Version classiqueVersion mobile

Guerres de plumes

 | 
Héloïse Hermant

Première partie. Les guerres de plumes orchestrées par don Juan José de Austria : un nouvel art de négociation politique ?

Chapitre II. La campagne d’opinion de don Juan José contre le père Nithard : résister sans désobéir ?

Texte intégral

1En renonçant aux intrigues curiales pour lancer une campagne d’opinion contre Nithard, don Juan fait basculer les modalités traditionnelles de négociation et de dissidence, qui passent d’un régime du secret et de l’opacité à un régime de publicité sous-tendu par une pratique singulière de l’écriture. La parution du manifeste de Consuegra change la nature de la querelle et les règles du jeu qui y président. À une logique de l’enfouissement et de la dissimulation qui structurait l’univers du courtisan, succède une logique de visibilité et de diffusion mise en œuvre par un art consommé de l’apparition. La révélation brusque inscrite dans une temporalité courte, si caractéristique de l’intrigue, le cède désormais à une orchestration savante d’effets d’annonce indissociable d’une temporalité longue.

2On a vu à quel point les circonstances ont pesé, pour le prince, dans le renoncement aux machines de palais ainsi que dans le choix de publier à large échelle une série de lettres ouvertes proches du manifeste, scandant les temps forts de la négociation avec la régente et la Junte tout en en infléchissant le cours. Néanmoins, on ne saurait en rester au « coup de tonnerre » de Consuegra, c’est-à-dire au constat de la dimension inédite de cet événement, dans la mesure où don Juan a fait de cette pratique le cœur d’une stratégie victorieuse qui a abouti à l’exil du jésuite.

3Dans ce chapitre, il s’agira de comprendre, à partir de la campagne d’opinion orchestrée contre Nithard, comment la mobilisation de publics réalisée par l’intermédiaire de textes polémiques exerce, en canalisant le déchaînement de la violence, une réelle pression sur le pouvoir, mais réussit à éviter les réalités de la rébellion. Cette pratique offre un moyen inédit d’action dans une monarchie où on ne saurait s’opposer ouvertement au roi qui demeure source de toute juridiction. Au fil de notre analyse, nous tenterons de résoudre les interrogations qui en découlent : la suspension de la violence concrète que réalise l’écrit au profit d’une violence verbale apaise-t-elle les tensions ? Enrichit-elle le répertoire d’action de la négociation politique alors que les canaux traditionnels de dialogue entre le roi et les sujets sont mis hors-jeu ? Dans quelle mesure les modalités d’action propres à l’écriture polémique permettent-elles de résister sans désobéir ouvertement ?

I. — LA CAMPAGNE ÉPISTOLAIRE DE DON JUAN, UNE DÉMARCHE SINGULIÈRE

La lutte de don Juan contre Nithard, un duel d’écrits polémiques

4La restitution de la séquence événementielle qui s’étend du 21 octobre 1668 jusqu’au décret signant le renvoi de Nithard amène deux constats. D’une part, le litige prend la forme d’une guerre de plumes où les adversaires s’affrontent par le biais de libelles. D’autre part, ce sont les lettres ouvertes de don Juan, renforcées par les écrits de ses partisans, qui infléchissent ou rompent la trame factuelle. À côté de ce que nous qualifions d’événements discursifs, seule la marche sur Madrid constitue un élément déterminant dans le dispositif qui s’enclenche et s’achève par la destitution de Nithard. Le 22 janvier 1669, sous prétexte d’accélérer les négociations avec les autorités, don Juan proclame qu’il se rend à Madrid escorté d’une troupe en armes mise à sa disposition par le vice-roi d’Aragon et supposée assurer sa protection contre le confesseur. Or, cette marche s’inscrit dans la guerre de plumes de don Juan au point d’en constituer un maillon. En effet, la lettre ouverte du 22 janvier 1669 ne se contente pas d’annoncer cette marche, elle en conditionne la possibilité puisque, grâce à ce texte, les acteurs peuvent désormais opposer une version contraire à ceux qui accusent le prince de désobéissance ouverte sans que personne ne puisse prouver définitivement la véracité d’une des deux versions. Par ailleurs, cette marche relance les discussions alors au point mort. Enfin, elle entraîne une prise de plume massive tant chez les nithardistes, qui réagissent à la menace qu’elle matérialise, que chez les juanistes, qui reprennent la négociation en position de force. Pour le reste, en l’absence de journées de violence, de tractations dévoilées et de micro-événements que pourraient investir les textes, le conflit opposant don Juan au valido s’apparente à un duel par textes interposés, tissant un fil discursif polémique qui aboutit à l’expulsion du jésuite.

  • 1 Ch. Jouhaud, Mazarinades : la fronde des mots.
  • 2 Une « action d’écriture », renvoie à un régime d’action spécifique à l’écrit. Il s’agit d’une actio (...)

5En quoi l’orchestration d’une campagne de lettres ouvertes permet-elle au prince de réussir là où l’intrigue avait échoué ? Expliquer comment la publicité devient une arme de choix aux mains de la dissidence oblige à penser les textes polémiques non comme le simple reflet des rapports de forces entre les acteurs mais comme les actions mêmes dont les effets modifient ces rapports de forces et qui constituent de la sorte le ressort essentiel de la lutte de don Juan contre Nithard. Dans son étude sur les mazarinades de la Fronde, Christian Jouhaud part du constat que les polémistes cherchent d’abord à impliquer le plus grand nombre d’acteurs afin d’en faire un public et éventuellement les inciter à prendre position et à manifester ce positionnement1. C’est qu’une telle écriture, à la fois d’idées et d’action, veut convaincre mais également persuader d’agir, aussi bien par le geste que par la parole ou l’écriture ; le triptyque faire croire, faire dire / écrire, faire faire, résume bien l’éventail des effets escomptés par les scripteurs. L’écriture apparaît alors comme une action spécifique inscrite au sein d’un répertoire plus large d’actions2. Se dessine un mouvement en spirale des textes vers des actions qui dépassent la sphère de l’écrit et de la parole, happées en retour par le matériau polémique qui en transforme la teneur et qui agit à son tour par le biais d’autres salves textuelles et aussi, sur un plan non discursif, en provoquant de nouvelles actions modifiant un rapport de forces et un contexte particulier. Il s’agit donc de placer une histoire de la culture écrite et imprimée au cœur d’une histoire sociopolitique. Cette précision méthodologique posée, on peut examiner comment se noue le fil polémique entre les adversaires, amenant le triomphe de l’un et la déroute de l’autre.

L’orchestration de la guerre de plumes contre Nithard par les lettres ouvertes de don Juan

6Chacune des lettres ouvertes de don Juan inaugure une séquence au sein de la campagne d’opinion dirigée contre le confesseur de la reine-mère. La lettre de Consuegra lance cette guerre de plumes d’une ampleur inédite. Elle oriente, directement ou non, la totalité des textes qui paraissent jusqu’à la mi-novembre. Cette lettre-manifeste innocente don Juan et appelle à la prise de position pour ou contre Nithard. Dans une première étape, les deux camps se forment, entraînant une vive réaction chez les contemporains devant l’irruption dans la sphère du politique de libelles au service d’une dissidence revendiquant une certaine légitimité à intervenir dans un espace normalement dévolu à l’information et à la prescription émanant du pouvoir. Les textes mis en circulation à ce stade confirment la puissance d’aimantation du « manifeste » du 21 octobre puisqu’on trouve principalement des gloses et des pastiches de la lettre de Consuegra.

  • 3 Copia de la carta que el Señor don Juan escribio al reyno de Aragon y en la misma conformidad a tod (...)

7Les lettres rédigées le 13 novembre 1668 à Torre de Lledó, où don Juan se réfugie quelque temps avant de gagner Barcelone, ouvrent la deuxième séquence de cette campagne. Par ces missives, don Juan appelle les principales instances représentatives de la monarchie espagnole à lui manifester leur soutien en demandant à la reine le renvoi du confesseur. Ces lettres, qui visent donc à mobiliser les élites politiques, obéissent à un même schéma, à l’exception de variantes qui traduisent une volonté de s’adapter au destinataire afin de mieux le toucher. Ainsi, dans sa lettre au royaume d’Aragon et dans celles qu’il envoie aux villes ayant vote aux Cortes, don Juan met en avant le service qu’il doit au roi et surtout l’honneur des Espagnols3. Il insiste sur la mort ignominieuse de Malladas, Aragonais, et sur la violation des fueros qu’a constitué son assassinat. Enfin, il évoque le scandale de voir un étranger détenir un pouvoir despotique et se lamente de l’arbitraire des procédures de la reine. Les paroles outrées d’un nithardiste résument les enjeux que renferment les lettres de Torre de Lledó. Selon lui, le bâtard royal a envoyé des

  • 4 « Cartas para la reyna nuestra señora y circulares para todos los reynos, ciudades, comunidades con (...)

lettres à la reine et des circulaires pour tous les royaumes, toutes les villes et toutes les communautés afin de les constituer en juge d’appel de sa cause ; et afin de les inciter au final à se rebeller et à se soulever4.

8Cette séquence correspond donc à une phase d’extension de la lutte doublée d’un élargissement géographique à la totalité de la péninsule. Avec l’intervention d’un nouvel acteur, l’ensemble des municipalités dont l’addition évoque l’autorité des Cortes, le bras de fer que prince a engagé avec la reine se transmute en une lutte de légitimité. Il est à souligner que don Juan ouvre un espace de discussion neuf par un moyen inédit plutôt que de s’inscrire dans une action judiciaire traditionnelle où il était condamné d’avance.

  • 5 Barcelone, Vic, La Seu d’Urgell soutiennent don Juan ; Valence est divisée. En Castille, les villes (...)
  • 6 Respectivement, BNE, ms. 8349, fos 10vo-14ro et 134vo-135vo.

9Surtout, la mise en circulation des lettres de Torre de Lledó provoque une réaction de la régente qui mène une contre-campagne d’opinion. Elle envoie quelques lettres d’intimidation aux instances sollicitées par le prince et ordonne de faire arrêter les porteurs des missives de don Juan. Par ailleurs, elle compte sur un réseau d’alliés placés aux postes stratégiques qu’elle a achevé d’édifier à l’annonce même de la fuite du prince à Barcelone, sans hésiter à recourir à des mesures arbitraires. Les rapports de forces s’équilibrent vite car pendant son séjour catalan le prince s’est construit un réseau de fidèles dans toute l’Espagne. En activant des logiques clientélaires à travers une correspondance adressée aux principaux acteurs politiques, don Juan sollicite l’appui des instances représentatives de la monarchie et se préoccupe de conserver les liens noués. De ce point de vue, n’imaginons pas que les réactions mitigées aux missives du prince expriment forcément un désaveu à son égard5. Elles rendent plutôt compte de la prudence d’interlocuteurs conscients qu’ils ne pouvaient afficher un soutien à don Juan sans s’exposer à des représailles. Enfin, les consultes du Conseil de Castille, le 19 décembre 1668, et du Conseil d’État, le 21 décembre, qui prônent le renvoi de Nithard et affichent ainsi un soutien de poids à don Juan se heurtent au refus de la reine6. C’est la preuve d’un blocage institutionnel et de l’impossibilité à résoudre le conflit par cette voie. Dans les faits, cet équilibre des partis entraîne une paralysie traduite par une succession d’échanges épistolaires entre le prince, la reine, les Conseils et les villes, du début du mois de décembre 1668 à la mi-janvier 1669, sans que l’équilibre ne bascule en faveur d’un camp ou de l’autre.

  • 7 AHN, Estado, lib. 878, fos 18ro-18vo.

10Brisant l’immobilisme, don Juan annonce qu’il quitte la Catalogne pour Madrid, accompagné d’une troupe en armes chargée d’assurer sa protection, dans une lettre rédigée à Barcelone du 22 janvier 16697. Sous prétexte de faciliter les négociations déjà entamées avec la cour et dans le but de démentir la rumeur d’une collusion avec la France depuis la Catalogne, il prend la tête d’une marche sur la capitale et inaugure ainsi une nouvelle séquence d’action qui rompt avec la logique de territorialisation des partis. Ce coup d’éclat épistolaire qui accélère le processus de destitution de Nithard suit une phase de la guerre de plumes marquée par une longue succession de textes presque exclusivement juanistes alors que la production nithardiste s’amenuise. De la sorte, la supériorité du parti du prince l’encourage à reprendre l’initiative. Ici, se dessine un lien fort entre le constat d’un basculement des rapports de forces visible dans la production textuelle et sa traduction dans les faits par une marche militaire déployant une violence théâtralisée puisque la manœuvre revenait à étaler à la vue de tous sa force sans l’activer.

  • 8 Il s’agit de deux lettres écrites successivement. Alors que don Juan est aux portes de la capitale, (...)
  • 9 RAH, 9/643, fos 177ro-179vo.

11Le dernier acte s’ouvre avec les deux lettres rédigées à Junquera le 22 février 1669 qui exploitent la situation en posant comme ultimatum à Mariana le renvoi du jésuite8. Ce dernier est exilé le 25 février par un décret de la reine. Publié le 3 mars, le manifeste de Torrejón de Ardoz marque le point d’orgue de cette ultime séquence. Dans ce texte, don Juan instrumentalise les divers mécontentements exprimés pendant cette période de crise. Il cherche ainsi à se ménager une position dominante dans la négociation avec la régente afin d’obtenir une place au pouvoir9.

Cerner la spécificité des modalités d’action de don Juan ? La voix des acteurs de la crise

12Comment rendre compte des procédures mises en œuvre par le prince à travers l’écriture et la publicité ? Les propos des contemporains ayant pris la plume sur ce thème nous éclaire sur la spécificité du phénomène. Une analyse lexicographique des libelles montre comment, dans les deux camps, on tente de formuler par le tour indirect des figures de style la singularité de telles modalités d’action par l’écriture capables, sans s’accompagner d’une violence effective, de semer la peur et la division au sein du royaume. Un tel pouvoir présente deux faces opposées et complémentaires : sur leur versant négatif, les mots et les textes deviennent poison, sur leur versant positif, remède.

