Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

Conclusions

L’ampleur des entourages princiers au Moyen Âge — ou la mesure de l’ambition

Philippe Depreux

Texte intégral

  • 1 G. Map, Contes, p. 79 ; W. Map, De nugis curialium, p. 2 : « Si descripsero curiam ut Porphirius di (...)

Si je devais définir la Cour comme Porphyre définit le genre, peut-être ne mentirais-je pas si je dis qu’elle est une multitude d’objets ayant un certain lien avec un seul principe. En effet, nous sommes une multitude infinie avec un seul but : plaire à un seul homme. Aujourd’hui nous sommes une multitude, demain nous en serons une autre. Par contre, la Cour ne change pas : elle est toujours la même1.

  • 2 M.-F. Auzépy et J. Cornette, « Gouverner, c’est faire voir ».
  • 3 Je remercie Alexandra Beauchamp d’avoir associé le haut médiéviste que je suis à la réflexion qu’el (...)
  • 4 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem, p. 77 (II, 31). Sur le baptême de Clovis, voir les étud (...)
  • 5 Chronicarum quae dicuntur Fredegarii, p. 77 (III, 21) : « baptismi gratiam cum sex milia Francis in (...)
  • 6 B. Guenée, Histoire et culture historique, p. 180 (sur « le souci du nombre » : pp. 179-184).
  • 7 Die Urkunden Arnolfs, pp. 112-113 (n° 75) : « Huiuscemodi iniustitiam non parvipendentes iussimus e (...)
  • 8 Ibid., pp. 113-114 (n° 75).
  • 9 À titre de comparaison, on peut citer la notice de restitution de la marcha de Cham à Saint-Emmeram (...)

1« Faire nombre » (ou « faire voir2 ») semble un souci récurrent dès lors qu’il s’agit de faire montre de sa puissance, voire d’intimider autrui3. Les auteurs médiévaux sont parfois enclins à avancer des chiffres impressionnants — Clovis n’est-il pas censé avoir été baptisé avec trois mille Francs ? C’est ce que prétend Grégoire de Tours, qui s’inspire probablement des Actes des apôtres où l’auteur donne un ordre de grandeur (« circiter tria milia ») du nombre de conversions survenues à la Pentecôte (Ac 2 : 41). Or, en quelque sorte, saint Remi fit mieux encore, puisque l’évêque de Tours affirme qu’on dépassa ce chiffre à la suite de la bataille de Tolbiac : « De exercito vero eius baptizati sunt amplius tria milia4 ». Un siècle plus tard, « Frédégaire » n’hésite pas à doubler la mise : ce sont, selon ses dires, pas moins de six mille Francs qui reçurent le baptême5 ! On le voit, les chiffres exacts importent peu : comme l’observe B. Guenée, « plus d’une fois, dans l’historiographie médiévale, la rhétorique a perturbé la statistique6 ». Ce qui compte en effet, c’est de dire « beaucoup » ! Or, quel ordre de grandeur se cache derrière cette expression ? Il est rare qu’on puisse répondre à cette question, notamment pour les hautes époques. Mais parfois, un coin du voile est levé. Le 21 mars 890, suite à une plainte de la communauté de Saint-Emmeram de Ratisbonne, le roi Arnulf restitua à cette abbaye des biens dont il avait ordonné la reconnaissance et le bornage par certains de ses fideles. Le diplôme mentionne nommément les sept comtes qui firent le tour des biens avec nombre d’autres : « et alii quam plures7 ». L’évocation des « nombreuses » personnes présentes en telle ou telle occasion est courante ; ce qui l’est moins, c’est le renvoi, dans le document, à une feuille de parchemin annexée à l’acte. Y figure la liste — vraisemblablement exhaustive — des témoins qui firent le tour des biens en question : « isti sunt testes, qui circumduxerunt illam marcam ad Sconinŏuua ». Cent personnes sont mentionnées ! (Les sept comtes désignés dans le diplôme ouvrent la liste8.) On a donc jugé utile, de manière semble-t-il exceptionnelle, de joindre au dossier fourni en vue de la documentation et de l’instrumentation du diplôme d’Arnulf la liste de ceux qui participèrent à ce « tour du propriétaire » de l’abbaye de Ratisbonne et dont il y a fort à parier que les gens du lieu n’étaient pas prêts d’oublier le passage, pour autant qu’il fallût nourrir, voire héberger cette centaine de fideles du roi9. Mais qu’en est-il de ceux qui entourent le souverain ?

  • 10 À ce propos, cf. W. Rösener, « Hofleben und Hoforganisation ».

2Les études rassemblées dans ce volume viennent en partie combler une lacune historiographique en ce sens qu’elles soulèvent un point fondamental, qui est celui du rapport entre nombre idéal et nombre effectif, entre l’effet de masse et sa quantification. Il est indéniable que, vers la fin du Moyen Âge, les Cours royales et princières se livrent à une surenchère par rapport à leurs devancières, qui traduit la concurrence qui règne entre elles. Il y aurait lieu d’affiner le constat, en multipliant les enquêtes pour permettre des comparaisons fines, pour autant que l’état de la documentation (en nature surtout, plus qu’en quantité) le permette vraiment. Outre la variété des chiffres, on soulignera en effet celle des situations documentaires : c’est ainsi, par exemple, que les fonds castillans ne sont pas comparables avec les fonds aragonais (ce qui rend les comptes de Sanche IV des années 1293-1294 d’autant plus exceptionnels), alors même que les effectifs de la Cour du souverain castillan semblent assez proches de ceux de Pierre IV une cinquantaine d’années plus tard (dans les deux cas, on oscille entre 260 et 310 officiers et subalternes). Outre la recherche des similitudes, il conviendrait aussi de préciser les influences10, comme on l’observe, par exemple, dans le cas de Jean Ier de Castille qui, vers la fin du xive siècle, prend les Ordinacions de Pierre IV d’Aragon (1344) pour modèle.

