Version classiqueVersion mobile

Guerres de plumes

 | 
Héloïse Hermant

Première partie. Les guerres de plumes orchestrées par don Juan José de Austria : un nouvel art de négociation politique ?

Chapitre III. Guerre de plumes et campagne d’opinion contre Valenzuela

Texte intégral

1En 1676, la deuxième grande guerre de plumes de la Régence, orchestrée contre le nouveau favori de Mariana, Valenzuela, éclate. Le catalyseur de cette tourmente est l’ascension fulgurante de Fernando de Valenzuela qui, de page du duc de l’Infantado, devient valido de Mariana. Mais d’autres paramètres entrent en ligne de compte. Bien que la place et le rôle que détient don Juan dans cette deuxième convulsion politique soient plus difficiles à cerner qu’en 1668-1669, celui-ci reste le rouage décisif de la machinerie. Par ailleurs, les diverses interprétations données au testament de Philippe IV offrent une marge de manœuvre réelle aux acteurs. À côté de cette donnée structurelle, la conjoncture pèse de tout son poids. En effet, en cette fin de minorité, un rééquilibrage des pouvoirs se prépare. La Junte de gouvernement a vocation à disparaître et la reine est appelée à se mettre en retrait afin de céder le pouvoir à son fils. L’ouverture d’un champ de possibles exacerbe les rivalités et favorise les regroupements de circonstance le long d’une ligne de partage entre les mécontents et les acolytes du valido, sans qu’on puisse toujours déceler de trajectoire cohérente des acteurs. La flexibilité de configurations en perpétuelle recomposition dénature la fonction de conseil des organes politiques en les divisant et en les rendant incapables de donner un avis unanime : les regroupements d’antivalenzuelistes, de juanistes et de valenzuelistes ne tiennent pas compte de leurs contours en malmenant leur cohérence interne. Un tel phénomène prive juntes et Conseils de leur efficacité et les laisse démunis devant les entreprises de mobilisation influençant les regroupements. C’est la raison pour laquelle la guerre de plumes contre Valenzuela joue un rôle essentiel dans le déroulement de la deuxième grande crise politique de la minorité.

  • 1 G. Maura y Gamazo, Vida y reinado de Carlos II, p. 144.
  • 2 BNE, ms. 2395, fos 49ro-49vo.
  • 3 CODOIN, vol. 67, pp. 6-7.

2Valenzuela nait dans une famille de militaires : son arrière arrière grand-père avait participé à la reconquête de Ronda, en 1485. Cette action guerrière lui valut d’obtenir une maison et des terres dans cette ville andalouse1. Le père de Valenzuela, Francisco, trempe dans une affaire de malversation et doit s’exiler. Il se rend à Santa-Agata, dans la région de Naples, et y rencontre Doña Eleonor Enciso qu’il épouse. Fernando Valenzuela naît de cette union en 1636. Francisco meurt, laissant une veuve éplorée et un enfant en bas âge. La veuve retourne à Madrid et met son fils au service du duc de l’Infantado. Ce dernier, vice-roi de Sicile, le nomme page quand son protégé atteint ses seize ans2. Fernando s’installe à Madrid en 1659, dans la suite de son maître, et s’immerge dans la vie de cour où sa présence est tolérée (sa mère a épousé un caballerizo de l’Almirante). Il obtient les faveurs d’une dame de compagnie de la reine, doña Maria Ambrosia de Ucedo, qu’il épouse en 1661. La reine accorde à Valenzuela le grade de caballerizo en cadeau de mariage de sa camarera3. Cette fonction lui octroie un accès direct aux souverains. Valenzuela gagne la confiance de Philippe IV et loue ses services à la reine.

  • 4 AGP, caja 1069, exp. 9.

3Après la chute de Nithard, Mariana se confie à lui et lui accorde une série de grâces4. En mai 1671,Valenzuela devient conducteur des ambassadeurs par intérim, ce qui lui donne la possibilité d’entrer librement dans les Conseils. Le 12 décembre, Mariana l’honore d’un habit de l’ordre de Saint-Jacques ainsi que de la fonction d’introducteur des ambassadeurs. Gravitant dans la sphère de la régente, il conseille cette dernière dès 1673. Devenu son confident, il l’informe des bruits du palais et influence ses décisions, ce qui lui vaut l’appellation de « Duende ».

  • 5 CODOIN, vol. 67, p. 8.
  • 6 AGP, caja 1069, exp. 9, 16 avril 1674.
  • 7 G. Maura y Gamazo, Vida y reinado de Carlos II, pp. 153-154.

4Les faveurs se succèdent alors, sanctionnant une ascension sociale et politique fulgurante. Il est d’abord nommé Grand écuyer le 3 mai 16735. En 1674, il obtient une place au Conseil de Indes ainsi que la surintendance des travaux de l’Alcazar. Valenzuela a ainsi en charge les fêtes du palais de Sa Majesté qu’il divertit par des comedias, des chasses et des fêtes de taureaux6. Enfin, le 3 novembre 1675, il devient marquis de Villasierra, par décret7.

  • 8 Id., Carlos II y su Corte, t. II, pp. 211-215. Depuis janvier 1674, Aguilar détient le titre de ten (...)
  • 9 Ibid., t. II, p. 232.

5La frustration de la noblesse croît encore à l’occasion de la création de la maison du roi constituée à l’approche de la majorité du souverain. Cette pratique fournissait l’occasion de gratifier un certain nombre de courtisans ainsi dotés d’une nouvelle charge présentant l’avantage de faciliter un accès direct à la personne de Charles II. La reine, isolée, compte attirer à elle de grands aristocrates par la distribution de ces nouvelles faveurs. Le duc de Medinaceli est sumiller de corps, Albuquerque mayordomo mayor, l’Almirante de Castille caballerizo mayor. Le duc de Villahermosa, le prince d’Astillano, les comtes de Melgar, d’Oropesa et d’Aguilar sont faits gentilshommes8. Cette prérogative était essentielle car le roi semblait malléable au point que la proximité avec le souverain pouvait permettre de l’emporter. Les enjeux apparaissent d’autant plus pressants que l’avènement de la majorité sonnant le glas de la Junte, comme l’avait indiqué le testament, plus aucun contrôle ne s’exercerait sur le roi hormis celui de son entourage proche. Les Grands à qui cette fontaine d’honneurs ne profite pas basculent dans la dissidence. C’est le cas des trois principaux orchestrateurs des manœuvres visant à réintroduire don Juan à la cour : le comte de Monterrey, le comte de Talara et le duc d’Albe. Monterrey avait dû abandonner sa charge de gouverneur général des Flandres et il ne s’estimait pas dédommagé par le titre de gentilhomme. Le comte de Talara, don Juan Alfonso de Guzmán y Fernández de Lugo, primer caballerizo de Philippe IV de 1661 à 1665, s’était offusqué de ne pas avoir obtenu une plus haute charge récompensant sa fidélité à la maison du roi et ne supportait pas la prépondérance de son homologue de la maison de la reine9.

  • 10 Ibid., t. II, p. 156.
  • 11 A. G. von Kalnein, Juan José de Austria, p. 381.
  • 12 Correspondencia de Don Pascual de Aragon (BNE, ms. 2043).

6En réalité, en 1675 et en 1676, deux partis se concurrencent pour récupérer le pouvoir. Le premier se groupe donc autour de don Juan qui multiplie les contacts avec Madrid depuis Saragosse. Le second a pour chef don Pascual de Aragón, archevêque de Tolède. Son frère, Pedro de Aragón, président du Conseil des Ordres et le comte de Medellín, président du Conseil des Indes, furieux d’avoir dû renoncer à sa charge de premier écuyer, travaillent pour sa cause depuis la cour10. Le courroux de Pedro et Pascual contre l’ascension d’un parvenu qui monopolise l’espace de pouvoir se nourrit de la haute conscience du prestige de leur lignage. Descendants des rois d’Aragon, appartenant à une des plus grandes maisons de Catalogne, chacun s’était illustré par une action sans tache dans les sphères les plus élevées du pouvoir. Pascual, principal archevêque d’Espagne, était le seigneur d’un des plus riches diocèses. Sa stature politique lui avait valu un rôle de premier plan lors des négociations entre don Juan, Mariana et le nonce de février à mai 1669. Quant à Pedro, il avait collectionné les vice-royautés et avait fait partie de nombreux Conseils11. Seules nous occuperont ici les modalités d’action du premier parti pour deux raisons. Seuls les juanistes recourent à des textes et à des images requérant une participation active de l’auditeur ou du lecteur pour en déchiffrer le sens, afin de convaincre Charles d’appeler son frère au gouvernement, tout en restant protégés par l’oblicité de leur démarche. Avançant de la sorte, les alliés du prince demeurent à la limite de la désobéissance ouverte et portent à son comble un art de la dissimulation recourant à la palette d’actions qu’offre un régime de publicité misant sur les textes et sur les images. Les acolytes de l’archevêque de Tolède, eux, se contentent d’intrigues dont aucune trace archivistique ne nous est parvenue. Une correspondance entre don Pascual de Aragón et don Pedro de Aragón permet néanmoins de retracer quelques jalons de l’action occulte de ce parti12. Par ailleurs, les deux clans n’opèrent pas de concert, ignorant même, jusqu’à un certain point, leur existence réciproque ! L’arrivée de don Juan à Madrid en novembre 1675 provoque la stupeur de la faction du cardinal d’Aragon. Cependant, à partir de 1676, des liens se tissent entre les deux regroupements sans qu’ils ne fusionnent. Il s’agit avant tout d’éliminer Valenzuela.

7À travers cette étude de la campagne d’opinion contre Valenzuela, il s’agira de restituer des séquences textuelles en fonction de la nature des écrits, du rapport à l’action et de l’évolution des enjeux afin de rendre manifeste la part de la publicité, de la mobilisation de publics et de la mise en scène de cette mobilisation dans la négociation politique qui s’ouvre entre don Juan, la noblesse et le roi.

I. — LES ENJEUX DE LA FIN DE LA MINORITÉ DE CHARLES II : DES LUTTES DE POUVOIR ET D’INFLUENCE ENTRE DISSIMULATION ET PUBLICITÉ

  • 13 Noticias del ministerio de Valenzuela y de don Juan de Austria en 1675 (BNE, ms. 18.211, fo 1ro).

8Pour reconstituer le réseau de propagandistes et recenser les éléments du corpus de textes hétérogènes qui servent la cause du bâtard royal, le plus simple est de partir des propos des contemporains, car, au fil des péripéties, ces hommes sont de mieux en mieux connus et leur identité peut être précisée. Un partisan de don Juan, dépité de l’échec de son champion, livre le récit des événements récents qui ont agité la cour. Significativement, l’auteur désigne comme des « cœurs fidèles » pour contrer les calamités don Francisco Ramos del Manzano, le frère Pedro Álvarez de Montenegro, confesseur de Charles II, les comtes de Medellin et de Talara, gentilshommes de chambre13.

  • 14 CODOIN, vol. 67, p. 10.
  • 15 K. A. Blüher, Séneca en España.
  • 16 Il devint chroniqueur des royaumes de Castille et Léon, remplaçant ainsi J. Pellicer de Ossau y Tov (...)

9Dans les chroniques, la recension des individus frappés de sanctions, juste après la journée des Dupes, permet de confirmer l’identité des juanistes victimes de la purge14. En outre, de nombreux indices de propagande juaniste affleurent au sein d’ouvrages pédagogiques écrits pour l’héritier de la Couronne, mais dédiés au prince et ornés d’une gravure frontispice mettant don Juan en scène. C’est ainsi qu’émergent la figure de Juan Baños de Velasco y Acebedo, chef de file du sénéquisme espagnol de la deuxième moitié du xviie siècle et celle de Marcos Bravo de la Serna15. Une enquête biographique corrobore les soupçons. Les éléments que le chercheur débusque montrent leurs liens avec le prince. Bravo de la Serna a été colegial mayor de l’archevêché de l’université de Salamanque ; il a été prédicateur et compagnon d’études de don Juan à la cour de Madrid avant de devenir évêque de Ciudad Real de Chiapa dans la vice-royauté du Guatemala, en 1673. Quant à Baños de Velasco, il a d’abord embrassé une carrière militaire et a participé avec don Juan au siège de Barcelone, avant de se consacrer à l’écriture16.

10La lutte de pouvoir et d’influence se déroule donc sur deux fronts principaux : les traités politiques, notamment les miroirs du prince dédiés à Charles II en ces temps de fin de minorité, et les sermons politiques prononcés à la chapelle royale de l’Alcazar de Madrid. Elle demeure ainsi circonscrite au milieu curial.

Miroirs de prince et traités politiques : les dispositifs textuels et iconographiques au service de la cause juaniste dans le milieu curial

11À travers les livres mis en circulation dans l’attente imminente de la majorité du roi, nous nous proposons d’analyser divers dispositifs textuels et iconographiques qui, par leur complexité, leur singularité et leur oblicité, permettent aux dissidents d’agir sans se voir démasqués. Les procédés tendent à l’invisibilité, excellant dans un art de la dissimilation propre à la cour au service d’une propagande élitiste adressée à un public choisi. Si notre étude s’applique à des objets originaux, la démarche des acteurs qui les élaborent s’inscrit dans une tradition de factions de cour. Dans les analyses qui suivent, nous partons, du constat que le lecteur entretient une relation complexe avec le texte. Les formes matérielles qui portent le discours le conditionnent, voire le façonnent. Il convient donc de prêter attention aux modalités formelles de présentation, notamment la mise en imprimé et les jeux avec les illustrations. En nous plaçant au croisement d’une histoire des idées et du livre, privilégiant la matérialité des écrits, nous tenterons de cerner les chemins qu’emprunte la propagande juaniste afin de restituer les glissements qui la font passer d’un public restreint de courtisans à un large public.

  • 17 J. Baños de Velasco y Acebedo, El Ayo y maestro de príncipes.
  • 18 J. Pellicer de Ossau y Tovar, Chiron maestro de principes y heroes (BNE, ms. 2266).
  • 19 « Mas si sucediere que el principe sea joven, dize Don Alphonso, que le gobiernen su reyno las pers (...)

12L’ouvrage de Baños de Velasco, Vie de Sénèque, maître et guide des princes, paru en 1674 dans un contexte de tensions, élabore un mécanisme ingénieux pour suggérer à Charles d’appeler son demi-frère pour l’aider à régner17. À un premier stade, le lecteur détecte une critique de l’action de Mariana dans la lettre même du texte. Ainsi, s’agissant d’un traité destiné à l’éducation du dernier Habsbourg qui met en scène le meilleur des maîtres possibles sous les traits de Sénèque pour un prince encore mineur, une analogie implicite se tisse entre les personnages du livre et ceux de la cour madrilène : au couple Néron / Agrippine répond le couple Charles II / Mariana. Les allusions au contexte de rédaction du traité confirment le parallèle et permettent à l’auteur de formuler des critiques voilées. Le rapprochement se trouve favorisé par le recours à des paradigmes qui élargissent l’éventail temporel et multiplient les ponts entre les époques à partir de l’histoire de Néron. La figure de Charles Quint est très utilisée. Baños de Velasco se fait ainsi le chantre des principales critiques adressées à la reine. Au chapitre xii, il insiste sur les bienfaits pour le roi de l’instruction dispensée par Sénèque afin de nourrir de longues considérations sur la nécessaire éducation du prince. Par ce biais, l’auteur rejoint le chœur de ceux qui déploraient que la reine maintienne son fils dans l’ignorance afin de mieux le contrôler. Les miroirs de prince qui essaiment en cette fin de minorité s’accordent sur l’importance de l’éducation de l’héritier pour qu’il possède le savoir indispensable au gouvernement, un savoir qui ne se résume plus à la pratique d’une catholicité fervente traduite par un ensemble de vertus, assurant le salut des Espagnols18. L’auteur consacre également des passages aux manigances d’Agrippine mue par une insatiable ambition. Dans l’éventualité d’une minorité, il affirme, sous le patronage d’Alphonse le Sage, qu’il faut que ce soient les personnes désignées par le roi défunt qui gouvernent son royaume19. Baños rappelle ainsi l’impératif du respect du testament de Philippe ainsi que des équilibres de pouvoir que ce texte avait tenté de mettre en place et que la reine avait trahis en restaurant le valimiento. La critique s’applique aussi bien à Nithard qu’à Valenzuela. Il enrichit l’analyse par le tableau d’une monarchie structurée par deux pôles, le souverain et le valido, unis par des rapports hiérarchiques mais harmonieux, sans que l’un écrase l’autre. Voilà une façon de prôner la nécessité pour le roi d’avoir un conseiller afin qu’il échappe à l’influence d’une mère tyrannique. L’auteur clame que seule la sagesse de Sénèque a permis d’arracher Néron aux griffes d’Agrippine. La démonstration vaut pour une captatio benevolentiae de la part de Baños qui veut se faire entendre du jeune roi en l’éloignant de Mariana. À plus long terme, notre auteur dépeint le système monarchique auquel il aspire : un roi qui gouverne réellement, mais dont les initiatives sont guidées par les conseils avisés d’un homme de bien issu de la noblesse, qui en représente les intérêts. Baños ne traite pourtant pas d’un quelconque droit de résistance dans son ouvrage. Il explique plutôt comment établir l’harmonie entre un roi clément, mais disposant de suffisamment d’autorité pour se faire aimer, et la noblesse, acteur principal de la vie politique et fidèle soutien du souverain.

