Version classiqueVersion mobile

Guerres de plumes

 | 
Héloïse Hermant

Première partie. Les guerres de plumes orchestrées par don Juan José de Austria : un nouvel art de négociation politique ?

Chapitre premier. Genèse de la querelle opposant don Juan José et Nithard : vers une affaire d’État

Texte intégral

1Notre enquête cherche à montrer comment les mobilisations de publics hétérogènes deviennent une arme de pouvoir et un élément important du jeu politique dans l’Espagne de Charles II. Nous avons déterminé des points d’ancrage pour analyser un tel phénomène, les campagnes d’opinion orchestrées par don Juan José de Austria, en nous basant sur le critère de la « publicité » qui fait d’un écrit mis en circulation autre chose qu’un simple vecteur de l’information. Ce premier chapitre restitue la genèse de la première guerre de plumes de la Régence de Charles II. Il reconstitue le cheminement d’une dispute opposant le prince don Juan José et le confesseur de la reine Mariana, Nithard, qui, de cause personnelle touchant peu de monde, devient cause publique et affaire d’État. Dans la mesure où la mobilisation de publics dans cette querelle polarise différents espaces sociaux, il convient de mettre en lumière les points d’appui qui permettent d’impliquer un nombre croissant d’acteurs qui changent l’arène de la discussion, en mesurant le basculement du contentieux de l’espace des particuliers à un espace de publicité.

  • 1 Les notions de « publics » et de « destinataires » ne se recouvrent pas. Selon Hélène Merlin, « le (...)

2Cette démarche permettra d’identifier les mécanismes d’ouverture du débat tout en pointant l’émergence d’un public fabriqué de toutes pièces, comme le suggère l’évolution des destinataires des textes qui dessine un mouvement d’élargissement1. En suivant le passage d’un régime du complot et du secret à un régime de publicité de la dissidence, on restituera les étapes présidant à la construction d’un espace de publicité autonome, obéissant à ses lois propres, décalé par rapport à l’espace de publicité monopolisé, lui, par le pouvoir royal et dévolu à la prescription et aux manifestations d’adhésion pour ce même pouvoir.

  • 2 Toutefois, les travaux d’A. G. von Kalnein ont renouvelé l’historiographie. L’historien met en lumi (...)
  • 3 G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte.

3 Cette dimension a été négligée par le discours historiographique qui livre souvent un récit des événements accordant une large part à la psychologie des protagonistes. Cette convulsion de la monarchie espagnole qui cristallisait toutes les tensions, les fragilités ainsi que les débats de l’époque et qui avait engendré un fonctionnement inédit de la pratique du jeu politique devient alors une dispute entre un ambitieux et un religieux catapulté dans les hautes sphères du pouvoir par une reine isolée et incompétente, dont les rebondissements dégénéraient jusqu’à mettre en péril la monarchie2. Quant au premier « coup d’État » de don Juan, il devenait une parenthèse incompréhensible sinon aberrante ou au mieux un défi heuristique stimulant à relever3.

I. — LA QUERELLE : NATURE ET ORIGINES

Autour d’une querelle : les tensions entre espace public et espace des particuliers

4Il convient donc de nouer un lien entre la dispute initiale et la question de l’opinion et du public, sans hypostasier une « opinion publique » érigée en sésame de compréhension et implicitement confondue avec l’idée de « soutien des couches populaires ». En effet, une telle réification impose une vison statique du public qui empêche de traiter frontalement de la question de la mobilisation, de suivre les oscillations entre le domaine du particulier et celui du public et enfin de tracer les contours fluctuants des publics et des destinataires visés.

  • 4 A. Lempérière, « República y publicidad », p. 73.
  • 5 J.-F. Schaub, « El pasado republicano del espacio público », p. 32.
  • 6 Id., « Identification du jurisconsulte », p. 30.
  • 7 Ch. Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature.

5Nous préférons au terme « privé » celui de « particulier » et derrière la notion de public, nous entendons espace de publicité. Concernant le premier terme, Annick Lempérière rappelle que « privado » est certes l’opposé de « public », mais qu’il signifie surtout ce qui n’appartient pas à la chose publique, avec une nuance péjorative d’exclusion volontaire4. Ainsi, la vie privée est celle d’un individu qui refuse de participer aux affaires du monde. C’est pourquoi nous employons l’adjectif « particulier ». Par ailleurs, nous subsumons deux notions sous la qualification de « public » dans l’expression « affaire publique ». Tout d’abord, ce qui relève du politique et, dans notre cas, ce qui met en danger la cohésion de la communauté politique. Deuxièmement, le terme « public » désigne un espace de publicité au sens de « ce qui est nécessaire à connaître pour la réalisation du bien commun et qui doit être largement diffusé ». Cette précision permet de dessiner un sous-ensemble spécifique au sein d’un espace politique plus large renvoyant à tout ce qui a trait à la « respublica ». Ce dernier recouvre l’ensemble des écrits normatifs constitutifs du lien social et manifestant l’autorité publique dans toute sa force. Or, cet espace textuel propre à la respublica n’induit aucune différence entre droit public et droit privé. C’est ce que reflète le système juridique espagnol composé de compilations de lois royales, de préceptes moraux et de droits des différents « corps » de la monarchie. Ce n’est donc pas en nous ancrant dans un « espace public politique » prétendument autonome au regard d’un « espace privé » qu’on trouvera les ressorts cachés du basculement d’une dispute entre particulier à une affaire d’État. On peut suivre Jean-Frédéric Schaub lorsqu’il estime la notion « d’espace public » non opératoire pour l’Ancien Régime5. Il invoque précisément cette impossibilité à extraire « l’administration de la sphère domestique pour la projeter dans un espace public de décision6 ». En revanche, la notion d’espace de publicité sépare bien un espace domestique ou du particulier et un espace public relatif au bien commun : dans l’espace de publicité, il n’y a pas de place pour le particulier. Contrairement à ce qui se produit en France sous le ministère Richelieu, dans l’Espagne de Charles II on ne constate pas l’émergence d’un espace autonome pour des auteurs qui restent pourtant soumis au pouvoir politique par le service de plume7. Pas plus qu’on ne décèle de ligne de force menant à la constitution d’un espace textuel indépendant du pouvoir, faisant office de tribunal moral. En général, la figure de l’auteur, sans statut juridique particulier, renvoie plus à une compétence permettant d’œuvrer au bien public rendant légitime une prise de parole qu’à une individualité.

6Notre étude place donc au cœur des préoccupations cette articulation entre espace des particuliers et espace public via la publicité qui seule permet de comprendre la dynamique de la genèse de l’affaire. La dimension que nous nous proposons de resituer au centre de notre enquête figurait bien dans les Mémoires inédites de Nithard. Le projet même du confesseur témoigne de l’importance accordée à la publicité et à la publication pour défendre la mémoire d’un particulier. Dans la deuxième moitié du xviie siècle en Espagne, les particuliers utilisaient volontiers l’imprimé pour se faire connaître et défendre leur réputation. Ainsi, certains personnages cherchaient à consolider leur renommée et à construire leur propre mémoire en publiant la requête puis la cédule royale témoignant de litiges résolus en leur faveur afin d’apparaître sans taches dans leur loyauté. Dans ce cas, l’absence de séparation entre droit public et droit privé permet la publicisation de résolutions juridiques pour asseoir la position d’un individu ou d’un lignage. Il s’agit d’un cas limite où le particulier s’approprie l’espace de publicité parce que la mise en circulation de ce genre d’écrits certes défend l’honneur d’un individu, mais surtout publie l’autorité de l’arbitrage suprême des tribunaux et du roi, contribuant à la stabilité de l’ordre social.

  • 8 Ces appellations génériques étaient employées par les contemporains eux-mêmes et plaçaient l’affair (...)
  • 9 Thèse défendue dans Afectos de un buen español (BNE, ms. 8346, fos 269ro-271vo).

7Pour ne pas perdre le fil d’Ariane, il faut déterminer des marqueurs dans la querelle. Il convient d’abord de prendre en compte le nombre d’acteurs impliqués. Il faut aussi distinguer, parmi les moyens d’action déployés, ceux qui permettent l’ouverture du débat et qui mobilisent ainsi des publics hétérogènes par la diffusion d’écrits polémiques. Enfin, il importe de justifier la pertinence de la qualification « d’Affaire d’État », soit qu’on se place du côté nithardiste, soit du côté juaniste8. Pour les partisans du jésuite, on passe d’une offense, à un crime de lèse-majesté, à la mise en péril de la monarchie9. Pour les amis de don Juan, un glissement s’effectue d’une affaire privée à une cause publique qu’ils s’estiment prêts à soutenir. Une fois ce mouvement tracé, on pourra examiner précisément quelles lois structurent un tel espace de publicité ainsi construit au fil de la querelle qui conditionne, tout en les rendant visibles, une logique de négociation avec le pouvoir et une logique de polémique.

Cadre institutionnel et acteurs

8Ce qui prend la forme d’une querelle entre deux particuliers s’enracine dans un terreau plus profond. Derrière cette dispute qui s’ouvre sur une question d’honneur, se profile une remise en question des institutions. Non seulement le système de régence se heurte à une large réprobation, mais des problèmes institutionnels que la pratique avait résolus superficiellement et en fait demeurés en suspens, ressurgirent à la faveur de l’affaire. Les désaccords portaient sur le rôle du valido, la compétence des religieux dans le corps de l’État, la tombée en désuétude des Cortes et la définition de la souveraineté du roi. L’argumentation des deux partis s’y réfère souvent car ces questions se révèlent primordiales pour agréger certains acteurs à la dispute. Délimiter le cadre institutionnel dans lequel cette querelle se développe s’impose en premier lieu puisque la dispute s’y ancre et module ses inflexions en fonction de lui.

  • 10 Felipe IV, Testamento.

9Lorsque Philippe IV meurt le 17 septembre 1665, son héritier, Charles II, n’avait que quatre ans. Né le novembre 1661, il restait l’ultime espoir de la monarchie après la perte des deux successeurs désignés, le prince Baltasar-Carlos, en 1646, et le prince Philippe-Prosper, le 1er novembre 1661. Une période de régence s’ouvrait donc jusqu’à la majorité du roi à quatorze ans. Le testament légué par le roi réglait les modalités du gouvernement de la minorité10.

  • 11 L. Oliván, Mariana de Austria.
  • 12 F. Tomás y Valiente, Los validos en la monarquía española, p. 19.

10La reine Mariana fut désignée comme représentante du roi jusqu’à sa majorité11. Fille de l’Empereur Ferdinand III, elle avait d’abord été promise à l’infant Baltasar-Carlos. Mais la disparition prématurée de ce dernier en décida autrement. Ce n’est pas son cousin mais son oncle, Philippe IV, frappé du deuil de sa première femme, qu’elle épousa. D’après le testament, Mariana détenait le pouvoir de décision aidée d’une Junte de gouvernement et devait avant tout préserver l’intégrité du royaume. Philippe savait sa compagne inexpérimentée et influençable et avait jugé bon qu’elle ne soit pas seule maîtresse de l’autorité12. La Junte, qui devait assurer la stabilité du gouvernement, évitait le recours à un valido dans la ligne instituée par Philippe IV qui, depuis la mort de don Luis de Haro en 1661, avait prêté une attention accrue aux affaires de l’État et s’était dispensé de cette figure institutionnelle. L’importance de ce Conseil de régence supposait un choix minutieux de ses membres. Le roi avait veillé à la représentativité de cette commission de notables. Ainsi, plus que des hommes, ce sont des fonctions qui déterminaient les nominations pour incarner les plus hautes instances d’Espagne. Elle comprenait des membres du haut clergé — l’Inquisiteur Général et l’archevêque de Tolède —, trois membres de la haute bureaucratie administrative — les présidents des Conseils d’État, de Castille et d’Aragon — et un représentant de la haute noblesse, la grandeza. Soit don Diego García de Haro Sotomayor y Guzmán, comte de Castrillo, pour le Conseil de Castille, don Baltasar de Bracamonte y Guzmán, comte de Peñaranda, qui avait été vice-roi de Naples et avait acquis une réputation d’habile diplomate, pour le Conseil d’État, Cristóbal Crespí de Valldaura, un valencien président du Conseil d’Aragon, don Guillermo Ramón de Moncada, marquis d’Aytona, un Catalan ancien vice-roi du Principat en 1647, qui appartenait au Conseil d’État et qui incarnait la grandeza, l’archevêque d’Aragon, le cardinal Pascal Folch de Cardona et enfin, à partir de septembre 1666, Nithard. Don Blasco de Loyola cumulait les fonctions de secrétaire du Bureau universel et de secrétaire de la Junte de gouvernement.

