Version classiqueVersion mobile

Guerres de plumes

 | 
Héloïse Hermant

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cette lettre fictive paraît aussi sous le titre Lettre venue de Valladolid à notre cour de Madrid. (...)
  • 2 « Es tanto el ruido que por aca se ha oydo estos días, tantos los extrahordinarios que se han despa (...)

On a entendu tant de bruit par ici ces derniers jours, on a envoyé tant de courriers extraordinaires d’une ville à l’autre, que nous ne pouvons faire un pas sans nous remplir la tête de discours et de potins à dormir debout, chacun s’arroge le droit de dire des âneries et l’on n’entend pas autre chose que taisez-vous et laissez parler ces lettres remplies de plus de sottises que de mots et de plus de passions que de lignes [… ]1. De votre Cour à la nôtre, des hommes sont venus chargés d’écrits inconvenants, de libelles indécents, de rumeurs infâmes, contraires à la raison politique et chrétienne2.

1Ces lignes ambiguës, rédigées en novembre 1668, qui, tout en dénonçant la campagne épistolaire de don Juan José de Austria diabolisant le valido de la régente Mariana, alimentent la polémique qui s’ouvre alors, témoignent de la prégnance du phénomène. En effet, de 1665 à 1679, lors de la minorité et des premières années du règne de Charles II, les guerres de plumes et les campagnes d’opinion font rage. Outre leur fréquence, celles-ci présentent la spécificité d’être liées à la figure du prince don Juan José de Austria, fils naturel de Philippe IV, qui en est tantôt le maître d’œuvre, tantôt la victime. Ces salves de libelles se divisent en deux séquences majeures sur lesquelles se greffent deux séquences mineures. La première grande séquence, qui bat son plein en 1668- 1669, correspond à la guerre de plumes de don Juan contre le valido Nithard, jésuite allemand et confesseur de la régente. Elle débouche sur une séquence plus brève, celle du mouvement d’opinion contre la Chamberga, régiment honni que Mariana a imposé à Madrid après l’expulsion de son confesseur. La seconde grande séquence correspond à la campagne des Grands et du bâtard royal contre le valido Valenzuela (1676-1677). Elle trouve un prolongement ironique, sur un mode mineur, dans les vagues satiriques qui assaillent don Juan José lorsqu’il devient Premier ministre (1677-1679). Ces polémiques retiennent l’attention car elles permettent de faire triompher la dissidence et parce que le lien causal entre ces bagarres et l’ascension politique du bâtard royal semble indéniable. En 1669, Nithard est renvoyé et don Juan est nommé vicaire général d’Aragon. En 1677, Valenzuela est exilé et don Juan devient Premier ministre.

  • 3 B. García García, « La sátira política a la privanza del duque de Lerma ».
  • 4 F. Benigno, La sombra del rey, pp. 197-218.
  • 5 Ibid., p. 198.
  • 6 J. M. Jover Zamora, « Tres actitudes ante el Portugal restaurado ».

2Le phénomène des guerres de plumes et des campagnes d’opinion n’est cependant pas nouveau. Plusieurs validos avaient déjà été victimes de campagnes pamphlétaires sans pouvoir toujours s’en relever. Le duc de Lerma a essuyé de violentes attaques qui ont contribué à persuader Philippe III de le renvoyer3. En 1643, la polémique autour d’Olivares atteint son apogée lorsqu’un texte comme le Nicandro essaie en vain de le défendre contre les accusations de ses détracteurs sur le terrain même de la publicité4. Une fois obtenu le retrait du valido dans sa propriété de Loeches, ses adversaires tentent, en demandant qu’on instruise contre lui un procès, d’inciter Philippe IV à changer les équilibres politiques pour prévenir un éventuel retour en grâce du valido5. Le Nicandro vole alors au secours du comte-duc et la bataille d’écrits qui s’amorce alors se solde par les procès des auteurs, des deux bords, incriminés. La question de la guerre et de la restauration du Portugal a également nourri une dispute où des opinions diverses se sont affrontées par textes interposés6. Les causes à donner au soulèvement lusitanien, la question de savoir si Philippe IV doit continuer ou non la guerre et, à partir de 1668, les interrogations sur la manière de qualifier la restauration au Portugal (rébellion ou indépendance) constituent, côté espagnol, les grandes lignes du débat public qui accompagne le conflit. Derrière les opinions contradictoires, des enjeux divers se cachent — la consolidation d’une réputation et des luttes de factions pour le pouvoir — qui montrent que les initiatives viennent aussi bien du roi que de particuliers. Après l’épisode don Juan, d’autres campagnes d’opinion marquent le règne de Charles II : l’imbroglio des guerres de plumes autour de la guerre de Neuf ans (1689-1697) opposant l’Espagne à la France de Louis XIV sur le territoire catalan, ou encore les campagnes qui scandent le problème de la succession du dernier Habsbourg resté sans héritier direct.

3Toutefois, au sein de ce vaste massif documentaire dont nous n’avons donné que quelques exemples, les guerres de plumes qu’orchestre don Juan apparaissent singulières. S’il s’agit toujours de défendre en sous-main les intérêts de factions de cour, l’objectif n’est plus simplement d’influencer les décisions du roi en lui dispensant conseils et avis, ni de faire renvoyer un valido. L’enjeu consiste désormais à conquérir le pouvoir en endossant un rôle de défenseur du bien commun grâce à l’émission de lettres ouvertes. Dans ce but, don Juan met à profit son passé de général glorieux puisqu’il a maté la révolte de Naples de 1647, qu’il a réintégré la Catalogne insurgée dans la monarchie espagnole en 1652 et qu’il a reconquis Valenciennes en 1656. L’originalité de ces campagnes d’opinion est de proposer une alternative pour remplacer le valido choisi par la régente en soutenant un champion. C’est l’idée qu’exprime Luis Antonio Ribot García quand il évoque à la fois la dimension destructrice de ces guerres de plumes — par l’invective — et leur dimension constructive — par la propagande :

  • 7 « Don Juan José de Austria y sus enemigos desarrollaron las primeras campañas de opinión de la hist (...)

Don Juan José de Austria et ses ennemis déployèrent les premières campagnes d’opinion de l’histoire de l’Espagne, en utilisant habilement le double jeu de la propagande et de l’invective pamphlétaire contre l’adversaire7.

4L’usage qui est fait de la publicité apparaît particulier puisque dorénavant la dissidence ne se cache plus derrière l’anonymat des libelles pour empêcher les représailles. Hors d’un contexte guerrier, sans aucun acte de violence physique et donc sans avoir déclaré de rupture avec les autorités, la dissidence avance à visage découvert et se sert précisément de la tribune offerte par l’écriture polémique pour se mettre en scène et devenir intouchable. Cette configuration explique que les textes polémiques n’appartiennent plus seulement à un registre de conseil, de critique ou d’opposition, mais se placent sur le terrain de la négociation. Le roi n’est plus l’arbitre suprême : autant qu’à le convaincre, on cherche à exercer diverses pressions sur lui.

  • 8 V. Palacio Atard, Derrota, agotamiento y decadencia, p. 109.

5C’est pour cela qu’il ne faut pas dissocier l’étude des guerres de plumes de celle des deux marches militaires de don Juan sur Madrid et qu’il faut comprendre comment ces deux phénomènes interagissent. Ces marches armées sous la houlette du prince prolongent et parachèvent les campagnes d’opinion de 1668-1669 et de 1676-1677 sans qu’aucun fait d’arme n’éclate et sans qu’on puisse prouver que don Juan ait désobéi puisque la première se présente comme le moyen d’accélérer les négociations en cours avec la régente et que la seconde n’a lieu qu’après que Charles II a appelé son demi-frère au gouvernement. L’historiographie évoque à ce propos les premiers « coups d’État » espagnols8. Sans adhérer à cette formulation qui tient en partie à ce qu’on n’a pas intégré les marches et les guerres de plumes dans une même séquence d’action, on possède là un indice supplémentaire de la dimension inédite du dispositif qui s’enclenche en nouant dissidence et publicité.