13L’efficacité de l’ouvrage réside également dans un dispositif dont la gravure-frontispice constitue un élément majeur (fig. 1, voir annexe, p. 543). En soi, cette image ne renferme rien de subversif. Elle figure un médaillon encadrant le buste de Charles II ceint du collier de la Toison d’or et entouré d’une guirlande de trophées dont le contour est redoublé par une allégorie ailée de la victoire, soufflant dans une trompette pour annoncer que le roi est aussi bien maître de l’Amérique et de l’Asie que de l’Europe et de l’Afrique. Deux colonnes soulignent les contours de la gravure. Sur celle de gauche figure un lion enserrant une massue en allusion au lion de Némée, surgi des travaux d’Hercule et lui-même incarnation de l’Espagne. Sur la colonne de droite, un aigle qui incarne la dynastie Habsbourg retient un autre écusson. Ces animaux étendent un phylactère dont ils agrippent chacun un bout. Ce phylactère réaffirme l’universalité de la domination de Charles Ex utroque Carolus, il est le Charles des deux branches Habsbourg, celle d’Espagne et celle d’Autriche, mais aussi roi des deux mondes, l’Europe et l’Amérique. À la base de chacune des deux colonnes l’artiste a représenté un médaillon encadrant, de gauche à droite, Sénèque et un autre personnage. Il pourrait s’agir de Baños de Velasco en tant qu’auteur de l’ouvrage dédié au jeune héritier, campé en pendant de Sénèque dont il diffuse les enseignements. La manœuvre suggère au roi de suivre les conseils de Baños afin d’être guidé dans les lourdes responsabilités qui lui incombent aussi justement que si Sénèque le gratifiait de ses lumières. Sur la colonne de gauche, des ouvrages du philosophe de Cordoue sont accrochés. Sur celle de droite, une inscription promet que suivant les enseignements du personnage enserré dans le médaillon, Charles sera roi In utrumque pro lege rege et patria. L’assertion signifie que s’il suit les préceptes stoïciens et s’il s’émancipe de l’emprise d’Agrippine-Mariana, il deviendra un souverain juste, gouvernant en conformité avec les lois du royaume et de la patrie.

Les sermons politiques du père Guerra y Ribera

14À partir de 1675, la chapelle royale de l’Alcazar devient le lieu d’une nouvelle offensive de propagande juaniste. Il s’y livre une véritable guerre de clercs inaugurée le 26 juillet par le trinitaire Manuel Guerra y Ribera avec un sermon consacré à sainte Anne. Il condamne Valenzuela, y fait l’éloge de don Juan et déplore la conduite scandaleuse de la régente qui accapare la totalité du pouvoir. Concernant Valenzuela, le prédicateur s’offusque d’une ascension fulgurante qui fait injure à l’Espagne. Il s’attache aux motifs qui ont présidé au choix du conseiller. La précipitation avec laquelle Mariana a distingué un être dépourvu de qualités trouve ici son procureur. Le terme de « créature » (hechura), d’usage courant à l’époque pour désigner le favori en général et Valenzuela en particulier, permet une analogie rapprochant l’élection comme valido d’un individu par le souverain au façonnage d’une créature par l’artisan. Le trinitaire développe l’analogie à proprement parler pour en arriver à la conclusion suivante :

  • 20 « Formar al fuego, es hechura de prisa : fabricar al torno, es hechura con pereza. Y fabricar de re (...)

Former une créature par le feu, c’est la former à la hâte ; fabriquer une créature avec un tour, c’est agir paresseusement ; et lorsque c’est la main d’un prince, à l’autorité si grande, qui la fabrique, elle ne doit pas être formée avec précipitation, mais en privilégiant avant tout la retenue d’une expérience20.

  • 21 Ibid., p. 21.

15L’éloge de don Juan José conduit le clerc à conjurer ce dernier de venir assister son frère à la cour. Dans ce but, il rappelle qu’Ana, assimilée à Mariana, assise sur le trône de la majesté en tant que reine-mère, règne sur la maison royale des cieux composée de Jésus, Marie et Joseph. Établissant une analogie entre la Sainte Famille et la famille royale espagnole, Guerra affirme la nécessaire présence du bâtard-José auprès de l’héritier de la Couronne, en mettant sur le même plan les trois personnages du Nouveau Testament21. Au fil du texte, don Juan oscille entre les figures de Joseph (José) qui puise sa force d’identification de l’homonymie et celle de David persécuté.

  • 22 Ibid., pp. 35-36.

16La conclusion du sermon condense le propos en insistant sur le scandale que constitue l’éloignement du pouvoir du Habsbourg. Guerra réprimande la reine, annonçant un scénario apocalyptique si elle persiste à ne pas vouloir remettre à son fils les rênes du gouvernement22. Mariana bafoue la justice pour étancher sa soif de pouvoir. Mais selon le prédicateur, l’heure de la vengeance a sonné pour sauver Charles II, roi-ange. Pour que « s’ébroue » l’Aigle Habsbourg, une armée céleste entrera en lice et boutera la tyrannie hors du royaume ! L’usage des analogies bibliques dramatise encore les enjeux et présente le prélude d’un combat du bien contre le mal. On conçoit l’audace et la force de ce sermon prononcé dans la chapelle royale le jour de l’anniversaire de Mariana !

L’action de don Juan depuis Saragosse : tractations secrètes et mise en scène iconique de son personnage

  • 23 AMAE, CP, Espagne, no 62, fo 291ro, courrier anonyme du 7 décembre 1674.

17Loin de Madrid, don Juan s’active. Il maintient un contact permanent avec ses alliés à la cour par l’intermédiaire d’agents fidèles23. On trouve mêlés à ces tractations occultes Francisco Ramos del Manzano et Pedro Alvárez de Montenegro qui eux-mêmes recrutent des alliés dans le vivier courtisan.

18L’action de don Juan se déploie également dans le registre de la publicité. Le prince commandite ou suscite, selon une logique clientélaire, la réalisation d’un ensemble de productions iconographiques où il représente l’homme vertueux voire le bon prince. Ces œuvres peintes ou gravées, accompagnées de dédicaces lorsqu’elles s’insèrent dans un ouvrage, traduisent l’ambition intacte du prince.

  • 24 AGS, CSR, leg. 216.

19Un portrait de don Juan, aujourd’hui au monastère de l’Escorial, le représente en principe virtuoso, vivante incarnation du souverain ou du bon conseiller que les miroirs de prince de Baños de Velasco et Ramos del Manzano décrivent. En 1671, Isidore de Burgos Mantilla entreprend de faire les portraits de tous les rois d’Henri II à Charles II pour orner la chartreuse du Paular d’une galerie de monarques illustres. Il ne subsiste de l’œuvre monumentale que le tableau du fils naturel de Philippe IV. Les archives de Simancas gardent la trace de la transaction, don Juan rénumérant le peintre en 167424. Tout incline à penser que le prince a laissé des instructions concrètes à l’artiste tant ce portrait reprend minutieusement les étapes glorieuses de la carrière militaire du bâtard royal et tant il s’attache à restituer toutes les facettes du personnage : son passé de général au service de la monarchie, son amour des sciences et des arts, sa sagesse et sa mesure.

20Don Juan apparaît debout, vêtu de noir comme pour mettre en valeur sa croix de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem et le pommeau de l’épée qu’il porte au côté gauche, autant de témoignages de sa vaillance guerrière. À droite, une fenêtre s’ouvre sur une scène de bataille indéterminée qui condense toutes les victoires remportées par le prince et que rappellent plus explicitement, à ses pieds, une série d’éléments issus du champ d’honneur. Don Juan s’appuie à une table disposée à sa gauche que jonchent des objets destinés à montrer son goût et sa maîtrise des sciences, des arts libéraux et mécaniques : une plume trempée dans un encrier, du papier, un compas, une sphère terrestre et une montre couronnée par un saint Michel.

  • 25 D. Bodart, Pouvoirs du portrait.

21On peut saluer chez Isidore de Burgos Mantilla la capacité à s’inscrire dans la tradition des portraits de cour fondée sur la mise en valeur d’une majestas signifiée par l’austérité de la posture qui suggère comme un détachement du corps, une présence-absence dont rend également compte le flou d’un regard tourné vers le lointain, tout en s’adaptant aux changements de cet art du portrait, perceptibles dès la minorité de Charles II et caractérisés par une débauche de symboles25. La majesté s’exprime dès lors à travers une multitude d’objets-relais qui renferme chacun une facette du concept : les portraits des ancêtres au sein même de la représentation signifient l’importance de sa transmission par le sang de la lignée, la sphère terrestre symbolise le dominium, le lion incarne l’Espagne et le courage. Les raisons d’une telle évolution picturale se laissent aisément percevoir. Selon Diane Bodart, la figure d’un Charles II, enfant difforme puis souverain aboulique et maladif, se prêtait mal une représentation de la majestas bâtie sur la seule gravité des traits et de l’attitude et appelait plutôt un arsenal de symboles pour combler son absence de charisme. Par ailleurs, les crises politiques successives de la Régence ont obligé les portraitistes de la reine à atténuer le cruel discrédit dont elle souffrait, tout en intégrant dans leur art la condition de femme de la détentrice provisoire du pouvoir. Ils optèrent pour une surenchère de symboles. Le portrait royal subit donc des inflexions afin de renforcer par l’image un pouvoir fragile.

22Le portrait de l’Escorial de don Juan appartient à cette tendance à valoriser le symbole. Burgos de Mantilla avait médité la composition d’ensemble de son entreprise, le tableau du bâtard royal étant appelé à être disposé à proximité des représentations de Philippe IV, de la régente et du dernier Habsbourg, invitant le spectateur à la comparaison. Il nous offre un élément fort de contextualisation avec la montre qui retient l’attention parmi les symboles. La montre matérialise le bon gouvernement annexé à un art de la tempérance et de la mesure. Un propos de Baños de Velasco décuple la pertinence de l’analogie en multipliant les rapprochements dans une description précise du mécanisme de cet instrument de mesure du temps :

  • 26 « Notable reparo es el de un artificioso relox de movimiento de ruedas, […] (que sean las ruedas si (...)

L’artificieuse montre, actionnée par le mouvement de roues, est digne d’attention […] (car les roues sont le symbole des ministres, aucun politique n’en doute) […]. Le ministre est donc figuré par une roue qui oblige, par sa bonne volonté, à faire bouger la main du roi en lui signalant que faire pour le bienfait de la monarchie26.

  • 27 BNE, ms. 22.659, fo 29vo.

23Or, cette montre figurée par Isidore de Burgos Mantilla entre en résonnance avec les portraits de Mariana qu’on représentait souvent accompagnée de montres. La remarque vaut d’autant plus que c’est la régente qui, par sa fascination pour les instruments de mesure du temps, transforme en véritable topos du pouvoir un objet jusqu’ici relégué au second plan de l’iconographie et des textes. La présence de saint Michel, archange guerrier auquel on a plusieurs fois comparé don Juan, placé au sommet de la montre, complique la signification. Faut-il interpréter cette présence comme la nécessité de purger l’Espagne d’un « monstre » afin que s’instaure un gouvernement juste ? Don Juan doit-il éliminer cette monstruosidad de Valenzuela27 ? La lecture subversive que nous proposons apparaît comme un possible que le spectateur demeure dans l’incapacité d’étayer de preuves formelles mais que les contemporains n’ont pu manquer de relever. La force de ce tableau réside dans ce jeu du dire sans dire.

  • 28 G. Sanz qui lui enseignait l’art de la guitare, lui dédie un traité, l’Instruccion de musica sobre (...)

24Certaines représentations de don Juan réalisées ces mêmes années convoquent aussi ce motif des armes et des lettres, annexé à l’exercice de la vertu. Le prince, grand mécène des arts et excellant dans la pratique de la peinture et de la musique, se trouve souvent érigé par ses protégés en paradigme du prince vertueux. Une gravure de Blavet, en frontispice de l’œuvre que lui dédie un des plus grands guitaristes du xviie siècle, Gaspar Sanz, le présente en être accompli doté de sagesse et de tempérance (fig. 2, voir annexe, p. 544)28. Dans sa dédicace, l’auteur loue la dextérité de son mécène si habile à cet instrument. Le frontispice présente, au cœur d’un médaillon, un buste de don Juan en armure et arborant la croix de Saint-Jean-de-Jérusalem, l’air bienveillant. Le médaillon, qui se détache d’un paysage bucolique, organise la composition par sa place centrale. Il est porté par une allégorie de la victoire sous les traits d’une jeune femme et, à droite, par une allégorie de la paix. Sous le médaillon, des musiciens contemplent le portait, tout en pratiquant leur art. Une sentence latine se déroule au bas de l’image :

  • 29 Saxa sequi plectrum visum est ; Te plectra sequntur saxaque ; nam chordas cordaque jure moves.

On voit les rochers suivre le plectre ; et les plectres et les rochers te suivent ; car tu bouges les cordes et les cœurs avec justesse29.

25Cette phrase sibylline devient compréhensible reliée à la symbolique, commune à l’époque, de la mélodie comme métaphore du bon gouvernement. Baños affirme dans l’ouvrage dédié à don Juan en 1671 que

  • 30 « De la propiedad de la vihuela es la republica quien debe templar el principe de modo que ni por e (...)

telle la viole est la république que le prince doit accorder de sorte que les cordes ne cassent pas pour être trop tendues ou ne servent pas pour être trop lâches30.

  • 31 Ibid., pp. 128-129.

26L’auteur dépeint ainsi le bon gouvernement comme la musique harmonieuse produite par un instrument à cordes manié par un docte maître31.

27La citation latine creuse cette idée. La dextérité du prince à manier la guitare et l’harmonie qu’il produit grâce à l’instrument traduisent sa capacité de bon gouvernant. Les cœurs et les cordes, qui s’ébranlent et s’émeuvent conformément aux directives qu’il impulse par le plectre, témoignent de l’obéissance active qui anime les sujets d’un souverain qui règne selon le droit et qui transmet sa propre vertu chez chacun par une logique mimétique fondée sur l’amour et le respect. Le motif des armes évoqué en bas à gauche par la bataille représentée sur le bloc de pierre où est assis un des musiciens, le topique des lettres symbolisé par les deux livres placés devant la scène de combat et celui des arts font écho au thème du prince vertueux. Une constellation de textes et d’images entrent donc en interaction au service de la cause de don Juan. Ce prince s’approprie l’imaginaire politique du souverain en puisant dans la littérature d’emblèmes et de miroirs de prince ainsi que dans la rhétorique du portrait royal, en intégrant les dernières évolutions de l’art du portrait et en favorisant le recours à des symboles prisés en ce temps de Régence, comme la montre.

L’affaire de Messine et la journée des Dupes

  • 32 AGS, Estado, leg. 2701.

28L’affaire de Messine, bientôt suivie par le séisme de la journée des Dupes, marque un tournant dans cette lutte d’influence circonscrite à la cour. En septembre 1675, la régente nomme don Juan vicaire général d’Italie, chargé de mater la révolte de Messine. La mauvaise gestion des vice-rois, la pression fiscale et la dureté du gouverneur municipal nommé par Madrid avaient créé un profond malaise. En juin 1674, la délégation qu’avait envoyée la ville sicilienne dans un esprit de compromis avait été mal reçue à la cour par le président du Conseil d’Italie, le comte de Peñaranda. Elle s’en était retournée pleine de rancœur. Le 7 juillet, la révolte s’embrase, amalgamant momentanément les causes de la noblesse et de la plèbe parvenant à faire expulser le gouverneur de la ville. Le cours dramatique que prirent les événements favorisa l’idée de recourir au bâtard royal, fort d’une expérience militaire et bon connaisseur de la région où il avait laissé un bon souvenir. Les tractations entre la cour et don Juan débutent en janvier 1675, mais elles s’enlisent parce que les exigences du vice-roi d’Aragon aspirant à avoir les mains libres en Sicile, ce que lui octroierait le titre de vicaire général d’Italie, effrayaient la régente32. Celle-ci craignait qu’il ne devienne trop puissant en Italie et qu’il y installe un contre-pouvoir. Finalement, la situation militaire continuant de se dégrader, il est nommé en septembre vicaire général.