11Mais le cadre institutionnel n’explique pas tout. Le conflit naît d’abord d’une querelle personnelle entre le confesseur de la reine et don Juan, qui vont exploiter les lacunes du système de régence dans leur combat. C’est pourquoi les attaques ad hominem et les coups bas demeurent légion. De surcroît, l’affaire s’aggrave en raison des charges qu’occupent les protagonistes, du rôle politique qu’ils jouent dans la monarchie et enfin du statut particulier du bâtard de Philippe IV. Enfin, si dans l’analyse nous n’accordons pas à la psychologie le rôle de fil directeur de la dispute, il ne faut pas non plus l’occulter. Il convient donc de retracer la vie et la carrière des opposants en prélude à notre étude.

  • 13 BNE, ms. 8347, fo 138vo.

12Jean Éverhard Nithard est né en décembre 1607 à Rannarield, au Tyrol, au sein d’une famille de moyenne noblesse. Il grandit dans un catholicisme militant et sévère de Contre-Réforme que son père, commissaire général de Haute Autriche et chef d’orchestre de la lutte contre l’hérésie dans cette zone de forts conflits religieux, lui inculqua. Son souci de défendre la vraie foi face aux protestants se renforça à la suite d’une péripétie tragique de son adolescence : il fut arraché in extremis, par les troupes impériales, aux griffes d’une horde de luthériens bien déterminés à le lapider. Après des études au collège jésuite de Passau, puis à Graz, il entra à la Compagnie de Jésus en octobre 1631. Il obtint la chaire de philosophie et de droit canonique à Graz, de1643 à 1646, et se vit nommer confesseur du futur Empereur Léopold Ignace et de sa sœur Mariana13. Il accompagna à Madrid cette dernière, lorsqu’elle rejoint son promis, Philippe IV, pour devenir reine d’Espagne en 1649. À la mort du roi, Mariana était inexpérimentée et isolée. Elle vit dans son confesseur et directeur spirituel un allié solide et fiable et tenta d’en faire l’homme-fort du système politique en place au point qu’on la soupçonna de remettre en vigueur la fonction du valido. Elle procéda avec prudence et, le 16 janvier 1666, obtint sa nomination officielle au sein du Conseil d’État. Jusqu’alors, Nithard y assistait, mais officieusement, car la pratique tolérait la présence du confesseur royal aux réunions qui s’y tenaient.

  • 14 Memorial histórico español, t. XVI, p. 300.
  • 15 « El general más distinguido de su patría, pero al que se le negaban todos los honores políticos co (...)

13Don Juan José de Austria, fils bâtard de Philippe IV, est un personnage de premier plan dans l’Espagne des deux derniers Habsbourg. Né en 1629, il est baptisé sous le nom de « Juan de la tierra », comme tant d’autres enfants naturels, dans la paroisse des Saints Juste et Pasteur. Doué pour l’étude, les lettres et les arts, il fut éduqué par des hommes de renom comme le jésuite Juan Carlos de la Faille, connu pour ses compétences en mathématiques et en géographie, ou comme le théologien et humaniste Pedro de Llerena y Bracamonte. Le roi le reconnut officiellement en 164214. Philippe IV le nomma alors Grand Prieur de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem assorti du titre de « Sérénité » et lui concéda le château de Consuegra, dans la Manche, avec cent mille escudos de rente annuelle. C’est surtout sa brillante carrière politique et militaire qui le fit connaître. Chargé de mettre un terme à la révolte de Naples dont Masaniello prit la tête, ce prince fut vice-roi de Sicile avant de s’attaquer à la reconquête de la Catalogne, alors aux mains des Français, pour en devenir le vice-roi (1653-1659). Ayant remarqué sa valeur militaire, le roi l’envoya dans tous les endroits menacés de la monarchie. Ainsi don Juan José fut gouverneur des Pays-Bas, devenant un des principaux acteurs du conflit franco-espagnol dans cette zone, dans les années 1656-1659, puis capitaine de l’armée du Portugal afin de reconquérir ce royaume en rébellion depuis 1640, de 1661 à 1664. Toutefois, l’attitude du roi vis-à-vis du prince apparaît ambiguë car s’il l’implique dans les plus grandes entreprises de la monarchie, il l’entoure d’experts militaires l’empêchant d’être la tête visible des événements et de surcroît il le tient éloigné de la cour. En 1665, don Juan réalise le paradoxe d’être « le général le plus distingué de sa patrie mais à qui on refusait tous les honneurs politiques correspondant à son rang » puisque, malgré les échecs portugais et la déroute des Dunes en 1658, il conserve un grand prestige15.

14Le cadre et les acteurs définis, il nous faut maintenant suivre la querelle dans ses sinuosités pour éclairer les liens qui transforment la dispute d’honneur en une remise en cause plus profonde des institutions déterminant le passage à une affaire d’État.

II. — LES REVENDICATIONS D’UN AMBITIEUX (DÉBUT 1665 – 24 MAI 1666)

Les revendications de don Juan José de Austria : première passe d’armes

15Longtemps avant la mort de Philippe IV, don Juan avait signifié à son père son désir d’obtenir une fonction digne de lui. Au printemps 1665, il avait profité du séjour annuel de la cour à Aranjuez pour rencontrer le roi. Là, il lui avait montré une miniature de son crû qui représentait le Dieu Saturne réjoui du spectacle des amours incestueux de Jupiter et de Junon. Les figures mythologiques avaient respectivement les traits de Philippe, don Juan José et de l’infante Marguerite. Le message était univoque : le prince, aveuglé par son ambition, quémandait la main de sa sœur pour obtenir, peut-être, le trône d’Espagne. En effet, l’unique héritier, Philippe-Prosper semblait de constitution fragile et beaucoup pensaient qu’il n’atteindrait pas l’âge adulte. S’il mourait, le trône reviendrait alors à sa sœur Marguerite ! Outré de l’audace, le souverain l’avait renvoyé à Consuegra et il rompit des relations jusqu’alors cordiales. En septembre de la même année, mis au courant de l’état critique de la santé de son père, don Juan avait tenté en vain de le voir. Après la mort du roi, la situation du prince demeurait en suspens. Don Juan aspirait toujours à une charge d’importance qui le rapprocherait de la cour et lui ouvrirait les voies du pouvoir. Néanmoins, bien que Philippe IV n’ait pas oublié ce que la monarchie devait à son fils couvert de gloire militaire, le testament du souverain restait flou sur son sort. La clause trente-sept affirme :

  • 16 « Porque yo tengo declarado por mi hijo a don Juan Joseph de Austria, que lo huve siendo casado y l (...)

Parce que je déclare que don Juan José de Austria est mon fils, que j’ai eu, étant marié, et que je reconnais comme tel, je supplie et charge mon successeur et Sa Majesté la reine de le protéger, de le favoriser et de se servir de lui comme d’une chose mienne, en lui assurant ses finances, de sorte qu’il puisse vivre en conformité à sa qualité16.

  • 17 BNE, ms. 8344, fo 72ro.

16Pour commencer, le prince cherche à se rapprocher de la cour. Il considère comme un exil sa résidence forcée à Consuegra depuis l’épisode de la miniature et comprend qu’à rester loin de la cour il signait sa mort politique. Il affirme donc que la mort du souverain annule la cause de cette mise à distance : le souvenir des incartades de jeunesse du roi. En effet, don Juan, fruit des aventures de Philippe IV et d’une actrice, la Calderona, rappelait à tous le passé tumultueux de son père. Or, à partir des années 1630, le souverain connaît une grave remise en cause qui se manifeste par une crise spirituelle. Dans ce contexte, la nécessité de l’éloignement de don Juan, figure liée à une période de sa vie qu’il renie, prend un autre relief. Mais dans le discours visant à permettre son retour à la cour, le prince occulte la principale motivation qui expliquait son éloignement à Consuegra : l’ire souveraine que sa requête d’épouser l’infante Marguerite avait provoquée. La réponse de la reine et des ministres de la Junte, qu’elle avait au préalable concertés, fuse17. Il fallait maintenir le statu quo car ce n’était pas seulement le roi que la présence du prince offensait mais surtout Mariana dans la mesure où le prince symbolisait pour elle un adultère. Devant ces échecs, don Juan change son fusil d’épaule. Il réclame directement une charge d’importance en récompense aux exploits guerriers accomplis sous Philippe IV. Se prévalant de qui il est et de ce qu’il a fait, il démontre l’injustice à l’écarter du pouvoir. Mais ses adversaires lui opposent le bilan mitigé de son action. La plupart des critiques qu’on lui adresse dans la conduite des affaires militaires apparaissaient infondées. La mauvaise foi criante de la Junte et de la reine encourage don Juan à ne pas céder.

  • 18 « Su casa seria una receptaculo de malcontentos, y una fragua de chismes y murmuraciones contra el (...)

17La mise à distance du prince s’expliquait par la peur de la reine et des ministres qui, embourbés dans les pesanteurs administratives du système politique, se sentaient vulnérables. La régente était en butte à des problèmes insurmontables (la paix avec le Portugal, le marasme de l’économie) et Nithard semblait convaincu que la présence de don Juan à Madrid constituerait un facteur d’instabilité : « sa maison serait un réceptacle pour les mécontents, une usine à ragots et médisances contre le gouvernement occasionnant de graves troubles18 ». De telles appréhensions n’étaient pas infondées vu l’intelligence politique de cet ambitieux. Mais les acteurs ne pouvaient dévoiler la cause véritable de l’éloignement de don Juan sans souligner leur faiblesse et ils se réfugièrent dans une rhétorique sophiste. Ce dialogue de sourds encourageait le prince à la surenchère.

D’une dispute à une affaire publique : le dispositif de déploiement de l’affaire

18Tout commence par un échange à trois entre don Juan, Mariana et Nithard qui joue les intermédiaires, car les relations tendues de la régente et du prince exigeaient un médiateur. La reine s’était toujours méfiée de don Juan. Elle y voyait une menace, surtout pendant la période où elle ne parvenait pas à mettre au monde un héritier, ce qui faisait du fils naturel du roi une solution de rechange. La médiation de Nithard s’impose, d’autant plus qu’en 1665 l’éloignement de don Juan n’est plus de mise. Or l’absence du prince à la cour avait constitué une digue à la haine de la reine. Non content de ne plus guerroyer dans les périphéries du royaume, don Juan revendiquait désormais une charge de premier plan à Madrid même.

  • 19 Nithard l’avait suivie à Madrid lorsqu’elle avait épousé Philippe.
  • 20 BNE, ms. 8344, fo 83ro.
  • 21 Ibid., fo 86vo.

19Le prince choisit Nithard pour médiateur afin d’infléchir la reine. Il connaissait son influence sur elle car il était son directeur de conscience depuis son enfance19. Le prince remet donc au jésuite des copies de ses lettres à Mariana pour qu’il plaide sa cause et, en retour, il lui transmet les réponses de la régente20. Mais le trio se complique. La reine perçoit qu’il s’agit d’une requête lourde d’implications et elle décide d’inclure la Junte dans la discussion. Or les ministres de ce Conseil de régence se méfiaient tout autant de don Juan. Flairant l’impasse, le prince conjure Nithard de soumettre ses propositions au Conseil d’État sans passer par la Junte, brisant ainsi la chaîne initiale des interlocuteurs21. Mais le 11 mai 1666, Nithard lui répond qu’on ne pouvait se dispenser de consulter la Junte. Ces paroles marquent une première rupture entre les deux hommes et incitent le prince à chercher d’autres alliés.

  • 22 Ibid., fo 235ro.