  • 9 F. Bouza, « Felipe IV sin Olivares », p. 62. Les memoriales sont des conseils qu’on donne au roi su (...)

6Si les phénomènes de critique, de contestation, de rébellion et le recours à la littérature pamphlétaire ont toujours tenu une place importante dans l’Espagne moderne, il convient de souligner que l’usage fait de l’écrit séditieux, dans la deuxième moitié du xviie siècle autour de la figure de don Juan, est particulier. Pour Fernando Bouza, le temps du valimiento d’Olivares fut un temps de memoriales, et celui de Philippe IV sans Olivares un temps de papeles9. Cette enquête affirme, quant à elle, la singularité du règne de Charles II caractérisé par des guerres de plumes et des campagnes d’opinion. Nous appelons « guerre de plumes » des séquences polémiques de libelles où deux camps opposent ouvertement deux champions — don Juan et les validos successifs de la régente. Il ne suffit donc pas de repérer, d’une part, des attaques pamphlétaires contre le gouvernement dont les orchestrateurs resteraient dans l’ombre et, d’autre part, la riposte du valido accusé. Par ailleurs, il faut pouvoir circonscrire des séquences où les textes des deux partis dialoguent et se combattent et / ou délimiter plusieurs séries d’écrits dont on peut montrer qu’elles pèsent sur la trame événementielle et contribuent à modifier les rapports de forces entre les adversaires. L’expression « campagne d’opinion » sert à intégrer à nos analyses des moyens de mobilisation non discursifs, comme les marches. Le chercheur doit donc placer une histoire de la culture écrite et imprimée au cœur d’une histoire politique des luttes de pouvoir.

I. — LES GUERRES DE PLUMES DE DON JOSÉ DE AUSTRIA, UNE LACUNE DANS L’HISTORIOGRAPHIE ESPAGNOLE

  • 10 G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte.
  • 11 H. Kamen, La España de Carlos II.
  • 12 L. A. Ribot García, « La España de Carlos II », pp. 61-204.
  • 13 A. Álvarez-Ossorio, « El favor real ».
  • 14 A. Carrasco Martínez, « Los Grandes, el poder y la cultura política ».

7L’histoire politique du règne de Charles II a longtemps été délaissée par les chercheurs au profit de temps plus glorieux. Concernant la période de régence, l’ouvrage de Gabriel Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte, a régné sans partage pendant presque trois quarts de siècle10. S’il constitue un gisement foisonnant d’informations, il ne permet pas de clore le dossier. Maura fait des acteurs les seuls moteurs de la crise politique de la minorité et se livre à une psychologisation des enjeux. Il part en guerre contre don Juan qui devient l’incarnation de l’hybris. Il faut attendre l’ouvrage de Henry Kamen consacré à l’Espagne de Charles II, en 1980, pour avoir un tableau nuancé de la période11. L’historien cherche les forces de renouveau à l’œuvre durant le règne du dernier Habsbourg. Le prince apparaît alors moins comme un assoiffé de pouvoir que comme un réformateur. Cette vision est confirmée par Luis Antonio Ribot García dans sa contribution à l’histoire de l’Espagne de Ramón Menéndez Pidal12. Dans les années 1990, le panorama historiographique s’est donc enrichi. Les études d’Antonio Álvarez-Ossorio sur la noblesse curiale et sur la figure royale à la fin du xviie siècle l’ont conduit à s’interroger sur le mouvement de mécontentement des Grands contre Valenzuela en 1676-167713. En 1999, en réaction à l’absence de commémoration prévue pour célébrer le tricentenaire de la mort du dernier Habsbourg, la revue Studia Historica consacre un numéro au règne de Charles II. L’article d’Adolfo Carrasco Martínez montre comment, face à la crise de l’autorité royale, une polyarchie où les coteries se succèdent s’instaure puis dégénère en chaos à la fin du xviie siècle14. L’intérêt pour la constitution des équilibres de pouvoir par le biais du clientélisme, dont le phénomène du valimiento constitue la clef de voûte, n’a jamais faibli. C’est par ce prisme que les analyses politiques du règne de Charles II se sont renouvelées. Quant au fils naturel de Philippe IV, il a fait l’objet de biographies dépassant la question du valimiento. Cependant, les guerres de plumes de la minorité de Charles II sont toujours évoquées rapidement parce que le biais adopté les fait passer en arrière-plan.

8Paradoxalement, ces études qui laissent dans l’ombre ces campagnes d’opinion ont dit l’importance des enjeux de l’action du prince contre les validos. Elles ont, cependant, voulu apporter une explication en recourant à la notion d’opinion publique que don Juan instrumentaliserait pour arriver à ses fins. Or, cette notion faisait office de Deus ex machina pour une histoire qui ne se désenclavait pas d’une construction événementielle, surplombée par l’illusion biographique. Surtout, la notion d’opinion publique non définie se trouvait hypostasiée et employée au sens de « soutien des couches populaires » à la dissidence, sans que ne soit abordée la question de l’efficacité de la mobilisation pourtant incontournable dès lors qu’on présente « l’opinion publique » comme la clef du succès du prince.

9En somme, pour beaucoup, les satires traduiraient une « opinion publique », ou du moins seraient un indice de sa naissance. Par conséquent, les textes polémiques apparaissent comme un sésame qui donnerait un accès aux « mentalités ». Or, cette transparence est illusoire car la trame de ces écrits est faite d’un discours de persuasion inséparable d’enjeux sociaux et politiques concrets dont il faut examiner le contenu avec circonspection. Ils actionnent des stratégies de séduction du lecteur.

10Il faut donc admettre que la notion figée d’« opinion publique » masque une réalité aux contours mouvants : le public des guerres de plumes se construit au fil des querelles et ne désigne pas les mêmes catégories sociales pour les juanistes, les nithardistes ou les valenzuelistes. Par ailleurs, cette notion tend à écarter la question de la légitimité différentielle des acteurs à intervenir dans l’espace de publicité. C’est pourquoi nous ne parlons pas d’opinion publique mais de publics mobilisés.

  • 15 Ch. Jouhaud, « Retour aux mazarinades ».

11Certains historiens, à l’instar de Christian Jouhaud, ont déplacé la grille de lecture et préfèrent déchiffrer dans les textes polémiques les choix tactiques d’un scripteur posé en porte-parole d’un groupement politique, renvoyant à une situation précise15. L’entreprise consiste à restituer les stratégies de persuasion, à repérer les traces des réceptions postulées et des effets escomptés au sein de ces discours. Nous souscrivons à cette démarche qui a orienté notre ouvrage vers une réflexion sur les possibilités qu’offre l’écrit et sur la façon dont les auteurs pensent ce faisceau de potentiels. Ce parti pris permet d’éviter de tomber dans une histoire événementielle informée par des libelles supposés livrer sans équivoque les données factuelles.

  • 16 Une consulte est un avis donné au roi par un de ses Conseils ou de ses conseillers. Une catégorie d (...)

12Une telle démarche suppose qu’on détermine le contexte de parution de chacun des écrits polémiques pour en trouver les enjeux, le sens réel et l’impact qu’il est susceptible d’avoir. En se défiant d’une prétendue transparence des textes, on ne tombera pas dans le piège de la tautologie qui consiste à utiliser le même matériau pour identifier les raisons motivant un engagement partisan et les moyens rhétoriques mis en branle pour convaincre d’une prise de parti. Par ailleurs, le travail de contextualisation permet de déterminer des successions de séquences discursives dynamiques où un engrenage polémique s’enclenche. Si l’on part des textes eux-mêmes et non plus d’une grille de lecture préétablie classant les libelles selon les personnages-cibles, les gouvernements ou les règnes, il devient possible d’examiner le changement dans le jeu politique qu’une pratique récurrente des guerres de plumes engendre, notamment en reconstituant un espace polémique où les libelles ne sont pas seuls puisqu’ils interagissent avec des consultes16, des sermons, etc. Pour éviter de livrer un récit des soubresauts de la politique du temps de Charles II illustré de libelles, il convient donc de ne pas cloisonner la documentation au nom d’une supposée cohérence de genre et d’affiner la chronologie propre à chacun des gouvernements pour suivre les sinuosités du jeu que la dissidence entretient avec la mobilisation politique afin de déterminer l’efficacité réelle de l’arme pamphlétaire. Ce souci de décloisonnement et de contextualisation déplace la grille de lecture et permet d’envisager les libelles non plus seulement en termes de critique et d’opposition, mais en termes de négociation.

