Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

II. De l’ampleur de quelques entourages princiers

Accompagner et servir le prince

Structure et fonctionnement de la Maison royale d’Alphonse V d’Aragon

Jorge Sáiz Serrano

Texte intégral

  • 1 Ce travail part de mes recherches sur la Maison royale dans l’organisation militaire de la couronne (...)
  • 2 Arxiu del Regne de València (ARV), Maestre Racional (MR), n° 8 780, fos 110v°, 156r°-159v°.
  • 3 Sur ces Cours ou Maisons royales en général, voir : R. Asch et A. M. Birke, Princes ; M. Aymard et (...)
  • 4 Sur la Maison du roi d’Aragon depuis les royaumes de Sicile et de Naples, voir : P. Corrao, Governa (...)
  • 5 María Narbona Carceles, dans son article de ce volume (pp. 151-167) défend le modèle ibérique de Co (...)

1Dans les comptes de la Trésorerie d’Alphonse V d’Aragon, le personnel qui accompagne et sert le roi reçoit différentes dénominations1. Ses membres y figurent comme serviteurs « de casa del señor rey », comme « oficials e domèstics de la cort del senyor rey, de casa del dit senyor » ou « familiars e domèstics de la sua cort2 ». Ils forment la Maison ou la Cour : la Maison pour ceux qui s’occupent des besoins domestiques du monarque, et la Cour pour ceux qui servent dans les espaces de pouvoir. Mais il faut dépasser cette différenciation institutionnelle, diffuse dans les sources, et les considérer toutes deux comme un tout que j’appellerai Maison royale. C’est de ce point de vue que nous tenterons d’approcher la structure et le fonctionnement de cette Maison durant le règne d’Alphonse V le Magnanime. Néanmoins, la Maison du roi d’Aragon est moins connue que d’autres cours (celles d’Angleterre, de Bourgogne, de France, de Castille, du Portugal et de Navarre)3. Peu d’études l’ont examinée directement4. Et ce, bien que l’historiographie souligne les similitudes de l’organisation de la Maison du roi d’Aragon avec celle d’autres monarques de la péninsule Ibérique (Castille et Portugal)5. Les rares monographies sur la Maison du roi d’Aragon contrastent avec la documentation existant depuis le milieu du xiiie siècle : ses ordonnances, registres du Trésor royal et listes et convocations de la chancellerie.

  • 6 Les registres de la Trésorerie et des comptes parallèles dans : Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), R (...)
  • 7 Je renvoie à l’étude de A. Beauchamp dans ce volume (pp. 43-56) et à l’édition de ces ordonnances : (...)
  • 8 Voir une copie manuscrite du xviie siècle des Addicions dans : ARV, Real Cancillería (RC), n° 622 ; (...)
  • 9 ACA, Cancillería Real (CR), n° 2.668 (1419), n° 2797 (1424-1430) ; ARV, RC, nos 232-233 (1419-1430)
  • 10 Comme celle qui est localisée pour 1416 : ACA, CR, Varia, 29.

2Nous avons eu recours pour ce travail aux sources suivantes : nous combinons l’examen de la Trésorerie royale avec celui de la réglementation de la Cour selon leurs différentes typologies6. D’une part, les Ordonnances avec majuscule, ou générales, qui régulent la liste des offices, leur personnel et la manière d’exercer les services : ce sont les Ordinacions de la Casa i Cort de Pierre IV, de 13447. Mais ces Ordinacions ne renseignent pas sur le fonctionnement interne de la Casa i Cort dans sa totalité. Il existe pour cela d’autres ordonnances minuscules ou mineures, plus pratiques : les Addicions e declaracions fetes e ordenades per diveros Reys d’Aragó sobre les ordinacions de tots los officials de la Cort. On y trouve la liste des offices et du personnel, ses rémunérations et ses fonctions, internes et externes à la Cour8. Enfin, d’autres sources pour étudier la Maison royale sont les registres de la Chancellerie, tant les convocations politiques et militaires, surtout de nobles9, que les listes d’offices et de personnel de la Maison royale10.

3Une façon d’analyser la Maison royale d’Alphonse V à partir de ces sources est de quantifier offices et personnel en considérant les trois images que, selon moi, reflète la documentation. D’une part, l’image de la Maison royale réglementée ou budgétisée, c’est-à-dire, le personnel présent dans les ordonnances : nous voyons combien il y a d’offices et d’individus, leur rétribution et la dépense induite. D’autre part, l’image de la Maison royale en service, le personnel qu’elle compte et qui reçoit des salaires ordinaires pour son service dans des périodes concrètes. Enfin, l’image de la Maison royale potentielle, tous ceux qui ont des possibilités de service, soit parce qu’ils ont des offices dans la Maison, soit qu’ils soient liés au monarque : ils perçoivent des rémunérations en tout genre (sur la Trésorerie ou sur des comptes parallèles) ou sont inclus dans des états ou listes de la Chancellerie.

I. — LA STRUCTURE DE LA MAISON ROYALE : DOMESTIQUES, OFFICIERS ADMINISTRATIFS, COURTISANS, CAVALLERS DE CASA ET PENSIONNÉS

  • 11 Je me fonde sur le schéma de la Maison du roi d’Aragon de R. Costa Gomes, The making of a Court Soc (...)
  • 12 Dans cette annexe, je rassemble les 109 offices nommés entre les deux sources et qui, selon leurs f (...)
  • 13 R. Costa Gomes, The making of a Court Society, pp. 27-34 ; F. Lainé, « Introduction », pp. 16-19 ; (...)

4Au niveau institutionnel, la structure de la Maison du roi d’Aragon, selon les Ordinacions de Pierre IV, s’organise autour de cinq groupes : les officiers liés au servey de cambra, dirigés par les camarlencs (Chambre royale, santé et garde-robe) ; les charges liées au servey de palau, coordonnées par les majordòmens (attachés à la table et son apparat, à l’alimentation, à l’approvisionnement, au transport et à la chasse) ; s’unissent à eux les officiers dirigés par le canciller (justice et administration), par le maestre racional (finances), et enfin la Chapelle royale11. Dans l’annexe finale (pp. 148-149), je rassemble les offices de la Maison d’Alphonse V selon cette organisation institutionnelle, tels qu’ils sont reflétés dans les ordonnances de la Maison royale et dans un de ses états d’offices et de personnel de 141612. Cette structure de la Maison royale dilue la différenciation entre Maison comme service domestique et Cour comme service politico-public, aspect propre aux cours ibériques (aragonaise, castillane et portugaise)13.

  • 14 À ce sujet, je renvoie à la réflexion et à la bibliographie, surtout anglo-saxone, de mes travaux : (...)

5Mais il convient de compléter cette description institutionnelle de la Maison royale d’un point de vue plus social14. Pour cela, je considère en premier lieu le personnel de la Casa i Cort comme faisant partie de la clientèle du roi au sens large, c’est-à-dire, du conglomérat de personnages liés personnellement au monarque comme pater familias, comme seigneur et comme patron. Un collectif dont le noyau se trouverait précisément dans la Maison ou Cour comme organisation patrimoniale du roi, centre de son pouvoir politique et économique. En second lieu, je considère qu’aux xive et xve siècles les clientèles nobiliaires se renforcent, y compris celles des princes : un processus, traditionnellement étiqueté comme « féodalité bâtarde », qu’on voit dans l’augmentation de personnel rattaché aux Maisons féodales, avec des formes de rétributions diverses et souples (gages, pensions, fiefs-rente, etc.). Cela coïncide avec la redéfinition des hiérarchies et des relations nobiliaires dérivée de la crise du bas Moyen Âge, crise de la féodalité comme système social.

