas trois mais deux sphères de communication, celle des élites qui correspondrait à l’arène politique et celle de la place publique qui renverrait au public jugé indigne de participer aux affaires de monarchie et dont on ne sollicite que l’adhésion. En reprenant ce cadre, nous chercherons à déterminer des « transactions communicationnelles » entre des moyens de mobilisation hétérogènes, associés à des lieux et à des publics particuliers pour certains (le mentidero, la plèbe et la parole), à la lumière des luttes de don Juan contre les validos de Mariana. La reconstitution des circuits de diffusion des libelles, l’étude des interférences entre moyens de mobilisation et des inflexions prises par le contenu et les modes d’expression des textes polémiques suggèrent qu’ils circulaient au-delà des cercles d’interconnaissance courtisans et que leurs auteurs pouvaient sciemment les employer pour créer des interférences entre les multiples moyens de communication et les divers publics.

I. — MATÉRIALITÉ DES TEXTES POLÉMIQUES, APPROCHE QUANTITATIVE ET RESTITUTION DES CIRCUITS DE DIFFUSION

Recueils et collections de textes polémiques : les données lacunaires des archives

3Les archives des guerres de plumes se composent principalement de recueils constitués de copies manuscrites de textes ayant circulé du temps même des polémiques, auxquelles se mêlent des imprimés. À côté des recueils, il existe des collections de libelles copiés d’une seule main qui présentent des séries d’écrits dont l’enchaînement apparaît plus nettement, soit que le collectionneur les ait classés selon la chronologie, soit qu’il suive une logique partisane ou qu’il ait privilégié une catégorie déterminée de libelles. Comment exploiter ce matériau avare de détails pour évoquer la dimension matérielle des libelles et restituer leurs circuits de diffusion ?

  • 2 Papeles de varios manuscritos e impresos de la Corona de Aragón (BNE, ms. 6384).

4Les recueils bâtis sur le principe de l’accumulation livrent de précieuses informations sur la matérialité des textes polémiques parce qu’ils ne font l’objet d’aucune mise en forme gommant leur spécificité, contrairement aux collections. Dans le même temps, ils peuvent donner au chercheur des informations sur leur espace de circulation lorsque les archivistes fournissent des précisions sur la façon dont les recueils ont été constitués ou lorsque la présence d’un recueil dans un centre d’archives particulier traduit en soi un espace spécifique de diffusion. Ainsi, le recueil qui correspond au manuscrit 6384 de la Biblioteca Nacional de Madrid offre au lecteur, sans retouche, une vision panoptique des écrits ayant circulé en Aragon2. Les satires que nous avons répertoriées dans les fonds de l’Archivo Histórico Nacional rassemblent des copies de textes subversifs répandus dans la capitale examinés lors des séances de réunion du Conseil d’État.

  • 3 El Escaparate de Don Bábiles para entretenimiento de las Navidades (BL, Eg. 354, fos 220ro-227ro).

5Les textes polémiques tiennent parfois des discours sur eux-mêmes et apportent ainsi quelques données sur la matérialité des libelles. L’Armoire de don Babil dépeint les tribulations du paysan Juan Guarin, chassé de chez lui par la misère, et notamment sa mémorable rencontre à Madrid avec le clerc don Babil, collectionneur acharné des écrits qui paraissent dans les premiers mois de la querelle opposant don Juan et le confesseur — du 21 octobre à la fin de décembre 1668 donc3. Le papivore montre au paysan les pièces maîtresses de son trésor. Il s’ensuit une description des textes polémiques dans leur matérialité :

  • 4 « Vengasse v.m conmigo, y vea este Escaparate que es el Simancas de todos los papeles, que estos di (...)

Suivez-moi [dit don Babil] et voyez cette armoire qui est le Simancas de tous les écrits qui ont voleté ces jours-ci à la cour ; je les ai tous et tant les bons que les mauvais je les réserve au jugement de la Tertulia, les bons pour les glorifier car ils ont suivi les préceptes de la rhétorique ; et les mauvais pour leur infliger une peine durable parce qu’ils ne les ont pas suivis. Sur ce, il sortit en premier une lettre du seigneur don Juan écrite à Consuegra, et après l’avoir lue, don Babil dit : « Cette lettre, telle que vous la voyez, a été fort applaudie mais les critiques ont noté l’absence de modération de certains propos. […] Quel est cet écrit à la couverture colorée [demanda Guarin] » ? « Celui-ci, répondit [don Babil], est la Censure politique ; écoutez-le car il est très savant, même s’il tient plus de la censure que de la politique ». […] Il sortit ensuite une lettre du bénit saint Ignace et en entendant le titre je lui dis : « Ah comme cela me réjouit. […] Lisez-la donc, je la veux écouter à genoux ». Il commença et je me levai sur le champ, scandalisé par de tels blasphèmes, en voyant qu’on réduisait au silence, sans rime ni raison, le pauvre ordre de saint-François je lui dis : « Brûlez-moi cet écrit qui, outre son impiété est une pure folie et ne fait comprendre qu’une seule chose, qu’il existe aussi des diables stupides qui veulent se transformer en Anges de lumière. […] Voyez, [dit don Babil, ] ces trois écrits, le Songe de Bosch, ces sentences et ces coplillas qui se terminent en latin et qui ne paraissent pas d’une vilaine main ». Nous les lûmes tous les trois. […] Outre ces sept textes, nous vîmes de la paperasse qui tirait à la ligne et que nous avons critiquée comme vile. Mais quand je pensais que nous avions terminé, don Babil sortit une liasse contenant tant de feuillets qu’il faillit se briser les reins en la retirant. « Est-ce qu’il ne nous reste que des enfantillages à lire ? » Lui dis-je. « Oui monsieur », me répondit-il4.

6Les textes circulent d’abord individuellement sous forme de pliegos sueltos, puis qu’ils sont accumulés dans des bureaux, des secrétaires, des armoires, des coffres, entassés en liasses impressionnantes. On peut ériger don Babil en prototype du collectionneur obsédé par la quête de nouveaux textes, mû par un désir d’exhaustivité.

7Si certains recueils résultent de l’amoncellement progressif d’imprimés et de manuscrits ou encore de copies d’originaux dont on a voulu garder la trace, d’autres correspondent à des copies de compilations déjà existantes et mises en circulation, qui se prêtent à des réajustements d’un ensemble à un autre. On passe ainsi du simple recueil à la collection qui implique la volonté d’un acteur de conférer une cohérence à l’ensemble en rassemblant des écrits autour d’un thème. La gazette publiée dans les derniers mois de l’année 1669 illustre cette réalité. Cette compilation imprimée des principaux textes de la querelle opposant don Juan à Nithard ainsi que des textes dénonçant la Chamberga donne lieu à de nombreuses duplications manuscrites dont la singularité respective n’échappe pas à un observateur attentif. Ainsi, le préambule apparaît souvent retravaillé pour correspondre au profil du scripteur qui se proclame le collecteur des écrits. La gazette qui se présentait comme le récit des nouvelles d’Espagne dédié au vice-roi de Mexico par un homme de sa maison s’ouvrait sur les phrases suivantes :

  • 5 « El haber excusado embaraçar a Vuestra Excelencia en las dos ultimas ocasiones de flota, continuan (...)

Je n’ai pas voulu troubler Votre Excellence en envoyant par les deux dernières flottes des nouvelles des événements d’Espagne parce qu’il m’avait semblé que Votre Excellence connaissait de plus grands affres encore et que les seules nouvelles à communiquer portaient tant de malheurs que, pour éviter d’augmenter le désarroi de Votre Excellence, j’ai attendu qu’elles parviennent à vos oreilles par un meilleur chroniqueur. Mais maintenant que Votre Excellence paraît plus apaisée, je m’enhardis à prendre la plume pour narrer quelques événements qui se sont produits il y a peu5.

8Mais le capitaine don Diego Jacobo de Fontella, criado de don Juan, qui affirme recopier les grands textes polémiques des années 1668-1669, et qui, en réalité, calque la gazette, change l’avertissement pour expliciter les objectifs de son entreprise :

  • 6 « Antes de comenzar a escribir los sucesos politicos de España del año 1668 y 1669, quiero que advi (...)

Avant de commencer à écrire les événements politiques d’Espagne des années 1668 et 1669, je veux avertir le lecteur de deux choses ; d’abord de l’ingénuité de l’œuvre et ensuite des raisons qui m’ont poussé à l’écrire. Pour le premier point, je dirai que je n’ai été mû ni par la haine, ni par l’amour, mais par le désir de chasser l’oisiveté et de dépenser mon temps avec profit, raison pour laquelle le lecteur reconnaîtra que, qui œuvre avec un tel désintéressement charge la balance du seul côté de la justice6.

9À travers cette captatio benevolentiae, qui affirme la vérité du discours à suivre et qui dépeint sous des traits élogieux le publiciste, ce dernier prétend offrir un récit original tout en œuvrant au salut public. Mais les variantes de la gazette ne se cantonnent pas à l’incipit ; les courtes introductions aux textes polémiques qui dessinent la trame de l’intrigue se prêtent à de subtils remaniements propices à donner un ton plus partisan à l’ensemble. Les scripteurs excèdent donc le statut de transmetteur et de copiste servile. Ils imposent une grille de lecture, notamment par un travail sur les titres.

10Après avoir évoqué le cas des recueils constitués par voie d’accumulation et des collections correspondant à la copie de compilations déjà existantes, nous aimerions étudier plus précisément le cas des collections en fonction de leurs principes d’organisation interne car ce prisme permet de saisir de nombreux mécanismes de diffusion des libelles. On distingue les collections isssues de la copie d’une seule et même main, guidée par une ligne thématique et construite au fil de la parution des textes ainsi que des aléas de leur circuit de diffusion, et les collections émanant d’une commande, écrites d’une traite et déployant une succession de textes autour d’un thème fédérateur suivant un ordre chronologique de parution.

  • 7 BNE, ms. 18.443.

11La compilation de Jaime Antonio de Comas illustre la première catégorie7. Il s’agit d’un particulier qui collectionne les textes polémiques pour lui-même et qui décrit parfois son travail de copiste au sein même de son recueil. Sur la page de garde, l’érudit Pascual de Gayangos signale que Comas a achevé son travail en 1682 et qu’il est un ressortissant de Barbastro, en Aragon. Comas centre la focale sur les épisodes relatifs à la victoire de don Juan à travers des écrits parus de 1668 au début de 1677, de la lettre de Consuegra à l’arrivée du bâtard royal au Retiro. On peut déterminer une première séquence composée d’un ensemble de textes que Comas a copiés entre le 21 octobre et le 23 décembre 1668. La session s’ouvre logiquement par la lettre de Consuegra mais, par la suite, les textes ne suivent aucun ordre chronologique. Peut-être le scripteur a-t-il stocké sans les ordonner un certain nombre de textes qu’il a copiés selon le hasard des acquisitions. Une deuxième série présente en vrac des textes mis en circulation depuis décembre 1668 jusqu’à l’expulsion de Nithard. Une fois le confesseur exilé, la logique de composition évolue. Comas copie les textes qui arrivent de Madrid au fur et à mesure et il prend soin d’indiquer la date d’écriture des nouvelles et la date de sa propre copie. Dans cette séquence, le ressortissant de Barbastro copie des nouvelles de la cour concernant don Juan et la Chamberga ainsi que tous les textes ayant trait à la cour de Saragosse. Si le déroulement chronologique n’est pas strictement observé, les séquences narratives s’enchaînent sans heurts majeurs. Une dernière séquence quitte don Juan pour s’intéresser aux événements marquants de l’Aragon après l’ultime convulsion politique de la minorité de Charles II. Comas tient donc beaucoup du chroniqueur qui récolte les informations nécessaires au récit des principaux faits qui ont scandé l’Espagne et l’Aragon de son vivant.

12Les collections constituées d’un jet sur commande semblent les plus nombreuses. On ne trouve aucune donnée biographique sur le copiste ou le commanditaire, sauf rare exception. Les manuscrits 7782 et 7787 de la Biblioteca Nacional sont écrits d’une même main par un copiste habitant probablement à Valladolid puisque, à plusieurs reprises, le scripteur indique la date de publication du texte à Madrid et celle où il a paru à Valladolid. Dans le manuscrit 7782, le compilateur a privilégié les textes versifiés qu’il a réunis autour d’une thématique forte — le triomphe de don Juan sur Valenzuela — en déroulant un fil chronologique pris entre novembre 1676 et mars 1677. Le titre et la date sont toujours mentionnés et les écrits se succèdent sans cassure dans l’agencement temporel.

  • 8 BNE, ms. 18.206, fos 90vo-91ro.

13Enfin, les collections peuvent être constituées bien après coup. Nous en avons répertorié quelques unes de ce type, dont celle du corregidor de Madrid, Juan Antonio Armona. Dans les années 1783-1785, ce dernier rassemble des textes des guerres de plumes de la Régence et, plus généralement, de la littérature pamphlétaire du règne de Charles II. La collection s’étale sur dix volumes correspondant aux manuscrits 17.534-17.535, aux manuscrits 18.206-18.212 et au manuscrit 18.216 de la Biblioteca Nacional de España. Ce compilateur indique son nom dans plusieurs de ses volumes, tous rédigés avec soin, parfois avec des ornements de couleur. Les motivations du corregidor sont explicitées dans un de ses recueils : écrire l’histoire du règne de Charles II, jusque-là laissée dans l’ombre, et, à cette fin, mettre à profit les textes polémiques dont il vante la valeur documentaire et morale8.

  • 9 Carta escrita por el Señor don Juan de Austria a la villa de Madrid el año de 1668. Contra el padre (...)
  • 10 BNE, ms. 18.208, lettre non numérotée, placée entre les folios 136vo et 137ro et datée du 25 septem (...)

14Juan Antonio Armona égraine des indices sur la façon dont il procède. Soucieux d’exactitude, il effectue un véritable travail d’archives. Dans le manuscrit 18.208 qui retrace le conflit opposant don Juan à Nithard, il ponctue son récit de retranscriptions des principaux libelles de la guerre de plumes. Le compilateur parsème les textes de notes jetant un éclairage sur les personnages. Au moment de présenter la lettre de don Juan à la ville de Madrid, écrite à Torre de Lledó en novembre 1668, Armona précise qu’il l’a copiée d’après l’original consulté aux archives où elle est conservée9. Par ailleurs, il arrive que le corregidor décrive l’aspect matériel des textes qu’il a eu entre les mains avant de les copier, comme pour Les Trois de la Renommée. On peut déduire de ces descriptions qu’il a lu les exemplaires imprimés de ces textes. Une lettre intercalée entre deux feuillets du manuscrit 18.208 fournit de nombreux détails sur la démarche du corregidor. Elle nous apprend qu’Armona consulte les archives directement ou par l’intermédiaire de personnes avec qui il est en contact. Le document montre aussi qu’il n’hésite pas à s’informer auprès des conservateurs pour sa quête de papeles curiosos. Cependant, la tache semble ardue parce que ces textes n’ont pas fait l’objet de l’attention des responsables des bibliothèques et que les fonds sont souvent mal catalogués10.

15Ainsi, les archives des guerres de plumes se composent de recueils de copies manuscrites de textes ayant circulé du temps des crises, auxquelles se mêlent des imprimés, ainsi que de compilations des principaux écrits polémiques et de collections de lettres ouvertes et de libelles constituées sur le coup ou après les événements. Les données que le chercheur peut glaner dans ce corpus apparaissent rares dans la mesure où les textes sont anonymes, seulement en partie datés et où l’on ne sait presque rien de l’histoire de la constitution des recueils et des collections. On peut néanmoins reconstituer la trame des guerres de plumes en complétant la récolte ponctuelle d’informations (titres, dates, manuscrit ou imprimé) par une analyse de l’organisation interne de chacun des recueils et par une confrontation de ces différentes logiques pour l’ensemble des recueils répertoriés.

Les problèmes posés par une évaluation quantitative : que disent les chiffres ?

16Faire une approche sérielle des guerres de plumes grâce à une évaluation chiffrée des textes répertoriés soulève des problèmes inextricables. Nous proposons de montrer la nécessité de distinguer, d’une part, le nombre des libelles et le nombre de leurs lecteurs et / ou auditeurs et, d’autre part, la circulation des textes et la diffusion de leur contenu — un texte n’est pas obligé de beaucoup circuler pour toucher un ensemble important d’individus. On révisera ainsi à la hausse l’impact qu’est susceptible d’avoir chacun des écrits que nous avons répertoriés.

17Afin d’éliminer les faux de notre décompte, pour chacun des textes répertoriés, nous avons identifiés, parmi tous les exemplaires, au moins un écrit témoin dont on sait avec certitude qu’il a circulé du temps des polémiques parce qu’il a été imprimé, parce que d’autres textes dont on sait qu’ils sont authentiques en parlent, parce qu’il fait partie d’archives privées de la noblesse comme celles de Crespí de Valldaura, parce qu’il a été envoyé dans une correspondance ou enfin parce qu’il figure au sein d’un recueil ou d’une collection sur lesquels on dispose d’informations suffisantes pour justifier de son authenticité. Après ce travail d’expurgation, on peut raisonnablement appliquer un principe de recension élémentaire : à une copie trouvée au sein des collections, correspond un texte ayant circulé du temps de la querelle. Mais là s’arrêtent les certitudes car les déductions valables concernant une approche chiffrée semblent ténues. Ainsi, comment conclure à la puissance d’un parti en se fondant sur le nombre d’écrits diffusés ? Le chercheur ne récolte là aucun indice de l’impact obtenu par un texte.

18Le nombre des textes n’apporte donc pas forcément un indice de leur grande circulation. Les archives en fournissent de nombreux exemples. Prenons le pamphlet de Nithard intitulé Mémoire qu’un sujet de cette couronne fort zélé et obligé donna à Madame la Reine et qui s’ouvre par les mots « Quando hay pluma de su vasallo ». Le recensement scrupuleux de tous les exemplaires dévoile une anomalie dans le manuscrit 8358 de la Biblioteca Nacional de España. En effet, ce volume des Mémoires inédites de Nithard comporte vingt-deux exemplaires imprimés de ce texte, du folio 195r° au folio 240v°. On peut douter que ces imprimés aient fait l’objet d’une quelconque circulation puisqu’ils se retrouvent groupés au sein d’un même volume de brouillons des mémoires inédites par leur propre auteur. Dans le cas contraire, les exemplaires auraient été dispersés dans plusieurs collections, voire dans plusieurs volumes des Mémoires inédites.

19Afin de prolonger notre réflexion sur la différence entre circulation et diffusion, une lettre de don Juan offre un exemple contraire à celui que nous venons de développer. On sait ainsi qu’au moins une lettre de don Juan au Consell de Cent de Barcelone a fait l’objet d’une importante réception à partir du seul exemplaire originel. Dans sa lettre du 29 décembre 1668, le jésuite Andrés Mendo, confesseur du vice-roi de Catalogne Osuna, décrit à son correspondant Crespí de Valldaura le mécanisme ingénieux que don Juan a activé pour que sa missive adressée aux instances municipales connaisse un réel écho :

  • 11 « Llevo su carta al Consejo de Ciento Don Juan de Portocarrero acompañado de don Antonio de Velasco (...)

Don Juan de Portocarrero, accompagné de don Antonio de Velasco et d’autres personnes, apporta la lettre de [don Juan] au Conseil des cent. Et selon la coutume d’ici qui veut que, lorsqu’une légation arrive, on laisse les portes ouvertes pour faire entrer qui le souhaite pendant la lecture de la missive, on ouvrit donc les portes, laissant ainsi le passage à un grand nombre de gens qui entendirent la lecture de la lettre composée de plus de trois pages. Je me contente de signaler que ces écrits émeuvent grandement le vulgaire qui croit tout ce qu’ils contiennent et parce qu’il y croit, il donne raison à celui qui les écrit11.

20Grâce à une seule lettre, don Juan plaide sa cause devant un tribunal élargi. Par la suite, les autres exemplaires de la lettre au Conseil municipal, mises en circulation sous forme de copies, prennent le relais. Deux constats s’imposent. D’une part, il ne faut pas confondre circulation et diffusion et de l’autre, le nombre important de copies manuscrites donne une mesure plus juste de l’impact obtenu par un texte que le nombre d’exemplaires imprimés. Toute entreprise de catalogage devra donc spécifier le nombre total d’exemplaires répertoriés d’un même texte tout en indiquant combien il y a de copies manuscrites et combien de copies imprimées.

21En somme, le chercheur a accès à un nombre de textes polémiques inférieur au nombre d’écrits qui ont effectivement été diffusés. Les évaluations chiffrées ne reflètent qu’imparfaitement une réalité qui aujourd’hui nous échappe définitivement, du moins en ce qui concerne la question de la matérialité de ces écrits et de leur production. La majorité des textes a disparu : il était dangereux de les garder, ils circulaient de main en main et étaient fragiles, facilement détériorés. On peut alors accorder crédit aux incessantes affirmations des contemporains de don Juan qui, quel que soit leur parti, évoquaient des « mers de papeles », dans des libelles, des chroniques ou des correspondances.

22Le déséquilibre entre imprimés et manuscrits à la faveur de ces derniers constitue une autre déformation due à des mécanismes propres à la conservation des archives. Les collections (manuscrites) ont été précieusement gardées et nous sont parvenues en grand nombre. Paradoxalement, si cette présence massive d’exemplaires manuscrits dans notre corpus occulte le poids de la production des imprimés, elle témoigne en creux de l’intérêt suscité par les guerres de plumes sur le coup et plusieurs siècles après, comme en témoigne la collection d’Armona. Ces séries bien postérieures aux convulsions politiques de la Régence compliquent encore la généalogie des libelles pris individuellement. En effet, on ne dispose d’aucune trace ni d’aucune donnée sur l’original retranscrit par le compilateur dans sa collection.

  • 12 Tous ces chiffres proviennent de H. Duccini, Faire voir, faire croire, p. 20. Pour l’année 1614, l’ (...)
  • 13 « Rotulos libros » ; « Libros grandes que solo sirben de comerse el polvo en las librerias » (BNE, (...)

23Une approche chiffrée des guerres de plumes n’offre donc qu’un état des lieux des fonds d’archives. Elle ne traduit que très imparfaitement le nombre réel des textes en circulation car il ne reste qu’une petite partie de la masse des papeles aujourd’hui disparue. Pour la campagne d’opinion contre Nithard, on totalise cent soixante deux textes différents, mille soixante dix-neuf exemplaires diffusés de ces textes dont quatre cent vingt-huit sont imprimés. Ce nombre est important comme le prouve une comparaison avec le nombre de satires politiques produites en 1651, l’année la plus prolifique en pamphlets de la Fronde en France. Hélène Duccini en recense mille quatre-vingt dix, d’après le Catalogue de l’Histoire de France. L’année 1648 compte, quant à elle, mille cinquante pamphlets. Ensuite, sur un long xviie siècle, les chiffres retombent à quatre cent pour l’année 1615 et la moyenne tourne autour de cinquante pamphlets par an12. Les lettres ouvertes de don Juan réunissent, à elles seules, une part importante du corpus. Nous avons répertorié quatre-vingt douze exemplaires de la lettre de Consuegra, dont quarante-sept sont imprimés, cinquante-neuf des lettres de Torre de Lledó, dont vingt-neuf imprimés, quarante-huit copies de la lettre du 22 janvier 1669, dont la moitié est imprimée, quarante-huit copies de la lettre du 22 février 1669, dont trente-deux imprimés, et, enfin, quarante-trois exemplaires du manifeste de Torrejón de Ardoz, dont ving-huit imprimés. Les chiffres accusent un écroulement continu du nombre des textes nithardistes et dessinent un pic dans la production pamphlétaire entre la mi-novembre 1668 et le 22 janvier 1669. Pour la campagne d’opinion contre Valenzuela, on recense six cent trente textes diffusés presque tous manuscrits. La guerre de plume décolle le 1er novembre 1676 et connaît son plein épanouissement entre le 27 décembre 1676 et la fin du mois de février 1677. Afin de comprendre l’impact des libelles dans la minorité de Charles II, il faut garder en mémoire qu’un seul texte peut toucher un nombre très important de personnes, comme nous l’avons montré. Il convient surtout de mener une étude précise de la circulation des textes polémiques pour en souligner l’intensité. Une satire de décembre 1668 oppose les libelles, qualifiés de « livres accrocheurs », aux « grands livres qui restent à mordre la poussière dans les librairies »13. La piquante antinomie exprime l’intense circulation des textes polémiques qu’on s’arrache et qui nuisent au commerce des livres au sujet élevé. Ces derniers, desservis par cette concurrence déloyale, restent invendus sur les rayonnages poussiéreux.

La circulation des textes polémiques lors de la campagne d’opinion orchestrée contre Nithard

a) Le marché de l’information, socle matriciel des guerres de plumes

24Dans notre chapitre traitant de la campagne d’opinion de don Juan orchestrée contre Nithard, nous avons démontré que les lettres ouvertes du dissident structuraient l’ensemble de la masse des écrits polémiques. Il faut donc partir de leur cheminement pour pouvoir expliquer les mécanismes et les dynamiques de circulation. Ces bases posées, il sera temps d’étudier comment d’autres circuits se greffent sur le premier.

  • 14 BNE, ms. 8348, fo 37ro.

25Don Juan a fait imprimer toutes ses lettres car ce système de duplication permet un tirage à de nombreux exemplaires dans un laps de temps court et à moindre coût. Le prince a eu recours aux presses privées du cardinal Moncada14. Il arrivait fréquemment que des nobles disposent de presses privées, souvent mises au service de publications clandestines. Aucune indication d’imprimeur, aucun signe distinctif ne vient donc rompre la monotonie de ces missives. Le titre se distingue du corps du texte par la taille plus importante des caractères. La mention du destinataire se détache également, en caractères de taille intermédiaire, parfois en gras, isolé typographiquement entre le titre et le corps du texte. Pour le reste, les missives se composent d’une succession de paragraphes compacts aux alinéas à peine visibles qui se ferment sur le rappel du lieu et de la date presque toujours précisés dans le titre.

  • 15 Ibid., fo 67ro.
  • 16 Ibid., fos 66vo-68vo.
  • 17 Encubierto laberinto (RB, II-1145, fos 207ro-209ro).