II. — LIBELLES ET « ESPACE PUBLIC » : SE POSITIONNER FACE AU MODÈLE HABERMASSIEN

  • 17 M. Foucault, L’ordre du discours.

13Cette enquête sur l’impact de la publicité dans l’action de la dissidence est indissociable d’une réflexion sur la notion d’« espace public ». La forme des textes séditieux soulève en effet une série de questions auxquelles il faut se confronter. Ces écrits viennent troubler les modalités de négociation prévues et institutionnalisées avec le pouvoir, un rôle réservé aux consultes exprimant les revendications en tous genres et transitant au sein d’un parcours bien défini, des tribunaux jusqu’aux Conseils royaux. En rupture avec ce circuit balisé et cantonné aux arcanes de la polysynodie, les textes polémiques se distinguent par un basculement dans un régime de publicité puisqu’ils sont largement divulgués. De la sorte, ils fêlent l’espace monolithique dévolu aux prescriptions de l’ordre monarchique et aux cérémonies de pouvoir suscitant et mettant en scène l’adhésion des sujets à cet ordre. Il conviendrait mieux, d’ailleurs, de parler de parasitage, car ce basculement vers le visible qui confère leur force aux textes polémiques impose à ces écrits un système de contraintes auxquelles ils doivent obéir. Les textes polémiques doivent construire une légitimité pour se faire admettre. Ils doivent se plier en apparence à un « ordre du discours » qui les modèle en creux pour mieux le phagocyter17. C’est pourquoi c’est toujours au nom du bien commun que les polémistes prennent la plume, c’est toujours au nom d’une compétence qu’on avance un avis, c’est toujours au nom de la justice qu’on s’offusque. Légitimité contre légalité, voilà la carte que l’on joue. Les notions de publicité, de polémique et de négociation politique s’imbriquent au sein de guerres de plumes qui établissent un espace textuel ayant ses lois propres et qui interagit avec un ensemble de pratiques non discursives.

  • 18 J. Habermas, L’espace public.

14On voit qu’on n’entre pas dans les cadres établis par Jürgen Habermas, selon lequel l’Ancien Régime serait défini par une « sphère publique de la représentation » caractérisée par une mise en scène ritualisée à l’extrême, liée à la hiérarchie sociale et excluant toute discussion critique18. Simplifiant l’espace public de la représentation, il présente « l’espace de publicité » de l’époque moderne comme un simulacre réduit à l’espace curial. Notre recherche tend, au contraire, à démontrer la pertinence d’une réflexion portant sur l’espace public à l’époque moderne. L’omniprésence de textes polémiques et l’irruption systématique de guerres de plumes dans l’Espagne de Charles II interdisent de faire tomber le débat dans l’oubli.

15Si l’on reprend le fil de la pensée d’Habermas, la « sphère publique de représentation » se serait développée en une « sphère bourgeoise », c’est-à-dire en un espace public démocratique et bourgeois. Le public bourgeois aurait imposé au pouvoir un régime de publicité comme moyen de contrôle pour en finir avec le règne du secret propre à une souveraineté illimitée et étrangère à une pratique de justification de ses actes. Le passage d’une sphère à une autre aurait puisé son énergie dans la différenciation puis dans l’opposition entre État et société civile, car seule cette dualité aurait permis l’émergence d’une rationalité au sein de ce nouvel espace politique que recouvre l’espace de publicité. Dans ces conditions, l’opinion publique, produit des discussions inscrites dans l’espace public, effectue une médiation entre la société et l’État. Elle se définit comme une argumentation rationnelle témoignant d’une participation civique consciente d’elle-même. Il s’agit d’une opinion consciente, informée, concertée, jouissant d’une compétence et délibérant selon des procédures spécifiques. Elle s’érige en véritable tribunal de la critique rationnelle et modifie les formes de domination de l’État en obligeant l’autorité politique à comparaître devant elle.

  • 19 K. M. Baker, Au tribunal de l’opinion.

16Cet ouvrage propose de retravailler la thèse d’Habermas pour montrer que l’espace de négociation ouvert par la publicité de la dissidence par le biais des libelles avait instauré un échange avec les autorités et constitué un moyen de pression et de contrôle sur les hommes au pouvoir, sans qu’il soit nécessaire de postuler l’existence d’une « sphère bourgeoise » ou d’une « opinion publique » érigée en tribunal19.

  • 20 J.-F. Schaub, « L’histoire politique sans l’État ».
  • 21 F.-X. Guerra et A. Lempérière (coord.), Los espacios públicos en Iberoamérica.

17En réalité, la pensée d’Habermas s’arrime au problème de l’émergence d’une société civile, liée à une certaine évolution de l’État : son analyse porte exclusivement sur les aires géographiques qui ont connu un mouvement de centralisation politique et administratif et qui ont vu la constitution d’un marché national aboutissant à l’avènement d’espaces nationaux. Or, dans le monde hispanique, qui n’a pas connu, comme la France, les guerres de religion, on n’observe pas une telle dialectique entre État et société pour la simple raison que l’État renvoie à une union organique entre le roi et ses sujets20. Cela se traduit par le fait que le corpus juridictionnel est un ensemble de compilations comprenant des lois royales, des préceptes moraux, des codes de conduite, des droits des états et des corporations. Dans l’Espagne de Charles II, on ne détecte aucune rupture dans la notion de public entendu à la fois comme un ensemble de corps formant la société et comme ce qui relève du bien commun, ce qui fait nécessairement de tout l’espace de publicité un espace dévolu à la publication de ce qui est nécessaire à la bonne marche du bien commun. Il s’agit d’un régime de l’incarnation et non d’un régime de la représentation qui suppose, lui, qu’on « représente » des individus : le bouleversement des rapports entre public et particulier aboutissant à la définition du public comme ensemble d’individus n’a pas eu lieu. C’est ce que confirment les travaux d’une équipe d’historiens, réunis autour de François-Xavier Guerra et Annick Lempérière, cherchant à appliquer la notion d’espace public habermassien au monde ibérique des Lumières aux xviiie et xixe siècles21. Les auteurs ont ménagé la spécificité de l’Ancien Régime non pas perçu comme un ensemble de prémisses ouvrant la voie à la modernité, mais comme une configuration historique particulière permettant de reconsidérer les agencements entre État et société civile, espaces privé et public. Or le xviiie siècle s’inscrit dans la tradition assimilant l’espace public à la république. Le public y désigne le peuple (populus) mais également le bien commun. Par glissement, le terme désigne ce qui doit venir à la connaissance du public en vue de la réalisation du bien commun.

III. — ESPACE DE PUBLICITÉ, ESPACE POLÉMIQUE ET ESPACE TRANSACTIONNEL

18Cette étude propose de repenser la notion d’espace public en articulant les notions « d’espace de publicité », « d’espace polémique » et « d’espace transactionnel ». « L’espace de publicité » renvoie à ce qui fait l’objet d’une publication imprimée ou manuscrite et se trouve diffusé. Il renvoie aussi à toute pratique non discursive mise en scène sur le modèle des cérémonies de pouvoir. C’est un espace du « visible ». « L’espace polémique » recouvre l’ensemble textuel des guerres de plumes qui émanent aussi bien de la dissidence que des autorités. « L’espace transactionnel » comprend tout ce qui a trait à la négociation politique et permet de confronter les voies institutionnelles de production de l’opinion et les phénomènes extra institutionnels de production de celle-ci.

  • 22 Le destinataire est le public postulé par le texte. Il ne se confond pas forcément avec celui qu’on (...)

