Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

II. De l’ampleur de quelques entourages princiers

De Casa de la Senyora Reyna

L’entourage domestique de Marie de Castille, épouse d’Alphonse le Magnanime (1416-1458)

María Narbona Cárceles

Texte intégral

  • 1 Sur sa Maison alors qu’elle était infante de Castille et sur la suite qui l’accompagna en Aragon, j (...)
  • 2 Ce travail a été réalisé grâce à une aide du Programme Europa XXI de la CAI, ainsi que du projet I+ (...)

1Le long règne d’Alphonse V le Magnanime représente un moment clé pour le développement du phénomène curial dans la couronne d’Aragon. Dans ce contexte, la Maison de celle qui fut son épouse, la princesse Trastamare Marie « de Castille » (1416-1458), à cause de son origine castillane et du rôle décisif qu’elle joua à la tête du gouvernement, offre un champ de travail privilégié dans l’ensemble des études auliques. En 1415, âgée de quatorze ans, Marie arrivait à Valence en princesse de Gérone et héritière de la couronne d’Aragon, qu’elle gouvernerait d’une main de fer pendant plus de quatre décennies1. Dans ce travail seront abordés divers aspects de la Maison de Marie de Castille à partir d’une série de questions telles que les ordonnances, la structure de l’organisation domestique, le nombre des serviteurs, leurs fonctions ou le rôle des hommes et des femmes de l’entourage de la souveraine2.

I. — À PROPOS DE L’ÉTUDE DE LA MAISON DE LA REINE MARIE

  • 3 Sur la Maison de la reine ont écrit tous ceux qui se sont attachés à l’étude du personnage, les aut (...)
  • 4 D’autres sources relatives à la période offrent des informations concernant la Maison de la reine. (...)

2Les sources pour l’étude de la Maison de la reine Marie sont abondantes mais diverses, dispersées, et guère significatives en elles-mêmes, ce qui rend nécessaire une vue d’ensemble pour pouvoir en tirer des conclusions3. Elles procèdent généralement des fonds conservés aux Archives de la Couronne d’Aragon, à Barcelone (ACA), ainsi qu’aux Archives Royales de Valence (ARV). Les données les plus intéressantes se trouvent, essentiellement, dans les livres du maestre racional et les registres de la chancellerie. En ce qui concerne ces derniers, les deux dépôts d’archives sont complémentaires, car aux ACA est conservée l’information essentielle relative au début et aux années centrales du règne de Marie de Castille, au moins jusqu’à la fin de sa lieutenance (vers 1440) et aux ARV sont surtout gardés les documents relatifs aux dernières années de la vie de la reine à Valence, avec mention spéciale à son testament et ses codicilles, aux inventaires et aux comptes des exécuteurs testamentaires. D’autre part, en ce qui concerne les livres du maestre racional, les ACA ne conservent que dix registres — entre 1416 et 1430 — qui livrent une information assez complète sur le personnel de sa Maison. Quant à la documentation du maestre racional des ARV, elle recueille le relevé des biens de la reine, mais pas les dépenses effectuées, ce qui fait qu’elle n’est pas d’une grande utilité à l’heure d’étudier l’organisation de sa Maison4.

L’organisation de la Maison de la reine

  • 5 En ce qui concerne la typologie des ordonnances, j’applique la différenciation entre les Ordonnance (...)
  • 6 Sur la cour d’Alphonse V, voir l’article de J. Sáiz Serrano dans ce même volume (pp. 000-000), ains (...)
  • 7 Voir ibid., pp. 27-34, et F. Lainé, « Introduction », § 16.

3Au moment d’aborder l’étude d’une Maison royale, une des questions importantes est celle de l’organisation de la Cour au niveau théorique, à savoir s’il existait une volonté organisatrice qui, sur le papier, ait été propre à y mettre de l’ordre5. Ainsi, sur l’existence d’un texte normatif relatif à la Maison de la reine, il est clair que celle de Marie de Castille suivait, dans ses grandes lignes, le schéma bien connu des Ordinacions de Pierre IV le Cérémonieux, listes de charges palatines autour desquelles était articulé, depuis au moins deux siècles, le service des monarques dans la couronne d’Aragon. À la tête de ce service se trouvaient quatre personnages de haut rang : le majordome, le chambellan, le maestre racional et le chancelier6. Ce modèle de Cour « ibérique », très semblable en Castille et au Portugal, était tel qu’il fut vraiment facile d’adapter l’organisation domestique qu’il offrait au service des nouveaux princes Trastamare à la Cour aragonaise, à laquelle ils furent incorporés à partir de 14127.

  • 8 En fait, le roi Pierre lui-même avait envisagé cette possibilité. Voir Ord., éd. F. Gimeno et alii, (...)
  • 9 J. Toledo Girau, Inventarios del Palacio Real, p. 115.

4Cependant, il ne faut pas s’y tromper : un siècle après la mise par écrit de la norme palatine de Pierre IV, les dispositions dictées par le Cérémonieux ne s’appliquaient, dans la pratique, que rarement au pied de la lettre. La situation réelle de la Cour et du royaume dans son ensemble était telle qu’il n’était pas toujours possible d’observer ces dispositions idéales, et les diverses circonstances que traversait la vie de la Cour imposaient d’adapter l’environnement de la reine aux nécessités de chaque moment8. Pourtant, en dépit de tout, les Ordinacions restaient le texte de référence pour la bonne marche de la Maison royale. En fait, dans l’inventaire du palais de la reine à Valence, figure une série de textes relatifs à l’organisation de sa Maison. Le premier de ces volumes est un libre de Ordiancions ab cubertes vermelles, ce qui a donné la certitude aux historiens qu’il s’agissait d’une copie du texte de Pierre IV9.

5En effet, il semble que Marie de Castille ait commandé, à certains moments de confusion administrative particulière, des copies d’ordonnances anciennes pour pouvoir mettre un peu d’ordre dans le paiement des officiers et des serviteurs. Une lettre de 1434 à son notaire Ramón Batle montre qu’elle voulait avoir les meilleures ordonnances des rois et reines antérieurs pour obtenir une information exacte sur ses devoirs et ses droits envers ses officiers, essentiellement en ce qui concernait les questions financières. La reine demandait à son notaire de demander au maestre racional,

  • 10 ACA, Chancellerie Royale (CR), 2974, f° 57r° (1434).

ço es que del seu offici o archiu per algun dels vostres scrivents dets transladar totes aquelles millors ordinacions de les cases dels Reys e Reynes passats qui sien fetes e ordonades per rahó de quitacions e provisions10.

6De plus, la reine voulait savoir « los dits oficials que deuen fer e a que son obligats ». Elle demandait également une copie des célébrations en tout genre qui avaient eu lieu dans les Maisons des princes précédents et sollicitait

copia de totes ordinacions, memorials e capbreus que tingue de semblants ordinacions majorment de festes, convits, adniversaris, novenals, sepultures e altres actes quis esdevenen en les cases dels princeps.

  • 11 ACA, Chancellerie Royale (CR), 2974, f° 57r° (1434).
  • 12 Il serait intéressant de développer et d’approfondir cette idée dans l’avenir. Dans le même ordre d (...)
  • 13 J’ai étudié cette lettre dans M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », pp. 100-102.

7Apparemment, tout cela était conservé « en lo dit Archiu de mestre racional ». Et elle demandait de tot fets fer copies. Enfin, la reine requérait de son notaire « que aquelles prestaments nos trasmets, assí que en breu puxam ab nostre consell provehir al effecte per lo qual manam haver les dites coses11 ». En définitive, elle réclamait des copies des minutes, et non de quelques Ordonnances comme texte législatif, contrairement a ce qu’on a pu penser12. La raison pour laquelle la reine manifestait ce soudain intérêt pour des ordonnances anciennes répondait à la situation de corruption généralisée qui, en l’absence de son mari, menaçait les officiers de la Couronne, et qui avait été une des questions débattues aux Cortes de Barcelone tenues cette année-là13.

  • 14 Ord., éd. F. Gimeno et alii, p. 52 : « Con los mayordòmens nostres en tots e sengles qui de Casa no (...)