  • 11 F. Bériac et B. Castéra, « Une cour en voyage », pp. 207-208. Je remercie F. Bériac de m’avoir comm (...)

3Non seulement les chiffres varient selon l’époque et le contexte, mais aussi — pour un même souverain — selon le moment : ainsi, alors qu’Édouard Ier débarque en 1286 à Wissant avec environ 200 personnes, on le voit en gager environ 450 deux ans plus tard, lorsqu’il se trouve en Gascogne11. La date de la « photographie » — pour employer une expression courante en matière d’audits — importe donc. À la lecture des études publiées ici, quelques traits généraux se dessinent, même si la diversité des cas traités et des approches méthodologiques souligne aussi la variété des situations en ces derniers siècles du Moyen Âge, que l’état des sources permet d’appréhender à la fois de manière qualitative et quantitative. Je voudrais relever quelques aspects généraux qui me semblent saillants et mettre cet éclairage documentaire tardo-médiéval en perspective en comparant certaines des données présentées ici avec quelques exemples relatifs aux premiers siècles du Moyen Âge.

  • 12 F. Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire ».
  • 13 R. Fitz Nigel, Dialogus.
  • 14 Sur cette question, voir G. Fouquet et alii (dir.), Hofwirtschaft.

4L’affiche de la journée d’études à l’origine de ce volume représentait un boulier : d’emblée, le ton était donné car, de fait, derrière l’attrait du chiffre symbolique éventuel, ce qui est au cœur du débat, ce sont les finances, avec de nouveaux moyens comptables aux alentours du « tournant » de 1200 qui se traduit par des changements documentaires de nature typologique parallèlement à la démultiplication des sources12. Les notions de représentation et de gestion sont intimement liées, la seconde conditionnant l’ambition de la première. En effet, la définition des effectifs suppose une maîtrise de la comptabilité, au service du prestige du prince, comme cela est déjà illustré au xiie siècle par Richard Fitz Nigel dans son Dialogue de l’Échiquier13. On peut se demander si le souci du nombre qu’on observe dans les ordonnances est essentiellement une question d’effectifs et de leur qualité, ou bien avant tout une question de possibilité de financement : l’idée de cadre budgétaire a été avancée — avec raison, à ce qu’il me semble14. Il serait intéressant de poursuivre l’enquête pour mettre en relation, plus précisément que cela n’a pu l’être dans les études présentées ici, la définition des contours de l’Hôtel et de son organisation avec la situation économique pour voir en quoi une « réforme » est synonyme d’adaptation du nombre des serviteurs à l’état des ressources financières.

  • 15 Ch. J. Given-Wilson, The Royal Household, pp. 22-23.
  • 16 J. Richard, Saint Louis, pp. 153-154.

5Ce qui frappe surtout, c’est le caractère malléable de l’Hôtel et du Conseil, qui fluctuent en fonction des besoins du prince. Les différences d’effectifs entre ces deux instances soulignent la différence qui existe entre la représentation et ce qui relève de la face cachée du gouvernement : si l’on est — plus ou moins — en mesure de dénombrer ceux qui servent le roi de France (comme cela est souligné dans ce volume), on se trouve bien souvent dans l’incapacité de dire qui, effectivement, l’assista de son conseil. L’exercice est d’ailleurs d’autant plus difficile que les conseillers et membres de l’entourage royal forment divers cercles qui ne sont pas concentriques et, par conséquent, ne se recoupent que partiellement. Il se pourrait par ailleurs que le caractère plus ou moins itinérant de la Cour ait une influence sur sa composition ; on explique la modestie de celle de Jean de Bohême par l’instabilité géographique de ce roi (mais, inversement, il semblerait que la cour de Marie de Castille, au xve siècle, soit plus fastueuse lorsqu’elle est itinérante). L’argument a déjà été avancé, par d’autres, et l’on a mis l’augmentation des effectifs sur le compte non seulement d’une relative sédentarisation de la Cour, mais aussi d’un souci plus aigu d’un certain standing, sans pour autant que l’augmentation du nombre des membres de la domus fût forcément accompagnée d’un plus grand perfectionnement de l’administration15. Or, dans ses déplacements, le prince ne s’entoure que de ceux qui comptent vraiment. Quoi qu’il en soit, certains effectifs sont fort modestes — même en temps « normal » : qu’on pense, par exemple, à la composition du Conseil du roi de France, déjà évoqué ; de même, l’étude du Riksråd scandinave montre la modestie des effectifs de cette instance de gouvernement. Outre la comparaison siècle par siècle — et l’inflation qu’on observe au bas Moyen Âge, alors qu’au temps de saint Louis, encore, « l’entourage royal comme l’Hôtel donnent l’impression d’un groupe relativement peu nombreux et vivant dans une certaine intimité avec le souverain16 » — il vaudrait aussi la peine d’affiner la réflexion en fonction des critères géographiques et diplomatiques (autrement dit : qui s’inspire de qui, et pourquoi ?). À cet égard, le présent recueil ne constitue qu’une sorte d’état des lieux préliminaire et d’amorce appelant à un approfondissement de l’enquête.

  • 17 A. Paravicini Bagliani, La cour des papes, p. 67.
  • 18 Id., Boniface VIII, pp. 224-225.
  • 19 B. Schnerb, L’État bourguignon, p. 292.
  • 20 M. Gaude-Ferragu, D’or et de cendres, p. 146.
  • 21 B. Guillemain, « Les chanoines d’honneur » ; Id., « Curie, xive-xve siècle », p. 512.

