Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

II. De l’ampleur de quelques entourages princiers

Structure et organisation de la Maison du roi de Castille pendant la seconde moitié du xive siècle

Les majordomes et la Chambre royale de Jean Ier (1379-1390)

Francisco de Paula Cañas Gálvez

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet de recherche financé par le Ministerio de Ciencia (...)
  • 2 Pour les premiers Trastamare dans leur aspect purement politique, font référence les livres de J. V(...)
  • 3 Le premier étant F. de P. Cañas Gálvez, « La Casa de Juan I ».

1Ces dernières années, les travaux consacrés à l’étude de la Maison royale de Castille pendant le xve siècle se sont multipliés de façon remarquable1. Il n’en a pas été de même avec le xive siècle, et tout particulièrement avec sa seconde moitié, étape de l’histoire de Castille caractérisée par de profondes réformes structurelles qui changèrent de manière déterminante la vie institutionnelle et politique de la Cour2. Cette carence historiographique, si souvent excusée par la rareté des sources documentaires de la période, a en outre empêché d’étudier en détail la façon dont les réformes des bases de l’appareil bureaucratique et administratif de la Couronne initiées par Henri II affectèrent les milieux les plus privés de la société curiale et de la vie royale, et de voir si elles supposèrent une évolution logique ou, au contraire, marquèrent une rupture avec les structures administratives et domestiques qui jusqu’alors avaient prédominé dans la Maison royale de Castille. Telles sont les questions que nous prétendons traiter dans ce travail. Pour ce faire, nous nous focaliserons sur l’étude institutionnelle et prosopographique des deux piliers fondamentaux sur lesquels repose toute l’organisation de la Maison royale : les majordomes et la Chambre royale. Pour des raisons d’espace, une partie des officiers dépendant de majordomes et de chambellans, ainsi que le reste des officiers de la Maison du roi n’apparaîtront pas dans cette étude, et seront traités dans différents travaux successifs en cours de publication3.

  • 4 AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1. Publié par L. Suárez Fernández, Historia del reinado de Juan I, (...)
  • 5 J. M. Díez Martínez et alii, Documentos de Juan I. P. López de Ayala, Crónica del rey don Juan.

2Les sources consultées pour l’élaboration de cet article sont nombreuses. Nous devons souligner en premier lieu la lettre de quitus des comptes du chambellan Diego López de Estúñiga (1379). Cet important document nous a été particulièrement utile au moment d’approfondir différents aspects de la vie domestique au cours des deux premières années du deuxième des Trastamare4. Avec lui, l’édition des documents de Jean Ier conservés aux archives de la Région de Murcie, outre d’autres inédits provenant des Archives Générales de Simancas (AGS), des Archives Générales de Navarre (AGN), de la section « Noblesse » des Archives Historiques Nationales (AHN, Nobleza) et de l’Académie royale d’Histoire (RAH), en plus de la chronique du royaume, nous ont fourni des matériaux suffisants pour mener à bien cette recherche5.

I. — LA MAISON ROYALE DE CASTILLE PENDANT LA SECONDE MOITIÉ DU XIVe SIÈCLE : DE L’ABSENCE D’UN CADRE LÉGAL À LA CONSOLIDATION D’UN MODÈLE ORGANISATIONNEL PENDANT LE RÈGNE DE JEAN Ier

  • 6 M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real », pp. 331 et 332.

3L’un des aspects les plus frappants de la structure de la Maison royale de Castille durant le bas Moyen Âge est le manque d’ordonnances régulant son fonctionnement et délimitant les sphères de compétence de ses officiers. Ni la Segunda Partida alphonsine, où sont relevés les offices les plus importants de la Maison d’Alphonse X, ni les prescriptions des Cortes de 1312, 1371, 1374, 1385, 1433 et 1436 ne peuvent être considérées comme telles, car il s’agit de normes d’activité occasionnelles rédigées dans le but, au moins dans le cas des prescriptions, d’éviter des pratiques de chancellerie frauduleuses lors de la perception des droits tarifaires que les officiers de la chancellerie royale réclamaient pour l’émission de documents d’un genre déterminé6.

  • 7 Ibid., p. 330.
  • 8 Ibid., p. 331.
  • 9 On ne conserve le texte d’aucune de ces ordonnances. M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III, p (...)

4Cette absence de cadre légal concret contraste, sans aucun doute, avec le panorama que connaissait alors le reste des cours hispaniques. Dans le cas de la couronne d’Aragon, par exemple, nous savons que depuis l’époque de Pierre III le Grand s’étaient succédées des ordonnances royales tendant à réguler le fonctionnement et l’organisation des offices et des officiers de Cour7. Dans ce contexte de développement institutionnel précoce, la publication en 1337 des Leges Palatinae de Jaime III de Majorque consolidait un modèle d’organisation curiale qui devait se perpétuer et plus tard s’exporter en Castille, adapté toutefois à l’idiosyncrasie et aux besoins politiques castillans, comme nous aurons l’occasion de l’étudier plus loin dans ce travail8. De la même façon, en Navarre, la documentation conservée montre aussi l’existence de normes similaires depuis le début du xive siècle. C’est par exemple de 1320 que datent certaines ordonnances du comte Philippe d’Évreux (roi de Navarre en 1328) qui, dans leurs lignes générales, suivent le modèle établi par Louis IX en France des décennies plus tôt, et qui devaient être la base de celles édictées par la suite par Charles II et Charles III en 1376, 1392, 1399, 1404 et 14069.

  • 10 P. López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, p. 16
  • 11 L. V. Díaz Martín, Los oficiales de Pedro I, pp. 19-118.