8En marge de ces textes normatifs, relatifs à la structure de l’institution de la Cour, il existait quelques ordonnances que nous pourrions appeler « conjoncturelles », tendant à l’organisation d’un environnement domestique à un moment donné, et qui fournissent les noms de ceux qui assumaient les charges, en incluant souvent des informations de type financier. Quand Marie était encore princesse de Gérone, durant les premiers mois de 1416, son beau-père, Ferdinand Ier, avait fait dicter un document ordonnant les officiers de la Maison de la princesse. Cette ordonnance, dont on ne conserve qu’un feuillet, confirme l’idée que les charges et les offices étaient exactement les mêmes que ceux des Maisons des reines antérieures, et même semblables à ceux qu’on trouvait dans la Maison du roi14. La seule différence réside dans la dimension de la Maison, dans le nombre de serviteurs, mais pas dans le modèle organisateur de base.

Les officiers de la Maison de la reine

9Parmi les quatre grands officiers qui se trouvaient, selon les Ordinacions, à la tête de l’organisation de la Cour, il y en avait deux, le maestre racional et le chancelier, qui se partageaient entre le roi et la reine. Le reste des officiers de la Maison de la reine était subordonné aux deux autres grands officiers, le majordome et le chambellan.

  • 15 Elle était connue comme la « cuynera del retret », ainsi que cela figure en 1458. Voir J. Toledo Gi (...)
  • 16 Par exemple dans une lettre à Blanche de Navarre, où elle la remercie pour « el sentimiento que mos (...)
  • 17 À ce sujet, il existe un document très éclairant qui nous permet de penser que l’organisation prati (...)

10De plus, selon la coutume des autres Cours de l’époque, il existait des officiers pour le service del palau, dans lequel les grands officiers, dans bien des cas titulaires de charges obtenues par promotion dans la hiérarchie de la Cour, avec parfois des couleurs politiques, avaient une grande importance. Mais avec eux, de façon parallèle, il existait dans la Maison de la reine des charges effectives liées aux tâches pratiques. C’est ce qu’on peut observer dans le cas de l’alimentation de la Cour et de la reine : les officiers concernés par les ordonnances — sobrecoh, coch, panicer, boteller, etc. —, s’occupaient du service de la table de Marie de Castille en tant que souveraine. Mais avec eux, et de façon parallèle aussi, il existait dans la Maison de la reine des personnages qui réalisaient les taches pratiques, chargés qu’ils étaient de la bouche, c’est-à-dire de l’alimentation particulière de la reine, et cela quotidiennement. De cette alimentation était responsable une cuynera qui cuisinait en marge du coch, dans la cuyna del retret15, charge d’une très grande importance si l’on tient compte de l’état de santé délicat qui était généralement celui de Marie, surtout à cause de ses « ventuisidades e passiones de ventrell », comme elle le dit elle-même dans une de ses lettres16. Un autre bon exemple de ces fonctions doubles est la différence entre le chambellan — charge majeure exercée par un noble appartenant au Conseil royal et avec des attributions politiques — et le cambrero et cambrera maior, qui dans la pratique s’occupaient du gouvernement de la Chambre de la reine, mais qui n’apparaissent même pas dans les Ordinacions17.

11En ce qui concerne les principaux personnages de son entourage, Marie de Castille synthétisa, dans une phrase de la lettre qu’elle envoya au maestre racional en 1434, les principaux piliers de l’organisation de sa Maison :

  • 18 ACA, CR, 2974, f° 57r° (1434).

Dones, donzelles, Maiordomens, Camerlenchs, cavalleriços e altres officials, prothonotaris, secretaris, scrivans, porters, scrivans de ració e altres oficis de Casa18.

  • 19 Pour l’administration de son patrimoine, la souveraine comptait sur un trésorier, un escrivà de rac (...)

12Ainsi, même si durant de longues années Marie de Castille géra son royaume d’une main ferme, comme elle ne comptait pas de charges militaires et cynégétiques, sa Maison eut toujours une couleur plus domestique que celle du monarque19.

  • 20 N. Silleras Fernández, Power, Piety and Patronage, pp. 143-144, a constaté la même chose pour la Ma (...)

13Quant aux officiers qui étaient à la tête de sa Maison, les charges de majordome et de chambellan furent, pendant pratiquement tout son règne, exercées par la même personne. Ce n’était pas prévu dans les Ordinacions du Cérémonieux mais — probablement pour des raisons d’économie —, c’est un aspect des choses qu’on constate aussi lors des règnes antérieurs20.

  • 21 J. Sáiz Serrano, dans ce volume (pp. 131-149).
  • 22 En 1416, 119 personnes apparaissent liées à la Maison de la reine et 93 au second semestre de 1417. (...)
  • 23 ACA, MR, 543-1 (1428) et ACA, MR, 543-2 (1430).
  • 24 Sur cet aspect, intéressantes sont les informations données par d’autres auteurs sur les Maisons de (...)

14En ce qui concerne le nombre de serviteurs, et en prenant pour base les deux premières années du règne, 1416 et 1417, pour lesquels abonde la documentation relative à la Maison et à la Cour des jeunes monarques, on observe que la Maison de Marie était un peu moins nombreuse que celle d’Alphonse21. À la même période, à partir des notices des premiers livres de comptes du maestre racional, la liste des serviteurs de la reine ne comptait pas plus de 120 personnes22. La taille de la Maison de la reine resta la même durant les années suivantes : en 1428, on comptait 94 personnes à son service domestique et 123 en 143023. Ce n’est pas trop selon les coutumes de la cour aragonaise24. Cependant, il est très probable que n’apparaissent pas dans les livres du maestre racional la totalité des officiers qui la servaient à chaque moment, vu qu’il y manque des charges aussi importantes que celles qui sont liées à la chancellerie ou à la Chapelle.

  • 25 Le calcul a été établi à partir des informations contenues jusqu’à aujourd’hui dans la base de donn (...)
  • 26 M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », p. 96.

15La proportion d’hommes et de femmes changea peu à peu : en ce qui concerne la population féminine, on a enregistré à ce jour 132 femmes attachées à la Maison tout au long des quatre décennies du règne25. En général, il y avait une trentaine de femmes en même temps dans l’ensemble de la Maison, ce qui n’est pas excessif sur un total de près d’une centaine de personnes qui entouraient la reine (un tiers de femmes par rapport aux hommes)26.

  • 27 T. Earenfight, The King’s Other Body, p. 34, assure que la reine avait, depuis le commencement, plu (...)
  • 28 Voir un exemple dans l’article de J. Sáiz Serrano, dans ce volume (pp. 131-149).

16En ce qui concerne l’origine géographique des effectifs de la Cour, la Maison de la reine avait apparemment une proportion plus élevée de Catalans et de Valenciens que de Castillans27. Pourtant, il n’en est pas ainsi avant la décennie 1420 bien avancée. À la rigueur, les plus hautes charges étaient choisies pour la promotion des membres de la noblesse autochtone, car le roi préférait continuer à avoir à son service des officiers castillans. C’est ainsi que le pourcentage d’Aragonais et de Castillans de la Maison de la reine changea lui aussi. Pendant les premières années, jusqu’au premier départ d’Alphonse pour Naples et même quelques années plus tard, la Maison de Marie de Castille fut composée à plus de 50 % par des Castillans, à l’exception des hautes charges de la Maison, exercées par des personnages de la noblesse locale, principalement valenciens. Malgré tout, cette proportion changea peu à peu : tout au long des 40 ans de son règne, 60 % du total des serviteurs de la reine procédaient de la couronne d’Aragon, tandis que dans une large mesure, le monarque continuait à s’entourer — en plus de Napolitains — de Castillans28. La Maison de la reine semblait être le lieu de promotion des personnages importants, membres du Conseil royal, qui ne jouissaient pas de la confiance du roi, du moins pas suffisamment pour le suivre à sa Cour de Naples, mais qui étaient promus à des postes de confiance, en vue de leur fidélisation à la Maison de la reine. Malgré tout, dans sa vie intime, Marie de Castille continua jusqu’à sa mort à s’entourer de Castillans.