19Ce faisant, cet ouvrage tente de caractériser les spécificités de l’espace polémique. Les guerres de plumes obéissent à un régime particulier de publicité. En effet, lorsque l’historien confronte des versions contradictoires d’un même événement dans les textes polémiques, il remarque que l’audience de ceux-ci n’est pas fixée, comme si chaque nouvelle version touchait un ou des publics aux contours mouvants. L’acte de publication leur fait dépasser le statut de vecteur et produit des effets particuliers car il ne s’agit plus simplement de stigmatiser un adversaire à travers des textes infamants qui doivent lui parvenir et qui circulent au sein de cercles restreints. Une fois publiés, ces écrits acquièrent une espèce de permanence qui permet des jeux d’interprétation et de réinterprétation les faisant échapper à leurs auteurs. Il y a un phénomène de latence des textes qui autorise à parler d’espace, cette notion supposant une stabilité. On peut donc considérer qu’un espace polémique, avec ses lois et ses effets spécifiques, naît de la confrontation de ces textes. La dynamique et la réutilisation des écrits produisent un effet de « déréalisation » du destinataire qui prend les traits du « loyal Espagnol » et qui ne vise plus personne en particulier pour atteindre tout le monde22. Cette « déréalisation » résulte de l’intense circulation des écrits qui décloisonne des publics préalablement déterminés, incitant les scripteurs, conscients du mécanisme, à s’adapter à l’hétérogénéité de leur cible en employant des formules vagues telle que « les fidèles sujets ».

  • 23 A. Lilti, Le monde des salons.

20Grâce à l’étude de l’ensemble des moyens de mobilisation qui excèdent la sphère discursive, nous tenterons de ne pas succomber au logocentrisme, en examinant l’ensemble des pratiques articulant l’espace de publicité aussi fortement que la discussion politique. L’étude des lieux publics a montré l’importance des pratiques structurantes des groupes sociaux dans la constitution de ces espaces. Antoine Lilti a présenté les salons comme des espaces de sociabilité agencés par le paradigme de la mondanité où se déploie une forme de sociabilité dont l’idéal n’a rien de démocratique23. Parce que les discussions politiques mondaines sont assujetties à des pratiques spécifiques de sociabilité et qu’elles traduisent et reconfigurent des rapports de forces en faisant les réputations, elles ne tendent pas à diffuser des idées. Il faut donc prendre en compte ces pratiques structurantes du corps social dans notre étude des moyens de mobilisation de ces campagnes d’opinion. Ainsi, la reprise du schéma des « entrées » royales lors des marches de don Juan sur Madrid ou encore du rituel des fêtes pour célébrer la nomination de ce prince en tant que Premier ministre constitue un moyen de mobilisation non discursif qui se coule dans le moule de pratiques sociales activées lors des cérémonies de pouvoir. Il faut aussi considérer les ressources disponibles socialement déterminées qui constituent les conditions de possibilité de production ou de réception des discours. Afin de répondre à ce questionnement, nous avons inclus dans notre étude, outre la notion de « guerre de plumes », celle de « campagne d’opinion », plus générale, qui insiste sur la coexistence des libelles avec des moyens de mobilisation non discursifs.

21Enfin, il faut veiller à ne pas fossiliser la notion de public et en faire un donné a priori. Les lieux publics ont souvent constitué des forces de médiation occasionnant des phénomènes d’interaction. Il s’agit de débusquer à un moment précis l’émergence d’une configuration et non une structure. Considérer la condition de possibilité de cet agencement permet d’arracher l’étude au constat peu fécond d’un poids prééminent des circonstances. Il faut en retenir l’idée de constitution progressive d’un public. Nous dresserons donc une cartographie à géométrie variable des publics suivant l’agrégation progressive de strates hétérogènes de lecteurs ou d’auditeurs afin de voir comment don Juan a « inventé » un public. Notre travail consistera ainsi à identifier des moments de convulsion de la vie politique espagnole, qui cristallisent des agrégats hétérogènes courant le long d’un axe social vertical. Ce faisant, on n’opposera pas sans nuances une opinion plébéienne à une opinion éclairée.

22En corollaire, l’étude de l’occupation de l’espace de la communication par la dissidence constitue un ressort important de notre démonstration. L’institution royale s’est attachée à en garder le monopole alors même que se multiplient les pôles autonomes de production d’imprimés et de manuscrits. Il faut donc être attentif aux rapports entre manuscrits et imprimés, aux logiques internes de nos collections miscellanées ainsi qu’au système de la copie qui en permet la diffusion.

23Les chemins historiographiques qu’emprunte cet ouvrage n’impliquent pas qu’on renonce à une réflexion sur les idées et la culture politiques. L’émergence à un moment donné de certaines formes d’écrits et de débats telles les guerres de plumes renvoie à une manière particulière de concevoir le corps social et de mettre en pratique la politique. Par ailleurs, la dimension de persuasion de ces textes et le pragmatisme, voire l’opportunisme, de l’argumentation ne condamnent pas ces écrits à l’éphémère. Au contraire, il est nécessaire de montrer comment interagissent « idéologie », « pratique » et « action » à travers une analyse du langage politique. Il s’agit de considérer non seulement le contenu des textes mais surtout leur forme et le choix des termes employés. Comment expliquer le recours privilégié à un langage métaphorique lors de la campagne contre Valenzuela ? L’équivoque, la métaphore et les pratiques de duplicité dans les discours réactivent une imagerie du pouvoir pour la détourner et dire l’indicible. Plus simplement, cette démarche joue sur les strates d’un public hétérogène auquel le scripteur destine des messages distincts et renferme ainsi une capacité de mobilisation hors pair. Ce travail sur l’image textuelle trouve un prolongement naturel dans une étude de l’image iconographique. En effet, les miroirs de prince sont souvent ornés de gravures et d’emblèmes et les récits de fête dépeignent les éphémères qui égaient la ville à l’occasion d’une réjouissance particulière. L’image se révèle un moyen de communication redoutable, polysémique, parfois davantage tournée vers les élites, parfois vers la plèbe et le plus souvent permettant à chacun de se l’approprier pour y construire un sens. On ne saurait détacher la dynamique d’action de glissements idéologiques invisibles. Ce n’est qu’au regard d’un horizon conjoncturel conflictuel, qui marque le moment où un texte a été produit, qu’on peut en déchiffrer le sens véritable. Sans suivre une quelconque approche déconstructionniste qui clamerait la mort de l’auteur et qui voudrait étudier des sociétés comme des textes, l’enquête a cherché à saisir au sein même des écrits ce qui se manifeste des intentions du scripteur, comment les hommes de plume ont cherché à s’adapter à un public hétérogène selon divers procédés dévoilant les lignes de clivage qui partagent la société et la culture, comment les contemporains pouvaient comprendre, recevoir et accepter ces discours et comment certaines conventions et idéologies ont ainsi pu se modifier.

IV. — MATÉRIALITÉ, TYPOLOGIE ET PROCESSUS DE DIFFUSION DES LIBELLES : UNE APPRÉHENSION DYNAMIQUE DES GUERRES DE PLUMES

24En focalisant l’analyse non plus sur la satire, mais sur les guerres de plumes, on ne se retrouve plus devant une documentation aux contours déjà fixés, mais face à un objet intrinsèquement problématique qui réclame une construction qui mêle plusieurs types de sources relevant, pour chacune d’entre elles, d’une méthode particulière. Pour restituer ces guerres de plumes, il a donc fallu répertorier les archives de la Biblioteca Nacional de España, de la Real Academia de la Historia, de l’Archivo Histórico Nacional, de la Biblioteca de Catalunya, de la British Library, de la Bodleian Library et de certaines bibliothèques universitaires afin de recenser tous les textes susceptibles de jouer un rôle dans les crises politiques de la minorité de Charles II.

  • 24 Les conseils arbitristes sont des projets de réforme dans le domaine fiscal, économique ou politiqu (...)