13Après avoir désigné don Juan comme le responsable de la vague pamphlétaire, don Babil, protagoniste d’une satire, justifie la virulence des libelles par un discours médical sur les humeurs. Le clerc file la métaphore de la république assimilée au corps mystique né d’un rapport unissant, d’une part, le roi et ses sujets et, de l’autre, la tête du royaume et ses membres, sur fond d’une analogie entre corps humain et corps de la monarchie. Quand il évoque les textes partisans, il se réjouit qu’ils purgent l’Espagne des humeurs malignes grâce aux vertus d’une mystérieuse chimie :

  • 10 « Es aforismo de la medicina que los medicamentos purgantes y mas en humores recios, conviene sean (...)

C’est un aphorisme de la médecine que les médicaments purgatifs, surtout pour les humeurs les plus tenaces, doivent être violents et posséder une acrimonie vénéneuse qui résolve les humeurs et les extirpe, quitte à causer quelque dommage à la santé. C’est pourquoi […] plus on nous peint [don Juan] acre et vénéneux, plus il nous paraît efficace pour soigner ce corps et pour évacuer et diminuer (malgré quelques dommages) ces humeurs des impôts10.

  • 11 Anatomia christianapolitica en que se examina la carta que el señor Don Juan de Austria escribio a (...)
  • 12 « Ha sembrado papeles en el pueblo de que se puedan ocasionar tumultos […] zozobra la quietud publi (...)

14Une kyrielle d’auteurs propose un double négatif de cette vision, accusant les libelles de contamination délétère par voie aérienne. Le concert de déplorations qu’ils orchestrent se résume en un cri d’alarme : ces écrits scandaleux vouent la monarchie à une mort prochaine. La menace semble si pressante que certains scripteurs la brandissent dès le titre, à l’instar de l’Anatomie chrétienne et politique où l’on examine la lettre que Monseigneur don Juan a écrit à Madame la Reine, le 21 octobre 1668 depuis Consuegra et où l’on découvre les humeurs pestilentielles et corrompues ainsi que les atroces infections mortifères que recèlent tous ses membres, ses clauses et ses mots11. Lorsque les acteurs abandonnent les métaphores humorales et qu’ils recourent à un registre de langage proprement politique, ils raisonnent en termes d’une guerre civile porteuse de violence. Les discours des alliés du jésuite insèrent les lettres ouvertes de don Juan dans une chaîne d’actions confuse menant à la ruine du royaume : « Il a diffusé des écrits au sein du peuple susceptibles de provoquer des troubles […] il malmène la quiétude publique pour sa cause12 ».

15L’insistance des contemporains sur la spécificité de ces modalités d’action n’autorise pas pour autant à analyser la production pamphlétaire par le prisme du performatif. Conférer un pouvoir magique à l’écriture évacue des questions essentielles à la compréhension du mécanisme. Quel enseignement donc tirer de ces propos ? Le premier, dont les publicistes sont conscients, réside dans la capacité des textes à exercer une action à distance sans qu’on puisse la ramener à une unique chaîne de causalité. C’est ce que le choix des métaphores humorales exprime. En second lieu, les libellistes soulignent la violence dont les libelles seraient les vecteurs. Enfin, s’ils expriment des avis divergents quant à la fonction à accorder à cette violence (les textes polémiques engendrent-ils une guerre civile ou constituent-ils le remède régénérateur de la république ?), ils lient violence verbale et physique. On en déduit que l’écriture exercerait son action comme un mode de violence non actualisée, grâce aux vertus de la publicité de l’écriture qui fait lutter des acteurs qui ne peuvent en découdre sur le champ par l’élimination physique de l’un par l’autre parce qu’ils sont éloignés dans l’espace et le temps. Cependant cette impossibilité de la violence concrète ajoute bien une dimension à la violence physique avec laquelle elle interagit. Les libellistes nous invitent donc à appréhender cette première guerre de plumes de la minorité de Charles II par le prisme de la violence. L’enjeu consiste à expliquer comment la violence verbale, en tant que moteur de la polémique, creuse une arène de négociation entre les adversaires et comment cete arène se matérialise par une guerre de plumes.

II. — GUERRE DE PLUMES, VIOLENCE VERBALE ET NÉGOCIATION POLITIQUE

La violence comme moteur de la polémique

16Flatterie, injonction, menace, insulte, argument d’autorité, appel direct ou indirect au meurtre ou à la mort politique et sociale que constitue l’exil : la violence du discours se métamorphose sans cesse. Elle comprend tous les moyens élaborés pour s’imposer à l’adversaire sans son consentement, au même titre que le ferait la violence physique qu’elle peut d’ailleurs provoquer. Réduire au silence ou discréditer sont autant de coups que la violence du discours assène. Or, dans la guerre de plumes de don Juan contre Nithard, la violence n’est pas seulement un épiphénomène, elle constitue un moteur.

a) Défense du bien commun, publicité et dynamique d’écriture

17Une analyse de la dynamique qui préside à l’enchaînement des textes montre que les acteurs écrivent majoritairement pour riposter à ce qu’ils assimilent à une agression. Les nithardistes vivent comme une violence la mise en circulation des écrits juanistes dans un espace de publicité normalement dévolu à la prescription des ordres royaux. La conception que les contemporains partageaient de l’espace de la bonne publicité, telle que la genèse du conflit de don Juan contre Nithard l’a restituée, constitue donc en soi un paramètre de la dynamique de cette guerre de plumes. Sa transgression place en son cœur la question de la violence. Refusant de réduire cet espace à une toile de fond, nous tenterons d’en saisir les effets à l’œuvre.

18On ne s’étonnera pas que ce soient toujours les textes juanistes qui suscitent la réplique du camp adverse. Le scandale que la parution de tels écrits provoque pour les nithardistes et la nécessité où ils se trouvent de les démentir, catalysent leur intervention et alimentent une logique guerrière où s’affrontent le vrai et le faux, le bien et le mal. Le schéma est le suivant. Un texte défendant le prince « tombe », sans qu’on ait plus de précisions, entre les mains d’un allié du jésuite et engendre une si grande et juste colère qu’il contraint le lecteur à prendre la plume. Le Texte où un courtisan fustige la témérité de la lettre de Monseigneur don Juan et découvre ses desseins cachés illustre ce procédé :

  • 13 « La he visto con aquel horror y espanto que hubiera qualquier verdadero español no engañado y en q (...)

[Cette lettre] m’a inspiré l’horreur et l’effroi qu’elle aurait provoqués chez n’importe quel Espagnol, authentique, lucide et ayant ne serait-ce qu’une once d’amour pour le roi notre seigneur et pour la patrie13.

19La réaction est à la hauteur du scandale de la lettre de Consuegra qui singe et mine l’espace de publicité seul autorisé, celui qui correspond à la visibilité de l’ensemble des choses bonnes pour le chrétien et le fidèle sujet et nécessaires à la réalisation du bien commun. Par la lettre du 21 octobre 1668, don Juan viole un espace de visibilité et de publicité sanctuarisé par le pouvoir royal et le pervertit, révélant une déchirure ontologique entre l’être et le paraître traumatisante dans le champ politique espagnol. La monarchie de Charles II, fidèle à la tradition anti-machiavélienne, continue d’ériger en pilier du corps politique la relation spéculaire que doit entretenir le roi vertueux et ses sujets, les apparences manifestant la pureté de l’âme du souverain et inspirant en retour l’amour et le respect des sujets. C’est pourquoi les alliés du jésuite insistent sur la monstruosité de l’irruption du mensonge dans l’espace de publicité :

  • 14 « A mis manos llegó los dias passados una carta (o por decir mejor) un libelo que escrivio y public (...)

J’ai eu entre les mains ces derniers jours une lettre ou plutôt un libelle qu’a écrit et publié Monseigneur don Juan le 21 octobre 1668, c’est un profond océan de mensonges14.

20La conception de l’espace de la bonne publicité joue sur un autre plan dans la dynamique de la guerre de plumes au regard de la violence. Dans la mesure où l’argument de la défense du bien commun est le seul légitime, l’adversaire à combattre doit apparaître comme un danger pour le bien commun. Cette conception favorise une surenchère de la violence qui s’autoalimente par une diabolisation réciproque des acteurs qui, de concurrents ou rivaux, deviennent ennemis publics par les vertus de l’écriture.

21Dans tous les cas, au-delà de la réaction d’un individu singulier animé d’une fin particulière, les prises de plume apparaissent comme l’accomplissement du devoir d’un loyal sujet. En somme, un acte d’écriture engendre un autre acte d’écriture qui engendre à son tour un acte d’écriture et insuffle une dynamique obéissant à une logique viscérale de défense ou de conquête. L’espace de publicité, originellement monopolisé par le pouvoir et que saturent les représentations et les ordres qui en émanent, se trouve occupé par cette guerre de plumes.

22Déterminer ce mécanisme confirme que le camp juaniste ne perd jamais l’initiative et qu’il modèle la morphologie de la guerre de plumes dont les lettres ouvertes du bâtard royal sont les jalons. Chaque séquence suit un même schéma : un écrit juaniste propulse la machine en suscitant répliques et contre-répliques jusqu’à ce la dynamique soit relancée et réorientée par la parution d’une nouvelle lettre ouverte du prince. On mesure l’effet boule de neige qu’opère la masse des libelles par le fait qu’aux nouvelles lettres ouvertes de don Juan préludent presque toujours de longues séquences où les textes en sa faveur nourrissent l’essentiel du corpus. Ainsi, les réseaux de textes signalent, démontrent et consolident la force d’un parti. Le développement de cette guerre de plumes apparaît donc en grande partie endogène et se décline à travers de multiples chaînes pamphlétaires. Non seulement ces textes se regroupent, mais ils s’enchaînent, animés par une dynamique propre.

b) L’engrenage de l’insulte

  • 15 Ch. Jouhaud, Mazarinades : la fronde des mots, p. 107.

23Les contemporains assimilent les mots à des « coups d’écriture », pour reprendre l’expression de Christian Jouhaud, destinés à déstabiliser et à décrédibiliser l’adversaire et son discours partisan15. La calomnie ou l’insulte ont le pouvoir d’abattre un ennemi devenu monstrueux par le souffle épique du scripteur. La pierre, symbole d’une justice sommaire et punitive, représente la force du mot vengeur et introduit le thème de la violence verbale, moteur de l’évolution des rapports de forces. En tant qu’agression verbale, les mots lancent un défi à l’adversaire et suscitent une riposte conformément au code de l’honneur. Puisant ses principes dans les origines militaires de l’aristocratie, ce code érige le courage en marqueur privilégié de noblesse et proscrit toute lâcheté aussi bien dans la guerre publique que dans la guerre privée. Ne pas répondre à une provocation, quelle que soit sa nature, revient à laisser se répandre la macule de l’infamie sur son nom et à avouer sa lâcheté. La logique du raisonnement peut entraîner une remise en cause de la noblesse. Une spirale de violence s’enclenche puisqu’il ne faut jamais laisser l’arène vide et qu’on attend de l’offensé qu’il se défende pour réparer son honneur.

Montée de la violence et violence contenue : les effets du dispositif discursif de la polémique

  • 16 Censura cristiana a la política censura de la carta del Señor Don Juan para la Reyna Nuestra Señora(...)
  • 17 « Ven aca maldito censurador ! » (ibid., fo 46ro).
  • 18 « Algun librete viejo lleno de polvo, de tiempo de los Moros » (ibid., fo 37ro).
  • 19 Ibid., fos 54ro-54vo.

24Les écrits polémiques des deux camps laissent percevoir que le verbe se substitue fréquemment à la rixe. Les jeux de plumes remplacent les jeux de mains et lancent une spirale de violence verbale qui s’accroît de texte en texte. Dans la Censure chrétienne de la censure politique de la lettre de Monseigneur don Juan adressée à la reine, l’agressivité suinte de chaque ligne16. L’apostrophe initiale, « Approche, maudit censeur », suggère le désir non actualisé d’une lutte corps-à-corps alors que le propre de la correspondance épistolaire réside justement dans l’infranchissable distance séparant des interlocuteurs17. Le scripteur prend violemment à parti l’auteur juaniste, l’insulte pour finalement lui garantir qu’il va lui enseigner ce qu’est la raison. C’est donc une correction qu’il veut lui infliger. Le nithardiste poursuit sa diatribe en affirmant que le tissu de mensonges juanistes a puisé dans « quelque vieux livre couvert de poussière, du temps des Maures18 ». L’allusion aux Maures signifie l’impossibilité d’une discussion. En effet, la discussion suppose que les acteurs en présence partagent un certain nombre de présupposés et de valeurs qui jouent le rôle de prémisses grâce auxquels ils peuvent s’accorder. Or, depuis la Reconquista le Maure symbolise celui qui n’appartient pas à la communauté politique et contre lequel on se définit. Qualifier son interlocuteur de Maure le ravale au rang d’ennemi. Plus que d’argumenter, l’auteur du texte désire moucher l’insolent qui a défendu le prince. Cet écrit, rédigé à la deuxième personne, tourne au dialogue fictif avant de sombrer dans le solipsisme puisque le scripteur finit par poser les questions et donner les réponses19.

  • 20 Respectivement, Carta de San Ygnacio de Loyola al Señor don Juan (BNE, ms. 2034, fos 43ro-44vo) ; C (...)
  • 21 Ibid., fos 46vo-47vo.
  • 22 « Al pliego que con el titulo de Ygnacio […] respondo en estilo satirico » (BNE, ms. 2034, fo 46vo)
  • 23 L’expression revient à A. Schopenhauer, L’art d’avoir toujours raison, p. 62.
  • 24 Ibid., p. 63.