II. — QUATRE MOMENTS DANS LA MAISON DE LA REINE MARIE

17Le long règne de Marie de Castille permet d’observer l’évolution de sa Maison à quatre moments assez distincts : l’accès au trône en 1416, le voyage qu’elle fait à la frontière castillane en 1429 — qui permet d’étudier la Cour en déplacement —, les années centrales de la décennie de 1430 en pleine crise économique, et la mort de la reine douairière d’Aragon en 1458.

La nouvelle reine d’Aragon et l’organisation de sa Maison (1416-1420)

  • 29 On remarque une ordonnance de 1416 pour l’organisation de la Cour du nouveau roi. Cette disposition (...)

18Au début du règne, la Maison de la reine est apparemment bien dirigée, limitée dans son personnel, avec une comptabilité bien conduite qui dénote une volonté de bien faire les choses dès le commencement29. Comme il a été dit plus haut, à son arrivée à la cour aragonaise, le roi Ferdinand édictait l’ordonnancement de la Maison de sa jeune belle-fille, la princesse de Gérone, quant à ses principaux offices masculins. Cet acte est conservé sur un folio dans la section Varia des ACA. Mais il permet de constater qu’au moins en ce qui se rapporte au servey del palau — la partie conservée — la Maison de la princesse était organisée selon la manière traditionnelle des femmes de la Maison royale d’Aragon.

  • 30 ACA, MR, 535 (1416), 536 (1417) et 537 (1417).
  • 31 ACA, MR, 535 (1416), f° 20v°. ACA, MR (1416), f° 25r°. ACA, MR, 535 (1416), f° 24v°.

19L’ordonnance est incomplète : il y manque sans doute les officiers de la Chambre, de la Chapelle, de la chancellerie et du Trésor. Malgré tout, elle permet d’observer l’organisation de la Maison telle qu’elle était spécifiée dans les Ordinacions, en « grands » offices (dénommés avec le nom de l’office, parfois avec le préfixe sobre) et offices « mineurs » (sots), et en subalternes (« aides » et « garçons »). L’onomastique permet de constater que les grands officiers étaient principalement des personnages importants de la couronne d’Aragon, alors que les subalternes étaient plutôt castillans. En fait, ceux qui exerçaient ces offices étaient les subalternes, personnages les plus proches de la princesse de Gérone, venus de Castille avec elle, tandis que les grands officiers recevaient leur charge de la main du monarque, pour des raisons de prestige, mais aussi, probablement, comme tremplin pour leur promotion politique. Cette ordonnance peut être complétée par les livres du maestre racional conservés à partir de l’accès au trône de la reine Marie, quelques mois plus tard30. À partir des informations contenues dans ces livres, on observe que l’organisation de la Maison de la nouvelle reine d’Aragon n’était guère éloignée de celle de sa Maison lorsqu’elle était princesse de Gérone. Les offices étaient similaires et occupés par les mêmes officiers. De plus, on y trouve des informations sur le reste des services utiles à la vie quotidienne de Marie. En 1416, par exemple, les membres de la Chapelle de la reine étaient tous d’origine castillane31.

  • 32 L’office de cambrer ne figure pas en tant que tel dans les Ordinacions. Il pourrait s’agir de l’esc (...)
  • 33 Voir M. Narbona Cárceles, « Noblas donas ». ACA, MR, 609 (1412), f° 18v°.
  • 34 ACA, MR, 535 (1416), f° 73v°.
  • 35 ACA, MR, 543 (1428 et 1430), f° 35r°.

20Les serviteurs les mieux connus de la Maison de la reine lors des premières années de son règne sont ceux de sa Chambre. Outre le chambellan-majordome, charge exercée comme on l’a dit par mosén Berenguer de Hostalrich, la Chambre était gouvernée par un cambrero32, Andrés de Tordesillas, et par une cambrera maior, María Rodríguez Sarmiento, qui avait été nourrice de la jeune reine en Castille33. Outre celle-ci figurent Sancha Gómez, comme cambrera et María Sánchez, comme couijera, deux dénominations se rapportant au gouvernement de la Chambre et dont il n’est pas possible de délimiter les fonctions. Il y avait quatre ajudants de cambra — García de Tordesillas, Johan de Cabrera, Johan de Ribera et Johanico d’Auça. Elvira de Santander et Johana de Soto étaient femmes de chambre, et María Ruiz apparaît comme lavandière. D’autres femmes s’occupaient du nettoyage spécialisé ; c’est ainsi que María de Carrión était la bassinière et Caterina de Vilareal la balayeuse des appartements de la reine (la scombradora). Les vêtements de Marie étaient confiés à Margalida, la couturière. Caterina Rodríguez était la brodeuse de la reine, au moins jusqu’en 142034. Ne figure pas à cette date la personne qui était chargée de sa cuisine, c’est-à-dire de la cuisine de la boca, pas celle del palau, mais apparaît toutefois Antonia López, la pastadora de la reine. De la sécurité de la souveraine s’occupait tout particulièrement Lop de Benavente, porter de maça, qui avec les ans deviendrait sotzboteller de la reine, et qui était marié avec une femme de chambre, Elvira de Santander35.

  • 36 Les maladies de la reine Marie, dont les symptômes et les conséquences son bien décrits par elle-mê (...)
  • 37 Colección diplomática de Santo Domingo el Real, éd. F. de P. Cañas Gálvez, doc. 11, p. 170 (1424) : (...)
  • 38 ACA, CR, 3170 (1426), passim.

21La santé de la reine, très tôt mauvaise, était en ces années confiée à celui qui serait son médecin personnel de longues années durant, maestre Francisco de Burgos, metge36. D’autre part, à partir de 1423, le retour du roi de son séjour à Naples supposa pour Marie une époque d’optimisme à l’idée de l’arrivée d’un possible héritier. Les difficultés que la reine connut pour concevoir, dès le début de son mariage, entraînent la prolifération autour d’elle, à cette époque, de personnages liés au monde de la gynécologie, parfois même venus de Castille37. Est particulièrement frappante la correspondance qu’entretint la jeune Marie avec quelques femmes nobles castillanes au sujet d’une sage-femme appelée María Oto, vers 142738.

  • 39 Voir M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », p. 103.
  • 40 ACA, MR, 535 (1416), f° 22r°.
  • 41 ACA, MR, 535 (1416) et 536 (1417), passim.

22Parmi les offices « d’apparat », la reine avait un accompagnement féminin qui remplissait une fonction promotionnelle des doncellas, jeunes filles à marier de la noblesse aragonaise39. L’attention est attirée, cependant, par le petit nombre de doncellas et nobles donas qui figurent dans ce livre de comptes, si l’on pense que, dans les années qui suivirent, elles prirent une grande importance dans l’entourage de la souveraine. En 1416 figure une seule doncella, Elionor Vázquez40 ; mais dès les livres de comptes de 1417, on en trouve quatre de plus, Isabel et Constanza d’Olms, Violante de Vilafranca et Constanza de Ciessa41. De plus, seules trois femmes apparaissent sous la dénomination de noble dona, Johana d’Olins et Johana de Borhabern, outre María Rodríguez Sarmiento elle-même.

  • 42 ACA, MR, 535 (1416), f° 19r° ; T. de Montagut i Estragués, « Notes », p. 52.

23Enfin, toujours grâce aux livres du maestre racional, il est possible de savoir comment était organisée la partie financière de la Maison de la souveraine. On compte un trésorier, Bartolomé Gras, deux escrivans de ració, Anthoni de Mur et Rafael de Olzinelles, et un lochtinent de scrivá de ració42. En ce qui concerne les offices liés à la chancellerie, on remarque leur absence, à l’exception du Secrétaire de la reine, Pere Suau. Tous ces offices, moins domestiques et plus administratifs, étaient entre les mains de personnages provenant des terres de la couronne d’Aragon.