25Le matériau de ce travail se compose d’abord d’écrits polémiques (lettres ouvertes, pamphlets, satires, manifestes) mais également de sermons politiques, de mémoires, de conseils arbitristes24, de relaciones de sucesos, d’avisos et de consultes. En marge, des pièces de théâtre, des ouvrages politiques et des gazettes ont permis de mesurer en quoi la culture politique est sortie modifiée par ces pratiques inédites de mobilisation, dans un contexte de crise d’autorité. Les correspondances de contemporains, les chroniques et les rapports d’ambassadeurs fournissent des informations sur la circulation et la réception des libelles, sur le cheminement des rumeurs et leurs liens avec l’information et sur l’évolution des rapports de forces des adversaires. Enfin, les archives municipales permettent de reconstituer les débats qui ont eu lieu au sein des instances sollicitées par don Juan, via ses lettres ouvertes, pour le soutenir lors de sa campagne contre Nithard.

26Dans leur majorité, les textes polémiques sont réunis dans des volumes classés selon une logique thématique. Le chercheur a affaire à des recueils de copies manuscrites de textes ayant circulé du temps des guerres de plumes rassemblées par un processus d’accumulation. Les textes manuscrits émanent de copistes professionnels, qui pouvaient se rattacher à un particulier ou à une institution comme l’Église et dont les étudiants pauvres nourrissaient un fort contingent. En sus des copies manuscrites d’originaux, on trouve des imprimés tels que les lettres ouvertes de don Juan, des libelles ou des consultes. Les textes polémiques apparaissent aussi sous la forme de collections constituées soit immédiatement, soit dans les mois ou les années qui suivent, soit bien plus tard. Ces collections se composent pour la plupart d’écrits copiés par un seul individu avec, pour chaque texte, un titre et parfois la date de mise en circulation. Notre corpus comporte également des « manuscrits » composés d’expedientes dont la somme constitue une liasse et dont chaque document est individualisé et rangé dans un dossier. Ce type d’archive présente les libelles tels qu’ils circulaient en feuilles volantes. Enfin, au sein des papiers personnels de certains nobles, le chercheur peut trouver des textes polémiques mêlés à des lettres, des copies de consultes, etc.

27À partir de ce corpus hétérogène, il est possible de reconstituer les guerres de plumes en reconstruisant, pour chacune, l’enchaînement des écrits informés par une chronologie précise. Un travail de classification et de contextualisation permet de déterminer à quelques jours près la parution de ces textes polémiques, ce qui autorise à analyser avec précision leur rapport à l’action et le basculement des rapports de forces. Cette tâche est réalisable car les indices semés au gré des écrits abondent. D’abord, une part d’entre eux est datée. Lorsqu’il s’agit d’imprimés, la date apparaît fiable. Lorsqu’il s’agit de manuscrits, la méfiance s’impose. On peut vérifier la convergence des données avec d’autres exemplaires d’un même texte. Mais il convient aussi de voir si le contexte de parution mentionné correspond bien aux enjeux défendus et aux rapports de force alors en présence. D’autres textes parlent d’événements qui permettent de préciser leur situation dans le temps. Les visées de l’auteur d’un libelle fournissent aussi des clés de contextualisation, car les effets escomptés par les libellistes tels qu’ils transparaissent ne prennent sens que dans un équilibre des partis adverses bien définis. Par ailleurs, bien des libelles ont été envoyés en Espagne et en Europe par les ambassadeurs présents à en Espagne ou par de simples particuliers. Les missives étant datées, on récolte des indices sur le moment de parution de ces écrits. Enfin, les textes dialoguent beaucoup entre eux et s’organisent les uns en fonction des autres. Certains textes résistent cependant à toute tentative de datation. Il convient alors de les insérer dans les bornes chronologiques les moins larges possibles. Dans cette démarche, les dates récoltées ne tirent pas tant de leur valeur du point temporel figé qu’elles indiquent, que de leur fonction de jalon pour reconstituer une dynamique d’ensemble. En effet, un texte manuscrit est republié à chaque fois qu’il est recopié, on ne peut donc parler, dans ce cas, de date unique de publication. La date indiquée constitue plutôt un repère qui indique, à quelques jours près, le moment de la première parution d’un écrit. Lorsqu’un texte manuscrit précise le jour, le mois et l’année de sa parution, il faut vérifier s’il a pu circuler dans une séquence d’action antérieure ou non, en fonction des rapports de forces entre les adversaires et des enjeux du contexte correspondant à la date alléguée. De manière générale, on peut donc reconstituer des chaînes fiables d’écrits. Grâce au tissage de cette trame et à un découpage en grandes séquences, le chercheur est à même de faire apparaître la dynamique interne de l’engrenage polémique.

  • 25 M. Angenot, La parole pamphlétaire.
  • 26 Discours qui supposent l’existence d’une thèse antagoniste implicite qu’ils veulent disqualifier en (...)

28Dans cette optique, les apports sémiologiques de Marc Angenot se révèlent précieux25. Son étude sur le genre pamphlétaire cherche à lever la confusion entre le pamphlet et les notions connexes de satire et de polémique. La typologie qu’il dresse des discours agoniques nous offre des instruments car elle permet de reconstituer l’évolution des rapports de forces des deux camps telle que la percevaient les acteurs directement à partir des textes26. En effet, de tels discours se distinguent par la présence forte et explicite de l’énonciateur dans les textes et reflètent le positionnement du scripteur dans le champ polémique ainsi que le type de mobilisation escomptée.

  • 27 M. Angenot, La parole pamphlétaire, p. 37.
  • 28 Ibid., p. 40.

29Avant d’utiliser les outils forgés par Marc Angenot, il a fallu d’examiner dans quelle mesure ils étaient opératoires pour l’Espagne du xviie siècle. En effet, cet auteur qui travaille sur les xixe et xxe siècles français définit le pamphlet comme une « forme historiquement circonscrite, pertinente à une certaine société27 » et décrit le scripteur comme « dépourvu de statut ou de mandat mais automandaté par une conviction de son for intérieur28 ». En vérité, être une forme inscrite dans un certain temps n’arrime pas définitivement le pamphlet au xixe siècle mais signifie que le contexte d’apparition massive de cette forme n’a rien d’anodin. Ce qui importe ici est moins le xixe siècle que la présence d’un temps de rupture qui traduit un régime d’historicité particulier. Par ailleurs, si l’on rejette la notion de for intérieur, anachronique dans l’Espagne de Charles II, on peut affirmer que l’impératif de défense de la « bonne publicité » et du « bien commun » qui meut les acteurs joue un rôle similaire. Exposons à présent cette typologie afin de voir en quoi elle peut nous servir.

30L’écrit polémique suppose un terrain commun entre les protagonistes. La polémique s’engage parce que le scripteur juge que la thèse adverse est justifiable de prémisses communes qui peuvent alimenter la réfutation. Le scripteur précise d’abord sa position, puis réfute l’adversaire en marquant ses divergences tout en cherchant un terrain commun d’où il puisse développer ses propres thèses. Cette catégorie d’écrits traduit une égalité entre les opposants puisqu’il s’agit de convaincre en toute loyauté un adversaire que l’on considère comme un alter ego.

  • 29 Ibid., p. 44.

31Le pamphlet est une réaction devant un scandale ou une imposture. L’auteur, persuadé d’être dans le vrai, apparaît réduit au silence par une erreur dominante. Il jette un regard indigné devant un monde carnavalesque où il n’a pas sa place. S’apparentant à une vox clamans in deserto, ce discours mise sur le pathétique pour faire communier les lecteurs dans l’incompréhension, le scandale et l’impuissance. C’est pourquoi il s’offusque des impasses sans s’ouvrir sur un dépassement critique29. Il s’affiche donc comme une réaction, un cri de désespoir et trahit un état de faiblesse.

32La satire contemple avec amusement un monde carnavalesque dont se désolidarise l’auteur. Elle suppose une rupture avec le monde antagoniste conçu comme absurde et chaotique et provoque un rire d’exclusion où il s’agit de stigmatiser en grossissant les traits. La satire se montre offensive ; elle lance des piques pour porter atteinte à l’honneur et relève d’une stratégie de harcèlement.