5Dans le cas castillan, comme nous l’avons annoncé plus haut, ces dispositions n’existèrent jamais, bien qu’il soit vrai que la Maison royale possédait, au milieu du xive siècle, une structure définie qui manifestait une certaine maturité institutionnelle. López de Ayala nous offre d’importants renseignements sur la composition de la Maison de Pierre Ier après son accession au trône de Castille. Selon le chroniqueur, la Maison du nouveau roi, héritière de celle d’Alphonse XI, était constituée dans ses grandes lignes par les offices de grand alférez (lieutenant), grand majordome, adelantado de Castille, grand garde, échanson, officier de l’écuelle, chambellan, repostero (garde de la vaisselle), adelantado de la frontière et adelantado du royaume de Murcie10. S’appuyant sur la documentation d’archives, Díaz Martín inclut aussi dans sa structure les charges suivantes : grands adelantados (Pays de Léon, Galice et Asturies), merino mayor de Galice, alcades du roi, des fijosdalgo, fournisseur de la Mesta, grand alguazil, grand amiral de la mer, précepteur du roi, grand maître des arbalétriers, grand écuyer, grand chancelier, chancelier du sceau secret, confesseurs et chapelains, capitaine des écuyers du corps du roi, cuisinier, grands comptables, grand échanson, grand économe, grand garde du corps du roi ; grand fauconnier, grand justicier de la Maison du roi, les quatre grands notariats territoriaux (Castille, Léon, Tolède et Andalousie), sans compter la charge de latin et des privilèges roués, d’auditeurs de l’Audience royale, de portiers, de crieur public, de procurateur du roi auprès de l’Audience, de repostero mayor et de grand trésorier11.

  • 12 Cortes de los antiguos Reinos de León y de Castilla, t. II, pp. 233-35. Voir aussi M.Á. Ladero Ques (...)

6Cependant, et malgré cette organisation institutionnelle apparemment solide, certaines sources contemporaines nous conduisent à penser que cette structure ne jouissait pas encore d’une stabilité pleinement affermie ou, du moins, telle était l’opinion de certains secteurs institutionnellement influents. Nous savons par exemple que les procureurs réunis aux Cortes de Toro en 1371 demandèrent à Henri III d’organiser la Maison et la Cour royale après la guerre civile de 1366-1369. Le roi répondit que c’était chose faite, en se référant sans aucun doute à l’ordonnance sur les droits de chancellerie qu’il avait édictée durant la période, et dont l’intention était d’en finir avec les pratiques abusives des officiers royaux dans le recouvrement des droits tarifaires et des taxes de chancellerie. Dans ce texte, qui n’est pas une ordonnance régulant la Maison royale dans sa totalité, était malgré tout profilée son organisation générale. On y parle d’officiers, principalement à caractère domestique, « de la Maison du roi qui travaillent sans juridiction » : grand majordome, grand échanson, grand portier, repostero mayor, cuisinier, fourrageur, écuyer, fournisseur d’orge, chapelain et fourrier. Également de « grands offices sans juridiction extérieurs à la Maison du roi » : alférez, amiral, racheteur de captifs et monnayeur ; d’« officiers de la Maison du roi qui ont juridiction et pouvoir de rendre justice » : grands chanceliers, grands notaires, grand alguazil de la Maison du roi et alcades de Cour ; de « grands officiers extérieurs à la Maison du roi avec juridiction » : alcade fournisseur de la Mesta, grand alcade des approvisionnements, grand adelantado et grand bailli ; et, pour finir, d’« officiers que nomment pour les représenter les grands officiers, tant de la Maison du Roi que de l’extérieur » : adelantado mayor et grand majordome12.

  • 13 P. López de Ayala, Crónica del rey don Juan, pp. 776-778 et 785. Antérieurement à cette date, cepen (...)
  • 14 Tous remplissaient des charges identiques dans la Maison du roi. P. López de Ayala, Crónica del rey (...)
  • 15 Alfonso de Aragon, marquis de Villena. Avec la même charge dans la Maison du roi.
  • 16 Juan García Manrique, archevêque de Saint-Jacques. Même charge dans la Maison du roi.
  • 17 Juan Serrano, prieur de Guadalupe.
  • 18 Pedro González de Mendoza. Même charge dans la Maison du roi.
  • 19 Santiago García. Même charge dans la Maison du roi.
  • 20 Juan de San Pedro. Même charge dans la Maison du roi.
  • 21 Pero López de Ayala.
  • 22 Ferrand Pérez de Villafranca.
  • 23 Juan Hurtado de Mendoza.
  • 24 Juan de Velasco.
  • 25 Lope Fernández de Padilla.
  • 26 Diego López de Estuñiga.
  • 27 Diego Gómez Sarmiento.
  • 28 García Fernández Sarmiento.
  • 29 Álvaro de Albornoz.
  • 30 Juan Duque.
  • 31 Juan Martínez de Medrano.
  • 32 Pedro González de Mendoza.
  • 33 Pedro González de Mendoza.
  • 34 Les docteurs Pero López et Pero Sánchez. P. López de Ayala, Crónica del rey don Juan, pp. 776- 78 e (...)
  • 35 Pero Suárez de Quiñones, puis, plus tard, Juan Alfonso de la Cerda.
  • 36 L’archidiacre de Treviño.
  • 37 Juan Núñez de Villaizán.
  • 38 Carlos Ramírez de Arellano.
  • 39 Mosén Manuel de Villanoba.
  • 40 Lope Fernández de Vega.
  • 41 Ferrand Carrillo, fils du chambellan royal Juan Carrillo.
  • 42 Diego Gutiérrez.
  • 43 Alfonso García de Madrid.
  • 44 Álvaro de Villaizán.
  • 45 Le fils de Lope Fernández de Vega.