  • 43 En ce qui concerne l’origine géographique des servantes, sur un échantillon de 128 femmes au servic (...)
  • 44 Ibid., pp. 98-100.
  • 45 ACA, MR, 539 (1419) et 540 (1420), passim.
  • 46 ACA, MR, 535 (1416), ACA, MR, 537 (1417) et ACA, MR, 543-1 et 2 (1429-1430).

24Par conséquent, lors des premières années de son règne, on observe dans la Maison de Marie de Castille une continuité par rapport à la tradition des rois aragonais, quant aux aspects de pure organisation — bien que dans leur grande majorité, ses services étaient alors dirigés par des Castillans ; sa comptabilité et son administration étaient par ailleurs impeccables. Comme on l’a vu, pendant la première époque et jusqu’au premier départ d’Alphonse pour Naples, dans la Maison de la reine plus de la moitié des membres de la Cour, tant hommes que femmes, étaient castillans43. De plus, il y avait aussi dans la suite de la reine des personnages liés à son enfance en Castille pendant son enfance, comme sa nourrice María Rodríguez Sarmiento44. Ces caractéristiques seraient pratiquement les mêmes lors des années suivantes 1419 et 142045. Bien que les effectifs de l’entourage de la reine n’aient pas trop varié (119 personnes en 1416, et 123 en 1429-143046), à partir de 1420 en revanche on verra croître le nombre de doncellas, auxquelles s’ajouteront d’autres, issues de puissants lignages valenciens, qui auront une grande importance dans l’entourage de la jeune reine au cours des années postérieures.

La Cour itinérante : l’accompagnement de la reine en Castille en 1429

  • 47 Il est important de souligner ici la publication des travaux regroupés sous le titre de L’itinéranc (...)
  • 48 ACA, MR, 543 (1428 et 1430) et MR, 545 (1431-1432).

25L’itinérance permanente des rois ibériques, et en particulier celle des rois d’Aragon, est chose bien connue, et il ne faut donc pas s’étonner si la reine Marie se déplaçait continuellement, tout au long de sa vie, entre les différentes capitales de ses royaumes péninsulaires47. Concrètement, les livres du maestre racional de 1428 à 1432 permettent une approche de l’organisation de la Maison de la souveraine, en déplacement cette fois48.

  • 49 Crónica de Juan II, éd. J. de Mata Carriazo, pp. 266-68.

26C’est l’époque de la guerre avec la Castille, moment où Marie, croyant pouvoir influer sur l’attitude de son frère, le roi de Castille, dans sa lutte contre les rois d’Aragon et de Navarre, se rendit à la frontière castillane pour jouer le rôle d’intermédiaire. Pour ce faire, elle se transporta avec toute sa Cour en pays castillan, épisode bien décrit par le fauconnier de Jean II : à son arrivée, la reine Marie s’installa entre les deux rois et « demandó a los Caballeros una tienda, la qual mandó poner entre los dos Reales49 ». À un autre moment, le chroniqueur affirme que

como el Rey [de Castilla] supo que la Reyna su hermana venia, salióla a rescebir una legua et hizole muy alegre rescebimiento, e mandóla aposentar cera de sí en una muy rica tienda.

  • 50 ACA, MR, 543-1 et 2 (1429-1430).

27Cependant, la suite de la souveraine fut installée ailleurs : le roi « mandó que sus gentes se aposentasen en el lugar de Piquera ». Qui étaient ces gens ? Quel accompagnement avait la reine Marie en Castille ? Comme on l’a vu plus haut, 123 personnes de l’entourage de la reine ont été recensées dans les comptes de ce voyage50. Mais on ne mentionne que 73 offices, que différentes personnes pouvaient avoir occupés à des moments distincts.

  • 51 ACA, CR, 543, fos 16r°, 19r° (1429-1430).
  • 52 ACA, CR, 543, f° 19r° (1429-1430).
  • 53 Il s’agissait de Ferrando de Toledo, Francisco de Trozillo, Gonçalbo Ordonyo, Johan de Bruma, Johan (...)

28En ce qui concerne les comptes des années précédentes, on observe une augmentation du nombre d’individus chargés de la mobilité, tout ce qui, théoriquement, pouvait dépendre du sobreacemilero ou grand muletier. Cet office était tenu à l’époque par Luis de Villafranca, mais il semblerait que les tâches propres à cette charge étaient accomplies par le subalterne Luis de Arce, « sotzatzembler de la reyna fahent lo offici de sobreatzembler51 ». Ce fait est intéressant car il permet d’observer que les charges étaient bien plus souvent tenues par des subalternes que par des grands officiers. Le caballerizo, officier chargé de l’entretien des chevaux et des mules, était Gonzalo de Ferrara52. On engagea également six valets de mules et quatre courriers, ainsi qu’un hoste de correos, probablement parmi les gens du lieu, vu qu’ils portent des noms castillans53.

  • 54 Étaient aragonais Johan de Veintemilla, don Martín Johan de Luna, Luis de Vilarasa, Martín Garau de (...)
  • 55 ACA, MR, 543 (1428 et 1430), fos 20-28v°. Les doncellas étaient Elionor de Luna, Isabel Çalba, Isab (...)
  • 56 Voir Id., La corte de Carlos III, pp. 131-134, 154-160 et Id., « Las residencias de Carlos III ».
  • 57 ACA, MR, 542 (1428), fos 37v°-38v°.

29On voit proliférer aussi les charges d’apparat, confiées à une bonne poignée de fils de nobles du royaume, ainsi que le groupe des doncellas, agrandi lui aussi, qui accompagnait la reine à tout moment pour témoigner de la puissance d’une souveraine qu’on voyait si bien escortée. Parmi ces jeunes nobles, fills de cavallers, était représentée une grande partie de la haute noblesse de la Couronne aragonaise, et même de Castille54. Dans le groupe des doncellas, dont le nombre était allé au moins jusqu’à 10, ressort Francina de Cruilles, sorte de secrétaire personnelle de Marie, pour laquelle fut acheté « hun libret de paper » où elle puisse écrire « les messions manades e sacretes que fahra per la senyora reyna55 ». Le fait que la reine Marie paraisse à la Cour castillane à cheval et entourée de toutes ces dames et tous ces gentilshommes, supposait un élément de prestige nécessaire à ce moment. Et la reine, qui n’était pas revenue depuis quinze ans dans le royaume où elle était née, prétendait probablement non seulement atteindre ses objectifs de paix, mais aussi démontrer son statut devant la noblesse castillane qui l’avait vue grandir. Ce sont des données qui renforcent l’idée que la Cour en itinérance peut être plus fastueuse et, par conséquent, plus coûteuse, que la Cour en résidence56. Dans la suite de la reine nous trouvons aussi, à ces moments-là, des figures que l’on ne retrouvera pas dans les années suivantes, telles une naine, appelée Violeta, qui n’est plus jamais citée par la suite57.

30Dix ans après l’accès de Marie de Castille au trône, par conséquent, son entourage curial semble plus ajusté à la réalité des besoins d’une souveraine qui s’occupe des questions du royaume. Les Castillans qui l’avaient accompagnée lors des premières années de son règne avaient peu à peu quitté sa compagnie, confirmant ainsi le parfait enracinement de la souveraine dans son royaume d’adoption. Portée par son instinct politique et pacificateur, elle essaya d’intervenir dans la dispute entre son frère et son mari, en se déplaçant sur les lieux du conflit parfaitement entourée de toute la suite qu’une souveraine en pleine maturité politique devait avoir à ce moment-là.

La crise des années 30 et sa répercussion dans l’organisation de la Maison : les officiers domestiques et la politique

31Durant la décennie suivante, on observe certains changements dans la Maison de la reine. En 1435 commence la dernière étape de lieutenance qu’elle occupe pendant presque vingt ans, raison pour laquelle sa Maison acquit une importance qu’elle n’avait pas eue jusque-là, en concordance avec son poids politique croissant.

  • 58 Sur le rôle de Marie de Castille dans la politique, voir T. Earenfight, The King’s Other Body, pp.  (...)
  • 59 V. Giménez Chornet, « Gobierno y control », p. 470. Il y a une grande quantité de documents sur cet (...)