25Une semblable montée de la violence verbale opère un crescendo de tensions qui deviennent paroxystiques. Les variations des registres stylistiques fournissent un marqueur opératoire de pics de violence. C’est ce que souligne une grappe de trois textes, la Lettre de saint Ignace de Loyola à Monseigneur don Juan, la Lettre du séraphique Franciscain pour saint Ignace et enfin les Strophes contre ceux qui ont écrit la lettre de saint Ignace20. La première lettre critique Nithard qui déshonore la Compagnie de Jésus. Elle suscite une réplique, la Lettre du séraphique Franciscain pour saint Ignace. Dès la première ligne, le changement de ton éclate. Alors que l’écrit juaniste distillait, par touches, la provocation de son venin, l’auteur de la Lettre pour Ignace crie sa rage devant le procédé. Les mots se font violents, le registre tombe dans la grossièreté. L’agressivité des scripteurs témoigne d’un processus de canalisation momentanée de la violence physique par l’écrit qui revêt alors des formes spécifiques (injures, modifications des registres de langage) et qui fait s’accumuler, tant chez les scripteurs que les lecteurs, des tensions ne demandant qu’à s’actualiser sur le mode d’une violence physique. Les Strophes contre ceux qui ont écrit la lettre de saint Ignace tournent à la querelle entre les ordres religieux (jésuites face aux franciscains et dominicains)21. L’auteur lui-même annonce un changement de style qui traduit la baisse de niveau du débat : « Au pliego portant le titre de saint Ignace […] je réponds par un style satirique22 ». Il n’est plus l’heure d’argumenter, mais de régler des comptes. S’ensuit donc une pluie d’injures contre le scripteur qui a osé usurper l’identité du vénérable fondateur de la Compagnie de Jésus. Ce dernier se voit gratifié de « bouseux ». Le texte s’achève par une longue diatribe contre les dominicains que l’auteur de la lettre d’Ignace incarne par synecdoque. L’évolution du registre de langage ne relève pas du détail coloré. Au contraire, l’insulte cache l’« ultime stratagème » d’un vaincu tout à sa fureur23. L’argument non pas ad hominem — qui vise « ce que l’énonciateur a dit de l’objet » — mais ad personam — qui laisse l’argument de côté pour s’attaquer directement à l’adversaire- constitue la dernière parade possible lorsque l’on a perdu la bataille de l’argumentation. La défaite sur le terrain des idées ne débouche pas sur le silence qui la dévoilerait. Elle relance l’échange avec une violence accrue, par un « appel des facultés de l’esprit à celles du corps ou à l’animalité24 ». Gilles Declercq analyse comment la force perlocutoire de l’insulte qui tend à entacher l’adversaire pour discréditer ses propos place la violence verbale au centre de la dynamique de toute querelle, sous la forme du dénigrement, de l’insulte ou de la menace :

  • 25 G. Declercq, « Avatars de l’argument ad hominem », pp. 366-367.

Dans l’entrelacement de l’ad hominem et de l’ad personam […] le dialogue, lors même qu’il énonce des insultes, a simultanément tendance à justifier leur énonciation, et donc à renouer de la sorte l’enchaînement argumentatif que l’insulte, en soi, par sa force perlocutoire, vise à rompre et interrompre. La mise en cause de la personne de l’interlocuteur explore ainsi les frontières du champ argumentatif, entre polémique, violence et silence25.

26En somme, cette guerre de plumes donne une illustration magistrale de la polémique telle que la définit Michel Foucault. À l’en croire, le polémiste :

  • 26 M. Foucault, « Polémique, politique et problématisation », p. 592.

N’a pas en face de lui un partenaire dans la recherche de la vérité, mais un adversaire, un ennemi qui a tort, qui est nuisible et dont l’existence même constitue une menace. Le jeu pour lui ne consiste donc pas à le reconnaître comme sujet ayant droit à la parole, mais à l’annuler comme interlocuteur de tout dialogue possible, et son objectif final ne sera pas d’approcher autant qu’il se peut d’une difficile vérité, mais de faire triompher la juste cause dont il est depuis le début le porteur manifeste26.

  • 27 L. Boltanski, É. Claverie et alii (dir.), Affaires, scandales et grandes causes.
  • 28 L. Boltanski et É. Claverie, « L’indignation, objet des sciences sociales », p. 415.
  • 29 Ibid., p. 423.

27Dans ces conditions, la montée de la violence semble la conséquence directe du dispositif discursif polémique qui caractérise cette première guerre de plumes de la minorité de Charles II. La « forme affaire », qui a contribué à expliciter la genèse du conflit don Juan / Nithard ainsi que son déplacement de l’espace curial clos des complots et des secrets à un espace de publicité, offre à l’historien un outil heuristique pour mieux cerner le statut de la violence au sein des guerres de plumes27. Luc Boltanski et Élisabeth Claverie soulignent qu’« il n’y a pas de cause, serait-elle menée sur le mode de la non-violence, encore moins d’affaire, qui ne concentre en elle-même d’énormes réservoirs de violence28 ». L’accusation publique que lance l’orchestrateur du mouvement (don Juan) charrie intrinsèquement une grande violence dans la mesure où l’accusation est l’annonce et la justification d’une punition. L’accusateur exige que l’accusé (Nithard) subisse une violence physique et morale (renvoi, emprisonnement) — véritable prélude à une mort politique et sociale. La réplique de l’accusé accroît encore la violence du dispositif car il cherche à renvoyer à son accusateur la violence verbale qu’il a prise de plein fouet. Une dynamique de surenchère et de dramatisation s’initie alors afin d’agréger de plus en plus d’acteurs dans les partis. Mais en même temps, la forme affaire ne fonctionne pas selon une logique de vengeance. Si la dénonciation publique malmène l’accusé, l’accusateur renonce à punir lui-même son adversaire. Il ne le soumettra à aucune violence physique pour s’en remettre au jugement d’un arbitre suprême, seul légitime (les ministres et les conseillers). La démarche implique « l’horizon commun d’un jugement susceptible d’être porté au nom du bien commun » qui assurera le triomphe du vrai sans que la violence physique soit le moyen d’action principal29. Certes, l’action de don Juan est profondément subversive. Cependant, en plaçant son entreprise sous la bannière du bien commun, il se présente comme le restaurateur d’un système dévoyé par la faute du jésuite. Autrement dit, l’affaire peut se résoudre sans nécessiter de transformation totale de l’ordre politique en place ni de guerre civile.

Polémique ou discussion : quel espace de négociation ?

a) L’absence de dialogue : adversaires ou ennemis ?

28Notre analyse de la morphologie de cette guerre de plumes orchestrée contre Nithard aboutit à un constat formel : l’agencement des écrits polémiques relègue en arrière-plan la dynamique textuelle a priori la plus évidente, la succession de questions-réponses, de répliques et de contre-répliques argumentées. En effet, les séries où alternent textes juanistes et textes nithardistes constituent l’exception ; la forme d’un dialogue tissé de texte en texte semble inexistante. Plusieurs facteurs expliquent cette absence de dialogue.

29La stratégie de négation de l’ennemi, propre aux juanistes, dresse un premier obstacle à la discussion. Ignorant leurs adversaires, les juanistes s’abstiennent de commenter les écrits de ces derniers. Ils soulignent ainsi le néant des alliés du confesseur. Grâce à cette attitude qui tient pour quantité négligeable les libelles nithardistes, les juanistes leur dénient le statut d’interlocuteurs. Ce faisant, les amis du prince entravent la possibilité d’ouverture d’un échange par les textes.

  • 30 M. Angenot, La parole pamphlétaire.

30L’attitude des alliés du jésuite entrave aussi le dialogue. En optant de façon privilégiée pour le pamphlet, cette vox clamans in deserto, les nithardistes se murent dans une solitude révoltée ; faisant cavalier seul, ils produisent des textes répétitifs et monotones qui traduisent une dispersion des énergies30. Dans une logique de corps-à-corps, ces auteurs ne conçoivent pas que des écrits puissent avoir des effets conjoints : ils ne cherchent pas à coordonner leurs répliques. Niant toute légitimité aux écrits juanistes, considérant que la masse des textes de la querelle, où ils ont été happés à contrecœur, souille l’espace publicitaire de prescription, les acolytes du confesseur se trouvent pris entre deux feux. Par souci prophylactique, ils entrent dans le jeu introduit par le prince. Mais ils n’en appliquent pas les règles pour éviter de gonfler le conflit. Chacune des ripostes nithardistes se prétend capable d’anéantir à elle seule la totalité de l’édifice de mensonge bâti par les juanistes, sans excroissance textuelle, car un discours d’autorité, autonome et autosuffisant par définition, ne gagne rien à se répéter où à fragmenter son argumentation entre plusieurs textes en réseau. Ce raisonnement ruineux condamne leurs textes à rester à l’état d’isolats figés tels quels dans leur croisade pour le bien, alors même que les contours de ces libelles apparaissent érodés par la présence des autres écrits polémiques dont la configuration d’ensemble infléchit la teneur de chacun.

  • 31 Respectivement, la Respuesta que cierto cavallero cortesano de mucha erudicion, zelo e inteligencia (...)

31Enfin, les nithardistes ne discutent pas vraiment les propos avancés par leurs adversaires mais préfèrent dévier de la question. La Réponse que fit un certain chevalier de la cour, de grande érudition, zèle et intelligence, au texte de la personne versée dans la politique et les affaires de l’État, qui réplique au Texte d’une certaine personne religieuse qui revendique être versée dans la politique, dans les affaires de l’État tout en étant désintéressée et dépassionnée, illustre bien cette incapacité à se confronter aux arguments des sectateurs du fils de Philippe IV31. L’allié du confesseur de Mariana ne reprend pas les thèmes de son adversaire pour les contester et le mettre en difficulté. Au contraire, l’auteur déploie une attaque stéréotypée contre don Juan. Il manie des arguments ressassés et déconnectés du texte catalyseur, proches du catalogue puisque les griefs en restent au stade de l’allégation, sans éléments pour les étayer.

b) Les effets de la masse textuelle : panique et exacerbation des tensions

32L’absence de dialogue révèle une montée de la violence dont les effets sont perceptibles à l’échelle d’un texte ou d’une courte de libelles mais aussi au niveau de la guerre de plumes dans sa totalité. Dans quelle mesure l’écriture polémique contribue à installer un climat de panique exacerbant les tensions ?

  • 32 Escaparate de don Babiles. Segunda parte (BNE, ms. 7787, fo 45ro).

33Au fil des textes, on perçoit la force du pouvoir de mobilisation et la montée de la peur. Alors que dans les deux premiers mois de la querelle, les nithardistes s’offusquaient du public sollicité par la propagande de don Juan qualifié de « populaire », ils finissent par exprimer leurs craintes devant un possible soulèvement encouragé par l’afflux des libelles. Le mépris le cède à la colère. Au début du conflit, les nithardistes pensent décrédibiliser leurs adversaires en soulignant leurs efforts pour s’adresser à un public élargi comprenant les plus humbles qui incarnent l’« anti-public ». L’utilisation de la figure populaire, d’un « peuple-monstre », par les amis du confesseur est d’abord rhétorique et cherche à faire rejaillir l’infamie de cette lie humaine sur ceux qui — croit-on ou feint-on de croire — daignent la considérer. Le ton change fin décembre 1668. Dans le second volet de Don Babil, l’auteur se scandalise des critiques sans vergogne que les plus humbles livrent de la crise politique et il déplore leur revendication à vouloir intervenir en politique pour soutenir don Juan. Il faut y lire en filigrane une critique acide du public supposément visé par les alliés du prince32.

34Puis la crainte étend son emprise en même temps que des textes juanistes posent le « peuple » comme protagoniste dans des écrits qui revêtent souvent la forme de suppliques à la reine et brandissent la menace de la colère d’un peuple assoiffé de justice. On lit dans une satire contre Nithard de janvier 1669 :

  • 33 « Mas quejas que el mar espuma/Forma el grito popular/Ved que es razon escuchar/Tal vez palabras y (...)

Plus de plaintes que la mer d’écume
Forme le cri du peuple
Voyez qu’écouter, il est raisonnable
Parfois les mots et la plume33.

  • 34 Papel de cierta persona religiosa que se precia mucho de politico y estadista, indiferente y desapa (...)
  • 35 Relacion verdadera del festejo y aplauso con que el señor don Juan de Austria fue recibido en la ci (...)

35Dans la dernière étape du conflit, don Juan et ses partisans agitent donc le spectre de la guerre civile, relayés sur ce point par les cris d’alarme des nithardistes34. Le prince met donc en scène la force de mobilisation de son parti à travers la figure du peuple. La parution d’un récit du parcours de don Juan, de Barcelone à Madrid, qui relate la liesse d’une foule fervente se massant autour du prince pour célébrer sa venue et soutenir sa cause vient opportunément accréditer la thèse d’un unanime soutien des Espagnols35. Le prince entretient donc la crainte de la menace de la guerre civile tout en se présentant comme l’unique rempart contre elle.

  • 36 P. L. Lorenzo Cadarso, Los conflictos populares en Castilla.

36Cette théâtralisation du déchaînement de la violence populaire au service du parti juaniste s’appuie sur une réalité sociologique. Dans la dynamique de négociation entre les autorités et certains groupes sociaux, un durcissement des tactiques s’opère et active une spirale des tensions lorsque la voie juridique et judiciaire a tourné à l’impasse. Face à l’inanité des moyens légaux, d’aucuns optent pour des gestes de violence sporadique à charge symbolique avant de sombrer dans une violence effective. Les conflits populaires qu’a étudiés Pedro Luis Lorenzo Cadarso obéissent à une telle progression de la violence par degrés qui commence par l’émission de libelles infamants ou menaçants, souvent placardés dans des lieux publics36. Les textes offensifs n’illustrent qu’une des expressions de l’agressivité manifestée. Des objets peuvent aussi signifier l’infamie : on suspend aux portes d’adversaire des cornes de taureau, symbole de cocuage. Dans un second temps, on passe à des atteintes contre des biens matériels puis à des agressions physiques contre les personnes. Les libelles s’insèrent donc dans un dispositif bien caractérisé et annoncent une violence prête à sourdre. Ils portent une menace par leur seule présence.