6Les chiffres avancés dans les études qui précèdent permettent de proposer une fourchette. La retenue royale des derniers Capétiens directs comptait environ 165 personnes par an (voire 200 dans les années fastes). Plus généralement, les chiffres concernant les Hôtels princiers mentionnés dans ce volume oscillent entre 120 à 260 membres. L’Hôtel de Pierre IV et celui d’Alphonse V d’Aragon correspondent à la fourchette haute. On pourrait multiplier les comparaisons, qui nous renvoient à cet ordre de grandeur : au xiiie siècle, on estime que la familia du pape comptait 150 à 200 personnes et qu’en tout « plus de 300 personnes […] vaquaient, autour [de lui], aux besognes domestiques et aux services d’honneur17 » (des comptes de 1299 attestent la présence, dans la suite de Boniface VIII, de 194 personnes18). Mais c’est sans commune mesure avec les fastes du xve siècle, notamment à la cour de Bourgogne : « dans les grandes occasions, lorsque tous les membres de l’Hôtel étaient rassemblés, l’ensemble était particulièrement imposant : en juin 1467, lors des funérailles de Philippe le Bon, à Bruges, les gens de l’Hôtel du duc défunt et ceux de l’Hôtel de son successeur formaient un total de 1200 personnes19 ». En 1488, les membres de l’Hôtel du duc de Bretagne, François II, sont au nombre de 665 lors de ses funérailles20. La surenchère dans le nombre des membres de l’Hôtel a pour corollaire l’extension, à la curie pontificale, du nombre des familiares : ainsi passe-t-on, du pontificat de Jean XXII (1316- 1334), d’une centaine de chapelains d’honneurs — qui, certes, ne résident pas en Avignon, mais sont répartis dans toute la chrétienté —, à près de neuf cents sous Grégoire XI (1370-1378)21.

  • 22 À ce propos, voir Ph. Depreux, Prosopographie, pp. 25-29.
  • 23 Das Sendhandbuch, éd. W. Hartmann, pp. 44-45 (I, c. 8) : « Quum episcopus suam diocesim visitat, nu (...)
  • 24 Vita Anskarii auctore Rimberto, éd. G. Waitz, p. 97 (c. 21) : « Qui cum iam senio gravari coepisset (...)

7Comparons ces chiffres avec ceux disponibles pour les cours du haut Moyen Âge. On change bien sûr d’échelle. Les données sont parfois fort partielles, mais il est — quand même ! — par exemple possible de citer nommément près d’une centaine d’individus ayant appartenu à la cour de Louis le Pieux (c’est certes peu au regard de la soixantaine d’années durant lesquelles il régna) ; en revanche, si l’on se place du point de vue du nombre des offices, le bilan n’est — au regard de la qualité de la documentation — pas négligeable : on compte près d’une trentaine d’offices différents22. On rapprochera ce chiffre des 49 membres de l’Hôtel du dauphin Humbert II au xive siècle. Est-ce « beaucoup » ? On peut, à titre de comparaison — dans un tout autre domaine — se référer à l’ordre de grandeur cité par les Pères du septième concile de Tolède (646), qui interdirent à tout évêque de procéder à une visite pastorale accompagné de plus de cinquante ( !) cavaliers (cette interdiction fut reprise par Réginon de Prüm dans son livre des causes synodales au début du xe siècle23). Une autre source de l’extrême fin du ixe siècle mentionne d’ailleurs, parmi les obligations d’un évêque carolingien, la visite rendue à la Cour « avec sa suite » (« cum comitatu suo24 »). On retrouve le même ordre de grandeur lors de la diète de Worms de 1495 : la suite d’un duc était composée d’une cinquantaine à une soixantaine de personnes.

  • 25 J. Fleckenstein, « Die Struktur des Hofes Karls des Großen ».
  • 26 Sur ce « testament de la raison », voir J. Devisse, Hincmar, t. II, pp. 997-1004 ; sur l’attitude d (...)
  • 27 Carloman est alors âgé de 16 ans.
  • 28 Hinkmar von Reims, De ordine palatii, p. 34 : « ad […] dispositionem domus regiae in sacro palatio  (...)
  • 29 À ce propos, je me permets de renvoyer à Ph. Depreux, Prosopographie, pp. 29-39.

8Des études présentées dans ce volume, on peut rapprocher un texte du ixe siècle particulièrement riche en enseignements25. Peu de temps avant de mourir, en 882, le vieil archevêque Hincmar de Reims, qui avait été le conseiller du roi Charles le Chauve et s’était imposé, durant une génération, comme l’un des prélats les plus influents de Francie occidentale, coucha par écrit une admonition à l’attention des évêques et du roi Carloman qui peut être considérée comme son testament politique26 ; ce document, destiné à l’édification du jeune27 fils de Louis le Bègue qui venait de recueillir l’ensemble de l’héritage paternel suite à la mort de son frère, Louis III, et dans lequel Hincmar prétend s’inspirer d’un écrit datant du règne de Charlemagne et attribué à l’abbé Adalhard de Corbie, est passé à la postérité sous le titre De ordine palatii — une expression qui lui confère le statut d’un traité sur l’ordonnancement du palais illustrant toute la polysémie de ce vocable qui désigne tout à la fois l’Hôtel, la Cour (le premier étant d’ailleurs compris dans la seconde28) et le corps politique formé par les grands assemblés en plaid29. Dans ce texte, l’intérêt prêté au nombre de ceux qui servent le roi est manifeste :

  • 30 Hinkmar von Reims, De ordine palatii, p. 78 : « Sensus autem in his omnibus talis erat, ut nunquam (...)