7C’est sur ce modèle, très similaire dans ses grandes lignes à celui que présentait la Maison de Pierre Ier, que s’appuya Jean Ier quand, en 1385, il ordonna la constitution de la Maison de ses fils, les infants Enrique et Fernando13. Pour la Maison d’Enrique, le roi disposa que les officiers « de la justice, ainsi que les adelantamientos, et les notariats, et les juridictions des fijosdalgo et les autres juridictions de notre Cour », c’est-à-dire les officiers de l’appareil bureaucratico-administratif de la Couronne, seraient ceux du roi14. Les autres offices seront ceux de connétable15, grand chancelier16, chancelier du sceau secret17, grand majordome18, grand économe19, économe des chevaliers20, alférez et porte-bannière de la fanfare21, comptable de la dépense22, grand alférez23, grand chambellan24, lieutenant du grand chambellan25, chambellan de la Chambre des draps26, grand alguazil et maréchal27, repostero28, échanson29, officier de l’écuelle30, officier du couteau ou tranchant31, maréchal32, grand fourrier33, et veedores des requêtes34. De son côté, la Maison de l’infant Fernando, en qualité de second héritier, compta un nombre moindre d’officiers, avec seulement un majordome35, un grand chancelier36, un grand chambellan37, un grand alférez38, un grand échanson39, un grand garde de la vaisselle40, un grand alguazil41, un grand comptable42 et un grand repostero43 outre un officier du couteau ou tranchant44 et un autre officier de l’écuelle45.

8Nous ne devons pas nous étonner de cet intérêt du roi à doter ses fils d’une Maison bien articulée et gérée par des officiers efficaces, si nous pensons que Jean Ier lui-même se montra, dès les premières années de son règne, fort préoccupé de perfectionner et de consolider la structure de sa Maison comme moyen d’action de gouvernement de plus en plus effective et efficace ; une préoccupation qui allait de pair, sans nul doute, avec les autres réformes menées à bien par le monarque dans son travail de consolidation et de renforcement du pouvoir royal de la nouvelle dynastie Trastamare. Les problèmes qu’entraînait l’organisation bureaucratico-administrative de la monarchie étaient, bien entendu, évidents : carence d’une organisation rationnelle dans les cadres administratifs de la couronne de Castille elle-même, inexistence de compétences déterminées pour chaque officier aulique et dédoublement de fonctions et d’obligations, entre autres aspects, faisaient de la Cour un chaos administratif, son fonctionnement étant entre les mains d’une élite d’officiers qui, faute d’un cadre législatif concret et bien défini, fut chargée de gérer les affaires de la monarchie, presque toujours avec succès. Pour exemple le docteur Alvar Martínez de Villareal au temps de Jean Ier, le chancelier Juan Martínez à l’époque d’Henri III ou le docteur Fernando Díaz de Toledo pendant le règne de Jean II.

  • 46 Archivo de la Corona de Aragón (ACA), reg. 1.287, f° 2r°. Cité par L. Suárez Fernández, Historia de (...)

9Dans cet effort de modernisation, Jean Ier de Castille décida d’importer le modèle aragonais, appliqué avec succès, des Ordinacions (1344) de Pierre IV. On sait qu’en 1384 il en fit faire une copie et que le texte se trouvait en Castille en 138746 ; il semble, donc, qu’il y ait eu de sérieuses intentions de le concrétiser, mais la mort prématurée du roi en 1390 et la longue et difficile minorité d’Henri III avec la perte d’une autorité monarchique forte qu’elle entraîna ne permirent pas son implantation.

  • 47 Cortes de los antiguos Reinos de León y de Castilla, t. II, pp. 359 et suivantes ; t. III, pp. 422- (...)

10De façon parallèle à l’arrivée en Castille du texte des Ordinacions, se produisirent quelques mouvements réformateurs au sein de la Maison royale. Nous savons par exemple que les Cortes de Briviesca en 1387 insistèrent auprès du roi sur la nécessité de réformer certains aspects de sa Maison, surtout en ce qui concernait les dépenses élevées d’un personnel en constant accroissement et, selon les délégués, dans certains cas peu rentables pour la Couronne. La mesure était bien entendu d’une importance capitale, car elle prétendait couper à la racine un problème qui, par son ampleur et la paralysie des finances royales qui s’ensuivait, empêchait nombre d’officiers de recevoir à temps leurs rations et leurs gages ou, simplement, de ne pas les recevoir du tout. Conscient du problème, Jean Ier entendit les protestations des membres des Cortes et ordonna de réviser, avec l’assistance technique du conseil royal, toutes les faveurs qui seraient accordées par la suite, bien que, comme nous ne l’ignorons pas, cette disposition ait dû être peu effective, si nous pensons que plus d’un demi-siècle après, en 1442, les membres des Cortes réunis à Valladolid revinrent auprès de Jean II avec des problèmes très similaires47.

  • 48 S. de Dios, El Consejo Real de Castilla. C. Garriga, La Audiencia y Chancillerías castellanas.