20C’est ainsi que se superpose à ce jeu incluant la Junte, un réseau de mécontents constituant potentiellement un parti autour d’une attaque du système politique en vigueur. Don Juan lie les deux aspects. Puisque la Junte posait problème, il fallait s’adresser à de nouveaux interlocuteurs. En même temps, il convenait de combattre frontalement cet organisme incontournable qui participait d’autorité à toutes les négociations. Le prince a vite fait de résoudre l’équation posée. Pourquoi ne pas créer un groupe de mécontents de la Junte et élaborer une stratégie d’attaque des institutions de la Régence qui seront accusées de provoquer tous les maux du royaume ? Ainsi, on masque le dépit des opposants et on estompe la revendication des intérêts particuliers sous couvert d’une campagne plus globale susceptible de rassembler des pans entiers de la société. Le 27 avril 1666 sanctionne l’existence d’une faction de mécontents regroupant toutes les grandes figures évincées des plus hautes charges. Don Juan, Medina de Las Torres, les marquis de Mortara et de Mondéjar se réunissent à Villaverde, près de Madrid, pour discuter d’une alliance et de ses modalités d’action22. Le duc de Montalto, les ducs d’Osuna, d’Infantado, de Terranova et le cardinal d’Aragon les rejoignent.

21Dans cette première phase, don Juan recrute dans le vivier des exclus des institutions qui veulent regagner le terrain perdu. Pour revenir sur le devant de la scène, il est nécessaire de discréditer le système politique en vigueur. Néanmoins, le litige reste encore une affaire à dominante privée : la guerre n’est pas encore ouverte entre Nithard et don Juan. Les deux opposants, qu’aucune ligne de clivage définie ne sépare, n’ont pas encore d’arène où combattre, ce qui interdit à leur rancœur de cristalliser autour de chacun d’eux des partis. Certes, de nouveaux acteurs se regroupent derrière le prince, mais ils apparaissent encore peu nombreux. Par ailleurs, si les juanistes se massent au sein d’une coalition d’intérêts personnels noués au sein d’un réseau solidaire, aucun but n’est unanimement arrêté, pas plus que n’est élaborée de stratégie claire. Il s’agit d’un parti à l’état virtuel auquel il manque des objectifs pour agir. Enfin, il ne faut pas oublier que l’ambition du prince se déploie dans plusieurs directions à la fois. L’élaboration progressive d’un réseau de mécontents n’est qu’une des facettes de son action. Ainsi, don Juan vise tour à tour le trône de Pologne et celui du Tyrol. Dans ces deux cas, il agit seul puisqu’il tente de satisfaire son intérêt propre en demandant une distinction qui ne peut regrouper de partisans. Mais après deux échecs, don Juan recentre ses efforts en direction de la cour de Madrid.

III. — DES INTRIGUES CURIALES À UNE PREMIÈRE MOBILISATION DE L’OPINION (24 MAI 1666 – 14 SEPTEMBRE 1667)

  • 23 Pour une étude de l’émergence de la forme « affaire », voir É. Claverie, « La naissance d’une forme (...)

22Le 24 mai 1666, Mariana, inquiète de cette agitation diffuse, ordonne, par décret, à don Juan de s’éloigner de la cour. Cette péripétie marque un tournant car cet ultime renvoi interdit un recours exclusif aux intrigues curiales. La nomination de Nithard comme Inquisiteur Général, en septembre de la même année, constitue un autre moment-clef. Désormais les juanistes tiennent un thème susceptible de nourrir une campagne d’opinion et de mobiliser divers secteurs de la société. Le réseau peut devenir parti. En effet, tous les paramètres se trouvaient réunis pour que se déploie « l’affaire », il ne manquait qu’un élément capable de les articuler23. Ces paramètres, quels sont-ils ?

23Le schéma obligé de l’échange à trois entre la régente, son confesseur et don Juan, introduit, par le jeu de la circulation des correspondances, d’autres interlocuteurs qui se cantonnent dans la posture de lecteur ou qui se convertissent en épistolier. Un dispositif sécrétant sa propre dynamique et ouvert aux évolutions, s’établit.

24Un deuxième paramètre offrait la possibilité à l’affaire de se déployer : la surenchère des requêtes de don Juan, toujours déçues, durcit les positions des deux opposants et mobilise de plus en plus d’acteurs sur le mode du scandale. La mauvaise foi partagée de la reine et de la Junte, hermétiques aux requêtes du prince, incite ce dernier à exiger toujours plus, sachant qu’il n’a rien à perdre. Plus les positions seront tranchées, plus radicales seront les thèses défendues et plus importants les enjeux. Ce mouvement d’amplification favorise la mobilisation d’acteurs nombreux car forcément concernés par ce qui deviendra une affaire d’État.

25Des problèmes sous-jacents à ce premier niveau éclatent au grand jour au fur et à mesure que la querelle s’envenime. Il s’agit d’abord de problèmes structurels comme l’imbrication des domaines du particulier et du public. Si notre objet prend la forme d’une querelle entre deux individus, ceux-ci ont une stature de « personnage public ». Nithard devient l’homme fort du système de gouvernement de la Régence et cumule les charges. Or, au xviie siècle, toucher l’homme c’était porter atteinte à la fonction et vice versa. Quant à don Juan, s’il n’avait aucune charge déterminée à la cour, il était de sang royal, ce qui lui conférait d’emblée un statut privilégié. Surtout, il avait endossé les plus hautes charges, avait rétabli la paix dans les périphéries du royaume au point d’incarner l’espoir de la monarchie symbolisé par l’amalgame répandu des deux don Juan, le bâtard de Philippe IV et celui de Charles Quint, don Juan José et le don Juan de Lépante. L’argument du sang royal autorisait à coupler, dans une certaine mesure, la question de l’honneur, qui relève de la question « privée » de la réputation, et la revendication de droits autour de la notion de mérite. Mariana n’ignorait pas l’aura qui nimbait le prince malgré la controverse qu’il nourrissait et elle avait compris qu’elle ne pouvait l’atteindre impunément. Cette configuration explique sa peur, car l’ambitieux don Juan pouvait ébranler la stabilité du régime par les jeux clientélaires. L’affaire se complique encore quand s’y greffent des problèmes plus conjoncturels relevant de la tactique mais découlant aussi de cette imbrication du particulier et du public. Ainsi en va-t-il de la contestation du système de régence qui devient partie intégrante de la dispute originelle. Celle-ci dépasse de plus en plus le règlement de comptes et renvoie à des blocages institutionnels.

L’ascension de Nithard

  • 24 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, pp. 6-8.
  • 25 Cordoue, Ávila et Grenade y étaient très hostiles (BNE, ms. 8344, fos 140ro-141vo).
  • 26 BNE, ms. 18.655, no 50.

26L’ascension de Nithard, fulgurante et controversée, est l’œuvre de Mariana. La régente considère son confesseur comme son principal allié et comme le moyen de rompre son isolement politique. Après l’entrée du jésuite au Conseil d’État, elle s’obstine à obtenir la nomination de Nithard comme Inquisiteur Général. Elle lui assurerait ainsi le contrôle d’une des institutions les plus puissantes d’Espagne et lui ouvrirait les portes de la Junte puisque le chef de l’Inquisition y avait sa place d’office. Pourtant, la tâche s’annonçait difficile. Premier obstacle, l’origine allemande de Nithard : seul un Espagnol pouvait prétendre endosser la charge d’Inquisiteur Général. Deuxième obstacle, la vacance de la charge : après la mort de don Diego de Arce en septembre 1665, le cardinal don Folch de Cardona, archevêque de Tolède, lui avait succédé24. Mariana s’appuie sur l’inconvénient que constituait le cumul de ces deux fonctions ecclésiastiques. Elle fit donc pression sur Cardona pour qu’il renonçât à son titre d’Inquisiteur Général et qu’elle pût en désigner un autre. La question de la nationalité du confesseur restait en suspens. Seules les Cortes de Castille pouvaient conférer la naturalisation, mais ces institutions étaient tombées en désuétude. Mariana choisit donc de s’adresser individuellement aux municipalités représentées aux Cortes en leur demandant de reconnaître son confesseur comme espagnol. Les vingt-et-une villes confirment sa requête, de plus ou moins bon gré, à la fin de l’été 1666 et le décret de naturalisation du jésuite est promulgué le 20 septembre25. Immédiatement, Mariana propose son confesseur pour occuper la charge d’Inquisiteur Général. C’est chose faite le 22 septembre 1666, par décret26. Nithard devient alors de facto membre de la Junte de gouvernement. L’ascension réussie du jésuite et son installation dans les hautes sphères du pouvoir au terme de tractations opaques apparaissent dès lors essentielles dans la querelle opposant le confesseur au prince car il ne s’agit plus seulement d’attaquer un homme mais aussi une fonction, un ordre religieux et un système politique. Les alliés de don Juan se déchaînent face à ce qu’ils qualifient de scandale : ils tenaient là le thème mobilisateur susceptible de nourrir une campagne pamphlétaire et de recruter large. Le passage du réseau au parti est ainsi assuré car la rancœur des deux principaux protagonistes dispose désormais de moyens pour éclater au grand jour et fixer des lignes de fracture.

Une première guerre de plumes : le scandale de voir Nithard Inquisiteur Général

  • 27 Respectivement, Papel en que el Señor Don Juan y sus partiales procuran persuadir a la Reyna Gobern (...)
  • 28 BNE, ms. 8344, fo 244ro.

27Deux textes présentent un bon résumé de l’argumentation bâtie contre le jésuite. Il s’agit du Texte où Monseigneur don Juan et ses partisans tentent de persuader la régente de ne pas confier à son confesseur le poste d’Inquisiteur Général ainsi que des Doutes politiques et théologiques sur l’état présent de la monarchie que soumettent ces messieurs du gouvernement et les plus grands ministres d’Espagne aux universités de Salamanque et d’Alcala27. La rhétorique est simple et assassine. On reproche à Nithard de manquer d’étoffe pour endosser une si haute fonction. En outre, ce choix de la reine insultait les Espagnols. Un pan de l’argumentation tourne au réquisitoire contre les étrangers qui ne pouvaient être soucieux du bien commun parce qu’ils n’aimaient pas l’Espagne. Les accusations de complot avec l’Autriche ou de détournement de fonds vont dans le même sens. On prédit également de graves dysfonctionnements car la toute puissance de Nithard allait accroître son emprise sur une reine fanatisée n’ayant plus d’oreilles que pour cet Autrichien ignorant des lois espagnoles. Enfin, on dresse un parallèle avec Marie de Médicis et Mazarin insinuant que la régente et son confesseur profiteraient de cette privanza maximale pour cacher leurs ébats28. Persiflages d’une redoutable efficacité. De la critique de l’étranger à l’accusation d’hérésie, le glissement était tentant.

  • 29 « Hijo de padres herejes » (ibid., fo 235vo).

28Les détracteurs du confesseur exploitent donc cet argument étroitement imbriqué au thème de la pureté du sang. Dans le fil de la tradition d’accusation de sang impur, les partisans du prince prophétisent que la présence de Nithard, ce « fils d’hérétiques », introduira au sein de l’Inquisition, bastion de la vraie foi, des êtres au sang impur29. Le maintien de l’unité de la foi, indispensable pour obtenir le salut de Dieu et éviter d’exposer la Couronne à des forces de dissolution, se trouve compromis.

  • 30 Copia del papel que escribió Don Bartolome de Rojas Anaya, residente en el Cuzco, ciudad de las Ind (...)

29L’âpreté que mettent les partisans du prince à s’acharner sur le confesseur provoque la participation de nouveaux acteurs. Pour abattre Nithard, les juanistes s’en prennent à travers lui aux jésuites, à l’Inquisition et à la Junte. La dimension publique de la cible se révèle décisive dans le mécanisme de la guerre de plumes car les acteurs sont de plus en plus nombreux à intervenir par l’écriture afin de défendre leurs propres intérêts à travers la figure de Nithard. C’est ainsi que les jésuites entrent en lice. Une lettre de Cuzco prenant la défense du confesseur de Mariana offre l’occasion de déchiffrer le mécanisme de l’inclusion de cette nouvelle strate d’intervenants30. En préambule, le scripteur Bartolomé de Rojas explique les motifs de son intervention :

  • 31 « Perdoneme Vuestra Excelencia la digression ; que el afecto que tengo a este señor y las obligacio (...)

Veuillez me pardonner, Votre Excellence, pour la digression ; mais j’y suis contraint par l’affection que je voue à cet homme et par les obligations dans lesquelles je me trouve en tant que fils de la Compagnie sacrée de Jésus qui m’éleva depuis mes trois ans ; et en tant que neveu de trois inquisiteurs, monseigneur don Juan de Rojas […] qui fut inquisiteur de Valence et de Sicile, monseigneur don Luis de Paramo et Rojas, chanoine et archidiacre de Léon et inquisiteur de Sicile, monseigneur Rodrigo Gutierre de Paramo son frère, inquisiteur de Séville, de Cordoue et de Tolède qui mourut archevêque de Palerme31.