Le but qu’on se proposait en tout cela, c’était qu’il y eût toujours au palais des officiers de nombre et de qualité tels qu’ils pussent, entre autres affaires et nécessités, subvenir surtout à celles-ci que nous allons dire. Tout d’abord, il importait que, soit que les principaux officiers tous ensemble, soit que les officiers inférieurs dussent s’absenter pour des missions spéciales ou des affaires personnelles, il en restât en tout temps au palais un nombre suffisant (congrua multitudo) pour diriger les affaires comme l’exigeaient la raison et la dignité (rationabiliter et honeste), et que jamais les conseillers compétents ne vinssent à faire défaut ; afin que toute ambassade, qu’elle vînt pour saluer le roi ou pour faire sa soumission, pût trouver un accueil honorable ; et, afin que l’un apportât la rectitude du conseil, un autre des paroles consolantes de miséricorde et de bienveillance, un autre encore un remède à la ruse et à l’audace. Afin que, de quelque partie du royaume qu’il vînt au palais […], chacun selon son malheur ou sa qualité pût avoir recours à la miséricorde et à la piété des officiers supérieurs et eût sous la main quelqu’un qui fît parvenir ses plaintes jusqu’aux pieuses oreilles du prince30.

9On retiendra surtout l’idée de « congrua multitudo » : il y a, en quelque sorte, une « masse critique » en deçà de laquelle une Cour n’est pas digne d’être considérée comme telle. Le palais est censé être en ceci à l’image de la société politique ; de fait, il devait théoriquement y avoir au moins un représentant de chaque région du royaume pour que chacun pût y trouver un interlocuteur :

  • 31 Hinkmar von Reims, De ordine palatii, p. 66 : « Inprimis ut iuxta cuiuscunque ministerii qualitatem (...)

D’abord, suivant la nature et l’importance de chaque office, on choisissait pour le remplir une personne aussi noble par le cœur que par le corps, fidèle, intelligente, discrète et sobre. De plus, comme ce royaume, par la grâce de Dieu, est formé de plusieurs régions, on prenait soin, autant que possible, de tirer des diverses régions ces fonctionnaires, qu’ils appartinssent au premier ou au second rang, ou à quelque rang que ce fût, afin de faciliter l’accès du palais à tous les sujets, sûrs qu’ils étaient d’y rencontrer des membres de leur famille ou des personnes originaires de leur pays31.

  • 32 À ce propos, je me permets de renvoyer à Ph. Depreux, « Le rôle du comte du Palais » ; Id., « Hiéra (...)

10L’auteur ne s’intéresse toutefois pas à la notion de représentativité des membres du palais, mais il se place au niveau tout prosaïque du traitement des affaires portées à la connaissance du souverain, qu’il convenait — si l’on envisage les choses d’un point de vue positif, comme c’est le cas dans le texte — d’introduire auprès de lui ou — si l’on se veut plus objectif — qu’il fallait aussi pouvoir filtrer32. Hincmar avait pour souci que le palais fût toujours paré (« semper esset ornatum palatium ») de telle sorte qu’on pût faire face en toute occasion : la diversité et l’abondance des conseillers et autres serviteurs du prince en étaient la condition. Seul le nombre important de palatins garantissait un gouvernement conforme à la ratio et le maintien de l’honestas de la Cour, c’est-à-dire de son honneur et de la considération dont elle jouissait. On retrouve cette idée un peu plus loin dans ces conseils donnés au roi :

  • 33 Hinkmar von Reims, De ordine palatii, pp. 80-82 : « Et ut illa multitudo, quae in palatio semper es (...)

Pour assurer l’entretien continuel et la persistance de cette multitude, dont la présence au palais est nécessaire, on la divisait en trois classes. La première comprenait les serviteurs royaux qui n’avaient pas de charge particulière […]. La deuxième classe comprenait les jeunes gens répartis entre les divers services du palais, et qui, s’attachant à leur maître, l’honoraient et en étaient honorés […]. La troisième classe se composait des serviteurs des grands comme des petits33.

11Le caractère systématique avec lequel Hincmar voulait organiser le palais ne peut pas être mis en adéquation avec ce que nous savons du fonctionnement de la vie à la Cour, mais peu importe pour notre propos. Ce qui compte ici, c’est l’énonciation du principe selon lequel le palais, pour que le prince puisse tenir son rang, doit toujours être intensément peuplé : nous sommes de plain-pied dans le thème de ce volume.

  • 34 G. Franz, Quellen, p. 136 (no 54 : extrait des Acta Murensia) : « Interea venit rex ad castrum Solo (...)
  • 35 G. Althoff, « Verwandtschaft, Freundschaft, Klientel ».
  • 36 Les audiences sous le chêne de Vincennes comptent parmi les images d’Épinal : « Et touz ceulz qui a (...)
  • 37 N. Elias, Die höfische Gesellschaft ; Id., La société de cour. Pour l’époque médiévale, voir H. Kru (...)
  • 38 M. J. Enright, Lady with a mead cup.