26Dans un second temps, il faut diffuser ces textes. Des émissaires apportent donc les missives à leurs destinataires respectifs : les ministres et les conseillers, les représentants des diverses institutions des royaumes et des villes. Don Juan a toujours remis ses lettres à des personnes de confiance investies de la fonction d’émissaire. En décembre 1668, le prince donne ses lettres à Rodrigo de Borja, parent de Josep de Borja, lui-même fervent juaniste ayant composé des satires contre Nithard, pour qu’il les porte à Valence15. Parfois, les émissaires échouent dans leur mission car des opposants du prince les empêchent de distribuer ces lettres. À Murcie, l’envoyé de don Juan doit renoncer à transmettre les missives que son maître a rédigées à Torre de Lledó, en butte à l’hostilité du cabildo qui veut le retenir prisonnier dans son lieu de résidence et qui l’oblige ainsi à fuir. L’anecdote révèle la puissance de l’emprise des Fajardo, proches de Mariana, sur la ville. La marquise de los Vélez est la gouvernante de Charles II et défend farouchement Nithard16. Parallèlement, certains textes ont été interdits par la censure. La page de garde d’un recueil de texte de la Real Biblioteca indique que, du temps de Valenzuela, le cas se produit pour un pastiche de l’Ave Maria, qui ridiculise le Duende17. Il arrive que des personnes stipendiées ou désireuses de se constituer un pécule achètent ou se procurent des libelles pour les remettre au Conseil d’État, moyennant une contrepartie financière. Les ministres cherchent ainsi à soustraire au marché des papeles des textes jugés dangereux pour la stabilité de la monarchie. Don Babil se fait l’écho de cette pratique. Il mentionne avec humour la transaction monétaire dont les textes de sa collection peuvent faire l’objet, affirmant que

  • 18 « Eran papeles de tal subtancia, que auia que engordauan con ellos, y que valian por un buen desayu (...)

c’étaient des textes d’une substance telle que certains individus s’engraissaient grâce à eux et qu’ils valaient bien un bon déjeuner parce qu’en les lisant, si on ne mangeait pas, on mordait et parce qu’ils laissaient toujours un petit quelque chose à ronger. Et que, s’il n’en était pas ainsi, il les aurait déjà vendus pour confectionner des fusées plutôt que de les laisser vendre au Conseil, car voyant le monde au bord de l’émeute, ces messieurs ne voulaient pas qu’il y ait de désordre18.

  • 19 BNE, ms. 8348, fo 62ro.
  • 20 La lettre de don Juan était parvenue à Burgos le 15 novembre 1669.
  • 21 AHUV, leg. 9261, lettre d’Andres Mendo à Crespí de Valldaura du 19 janvier 1669, s.n.

27De Barcelone à Madrid, le courrier arrive entre trois jours et une semaine. Les lettres de Torre de Lledó du 13 novembre sont reçues le 1619. Les contemporains, conscients de la durée nécessaire au trajet d’une missive, intégraient cette donnée dans leurs démarches. Ils savaient répondre rapidement pour riposter à un événement, malgré les délais des transports ; ils savaient aussi quand s’inquiéter de ne pas avoir encore eu de réponse. Le silence pouvait s’expliquer par une perte de missive, fréquente lors des trajets, ou par le refus à dialoguer de l’interloculeur. Ainsi Mariana s’étonne du silence de Burgos qui ne lui a pas remis la lettre que don Juan avait envoyée à la ville depuis Torre de Lledó, plus d’un mois après le 13 novembre20. Le 25 décembre, la régente incite la ville à lui répondre en exerçant sur elle une forte pression par l’intermédiaire du président de Castille. La partialité des émissaires ou des intermédiaires constitue une donnée importante pour la bonne marche de la diffusion des lettres et des libelles. Or, il arrive que certains intermédiaires se livrent à un double jeu au détriment d’un parti ou de l’autre. Andrés Mendo, confesseur d’Osuna, avoue à Crespí de Valldaura qu’il se défie du père Damien Plà, qui jusqu’alors faisait transiter les lettres que lui-même échangeait avec le président du Conseil d’Aragon. L’heure est grave car ces lettres compromettantes et confidentielles charriaient moult renseignements sur les rapports de forces entre nithardistes et juanistes à Barcelone. La suspicion d’Andrés Mendo vient de ce que Joseph Pinos, un juaniste influent de la capitale catalane, entretient une correspondance avec le marquis de Castelrodrigo par l’intermédiaire du même Plà, dès lors soupçonné de sympathie juaniste21.

  • 22 « De halla de esta corte, vinieron algunos cargados de papeles indecorosos, de libelos indecentes, (...)
  • 23 L’Escaparate de don Babiles livre un témoignage d’une lecture commune de satires.
  • 24 Papel que se echo en Madrid por las iglesias y calles sin saberse quien le echaba : « Meritorio y j (...)
  • 25 Ibid., fo 231ro.

28Bien vite les émissaires de don Juan sont relayés par des hommes apportant — et peut être vendant — des libelles. La Lettre de Juan de Buen alma à Charles II, parue le 15 novembre 1668, en témoigne. Depuis Burgos, l’épistolier évoque les bruits qui parviennent dans cette ville depuis Madrid et déplore que « de cette cour lointaine, des hommes sont venus chargés d’écrits malséants, de libelles indécents, de bruits infâmes22 ». Par la suite, les lettres, qui trouvent un prolongement dans les textes polémiques en tout genre, peuvent être lues en public ou à plusieurs, prêtées, copiées, distribuées ou vendues23. Un copiste précise qu’un texte s’offusquant de l’ascension de Valenzuela a été distribué dans les églises et dans les rues de Madrid le 20 septembre 167624. Le mécanisme signale une pratique courante de diffusion des libelles qui a certainement joué dans toutes les guerres de plumes de la Régence de Charles II. Il arrive aussi qu’au détour des dédales de la cour des émissaires mystérieux remettent des libelles au roi ou aux principaux protagonistes des conflits. Le compilateur d’une collection de manuscrits de la Bodleian Library note ainsi, le 12 avril 1676, que le texte aux allures de supplique intitulé Triaca de la botica del desengaño a été donné à Charles II par une femme voilée, alors qu’il sortait de la chapelle royale25.

29Outre les émissaires transmettant les libelles à leurs destinataires et les courriers, le système de copie des originaux constitue un des moyens de circulation les plus usuels et les plus perceptibles. Rappelons à ce propos que notre documentation se compose en majorité de telles copies de textes ayant effectivement circulé du temps des guerres de plumes et qui sont à leur tour diffusées avant d’être définitivement intégrées au sein de recueils.

  • 26 Carta de un cortesano, para un Gran Señor de este reyno (BNE, ms. 8346, fos 58ro-67vo).

30La Lettre d’un courtisan à un grand seigneur de ce royaume, du 5 novembre 1668, explicite d’autres mécanismes de la copie, au-delà du geste d’écriture, et jette un éclairage sur les liens entre oralité et écriture26. Le courtisan informe son interlocuteur qu’il a remis à Son Excellence un exemplaire de la lettre de Consuegra et qu’un ami vient de lui lire un manifeste de Nithard en réponse à cette même lettre, écrit sous la forme d’une consulte à la reine. Cet ami n’a pu le lui remettre car il l’avait déjà promis à quelqu’un d’autre. Il se contente donc de la résumer à son correspondant. Il lui promet néanmoins qu’il lui fera parvenir le manifeste du confesseur dès qu’il l’aura récupéré. Il s’agit d’une lettre fictive, mais cela n’infirme pas la description des dynamiques de circulation des textes.

  • 27 BNE, R-2933, Gazeta de las cosas ocurridas.
  • 28 F. Bouza, « Felipe IV sin Olivares », p. 61.

31Les publicistes des guerres de plumes s’approprient donc un marché de l’information déjà existant, dont la lettre constituait la matrice27. Le soulèvement de la Catalogne et du Portugal en 1640 ainsi que la chute d’Olivares en 1643 sont trois événements qui ont donné une impulsion décisive au réseau de l’information. La figure de Jeroni de Torres, qui entretient sur plusieurs années une correpondance avec Miguel Batista de Lanuza, jurado en cap de Saragosse, corrobore ce propos28. Dans les années 1640, Jeroni de Torres informe l’Aragonais des nouvelles de la cour et reçoit en retour des informations d’une zone que l’actualité guerrière a transformée en limes de la monarchie et en lieu de débats sur les liens devant articuler les royaumes de la monarchie composite. Ce contexte rend compte de l’irruption, sur la scène de la nouvelle, d’un personnage comme José Pellicer de Ossau y Tovar. La circulation des nouvelles qui relevait d’échanges semi-privés — les contemporains s’envoyaient souvent des cartas de noticias similaires aux nouvelles à la main — a été profondément renouvelée par l’apparition des avisos tels que les a popularisés José Pellicer de Ossau sous Philippe IV et des relaciones de sucesos. L’autonomisation de l’information crée une demande toujours plus forte et transforme l’espace de publicité en un espace hétérogène où plusieurs logiques de diffusion et plusieurs finalités se concurrencent ou se confortent. Les libellistes de 1668-1669 bénéficient de tous ces bouleversements. Garder à l’esprit le schéma initial du marché de l’information pour le considérer comme un mécanisme essentiel de nos guerres de plumes jette une lumière décisive sur les nouvelles dynamiques de diffusion. On comprend mieux qu’au début de la querelle la majorité des textes polémiques adopte la forme de la lettre, même si le destinataire n’est qu’un prétexte, voire une fiction. Les réseaux d’informateurs se mobilisent donc spontanément pour faire circuler les libelles de la campagne contre Nithard. Il arrive même que des réseaux déjà en place pour d’autres finalités — des réseaux d’érudits par exemple — se transforment en circuit de divulgation de libelles. L’analyse des rapports entre manuscrits et imprimés au sein de nos guerres de plumes révèle comment d’autres logiques de diffusion, fortes d’intérêts mercantiles ou partisans, travaillent le schéma originel de la circulation de l’information pour le modifier et le compliquer.

b) Manuscrits et imprimés

32Les publicistes de la campagne d’opinion de 1668-1669 exploitent tous les ressorts des circuits en place et en complexifient la mécanique en activant les différences entre manuscrit et imprimé, en laissant la place à des logiques partisanes et lucratives qui parasitent le marché de la nouvelle, et, enfin, en faisant interagir plusieurs moyens de diffusion. Nous étudierons ces points successivement.

  • 29 Id., « Memorias de la lectura y escritura de las mujeres », p. 174.

33La préférence pour une publication imprimée ou manuscrite résulte de choix qui ont peu à voir avec l’opposition erronée associant imprimé et modernité pour les opposer au manuscrit qualifié implicitement d’archaïsme. Dans la guerre de plumes contre Nithard, il y a lieu de distinguer les lettres ouvertes de don Juan, systématiquement imprimées, de la masse des textes polémiques, souvent manuscrits et toujours anonymes. Pour le prince, la nécessité d’imprimer ses lettres allait de soi. Il fallait les diffuser vite et à un grand nombre de destinataires. Au Siècle d’or, le tirage moyen d’une œuvre imprimée oscillait entre mille et mille cinq-cents exemplaires et les chiffres montaient encore pour les productions typographiques de moindre importance, ne comportant que quelques feuilles29. En outre, l’imprimé constituait un gage d’autorité. Le souverain donnait à imprimer les lois et les autres textes juridiques pour imposer son joug en diffusant les ordres dans le royaume grâce à la publicité optimale que seule permettait ce vecteur. L’imprimé était donc la forme communément adoptée par les textes royaux que don Juan reprend en raison d’impératifs de mise en circulation, mais aussi par mimétisme. Par ailleurs, la publication imprimée supposait des moyens techniques et financiers importants et manifestait la capacité de mobilisation de ressources humaines et financières des acteurs de la crise.

  • 30 Id., Del escribano a la biblioteca, p. 43.

34S’il revendique la paternité des lettres, don Juan ne signe jamais les pamphlets de son crû. Cette tension entre imprimé et manuscrit réalise une distanciation entre sa propre voix et celle de l’« opinion », comme si le prince n’orchestrait pas une campagne et comme si l’Espagne s’exprimait spontanément par le biais des libelles. Don Juan se situe ainsi au-dessus de la mêlée : il ne serait pas un rebelle mais juste le justicier révélateur d’un malaise. Cependant, les publicistes ne recourent pas uniquement à la publication manuscrite pour des raisons d’anonymat. Il y a une valeur intrinsèque de l’écrit. Le manuscrit, parce qu’il renvoie d’abord à une culture de cour, vise un public choisi sur lequel on garde un certain contrôle, les aires de circulation liées à ce vecteur étant restreintes. Face à la vulgarité de l’imprimé, dont les processus de diffusion demeurent étrangers à toute discrimination des lecteurs sur lesquels aucune prise ne peut s’exercer constamment, la copie manuscrite répond à une logique de diffusion par interconnaissances qui permet de rester « entre soi », au sein de nobles triés sur le volet, constituant une communauté de lecteurs jugée digne et légitime. De surcroît, la forme manuscrite suppose une duplication rapide, à défaut d’extension du public. Les textes polémiques se caractérisent souvent par leur nature éphémère, leur sens s’altérant au gré des fluctuations des rapports de forces et des conjonctures. Enfin, le manuscrit bénéficie d’une plus grande confiance que l’imprimé. La fiabilité dont on lui fait crédit tient à sa modalité spécifique de circulation au sein de publics choisis et liés par des liens parfois lâches mais réels avec le scripteur qui diffuse le texte30.

35En somme, les acteurs connaissent la signification et les enjeux que recouvrent individuellement la publication imprimée et la publication manuscrite. Sans octroyer à l’une ou à l’autre le monopole des vertus, ils se distinguent par une pratique nuancée de publication et de diffusion des textes pour solliciter pragmatiquement des publics auxquels ils ne reconnaissent aucun pouvoir de légitimation, mais qu’ils mobilisent pour exercer une pression sur les autorités. Ce raisonnement n’invalide nullement une stratégie d’impression de certains textes. En général, les imprimés surgissent à des moments stratégiques du conflit pour asséner un grand coup, terrifier l’adversaire par l’ostentation d’une force de frappe puissante et faire basculer définitivement les rapports de forces au profit d’un parti.

  • 31 Id., « Felipe IV sin Olivares », p. 67.

36Mais le recours à l’imprimé n’est jamais sans conséquences car, au xviie siècle, le procédé reste contraignant et fait courir le risque d’une répression. Le marché de l’imprimé était sévèrement régi et contrôlé par la monarchie. Les libraires et imprimeurs devaient solliciter, auprès du Conseil de Castille, l’autorisation d’imprimer les manuscrits qu’ils souhaitaient mettre en vente. Si la licence était obtenue, la mention « con licencia » figurait au bas de la première page, tandis que le texte lui-même était précédé d’une « approbation » ou « censure » qui en louait les mérites. En réalité, la teneur subversive de ces textes dissuadait les auteurs des imprimés de nos guerres de plumes de chercher à obtenir une licence. D’où le recours à des presses privées. Il est cependant possible que des imprimeurs professionnels aient accepté de contribuer à leur diffusion, sans toutefois mentionner leur nom et le lieu de leur boutique afin d’éviter les représailles. Leur participation au jeu dangereux qu’instaure la dissidence tient certainement au fait qu’une importante production d’écrits n’était soumise à aucun type de censure préalable, puisque, comprenant trop peu de pages pour être considérés comme des livres, ils n’avaient pas à demander de licence. On appelait cette catégorie d’imprimés les « menudencias » ou « recetería »31.

37Le soutien d’un des deux camps explique également la prise de risque de certains imprimeurs. Le cas de la gazette de la fin de 1669 fournit une preuve a contrario de cette partialité. Le scripteur de la Censure que fit un certain auteur grave et ingénieux de la consulte de Monseigneur l’Inquisiteur Général dénonce la partialité du gazetier hostile à Nithard :

  • 32 « Haviendo el gazetista hecho mençion con terminos malignos de la consulta del Inquisidor General, (...)

Le gazetier ayant fait mention en des termes mauvais de la consulte de l’Inquisiteur Général, il n’eut aucun scrupule à la transcrire pour l’exposer à la vue des autres écrits, comme qui présente la vérité à Pilate32.

  • 33 Ce type d’échange ne fait en général pas l’objet d’un contrat écrit mais oral.

38L’usage de l’imprimé appelle aussi la question d’une éventuelle prise de relais lucrative surimposant d’autres mécanismes de diffusion aux logiques originelles de circulation. À côté du système de la copie qui résulte d’une commande rétribuée pour un service de plume rendu ou qui correspond à un processus de diffusion de l’information entre particuliers, un autre système, relevant d’une logique marchande et impliquant la recherche d’une diffusion massive, se constitue33. L’auteur du Semanario Erudito qui calque la gazette de la fin de l’année 1669, moyennant quelques modifications, nous met sur cette piste lorsqu’il évoque la réception de la consulte de Nithard :

  • 34 « Este papel fue de tanta codicia luego que salió que le solicitavan todos con ansia. Y reconociend (...)

Dès que ce texte parut, tous le désiraient et cherchaient à se le procurer. L’ayant constaté, les Pères de la Compagnie, avec leur esprit d’à-propos accoutumé, tentèrent de rentabiliser le coût de l’imprimerie en vendant ceux qui leur restaient, après une première distribution34.

39Les propos semblent fiables. Mais dans l’hypothèse où il s’agirait là d’une pointe contre les jésuites, il importe surtout que l’assertion soit crédible car cela permet d’attester l’existence de tels mécanismes sans que les hommes de la Compagnie y aient nécessairement recouru. Évidemment, il s’agit de démarches parasites étrangères à celle des principaux adversaires, don Juan et Nithard, qui, eux, jouent leur honneur et leur avenir politique. Mais la possible prise de relais lucrative, efficace, a des retombées positives pour les deux partis en accélérant la diffusion. Maura livre une vision impressionniste des échanges économiques noués autour de la première guerre de plumes de don Juan :

  • 35 « Como D. Juan cuidara remitir a sus parciales antes su huida, copias del texto ; horas después de (...)

Comme don Juan avait pris soin de remettre à ses alliés des copies [de la lettre de Consuegra] avant sa fuite, à peine quelques heures après que Sa Majesté en avait pris connaissance, les aveugles de Madrid criaient et vendaient des reproductions imprimées de la fameuse lettre que les acheteurs lirent avec avidité et qu’ils commentèrent avec feu. Il en alla de même pour la consulte que Nithard adressa à Doña Mariana le 25 octobre […] ; et d’octobre 1668 à mars 1669 nithardistes et austracistes alimentèrent une polémique de presse, publiant une multitude de textes graves ou satiriques, d’attaque ou de défense pour ou contre don Juan ou l’Inquisiteur, pour divertir les oisifs et réjouir les scripteurs d’avisos, à la grande joie des libraires qui imprimaient et des mendiants qui, vociférant, en tiraient quelques sous35.

  • 36 El Escaparate de don Babiles (BNE, ms. 2034, fos 27ro-30ro et ms. 18.208, fos 19ro-24vo).
  • 37 Amador de la Paz, Voto de la verdad que participa al orbe el clarin de la fama (RAH, 9/643, fos 217 (...)

40L’historien utilise ici sa connaissance précise des dispositifs de diffusion de la satire politique. Néanmoins, son discours généraliste ne se fonde sur aucune source précise. Et pour cause, les archives se taisent sur ces points délicats. Nous n’avons pu récolter que des bribes d’indice qui donne raison à Maura dans l’ensemble, mais nous préférons en rester au stade de l’hypothèse. La vente de textes polémiques par les libraires n’est confirmée que par quelques résidus documentaires. Ainsi, les imprimés sortent de presses clandestines et ne portent aucune indication d’imprimeurs, de date et de lieu de vente. Nous avons recensé deux textes mentionnant ces données : la première partie de l’Armoire de don Babil, dont trois copies émanent des presses d’Estevan Liberos à Barcelone36 ; le long texte de l’Amador de la Paz qui paraît en mars 1669 et qui développe des réflexions politiques débordant le cadre de la querelle tout en soutenant le prince37. En réalité, ces informations figurent sur ces exemplaires en raison de leur contexte de parution. L’Armoire de don Babil circule fin décembre 1668 à Barcelone, une zone où don Juan est tout-puissant et où l’imprimeur ne risque pas de répression. Il n’est pas anodin que L’Armoire de don Babil, paru le jour de Noël, porte dans son titre la mention « divertissement pour Noël ». Ceci suggère que ce texte a été vendu. Le second texte sort en mars, après l’expulsion de Nithard, et s’apparente à un mémoire, respectueux de bout en bout envers Charles II. Cependant, l’auteur avance masqué derrière un pseudonyme. À partir du moment où il y a mention d’un imprimeur, on peut dire qu’il y a eu vente. Soit l’imprimeur est l’éditeur, prenant en charge tous les frais de l’édition, organisant la vente et retirant tous les bénéfices, soit l’imprimeur est commandité et n’apparaît alors que comme un exécutant rénuméré pour la seule façon et ne participant pas à la vente. Si les lettres imprimées don Juan n’ont pas été conçues pour un échange marchand, il y a tout lieu de croire qu’elles ont fait l’objet d’une transaction économique à l’occasion des nombreuses rééditions. Enfin, des imprimés ont manifestement été vendus dès lors première mouture, comme les Trois de la Renommée, la Lettre de Dionisio Tempul, etc.

  • 38 BNE, ms. 18.443.

41Certains acteurs ont été payés pour se procurer des libelles et les remettre au payeur. En effet, des personnages comme les ambassadeurs avaient vocation à informer leur souverain de la vie politique espagnole, en général par ourrier hebdomadaire. Ils recourraient donc à des agents collecteurs de nouvelles qui transmettaient les libelles contre monnaie trébuchante. Nithard, la reine ou don Juan avaient également placé des informateurs stipendiés à des endroits stratégiques. Enfin, certains collectionneurs ont payé des intermédiaires pour compléter leur musée personnel. Jaime Contreras se fait mander un nombre appréciable de textes par courrier depuis Madrid : il semblerait qu’il ait salarié un agent dans la capitale pour lui envoyer tout ce qu’il pourrait acquérir38.

  • 39 ASV, SS, Esp., no 137, fos 745ro-745vo.
  • 40 Ibid., fos 746ro-746vo et 751ro-751vo (une autre lettre est intercalée au milieu).
  • 41 Les avvisi sont le terme italien pour avisos. On les trouve au sein de l’ASV, SS, Esp.

42Pour autant, les canaux principaux de circulation des textes restent la copie, la distribution, le prêt et la lecture collective au sein de cercles restreints d’interconnaissance. Ce sont les principaux acteurs politiques impliqués dans la querelle et tous ceux à qui on accorde une légitimité à intervenir en politique et qui en ont la possibilité qui détiennent ce type d’écrits. La circulation prend d’abord pour support le manuscrit. Tous les moyens de diffusions des papeles interagissent. Ainsi le courrier se révèle déterminant pour transmettre les lettres ouvertes de don Juan, mais aussi pour envoyer des nouvelles et des copies des textes polémiques. Un exemplaire manuscrit de la lettre de Consuegra apparaît inséré dans une lettre du nonce Borromeo adressée aux secrétaires d’État, en date du 27 octobre 166839. Cet exemplaire accompagne une missive du nonce qui fait l’état de la question sur don Juan et permet au Saint-Siège de mieux saisir la crise politique espagnole40. Borromeo informe donc Rome de l’affaire don Juan au fil de son déroulement par une correspondance détaillée et par l’envoi l’avvisi, conservés groupés au sein d’une session spéciale des archives de la nonciature41.

c) La circulation des textes polémiques et des nouvelles en Espagne et en Europe

43Les textes polémiques ont fait le tour de l’Espagne. Madrid et secondairement Barcelone s’imposent comme les épicentres et les plaques tournantes de la circulation pour des raisons stratégiques. À Madrid, les écrits cherchent à mobiliser les courtisans qui sont les principaux acteurs de la crise. Convaincre les conseillers et les personnes d’influence capables de fléchir la régente et son entourage, isoler Nithard et Mariana, telle est la mission que les publicistes des guerres de plumes s’assignent. À Barcelone, les juanistes s’efforcent de constituer un réseau solide et de construire une base territoriale pour le prince d’où il pourra négocier en position de force. À partir de Madrid, les écrits ont gagné l’ensemble de la Castille ainsi que les autres royaumes de la péninsule, sous les effets conjugués de la copie, du courrier, des émissaires, des jeux de réimpression, des réseaux d’informateurs, etc. Le chroniqueur du Semanario Erudito affirme de la satire Les trois de la renommée :

  • 42 « Corrieron las copias impresas por toda España, y no bastando las que dos vezes se imprimieron en (...)

Les copies imprimées parcoururent toute l’Espagne et, les deux réimpressions de Madrid ne suffisant pas, on les réimprima à Salamanque, à Séville, à Valence et à Lisbonne42.

  • 43 Le plus connu est certainement un pasquin placardé sur les portes du palais le 7 janvier 1669 : Ger (...)
  • 44 « El pueblo acude multidiariamente a Palacio, y en general, sus aledaños son lugares de continuo tr (...)

44Les pasquins se démarquent en ce qu’ils mentionnent souvent où ils ont été exposés car le choix du lieu est un élément crucial de la charge subversive du texte. Presque tous les geroglifos recensés ont été placardés sur les portes de l’Alcazar ou à l’intérieur du palais43. Dans la description qu’il ébauche du bâtiment, Gabriel Maura insiste sur son agencement particulier qui en facilite l’accès depuis l’extérieur, condition propice à l’affichage de pasquins en tout genre : « le peuple venait plusieurs fois par jour au palais et en général ses alentours étaient des lieux de transit permanent44 ».

  • 45 Décima que apareció puesta con letras de oro en Madrid en la puerta del Sol. « Don Carlos Segundo v (...)
  • 46 AHN, Consejos, leg. 7179, no 11.

45Ce sont les épistoliers diffusant les nouvelles de la cour à des proches, les publicistes dans leurs textes, les informateurs ou les ambassadeurs qui les évoquent. Enfin, les pasquins sont placardés dans d’autres lieux d’affluence pour être vus par le plus grand nombre, comme à la Puerta del Sol de Madrid. Le 20 novembre 1675, dans le sillage de la journée des Dupes, des décimes s’ouvrant par les vers suivants « Que don Charles Second vive / Avec don Juan son frère à ses côtés45 » ornent cette place. Dans d’autres villes, c’est souvent aux portes de la cathédrale que les mécontents accrochent leurs pasquins. C’est le cas à Grenade, le 5 janvier 166946.

  • 47 Papeles de varios manuscritos e impresos de la Corona de Aragón (BNE, ms. 6384, fos 60ro-61ro).

46Concernant la circulation des textes, l’historien dispose de deux types d’information : des informations statiques témoignant de la présence d’écrits polémiques dans un lieu précis et des informations dynamiques qui contiennent des renseignements sur les trajets parcourus par les textes. C’est en majorité l’histoire des collections des bibliothèques et la classification des archives qui fournissent le premier type d’information. Les collections de la Biblioteca Universitaria de Barcelona ont été majoritairement constituées par la collecte d’écrits des couvents et des maisons d’ordres religieux de Catalogne. Les textes qui composent cette compilation ont donc circulé en Catalogne. Outre l’histoire des collections des bibliothèques et des centres d’archives, les titres des collections ajoutent d’autres informations. Le manuscrit 6384 de le Biblioteca Nacional de Madrid s’intitule Textes de nombreux manuscrits et imprimés de la Couronne d’Aragon47. Les informations permettant de reconstituer le trajet de certains textes polémiques semblent plus rares. Elles surgissent au hasard des archives. Par exemple, des avisos évoquent le parcours de certains textes de la Catalogne vers Madrid. Un billet d’un informateur de Barcelone daté du 22 février 1669 affirme :

  • 48 « Lleva Su Alteza toda la impression de un manifiesto contra el Inquisidor General que es muy infam (...)

Son Altesse détient un manifeste contre l’Inquisiteur Général qui est un texte vraiment infâme et il s’apprête à le diffuser en Castille. […] il faut prendre garde car la publication de ce texte risque de porter grand préjudice au Père confesseur étant rempli d’horribles faux témoignages et de promesses mensongères de soulager les peuples des impôts : ces bruits trouvent beaucoup de résonance dans les oreilles du peuple trompé, inconséquent et crédule48.