37En dehors de la production polémique, les témoignages de contemporains révèlent la croyance ferme en un soulèvement populaire. L’interprétation que Louis XIV donne des événements, peu après l’exil du confesseur, plaide dans ce sens et montre l’impact qu’a pu avoir le Récit véritable des réjouissances et des acclamations qui ont accueilli monseigneur don Juan sur les adversaires du prince. Dans une lettre à son ambassadeur en Autriche, il évoque d’abord Madrid « où le peuple était ému en sa faveur et prêt à se soulever » et, pour mieux le convaincre du danger qu’il incarne, le roi lui adresse

  • 37 AMAE, CP, Autriche, no 32, lettre de Louis XIV au chevalier de Grémonville, de Saint-Germain, datée (...)

une relation de son voyage depuis Barcelone jusqu’à Saragosse, qui fera connaître à l’empereur par les acclamations qui lui ont été faites partout, à quel point il a gagné les esprits de tous les Espagnols, et quels effets dans un esprit immodérément ambitieux, peut produire cette confiance d’avoir tous les peuples entièrement favorables à ses desseins37.

38Au-delà des difficultés que soulève le maniement de la notion de « peuple », il importe que l’image du peuple et l’effet recherché par sa mention évoluent dans cette guerre de plumes. Dans les écrits juanistes, la mise en scène de la force de mobilisation dont le peuple devient un ingrédient central grâce à son pouvoir tératologique, s’accompagne de la menace de destruction de l’adversaire. Cet alliage explosif tétanise et panique toujours davantage les nithardistes. Le réflexe obsidional et l’exaspération impuissante qui s’ensuivent les incitent à jouer leur va-tout en rassemblant des troupes pour contrer l’avancée du prince sur un fond de violence verbale en exponentielle.

39Ainsi, avoir pensé la polémique comme un combat bâti sur un entrelacs entre violence verbale et violence physique nous a permis d’appréhender l’évolution des rapports de forces des deux adversaires. Nous avons pu suivre la montée d’une telle violence par le truchement de l’écriture en restituant trois lignes de force : la frustration qu’éprouvent les acteurs des deux camps de ne pas pouvoir en découdre sur le champ ; la peur croissante qu’éprouvent les nithardistes face à l’éventualité d’un soulèvement, traduite par une agressivité et une intransigeance dans leur réplique à l’entreprise juaniste ; le déchaînement de la violence verbale des juanistes qui manient ainsi un art consommé de la menace pour imposer leurs vues.

40Or, si aucun dialogue ne se noue par les textes entre les adversaires, cela ne condamne pas toute négociation. Selon nous, le crescendo des tensions, perceptible à travers une violence verbale qui ne commet pas l’irréparable d’une violence par les armes, peut enrichir le répertoire d’action de la dissidence. Le fait que don Juan obtienne le renvoi de Nithard et qu’il cesse d’être poursuivi pour devenir à terme vicaire général d’Aragon sans guerre civile valide l’hypothèse. La discussion (échange constructif de propos élaborant une pensée commune) n’est pas la négociation. Notre étude de la violence verbale a montré qu’il était vain de chercher des chaînes argumentatives parce que le moteur n’était pas dialectique mais polémique. Par ailleurs, la montée de la violence verbale ne présage nullement de la recrudescence effective de la violence physique. En effet, la violence verbale peut aussi bien exacerber les tensions et provoquer le déchaînement d’une violence armée que capter cette violence pour l’épuiser dans le temps même de son énonciation.

41L’ambivalence et la polysémie de la violence verbale nous invitent donc à ne pas nous contenter d’une étude interne aux textes polémiques. Il convient plutôt de partir d’eux pour reconstituer l’espace de négociation des adversaires, en élargissant l’analyse aux consultes et à tous les phénomènes non discursifs qui interviennent, comme la marche sur Madrid. Ce n’est qu’à cette condition qu’on pourra comprendre non pas le moteur de la polémique que nous avons déjà identifié comme étant la violence verbale, mais l’enchaînement des événements discursifs et non discursifs dont les lettres ouvertes de don Juan dessinent la trame et qui aboutissent au renvoi de Nithard.

III. — RÉSISTER SANS DÉSOBÉIR ? LA FORCE DE L’ARME ÉPISTOLAIRE ET PAMPHLÉTAIRE AU SERVICE DE LA VICTOIRE DE DON JUAN

Autour de la lettre de Consuegra : gloses et variations du « manifeste » du 21 octobre 1668

a) La pratique de la glose

  • 38 J. Hamesse, « El modelo escolástico de la lectura ».

42Face à l’offensive du prince, les nithardistes répliquent en commentant abondamment les lettres ouvertes de don Juan et les principaux textes qui le soutiennent. Ces commentaires épousent le plus souvent la structure de la glose, c’est-à-dire qu’ils reprennent phrase par phrase, paragraphe par paragraphe, le « manifeste » de Consuegra pour en dévoiler les incohérences logiques ou l’inadéquation des termes employés à leur objet d’application. Le but consiste à prouver que le prince ment, qu’il a voulu et veut tuer Nithard, qu’il a désobéi à la reine et qu’il cherche à s’emparer du pouvoir de sorte que les autorités doivent s’employer à l’incarcer et à le punir. Les alliés du confesseur se livrent ainsi à un découpage au scalpel répétitif, visant à détruire le texte originel au sein d’un nouveau texte qui intègre le premier puisque chaque séquence débute par la citation d’une phrase de la lettre ouverte. L’usage de la glose correspond autant à une idéologie spécifique qu’à une logique d’action38. Elle opère un corps-à-corps textuel où, après avoir donné la voix à l’adversaire, le scripteur effectue un travail systématique de destruction de l’autre selon divers découpages : à l’échelle du mot, d’une proposition, d’une phrase entière.

43La lectio constitue la première étape et correspond à une analyse grammaticale du texte qui en donne la lettre. Il s’agit d’éclaircir le sens d’un mot, d’établir des nuances, de confronter les divergences d’interprétation. Puis la lectio se développe en quaestio afin de dépasser la compréhension littérale et soulever les problèmes posés par le texte qui s’efface alors devant la quête de la vérité. Outre l’efficacité escomptée d’un tel dispositif, la glose puise une force dans sa structure même car il y a bien une morale de la forme. Penser est un art qui exige une transparence du discours et de la méthode, à la différence de la confusion et du désordre qui sont l’apanage de la malice. En s’inscrivant dans l’illustre tradition de la glose, les nithardistes bénéficient de l’autorité prestigieuse de cette pratique discursive et se positionnent en experts.

  • 39 Anatomia cristiana politica (BNE, ms. 8346, fos 104ro-144ro).

44L’Anatomie chrétienne et politique reprend phrase par phrase les écrits du prince pour enchaîner à chaque fois avec un rectificatif, fidèle à la structure lectio / disputatio39. Ce texte constitue la quintessence de la production nithardiste apparentée à la glose des écrits du prince. Son analyse dévoile les procédés des alliés du confesseur dans leur traque du mensonge pour démasquer les ambitions de leur ennemi. Le recensement des composantes du dispositif détermine donc la grammaire des modalités d’action des nithardistes dans la sphère discursive.

  • 40 « Dice pues assi : La tirania del Padre Eberardo. Espantoso exordio y horrible aparato de palabras (...)
  • 41 Ibid., fo 105ro.

45L’auteur de ce texte emblématique commence son analyse des libelles juanistes par une vérification de l’adéquation des mots aux choses. Il s’attarde ainsi sur l’ouverture de la lettre de Consuegra qualifiée d’« odieuse exorde et horrible assemblage de mots ». Il explicite sa méthode : « Voyons si cela correspond à sa vraie signification40 ». Soucieux de rigueur, il rappelle la définition d’Aristote du tyran dont le prince a accablé Nithard en distinguant le tyran d’usurpation et le tyran d’exercice. Il écarte d’emblée le premier cas puisque Nithard est parvenu au pouvoir par les bons soins de la reine sans prises d’armes ou autre violence. Quant à la seconde acception, le scripteur démontre à l’aide de questions rhétoriques qu’elle n’est pas recevable puisque la politique du confesseur a été bonne, qu’il n’a pas accablé les Espagnols avec des impôts supplémentaires, qu’il n’a jamais oeuvré pour ses intérêts propres41.

  • 42 Ibid., fo 106vo.

46Les partisans du jésuite complètent leur entreprise de sape en critiquant l’utilisation de certains mots par don Juan. Ils expliquent pourquoi le prince évite les termes d’« Inquisiteur Général » ou de « confesseur de la reine » pour désigner le valido. S’il se contente de la dénomination de « Nithard », c’est pour ne pas s’attirer les foudres de Mariana et de l’Inquisition. On comprend, en vertu du principe de synecdoque, ce que les deux premières appellations renferment de dangereux pour le bâtard royal. En effet, parler d’Inquisiteur Général jetterait l’infamie sur la totalité de la Suprême et lui attirerait la vindicte de l’institution42. De même, substituer « confesseur de la reine » à « père Nithard » éclabousserait la régente puisque c’est elle qui a désigné son confesseur, ce qui sous-entendrait qu’elle a introduit le mal et la « tyrannie » au pouvoir. Ainsi, le mensonge finit toujours par se laisser saisir par d’infimes traces.

47Le cœur de l’argumentation nithardiste se fonde donc sur des allégations supposées ; les procès d’intention succèdent aux procès d’intention. C’est parce qu’on présume que don Juan veut s’emparer du pouvoir et pour cela déstabiliser l’ordre public qu’on pense déceler une contradiction dans l’affirmation qu’il fait de ne pas avoir voulu se rendre Madrid et d’avoir opté pour la fuite en Aragon. Le ressassement des mêmes arguments au fil des textes vise à créer un effet de vraisemblance afin de prouver la réalité de l’intention prêtée au prince.

  • 43 Don Juan incarne l’ambitieux.
  • 44 Manifiesto que la Reyna gobernadora Nuestra Señora mando firmar y publicar contra Don Juan de Austr (...)

48Dans l’exemple choisi, le procès d’intention restait pris dans la structure de la glose. Mais au fil du déploiement de la querelle il s’autonomise et nourrit de nombreuses diatribes contre don Juan sous des formes variées. Dès octobre 1668, des pastiches de la lettre de Consuegra utilisent le même principe d’accusation et diversifient la production des adversaires du prince. L’argumentation se bâtit sur le présupposé que ce dernier part à la conquête du pouvoir et fait basculer le procès fictif, constitué d’une argumentation juridique dénonçant la violation du droit, dans une étude de caractère43. Le Manifeste que Madame la régente fit signer et publier contre don Juan de Austria en se servant des mêmes mots que ceux de la première lettre adressée à Sa Majesté le 21 octobre depuis Consuegra, en les retournant contre lui présente un décret fictif, construit sur le canevas de la première lettre ouverte de don Juan, où la reine lance une violente accusation contre lui et ordonne son emprisonnement44. En détournant les mots d’un premier texte, le second concrétise la réaction de fermeté que les nithardistes souhaitaient et annule le premier texte.

49Cependant, la pratique de la glose sert mal la cause Nithardiste. Le cadre argumentatif qu’élaborent les juanistes et que délimitent des présupposés jamais discutés, parce qu’invisibles dans les textes et donc insaisissables par les filets de la glose, réduit les alliés du jésuite à répondre terme à terme aux propos du prince, en se mouvant dans le registre du vrai et du faux. L’arène qui se dessine alors exclut les débats de fond seuls susceptibles de mettre don Juan en danger. Ainsi, les nithardistes ne disputent jamais de savoir si un particulier représentant les sujets peut exiger le renvoi d’un valido, mais de si le jésuite est un bon valido. Tranchant par la positive, ils affirment qu’il est absurde de vouloir l’écarter. Les juanistes maîtrisent donc le fil des joutes verbales et ne se privent pas d’attaquer le principal présupposé nithardiste, à savoir que l’Inquisiteur est le bouc-émissaire d’un dangereux assoiffé de pouvoir. La glose nithardiste intègre ainsi des cris scandalisés d’impuissance, qui ne quittent pas le registre émotionnel, dans une armature textuelle ferme issue d’une technique précise et rodée.

Autour des lettres de Torre de Lledó

50La consulte du Conseil de Castille du 20 octobre qui incitait la reine à la conciliation avec don Juan, les nombreux écrits prenant sa défense et enfin l’incapacité des textes nithardistes à démonter par la glose l’argumentation du prince permettent à ce dernier de pousser plus loin son entreprise. C’est ce qui motive la rédaction des lettres de Torre de Lledó du 13 novembre 1668 qui ouvrent une nouvelle séquence de la guerre de plumes. Elles traduisent une phase de territorialisation du conflit ainsi qu’une cristallisation, puis une crispation, des partis. En corollaire, ces missives infléchissent la production nithardiste. À la glose de la lettre de Consuegra, s’ajoutent des textes se proclamant juridiques et associant dans leur réprobation le texte du 21 octobre et ceux du 13 novembre. Des lettres fictives cherchant à ridiculiser don Juan et à démasquer son ambition se multiplient à la même occasion. Le spectre d’action des nithardistes s’élargit donc et ils prennent parfois l’offensive.

  • 45 J.-M. Pelorson, Les « letrados », juristes castillans sous Philippe III.