32D’autre part, les campagnes militaires d’Alphonse en Méditerranée, la corruption généralisée et les restrictions budgétaires dictées par les Cortes de 1435-1436, qu’elle préside elle-même, entraînèrent des difficultés économiques qui affectèrent la structure même de sa Maison58. Dès lors, nous n’avons plus de comptes détaillés comme pour les années précédentes ; mais on trouve dans les registres de chancellerie des mentions relatives à ces problèmes. En ce qui concerne la crise économique, il a été fait référence plus haut à la gestion conduite par la reine pour contrôler les dépenses occasionnées par les officiers de la Maison royale. Mais il est également possible d’observer, pour ces mêmes années, que la corruption touche les finances, comme elle le laisse entrevoir dans sa correspondance avec le recteur de la Chambre de Sicile, dont se nourrissait principalement son organisation domestique, car la reine lui demandait des informations sur les prétendues irrégularités commises dans sa Chambre59.

  • 60 Acta Curarium, éd. Mª T. Iranzo Muñío, pp. 392-393, 419.
  • 61 ACA, CR, 2995, f° 45v° (1437, 27 juin).

33En outre, la Maison de la reine se transforma, durant sa lieutenance, en un lieu pour la diplomatie ; elle acquit les propriétés de la Maison du roi, un espace domestique qui était en même temps le lieu d’où s’exerçait le gouvernement. Un bon exemple en est l’importance croissante acquise par les charges de majordome et de chambellan de la reine. Jusque-là, elles avaient été exercées par une même personne, mais au cours de ces années, l’office allait se dédoubler et être attribué à deux grands nobles, appartenant au Conseil de la reine. Aux Cortes de Monzón de 1435-1436, par exemple, il y avait un majordome de la reine et deux chambellans parmi les nobles qui assistaient aux séances : Berenguer de Vilaragut, « consejero y camarlengo de la reina », Guillem de Vich, « consejero y mayordomo de la reina », ainsi que Johan de Proxida, également comme « consejero y camarlengo60 ». Ces personnages gardèrent leurs charges au moins jusqu’en juin 143761.

  • 62 Lettres dans ACA, CR, 2995 et 2997.
  • 63 ACA, CR, 2995, f° 4r° (1437).
  • 64 ACA, CR, 2997, f° 114r° (1438).

34Cependant, bien que de façon nominale ces personnages aient joui de l’honneur de la charge, dans la pratique la reine ne pouvait compter sur la présence desdits officiers à la tête de son organisation domestique. On en trouve une bonne preuve dans une série de lettres expédiées par Marie tout au long de 1437 et de 1438, où elle se plaint du manque de majordome et de chambellan62. Berenguer de Vilagut et Guillem de Vich étaient hors de la Cour, à régler leurs propres affaires ou à s’occuper de celles du roi, pendant que la reine ne cessait de les réclamer. L’absence de ces deux officiers dura plus d’un an au moins, et la reine, ne sachant plus comment exiger leur présence, répétait constamment dans ses lettres au roi de Navarre « stamos aqui sin mayordombre e sin camarlengo63 ». En décembre 1438, elle insistait de nouveau auprès de Jean : « agora stamos sin camerlengo e sin mayordombre64 ».

  • 65 ACA, CR, 2995, f° 2r° (1437).
  • 66 ACA, CR, 2995, f° 2r° (1437).
  • 67 ACA, CR, 2995, f° 4v° (1437).

35Malgré tout, les plaintes de la reine Marie ne concernaient pas le bon gouvernement de sa Maison, mais plutôt le fait que, pour une bonne gestion et même pour sa propre image et celle de son mari, elle ne pouvait se passer de ces deux officiers, comme elle l’avait fait antérieurement. Dans une des nombreuses lettres qu’elle écrivit à Vilaragut sur la question, elle lui dit « vos sabets que sens camarlench e maiordom no stam a honor del senyor Rey ni nostra65 ». Le chambellan lui avait proposé les services de sa femme pour s’occuper des besoins de la Chambre. La réponse de la reine laisse entendre que l’office de chambellan allait bien au-delà des simples tâches domestiques : devant l’intention de l’officier de « enuiar vostra muller per seruir nos en loch vostre », Marie répondit que « nos maravella molt de tal intencio car be sabets que vostra muller nons poria fer lo servey que vos farets axi per l’entrameninment dels Corts », phrase qui confirme l’importance politique que ce personnage avait auprès de la souveraine66. On trouve un exemple semblable dans une lettre au majordome, Guillem de Vich, dans laquelle elle lui dit que sa présence et celle du chambellan son « necessaris als affers d’aquesta Cort67 ». En définitive, on constate que ces charges s’éloignaient beaucoup, dès cette date, du modèle établi par le Cérémonieux, et qu’elles étaient plutôt des titres honorifiques servant à élever un noble, à des fins politiques, que des fonctions touchant à l’organisation de la Maison de la reine.

  • 68 Relación de limosnas, éd. M. Mata López, passim.
  • 69 Llibre de les solemnitats de Barcelona, éd. A. Duran i Sanpere et J. Sanabre, t. I, doc. LXI, pp. 1 (...)
  • 70 Cursus honorum typiquement féminin, parallèle à la carrière chevaleresque pour les hommes. Voir M. (...)

36En ce qui concerne les femmes, on constate que tout au long des années 1440 et 1450 le poids politique de leur présence devient de plus en plus grand dans l’entourage de la lieutenante. Nous avons vu plus haut que s’était déjà agrandi, tout au long des années 1420, le groupe des doncellas et des nobles donas, c’est-à-dire les femmes de familles nobles dont la présence autour de la souveraine répondait plutôt à des stratégies de promotion de ces lignages, ainsi qu’au renforcement des réseaux de clientèle. En 1446, sur la liste des personnages qui participèrent par leurs aumônes à la construction du monastère de la Trinidad de Valence, promue par la reine, figurent au moins 17 femmes nobles de son entourage68. Par exemple, on observe cette présence permanente des doncellas et leur importance dans des actes de nature politique, lors d’une visite que fit la reine, en 1451, au Consell de Cent à Barcelone, en plein conflit des Remensas. Le Llibre de les Solemnitats de Barchinona raconte que Marie « vench a la Casa de la Ciutat » accompagnée de gens de haute noblesse, qu’il mentionne, et de « molts altres cavallers et gentils homens e de moltes donzellas ». La reine pria d’abord dans la chapelle pour se rendre ensuite dans la cour de l’édifice où avaient été installés deux bancs ornés ; là, assise sur une chaise, elle fut entourée par tous les conseillers et les syndics, et « stants agenollats, les dites donzelles, remogudas en certa part del dit verger69 ». Cette présence discrète des doncellas qui escortaient la souveraine comme de fidèles écuyers ou gentilshommes, leur confère un rôle irremplaçable, qui va bien au-delà des tâches purement domestiques ou quotidiennes70.

  • 71 T. Earenfight, The King’s Other Body, pp. 113-129. Après les Cortes de Barcelone de 1446- 1448 et l (...)
  • 72 Voir ARV, reg. 472. F. Hernández-León a étudié en profondeur ce registre dans F. Hernández-León, D (...)

37Pour le reste, il n’est pas facile de trouver des informations importantes sur la Maison de Marie de Castille dans les dernières années de sa vie. Après 1453 et les conflits en Catalogne, la lieutenance de la reine avait été considérablement réduite71. En effet, durant cette dernière étape, elle se prodigua nettement moins, et s’installa presque en permanence dans son palais de Valence. Son dernier voyage fut à Saragosse, où elle dicta son testament en 1457. Mais grâce à sa volumineuse correspondance durant ces années, il est possible de connaître des aspects de sa vie quotidienne et l’importance numérique de sa Maison — on a pu compter jusqu’à 55 personnes directement bénéficiaires dans le testament de la reine —, souvent en rapport avec sa santé délicate72.