33L’invective ne recourt à aucune argumentation, justification ou dialectique. Misant sur une rhétorique de l’injure, elle déploie une monotone violence où l’adversaire est attaqué dans ses actes, ses idées, sa personne, son passé, sa vie intime. Elle peut être une variante agressive du pamphlet ou bien elle témoigne d’un changement des rapports de forces et devient alors menace.

34Le manifeste, lui, décrit, justifie et recommande à l’auditeur une attitude, une pratique. Il explicite un désaccord et par son caractère d’interpellation, le somme de prendre position. Proche du serment, il implique souvent un risque pour ses signataires. Il appelle à concrétiser ou à provoquer un bouleversement des rapports de forces.

  • 30 « Composición poética u otro escrito cuyo objeto es censurar acremente o poner en ridículo a person (...)
  • 31 « Discurso agudo, picante y mordaz, dirigido a este mismo fin. »

35Ce vocabulaire présente des avantages évidents, sans trahir la terminologie flottante des contemporains de Charles II. Au xviie siècle, le terme de satire apparaît fréquemment et désigne un texte, en général versifié, qui tourne en ridicule l’adversaire en entachant son honneur. Le Diccionario de la lengua española de la Real Academia Española définit la satire soit comme « une composition poétique ou tout autre type d’écrit dont l’objet est de censurer avec âpreté ou de tourner en ridicule des personnes ou des choses30 », soit comme « un discours fin, piquant et mordant écrit dans un même but31 ». La qualification de manifeste recouvre le même sens que nous lui donnons actuellement. Également répandu, le terme de libelle insiste sur la dimension matérielle de ces textes. Il désigne tout écrit de peu de pages cherchant à diffamer un adversaire.

  • 32 Les pliegos étaient des écrits de quelques pages, souvent destinés à un lectorat populaire.

36Mais les Espagnols du xviie siècle préfèrent les mots plus vagues de « papel » ou de pliegos32. Les contemporains évoquaient donc surtout ces écrits de façon descriptive en parlant de « textes » assortis d’un qualificatif ou d’un syntagme dépréciatif.

V. — PUBLICS EN ÉMERGENCE ET CHANGEMENTS DES CULTURES POLITIQUES

37Une fois l’objet défini, les précautions méthodologiques prises et les problèmes posés, trois grands axes se sont dégagés. Le premier axe renvoie à l’analyse des guerres de plumes centrées sur le problème des modalités d’action offerte par l’écrit. L’hypothèse avancée dans cet ouvrage est que la mobilisation de publics par le matériau pamphlétaire permet l’émergence d’un nouvel espace transactionnel. La suspension de la violence concrète que réalise l’écrit, au profit d’une violence verbale, entraîne un apaisement des tensions et enrichit le répertoire d’action de la négociation politique au moment où les voies traditionnelles de dialogue entre le roi et les sujets sont mises hors-jeu. Il s’agit de comprendre comment la mobilisation de publics par les textes polémiques, en évitant les réalités de la rébellion tout en exerçant une réelle pression sur le pouvoir, offre un moyen inédit d’action dans une monarchie où on ne saurait s’opposer ouvertement à un roi demeurant la source de toute juridiction. Le questionnement se divise en deux interrogations. Comment expliquer le passage d’un régime du secret et de la conspiration à un régime de la publicité, de la part de la dissidence ? L’écriture pamphlétaire permet-elle de résister sans désobéir ouvertement ?

38Le second axe traite du problème de l’implication de publics partisans dans la lutte. Il s’agit de définir les cadres, les modalités et les stratégies de mobilisation à travers la « fabrique » conjointe d’un public et d’un adversaire. La démarche consiste à appréhender ces campagnes d’opinion en suivant leur trace matérielle afin de restituer les contours de l’espace polémique secrété par l’action de don Juan. L’émergence d’un public né de l’intérêt suscité par les guerres de plumes dépend étroitement de la circulation des libelles puisque seuls ceux qui y auront eu accès pourront être touchés. On peut alors aller des textes vers les hommes pour tenter de répondre à un questionnaire foisonnant. Comment, quand et qui mobilise-t-on ? Y a-t-il une disparité dans les manières de faire, selon qu’on se place du côté juaniste ou du côté de ses ennemis ? Qui sont les partisans des adversaires aux prises ? Peut-on mesurer l’adhésion des acteurs à une cause politique ? Est-ce la croyance dans le discours émis par les libelles ou bien d’autres mécanismes discursifs qui mobilisent les acteurs ?

39Le troisième axe est une évaluation des changements de la culture et / ou de la pratique politiques. L’échec de don Juan à récupérer le mouvement d’opinion contre la Chamberga, dans un contexte de crise d’autorité de la Régence, entraîne de nombreuses interrogations. Faut-il penser l’action du prince en termes de changement de la culture politique ou de simple modalité d’action ? L’absence de légitimité concurrentielle dans une monarchie limite les effets d’une mobilisation par des textes séditieux et prévient tout bouleversement de l’horizon de la culture politique. Néanmoins, la systématicité nouvelle de l’orchestration de guerres de plumes opposant un champion aux autorités invite à se demander si l’on n’entre pas dans un nouveau régime de publicité marquant le passage d’une politique de visibilité émanant du pouvoir et dévolue à la prescription à un espace disputé où les autorités ne sont plus intouchables et descendent dans l’arène, et où règne une fausse transparence. Encore une fois, l’éventuelle nouveauté ne consisterait pas en l’usage de l’imprimerie qui véhiculerait des courants d’opinion contradictoires. Elle correspondrait plutôt à une utilisation particulière de la publicité, par don Juan et ses possibles émules, orchestrant un type de négociation musclée avec les autorités et multipliant à terme les centres de pouvoir.

  • 33 En ce qui concerne l’autonomie de chacun des pans de l’enquête, soulignons qu’il n’est nul besoin d (...)

40Chacun de ces axes correspond à une partie de cet ouvrage. Les guerres de plumes et les campagnes d’opinion font ainsi l’objet de trois récits complémentaires qui en explorent à chaque fois une dimension. Dans ce triptyque, chaque pan est autonome, mais seule la réunion des trois permet d’appréhender le phénomène dans sa totalité33.

41La première partie présente une reconstitution des guerres de plumes et des campagnes d’opinion selon un fil chronologique et analyse la spécificité d’une « action d’écriture » : pourquoi la dissidence passe-t-elle du secret à un régime de publicité et en quoi les guerres de plumes permettent-elle de résister sans désobéir ouvertement, constituant ainsi de nouvelles modalités de négociation politique ? Le chapitre inaugural traite de la genèse de la campagne d’opinion contre Nithard. Il s’agit de présenter le cadre général de l’action et d’expliquer le basculement de l’action de la dissidence vers la publicité qui transforme une querelle entre particuliers en une affaire d’État. Ce faisant, ce chapitre met en évidence le type d’espace de publicité qui s’établit avec ses caractéristiques structurantes. Les deux autres chapitres sont consacrés aux guerres de plumes et aux campagnes d’opinion contre Nithard et Valenzuela. Ils restituent un enchaînement de séquences textuelles construites en fonction de leur rapport à l’action et intégrant l’évolution des enjeux pour les acteurs aux prises afin de comprendre le rôle des écrits mis en circulation dans la négociation politique qui s’ouvre entre don Juan, la noblesse et le roi.