  • 33 Le 6 novembre 1675.
  • 34 BNE, ms. 2395, fo 52ro.
  • 35 AMZ, ms. 66, fos 149vo-151ro.

29Mais du temps a passé et la donne s’est modifiée à l’heure de la majorité de Charles II, le 6 novembre 1675. Du coup, cet envoi dans une périphérie de la monarchie pouvait être interprété comme une tentative délibérée d’éloignement de don Juan. Le scénario de l’épisode des Flandres de l’été 1668 se rejouerait ici dans ses grandes lignes. La situation se complique car, début octobre, Charles II envoie une missive à son frère le convoquant à ses côtés pour le jour de sa majorité33. Certains chroniqueurs soupçonnent Francisco Ramos del Manzano d’avoir écrit à la place de Charles II cette lettre34. Le 31 octobre, don Juan annonce aux autorités de Saragosse son départ pour l’Italie mais se rend en réalité à Madrid35. Alors que le péril don Juan semble conjuré, Valenzuela poursuit son ascension : le 2 novembre il est fait marquis de San Bartolomé de Villasierra. Le 4, un décret prolonge le système en vigueur pour deux ans sous prétexte de l’incapacité du roi. Cette avancée, décisive pour le parti de la reine, modifie la nature du système monarchique puisque le roi se trouve mis hors-jeu. Enfin, le 6 novembre 1675, Charles II atteint sa majorité, fixée en Espagne à quatorze ans, et attend la venue du prince. Ainsi, chaque groupe aspirant au pouvoir avance ses pions, rendant la situation inextricable au point que seul un dénouement violent peut y mettre un terme.

  • 36 BNE, ms. 16.655, no 54.

30Ce dénouement survient lors de ce que l’historiographie nomme la journée des Dupes où don Juan, qui se voyait appelé aux plus hautes destinées par son propre frère, est éloigné de la cour. Cet épisode évoque, à front renversé, la journée des Dupes française du 11 novembre 1630 où Richelieu, qu’on croyait perdu, parvient à éliminer ses adversaires dévots en s’introduisant au palais du Luxembourg par une porte dérobée afin de plaider sa cause et convaincre Louis XIII de ses choix politiques. À Madrid, c’est à la défaveur du valido potentiel que la journée se conclut36.

  • 37 Carta que Su Alteza serenísima escribió desde Cavanillas a 8 de noviembre de 1675 a la ciudad de Za (...)
  • 38 BLO, ms. Add. A. 142, fos 21ro-21vo.
  • 39 BMV, CH-1467 (7), fos 3ro-3vo.

31Pour clore l’affaire en évitant une humiliation complète, don Juan envoie une missive à la Députation et au royaume d’Aragon pour justifier son retour à Saragosse et se défendre d’une accusation de faiblesse37. Dans cette lettre, le prince cultive l’image du sujet respectueux de son roi, opposé à la figure du rebelle, qui se plie aux injonctions, même iniques, du gouvernement. Il soutient que son retrait inopiné de la scène madrilène a été avant tout motivé par le souci d’éviter le soulèvement populaire qui aurait eu lieu s’il n’avait pas obtempéré. D’après lui, s’il était resté sur place, la plèbe agitée en sa faveur aurait laissé déborder sa colère pour protester contre la volte-face de Charles. Stigmatisant une noblesse désunie, il évoque une plèbe fière mais trop prompte à la révolte38. Le 27 novembre 1675, le prince rédige également une lettre habile au roi qui lui permet de se retirer de la vie politique et de ne pas partir pour Messine tout en ménageant la possibilité de revenir sur la scène madrilène. Dans cette missive, don Juan soutient la thèse du « roi prisonnier », qui devient un des thèmes majeurs de la dissidence, afin de montrer qu’il a fait preuve d’une loyauté sans failles à son souverain, tout en justifiant son refus de gagner l’Italie39.

II. — DE LA JOURNÉE DES DUPES À LA NOMINATION DE VALENZUELA COMME GRAND : RADICALISATION ET PUBLICISATION DES MODALITÉS DE DISSIDENCE

La radicalisation de la guerre de sermons

  • 40 M. de Guerra y Ribera, Sermon de San Andres.

32Après la tragicomédie de la journée des Dupes, la guerre des sermons s’intensifie à la chapelle royale. Le 30 novembre 1675, le père Guerra y Ribera prononce un sermon consacré à saint André40. Après avoir évoqué la rencontre entre Jésus, Simon (Pierre) et André, d’humbles pêcheurs, le trinitaire commente les paroles du Christ faciam vos fieri piscatores hominum, « je ferai de vous des pêcheurs d’hommes ». La glose de la parole du Sauveur permet de méditer sur l’attribution des grâces humaines et divines et de critiquer de façon voilée les honneurs immérités dont jouit Valenzuela. Les propos résonnent avec acuité car ce dernier a été fait marquis de Villasierra le 2 novembre, moins d’un mois avant que ce sermon soit prononcé.

  • 41 Ibid., p. 252.
  • 42 « Haré que seais hechos pescadores de hombres » (ibid., p. 253).
  • 43 Ibid., p. 255.
  • 44 « Con sus acciones lo merezcan » (ibid., p. 254).

33Jésus nomme les deux frères pêcheurs d’hommes en raison de leur profession de pêcheurs de poissons. Guerra en déduit que, pour conférer des offices, il convient de considérer exclusivement les compétences de la personne élevée, sans se laisser fléchir par une quelconque affinité, afin d’établir une continuité entre les états successifs qu’occupe cette dernière conformément aux lois de la nature41. Par un commentaire sur la structure de la phrase et les temps des verbes, le clerc transforme l’épisode biblique en une parabole du choix du bon valido. Selon lui, l’emploi du futur faciam témoigne de la sagesse du Christ qui sait qu’on ne peut instantanément transformer un individu en lui conférant un titre. Pour qu’une grâce soit accordée en fonction des mérites, il faut qu’elle sanctionne un état déjà présent, qu’elle s’inscrive dans un continuum sans imposer de saut qualitatif. C’est là qu’intervient le rôle de l’infinitif futur passif fieri dont la combinaison avec le verbe « faire » au futur se traduit par « Je ferai en sorte que vous ayez été faits pêcheurs d’hommes42. » Contrairement aux grâces humaines, limitées dans la mesure où elles ne confèrent que des dignités et non des mérites, les grâces divines prennent en compte une réalité incontournable sans laquelle on tombe dans d’épineuses contradictions : nous devons nous construire nous-mêmes par nos mérites43. Le Christ projette dans un futur certain l’avènement des deux frères comme pêcheurs d’hommes parce qu’ils en détiennent en germe les qualités requises et parce qu’il sait que le ciel fera en sorte qu’ils méritent leur titre par les actions qu’ils entreprendront44. Guerra critique de la sorte toute ascension sociale imméritée en opposant l’octroi d’honneurs et d’offices dans les mondes terrestre et céleste :

  • 45 « El mundo elige tal vez sugetos por hazer ; el cielo a sugetos hechos ; porque estar por hazer un (...)

Le monde élit parfois des sujets qui ne sont pas encore accomplis ; le ciel élit des sujets déjà accomplis ; car lorsqu’un sujet n’est pas accompli, il est mal proportionné et comme l’ambition aveugle est idolâtre du pouvoir, émule de la souveraineté, elle prétend former des homme à partir de poussière, comme si elle avait hérité de juridictions dans le champ damascène, et l’amour pour ce qu’on a créé, et qui n’a d’autre titre que celui de créature du pouvoir, ne respecte pas la justice45.

  • 46 Ibid., pp. 254-255.
  • 47 Ibid., p. 255.

34Si l’on replace ces sentences en contexte, elles fustigent les distinctions successives et imméritées accordées à Valenzuela, produit d’une scandaleuse injustice. Guerra explique par un travers psychologique ce processus d’élévation contre nature de certains individus. Le simple fait de fabriquer une créature conduit le créateur à l’aimer sans bornes. Il fonde sa démonstration sur l’exemple du peuple d’Israël idolâtre du veau d’or qu’il avait bâti en faisant fondre tous ses biens en l’absence de Moïse, alors au mont Sinaï pour recevoir les tables de la loi. Les Hébreux ont voulu édifier une divinité avec leurs moyens humains, mais ils n’ont confectionné qu’une « statue ridicule »46. Le sermon adopte alors un ton plus menaçant ; la vanité de la tentative appelle un châtiment sanctionnant une telle folie47. Est-ce la prédiction de la chute dans l’abîme de tous les complices de la reine et de son valido ? Une telle interprétation a nécessairement surgi dans l’esprit des contemporains tant les allusions à la crise politique de l’époque sont nombreuses et se nouent en un système cohérent. Ainsi, un travail mental de transfert du monde biblique, qui détient la clef herméneutique des événements, au monde terrestre transforme la figure de Moïse en parfait valido ayant entendu la voix de Dieu ressuscité en la personne de don Juan.

  • 48 « Deudor a las mas altas alabanzas por sus padecimientos » (ibid., pp. 244-245).
  • 49 « Le Baptiste appelant le Christ agneau, André le suivit, comme amoureux / Aujourd’hui, l’Agneau vi (...)
  • 50 Ibid., p. 248.

35Mais la radicalisation des discours ne marque pas le seul point d’inflexion de cette pratique de la pastorale politique. Une dynamique inédite s’instaure où les prédicateurs se répondent de sermon en sermon, selon un rythme cadencé, chacun optant pour le retour du bâtard royal ou pour le statu quo. Juan Rodriguez Coronel, jésuite prédicateur de la chapelle royale, détourne, au service de Mariana, certains thèmes développés par Guerra dans le sermon de saint André. Nous avons insisté sur la critique du choix du bon valido qu’opère le texte du trinitaire. Mais celui-ci détient d’autres facettes comme l’analogie établie entre les deux apôtres et le bâtard royal et le Habsbourg. Pierre, le prince de l’Église, incarne Charles, roi d’Espagne, bras armé du Christ et intermédiaire entre Dieu et les hommes s’il gouverne selon les préceptes de la prudence chrétienne. Le raisonnement de Guerra amène à conclure que don Juan, sous les traits d’André, a plus de mérite que Pierre pour avoir répandu la bonne nouvelle chez les Païens, pour avoir le plus souffert48 et pour avoir suivi Jésus par pur amour, sensible à ses paroles et non à sa magnificence49. À l’inverse, Pierre, trop facilement transporté par les beautés célestes qui révèlent la nature divine du Christ, oublie le devoir de gouverner le monde. Lorsqu’il relate l’épisode de la transfiguration du Christ sur le Thabor, Guerra dénonce l’erreur de l’apôtre qui, ébloui par les splendeurs du théâtre de la gloire que fait surgir le Christ, estime que ce dernier devrait prolonger son séjour dans ce lieu où le temps se déroule si agréablement au gré de divertissements si beaux50. Pierre-Charles II ne s’occupe guère des affaires de la monarchie, maintenu loin du pouvoir. Victime de la politique de divertissement de Valenzuela qui multiplie comedias et de son éducation médiocre, le roi délaisse ses sujets alors même qu’il devrait exercer les pleins pouvoirs, la période de minorité étant révolue.

  • 51 J. Rodríguez Coronel, Sermones exornatorios, t. I, pp. 56-65 (« Sermón quinto de San Andrés, predic (...)
  • 52 « Teniendo San Andres la Cruz por blason, no tiene que envidiar las llaves del Cielo a San Pedro »  (...)

36Dans un sermon lui aussi consacré à saint André, Rodriguez Coronel riposte. Il refuse la comparaison des apôtres rejetée comme non pertinente51. Il achève sa prédication en rappelant qu’André ne doit pas envier les biens de son frère parce qu’ils ont été échus en partage en conformité avec la justice divine. André a reçu la Croix, Pierre les clés du Paradis. Les deux attributs ouvrent les portes du Ciel de sorte qu’André n’a pas besoin des clés de son frère : « Saint André détenant la croix pour blason ne doit pas envier les clés du ciel que possède Pierre52. » En d’autres termes, dans ce dernier paragraphe seulement et en rappel au sermon de Guerra y Ribera, le jésuite prête au prince l’intention d’usurper le trône et lui enjoint de n’en rien faire au nom de la parole de Dieu.

  • 53 Approbation élogieuse des Sermones varios de Santos de M. de Guerra y Ribera.
  • 54 G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, t. II, p. 268.
  • 55 Libro nuevo de la Perdida de España por Mariana (AHN, Estado, lib. 880).

37En élargissant le champ d’étude à l’ensemble des sermons prononcés au palais à cette époque, on perçoit bien l’apparition de deux camps. Côté juaniste, les dénonciations contre Valenzuela fusent. Diego de Salazar y Cadena, trinitaire chaussé, évoque à la chapelle royale l’humiliation du Christ « sacré » Roi des voleurs53. Dans un sermon à saint Mathias, le père Rubio déplore la honte frappant le monde politique54. De l’autre bord, le sermon de Frère Isidore-de-Saint-Jean riposte à celui de Guerra. L’auteur anonyme du Nouveau Livre de l’Espagne perdue par Mariana ne manque pas de le souligner, en livrant une version orientée des faits55. Selon une opposition manichéenne, le trinitaire apparaît comme un saint homme aux sermons pleins de bon sens, animés d’un zèle chrétien, tandis que l’auteur emploie des termes très durs pour évoquer les prêtres appuyant la cause de la reine, aux discours mensongers et propices à plonger la monarchie dans le chaos :

  • 56 « Predicado el día de San Andres el Reverentisimo Padre Fray Manuel de Guerra y Ribera trinitario c (...)

Le très révérend Père Frère Manuel de Guerra y Ribera, trinitaire chaussé, ayant prononcé un sermon saint, remarquable et désabusé quant à l’évidence des misères de ce royaume (dans la ligne tracée par le zèle chrétien d’autres sermons du très révérend Père Frère Joseph de Madrid, capucin), on amena le dimanche suivant un prédicateur mercédaire déchaussé, Frère Isidore de Saint Jean qui prêcha le contraire […], donnant à entendre que le plus grand pouvoir des monarques consiste à promulguer par loi son propre goût et que l’assujettir à ce que disait et pensait le peuple revenait à vouloir que les sujets tyrannisent la majesté. Cherchant, avec cette doctrine perverse contraire en tout à celle du Christ, qu’on adore uniquement dans cette chapelle royale l’Aigle d’argent et la statue de Caligula56.

  • 57 J. Rodríguez Coronel, Sermones exornatorios, t. I, pp. 90-91 (« Sermón octavo de los Reyes, predica (...)

38L’allusion à Caligula accuse indirectement Mariana de tyrannie. La teneur du sermon de frère Isidore-de-Saint-Jean est évidemment altérée pour les besoins de la polémique, mais ce résumé orienté a le mérite de présenter un des deux grands axes que livre la fraction des prédicateurs de la chapelle royale marianistes : en tant que détentrice du pouvoir par délégation selon la lettre du testament de Philippe IV, Mariana n’a à souffrir aucune entrave bridant ses actions. On a vu que le cadre juridique posait en réalité un certain nombre de problèmes d’interprétation. Le second axe de la défense du statu quo réside dans l’exaltation de la régente et établit un couple mère-fils où la mère est le socle le plus solide pour son enfant qu’elle protège et qui, sans ses soins attentifs, ne pourra devenir un grand roi. Mariana transmet à son fils la gloire qu’elle personnifie et constitue le principe de majesté de l’héritier de la Couronne. Rodríguez s’inscrit dans cette idéologie avec son sermon sur les Rois prononcé en 1676. Dans son récit de l’épisode des Mages, Mariana apparaît sous les traits de Marie et Charles II, sous ceux du Christ. Le jésuite fait de la régente le trône du Habsbourg qui, seule, vaut à ce dernier l’hommage des rois et la reconnaissance universelle en tant que roi des rois57. C’est grâce à la présence de Mariana, ostensoir vivant de l’hostie, que Charles est reconnu supérieur à tous.