La Maison de la reine douairière (été 1458)

38La mort du roi Alphonse en juin 1458 supposa un changement fondamental dans la Maison de Marie qui, à partir de ce moment et durant deux mois seulement — jusqu’à sa mort le 4 septembre — devient une reine douairière : la nouvelle reine d’Aragon était doña Juana Enríquez. Pour cette raison, la Maison de Marie de Castille n’eut plus l’importance politique qu’elle avait eue jusqu’alors. Les charges honorifiques et d’apparat furent réduites et la Maison redevint, fondamentalement, un cercle domestique, celui d’une femme malade, dans lequel la reine âgée vécut les deux derniers mois de sa vie.

  • 73 Il s’agit des registres de chancellerie 473 à 479 des ARV (1458 et 1459). L’inventaire du palais ro (...)
  • 74 ARV, RC, 472, f° 15r° (1457).

39Le testament de Marie de Castille (1er février 1457) et ses codicilles (été 1458) permettent de connaître l’environnement domestique de la reine durant la dernière année de sa vie. Dans ce testament figurent les personnages les plus proches de la souveraine et ses « familiers ». D’autre part, la documentation relative à l’administration de ses biens après sa mort, les comptes de ses exécuteurs testamentaires — les marmessores — et les inventaires du palais royal de Valence contiennent les informations les plus importantes pour ce qui est de l’organisation de son environnement73. La quantité de renseignements d’ordre domestique offerte par ladite documentation est très révélatrice pour comprendre qui étaient, dans la pratique, ses plus fidèles serviteurs, en marge des charges officielles. En effet, il est possible à partir de ces documents de voir les changements opérés dans la Maison de la souveraine au cours de ces dernières années, où elle n’occupait plus la charge de lieutenant du royaume : par exemple, on observe que de nouveau un seul personnage incarne les deux offices les plus importants, ceux de majordome et de chambellan, en l’occurrence Bernat de Çalba74. En outre, le nombre des femmes augmente — 21 face à 15 hommes, trois de ces derniers ayant été ses esclaves —, ce qui démontre l’importance réelle de l’entourage féminin de la reine dans sa vie quotidienne.

  • 75 Voir M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », pp. 108-109. La dot élevée dont Marie favorisa Toda de (...)
  • 76 Dietari del Capellà, éd. Ma D. Cabanes Pecourt, p. 188 : « per sa indisposicio la portaven ab hunes (...)
  • 77 J. Toledo Girau, Inventarios del Palacio Real (acta de la destrucción y pesaje de los sellos), pp.  (...)
  • 78 ARV, RC, f° 14v° (1457) : « a les nobles na Ysabel na Elienor e Na Beatriu de Montagut germans donz (...)
  • 79 ARV, RC, 472, f° 14v° (1457).
  • 80 ARV, RC, 472, f° 15r° (1457) et f° 20r° (1458).
  • 81 ARV, 472, f° 15r° (1457).

40Par ailleurs, le nombre des doncellas demeure presque inchangé : il s’agit toujours d’une douzaine environ. Dans le cas qui nous occupe, il y en a douze qui sont confirmées et deux autres qui figurent aussi comme cambreras. Parmi elles, la plus chère à la reine est probablement Toda de Centelles, qu’elle dote d’une grosse somme d’argent pour qu’elle puisse faire un bon mariage, ce qu’elle n’avait pu faire jusque-là, faute de capital75. Les chroniques racontent que la reine arriva à Valence peu avant sa mort, allongée dans les bras de cette jeune femme, en laquelle elle montrait une confiance particulière76. Quelques jours plus tard, au moment de rompre les sceaux de Marie de Castille, les marmessores notèrent que son sceau secret était entre les mains de cette jeune fille à marier, « e un segell o anell d’or de la dita Senyora, ab armes de la dita Senyora, que era en poder de la noble na Toda Centelles77 ». Parmi ces femmes, on remarque aussi trois sœurs d’un important lignage valencien, les Montagut, qui partageaient un même lit dans les appartements privés de la reine78. Leonor Sagra, autre jeune fille de la Chambre, était fille de Gabriel Sagra, qui avait été cambrer pendant de longues années ; cette jeune fille reçut un héritage de la reine et put faire un bon mariage avant la mort de la souveraine79. Figurent aussi comme cambreras Leonarda et Leonor Curto80. À la fin de son règne, Marie était parvenue à constituer un environnement familial dans lequel étaient nés et avaient été éduqués nombre de ceux qui la servaient. De la cuisine de la reine, dont l’état de santé à la fin de sa vie était très délicat, s’occupait Catalina Ferrer, la cuynera, femme de Felipe Ferrer, défunt, qui avait été grand muletier81.

  • 82 ARV, RC, 472, f° 5v° (1458). « Item lexam tots los libres nostres en romanç et relliquies nostres a (...)
  • 83 Voir J. Toledo Girau, Inventarios del Palacio Real, p. 109.
  • 84 ARV, 472, f° 20v° (1457). Un exemple de la correspondance entre les deux femmes aux ACA, CR, 3275, (...)
  • 85 ARV, RC, 472, f° 20v° (1458).

41Il faut dire que le nombre de veuves qui servaient de compagnie et de soutien à la reine par leur maturité et leur expérience est lui aussi en augmentation. C’est ainsi qu’on trouve au moins quatre femmes nobles, parmi lesquelles se distingue Yolanda de Montpalau, qui avait aussi la charge de cambrera et qui semble avoir été celle à qui la reine faisait le plus confiance82. Elle fut la bénéficiaire d’un grand nombre de bien testamentaires, de ceux qui avaient la plus grande valeur sentimentale pour Marie de Castille, et elle mérite l’appellation absolue de la veuve dans la documentation83. Outre elle-même, on trouvait dans l’entourage de la reine d’autres veuves comme Isabel Maça, connue comme Na Maça, qui fut l’une des personnes qui restèrent auprès de la reine dans ses derniers moments ; doña Isabel ne vivait pas au palais mais restait toujours en étroit contact avec la reine, comme le montre la correspondance qu’elles entretenaient84. Le Dietari del Capellà d’Alphonse le Magnanime raconte que ce fut elle qui couvrit de sa cape la souveraine quand celle-ci reçut la nouvelle de la mort de son époux85.

  • 86 Tous les esclaves sont cités dans ARV, RC, 472, f° 18r° (1458).

42Pour finir, et comme cela a déjà été dit, il vaut la peine de distinguer les esclaves qui jusque-là n’étaient pas apparus dans les comptes du maestre racional ni dans les registres de chancellerie. Les cinq esclaves que la reine libérait semblaient faire partie de plein droit de la Maison de la reine. Effectivement, dans les semaines qui suivirent, certains d’entre eux guidèrent les exécuteurs testamentaires à travers les différents appartements, et les aidèrent à réaliser l’inventaire des biens de la reine, en bons connaisseurs de l’office qu’ils avaient exercé durant tant d’années. Deux étaient probablement d’origine africaine — « Johan, negre » et « Karles, sclau nostre, negre » —, un autre, d’un « linatge de moros », appelé Johan, une femme de « linatge de tartares » appelée Lucieta et un cinquième esclave appelé Jordi, dont on ignore l’origine. Deux d’entre eux se marièrent après avoir été libérés. Ces esclaves ne sont jamais cités dans les Ordinacions ni dans aucune ordonnance mineure, mais il est évident qu’ils remplissaient des tâches de poids dans la Maison de la reine86.

43Inutile de dire que les charges d’apparat semblent réduites à leur plus simple expression. Ce sont ces personnages réellement proches de la souveraine, ses « familiers », qui s’occupèrent, dans les jours qui suivirent sa mort, de mettre de l’ordre dans ses objets personnels pour les marmessores.

44Tout au long du règne de Marie de Castille, le personnel de sa Maison évolua au rythme de ses besoins. Bien que l’organisation de son environnement domestique ait été inspirée des Ordinacions du Cérémonieux, il ne semble pas qu’il ait existé de formes fixes quant aux offices et au nombre des serviteurs à chaque période. Déjà à cette époque les Ordonnances ne faisaient que donner des orientations, et la réalité allait de son côté, en s’adaptant aux circonstances personnelles et économiques de chaque moment.

45Par conséquent, dans l’ensemble des environnements des reines de la péninsule Ibérique du xve siècle, étant donné la longueur du règne de Marie de Castille et son extraordinaire importance politique, l’étude de sa Maison constitue un point de départ essentiel, qu’il faudra continuer à aborder dans des recherches à venir.