47Cette première guerre de plumes a connu une dimension européenne. En sus des assertions des acteurs, sujettes à caution, d’autres éléments étaient cette idée d’une circulation macro-scalaire. Les principaux vecteurs sont les ambassadeurs qui informent leur souverain des crises de la Régence. Il leur arrive d’envoyer des satires afin de mieux illustrer le discours qu’ils tiennent dans leurs correspondances. Le chercheur récolte des témoignages d’ambassadeurs (ou de souverains) mentionnant les envois ou retrouve les textes polémiques au sein des correspondances des archives des ministères des affaires étrangères. Les billets d’informateurs placés dans tous les endroits stratégiques de l’Europe alimentent un autre réseau de circulation de la nouvelle et des textes polémiques qui interagit souvent avec la toile d’informations que les épistoliers tissent entre eux.

  • 49 AMAE, CP, Autriche, no 31. La lettre écrite à Saint-Germain est datée du 23 novembre 1668.
  • 50 Ibid.

48Dans une lettre à Grémonville, ambassadeur à la cour de Vienne, Louis XIV évoque les « dernières lettres d’Espagne qui nous ont apporté la nouvelle de la sortie de don Juan de son prieuré de Consuegra et les copies de la lettre qu’il a écrite à la reine49 ». Le Roi-Soleil mentionne aussi la manne de données fournies par son réseau d’informateurs « il y a aussi quelques lettres de mes frontières qui disent que celui-ci avait déjà huit cents chevaux près de lui50 ». Louis XIV envoie au chevalier de Grémonville une relation du voyage de don Juan de Barcelone à Saragosse, qu’il a lui-même reçue depuis l’Espagne :

  • 51 Ibid., 32, lettre de Louis XIV au chevalier de Grémonville, de Saint-Germain, datée du 29 mars 1669

Je vous adresse une relation de son voyage de Barcelone à Saragosse qui fera connaître à l’empereur par les acclamations qui lui ont été faites partout à quel point il a gagné les esprits de tous les Espagnols51.

  • 52 « Se tiene por aqui como en forma de manifiesto pues comienza por quejas y para en amenazas » (BNE, (...)
  • 53 AMAE, CP, Espagne, no 56, fos 155ro-155vo.
  • 54 Respectivement, ASV, SS, Esp., no 137, fos 677ro-692ro et 693ro-695vo.

49On peut tracer les trois sommets d’un triangle de l’information entre Villars (Madrid), Louis XIV (Paris) et Grémonville (Vienne). Vienne correspond à un point important du circuit en raison des liens entre l’Empereur, Mariana et Nithard. Plusieurs anecdotes attestent que les Habsbourg d’Autriche ont suivi de près les étapes de la convulsion politique de 1668-1669. Dans le sens inverse, le valido de la Régence sait par ses informateurs parisiens, par le truchement des avisos du 25 novembre 1668, que la lettre de Consuegra est arrivée à Paris et qu’elle « est considérée ici comme une sorte de manifeste puisqu’elle commence par émettre des plaintes pour tourner ensuite à la menace52 ». On en répertorie d’ailleurs deux exemplaires à la Bibliothèque Nationale (Richelieu) et un exemplaire manuscrit comportant des catalanismes aux archives du Ministère des Affaires étrangères, dans la correspondance du marquis de Villars53. Dans la correspondance du nonce Federico Borromeo adressée à la secrétairie d’État, une copie de la consulte de Nithard et une copie de la Censure politique à la lettre de don Juan apparaissent dans un courrier du 24 novembre 166854.

50La circulation des textes polémiques apparaît donc intense, aussi bien à Madrid que dans toute l’Espagne, notamment en Aragon et en Catalogne ainsi qu’à une échelle européenne. Cette circulation s’inscrit dans les circuits du marché préexistant de la nouvelle et de l’information, ce qui explique en partie la double nature manuscrite et imprimée des écrits diffusés dont les acteurs connaissent les spécificités respectives et dont ils savent jouer. Si la superposition de différentes logiques de mise en circulation des textes (engagement partisan, appât du gain, bibliophilie, curiosité) produit parfois des effets de parasitage, elle lance surtout une dynamique forte qui profite à tous les acteurs de la crise en densifiant les échanges.

Les auteurs des textes polémiques

  • 55 BL, Eg. 353, fo 135ro.
  • 56 Índice de libros de diversos autores.
  • 57 BLO, ms. Add. 142, fos 285ro-287vo.
  • 58 « ¿Como no sale en estas ocasiones algun papel del señor almirante como aquel de los titulos de com (...)
  • 59 Deux manuscrits de la Biblioteca Nacional de España présentent un ensemble de textes poétiques écri (...)
  • 60 Soneto : « Dime Madrid, quien es el Almirante » (BNE, ms. 2582, fo 160ro) ; Liras : « Porque, aunqu (...)

51L’anonymat étant de mise, les archives restent presque muettes sur les auteurs des textes polémiques. Les scripteurs courraient de gros risques en rédigeant des écrits subversifs. Peu d’indices permettent donc d’associer un texte à un nom. Malgré l’omniprésence de l’anonymat et le manque de détails qu’offrent les archives judiciaires, cerner quelques figures relève du possible. Il arrive que des noms soient mentionnés au bas d’une composition, au sein de recueils constitués bien après la rédaction des textes, quand la cause politique qui les motivait était devenue obsolète. Ainsi, un manuscrit de la British Library identifie un texte établissant une comparaison entre don Juan et Absalon comme l’oeuvre du jésuite Salinas55. Par ailleurs, on a attribué à l’Amiral de Castille, don Juan Gaspar Enriquez de Cabrera, le texte « Un fraile y una corona »56. Quant au texte à l’incipit « Pregunta la teología » il est tantôt attribué à l’Amiral, tantôt à Cortés Osorio57. Dans une satire de décembre 1668, des personnages réunis devant l’église de Saint-Philippe, à l’entrée de la calle Mayor, discutent avec feu du conflit opposant don Juan à Nithard. L’un d’eux s’interroge : « Comment se fait-il qu’en de telles circonstances ne paraît pas un texte de monsieur l’Amiral comme celui des “titres de comedias” ?58. » Bien que la question reste sans réponse, l’évocation de Juan Gaspar Enriquez de Cabrera a du sens. Le protagoniste de la satire le présente comme une des figures prototypique de l’auteur de libelles : le noble cultivé et amoureux des arts, à l’esprit fin et à la plume acérée et rimailleuse59. L’Amiral est banni de la cour par don Juan le 25 janvier 1677, après avoir subi les assauts satiriques de libellistes juanistes, ce qui confirme son implication dans les guerres de plumes60. Sinon, les quelques maigres informations sur l’identité des auteurs surgissent au hasard des correspondances de particuliers, dans les chroniques de l’époque, voire dans les textes polémiques eux-mêmes. Des acteurs ou de simples spectateurs des crises de la minorité font état de leurs soupçons concernant un individu susceptible d’avoir rédigé un écrit marquant ou dénoncent le scandale qui a éclaboussé un illustre personnage ayant participé aux guerres de plumes.

  • 61 Dudas politicas y theologicas (BL, Eg. 354, fos 147ro-150ro).
  • 62 Carta de San Ygnacio (BNE, ms. 2034, fos 43ro-43vo).
  • 63 Passio Regni nostri Hispani Don Joane, cum glosa interlinata (BNE, ms. 5588, fo 202ro).
  • 64 Respectivement, Parecer sobre la carta que escribio a Su Magestad el Señor don Juan de Austria en 1 (...)
  • 65 Respectivement, Paralelo entre el principe Absalon y don Juan de Austria (BL, Eg. 353, fos 135ro-14 (...)
  • 66 Lo que sucedio con el Padre Salinas de la Compañía de Jesus (AHN, Estado, lib. 879, fos 293ro-298ro(...)
  • 67 Carta de Sancho Sanchez, Pedro Perez y Hernan Hernandez nobles fidalgos de la billa de Canga en las (...)
  • 68 Respectivement, Dos cartas anónimas (BNE, ms. 8180, fos 229ro-231ro) et No puede el cuerbo ser más (...)
  • 69 Manifiesto del Padre Moya contra don Juan (BLO, ms. Add. A. 142, fo 214vo).

52Le bilan de cette collecte d’informations semble maigre. Le dominicain Clemente de Álvarez, confesseur de Medina de las Torres, a écrit les Doutes politiques et théologiques61. Don Josep de Borja, noble catalan et juaniste fervent qui soutient le prince lors de son séjour à Barcelone, a rédigé la Lettre à Saint Ignace qui circule aussi bien dans le Principat qu’à Madrid62. Il produit aussi une Passio ridiculisant Nithard63. Le texte intitulé Avis sur la lettre qu’a écrite à Sa Majesté monseigneur don Juan en 1668 est attribué au cardinal de Moncada, lui-même auteur du fameux mémoire à la reine s’ouvrant par l’incipit « Señora, los cauterios duelen »64. Le père Salinas, jésuite du Colegio Imperial, membre du tribunal de la Suprême en matière de censure, qui fut un temps confesseur de Nithard, a rédigé un Parallèle entre le prince Absalon et don Juan de Austria ainsi qu’un écrit dénonçant la lettre de Consuegra65. Salinas avait eu des démêlés avec le duc d’Albe et avec Antonio de Contreras qui, l’ayant estimé dangereux, l’avaient surveillé de crainte qu’il ne corresponde avec Nithard, même après février 166966. Ce jésuite apparaît dans la lettre fictive de Sancho Sánchez non comme auteur, mais comme lecteur d’écrits nithardistes67. Sancho Sánchez décrit ses tribulations madrilènes de décembre 1668 dont la rencontre avec le père Salinas marque un temps fort. Le jésuite se promène en emportant sous le bras certaines des Lettres des défunts aux vivants ainsi que les Disputes à la manière de saint Thomas et en expose fièrement le contenu au voyageur asturien ignorant des dernières péripéties de la capitale. Le jésuite Mateo de Moya, lui, a composé un texte virulent contre l’Exhortation chrétienne que nous avons pu identifier comme Deux lettres anonymes et qui provoque la réponse acerbe d’un juaniste, par le texte Le Corbeau ne peut être plus noir où ce dernier insulte son adversaire de plume68. Un manuscrit de la Bodleian Library lui attribue la paternité d’un autre libelle publié le 22 novembre 1676, le Manifeste du père Moya contre don Juan69. L’auteur du Nouveau livre de l’Espagne perdue par Mariana ne se prive pas de donner un petit coup de griffe au père Moya, montrant à quel point ce confesseur de Mariana était dans la ligne de mire des libellistes juanistes. Ainsi le satiriste attribue au jésuite la maxime suivante :

  • 70 « El poder absoluto de los Monarchas no se ha de sugetar al imperio de la razon y de la virtud pues (...)

Le pouvoir absolu des monarques ne doit pas s’assujettir au commandement de la raison ni à la vertu car les rois sont rois en ce qu’ils peuvent ce qu’ils veulent70.

53Que Moya prenne la plume pour ferrailler contre les juanistes en attaquant l’Exhortation chrétienne ne semble guère étonnant. Toute sa vie, il s’est illustré par l’ardeur mise dans la défense et l’apologie de la Compagnie de Jésus. Il riposte ainsi aux attaques d’Antoine Arnauld contre le probabilisme et le laxisme des jésuites, puis à celles d’un manifeste anonyme sur les doctrines perverses des jésuites, dont l’auteur se cache derrière le pseudonyme de Gregorio Escalpès et qui, en cent trente-deux propositions, reprend le discours d’Arnauld. Moya meurt le 23 février 1684 à Madrid.

  • 71 Peor está que estaba, y enfermar con el remedio (BL, Eg. 353, fos 101ro-102ro).

54On recense également d’autres personnages dont on sait, sans toutefois connaître leurs textes, qu’ils ont participé aux guerres de plumes du règne de Charles II. Des chroniques et des correspondances de la période du ministériat de don Juan mentionnent des figures notables que le prince a exilées ou emprisonnées afin de les châtier pour avoir écrit contre lui. Ainsi le docteur López qui fréquentait la maison du vice-chancelier Palata, le marquis d’Agrópoli et le licencié en droit Agustín Moles de Ledesma, avocat des Conseils, soupçonné d’être l’auteur du texte Pire qu’avant en rendant malade avec le remède, sont incarcérés71. Agrópoli est exilé à Málaga en 1678. C’est que don Juan disperse des espions à la cour et dans tout Madrid pour être informé des médisants, des auteurs de textes le pourfendant et de la circulation de ces écrits.

  • 72 J. Cortés Ossorio, Invectiva política, éd. M. Etreros, p. 37.
  • 73 Señora, quando hay pluma de un vasallo (AHUV, leg. 9261, s.n.).

55Don Juan et Nithard ont composé un grand nombre de textes, tout en gardant l’anonymat. Don Juan a non seulement écrit des satires politiques, mais il a également retouché de nombreux textes rédigés par ses proches. C’est le cas de la Visite de l’Espoir et du temps, de la main du père Guerra, que don Juan a en partie réécrit72. Quant à Nithard, il est l’auteur du mémoire « Madame, lorsque la plume d’un sujet », imprimé à ses soins et ayant largement circulé dans les premiers mois de la querelle73.

  • 74 A. Soria Ortega, El Maestro Fray Manuel de Guerra y Ribera.
  • 75 Guerra y Ribera naît à Madrid le 2 février 1638. Il prend l’habit en 1653 dans l’ordre des Trinitai (...)
  • 76 Peor esta que estaba, y enfermar con el remedio (BL, Eg. 353, fos 101ro-102ro).
  • 77 Juan Cortés Ossorio naît le 8 février 1623 à Puebla de Sanabria, dans les environs de Zamora. Il es (...)

56Ce panthéon de la polémique demeurerait incomplet si nous n’évoquions deux des plus grandes figures de ces guerres de plumes, le trinitaire Manuel Guerra y Ribera — juaniste — et le jésuite Juan Cortés Ossorio — nithardiste74. Manuel Guerra a prêché de nombreux sermons politiques en faveur de don Juan tant à la chapelle royale de l’Alcazar que dans le palais du vicaire général d’Aragon lorsque le bâtard royal occupait cette charge75. Mais le trinitaire a également composé des textes polémiques à l’instar de la Visite de l’Espoir et du temps déjà évoqué. On en veut pour preuve les textes antijuanistes qui mentionnent Guerra pour le ridiculiser. De temps à autre, on récolte des allusions au trinitaire, comme dans l’écrit Pire qu’avant en rendant malade avec le remède. Comedia jamais représentée, qui le cite explicitement76. Il est surtout la cible de Juan Cortés Ossorio qui se déchaîne sans relâche contre don Juan au point d’être considéré comme le Juvénal de son temps77.

  • 78 R. del Arco y Garay, La erudición aragonesa, p. 301.
  • 79 BNE, ms. 5588, fo 192ro.

57Si l’on dresse une cartographie sociale de ces hommes de plume, un premier principe simple se détache : les scripteurs sont au premier chef les principaux acteurs impliqués dans les conflits. Nous avons parlé du marquis d’Agrópoli, qui devient marquis de Mondéjar en 1679. Agrópoli incarne cette noblesse lettrée et érudite, bibliophile, mécène et prompte à manier la plume. À ces grands personnages, se joignent les hommes de leur clientèle ou de leur parti qui manient le verbe avec assez de dextérité pour défendre leur champion. C’est pourquoi les clercs et les confesseurs qui jouissent d’une proximité et d’une confiance singulière, voire les théologiens, occupent une si bonne place. Enfin, au-delà de cette typologie, signalons que les auteurs se connaissaient bien entre eux et que, souvent, ils se retrouvaient les uns chez les autres pour discuter politique, s’échanger des libelles ou évoquer d’autres thèmes proprement érudits. Dans une lettre de septembre 1676, Vicencio Juan de Lastanosa indique qu’il a rencontré Juan Cortés Ossorio chez Agrópoli, dans le sacro-saint de la bibliothèque de ce dernier78. Le lien entre le jésuite et le marquis est donc avéré, ce que confirme la lettre déjà citée de Villanueva à Cortés Ossorio avertissant ce dernier de l’exil d’Agrópoli. Ce dernier organisait des réunions entre érudits et gens à la plume habile. Enfin, si les Grands ont composé des libelles de leur propre chef, d’autres auteurs ont été stipendiés. Une satire suggère que Nithard alloue la somme mirobolante de mil cinq cents ducats à la confection et à la distribution d’écrits volant à la défense de sa cause. Pour mieux déprécier cette transaction, le narrateur fictif du texte la qualifie ironiquement « d’œuvre pieuse79 ». Si cette assertion est probablement inexacte, il suffit qu’elle soit vraisemblable et pointe une pratique réelle.

  • 80 Papel de cierta persona religiosa que se precia mucho de politico y estadista, indiferente y desapa (...)

58Nobles, clercs, jurisconsultes, parfois simples secrétaires que l’on peut désigner par le terme large de letrados, constituent donc les catégories de cette palette d’acteurs. On ne s’en étonnera pas dans la mesure où ce sont là les composantes de l’élite politique seule jugée digne de participer au pouvoir. Et en l’espèce, aucune différence ne distingue les camps juaniste, nithardiste, valenzueliste ou marianiste. Les titres des textes mettent souvent explicitement en scène ces catégories, les auteurs anonymes se prévalant d’une compétence ou d’une dignité afin d’en imposer au lecteur par l’autorité qu’on y associe. Citons-en un en guise d’illustration, le Texte d’une certaine personne religieuse versée dans la politique et les affaires de l’État qui où l’on traite des erreurs politique de monseigneur don Juan de Austria et du père confesseur et de madame la reine80.

59La prise de parole et de plume est donc codifiée dans le champ politique. Seule une élite se prévalant d’une compétence ou appartenant à la noblesse est considérée légitime pour s’exprimer sur les choses de l’État. Néanmoins, l’auto-proclamation de letrado par les producteurs de textes polémiques ne garantissait pas sa véracité car l’affichage de cette qualité pouvait faire part d’un subterfuge pour capter l’autorité de la figure du jurisconsulte et conférer plus de poids à un écrit. Le raisonnement vaut pour toutes les qualités et dignités que s’octroient les publicistes. Une telle ostentation qui fait office de captatio benevolentiae tend à démontrer dès le titre d’un écrit que ce n’est pas l’avis d’un particulier, sans valeur, qu’on trouvera exposé, mais un conseil d’expert.

  • 81 Papel escrito de un vasallo desinteresado a la Reyna nuestra señora y al Señor Don Juan de Austria (...)
  • 82 Afectuosas voces de un leal vasallo al rey nuestro señor Carlos Segundo (LHS, ms. LIX, fo 232ro).

60Une libération progressive de la prise de plume dans le feu de l’action module légèrement cette ligne de fond. D’aucuns écrivent au fil des guerres de plumes sans plus se targuer d’aucune compétence particulière et préfèrent insister sur le statut de « loyal sujet » qui leur octroierait le droit de débattre. « Loyal », « désintéressé », « détrompé », autant d’adjectifs qui appartiennent au champ lexical de la fidélité. Car seule cette qualité retient au final l’attention des juanistes et des nithardistes ou des marianistes. Encore une fois, les titres parlent d’eux-mêmes : Texte écrit par un sujet désintéressé et détrompé, à madame la Reine et à monsieur don Juan d’Autriche81, Affectueuses paroles d’un loyal sujet à monsieur le roi Charles II82. Le Diccionario de las Autoridades définit ainsi la fidélité :

  • 83 « Lealtad, observancia de la fe que uno debe a otro por ser su superior, como el vasallo al rey, el (...)

Loyauté, observance de la foi que l’on doit à un autre qui est notre supérieur, tel le vassal au roi ou le serviteur au maître. La confiance qu’on lui témoigne oblige souvent l’homme d’honneur à servir avec fidélité83.

  • 84 J.-P. Dedieu, « Fidélité et politique », p. 212.

61À la lumière de cette précision lexicographique, on saisit mieux la pertinence des qualificatifs égrainés dans les titres des libelles. Tous convergent vers l’idée d’homme d’honneur prêt non seulement à remplir vis-à-vis du roi ses obligations — le respect, le service et le conseil — mais aussi à « aider l’objet de sa fidélité à se maintenir dans les limites qui rendent la fidélité possible84 ». Parce que la fidélité impose aux deux parties des devoirs (le roi doit respect, aide et protection aux sujets), elle est à la fois « conditionnelle » puisqu’on ne peut obéir à un tyran ou à un roi oublieux des intérêts du royaume et que, dans ce cas, la désobéissance n’est pas une infidélité et « opératoire » dans la mesure où elle est aussi une vertu qui oblige à tenir ses engagements. La revendication de fidélité, qui définit la nature d’une relation et non un contenu, peut donc sans contradiction être utilisée tour à tour par les juanistes et les nithardistes.

  • 85 Le « peuple » reste à l’écart du mouvement d’élargissement des « donneurs d’avis ».
  • 86 J.-F. Schaub, « Identification du jurisconsulte ».

62L’urgence de la situation élargit donc la palette des intervenants dans les deux camps sous réserve de cette qualité indépassable qu’est la fidélité85. En temps de crise, les logiques partisanes passent au premier plan et gomment les clivages entre noblesse et letrados, rang et compétence, qui s’expriment dans le cadre de la lutte, d’une part, pour le monopole de la production de la parole et du savoir politique et, d’autre part, de la détention des charges de conseillers. Jean-Frédéric Schaub a montré que les letrados avaient dû se redéfinir et s’imposer face à des modèles concurrentiels d’action politique, comme l’arbitrisme qui brisait leur mainmise sur l’émission des textes concernant les usages du pouvoir, le valimiento ou les juntes qui les court-circuitaient et bien sûr les nobles, élite politique naturelle revendiquant un rôle de premier plan au sein des arcanes de la polysynodie86. Dans nos guerres de plumes, les enjeux sont décalés dans la mesure où aucun camp ne pose la parole du jurisconsulte ou de l’aristocratie comme seule légitime, mais où chacun joue sur toutes les sources d’autorité possibles en même temps.

  • 87 « Política de los ratones ».

63Parfois, les scripteurs assurent la promotion d’un texte de leur plume en spécifiant dans le titre qu’ils sont l’auteur d’un pamphlet réputé, précédemment paru, et que le scandale d’un texte outrageux pour le bien public a contraint à riposter à nouveau. Une telle pratique témoigne de l’émergence d’auteurs individualisés, bien qu’anonymes, susceptibles d’attirer le chaland par leur notoriété. Peut-on dès lors déceler l’émergence d’un espace propre aux auteurs au sein des polémiques ? Une chose est sûre : la reconnaissance du public constitue une donnée exploitable en soi par un publiciste. Le cas du scripteur de la Raison de la déraison corrobore ce propos. Ce texte introduit le thème d’un don Juan afrancesado, appelé à connaître une grande fortune. Selon cet auteur, le duc d’Embrun aurait sollicité le prince pour semer la discorde en Espagne, affaiblissant ainsi le royaume afin de le réduire à la merci de la France. Par ailleurs, cet écrit pointe le premier une des spécificités de l’entreprise juaniste, l’utilisation de la rumeur afin de toucher un large public. En qualifiant cette pratique de « politique de rats87 », l’auteur forge une qualification assassine pour la discréditer, tout en affirmant l’infamie de toute tentative cherchant à mobiliser l’anti-public qu’est le peuple. Enfin, l’auteur manie avec habileté le récit, en misant sur la passion pour les affaires judiciaires réveillée par les cas Malladas et Patiño. Il présente ses propos sous le mode de la révélation et se livre à une narration biaisée où il affirme dévoiler la version de Saint-Aunais. Les événements, manipulés, sont revisités en comblant les zones d’ombre de façon à dénoncer la culpabilité du prince.

  • 88 Papel de advertencias y notas que hizo sobre la consulta del Consejo Real el Autor del que se intit (...)
  • 89 « Resolviose esta consulta por mayor parte de votos amasados con amenazas y ofertas » (BNE, ms. 834 (...)
  • 90 Respuesta que dio el Autor del papel intitulado Razon de la Sinrazon al de los tres de la fama (BNE (...)

64L’auteur de ce fleuron de la production nithardiste a établi une stratégie auctoriale en se prévalant de son succès passé pour gager de la qualité de tous ses écrits présents et à venir. Ayant fait ses preuves, cet auteur se spécialise dans la riposte aux meilleures productions du camp adverse, offrant à chaque fois un duel entre « maîtres » de l’écrit polémique. Ainsi, dans le Texte de remarques et de notes écrit à propos de la consulte du Conseil royal par l’auteur de la Raison de la déraison, il tente de redresser la barre au secours de Nithard, après le coup fatal porté par cette consulte qui prône la clémence de Mariana en faveur du prince et témoigne de la sympathie pour don Juan au sein des ministres88. Il s’agit donc d’un défi réservé aux plumes les plus habiles. L’auteur s’ingénie à discréditer cette décision étatique en voulant montrer qu’« on a adopté cette consulte en grande partie grâce aux voix amassées à force de menaces et de pots de vin89 ». Dans la Réponse donnée par l’Auteur du texte intitulé la Raison de la déraison à celui des Trois de la renommée, un autre corps-à-corps s’engage90. Peu importe que derrière l’auteur de la Raison de la déraison se cache un seul individu ou plusieurs individus opportunistes qui exploiteraient la renommée d’un auteur pour défendre les mêmes principes. Seul compte que les publicistes exploitent un succès déjà acquis.

  • 91 Respectivement, Copia de la carta que discurre nuevamente sobre las materias presentes (ibid., fos  (...)

65Enfin, le fait que les auteurs se querellent entre eux révèle l’émergence d’un espace intermédiaire, propre aux auteurs. Ils se reconnaissent mutuellement, au-delà des clivages partisans, comme ayant un même savoir-faire dont ils seraient les seuls dépositaires. Ainsi, le scripteur de la Lettre où l’on discourt nouvellement des matières présentes consacre plus de la moitié de son texte à prendre à partie l’auteur de la Lettre où l’on parle des matières présentes sans passion ni haine et à expliciter tous les procédés de la rhétorique mis en branle91. Il reproche à ce dernier d’user inconsidérément des pouvoirs de l’éloquence au point d’exciter la plèbe prête à se soulever. Soucieux de contrer la dynamique perverse qu’il aurait enclenchée, notre auteur démonte le travail de manipulation opéré par son adversaire de plume. Il remet ensuite à sa place l’auteur de la Lettre où l’on parle des matières présentes sans passion ni haine, en lui expliquant que, si lui est un lecteur avisé qui a su démêler le vrai du faux, la lecture que fera la plèbe, si grossière dans ses jugements, risque d’engendrer des conséquences catastrophiques. Cet exemple signale ainsi que les auteurs s’estiment capables entre eux de juger leurs qualités réciproques, sans se laisser prendre aux pièges de la rhétorique, et pensent qu’ils sont à même de deviner quelle sera la réaction du simple lecteur.