Les balbutiements d’une guerre de plumes

  • 58 Voir, par exemple, les Maximas rebeladas, dans RAH, 9/1058, fos 148ro-148vo.
  • 59 BNE, ms. 22.659, fos 22ro-22vo.

39Enfin, et c’est là le pivot d’un mécanisme qui ressemble à celui du « coup de tonnerre de Consuegra », une guerre de plumes éclate entraînant le passage définitif des modalités de dissidence à un régime de publicité ainsi qu’à l’élargissement des publics. La première salve juaniste prend pour prétexte l’affaire de Messine. Quelques textes anonymes se lamentent alors de la décision de la reine, en soutenant la thèse d’un éloignement injuste imputable à une régente avide de pouvoir58. Il s’agit de provoquer une réaction chez les destinataires de ces maximes (le roi et la cour) en dévoilant la chaîne des conséquences que sous-tend la décision de la reine, tout en assurant que don Juan incarne la solution à ce marasme politique. D’autres écrits paraissent dans le sillage de la Journée de dupes et offrent un récit orienté de l’épisode, souvent sous la forme de noticias. S’y adjoignent des textes plus caustiques qui se coulent dans les moules déjà éprouvés lors des guerres de plumes antérieures. Ainsi plusieurs exemplaires d’un texte construit sur des titres de comédie circulent59.

40À ce stade, les libelles commentent donc les péripéties où se joue l’avenir de la monarchie pour exprimer leur désapprobation et détromper le roi en dénonçant le scandale. Mais ils ne parviennent pas à s’intégrer dans la trame événementielle. L’argumentation pauvre laisse la place à l’expression d’un désarroi activant les ressorts du pathos dans le but d’attirer l’attention et l’indignation de Charles et de la cour.

  • 60 Coplas, dans RAH, 9/5134, fo 149vo.

41Un deuxième ensemble se compose de textes pleurant les malheurs des temps présents et qui, au contraire des précédents, apparaissent décontextualisés. Nous en livrons une présentation générale ici, mais ils continuent à essaimer en 1676 sans qu’on puisse trouver de critère de tri entre les deux années. Dans ces écrits, les auteurs s’abîment dans la déploration et accusent Valenzuela de tous les maux. Ce sont des textes brefs, souvent des sonnets60. Autant de cris de désespoir qui ne visent pas directement à provoquer une action à court terme, mais à faire prendre conscience de la situation catastrophique grâce aux propos d’un auteur qui se campe en homme loyal.

  • 61 Respectivement : Exortación cristiana (BNE, ms. 8180, fos 185ro-229ro) ; Libro Nuevo de la Perdida (...)

42Enfin, cette même année, paraissent deux grands textes, l’Exhortation chrétienne et le Nouveau livre de l’Espagne perdue par Mariana61. Ils s’imposent parmi les plus importants de cette campagne d’opinion car ils dressent le cadre argumentatif où puiseront les textes postérieurs pour justifier le retour de don Juan aux affaires, exiger le renvoi de Valenzuela et l’éloignement de Mariana. Nous rendons uniquement compte ici du Nouveau livre de l’Espagne perdue par Mariana parce qu’il tranche par son originalité et que l’argumentation qu’il déploie s’approche beaucoup de celle de l’Exhortation.

  • 62 Maximas que ha de guardar la Reyna Nuestra Señora de raçon de estado en el gobierno de la menor hed (...)
  • 63 « El reyno se hiço para el que gobierna no el que gobierna para el Reyno ; es remedio muy saludable (...)

43Le premier chapitre, « Maximes de Raison d’État que doit suivre Madame la reine pour le gouvernement de la minorité de son fils, le roi notre seigneur Charles II », énumère en fait une série de maximes machiavéliennes de gouvernement62. Ainsi, le royaume a été fait pour celui qui gouverne et non pas celui qui gouverne pour le royaume ; c’est un très salutaire remède préventif pour celui qui gouverne que d’appauvrir les sujets pour qu’ils ne se corrompent pas au contact de la richesse et ne corrompent pas les autres, c’est de la sorte qu’on maintiendra aisément les sujets dans la paix, la concorde et la foi sans craindre de rébellion, etc.63.

  • 64 Ibid., fo 123ro.

44En contraste, le deuxième chapitre expose dans le détail les clauses du testament de Philippe IV. Le troisième relate la vie politique espagnole depuis la mort de Philippe IV. Plusieurs lignes structurent ce récit : le machiavélisme de Mariana dont chacune des actions apparaît autant comme une application des préceptes du premier chapitre que comme une violation du testament. Ce faisant, les deux premiers chapitres deviennent les étalons de mesure de l’action politique des acteurs ; la haine de Mariana contre don Juan qu’elle tente à tout prix d’éloigner de la cour ; la loyauté infaillible du prince soucieux du bien commun ; les manigances visant à empêcher Charles de gouverner. Orienté, le récit glisse sur les événements sujets à caution comme celui de la marche sur Madrid. En revanche, il insiste sur la honte de l’ascension de Nithard puis de Valenzuela et sur le scandale de l’envoi du prince à Saragosse pour se débarrasser de lui. Mais l’essentiel réside dans la peinture sombre d’une cour en proie aux esprits malfaisants qui entourent la reine et que le scripteur compare à un Enfer. L’épisode de la journée des Dupes et ses conséquences (le renvoi du prince puis de ses alliés) occupent la place principale. La déploration de l’entreprise de délabrement intellectuel et moral que la clique de la reine accomplit sur la personne du roi pour l’empêcher d’accéder au pouvoir scande la trame narrative avec un vibrant pathos. Il suggère que le roi est ensorcelé, rendu aboulique par une éducation désastreuse et incapable de réagir devant les cris des sujets64.

  • 65 Ibid., fos 169ro-172ro.

45En filigrane, l’auteur cherche à justifier l’intervention de don Juan en montrant que Charles n’a pas réellement voulu l’éviction de son frère. Ce dernier peut donc, en toute légitimité et en toute légalité, revenir à la cour afin de la purger des pestilences machiavéliennes qui l’imprègnent. La réaction de Lisandre, qui s’offusque du tableau dépeint, indique le réflexe de refus qui devrait animer le cœur d’Espagnols désormais lucides. Cette prise de conscience motive un appel emphatique à don Juan pour qu’il intervienne sans délai65.

III. — LA GUERRE DE PLUMES CONTRE VALENZUELA : PUBLICITÉ, POLÉMIQUE ET TRANSACTIONS

  • 66 BNE, ms. 2395, fos 58ro-59ro.

46Cependant, tout au long de l’année, Valenzuela poursuit son ascension. En juillet 1676, il est nommé gentilhomme de la chambre du roi avec priorité sur les autres fonctions. Le 22 septembre, la Junte de gouvernement cesse de se réunir. Enfin, en octobre, lors d’une partie de chasse, Valenzuela est blessé, peut-être par le roi ou par le ballestero mayor. L’incident provoque une telle contrition chez le souverain que Valenzuela est élevé à la dignité de Grand le 2 novembre 167666. Le lendemain, il est nommé Premier ministre et la Junte de gouvernement est dissoute. Les Grands constituaient la catégorie la plus haute de la noblesse, créée par Charles Quint en 1520. Ils se distinguaient des titrés, en ce qu’ils pouvaient appeler le roi « mon cousin » et qu’ils restaient couverts en présence du roi. Pour les autres Grands et la noblesse en général, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Les remous à la cour : la grève et le manifeste des Grands

  • 67 Fr.-A. Mignet (éd.), Négociations relatives à la succession d’Espagne, t. IV, p. 634, lettre de l’a (...)

47Les traductions matérielles du statut de Grand de Valenzuela se déclinent en nombre important. L’étiquette visait à transcrire dans le cérémonial la hiérarchie des courtisans et à honorer ceux qui occupaient le haut de la pyramide nobiliaire en permettant un accès plus facile au roi ainsi qu’une plus grande familiarité dans l’adresse et dans les relations avec le souverain. Non content d’être Grand, le valido multiplie les provocations. Ainsi, il s’installe dans les appartements du feu prince Baltasar Carlos où il reçoit ministres et ambassadeurs de son lit67.

  • 68 A. Álvarez-Ossorio, « Ceremonial de la majestad y protesta aristocrática ».

48C’est donc sur ce même registre symbolique que l’aristocratie exprime son désaccord. Outrés, les Grands entreprennent de transgresser les codes de la vie palatiale en refusant de se plier aux règles de cour qui sanctionnaient le nouveau statut de Valenzuela68. Ils pratiquent une politique absentéiste visant à isoler le valido et à signifier leur désapprobation au roi en ne l’assistant pas dans les rituels quotidiens. Le 6 novembre, aucun aristocrate ne se présente à la messe à la chapelle royale, laissant Valenzuela seul sur le banc des Grands. Le 8 décembre, pour l’Immaculée Conception, les Grands ne viennent pas baiser la main du dernier Habsbourg. Seuls demeurent au palais les marquis de Mondéjar et d’Astorga ainsi que le Connétable de Castille. L’étiquette était une manière de manifester la cohésion du corps social autour du roi qui en constituait le principe unificateur. À ce titre, bafouer ostensiblement le cérémonial et le protocole assènait un rude coup à la majesté du souverain.

  • 69 BL, Add. 17.518, fos 189ro-189vo.
  • 70 Ibid., fo 189ro.

49Le 15 décembre, une nouvelle étape est franchie avec la publication d’un manifeste des Grands, prélude à une guerre de plumes prête à éclater de toutes ses forces69. Les mécontents s’érigent en gardiens de l’honneur du roi, au nom du bien commun et au nom du service qu’ils doivent à leur souverain. Ils émettent trois revendications : l’emprisonnement de Valenzuela, l’exil de la reine et le rappel de don Juan à la cour en tant que Premier ministre. Selon les Grands, l’influence néfaste de Mariana, responsable de l’élévation du Duende au rang de Premier ministre, est la cause des maux qui portent atteinte à la dignité de Charles. Après l’énonciation de leurs revendications, les signataires s’attachent à donner corps à leur menace en montrant leur détermination. Ils affirment donc qu’ils sont prêts à mettre à contribution leur personne, leurs biens, leurs alliés sans réserve aucune et que tout opposant à leur action sera assimilé à un traître envers le roi et la patrie70. En corollaire, ils clament leur indéfectible unité.

  • 71 A. Jouanna, Le devoir de révolte.
  • 72 Dans une lettre du 26 décembre 1676, le nonce Millini présente la probable venue de don Juan à Madr (...)

50La question de la désobéissance était incontournable. Les mécontents éludent la difficulté en s’appuyant sur le constat de la captivité du roi. Travaillant au bien commun et distinguant les ordres du souverain de sa volonté réelle, ils clament ne pas désobéir dans la mesure où, selon eux, les mesures prises par le gouvernement viennent des ennemis du roi. Il serait tentant de dresser un parallèle avec les manifestes nobiliaires français rédigés au nom d’un « devoir de révolte », lors du régime de Louis XIII et lors de la Fronde71, d’autant que le spectre d’une guerre civile hante les contemporains72. En effet, les menaces des mécontents de « tout mettre en œuvre » pour parvenir à leurs fins n’excluent pas le soulèvement. Néanmoins, dans l’Espagne de 1676, le manifeste des Grands n’est ni précédé ni suivi d’une prise d’armes. La désobéissance reste au stade de la menace et se met en scène comme telle. Il semble plus probant de rapprocher ce manifeste des propos tenus par don Juan dans sa lettre au roi du 27 novembre 1675 que de ceux de Condé, même si un point de non-retour est franchi. En ce sens, l’argumentation de la dissidence présente une remarquable cohérence sur la question de la désobéissance. Il ne faut pas non plus mélanger des événements de nature différente dans l’interprétation des faits. La marche militaire qui débute le 2 janvier 1677 et à laquelle les Grands participent en fournissant argent et troupes n’a rien d’une entreprise d’opposition guerrière. Aucun fait d’armes ni même aucun heurt ne se produit et elle n’a lieu qu’après l’appel du 27 décembre 1676 de Charles II qui somme son frère de venir l’assister. L’entreprise se range donc d’emblée sous la bannière de la légalité. Les Grands ne se sont pas soulevés en armes contre leur seigneur naturel. Le manifeste des Grands appartient davantage à l’arsenal de la négociation politique, au point limite de bascule entre la résistance et la désobéissance. L’effet d’annonce de ce qui n’adviendra finalement pas, une prise d’armes, constitue une menace adressée à Mariana ; le manifeste des Grands ébranle l’autorité de la reine-mère en la niant au nom du bien commun et malmène le système de régence à ce seul titre.

51Le groupe des signataires réunissait le duc d’Albe, le duc d’Osuna, le marquis de Falces, le comte d’Altamira, le duc de Medina Sidonia, le duc d’Uceda, le duc de Pastrana, le duc de Camiña, le duc de Veragua, don Antonio de Toledo, don Juan, le duc de Gandía, le duc de Híjar, le comte de Benavente, le comte de Monterrey, le marquis de Liche, le duc d’Arcos, le marquis de Leganés, le marquis de Villena, la duchesse de l’Infantado, la duchesse de Terranova, la comtesse d’Oñate, la comtesse de Lemos, la comtesse de Monterrey.

La première phase de la guerre de plumes contre Valenzuela : constituer et structurer le mouvement antivalenzueliste

a) Traits généraux et problèmes méthodologiques

52L’élévation à la grandeza et la nomination comme Premier ministre de Valenzuela déchaînent les plumes de l’aristocratie curiale et des juanistes. Peu après, le manifeste des Grands confère une ampleur sans précédent à cette nouvelle guerre de plumes, tout en marquant un point de non-retour dans la lutte des Grands.

53Les logiques de cet afflux de textes polémiques diffèrent de celles qui caractérisaient la circulation des libelles émis lors de la journée des Dupes. Jusqu’alors, de tels écrits avaient pout but de convaincre la cour de l’injustice du renvoi de don Juan et du scandale soulevé par l’ascension de Valenzuela afin de détromper le roi. Ils matérialisaient aussi une réaction impuissante face à cette situation désespérée. À partir du 2 novembre 1676, les libelles ne livrent plus seulement un commentaire navré des événements mais contribuent à fortifier le parti de mécontents en attisant la haine contre Valenzuela. Dans le bras de fer qui s’établit entre les partisans de la reine et les Grands, les textes constituent une partie non négligeable du dispositif de négociation. Ils complètent les effets attendus de la grève de l’Alcazar ou ceux des tractations que mènent les acteurs des deux camps. On glisse d’une écriture protestataire, qui recourt essentiellement à un registre dialogique, à une écriture d’action, qui cherche à agir sur la trame événementielle en modifiant les rapports de forces pour le plus grand avantage des juanistes et qui s’incrit davantage dans un registre polémique. Cela explique l’explosion du nombre des écrits qu’il faut mettre en relation avec la quête de publics nouveaux débordant l’espace curial au gré de l’évolution des enjeux.

54Rendre compte de la guerre de plumes contre Valenzuela impose d’élaborer une autre méthode que celle que nous avons utilisée pour analyser le conflit contre Nithard car la structure des événements est très différente. Première singularité, la guerre de plumes contre Valenzuela ne comprend presque que des pamphlets juanistes. Valenzuela agit sur d’autres terrains, en améliorant l’approvisionnement de Madrid, en donnant des comedias ou des fêtes de taureaux pour divertir le peuple. Il renforce aussi le dispositif armé de maintien de l’ordre dans la ville en cas de soulèvement et se lance dans une politique de travaux dans la capitale. En ce sens, il montre une conscience de l’élargissement des publics au-delà de la cour ainsi que de la modification des enjeux. Mais jamais lui ou ses acolytes ne prennent la plume pour ferrailler avec leurs adversaires. Ainsi, les grappes pamphlétaires qui constituaient le lot commun en 1668-1669, sont inexistantes en 1676-1677 à quelques exceptions près. Du coup, la tactique de la dissidence relève plutôt de l’acharnement.

55Dater précisément ces écrits tient de la gageure. Mais quand le rapport à un événement déterminé est évident ou quand le texte porte une datation, un travail de classification reste possible. Il existe de nombreux textes tendus vers un but précis auxquels les auteurs assignent un objectif particulier et que le lecteur perçoit. Il importe donc de regrouper les textes autour de thèmes liés à des enjeux et à des rapports de forces déterminés, ce qui impose qu’on prenne en compte le déroulement des événements et qu’on ne confonde pas les effets visés par un texte de ses effets réels. L’appel de Charles du 27 décembre 1676 constitue une césure. Le Habsbourg convie don Juan à la cour pour l’assister au gouvernement. Le bâtard royal accomplira volontiers l’ordre au terme d’une seconde marche sur Madrid. Comme pour la campagne de 1668-1669, l’interaction entre la trame événementielle et les textes est primordiale.