11Le nombre élevé d’officiers qui servaient le monarque à l’époque mérite une mention à part, car au-delà de la prodigalité royale critiquée par les Cortes, il répondait, en réalité, aux besoins bureaucratico-administratifs et politiques croissants d’une monarchie en plein processus d’affermissement institutionnel. D’une part, la création, en 1385, du Conseil royal et le développement associé de l’Audience royale, avec leurs appareils bureaucratiques respectifs, rendaient nécessaire un grand nombre d’officiers qualifiés et, par conséquent, bien payés48 ; d’autre part, la consolidation des différentes Chambres royales, attestée pour la première fois par des documents à l’époque de Jean Ier, comme conséquence de l’accroissement des richesses mobilières d’une royauté de plus en plus resplendissante, accrut le nombre des serviteurs auliques jusqu’à des limites inconnues jusqu’alors, ce qui entraîna les plaintes des Cortes, qui y voyaient une augmentation constante de la pression fiscale sur les roturiers.

12À la fin du règne, et en dépit des difficultés mentionnées ci-dessus, les réformes menées par la Couronne avaient été couronnées de succès. La Maison royale, ainsi que la structure de l’appareil bureaucratico-administratif de la Couronne tout entier, avaient connu un développement institutionnel notable, si bien que, dans ses lignes structurales de base, elle serait identique à celle que les successeurs de Jean Ier auraient un siècle plus tard.

II. — LES MAJORDOMES

  • 49 M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real », pp. 333-334.
  • 50 Figurait comme tel en 1388 Pero Sánchez de Castillo, à l’époque auditeur auprès de l’Audience royal (...)

13À la tête de tout le fonctionnement et de l’administration de la Maison royale se trouvait la personne du grand majordome. Il avait sous sa responsabilité la nomination de nombreux officiers secondaires, la coordination de toute l’organisation et du fonctionnement de la table royale et le contrôle de la parfaite tenue des écuries, chevaux et bêtes de somme. En tant que chef de l’administration financière, il était en outre chargé de présider aux adjudications des affermages des rentes royales49. Pour les tâches d’approvisionnement de la Maison royale, il était aidé par le veedor de la Maison du roi, officier chargé d’informer et de conseiller le majordome et le chambellan sur les prix et les qualités des matières à acheter pour la Maison et la Chambre royales, et dont il semble que l’exercice, à cause de sa difficulté technique, soit retombé sur des officiers hautement qualifiés50.

  • 51 Nous trouvons dans ces fonctions Juan Martínez de Luna, grand majordome de l’infante Éléonore d’Ara (...)
  • 52 J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 380-382.

14Vu la haute importance de la charge, il n’est pas étonnant que la présence de ses titulaires dans des événements éminents pour la monarchie, tels que banquets royaux, prestations de serment, signatures de traités de paix ou contrats de mariage, ait été en augmentation tout au long du bas Moyen Âge51. Ce qui était probablement en harmonie avec le poids politique de ses titulaires, procédant pour nombre d’entre eux, au cours des xiiie et xive siècles, de la royauté même, comme les infants Sancho (1276-1277), Manuel (1278-1282), Juan (1284-85) ou Pedro (1310-1311), entre autres personnages de haute noblesse du cercle aulique52.

  • 53 Cortes de los antiguos Reinos de León y de Castilla, t. II, pp. 151, 282 et 310. Tant l’alférez roy (...)
  • 54 D. Gutiérrez Coronel, Historia Genealógica, p. 160, cité par J. de Salazar, La casa del Rey, p. 391
  • 55 J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 390-393.
  • 56 RAH, Salazar, M-10, f° 199v°.

15L’accès au trône des Trastamare ne supposa pas, dans ses grandes lignes, un changement de type institutionnel par rapport aux règnes antérieurs, même s’il est vrai que la charge ne retomba plus jamais sur un membre de la royauté, mais fut assurée dès lors par des nobles de la confiance du roi qui, de cette façon, récompensait la fidélité et les services rendus à la Couronne lors des années difficiles de l’instauration de la nouvelle dynastie en Castille. La nomination de majordomes royaux devint donc une question délicate où intervenait le monarque en personne. C’est pourquoi, et dans l’intention d’éviter de désagréables surprises, elle fut réglée de façon très précise après l’accès des Trastamare au trône de Castille. Les Juifs furent rapidement exclus des possibles candidats et on ne tarda pas à fixer les taxes que les majordomes nouvellement nommés devraient payer à la chancellerie royale53. De plus, dans les dernières années du xive siècle, la charge prit un caractère héréditaire en échéant aux Mendoza, l’un des lignages élevés par Henri II après son accès au trône de Castille. Ce fut d’abord Pedro González de Mendoza, seigneur de Hita, Buitrago, Torija et du Real de Manzanares, qui occupa ladite charge pour Jean Ier, depuis sa période d’infant héritier (1374), bien qu’il eût déjà servi Henri II dans le même office depuis 1367, jusqu’à sa mort à la bataille d’Aljubarrota (1385) ; puis son fils, Diego Hurtado de Mendoza (1385-1389), qui fut nommé grand majordome « alors qu’il était encore mineur […], dont l’emploi fut dans l’intérim occupé par son oncle et tuteur, don Juan Hurtado de Mendoza, seigneur de Mendívil et Almazán, noble de sang, qui ensuite ne voulut pas le quitter et qu’en échange le roi nomma grand juge de Castille54 » ; plus tard, le ci-dessus mentionné Juan Hurtado de Mendoza (1391-† 1419) et durant le xve siècle, et jusqu’à la nomination de Juan Pacheco, d’abord comme majordome du prince Enrique (1440) et plus tard du roi Henri IV (1454), la charge fut remplie par Juan Hurtado de Mendoza (1419-† 1426) et Ruy Díaz de Mendoza (1426-1454)55. En octobre 1379 Fernando Díaz de Mendoza apparaît comme majordome et vassal de Jean Ier. Il s’agissait probablement d’un majordome mineur ou d’un lieutenant du grand majordome, avec qui, très certainement, il était apparenté56.