II. — CONVERSATIONS, BRUITS ET RUMEURS

66L’étude des bruits et des rumeurs permet d’appréhender la mobilisation politique par un biais différent de celui offert par la circulation des textes polémiques. En grande partie oraux, les bruits et les rumeurs — que nous définissons comme toute information mise en circulation dont le fondement n’a pas fait l’objet d’une vérification — sont volatiles et difficilement abordables. En effet, ce sont des écrits souvent rédigés après coup qui en garde la trace. Parmi eux, on recense des témoignages d’acteurs qui font état des conversations entendues et des bruits divulgués au sein de correspondances épistolaires, dans le cadre d’avisos ou de chroniques. Les libelles, eux, rapportent parfois les bruits qui courent en les présentant comme tels ou ils mettent en scène des conversations entre des personnages fictifs échangeant les propos les plus divers. Mais le plus souvent, ils entretiennent un rapport plus ambigu avec la rumeur. Soit ils qualifient de rumeurs le discours de leur adversaire, soit ils en lancent eux-mêmes, sous couvert d’énoncer le vrai. Une double distanciation en regard du phénomène initial (par le medium et dans le temps) caractérise donc ces documents. Par ailleurs, un des enjeux majeurs de ce pan de notre analyse consiste dans la qualification même de rumeur par les acteurs qui cache des luttes de pouvoir autour d’un prétendu monopole à détenir le vrai que s’octroient simultanément les adversaires aux prises. Malgré ces problèmes épistémologiques, ce phénomène mérite d’être étudié si l’on sait s’entourer de précautions, car les bruits et les rumeurs détiennent un pouvoir de mobilisation considérable. En outre, ils jouent un rôle décisif dans la mobilisation du « peuple » entendu au sens de « plèbe ».

Conciliabules, charla política et rumeurs

  • 92 Pronostico de los designios e intentos del Señor Don Juan de Austria (BNE, ms. 8345, fos 207vo-230v(...)

67Les campagnes d’opinion reposent sur d’autres vecteurs de diffusion que les textes. Dès les balbutiements de l’affaire opposant don Juan à Nithard, les contemporains échangent leurs impressions sur ce qui s’annonce déjà comme une convulsion politique d’une gravité extrême. L’affaire s’impose vite comme le grand sujet de discussion à Madrid où règne une atmosphère fébrile. L’auteur de la Pronostication des projets et intentions de Monsieur don Juan de Austria s’en fait l’écho92 :

  • 93 « La inopinada resolucion, y buelta de la Coruña, de Don Juan de Austria, ha puesto los animos de t (...)

La résolution inopinée de don Juan d’Autriche et son retour de La Corogne ont plongé les esprits de tous les hommes politiques de la cour, savants et populaires, dans un état d’expectative et ont provoqué d’incessants discours (car c’est là le seul sujet qui nourrit à l’envi d’abondantes discussions et réunions) sur les motivations de cette résolution unilatéralement mûrie, qui a surpris la monarchie93.

  • 94 El Retraído Don Enrique de Castilla da cuenta del verdadero estado en que estan las cosas de Don Ju (...)
  • 95 Razon de la Sinrazon en que se refiere lo que passo en las Juntas que el Señor Don Juan con sus ali (...)

68La parole, relais de l’écriture, envahit la cour de ses bruissements. On parle à toute heure et on se réunit même dans les cours du palais ou chez les particuliers pour pouvoir mieux en discuter. Conciliabules et réunions secrètes se succèdent alors. La parodie de L’Observateur caché retranscrit le véritable « conseil de guerre » qu’auraient tenu les membres de la Compagnie de Jésus, embarrassés de la présence encombrante de Nithard qui, par sa bêtise, dessert leur propre cause en réveillant une haine tenace envers les jésuites94. La Raison de la déraison se présente comme le compte-rendu des propos secrètement échangés par les partisans de don Juan dans les jardins du Retiro95. S’il s’agit, pour le premier, d’un texte d’invention et, pour le second, d’un texte dont l’authenticité demeure sujette à caution, ces deux exemples illustrent comment la parole et l’écrit s’alimentent pour se trahir, se contaminer ou se conforter, tout en contribuant à déchaîner un imaginaire angoissant du complot. Miroir fidèle, miroir déformant, miroir aux alouettes, l’écrit retravaille la parole secrète pour la divulguer ou bien forge une parole inventée de toute pièce.

  • 96 BNE, ms. 5588, fo 170ro.
  • 97 Ibid., fo 171ro.
  • 98 Ibid., fo 171vo.
  • 99 Ibid., fo 174vo.

69L’affaire déborde ainsi le monde étroit de la cour et les maisons des particuliers pour être discutée dans la ville entière. Des satires sous forme de dialogue traduisent l’omniprésence de la conversation politique. Évidemment, les publicistes travestissent cette réalité. Ils la stylisent par la plume afin de la fondre dans certains moules littéraires à la mode et séduire une élite lettrée. Ainsi, la discussion entre des courtisans ou entre un personnage au fait des derniers événements ayant tenu la cour en haleine et un « naïf » qui, dans sa simplicité, formule les questions les plus pertinentes, connaissent une indéniable vogue. Toujours est-il que pour déformer des faits, il faut une réalité à déformer. La Lettre de Sancho Sánchez à Pedro Perez et à Hernan Hernandez, nobles hidalgos de la ville de Canga en Asturies dans la province d’Oviedo, met en scène les déambulations d’un voyageur dans le Madrid de décembre 1668 qui bruit des discussions de l’affaire don Juan. Sancho Sánchez se rend ainsi dans tous les lieux où l’on parle politique et où l’on s’échange des libelles. S’il s’agit d’une fiction, elle permet à l’auteur de dresser une cartographie des centres de l’information de la capitale. Sancho élit domicile calle del Abada, un peu au Nord de la Puerta del Sol, dans une auberge tenue par des Asturiens96. Le vendredi, il va à la messe à l’église du Carmen, dans la rue du même nom, à côté du couvent des Carmélites chaussées, à proximité de Sol. Puis, il se rend calle Mayor qu’il descend vers le Palais royal. Sancho reste discret sur ses interlocuteurs. Il signale juste qu’il entend au palais des individus parler de la tristesse de la reine qui ne peut se résoudre à se défaire de son confesseur et qu’il se mêle à la conversation, en prenant le parti de Nithard. Arrivé à l’église Sainte-Marie de la Almudena, au bout de l’actuelle calle Mayor, l’Asturien rencontre le père Salinas. Celui-ci le prie de l’accompagner la bibliothèque du Colegio imperial des jésuites, calle de Toledo, où il se rend avec des libelles nithardistes sous le bras afin de les ranger dans les rayonnages, pour la plus grande gloire du confesseur97. Les discussions naissent parfois d’une rencontre fortuite, certains individus emportant dans leurs déplacements des textes polémiques. L’auteur suggère également que la bibliothèque du Collège regorge d’écrits satiriques. Sancho quitte ensuite le collège pour l’église Saint-Philippe, dont les marches sont le lieu du plus important mentidero de Madrid. Là encore les discussions vont bon train et il s’agrège aux discutants qui évoquent l’argent qu’on accuse Nithard d’avoir accaparé. Mais les persifflages juanistes ne monopolisent pas l’arène de la parole. On échange aussi les dernières nouvelles des Flandres ou des Grands d’Espagne98. Sancho continue ensuite sa route plus vers le Nord, en direction de la calle de los Tudescos, où réside don Blasco de Loyola. Il entend les propos que laquais et pages échangent sur leur maître, sur le pas de sa porte. Les domestiques débattent du problème de la corruption. L’Asturien déambule encore quelques heures, retournant au palais, tendant l’oreille en passant devant les covachuelas, traversant la Puerta cerrada, avant de regagner son auberge où on lui donne des copies des lettres de don Juan de Torre de Lledó et la Lettre de Saint Ignace, invective juaniste, sans que le lecteur de la satire n’en sache plus99. Les paroles et les écrits ne cessent donc de s’alimenter. Si l’on en croit le témoignage de Sancho, nul n’échappe aux conservations qui emplissent la ville. Le voyageur se trouve littéralement happé dans un bouillon de paroles et de rumeurs.

70L’itinéraire de Sancho Sánchez ne doit rien au hasard. L’auteur de la satire cherche à tisser une complicité avec ses lecteurs en mentionnant des lieux connus de tous pour être des endroits de discussion politique et des pôles de distribution des informations. Quelques lieux retiennent l’attention. Le palais est le premier endroit où Sancho entend parler du conflit opposant don Juan et Nithard. Si l’auteur semble elliptique dans son expression, il renvoie à une réalité précise, les losas de palacio, c’est-à-dire les patios — dont le sol se compose de dalles — de l’Alcazar ouverts au public, où circulaient intensément les informations politiques, diplomatiques et militaires. Des galeries édifiées autour des cours principales du palais offraient un lieu idéal de discussion aux curieux, aux gens qui se rendaient à l’Alcazar pour assister aux Conseils dans les salles basses du palais ou bien dans l’espoir d’obtenir une charge. Maura décrit avec finesse ce lieu, quoique de façon impressionniste :

  • 100 « Su nucleo principal de clientes formábanlo aspirantes a empleos y mercedes, papelistas y gacetist (...)

Le noyau des clients [des losas de palacio] était formé par des prétendants à des offices et à des grâces, par des écrivaillons et des gazetiers qui ne discutaient presque exclusivement de la chose publique. Sur les portes du palais, on fixait les pasquins ingénieux ou mordants […] ; dans les coins des deux patios, les familiers des ministres et des juges se rassemblaient ainsi que les gens en procès, les corrupteurs et les corrompus […], c’est aussi là qu’on faisait l’acquisition de libelles et de textes anonymes que l’Inquisition ou le Président du Conseil de Castille avaient interdits et récupérés. Dans la cour centrale, on lisait les textes politiques plus sérieux et les gazettes imprimées ou manuscrites que l’on commentait ensuite avec les nouvelles que l’indiscrétion ou l’amabilité des fonctionnaires permettaient de diffuser, avec les nouvelles qu’amenait un courrier poussiéreux, avec celles que vociférait quelque soldat de retour du front ou quelque captif fraîchement sorti des galères et, enfin, avec celles que divulgait avec délice la petite domesticité du palais100.

  • 101 BNE, ms. 18.209, fo 23ro.

71L’Armoire de don Babil mentionne bien la pratique qui consistait à aller vendre au Conseil de Castille des libelles subversifs dans le but de les soustraire au marché des consommateurs avides101. Or, l’agent qui transmettait ces écrits au gouvernement ayant souvent un but lucratif, il pouvait arriver que des libelles soient remis non pas au Conseil mais à un meilleur payeur parmi les gens attroupés dans les patios du palais et guettant l’opportunité d’acquérir un texte savoureusement irréverencieux !

72Les losas del Palacio présentent donc une configuration particulière. La perméabilité du lieu facilite le filtrage de l’information politique, que l’on se contente de tendre une oreille indiscrète, qu’on achète des satires destinées à être remises l’Inquisition ou au Conseil de Castille, qu’on cherche du regard l’éventuel pasquin truculent ou agressif fixé aux portes du palais, qu’on s’intègre à la foule animée qui échange nouvelles et libelles sous couvert de faire des emplettes dans les boutiques sises sous les galeries de la cour, etc. Mais il arrive que la conversation laisse place à un tumulte savamment orchestré, que le bruit le cède à la fureur et que le filtrage se fasse non plus de l’intérieur du palais vers l’extérieur mais en sens inverse. C’est ce dont témoigne le récit de la sortie de Nithard de Madrid. Rédigé par des jésuites qui tentent de dépeindre Nithard comme une victime expiatoire, tout en se désolidarisant de son sort pour ne pas subir les représaille de la furieuse « populace » remontée contre la Compagnie, ce texte ambigü montre que les élites savaient transformer la discussion entre curieux prédisposés à l’action politique en mouvement de foule afin de forcer l’entrée au palais dans les moments de crise. Le récit relate ainsi le déroulement perturbé de la séance de la Junte de gouvernement statuant sur l’éventuel renvoi de Nithard le 25 février 1668 :

  • 102 « Mientras los señores de la Junta conferian divididos en estas razones, parecieron en el patio de (...)

Tandis que ces messieurs de la Junte discutaient et se divisaient sur ce point, firent leur entrée au Patio du Palais le duc de l’Infantado, le marquis de Liche et quelques autres messieurs, en particulier le marquis de Povar qui commença à arpenter le patio d’un pas rapide et affairé, comme s’il s’en allait régler une affaire d’importance ne souffrant aucun délai, de sorte que tous s’ébranlèrent et s’émurent et se mirent à suivre avec joie cette masse humaine agitée parce qu’ils soupçonnaient que ce mouvement allait contre le Confesseur. Les deux Grands demandèrent audience pour parler à la reine et, face à un refus, ils s’en furent à la covachuela accompagnés de toute la suite des gens pour parler à don Blasco de Loyola et ils lui confièrent un message à remettre à la reine. Lui, se déchargeant de la requête, les conduisit à la Junte et les y introduisit pour qu’ils fassent état de la proposition qu’ils lui avaient exposée102.

73Exploitant la porosité de la frontière séparant las losas de l’intérieur du palais, c’est-à-dire de la ligne de partage entre ceux qui ont accès aux arcana imperii et les autres, le duc de l’Infantado, le marquis de Liche et le marquis de Povar excitent les curieux présents à ce moment-là dans le patio pour s’imposer dans les débats de la junte et peser dans la décision de renvoyer Nithard, avec la complicité discrète de Blasco de Loyola, proche de don Juan. La menace de la force du tumulte leur ouvre les portes. Il y a donc bien manipulation d’une foule jugée sans discernement et indigne de participer aux débats politiques voués au secret des covachuelas. Cependant, le raisonnement suppose implicitement que ce public est manipulable précisément parce qu’il s’intéresse à la chose publique. La cohabitation quotidienne aux losas del palacio des élites politiques et de l’anti-public qu’est la plèbe aura au moins valu à cette dernière le statut de spectatrice, ne devenant « actrice » que dans la participation aux cérémonies manifestant l’adhésion au pouvoir ou sous la houlette de quelque mouvement impulsé par les Grands.

  • 103 J. Deleito y Piñuela, Sólo Madrid es Corte, pp. 208-223.

74Sancho Sánchez ne se contente pas d’évoquer les losas de palacio. Il mentionne aussi les marches de Saint-Philippe, signalant que la campagne d’opinion contre Nithard alimente les discussions plus populaires des mentideros, ces lieux non institutionnalisés qui s’étaient imposés comme des centres de discussions répondant à une authentique soif d’informations commune à toutes les strates de la société103. Souvent situés à des carrefours, sur des places, à proximité des lieux de marché ou de rassemblement divers, ils étaient nourris des passages et des brassages incessants renouvelant les interlocuteurs. Les marches de l’église Saint-Philippe sont le lieu d’un des mentideros les plus anciens et les plus fréquentés, à la réputation proverbiale. C’est que les marches de cette église, construite en 1553 à la demande d’augustins chaussés soutenus par Philippe II, offraient le cadre idéal pour échanger et propager les bruits. La structure de l’édifice en rend compte. Bâtie sur une dénivellation, cette église se prolongeait vers le Nord par une vaste esplanade de dalles de pierre — la lonja — à laquelle les fidèles accédaient depuis la Puerta del Sol et la calle Mayor par un escalier — les marches de Saint-Philippe. Profitant de la béance entre l’esplanade, la calle Mayor et les rues perpendiculaires, des commerçants avaient niché à cet endroit des boutiques — les covachuelas — de jouets et d’objets divers de bas prix. La situation dans la ville explique aussi le rôle décisif de ce bâtiment dans les discussions politiques. Tout d’abord, il était édifié au bout de la calle Mayor qui était l’artère principale de la ville reliant l’Alcazar et la Puerta del Sol et passage obligé de tous ceux qui se rendaient au palais. Le mentidero constituait donc un point d’observation privilégié de cet axe de communication. La calle Mayor était aussi un lieu de promenade pour la noblesse qui arpentait cette rue bien achalandée en boutiques de luxe. Par ailleurs, ce mentidero jouxtait l’hôtel des postes où l’on distribuait les lettres adressées aux particuliers, ce qui multipliait les occasions de discussion et de rumeurs des dernières nouvelles. À l’origine fréquenté par des soldats des Flandres ou d’Italie dont le sort dépendait du cours pris par les événements sur le front guerrier et qui recherchaient les nouvelles internationales, il est devenu sous Philippe III et Philippe IV un authentique marché de la nouvelle où se mêlaient aux soldats, des escrocs, des vendeurs de nouvelles et tout individu avide d’informations, nobles, letrados, clercs et roturiers. Il s’agissait certainement d’un des lieux d’échange et de discussion les plus bigarrés de la capitale car les nécessiteux accouraient aussi à l’église pour recevoir la soupe populaire que les augustins de l’église distribuaient à l’heure du déjeuner ou encore pour écouter les boniments des soldats et des échotiers diffuseurs d’avisos. Les marches de Saint-Philippe constituaient le point de référence de ce type d’endroit où s’échangeaient les nouvelles les plus récentes, des libelles et d’où émergeaient toutes les rumeurs qui modelaient et remodelaient l’information initiale. Les premières bribes d’information concernant l’affaire don Juan y trouvent naturellement une caisse de résonance.

  • 104 J. A. Cabezas, Mentideros de la Villa.
  • 105 El Mentidero de Madrid que levanta testigos al señor don Juan de Austria (BNE, ms. 17.994, fo 6ro).

75Très tôt, les mentideros participent donc de la déambulation turbulente de la nouvelle qui s’amplifie, s’infléchit et parfois se transforme. La mention surgit de loin au loin lors de chacune des campagnes d’opinion du prince104. Ainsi, une satire s’intitule explicitement Le mentidero de Madrid prend à témoin Monsieur don Juan d’Autriche105. Un contemporain de la crise de minorité écrit qu’on débat vivement sur les marches de l’église Saint-Philippe du refus de partir pour les Flandres qu’oppose don Juan à Mariana :

  • 106 « Ni en los patios de palacio, por las mañanas ; ni en las gradas de San Felippe por las tardes, no (...)

Ni dans les cours du palais le matin, ni sur les marches de Saint-Philippe l’après-midi, on n’entend autre chose que les discussions évoquant le retrait de don Juan d’Autriche106.

  • 107 J. Deleito y Piñuela, El rey se divierte, p. 171.
  • 108 Ibid., p. 173. Le meurtre ne fut pas élucidé.

76En vérité, lorsque le mentidero de Saint-Philippe apparaît dans les libelles, il s’agit autant d’une réalité que d’un topos dans la mesure où les marches de cette église désignent l’ensemble des mentideros et constituent plus généralement, sous la plume des auteurs, le cadre des discussions politiques qui se déchaînent sous la Régence et qu’elles finissent par représenter par synecdoque. Le mentidero de Saint-Philippe, bien qu’omniprésent dans les textes polémiques, n’apparaît que par petites touches ne pourvoyant aucun élément concret pour enrichir l’histoire de cette « institution » difficilement saisissable au-delà des généralités. Ce procédé d’évocations nombreuses mais succintes s’explique aussi par la mémoire du lieu, une mémoire vive marquée par des péripéties parfois sanglantes. Quevedo ou le comte de Villamediana, auteur de nombreuses satires acérées du temps du duc de Lerma, l’avaient fréquenté avec assiduité. Villamediana fut précisément assassiné calle Mayor, au niveau de la Puerta de Guadalajara, le 21 août 1622, faisant du mentidero le témoin muet du meurtre107. Góngora, qui était un ami du comte, rapporte que le défunt fut ramené chez lui, au no 1 de la rue Mayor, en face du mentidero, et que par la suite, la dépouille fut exposée à Saint-Philippe même, puis mise en bière et transportée au couvent Saint-Augustin de Valladolid. L’épisode fut abondamment commenté au mentidero et Góngora, dans un texte versifié, le prend à témoin pour lui demander qui commit cet acte de barbarie : « Mentidero de Madrid, / Parle : qui a tué le comte ?108 ». Les marches de Saint-Philippe renvoient donc à une réalité concrète mais aussi à un imaginaire politique partagé par toutes les strates de la société espagnole.

  • 109 F. J. Castro Ibaseta, « Mentidero de Madrid ».
  • 110 Pour ce qui suit, voir BNE, ms. 6384, fo 116ro.

77Au-delà de la question de la discussion politique, le phénomène du mentidero pose des problèmes d’interprétation, notamment autour du thème de la curiosité. Comment rendre compte de l’avidité des Espagnols pour les nouvelles et les libelles, prêts à payer pour posséder des textes polémiques ? Francisco Castro a défendu l’hypothèse que le développement parallèle, dans les deux premières décennies du xviie siècle, de la comedia nueva de Lope de Vega et du mentidero, autorisait à comparer les deux publics de ces institutions dans la mesure où c’étaient les mêmes personnes qui s’y retrouvaient109. Le public bigarré des marches de Saint-Philippe serait celui des corrales de comedias. Les comédies auraient « politisé » leur public — notamment la plèbe — en habituant les spectateurs à déchiffrer les nouvelles de la cour à travers les pièces de théâtre et en suscitant un intérêt jamais assouvi en présentant la politique à travers des récits d’intrigue et de suspens. Ainsi, les nouvelles du mentidero de Madrid seraient « consommées » sur le mode d’une intrigue à rebondissements. La chute de certains validos comme Rodrigo Calderón, le meurtre du satiriste Villamediana y furent beaucoup commentés. La démonstration a le mérite de s’attaquer de front à l’épineux problème de la constitution d’un public politique hétérogène dans l’Espagne des Habsbourg en décrivant un mécanisme d’acculturation. Cependant, nous ne nous risquerons pas à faire de cette herméneutique la seule clef de compréhension de la consommation frénétique de libelles et d’informations lors des guerres de plumes de la Régence, pas plus que nous ne parlerons « d’éducation politique » de la plèbe. Il est certain que le monde de la satire, le monde du théâtre et le monde de la prédication s’interpénétraient. Nous avons signalé que Guerra, auteur de nombreux sermons juanistes, avaient également rédigé des libelles prenant la défense de son maître et s’était distingué par un long plaidoyer de la comédie. De même, le mentidero de Saint-Philippe occupe l’esplanade d’une église où l’on dit la messe, il est le lieu d’échange de satires politiques et il apparaît en même temps comme le point d’observation du spectacle de la ville. On pourrait multiplier les recoupements : que dire des textes polémiques « con títulos de comedias » ou de ceux qui se présentent comme des sermons fictifs, parsemés pour certains des citations latines ? Peut-être même que l’interdiction de la représentation des comedias, proclamée pour marquer le deuil de Philippe IV et toujours en vigueur en 1668-1669, a exacerbé le goût des libelles chez les Madrilènes. Enfin, le mentidero devient un topos de la comedia. L’inventaire exhaustif des pièces qui le mentionnent serait fastidieux. Qu’il nous suffise de citer No hay amigo para amigo de Rojas Zorrilla, El alcalde del corral de Quiñones de Benavente, En los indicios, la culpa de Lope de Vega. Néanmoins, nous avons souligné que les textes polémiques étaient des textes de mobilisation visant à convaincre le lecteur ou l’auditeur et que partant, ils ne livraient pas d’exposé clair ni pédagogique de la vie politique de la monarchie. Par ailleurs, la curiosité ne suffit pas à rendre compte de l’empressement à aller quérir des informations, même si elle a pesé. Dans notre cas, le mercantilisme ne répond pas à une demande oisive de pure divertissement. Lors des crises successives de la minorité du dernier Habsbourg, les questions de la guerre civile, du sort des Grands et d’une éventuelle solution au marasme économique et politique qu’incarne don Juan, sont des questions déterminantes pour l’avenir politique et économique de tous les sujets. Les nouvelles des marches du prince sur Madrid, génératrices de panique ou d’espoir, déformées par les rumeurs, n’étaient pas reçues avec le sourire amusé de consommateurs captivés par le suspens de cette action digne d’une intrigue à rebondissements. Nous avons relaté les mouvements de panique de certains nobles qui entassaient des vivres et cachaient leurs bien. Les habitants de Vallecas proposent à don Juan en février 1669 de ne plus approvisionner la ville de Madrid afin de l’aider à l’emporter sur la reine. Un tel « blocus » de la capitale aurait eu des conséquences économiques catastrophiques pour tous les Madrilènes, des nécessiteux, aux artisans et aux nobles. Par ailleurs, à son approche de la capitale, le bâtard royal ne captive pas mais capture plutôt le public madrilène, toutes strates sociales confondues. Devant la gravité de la situation, le prince divulgue au compte-gouttes informations et libelles en coordonnant savamment les effets de sorte que ceux-ci s’arrachent et ont un impact démesuré. Il s’ingénie à occuper toutes les discussions, transformant la ville en un théâtre où il se met en scène à travers ses textes repris dans les conversations, alors même que ses adversaires, dans un geste de repli défensif, ont déserté l’espace de publicité. Voyons plus précisémment sa façon de procéder telle que permet de la reconstituer un récit imprimé narrant la sortie de Madrid de Nithard110. Lorsque don Juan entre en Castille le 9 février, la reine lui envoie une lettre pour qu’il disperse ses troupes. Le prince fait languir ses interlocuteurs de plus en plus inquiets et envoie, le 12, la confirmation de la réception du courrier royal sans donner aucune réponse. La tension est telle à la cour et dans la ville qu’on débat en conseil de la constitution d’une armée, du 15 au 17 février. La mise sur pied de ces hommes en armes porte l’angoisse des sujets à son comble au point que, le 18, la reine ordonne de divulguer l’idée que don Juan aurait dispersé son escorte pour obéir à la royale demande. Mais certains bruits, erronés, courent déjà, annonçant que le prince séjournerait incognito dans la capitale. Le 19, Mariana envoie Blasco de Loyola pour conjurer une nouvelle fois le prince de se défaire de son escorte, sans succès. Dans ce contexte, il y a tout lieu d’imaginer que la lettre du 22 février de don Juan, imprimée et divulguée en de nombreux exemplaires, a fait le tour de la capitale et qu’elle a nourri les discussions chez les particuliers, au palais et dans les espaces publics comme le mentidero. Dans un contexte moins troublé, le Juan Guarin de l’Amoire de don Babil, désespéré par les impôts faramineux, laisse éclater son désarroi à plusieurs reprises devant le tableau noir de la situation que lui dépeint le clerc bibliophile, en décembre 1668. Ainsi, la quête d’information et de libelles n’est pas toujours apaisée ; elle peut apparaître comme un besoin vital pour les grands ou les humbles, ce qui rend compte de l’intense circulation de la parole et des textes polémiques au mentidero. Cependant, dans ce dispositif, la plèbe ne gagne aucune légitimité, aucun moyen de réelle intelligibilité des enjeux des crises, ni aucune possibilité d’intervention dans le champ politique.

  • 111 « En casa de don Juan Antonio de Velasco se suelen juntar muchos y, con ocasion de averse muerto un (...)

78Madrid constitue la première arène des conversations, des disputes et des divers bruits, bientôt suivie par Barcelone, une fois don Juan installé à Torre de Lledó. De même, en 1676, Saragosse devient un troisième pôle où bruissent paroles et rumeurs. Sur cette ligne de fond, certaines circonstances spécifiques, comme les réjouissances et les deuils, offrent un cadre propice aux attroupements et donc aux réunions en tout genre et dessinent comme des pics d’intensité des conversations et des rumeurs. Ainsi, à Barcelone, en janvier 1669, Andrés Mendo indique que « dans la maison de don Juan Antonio de Velasco, on se réunissait toujours beaucoup, mais à l’occasion du décès d’une de ses filles, bien plus accoururent encore111 ».