6À partir de ces présupposés, je propose une structure du personnel de la Maison royale qui intègre trois critères : la nature de ses fonctions, sa condition sociale et la fluctuation de son service, manifestée dans ses formes de rémunération. En ce qui concerne les fonctions et la condition sociale, il convient de différencier deux collectifs : d’une part ceux qui disposent d’attributions honorifiques ou représentatives dans le cadre du palais (comme les charges à la Chambre et à la table royales), même s’ils remplissent, en fait, des charges politiques ou militaires détachées de l’office en soi ou extérieures à la Maison, fonctions réservées à des individus nobles dans leurs différentes hiérarchies ; d’autre part, ceux qui exercent des services effectifs liés aux nécessités quotidiennes et domestiques du roi (serviteurs domestiques) ou dans le gouvernement ou l’administration des royaumes (officiers administratifs), prestations ouvertes à des individus de toute condition sociale.

7Cette dualité entre serviteurs nobles et non nobles, et entre fonctions internes à la Maison royale et plus diversifiées ou extérieures — politico-militaires —, correspond au degré de continuité des services rendus, manifestée parfois dans la durée de leur résidence dans ladite Maison, en accompagnant le monarque ou non, et dans leurs différentes formes de rémunération. On peut différencier ainsi, d’une part, le personnel de service à la présence plus continue dans le cadre de la Cour (domestiques et officiers administratifs) avec des rétributions plus stables, type salaire ou entretien, et d’autre part le collectif plus fluctuant et intermittent de la Maison (nobles courtisans et chevaliers de maison), avec des gratifications plutôt patrimoniales (pensions, dons, paiements extraordinaires) qui rétribuent leur disponibilité pour le service.

  • 15 Sur cette structure en groupes de la Maison royale, je renvoie à Id., Caballeros del rey, pp. 87-98

8À partir de ces considérations je propose, comme structure de la Maison royale, quatre groupes différenciés par le niveau de leur lien avec le roi et la stabilité de leur service dans la Maison15. Les deux premiers groupes auraient un niveau de service régulier, à temps complet, avec rétributions ordinaires : pour leur présence à la Casa y Cort, ils reçoivent des gages fixes (quitacions), calculés sur les montures à leur charge et payés trimestriellement, certains offices disposant de revenus propres (drets de vestir et drets del ofici). Ce collectif englobait tant les « serviteurs domestiques », chargés des besoins quotidiens du roi (alimentation, repos, transport, garde-robe, etc.) que les « officiers administratifs », qui exerçaient les tâches de la Cour telles que gouvernement et administration centrale de l’État — ces départements ayant des attributions publiques, étatiques, au niveau du gouvernement et de l’administration (consellers, secretaris, canciller) et financier (tresorer, maestre racional, escrivà de ració) ; certains de ces offices (canciller, secretari, maestre racional) disposaient d’une relative autonomie par rapport à la Cour, ce qui donnait naissance à une petite bureaucratie centrale, dans le processus de spécialisation des charges de la domus regia, qui est à l’origine des administrations centrales des monarchies du bas Moyen Âge.

9Le troisième groupe inclut ceux qui servent la Maison de façon discontinue : nobles chargés d’offices palatins de la Chambre privée du roi, ou ayant la direction nominale de services domestiques qui, à l’origine, étaient la compagnie de représentation sociale et de sécurité du monarque. Ces nobles et chevaliers ont des offices de Cour (comme camarlenc, majordom, coper, cambrer, pour en citer quelques-uns) ou figurent comme cavallers, fills de cavallers, donzells o patges de casa del senyor rey. Les compétences domestiques de ce groupe de « courtisans » n’avaient qu’un caractère honorifique et secondaire, en comparaison des services politiques et militaires qu’ils assumaient. C’était un collectif fluctuant à la Cour, dont la disponibilité pour le service était rétribuée par des paiements extraordinaires : d’une part des annuités fixes fractionnées en remises (pensions ou gràcies de manteniment ou sustentació) faites selon l’agrément du roi ; d’autre part, des dons en une seule fois, soit des sommes données graciosament, sans motif spécifié, soit avec une finalité, comme ajudes pour suivre la Cour ou pour l’équipement militaire. C’étaient ces sommes qui rétribuaient réellement les services de ce groupe, présents ou futurs, bien qu’il perçût aussi, quand il fréquentait la cort, les salaires et provisions ordinaires de ses charges (quitacions, drets de vestir, drets del ofici).

10Enfin, le quatrième groupe de serviteurs de la Maison royale englobait ceux qui n’avaient pas de charges et montraient une présence tout à fait irrégulière, liée à la prestation de services concrets à la demande du roi ou à une participation occasionnelle à la Cour en échange de paiements en argent. Ce sont les pensionnés de la Maison, « retenus » ou retainers, de provenances diverses, car nous y voyons aussi bien des Napolitains et des Castillans réfugiés politiques que des familiers ou parents de courtisans, ou officiers de l’administration du roi.

II. — LA MAISON ROYALE RÉGLEMENTÉE ET BUDGÉTISÉE

  • 16 ARV, RC, n° 622, fos 209v°-219r°. Cette ordonnance se trouve dans la copie du registre des ordonnan (...)

11Appliquons cette structure de groupes à l’information dont nous disposons sur la Maison d’Alphonse V, selon son ordonnance. Le document s’intitule L’encartament fet per lo senyor rey Alfonso quart dels oficials e domètichs de casa del dit senyor axí de cavall com de peu, de llur quitaçió, provisió, vestir e drets pagats, et il pourrait être daté de 1416-1418 environ16 ; il informe sur le personnel de la Maison à comptabiliser (« Item deu esser fet compte a… ») et, par conséquent, il s’agit d’une prévision budgétaire du poids financier du personnel de la Maison. Dans cette réglementation, la Maison d’Alphonse le Magnanime comprend 96 offices qui, selon ses membres, constituent un collectif de 277 individus (voir tableau 1 ci-dessous). La distribution des offices selon les groupes de la Maison royale apparaît dans l’annexe finale (pp. 148-149).

Tableau 1. — La Maison royale d’Alphonse V selon sa réglementation

Groupes de la Maison royale

Offices

Personnel

Domestiques

53

140

Officiers administratifs

27

82

Courtisans et fills de cavallers
de la Maison royale

16

55

Total

96

277

Source : ARV, RC, 622.

  • 17 Les gages (quitació ou provisió) devaient couvrir le logement et l’entretien du serviteur et de ses (...)
  • 18 La dépense annuelle prévue pour la rétribution du personnel de la Maison dans ARV, RC, n° 622, f° 2 (...)
  • 19 J. Sáiz Serrano, « Las expediciones norteafricanas », Tableau 1.
  • 20 Concrètement, 1 460 604 ss de recettes et 1 619 869 ss de dépenses : ARV, MR, nos 8.763 et 8.765.