  • 57 J. Enríquez Fernández et alii, Archivo foral de Vizcaya, doc. 45, pp. 125-132. J. de Salazar, La ca (...)
  • 58 A. Barrios García et alii, Docuentación medieval, doc. 23, pp. 59-60.

16Mais si, comme nous venons de le constater, l’accès au rang de majordome à l’époque des premiers Trastamare était une récompense royale pour la fidélité de certains nobles, son exercice devint aussi, pour d’évidentes raisons, une porte ouverte pour accéder à d’autres éminentes et influentes charges de Cour et, par conséquent, à une situation économique aisée pour ses titulaires. Nous savons, par exemple, que tant Juan Hurtado de Mendoza (1385) que son neveu Diego Hurtado de Mendoza (1392) furent aussi majordomes du prince Enrique, et que Juan fut conseiller royal (1387-1388), en plus d’être tuteur et précepteur d’Henri III. Antérieurement à sa nomination comme majordome, il avait rempli les charges de grand boursier de Biscaïe (1375) et grand alférez d’Henri II et de Jean Ier (1372- 1385)57. D’autres Mendoza remplirent, apparemment, d’autres offices de Cour moins importants mais tout aussi influents. Ce fut le cas, par exemple, de Pedro Hurtado de Mendoza, qui figurait en 1384 comme auditeur de l’Audience royale58.

  • 59 Nous ignorons le montant total de ces droits au temps de Jean Ier, mais ils devaient être élevés, s (...)

17En ce qui concerne les avantages économiques dérivés de l’exercice de cette charge, les données parlent d’elles-mêmes. Il y avait d’une part les pourcentages élevés perçus comme président des adjudications des rentes royales ; il faudrait y ajouter les droits de chancellerie touchés pour l’émission de certains documents dérivés de leur activité bureaucratique et administrative en tant que grand majordome. Le montant de ces derniers droits avait été réglementé par Henri II, mais il semble que ce règlement ait été peu respecté, vu que ces dispositions durent être réitérées par Jean II dans l’ordonnance de Ségovie du 20 décembre 143359. On insista alors de nouveau pour que les majordomes et leurs lieutenants ne recouvrent pas de sommes qui ne leur revenaient pas de droit et que chaque

  • 60 Memorias de don Enrique IV, t. II, pp. 474 sqq. J. Abellán Pérez, Documentos de Juan II, doc. 180.

asentamiento de cada ración nueva un día de ración é de cada fe que libre doce maravedis é de asentamiento de cada libramiento tres maravedis segund que fasta aquí é non que non ayan nin lieven mas nin otra cosa alguna por razon del dicho ofiçio60.

  • 61 RAH, Salazar, M-10, f° 199v°.
  • 62 Par cédule du 12 août 1379, AHN, Nobleza, Osuna, leg. 173, n° 19.
  • 63 AHN, Nobleza, Osuna, leg. 1 652, n° 7. L. Suárez Fernández, Historia del reinado de Juan I, t. II, (...)
  • 64 AHN, Nobleza, Osuna, leg. 14, n° 10. A. I. Sánchez Prieto, La casa de Mendoza, p. 36, n. 70 et 71.

18D’autre part, il y avait les faveurs royales reçues en vertu d’une étroite relation quotidienne avec le roi. Les exemples sont nombreux. Nous savons qu’en octobre 1379, Jean Ier accorda au majordome Fernando Díaz de Mendoza 40 tributs quitos e francos libres d’impôts à Villalquite, dans le bailliage de Monzón, somme qui fut successivement confirmée à ses héritiers jusqu’à l’époque des Rois Catholiques61. Et peu de temps auparavant, en août de la même année, le roi avait ratifié au grand majordome Pedro González de Mendoza 140 tributs situés dans l’archevêché de Tolède (120) et l’évêché de Sigüenza (20)62. Vers la même époque, le roi lui confirma également l’exemption de tributs accordée par Pierre Ier pour tous les hommes que González de Mendoza avait à son service63 ; il lui ratifiait, dans une longue liste de concessions de diverse nature et importance, les deux majorats fondés en faveur de son fils aîné (1380) et de son autre fils, Juan Hurtado de Mendoza (1382)64.

III. — LA CHAMBRE DU ROI : BRÈVES REMARQUES SUR SON ÉVOLUTION INSTITUTIONNELLE ET SON ÉCONOMIE

  • 65 F. de P. Cañas Gálvez, « La cámara de Juan II », pp. 81-195.
  • 66 J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 253-254.

19C’était le lieu le plus privé dans le quotidien de la personne royale65. Le gouvernement et le fonctionnement en étaient confiés au grand chambellan, officier palatin de haut rang, sur qui retombait aussi le contrôle des appartements du monarque et de tout ce qu’ils contenaient : vêtements, lit, coffres, bijoux, armes, tissus et écrits, en plus de l’argent qui y entrait et en sortait. Sous son autorité se trouvaient divers chambellans mineurs et un nombre indéterminé d’officiers dont le profil institutionnel et les compétences variaient notablement des uns aux autres66.

  • 67 Cortes de los antiguos Reinos de León et de Castilla, t. II, p. 195.