79Les lieux de discussions politiques essaiment donc lors des crises de la Régence. L’échange des nouvelles, des informations et des libelles politiques a d’abord pour cadre la maison de particuliers où les élites politiques se réunissent pour débattre, comploter, se tenir au courant des derniers événements et lire les derniers textes polémiques. Dans ce cas, l’information écrite ou orale circule au sein de cercles fermés de personnes qui se réunissent précisément dans un but politique. Le jardin du Retiro apparaît presque comme une excroissance de ce premier espace de parole. Un peu à l’écart de la ville, il est un des lieux privilégiés de discussions secrètes dans l’imaginaire et la réalité des contemporains de Charles II. Une logique différente préside aux discussions qui naissent fortuitement dans la maison de particuliers, lors d’une occasion précise qui réunit dans un même espace des personnes qui ne se fréquentent pas au quotidien. Ce cas de figure advient lors de certaines réjouissances ou de certains deuils, quand la conjoncture politique troublée fait l’objet de toutes les préoccupations et des discussions. L’échange de propos tourne alors vite à la divulgation des bruits les plus divers. Les discours tenus dans le palais de Francisco de Quintadueños à l’occasion de la fête d’anniversaire de la duchesse, en décembre 1668 à Barcelone, illustreront notre démonstation. À côté de ces lieux qui correspondent à l’espace des particuliers, il existe des endroits intermédiaires, comme les dalles de l’Alcazar dont les cours accueillent le public, mêlant ministres et badauds, curieux et figures d’État. Le mentidero, lui, fonctionne différemment. Lieu fixe, il attire les chercheurs de nouvelles et de libelles, regroupant un public beaucoup plus hétérogène que les espaces déclinés jusqu’à présent et renvoyant cette fois sans ambiguïté à l’idée de « place publique ». Enfin, d’autres lieux abritent les conversations et les échanges de libelles. Il s’agit d’endroits où les gens se réunissent pour accomplir des transactions diverses (marchés, boutiques comme le barbier), pour se divertir (tavernes, corrales de comedia) ou enfin pour faire une étape lors d’un voyage (auberges). Les discussions commencent alors en général spontanément à la différence des réunions chez les particuliers.

Les rumeurs contre l’information ?

a) L’accusation de mensonge et les enjeux de pouvoir

  • 112 Sitio o lugar donde se juntan las gentes ociosas a conversacion. Llamose asi, porque regularmente s (...)

80De la cour au mentideros, la discussion politique emplit la ville et alimente les conversations de toutes les strates de la société. Or, la racine de mentidero renvoie à la notion de « mensonge » et insiste sur la porosité entre l’information et la rumeur, qui autorise les contaminations réciproques. Autrement dit, la conversation est assimilée à la rumeur et celle-ci est elle-même assimilée au mensonge. Le Diccionario de Autoridades fonde sa définition du mentidero sur cet aspect : « lieu ou endroit où se réunissent les gens oisifs pour converser. Leur nom vient de ce qu’en général on y colporte fables et mensonges112 ». Pourtant, l’équation est incorrecte puisque le propre de la rumeur n’est ni sa vérité, ni sa fausseté, mais le fait qu’elle n’a pas été vérifiée et qu’elle circule selon des modalités autres que l’information officielle.

81La mise en évidence de l’amalgame, par glissements successifs, de la conversation au bruit, à la rumeur, puis au mensonge, dévoile des enjeux essentiels pour notre enquête. En effet, le stigmate du mensonge vise à vider de leur sève des considérations susceptibles d’ébranler la monarchie. Les autorités ne peuvent contrôler le circuit des nouvelles, c’est pourquoi discréditer de la sorte les bruits parasites offre une parade efficace. La qualification de mentidero renferme un jugement de valeur négatif que ceux qui emploient ce terme charrient à leur insu. La taxinomie exerce une « violence symbolique » sur la plèbe implicitement amenée à reconnaître le manque de légitimité de ses propos, justifiant son statut « d’anti-public ». Car s’il existe des rumeurs qui aplanissent les antagonismes et qui unissent dans un même discours les autorités et le peuple, par exemple quand un crime ou un fait inexplicable survient qui attaque les fondements de l’ordre social en enclenchant un circuit de la peur, dans notre cas, la rumeur se place essentiellement du côté de la subversion. L’auteur de la Raison de la déraison en décrit le mécanisme en évoquant l’action des partisans du prince :

  • 113 « Los introducierion en el vulgo hasta que tomando cuerpo estos rumores, los alentassen de suerte, (...)

Ils introduisirent ces rumeurs au sein de la plèbe jusqu’à ce que, prenant corps, elles se fortifient de sorte que Nithard en soit tellement calomnié qu’il ne puisse faire entendre raison à la multitude trompée […] et ainsi, avec cette douce précipitation, les oreilles s’y habituent et perdent peu à peu conscience de la dissonance de bruits au plus haut point insolents et mensongers113.

82Les nithardistes semblent obsédés par les parcours quasi épidémiologiques des rumeurs dont ils comparent les modalités de diffusion à celles de la maladie. Ce raisonnement analogique traduit leur crainte face à ce phénomène incontrôlable qui les met en danger. À une phase d’incubation, suit une phase de contamination généralisée puis de fortification de la rumeur. La métaphore de la maladie rend compte de l’impossibilité, pour l’observateur, de reconstituer le cheminement des bruits, même si ce dernier n’a rien de mystérieux en soi. Mais la métaphore de l’épidémie vise peut-être surtout à creuser la différence entre la rumeur pernicieuse et la nouvelle officielle, encadrée par la monarchie, qui obéit à un protocole ritualisé. Lois et ordonnances étaient imprimées puis lues en public par un héraut. La lecture prenait place dans des endroits symboliques comme les places publiques, l’église ou ses alentours et réunissait les simples habitants du lieu, l’oligarchie urbaine ainsi que les représentants des autorités royales et seigneuriales. Enfin, le texte restait affiché afin que nul n’ignore la loi.

83Dans la mesure où les autorités vivent toujours sous la menace du déferlement chaotique d’informations incontrôlées susceptibles de provoquer des mouvements de foule, le contrôle et la gestion de l’information apparaissent primordiaux pour maintenir l’ordre et la cohésion de la monarchie. Cependant, lorsque la rumeur s’emballe, seule la contre-rumeur reste à disposition du gouvernement pour riposter. Les règles du jeu au sein de l’arène ainsi établie consistent à s’accuser réciproquement de manier la rumeur assimilée à la calomnie et d’user soi-même de bruits en les faisant passer pour de l’information véridique, au nom d’un monopole du vrai que chacune des parties s’arroge. La qualification de rumeur se convertit en arme pour discréditer les propos de l’adversaire, indépendamment de ces propos. Il en résulte des effets de brouillage qui complexifient l’affaire du moment, où les discussions se prolongent dans les rumeurs, de la fabulation alarmiste à l’amplification et au léger infléchissement des faits. Les rumeurs, vecteur privilégié de communication, d’information et de désinformation dans l’Espagne moderne où domine encore une culture orale, détiennent ainsi un rôle important dans ces campagnes d’opinion. On observe même une hybridation des mécanismes de la nouvelle et de la rumeur : certains espions lancent délibérément des faux bruits dans leurs avisos afin d’inciter les autorités à la fermeté, les courriers retranscrivent des rumeurs en les présentant comme des faits authentiques et vice versa. En somme, l’incertitude règne, sans que les acteurs ne disposent de repères pour expurger le vrai du faux.

b) L’évolution du statut de la rumeur

  • 114 BNE, ms. 8360, fos 205ro-205vo.

84Or le statut de la rumeur évolue au fil des querelles. Cette évolution suit l’élargissement géographique des circuits où elle opère et des publics différents qu’elle vise et imprègne. Au début du conflit opposant don Juan à Nithard, l’insinuation, qui émane surtout de la cour, est destinée à un public de courtisans. Le travail de sape qu’entreprend Clément Alvarez corrobore ce propos114. Ce dominicain se délecte à semer le doute sur les relations qui unissent Mariana à son confesseur. Dépeignant leurs entretiens quotidiens, il écrit :

  • 115 « Hablando en alemán — con la Reina — tres y cuatro horas pidiendo de almorzar sopas de su puchero (...)

Parlant en allemand — avec la Reine — trois ou quatre heures, demandant pour le déjeuner des soupes de sa marmite [de la Reine], mangeant assis et la tête couverte devant sa royale présence, pénétrant parfois au plus profond de sa retraite […], [Nithard] donne prise à ce qu’on dise ici ce qu’on avait dit de la Reine Mère et du Cardinal Mazarin115.

85Dans un premier temps, la rumeur revêt donc les traits de l’insinuation médisante ; elle se veut la déduction perspicace, sinon simplement logique, de l’observation du comportement ou des propos d’un personnage, à la lumière de la connaissance de son caractère, par quelqu’un qui l’a fréquenté et l’a percé à jour. Dans ce cas, l’insinuation s’érige en une vérité d’autant plus profonde qu’elle est médiate : elle naît de la capacité à déchiffrer les signes et les indices qui dénoncent le piège des apparences du monde curial : elle est révélation, dévoilement du dessous des cartes. C’est précisément dans ce rapport indirect à la vérité que réside sa valeur. La rumeur trouve ainsi un écrin naturel dans le dédale courtisan caractérisé par la dissimulation des émotions.

  • 116 « Derribar todo el gobierno presente, para introducirse a Gobernador unico […] para que estando la (...)

86Mais ensuite, rumeurs et bruits sont retranscrits tels quels. On leur octroie une plus grande importance, voire du crédit. Un nithardiste consigne soigneusement tous les bruits sur l’affaire. Il avance que, pour certains, don Juan cherche à « renverser le gouvernement en place pour devenir régent unique […] afin que la Monarchie lui obéisse en tout et que ses aspirations trouvent quelque répit116 ». Un autre témoin le compare à Absalon qui a tué son frère Amon après avoir violé sa sœur Thamar. Un constat s’impose : les rumeurs alimentent la querelle par des mécanismes simples d’intégration au débat instaurant une synergie. Une oscillation de la vérité au mensonge, de la nouvelle à la rumeur et à la calomnie s’enclenche, selon un invérifiable mouvement du vrai et du faux. La rumeur se trouve dorénavant insérée dans un régime de la preuve : happés par la forme affaire, les bruits n’alimentent plus une « critique tolérante », mais ils forgent des pièces à conviction chargeant le dossier d’accusation d’un adversaire qu’on cherche à éliminer. Ce n’est pas tant la vérité de la rumeur qui importe à l’historien, que le degré d’unanimité suscité.

87Une telle évolution de la rumeur et des bruits qui gagnent un statut cognitif explique l’échec des nithardistes à décrédibiliser les propos juanistes. Les partisans du confesseur ont systématiquement assimilé le discours de leurs ennemis à des rumeurs pour mieux se présenter en détenteurs de la vérité. Or, l’impossibilité à démêler le vrai du faux montre que ce n’est plus en qualifiant un propos de juste ou de mensonger qu’on emporte la conviction, mais en démontrant comment on a interprété des faits opaques pour y faire apparaître le vrai. Ainsi, dans ce changement heuristique, tout bruit et toute rumeur peuvent recéler une part de vérité.

c) La rumeur colportée à des fins politiques

88Pour terminer, nous aimerions présenter quelques cas où la rumeur est sciemment colportée à des fins politiques. Celle-ci devient alors un élément d’un dispositif visant à accroître les tensions en suscitant une panique diffuse ou bien la clef de voûte d’une entreprise de destruction de l’adversaire.

89Un espion nithardiste de Barcelone s’empresse de rapporter à Mendo les propos compromettants d’une discussion à laquelle il a assisté, que retranscrit le jésuite dans sa correspondance avec Crespí de Valldaura :

  • 117 « Esta tarde en un corrillo de gente de mediano pelo oyo un confidente : Ahora vera el Señor don Ju (...)

Cet après-midi, un confident a entendu qu’on disait dans un petit attroupement de gens de peu : « Maintenant, Monsieur don Juan voit bien que les Catalans le traitent mieux que ne l’ont fait les Castillans »117.

90Dans ce cas, une kyrielle de petits bruits, auxquels les informateurs ne croient pas forcément, sont rapportés afin de créer une atmosphère angoissante supposée raffermir les prises de parti. La démarche puise son efficacité dans l’accumulation de micro-rumeurs qui, prises une à une, ne dégagent pas un sens univoque ou, du moins, ne justifient pas les scénarios apocalyptiques pourtant avancés.

91Si la rumeur sert aux nithardistes à alimenter un climat de peur censé mobiliser les énergies de tous les « loyaux sujets », les juanistes, eux, emploient les faux bruits pour faire basculer les rapports de forces en leur faveur, en suscitant des adhésions massives. C’est encore Andrés Mendo qui nous en informe :

  • 118 « Ayer viernes los afectos del Señor don Juan llenaron la ciudad con una voz de que Su Alteza havia (...)

Hier vendredi, les partisans de Monsieur don Juan remplirent la ville du bruit que Son Altesse avait reçu une lettre annonçant que Monseigneur l’Inquisiteur s’en allait. Je crains que ces bruits ne circulent et amplifient les plaintes et que l’idée se diffuse que Sa Majesté campe sur ses positions en dépit de l’avis des Conseils118.

92Début janvier, don Juan a été averti du contenu des consultes des Conseils d’État et de Castille respectivement des 19 et 21 décembre 1668, qui prônent le renvoi de Nithard. La position du confesseur semble de plus en plus fragile. Les juanistes extrapolent donc à partir de faits réels afin de répandre l’idée du départ de Nithard et d’exercer une pression sur la cour. Le maniement croisé et contradictoire de la rumeur produit des effets de parasitage qui s’inscrivent parfois dans de courtes séquences d’action où les partis ripostent tour à tour.

93Concernant les effets de parasitage, il arrive que des nithardistes colportent des rumeurs elles-mêmes lancées par des juanistes pour détourner non pas le sens, mais les effets susceptibles d’en résulter. Ainsi, Andrés Mendo rapporte dans une de ses missives à Crespí de Valldaura :

  • 119 « El jueves a la noche, en el sarao, que hubo en Palacio por los años de mi Señora la duquesa, esta (...)

Le jeudi soir, lors de la fête d’anniversaire de Madame la duchesse qui s’est tenue au palais, Francisco de Quintadueños, un des cavaliers de Son Altesse, a dit derrière une porte : « Ce confesseur nous mène à l’impasse, la Reine est une imbécile qui ne s’en défait pas et qui prête à jaser. Mais si elle ne le met pas dehors, nous irons nous-mêmes le faire ». Une dame se tourna vers lui et lui dit : « Nous aurons donc la guerre ? »« Sans aucun doute ; et la France nous aidera. La chose est sûre ». Je crois que ce chevalier est très au fait. Vous savez par des avisos envoyés de Perpignan que l’on regroupe des troupes de six mille soldats119.

  • 120 « Este Pueblo es tan cegado del amor a Su Alteza que no hay despeño a que no se arroje si Su Alteza (...)

94Le spectre de la guerre hante les esprits à partir du moment où don Juan transforme la Catalogne en base territoriale où il se sent soutenu. Si le prince n’a jamais tenté d’orchestrer une action militaire avec la France pour s’emparer du trône, il a délibérément joué sur la peur que cette perspective suscitait, brandissant indirectement cette menace pour mieux se faire entendre. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter le discours de Francisco de Quintadueños qui met en circulation des bruits non fiables parce qu’invérifiés. Mais la rumeur marche peut-être trop bien et les avisos envoyés en décembre à la cour cherchent tous à accréditer cette thèse à partir de maigres données confortées par des notations psychologiques sans fondements. Dans une note du 8 décembre, qu’il faut déchiffrer à la lumière de l’hypothèse d’une guerre opposant l’Espagne à la France alliée à un don Juan fort de l’aide catalane, un informateur écrit que « Ce peuple est si aveuglé par l’amour qu’il porte à Son Altesse qu’il n’est pas de précipice où il ne se jetterait si Son Altesse le souhaitait120. » Rumeurs nithardistes et juanistes voient donc leurs effets interférer. L’extrait de la lettre de Mendo en constitue un exemple net puisque le jésuite, en stigmatisant l’audace des bruits que lançait le chevalier juaniste, veut raviver la vigilance de son interlocuteur, à rebours de la démarche des juanistes qui en usaient pour intimider l’adversaire et l’amener à céder.

  • 121 RAH, 9/643, fos 62ro-63ro.
  • 122 BNE, ms. 8349, fo 7ro.
  • 123 Ibid., fos 82ro-84vo.

95La rumeur fait partie de l’action en ce qu’elle enclenche des séquences où les protagonistes en usent pour désamorcer la charge de certains libelles et dont la propagation lance la production de nouveaux écrits ou d’autres rumeurs. Le 16 décembre 1668, des avisos de Barcelone arrivent à Madrid, accompagnant une lettre de don Juan du 12 décembre où il justifiait son refus de se rendre dans les environs de la capitale pour négocier121. Ces avisos colportent des rumeurs invérifiées qui ne prennent leur sens qu’en parallèle avec la missive du prince : il s’agit pour les nithardistes de démonter l’image du loyal sujet que don Juan met au cœur de l’argumentation de toutes ses lettres. Pourquoi, sinon, rappeler que la cour de Paris a considéré que la lettre de Consuegra était un manifeste rempli de menaces et d’audaces122 ? Dans cette perspective, les lettres ouvertes de don Juan écrites aux institutions du Principat du 14 décembre résonnent comme une contre-offensive123. Le prince veut couper court aux rumeurs en surenchérissant dans le rôle du sujet dévoué à la monarchie et au bien commun.

96À une échelle plus modeste, la rumeur, alors apparentée à la calomnie, peut être un rouage d’une machine de guerre visant à éliminer un adversaire gênant. Le père Mendo a été victime d’une telle pratique. Confesseur jésuite d’Osuna, il avait tenté à de multiples reprises d’infléchir le vice-roi de Catalogne en faveur de Nithard. Les amis du prince tentent donc de le discréditer car ils craignent que son influence sur le duc n’entrave l’implantation d’un réseau juaniste en Catalogne.

  • 124 AHUV, leg. 9261, lettre du 8 décembre 1668, s.n.

97Le travail de sape procède par étapes. Les juanistes cherchent d’abord à intimider Mendo. La tiédeur du duc à l’égard du prince, dont on impute la responsabilité au confesseur, est reprochée à ce dernier. Estimé dangereux, Mendo est victime de violences pour le mettre hors jeu. Le malheureux raconte que des inconnus ont lancé des pierres contre sa fenêtre et ont tiré des coups de pistolet contre sa porte en criant : « Voleurs, voleurs, vous manquez de respect à Monsieur don Juan124. »

  • 125 « Estas materias son tan crespas, que piden gran tiento y el hablar y el callar pueden ser peligros (...)

98La tentative d’intimidation connaît un total succès puisque le jésuite n’envoie sa missive au conseiller d’Aragon que plusieurs jours après, en même temps qu’une lettre du 24 novembre qu’il avait craint d’envoyer. Mendo prend soin d’ajouter que : « ces affaires sont si embrouillées qu’elles réclament force prudence et se taire comme parler peut être dangereux125 ».

99Le temps accomplit son œuvre et les rumeurs vont bon train. Aux menaces proférées, les paroles écrites se sont ajoutées pour calomnier Mendo. Nous avons évoqué la figure du père Plà, lui-même jésuite et de connivence avec le juaniste Pedro Copons, messager entre Paris et Barcelone. Or, Mendo se lamente de ce que Plà a répandu des lettres médisantes à son égard, susceptibles de lui attirer la rancœur jésuite. Désespéré, il conjure Crespí d’intercéder pour le tirer d’une situation périlleuse, en instillant une contre rumeur. Évoquant Damian Plà, il écrit donc :

  • 126 « Este padre ha llenado de cartas a esta provincia de la compañía, diciendo que de aca se escrive q (...)

Ce Père a rempli cette province de la Compagnie de lettres disant que là-bas, on écrit que le confesseur du vice-roi s’acquitte mal de ses devoirs envers l’Inquisiteur Général. J’ai offert à Dieu la calomnie, mais pour son service même, il faut la détruire pour éviter que ces Pères ne lancent un appel qui nuise de quelque façon à notre Général et à l’Inquisiteur Général […]. Et ainsi, je mets mon honneur entre les mains de Votre Excellence qui sait tout et je vous supplie à genoux de vous employer à bien vouloir donner suite à deux petites requêtes. La première est que vous appeliez le Père Plà et que vous lui disiez combien le duc se met tout entier au service de Sa Majesté et moi aussi ; et que de la sorte, on le publie au Collège Impérial et en toute occasion. Quant à la seconde, puisque Votre Excellence a coutume d’écrire au Père Piquer, que vous en profitiez pour le lui dire également et pour lui demander de le dire au Père Perlas, provincial […]. Ce n’est qu’avec le témoignage de Votre Excellence que ces Pères croiront ce qu’ils doivent croire en toute bonne foi. Car il est certain que ma méfiance se justifie puisqu’elle vient de quelque violence que les alliés de don Juan, qui me témoigne de l’animosité, ont commise à mon encontre126.

100Mendo conjure son interlocuteur d’utiliser le fin maillage du réseau jésuite pour annihiler la manigance des juanistes qui œuvrent à travers Plà. Aussi bien Plà que Mendo témoignent d’une conscience de l’importance de canaux de diffusion déjà en place pour colporter les bruits et détruire les réputations. La stratégie juaniste apparaît retorse. Sachant que Mendo tente de fléchir Osuna dans le sens des intérêts de Mariana, Plà répand le bruit inverse (Mendo desservirait la cause de Nithard). Le but consiste à neutraliser Mendo en l’isolant de ses frères jésuites qui ont majoritairement manifesté leur solidarité pour Nithard, ou, du moins, n’ont pas soutenu don Juan. Il n’empêche : l’usage de la rumeur pour détruire l’adversaire a porté ses fruits. L’anecdote donne une illustration de l’utilisation à contre-emploi des réseaux, portant à un haut degré de complexité la « technologie de la rumeur ».

III. — LES SERMONS POLITIQUES

101Les sermons jouent un rôle important lors de la campagne d’opinion contre Valenzuela. Qu’on songe à la guerre de sermons à la chapelle royale de l’Alcazar, qui débute avec la célébration de la majorité de Charles II, ou à la masse des oraisons panégyriques publiées quand le roi appelle don Juan au poste de Premier ministre. Les sermons se distinguent des autres textes de mobilisation par un ensemble de spécificités. La première tient à la réception en plusieurs temps de ces textes qui en multiplie l’impact. Les sermons sont d’abord prononcés en chaire, dans un cadre qui en oriente l’interprétation. En tant que performance orale, ils touchent toutes les strates de la société y compris les analphabètes. Les sermons sont imprimés et vendus : la fixation écrite en permet la diffusion simultanée en plusieurs endroits. Enfin, l’autorité que dégagent intrinsèquement les Saintes Écritures explique l’impact de ces textes sur leurs auditeurs et la teneur particulière du discours tenu : ces textes déchiffrent systématiquement les desseins cachés de la Providence dans les crises politiques de la monarchie de Charles II, grâce à un système d’analogies entre monde terrestre et monde céleste.

Une réception en plusieurs temps

a) Le moment de la prédication : importance de la parole et du cadre de l’énonciation dans la mobilisation politique

  • 127 A. Álvarez-Ossorio, « Ceremonial de la majestad y protesta aristocrática », p. 346.
  • 128 Francisco Aguado, confesseur du valido, Diego Ramírez Fariñas, José Laínez.

102En 1675, la chapelle royale devient le théâtre d’un affrontement entre valenzuelistes et juanistes par prédicateurs interposés. Située entre le patio de la reine et le patio du roi, la chapelle rassemble un auditoire choisi et stratégique comprenant le roi et les Grands qui ont un banc attitré, les ambassadeurs et les personnages importants de la cour127. Le rituel à la fois religieux et politique qui s’y déroule reprend soigneusement les étiquettes et le protocole. La réunion de tous les puissants convertit la chapelle en tribune pour les hommes d’Église, invitant ces derniers à délivrer des conseils au roi, voire des critiques. La chapelle royale a ainsi été le lieu de cabales : en 1635, les prédicateurs olivaristes défendent en chaire la politique du valido et contribuent à former des courants d’opinion à la cour128. Lorsqu’Olivares connaît des difficultés, la polarisation des partis en deux blocs irréductibles rend le mouvement encore plus visible. Les contemporains ont donc l’habitude d’entendre des sermons politiques et ils les déchiffrent naturellement à la lumière du contexte de leur énonciation. Lorsqu’en novembre 1675 une guerre de sermons éclate à la chapelle royale, la cour perçoit clairement les griefs voilés qu’émettent les partisans de don Juan tout comme les ripostes des fidèles de Mariana.

  • 129 Sermones que se predicaron al serenissimo Señor Don Juan de Austria en su capilla de Palacio el los (...)

103De façon générale, au-delà de la chapelle royale de l’Alcazar qui présente en soi un cas d’école, le lieu d’énonciation des sermons détermine leur grille de lecture de sorte que les contemporains repèrent aisément les allusions et les multiples sens que ces textes recèlent. À Saragosse, le trinitaire Guerra, fervent juaniste, prononce deux sermons dédiés à don Juan alors vicaire général d’Aragon, dans la chapelle du palais du prince129. Lors de la période houleuse qui suit l’expulsion de Nithard et où don Juan transforme la cour de Saragosse en rivale de Madrid, il est difficile de ne pas procéder spontanément à une lecture juaniste des péroraisons du clerc. D’autant que les auteurs des sermons balisent leurs discours d’indices permettant à l’auditeur de décoder les textes dans le sens voulu.

  • 130 Relación breve y por mayor (BC, F. Bons., no 225).
  • 131 J. de Sola i Segura, Bosquejo y breve epitome (BC, F. Bons., no 226) ; Recapilació y breve relació (...)
  • 132 Relación breve y por mayor (BC, F. Bons., no 225, fo 1vo).
  • 133 Ibid., fos 1vo-2ro.
  • 134 R. Costa, Oracion panegyrica (BC, F. Bons., no 229).

104Le cadre d’énonciation conditionne plus sûrement l’interprétation des sermons lorsque ceux-ci ne forment que l’un des maillons d’un plus vaste dispositif de glorification. Après l’appel de Charles, le 27 décembre 1676, l’entreprise du prince tombe dans la légalité. Les sermons panégyriques paraissent alors en masse pour louer la décision du roi et dépeindre don Juan en termes dithyrambiques. La Catalogne constitue l’épicentre de cette production et Barcelone se détache par le nombre de festivités célébrées et le faste déployé. Un Récit bref des démonstrations de joie avec laquelle Barcelone a fêté l’arrivée à la cour du prince don Juan d’Autriche livre un inventaire des réjouissances et permet de restituer le cadre d’énonciation des nombreux sermons dits à l’occasion130. À travers cette relation et à travers d’autres qui la complètent, l’historien peut donner la mesure de la pompe et de l’impressionnant déploiement d’éphémères et de spectacles qui rehaussent l’éclat des sermons et en construisent une caisse de résonance131. Le vendredi, un premier sermon, qui se clôt sur un Te Deum, est prononcé chez les clercs mineurs132. Le lendemain, samedi, des sermons résonnent dans plusieurs églises, tous suivis d’un Te Deum133. Un des clous des festivités est le prêche de Raimundo Costa pour la messe du dimanche à dix heures, dans l’église paroissiale de Sainte Marie de la mer134. Le Récit bref des démonstrations de joie évoque le faste qui préside à la cérémonie en ces termes :

  • 135 « Fue tan numeroso de lo noble y de lo plebeyo, que con ser templo tan capaz el de Santa Maria, fue (...)