12Cette quantification d’offices et de personnel offre une image réglementée et budgétisée de la Maison royale : elle indique le nombre de personnes du service et la dépense que cela doit représenter pour la Trésorerie royale. Le document signale pour chaque office les personnes qui doivent servir dans cette charge et la somme que supposent leurs rémunérations ordinaires (quitació ou provisió, vestir et drets de l’office)17. D’après le registre, la rétribution du personnel de la Maison du roi équivalait à un versement annuel, pour le trésorier, de 811 160 sous. C’était une somme qui, si elle était versée régulièrement, consommerait près de 66 % du total des recettes d’un exercice de Trésorerie en temps de paix18. Il devait s’agir de la dépense ordinaire de la Maison royale, mais non des frais globaux qu’elle supposait, et qui pouvaient fluctuer à la baisse, à cause de la présence variable du personnel et des constants retards salariaux, mais aussi à la hausse, pour diverses raisons. D’une part, parce qu’elle n’incluait pas d’autres offices (32, surtout domestiques) qui figurent bien dans la liste des charges et du personnel de la Maison d’Alphonse V de 1416. D’autre part, parce qu’elle ne tient pas compte des autres versements associés à la Maison : les versements extraordinaires (pensions, dons, aides), les frais des départements domestiques et l’entretien du personnel en visite à la Cour. En fait, une analyse globale des dépenses de trésorerie confirme qu’en laissant de côté les dépenses militaires, la part principale des despeses était celles de la Maison royale. Et non point tant à cause de la rémunération des quitacions ou gages et des frais ordinaires liés aux charges domestiques que des paiements extraordinaires versés aux nobles de la Cour et aux pensionnés (individus castillans et napolitains). Nous le voyons, par exemple, entre juillet 1431 et avril 1432, où la somme dépensée par la Maison royale se monte à rien de moins que 1,4 million de ss (1 445 679), soit 37 % du total de cette période, la deuxième part des dépenses après la préparation de la flotte de guerre de 143219. S’il n’y avait pas les dépenses militaires, la Maison royale serait le premier poste de despeses, surtout à cause des réfugiés castillans qui peuplent la Cour à l’époque, autour de l’infante Catherine, épouse de l’infant Henri, frère du roi. Cette somme (1,4 million de ss), absorbe, dans les comptes du trésorier royal en une année de paix, comme 1426, un peu plus que ses recettes annuelles, et se rapproche de la dépense annuelle totale20.

III. — LE FONCTIONNEMENT DE LA MAISON ROYALE

La Maison royale en service

  • 21 ARV, MR, n° 8.761 (1425), fos 61v°-62r°, 65r°, 74r°, 79v°-80r° ; ARV, MR, n° 8774 (1429), fos 61r°- (...)

13Les 277 personnages de l’ordonnance (datée de 1416-1418 environ) contrastent avec l’information donnée par les registres de la Trésorerie royale (comptabilité et cédules de paie) sur la dimension globale de la Casa i Cort. Prenons comme exemples disponibles les comptes du trésorier de 1425 (juillet-décembre), de 1429 (janvier-juin), de 1431 (juillet-décembre), de 1432 (juillet-décembre) et les cédules de paie de la première moitié de 1466, et analysons uniquement les paiements salariaux trimestriels (terçes de quitacions). Les informations que nous obtenons sur les dimensions de la Maison d’Alphonse V sont les suivantes : en 1425, 90 personnes ; en 1429, 285 ; en 1431, 257 ; en 1432, 160 et en 1446, 28421. Comme on le voit, l’oscillation entre 90-150 et 250-285 membres approche les maximums donnés par les documents pour les quitacions aux 277 membres réglementés.

  • 22 En 1425, 86 sur 90 sont domestiques (95 %) ; en 1429, 210 sur 285 (73 %) ; en 1431, 189 sur 257 (73 (...)
  • 23 Le personnel de ces offices représente un groupe nourri dans les cas analysés : en 1425, 52 munters (...)
  • 24 En 1425, on compte 22 officiers administratifs ; en 1429, 18 ; en 1431, 10 ; et en 1446, 7.
  • 25 Les offices rattachés au canciller recevaient une rémunération sur le dret de segell et non sur la (...)

14Cependant, cette coïncidence est plus que relative, vu que le personnel ainsi comptabilisé n’englobe pas la totalité des personnes rétribuées. Cet écart s’explique de deux manières. D’abord, parce que ceux qui reçoivent des quitacions font partie, dans leur majorité (70 et 95 %) des serviteurs domestiques : ce sont eux qui montrent la plus grande régularité dans le service22. Ensuite, parce que certains des offices répertoriés dans la Trésorerie et qui réunissent le plus de personnel n’apparaissent pas dans les ordonnances : le personnel de la muntería, les domestiques rattachés à la chasse (munters a cavall, munters a peu, etc.), et les patges du roi assimilables aux fills de cavallers23. En troisième lieu, enfin, parce que les offices administratifs se réduisent à leur plus simple expression, 10-20 personnes sur les 82 qui sont réglementées24 ; le personnel de ce groupe cité dans les documents se concentre en offices de la tresoreria et escrivania de ració, et ne sont pas enregistrés, bien qu’ils servent régulièrement le monarque, les titulaires des charges d’administration et de justice (canciller, vicecanciller, secretaris, protonotari, oïdors, escrivans de registre, promovedors, etc.) ni ceux qui sont rattachés au maestre racional25.

  • 26 Personnel qui figure aussi six mois plus tard à Messine, ACA, MR, n° 422, fos 135r°-136r°, 141r°-14 (...)

15Cela dit, même le personnel de service le plus stable, domestiques et certains officiers administratifs, variait périodiquement. La fluctuation de la Casa i Cort, du personnel de compagnie et du service du roi, était un des traits qui le caractérisait comme collectif itinérant adapté aux activités et aux besoins du monarque. Il faut donc tenir les oscillations numériques du personnel relevé dans les documents pour un exemple de la logique du fonctionnement de la Cour royale. Les maximums, entre 250 et 285 membres, coïncident avec trois conjonctures de paix et de relative permanence de la Cour en un lieu donné : au début du printemps 1429 entre Barcelone et ses environs (285 personnes) ; en décembre 1431, toujours à Barcelone (257), le monarque étant alors occupé aux préparatifs d’une opération guerrière (1429, invasion de la Castille et 1431, flotte de guerre vers les côtes tunisiennes) ; et tout au long de l’année 1446 à Naples (284 personnes), résidence définitive de la Cour après la conquête du royaume en 1442 et la consolidation de sa domination à partir de 1443-1445. Dans les trois cas, la sédentarisation de la Cour et la période de paix devaient impliquer une présence massive du personnel de service stable, ce que souligne en particulier l’augmentation que connaît la Maison à Naples. À l’inverse, les minimums relevés de 90-160 personnes correspondent, précisément, à deux moments d’activité militaire et, comme tels, de plus grande itinérance de la Cour et de mobilisation dans la suite du roi d’une partie minoritaire du personnel régulier (domestiques) : à l’été 1425 (90 membres), ce minimum coïncide avec une campagne politico-militaire contre la Castille à la frontière navarro-castillane ; en mai 1432 (160 membres), c’est le départ de l’expédition en Afrique du Nord, le transfert définitif du roi vers ses possessions méditerranéennes et italiennes, qui ne mobilisa qu’une partie de sa Maison26.

La Maison royale potentielle

16En fait, nous pouvons évaluer le personnel de la Maison royale en partant de deux axes, définis à partir des sources disponibles. D’une part, nous proposons d’analyser les états de la Chancellerie où est établi l’ensemble des offices et des personnes figurant sur les listes évoquées plus haut. D’autre part, nous reviendrons sur l’image que nous nous faisons du personnel de service à partir de la documentation financière, dans la Trésorerie royale et dans d’autres sources parallèles, qui doit être élargie aux bénéficiaires de tout type de rétribution, et pas seulement des salaires ou quitacions.

  • 27 ACA, CR, Varia, 29, fos 1r°-29r°.