42Il convient cependant de ne pas s’enfermer dans une sphère analytique discursive. Comment appréhender le politique par le truchement d’écrits de mobilisation en le coupant d’une étude de la réception des textes polémiques, donc des publics visés et touchés et, plus largement, en le dissociant de la question sociale ? Plusieurs paramètres plaident pour la prise en compte d’un au-delà des textes. Ainsi, la mobilisation consiste souvent à récupérer et à canaliser des mécontentements qui s’expriment par des vecteurs autres que les écrits séditieux : les consultes inscrites dans la sphère institutionnelle ou l’émeute. Sans compter l’exploitation des préjugés, des traits culturels les plus saillants et des imaginaires qui définissent une supposée « identité espagnole ». C’est aussi hors de sa propre matrice que le texte polémique puise et sécrète sa substance. Enfin, ce sont souvent les moyens de mobilisation non discursifs qui s’affirment les plus opératoires. Dans ce cas, le texte s’efface devant le recours à des pratiques plus ou moins institutionnalisées qui marquent la vie en collectivité ; les fêtes se prêtent aisément à la manifestation d’un mécontentement, voire à une prise de position d’ordre politique, avec toutes les ambiguïtés que celle-ci recèle, notamment en raison de l’implication prégnante d’intérêts et d’enjeux autres parasitant le déchiffrement des événements. Dans la première partie de cette étude, nous avons décrypté nos textes par le biais d’une logique d’action guerrière au service d’une négociation politique, ce qui reléguait au second plan la mobilisation puisqu’importait surtout l’impact des libelles sur les autorités et la paralysie des institutions qui en résultait. Dans ce cadre, les textes polémiques avaient permis à don Juan de jouer sur deux registres, celui de l’obéissance et celui de la menace. L’obéissance, en justifiant une action avant qu’elle ne se produise (la marche sur Madrid de 1669) ou en modulant, sur le coup ou après coup, le sens des campagnes pour le faire admettre au gré des circonstances (la défense du « coup de majesté » de Charles II, l’évocation de don Juan comme primus inter pares en 1677). La menace, par sa force réelle ou feinte, galvanisait les partisans du prince et terrifiait l’adversaire (agitation de la figure épouvantail du vulgus par exemple).

43Il nous faut donc déplacer l’analyse des adversaires vers les alliés potentiels des libelles, c’est-à-dire passer de l’examen de la négociation politique à celui de la mobilisation. En 1668-1669, le but déclaré de la campagne de lettres ouvertes initiée par don Juan — que l’on ne peut penser indépendamment du mouvement de l’émission de libelles puisque les publicistes sont d’abord des hommes du « rebelle » — est d’inciter les représentants des institutions à le soutenir en les suppliant de demander à la reine le renvoi de Nithard. En 1675-1676, la logique progressive de publicisation des procédures de lutte des Grands contre la reine et le Duende Valenzuela contribue à constituer un front antivalenzueliste en défense de l’ethos nobiliaire. Les libelles jouent donc un rôle important dans la gestation et la structuration des factions puis des partis. Les pasquins, les rumeurs, les sermons, les fêtes et les marches sur Madrid, quant à eux, nous indiquent que les juanistes misent sur la participation large des populations à ce qui devient un mouvement d’opinion.

44C’est pourquoi la deuxième partie traite de la mobilisation politique sous toutes ses formes. Un premier chapitre balaie le spectre des moyens de mobilisation répertoriés lors des campagnes d’opinion (libelles mais aussi sermons, rumeurs, fêtes et marches) et analyse les circuits de diffusion des écrits à partir de leur matérialité, en évoquant le système de la copie, les choix entre publication manuscrite et imprimée, les groupes sociaux qui font office de relais et quelques figures d’auteurs.

45Dans la ligne des travaux de Roger Chartier, un deuxième chapitre analyse les publics visés par les acteurs à travers les textes et tentera de saisir comment don Juan a « inventé » un public, au sens latin, et insiste sur l’imprévisibilité que renferme tout événement. Dans ce but, les variations et les réajustements des publics en fonction du temps et des impératifs d’action que dictent les aléas seront évoqués ainsi que la dichotomie des stratégies de publicité des adversaires. Cette démarche étudie les publics en fonction de leurs composantes sociopolitiques et des clivages partisans. Elle permet de s’extraire d’une classification de la société en catégories prédéterminées, en soulignant comment les publicistes cherchent à constituer des publics au-delà des partages initiaux. En même temps, cette démarche inclut une étude du discours politique examinant les variations des catégories discusives employées par les libellistes pour évoquer le public né des guerres de plumes et qui accompagnent les inflexions sociologiques des publics rassemblés : destinaire-simulacre légitimant un parti, mise en scène tératologique et infamante du public de l’adversaire, etc. Il est en effet essentiel de bien distinguer le public tel qu’il est représenté dans les libelles et la réalité sociopolitique à laquelle il renvoie car les deux ne coïncident pas forcément.

46Un troisième chapitre évoque les stratégies de mobilisation des adversaires. Il étudie les procédés visant à susciter l’intérêt d’un public, voire de le rendre captif puis partisan. Dans ces guerres de plumes, les modalités visant à convaincre ou à persuader de la justice d’une cause — ou de l’intérêt à embrasser une cause présentée comme juste — se mettent bien au service d’une tentative de mobilisation politique. Les juanistes ne peuvent espérer se faire entendre de la reine et de son noyau dur de partisans alors même que les espoirs de « convertir » le faible Charles prisonnier de l’emprise de sa mère semblent minces. Ils visent donc tous ceux qui seront susceptibles de faire pression sur les Conseils et la junte. Les libelles tentent de mobiliser un vivier de partisans appelés à agir au sein de l’espace curial et de démobiliser l’adversaire. Il convient donc de comprendre les processus qui construisent un public aux guerres de plumes puis transforment (ou non) ce public en un groupe de partisans. En d’autre termes, pourquoi il importe aux juanistes de vaincre sur le terrain de la polémique, en distinguant les effets différentiels des coups textuels sur les alliés potentiels du prince et sur leurs adversaires.

47Le premier volet s’attarde sur les pratiques diffamatoires pour se centrer sur la « fabrique de l’ennemi ». La transformation de l’adversaire en ennemi public menaçant l’intégrité de la monarchie occupe une place importante du processus de mobilisation car elle tend à décrédibiliser la cible et à le faire détester. Plus encore, elle désinhibe des acteurs réticents à intervenir dans le jeu en leur offrant une couverture de loyauté. Le dernier volet étudie la récupération des mécontentements par les juanistes. Une telle instrumentalisation permet de susciter et de sceller des alliances en dévoilant le bénéfice qu’auraient certains à rallier le mouvement juaniste et à le faire savoir ou en manifestant publiquement que les intérêts des alliés sont inclus dans les revendications émises par le prince. Il s’agira de montrer dans quelle mesure la mobilisation ne passe pas forcément par la croyance aux discours sans pourtant pouvoir se passer du truchement des libelles.

48Il sera temps, dans un dernier chapitre, de donner un contenu à l’expression « mouvement d’opinion » que trop souvent l’historiographie reçoit plus qu’elle ne l’interroge. Il s’agit de voir qui sont les partisans du bâtard royal et ceux de ses adversaires successifs, quelles raisons motivent une prise de position, comment se greffent d’autres conflits sur ces guerres de plumes pour les accaparer voire les détourner au profit d’intérêts qui lui sont étrangers.

49Cette étude affirme ainsi l’importance d’une analyse des modes de production et de réception matérielle, de lecture et d’appropriation des textes ainsi que de l’appréhension de l’évolution de leur efficacité, changeante, au sein de groupes hétérogènes susceptibles de s’accorder sur certains points. Ces données livrent des clés pour comprendre comment, au sein d’une négociation politique entretenant un rapport privilégié avec la violence symbolique, sous le rapport de la mobilisation et donc par le prisme d’actions collectives, se nouent une histoire des concepts politiques, d’éventuels changements dans l’agencement des instances de pouvoir et une histoire des choix politiques d’acteurs sociaux dont tous n’ont pas accès à l’espace institutionnel.

50La troisième partie tente de saisir les changements de la pratique et de la culture politique qu’un tel usage de la publicité par la dissidence entraîne. Il faut relire par ce prisme ces guerres de plumes. Les événements de 1668-1669 posent une série de questions visant à éclaircir les composantes de la crise que don Juan a provoquée sous la Régence par son maniement si particulier de l’écrit. Comment le bâtard royal parvient-il à paralyser les institutions ? Comment se manifeste la crise d’autorité de la régente et en quoi découle-t-elle de la campagne d’opinion menée par don Juan ? Assiste-t-on à un processus de (dé) légitimation selon qu’on se place d’un bord ou de l’autre ? À cette dimension factuelle, il convient d’ajouter une étude sur les enjeux idéologiques que recèle l’invention d’un public par don Juan, notamment le passage d’un public restreint à un public large, anonyme et aux contours mouvants. Il faut alors s’interroger sur l’émergence d’un régime de persuasion au sein d’un espace de publicité qui a vocation à la prescription.