Notes

1 Sur sa Maison alors qu’elle était infante de Castille et sur la suite qui l’accompagna en Aragon, j’ai publié un article récent (2009) auquel je renvoie. J’ai également établi dans cet article un état de la question sur les Maisons des reines dans la péninsule Ibérique au xve siècle, et plus concrètement sur celle de Marie de Castille. Voir M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », pp. 89-113.

2 Ce travail a été réalisé grâce à une aide du Programme Europa XXI de la CAI, ainsi que du projet I+D du MICINN, HAR2008-02512. Je remercie A. Beauchamp et J. Sáiz Serrano pour leur relecture du manuscrit et pour leurs précieuses suggestions.

3 Sur la Maison de la reine ont écrit tous ceux qui se sont attachés à l’étude du personnage, les auteurs classiques de la première moitié du xxe siècle (F. Soldevila, « La Reyna Maria », pp. 218-321, ou F. Hernández-León, Doña María de Castilla, pp. 129-144), comme les modernes (T. Earenfight, The King’s Other Body, pp. 32-36). Il faut également souligner le travail de Ma I. Gascón Uceda, « La vida cotidiana de tres reinas », pp. 13-54.

4 D’autres sources relatives à la période offrent des informations concernant la Maison de la reine. Par exemple, le Dietari del Capellà (éd. Ma D. Cabanes Pecourt) ou la Relación de limosnas (éd. M. Mata López).

5 En ce qui concerne la typologie des ordonnances, j’applique la différenciation entre les Ordonnances — avec majuscule — qui fixent par écrit la façon dont devaient être organisées les charges du palais, comme textes normatifs rédigés pour leur conservation et leur diffusion, et les ordonnances — avec minuscule — listes de charges et de salaires adéquats à chaque temps et chaque situation, toujours en accord avec les premières. Voir M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III, pp. 113-116.

6 Sur la cour d’Alphonse V, voir l’article de J. Sáiz Serrano dans ce même volume (pp. 000-000), ainsi que Caballeros del rey, pp. 85-98. Ces dernières années ont vu un renouvellement des études relatives aux ordonnances de la Maison royale d’Aragon, comme le montre la récente édition des Ordinacions (Ord., éd. F. Gimeno et alii). De son coté, A. Beauchamp a consacré deux études à cette thématique, « Ordonnances et réformes », ainsi que celle qu’elle leur consacre dans le présent volume (pp. 43-56). Pour un schéma très éclairant de la structure de la Maison des rois d’Aragon, voir l’ouvrage de R. Costa Gomes, The making of a Court Society, p. 28.

7 Voir ibid., pp. 27-34, et F. Lainé, « Introduction », § 16.

8 En fait, le roi Pierre lui-même avait envisagé cette possibilité. Voir Ord., éd. F. Gimeno et alii, p. 53.

9 J. Toledo Girau, Inventarios del Palacio Real, p. 115.

10 ACA, Chancellerie Royale (CR), 2974, f° 57r° (1434).

11 ACA, Chancellerie Royale (CR), 2974, f° 57r° (1434).

12 Il serait intéressant de développer et d’approfondir cette idée dans l’avenir. Dans le même ordre d’idées, A. Beauchamp suggère qu’il pourrait s’agir de l’origine de la compilation d’ordonnances mineures figurant dans de nombreux manuscrits du xve siècle. Voir A. Beauchamp, « Ordonnances et réformes », p. 560, et J. Sáiz Serrano, dans ce volume, p. 132, n. 8.

13 J’ai étudié cette lettre dans M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », pp. 100-102.

14 Ord., éd. F. Gimeno et alii, p. 52 : « Con los mayordòmens nostres en tots e sengles qui de Casa nostra e de la companyona nostra seran e les companyes generalmente hauran ».

15 Elle était connue comme la « cuynera del retret », ainsi que cela figure en 1458. Voir J. Toledo Girau, Inventarios del Palacio Real, p. 81.

16 Par exemple dans une lettre à Blanche de Navarre, où elle la remercie pour « el sentimiento que mostraes de nuestros accidents et enoyos los quales son sehidos e son muy grandes e periglosos, de passiones de ventrell, ventuosidades e smortimientos que nos han continuado de Pascua de Resurrection ante agora e hahun continuan ». ACA, CR, 3007, f° 88v° (1440).

17 À ce sujet, il existe un document très éclairant qui nous permet de penser que l’organisation pratique de la Maison de la reine d’Aragon était, très probablement, entre les mains de ces cambreras, femmes nobles qui menaient l’organisation domestique d’une main ferme : en 1292, Jaime II écrivait à doña María Ferrández, « ama de la muyt noble dona Elisabet, reyna de Aragón et de Sicilia, muclier nostra porque el majordompne de la sobredita reyna », conseiller du roi, lui avait fait « entender el buen ordenamiento que vos feyces en Casa de la reyna ». Cet état de choses qui était celui de la Maison de la reine Isabelle pouvait être aussi celui la Maison de Marie de Castille et de tant d’autres reines aragonaises, même si, nominalement, c’étaient des hommes qui apparaissaient à la tête des Maisons des reines. ACA, CR 92, f° 71r° (1292). Je remercie Javier Robles de m’avoir communiqué ce document.

18 ACA, CR, 2974, f° 57r° (1434).

19 Pour l’administration de son patrimoine, la souveraine comptait sur un trésorier, un escrivà de ració, et sur un gouverneur ou recteur de sa Chambre de Sicile. Voir M. Diago Hernando, « Los intereses económicos », T. de Montagut i Estragués, « Notes », et V. Giménez Chornet, « Gobierno y control ».

20 N. Silleras Fernández, Power, Piety and Patronage, pp. 143-144, a constaté la même chose pour la Maison de la reine Marie de Luna qui ne sépara ces charges que lorsque le majordome-chambellan devait s’absenter pour longtemps, ou qu’il était nécessaire de reconnaître par un titre un noble de la Cour. Dans le cas d’Éléonore de Sicile, pour citer un autre exemple, celle-ci avait un chambellan et un chancelier, mais ni majordome ni maestre racional. Voir U. Deibel, « La reyna Elionor de Sicília », pp. 408, 417-418.

21 J. Sáiz Serrano, dans ce volume (pp. 131-149).

22 En 1416, 119 personnes apparaissent liées à la Maison de la reine et 93 au second semestre de 1417. ACA, MR, 535 (1416) et 537 (1417).

23 ACA, MR, 543-1 (1428) et ACA, MR, 543-2 (1430).

24 Sur cet aspect, intéressantes sont les informations données par d’autres auteurs sur les Maisons de souveraines aragonaises antérieures. Apparemment, le corps des officiers d’Éléonore de Sicile comptait environ 150 personnes entre officials majors, officials et sotsofficials. D’autre part, la cour de Sibila de Fortià était composée de 250 personnes. Voir F. Soldevila, « La Reyna Maria », pp. 399-400 et U. Deibel, « La reyna Elionor de Sicília ».

25 Le calcul a été établi à partir des informations contenues jusqu’à aujourd’hui dans la base de données prosopographique qui a servi à la réalisation de ce travail.

26 M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », p. 96.

27 T. Earenfight, The King’s Other Body, p. 34, assure que la reine avait, depuis le commencement, plus de serviteurs catalans et valenciens dans sa Maison.

28 Voir un exemple dans l’article de J. Sáiz Serrano, dans ce volume (pp. 131-149).

29 On remarque une ordonnance de 1416 pour l’organisation de la Cour du nouveau roi. Cette disposition, que suit une longue liste de personnages, est précédée d’une phrase révélatrice, qui informe de la volonté de réformer et d’ordonner sa Maison et la justice : « Primerament segunt en aço lo dit senyor les priades del senyor rey don Fferrando pare seu de gloriosa memoria ordona que alcu qui fara offici fora sa casa no fara alcun offici en casa sua axi com son Conestable, Mestre, Justicie, Almiralls, Capita de la mar, Menescal, Capita de Rossello, Gouernadors, Batles generales, com aquests ja per sos offices sian del Consell del dit senyor » (ACA, CR, Varia, 29, 1416, f° 1r°). Voir l’article de J. Sáiz Serrano dans ce volume, p. 139, n. 27.