51L’ensemble des textes juridiques rappellent la glose dans le questionnement minutieux des termes des lettres ouvertes du prince et dans l’analyse des implications de sa démarche où la mise en question tombe dans une « mise à la question ». Néanmoins, la structure diffère. En s’affranchissant du mouvement et du détail de ces lettres, ce type d’écrits développe plusieurs points donnant lieu à une série de séquences parfois classées en « chapitres » et qui nourrissent une démonstration à propos des difficultés juridiques soulevées par la démarche de don Juan. Elles renvoient à des interrogations sur les attributions respectives de la Junte et de la régente, la question du « garrote mal dado », etc. Pour trancher dans ces problèmes s’impose la compétence du letrado, juriste fort d’une solide connaissance du droit et du fonctionnement des institutions dont l’acquisition a été sanctionnée par des grades universitaires et a été renforcée ensuite par une expérience dans l’exercice de certaines charges45. Les magistrats jouissaient du monopole de la production des écrits traitant des pratiques du pouvoir, raison pour laquelle le titre de ces textes insiste sur la nature juridique de la démonstration et parfois sur la qualité de « letrado » du scripteur, avant même d’énoncer l’objet du propos. L’argumentation se bâtit sur des références au droit canonique et civil. Des exemples bibliques et historiques servent d’adjuvant à la pensée ou d’illustration dégageant une autorité forte. De même que pour la glose, ces textes partent d’une analyse de la lettre de Consuegra et présentent la désobéissance de don Juan et l’atteinte à la régente qu’il aurait commise par ses actes inqualifiables comme le nœud du problème. Le pivot de l’argumentation réside dans la démonstration que, derrière Nithard, la vraie cible des attaques est Mariana. Don Juan doit être puni par la peine de mort.

52Néanmoins, la majorité des textes nithardistes adopte une forme plus souple. À partir des lettres de don Juan, les auteurs analysent la démarche du « rebelle » en insistant sur les points qu’ils estiment les plus importants, sans prétention à l’exhaustivité. Après un préambule consacré aux problèmes récurrents de la vie politique espagnole que don Juan remet à l’ordre du jour, comme la question du machiavélisme, les scripteurs enchaînent avec un commentaire libre des lettres du prince assorti de digressions. D’autres dépeignent le bâtard royal comme un ambitieux et englobent sa carrière erratique depuis les désastres des campagnes portugaises, où ils mêlent des exemples historiques ou vétérotestamentaires, autant de précédents dont il faut tirer les enseignements. La majorité de ces écrits tranche par un ton sérieux où percent la rage, le désespoir voire la volonté d’en découdre. En contraste de stratégie, de registre et de ton, les correspondances fictives représentent la nouveauté de cette phase de la guerre de plumes. À partir de cette trame, elles élaborent des petites biographies, voire des portraits de don Juan, souvent sous la forme d’une invective, oscillant de la lamentation burlesque à la satire acerbe. Le scripteur avance grimé sous les traits d’un personnage, ayant eu un lien avec le prince, pour mieux le fustiger.

  • 46 BNE, ms. 2034, fos 15ro-16vo.

53Les textes juanistes, eux, reposent sur un argumentaire simple centré sur la vilenie du confesseur. Les Maximes secrètes de Monseigneur don Juan contre le Père Éverhard en offrent un condensé représentatif46. Le premier point de litige concerne l’ascension de Nithard au poste d’Inquisiteur Général qui garantissait son entrée au Conseil d’État et à la Junte. Pour les alliés du prince, l’état d’ecclésiastique était incompatible avec une fonction de conseiller d’État. Or, faisant fi de cette inadéquation structurelle, Nithard n’avait éprouvé aucun scrupule à violer le testament de Philippe qui proscrivait la réapparition du valido. Se posait, en outre, le problème de la compétence. L’étude de la Bible, la prière et l’exercice de la piété ne pouvaient tenir lieu de propédeutique à la gestion des affaires politiques. Pire, si un ecclésiastique ne pouvait être un politique, la procédure dévoilait son ambition ainsi qu’un manque d’humilité qui le dénonçait comme un mauvais homme d’Église, voire qui le désignait comme un danger public. Dès lors, les effets négatifs s’enchaînaient en cascade. Nithard, assoiffé de pouvoir, avait privilégié ses intérêts personnels au détriment du bien commun. Ce postulat expliquait les malversations, l’exécution sommaire de Malladas, la violation du partage des attributions avec la Junte, son acharnement contre don Juan qu’il avait sciemment éloigné de la reine pour la maintenir sous son emprise.

54En contrepoint, les textes antinithardistes dressent un panégyrique de don Juan n’aspirant qu’au bien de la monarchie et mû par trois justes raisons de vouloir expulser le jésuite : la violation du testament, l’impératif de laver l’honneur de son père, de la reine et le sien en écartant cet étranger et enfin l’obligation d’accomplir son service au roi en libérant les Espagnols d’un joug tyrannique. Puisant dans ce fond, la production juaniste recouvre divers aspects. On dénombre d’abord quelques réponses à des écrits nithardistes, même si la stratégie d’ensemble demeure la publication de la négation de l’adversaire. Plus qu’à ébaucher un dialogue, les juanistes cherchent à riposter violemment à l’adversaire en lui assénant un coup dont il ne se relèvera pas.

  • 47 Papel juridico en que cierto letrado, refiriendo y ponderado los excesos de la primera carta del Se (...)
  • 48 Ibid., fo 215ro.

55Les alliés du pince ont bien senti qu’il ne pouvait laisser l’arène juridique occupée par le camp adverse. La culture du droit était très forte en Espagne et on campait d’abord le roi en législateur et en arbitre. L’impact de la démonstration juridique de culpabilité ou d’innocence de don Juan se révélait donc décisif. Le Texte juridique où un certain letrado, rapportant et évaluant les excès de la première lettre de don Juan, le dédouane d’avoir commis un crime de lèse-majesté combat ainsi les nithardistes sur leur propre terrain en adoptant la structure des textes juridiques décrite précédemment47. Le point névralgique de l’argumentation consiste à montrer que don Juan n’a pas désobéi dans la mesure où toutes ses actions ont trouvé, à plus ou moins long terme, l’aval de la reine. C’est le cas de l’affaire des Flandres mais aussi de la fuite de Consuegra. Deuxième élément, l’affaire Malladas qui donne lieu à un réquisitoire centré sur la violation des procédures : la culpabilité de don Juan reste à prouver ; la Junte a essuyé une humiliation en se trouvant mise à l’écart ; le droit des gens a été bafoué. En troisième lieu, le scripteur débat de la possibilité pour un prince de condamner un homme d’Église. Notre auteur tranche par l’affirmative puisqu’un clerc désobéissant aux ordres royaux nuit à la monarchie qui est l’affaire exclusive du prince48. Une autorité séculière peut condamner un ecclésiastique et don Juan, prince de sang royal, a le droit d’exiger une sanction contre les méfaits de Nithard.

  • 49 Memorial de España a la reyna nuestra Señora (BL, Eg. 326, fos 89ro- 93vo).
  • 50 Carta secreta que un religioso escribio al Señor Inquisidor General Firmada por Dionisio Tempul de (...)
  • 51 BNE, ms. 8347, fo 233ro.

56Outre cette catégorie de textes, la production juaniste se déploie dans les deux grandes directions de la supplique ou de la menace. Dans le premier registre, le texte tiré en le plus grand nombre d’exemplaires est le Mémoire de l’Espagne à la reine49. Du côté de la menace, on retiendra la lettre que le religieux Dionisio Tempul a adressée à l’Inquisiteur Général le 20 décembre 166850. Le jésuite de Saragosse qui invective Nithard lui ordonne de se retirer au terme d’une diatribe haineuse. Le raisonnement suit une ligne simple. Le confesseur est un ambitieux qui s’oppose à un homme juste qui aspire à libérer la monarchie du joug par lequel le clerc l’emprisonne. Ce dernier sacrifie le bien public afin de perdurer dans une charge imméritée51. Cependant, les rapports de forces ont basculé en faveur du prince. Face à une guerre civile prête à éclater, une seule issue raisonnable : que Nithard se retire de lui-même.

  • 52 Misteriosa carta en que disculpa Don Francisco de Quevedo Villegas al Señor Don Juan de Austria en (...)

57Enfin, les écrits juanistes se distinguent des textes nithardistes par la diversité de leur forme, leurs trouvailles et l’attention accordée à la transmission de leur message (clarté du propos et recherche d’une connivence avec le public). Certains reprennent la forme de la lettre fictive, élaborée dans le camp adversaire, comme la Mystérieuse lettre de Quevedo52. Mais pour le reste, les textes juanistes forgent leurs propres caractéristiques. Beaucoup recourent à la fiction mettant en scène des personnages qui disputent du conflit entre don Juan et Nithard. Le ton devient alors satirique, parfois agressif, car les auteurs font du rire une arme redoutable.

La paralysie des institutions

58Une étude du rôle que les consultes jouent au sein de cette première guerre de plumes permet de comprendre l’attentisme des ministres puis la paralysie des institutions devant l’avalanche de papeles. Tout découle du statut spécifique de ces textes. Certes, la consulte n’est pas la loi, ni un acte de juridiction qui se distingue par sa performativité à partir du moment où elle fait l’objet d’une publication, en général imprimée, pour en favoriser la diffusion. Cependant, la consulte renvoie à un mode particulier d’écriture car elle émane directement du pouvoir et dégage une autorité. Dans le système monarchique, toute publication issue du pouvoir incarne de fait le droit et la justice. Les autres papeles ne sauraient prétendre en regard à une once de légitimité. La visibilité des consultes au sein de la polémique s’éclaire alors. Textes singuliers au sein de l’océan textuel, la puissance redoutable que leur confère l’instance dont ils proviennent les dote d’une capacité d’aimantation face auxquels les auteurs se trouvent contraints de réagir. Ceux qu’elles battent en brèche — les nithardistes, en majorité — tentent en vain d’en annihiler l’impact. Dans ce but, ils contestent la validité des procédés de délibération des débats au sein des Conseils : les ministres agiraient par jalousie à l’encontre de Nithard ou auraient été soudoyés. En revanche, ceux qui tirent bénéfice des décisions des consultes se dispensent d’intervenir car apporter un commentaire à un aval des instances suprêmes semble inutile. On observe ainsi des cristaux textuels autour des consultes.

59Pourtant, dans la campagne d’opinion contre Nithard, les consultes, loin d’incarner la toute puissance d’un juge suprême, traduisent la paralysie des institutions. Examinons le processus. La publication d’un manifeste appelle une réaction du pouvoir. Dans le système de la Régence, toute décision de Mariana devait être prise de concert avec la Junte de gouvernement après consultation des Conseils qui émettent une consulte. Parce qu’elles doivent se prononcer sur les actions de don Juan et donc prendre parti, les consultes s’intègrent dans la polémique. L’autorité de ces textes se trouve amoindrie par les interventions et les décisions contradictoires des ministres. Un tel phénomène brouille les repères en brisant la figure d’arbitre que doivent concrétiser les institutions de régence. Divisées, sans ligne politique claire et en désaccord avec une reine déterminée à maintenir son confesseur, les institutions échouent à incarner la figure de juge suprême surplombant les débats pour les trancher.

  • 53 Voir, par exemple, la consulte du 21 décembre 1668 (BNE, ms. 8349, fos 134vo-135vo).

60De fait, les principales institutions sont déchirées entre nithardistes et juanistes. Ces clivages bloquent le processus décisionnel et renvoient une image négative d’impuissance. Au sein de la Junte, Aytona et le confesseur soutiennent la reine, tandis que le cardinal d’Aragon et Crespí de Valldaura sont juanistes. Peñaranda, lui, louvoie, mais finit par appuyer le prince. Au Conseil d’État, don Juan peut compter sur Peñaranda. C’est d’ailleurs ce conseil qui se montre le plus compréhensif envers le prince, signifiant que la reine peut rabaisser son honneur au nom de la quiétude publique53 !

  • 54 BNE, ms. 5588, fos 12ro-18ro.
  • 55 BNE, ms. 8348, fos 14ro-15ro.
  • 56 Consulta que el consejo Real de Castilla hizo a la reyna en 19 de diciembre de 1668 sobre las carta (...)

61Ces divisions internes se traduisent par la ligne directrice confuse que dessinent les consultes successives des Conseils. Le Conseil de Castille se veut conciliant envers don Juan le 29 octobre 1668, appelant Mariana à devenir un « ange de la paix »54. Mais il durcit son discours après la salve épistolaire de Torre de Lledó, souhaitant que le prince regagne Consuegra55. Il adopte à nouveau une position de médiation et d’apaisement, le 19 décembre, lorsqu’il se prononce pour la destitution de Nithard56.

  • 57 Carta de los Ministros de la Junta de Gobierno a la de Don Juan desde la Torre de Lledó (AHN, Estad (...)

62Indépendamment de ces dissensions, le blocage des institutions provient aussi de l’attitude de la Junte qui fait elle-même en sorte de se tenir en retrait des négociations entre don Juan et Mariana. En s’effaçant devant le Conseil de Castille et le Conseil d’État, elle dévoile son inutilité. Ainsi, après la publication des lettres de Torre de Lledó, les ministres de la Junte répondent d’abord individuellement à don Juan, sans que la Junte ne se manifeste en son nom propre. Et lorsque ses membres finissent par rédiger un texte commun, le 25 novembre, ils précisent bien dans le titre qu’il ne s’agit pas d’une consulte mais d’une lettre qui ne prône par conséquent aucune mesure, ni ne donne de conseil à la reine. Cette lettre livre donc un simple commentaire de la missive du bâtard royal, en affichant néamoins une solidarité forte à l’égard de Nithard57. Elle ne permet de dénouer aucun des nœuds de la querelle. On ne trouve pas de trace dans les archives d’une prise de position de la Junte avant le 30 décembre. Cette fois, celle-ci se réunit sans Nithard, exclu de la discussion pour être l’objet du débat. En revanche, la reine y participe. Encore une fois, la Junte se contente de sanctionner les avis des consultes des Conseils de Castille et d’État des 19 et 21 décembre qui prônaient le renvoi de Nithard afin d’éviter une guerre civile. Puis, jusqu’au dénouement de la crise, elle n’intervient plus.