51Les événements de 1676-1677 invitent à méditer sur le maniement que font les acteurs d’un langage métaphorique équivoque qui élabore, de texte en texte, un cadre théorique rendant concevable l’action de don Juan sans heurter l’horizon culturel et politique des contemporains. L’analyse de l’entrelacs des impératifs d’action et des enjeux idéologiques par le biais de réseaux métaphoriques, relatifs d’une part au corps et de l’autre aux motifs solaire et lunaire, montre comment les textes alimentent un messianisme qui intègre la figure du rey niño et qui remplace avantageusement, pour la dissidence, la qualification de « coup d’État » par celle de « coup de majesté ». C’est le problème d’éventuels glissements idéologiques qui se trouve abordé. La campagne d’opinion contre Valenzuela dévoile également quelle conscience ont eu les acteurs des pouvoirs de la publicité et comment ils en ont joué.

52La campagne d’opinion contre la Chamberga trouve sa place dans la troisième partie, parce que don Juan n’en est pas le seul orchestrateur : s’il tente d’instrumentaliser les mécontentements que suscite la présence de ce régiment à Madrid, il est rapidement éliminé du jeu par sa nomination en tant que vicaire général d’Aragon. D’autres acteurs tentent de s’approprier à leur tour l’hostilité généralisée contre le régiment en publiant consultes et écrits subversifs qui défendent leurs intérêts à eux et non ceux de don Juan. La campagne d’opinion contre la Chamberga engage donc une réflexion sur la possibilité pour d’autres protagonistes de s’approprier les moyens d’action que recèle la diffusion de libelles telle que l’a pratiquée don Juan et donc sur une possible évolution de la négociation politique. En outre, c’est à travers l’épisode de la Chamberga que se règle momentanément le sort de don Juan. Sa démarche auprès de Mariana pour obtenir la fonction qu’il juge mériter passe par la décision de maintenir d’abord ses troupes puis de les renvoyer pour éviter de tomber dans la désobéissance ouverte. Pour comprendre son action dans toute son envergure, il convient donc de réfléchir aux notions de coup d’État et de pronunciamiento trop souvent avancées par l’historiographie pour étiqueter une démarche complexe.

53Cet ouvrage s’attache donc à réaliser une histoire politique et culturelle répondant à un questionnaire multiple. Comment la publicité et la mobilisation de publics modifient le champ du politique : constate-t-on l’émergence d’une nouvelle voie de négociation au sein de l’espace transactionnel préexistant ? Comment les guerres de plumes associées à une pratique de la publicité permettent-elles de résister sans désobéir ouvertement ? Comment se tissent les liens entre, d’une part, la publicité et la genèse des idéologies politiques et, d’autre part, entre la théorie et la pratique puisque les textes polémiques incarnent les deux dimensions ? Ainsi, sous un rapport de mobilisation, les textes apparaissent comme des interfaces à la croisée d’autres expressions de mécontentement, au carrefour d’autres moyens de mobilisation et d’autres textes mis en réseau dont la synergie permet de jouer sur la trame événementielle et d’ébranler certains paradigmes politiques et culturels.

Notes

1 Cette lettre fictive paraît aussi sous le titre Lettre venue de Valladolid à notre cour de Madrid. Les courriers transitent donc de Madrid à Valladolid.

2 « Es tanto el ruido que por aca se ha oydo estos días, tantos los extrahordinarios que se han despachado de esta villa a essa, que nos andamos debanando los cascos con discursos y hablillas de cuento en carga, cada uno da su alcaldada, y no se oye otra cosa que callen barbas y hablen cartas llenas de mas disparates que letras, y de mas pasiones que renglones […]. De alla a esta Corte han venido algunos cargados de papeles indecorossos, de libelos indecentes, vozes infames, opuestos a las razones políticas y christianas. ¿Qué siglo es este ? » (Carta de Juan de Buena alma a la magestad cesarea de Carlos Segundo Rey de España por mano de la abadesa de las Huelgas de Burgos, BNE, ms. 7787, fo 33ro).

3 B. García García, « La sátira política a la privanza del duque de Lerma ».

4 F. Benigno, La sombra del rey, pp. 197-218.

5 Ibid., p. 198.

6 J. M. Jover Zamora, « Tres actitudes ante el Portugal restaurado ».

7 « Don Juan José de Austria y sus enemigos desarrollaron las primeras campañas de opinión de la historia de España, utilizando hábilmente el doble juego de la propaganda y la invectiva panfletaria contra el adversario » (L. A. Ribot García, « Carlos II : el centenario olvidado », p. 29).

8 V. Palacio Atard, Derrota, agotamiento y decadencia, p. 109.

9 F. Bouza, « Felipe IV sin Olivares », p. 62. Les memoriales sont des conseils qu’on donne au roi sur tous les sujets, en général sur le ton de la supplique. Les papeles sont un terme vague qui renvoie à des textes satiriques en tous genres, visant à tourner la cible en ridicule.

10 G. Maura y Gamazo, Carlos II y su Corte.

11 H. Kamen, La España de Carlos II.

12 L. A. Ribot García, « La España de Carlos II », pp. 61-204.

13 A. Álvarez-Ossorio, « El favor real ».

14 A. Carrasco Martínez, « Los Grandes, el poder y la cultura política ».

15 Ch. Jouhaud, « Retour aux mazarinades ».

16 Une consulte est un avis donné au roi par un de ses Conseils ou de ses conseillers. Une catégorie de consultes présente au souverain des litiges assortis d’une proposition de résolution. C’est cette catégorie qui nous intéresse.

17 M. Foucault, L’ordre du discours.

18 J. Habermas, L’espace public.

19 K. M. Baker, Au tribunal de l’opinion.

20 J.-F. Schaub, « L’histoire politique sans l’État ».

21 F.-X. Guerra et A. Lempérière (coord.), Los espacios públicos en Iberoamérica.

22 Le destinataire est le public postulé par le texte. Il ne se confond pas forcément avec celui qu’on accuse au gré des écrits, en l’occurrence, don Juan, Mariana, Nithard ou Valenzuela. Nous employons le terme de « public » pour désigner un public effectif et non plus escompté.

23 A. Lilti, Le monde des salons.

24 Les conseils arbitristes sont des projets de réforme dans le domaine fiscal, économique ou politique.

25 M. Angenot, La parole pamphlétaire.

26 Discours qui supposent l’existence d’une thèse antagoniste implicite qu’ils veulent disqualifier en démontrant leur propre thèse.

27 M. Angenot, La parole pamphlétaire, p. 37.

28 Ibid., p. 40.

29 Ibid., p. 44.

30 « Composición poética u otro escrito cuyo objeto es censurar acremente o poner en ridículo a personas o cosas. »

31 « Discurso agudo, picante y mordaz, dirigido a este mismo fin. »

32 Les pliegos étaient des écrits de quelques pages, souvent destinés à un lectorat populaire.

33 En ce qui concerne l’autonomie de chacun des pans de l’enquête, soulignons qu’il n’est nul besoin de prendre en compte la question de la mobilisation et de son efficacité dans le premier récit, qui concerne la reconstitution des guerres de plumes centrée sur le problème des modalités inédites de négociation politique qu’offre le matériau polémique. En effet, la croyance en la capacité de mobilisation de l’adversaire et la mise en scène de cette mobilisation dans les textes importent davantage que la mobilisation effective des publics. Puisque jamais le soulèvement ne se produit et que jamais don Juan ne s’y est essayé, c’est un art consommé de la menace qui opère ici. Par ailleurs, les guerres de plumes ne cherchent que rarement à provoquer une mobilisation de masse. Ce sont d’abord des individualités bien précises que veulent toucher les publicistes et à certains moments seulement, ils cherchent à déverrouiller les circuits de diffusion. C’est pourquoi une approche quantitative des textes ne détient aucun élément décisif pour nous aider à dérouler le fil d’Ariane de cette première partie.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search