  • 32 A. Carrasco Martínez, « Un modelo para el estudio de las formas de sociabilidad ».

30Ainsi, l’auteur s’agrège à la guerre de plumes qu’alimente la nomination de Nithard au poste d’Inquisiteur Général parce qu’il a lui-même été élevé chez les pères de la Compagnie et qu’il est parent de trois inquisiteurs. C’est une solidarité de groupe et de parentèle qui se manifeste. Elle dépasse le cadre de l’ordre jésuite en intégrant une autre frange d’acteurs solidaires de ces derniers par diverses connexions : famille, clientèle, logique d’intérêts et de rapports de forces qui parfois ne peuvent se comprendre qu’à une échelle très locale. On tient là un mécanisme essentiel de l’implication croissante d’acteurs, car il repose sur un trait constitutif de la société espagnole et de toutes les sociétés européennes d’Ancien Régime que de telles solidarités structuraient32. L’élaboration de partis qui actionnent tous les réseaux de parentèles et de clientèles à leur disposition dévoile ces rouages.

31Plusieurs éléments épars caractérisent cette première guerre de plumes dont la combinaison révèle l’action d’un véritable dispositif structurel qui pourra jouer, pour nous, le rôle de marqueur dans la perspective comparatiste et évolutionniste qu’appelle l’élaboration d’une typologie de tels mouvements d’opinion.

  • 33 BL, Eg. 354, fos 147ro-150ro.
  • 34 Papel en que cierta persona de buen zelo […] responde al antecedente (BNE, ms. 8344, fos 174ro-189r(...)

32Le premier paramètre réside dans la mise en place d’une dynamique intrinsèque à la succession des textes qui s’enchaînent, un texte en appelant un autre. Des chaînes d’écrits polémiques se répondent, se confrontent ou se répètent. Ceux-ci se disposent en réseaux aux multiples ramifications de sorte que la querelle s’alimente elle-même. Les Doutes politiques et théologiques ont suscité la rage ou l’approbation jubilatoire33. On peut identifier les textes qui en sont une réponse directe à l’instar du Texte qu’une certaine personne de bonne volonté et sans mauvaises intentions écrit en réponse au texte précédent pour le versant nithardiste34. Les alliés du prince ne demeurent pas en reste. Ce n’est pas tant le texte des Doutes en lui-même qui motive leur engagement que les écrits soutenant le jésuite qui ont fleuri à cette occasion.

  • 35 Ibid., fo 209ro.
  • 36 Ibid., fo 216ro.

33L’extension géographique fournit un autre critère. L’affaire dépasse les frontières de l’Espagne. Dans le contexte de tension croissante qui l’oppose au confesseur de la reine, on reproche à don Juan son ambition qui s’exprime jusqu’à Paris et aux Pays-Bas. Ainsi, le 18 octobre 1666, le prince envoie au secrétaire royal don Juan de Gongora une gazette française où il s’insurge contre des passages qui ternissent sa réputation35. Un mois plus tard, il procède de même avec une gazette hollandaise36. L’affaire s’ébruite hors d’Europe pour atteindre le Nouveau Monde. Le texte des Doutes politiques et théologiques

  • 37 « Se alargó a encaminarlas tambien a las Indias para inficionar los pacificos animos de aquellos mo (...)

fit cheminer ces doutes aussi aux Indes pour infecter les âmes pacifiques de ses habitants avec le même poison et susciter la haine à l’encontre de l’innocent Père confesseur et de la reine elle-même pour l’avoir placé à cette fonction37.

34La lettre déjà citée de don Bartolomé de Rojas, résident de Cuzco, se veut une réplique nithardiste à ce texte. Peu importe l’authenticité de cette pièce. Même identifiée comme un leurre, le fait qu’elle soit crédible montre que les mécanismes de diffusion qu’elle dévoile sont opératoires et jouent indépendamment d’elle.

35On peut isoler un dernier critère : l’intervention de relais démultipliant l’impact de la querelle par un effet de caisse de résonance qui en accélère et en accroît la diffusion. Ce sont les discussions qui se nourrissent de la lecture des libelles, en les commentant et se répercutant en retour au cœur même de la guerre de plumes, car les scripteurs sont imprégnés de tous ces bruits. Les juanistes se sont montrés sensibles à cette dimension parfois incontrôlable de cette campagne contre Nithard. Après le décret royal du 6 avril 1667 renvoyant une nouvelle fois don Juan à Consuegra, ils cherchent d’autres voies que celles qu’offraient les intrigues curiales caractérisées par le secret et l’action d’un nombre restreint d’individus. Au contraire, il s’agit maintenant de jouer de la publicité maximale de la dispute grâce à la mise en circulation de pamphlets et à la diffusion de rumeurs qui les renforcent en créant un climat de tension. Nithard, dépité, consigne ce changement d’attitude des juanistes dans ses Mémoires. D’après le jésuite, ils

  • 38 « Capturando la benevolencia de los soldados y pretendientes quexosos de los ministros descontentos (...)

captent la bienveillance des soldats et des mécontents ; des ministres mécontents ; et de la noblesse ambitieuse […]. On publia des pasquins et des satires, tous œuvrant au discrédit de la Junte et à la haine de l’Inquisiteur qui était la cible visée par presque toutes les flèches. Et on répandait des bruits ; et on faisait pénétrer des nouvelles de grande union de la noblesse38.

36Le contentieux toujours plus violent qui l’oppose à Nithard interdit toute communication directe entre les deux adversaires, mais le prince réussit à tirer avantage de cette configuration. Il choisit d’abord un intermédiaire privilégié, don Juan de Gongora, un de ses plus fidèles alliés qui appartient au monde de la cour en tant que membre du Conseil Royal et de la Chambre de Castille. Il écrit donc à Gongora une lettre fielleuse à l’égard de Nithard où il développe tout le mal qu’il pense de l’ambitieux jésuite en l’accusant d’avoir phagocyté tous ses projets par jalousie. Puis, le prince charge Gongora de la lire au confesseur, sous couvert d’une révélation à lui faire. Nithard écrit à propos d’une lettre assassine de don Juan :

  • 39 « Bolvio Gongora otra vez a la posada del Señor confesor para leersela, haviendola oido el confesor (...)

Gongora retourna à l’endroit où séjournait Monseigneur le confesseur pour la lui lire. L’ayant entendue, il lui demanda de la lui laisser pour qu’il en fasse un copie ; Gongora y consentit aisément sachant que telle était la volonté et le bon plaisir de Monseigneur don Juan39.

37La chaîne des lecteurs se reconstitue aisément : don Juan écrit à Gongora (en réalité à Nithard et aux courtisans) qui lit la lettre au confesseur qui la copie pour la faire circuler dans son entourage. La lettre se diffuse selon une logique de cercles concentriques, même si son parcours se circonscrit à la cour. L’affaire se complique encore quand les lecteurs deviennent scripteurs et prennent part à leur tour à la guerre de plumes. Un dispositif qui convertit un duo originel en trio puis en polyphonie, s’enclenche. Toujours à propos de la lettre de don Juan à Gongora, Nithard affirme :

  • 40 « Tubo esta segunda carta del Señor Don Juan la misma suerte que la antecedente, de llegar a la pub (...)

Cette deuxième lettre de Monseigneur don Juan tomba entre les mains d’autres personnes qui en prirent ainsi connaissance de la même façon que de la lettre précédente ; nombreux furent ceux qui, abasourdis sinon outrés par son contenu, prirent la plume pour écrire un texte lui opposant des objections40.

  • 41 J. Contreras, Carlos II el hechizado, pp. 101-103. Voir la lettre de Mariana du 4 juin 1667 appelan (...)

38Si le passage définitif d’une affaire entre particuliers à une affaire publique ne se produit pas encore, c’est parce que don Juan continue à s’investir dans les intrigues curiales. Cette voie se révèle d’ailleurs parfois fructueuse puisqu’il entre au Conseil d’État, le 15 juin 1667, au bout de six mois de tractations grâce à l’appui du comte de Peñaranda41. Au terme de ce parcours, on sent l’importance de la mobilisation de publics grâce à l’arme publicitaire. Même si c’est finalement une intrigue curiale qui place le prince au Conseil d’État, le déchaînement d’une guerre de plumes a empêché la reine de traiter le cas don Juan comme une simple affaire de famille.

IV. — LE RESSORT JUDICIAIRE : DE LA DÉSOBÉISSANCE AU CRIME DE LÈSE-MAJESTÉ (14 SEPTEMBRE 1667 – 21 OCTOBRE 1668)

39Le 14 septembre 1667, la reine émet un premier décret justifiant l’envoi de don Juan en Flandres. La situation internationale en défaveur des Espagnols rendait nécessaire la présence aux Pays-Bas d’un homme d’expérience tel que le prince. En vérité, il s’agissait d’un moyen commode pour la régente de s’en débarrasser car ses intrigues la tourmentaient. Ce décret marque un tournant en dissuadant don Juan d’intégrer le système politique par des voies traditionnelles (intrigues curiales activant des réseaux clientélaires). Cet épisode annonce sa désobéissance et signe le passage à une guerre ouverte (tergiversation autour des Flandres). La dimension judiciaire fait irruption par une succession d’affaires louches.

L’engrenage judiciaire et la rhétorique du procès

a) L’affaire Malladas

40Le 19 mai 1668, le marquis de Saint-Aunais, personnage trouble ayant joué les agents doubles auprès des Espagnols comme des Français, et qui reprend du service dans le contexte de la guerre de Dévolution, confesse, moribond, qu’on l’avait empoisonné pour avoir refusé la proposition, qu’un certain José Malladas lui avait faite, d’éliminer Nithard. Il ajoute que c’est don Juan qui a fomenté ce projet. De tels aveux laissaient sceptique. Certes, Malladas était un hidalgo aragonais que Nithard venait de congédier pour avoir mal géré ses affaires. L’éconduit aurait donc pu vouloir se venger. Toutefois, la roublardise de Saint-Aunais rendait l’imbroglio suspect. Le 1er juin, le président du Conseil de Castille, don Diego Sarmiento de Valladares, une créature de Nithard à qui il devait sa charge, envoie l’alcalde de corte don Pedro de Salcedo pour emprisonner l’Aragonais sans autre forme de procès. Il est exécuté au garrot le lendemain à la surprise de tous. Ce manquement à la procédure, qui apparente la mort de Malladas à un pur assassinat, entraîne un tollé.

b) Le refus de partir pour les Pays-Bas

  • 42 AGS, Estado, leg. 2108.

41La nomination de don Juan comme gouverneur des Flandres était un cadeau empoisonné. Mariana tenait le prétexte rêvé pour l’éloigner de Madrid et couper court aux intrigues de ses partisans. Plus subtilement, le prince allait certainement devoir assumer un échec militaire cuisant car la guerre apparaissait mal engagée. Après la bataille des Dunes et le désastre portugais, le prestige de ce général glorieux allait recevoir un coup fatal. La régente cherchait donc à en faire le bouc-émissaire d’une déroute inéluctable. Don Juan se trouve dans une situation délicate. Conscient du piège, il ne pouvait d’emblée refuser l’offre sous peine d’être accusé de désobéir aux ordres. Il décide donc de gagner du temps, rendre interminables les préparatifs et poser des conditions difficilement réalisables à son départ : le prince exige des sommes faramineuses, un contingent massif de soldats et la faculté de créer des impôts sur place. Le triple refus qu’il essuie l’incite à repousser la charge, mais la menace de Mariana d’assignation à résidence à Consuegra, qui revenait à une mort politique, le fait changer d’avis42. Il se résigne donc. La reine rend compte au Conseil d’État de la décision de don Juan de partir pour les Flandres début février 1668, mais ce n’est que fin mars qu’il se rend à La Corogne pour embarquer.

  • 43 BNE, R-2069, fo 6ro.
  • 44 BNE, R-38.033, fos 6vo-7ro.