  • 73 M. Angenot, La parole pamphlétaire.

56Nous nous efforcerons donc de restituer des séquences textuelles en fonction du rapport à l’action et de l’évolution des enjeux afin de mettre à jour le rôle exact des écrits mis en circulation dans la négociation politique entre don Juan, la noblesse et le roi. Dans cette optique, les apports sémiologiques de Marc Angenot se révèlent précieux73. Son étude donne des outils pour reconstituer les changements des rapports de forces des deux camps tels qu’ont dû les percevoir les acteurs dans la mesure où la présence forte de l’énonciateur dans l’énoncé reflète le positionnement du scripteur dans la polémique ainsi que le type de mobilisation escomptée. Le travail d’Angenot permet de ne pas systématiquement assimiler les effets des libelles à l’intention de leur scripteur qui diverge parfois du but affiché et qui semble parfois ambiguë, voire indéchiffrable. Lors de la campagne contre Valenzuela, trois catégories de textes frappent le lecteur au fil de la chronologie : le pamphlet (réaction de désespoir qui s’offusque des impasses sans apporter de solution et qui traduit un état de faiblesse), la satire (offensive qui stigmatise par le ridicule et relève du harcèlement) et l’invective (misant sur une rhétorique de l’injure qui déploie une violence répétitive en l’absence d’argumentation). Le passage massif d’une catégorie de textes à une autre signale un changement d’équilibre entre des adversaires. Ainsi, la disparition du pamphlet au profit de la satire ou de l’invective signifie le recul de la position de Mariana et de son valido. Élaborer une typologie des écrits séditieux de la campagne contre Valenzuela dans le fil d’Angenot révèle donc des séquences de textes cohérentes. Par cette classification, le chercheur articule les rapports de forces auxquels réagissent les auteurs avec les procédés de mobilisation et les contours fluctuants des publics visés.

  • 74 Le 17 décembre, une consulte des deux Conseils se prononce pour l’emprisonnement de Valenzuela. Mai (...)

57Jusqu’à la missive du 27 décembre 1676, plusieurs démarches opèrent de concert. Les scripteurs tentent de faire intervenir don Juan à travers leurs écrits. Dans ce but, soit ils font appel au Habsbourg par le biais de libelles qui suscitent la réplique de l’adversaire, soit ils s’adressent à don Juan en lui rappelant ses devoirs envers la monarchie ; ils cherchent aussi à mobiliser la noblesse par la dénonciation de la politique de Valenzuela ou par la stigmatisation des Grands qui gravitent dans sa nébuleuse. Les scripteurs cherchent ainsi à constituer et structurer le mouvement antivalenzueliste autour de don Juan en exacerbant la haine des nobles contre le Duende. La synthèse de tous ces courants qui s’opère dans l’esprit des lecteurs tend à montrer que le retour de ce prince aux affaires est l’unique solution à la crise dans la mesure où le Duende est trop haï pour pouvoir rester en place et où don Juan est le seul à réunir un consensus suffisamment large permettant d’éviter un émiettement de la grandeza. Ce constat nous renvoie au deuxième enjeu de ces textes. Après la dissolution de la Junte de gouvernement, le 3 novembre 1676, il s’agit d’abord de convaincre les membres du Conseil de Castille et du Conseil d’État qui interviennent par voie de consulte auprès de la reine pour l’aider à statuer74. Par la suite, il s’agit de faire pression sur les membres de la seconde Junte de gouvernement créée le 23 décembre 1676. À l’instar des Conseils royaux, ceux-ci apparaissent convaincus de la nécessité de renvoyer le Duende, mais leur avis est partagé quant au sort à réserver au prince. En effet, Pascual de Aragón et l’Almirante, qui imposent finalement leurs vues, veulent rappeler don Juan ; Medinaceli et le Condestable y sont hostiles.

58Ces textes exploitent deux registres, celui du scandale visant à provoquer l’indignation et celui de la menace afin d’intimider les valenzuelistes et le parti de la reine en leur ôtant l’espoir de continuer à régner impunément. Dans ces derniers cas, les auteurs manient le pamphlet ou l’invective. Cet ensemble de textes traduit donc une position de faiblesse des partisans du prince qui n’est plus maître du jeu et qui se tient en retrait à Saragosse.

b) Faire intervenir don Juan depuis Saragosse et justifier son retour aux affaires politiques

59À ce stade du conflit, l’attitude de don Juan semble ambiguë. Sans renoncer, il se réfugie dans l’expectative comme en témoigne sa position parmi les défenseurs du manifeste des Grands : il est noyé dans le bloc des signatures des mécontents et ne cherche pas à se démarquer. On ne saurait lui imputer la paternité de cette manœuvre : l’instigation vient clairement de la cour. Certes, il est assuré que le bâtard royal avait tenté d’exercer une pression sur Charles II par l’entremise de cette délégation et qu’il tenait ses alliés en état d’alerte. Mais il n’était pas prêt à tous les dérapages pour parvenir à ses fins. Il se contente de provoquer ou de saisir une opportunité qui ne mettrait pas en danger son crédit. C’est pourquoi, pour une fois, son action s’inscrit dans le secret des intrigues sans recourir aux potentialités offertes par la publicité.

  • 75 BNE, ms. 17.482, fo 9ro, lettre de Galaretto du 12 février 1676.
  • 76 Sucesos varios desde que salio de su menor edad el señor Carlos II hasta la muerte de don Juan de A (...)
  • 77 Fr.-A. Mignet (éd.), Négociations relatives à la succession d’Espagne, t. IV, p. 635.

60Ces mouvements occultes ne sécrètent que peu d’indices. On sait cependant que don Juan entretient des contacts avec la cour par l’intermédiaire d’agents, ecclésiastiques pour la plupart. Un moine augustin de Saragosse au service du prince tisse des liens avec certains nobles mais Mariana l’expulse de la capitale le 11 février 167675. D’après un chroniqueur de l’époque, certains Grands gagnent le parti des mécontents qui grossit en réaction à l’élévation sans limite de Valenzuela. Ces mécontents se réunissent dans la cellule du père Ventimille et dans d’autres endroits sous la houlette de don Diego de Velasco, agent de don Juan76. Une dépêche d’ambassadeur corrobore l’hypothèse de liens entre le bâtard royal et Vintimille : ce dernier, probablement démasqué, fuit en catastrophe de Madrid pour Saragosse où don Juan l’accueille chaleureusement en septembre de la même année77.

  • 78 La libertad de los ojos, ingenuidad de la lengua (AHN, Estado, lib. 873, fos 134ro-189ro).
  • 79 Decimas glossadas por el Padre Nuestro en que por estilo admirable dieron razones al Rey Nuestro Se (...)

61Une première ligne d’action consiste à fléchir Charles II en l’invitant à rappeler don Juan. Les scripteurs ouvrent leurs textes par une apostrophe à l’héritier de la Couronne et lui parlent respectueusement sur le ton de la supplique. Au-delà du souverain, la démarche vise à gagner le plus de partisans possibles à la cour qui pourront influencer le roi en ce sens. Cet ensemble de textes dont les Grands prennent l’initiative est peut-être coordonné en sous-main par le prince. Ces écrits le rendent incontournable en dressant par avance le cadre légal où pourra s’insérer son intervention, en produisant une justification morale et juridique du projet avant même sa concrétisation. Les arguments développés reprennent ceux qu’avaient élaborés le Nouveau livre de l’Espagne perdue par Mariana et l’Exhortation chrétienne. Les scripteurs, qui apostrophent don Juan lui adressent un discours effaçant la dimension subversive du propos. Le raisonnement se déroule comme suit : venir à Madrid pour chasser Valenzuela n’équivaut pas à une transgression puisque Charles l’a appelé une première fois. Le dénouement de la journée des Dupes a résulté de la pression de la régente : dans les faits, le Habsbourg n’a pas voulu le renvoi de son frère, il a été tyrannisé et sa volonté assujettie78. Les écrits qui supplient Charles de leur prêter son attention estiment qu’appeler don Juan à ses côtés constitue la seule solution pour qu’il devienne un vrai roi79.

62Les scripteurs prétendent piquer la fierté du Habsbourg en touchant une question d’honneur. Rappeler à Charles ses devoirs élémentaires de souverain ainsi que la nature du lien particulier qu’il doit entretenir avec son peuple suppose qu’il n’est pas à la hauteur des espérances, mais qu’il a une possibilité de se racheter. Exerçant ainsi une pression, les discours annulent la distance entre deux figures de Charles, la faible créature qu’il est et le roi triomphant qu’il devrait être et qu’il deviendra si son frère l’aide à diriger. Les louanges adressées au Habsbourg s’inscrivent dans une stratégie de séduction, tout en rassurant la fraction des antivalenzuelistes réticents devant l’ambition du prince et en affermissant la légitimité de l’action des mécontents.

  • 80 Obligacion del vasallo y la obediencia a su Rey contiene los grandes peligros en que se ha visto el (...)

63D’autres écrits abordent de front la prévention du roi et de certains aristocrates à l’égard du prince. Les libellistes s’efforcent d’abattre la méfiance que ce dernier suscite. Dans ce but, un texte met en scène don Juan censé prendre la parole afin de se dédouaner de tous les griefs que ces adversaires lui imputent80. Campé en victime, il énumère les embûches dont on a jalonné son parcours. Racontant son arrivée à Saragosse après l’éviction de Nithard, il dépeint une saynète où transparaît l’amour que lui voue l’Aragon. En filigrane, il suggère qu’une telle puissance déchaînée pourrait avoir des conséquences dramatiques en évoquant un bataillon d’hommes armés entièrement dévoués à sa cause :

  • 81 « Todo Aragon me recibe/Desde el chico hasta el jurado/No podre contar aqui/Lo de plata y regalo/Ha (...)

Tout l’Aragon me reçoit
De l’enfant au juré
Je ne pourrai conter ici
Les cadeaux et l’argent qu’on m’a donnés
Un pauvre laboureur
Pleurant à chaudes larmes
M’a présenté deux doublons
Ses économies de cinquante ans
Et que dirai-je du peuple
Qui m’adore unanimement
Et de mille cinq-cents hommes
Armés de pied en cape81.

64L’habileté consiste à effacer la menace qui sourd du dernier vers en laissant entendre que sa loyauté a toujours dicté sa conduite. Du coup, l’adhésion massive que soulève le prince dans de nombreux secteurs de la population et dans certains royaumes ne porte plus dans ses flancs une stasis mais offre un gage de solidité pour un éventuel gouvernement sous son égide.

65Tenter de réintroduire don Juan dans le jeu de la monarchie, voire se contenter de brandir la menace de son retour au premier plan politique constitue également un moyen de structurer le mouvement nobiliaire. Les mécontents ont besoin de don Juan car il est le seul susceptible de fédérer une noblesse pulvérisée en intérêts particuliers et d’y agréger de nouveaux partisans. Un sermon de Pedro Antonio de Sándoval, clerc mineur de Barcelone, l’affirme. Selon lui, le prince fut le seul à pouvoir mettre un terme aux fractures qui divisaient la noblesse et qui l’empêchaient de triompher de l’esclavage du Duende. Assimilant le bâtard royal à Aaron guidant les Hébreux hors d’Égypte, le clerc rapporte que ce peuple s’était divisé en douze tribus lors de la traversée de la mer Rouge mais qu’il s’était à nouveau réuni à l’approche du Jourdain. Cette réunion tiendrait, selon le clerc, à la présence de l’arche d’alliance abritant les tables de la loi et au bâton d’Aaron guidant le peuple élu. Aaron apparaît comme le principe de cohésion du groupe. Sandoval ancre ensuite son discours dans le contexte immédiat d’écriture du sermon. La stature d’homme d’exception de celui à qui incombe d’occuper la place de Premier ministre explique ce miracle de la réunion-communion.

c) Susciter l’exécration pour Valenzuela

66L’entreprise de mobilisation des courtisans s’appuie aussi sur la dénonciation du scandale de l’omnipotence d’un valido sans qualités. Marteler par le verbe la noirceur de Valenzuela a pour rôle d’attiser la colère des nobles et de pousser les hésitants à la subversion. Si don Juan suscite la méfiance d’un grand nombre, la haine contre Valenzuela rencontre l’unanimité. C’est pourquoi, à ce stade de la campagne, le corpus se compose d’écrits cherchant à exposer le scandale que constitue l’ascension vertigineuse d’un être aussi vil que Valenzuela, émaillé de menaces à son encontre. Pamphlets et invectives dominent cette salve textuelle. La violence des mots a vocation à éperonner la juste fureur des outragés et à subjuguer l’adversaire. Les scripteurs escomptent ainsi mobiliser l’aristocratie sensible aux thèmes déployés. Car derrière les litanies inlassablement proférées, le lecteur décèle un portrait en creux de l’« antinoble », bâti de texte en texte. Adopter un tel biais permet de synthétiser le contenu de l’ensemble des textes sans redite.

  • 82 Orígen de la Casa de Valenzuela (BNE, ms. 11.663).

67Toutes les saillances qui définissent la noblesse se voient reprises et travesties. Le lignage rendait compte d’une excellence transmise par le sang de génération en génération où l’individu incarnait à chaque fois la totalité du groupe. Avoir des illustres aïeux, un château et une terre préservée dans son intégrité par le majorat constituait les gages de noblesse. Or, Valenzuela est d’origine roturière et les démarches qu’il accomplit pour prouver sa noblesse ne convainquent guère. En 1676, il commandite une généalogie de sa lignée intitulée Origine de la maison de Valenzuela, qui prétend démontrer qu’il descend de la maison royale de Léon82. La démarche soulève un scandale, de sorte qu’au fil des textes les scripteurs prennent un malin plaisir à rabattre les prétentions de Valenzuela.

  • 83 Coplas a don Fernando de Valenzuela (BNE, ms. 3749, fo 43vo).

68La prééminence de la noblesse trouvait une de ses justifications dans ses origines militaires. L’absence d’exploits guerriers est donc rappelé au valido, souvent afin d’établir un parallèle avec don Juan pour le plus grand avantage du bâtard royal. L’auteur des Strophes contre don Fernando de Valenzuela lui demande ironiquement quelle Messine il a conquise en référence à la rébellion de la ville sicilienne matée par le fils naturel de Philippe IV83. Dans une même optique, les privilèges judiciaires qui distinguaient la noblesse du reste de la société sont symboliquement piétinés dans les textes. Conformément aux Sept Parties héritées d’Alphonse X, les nobles jouissaient de certaines prérogatives visant à leur éviter toute marque d’infamie. Ils échappaient notamment à la torture et à la pendaison. Or les auteurs des textes séditieux se délectent à promettre la corde à Valenzuela et lui annoncent même qu’il sera égorgé. On lit ainsi dans un huitain :

  • 84 « Teme el dia Duende grande/Que yo espero que en la plaza/Al son de una cuerda sola/En el aire hara (...)

Crains la venue du jour, grand Génie
Car moi j’espère que sur la place
Sur le son d’une unique corde
Dans l’air en rythme tu voltigeras84.

69Cette mise à mort symbolique apparaît bien comme une double mort, une mort physique et une mort sociale et politique.

La deuxième phase de la guerre de plumes : conquérir le pouvoir

  • 85 BL, Harl. 4520, fo 108ro.
  • 86 La junte se compose de Pascual de Aragón, de l’Almirante, du Condestable et de Medinaceli. Ce sont (...)

70La donne change dès lors que Charles II convie don Juan à venir à la cour par une missive du 27 décembre 167685. La nouvelle Junte constituée le 23 décembre autour de l’archevêque de Tolède propose cette solution pour sortir de la crise au roi qui l’accepte86. La mise en circulation de libelles a incontestablement participé à ce retournement. Les appels à la haine contre Valenzuela ont réussi à structurer le parti juaniste tout en justifiant son existence. Les écrits ont également contribué à légitimer la réintégration de don Juan dans le jeu politique, tout en soulignant que ce prince apparaissait comme le seul à pouvoir assurer une stabilité au gouvernement grâce au consensus autour de sa personne et que la cohorte de ses partisans était trop importante pour qu’on courre le risque d’un soulèvement en l’évinçant. Enfin, les textes polémiques, forts d’une rhétorique habile de l’obéissance, ont joué un rôle-clé en affirmant que l’honneur de Charles ne serait pas ébranlé par ce changement de cap.