12L’importance de la suite du prince peut s’avérer un obstacle insurmontable entre lui et ses sujets, comme l’exprime, vers le milieu du xiie siècle, l’auteur de la chronique de l’abbaye de Muri, en Argovie, qui relate l’échec, dans les années 1040 (sous Conrad II ou Henri III), des paysans voulant se libérer de l’emprise d’un certain Gontran : ils ne purent faire entendre leur plainte en raison de la multitude des princes qui accompagnait le souverain lors d’une visite à Solothurn à l’occasion de laquelle ils espéraient bien obtenir le soutien de ce dernier34. Il s’agit d’une autre manière de décrire le « chemin difficile » qui mène (parfois) jusqu’au roi35. Or, il n’y a pas que pour le tout-venant que l’accès au prince est réglementé (n’en déplaise à Joinville36). Les filtres existent aussi au sein de la Cour. En effet, la définition du nombre des conseillers, de leurs fonctions, suppose la définition d’une hiérarchie, d’un ordre protocolaire. La mise en ordre de l’Hôtel n’a pas pour seul effet de réglementer l’accès au prince et de définir le degré d’intégration au cercle de ceux qui jouissent de sa familiaritas : elle définit l’étiquette, si importante pour la constitution même d’une société de Cour ainsi que N. Elias l’a montré pour l’époque moderne37 ; le protocole permet de positionner les bénéficiaires de la faveur princière dans la hiérarchie des émoluments (mutatis mutandis, la dame à la coupe, dans Beowulf, ne faisait pas autre chose38…). Parfois, le souci du détail est poussé loin puisqu’on peut distinguer jusqu’à environ quatre-vingt-dix offices distincts à la cour de Pierre IV d’Aragon. L’idée de faire nombre s’impose de manière récurrente : il s’agit d’impressionner par l’ampleur de la suite accompagnant tel grand personnage à l’occasion d’une assemblée (certaines occasions semblent très réglementées, d’autres pas), de faire montre de sa richesse (parfois au-delà de ses moyens), de maintenir son rang. Selon les cas, les études ont placé le curseur sur l’Hôtel à proprement parler (la constitution même d’un Hôtel et le privilège de disposer de la panoplie des grands officiers importent dans la définition du statut princier), ou sur la suite du prince en des occasions essentiellement politiques.

  • 39 Bedae Venerabilis opera, Pars II, p. 86 (In Proverbia Salomonis, II, xiv, 28) : « In multitudine po (...)
  • 40 Hermanni Werdinensis Hortus deliciarum, p. 179 : « In multitudine populi erit dignitas regis, et in (...)
  • 41 P. Riché, « Les représentations du palais », pp. 168-170.
  • 42 L. Harf-Lancner, « L’enfer de la cour ».
  • 43 Visio Baronti, pp. 384-385 : « [9] Mox, expleta a oratione, venimus ad secundam portam paradysi, ub (...)
  • 44 M. Van der Lugt, « Tradition and revision », pp. 142-143 : « Et dederunt mihi unum hominem, qui me (...)

13Il a été rappelé l’adage biblique selon lequel « Peuple nombreux, gloire du roi ; peu de sujets, ruine du prince » (Pr 14 : 28). Les commentateurs médiévaux ont pu comprendre cette sentence de manière spirituelle, y reconnaissant une annonce de la gloire du Christ, à la tête d’une chrétienté arrachée à l’emprise de Satan (tel, par exemple, Bède le Vénérable au début du viie siècle39), ou comme une évocation de la Cour, qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler la Cour céleste, comme le fait par exemple Hermann de Werden au début du xiiie siècle, d’une manière fort moralisatrice40. On sait combien, au début du Moyen Âge, la Cour a servi de modèle aux clercs pour penser le Paradis41 (mais au xiie siècle, on a plusieurs témoignages en sens inverse42 !), et l’auteur de la Vision de Baronte, ce moine de la fin du viie siècle qui avait goûté à la carrière d’un aristocrate laïque avant d’entrer au monastère, ne s’imagine pas l’au-delà des bienheureux autrement que sous la forme d’un lieu où se trouvent de nombreuses demeures (mansiones) et où la multitude exhorte le seigneur du lieu, le Christ, à vaincre43. La projection, dans l’au-delà, du palais royal est encore plus manifeste chez ce fin connaisseur du monde aulique qu’était l’archevêque de Reims, Hincmar : dans la seconde moitié du ixe siècle, il décrit comment le prêtre Bernold, lors du voyage qu’il fit dans l’au-delà, est censé s’être rendu en une Cour paradisiaque (un très grand palais : maximum palatium) pour plaider la cause de l’archevêque Ebbon et de deux autres prélats damnés auprès des bienheureux qui étaient leurs obligés ici-bas et les avoir priés de leur accorder leur suffrage44 — en l’occurrence, la « multitude » met en évidence l’entregent de ces évêques !

  • 45 Voir G. Bührer-Thierry, « Lumière et pouvoir ». Sur le luminaire au bas Moyen Âge, voir C. Vincent, (...)
  • 46 Voir D. Iogna-Prat, « Penser l’Église ».

14Il a été parfois question, de façon assez marginale, de la symbolique des nombres, à propos du chiffre douze notamment (qu’on soit, par exemple, à la cour de France ou à celle de Suède), mais aussi à propos des proportions — notamment en ce qui concerne la mise en scène des besoins du dauphin Humbert II qui sous-tendent sa générosité (à cet égard, on notera la valeur toute particulière accordée au luminaire, qui correspond à une association ancienne du prince à la lumière45). Ce thème mériterait assurément d’être approfondi, de même que celui de l’influence de la représentation des hiérarchies célestes46 sur la genèse d’une symbolique des nombres. Ce monde, essentiellement séculier (même s’il comptait nombre de clercs), des entourages princiers du bas Moyen Âge se nourrissait — comme auparavant — entre autres des modèles bibliques et exégétiques.

  • 47 K. Oschema, « Espaces publics », p. 167.
  • 48 Ce souci de l’ordre est si fort que, pour Notker le Bègue, un moine de Saint-Gall dont la descripti (...)
  • 49 Le « Livre des États » de Don Juan Manuel de Castille, p. 128 (I, 69).
  • 50 R. Köhn, « “Militia curialis” ».
  • 51 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, p. 391 : « Quae omnia in animo revolventes, ad honorem  (...)
  • 52 Voir ci-dessus n. 1, p. 169.