42Mais l’affaire n’en resta pas là. La situation internationale avait évolué ; la victoire de la France se profilait et, avec elle, la paix. Il semblait donc plus prudent à don Juan de ne lancer aucune action d’envergure et d’attendre la signature des traités mettant fin aux hostilités. Sur ce contexte, en mai, se greffe l’affaire Malladas précédemment évoquée. Dans ces conditions, une absence prolongée semblait intenable à don Juan. Le 25 juin, dans une lettre adressée à certains ministres de la Junte, le prince explique les raisons qui motivent son dernier refus de partir, en accusant Nithard d’être, en dernière instance, le responsable du scandale de l’affaire Malladas. Enfin, le 27 juin il annonce à la reine son refus définitif de s’embarquer à La Corogne, en prétextant une maladie fragilisant sa santé et empêchant un voyage43. La réponse fuse : Mariana lui ordonne de regagner Consuegra jusqu’à nouvel ordre44. Pour le remplacer aux Pays-Bas, elle nomme le connétable de Castille.

c) L’affaire Patiño

  • 45 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 26.

43Cette affaire qui constitue le dernier pan de ce triptyque judiciaire n’est pas moins mystérieuse45. Le 13 octobre 1668, un obscur capitaine de cavalerie, don Pedro Pinilla, se rend à l’Alcazar et demande d’urgence une audience à la reine. Celle-ci refuse, mais devant son insistance (il prétendait avoir une révélation concernant la sûreté de l’État), Mariana consent à un entretien. Il révèle alors qu’un certain don Bernardo Patiño, frère du secrétaire de don Juan, don Mateo Patiño, l’aurait sollicité pour faire partie d’un complot sous la houlette du prince, visant à renverser le gouvernement de la Régence et à en finir avec le confesseur. Il s’agissait d’enlever Nithard au sortir d’une réunion de la Junte pour l’emprisonner hors de Madrid. Don Juan pourrait alors s’emparer de l’Alcazar, déposer Mariana, l’envoyer dans un couvent et accaparer les affaires au nom du jeune Charles II. Ces révélations furent prises très au sérieux et la régente décida de faire incarcérer Patiño. Ce fut chose faite le lendemain et il fut accusé d’être impliqué dans la préparation d’un attentat contre Nithard. Le capitaine de la cavalerie, le marquis de Salinas, reçut en grand secret l’ordre de se rendre à Consuegra, où résidait le prince, pour l’emprisonner à l’Alcazar de Ségovie.

d) La rhétorique du procès

  • 46 S. Maza, Vies privées, affaires publiques.
  • 47 Ibid., p. 12.

44L’irruption de telles affaires modifie le cours de la querelle. Dès lors, les acteurs manient systématiquement un langage judiciaire. Le contentieux opposant don Juan à Nithard se complique en suivant en partie le modèle des affaires judiciaires étudiées par Sarah Maza46. Leur dynamique repose sur le passage d’une « affaire privée » à une « cause publique », ce qui représente un des principaux moyens de mobilisation de l’espace public et d’acculturation politique dans la seconde moitié du xviiie siècle. On peut ainsi établir plusieurs points de convergence. Sarah Maza travaille sur les mémoires judiciaires exposant les « causes célèbres ». Elle se place de plain pied dans l’univers du procès, octroyant la part belle à la défense. Les trois affaires qui jalonnent la dernière phase de la genèse du litige entre don Juan et Nithard orientent aussi les débats dans la direction du procès et du plaidoyer en mettant le prince au ban des accusés, comme nous allons le voir. En outre, Sarah Maza se montre attentive aux conséquences des liens entre le domaine du particulier et le domaine public puisque, comme pour notre affaire, un jeu s’opère entre les deux. En corollaire, elle aborde ses archives par le prisme du public car elle soutient que les avocats de la défense revendiquaient l’idée d’un public défini comme un « tribunal de la nation » érigé en juge suprême47.

  • 48 Ibid., p. 62.
  • 49 K. M. Baker, Au tribunal de l’opinion, p. 113.

45Là s’essouffle le parallèle. En effet, le phénomène de massification de la « justice-publicité » étudiée par Sarah Maza ne se retrouve pas dans notre guerre de plumes. C’est une question d’échelle qui intervient ici. Si, dans les deux cas, un mécanisme similaire de glissement du particulier au public permet la mobilisation de plus d’acteurs afin de réhabiliter l’accusé, dans la France pré-révolutionnaire, les mémoires judiciaires constituent un genre à part entière et entrent en synergie avec le mélodrame et tout un pan de la littérature au point de transformer des tensions politiques en imagerie sociale et de préparer la révolution de 1789 par un tel dispositif politico-culturel48. Dans l’Espagne de Charles II, l’idée d’un public devenu juge suprême, une « catégorie abstraite d’autorité » n’a pas cours49. On assiste bien à l’élargissement d’un public par la voie pamphlétaire mais les enjeux ne sont pas comparables. Le texte-procès ne constitue qu’une étape de la querelle don Juan / Nithard appelée à être dépassée dans un plus vaste processus. On ne saurait non plus parler d’un genre car l’action de don Juan demeure unique. C’est l’insertion dans un dispositif subtil entre l’écriture et l’action qui octroie sa coloration particulière aux oscillations entre particulier et public et à ses implications qu’actionne la dispute entre le prince et le jésuite. Sarah Maza identifie un public homogène qui, de littéraire, devient politique, par les imbrications du particulier et du public et qui jouit d’une forte légitimité. À partir d’un même jeu entre le particulier et le public, notre analyse manifeste l’émergence de publics intégrés dans une chaîne d’action, ce qui interdit d’y voir une catégorie abstraite.

D’une offense à un crime de lèse-majesté ?

  • 50 Papel en que se refieren y ponderan los perjudiciales efectos y daños que resultaron de la desobedi (...)

46Des textes qui ont tout du procès par contumace, paraissent en masse. Sur un fond commun de condamnation sans appel, on distingue deux groupes, ceux qui s’attaquent à la posture adoptée par don Juan vis-à-vis des Flandres et ceux qui se saisissent des affaires Patiño et Malladas50. La culpabilité du prince, bien qu’elle ne soit concrètement avérée dans aucun des cas, est un postulat à partir duquel se déploie une série d’arguments hétérogènes. Tous relèvent donc du procès d’intention ce qui ne peut manquer de susciter la réplique des adversaires.

47Ces écrits suivent une même logique et un schéma similaire. Il s’agit de charges implacables contre don Juan, conclues par la demande d’une peine maximale. Déployant une rhétorique judiciaire de destruction parfois absconse, ils apparaissent longs et touffus. Mais la netteté des titres qui résument la thèse et leur construction témoignent de la rigueur des auteurs. Une impression de monotonie s’impose pourtant quand on se plonge dans cette mer d’écrits car ils empruntent beaucoup les uns aux autres.

  • 51 Papel hecho por un leal y zeloso vasallo en que se refiere el caso del garrote dado a Malladas y lo (...)
  • 52 « En que se prueba que la Reina gobernadora pudo licitamente haber mandado dar el garrote a Don Jos (...)

48Une trame d’ensemble se dégage aisément. Dans un premier temps, ces textes établissent la faute de don Juan. Ceux qui traitent de l’épisode des Flandres expliquent que, mû par son hybris, le prince a désobéi à la reine en refusant la fonction de gouverneur des Flandres, mettant en péril le royaume et vidant les caisses d’une monarchie appauvrie. Quant aux écrits relatant les affaires Malladas et Patiño, ils considèrent acquis que don Juan a fomenté des attentats contre le confesseur. Le Texte écrit par un sujet loyal et zélé où l’on rapporte l’affaire du garrot de Malladas ; ainsi que ce qui s’est passé à la Junte de gouvernement présente l’affaire Malladas comme le cœur du problème dont souffre l’Espagne51. Il s’agit de montrer qu’aucune irrégularité n’a entaché la procédure et que le testament a été respecté afin que don Juan cesse de se prévaloir de la violation de ce textes pour arguer de son bon droit dans sa requête du renvoi de Nithard. Après un récit de l’affaire Malladas dans un sens nithardiste, l’auteur relate la façon dont les alliés du prince ont répandu la nouvelle de l’exécution au garrot et l’ont imposé à l’ordre du jour à la Junte en biaisant les faits et en criant au scandale de la violation des procédures judiciaires et gouvernementales. Puis, en quatre points débouchant sur des discussions juridiques, l’auteur étaie la thèse de la culpabilité de don Juan. Il s’emploie à prouver que la régente a pu licitement ordonner de tuer Malladas en lui donnant le garrot52. Ensuite, il discute pour déterminer si la reine devait faire intervenir la Junte de gouvernement dans cette affaire. Il tranche par la négative. Dans un troisième temps, il statue que la reine n’était pas contrainte de s’expliquer de ses actes au peuple et à la république. Enfin, à propos de l’attitude à adopter par les ministres devant cette affaire, il conclut qu’ils doivent tous s’incliner devant le choix de la reine-mère, sans sourciller.

  • 53 Copia de papel juridico en que difusamente se prueba haber incurrido el Señor Don Juan en pena de m (...)

49Les développements de ces textes sont lacunaires, la prévention des scripteurs à l’égard du prince comblant les points aveugles de l’argumentation. Quel que soit le thème initial (les Flandres, les affaires Patiño et Malladas), le discours mène à la culpabilité du bâtard royal. Le deuxième grand mouvement consiste donc à préciser la position à adopter face à la faute du prince, au terme d’un procès fictif. À l’aide d’une opposition manichéenne entre Nithard et don Juan, le raisonnement mêle droit civil et canon à la calomnie. Chaque texte trouve sa coloration particulière dans l’oscillation entre les différents corpus juridiques et les notations ayant trait au psychologisme le plus élémentaire. Le Texte juridique où l’on prouve que monseigneur don Juan mérite la peine de mort pour s’être dispensé de partir pour les Flandres présente l’armature juridique la plus achevée53. L’auteur démontre successivement que le droit divin, le droit des gens et le droit canonique punissent de mort tout acte de désobéissance. Il enrichit son propos de références variées. Il compare don Juan à Jonathan, fils traître de Saül, il transcrit la parole de Tacite ou des Pères de l’Église. Ces diverses références mettent en lumière le rôle dévolu aux exemples et aux citations bibliques dans les textes polémiques. La figure de Jonathan offre à l’auteur un précédent qui rend plus efficace l’argumentation pour le point de litige sur lequel il statue. En apparence, il a vocation à guider le choix du juriste par l’autorité d’un modèle à suivre, car la Bible enseigne le juste. Dans le cadre de la démonstration de son premier chapitre, l’auteur commence par rappeler qui est Jonathan. Ce fils du roi Saül fut condamné à la peine capitale pour s’être dispensé d’un jour de jeûne, alors que le souverain avait décrété la stricte observance de cette pénitence. Le rapprochement avec le cas don Juan est aisé. Poussant le parallèle, l’auteur renchérit sur le contraste opposant la gravité de la désobéissance du prince au menu écart commis par Jonathan, pourtant mis à mort sans cérémonie. Biaisée, l’argumentation est orientée vers la démonstration de la culpabilité du prince. Et ceci, bien que la cause pour laquelle ce dernier a refusé de partir pour les Flandres (refus finalement avalisé par la reine), autrement dit, ce sur quoi repose la légitimité de l’accusation de désobéissance, ne donne lieu à aucun examen. L’exemple ne restitue donc nullement le cheminement de la pensée d’un auteur soucieux de transparence, il vise à persuader le lecteur.

  • 54 BNE, ms. 8345, chap. 3, vers 2 : l’auteur donne la référence exacte au fo 189vo.
  • 55 Copia de papel juridico (BNE, ms. 8345, fo 190ro).

50Cependant, l’usage des figures ne trouve son effectivité qu’au sein d’un dispositif de citations bibliques qui diffusent une autorité puissante. L’auteur encadre l’exemple de Jonathan d’une multitude d’extraits du Nouveau Testament, relatifs à l’obligation d’exécuter les ordres tant royaux que divins et censés éclairer le jugement du lecteur. Arguant que désobéir au roi revient à désobéir à Dieu, le nithardiste consacre d’abord un développement à la gravité des crimes commis contre Dieu. Il cite l’épître de saint Paul aux Romains dans le but de montrer qu’un rebelle subira nécessairement une double punition, une « terrestre » et une « spirituelle »54. Puis, l’auteur s’étend sur le scandale de la désobéissance aux ordres royaux. Il reprend les paroles de saint Pierre affirmant qu’il faut aveuglément obéir aux commandements de son roi sous peine de subir ces deux châtiments55. L’avalanche référentielle éloigne le lecteur du cœur du problème qui reste bien la preuve de la désobéissance du prince. Le scripteur impose ainsi son point de vue en mettant à profit l’autorité de ses nombreuses références afin de masquer les faiblesses de sa démonstration.