63Le 30 décembre, lorsque la Junte de gouvernement exprime son accord, avec la consulte du Conseil de Castille du 19 décembre et avec la consulte du Conseil d’État du 21 décembre demandant l’envoi de Nithard à l’étranger comme ambassadeur et réclamant une attitude conciliante envers don Juan, le blocage semble irrémédiable dans la mesure où la reine résiste, ne pouvant se résoudre à se séparer de son seul allié. La paralysie institutionnelle est complète.

64Ces divisions, qui sous-tendent un tel processus, résultent en partie de la politique de don Juan profitant des divergences dans l’interprétation du testament de Philippe IV et des réticences que suscite la façon dont Mariana impose un nouveau valido choisi hors du milieu nobiliaire. Le statut de la Junte de gouvernement restait flou. Après délibération avec la Junte, la reine tranche-t-elle en dernier ressort ou doit-elle se soumettre à la décision prise ? La reine a-t-elle des comptes à rendre ? Le problème renvoie à celui des limites posées au pouvoir de la régente. Or, cette dernière a réalisé un coup de force en imposant, sans lui en donner le nom, un valido. Philippe IV avait conçu la Junte pour préserver son épouse de l’influence d’un seul. Mariana signe, de fait, le premier acte d’un conflit qui l’oppose à une aristocratie soucieuse de conserver un rôle central dans la monarchie. Si don Juan parvient à activer les divisions au sein du gouvernement, c’est parce que l’esprit du testament de Philippe IV est bafoué, mais aussi parce que les intérêts de la noblesse sont en jeu.

De la marche sur Madrid à l’expulsion du confesseur : la déroute des nithardistes

a) Relancer la négociation : les lettres du 22 janvier et la marche sur Madrid

65La marche sur Madrid modifie une nouvelle fois la donne de la guerre de plumes contre Nithard. Elle en inaugure l’ultime séquence et consacre définitivement le basculement des rapports de forces en faveur du fils naturel de Philippe IV. De quoi s’agit-il ?

66Le prince quitte Barcelone le 4 février 1669, après avoir annoncé sa décision de gagner la capitale dans une lettre à Mariana datée du 22 janvier 1669. Son parcours est jalonné d’étapes où il reçoit à chaque fois d’importantes marques d’adhésion. L’apparition de celui qui porte les espoirs d’une régénération galvanise les populations. La marche sur Madrid entre en jeu à un moment bien précis de la querelle. Elle prend le relais de la campagne des lettres de Torre de Lledó sanctionnée par un demi-échec. Dans sa perspective de convertir l’Espagne en tribunal afin de défendre sa cause en sollicitant le soutien des divers instances représentatives du pouvoir, don Juan avait envoyé des missives aux ministres, aux villes avec vote aux Cortes, aux députations, aux vice-rois, etc. Or, l’entreprise avait rencontré trois limites : la puissance du réseau d’acolytes de la reine placés aux postes stratégiques décourageant toute manifestation en faveur du prince et biaisant les discussions des institutions municipales ; la peur d’une sanction de la reine, qu’éprouvaient une part des destinataires des lettres ouvertes tentés d’appuyer le prince ; le constat du décalage entre le faible appui exprimé par les instances de pouvoir en réponse aux lettres de Torre de Lledó et le soutien effectif des populations. La situation s’en trouvait bloquée car don Juan ne pouvait quitter la partie en si bon chemin, d’autant qu’il avait consolidé son parti en Catalogne et qu’il n’avait pas d’alternative, les sectateurs de Nithard avançant avec virulence la thèse du crime de lèse-majesté appelant un châtiment exemplaire. Par ailleurs, les consultes du Conseil de Castille et du Conseil d’État, parce qu’elles réclament le retrait de Nithard, dévoilent la fragilité de la position de la reine et témoignent d’un blocage institutionnel auquel seule une initiative exceptionnelle peut remédier. Enfin, l’afflux inédit des libelles qui édifient une caisse de résonnance déplace le conflit dans un espace de publicité qui manifeste à tous la supériorité de don Juan ainsi que le discrédit des autorités et de la sorte empêche la régente de régler l’affaire de façon arbitraire.

67La marche sur Madrid intervient donc à un moment d’équilibre précaire des rapports de forces et vise à redonner l’avantage à don Juan. À la cour, on y voit une tentative de coup de force, mais il s’agit d’une démonstration de la capacité de mobilisation du bâtard. Les mouvements de foule et la lecture symbolique que propose le parcours des périphéries vers le centre dévoilent la force accumulée par le biais des libelles sans la mettre en action. En retour, une telle force confère une puissance accrue au parti juaniste par la prise en compte obligée de la menace par l’adversaire. La place n’est plus seulement aux mots qui autoproclamaient la légitimité et la puissance d’un mouvement d’opinion. L’agitation qui accompagne le prince, sorte de matérialisation de ce mouvement né des textes, réinvestit de sa force symbolique les discours juanistes, bouclant la boucle. Avec cette marche le bâtard royal révèle une capacité à insérer, dans sa stratégie privilégiant les modalités d’action offertes par l’écriture, d’autres types d’action qui renvoient à un « faire croire » indissociable d’un « faire savoir ». En effet, cette marche est un processus de mobilisation qui s’ancre dans un régime de publicité proche du spectacle et dont l’impact croît grâce aux récits qu’on en fait et aux échos nés des rumeurs et des correspondances épistolaires de témoins oculaires. En retour, la marche confère une nouvelle vigueur aux libelles qui continuent à paraître massivement et qui n’ont pas besoin de l’évoquer pour être menaçants.

b) Nouveaux enjeux et nouvelles inflexions des papeles juanistes et nithardistes

68Le point nodal réside donc dans la négociation ouverte entre don Juan et la Régence où interagissent la marche sur Madrid, les manifestes de don Juan et les libelles des deux partis. La lettre ouverte écrite à Barcelone le 22 janvier 1669 où don Juan annonce qu’il s’achemine vers Madrid modifie la forme des écrits nithardistes. Ce sont désormais les avisos et les conseils qui dominent. Il s’agit de textes à usage interne à leur parti qui proposent des conseils à la régente pour contrer un éventuel assaut du bâtard. Un tel changement reflète un mouvement de panique doublé d’un repli défensif. Ces écrits ne se positionnent plus contre ceux de leurs adversaires, mais fonctionnent indépendamment d’eux, dans un crescendo alarmiste. Lors de cette dernière phase du conflit, deux dynamiques indépendantes, l’une juaniste, l’autre nithardiste, se mettent donc en place et visent un même point, la régente en négociation avec don Juan.

  • 58 Papel en que persona de gran zelo y amor al servicio de Su Magestad y de la Corona propone la forma (...)

69Les nithardistes s’adressent directement à Mariana car c’est sur elle que tout repose : les scripteurs cherchent à peser sur un des acteurs-clés de la discussion visant à régler le contentieux. Tous veulent encourager la reine à la fermeté. Tous s’opposent au renvoi de Nithard et préconisent la constitution d’une armée pour riposter dans le cadre d’une éventuelle guerre civile. Pour mieux se faire entendre, d’aucuns brossent un tableau noir de la situation. En dépeignant un don Juan sans scrupules, en suggérant que le choix de l’attentisme déboucherait sur une guerre civile et en dévoilant une galerie de possibles terrifiants, les nithardistes essaient de renforcer la méfiance de la reine à l’égard du prince et tentent d’attiser chez cette dernière une peur panique pour la faire basculer dans une fermeté absolue58.

  • 59 Desbelo de Juan Rana (BUB, ms. 969, fos 274ro-281vo).
  • 60 BNE, ms. 2582, fo 155vo.
  • 61 El Desembozado (BNE, ms. 18.209, fos 26ro-75ro).
  • 62 Memorial en endechas a la reyna (BNE, ms. 18.443, fo 75ro).

70La production juaniste, elle, ridiculise les ministres dans de courts textes versifiés. Dans cette veine, on recense des satires bâties sur des titres de comédies associant un personnage à un titre de pièce de théâtre, souvent proche du proverbe. Pour ses contemporains, Nithard appelle une analogie avec Tromper pour régner ou avec Un imbécile en fait cent59. Les juanistes disséminent des textes menaçants et agressifs parfois dans leur support même comme le pasquin60. Enfin, quelques textes longs et argumentés reprennent les faits depuis la fuite de Consuegra dans une perspective favorable au prince, souvent sous la forme d’une supplique à la reine. Ces écrits tentent de rassurer la reine sur les intentions de don Juan61. Dans le même temps, les scripteurs dédouanent Mariana en faisant retomber la responsabilité du naufrage de la monarchie sur Nithard. La reine aurait été la victime de son diabolique confesseur et les Espagnols, remplis d’amour pour elle, auraient pour unique souhait de la détromper62. En outre, les juanistes insistent sur les arguments légalistes des requêtes du prince, notamment sur la question du respect du testament. Le but est de préparer la période qui suivra le renvoi du jésuite en offrant l’issue la meilleure à la reine afin de la pousser à céder.

71Les lettres successives que don Juan envoie à la reine depuis Junquera le 22 février 1669 permettent de restituer la dynamique de négociation entre la cour et le prince. Plusieurs paramètres convergent et en déterminent le mécanisme. Tout d’abord la pression entretenue par la troupe « défensive » de don Juan qui suscite le regroupement secret d’une cavalerie dévouée à la reine à Madrid afin de contrer un assaut. La présence de médiateurs, faisant la navette entre les interlocuteurs, transmettant les missives respectives accompagnées d’informations écrites sous la forme d’avisos ou orales et qui alimentent les rumeurs, se révèle décisive. Enfin, se greffent les textes polémiques des deux camps, adressés directement à Mariana dans l’espoir d’interférer dans la négociation ainsi que des écrits, cette fois uniquement juanistes, dont le destinataire explicite reste la reine, mais qui visent un plus large public dans le but de construire un écrin justifiant a priori le renvoi de Nithard et l’arrivée de don Juan au pouvoir.

  • 63 BNE, ms. 8350, fos 7ro-10ro.
  • 64 Ibid., fo 7vo.

72Dans la première lettre qu’il écrit à Mariana, don Juan mise sur sa station aux portes de la capitale63. En rappelant que l’Empereur, le Pape, les conseillers et les ministres supplient la régente d’exiler son confesseur, le prince fait planer la menace d’une irruption immédiate dans la ville, difficilement condamnable telle quelle64. Il s’attache aux conditions du déroulement de la négociation, défendant la thèse que la tournure tragique des événements et le type de négociation qui en découle sont à mettre au compte de Nithard. Ce dernier aurait bloqué les rouages traditionnels de communication avec les ministres pour condamner tout dialogue pacifié. Face aux manœuvres de Nithard entravant une résolution de la crise par la voie juridique, don Juan n’avait d’autre moyen pour se faire entendre que d’établir un couplage entre ses lettres ouvertes et la marche sur Madrid. En outre, il réfute la proposition du jésuite de signer un traité assorti d’un lourd protocole. Il rappelle que Nithard a toujours joué sur le temps dans l’espoir de tout faire échouer, ce qui explique que l’affaire doive être rapidement expédiée.

  • 65 BNE, ms. 2582, fo 164ro.
  • 66 Segunda carta de don Juan de Austria a la reina doña Mariana de Austria, Junquera a 22 de febrero d (...)

73Or, avant d’envoyer cette lettre, don Juan reçoit de don Blasco une missive de Mariana datée du 18 février ainsi qu’un aviso où on le prévient que le Président de Castille tente de mobiliser Madrid contre lui et qu’il s’acharne à mettre en place une cavalerie en contactant des soldats et en achetant des chevaux65. Il rédige alors une Seconde lettre de Junquera où il persiste et signe, signifiant qu’il est le porte-parole naturel du royaume66. Ce texte peaufine le travail sur les apparences entrepris par don Juan, essentiel à la justification de ses revendications. Pour l’emporter définitivement, il réactive la dynamique de vases communiquants du bouc-émissaire et de la victime qu’il incarnerait. De surcroît, en signalant à la reine qu’il sait tout ce qui se trame à Madrid, le prince suggère la présence tentaculaire d’espions invisibles. Il s’agit de faire planer une menace indéterminée pour hâter les négociations dans le sens désiré en suggérant à la régente que sa marge de manœuvre est réduite et que s’il obtient gain de cause, la notoriété de sa réticence pèsera contre elle. Enfin, il affirme, à propos de la mesure de constitution d’une troupe dans la capitale, qu’on :

  • 67 « Se ha pensado, resuelto y pasado a executar sin orden de Vuestra Magestad, ni noticias de los min (...)

L’a méditée, résolue et mise à exécution sans que Votre Majesté ne l’ordonne, ni réponse des ministres qu’il convenait de consulter pour ce faire ; elle émane d’une pure et simple décision despotique du Père confesseur67.

74De la sorte, don Juan rejette dans l’illégalité les démarches destinées à monter une telle armée défensive. Par ailleurs, l’assertion permet de rassurer la reine et certains ministres en cas de réussite du bâtard royal : on ne les accusera pas d’avoir voulu réunir ces troupes. Le prince en attend la possibilité de renouer avec la négociation en évitant un durcissement irréversible des deux partis. En conclusion de cette seconde lettre, il réitère la proclamation d’une entrée imminente dans la capitale afin de maintenir la tension qu’il a créée, mais il confère à cette perspective la coloration pacifiste qu’il s’est ingénié à construire :

  • 68 « He deliberado acercar me a esta corte para que con tanta menos dilacion se pueda dar una dichosa (...)

J’ai résolu de m’approcher de cette cour pour que sans plus de délais, on puisse donner une heureuse conclusion à de si périlleux embarras68.

c) L’espace de négociation ouvert par la dissidence : lettres ouvertes, libelles, rumeurs et consultes

75Il convient, dans un dernier temps, d’évaluer quel espace de négociation don Juan est parvenu à se ménager, en analysant les jeux d’interaction entre la marche sur Madrid, le va-et-vient des émissaires chargés d’informations, les lettres ouvertes, les libelles et le cheminement des rumeurs qui aboutissent au renvoi de Nithard.