17Commençons par le premier axe. Les états de la Maison royale fixés par la Chancellerie sont un type de source exceptionnel. Les officiers financiers devaient utiliser ces états et la Chancellerie les élaborer selon une périodicité que nous ignorons : ils avaient besoin à chaque instant de savoir qui appartenait à la Maison royale, en particulier les jeunes nobles ou les citoyens qui y étaient incorporés. Cependant, nous n’avons conservé, ou nous n’avons localisé à ce jour qu’une seule de ces listes de la Chancellerie. Il s’agit de l’état élaboré au début du règne d’Alphonse V, en 1416, à la demande de son père Ferdinand Ier27. Ce document permet de se faire une image mieux ajustée et plus complète de la Maison royale, en y incluant 32 offices qui ne figuraient pas dans la réglementation interne, surtout des domestiques (voir l’annexe finale p. 148). Il s’agit d’une image idéale car elle inclut des listes de personnel en puissance, avec possibilité de service, ce qui est particulièrement remarquable pour les courtisans et les caballeros de Maison. Dans le tableau 2 ci-dessous, je recueille la totalité des offices donnés par cette source et leur distribution par les groupes que je prends en compte.

Tableau 2. — La Maison royale d’Alphonse V d’après le personnel des états de 1416

Groupes de la Maison royale

Offices

Personnel

Domestiques

57

335

Officiers administratifs

26

103

Courtisans et fills de cavallers
de la Maison royale

18

224

Total

100

662

Source : ACA, CR, Varia, 29.

18On constate une augmentation notable : cette liste donne un potentiel de 662 serviteurs, plus du double du personnel régulé (277 membres, voir le tableau 1 p. 136). Parmi les nouveaux offices, se détache le collectif de la munteria (quatre offices et 56 personnes : munters majors, sotsmunters, munters a cavall, munters a peu et moços d’alans).

19Toutefois, il faut signaler que cette croissance potentielle de serviteurs est pratiquement concentrée sur les courtisans et les cavallers de Casa, c’est-à-dire sur un personnel de condition noble, dont le nombre, 224 individus, est quatre fois plus élevé que celui des stipulés (55). Le contraste entre le personnel nobiliaire régulé et celui qui est inclus dans l’état est remarquable, comme on peut le voir dans le tableau 3 ci-dessous.

Tableau 3. — Courtisans et chevaliers de la Maison royale d’Alphonse V : réglementation et état

Office

Personnel
réglementé

Personnel (état de 1416)

Majordòmens

2

9

Copers

2

10

Botellers majors

2

5

Panicers

2

5

Trinxants o escuders qui tallan davant lo rey, escuders dels coltells

2

4

Sobrecocs

2

9

Talladorers

2

4

Cavallerissos

2

7

Falconers majors

2

3

Fills de cavallers

20

39

Camarlencs

2

11

Cambrers

6

44

Armador reial o armer

1

5

Rebosters

2

7

Uixers o Uixers d’armes

4

27

Algutzirs

2

16

Munters majors

-

3

Patges

-

16

Source : ARV, RC, 622 ; ACA, CR, Varia, 29.

  • 28 Le groupe de fills de cavallers réunit trois collectifs : les « fills de cavallers de honor » (6), (...)

20Tous les offices de Cour croissent en personnel, avec des augmentations spectaculaires pour certaines charges, comme cambrers, uixers d’armes, algutzirs et fills de cavallers28. Cette liste de personnages constitue le collectif de nobles et de caballeros disponibles pour le service en 1416, mais pas ceux qui devaient servir régulièrement le roi dans son entourage de la Cour. Pour connaître ceux qui servaient le roi, il est nécessaire de distinguer ceux qui percevaient des rémunérations concrètes. C’est l’autre façon d’observer la Maison royale potentielle.

  • 29 J. Sáiz Serrano, « Una clientela », pp. 102-116.

21Le personnel disponible pour servir dans la Maison royale est mieux délimité si l’on considère ceux qui reçoivent tout type de rémunérations pour services personnels au roi et à sa Cour : annuités fixes (pensions ou « gràcies de manteniment » ou de « sustentació »), dons accordés en une seule fois (paiements ou « ajudes » versés « graciosament », ou avec une finalité, comme suivre la Cour, s’équiper militairement, etc.), et même des émoluments pour services diplomatiques et avances sur solde (« acorriments de sou ») pour fournir des combattants. Nous accédons ainsi à cet autre groupe de membres de la Maison royale dont la présence y est plus oscillante : nobles courtisans, chevaliers de Maison et membres sans office, pensionnés ou invités occasionnels. Dans leur majorité, ils ne fréquentent la Cour qu’irrégulièrement et pour des affaires concrètes : pour recevoir du roi une mission politique ou militaire, pour négocier des affaires personnelles, toucher leurs honoraires, etc. Cependant, certains devaient rester longtemps dans la compagnie du roi, par exemple pour la prise de décisions politiques, en tant que courtisans (camarlencs, cambrers, majordòmens, copers, etc.) et membres du Consell reial qui suivait le monarque ; ou bien ils accompagnaient la Cour, comme hôtes du roi (réfugiés politiques d’autres royaumes, Castillans ou Napolitains, ou serviteurs sans charge), et étaient pensionnés par le monarque. La rémunération de leurs services était liée aux paiements extraordinaires qu’ils recevaient, pensions fixes ou dons en une seule fois (gràcies, ajudes, etc.). Il semble que le roi réservait les quitacions, comme salaires, au personnel dont le service était plus régulier (domestiques et quelques officiers administratifs), et payait ses courtisans, caballeros et pensionnés plutôt sur ces rétributions extraordinaires, plus rentables pour récompenser le type de services politico-militaires qu’ils lui rendaient d’ordinaire, et pour les attirer dans son entourage. En fait, le système de rétributions fondé sur les quitacions équivalait aux salaires ordinaires (gages ou gajes) dans d’autres cours, comme celle de Navarre, de France, de Castille ou de Bourgogne. Ce système serait maintenu comme paiement pour la présence et le service à la Cour, pendant un certain temps, avec un nombre déterminé de montures. Mais tout semble indiquer que pour la couronne d’Aragon cela serait le cas, jusqu’à la fin du xive siècle, dans les cours féodales plus que dans la Maison royale, comme on peut le voir dans les Maisons nobles telles que celle du marquis de Villena et duc de Gandia29.

22L’examen de tous les types de paiement pour services à la Cour permet donc d’obtenir une image plus réaliste du personnel de la Maison royale, de ceux qui y servent à une période déterminée. En l’occurrence, il ne s’agit pas d’une image statique, comme celle que reflètent les paiements de quitacions — lesquels n’incluent que ceux qui ont servi un trimestre (en ne comptabilisant que les jours servis durant cette période) — mais d’une image dynamique : y sont répertoriés ceux qui ont servi à la Cour et ont été rémunérés pour cela durant le semestre considéré par la comptabilité du registre du Trésor ou des cédules de paiement. Cette image peut être amplifiée en recourant à d’autres fonds de documentation, comme des comptes de la Trésorerie (comptabilité ou cédules de paiement), datés du même semestre ou de l’année qui le précède oui qui le suit.

23Pour cela, choisissons deux exemples de périodes de paix et de relative sédentarisation de la Cour : la première moitié de 1429 et celle de 1446. Le roi n’étant pas mobilisé dans une campagne, il est alors possible de relever de façon plus juste l’ensemble des groupes de la Maison royale. Au cours de ces deux années, le roi réalise d’intenses préparatifs militaires (en 1429 pour une invasion de la Castille, puis en 1446 pour maintenir l’armée royale déployée sur sa frontière nord, à Naples et dans d’autres villes royales) : le financement et la gestion de ces préparatifs suscitent des fonds documentaires qui permettent de préciser l’activité d’un plus grand nombre de serviteurs du roi.

  • 30 ARV, MR, n° 9.384.
  • 31 ARV, MR, n° 9.813 (3), fos 98r°-110r°.
  • 32 ACA, C, n° 2797, fos 55v°-83r°.
  • 33 ARV, MR, nos 9.408 et 8.791.