20L’évolution structurelle de la Chambre du roi tout au long du xive siècle fut notablement supérieure à celle qu’avait connue la catégorie des majordomes royaux à la même époque. En ce sens, il est nécessaire de souligner que le règne d’Alphonse XI marqua le début d’une nouvelle étape, caractérisée par une autonomie croissante des chambellans par rapport aux majordomes. L’accès au trône des Trastamare ne fit que consolider cette tendance. La disposition, adoptée par Henri II aux Cortes de Toro (1371), de confirmer à la Chambre la présence des quatre notaires nommés par Ferdinand IV en 1312 revenait, d’une certaine façon, à consolider définitivement le croissant essor institutionnel de la Chambre du roi comme espace administratif propre et doté de compétences bureaucratiques de plus en plus grandes au sein de la Maison royale67.

  • 68 J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 480, 488. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

21C’est au cours de ces années du règne de Jean Ier que la Chambre du roi acquit l’identité institutionnelle et bureaucratique qui la caractérisera durant tout le bas Moyen Âge. Nous assistons d’une part, comme cela s’était produit pour les majordomes, à la patrimonialisation de l’office de grand chambellan du roi dans la Maison des Velasco, autre des lignages élevés par la royauté Trastamare, et il en fut de même avec la Chambre de la genette, qui après une première étape sous le contrôle de Domingo Fernández (1380), passa aux mains de Juan de Velasco et en 1419 à son frère Fernando68. Il n’en fut pas ainsi en ce qui concerne la Chambre des draps, ni avec celle des reines par mariage et de l’infant héritier, dont la charge ne fut héréditairement liée à aucune famille concrète. D’autre part, c’est sous ce règne qu’on officialise pour la première fois par des actes le dédoublement de la Chambre du roi en deux autres Chambres : celle de la genette et celle des draps, comme nous aurons l’occasion de le voir plus loin.

  • 69 L’activité de ces notaires n’est signalée par les documents qu’à partir de l’époque d’Henri III et (...)
  • 70 L. suárez Fernández, Historia del reinado de Juan I, t. I, p. 323. F. de P. Cañas Gálvez, « La cáma (...)

22De la même façon, le nombre important d’officiers affectés à la Chambre met en évidence leur prépondérance institutionnelle. Grâce aux comptes du chambellan Diego López de Estúñiga, nous savons que dans les dernières années du règne d’Henri II et les premières de celui de Jean Ier, il y avait sous l’autorité du grand chambellan deux grands comptables, quatre grands trésoriers, une vingtaine de fermiers, les quatre — ou plus — notaires de Chambre déjà signalés, un nombre indéterminé de secrétaires, un chancelier du sceau secret, un ou deux comptables et, peut-être, un notaire des Chambres69. À tous ceux-là, il faudrait ajouter les officiers chargés de l’entretien de ladite Chambre, des pages royaux ou de Cour, des médecins, des sages-femmes, des apothicaires, des rois d’armes, des ménestrels, des jongleurs, des chanteurs, des veneurs, des chasseurs, des fauconniers, des gardes de la vaisselle, des orfèvres, des fourriers, la chapelle royale, l’important nombre de personnes destinées à contrôler l’accès à la Chambre et à garantir la sécurité du roi : portiers, gardiens et gardes, arbalétriers, grands arbalétriers et alférez des arbalétriers, écuyers et grand capitaine des écuyers, outre les Monteros de Espinosa, dont la principale mission était, comme on le sait, de veiller sur le sommeil du monarque70.

  • 71 Entre 4 et 5 millions de maravédis au milieu du xve siècle. F. de P. Cañas Gálvez, « La cámara de J (...)
  • 72 AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

23Enfin, les quantités de maravédis gérées par les officiers de la Chambre, semblables à celles gérées un demi-siècle plus tard, soulignent le poids économique et institutionnel croissant de ce milieu palatin71. Les comptes de López de Estúñiga nous assurent que fin 1380, on avait reçu dans la Chambre du roi près de 6 500 000 maravédis, dont un peu plus de 424 000, sans compter les paiements effectués par le trésorier Miguel Ruiz, qui durent être révisés à la Cour « porque tiene mas maravedies pagados que quentos avia dado en cuenta a esta saçon », furent dépensés pour le paiement des rétributions de certains officiers et pour l’achat d’armes, de tissus et d’autres objets somptuaires destinés à la Chambre72.

Grands chambellans

24Comme nous l’avons signalé plus haut, le grand chambellan était le principal responsable du fonctionnement de la Chambre. Cependant, et de la même façon qu’une partie substantielle des dignités de la Cour, l’office avait acquis, à la fin du xive siècle, un caractère purement honorifique, et la participation de ses titulaires était réservée aux seuls grands événements, où ils figuraient comme témoins, ainsi que nous l’avons vu, avec d’autres serviteurs importants du roi. C’était par conséquent une charge qui s’exerçait dans la plus grande proximité du roi, réservée à des officiers de grand prestige et de parfaite loyauté que la dynastie Trastamare avait voulu récompenser de leur fidélité durant sa lutte pour le trône de Castille.

  • 73 Comme nous pouvons le voir dans les cédules de Jean Ier du 20 octobre 1379, 4 février, 11 février, (...)

25Parmi les obligations administratives de ces chambellans, figurait celle de gérer le paiement des rétributions et des salaires des officiers de la Maison du roi, obligation partagée à l’occasion avec les intendants et de charger, à leur tour, les chambellans « mineurs » et intendants royaux, sous la supervision du veedor de la Maison du roi, de remettre des sommes déterminées à des messagers étrangers, à différents marchands pour l’achat et la teinture de tissus ou pour l’acquisition d’autres choses nécessaires à la Chambre73.