Il y avait tant de nobles et de gens du peuple que, bien que l’église de Sainte-Marie soit grande, elle a semblé pour l’occasion petite et étroite, prouvant que jamais on n’avait vu dans ce sanctuaire autant de monde et de personnes distinguées […]. L’église rayonnait de lumières qui brillaient non seulement sur l’autel majeur et sur les candélabres, mais aussi dans chacune des chapelles car chacun des messieurs du presbytère s’était illustré par une sainte concurrence et une émulation sacrée de sorte qu’il semblait qu’on célébrait une fête dans chacune d’elles135.

105Les textes évoquent parfois la réception des sermons sur le moment même. On sait qu’un nombre important d’étudiants de l’académie de Saint-Thomas a assisté au prêche de Martir Figueras à Santa Catalina. Ceux-ci ont été mobilisés par une

  • 136 « Un pregon para que acudiessen todos al sobredicho convento, imponiendo sus penas al que faltaria  (...)

promulgation publique pour convoquer tous ceux de ce couvent [de Santa Catalina] en menaçant de punir les absents ; ils vinrent presque tous, davantage mus par l’amour que par la crainte du châtiment et tout s’acheva sur le projet d’une cavalcade pour la nuit même, avec des haches enflammées ; et l’on exécuta si heureusement cet ordre avec tant et d’harmonie que, la fête durant jusqu’à dix heures du soir, les plus des courageux des cavaliers purent admirer la vaillance de ces messieurs de la scolastique136.

106Le public ne se forme donc pas toujours de façon spontanée. La mobilisation préalable d’auditeurs déjà acquis vise à susciter une vague d’enthousiasme en entraînant la foule dans un mouvement de liesse générale. Informé par cette pratique, l’historien apprend à se défier des indications relatives à la réception des sermons. Les auteurs mentionnent parfois la présence de personnalités et dépeignent rapidement la composition sociale de l’assemblée ainsi réunie dans les églises, pour insister sur l’importance de la foule massée et sur le brassage social produit à cette occasion, nobles et hommes de la plèbe communiant dans une même admiration devant l’éloquence du prédicateur, puis dans l’allégresse de la fête. En somme, le lecteur a davantage affaire à la mise en scène d’une réception unanime supposée entraîner l’adhésion du lecteur par mimétisme qu’à un rapport fiable des faits.

  • 137 J. de Sola i Segura, Bosquejo y breve epitome (BC, F. Bons., no 226, fo 9ro).
  • 138 P. Martir Figueras, El Sol y la Luna (BC, F. Bons., no 7635).
  • 139 J. de Sola i Segura, Bosquejo y breve epitome (BC, F. Bons., no 226, fo 28vo).

107Outre le moment du sermon, les réjouissances qui ont lieu pendant cinq jours composent un splendide écrin pour les textes sacrés et en accentuent la tonalité juaniste. Le récit de Josep de Sola i Segura rend certainement le mieux compte de ces célébrations137. La fête dessine donc un cadre riche où s’insèrent les sermons. Les textes sacrés et les célébrations empreintes de faste se font écho l’une l’autre. Ainsi, comment ne pas établir un lien entre l’oraison panégyrique de Martir Figueras construite sur les métaphores de la lune et du soleil, dont l’union ramène l’abondance, la prospérité et traduit le triomphe de la foi, et le défilé des notables de Barcelone qui brandissent des éphémères reproduisant les deux grands luminaires et mettant en scène la victoire de don Juan138. Ou encore avec les portraits des deux frères exposés sur les façades des maisons, que Sola i Segura compare à deux colonnes de lumières défendant la foi catholique139 ?

b) La publication imprimée des sermons politiques et leur diffusion

108Après la prédication, les sermons sont imprimés puis vendus. La prédication originelle est donc retravaillée pour être fixée dans un texte qui fait parfois mention du cadre d’énonciation initial et qui donne lui-même lieu à de nouvelles situations d’énonciation et de réception.

  • 140 M. de Guerra y Ribera, Oracion evangelica (BNE, VE, 1206-1) ; Biblioteca Pública del Estado de Palm (...)
  • 141 J. Cortés Ossorio, Invectiva política, éd. M. Etreros, p. 58.

109Le sermon prononcé par Guerra en juillet 1675 à la Chapelle royale, le jour de sainte Anne, est ensuite imprimé à Salamanque en septembre de la même année140. Il s’agit de sermones sueltos, dont la publication est prise en charge par un particulier, probablement un partisan de don Juan et peut-être même le prince en personne. La première page indique ainsi que le texte a été imprimé à Salamanque chez Lucas Peréz, à l’initiative d’un admirateur de l’auteur qui règle les dépenses. Pour punir Guerra, l’Inquisition l’exila pour deux ans141. Le sermon est republié en 1677, une fois don Juan au pouvoir et Guerra revenu en grâce. Cette fois, il inaugure une série de sermons tous écrits par le trinitaire qui voit son œuvre ainsi regroupée en un volume autour de textes sacrés, consacré chacun à un saint.

110Cette réception en plusieurs temps peut être aisément restituée pour les sermons qui fleurissent à la suite de l’appel de Charles II du 27 décembre 1676. Après avoir été prononcés en chaire, ces textes paraissent imprimés sous des intitulés divers (oraison, panégyrique) d’abord en pliegos sueltos, aux frais d’un particulier ou d’une institution, puis dans le cadre de sermonarios compilant des sermons liés à une thématique. Que ce soit sur feuilles volantes ou au sein de recueils, tous ces textes indiquent l’imprimeur, le lieu de vente, l’année et éventuellement celui qui a pris en charge l’impression.

  • 142 R. Costa, Oracion panegyrica (BC, F. Bons., no 229).

111Les sermons s’ouvrent par l’approbation de la censure, parfois une dédicace et un prologue. Une deuxième section correspond au sermon lui-même. Dans le cas d’un recueil, une table des matières par auteurs, matières et citations de l’Écriture Sainte clôt l’ouvrage. Le sermon de Costa, imprimé d’abord à Barcelone chez Rafael Figuero, aux frais de l’organisateur de la messe de Santa María del mar, Jayme de Cortada, et à Madrid, chez Antonio de Bedmar cette même année 1677, illustre la complexité de la circulation de ces textes142. À partir de ces deux foyers de diffusion, il rayonne largement en Castille, en Aragon et en Catalogne.

Une herméneutique religieuse au service d’une cause politique

112Les sermons se démarquent donc par une première spécificité au sein des textes de mobilisation, leur mode de réception en plusieurs temps. Une deuxième spécificité distingue les sermons : une logique propre forgeant une herméneutique religieuse au service d’une cause politique. Si la composition très lâche de ces textes défie toute tentative d’y déchiffrer un plan clair, le lecteur attentif trouve une unité dans ce corpus en révélant l’ensemble des jeux tissant des correspondances entre monde terrestre et monde céleste, selon un rapport d’analogie. Une herméneutique édifiant un régime de croyance bâti sur l’autorité des Saintes Écritures surgit. On peut expliquer ce phénomène par le mouvement de mépris du monde terrestre. Cette posture de dépréciation du monde d’ici-bas incite à un déchiffrement symbolique de la réalité dans laquelle les hommes se meuvent, qui recouvre ainsi une dimension métaphysique dont les Saintes Écritures détiennent la clef.

113Les homonymies de figures bibliques et des principaux acteurs de la crise en fonction de leur statut, de leur fonction et de leurs liens de parenté, les points de convergence entre un épisode biblique et la situation de 1676-1677, les étymologies assimilant deux personnages ou deux lieux, parfois de façon inattendue, les jeux de dates mettant en perspective des événements dont le plus ancien serait l’annonciateur du plus récent, voilà autant de points nodaux liant sacré et profane qui contribuent à présenter la victoire de don Juan comme la réalisation des desseins cachés de la Providence, une victoire inscrite en filigrane dans l’Ancien et le Nouveau Testament.

  • 143 Sermon panegirico que en 24 de enero de 1677, quando Su Alteza entro en Madrid, se hizo al patriarc (...)
  • 144 Sermones que se predicaron al serenissimo señor don Juan de Austria en su capilla de palacio en los (...)

114La pratique du jeu d’homonymie entre don Juan et des figures bibliques est la plus répandue. Le bâtard royal devient souvent un saint Jean et parfois un saint Joseph (l’auteur se référant au deuxième prénom du prince : José)143. Guerra compare ainsi implicitement saint Jean et le prince parce que tous deux ont combattu non par les armes, mais par la raison (par la foi pour le premier, par la plume pour le second, car selon le trinitaire, don Juan n’a pas allumé une guerre civile mais a toujours obéi en dernier ressort à la reine)144.

  • 145 F. Sobrecasas, Oracion congratuloria (BC, F. Bons., no 227. Le passage correspond à la page portant (...)

115Les clercs travaillent de la même façon à partir des toponymes, même si le lien semble moins immédiat. Soit l’exemple de Saragosse. Francisco Sobrecasas rappelle que Jephté, fils du roi Galaad et d’une prostituée, fut appelé au secours par la noblesse galaadite pour sauver le peuple Hébreu d’un péril imminent, l’attaque des Ammonites145. La noblesse le choisit pour « Premier ministre » (anachronisme opportun mais audacieux de Sobrecasas, visant à lancer une passerelle entre son récit et les événements de l’Espagne de Charles II) afin qu’il restaure la Couronne. Le clerc en vient ensuite au point d’inflexion l’autorisant à nouer définitivement l’épisode biblique et la crise politique de la minorité du dernier Habsbourg : la ville de Tob où Jephté s’était retiré pour fuir la malveillance des autres fils de Galaad, issus eux, de la femme légitime du souverain, serait en réalité un symbole de la ville de Saragosse. Pour prouver son assertion, il soutient que dans la Genèse (G, I), on associe cette ville à la lumière — « vidit Deus lucem quod esset bona, id est Tob » — tout comme on le fait pour la capitale aragonaise qui fut la première cité d’Espagne à être touchée par la lumière de la grâce à travers une apparition de la Vierge :

  • 146 « La luz primera del orbe ilustrava como columna de esplandor los cielos, en sentir de muchos autor (...)

La première lumière de la terre illuminait les cieux comme une colonne de splendeur, d’après de nombreux auteurs. Et la première lumière de la foi qui illumina l’Espagne eut pour Orient la colonne de Saragosse qui sert plutôt de chaise à l’Aurore ; donc, si la terre de Tob est celle qui jouit des bienfaits de la première lumière, Saragosse est la terre de Tob d’où est sorti le courage de Son Altesse pour faire du Bon Retiro sa retraite146.

116La colonne de Saragosse se réfère au Pilar (pilier) de la Vierge. Celle-ci serait apparue à saint Jacques venu évangéliser l’Espagne en 40. L’apparition de Marie sur une colonne de marbre au bord de l’Èbre, l’exhortant à prêcher, aurait ranimé l’ardeur de l’apôtre, alors découragé et sur le point d’abandonner sa mission. Jacques aurait alors édifié une chapelle pour abriter l’image miraculeuse de la Vierge à l’endroit précis de son apparition, construisant le premier sanctuaire marial de la chrétienté. Ces précisions lexicographiques incitent à assimiler don Juan et Jephté. Si l’on poursuit le raisonnement, le prince est implicitement comparé à l’Aurore, partant de Saragosse vers Madrid, annonçant la fin des ténèbres répandues par la tyrannie de Mariana.

IV. — LES MARCHES SUR MADRID ET LA CONJONCTION DES MOYENS DE MOBILISATION : L’EXEMPLE DE LA PRÉSENCE GALVANISATRICE DE DON JUAN À SARAGOSSE

  • 147 A. M. Hespanha, « Da “iusticia” a “disciplina” ».

117L’épisode de la marche que don Juan entreprend depuis la Catalogne jusqu’à Madrid permet d’appréhender dans sa complexité l’imbrication de différents moyens de mobilisations au regard de leur efficacité à toucher des publics hétérogènes. Il faut prendre en compte les conditions matérielles de réception corrélatives à ces moyens et leur réceptivité inégale en fonction des groupes de destinataires, l’hétérogénéité des modes d’appropriation des discours et les effets de synergie induits par le cumul de ces moyens de mobilisation dans certaines circonstances. En outre, ce biais offre un observatoire privilégié pour évaluer les rapports entre les moyens de mobilisation discursifs et non discursifs, en faisant ainsi une place à l’émotion et aux pratiques sociales ordinaires. Notre étude de la première marche sur Madrid propose de souligner les lacunes d’une lecture faisant du droit et des institutions juridiques le seul rouage des mécanismes d’autorité et de pouvoir. António Manuel Hespanha avait doté l’amour, la morale et la religion d’une capacité normative aussi forte que le droit contraint d’intégrer de tels systèmes de valeurs dans ses propres théories147. Nous souhaitons ainsi déceler à l’œuvre certains de ces processus connexes de structuration du lien social dans cet épisode.

  • 148 ASV, SS, Spagna, no 138, fo 94ro, lettre du 9 février 1669 : « Il signori D. Giovanni complimentato (...)

118Le bâtard royal quitte Barcelone le 4 février 1669 après avoir annoncé sa décision de gagner la capitale, dans une lettre à Mariana du 22 janvier 1669. Son parcours est jalonné d’étapes où il reçoit à chaque fois des marques d’adhésion. À Barcelone même, le nonce Borromeo rapporte que don Juan est escorté par un cortège de nobles et de gens du peuple qui l’acclament148. L’apparition, en ces différents lieux, de ce prince qui porte tous les espoirs d’une régénération galvanise les populations et les mobilise. Sur son passage, ce ne sont plus que des

  • 149 « Excessos de alegria y general aclamacion ; […] no se oía y veía otra cosa que sombreros en el ayr (...)

excès d’allégresse et acclamations unanimes ; […] on ne voyait rien d’autre que des chapeaux dans les airs et on n’entendait que les cris de « Vive monseigneur don Juan, victoire pour notre restaurateur si soucieux de l’honneur de l’Espagne »149.

  • 150 BL, Eg. 327, fo 101vo.

119Dans ce contexte, l’étape de Saragosse a une valeur exemplaire. Les autorités inquiètes avaient envoyé des instructions au vice-roi Aranda pour que don Juan passe dans la capitale aragonaise sans démonstrations publiques. Cependant, des députés prirent prétexte de ce que ces instructions n’avaient pas été transmises par le Conseil d’Aragon pour ne pas obéir. Accourus en masse pour voir le prince à La Puebla, à deux lieues de Saragosse, ils lui remirent une lettre où s’exprimait leur ferveur et où ils explicitaient les attentes que sa présence avait soulevées150.

  • 151 « Locamente las capas y los sombreros por el ayre, sin reparar en arroyos ni pantanos, seguian con (...)

120Les choses ne s’en tiennent pas là. Depuis La Puebla, don Juan avait prévenu qu’il passerait à Saragosse, mais pas officiellement, et qu’il logerait à la Tour de Francisco Sanz. Habile moyen de contourner les ordres royaux. À la suite des députés décidés à lui porter leurs hommages, les jurés viennent l’accueillir. L’infanterie et la cavalerie, elles, lancent « capes et chapeaux en l’air, comme prises de folie, sans se soucier des ruisseaux et des marais et elles le suiv[ent] avec d’incessantes acclamations151 ». Quant aux étudiants, ils participent sans ménagement à l’allégresse générale :

  • 152 « Con este tropel, aumentandose mas a cada passo, que se daba azia la ciudad, y con un lucido esqua (...)

Cette troupe grossissait à chaque pas vers la ville et un escadron d’étudiants qui se détachait et qui avait bravé les ordres expresses du vice-roi en venant à sa rencontre, les épées dégainées, criaient d’une seule voix qu’ils étaient prêts à accomplir tout ce que Son Altesse souhaiterait152.

121Ce type de manifestation ressemble beaucoup aux entrées royales dans les villes du royaume. La mobilisation requise autour du souverain, que s’approprie ici don Juan en en adoptant le schéma, est nette. Dans ces cérémonies, le roi pénétrait dans la ville, accompagné d’un juré en chef ou d’un seigneur et du gouverneur. Puis la garde, les députés et enfin les gens de justice l’accueillaient. En tant que fête publique, l’entrée royale visait à chercher et à forcer l’adhésion en impliquant tous les acteurs sociaux dans un consensus au sein d’un espace bien circonscrit, en ayant recours à des formes de langage ritualisées. Certes, dans le cas de Saragosse, il était exclu qu’on remette les clés de la ville au prince, marquant ainsi sur un mode symbolique la soumission de la dite ville, pas plus qu’il n’était envisageable d’ordonner la construction d’architectures éphémères. Tout est spontané. Sans compter que don Juan faisait office de rebelle et que les autorités en place, le juré en chef Izquierdo et le vice-roi Aranda, clamaient leur fidélité à Nithard et au gouvernement. Néanmoins, dans le tourbillon provoqué par l’arrivée de don Juan, on retrouve certains aspects des entrées royales.

  • 153 « Con todas las insignias y demostraciones de mayor respeto » (Relacion verdadera del festejero y a (...)
  • 154 « Que cierto no hay hombre en este reyno de alta, o baja esfera, que no vendiera por el sus hijos »(...)

122Tout d’abord, la dimension officielle signifiée par la représentation des villes en corps constitués qui viennent à la rencontre du fils naturel de Philippe IV. À Lérida, le 5 février, les représentants de la ville l’accueillent en grande pompe « avec toutes les marques et les démonstrations du plus grand respect153 ». Bien plus, depuis son entrée en Aragon, don Juan est escorté par le capitaine de la Garde du royaume et se voit entouré par deux compagnies, par un juge du Conseil, le commissaire général du royaume et d’autres ministres. Chaque station s’accompagne d’un signe concret d’allégeance de la ville. Une dernière caractéristique autorise à dresser un parallèle avec les entrées royales, la liesse et l’amour pour don Juan que les Aragonais expriment. Le chroniqueur du Vrai récit de la fête et des applaudissements par lesquels monseigneur don Juan fut reçu dans la ville de Saragosse, dans le royaume d’Aragon et le long de son parcours depuis son entrée à Cadereita n’hésite pas à écrire : « il est certain que pas un homme, de haute ou de basse extraction, ne vende pour lui ses enfants154 », assertion qui donne l’impression d’une véritable communion. L’entrée royale, fête qui requiert la participation des sujets plus que leur contemplation, donne l’occasion à la realeza de se manifester. La performativité du cérémonial force l’admiration et l’adoration pour le roi et, ici, pour don Juan. S’appropriant consciemment ou non un dispositif exclusivement réservé au souverain, le prince se place en position d’entretenir un rapport de métonymie avec ses partisans. Comme symbole du groupe, il en est l’incarnation visible, la représentation unifiante. Les textes qui relatent l’épisode évoquent un mouvement des foules convergeant vers le fils naturel de Philippe IV qui les domine de son cheval ainsi que le grossissement ininterrompu de l’attroupement qui emboîte le pas à celui qui porte tous les espoirs. Ce qui fait du prince le centre d’attraction de cette masse humaine, le principe organisateur en quelque sorte. Un gazetier écrit ainsi :

  • 155 « Todo el camino, desde la torre, hasta una legua despues de pasada la Ciudad, no era mas que un ag (...)

Tout le chemin, de la Tour à plus d’une lieue au-delà de la ville, n’était plus d’un agrégat de personnes de tous les états […], des religieux, des femmes et des jeunes gens, et tous brûlants de s’approcher du cheval de monseigneur don Juan, le portant parfois quasiment dans les airs, car, alors que le capitaine de la garde du royaume avaient disposé des soldats aux côtés de Son Altesse pour empêcher les gens d’atteindre le cheval, […] [Son Altesse] demanda avec une grande bonté qu’on laisse s’approcher tous ceux qui le désiraient155.

123Pris dans sa totalité, ce parcours géographique rappelle les tours de leur royaume qu’entreprenaient les rois pour connaître et se faire connaître à leurs sujets. Par ce marquage symbolique de leur territoire, les souverains manifestaient la légitimité de l’autorité qu’ils exerçaient sur leur royaume. Si la tradition s’était perdue en Espagne, elle continuait de hanter l’imaginaire collectif. La présence physique du roi pour dénouer les crises faisait partie de l’arsenal des remèdes sans cesse prescrits par les contemporains. Les miroirs des princes conseillaient au souverain d’acquérir une connaissance géographique de la totalité du royaume que devait concrétiser un déplacement sur les lieux en question. Le problème surgit avec d’autant plus d’acuité en 1669, alors que, barricadée dans son palais, la reine maintient l’héritier isolé. Les Espagnols conçoivent une terrible frustration de ne pas voir Charles II que compense la mise en scène de don Juan par lui-même. Ainsi, le fils naturel de Philippe IV se dresse comme l’antithèse d’une reine timorée qui se tient loin de son peuple parce qu’elle le craint. Les textes évoquant cette marche laissent entendre que, par la « monstration » de sa personne, le prince entre en communion avec les Espagnols, liés par un lien d’amour, et réalise la transformation du corps politique en corps mystique.

  • 156 « Hallo bastante disposicion en los naturales que alucinados del esplendor y sumo agrado de su pers (...)
  • 157 B. Clavero, La grâce du don.
  • 158 AMAE, CP, Espagne, no 56, fo 205vo.
  • 159 « Ayuntamientos, como el de Vallecas, que visitó corporativamente al de Austria, dieron palabra de (...)

124Quels éléments fondent cette interprétation qui n’apparaît jamais explicitement dans les écrits sous peine de sacrilège ? L’insistance sur la joie des spectateurs souligne le poids de l’émotion dans le processus de mobilisation. Un chroniqueur de l’époque établit ainsi un lien de causalité entre, d’une part, le don que fait le bâtard de sa présence et l’aura qui émane de sa personne et, d’autre part, le soutien non réductible à un phénomène rationnel que les Aragonais lui apportent : « [don Juan] trouva les Aragonais bien disposés à son égard, parce qu’ils furent transportés par la splendeur que dégageait sa personne et sa bonne mine156 ». La splendeur condense les idées de libéralité, de charité, de magnificence à travers le regard du spectateur submergé par la reconnaissance. Un deuxième indice corrobore ce propos, le système d’antidora qui s’instaure157. Parce qu’il fait don de sa personne par sa présence physique et témoigne ainsi de sa magnanimitas et de sa generositas, les Espagnols lui offrent en échange leur propre personne et leurs services. L’élan d’amour qui porterait les hommes de toutes les conditions à « vendre » leurs enfants pour le prince recouvre ainsi tout son sens. Il en va de même pour ces étudiants qui se mettent à la disposition de don Juan, pour ce paysan qui lui donne sa bourse et sa personne158. La logique est similaire pour la ville de Vallecas qui « rendi[t] visite en corporations à don Juan, lui donn[a] sa parole que s’il l’ordonnait, il n’entrerait pas […] une once de [son] pain à Madrid159 ». Vallecas, au Sud de Madrid, était le lieu de concentration des boulangers qui venaient livrer le pain à la capitale. Le don du fils naturel de Philippe IV est symbolique, mais il entraîne un sentiment de gratitude et tisse des liens entre lui et ses partisans. Cette économie du don induit des devoirs réciproques subordonnés à la pitié qui répond à une logique différente d’une économie comptable. Comme le rappelle Antonio Manuel Hespanha :

  • 160 A. M. Hespanha, « Les autres raisons de la politique », p. 69.

Actes gratuits, les dons constituent dans les sociétés d’Ancien Régime l’objet d’un univers normatif précis qui les prive de spontanéité et les transforme en points d’attache de chaînes indéfinies d’actes de bienfaisance qui structurent les rapports politiques en agissant de façon autonome ou en renforçant d’autres sources de nomination dont le droit160.

  • 161 « Es naturaleza en los vasallos imitar las acciones del sobrenano, y como de un molde publico y rea (...)
  • 162 A. M. Hespanha, « Les autres raisons de la politique », p. 67.
  • 163 « Todos denotaban estar alli la voz de Dios, y su santa y justa voluntad (BL, Eg. 327, fo 102vo).

125Au cœur de ce mécanisme, on retrouve la logique de mimétisme spéculaire qui alimente le rapport si particulier qui unit le roi à ses sujets et qui place en son centre la morale et le gouvernement prudent de soi. Dans le miroir de prince qu’il dédie à Charles II, quelques années après la marche sur Madrid, Pellicer de Ossau, qui a, en son temps, soutenu don Juan, érige une telle dynamique en fondement de la cohésion du royaume : « Il est de la nature des sujets d’imiter les actions du souverain et d’extraire les formes d’agir de cette sorte de moule public et royal161. » Ainsi, l’entreprise de don Juan lors de la marche sur Madrid présente un cas singulier dans la mesure où il fusionne les sphères de l’œconomia, de la morale et de la religion comme catalyseurs d’une structuration pyramidale dont le bâtard royal constitue, plus que le sommet, le principe de cohérence162. Enfin, la lecture providentielle que certains livrent des événements transforme don Juan en envoyé de Dieu et donne sens à cette métamorphose du corps politique en corps mystique : « tous affirmaient que la voix de Dieu et sa sainte et juste volonté présidaient à ceci163 ».

  • 164 BNE, ms. 18.208, fos 87ro-88ro.
  • 165 « Sacrificio de mi sangre y vida » (ibid., fos 87ro-87vo).
  • 166 « Víctima es el príncipe, ofrecida a los trabajos y peligros por el beneficio común de sus vasallos (...)

126La Seconde lettre de Junquera, datée du 22 février 1669, confirme qu’une telle interprétation structurait la perception des événements pour les contemporains164. Par cette missive, le prince exprimait par les mots ce don total qu’il avait fait de sa personne sur un mode symbolique. Le passage de l’implicite à l’explicite livre ainsi la clef herméneutique du corpus d’écrits relatifs à la marche. Le glissement du registre du cérémonial et de la fête au registre scripturaire confère une coloration sacrificielle au geste de don Juan. S’adressant à la reine, il se pose en incarnation de l’Espagne qu’il prétend régénérer en « sacrifi[ant] mon sang et ma vie165 ». En filigrane, transparaît le mythe du roi sacrificiel. Don Juan convoque en sous-main la figure du Christ rédempteur qui subsume le versant douloureux du « roi sacrificiel » et celui, glorieux, du « sauveur dormant ». Depuis le Moyen Âge, ces deux facettes ont conjointement nourri l’imaginaire de la figure du roi. Ainsi, l’emblème 39 de l’ouvrage de Diego de Saavedra Fajardo, paru en 1640, représente la toison d’un agneau offerte en sacrifice sur un autel. Dans le texte joint, l’auteur relate l’origine de la toison et en donne une lecture christique. Jésus n’est-il pas l’agneau de Dieu qui rachète les péchés terrestres ? La maxime qui clôt le paragraphe condense avec force le propos : « Le prince est une victime, offerte aux épreuves et aux dangers pour le bien commun de ses sujets166. »

  • 167 BL, Eg. 327, fo 91ro.
  • 168 RAH, 9/669, fo 280ro.
  • 169 AMAE, CP, Autriche, no 32, lettre de Louis XIV au chevalier de Grémonville, de Saint-Germain, datée (...)
  • 170 BNE, R-2069, R-2933, R-3537, R-7660 et R-38.033 ; Biblioteca Pública del Estado de Cádiz, XVII-3774 (...)