24En 1429 existent des comptes parallèles à la Trésorerie royale, ex profeso, nourris de divers fonds recherchés pour recruter des troupes (paiement de soldes) : au premier semestre de cette année, dans les royaumes de Valence et d’Aragon, deux officiers royaux (le bailli général du royaume de Valence et un agent de la trésorerie) payèrent des soldes anticipées (acorriments de sou) et d’autres frais militaires en administrant localement des fonds qui, en théorie, auraient dû provenir de la Trésorerie30 ; parallèlement, dans la principauté de Catalogne, à Lérida, un officier commissionné par la Trésorerie payait localement d’autres salaires31. Dans les sources engendrées par cet assouplissement de la machine financière royale, on trouve des personnages qui servent le roi : leur rattachement à la Maison royale est confirmé par les registres financiers eux-mêmes ou par ceux des convocations militaires de cette année ou des deux précédentes (1427-1428)32. Pour le second exemple choisi, l’année 1446, d’autres individus rattachés à la Maison royale figurent sur l’autre registre des cédules de paiement de ladite année (octobre à décembre) et dans la comptabilité ordinaire de la Trésorerie royale de cette période elle-même, de 1446-1447 (avril 1446 à décembre 1447), où l’on trouve une très ample information sur la rétribution de l’armée33. Je relève les personnes rattachées à la Maison royale comptées de ce point de vue dans les tableaux 4 (1429, p. 143) et 5 (1446, p. 144).

Tableau 4. — La Maison royale en 1429

Groupes de la Maison royale

Total    

Registre de Trésorerie

Comptes parallèles à la Trésorerie

Salaires ordinaires (quitacions)

Autres rétributions

Domestiques

215

210

5

-

Officiers administratifs

20

18

2

-

Courtisans et cavallers de Casa

— Courtisans

Cavallers de Casa et patges

100

45

55

57

17

40

32

19

13

1l

9

2

Pensionnés

l4

-

14

-

Personnel total de la Maison royale

349

285

+ 53

+ 11

Source : ARV, MR, n° 8.774, 9.813 (3), 9.823 (3), 9.834.

  • 34 ARV, MR, n° 8.774, fos 67v°, 91v°, 93r°-v°, 95v° et 101v°.
  • 35 ARV, MR, n° 8.744, fos 103v° et 92v°.
  • 36 ARV, MR, n° 9.813 (3), fos 98r°-110r° ; n° 9.823 (3), fos 41r°-48v° ; et n° 9.384, fº 43rº-48r°.
  • 37 ACA, C, n° 2.797, fos 55v°-83r°.

25Dans la première moitié de 1429, le chiffre des serviteurs enregistrés par quitacions passe de 285 à 338 et inclut tous les genres de rétribution dans le registre du trésorier même ; il passe à 349, si l’on tient compte des personnes rattachées à la Cour qui sont présentes dans des comptes parallèles à la Trésorerie. Les groupes affectés par cette variation correspondent précisément à ceux dont la présence à la Cour est la plus fluctuante : courtisans, cavallers de Casa et patges, et les pensionnés. En fait, parmi les 114 individus de ces collectifs enregistrés en 1429, seule la moitié (57, distribuée entre courtisans, 17, et patges, 40) est réputée recevoir des quitacions comme salaire pour accompagner la Cour itinérante. La moitié restante reçoit, selon les documents, des rétributions propres à leurs services rotatoires et flexibles dans la Domus regia : on compte 29 courtisans — 15 d’entre eux répartis entre cavallers y donzells de casa del senyor rey (5) et patges (10), et tous les pensionnés externes à la Maison royale, concrètement 14 individus d’origine napolitaine, réfugiés politiques de la suite du roi. La majorité est réputée bénéficiaire de paiements extraordinaires du roi : pensions de subsistance (gràcies génériques ou gràcies per lur susteniment o per sustantació)34, aides pécuniaires pour suivre la Cour (messions e despeses seguint la cort)35 et, pour certains d’entre eux, avances sur solde ou acorriments de sou36 uniquement. La présence à la Cour de certains autres est mise en évidence par les convocations militaires37.

26On retrouve à l’identique dans les documents d’archives les règles du service et la composition en différents groupes de la Maison royale pour l’année 1446 avec, cependant, de notables différences qualitatives et quantitatives, comme nous pouvons le constater dans le tableau 5 ci-dessous.

Tableau 5. — La Maison royale en 1446

Groupes de la Maison royale

Total

Cédule de paiement
de
Trésorerie :
salaires ordinaires,
quitacions

Cédule de paiement
de
Trésorerie
(autres rétributions)
et comptabilité
de la
Trésorerie

Domestiques

268

268

-

Officiers administratifs

7

7

-

Courtisans et patges de la Maison royale

46

9

37

Combattants de Maison royale :
— hòmens d’armes de Casa del senyor rey
— condestables d’infants a peu provisionats
— condestables de la guardia del senyor rey
(ballesteros)
— espingarders del senyor rey

100
51
14
4
31

- - - - -

-
51
14
4
31

Personnel total de la maison royale

421

+ 284

+ 137

Source : ARV, MR, n° 9.407, 9.408, 8.791.

  • 38 Dans le contexte de formation de l’armée royale permanente : J. Sáiz Serrano, « Formación » et Caba (...)

27La première chose qu’on remarque en 1446, c’est la militarisation de la Maison royale, conséquence du cycle guerrier, avec ses campagnes périodiques, dans lequel est plongé le roi, depuis la conquête du royaume de Naples (1432-1442) jusqu’aux conflits dans la péninsule Italienne (1443-1448). Cela affecte l’image de la Cour royale. Les membres de la Maison qui perçoivent des quitacions ou des salaires sont au nombre de 284, pour la plupart serviteurs domestiques ; ce nombre passe à rien de moins que 421 si nous considérons tous les genres de rétributions : les 137 nouveaux personnages ainsi enregistrés le sont surtout parce qu’ils perçoivent des soldes, car ils font partie de la puissance militaire du monarque. Comme on peut le voir dans le tableau 5, ils représentent deux collectifs. D’une part, 37 nobles et chevaliers, partagés entre courtisans (31) et patges (6) du roi : c’est le même collectif fluctuant que celui que nous avons vu en 1429, bien que ses membres soient cette fois enregistrés quand ils rendent un service militaire (et perçoivent une solde), même si nous pouvons aussi les voir toucher des rétributions extraordinaires (pensions et paiements d’équipements militaires). Si on observe le groupe de courtisans et de patges, la Maison royale totalise 322 personnes, nombre potentiel proche de celui que nous avons vu en 1429 (349 individus). Mais pour 1446, la nouveauté la plus remarquable est l’autre groupe, les 100 personnes attachées au roi et à sa Cour qui amènent des combattants, authentique mutation de la domus regia : tous sont à la tête d’effectifs de cavalerie (51 « hòmens d’armes de casa del senyor rey » à la charge de chevaliers à lances) et d’infanterie, en incluant l’infanterie légère (14 connétables à la charge d’« infants a peu provisionats »), des arbalétriers (4 « condestables de la guardia » des arbalétriers) et un collectif de porteurs d’espingole. Cette centaine de personnes constitue une authentique Maison militaire du monarque, dont la naissance est due à la récurrence de la guerre38.

IV. — CONCLUSIONS : DIMENSIONS DE LA MAISON ROYALE ET IMPORTANCE DE LA NOBLESSE DE COUR

  • 39 Ch. J. Given-Wilson, The Royal Household, pp. 258-259 ; B. Guenée, Occidente durante los siglos xiv(...)