  • 74 J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 458 et 482.
  • 75 AHN, Nobleza, Frías, leg. 178-5. J. de Salazar, La casa del Rey, p. 480-481. RAH, Salazar, M-177, f (...)
  • 76 RAH, Salazar, M-58, f° 83v°-84r°. Le montant de ces gages ne nous est pas connu au temps de Jean Ie (...)

26L’office était également, comme dans le cas des majordomes, une voie de consolidation sociale et d’enrichissement personnel important. Diego López de Estúñiga, chambellan de Jean Ier depuis l’époque où celui-ci était infant héritier (1377), devait des années plus tard faire ostentation de la seigneurie de Moral de la Reina, Capilla, Valdaragón et El Bodón (1382) et des charges d’alguazil et de grand juge d’Henri III (1392-1414)74. Plus remarquable est le cas du grand chambellan Pedro Fernández de Velasco qui, après sa nomination en 1374, reçut du roi les seigneuries de Briviesca (1379), Herrera del Pisuerga (1379) et les vallées de Ruesga, Soba et Puebla de Arganzón en 138075. À la fin de 1383, il recevait du roi un total de 40 000 maravédis de pension héréditaire, auxquels il faudrait ajouter les gages correspondant à sa charge76.

27Un peu moins lucrative apparemment fut la trajectoire suivie par Juan Carrillo, grand chambellan de Jean Ier depuis l’époque où celui-ci était infant héritier (1375). Au moment de sa mort, en 1386, il possédait la charge d’alcade de Tolède ; il avait alors, parmi ses possessions dans la cité impériale

unas casas en la judería de Toledo […], unas casas en la judería, en el adarve de Abenhamias […], el mesón de la herrería, en la colaçion de Santo Tome…, unas casas que son dentro de la judería […], y una casa en el adarve que llaman de la Cera,

  • 77 P. León Tello, Judíos de Toledo, t. II, doc. 610, p. 176.

28qu’il laissa en héritage à sa veuve, doña Mayor, et à ses enfants Juan, Pedro, Martín, Juana et Leonor77.

Les Chambres de la genette et des draps

29Comme nous le notions plus haut, c’est durant le règne de Jean Ier qu’on trouve pour la première fois des documents relevant une subdivision dans la Chambre royale, conséquence, sans nul doute, de la complexité croissante de sa structure et de l’augmentation et de la richesse des biens domestiques de la Couronne. La Chambre fut donc divisée entre la Chambre royale proprement dite, une Chambre de la genette et une Chambre des draps. À la tête de chacune d’elles se trouvaient un chambellan et une liste d’officiers subalternes.

  • 78 Par cédule du 3 avril 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.
  • 79 Payés par cédules du 8 octobre 1379 et du 3 avril 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.
  • 80 Par cédule du 10 janvier 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.
  • 81 J. de Salazar, La casa del Rey, p. 488.

30Le chambellan de la genette avait pour principale obligation la garde et la surveillance des harnais royaux de ce type de monture. On trouve cet office pour la première fois en avril 1380, quand le chambellan Diego López de Estúñiga livra à son titulaire, Domingo Fernández, 250 maravédis pour l’acquisition « d’étriers dorés »78. Il est probable que l’achat et le contrôle de « deux freins mulassiers » et d’une selle mulassière « labrada de filo de oro e un freno mular que nos » (le roi) et pour lesquels furent payées respectivement, en octobre 1379 et avril 1380, les sommes de 700 et 1 000 maravédis en réaux d’argent, aient été aussi de la responsabilité du même chambellan79. Devait aussi être affecté à cette Chambre le sellier royal, chargé des ouvrages liés au travail des selles du roi. Le poste était tenu par maestre Lope, qui était également brodeur du roi. Nous savons qu’en janvier 1380, il reçut de Diego López de Estúñiga 1 600 maravédis « por dos siellas et dos frenos mulares que del mandamos comprar para dar al obispo de Panplona e a Ramiro de Arellano80 ». Nous n’avons plus de nouvelles de la Chambre de la genette avant 1419, année où son titulaire, Juan de Velasco, mourait en laissant la charge à son frère Fernando81.

  • 82 P. López de Ayala, Crónica del rey don Juan, p. 777. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

31Un peu plus tardive est la première mention de la Chambre des draps, concrètement de 1385, date à laquelle Jean Ier nomme à sa tête, à la Maison de l’infant don Enrique, l’efficace chambellan déjà cité Diego López de Estúñiga, avec pour obligation principale de garder les tissus et les vêtements de l’infant dans leurs coffres respectifs82.

  • 83 Ibid., p. 544.

32La variété et la qualité des tissus achetés pendant les premières années du règne et gardés dans cette Chambre mettent en évidence le luxe quotidien qui entourait le monarque dans ses appartements privés. Les comptes de López de Estúñiga montrent que Jean Ier avait bon goût et qu’il appréciait les tissus riches. On achetait pour sa Chambre à Medina del Campo, Valladolid ou Grenade des draps d’Ypres, de Malines, de l’écarlate et d’autres tissus de grande qualité. Ces tissus étaient par eux-mêmes des pièces luxueuses qu’on offrait à des personnalités, ambassadeurs et nobles de haut lignage. En 1383, par exemple, quand Léon d’Arménie arriva à la Cour à Badajoz, il reçut de Jean Ier « muchos paños de oro et de seda83 ».