D’une injustice personnelle à une cause publique ?

51Face à la surenchère nithardiste, la réplique de don Juan ne tarde guère. Dans la lettre qu’il adresse depuis la Corogne à certains ministres de la Junte de gouvernement, le 25 juin 1668, le prince mêle ses propres intérêts aux leurs, transformant le thème de l’injustice personnelle et de la victime innocente en cause publique. Le cœur de l’argumentation repose sur la critique de la violation des procédures dans le jugement de Malladas pour introduire le problème de la pratique des institutions au centre des débats. Il évoque ainsi :

  • 56 « La abominable tiranía que el confesor de Su Magestad acaba de executar, en el miserable hombre a (...)

L’abominable acte de tyrannie que vient de commettre le confesseur de Sa Majesté, en garrottant cet homme misérable, sans l’entendre ou plutôt, pour qu’on ne l’entende pas ; ce qui revient à manquer dans la forme à toutes les lois divines et humaines […] d’autant qu’on ne l’a communiqué à aucun tribunal56.

52Nithard avait occulté cette affaire trouble dont il était le chef d’orchestre dans sa phase judiciaire, alors que le fonctionnement institutionnel établi par le testament exigeait qu’on consulte tous les membres de la Junte dans ce genre de cas. Les ministres avaient donc ressenti cette entorse comme un symptôme inquiétant, car on soupçonnait Mariana de vouloir rétablir un valimiento en faveur du jésuite. Une telle mesure entraînerait la fin de la Junte. Ils avaient donc demandé, en vain, la réparation des torts en exigeant de rendre publics les motifs de l’exécution. Conscient de la force symbolique du coup qu’on leur avait ainsi asséné, don Juan profite de cette tension issue de l’équilibre fragile de la Régence assorti d’un conflit de souveraineté pour grossir le bastion de ses partisans au sein du pouvoir. C’est à dessein que, dans la lettre, il emploie le terme de « tyrannie » renforcé plus loin par l’accusation au religieux d’être un « tyran sans Dieu ni loi ». En tant que champion des offensés, don Juan proclame bafoués la mémoire du roi et son testament. L’enjeu du partage des pouvoirs l’autorise à mettre la reine au ban des accusés, rappelant l’accord initial :

  • 57 « El derecho a condenar y los demas [derechos] de la Soberanía, no radicaban en la Reina, que no er (...)

Le droit de condamner et les autres droits de la souveraineté n’incombent pas à la reine qui n’en est pas la propriétaire mais à la Reine conjointement à la Junte57.

  • 58 « ¿Quién me assegurará que en Flandes y en otra qualquiera parte no me assessine o me de un veneno  (...)

53Don Juan n’hésite pas non plus à raviver les plaies des offensés en insistant sur le scandale ainsi créé et sur l’humiliation des ministres. Une absence de réaction validerait donc le viol des institutions. Elle reviendrait à renoncer à tout honneur en se laissant piétiner dans l’attente d’une mort politique certaine. Maniant avec brio les armes juridictionnelle et psychologique, don Juan n’oublie pas son cas. L’habileté consiste à imbriquer de façon convaincante sa cause à celle des ministres au nom du bien commun. Ainsi, la dernière partie de la lettre plaide habilement en sa faveur. Lorsqu’il demande : « Qui m’assurera qu’en Flandres ou ailleurs on ne m’assassine ou on ne m’empoisonne ? », il se pose en victime58. Enfin, le prince élargit son cas aux autres : il n’était que la première proie de l’« odieux jésuite » simplement pour avoir tenté de l’empêcher de nuire, mais une apathie généralisée causerait la perte de tous. À travers cette lettre écrite dans le feu de l’action, don Juan favorise le glissement d’une injustice personnelle vers une cause publique, avec comme perspective la création d’une affaire d’État par le biais du judiciaire.

V. — LE COUP DE TONNERRE DE CONSUEGRA : LE DÉFENSEUR D’UNE CAUSE PUBLIQUE OU UNE MENACE POUR LA MONARCHIE ? L’ÉCLATEMENT D’UNE AFFAIRE D’ÉTAT

La lettre de Consuegra et son contenu

54La lettre de Consuegra transforme définitivement le litige personnel en une affaire d’État. Don Juan, prévenu de l’arrivée imminente de la garde venue l’emprisonner pour son implication dans l’affaire Patiño, laisse ce plaidoyer à l’attention de Mariana, avant de fuir en Aragon.

55L’argumentation se laisse saisir aisément. Non seulement don Juan n’a rien à se reprocher, mais il est l’innocente victime de l’odieux Nithard. Accablé par le jésuite qui tente de salir son honneur, le prince trouve son salut dans la fuite. Son départ brusque de Consuegra est une réaction aux manigances du religieux pour se mettre en sécurité. La peur n’a pas non plus présidé à cette décision de bon sens. En quittant les lieux, don Juan espère simplement s’établir là où ses « humbles requêtes » trouveront une oreille plus favorable.

  • 59 « Finissimo vasallo del Rey, mi señor, por quien daré siempre toda la sangre de mis venas » (BNE, m (...)
  • 60 « La horrible tirania de dar garrote a aquel inocente hombre » (ibid., fo 1ro).

56L’autojustification de don Juan et la diatribe contre Nithard se complètent. Le fils naturel de Philippe IV incarne le « plus aimant des sujets du roi, monseigneur, pour qui [je] donnerai toujours tout le sang qui coule dans mes veines59 ». En contraste, le jésuite s’apparente à un tyran assoiffé de pouvoir. Habile stratagème pour retourner l’imputation d’hybris contre l’adversaire. L’accusation de tyrannie contre Nithard émaille le texte de ses occurrences jusqu’à tourner au leitmotiv. C’est son « exécrable tyrannie » qui provoque la fuite et la prise de plume de don Juan. C’est encore elle qui explique la mort ignominieuse de Malladas60.

57Après avoir clarifié les motivations de sa fuite, le prince, conscient que les apparences jouaient contre lui, précise encore une fois les raisons de son refus de gagner les Flandres. Enfin, il réitère sa demande d’écarter Nithard du gouvernement. Malgré le fiel qu’il déverse dans sa lettre, il spécifie bien qu’il ne souhaite pas sa mort.

58Certes, l’argumentation du bâtard royal recèle des failles. Don Juan glisse sur les difficultés, élude les problèmes sans parvenir à emporter l’adhésion. Ainsi, il occulte l’affaire Patiño pour se recentrer sur celle des Flandres. La raison alors évoquée ne trompe personne :

  • 61 « El unico motivo verdadero que me detuvo de passar a Flandes, fue el apartar del lado de Vuestra M (...)

L’unique et vrai motif qui m’a fait renoncer aux Flandres a été le souci d’écarter de l’entourage de Votre Majesté cette bête féroce si indigne en tout du lieu sacré qu’elle occupe61.

59Néanmoins, don Juan excelle à manier le pathos, dramatisant l’imbroglio. Mais l’atout majeur du prince est son art à présenter la situation de manière à s’agréger tous les mécontents possibles : la lettre de Consuegra est animée par deux mouvements d’élargissement qui font d’une dispute entre deux particuliers une cause publique, pour les juanistes, un crime de lèse-majesté mettant l’État en péril, pour les nithardistes, et, pour tous, une « affaire d’État » où se joue le bien commun.

  • 62 « Este mal jesuita […] todos los de su ropa » (ibid.).
  • 63 « La horrible tirania de dar garrote » (ibid.).

60Cette dynamique structure la gradation des accusations qui accablent Nithard. Par d’habiles glissements, il devient « ce méchant jésuite », puis s’adjoignent « tous ceux de son ordre62 ». L’amalgame assure à don Juan le soutien des ordres religieux opposés aux jésuites dont les ordres mendiants. Ceux-ci se révèleront d’excellents relais de propagande lors de sa campagne contre le confesseur. Toujours en stigmatisant Nithard, le prince se concilie d’autres concours. Évoquant l’irrespect de la procédure judiciaire que matérialise la « tyrannie de tuer au garrot », il s’adresse implicitement aux membres de la Junte qui n’ont pas été mis au courant des dessous de l’affaire et aux ministres en général63. L’imputation de tyrannie se prolonge dans la sempiternelle plainte lancée contre le « mal gobierno ». Le procédé permet de mettre le roi hors de cause, évitant de contredire l’affirmation de loyauté de don Juan pour son souverain. Surtout, il mobilise tous les Espagnols issus de tous les milieux, que frappe la crise économique et politique.

  • 64 Ibid., fo 1vo.
  • 65 « Debia quitarle la vida por las causas comunes del bien de esta corona, y particulares mios » (ibi (...)

61Cette stratégie d’emboîtement renforce la dramatisation de l’affrontement en lui donnant une coloration manichéenne. Diabolisé, Nithard dispense des « conseils pervers » et se métamorphose en « basilic venimeux » (« emponzoñado basílisco »). Mais don Juan respire la sérénité car Dieu le soutient et dicte ses gestes64. Avec l’appui de Dieu et incarnant le Bien, le prince œuvre au bénéfice de la victime qu’il est, au bénéfice du roi et à celui des Espagnols. Le lien unissant les intérêts de don Juan à ceux des sujets s’établit d’autant plus simplement que le bâtard royal se veut le paradigme des vassaux, le « finissimo vasallo del rey, mi señor », comme il le répète inlassablement. Métamorphosé, il incarne par synecdoque le sort et les aspirations au bien de tous les Espagnols. Don Juan met la touche finale en inversant discrètement la priorité entre son cas personnel et le bien public lorsqu’il clame à la face du monde : « je devrais lui ôter la vie pour les raisons communes du bien de cette couronne et de mes intérêts personnels65 ».

  • 66 P. Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », p. 46.
  • 67 Ibid., p. 45.

62On assiste à une mutation de l’image de don juan dont la dimension individuelle s’efface au profit d’une dimension transcendante, porteuse des intérêts d’un groupe. Par cette tension entre le particulier et le collectif, don Juan s’affirme porte-parole et représentant des Espagnols opprimés selon un mouvement de dévouement qui se présente comme altruiste. Il s’octroie le monopole de la vérité collective puisqu’il parle au nom du groupe pour se revêtir de son autorité. Ce faisant, le bâtard royal tire une force insoupçonnée de ce qu’on pourrait qualifier « d’effet d’oracle », selon la terminologie de Pierre Bourdieu, c’est-à-dire de « l’exploitation de la transcendance du groupe par rapport à l’individu singulier, opérée par un individu qui effectivement est d’une certaine façon le groupe66 ». L’argument du bien commun ménage une sphère d’action considérable où don Juan n’aura de cesse de puiser. Portant le masque du désintérêt, cette « ventriloquie usurpatrice » ne perd jamais de vue les desseins personnels du prince et instaure un va-et-vient modulable selon les circonstances, entre particulier et collectif, cause privée et bien public67.

  • 68 « No podia tener pretexto publico lo que parecia venganza tan particular » (Elegante y erudito pape (...)
  • 69 « No le corre mas obligacion del bien publico a un particular » (Memorial en que cierta persona rel (...)

63On tient là un point névralgique de la stratégie du prince. C’est pourquoi certains partisans de Nithard ont tenté, en vain, de renverser cette stratégie d’amalgame et de « désingularisation » pour abattre leur adversaire. Deux options s’offraient à eux. Ils pouvaient ramener l’affaire à une querelle entre particuliers et refuser le statut d’affaire d’État. Un commentateur de la lettre de Consuegra s’écrie ainsi : « ce qui semblait une vengeance si personnelle ne pouvait prendre pour prétexte une cause publique68 ». La seconde possibilité consistait à dénier à don Juan toute représentativité et par conséquent, toute légitimité à intervenir. Le franciscain Diego de Llorente affirme : « la responsabilité du bien commun n’incombe pas à un particulier69 ».

  • 70 « Declaro desde luego a Vuestra Magestad y a quantos leyeren esta carta » (BNE, ms. 2033, fo 1ro).
  • 71 « Como conocera Vuestra Magestad y el mundo mas fundamentamente desde la parte donde me encamino » (...)
  • 72 Grâce aux bons offices du cardinal de Moncada et de sa presse privée (BNE, ms. 8348, fo 37vo).