  • 87 Le débat sur l’exil de Mariana ne s’ouvre à la cour que le 13 janvier 1677.
  • 88 L’ordre royal n’est obtenu que le 16 janvier 1677.

71Le 27 décembre 1676, si l’action du prince devient légale, les possibilités de retournement semblent nombreuses. La reine occupe toujours le centre de l’espace curial et son emprise sur le Habsbourg ne dissipe pas l’éventualité d’une nouvelle journée des Dupes. Il faut statuer sur son sort87. Quant au valido, il ne fait l’objet d’aucune poursuite, malgré les votes des Conseils et de la Junte en faveur de son incarcération. Il faut donc exercer une pression pour le faire emprisonner88. Enfin, d’autres imprécisions subsistent : la position de don Juan par rapport à la noblesse demande à être clarifiée et la question que soulève la présence de la Chamberga reste en suspens.

72Les écrits cherchent donc à fortifier la cause juaniste en rendant impossible un retournement de la conjoncture. Il est nécessaire de figer les nouveaux rapports de forces pour asseoir la position du bâtard royal et arracher le roi à l’influence maternelle. Cela suppose un nouveau dispositif de mobilisation dont l’idée d’une seconde marche sur Madrid constitue la clé de voûte.

  • 89 Lettre du 3 janvier 1677 (ASV, SS, Esp., no 149, fo 271ro).
  • 90 Ibid., fo 271vo.

73Ces diverses actions ont trouvé un relais dans les missives circulant entre les acteurs de la crise, mais hors de l’espace de publicité. Ces missives n’obéissent donc pas aux mêmes logiques que les textes polémiques. Les lettres qu’envoient les acolytes du prince au cardinal d’Aragon cherchent à le convaincre sur un double plan. Elles déploient un argumentaire réaliste et simpliste : la Junte n’a pas vraiment le choix des options puisque la puissance des antivalenzuelistes et le scandale d’une résistance armée du palais ne laissent qu’une issue aux tenants de Mariana, céder aux malcontents89. Le second moment de la stratégie revient à créer un clivage au sein de la Junte de gouvernement en décrédibilisant les membres qui soutiennent la reine90.

a) Le rôle de la seconde marche sur Madrid dans la campagne de libelles

74Comme en 1669, cette seconde marche sur la capitale manifeste la force du mouvement juaniste sans sombrer dans la violence ni tomber dans la désobéissance ouverte. La menace érigée en art confère à l’éventualité d’un soulèvement une réalité tangible.

75Don Juan quitte Saragosse le 2 janvier 1677 avec un nombre réduit de partisans, escorté des gardes du royaume d’Aragon qui devaient l’accompagner à la frontière castillane. De là, il gagne Ariza choisi comme lieu de rassemblement des forces qu’il avait préalablement convoquées. Ces forces comprenaient des volontaires valenciens, catalans et aragonais, des anciens du front catalan et des troupes mobilisées par son réseau de clientèle. Ainsi le comte de Monterrey, don Artal de Azlor, le marquis d’Ariza, le comte d’Erill et d’autres encore se mettent aux ordres de don Juan avec leurs hommes. On dénombre six mille hommes entre l’infanterie et la cavalerie. La troupe précédée de l’étendard royal d’Aragon grossit au fur et à mesure que don Juan s’approche de Madrid. À Hita, dix-huit Grands le rejoignent avec deux mille soldats. Les effectifs dépassent alors douze mille hommes.

76Ce déploiement armé qui avance à pas cadencés vers Madrid prouve ce qu’affirment sans relâche les textes — l’adoration de l’Espagne pour le prince — et empêche toute perspective de sortie de crise autre que le retour de ce dernier aux affaires, sous peine d’une guerre civile. Les textes et la marche se renforcent mutuellement.

  • 91 BNE, ms. 18.443, fo 241ro.
  • 92 Voto que hizo a Su Alteza don Juan José de Austria uno de los tres grandes que fueron a Yta [sic], (...)

77Ce processus d’interaction entre la marche et les écrits joue sur un autre plan : la marche fournit la matière de certains textes qui la transforment en signe de l’accomplissement des plans cachés de la Providence. Un récit dépeignant les miracles qui se produisent le 17 janvier, lors de la Saint Jean-Baptiste, certifie, selon l’auteur, l’approbation divine de l’entreprise du bâtard royal91. Enfin, comme en 1669, bruits et rumeurs circulent, lancés par les imprimés ou les correspondances épistolaires de témoins oculaires. Le public madrilène, captif, cherche des informations. Un texte de janvier 1677 rédigé par un Grand qui accompagne don Juan à Hita dit la tension extrême qu’entretient sa manœuvre armée chez des sujets aux aguets des bruits qui filtrent de la rencontre entre le bâtard et les délégués du gouvernement92. L’auteur veut inciter le prince à quitter Hita, où il stationne depuis plusieurs jour, afin qu’il se rende immédiatement dans la capitale, sans attendre qu’on ne décrète l’emprisonnement de Valenzuela.

  • 93 A. Álvarez-Ossorio, « Fueros, Cortes y clientelas », pp. 285-287.
  • 94 CODOIN, vol. 67, pp. 18-19.

78La toile de fond des événements de janvier et février 1677 n’a donc rien d’un cadre neutre. Elle accélère la négociation et renforce l’impact des libelles. En réalité, dès la proclamation du manifeste, des nobles avaient commencé à réunir leurs hommes93. Les effets de la marche se font donc sentir dès sa préparation, sans qu’on puisse déterminer alors vers quoi aboutira cette levée ni quelles sont les intentions exactes des mécontents94. D’autant que le prince ne maîtrise pas tous les rouages de la mobilisation armée. Il ne faut donc pas lui imputer la responsabilité de tous les actes téméraires de Grands impétueux pour qui don Juan n’est qu’un moyen d’éliminer Valenzuela. En fait, le laps de temps où la réalité d’une guerre civile devient tangible est court. Les récits de l’épisode situent les levées de fidèles par les Grands aux environs de Noël, c’est-à-dire deux-trois jours avant que le Habsbourg ne convoque son frère à la cour. Quoi qu’il en soit, l’appel de Charles transforme ce qui aurait pu tomber dans la désobéissance ouverte et armée en moyen de mettre en scène la capacité de mobilisation de don Juan et de cristalliser les rapports de forces à son avantage.

  • 95 Les travaux récents insistent sur ce point. Ainsi, Kalnein intitule le passage du récit de la march (...)
  • 96 Ce dernier arrive le 17 janvier à Hita.
  • 97 CODOIN, vol. 67, p. 71.

79Le but de don Juan n’est donc pas de prendre l’assaut de la capitale95. Il rencontre Pascual de Aragón à Hita, lequel lui demande de renvoyer sa troupe, ce qu’il accepte sous réserve de deux conditions : le renvoi de la Chamberga et l’emprisonnement de Valenzuela96. Charles ayant fui l’Alcazar pour le Retiro dans la nuit du 14 janvier afin d’échapper à l’emprise de sa mère, le régiment étant dissous et le Duende ayant été capturé à l’Escorial le 22 janvier, le prince, accompagné d’un petit groupe de partisans, peut faire une entrée triomphale à la cour, le 23 janvier à cinq heures du matin. Ce même jour, Valenzuela est emprisonné à Las Rozas dans la maison de l’alcalde Garrido. Le 25, il commence le périple qui allait le mener jusqu’aux Philippines97.

b) Mettre en scène la mobilisation et élargir l’assise du mouvement d’opinion juaniste

80L’action juaniste consiste dorénavant à mettre en scène le soutien dont jouit don Juan dans toute l’Espagne. Les fêtes données en l’honneur de la nomination de ce dernier en tant que Premier ministre ont donné lieu à d’impressionnants défilés où les villes se mettaient en scène, unies par la liesse née de cette nouvelle. Cette mise en scène des corps de la ville et de ses personnalités illustres tisse la trame commune à tous ces récits de fête, où s’imbriquent la glorification de ce qui a motivé la cérémonie (l’arrivée de don Juan), l’autocélébration des corps de la ville et la revendication de certains intérêts.

  • 98 J. de Sola i Segura, Bosquejo y breve epitome, fo 3vo (BC, F. Bons, no 226).

81Ces récits fournissent l’occasion de manifester de façon théâtrale la force du mouvement juaniste. Il s’agit de consolider la place du prince au gouvernement et d’empêcher tout retournement. Les éloges du prince, placés en préambule, et que complètent divers morceaux de bravoure encomiastiques au fil des textes, les constituent en gestes d’allégeance envers un don Juan dépositaire de toutes les qualités requises pour gouverner. Les auteurs ressassent les mêmes arguments justifiant la nomination du prince : l’expérience et la connaissance du royaume, un infatigable zèle à servir la Couronne et une piété exemplaire98.

  • 99 « Nos pot explicar lo gust/Que causa en los demes pits/Tan efertada elecciò./Un decret tant aplaudi (...)

82Les fêtes et leurs récits élaborent un dispositif prenant en considération les réceptivités différentielles d’un public hétérogène qui s’accorde dans l’allégresse. En effet, ces relations rendent compte d’un type d’adhésion participative traduite par la simple présence d’un individu en tant qu’acteur ou spectateur de la célébration et mise en scène par le texte, mais elles cherchent aussi à susciter l’adhésion du lecteur par la description de cet engagement massif et par la succession des ekphrasis qui expriment le triomphe du fils naturel de Philippe IV sous le mode de l’emblème. Un texte catalan résumant l’ensemble des fêtes célébrées à Barcelone affirme que, à la nouvelle de la nomination du prince comme Premier ministre, la joie des sujets fut telle qu’il fut impossible de la contenir et qu’elle se manifesta d’abord spontanément par des clameurs99.

83Afin de consolider l’assise de don Juan, les libelles s’ajoutent aux fêtes, à leurs récits et aux sermons. Dans ce système, les différentes catégories d’écrits dialoguent avec les manifestations non discursives. La conquête de l’anti-public qu’est la plèbe et la publication du soutien qu’elle voue au prince sont deux objectifs afin de faire planer la menace d’une émeute d’une plèbe acquise à don Juan en cas de retournement de la situation. Le spectre de l’émeute pouvait être un moyen de rendre irréversible la décision du roi de se faire seconder par son demi-frère. Par ailleurs, il s’agit de calmer le jeu. La marche sur Madrid avait mis la monarchie dans un état de tension extrême. Si la plèbe inclinait plutôt du côté de don Juan, il y avait tout lieu de penser que le climat de guerre civile finirait par lui aliéner sa sympathie. En clamant l’unité retrouvée du corps social autour de don Juan et en dépeignant un avenir radieux pour les sujets, grands et petits, les libelles s’attachent à forger un consensus autour du nouveau Premier ministre. L’élargissement délibéré du public juaniste et la mise en scène de la force de son parti apparaissent complémentaires et indissociables. Les sermons prononcés dans les grandes églises de Madrid, de Barcelone (Sainte-Marie-de-la-mer) et des villes aragonaises ainsi que les fêtes durant parfois plus d’une semaine constituent un élément-clef de la mobilisation des couches populaires ainsi prises dans un tourbillon de paroles, de décorations fastueuses, de musique et de défilés où elles sont tantôt spectatrices, tantôt actrices. Il est impossible de savoir quelle aurait été l’efficacité des seuls libelles dans la mobilisation d’un public élargi sans le secours de la parole, des rumeurs, de la marche, des sermons et des célébrations diverses.

  • 100 Calendario reformado por la santidad de don Juan el segundo deste año de 1677 (BNE, ms. 2034, fo 75 (...)

84Dans le but d’élargir au maximum le public juaniste, les publicistes du prince profitent du passage à l’année nouvelle, qui intervient peu après l’appel de Charles II, pour insérer la série des images solaires au sein des calendriers et des pronostications de l’année, qui paraissent en masse à ce moment, et tirer parti des métaphores météorologiques et astrologiques100. La campagne d’opinion contre Valenzuela sature l’espace de circulation des textes. Misant sur la pédagogie de l’image et sur le goût de la plèbe-anti-public pour ce type d’imprimé ainsi que sur une culture empreinte de superstition en quête de sensationnalisme, les calendriers déchiffrent opportunément, dans les signes manifestés dans les cieux, la victoire imparable de don Juan.

  • 101 ASV, SS, Spagna, no 149, fo 645ro.

85À côté des faux almanachs d’autres textes visent à élargir le public du mouvement contre Valenzuela. On trouve des textes qui recourent à la métaphore du jeu pour expliquer les enjeux de la lutte. Il est notable que ce ne soient pas les échecs — jeu noble — qui fournissent la trame de ces récits mais plutôt des jeux populaires pratiqués dans toute la société comme le jeu de l’oie. Il en va ainsi d’un placard imprimé, format affiche, offrant une relation juaniste de la capture de Valenzuela à l’Escorial sous la forme d’un texte dont certains mots sont remplacés par des images gravées tirées d’un jeu de l’oie et intitulé Description de la décision royale qu’a prise Sa Majesté Charles II lors de sa retraite du palais au Retiro, et de la venue de monsieur don Juan d’Autriche à cette cour et de l’emprisonnement de don Fernando Valenzuela en trente-cinq figures du jeu de l’Oye101. La dimension ludique, le choix stratégique de l’imprimé et du placard, exposé à la vue des passants, autant d’indices qui plaident pour une tentative d’élargissement du public juaniste afin d’atteindre les strates populaires. Cette affiche a dû frapper les contemporains comme le suggère le fait que le nonce en ait envoyé un exemplaire la curie. Par ailleurs, à partir de janvier 1677, les marques d’oralités s’affirment dans les textes, les pasquins se multiplient et les quelques témoignages d’imprimés que nous avons récolté datent de cette période. Rappelons que l’imprimé implique une volonté de diffusion large, au-delà des cercles d’interconnaissance.

c) Donner un sens au mouvement d’opinion contre Valenzuela

86Lors de la campagne contre Valenzuela, l’hétérogénéité des partisans du prince suppose de fortes tensions internes. Une fois la défaite de la reine acquise, la question du statut exact de don Juan se pose. Deux courants se distinguent, un courant empreint de messianisme qui considère le prince comme le régénérateur de la monarchie et un second qui en fait un primus inter pares. L’idée défendue est que don Juan n’est que le premier des Grands, le représentant de la noblesse dont il a restauré l’honneur, sans qu’aucune supériorité ne l’en détache. De telles affirmations reflètent la crainte de voir l’ambitieux gouverner la monarchie dans les faits.

  • 102 Romance a Don Fernando Valenzuela en su cayda del ministerio (BNE, ms. 18.211, fos 203ro-204ro).

87Une coloration messianique imprègne donc un grand nombre de textes qui présentent l’arrivée de don Juan comme l’avènement d’une ère nouvelle. Pour exprimer l’espoir du renouveau, les scripteurs convoquent les métaphores météorologiques ou présentent la campagne contre Valenzuela à la façon d’un combat biblique où don Juan représente les forces du bien et revêt les traits de saint Michel, de saint Jean-Baptiste, voire du Christ102. Ces textes remplissent trois fonctions. Il s’agit de renforcer la composante populaire du mouvement juaniste en misant sur la force que constitue le soutien d’un public élargi. En effet, on imagine difficilement comment les élites politiques se laisseraient convaincre que le bâtard royal est un messie. En même temps, ces textes visent à justifier la marche sur Madrid qui a suscité la réserve de nombreux courtisans. En corollaire, le but consiste à écrire rétrospectivement une légende dorée de la Régence, acceptable par tous ceux qui n’ont pas été éliminés de l’échiquier politique. L’infamie ne couvre que les perdants.

  • 103 Preguntas que hace un Labrador a un cortesano (RAH, 9/1058, fos 162ro-162vo). Le texte contient une (...)
  • 104 « Labrador : Quien a España ya difunta/¿Tan en breve vida ha dado ?/Cortesano : Juan con el alba ay (...)
  • 105 « L : Pues la nobleza otra vez/¿Ha vuelto a entrar en palacio ?/C : Sí señor, y tan de espacio/Que (...)