127Peu importe donc que les textes qui servent la démonstration se trouvent mêlés à des enjeux de pouvoir et soient donc biaisés. D’abord, parce que les écrits qui égrainent des indices corroborant cette hypothèse s’inscrivent dans des démarches très différentes qui ne rendent pas un même écho, ce qui permet de trier le bon grain de l’ivraie. Ainsi, même les scripteurs n’ayant pas intérêt à magnifier le prince attestent de ces mouvements impressionnants de foules et de l’expression d’un soutien unanime, pour le condamner ou s’en effrayer. C’est le cas de la lettre informative de Juan de Saluatierra à don Julian de Cañas Remirez y Silva du 19 février 1669167, de la missive de Izquierdo de Berbegal à Nithard ou encore de la chronique de la Catalogne écrite par Feliu de la Penya168. Seul le Vrai récit de la fête et des applaudissements soulève une réelle suspicion quant à l’exactitude des faits. Pourtant, la vision panoptique que l’ensemble de ces témoignages offre garantit que ce dernier récit s’appuie sur des données réelles que l’auteur a probablement enjolivées. L’essentiel ne réside pas dans le détail des faits mais dans ce qu’on y a vu ou dans ce qu’on a voulu y faire voir. Or, ce récit, qui suggère cette transformation du corps politique en corps mystique par la grâce de don Juan et susceptible de conférer à ce dernier une stature sans égale, a été lu et diffusé, notamment à la cour169. Une lettre de Louis XIV en témoigne : le roi de France en envoie un exemplaire à l’Empereur qu’il a lui-même obtenu de Villars qui l’a lu à la cour de Madrid alors qu’il passait de main en main, dans une atmosphère d’apocalypse générée par l’approche de don Juan escorté d’hommes en armes. Par ailleurs, il se trouve intégré à une gazette qui elle-même circule très largement170. Les récits de la marche insistent donc sur les dynamiques processuelles du phénomène pour donner un sens qui aurait surgi de ces configurations d’interaction, en présentant une façon de l’« être-ensemble » organisée autour de don Juan sur le modèle du corps mystique.

128La seconde particularité de la mobilisation induite par la marche sur Madrid est qu’elle prend différemment en compte des publics hétérogènes, de sorte que chacun puisse à sa manière exprimer une prise de position, en l’occurrence un soutien à don Juan. Le schème de l’entrée royale et de la fête ne nécessite aucune médiation textuelle pour provoquer l’adhésion. Elle ne repose pas sur une logique de conviction entraînant après coup une adhésion qui ne se manifeste pas forcément. Au contraire, elle agit dans l’instant, selon une dynamique de participation. En cela, la marche intègre les capacités différentielles de réception des strates d’un public hétérogène et caméléon, pour inclure les plus humbles, la « plèbe », que les cadres traditionnels de délibération excluent et qui ont un rapport moins immédiat à l’écrit que les élites.

129Pourtant, don Juan ne donne pas leur voix aux humbles car la dynamique des mouvements de foule qui s’enclenche se révèle complexe, structurée par des « meneurs » et des « suiveurs » et interdit la nuance. Il reste que ce procédé constitue un levain qui, s’il permet de montrer la mobilisation des couches populaires et de capitaliser ce réservoir de forces pour le plus grand profit du prince, ouvre la scène politique à un nouvel acteur aux contours et au statut encore indéterminés, avec lequel il va falloir composer. Autour de ce noyau dur de mobilisation populaire, les autorités et les personnalités locales trouvent aussi une façon de manifester leur prise de position par la pompe avec laquelle elles reçoivent et accompagnent, à cheval, le prince, ou au contraire, se tiennent ostensiblement à l’écart de l’attroupement.

  • 171 Papeles varios (RAH, 9/7163, no 50).
  • 172 P. L. Lorenzo Cadarso, Los conflictos populares en Castilla.
  • 173 Ibid., p. 112.

130Une lecture politique des événements s’impose car les mouvements de foule, oscillant entre structuration ordonnée et dynamique des masses et profond désordre, portent une violence symbolique qui traduit bien une prise de parti et pas seulement le déferlement anarchique d’une puissance dévastatrice. On distingue des meneurs comme les étudiants et on reconnaît en actes certains procédés propres aux conflits populaires qui ont scandé l’histoire espagnole. Ainsi, en fin de journée, les étudiants et les habitants de Saragosse se rendent au couvent des jésuites avec un mannequin de paille à l’effigie de Nithard et forcent le recteur à assister à un « auto da fe » public171. Plus tard, alors que le peuple s’apprêtait à brûler le palais de Gamboa, nithardiste notoire, et celui du vice-roi Aranda, le juré en chef Izquierdo de Berbegal parvient à le raisonner. Mais si ce dernier s’en tire à bon compte, il doit néanmoins crier, comble de l’humiliation, « Vive monseigneur don Juan. » La crémation des maisons et l’atteinte à l’intégrité physique des adversaires font partie de l’arsenal des comportements codifiés qu’a répertoriés Pedro Luis Lorenzo Cadarso et qui recouvrent une fonction de menace et une fonction de régulation de la violence effective faisant office de soupape et ouvrant la voie à la discussion172. Dans le système décrit par l’historien de Logroño, don Juan joue le rôle du « leader-catalyseur » et il se voit relayé par les groupes les plus actifs (le clergé, ou les puissants jouissant de considération et exerçant souvent une fonction politique locale) ainsi que par les éléments les plus indépendants et turbulents (la population estudiantine)173. De même, certains personnages du camp opposé ou simplement soucieux d’éviter tout dérapage canalisent les débordements, à l’instar d’Izquierdo de Berbegal. Comme le rappelait Daniel Cefaï :

  • 174 D. Cefaï, Pourquoi se mobilise-t-on ?, p. 151.

L’émeute est, par delà ses effervescences collectives qui peuvent paraître erratiques à certains observateurs, un théâtre de dramatisation qui a sa propre cohérence pour peu qu’on fasse l’effort de le décrypter174.

131Elle n’est ni un phénomène rationnel ni un phénomène raisonnable, mais elle est intelligible.

  • 175 J. Calvo Poyato, Juan José de Austria, p. 211.

132En dehors des moments de convulsion proprement dite, la mobilisation se poursuit sur un mode davantage pacifié mais non moins vindicatif : en février, les habitants de la commune de Torrejón de Ardoz, où réside le bâtard royal, se rassemblent tous les jours pour voir leur champion et pour se plaindre du mauvais gouvernement afin de faire aboutir leurs revendications175. Ce passage à la négociation confirme la lecture politique des mouvements de foule qui entourent don Juan et son escorte.

  • 176 AHUV, leg. 9261, fo 29ro.
  • 177 Ibid., fo 25ro.
  • 178 M. Braddick, « Réflexions sur l’État en Angleterre », p. 42.

133L’épisode de Saragosse — et la marche sur Madrid — illustre donc bien la force d’un type de mobilisation prenant appui sur des expériences sociales non discursives. Il s’agit là d’un phénomène paroxystique qui crispe en une journée des données qui structurent un temps long, perceptible durant les mois de tension. Ainsi, le jésuite Mendo, depuis Barcelone où réside don Juan jusqu’au moment d’entreprendre son parcours vers la capitale, s’inquiétant à l’approche de la fête du jour des Innocents parce qu’elle crée une situation propice au désordre et susceptible de dégénérer en émeute, cherche des solutions autres que l’impossible interdiction des mascarades176. Ce même jésuite, dans une lettre du 29 décembre 1668, explique les raisons qui ont poussé à célébrer avec un faste inaccoutumé l’anniversaire de Mariana : il s’agissait de montrer à don Juan combien elle était appréciée des Barcelonais, de « ravir » la population de la ville par l’admiration provoquée par la pompe pour réanimer le respect des sujets envers leur reine et, enfin, de dissuader tout mouvement en faveur du prince, en exhibant la milice177. La fête apparaît comme une pratique sociale susceptible de recouvrir un sens politique subversif ou au contraire au service de l’ordre établi. Tantôt elle constitue un puissant levier de désordre prompt à dégénérer en soulèvement. Tantôt elle réaffirme le lien des sujets à leur souverain, confortant les autorités en place. L’image du marionnettiste, que nous récusons, évacue à peu de frais l’importance des modes d’organisation et de regroupements sociaux qui imposent le respect de certaines règles et qui dessinent le cadre où doit s’insérer une entreprise de mobilisation politique si elle veut avoir des chances d’aboutir. Une lecture ne raisonnant qu’en termes de manipulation présente aussi le défaut de minimiser la capacité de certains acteurs à procéder à une lecture proprement politique des affrontements et des négociations. D’autant que don Juan ne pouvait pas escompter a priori de tels effets de sa marche sur la capitale. D’autant que ce prince n’a jamais cherché à fomenter les émeutes qui se sont parfois produites. À l’inverse, il a tenté de les contenir. L’élément de surprise a joué à plein dans les modulations prises par sa tactique et dans « l’invention » de son public. Michaël Braddick propose une définition de la légitimation qui semble adéquate à notre objet. Selon lui, il s’agit d’un processus culturel caractérisé par une « utilisation qui n’est pas forcément consciente, des termes communs de la culture politique à laquelle le peuple se conforme d’une manière qui n’est pas, non plus, forcément consciente178 ».

134L’explicitation des intérêts de couches populaires, la prise en compte de leurs revendications dans le manifeste de Torrejón de Ardoz et la traduction institutionnelle de cette tentative d’y satisfaire grâce à la Junta de Alivios, à la fois dans les buts qu’on lui enjoints mais aussi dans son mode de fonctionnent — puisque n’importe quel Espagnol, sans aucune restriction, a le droit d’envoyer un mémoire à la junte pour prescrire des remèdes à la monarchie moribonde — atteste que toutes les composantes qui modèlent en creux les contours du mouvement d’opinion juaniste n’ont rien d’un donné irréfragable a priori.

135Cette campagne d’opinion où don Juan sort triomphant et l’analyse comparée des procédés exploités par chacun des deux camps suggère que la force d’un discours et de toute démarche visant à conquérir un public dépend moins de ses propriétés singulières que de la force de mobilisation qu’ils recèlent. L’échec de la pratique de la glose nithardiste qui cherche à convaincre et non à persuader en misant sur la capacité de chacun à recourir à la raison ou encore le contraste entre l’usage juaniste de la rumeur et le silence méprisant des alliés du jésuite, qui leur est finalement néfaste, en témoigne.

  • 179 Memorial que dio a la reina nuestra señora un vasallo de esta corona (Semanario Erudito, t. X, p. 2 (...)

136S’il fallait dresser un bilan du public qui se masse autour du prince, on pourrait reprendre les propos de l’auteur du Mémoire donné à la madame la reine par un sujet de cette couronne179. Ce dernier déplore l’efficacité de la propagande de don Juan. Il affirme que le prince et ses partisans s’adressent à un public élargi en adaptant les registres en fonction de leur cible :

  • 180 « Ya han inficionado el ayre con las repetidas quejas, que en tono de lástima introducen en las con (...)

Ils ont déjà infecté l’air avec leurs plaintes incessantes qu’ils introduisent d’un ton geignard dans les conversations des naïfs et ils font la leçon aux enfants, aux femmes et à tous ceux qui composent la plèbe pour qu’il ne reste aucun recoin qui ne résonne des clameurs contre le gouvernement […]. Pour parvenir à leurs fins, ils ont recherché des raisons et des langages compatibles à la diversité des esprits pour que chacun, selon ses capacités, ait matière à pousser un cri d’indignation180.

137Cette analyse renvoie à la question de l’existence d’une correspondance ou de résonances entre certains moyens de mobilisation et certains publics que les libellistes et les partisans chercheraient à viser. Alors que les nithardistes cherchent à décrédibiliser leurs adversaires en dénonçant la variété de leurs stratégies et leur propension à user de la rumeur, les juanistes ne cachent guère qu’ils élargissent le plus possible leur répertoire d’action.

138Les moyens de mobilisation sont donc multiples et complémentaires. Les textes polémiques ont joué un rôle décisif ; mais le triomphe du prince tient aussi au recours à des sermons, aux rumeurs, à l’alimentation de discussions politiques ainsi qu’à des marches sur la capitale. Les adversaires successifs du prince, réduits à riposter, n’ont pas exploité une si large gamme de moyens. Ils en sont restés aux libelles et aux sermons.

139Les archives ne conservent qu’une petite partie des textes manuscrits et imprimés. Ils ont été diffusés dans toute l’Espagne à partir de Madrid et Barcelone, puis en de nombreux points d’Europe. La remise en main propre par des émissaires, le courrier, la distribution dans les endroits d’affluence, l’affichage, la copie pour soi ou les autres, la vente, la mise en circulation dans des cercles d’interconnaissance et la lecture à plusieurs ont été les principaux vecteurs de la propagande écrite. Un seul exemplaire pouvait trouver un fort contingent de lecteurs ou d’auditeurs. Les publicistes ont su jouer avec habileté des différences entre publication manuscrite et publication imprimée. Par ailleurs, ils ont montré une conscience des circuits de l’information préexistants et ont joué de l’intérêt croissant des contemporains pour la polémique qui finit par imprégner toute la production imprimée et manuscrite en place.

140Les sermons, eux, sont intervenus ponctuellement, notamment dans le sillage de la journée des Dupes et à l’occasion de la nomination de don Juan comme Premier ministre. Si le lieu et le moment où ils sont prononcés en déterminent le sens polémique premier, celui-ci est infléchi par une réception en plusieurs temps : au moment du prêche et ensuite lorsqu’ils sont publiés, d’abord individuellement, puis au sein de recueils de sermons. Convoquant les figures des Saintes Écritures pour déchiffrer des analogies entre les crises de la minorité et des épisodes bibliques, les sermons juanistes ont donné une caution divine à l’entreprise du prince et ont mis en scène la ferveur des Espagnols communiant dans la liesse pour celui dont on attendait la régénération de la monarchie.

141Les bruits et les rumeurs ont également joué un rôle considérable dans ces campagnes, qu’elles soient sciemment lancées et entretenues, quitte à se trouver déformées, ou qu’elles naissent spontanément et demeurent incontrôlables de bout en bout. À la frontière de l’oral et de l’écrit, la rumeur offre l’instrument idéal pour relayer ou suppléer les libelles. Elle en altère ou en confirme le sens. Son maniement permet d’augmenter l’impact de la guerre de plumes proprement dite, de recruter de nombreux partisans notamment hors des élites politiques et d’éliminer certains adversaires. Dans ce but, la rumeur peut épouser la forme de la médisance, de la menace ou de la prophétie porteuse d’un message d’apocalypse ou de divine félicité. Elle gagne une importance croissante dans la minorité de Charles II. En effet, à ce moment-là, la séparation stricte entre dissimilation et publicité / visibilité s’estompe et un décrochage se produit entre être et apparence de sorte qu’on accorde un crédit nouveau à tout discours, de bonne ou de mauvaise foi, qui affirme déchiffrer les intentions profondes des acteurs ou le sens caché des événements.

142Les marches constituent l’originalité de l’entreprise de don Juan. Mises en scène de la puissance du mouvement juaniste, elles sont le lieu de l’orchestration chorale de tous les moyens de mobilisation, comme le montre leur évocation par les libelles et les sermons ainsi que leur place dans les discussions et les bruits les plus divers. Ces marches révèlent ainsi la dimension processuelle de la mobilisation des partisans du prince. Elles montrent aussi la capacité de ce dernier à exploiter pour son plus grand profit une dynamique qu’il a lancée mais qu’il ne maîtrise pas totalement.

143En somme, l’interaction des différents moyens de communication et de mobilisation est un phénomène intrinsèquement politique. Dans cette perspective, la communication politique dépasse la fonction de simple canal. Émanant des élites, elle permet de mobiliser ou de canaliser divers groupes sociaux. Mais en retour, pour être « touchés », ces groupes lui imposent une forme. Bien plus, il est impossible à quiconque de contrôler la transmission des informations politiques qui filtrent toujours au-delà du cercle des élites. Aussi, certaines strates du public, bien que considérées inaptes à participer au politique, s’introduisent dans les polémiques. Le mentidero de Madrid a été un maillon essentiel du processus incontrôlé de diffusion des nouvelles de la crise de la Régence et des libelles au sein d’un public élargi ainsi plongé dans un bouillon de paroles et d’écrits. La satire de Sancho Sánchez montre que les discussions politiques ne se résument pas à une vision unilatérale des événements. Malgré les tentatives des partisans pour infléchir les publics, les phénomènes d’appropriation parasitent donc les effets que les agents mobilisant les publics attendent des libelles, des sermons et des rumeurs. Quoique réticents, les acteurs de la crise se trouvent obligés de prendre en compte cette réalité ; soit ils persistent à ignorer cette plèbe anti-public, en cherchant à le neutraliser, soit, au contraire, ils le canalisent pour en exploiter la ressource politique dans une lutte où l’absence de violence physique ne se traduit pas moins par le choc de rapports de forces. Il convient donc de s’extraire de la dichotomie propagande des élites / opinion publique, contrôle des publics par le haut/résistance à ce contrôle, pour souligner les interactions entre les deux pôles. La marche sur Madrid en offre une illustration.

144Dans ce chapitre, nous avons décliné différents moyens de mobilisation en les associant à un ou à des publics particuliers. À chaque fois, nous avons tenté de distinguer ce qui relevait d’une volonté propre de mobilisation et ce qui advenait sans que cela ne soit planifié. Les libelles s’adressent avant tout aux élites politiques, comme leur circulation, en grande partie manuscrite, l’indique. Mais au mentidero, aux losas del palacio, ou par la distribution et la vente d’imprimés, certains textes ont touché un public plus large dont la mobilisation n’était pas initialement escomptée. La discussion au sein des demeures de particuliers ou au Retiro concerne les acteurs de la crise qui jouent leur avenir politique, alors que les échanges de propos spontanés dans les lieux publics caractérisent ceux qui n’appartiennent aux élites et qui cherchent des nouvelles parce que la crise politique met en jeu la question des impôts, de la corruption des agents, des abus des taxes qui conditionnent l’activité des commerçants, etc. Les rumeurs sont associées au peuple, que des bruits démagogiques ou tératologiques soient sciemment diffusés ou que des rumeurs spontanées naissent dans certains moments de crispation comme lors des marches. Les sermons prononcés à la chapelle royale ou dans les couvents visent principalement les grands ou les clercs. En revanche, ceux qui ont lieu dans les grandes églises comme Sainte-Marie-de-la-mer à Barcelone s’adressent à un public mêlé qui comprend la plèbe. Les marches sur Madrid ou les fêtes en l’honneur de la nomination de don Juan comme Premier ministre manifestent le consensus autour du prince en combinant différents types de mobilisation non discursive, où le public politique légitime et l’« anti-public » de la plèbe se réunissent pour le service de don Juan. Enfin, les imprimés qui retranscrivent de façon biaisée les marches, les cérémonies et les sermons connaissent une intense diffusion et n’opèrent aucune discrimination des publics.

145Sur cette base, nous proposons d’analyser les marqueurs qui, au sein des textes polémiques stricto sensu, indiquent les publics visés par les libellistes. Cela permet de délimiter les espaces de polarisation des guerres de plumes à la lumière d’une mise en contexte fine. En partant de la trame chronologique des libelles préalablement établie pour évaluer d’éventuelles inflexions de la réception postulée, il est possible d’établir des connexions entre cet espace textuel polémique et d’autres espaces textuels qui se forment à des moments particuliers (sermons, récits de fêtes et des marches sont datés) qui eux-mêmes renvoient à des phénomènes de mobilisation non discursif. Il s’agit donc de vertébrer par les libelles l’espace de publicité qui se forme lors des crises de la Régence, en mesurant en creux l’importance des rumeurs et de la parole au regard de l’évolution des destinataires des textes polémiques. Ce faisant, nous partons d’un espace textuel sans nous cantonner à la dimension discursive de la mobilisation, mais sans non plus raisonner en termes de lieux, ce qui présenterait le désavantage de fragmenter l’espace de publicité sans donner la possibilité de réfléchir à l’articulation de tous ces lieux. Au contraire, parce que les textes sont des interfaces, ils produisent des interactions avec la parole et les événements et surtout, ils conservent la trace de ces interférences à la différence de la parole volatile.

Notes

1 F. de Vivo, Information and Communication in Venice.

2 Papeles de varios manuscritos e impresos de la Corona de Aragón (BNE, ms. 6384).

3 El Escaparate de Don Bábiles para entretenimiento de las Navidades (BL, Eg. 354, fos 220ro-227ro).

4 « Vengasse v.m conmigo, y vea este Escaparate que es el Simancas de todos los papeles, que estos dias ha reboloteado por la Corte ; aqui los tengo todos, y assi a los buenos, como a los malos, los reservo al juizio de la Tertulia ; conviene a saber, a los buenos, para darles gloria, porque guardaron a la Retorica sus preceptos y a los malos pena perdurable, porque no los guardaron. Con esto fue sacando, y lo primero me leyo una carta del señor don Juan escrita desde Consuegra, y aviendola leido, dixo Don Babiles : Esta carta, ha tenido mucho aplauso, pero los Criticos han notado lo destemplado de ella en algunas vozes […]. Pero que papel es este de la cubierta colorada ? Este me dijo, es la Politica censura ; oygale v.m que es muy culto, si bien tiene mas de censura que de politica. […] Saco luego una carta del bendito San Ignacio, y oyendo el titulo le dixe : O quanto me alegro […]. Vaya v.m. leyendo, que la quiero oir de rodillas. Fue leyendo, y me levante al punto, escandaliçado de tales blasfemias, y de ver que sin que ni para que se llevava de calles la pobre Religion de San Francisco, y le dixe : Queme v.m. ese papel que fuera de ser impio, es disparatado, y solo da a entender que tambien hay diablos tontos, que quieren transformar en Ángeles de luz. […] Vea v.m. esos tres papeles, uno del Sueño del Bosco, otro de refranes y otro de unas coplillas que acaban en Latin y no parecen de mala mano. Leimoslos todos tres […]. Demas destos siete papeles vimos otros papelillos busca pies, los quales despreciamos por rateros. Pero quando yo pense, que aviamos acabado, saco Don Babiles un legaxo tan grande de papelones que por poco se derrienga al moverlos del Escaparate. ¿No es mas que essa niñería, le dixe, lo que ay ahora que leer ? Si señor me respondio » (BNE, ms. 18.208, fo 21vo).

5 « El haber excusado embaraçar a Vuestra Excelencia en las dos ultimas ocasiones de flota, continuandole las novedades y sucessos de España, ha sido juzgar a V.E. en mayores cuydados, y ser las novedades que se han podido escribir tan de sumo desconsuelo, que por no aumentar a V.E. las en que se hallava, he aguardado llegassen a sus oidos por otro mejor Coronista. Pero ya que me parece veo a Vuestra Excelencia con mas sossiego, me atrevo a tomar la pluma, para referir algunos sucessos de los que en este tiempo ha avido » (RB, II-70, fos 23ro-26ro).

6 « Antes de comenzar a escribir los sucesos politicos de España del año 1668 y 1669, quiero que advierta el lector dos puntos ; el primero la inguenuidad de la obra, y el segundo, el motivo de escribirla en quanto lo primero digo que no me ha movido escribir este tratado, el amor ni el odio, sino el deseo de apartar de mi la ociosidad y gastar onerosamente el tiempo, por lo qual conocerá el lector que quien obra tan desinteresadamente no cargará la balança sino al lado donde llevará la justicia » (BNE, ms. 2071, fo 3ro).

7 BNE, ms. 18.443.

8 BNE, ms. 18.206, fos 90vo-91ro.

9 Carta escrita por el Señor don Juan de Austria a la villa de Madrid el año de 1668. Contra el padre Everardo Nitardo, jesuita, ynquisidor general sacada del original que esta en su archivo (BNE, ms. 18.211, fo 37ro).

10 BNE, ms. 18.208, lettre non numérotée, placée entre les folios 136vo et 137ro et datée du 25 septembre 1785.

11 « Llevo su carta al Consejo de Ciento Don Juan de Portocarrero acompañado de don Antonio de Velasco y otros. Y por este estilo aqui que, cuando se lleva una legacia, mientras se hace, se abren las puertas de la sala y entran cuantos quieren ; se abrieron y entro muchissima gente y oyo la carta, que tiene mas de tres pliegos. […] Solo digo que estos papeles mueven mucho al bulgo, que cree todo lo que contienen, y creyendo, da la razon al que los escribe » (Carta del 29 de diciembre de 1668 de Andres Mendo a Crespi, AHUV, leg. 9261, s.n.).

12 Tous ces chiffres proviennent de H. Duccini, Faire voir, faire croire, p. 20. Pour l’année 1614, l’addition des pamphlets recensés dans le Catalogue de l’histoire de France, dans les catalogues des huit principales bibliothèques américaines, de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, de la Bibliothèque municipale de Troyes, de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, de la Bibliothèque de la Ville de Rouen et de la Bibliothèque du musée Condé à Chantilly, on obtient un résultat de sept cent-trente pamphlets (H. Duccini, Faire voir, faire croire, p. 22).

13 « Rotulos libros » ; « Libros grandes que solo sirben de comerse el polvo en las librerias » (BNE, ms. 5588, fo 192ro).

14 BNE, ms. 8348, fo 37ro.

15 Ibid., fo 67ro.

16 Ibid., fos 66vo-68vo.

17 Encubierto laberinto (RB, II-1145, fos 207ro-209ro).

18 « Eran papeles de tal subtancia, que auia que engordauan con ellos, y que valian por un buen desayuno, porque en su lectura, ya que no se come, se muerde, y siempre nos dexan algo en que roer, que ha no ser assi, yo los huviera vendido para coetes antes que los vendassen por el Consejo, porque viendo que esta el mundo para dar un estallido, no quieren estos Señores que aya consonante » (BNE, ms. 18.208, fo 22vo).

19 BNE, ms. 8348, fo 62ro.

20 La lettre de don Juan était parvenue à Burgos le 15 novembre 1669.

21 AHUV, leg. 9261, lettre d’Andres Mendo à Crespí de Valldaura du 19 janvier 1669, s.n.

22 « De halla de esta corte, vinieron algunos cargados de papeles indecorosos, de libelos indecentes, vozes infame » (Carta de Juan de Buen alma a la Magestad Cesarea de Carlos Segundo, BNE, ms. 7787, fo 1ro).

23 L’Escaparate de don Babiles livre un témoignage d’une lecture commune de satires.

24 Papel que se echo en Madrid por las iglesias y calles sin saberse quien le echaba : « Meritorio y justissimo es el sentimiento que todos tenemos » (BLO, ms. Add. A. 142, fos 213ro-214vo).