15La question du nombre décline l’imaginaire et le réel, entre contingence, discours et nécessité. La perception du nombre suppose qu’on prenne en considération l’importance des effectifs, la valeur relative du nombre absolu et le besoin de surenchères. Dans cet « espace de domination princière » qu’est la Cour47, l’Hôtel semble être — dans tous les sens du terme — la mesure de l’ambition. À l’heure d’une certaine rationalisation que suggère la documentation du Moyen Âge central et du bas Moyen Âge, on pourrait se demander si ce souci, apparemment nouveau ou, pour le moins, perçu de manière plus aiguë, n’est pas le signe du passage d’une royauté prédatrice à une royauté gestionnaire. La Cour peut certes nous être décrite sous un jour idyllique, en tant qu’organe bien régulé et ordonné48 où chaque officier doit être nommé « selon ce qui convient à chaque fonction49 », mais c’est aussi — et peut-être surtout — un lieu cruel50, où s’exercent — s’exacerbent — les rivalités. Ainsi, dans son ordonnance de 1340, le dauphin Humbert II désigne la manière de diriger de l’Hôtel non seulement comme « le miroir de la patrie » (soulignant que la bonne administration de l’entourage du souverain est à l’image de son gouvernement) et comme « l’honneur des princes », mais aussi (et je dirais : surtout) comme le régulateur des rivalités. Dans la société compétitive qu’est le small world aulique, l’établissement d’une norme est le moyen de réguler les rivalités : l’ordonnancement de l’Hôtel représente « le havre exceptionnel des concurrents » (« concurentium refugium singulare51 »). En ce sens également, l’ordonnancement du palais s’avère la mesure de l’ambition — en l’occurrence : tout à la fois le cadre et l’étalon des ambitions diverses de cette « multitude infinie » dont le « seul but [est] plaire à un seul homme »52.

Notes

1 G. Map, Contes, p. 79 ; W. Map, De nugis curialium, p. 2 : « Si descripsero curiam ut Porphirius diffinit genus, forte non menciar, ut dicam eam multitudinem quodammodo se habentem ad unum principium. Multitudo certe sumus infinita, uni soli placere contendens : et hodie sumus una multitudo, cras erimus alia ; curia uero non mutatur, eadem semper est ».

2 M.-F. Auzépy et J. Cornette, « Gouverner, c’est faire voir ».

3 Je remercie Alexandra Beauchamp d’avoir associé le haut médiéviste que je suis à la réflexion qu’elle a engagée à Limoges, en partenariat avec la Casa de Velázquez, sur l’importance du nombre des serviteurs princiers à la fin du Moyen Âge et de m’avoir invité, en guise de conclusion, à porter un regard d’en amont sur l’ampleur de l’entourage du prince qui permettra, je l’espère, de mettre en exergue non seulement certaines particularités de l’époque à laquelle est consacré ce volume, mais aussi — et surtout — quelques traits ou préoccupations récurrents, communs à tout le Moyen Âge (et même au-delà).

4 Grégoire de Tours, Historiarum libri decem, p. 77 (II, 31). Sur le baptême de Clovis, voir les études réunies par O. Guyotjeannin dans « Clovis chez les historiens ».

5 Chronicarum quae dicuntur Fredegarii, p. 77 (III, 21) : « baptismi gratiam cum sex milia Francis in pascha Domini consecratus ».

6 B. Guenée, Histoire et culture historique, p. 180 (sur « le souci du nombre » : pp. 179-184).

7 Die Urkunden Arnolfs, pp. 112-113 (n° 75) : « Huiuscemodi iniustitiam non parvipendentes iussimus eandem marcham ad praefatum cenobium pertinentem fideles nostros circumducere aequaque discretione sequestrare. Isti sunt, qui eandem marcham circumduxerunt… ».

8 Ibid., pp. 113-114 (n° 75).

9 À titre de comparaison, on peut citer la notice de restitution de la marcha de Cham à Saint-Emmeram accomplie par l’évêque Baudry de Ratisbonne le 14 décembre 819 : la chevauchée menée par l’évêque comptait une trentaine de personnes mentionnées nommément « et ceteri plurimi », voir Die Traditionen des Hochstifts Regensburg, pp. 16-17 (n° 16).

10 À ce propos, cf. W. Rösener, « Hofleben und Hoforganisation ».

11 F. Bériac et B. Castéra, « Une cour en voyage », pp. 207-208. Je remercie F. Bériac de m’avoir communiqué cet article.

12 F. Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire ».

13 R. Fitz Nigel, Dialogus.

14 Sur cette question, voir G. Fouquet et alii (dir.), Hofwirtschaft.

15 Ch. J. Given-Wilson, The Royal Household, pp. 22-23.

16 J. Richard, Saint Louis, pp. 153-154.

17 A. Paravicini Bagliani, La cour des papes, p. 67.

18 Id., Boniface VIII, pp. 224-225.

19 B. Schnerb, L’État bourguignon, p. 292.

20 M. Gaude-Ferragu, D’or et de cendres, p. 146.

21 B. Guillemain, « Les chanoines d’honneur » ; Id., « Curie, xive-xve siècle », p. 512.

22 À ce propos, voir Ph. Depreux, Prosopographie, pp. 25-29.

23 Das Sendhandbuch, éd. W. Hartmann, pp. 44-45 (I, c. 8) : « Quum episcopus suam diocesim visitat, nulli prae multitudine onerosus existat, nec unquam quinquagenarium numerum evectionis exedat, aut amplius quam una die per unamquamque basilicam remorandi licentiam habeat » (cité dans J. Vives (éd.), Concilios Visigóticos, pp. 254-255). Sur les visites pastorales, voir W. Hartmann, « “Sozialdisziplinierung” ».