64En corollaire, le prince actionne une stratégie de publicité avouée : la missive de Consuegra est une lettre ouverte. C’est pourquoi malgré l’adresse à la reine, il affirme dans le corps du texte : « Je déclare donc à Votre Majesté et à tous ceux qui liront cette lettre70 ». Au-delà de Mariana, don Juan vise un large public et il le dit sans équivoque. Il lui arrive d’appeler le monde à témoin à plusieurs reprises dans ce même texte : « comme le reconnaîtront de façon plus approfondie Votre Majesté et le monde, depuis l’endroit où je m’achemine71 ». Le dispositif de diffusion de cette lettre corrobore ce propos. Les exemplaires foisonnent dans les archives, témoignant du grand nombre de copies en circulation. On en répertorie quatre-vingt douze. En outre, cette lettre a été imprimée ce qui indique la volonté d’en favoriser une large diffusion72.

Une affaire d’État : le basculement définitif dans le domaine public

  • 73 Politica censura a la carta del Señor don Juan (BL, Eg. 327, fos 60ro-63ro).

65Par son jeu de basculements et d’inclusions successifs, la lettre de don Juan illustre le changement définitif d’échelle et de nature de la querelle. La qualification d’affaire d’État s’impose. D’une part, c’est le bien le sort de la monarchie qui se joue désormais. De l’autre, deux pôles antagonistes peuvent potentiellement recruter dans de larges cercles. Mais il fallait encore que le « coup de tonnerre » de Consuegra ne fût pas qu’un « coup d’éclat », qu’il emportât la monarchie dans un orage et que tous en eussent conscience. Deux textes écrits dans le sillage de la lettre du prince, la Censure politique de la lettre de don Juan et la consulte du Conseil royal du 29 octobre 1668, placent définitivement l’argumentation des juanistes sur le terrain de la défense du bien commun et confortent la logique de surenchère des nithardistes qui ne parlent plus alors que de crime de lèse-majesté et de mise en péril de la monarchie73. Ce durcissement irréversible des positions instaure un climat de guerre civile dont les acteurs apparaissent conscients, comme le montrent les invocations récurrentes à la « raison d’État » ou à la « voix publique ».

  • 74 « Pretende el bien universal de la Monarquia, y conservacion del reyno » (ibid., fo 60ro).
  • 75 « Da por santa la ambicion, canoniza la sed insaciable de riqueza ; dice que es decoro la injustici (...)
  • 76 « Daniel que se ponga de parte de la verdad, y desnude el azero por la razon » (ibid., fo 61ro).
  • 77 « Es servivio de Dios y del Rey arrojar el dominio al que influye el daño del rey, la salud y la li (...)

66La Censure politique, qui paraît dans le sillage de la lettre de Consuegra, dédouane et livre un éloge du bâtard royal qui « recherche le bien universel de la monarchie et la conservation des royaumes74 ». Ce texte transforme don Juan en défenseur inconditionnel du bien commun contre un gouvernement incompétent qui dilapide les caisses, malmène la justice et renverse les valeurs puisqu’il « estime que l’ambition est sainte, canonise la soif insatiable de richesse ; dit que l’injustice est digne75 ». Face à tant de noirceur, l’auteur campe don Juan en « Daniel qui prend le parti de la vérité et dénude le fer au nom de la raison76 ». Il œuvre au service de Dieu et du roi : « c’est servir Dieu et le Roi que d’arracher le pouvoir de celui qui cause le mal du roi, de la santé et de la liberté des sujets77 ». L’argument de la défense du bien commun prend une coloration manichéenne et religieuse, avec un effet de dramatisation qui incline l’observateur à qualifier le phénomène d’affaire d’État.

67La consulte de Nithard, en réponse à la lettre de Consuegra, entraîne le basculement dans le registre de l’affaire d’État. Dès lors, les deux partis en présence se déchirent par libelles interposés. Dès lors les textes polémiques envahissent l’espace de publicité, entraînant dans la tourmente les autorités qui jamais auparavant ne s’étaient exprimées sur ce mode demeuré jusque-là l’apanage de la dissidence. Le texte du jésuite semble d’autant plus propice à lancer une guerre de plumes que ses réponses aux charges que lui impute le bâtard royal demeurent floues. Nithard louvoie en arguant du fait qu’étant pieux, il n’a pu concevoir de noirs desseins.

  • 78 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 55.
  • 79 Ibid., p. 65.

68Il prétend n’avoir aucune part dans l’arrestation de Patiño, comme l’atteste sa présence au Conseil d’État quand celle-ci s’est produite. Ce n’est que tard dans la nuit que don Blasco de Loyola lui aurait appris la nouvelle. Mais nul besoin de se trouver sur les lieux pour commanditer une arrestation ! Quant à la surprise dont aurait témoigné Nithard en entendant Blasco, pourquoi n’y pas voir une ruse ? Nithard évoque ensuite l’hostilité de don Juan et la violence de ses propos dans la lettre de Consuegra pour accréditer la thèse d’une tentative de meurtre à son égard, via Patiño. Il ajoute que l’arrestation de Patiño se heurtait à une impossibilité juridique, en tant qu’Inquisiteur Général. Mais on lui reproche justement d’avoir fait fi de la procédure ! Il rappelle ensuite que, s’il a voulu envoyer don Juan en Flandres, ce n’était que pour le bien de la monarchie en danger, ce qu’on ne peut vérifier78. Enfin, il brandit à nouveau sa volonté à se rendre digne des tâches qu’il exerce en ne dérogeant jamais à la justice, pour affirmer que cette affaire n’était pas de son ressort mais de celui de la justice ordinaire, qu’il n’avait donc aucune marge de manœuvre, ce qui expliquerait que don Juan manque de preuves pour l’accuser. Le dernier pan de son argumentation présente un plaidoyer du gouvernement qui répond à la volonté du défunt Philippe. En conclusion, il revient sur le projet que fomenterait le prince de le tuer. Pour décrédibiliser son adversaire, il signale à don Juan qu’il ne montre pas en quoi la mort d’un pieux homme contribuerait au bien commun. Il espère infirmer la tentative éventuelle en rappelant qu’un particulier ne peut commettre d’homicide même pour des causes communes, car c’est le seul droit des princes79.

69La consulte de Nithard ouvre donc une guerre de plumes inédite par son ampleur, caractérisée par une dynamique d’expansion allant dans le sens de la surenchère permanente. Aux soixante-quatre exemplaires de la lettre de Consuegra dont la mise en circulation apparaît soigneusement orchestrée par don Juan, répliquent les cinquante-huit copies de la consulte du valido qui font aussi l’objet d’une diffusion intense de la part des alliés du confesseur.

70Quel espace de publicité la querelle a-t-elle ainsi fait surgir ? Les mécanismes de déploiement du conflit ont montré que le passage à un régime de publicité suppose que l’horizon partagé soit la défense du bien commun. Par ailleurs, l’analyse des mécanismes qui président à l’extension de la querelle devenue affaire d’État a mis en évidence que le public s’élargissait progressivement : au fil de la chronologie, les textes ne visaient plus seulement des individualités déterminées mais bien le populus incarné par la figure du « loyal Espagnol ». La publicité gagne une valeur intrinsèque et n’est plus seulement un véhicule permettant de toucher un nombre précis d’acteurs. Néanmoins, derrière cette façade de lutte au nom du bien commun, plusieurs logiques opèrent. La polémique cache la négociation que mènent certains acteurs pour trouver une place à leur convenance au sein du pouvoir. En somme, la défense d’intérêts particuliers permet de constituer un mouvement d’opinion qui prend corps à travers l’interaction des textes polémiques.

71Progressivement, la querelle opposant don Juan à Nithard devient, de choc d’ambitions rivales, une affaire d’État où se joue le sort de la monarchie. Ce mouvement d’élargissement continu des enjeux et des publics s’explique par la stratégie de désingularisation de sa cause par le prince qui manie la plume avec hargne et pugnacité. Cette quête d’un public toujours plus nombreux tient aussi à ce que, une fois l’engrenage judiciaire enclenché, la voie de l’intrigue curiale se ferme pour le bâtard royal. Celui-ci n’a désormais plus d’autre recours que de diffuser lettres ouvertes pour échapper à l’incarcération en amalgamant la lutte contre Nithard à une défense du bien commun.

  • 80 L. Boltanski, L’amour et la justice comme compétences.

72Le dispositif que nous avons analysé rappelle dans ses grandes lignes les logiques dévoilées par Luc Boltanski dans son étude de dé-singularisation des grandes causes80. Par le prisme de lettres de dénonciation, le sociologue examine les procédés qui transforment la protestation, sous la forme de la dénonciation publique, d’acte individuel en acte collectif. Il travaille ainsi sur les rapports entre le singulier et le collectif. La lettre de don Juan justifiant son refus de partir pour les Flandres et la lettre de Consuegra exploitent de nombreux ressorts mentionnés par Luc Boltanski, la prétention à l’universalité ou une capacité à la généralisation. Cependant, si dans les deux cas les dynamiques se déploient de façon similaire, les guerres de plumes de la minorité de Charles II gardent une spécificité irréductible. Don Juan ne représente pas les mécontents de tous bords comme dans les analyses de Luc Boltanski mais incarne le populus espagnol opprimé. L’action du prince s’ancre dans un régime de l’incarnation où le sujet politique n’est pas l’individu atomisé mais l’ensemble des « corps » et les « corps » pris individuellement. Dans l’Espagne de Charles II, comme dans toute société de corps d’Ancien Régime, les individu se définissent socialement en fonction de leur position hiérarchique dans une chaîne de dépendances personnelles à l’intérieur d’un univers ordonné et hiérarchisé par la pensée de Dieu avec des rangs et des degrés : la personne ne peut être dissociée de son appartenance à un corps. Dans ces conditions, le rapport du singulier au collectif, essentiel pour comprendre le glissement d’une affaire privée à un affaire d’État, doit moins être pensé en termes de représentativité d’un cas ou de capacité à la généralisation qu’en termes d’englobement et de compréhension. Incarner un ou des « corps » sociaux suppose un oubli de soi indispensable pour permettre que le bien commun soit donné également à tous. Deux conséquences en découlent. Dans l’Ancien Régime, ce n’est pas un alter ego qui pourra devenir le champion d’une cause générale mais quelqu’un d’un rang plus élevé que soi. Le statut de don Juan, demi-frère de Charles II, constitue un paramètre primordial de sa réussite. Second point, la nécessité de masquer ses intérêts au nom du bien commun alimente une tension d’autant plus vive que dans ce type de configuration politico-sociale, seul le mode sacrificiel semble opératoire. C’est pourquoi le prince met en scène la fiction d’un moi prêt à se sacrifier pour le bien commun, conformément à un modèle onto-théologique du corps politique conçu comme corps mystique.

73Ce processus rend manifeste la singularité de sa posture ainsi que l’importance du statut de bâtard royal dans la réussite de son entreprise. Ce qui lui a valu la méfiance de la reine l’a aussi conduit à la victoire. Une telle remarque appelle une réflexion sur l’historicité de la forme affaire afin de mieux cerner ce que la crise de 1668-1669 a d’unique. Une enquête dirigée par Luc Boltanski, Élisabeth Claverie, Nicolas Offenstadt et Stéphane Van Damme a situé l’émergence de la « forme affaire » au milieu du xviiie siècle. C’est à ce moment que se constitue un espace politique rendant pensable le retournement de l’accusé en accusateur pour dépasser la dénonciation publique de scandales. Cet espace correspond, dans la terminologie boltanskienne, au « monde civique ». Selon Luc Boltanski et Élisabeth Claverie, la dépersonnalisation des liens est une condition de possibilité essentielle de déploiement d’une affaire. C’est pourquoi ils réservent le terme de « proto affaire » pour la fin de l’Ancien Régime afin de signifier le passage d’un scandale qui rassemble la communauté politique pour stigmatiser le fauteur de trouble à un scandale qui divise la communauté mais qui laisse l’accusé sans réel porte parole et sans espoir de voir triompher sa cause, l’opération de désingularisation restant nécessairement imparfaite.