28Examinons les nombres exposés. Face à une Maison royale évaluée dans ses ordonnances à 277 personnes seulement, la dimension effective de la Maison d’Alphonse V devait osciller entre 250 et 340 membres durant son séjour ibérique (1425-1432) et entre 300 et 420 lors de son étape napolitaine, après la conquête de Naples et la résidence de la Cour dans cette ville : parmi eux, le personnel le plus régulier était les domestiques, entre 200 et 260 personnes. Entre 1425 et 1446 on constate une augmentation de la taille et du coût de la Maison royale. Mais la Maison du roi d’Aragon, en comparaison avec d’autres cours princières, se situe à un niveau inférieur, en accord avec d’autres variables et échelles de ressources gérées par les autres États monarchiques. C’est ce qu’on peut voir en comparant les maisons ou cours de six monarques ou princes (les rois d’Aragon, de Castille, de France, d’Angleterre, de Navarre et le duc de Bourgogne)39. La Maison du roi d’Aragon aurait une dimension proche seulement de celle du duc de Bourgogne Philippe le Hardi, qui comptait en 1404 250 à 300 personnes, ou de celle du roi de Navarre Charles III le Noble, avec elle aussi un maximum de 300 personnes. Elles occuperaient le quatrième rang, mais la spectaculaire hausse de l’hôtel du duc de Bourgogne durant le xve siècle devait situer les cours du roi de Navarre et du roi d’Aragon à la dernière place. Devant elles se trouverait la cour de Castille, qui devait réunir entre 400 et 500 membres à la fin du xve siècle. Le deuxième rang serait occupé par la cour d’Angleterre, avec un nombre de 400 à 700 membres dans la seconde moitié du xive, nombre oscillant autour de 800 membres en 1450. La primauté retomberait, sans aucun doute, sur l’hôtel des rois de France Charles VI et Charles VII, avec 700-800 personnes durant la période 1380-1461. Bien qu’elle n’ait pas dépassé 400 membres et qu’elle se soit située après les cours française, anglaise et castillane, il ne fait pas de doute que la Maison d’Alphonse d’Aragon grandit lorsqu’il se consolida en devenant roi de Naples et qu’il géra alors un plus important volume de ressources. Mais cette augmentation s’explique aussi par deux autres facteurs que je considère comme des facteurs clés : la participation fluctuante de la noblesse attachée à la Casa y Cort et la militarisation que connaît l’entourage du roi, au point de donner naissance à une garde ou Maison militaire parallèle, fruit de la continuité de la guerre. Ces deux facteurs, liés entre eux, constituent une spécificité de la Maison royale d’Alphonse V d’Aragon.

  • 40 W. Paravicini, « The Court », pp. 87-88 ; et Id., « Structure et fonctionnement », pp. 5-7 ; B. Sch (...)
  • 41 B. Schnerb, L’État bourguignon, pp. 292-293.

29Le service rotatoire de personnages nobles dans les Cours princières est un phénomène relevé ailleurs, par exemple à la cour du roi de Navarre ou celle du duc de Bourgogne40. Mais peut-être ne faut-il pas simplement comprendre le poids spécifique de ces nobles et chevaliers dans la Maison royale de la couronne d’Aragon en termes de fonctionnement interne de la Cour. Il existait un plus grand nombre de membres des offices de Cour, qui n’étaient pas uniquement enregistrés pour assurer des tours de service. Certains étaient là aussi pour faciliter l’intégration parmi la clientèle du prince d’individus nobles provenant de différents espaces politiques, comme cela a été signalé pour le duc de Bourgogne41. En ce sens, il faut considérer l’estimation politique et militaire de ce potentiel courtisan que le roi d’Aragon a réalisé.

  • 42 J’ai étudié en profondeur la dimension militaire de cet environnement courtisan dans : J. Sáiz Serr (...)

30Alphonse V, comme ses prédécesseurs, attirait des lignages nobiliaires de ses royaumes et principautés en créant une faction propre, ou parti de Cour, avec des fonctions extérieures à celle-ci. D’abord, des fonctions de nature politico-diplomatique, comme agents du monarque pour alimenter les ambassades ou assurer des charges administratives dans ses royaumes ; mais aussi, et surtout, des fonctions de nature militaire. En premier lieu, parce que les nobles et les chevaliers de la Cour constituaient le niveau clientélaire de l’administration militaire (avec des fonctions d’encadrement, de commandement et de mobilisation de l’armée royale), face à ceux du niveau bureaucratico-administratif, avec des compétences financières et d’assistance logistique aux troupes, confinés eux aussi à des charges administratives au sein de la Maison royale (escrivania de ració, tresoreria). En second lieu, parce que ces nobles courtisans et leurs parents constituaient une potentielle réserve de troupes, principalement à cheval, rapidement mobilisable pour le service du roi. Comme en 1429 lorsque, grâce à ce potentiel de nobles et de caballeros courtisans et pensionnés, Alphonse V put disposer de 70 individus qui lui apportèrent 1 000 chevaux, soit près de 60 % du total payé par le roi lors des campagnes contre la Castille de cet été-là. Le corollaire de cet apport de troupes, vu la continuité et l’échelle toujours accrues de la guerre, serait la spécialisation militaire de la Maison royale, avec la création de collectifs de combattants, tant de cavalerie que d’infanterie. C’est le cas pour 1446. Mais avant l’apparition de ces hommes d’armes de la Maison royale, le roi disposait d’un environnement de nobles et de chevaliers courtisans, d’une clientèle féodale centralisée dans sa Cour, en partie héritée mais aussi créée par lui : une clientèle qui supposait un formidable outil de pouvoir politique et militaire, par sa souplesse potentielle et sa diversité fonctionnelle42. Ce rôle militaire de la noblesse attachée à la Cour, de nobles et chevaliers servant à la Chambre du roi, est aussi notable à la cour du roi de Navarre et du duc de Bourgogne, où une Maison militaire parallèle à la Maison civile émerge également, dans la seconde moitié du xve siècle.

31La formation et la nature du collectif de courtisans du roi d’Aragon méritent assurément une étude approfondie, actuellement en préparation. Nous savons qu’Alphonse V, dès le début de son règne en 1416, eut dans ses états au moins 224 individus nobles disponibles pour le servir dans les offices de la Maison royale. Ils constituaient la clientèle politico-militaire potentielle du jeune roi, constituée à la diligence de son père Ferdinand Ier. Établir ce collectif d’individus originaires des familles nobles de ses royaumes constitua une décision politique de grande importance. Un tiers d’entre eux environ devait alimenter le cercle flexible d’officiers et de conseillers, de diplomates, de capitaines et de soldats professionnels qui permettaient de rendre perceptible le pouvoir du monarque dans ses différents royaumes. Et tout cela, depuis la Maison royale.