30 ACA, MR, 535 (1416), 536 (1417) et 537 (1417).

31 ACA, MR, 535 (1416), f° 20v°. ACA, MR (1416), f° 25r°. ACA, MR, 535 (1416), f° 24v°.

32 L’office de cambrer ne figure pas en tant que tel dans les Ordinacions. Il pourrait s’agir de l’escuder de cambra. Cependant, dans le cas d’Andrés de Tordesillas, il est étrange qu’il ait été écuyer, car la mission de sa femme, María Ruiz, lavandière de la reine, ne permettait pas de les situer à un rang élevé dans la hiérarchie de la Cour. Voir Ord., éd. F. Gimeno et alii, p. 93.

33 Voir M. Narbona Cárceles, « Noblas donas ». ACA, MR, 609 (1412), f° 18v°.

34 ACA, MR, 535 (1416), f° 73v°.

35 ACA, MR, 543 (1428 et 1430), f° 35r°.

36 Les maladies de la reine Marie, dont les symptômes et les conséquences son bien décrits par elle-même tout au long de ses lettres, ont depuis longtemps attiré l’attention des historiens de la médecine. Il faut remarquer, pour être le premier, le travail de L. Comenge, Clínica egregia.

37 Colección diplomática de Santo Domingo el Real, éd. F. de P. Cañas Gálvez, doc. 11, p. 170 (1424) : lettre dans laquelle la reine sollicite de sa tante María de Castilla, prieure de Santo Domingo el Real de Toledo, quelque remède pour pouvoir concevoir.

38 ACA, CR, 3170 (1426), passim.

39 Voir M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », p. 103.

40 ACA, MR, 535 (1416), f° 22r°.

41 ACA, MR, 535 (1416) et 536 (1417), passim.

42 ACA, MR, 535 (1416), f° 19r° ; T. de Montagut i Estragués, « Notes », p. 52.

43 En ce qui concerne l’origine géographique des servantes, sur un échantillon de 128 femmes au service de la reine pendant tout son règne, 21, 8 % seulement étaient castillanes, presque toutes concentrées sur les premières années, tandis que 56, 2 % étaient aragonaises. M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », pp. 99-100.

44 Ibid., pp. 98-100.

45 ACA, MR, 539 (1419) et 540 (1420), passim.

46 ACA, MR, 535 (1416), ACA, MR, 537 (1417) et ACA, MR, 543-1 et 2 (1429-1430).

47 Il est important de souligner ici la publication des travaux regroupés sous le titre de L’itinérance des cours. Voir F. Lainé, « Introduction », § 3.

48 ACA, MR, 543 (1428 et 1430) et MR, 545 (1431-1432).

49 Crónica de Juan II, éd. J. de Mata Carriazo, pp. 266-68.

50 ACA, MR, 543-1 et 2 (1429-1430).

51 ACA, CR, 543, fos 16r°, 19r° (1429-1430).

52 ACA, CR, 543, f° 19r° (1429-1430).

53 Il s’agissait de Ferrando de Toledo, Francisco de Trozillo, Gonçalbo Ordonyo, Johan de Bruma, Johanico Lopez, Martín de Santo Domingo et Martín Sassamo. ACA, MR, 543-1 (1429-1430), fos 12v°-13r°.

54 Étaient aragonais Johan de Veintemilla, don Martín Johan de Luna, Luis de Vilarasa, Martín Garau de Cruylles, Johan de Estúñiga, Gonçaluo de Resa et Johanet d’Argentona.

55 ACA, MR, 543 (1428 et 1430), fos 20-28v°. Les doncellas étaient Elionor de Luna, Isabel Çalba, Isabel Suau, Margaridona Suana, Mará de Luna, María de Padilla, Marquesa de Vilaragut, Isabel de Espejo, Francina de Cruilles et Florença de Fontcuberta. J’ai parlé de Francina de Cruilles dans M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », p. 109.

56 Voir Id., La corte de Carlos III, pp. 131-134, 154-160 et Id., « Las residencias de Carlos III ».

57 ACA, MR, 542 (1428), fos 37v°-38v°.

58 Sur le rôle de Marie de Castille dans la politique, voir T. Earenfight, The King’s Other Body, pp. 73-95. Sur la crise des années 1430, voir A. Ryder, Alfonso el Magnánimo et J. Sáiz Serrano, Caballeros del rey.

59 V. Giménez Chornet, « Gobierno y control », p. 470. Il y a une grande quantité de documents sur cette question dans le registre ACA, CR, 2997.

60 Acta Curarium, éd. Mª T. Iranzo Muñío, pp. 392-393, 419.

61 ACA, CR, 2995, f° 45v° (1437, 27 juin).

62 Lettres dans ACA, CR, 2995 et 2997.

63 ACA, CR, 2995, f° 4r° (1437).

64 ACA, CR, 2997, f° 114r° (1438).

65 ACA, CR, 2995, f° 2r° (1437).

66 ACA, CR, 2995, f° 2r° (1437).

67 ACA, CR, 2995, f° 4v° (1437).

68 Relación de limosnas, éd. M. Mata López, passim.

69 Llibre de les solemnitats de Barcelona, éd. A. Duran i Sanpere et J. Sanabre, t. I, doc. LXI, pp. 195-196.

70 Cursus honorum typiquement féminin, parallèle à la carrière chevaleresque pour les hommes. Voir M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », pp. 102 sqq.

71 T. Earenfight, The King’s Other Body, pp. 113-129. Après les Cortes de Barcelone de 1446- 1448 et les événements tragiques liés aux Remensas, la reine quitte la Catalogne en 1453.

72 Voir ARV, reg. 472. F. Hernández-León a étudié en profondeur ce registre dans F. Hernández-León, Doña María de Castilla.

73 Il s’agit des registres de chancellerie 473 à 479 des ARV (1458 et 1459). L’inventaire du palais royal à la mort de la reine (RC, 473), a été intégralement publié par J. Toledo (J. Toledo Girau, Inventarios del Palacio Real).

74 ARV, RC, 472, f° 15r° (1457).

75 Voir M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », pp. 108-109. La dot élevée dont Marie favorisa Toda de Centelles permit à celle-ci de se promettre en mariage « ab lo noble e magnific baro en Crisogon Andreu de Centelles », son cousin. ARV, RC, 479, fos 4r°-6r° (1458).

76 Dietari del Capellà, éd. Ma D. Cabanes Pecourt, p. 188 : « per sa indisposicio la portaven ab hunes handes cubertes de drap encerta, e damunt hun drap vermel, e dintre en les andes venia la senyora na Toda Sentelles, qui tenia a la senyora reyna ».

77 J. Toledo Girau, Inventarios del Palacio Real (acta de la destrucción y pesaje de los sellos), pp. 112-113.

78 ARV, RC, f° 14v° (1457) : « a les nobles na Ysabel na Elienor e Na Beatriu de Montagut germans donzelles nostres filles […] per maridar ».

79 ARV, RC, 472, f° 14v° (1457).

80 ARV, RC, 472, f° 15r° (1457) et f° 20r° (1458).

81 ARV, 472, f° 15r° (1457).

82 ARV, RC, 472, f° 5v° (1458). « Item lexam tots los libres nostres en romanç et relliquies nostres ab los guanrniments […] a madona Yolant de Monpalau ». Sur cette dame, voir M. Narbona Cárceles, « Noblas donas », p. 110.

83 Voir J. Toledo Girau, Inventarios del Palacio Real, p. 109.

84 ARV, 472, f° 20v° (1457). Un exemple de la correspondance entre les deux femmes aux ACA, CR, 3275, f° 4r° (1451).

85 ARV, RC, 472, f° 20v° (1458).

86 Tous les esclaves sont cités dans ARV, RC, 472, f° 18r° (1458).

Auteur

Universidad de Zaragoza

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search