88Afin de contrebalancer la vague messianique, des Grands défendent la thèse du primus inter pares. Le texte intitulé Questions que pose un laboureur à un courtisan, paru entre la mi-janvier et début mars 1677, souligne le rôle de la noblesse dans la destitution de Valenzuela sous la forme d’un dialogue entre des personnages qui incarnent, par synecdoque, le groupe social auquel ils appartiennent103. L’auteur campe une noblesse désireuse de conserver une place au pouvoir aux côtés du prince. Au laboureur qui demande qui a ressuscité l’Espagne moribonde, le courtisan répond : « Juan aidé de l’aube / Car il a réuni une junte de lumières104. » Le prince apparaît ainsi comme un primus inter pares, la quintessence du noble au service de l’édification pacifiée d’un régime monarchico-nobiliaire. S’il est incontournable, il n’éclipse pas ses alliés. La noblesse surgit dans le texte comme un acteur à part entière qui, en déferlant dans le palais, « a mis le monde à l’envers ». Les derniers vers synthétisent la pensée en soulignant la dimension non sanglante de l’entreprise afin de montrer que tout s’est passé dans la légalité et que le spectre de la guerre civile a été conjuré par des sujets loyaux ne cherchant que le bien de leur roi et du royaume105. Le scripteur de cette saynète tente d’opposer un contre-feu à la vague messianique qui entoure don Juan au sein des couches populaires. Il tend ainsi à prévenir tout dérapage d’un ambitieux qui transformerait l’appui de la plèbe en levier pour accaparer le pouvoir. Le courant du primus inter pares vise également Charles II lui-même pour qu’il ne dote pas son frère d’un pouvoir démesuré, pour qu’il reconnaisse le mérite de la noblesse et qu’il la récompense.

89La quête d’un sens univoque lance un vrai défi. Les juanistes, conscients des fractures fissurant leur parti, dialoguent de texte en texte pour imposer une des deux options. Certains écrits du courant messianiste ripostent donc explicitement aux défenseurs de la thèse du primus inter pares. C’est le cas du sermon de Juan Antonio de Sandoval qui recourt aux figures de Moïse (Charles II) et de son frère Aaron (don Juan). Il rappelle qu’après la sortie d’Égypte, les Hébreux avaient tonné contre les préséances et les dignités dont jouissait Aaron. En colère, le prophète leur répondit :

  • 106 « ¿Sabeys quien es Aaron mi hermano y primer Ministro ? ¿Conoceys sus calidades y meritos realiçado (...)

Savez-vous qui est mon frère et Premier ministre Aaron ? Connaissez-vous ses qualités et les actions de mérite qu’il a réalisées ? Comment osez-vous médire à son propos, impudents ? Par ordre de Dieu, j’ai mis dans le tabernacle douze bâtons de douze princes hébreux dont seul celui d’Aaron a donné des fleurs et des fruits. Les rivaux, convaincus du miracle cessèrent de médire et le choix qu’avait fait Moïse de son frère chéri en fut confirmé par le ciel. Ces fleurs et ces fruits ne représent-ils pas de façon idéale celles de monseigneur don Juan d’Autriche ? Assurément106.

d) Statuer sur la reine

90Les multiples sens qui recouvrent le mouvement antivalenzueliste et qui introduisent un flou quant à la place du bâtard royal conditionnent une autre question, celle de la position de Mariana. Reprenant l’argumentation de l’Exhortation chrétienne, le manifeste des Grands avait exigé son exil pour préserver le roi de son influence. Chaque étape de la négociation entre le bâtard royal et la cour aborde ce problème tandis que les textes associent de plus en plus le départ de Valenzuela à celui de la reine. Car, outre libelles qui exercent une pression violente en présentant l’exil de Mariana comme une nécessité, des lettres adressées aux acteurs-clés (le cardinal d’Aragon en l’occurrence) cherchent à fléchir la nouvelle Junte de gouvernement dans ce sens. Dans une lettre à don Pascual le 3 janvier 1677, le duc d’Albe résume les enjeux de façon comminatoire :

  • 107 « Mientras estubiere la Reyna Madre al lado de su hijo, no obedeceremos nada que nos mande porque n (...)

Tant que la reine sera aux côtés de son fils, nous n’obéirons en rien à ce qu’on nous ordonne car ce ne sera pas le roi qui ordonne mais sa mère qui depuis un certain temps ne demande que ce qui nuit à son fils107.

  • 108 Voto que hizo a Su Alteza don Juan José de Austria uno de los tres grandes que fueron a Yta [sic], (...)

91Lors de son séjour à Hita, aux portes de Madrid, du 13 au 21 janvier 1677, don Juan s’accorde avec les représentants de la cour, le duc d’Albe et Pascual de Aragón, pour adopter les mesures nécessaires à l’arrestation du valido caché à l’Escorial. Le fils du duc d’Albe, don Antonio de Toledo, est envoyé forcer les portes du monastère et emmener Valenzuela manu militari. Et surtout le principe de l’exil de la mère du roi est arrêté108. De plus, au fil des semaines, la vague messianique qui entoure don Juan s’accompagne du discrédit croissant de la régente. Néanmoins, même si sa cause était perdue, l’éventualité inouïe du renvoi d’une régente suscita la polémique au sein des écrits.

  • 109 A las lagrimas de la Reyna (BNE, ms. 7782, fos 31ro-32ro).

92Depuis le début, les juanistes accusent frontalement Mariana. Mais dans ce cas, l’attaque contre la régente ne constituait qu’un élément périphérique du dispositif. En revanche, à partir de Hita, le 14 janvier, quelques textes traitent exclusivement de la question du renvoi de la reine. Un poème, centré sur Mariana, intitulé Aux larmes de la reine, dresse un état des lieux des forces en présence109. Ce texte est écrit lorsque don Juan, Talara et Medinaceli décident de séparer le roi de la régente et que ces deux derniers emmènent le Habsbourg au Retiro, marquant une rupture physique et symbolique de la mère et du fils. Il livre la réaction de la reine devant le départ de son enfant. Comprenant que cet événement sonne le glas de son règne, ses larmes disent son désarroi. Le scripteur veut convaincre de l’inéluctabilité du scénario, tout en offrant un tableau peu flatteur de Mariana.

  • 110 Soliloquio de la Reyna sobre la eleccion de parage para su residencia (BNE, ms. 4052, fo 82ro).

93Ce n’est qu’en mars, lorsque la position de Premier ministre de don Juan apparaît solide et lorsque la reine, sommée par son propre fils de prendre congé, tergiverse pour gagner du temps, que certains prennent la plume pour la défendre. Mariana quitte finalement l’Alcazar de Madrid pour Tolède le 26 mars. Ses partisans produisent quelques textes pour exprimer le scandale de cette situation inédite. Appartenant au genre du pamphlet, ces écrits tentent de détromper Charles dans un geste désespéré. En vain. La production juaniste offre un commentaire ironique des événements entourant le départ de Mariana. Le texte intitulé Soliloque de la reine cherchant un lieu de résidence transcrit un monologue imaginaire de la reine où celle-ci passe en revue les endroits susceptibles de l’accueillir dans son exil, pour les rejeter sous des prétextes grotesques, dans le seul but d’attendrir son fils et rester à la cour110.

94Dans cette affaire, les textes n’ont pas œuvré seuls à l’éloignement de la reine, mais ils ont contribué à amorcer les négociations avec les autorités et ont placé le prince en position d’imposer ses vues puisqu’il était désormais impossible d’envisager une cohabitation à l’Alcazar entre le nouveau Premier ministre et sa pire ennemie. Une telle lecture raisonnant en coups tactiques rend compte, par un biais pragmatique, de l’élargissement des modalités d’action offertes par l’écriture polémique. Par ailleurs, les écrits mis en circulation ont également pesé dans l’évolution des rapports de forces et sur la trame événementielle en fournissant une justification de ce renvoi rendu concevable pour les contemporains, sans heurter leur horizon politique.

e) Asseoir son pouvoir ?

95On le voit, l’arrivée à la cour de don Juan se produit dans un contexte de crise où les rapports de forces restent mouvants. La question du statut de Mariana, déterminante dans l’équilibre des configurations politiques, n’est pas réglée. Afin d’achever cette étude de la campagne d’opinion, il convient d’analyser, dans une dernière séquence, comment don Juan tente d’asseoir son autorité dans les premiers mois de son ministériat. À peine en place, le prince doit affronter une salve pamphlétaire qui le dénonce ou le tourne en dérision. L’enjeu est le suivant : comment gérer, une fois sorti de la dissidence, les attaques acerbes de ses détracteurs et la place croissante de ce type de production textuelle dans le champ politique.

96Les écrits antijuanistes, malgré leur virulence, demeurent isolés les uns des autres : aucune dynamique ne se crée, peut-être parce que les auteurs se contentent de se lamenter au sujet des malheurs des temps sur un mode ironique ou amer, sans s’ancrer dans un contexte précis. Lorsque c’est le cas, il s’agit en général de pasquins cherchant à faire un bon mot. Ainsi, le 2 avril 1677, les Madrilènes pouvaient lire le placard suivant :

  • 111 « La carne el año passado/Valía a solo cartorce/El pan se vale a sus once/Y en este no se ha bajado (...)

La viande de l’an dernier
Ne coûtait que quatorze
Le pain vaut onze
Et de tout ceci seul a été baissé
Le cheval de bronze111.

  • 112 Ibid., pp. 366-367.

97Tout en décriant la hausse des prix, l’auteur fait allusion à l’initiative de don Juan de transporter la statue équestre en bronze de Philippe IV de l’Alcazar au palais du Retiro, qui était sa place initiale112. Le texte critique l’obsession du nouveau Premier ministre à balayer les initiatives de ses prédécesseurs. Il fustige ses efforts pour signifier son pouvoir au moyen de diverses mesures symboliques dérisoires au regard des maux qui accablent la monarchie. Le même raisonnement se répète à l’infini : don Juan est un beau parleur, mû par son hybris, il ne respecte pas ses promesses de régénération de l’Espagne et s’empare de tout le pouvoir tandis que la monarchie s’embourbe dans la crise.

  • 113 Desvergüenza en la plaza en el Senado (BNE, ms. 11.051, fos 48vo-52ro).

98Don Juan se montre sensible quand on manie contre lui l’arme pamphlétaire. Il riposte de deux façons. Tout d’abord, il muselle ses ennemis en les bannissant, dès qu’il les a identifiés comme publicistes. Ensuite, il engage des hommes de confiance, en particulier Guerra, pour répondre à ses détracteurs, dans des textes qui reprennent les griefs qu’on formule contre lui. C’est que le bâtard royal affronte un adversaire de taille, le jésuite Juan Cortés Ossorio, solidaire de son ordre, et qui lui voue une haine tenace depuis l’éviction de Nithard. Cortés Ossorio compose plusieurs dialogues mettant en scène des personnages allégoriques, des individus représentatifs d’une catégorie sociale dont ils sont supposés incarner les opinions et les façons de raisonner, des personnages historiques parfois. Imprégné de sa formation scolastique, le jésuite travaille souvent à partir d’un texte préalable qu’il discute : il en offre la glose et, sur cette base, arqueboute ses développements pleins d’un humour acéré. Cependant, la forme dialogue n’est pas un cadre pédagogique destiné à convaincre le lecteur par la raison. Il s’agit plutôt de mettre en scène un simulacre de raisonnement. Dans les textes du jésuite, les thèses de l’adversaire ne sont pas honnêtement défendues par un des interlocuteurs nécessairement amené à capituler à la fin de l’échange. Les protagonistes sont en fait d’accord sur l’essentiel et se confondent en lamentations contre don Juan. Les personnages servent davantage à rendre plaisante l’exposition par les contrastes de caractères et de registres de langage qui reprennent souvent des topoï de la veine picaresque113. Ils facilitent également la clarté du propos, les idées étant mieux individualisées. Enfin, les protagonistes ne représentent jamais une opinion particulière, celle-ci n’ayant aucune légitimité à interférer dans l’espace de la bonne publicité qui n’admet que l’avis d’experts en quête du bien commun. Au contraire, les interlocuteurs représentent par synecdoque une catégorie, ils parlent pour le collectif. À ce titre, ils tiennent au lecteur des propos prescriptifs. Le dispositif ainsi élaboré apparaît d’autant plus efficace qu’il donne à celui-ci l’illusion qu’il a usé de son libre-arbitre pour aboutir aux conclusions vers lesquelles le scripteur l’a en réalité guidé de bout en bout.

  • 114 M. de Guerra y Ribera, Visita de la esperanza y del tiempo (BNE, ms. 8361, fos 677ro-692ro).
  • 115 « Yo soy la medicina de los achaques incurables, lo que no puede curar la razon, lo sana el tiempo  (...)

99Dans les premiers mois du ministériat de don Juan surgit donc le pasquin « Peor que estaba », remettant en cause sa capacité à tirer la monarchie hors du gouffre et l’accusant implicitement d’être un imposteur. À l’instigation de son maître, Guerra rédige La Visite de l’Espoir et du Temps visant à répondre à l’accusation de ce placard en particulier et, au-delà, à tous les pamphlets qui le récusent114. Le texte du trinitaire livre un dialogue entre le Temps et l’Espérance. L’Espérance, déçue face à l’immense espoir qu’avait soulevé l’arrivée du prince à Madrid, dit son désarroi. Elle ajoute que la capitale est remplie de rumeurs sur don Juan qui l’attristent. Les griefs ainsi rapportés constituent la trame de la discussion des deux protagonistes : la question de l’exil de la reine, la hausse des prix, le manque de justice, bref l’absence d’amélioration tangible par rapport à l’ère Valenzuela. Le Temps se veut rassurant. Il affirme d’emblée : « Je suis le remède des maladies incurables, ce que peut soigner la raison, le temps le guérit115 ». Il reproche à l’Espérance, elle-même mère de Désir, son impatience. Pour établir un contraste entre la situation du moment et la situation antèrieure, il dresse un tableau désastreux de la monarchie à l’arrivée de don Juan. Enfin, le Temps répond point par point aux rumeurs, en affirmant qu’il a partie liée avec le Premier ministre. Selon lui, l’exil de la reine ne fait que répondre au Testament de Philippe dont il fallait accomplir la volonté coûte que coûte. Sur les autres points, il délivre une analyse détaillée du système politique qui aboutit toujours à une même conclusion : il faut donner du temps au temps.

  • 116 J. Cortés Ossorio, Venta de los Viveros (BL, Eg. 353, fos 23ro-61vo).
  • 117 Ibid., fo 37vo.

100Cortes Ossorio riposte avec la Conférence authentique à l’auberge des Viveros, une conversation entre plusieurs protagonistes qui commentent le texte du trinitaire devenu la cible des moqueries116. La conférence réunit un laboureur, un soldat et deux étudiants, le licencié Crespo et le bachelier Badulaque (le seul juaniste de l’assemblée qui a amené la Visite de l’Espoir et du Temps dont ils vont discuter). La défaite de l’argumentation juaniste est signifiée par le silence que les protagonistes imposent à Badulaque qui les aurait soûlés d’inepties117.

101Ainsi, même au pouvoir, don Juan prend au sérieux l’arme pamphlétaire dont il n’hésite pas à user pour répondre à ses détracteurs. Si le statut de cette production textuelle demeure flou, elle n’est plus méprisée par les autorités incarnées ici par don Juan qui préfère combattre le mal par le mal. On mesure la différence avec la posture d’un Nithard, rechignant à entrer dans la querelle en 1668 et celle d’un Valenzuela muet au long de la campagne d’opinion. En considérant les textes polémiques comme des symptômes révélant les mécontentements ou comme un levier redoutable aux mains des alliés de la reine pour provoquer contre lui un mouvement d’opinion, don Juan reconnaît la spécificité de ces discours. Dangereux par essence, les textes polémiques constituent pourtant un moyen inédit de négociation avec les autorités et, pour ces dernières, ils permettent de prévenir les troubles si l’on sait les entendre et y répondre.

102La campagne d’opinion contre Valenzuela confirme qu’à chaque fois que les formes traditionnelles de négociation échouent, le passage d’un régime du secret et de la tractation occulte à un régime de publicité permet de relancer la dynamique. La mobilisation de publics hétérogènes par des moyens divers et par la mise en scène de cette mobilisation offrent à la dissidence des éléments de pression imparables. Mais cette assertion générale ne suffit pas à rendre compte de la richesse du positionnement permise par les libelles. Ils donnent la possibilité de justifier une action de dissidence en s’intégrant sans heurt dans l’imaginaire politique des contemporains et, de la sorte, rendent possible d’échapper à l’accusation de désobéissance ouverte. Ils donnent un sens à un mouvement d’opinion et infléchissent ce sens à volonté. Ils permettent de choisir les publics qui participent à la querelle, l’élargissant ou le sélectionnant en fonction des rapports de force et des enjeux. Avec la campagne contre Nithard, un nouvel art de la négociation s’est ainsi ouvert et connaît des sommets lors de la guerre de plumes contre Valenzuela.