Annexe. — La Maison royale d’Alphonse V : offices et personnel*

1. — Chambre royale

Camarlencs (C, R2, N11)
Cambrer (C, R6, N44)
Ajudants de cambra, sotscambrer (D, R6, N18)
Escrivà de la cambra (D, N4)
Covigera (D. N4)
Brasero, escombrador de la cambra (D, N1)
Patges (C, N16)
Armers (C, R1, N5)
Sotsarmers (D, R1, N3)
Uixers d’armes (C, R4, N27)
Porters de maça (D, R10, N26)
Porters de porta forana (D, R6, N10)
Fills de cavaller de honor (C, R20, N39)

2. — Santé

Metges de fisica (D, N5)
Metges de ciururgia (D, N3)
Especiers o apotecari (D, R1, N2)
Barbers (D, R1, N2)

3. — Vêtements

Sastres (D, R1, N2)
Sotsastre, ajudant de sastre (D, R2)
Brodadors (D, N4)
Çabater (D, N1)
Pellicer (D, N2)

4. — Table et apparat

Majordòmens (C, R2, N9)
Copers (C, R2, N10)
Botellers (C, R2, N5)
Rebosters (C, R2, N7)
Talladorers (C, R2, N4)
Trinxants, escuder dels coltells (C, R2, N4)
Sobrecocs (C, R2, N9)

5. — Alimentation

Sotsboteller (D, R1, N1)
Ajudants de boteller (D, N2)
Pastadors (D, R1, N2)
Ajudants de pastador (D, N1)
Sotsrebosters (D, R1, N2)
Ajudants de reboster (D, R3, N5)
Lavaneres (D, N3)
Cuiners majors (D, R2, N1)
Cuiner de companyia (D, R2)
Argenters o ajudants de la cuyna (D, R2, N5)
Ajudant a portar aygua a la cuyna (D, R2, N1)
Museu e ajudant de museu (D, R2, N1)
Minucier e ajudant de minucia (D, N1)

6. — Approvisionnement

Comprador (D, R1, N3)
Sotscomprador (D, R1, N1)
Ajudants de comprador (D, R2, N3)

7. — Musique

Ministers de xerenia (D, R3, N8)
Ministers de corda (D, N15)
Trompeters (D, R1, N4)
Tabalers (D, R2)

8. — Transport et voyage

Cavallerissos (C, R2, N7)
Sotscavallerissos (D, R1, N4)
Menescals (D, R1, N2)
Hòmens a peu de la escuderia (D, R12, N14)
Adzemblers (D, R7, N6)
Sotsadzemblers (D, R1, N1)
Sobreadzembler (D, R1, N3)
Ajudant de adzembler (D, R1, N2)
Posader (D, R1, N3)

9. — Chasse

Falconers majors (C, R2, N3)
Sotsfalconer (D, N1)
Hòmens a peu de la falconeria (D, R6)
Hòmerns de la falconeria a cavall (D, N9)
Munters majors (C, N3)
Sotsmunters (D, N3)
Hòmens a cavall de la munteria (D, N36)
Hòmens a peu de la munteria (D, N16)
Moços d’alans (D, N28)
Podenquers (D, R2)

10. — Office d’armes

Heraut (D, N1)

11. — Finances

Escrivà de ració (O, R1, N1)
Lochtinent d’escrivà de ració (O, R1, N1)
Escrivans de l’ofici d’escrivà de ració (O, R6, N17)
Tresorer (O, R1, N1)
Lochtinent de tresorer (O, R1, N1)
Escrivans de la tresoreria (O, R6, N19)
Porters deputats a servir la tresoreria (O, R6,
N10)
Conservador (O, N1)
Locthinent de conservador (O, N1)
Escrivans d’ofici de conservador (O, N5)
Maestre Racional (O, R1, N1)
Lochtinent de maestre racional (O, R1, N1)
Escrivans de maestre racional (O, R12, N13)
Porter de maestre racional (O, N1)

12. — Justice

Algutzirs (C, R2, N16)
Hòmens de l’ofici d’algutzir (O, R16, N17)
Promovedors (O, R4, N7)
Oïdors (O, R6, N5)
Escrivans d’oïdors, porters d’oïdors (O, R2)
Advocat fiscal (O, N3)
Procuradors fiscals (O, R1, N5)
Jutges de la cort (O, N1)
Veguers de l’audiència (O, R3)
Espatxadors de correus (O, N1)

13. — Administration

Canciller (O, R1, N1)
Vicecanciller (O, R1, N1)
Regent de la cancilleria (O, N2)
Protonotari (O, R1, N1)
Lloctinent de protonotari (O, R1)
Secretaris (O, R2, N3)
Arxiver (O, R1)
Segelladors (O, R2)
Escrivans de manament (O, R12)
Escrivans de registre (O, R8)
Escalfador de la cera per los segells (O, R1)

14. — Chapelle

Monges lloctinents de capellà (D, R2, N2)
Escolans de capella (D, R2, N4)
Confessor (D, R1, N1)
Monges lloctinents d’almoiners (D, R2, N2)
Escolans de l’almoyna (D, N2)
Capellans e xantres (D, N36)

* Typologie des offices : C (courtisans), O (officiers administratifs), D (domestiques). Personnel des offices : R (nombre de personnes dans les ordonnances : ARV, RC, 622) ; N (nombre de personnes dans les états : ACA, CR, Varia, 29).

Notes

1 Ce travail part de mes recherches sur la Maison royale dans l’organisation militaire de la couronne d’Aragon au bas Moyen Âge ; je renvoie à J. Sáiz Serrano, Ejército, pp. 108-181 et Id., Guerra y nobleza, pp. 81-103.

2 Arxiu del Regne de València (ARV), Maestre Racional (MR), n° 8 780, fos 110v°, 156r°-159v°.

3 Sur ces Cours ou Maisons royales en général, voir : R. Asch et A. M. Birke, Princes ; M. Aymard et M. Romani (dir.), La cour comme institution économique ; A. Marchandisse et J.-L. Kupper (éd.), À l’ombre du pouvoir. Pour l’Angleterre : Ch. J. Given-Wilson, The Royal Household ; pour la Bourgogne : W. Paravicini, « The Court » et Id., « Structure et fonctionnement » ; B. Schnerb, L’État bourguignon ; pour la France : E. Lalou, « Le fonctionnement de l’hôtel du Roi » ; M. Ornato, Répertoire ; pour le Portugal : R. Costa Gomes, A Corte dos reis, en anglais dans id., The Making of a Court Society ; en Castille : M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real » ; J. de Salazar, La casa del Rey ; enfin en Navarre : M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III.

4 Sur la Maison du roi d’Aragon depuis les royaumes de Sicile et de Naples, voir : P. Corrao, Governare un regno, pp. 307-322 : et A. Ryder, El reino de Nápoles, pp. 30-31 et 71-111. Et depuis l’ensemble des royaumes de la couronne d’Aragon à partir des ordonnances de Pierre IV, voir : A. Beauchamp, « Ordonnances et réformes » ; G. Navarro Espinach, « Consejeros influyentes y personas de confianza » ; M. Vanlandingham, Transforming the State. Pour une période antérieure : L. Klüpfel, « El règim » ; J. Trenchs, Casa, Corte y Cancillería.

5 María Narbona Carceles, dans son article de ce volume (pp. 151-167) défend le modèle ibérique de Cour royale, à partir des réflexions de R. Costa Gomes (The Making of a Court Society, pp. 27-34) et F. Lainé (« Introduction », p. 16).

6 Les registres de la Trésorerie et des comptes parallèles dans : Arxiu de la Corona d’Aragó (ACA), Real Patrimonio (RP), MR, n° 419 (1419-20) ; ARV, MR, nos 8.759-8773 (1424-1428), nos 8.774, 8.777-8.778, 9.823 (3), 9.834, 8.780, 8.785-8.786 (1429-1432) ; ACA, RP, MR, n° 422 (1432) ; ARV, MR, nos 9.401-9.403, 8.790, 9.385, 9.407-9.408, 9.573, 8.791 (1441-1447). Sur les types d’ordonnances, voir les réflexions de M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III, pp. 113-116.

7 Je renvoie à l’étude de A. Beauchamp dans ce volume (pp. 43-56) et à l’édition de ces ordonnances : Ordinacions de la Casa y Cort.