76La marche de don Juan fait du temps un paramètre essentiel au succès de son entreprise. L’avancée vers une capitale traumatisée travaille pour le prince, sans qu’il ait besoin d’envoyer une nouvelle lettre. D’autant que les libelles ont pris le relais et cherchent à offrir une image rassurante de leur champion. Le mouvement d’opinion autour de don Juan crée donc à la cour une véritable panique, insoutenable les 15 et 16 février à l’annonce de la maladie de Charles II dont les jours semblent compromis. Le climat apparaît propice au lancement de rumeurs qui dramatisent la situation. On prédit la mort du roi et le chaos qui s’en suivra. Le 17, des bruits se répandent annonçant la présence de don Juan à Madrid, alors qu’il n’a pas bougé de Junquera. La peur d’un soulèvement populaire dont le bâtard royal serait le levain s’ajoute à ceci. Le 19 février, de nouvelles rumeurs circulent réaffirmant que le prince serait dans la capitale. La confusion règne dans les esprits et les propos semblent si contradictoires que tous demeurent sans pouvoir démêler le vrai du faux. Un témoin des événements écrit dans une correspondance privée :

  • 69 « La confusion que hubo ayer fue notable porque sin rebozo se decia que saquearian las casas y havi (...)

La confusion qui régna hier a été remarquable car on disait qu’il mettrait les maisons à sac et qu’il avait des régiments qui n’attendaient que la révolution pour pouvoir s’y livrer en tout impunité. Ce qu’on dit maintenant, je ne saurais m’en tenir garant, car les partisans de monseigneur don Juan et ceux du Père confesseur tiennent des propos tellement changeants […] qu’il est impossible de trouver de repère69.

77Le 20 février, les soldats postés à la frontière entre Aragon et Castille laissent passer don Juan, tandis que la nouvelle de l’état critique de la santé du roi perce au grand jour. La restitution du contexte explique comment don Juan a rédigé les lettres du 22 février : il convenait de relancer la dynamique de négociation après une série de coups qui lui donnait l’avantage. Le lendemain de l’envoi de ses missives à Mariana, le 23 février, don Juan arrive à Torrejón de Ardoz à quatre lieues de Madrid. Diego de Velasco transmet l’ultimatum de don Juan alors même que la progression de deux lieues en une nuit, après une pause de plusieurs jours à Junquera, marque la reprise de la marche sur Madrid et sonne comme la mise à exécution du projet des lettres du 22 février. Cette avancée mise sur la panique soulevée et sur le sentiment d’irréversibilité d’un processus que seul le renvoi de Nithard pourrait rompre. Dans la nuit du 23 au 24, les troupes réunies par l’Almirante pour défendre la capitale passent à don Juan et, le 25, la Junte se réunit pour demander le renvoi du confesseur à la reine. Les partisans du prince exploitent l’argument d’un probable soulèvement en affirmant que si don Juan entrait dans Madrid avec son escorte,

  • 70 « Le sucederia lo mismo que al Duque de Guisa, que entro por las puertas de París con seis cavaller (...)

il lui arriverait la même chose qu’au duc de Guise qui était entré par les portes de Paris avec six chevaliers et qui était arrivé au palais avec vingt mille hommes70.

78Terrorisée, Mariana signe le décret d’expulsion sous la pression de la Junte. Nithard quitte Madrid pour Rome où il est nommé ambassadeur. Toutes les accusations mettant le prince en cause et les poursuites lancées contre lui sont annulées par décret et le 3 juin 1669 don Juan est nommé vicaire général d’Aragon.

79Au terme de cette première guerre de plumes, on conçoit à quel point les modalités d’action offertes par l’écriture à travers le matériau polémique ont été déterminantes. Grâce à sa campagne de lettres ouvertes sur laquelle s’est greffée la masse des libelles, don Juan a pu passer de la position d’accusé à celle d’accusateur pour finalement obtenir le renvoi du valido et l’office de vicaire général d’Aragon. Si la violence a constitué une composante majeure dans cette crise et son dénouement, elle s’est déployée sur un mode symbolique sans jamais devenir effective. Le prince a pu ainsi résister sans tomber dans la désobéissance ouverte. Par les vertus de la publicité, don Juan a transformé l’Espagne en tribunal pour une cause où il était donné perdant et a modifié la teneur de ses revendications pour s’ériger en défenseur du bien commun. De la sorte s’inaugure un nouvel art de la négociation pour la dissidence, d’une efficacité redoutable.

80On peut mesurer la spécificité de la guerre de plumes de don Juan en la comparant à d’autres séquences de l’histoire espagnole où le gouvernement a été violemment dénoncé et où l’arme polémique a joué un rôle important sous l’égide d’un leader fédérateur. Ainsi, qu’est ce qui sépare l’Antonio Pérez des alteraciones andaluzas et des Relaciones ou bien le Guillaume d’Orange, chef des insurgés calvinistes des Pays-Bas espagnols et auteur d’une célèbre Apologie où Philippe II apparaît en tyran, du don Juan orchestrateur de la campagne d’opinion contre Nithard ?

  • 71 G. Parker, The Dutch Revolt.

81Dans les trois cas, la dissidence marche à visage découvert et donne à l’écrit un rôle déterminant pour disqualifier l’adversaire et engranger des partisans. Dans les trois cas, les opposants aux autorités sont des hommes qui ont été très proches du pouvoir. Antonio Pérez était le secrétaire d’État de Philippe II pour les affaires de Flandres et d’Italie. Guillaume de Nassau, prince d’Orange, grand seigneur d’origine allemande, a fidèlement servi Charles Quint avant que la mésentente ne s’installe avec Philippe II à propos de sa politique autoritaire aux Pays-Bas71. Le parcours de don Juan, bien connu de nous, s’en rapproche.

  • 72 P. Bravo, « El pasquín ».
  • 73 A. Pérez, Relaciones.

82Si l’on considère la trame événementielle, le cas d’Antonio Pérez se prête à plus de croisements encore. Comme don Juan, Pérez est accusé d’avoir commandité un meurtre politique, celui du secrétaire de don Juan d’Autriche, Juan de Escobedo, le 31 mars 1578. Arrêté en 1585, Pérez est condamné à mort cinq ans plus tard. Ce ressortissant aragonais s’échappe alors de Madrid, le 19 avril 1590, pour se réfugier à Saragosse. Il demande à être jugé selon les lois aragonaises et trouve asile dans la prison du Justicia Mayor d’Aragon. Il affirme être la victime d’une machination et rend publique une partie de sa correspondance, compromettante pour Philippe II. En accusant son ancien secrétaire d’hérésie, le souverain essaie de transférer l’affaire devant les tribunaux de l’Inquisition qui a juridiction sur tous les royaumes de la monarchie. Le but est de contourner les lois aragonaises. En vain. Par ailleurs, depuis sa prison, Pérez reçoit des proches, nobles et clercs et joue un rôle-clé dans une campagne de pamphlets qui présentent le roi en tyran, au nom des libertés aragonaises72. Enfin, en 1591, il publie des Relaciones où il raconte les alteraciones andaluzas, où il livre un plaidoyer pro domo et où il dénonce violemment Philippe II, alimentant la « légende noire » qui entache l’image et la mémoire du souverain73.

  • 74 G. de Nassau, Apologie de Guillaume de Nassau.

83Guillaume d’Orange, lui, prend la tête de l’opposition contre Philippe II qui aboutit à la sécession des Pays-Bas entre les Pays-Bas espagnols au Sud et les Provinces-Unies au Nord. Ce conflit est politique, économique et religieux, car la majorité des rebelles est protestante. Le 13 décembre 1580, Guillaume justifie la rébellion des Pays-Bas contre leur seigneur dans un discours qui sera publié l’année suivante sous le titre d’Apologie contre la proscription de Philippe II et qui connaît un large succès éditorial dans toute l’Europe74. Le roi y apparaît comme un oppresseur fanatique et pervers.

84Ces trois épisodes mettent bien en scène un personnage au passé prestigieux qui défend le bien commun par la plume en son nom et au nom des opprimés et qui réunit autour de sa personne une masse de partisans ou de sympathisants. Mais le parallèle s’essouffle ici. En, effet, à y regarder de près, les conflits sont de nature différente, l’arme de la publicité n’intervient pas au même titre et ne remplit pas des fonctions analogues, les stratégies des acteurs s’inscrivent dans des logiques incompatibles et, enfin, les textes n’entretiennent pas le même rapport à l’action et à l’événement.

85Certes, la crise autour d’Antonio Pérez commence comme un règlement de compte entre des particuliers qui se solde par la mort effective d’un des protagonistes et qui renvoie à un crime de haute trahison pour atteinte à la sûreté de l’État. La fuite de l’accusé en Aragon ouvre une deuxième séquence qui tourne à l’opposition armée. Craignant le pire, le secrétaire recourt à un moyen dont usent presque systématiquement les justiciables, le conflit de juridiction. En opposant la législation des fueros aragonais à la justice royale, le secrétaire demande à changer d’instance de jugement et peut désingulariser sa cause au nom des libertés constitutionnelles aragonaises. Mais contrairement à don Juan, Antonio Pérez a bien eu un procès pour un assasinat réel et a été jugé coupable par les tribunaux de la cour. L’affaire demeure trouble car les protagonistes ont subtilisé les pièces compromettantes, mais il est avéré que l’accusé s’est livré au trafic d’influence, qu’Escobedo était indésirable aux yeux du secrétaire car il en savait trop et qu’il voulait s’en débarrasser. Par ailleurs, les soupçons d’une possible collusion avec les rebelles flamands semblent fondés. Dans le cas de don Juan, rien est prouvé, Nithard n’est pas mort et le rôle du comploteur et du traître qu’on veut lui faire endosser cadre mal avec le personnage.

86L’affaire rebondit quand, pour atténuer les charges qui l’incriminent, Pérez laisse entendre qu’en commanditant le meurtre d’Escobedo, il ne faisait qu’obéir aux ordres du roi. En vérité, Philippe a laissé faire, convaincu par son secrétaire qu’Escobedo conspirait contre l’État, allégation nullement prouvée. Pérez peut donc ternir publiquement l’image du Habsbourg pour défendre sa cause. Les attaques contre le souverain s’intègrent ici à une stratégie de défense dans le cadre d’un procès qui n’a pas pour but de décrédibiliser son ancien maître, même si de telles révélations ne manqueront pas de l’éclabousser. Il ne s’agit pas non plus de clamer son innocence, mais d’éviter la peine capitale. Pérez se trouve donc dans une posture de résistance et non de négociation comme don Juan qui, lui, parviendra non seulement à obtenir gain de cause, mais aussi à imposer l’exil de Nithard.

87Pérez apparaît comme une bombe à retardement et on songe à l’éliminer. C’est ce qui motive sa fuite en Aragon et l’usage de la force armée par le roi. Philippe II, outré par l’affront que lui porte Pérez, fait fi de la légalité et envoie des troupes dans ce royaume. Les instances représentatives aragonaises condamnent cette décision et invitent la population à l’opposition. Saragosse est en pleine insurrection. Dans un contexte de débandade pour les « défenseurs de la liberté », Pérez fuit à l’étranger. Le retour à l’ordre ne tarde guère et le roi accorde un pardon général en 1592, à quelques exceptions près. Là encore, la différence entre les deux épisodes saute aux yeux. L’habileté de don Juan consiste précisément à ne pas recourrir à la force armée, à ne jamais proclamer de rupture avec les autorités et à ne pas appeler à la rébellion. Il résiste sans désobéir ouvertement afin de négocier sa place dans les arcana imperii. En outre, son cas n’est pas du ressort des conflits de juridiction (d’un conflit foral en l’espèce), même s’il argue du fait que Malladas soit aragonais pour se concilier l’appui de ce royaume. Le testament de Philippe IV, flou, laisse une marge de manœuvre ample aux acteurs mais ne peut constituer un point de référence univoque. La nature profondément originale de l’entreprise de don Juan le contraint à inventer de nouveaux moyens, ce qui explique le statut très singulier des écrits et l’orchestration d’une guerre de plumes.

  • 75 Une première version est éditée dans le Bearn en 1591, puis s’ensuit une édition londonienne en 159 (...)
  • 76 Même si ces différentes publications jouent des rôles bien précis, quand on les remet en contexte. (...)

88Nous en arrivons donc au dernier point de divergence, le maniement de l’arme de la publicité et l’usage de la polémique. Les pasquins qui essaiment en Aragon du temps de l’emprisonnement de Pérez à Saragosse sont autant d’appel aux armes contre le souverain. Les libelles juanistes, eux, ne prennent jamais la reine à parti et n’incitent pas à la désobéissance. De plus, dans la campagne de pasquins aragonais, tous les textes sont anonymes. Si Pérez joue un rôle majeur dans leur élaboration, il n’est pas le seul à agir et n’en apparaît pas clairement comme l’orchestrateur. Il ne veut pas aggraver son cas ni passer pour le porte-parole des insurgés. En un mot, il n’endosse pas la paternité de cette vague pamphlétaire, même si elle joue à son avantage. Logiquement, les Relaciones ne sont publiées qu’après la fuite de Pérez hors d’Espagne75. Celui-ci n’assume l’auctorialité d’un réquisitoire contre le roi qu’une fois hors d’atteinte. Le secrétaire ne met donc pas la publicité au service de la dissimulation comme don Juan, il ne cherche pas à négocier avec le souverain, mais veut ternir la réputation de ce dernier tout en se dédouanant. Pérez n’entame pas une polémique au sens où nous l’avons définie. Il n’écrit en son nom qu’après s’être tiré d’affaire, alors que don Juan parvient à ses fins précisément par la plume. Sans ses lettres ouvertes signées de son nom, sans les afflux de libelles, le bâtard royal ne serait resté qu’un fuyard. La tribune polémique lui ouvre des modalités d’action inédite et la marche sur Madrid le présente en représentant de tous les malcontents qui parlent à travers lui. En revanche, les Relaciones de Pérez n’interviennent que dans l’après-coup et n’ont pas pesé sur la trame événementielle76.