24 Vita Anskarii auctore Rimberto, éd. G. Waitz, p. 97 (c. 21) : « Qui cum iam senio gravari coepisset, etiam continuus pedum dolor ad molestiam ei accessit. Unde aput gloriosum primo regem Hludowicum, quo commendante episcopatum accepit, et postea aput filios eius Hludowichum et Karolum hoc optinuit, ut insignis vir Adalgarius, monachus videlicet de monasterio Novae Corbeiae, ut supra retulimus, illi praestitus, ita in adiutorium [G. Waitz : adiutorinm] illi confirmaretur, quatinus, dum sese quaelibet infirmitas praepediret, in ipso haberet solatium circandi episcopatum, placita adeundi et, quando exigeretur, in expeditionem vel ad palatium cum comitatu suo proficiscendi ».

25 J. Fleckenstein, « Die Struktur des Hofes Karls des Großen ».

26 Sur ce « testament de la raison », voir J. Devisse, Hincmar, t. II, pp. 997-1004 ; sur l’attitude d’Hincmar au soir de sa vie, voir S. Patzold, « Konsens », pp. 77-88.

27 Carloman est alors âgé de 16 ans.

28 Hinkmar von Reims, De ordine palatii, p. 34 : « ad […] dispositionem domus regiae in sacro palatio ».

29 À ce propos, je me permets de renvoyer à Ph. Depreux, Prosopographie, pp. 29-39.

30 Hinkmar von Reims, De ordine palatii, p. 78 : « Sensus autem in his omnibus talis erat, ut nunquam palatio tales vel tanti deessent ministri propter has praecipue inter ceteras necessitates vel honestates. Primo, ut sive generaliter maioribus sive specialiter vel singulariter quibusque minoribus recedentibus omni tempore et multitudine congrua, sine qua rationabiliter et honeste esse non posset, semper esset ornatum palatium et consiliariis condignis nunquam destitutum fuisset. Et ut qualis cunque legatio, sive speculandi sive etiam subdendi gratia veniret, qualiter omnes quidem honeste suscipi potuissent. Deinde primus consilii rectitudinem, secundus misericordiae et benignitatis consolationem, tertius vero versutiae seu temeritatis sermo referret medicinam. Et ut ex quacunque parte totius regni, quicunque desolatus, orbatus, alieno aere oppressus, iniuste calumnia cuiusque suffocatus seu cetera his similia, quae nunc enumerare perlongum est, maxime tamen de viduis et orphanis, tam seniorum quamque et mediocrium uniuscuiusque secundum suam indigentiam vel qualitatem, dominorum vero misericordiam et pietatem semper ad manum haberet, per quem singuli ad pias aures principis perferre potuissent » (traduction de M. Prou dans Hincmar, De ordine palatii, pp. 65-67).

31 Hinkmar von Reims, De ordine palatii, p. 66 : « Inprimis ut iuxta cuiuscunque ministerii qualitatem vel quantitatem minister nobilis corde et corpore, constans, rationabilis, discretus et sobrius eligeretur ; sed nec illa sollicitudo deerat, ut, si fieri potuisset, sicut hoc regnum Deo auctore ex pluribus regionibus constat, ex diversis etiam eisdem regionibus aut in primo aut in secundo aut etiam in quolibet loco idem ministri eligerentur, qualiter familiarius quaeque regiones palatium adire possent, dum suae genealogiae vel regionis consortes in palatio locum tenere cognoscerent » (traduction de M. Prou dans Hincmar, De ordine palatii, p. 49).

32 À ce propos, je me permets de renvoyer à Ph. Depreux, « Le rôle du comte du Palais » ; Id., « Hiérarchie et ordre au sein du palais ».

33 Hinkmar von Reims, De ordine palatii, pp. 80-82 : « Et ut illa multitudo, quae in palatio semper esse debet, indeficienter persistere posset, his tribus ordinibus fovebatur. Uno videlicet, ut absque ministeriis expediti milites, anteposita dominorum benignitate et sollicitudine, qua nunc victu, nunc vestitu, nunc auro, nunc argento, modo equis vel ceteris ornamentis interdum specialiter, aliquando prout tempus, ratio et ordo condignam potestatem administrabat, saepius porrectis, in eo tamen indeficientem consolationem nec non ad regale obsequium inflammatum animum ardentius semper habebant […]. Alter ordo per singula ministeria in discipulis congruebat, qui a magistro suo singuli adhaerentes et honorificabant et honorificabantur locisque singuli suis, prout oportunitas occurrebat, ut a domino videndo vel alloquendo consolarentur. Tertius ordo item erat tam maiorum quam minorum in pueris vel vassallis, quos unusquisque, prout gubernare et sustentare absque peccato, rapina videlicet vel furto, poterat, studiose habere procurabat » (traduction de M. Prou dans Hincmar, De ordine palatii, pp. 69-71).

34 G. Franz, Quellen, p. 136 (no 54 : extrait des Acta Murensia) : « Interea venit rex ad castrum Solodorum, venientesque illuc idem ipsi rustici, vociferari ceperunt de iniqua sua oppressione. Sed in tanta principum multitudine et propter ipsorum quorundam stolida verba non pervenit clamor eorum ad regem. Et cum male illuc venirent, peius inde redierunt ».

35 G. Althoff, « Verwandtschaft, Freundschaft, Klientel ».

36 Les audiences sous le chêne de Vincennes comptent parmi les images d’Épinal : « Et touz ceulz qui avoient afaire venoient parler a li, sanz destourbier de huissier ne d’autre » (J. de Joinville, Vie de saint Louis, p. 30).