25 Ibid., fo 231ro.

26 Carta de un cortesano, para un Gran Señor de este reyno (BNE, ms. 8346, fos 58ro-67vo).

27 BNE, R-2933, Gazeta de las cosas ocurridas.

28 F. Bouza, « Felipe IV sin Olivares », p. 61.

29 Id., « Memorias de la lectura y escritura de las mujeres », p. 174.

30 Id., Del escribano a la biblioteca, p. 43.

31 Id., « Felipe IV sin Olivares », p. 67.

32 « Haviendo el gazetista hecho mençion con terminos malignos de la consulta del Inquisidor General, no tuvo empacho de trasladarla, y exhibirla a vista de los demas papeles, como quien presenta la verdad ante Pilatos » (Censura que dio cierto autor ingenioso y grave de la Consulta del Señor Inquisidor General, BNE, ms. 8346, fo 57ro).

33 Ce type d’échange ne fait en général pas l’objet d’un contrat écrit mais oral.

34 « Este papel fue de tanta codicia luego que salió que le solicitavan todos con ansia. Y reconociendo eso los Padres de la Compañía, con su acostumbrada providencia, despues de repartidos algunos, procuraron se sacasse la costa de la imprenta, vendiendo los que avian quedado » (A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, pp. 80-81).

35 « Como D. Juan cuidara remitir a sus parciales antes su huida, copias del texto ; horas después de conocerle S.M. los ciegos de Madrid pregonaban y vendían en hojas impresas la famosa carta, que con avidez leyeron y con calor comentaron los compradores. También la consulta que el 25 de octubre elevó Nithard a la D. Mariana […] ; y desde octobre 1668 a marzo 1669 nithardistas y austracistas mantuvieron una polémica de prensa, publicando sinnúmero de papeles, grabes o satíricos, de ataque o defensa, en pro o en contra de D. Juan o del Inquisidor, para entretenimiento de desocupados, regocijo de redactores de avisos, agosto de libreros que imprimían y de mendigos que, voceándolos, cobraban lo maravedis de su importe » (G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, t. I, pp. 371-372).

36 El Escaparate de don Babiles (BNE, ms. 2034, fos 27ro-30ro et ms. 18.208, fos 19ro-24vo).

37 Amador de la Paz, Voto de la verdad que participa al orbe el clarin de la fama (RAH, 9/643, fos 217ro-274ro).

38 BNE, ms. 18.443.

39 ASV, SS, Esp., no 137, fos 745ro-745vo.

40 Ibid., fos 746ro-746vo et 751ro-751vo (une autre lettre est intercalée au milieu).

41 Les avvisi sont le terme italien pour avisos. On les trouve au sein de l’ASV, SS, Esp.

42 « Corrieron las copias impresas por toda España, y no bastando las que dos vezes se imprimieron en Madrid, se reimprimerion en Salamanca, Sevilla, Valencia, Lisboa » (BNE, ms. 8346, fo 57vo).

43 Le plus connu est certainement un pasquin placardé sur les portes du palais le 7 janvier 1669 : Geróglifo que se puso en el Palacio de Madrid : El cordero y las Aguilas (BNE, ms. 2034, fo 47vo).

44 « El pueblo acude multidiariamente a Palacio, y en general, sus aledaños son lugares de continuo transito » (G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, t. I, p. 53).

45 Décima que apareció puesta con letras de oro en Madrid en la puerta del Sol. « Don Carlos Segundo viba/Con Don Juan su hermano al lado » (BLO, ms. Add. A. 142, fo 204ro).

46 AHN, Consejos, leg. 7179, no 11.

47 Papeles de varios manuscritos e impresos de la Corona de Aragón (BNE, ms. 6384, fos 60ro-61ro).

48 « Lleva Su Alteza toda la impression de un manifiesto contra el Inquisidor General que es muy infame papel, y que lo esparcirá en Castilla. […] estamos con cuidado porque le ha de hazer mucho daño al Padre confesor, la publicacion de esto papel por estar lleno de horrendos falsos testimonios y alagueñas promessas de aliviar los Pueblos de los tríbutos : vozes que hacen mucha consonencia en los oidos de los engañados, ligeros y credulos Pueblos » (BNE, ms. 8350, fo 4vo).

49 AMAE, CP, Autriche, no 31. La lettre écrite à Saint-Germain est datée du 23 novembre 1668.

50 Ibid.

51 Ibid., 32, lettre de Louis XIV au chevalier de Grémonville, de Saint-Germain, datée du 29 mars 1669.

52 « Se tiene por aqui como en forma de manifiesto pues comienza por quejas y para en amenazas » (BNE, ms. 8349, fo 3vo).

53 AMAE, CP, Espagne, no 56, fos 155ro-155vo.

54 Respectivement, ASV, SS, Esp., no 137, fos 677ro-692ro et 693ro-695vo.

55 BL, Eg. 353, fo 135ro.

56 Índice de libros de diversos autores.

57 BLO, ms. Add. 142, fos 285ro-287vo.

58 « ¿Como no sale en estas ocasiones algun papel del señor almirante como aquel de los titulos de comedia ? » (BNE, ms. 5588, fo 192ro).

59 Deux manuscrits de la Biblioteca Nacional de España présentent un ensemble de textes poétiques écrits par l’Almirante : ms. 9636, fos 324vo-334vo et ms. 13.205, fos 1ro-48vo.

60 Soneto : « Dime Madrid, quien es el Almirante » (BNE, ms. 2582, fo 160ro) ; Liras : « Porque, aunque quiera hacerle » (ibid., fo 160vo).

61 Dudas politicas y theologicas (BL, Eg. 354, fos 147ro-150ro).

62 Carta de San Ygnacio (BNE, ms. 2034, fos 43ro-43vo).

63 Passio Regni nostri Hispani Don Joane, cum glosa interlinata (BNE, ms. 5588, fo 202ro).

64 Respectivement, Parecer sobre la carta que escribio a Su Magestad el Señor don Juan de Austria en 1668 (BL, Eg. 354, fos 190ro-190vo et BL, Add. 8703, fo 78ro).

65 Respectivement, Paralelo entre el principe Absalon y don Juan de Austria (BL, Eg. 353, fos 135ro-140ro) et He leído algunas veces una carta (G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, t. II, p. 67).

66 Lo que sucedio con el Padre Salinas de la Compañía de Jesus (AHN, Estado, lib. 879, fos 293ro-298ro).

67 Carta de Sancho Sanchez, Pedro Perez y Hernan Hernandez nobles fidalgos de la billa de Canga en las Asturias de la ciudad de Obiedo (BNE, ms. 5588, fo 171ro).

68 Respectivement, Dos cartas anónimas (BNE, ms. 8180, fos 229ro-231ro) et No puede el cuerbo ser más negro (AHN, Estado, lib. 873, fos 190ro-209ro).

69 Manifiesto del Padre Moya contra don Juan (BLO, ms. Add. A. 142, fo 214vo).

70 « El poder absoluto de los Monarchas no se ha de sugetar al imperio de la razon y de la virtud pues en tanto son los reyes reyes en cuanto pueden los que quieren » (AHN, Estado, lib. 880, fo 25ro).

71 Peor está que estaba, y enfermar con el remedio (BL, Eg. 353, fos 101ro-102ro).

72 J. Cortés Ossorio, Invectiva política, éd. M. Etreros, p. 37.

73 Señora, quando hay pluma de un vasallo (AHUV, leg. 9261, s.n.).

74 A. Soria Ortega, El Maestro Fray Manuel de Guerra y Ribera.

75 Guerra y Ribera naît à Madrid le 2 février 1638. Il prend l’habit en 1653 dans l’ordre des Trinitaires, spécialisé dans le rachat des captifs. En 1662, il est lecteur de théologie au Collège de la Trinité à Alcalá. En 1666, il est licencié et maître de théologie à Salamanque. Dix ans plus tard, le 3 février 1676, il est nommé prédicateur royal. Il meurt en 1692.

76 Peor esta que estaba, y enfermar con el remedio (BL, Eg. 353, fos 101ro-102ro).

77 Juan Cortés Ossorio naît le 8 février 1623 à Puebla de Sanabria, dans les environs de Zamora. Il est professeur de philosophie à Oropesa, de 1653 à 1656, et de théologie à Tolède de 1656 à 1659, à Murcie, Alcalá et Madrid à partir de 1664. Il détient les charges de censeur de livres, de visiteur de bibliothèques et de ministre de la Junte de qualificateur de l’Inquisition. Il meurt à Madrid le 23 juillet 1688.

78 R. del Arco y Garay, La erudición aragonesa, p. 301.

79 BNE, ms. 5588, fo 192ro.

80 Papel de cierta persona religiosa que se precia mucho de politico y estadista, indiferente y desapassionado : en que se trata de los yerros politicos del Señor Don Juan de Austria ; y de los del Padre Confesor de la Reyna Nuestra Señora (BNE, ms. 7787, fos 1ro-6ro).

81 Papel escrito de un vasallo desinteresado a la Reyna nuestra señora y al Señor Don Juan de Austria desde un desengaño (BNE, ms. 8347, fos 266ro-271vo).

82 Afectuosas voces de un leal vasallo al rey nuestro señor Carlos Segundo (LHS, ms. LIX, fo 232ro).

83 « Lealtad, observancia de la fe que uno debe a otro por ser su superior, como el vasallo al rey, el criado al amo […]. El mostrar confianza muchas veces obliga a los hombres de vergüenza a servir con fidelidad » (Real Academia Española, Diccionario de Autoridades, t. III, p. 745).

84 J.-P. Dedieu, « Fidélité et politique », p. 212.

85 Le « peuple » reste à l’écart du mouvement d’élargissement des « donneurs d’avis ».

86 J.-F. Schaub, « Identification du jurisconsulte ».

87 « Política de los ratones ».

88 Papel de advertencias y notas que hizo sobre la consulta del Consejo Real el Autor del que se intitula Razon de la Sinrazon (BNE, ms. 8346, fos 31vo-43vo).

89 « Resolviose esta consulta por mayor parte de votos amasados con amenazas y ofertas » (BNE, ms. 8345, fo 31vo).

90 Respuesta que dio el Autor del papel intitulado Razon de la Sinrazon al de los tres de la fama (BNE, ms. 8347, fos 68ro-73ro).

91 Respectivement, Copia de la carta que discurre nuevamente sobre las materias presentes (ibid., fos 108vo-122ro) et Carta en que se discurren las materias presentes sin pasion ni enojo, sino con verdad y zelo (AHN, Estado, lib. 877, fos 173ro-180vo).

92 Pronostico de los designios e intentos del Señor Don Juan de Austria (BNE, ms. 8345, fos 207vo-230vo).

93 « La inopinada resolucion, y buelta de la Coruña, de Don Juan de Austria, ha puesto los animos de todos los politicos cortesanos doctos y populares, en una suspension, y discurso continuo (porque es solo, lo que estos dias da materia a todos abundantissima de platicas, y conferencias) sobre el fin que habrá tenido en esta resolucion tan pensada a sus solas ; tan inopinada a la expectacion de toda la Monarchia » (ibid., fos 207vo-208ro).

94 El Retraído Don Enrique de Castilla da cuenta del verdadero estado en que estan las cosas de Don Juan de Austria (BNE, ms. 2034, fos 290ro-311vo).

95 Razon de la Sinrazon en que se refiere lo que passo en las Juntas que el Señor Don Juan con sus aliados tuvo en el Buen Retiro sobre el modo de apartar el Inquisidor General de la Reyna (BL, Eg. 354, fos 168ro-180ro).

96 BNE, ms. 5588, fo 170ro.

97 Ibid., fo 171ro.

98 Ibid., fo 171vo.

99 Ibid., fo 174vo.

100 « Su nucleo principal de clientes formábanlo aspirantes a empleos y mercedes, papelistas y gacetistas, entre quienes la marcha de la cosa pública era tema casi único de conversación. En las puertas de Palacio fijábanse los pasquines, ingeniosos o mordaces […] ; en los rincones de ambos patios concertaban los familiares de ministros y jueces, con litigantes, cohechos y sobornos, […], y allí tambien se adquirían los libelos y papelones anónimos, mandados recoger por la Inquisición o por el presidente de Castilla. En el corro central leíanse los papeles políticos más serios y las gacetas, impresas o manuscritas, y se comentaban luego, junto con las noticias que facilitara la indiscreción o amabilidad de los funcionarios, las que trajera un correo polvoriento, las que vociferaba algún soldado de vuelta de la guerra, algún cautivo recién salido de galeras y, en fin, las que divulgara, complaciente, la baja servidumbre palatina » (G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, t. I, pp. 21-22).

101 BNE, ms. 18.209, fo 23ro.

102 « Mientras los señores de la Junta conferian divididos en estas razones, parecieron en el patio de Palacio el Duque del Infantado, el Marques de Liche, y algunos otros señores, y en especial el marques de Povar empeçó a dar carreras por el patio, como quien agenciava algun grave negocio, que pedia mucha prisa con que todos se conmovieron, y se alteraron, siguiendo gustosos el tropel de la gente por presumir que qual movimiento era contra el Confessor. Los dos grandes pidieron audiencia para hablar a la Reyna, y aviendoles denegado, fueron a la covachuela con todo el séquito de la gente a hablar a Don Blasco de Loyola, y le dieron un recado que llevasse a la Reyna : y escusándose él de esta demanda, los guió a la Iunta, y intruduxo para que propussiessen lo que le avian dicho » (BNE, ms. 6384, fo 117ro).

103 J. Deleito y Piñuela, Sólo Madrid es Corte, pp. 208-223.

104 J. A. Cabezas, Mentideros de la Villa.

105 El Mentidero de Madrid que levanta testigos al señor don Juan de Austria (BNE, ms. 17.994, fo 6ro).

106 « Ni en los patios de palacio, por las mañanas ; ni en las gradas de San Felippe por las tardes, no se oye otra cosa que diversos discursos sobre la retirada de Don Juan de Austria » (BNE, ms. 8345, fo 184ro).

107 J. Deleito y Piñuela, El rey se divierte, p. 171.

108 Ibid., p. 173. Le meurtre ne fut pas élucidé.

109 F. J. Castro Ibaseta, « Mentidero de Madrid ».

110 Pour ce qui suit, voir BNE, ms. 6384, fo 116ro.

111 « En casa de don Juan Antonio de Velasco se suelen juntar muchos y, con ocasion de averse muerto una hija suya, han concurrido mas » (AHUV, leg. 9261, lettre d’Andrés Mendo du 8 janvier 1669).

112 Sitio o lugar donde se juntan las gentes ociosas a conversacion. Llamose asi, porque regularmente se sueltan en el fabulas y mentiras.

113 « Los introducierion en el vulgo hasta que tomando cuerpo estos rumores, los alentassen de suerte, que Eberardo quedasse tan infamado que no pudiesse satisfacer a la muchedumbre engañada […] y con esta suavidad festina, se fuesen habituando los oidos, y perdiessen poco a poco la disonencia de voces tan insolentes y falsas » (Razon de la Sinrazon, BNE, ms. 8345, fo 89vo).

114 BNE, ms. 8360, fos 205ro-205vo.

115 « Hablando en alemán — con la Reina — tres y cuatro horas pidiendo de almorzar sopas de su puchero [del de la Reina], comiendo en su real presencia sentado y cubierto, entrando tal vez en lo mas interior de su retrete […] da ocasión a que se diga aquí lo que se dijo de la Reina Madre y del Cardenal Mazarino » (cité dans J. Contreras, Carlos II el hechizado, p. 101).

116 « Derribar todo el gobierno presente, para introducirse a Gobernador unico […] para que estando la Monarquia a su arbidrio, hallassen sus esperanzas alguna respiración » (BNE, ms. 8345, fo 209ro).

117 « Esta tarde en un corrillo de gente de mediano pelo oyo un confidente : Ahora vera el Señor don Juan que le tratan mejor los Catalanes que le han tratado los Castillanos » (AHUV, leg. 9261, lettre du 8 décembre 1668).

118 « Ayer viernes los afectos del Señor don Juan llenaron la ciudad con una voz de que Su Alteza havia tenido carta que el Señor Inquisidor se partia. Yo temo que salen estas voces a fin de hacer despues mayor la queja y de publicar, que contra el parecer de los Consejos mantiene Su Magestad su dictamen » (AHUV, leg. 9261, lettre du 4 janvier 1669).

119 « El jueves a la noche, en el sarao, que hubo en Palacio por los años de mi Señora la duquesa, estaba Francisco de Quintadueños, uno de los caballerizos de su Alteza, detras de unas puertas del lugar diziendo : Ese confesor nos hace andar en caminos, la Reina es una tonta, que no le echa de si y da que maliciar. Pero si no le echa, nosotros iremos a echarle. Bolvio una señora y dijo : ¿luego tendremos guerra ? Pues claro esta que Francia nos ayudara. Este caso es cierto. Tengo por muy entendido a este caballero. Sabese con avisos benidos de Perpiñan que se van arrimando tropas de seis mil soldados » (ibid., lettre du 8 décembre 1668).

120 « Este Pueblo es tan cegado del amor a Su Alteza que no hay despeño a que no se arroje si Su Alteza quiere », avisos de Barcelona, a 8 de diciembre de 1668 (BNE, ms. 8349, fo 9ro). Peuple est à prendre au sens de Catalans.

121 RAH, 9/643, fos 62ro-63ro.

122 BNE, ms. 8349, fo 7ro.

123 Ibid., fos 82ro-84vo.

124 AHUV, leg. 9261, lettre du 8 décembre 1668, s.n.

125 « Estas materias son tan crespas, que piden gran tiento y el hablar y el callar pueden ser peligrosos » (ibid.).

126 « Este padre ha llenado de cartas a esta provincia de la compañía, diciendo que de aca se escrive que el confesor del virrey no haze buenos oficios al Inquisidor General ni en estas materias. He ofrecido a Dios la calumnia, pero a su servicio conviene deshacerla, porque estos Padres no lebanten alguna llamada en la Provincia y con nuestro General y con el Inquisidor General que ocasione daños. […] Y assi, poniendo mi honra en manos de Vuestra Excelencia, que lo sabe todo, rendidamente le suplico que con dos ligeras digilencias se sirva atajarlos. La una es, mandando llamar al Padre Pla y diciendole cuan fino es el Duque en servicio de Su Magestad, y yo tambien y que assi lo publique en el Colegio imperial y en todas ocasiones. La otra, que pues, Vuestra Excelencia suele escribir al Padre Piquer, se sirva decirle lo mismo y mandarle lo diga al Padre Perlas, Provincial […]. Con solo testimonio de Vuestra Excelencia quedaran estos padres en la buena fe que deben tener. Pues es cierto que no es muy vano el rezelo, con que vino, de alguna violencia de parte de la familia del Señor don Juan, que me muestra ojeriza », (AHUV, leg. 9261, lettre du 8 décembre 1668).

127 A. Álvarez-Ossorio, « Ceremonial de la majestad y protesta aristocrática », p. 346.

128 Francisco Aguado, confesseur du valido, Diego Ramírez Fariñas, José Laínez.

129 Sermones que se predicaron al serenissimo Señor Don Juan de Austria en su capilla de Palacio el los años de 1670 y 1671 (BNE, ms. 18.443, fos 163ro-196ro).

130 Relación breve y por mayor (BC, F. Bons., no 225).

131 J. de Sola i Segura, Bosquejo y breve epitome (BC, F. Bons., no 226) ; Recapilació y breve relació de las moltas (BC, F. Bons., no 228).

132 Relación breve y por mayor (BC, F. Bons., no 225, fo 1vo).

133 Ibid., fos 1vo-2ro.

134 R. Costa, Oracion panegyrica (BC, F. Bons., no 229).

135 « Fue tan numeroso de lo noble y de lo plebeyo, que con ser templo tan capaz el de Santa Maria, fue muy corto y angosto esta vez, afirmando muchos que jamas se avia visto tan grande y lucido concurso en aquel santuario. […] Ardia la iglesia por las luzes que brillaban no solo el altar mayor y arañas sino tambien en cada una de las capillas, aviendose esmerado los señores beneficiados con una santa competencia y emulacion sagrada en el seno dellas que parecia hacerse fiesta particular en cada una » (Relación breve y por mayor, BC, F. Bons., no 225, fo 2vo).

136 « Un pregon para que acudiessen todos al sobredicho convento, imponiendo sus penas al que faltaria ; acudieron casi todos llevados mas de su amor que del temor de la pena, y se concluyo, determinando un paseo de caballo para la misma noche con achas encendidas en la manos y se executo tan felizmente con tal orden y concierto, durando la fiesta hasta las diez de la noche que pudieron los mas gallardos ginetes admira la bizarria de los señores escolasticos » (Recapilació y breve relació de las moltas BC, F. Bons., no 225, fo 2ro).

137 J. de Sola i Segura, Bosquejo y breve epitome (BC, F. Bons., no 226, fo 9ro).

138 P. Martir Figueras, El Sol y la Luna (BC, F. Bons., no 7635).

139 J. de Sola i Segura, Bosquejo y breve epitome (BC, F. Bons., no 226, fo 28vo).

140 M. de Guerra y Ribera, Oracion evangelica (BNE, VE, 1206-1) ; Biblioteca Pública del Estado de Palma de Mayorca, 5082 (8) ; BPE d’Albacete, 562 (8) ; BPE Fernando de Loazes (Orihuela), 5817 (16).

141 J. Cortés Ossorio, Invectiva política, éd. M. Etreros, p. 58.

142 R. Costa, Oracion panegyrica (BC, F. Bons., no 229).

143 Sermon panegirico que en 24 de enero de 1677, quando Su Alteza entro en Madrid, se hizo al patriarca san Joseph (BNE, ms. 18.443, fos 243ro-258ro).

144 Sermones que se predicaron al serenissimo señor don Juan de Austria en su capilla de palacio en los años 1670-1671 (ibid., fo 168vo).

145 F. Sobrecasas, Oracion congratuloria (BC, F. Bons., no 227. Le passage correspond à la page portant la cote B7).

146 « La luz primera del orbe ilustrava como columna de esplandor los cielos, en sentir de muchos autores. Y la primera luz de la fe que ilustró a España tuvo su oriente en la columna de Zaragoça, que a la Aurora mejor sirve de silla, luego, si la tierra de Tob es la que goza de privilegios de primera luz, Zaragoça es la tierra de Tob de donde salió el valor de Su Alteza para trocar en el buen Retiro, el retiro de su casa » (ibid., p. 5 du § 2 [nous numérotons]).

147 A. M. Hespanha, « Da “iusticia” a “disciplina” ».

148 ASV, SS, Spagna, no 138, fo 94ro, lettre du 9 février 1669 : « Il signori D. Giovanni complimentato e con straordinaria dimonstrazioni di cordialita et obsequio per molta strada accompagnato daquella nobilta e popolo ».

149 « Excessos de alegria y general aclamacion ; […] no se oía y veía otra cosa que sombreros en el ayre, y vozes de viva y vitor el señor don Juan nuestro restaurador que mira por la honra de España » (BNE, R-38.033, pp. 45-46).

150 BL, Eg. 327, fo 101vo.

151 « Locamente las capas y los sombreros por el ayre, sin reparar en arroyos ni pantanos, seguian con incessantes aclamaciones » (ibid., fo 102vo).

152 « Con este tropel, aumentandose mas a cada passo, que se daba azia la ciudad, y con un lucido esquadron de estudiante, que contra la prohibicion expressa del virrey, salieron al encuentro, todos con las espaldas desnudas, gritando a una voz : que alli estaban promptos para quanto Su Alteza gustare » (ibid.).

153 « Con todas las insignias y demostraciones de mayor respeto » (Relacion verdadera del festejero y aplauso, dans A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 144).

154 « Que cierto no hay hombre en este reyno de alta, o baja esfera, que no vendiera por el sus hijos » (ibid., p. 145).

155 « Todo el camino, desde la torre, hasta una legua despues de pasada la Ciudad, no era mas que un agregado de personas de todos estados […] religiosos, mujeres, y muchachos, y todos desalados, por acercarse al cavallo del señor don Iuan, llevándole algunas vezes casi en el ayre, porque aviendo dispueto el Capitan de la Guerda del Reyno, que algunos de los soldados de la compañía de a pie fuessen al lado de Su Alteza para que no se llegasse la gente a al cavallo, [… Su Alteza] mandó con gran benignidad que dexassen llegar a todos los que quisiesen » (BNE, R-38.033, p. 48).

156 « Hallo bastante disposicion en los naturales que alucinados del esplendor y sumo agrado de su persona » (CODOIN, vol. 67, p. 11).

157 B. Clavero, La grâce du don.

158 AMAE, CP, Espagne, no 56, fo 205vo.

159 « Ayuntamientos, como el de Vallecas, que visitó corporativamente al de Austria, dieron palabra de que, si el lo ordenaba, no entraría en Madrid una […] de sus tahonas » (G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, t. II, p. 25).

160 A. M. Hespanha, « Les autres raisons de la politique », p. 69.

161 « Es naturaleza en los vasallos imitar las acciones del sobrenano, y como de un molde publico y real sacar las formas de obrar » (J. Pellicer de Ossau y Tovar, Chiron maestro de principes y heroes, BNE, ms. 2266, fo 3ro).

162 A. M. Hespanha, « Les autres raisons de la politique », p. 67.

163 « Todos denotaban estar alli la voz de Dios, y su santa y justa voluntad (BL, Eg. 327, fo 102vo).

164 BNE, ms. 18.208, fos 87ro-88ro.

165 « Sacrificio de mi sangre y vida » (ibid., fos 87ro-87vo).

166 « Víctima es el príncipe, ofrecida a los trabajos y peligros por el beneficio común de sus vasallos » (D. de Saavedra y Fajardo, Empresas políticas, t. I, Emblème XXXIX, pp. 369-370).

167 BL, Eg. 327, fo 91ro.

168 RAH, 9/669, fo 280ro.

169 AMAE, CP, Autriche, no 32, lettre de Louis XIV au chevalier de Grémonville, de Saint-Germain, datée du 29 mars 1669.

170 BNE, R-2069, R-2933, R-3537, R-7660 et R-38.033 ; Biblioteca Pública del Estado de Cádiz, XVII-3774 ; Biblioteca Pública del Estado de Huesca, B-21-3397 ; RB, A-440 ; BVSJ, Ba/I/37 ; RAH, 9/643, 9/3630 et 9/3658.

171 Papeles varios (RAH, 9/7163, no 50).

172 P. L. Lorenzo Cadarso, Los conflictos populares en Castilla.

173 Ibid., p. 112.

174 D. Cefaï, Pourquoi se mobilise-t-on ?, p. 151.

175 J. Calvo Poyato, Juan José de Austria, p. 211.

176 AHUV, leg. 9261, fo 29ro.

177 Ibid., fo 25ro.

178 M. Braddick, « Réflexions sur l’État en Angleterre », p. 42.

179 Memorial que dio a la reina nuestra señora un vasallo de esta corona (Semanario Erudito, t. X, p. 259).

180 « Ya han inficionado el ayre con las repetidas quejas, que en tono de lástima introducen en las conversaciones de los mal entendidos, y enseñan a los niños, y a las mugeres, y a quantos componen el vulgo, para que no haya rincón donde no se escuchen los clamores contra el Gobierno. […] Para su fin han buscado razones y lenguages acomodados a la diversidad de los genios, para que cada uno segun el suyo, tenga prontas las voces para el aleve grito » (Memorial que dio a la reina nuestra señora un vasallo de esta corona, dans Semanario Erudito, t. X, p. 260).

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search