Notes

1 G. Maura y Gamazo, Vida y reinado de Carlos II, p. 144.

2 BNE, ms. 2395, fos 49ro-49vo.

3 CODOIN, vol. 67, pp. 6-7.

4 AGP, caja 1069, exp. 9.

5 CODOIN, vol. 67, p. 8.

6 AGP, caja 1069, exp. 9, 16 avril 1674.

7 G. Maura y Gamazo, Vida y reinado de Carlos II, pp. 153-154.

8 Id., Carlos II y su Corte, t. II, pp. 211-215. Depuis janvier 1674, Aguilar détient le titre de teniente coronel du régiment de la Chamberga.

9 Ibid., t. II, p. 232.

10 Ibid., t. II, p. 156.

11 A. G. von Kalnein, Juan José de Austria, p. 381.

12 Correspondencia de Don Pascual de Aragon (BNE, ms. 2043).

13 Noticias del ministerio de Valenzuela y de don Juan de Austria en 1675 (BNE, ms. 18.211, fo 1ro).

14 CODOIN, vol. 67, p. 10.

15 K. A. Blüher, Séneca en España.

16 Il devint chroniqueur des royaumes de Castille et Léon, remplaçant ainsi J. Pellicer de Ossau y Tovar.

17 J. Baños de Velasco y Acebedo, El Ayo y maestro de príncipes.

18 J. Pellicer de Ossau y Tovar, Chiron maestro de principes y heroes (BNE, ms. 2266).

19 « Mas si sucediere que el principe sea joven, dize Don Alphonso, que le gobiernen su reyno las personas dispuestas por su padre, por escrito o palabra » (J. Baños de Velasco y Acebedo, El Ayo y maestro de príncipes, p. 337).

20 « Formar al fuego, es hechura de prisa : fabricar al torno, es hechura con pereza. Y fabricar de respeto tan alto como la mano de un Principe, no se debe formar a las celeridades de una prisa, sino a las pausas de una experiencia » (M. de Guerra y Ribera, Oracion evangelica, BNE, VE, 1206-1, p. 22).

21 Ibid., p. 21.

22 Ibid., pp. 35-36.

23 AMAE, CP, Espagne, no 62, fo 291ro, courrier anonyme du 7 décembre 1674.

24 AGS, CSR, leg. 216.

25 D. Bodart, Pouvoirs du portrait.

26 « Notable reparo es el de un artificioso relox de movimiento de ruedas, […] (que sean las ruedas simbolo de los Ministros, no hay politico que lo aya dudado). […] Es pues el ministro figurado en la rueda quien obliga con su buen zelo a que se mueva la mano del rey al señalar el beneficio de su Monarquia » (J. Baños de Velasco y Acebedo, Lucio Anneo Seneca ilustrado, pp. 307-308).

27 BNE, ms. 22.659, fo 29vo.

28 G. Sanz qui lui enseignait l’art de la guitare, lui dédie un traité, l’Instruccion de musica sobre la guitarra española.

29 Saxa sequi plectrum visum est ; Te plectra sequntur saxaque ; nam chordas cordaque jure moves.

30 « De la propiedad de la vihuela es la republica quien debe templar el principe de modo que ni por estirada falten sus cuerdas ni por flojas no sirvan » (J. Baños de Velasco y Acebedo, Lucio Anneo Seneca ilustrado, p. 128).

31 Ibid., pp. 128-129.

32 AGS, Estado, leg. 2701.

33 Le 6 novembre 1675.

34 BNE, ms. 2395, fo 52ro.

35 AMZ, ms. 66, fos 149vo-151ro.

36 BNE, ms. 16.655, no 54.

37 Carta que Su Alteza serenísima escribió desde Cavanillas a 8 de noviembre de 1675 a la ciudad de Zaragoza y reino de Aragón (BAV, Barb. Lat. 3558, no 35, fos 79ro-80vo).

38 BLO, ms. Add. A. 142, fos 21ro-21vo.

39 BMV, CH-1467 (7), fos 3ro-3vo.

40 M. de Guerra y Ribera, Sermon de San Andres.

41 Ibid., p. 252.

42 « Haré que seais hechos pescadores de hombres » (ibid., p. 253).

43 Ibid., p. 255.

44 « Con sus acciones lo merezcan » (ibid., p. 254).

45 « El mundo elige tal vez sugetos por hazer ; el cielo a sugetos hechos ; porque estar por hazer un sugeto, es no estar proporcionado, y como la ciega ambicion del poder es idolatra, emula de lo soberano, pretende formar hombres de el polvo, como si huviera heredado juridiciones en el campo damasceno, y siendo tan poderoso el cariño de lo obrado, sin mas titulo que ser hechura del poder, porfia a engrandecerle el amor y por hazerle una gracia, no respeta la justicia » (ibid., pp. 254-255).

46 Ibid., pp. 254-255.

47 Ibid., p. 255.

48 « Deudor a las mas altas alabanzas por sus padecimientos » (ibid., pp. 244-245).

49 « Le Baptiste appelant le Christ agneau, André le suivit, comme amoureux / Aujourd’hui, l’Agneau vient le récompenser de l’avoir suivi » (« Al intitularle el Bautista a Christo cordero, lo siguio Andres como enamorado/Oy viene el Cordero a pagar a Andres el averle seguido ») [ibid., p. 245].

50 Ibid., p. 248.

51 J. Rodríguez Coronel, Sermones exornatorios, t. I, pp. 56-65 (« Sermón quinto de San Andrés, predicado en palacio a su Magestad, año 1675 »).

52 « Teniendo San Andres la Cruz por blason, no tiene que envidiar las llaves del Cielo a San Pedro » : tel est le résumé de cette ultime section que livre le jésuite dans la table des matières (ibid.).

53 Approbation élogieuse des Sermones varios de Santos de M. de Guerra y Ribera.

54 G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, t. II, p. 268.

55 Libro nuevo de la Perdida de España por Mariana (AHN, Estado, lib. 880).

56 « Predicado el día de San Andres el Reverentisimo Padre Fray Manuel de Guerra y Ribera trinitario calzado un sermon santo, doto y desengañado en las claridades de las miserias con que este reyno se va arruynando (a quien antes havia seguido con este christiano celo en otros sermones el Reverentisimo Padre fray Joseph de Madrid capuchino) le llevaron el domingo siguiente un predicador mercenario descalço que fue fray Ysidro de San Juan que predicó lo contrario […] dando a entender que el mayor poder de los monarcas consiste en el promulgar por ley el propio gusto y que sugetarle al arbidrio de lo que decia y sentia el pueblo hera querer los vasalos tiraniçar la magestad. Pretendiendo con esta perversa doctrina opuesta en todo a la de Christo señor nuestro señor, que en aquella real capilla solo se de adoracion al Aguila de plata y a la estatua de Caligula » (ibid., fos 122vo-123ro).

57 J. Rodríguez Coronel, Sermones exornatorios, t. I, pp. 90-91 (« Sermón octavo de los Reyes, predicado en palacio a Su Magestad, año 1676 »).

58 Voir, par exemple, les Maximas rebeladas, dans RAH, 9/1058, fos 148ro-148vo.

59 BNE, ms. 22.659, fos 22ro-22vo.

60 Coplas, dans RAH, 9/5134, fo 149vo.

61 Respectivement : Exortación cristiana (BNE, ms. 8180, fos 185ro-229ro) ; Libro Nuevo de la Perdida de España por Mariana (AHN, Estado, lib. 880).

62 Maximas que ha de guardar la Reyna Nuestra Señora de raçon de estado en el gobierno de la menor hedad de su hixo, el rey nuestro señor Don Carlos Segundo (ibid., fos 40ro-40vo).

63 « El reyno se hiço para el que gobierna no el que gobierna para el Reyno ; es remedio muy saludable y preserbativo al que gobierna empobrecer a los vasallos porque en las riquezas ne se corrompan, ni corrompan a otros, porque enseña la experiencia que son mas suabes los frutos que se cogen de la miseria que la opulencia pues se mantienen con facilidad los subditos en paz, concordia y fee para no temer rebeliones » (ibid., fos 40vo-41ro).

64 Ibid., fo 123ro.

65 Ibid., fos 169ro-172ro.

66 BNE, ms. 2395, fos 58ro-59ro.

67 Fr.-A. Mignet (éd.), Négociations relatives à la succession d’Espagne, t. IV, p. 634, lettre de l’ambassadeur danois au Chevalier de Terlon, datée du 30 décembre 1676.

68 A. Álvarez-Ossorio, « Ceremonial de la majestad y protesta aristocrática ».

69 BL, Add. 17.518, fos 189ro-189vo.

70 Ibid., fo 189ro.

71 A. Jouanna, Le devoir de révolte.

72 Dans une lettre du 26 décembre 1676, le nonce Millini présente la probable venue de don Juan à Madrid comme le prélude à un « tumulte populaire » (ASV, SS, Esp., no 148, fo 136ro).

73 M. Angenot, La parole pamphlétaire.

74 Le 17 décembre, une consulte des deux Conseils se prononce pour l’emprisonnement de Valenzuela. Mais en dépit de cet avis, rien n’est gagné jusqu’au dernier moment tant les configurations de pouvoir sont mouvantes et transcendent les organes de la polysynodie. Ainsi, le 19 décembre, l’Almirante, le Condestable, Astillano et Valenzuela proposent à la régente et à Charles II de les mettre en sécurité dans l’Alcazar de Ségovie.

75 BNE, ms. 17.482, fo 9ro, lettre de Galaretto du 12 février 1676.

76 Sucesos varios desde que salio de su menor edad el señor Carlos II hasta la muerte de don Juan de Austria (BNE, ms. 9399, fo 59vo).

77 Fr.-A. Mignet (éd.), Négociations relatives à la succession d’Espagne, t. IV, p. 635.

78 La libertad de los ojos, ingenuidad de la lengua (AHN, Estado, lib. 873, fos 134ro-189ro).

79 Decimas glossadas por el Padre Nuestro en que por estilo admirable dieron razones al Rey Nuestro Señor quan importante le era a su Real servicio la assistencia en el gobierno de la monarquia de España del serenissimo Señor Don Juan (BNE, ms. 18.443, fo 228ro).

80 Obligacion del vasallo y la obediencia a su Rey contiene los grandes peligros en que se ha visto el Serenissimo Señor Don Juan de Austria y como Dios nuestro Señor le libro de ellos (ibid., fos 222vo-224vo).

81 « Todo Aragon me recibe/Desde el chico hasta el jurado/No podre contar aqui/Lo de plata y regalo/Hasta un pobre labrador/Con lagrimas llorando/Me presento dos doblones/Que adquiriera en cinquenta años/Pues que diremos del vulgo/Todos me estan adorando/Y mil y quinientos hombres/ Armados de punta en blanco » (ibid., fo 223vo).

82 Orígen de la Casa de Valenzuela (BNE, ms. 11.663).

83 Coplas a don Fernando de Valenzuela (BNE, ms. 3749, fo 43vo).

84 « Teme el dia Duende grande/Que yo espero que en la plaza/Al son de una cuerda sola/En el aire haras mudanzas » (Octavas, RAH, 9/1058, fo 38vo).

85 BL, Harl. 4520, fo 108ro.

86 La junte se compose de Pascual de Aragón, de l’Almirante, du Condestable et de Medinaceli. Ce sont les deux premiers qui convainquent Charles d’appeler son frère.

87 Le débat sur l’exil de Mariana ne s’ouvre à la cour que le 13 janvier 1677.

88 L’ordre royal n’est obtenu que le 16 janvier 1677.

89 Lettre du 3 janvier 1677 (ASV, SS, Esp., no 149, fo 271ro).

90 Ibid., fo 271vo.

91 BNE, ms. 18.443, fo 241ro.

92 Voto que hizo a Su Alteza don Juan José de Austria uno de los tres grandes que fueron a Yta [sic], fue singular (RB, II-1147, fos 184ro-190ro).

93 A. Álvarez-Ossorio, « Fueros, Cortes y clientelas », pp. 285-287.

94 CODOIN, vol. 67, pp. 18-19.

95 Les travaux récents insistent sur ce point. Ainsi, Kalnein intitule le passage du récit de la marche, « El viage a Madrid » (« Le voyage à Madrid ») [A. G. von Kalnein, Juan José de Austria, p. 410].

96 Ce dernier arrive le 17 janvier à Hita.

97 CODOIN, vol. 67, p. 71.

98 J. de Sola i Segura, Bosquejo y breve epitome, fo 3vo (BC, F. Bons, no 226).

99 « Nos pot explicar lo gust/Que causa en los demes pits/Tan efertada elecciò./Un decret tant aplaudit./Puix fon tal que nocabent/Dins sos limits primit/En alboros per Ciutat/En un instant se expelli » (Recopilació y breve relació de las moltas, p. 1, BC, F. Bons, no 228).

100 Calendario reformado por la santidad de don Juan el segundo deste año de 1677 (BNE, ms. 2034, fo 75ro) ; Pronostico y sumario para este año de 1677 que previene futturos sucesos y toca los preteritos (ibid., fo 73ro) ; Pronostico y Solario para el presente año y futuro, compuesto por el Bachiller Maestro y Licenciado en las facultades reales y son las mexores facultades (ibid., fo 89ro) ; Pronostico y lunario para este año presente. Compuesto porque no es descompuesto por el bachiller Licenciado y Maestro en las facultades reales que son las mexores facultades. Juicio del año (BNE, ms. 2733, fos 17ro-17vo ; ms. 3749, fos 40vo-41vo).

101 ASV, SS, Spagna, no 149, fo 645ro.

102 Romance a Don Fernando Valenzuela en su cayda del ministerio (BNE, ms. 18.211, fos 203ro-204ro).

103 Preguntas que hace un Labrador a un cortesano (RAH, 9/1058, fos 162ro-162vo). Le texte contient une allusion au 14 janvier 1677.

104 « Labrador : Quien a España ya difunta/¿Tan en breve vida ha dado ?/Cortesano : Juan con el alba ayudado/Haciendo de luces junta » (ibid., fo 162ro).

105 « L : Pues la nobleza otra vez/¿Ha vuelto a entrar en palacio ?/C : Sí señor, y tan de espacio/Que ha puesto el mundo al reves » (ibid.).

106 « ¿Sabeys quien es Aaron mi hermano y primer Ministro ? ¿Conoceys sus calidades y meritos realiçados ? ¿Como os atreveys a murmurar de su persona atrevidos ? Por mandado de Dios puso en el tabernaculo doze varas de doce Principes Hebreos ; entre las quales solo la de Aaron se hermoseo con flores y enriquecio con frutos. Convencidos los emulos con este milagro cesaron las murmuraciones y quedo confirmada por del cielo la elección que hizo Moyses en su querido hermano. ¿No son estas flores y frutos representacion propissima de las del señor don Juan de Austria ? Es sin duda » (J. A. de Sandoval, Oracion panegyrica en accion de gracias, p. 6 , BC, F. Bons, no 8342).

107 « Mientras estubiere la Reyna Madre al lado de su hijo, no obedeceremos nada que nos mande porque no sera el Rey quien nos lo manda, sino su Madre que ha mucho tiempo que no manda cosa que no sea contra su hijo » (Copia de papel que el Duque de Alba escrivió al Cardenal de Toledo el dia domingo 3 de enero de 1677, ASV, SS, Spagna, no 149, fo 271ro).

108 Voto que hizo a Su Alteza don Juan José de Austria uno de los tres grandes que fueron a Yta [sic], fue singular (RB, II-1147, fos 184ro-190ro).

109 A las lagrimas de la Reyna (BNE, ms. 7782, fos 31ro-32ro).

110 Soliloquio de la Reyna sobre la eleccion de parage para su residencia (BNE, ms. 4052, fo 82ro).

111 « La carne el año passado/Valía a solo cartorce/El pan se vale a sus once/Y en este no se ha bajado/ Más que el caballo de bronce » (cité dans G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, t. II, p. 366).

112 Ibid., pp. 366-367.

113 Desvergüenza en la plaza en el Senado (BNE, ms. 11.051, fos 48vo-52ro).

114 M. de Guerra y Ribera, Visita de la esperanza y del tiempo (BNE, ms. 8361, fos 677ro-692ro).

115 « Yo soy la medicina de los achaques incurables, lo que no puede curar la razon, lo sana el tiempo » (ibid., fo 2vo).

116 J. Cortés Ossorio, Venta de los Viveros (BL, Eg. 353, fos 23ro-61vo).

117 Ibid., fo 37vo.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search