8 Voir une copie manuscrite du xviie siècle des Addicions dans : ARV, Real Cancillería (RC), n° 622 ; l’index de ce manuscrit dans : F. Roca Traver, « Un manuscrito ». Cette réglementation inclut les compétences militaires de la Maison royale, annalysées dans J. Sáiz Serrano, Guerra y nobleza, et Id., « Los ejércitos ». Sur la genèse de ces Addicions, voir : A. Beauchamp, « Ordonnances et réformes ».

9 ACA, Cancillería Real (CR), n° 2.668 (1419), n° 2797 (1424-1430) ; ARV, RC, nos 232-233 (1419-1430).

10 Comme celle qui est localisée pour 1416 : ACA, CR, Varia, 29.

11 Je me fonde sur le schéma de la Maison du roi d’Aragon de R. Costa Gomes, The making of a Court Society, p. 28.

12 Dans cette annexe, je rassemble les 109 offices nommés entre les deux sources et qui, selon leurs fonctions, peuvent se distribuer ainsi : sous l’autorité des camarlencs : 13 charges de la Chambre royale, 4 de santé et 5 de garde-robe. Sous la coordination des majordòmens : 6 offices du service à la table royale et d’appareil de représentation, 13 d’alimentation, 3 d’approvisionnement, 4 de musique, 9 de transport et voyages, 10 de chasse, et un office d’armes. Contrôlées par le maestre racional : 14 charges de finances ; supervisés par le canciller, 10 offices de justice et 11 d’administration ; et enfin, 6 charges de la Chapelle royale.

13 R. Costa Gomes, The making of a Court Society, pp. 27-34 ; F. Lainé, « Introduction », pp. 16-19 ; et le travail de M. Narbona Cárceles dans ce volume (pp. 151-167).

14 À ce sujet, je renvoie à la réflexion et à la bibliographie, surtout anglo-saxone, de mes travaux : J. Sáiz Serrano, « Una clientela », pp. 99-102, et Caballeros del rey, pp. 85-89.

15 Sur cette structure en groupes de la Maison royale, je renvoie à Id., Caballeros del rey, pp. 87-98.

16 ARV, RC, n° 622, fos 209v°-219r°. Cette ordonnance se trouve dans la copie du registre des ordonnances de la Maison royale, que la ville de Valence fit compiler en mai 1419 pour disposer d’un corpus : il recueille les Ordenacions de 1344 de Pierre IV et les ordonnances mineures successives (Addicions), parmi lesquelles celle d’Alphonse V (IV de Valence), rédigée vers 1416- 1418, au début de son règne.

17 Les gages (quitació ou provisió) devaient couvrir le logement et l’entretien du serviteur et de ses montures (chevaux, mules, etc.), indiqués en un montant journalier payé trimestriellement (terça) ; la quitació correspondait aux oficials e domèstichs de cavall, et était calculée d’après le nombre de montures assignées à la charge ; la provisió était destinée aux oficials e domestichs de peu. Pour certains offices (nobles de la Cour et officiers administratifs), s’ajoutent à ces rétributions les droits de la charge (drets e vestir) : ARV, RC, n° 622, fos 209v°-219r°.

18 La dépense annuelle prévue pour la rétribution du personnel de la Maison dans ARV, RC, n° 622, f° 220r°. Le calcul a été fait à partir des rentrées totales du premier exercice de la Trésorerie du second semestre de 1424, 611 584 salaires royaux de Valence (ss) [ARV, MR, n° 8, 759, sans f°] et en tenant compte de la dépense semestrielle de la Maison (405 580 ss.).

19 J. Sáiz Serrano, « Las expediciones norteafricanas », Tableau 1.

20 Concrètement, 1 460 604 ss de recettes et 1 619 869 ss de dépenses : ARV, MR, nos 8.763 et 8.765.

21 ARV, MR, n° 8.761 (1425), fos 61v°-62r°, 65r°, 74r°, 79v°-80r° ; ARV, MR, n° 8774 (1429), fos 61r°-63v°, 69r°, 90r°, 95r°, 96v°, 117r° et 124v°-136r° ; ARV, MR, n° 8.780 (1431), fos 156r°-159v° ; ACA, MR, n° 422 (1432), fos 75r°-79r° ; ARV, MR, n° 9.407 (1446), fos 120v°-121v°, 171v°-182v°.

22 En 1425, 86 sur 90 sont domestiques (95 %) ; en 1429, 210 sur 285 (73 %) ; en 1431, 189 sur 257 (73 %) ; et en 1446, rien de moins que 268 sur 284 (94 %).

23 Le personnel de ces offices représente un groupe nourri dans les cas analysés : en 1425, 52 munters a cavall ; en 1429, 96 personnes (44 patges et 52 munters a cavall) ; en 1431, 75 (45 patges et 30 munters a cavall) ; et en 1446, 64 personnes de la munteria. Le collectif de patges est comparable à celui, réglementé, de fills de cavallers, voir J. Sáiz Serrano, Caballeros del rey, pp. 90-91.

24 En 1425, on compte 22 officiers administratifs ; en 1429, 18 ; en 1431, 10 ; et en 1446, 7.

25 Les offices rattachés au canciller recevaient une rémunération sur le dret de segell et non sur la Trésorerie. De son côté, le maestre racional de la Cour coexistait avec des offices homonymes dans différents royaumes, comme le maestre racional du royaume de Valence ; voir : E. Cruselles, El Maestre Racional ; F. Sevillano Colom, « Cancillerías ».

26 Personnel qui figure aussi six mois plus tard à Messine, ACA, MR, n° 422, fos 135r°-136r°, 141r°-142v°.

27 ACA, CR, Varia, 29, fos 1r°-29r°.

28 Le groupe de fills de cavallers réunit trois collectifs : les « fills de cavallers de honor » (6), les « fills de cavaller de honor qui son tenguts a portar cavall et armes » (14) et les « fills de cavaller per servir en tinell » (19). Il compte aussi un nombre réduit de patges (16) qui, bien qu’ils apparaissent comme recevant régulièrement une rémunération, ont probablement supplanté la charge de fill de cavaller, absente des sources financières.

29 J. Sáiz Serrano, « Una clientela », pp. 102-116.

30 ARV, MR, n° 9.384.

31 ARV, MR, n° 9.813 (3), fos 98r°-110r°.

32 ACA, C, n° 2797, fos 55v°-83r°.

33 ARV, MR, nos 9.408 et 8.791.

34 ARV, MR, n° 8.774, fos 67v°, 91v°, 93r°-v°, 95v° et 101v°.

35 ARV, MR, n° 8.744, fos 103v° et 92v°.

36 ARV, MR, n° 9.813 (3), fos 98r°-110r° ; n° 9.823 (3), fos 41r°-48v° ; et n° 9.384, fº 43rº-48r°.

37 ACA, C, n° 2.797, fos 55v°-83r°.

38 Dans le contexte de formation de l’armée royale permanente : J. Sáiz Serrano, « Formación » et Caballeros del rey, pp. 99-138.

39 Ch. J. Given-Wilson, The Royal Household, pp. 258-259 ; B. Guenée, Occidente durante los siglos xiv y xv, p. 87 ; M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III, pp. 131-134 ; J. Sáiz Serrano, Guerra y nobleza, p. 103 ; B. Schnerb, L’État bourguignon, p. 292.

40 W. Paravicini, « The Court », pp. 87-88 ; et Id., « Structure et fonctionnement », pp. 5-7 ; B. Schnerb, L’État bourguignon, pp. 290-293 ; M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III, pp. 123-129.

41 B. Schnerb, L’État bourguignon, pp. 292-293.

42 J’ai étudié en profondeur la dimension militaire de cet environnement courtisan dans : J. Sáiz Serrano, Caballeros del rey.

Auteur

Universitat de València

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search