89De même, le cas de Guillaume d’Orange s’inscrit dans un contexte guerrier où la rupture a été consommée avec le souverain naturel. La guerre de Pays-Bas a été sanglante et au moment de la rédaction de l’Apologie, le pays est partagé en deux zones, une catholique au Sud et une protestante au Nord. Les provices du Nord sont en réalité indépendantes, même si l’Espagne ne reconnaît pas cet état de fait. L’Apologie, d’abord prononcée devant les États généraux des Pays-Bas intervient dans l’après-coup, comme les Relaciones. Ce réquisitoire ne cherche nullement à négocier avec les autorités. Il vise à justifier aux yeux du monde la révolte calviniste et à favoriser les alliances avec les pays protestants contre l’Espagne. Trois griefs principaux sont mis en avant : la tyrannie et la perversité de Philippe II qui aurait assassiné son fils don Carlos et empoisonné son épouse Isabelle de Valois ; le fanatisme du roi qui dirige le pays le moins catholique d’Europe puisque les ascendances maures et juives sont nombreuses ; les crimes abominables des Amériques où plus de vingt millions de personnes ont péri. La « légende noire » a abondamment puisé dans ce texte qui articule l’ensemble des condamnations qui circulaient depuis longtemps sur le compte du roi d’Espagne.

Notes

1 Ch. Jouhaud, Mazarinades : la fronde des mots.

2 Une « action d’écriture », renvoie à un régime d’action spécifique à l’écrit. Il s’agit d’une action réalisée dans et par l’écrit et que l’écrit est le seul à pouvoir effectuer. Ces actions ne renvoient pas nécessairement à ce qu’un scripteur a voulu faire avec un écrit car les effets escomptés n’adviennent pas toujours. Il ne s’agit pas de ramener les libelles à un point d’origine que serait l’intention du publiciste mais de voir comment s’enchaînent des actions discursives et non discursives sans a priori pour confronter le résultat au but proclamé par le scripteur. De la sorte, on peut expliquer l’imprévisibilité propre à tout événement sans occulter le rôle des acteurs. Cette définition est issue des recherches du GRIHL à l’EHESS, qui anime un séminaire consacré aux rapports entre écriture et action.

3 Copia de la carta que el Señor don Juan escribio al reyno de Aragon y en la misma conformidad a todas la ciudades y villas que tienen votos en cortes (BNE, ms. 8348, fos 62ro- 62vo).

4 « Cartas para la reyna nuestra señora y circulares para todos los reynos, ciudades, comunidades constituyendoles como jueces de apelacion de su causa y finalmente incitiendoles a sedicion y lebantamiento » (BNE, ms. 8349, fo 27ro).

5 Barcelone, Vic, La Seu d’Urgell soutiennent don Juan ; Valence est divisée. En Castille, les villes renvoient à Madrid ses lettres sans les avoir ouvertes.

6 Respectivement, BNE, ms. 8349, fos 10vo-14ro et 134vo-135vo.

7 AHN, Estado, lib. 878, fos 18ro-18vo.

8 Il s’agit de deux lettres écrites successivement. Alors que don Juan est aux portes de la capitale, et qu’il vient d’achever de rédiger la première lettre de Junquera, il est averti que le président du Conseil de Castille cherche à mobiliser des troupes pour lui faire face. Cette information motive la rédaction d’une seconde lettre de Junquera, qui reprend la précédente mais avec un ton plus ferme. Les deux lettres ont circulé imprimées mises en regard. Primera carta de don Juan a la reina doña Mariana de Austria, Junquera a 22 de febrero de 1669 (BNE, ms. 8350, fos 7ro-10ro) ; Segunda carta de don Juan de Austria a la reina doña Mariana de Austria, Junquera a 22 de febrero de 1669 (BNE, ms. 2582, fos 161ro-164vo).

9 RAH, 9/643, fos 177ro-179vo.

10 « Es aforismo de la medicina que los medicamentos purgantes y mas en humores recios, conviene sean violentos y tengan una acriosa venenosa que resuelva los humores, y los expela, aunque sea con algun daño de la salud. De aqui procede, que […] mientras nos pintan [don Iuan] mas acre, y mas venenoso, nos parece mas eficaz para rebolver este cuerpo y para que se evaquen y se minoren (aunque sea con algun daño) estos passados humores de los tributos » (El Escaparate de don Babiles, BNE, ms. 18.208, fo 22vo).

11 Anatomia christianapolitica en que se examina la carta que el señor Don Juan de Austria escribio a la Reyna gobernadora Nuestra Señora en 21 de octubre de 1668 desde Consuegra y descubre en todos sus miembros, clausulas y palabras, la corrupcion de sus pestilentes humores y el horror de sus morbidas infecciones (BNE, ms. 8346, fos 104ro-144ro).

12 « Ha sembrado papeles en el pueblo de que se puedan ocasionar tumultos […] zozobra la quietud publica por su causa » (Memorial que dio a la reyna nuestra señora un vasallo, dans Semanario Erudito, t. X, p. 266).

13 « La he visto con aquel horror y espanto que hubiera qualquier verdadero español no engañado y en quien huviera alguna çentella de amor al Rey nuestro señor y a la Patria », Papel en que un cortesano afea lo arrojado, y temerario de la carta del Señor Don juan y descubre sus ocultos designios (BNE, ms. 8346, fo 68ro).

14 « A mis manos llegó los dias passados una carta (o por decir mejor) un libelo que escrivio y publico el Señor Don Juan José de Austria en 21 de octubre de 1668 […] [es un] profundo oçeano de falsedades » (De las falsedades, errores y fingimientos y engaños que se encierran en la carta del Señor Don Juan a la Reyna, ibid., fos 160vo-161ro).

15 Ch. Jouhaud, Mazarinades : la fronde des mots, p. 107.

16 Censura cristiana a la política censura de la carta del Señor Don Juan para la Reyna Nuestra Señora (BNE, ms. 8347, fos 36vo-59vo).

17 « Ven aca maldito censurador ! » (ibid., fo 46ro).

18 « Algun librete viejo lleno de polvo, de tiempo de los Moros » (ibid., fo 37ro).

19 Ibid., fos 54ro-54vo.

20 Respectivement, Carta de San Ygnacio de Loyola al Señor don Juan (BNE, ms. 2034, fos 43ro-44vo) ; Carta del Serafin Franciscano para San Ygnacio (ibid., fos 45ro-46ro) ; Esdrujulos contra los que escribieron la carta de San Ygnacio (ibid., fos 46vo-47ro).

21 Ibid., fos 46vo-47vo.

22 « Al pliego que con el titulo de Ygnacio […] respondo en estilo satirico » (BNE, ms. 2034, fo 46vo).

23 L’expression revient à A. Schopenhauer, L’art d’avoir toujours raison, p. 62.

24 Ibid., p. 63.

25 G. Declercq, « Avatars de l’argument ad hominem », pp. 366-367.

26 M. Foucault, « Polémique, politique et problématisation », p. 592.

27 L. Boltanski, É. Claverie et alii (dir.), Affaires, scandales et grandes causes.

28 L. Boltanski et É. Claverie, « L’indignation, objet des sciences sociales », p. 415.

29 Ibid., p. 423.

30 M. Angenot, La parole pamphlétaire.

31 Respectivement, la Respuesta que cierto cavallero cortesano de mucha erudicion, zelo e inteligencia, dio al papel del politico estadista en que se descubre los enrredos y dolos con que como astuta, y fraudulosamente raposa, procura encubrir su malignidad y astucia (BNE, ms. 8347, fos 146ro-231ro) ; le Papel de cierta persona religiosa que se precia mucho de político y estadista, indiferente y desapasionado : en que se trata de los yerros politicos del Señor Don Juan de Austria y de los del Padre Confesor de la Reyna Nuestra Señora (RAH, 9/643, fos 90ro-94ro).

32 Escaparate de don Babiles. Segunda parte (BNE, ms. 7787, fo 45ro).

33 « Mas quejas que el mar espuma/Forma el grito popular/Ved que es razon escuchar/Tal vez palabras y plumas » (Satira, BL, Eg. 327, fo 181ro).

34 Papel de cierta persona religiosa que se precia mucho de politico y estadista, indiferente y desapassionado (AHN, Estado, lib. 873, fos 34ro-63ro).

35 Relacion verdadera del festejo y aplauso con que el señor don Juan de Austria fue recibido en la ciudad de Zaragoça (BNE, R-38.033, pp. 45-48).

36 P. L. Lorenzo Cadarso, Los conflictos populares en Castilla.

37 AMAE, CP, Autriche, no 32, lettre de Louis XIV au chevalier de Grémonville, de Saint-Germain, datée du 29 mars 1669.

38 J. Hamesse, « El modelo escolástico de la lectura ».

39 Anatomia cristiana politica (BNE, ms. 8346, fos 104ro-144ro).

40 « Dice pues assi : La tirania del Padre Eberardo. Espantoso exordio y horrible aparato de palabras es este. Veamos si corresponde a su verdadero significado » (ibid., fo 104vo).

41 Ibid., fo 105ro.

42 Ibid., fo 106vo.

43 Don Juan incarne l’ambitieux.

44 Manifiesto que la Reyna gobernadora Nuestra Señora mando firmar y publicar contra Don Juan de Austria, valiendose de las mismas palabras conque este escribio a Su Magestad la primera carta de 21 de octubre desde Consuegra, volviendola contra el (ibid., fos 248vo-252vo).

45 J.-M. Pelorson, Les « letrados », juristes castillans sous Philippe III.

46 BNE, ms. 2034, fos 15ro-16vo.

47 Papel juridico en que cierto letrado, refiriendo y ponderado los excesos de la primera carta del Señor don Juan, procura excusarle de haber incurrido en crimen de Lesa Magestad (BNE, ms. 8346, fos 208vo-221ro).

48 Ibid., fo 215ro.

49 Memorial de España a la reyna nuestra Señora (BL, Eg. 326, fos 89ro- 93vo).

50 Carta secreta que un religioso escribio al Señor Inquisidor General Firmada por Dionisio Tempul de Sigüenza (RAH, 9/643, fos 109ro-110vo).

51 BNE, ms. 8347, fo 233ro.

52 Misteriosa carta en que disculpa Don Francisco de Quevedo Villegas al Señor Don Juan de Austria en lo que parecen temeridades a su grandeza y entendimiento, siendo celo y cariño de la Patria y del Reino (AHN, Estado, lib. 873, fos 210ro-229ro).

53 Voir, par exemple, la consulte du 21 décembre 1668 (BNE, ms. 8349, fos 134vo-135vo).

54 BNE, ms. 5588, fos 12ro-18ro.

55 BNE, ms. 8348, fos 14ro-15ro.

56 Consulta que el consejo Real de Castilla hizo a la reyna en 19 de diciembre de 1668 sobre las cartas del señor don Juan de Austria y del duque de Osuna (BNE, ms. 8349, fos 10vo-14ro).

57 Carta de los Ministros de la Junta de Gobierno a la de Don Juan desde la Torre de Lledó (AHN, Estado, lib. 912, fos 209ro-211vo).

58 Papel en que persona de gran zelo y amor al servicio de Su Magestad y de la Corona propone la forma y modo conque la Reyna nuestra señora se ha de gobernan, en la ocasión que Don Juan de Austria viene armado y se acerca a la corte (BNE, ms. 8349, fos 240ro-242vo).

59 Desbelo de Juan Rana (BUB, ms. 969, fos 274ro-281vo).

60 BNE, ms. 2582, fo 155vo.

61 El Desembozado (BNE, ms. 18.209, fos 26ro-75ro).

62 Memorial en endechas a la reyna (BNE, ms. 18.443, fo 75ro).

63 BNE, ms. 8350, fos 7ro-10ro.

64 Ibid., fo 7vo.

65 BNE, ms. 2582, fo 164ro.

66 Segunda carta de don Juan de Austria a la reina doña Mariana de Austria, Junquera a 22 de febrero de 1669 (ibid., fos 161ro-164vo).

67 « Se ha pensado, resuelto y pasado a executar sin orden de Vuestra Magestad, ni noticias de los ministros a quien tocaba consultarlo, sino por una pura y despotica deliberacion del Padre confesor » (ibid., fo 12ro).

68 « He deliberado acercar me a esta corte para que con tanta menos dilacion se pueda dar una dichosa conclusion a tan peligros embarazos » (ibid., fo 12vo).

69 « La confusion que hubo ayer fue notable porque sin rebozo se decia que saquearian las casas y havia quadrillas que solo aguardaban a que hubiese alguna rebolucion para excusarlo. Lo que ahora se dice no puedo asegurarselo, porque es tanta la variedad con que hablan los parciales del señor don Juan, y los del padre confessor […], y no es possible hallar punto fijo » (Noticias de la corte, BL, Eg. 567, fos 88ro-88vo).

70 « Le sucederia lo mismo que al Duque de Guisa, que entro por las puertas de París con seis cavalleros y llego al palacio con veinte mil hombres », Relacion puntual y verdadera de la salida del Padre Juan Everardo (BNE, ms. 6384, fo 116vo).

71 G. Parker, The Dutch Revolt.

72 P. Bravo, « El pasquín ».

73 A. Pérez, Relaciones.

74 G. de Nassau, Apologie de Guillaume de Nassau.

75 Une première version est éditée dans le Bearn en 1591, puis s’ensuit une édition londonienne en 1594 et enfin une troisième à Paris en 1598.

76 Même si ces différentes publications jouent des rôles bien précis, quand on les remet en contexte. Sur ce point, voir P. Bravo, « Las Relaciones de Antonio Pérez ».

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search