37 N. Elias, Die höfische Gesellschaft ; Id., La société de cour. Pour l’époque médiévale, voir H. Kruse et W. Paravicini (dir.), Höfe und Hofordnungen.

38 M. J. Enright, Lady with a mead cup.

39 Bedae Venerabilis opera, Pars II, p. 86 (In Proverbia Salomonis, II, xiv, 28) : « In multitudine populi dignitas regis, et in paucitate plebis ignominia principis. Vbi multitudo seruientium Deo ibi specialiter Christi gloria et ubi soli cathecumeni uel competentes uel recens nati infantes sub regno adhuc tenentur diaboli et ipsi tempore congruo festinantes in Christo renasci ibi manifesta ignominia principis mundi. Vel certe in conuenticulis hereticorum quae semper sunt pauciora ecclesiis catholicorum ignominia patet eorum qui haec ab ecclesiastica unitate segregarunt ».

40 Hermanni Werdinensis Hortus deliciarum, p. 179 : « In multitudine populi erit dignitas regis, et in paucitate plebis ignominia principis. / Curia festiua, multe collectio plebis / Laus et terreni gloria regis erunt. / Set pudor est magnus, grauis ignominia regi / Festiuum multa plebe uacare thronum. / (M) Ad regem celi laus hec typicando recurrit / Quem rex mundanus significare potest. / Eterno regi laus est, ubi pura fideli / Ipsum festiuat religione fides. / Rebus in humanis non est fiducia talis, / Vt quemquam de se certificare queant. / Gloria mundana nichil est nisi uisio uana, / Cum profugo mundo namque rotata fugit. / Gloria terrestris uelud umbra uidetur inanis, / Labilis, inconstans, irrita, uana, fugax. / Set regnum Christi quod stat sine fine beatis / Fortune nescit se uariare rota ».

41 P. Riché, « Les représentations du palais », pp. 168-170.

42 L. Harf-Lancner, « L’enfer de la cour ».

43 Visio Baronti, pp. 384-385 : « [9] Mox, expleta a oratione, venimus ad secundam portam paradysi, ubi erant innumerabilis milia infantum vestibus albis exornati, una voce concorditer Dominum laudantes. Et nos statim ut ingressi sumus infra ipsa porta per medium sanctorum illorum, vidimus semitam parvulam praeparatam, per quam coepimus iter carpere per semitam usque ad alia porta. Sed tanta erat multitudo virginum in utraque partem ad dexteram et levam, quo pervidere nullus hominum praeter Deum poterat. Qui nos ut viderunt, pari voce clamare coeperunt : “Anima vadit ad iudicium”. Et nunc iterum repetunt : “Tu vince, bellator Christe, tu vince, et non diabolus ipsam ducat in tartarum !” [10] Deinde venimus ad tertiam portam paradysi, et ipsa porta habebat similitudinem vitri. Et intro erant multitudo sanctorum coronatorum, in vultu fulgenti sedentibus in mansiunculis et in sedibus suis, gratias Deo semper agentes. Ibi et multitudo sacerdotum, excelsi meritorum, quorum mansiones laterculis aureis erant aedificatae, iuxta quod et sanctus Gregorius in Dialicorum memorat. Et adhuc multorum mansiones aedificabantur in grande claritatem et honore, quorum habitatores in praesenti non videbantur ». Sur ce texte, voir C. Carozzi, Le voyage de l’âme, pp. 139-186.

44 M. Van der Lugt, « Tradition and revision », pp. 142-143 : « Et dederunt mihi unum hominem, qui me praecessit et duxit me ad maximum palatium, ubi multitudo hominum [variante : clientelae] eorumdem episcoporum erat et de illis episcopis loquebantur. Et ambasciavi ex illorum parte quod mihi iussum fuerat [variante : Et facta eorum legatione et impetrato pro illis suffragio…] ». Sur ce texte, voir C. Carozzi, Le voyage de l’âme, pp. 346-359.

45 Voir G. Bührer-Thierry, « Lumière et pouvoir ». Sur le luminaire au bas Moyen Âge, voir C. Vincent, Fiat Lux.

46 Voir D. Iogna-Prat, « Penser l’Église ».

47 K. Oschema, « Espaces publics », p. 167.

48 Ce souci de l’ordre est si fort que, pour Notker le Bègue, un moine de Saint-Gall dont la description de la Cour consiste en informations de seconde main ou en inventions de son cru, les maisons des palatins à Aix étaient disposées de telle manière que Charlemagne pouvait tout observer depuis la tribune (solarium) de son palais, voir Notker der Stammler, Gesta Karoli, p. 41 (I, 30). On ne peut pas interpréter cela comme l’indice d’une Cour restreinte : le nombre des officiers connus l’interdit. Le choix du lieu d’observation montre qu’on a ici affaire à une mise en scène de l’autorité, le solarium étant un des lieux de représentation du pouvoir par excellence, voir M. de Jong, « Charlemagne’s Balcony ».

49 Le « Livre des États » de Don Juan Manuel de Castille, p. 128 (I, 69).

50 R. Köhn, « “Militia curialis” ».

51 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, p. 391 : « Quae omnia in animo revolventes, ad honorem & statum nostrum nostrorumque fidelium, pro nostris successoribus & nobis, ordinationes fecimus infrascriptas perpetuo valituras. Hospitii regimen est patriae speculum, honor principum & concurrentium refugium singulare, ubi propter varias gentium nationes currentes in illo, reges & principes, decus & dedecus acquirunt faciliter ex testimonio plurimorum & propterea super illo principaliter inchoamus per modum qui sequitur & est talis ».

52 Voir ci-dessus n. 1, p. 169.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search