74Notre cas n’entre pas dans ce schéma, même s’il ne le dément nullement. En effet, l’opérativité heuristique de la forme affaire, pour la crise de 1668-1669, tient en trois points. D’abord, l’imbroglio judiciaire a contraint don Juan à « s’inventer » une cause et à en devenir le porte-parole. L’existence d’un défenseur s’engageant personnellement n’apparaît pas problématique dans notre cas. Par ailleurs, le statut du prince et son passé de général glorieux lui permettent de dépasser l’obstacle de la dépendance interpersonnelle constitutive des liens sociaux. Nous avons vu qu’il fallait mieux raisonner en terme d’incarnation que de représentation. Or, la figure de don Juan se distingue par une capacité maximale à « incarner » des individus regroupés en corps puisqu’il est un des « plus grands » du royaume. Enfin, assimiler Nithard à un ennemi public présente l’avantage de pouvoir stigmatiser l’adversaire sans ébranler en profondeur le système de régence. Ce dernier est le bouc-émissaire désigné dans la mesure où il n’est pas un Grand mais un puissant. Ceci signifie qu’on peut l’accuser d’être là de façon illégitime sans remettre en cause l’ordre monarchique. Et les juanistes ne s’en privent pas, déplorant en Mariana une victime de l’emprise diabolique de son confesseur.

Notes

1 Les notions de « publics » et de « destinataires » ne se recouvrent pas. Selon Hélène Merlin, « le public est un terrain à gagner, à conquérir, à utiliser avant d’être un destinataire à convaincre ou à séduire » (H. Merlin, Public et littérature en France, p. 201). Il nous faudra prendre en compte séparément ces deux phénomènes dans notre enquête pour voir comment ils interagissent car, dans les faits, les destinataires des textes ne correspondent pas toujours au public effectivement touché. Toujours est-il que l’adresse à un ensemble de destinataires suppose la conscience d’un public déjà constitué à qui il faut dire ce qu’il attend et ce qu’il peut comprendre ainsi qu’une volonté de le rendre indéfectible et de l’élargir.

2 Toutefois, les travaux d’A. G. von Kalnein ont renouvelé l’historiographie. L’historien met en lumière les enjeux politiques sous-jacents à la querelle, qui permettent de dépasser la querelle de personnes (A. G. von Kalnein, Juan José de Austria).

3 G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte.

4 A. Lempérière, « República y publicidad », p. 73.

5 J.-F. Schaub, « El pasado republicano del espacio público », p. 32.

6 Id., « Identification du jurisconsulte », p. 30.

7 Ch. Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature.

8 Ces appellations génériques étaient employées par les contemporains eux-mêmes et plaçaient l’affaire dans le domaine de la politique.

9 Thèse défendue dans Afectos de un buen español (BNE, ms. 8346, fos 269ro-271vo).

10 Felipe IV, Testamento.

11 L. Oliván, Mariana de Austria.

12 F. Tomás y Valiente, Los validos en la monarquía española, p. 19.

13 BNE, ms. 8347, fo 138vo.

14 Memorial histórico español, t. XVI, p. 300.

15 « El general más distinguido de su patría, pero al que se le negaban todos los honores políticos correspondientes a su rango » (H. Kamen, La España de Carlos II, p. 523).

16 « Porque yo tengo declarado por mi hijo a don Juan Joseph de Austria, que lo huve siendo casado y lo reconozco por tal, ruego y encargo a mi sucesor y a la Magestad de la Reyna le amparen y favorezcan y se sirvan de el como de cosa mía, procurando acomodarle de hacienda, de manera que pueda vivir conforme a su calidad » (Felipe IV, Testamento, claúsula 57, p. 71).

17 BNE, ms. 8344, fo 72ro.

18 « Su casa seria una receptaculo de malcontentos, y una fragua de chismes y murmuraciones contra el govierno, y ocasion de muchas turbulencias » (ibid., fo 73vo).

19 Nithard l’avait suivie à Madrid lorsqu’elle avait épousé Philippe.

20 BNE, ms. 8344, fo 83ro.

21 Ibid., fo 86vo.

22 Ibid., fo 235ro.

23 Pour une étude de l’émergence de la forme « affaire », voir É. Claverie, « La naissance d’une forme politique ».

24 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, pp. 6-8.

25 Cordoue, Ávila et Grenade y étaient très hostiles (BNE, ms. 8344, fos 140ro-141vo).

26 BNE, ms. 18.655, no 50.

27 Respectivement, Papel en que el Señor Don Juan y sus partiales procuran persuadir a la Reyna Gobernadora que no confiera a su Confesor el puesto de Inquisidor General (BNE, ms. 8344, fos 170vo-174ro) ; Dudas politicas y theologicas que consultan a las universidades de Salamanca y Alcala, los señores del govierno, y majores ministros de España en el estado en que se halla (BL, Eg. 354, fos 147ro-150ro).

28 BNE, ms. 8344, fo 244ro.

29 « Hijo de padres herejes » (ibid., fo 235vo).

30 Copia del papel que escribió Don Bartolome de Rojas Anaya, residente en el Cuzco, ciudad de las Indias occidentales al Conde de Lemos, virrey del Peru (« Copie de la lettre écrite par don Bartholomé de Rojas Anaya, résident de Cuzco, ville des Indes occidentales, au comte de Lemos, vice-roi du Pérou ») [BNE, ms. 8344, fos 284ro-286vo].

31 « Perdoneme Vuestra Excelencia la digression ; que el afecto que tengo a este señor y las obligaciones en que me hallo, de hijo de la sagrada Compañía de Jesus donde me crie desde la edad de tres años ; y de sobrino de tres inquisidores, los señores Don Juan de Rojas […] que fue inquisidor de Valencia y de Sicilia ; el señor Don Luis de Pramo y Rojas, canonigo y arzediano de Leon, inquisidor de Sicilia. El señor Rodrigo Gutierre de Paramo su hermano, inquisidor de Sevilla, de Córdoba y Toledo y murio electo arzobispo de Palermo » (BNE, ms. 8344, fo 284ro).

32 A. Carrasco Martínez, « Un modelo para el estudio de las formas de sociabilidad ».

33 BL, Eg. 354, fos 147ro-150ro.

34 Papel en que cierta persona de buen zelo […] responde al antecedente (BNE, ms. 8344, fos 174ro-189ro).

35 Ibid., fo 209ro.

36 Ibid., fo 216ro.

37 « Se alargó a encaminarlas tambien a las Indias para inficionar los pacificos animos de aquellos moradores con el mismo veneno y armarlos de odio contra el inculpable Padre Confesor y con la misma Reyna por haverle colocado el aquel puesto » (BNE, ms. 8344, fo 279ro).

38 « Capturando la benevolencia de los soldados y pretendientes quexosos de los ministros descontentos y de la nobleza ambiciosa […]. Publicanse pasquines y satyras y todo en discredito de la junta y odio del Inquisidor a quien se tiraban como objecto y blanco principal, todas las flechas. Frequentabase conventículos y esparzian vozes y hacían penetrar avisos zelosos de grande unión de nobleza » (BNE, ms. 8345, fo 29ro).

39 « Bolvio Gongora otra vez a la posada del Señor confesor para leersela, haviendola oido el confesor, le pidió se la dejasse para sacar una copia de ella ; consintiolo Gongora con mucha facilidad, sabiendo era voluntad y gusto del Señor Don Juan » (BNE, ms. 8344, fo 209vo).

40 « Tubo esta segunda carta del Señor Don Juan la misma suerte que la antecedente, de llegar a la publicidad, y manos de otras personas ; y no faltó quien admirado, y aun indignado de su contenido, tomasse la pluma y formasse un papel de notas que se le ofrecieron sobre ella » (BNE, ms. 8344, fo 210ro).

41 J. Contreras, Carlos II el hechizado, pp. 101-103. Voir la lettre de Mariana du 4 juin 1667 appelant don Juan à Madrid pour entrer au Conseil d’État (AHN, lib. 873, fos 256ro-256vo).

42 AGS, Estado, leg. 2108.

43 BNE, R-2069, fo 6ro.

44 BNE, R-38.033, fos 6vo-7ro.

45 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 26.

46 S. Maza, Vies privées, affaires publiques.

47 Ibid., p. 12.

48 Ibid., p. 62.

49 K. M. Baker, Au tribunal de l’opinion, p. 113.

50 Papel en que se refieren y ponderan los perjudiciales efectos y daños que resultaron de la desobediencia del Señor Don Juan excusandose del viaje de Flandes (BNE, ms. 8345, fos 174ro-183vo).

51 Papel hecho por un leal y zeloso vasallo en que se refiere el caso del garrote dado a Malladas y lo que sobre el paso en la Junta de gobierno ; y se responde a 4 dificultades que en ella se movieron (BNE, ms. 8346, fos 140ro-164vo).

52 « En que se prueba que la Reina gobernadora pudo licitamente haber mandado dar el garrote a Don Joseph de Malladas » (Papel hecho por un leal y zeloso vasallo, BNE, ms. 8345, fo 142ro).

53 Copia de papel juridico en que difusamente se prueba haber incurrido el Señor Don Juan en pena de muerte por haberse excusado del viaje de Flandes (BNE, ms. 8345, fos 184ro-207ro).

54 BNE, ms. 8345, chap. 3, vers 2 : l’auteur donne la référence exacte au fo 189vo.

55 Copia de papel juridico (BNE, ms. 8345, fo 190ro).

56 « La abominable tiranía que el confesor de Su Magestad acaba de executar, en el miserable hombre a quien dio garrote sin oirle (o para decirlo mejor), para que no le oyessen faltando en la forma de la execucion a todas las leyes divinas y humanas […] y sin comunicacion de ningun tribunal » (ibid., fo 165ro).

57 « El derecho a condenar y los demas [derechos] de la Soberanía, no radicaban en la Reina, que no era propietaria, sino en la Reina con la Junta » (ibid., fo 166ro).

58 « ¿Quién me assegurará que en Flandes y en otra qualquiera parte no me assessine o me de un veneno ? » (ibid., fo 166vo).

59 « Finissimo vasallo del Rey, mi señor, por quien daré siempre toda la sangre de mis venas » (BNE, ms. 2033, fo 1vo).

60 « La horrible tirania de dar garrote a aquel inocente hombre » (ibid., fo 1ro).

61 « El unico motivo verdadero que me detuvo de passar a Flandes, fue el apartar del lado de Vuestra Magestad esta fiera tan indigna por todas razones del lugar tan sagrado que ocupa » (ibid.).

62 « Este mal jesuita […] todos los de su ropa » (ibid.).

63 « La horrible tirania de dar garrote » (ibid.).

64 Ibid., fo 1vo.

65 « Debia quitarle la vida por las causas comunes del bien de esta corona, y particulares mios » (ibid., fo 1ro).

66 P. Bourdieu, « La délégation et le fétichisme politique », p. 46.

67 Ibid., p. 45.

68 « No podia tener pretexto publico lo que parecia venganza tan particular » (Elegante y erudito papel que escribio cierto cortesano contra la carta del Señor don Juan de 21 de octubre, BNE, ms. 8346, fo 83vo).

69 « No le corre mas obligacion del bien publico a un particular » (Memorial en que cierta persona religiosa y zelante de la gloria de Dios delata al Santo Oficio la carta del Señor don Juan de 21 de octubre de 1668, ibid., fo 223ro).

70 « Declaro desde luego a Vuestra Magestad y a quantos leyeren esta carta » (BNE, ms. 2033, fo 1ro).

71 « Como conocera Vuestra Magestad y el mundo mas fundamentamente desde la parte donde me encamino » (ibid.).

72 Grâce aux bons offices du cardinal de Moncada et de sa presse privée (BNE, ms. 8348, fo 37vo).

73 Politica censura a la carta del Señor don Juan (BL, Eg. 327, fos 60ro-63ro).

74 « Pretende el bien universal de la Monarquia, y conservacion del reyno » (ibid., fo 60ro).

75 « Da por santa la ambicion, canoniza la sed insaciable de riqueza ; dice que es decoro la injusticia » (ibid.).

76 « Daniel que se ponga de parte de la verdad, y desnude el azero por la razon » (ibid., fo 61ro).

77 « Es servivio de Dios y del Rey arrojar el dominio al que influye el daño del rey, la salud y la libertad de los vasallos » (ibid., fo 62vo).

78 A. Valladares de Sotomayor, Semanario erudito, p. 55.

79 Ibid., p. 65.

80 L. Boltanski, L’amour et la justice comme compétences.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search