33Mais à quoi ressemblaient ces draps et ces tissus à la fin du xive siècle ? Les comptes de López de Zúñiga nous offrent quelques détails sur leur couleur, leur facture et leur qualité. Nous savons qu’en janvier 1380, 31 605 maravédis furent payés aux marchands Nicolao de Casabona et Juan García pour

dos pieças de paño inperiales coloradas […], quatro pieças de tapete cardenas […], dos sequenos, el uno colorado e el otro prieto […], seys pieças de baldoques brocados con oro colorados […], otras quatro pieças de baldoques colorados sin oro […], e dos pieças de valdoque con oro.

34De même, à la même date, furent donnés au doyen d’Orense 2 757 maravédis pour l’achat, à Medina del Campo, de

dos capiellas de paños de ricomas, la vna cardena e la otra colorada […], et quinse pieças de sequenes, las cinco prietas e las quatro cardenas e los dos blancos e el vno cabellado e los tres colorados

  • 84 Payées par cédules du roi, du 7 et du 10 janvier 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1
  • 85 Par cédule du 8 juin 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

35destinées à la chapelle royale84. Plus riches encore, si c’était possible, étaient les « paños de oro e de seda » acquis à Grenade par le chambellan Ruy González, et pour lesquels il fallut payer en juin 1380 un total de 1 950 maravédis, en plus de 880 autres pour financer le voyage aller et retour du chambellan85.

36Ceux qui étaient chargés de la confection des vêtements royaux gardés dans cette Chambre étaient les alfayates, ou tailleurs. Les documents nomment au moins trois de ces officiers à la cour de Jean Ier, Gabrer et Bartolomé Martínez, au service du roi, et Francisco Fernández, à celui de la reine Juana Manuel. La présence de Gabrer, probablement d’origine française, nous laisse supposer la coexistence et l’influence mutuelle des modes françaises et espagnoles dans l’environnement de la royauté, qui donna lieu à des dessins uniques d’où ne seront pas non plus exclus les éléments mudéjars et ceux qui étaient importés de la cour nasride de Grenade.

  • 86 Par cédule du 3 avril 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.
  • 87 Ibid. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.
  • 88 En juin 1380, deux coffres de la Chambre royale coûtèrent 115 maravédis, payés par cédule royale du (...)

37Les comptes de López de Estúñiga nous offrent quelques informations intéressantes sur le travail de ces tailleurs. De Bartolomé Martínez, nous savons qu’il reçut, en avril 1380, 248 maravédis pour « veynte e dos terçias de çendal verde de lo angosto » ; en plus de 12 aunes de « çintas de oro anchas que pesaron ocho onças e una ochava ; 4 çintas de seda que puso en algunas ropas que nos le mandamos faser » ; plus une douzaine de boucles et 50 brasses de rubans pour les parements de sarhahan qu’il avait garnis à Cordoue et à Séville86. Gabrer, de son côté, recevait en juin 1380 un total de 110 maravédis pour la confection de « los jubones e opas que nos le mandamos faser87 ». C’est peut-être un de ces deux tailleurs qui fut chargé de réaliser le chapeau du roi surmonté d’une couronne brodée de « tres onças de seda » qui coutèrent un total de 42 maravédis, ou le brancard doublé « en paño de ricomas colorado y çendal colorado » confectionné pour la reine en avril 138088.

  • 89 Sur le rôle des fourreurs à la cour de Jean II, voir F. de P. Cañas Gálvez, « La cámara de Juan II  (...)

38Le travail des tailleurs était complété par celui des fourreurs ou pellejeros, officiers dont la participation à l’élaboration des vêtements royaux prit une place de premier rang pendant le bas Moyen Âge, où leur présence devint indispensable parmi les serviteurs de tout membre de la royauté et de la haute noblesse à cette époque de luxe et de richesse croissants dans les vêtements89. Jean Ier compta au moins un pellejero à son service, Salomon, qui reçut en décembre 1379 la somme de 250 maravédis

  • 90 Par cédule du 24 décembre 1379. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

por tres armiños que del mandamos conprar a Iohan Sanchez, de la nuestra camara, para poner en vna opa nuestra […] e por seys armiños pequeños que nos mandamos conprar para poner en una opa nuestra, contando cada armiño por dies e siete maravedis e çinco dineros, que montan çiento e çinco maravedis90.

39Une fois le vêtement dessiné par l’alfayate ou tailleur, et orné des riches peaux d’hermine, le travail des brodeurs donnait leur touche finale aux vêtements royaux ou à tout autre drap de luxe destiné à l’ornement de la Cour ou de la chapelle royale. Deux de ces brodeurs servirent Jean Ier durant les premières années de son règne. Maestre Lope, qui outre sellier du roi était brodeur de Jean Ier, reçut en décembre 1379 la somme de 5 500 maravédis « para algunas cosas que le mandamos faser » et 42 maravédis pour

  • 91 Ibid. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

quatro docenas de hevillas […] e por quarenta e çinco braças de çintas […], estas hevillas e çintas mandamos poner en tres paños de seda91.

40Ferrant González, l’autre brodeur royal, recevait en avril 1380 un total de 46 maravédis pour acheter

dos onças de seda e quatro varas de lienço de que borlaron las bandas de aljofar que nos mandamos faser en Valladolid.

  • 92 Par cédule du 3 avril 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

41en plus de 860 autres maravédis en réaux d’argent pour l’achat de 41 rubans de soie « de que se fisieron la flocadura para el estandarte del rey de Françia ». Les maîtres qui cousirent cet étendard et ses franges reçurent 123 maravédis92.

  • 93 Par cédule du 1er décembre 1379. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

42Comme nous l’avons noté un peu plus haut, les chambellans de la Chambre des draps devaient aussi conserver les tapisseries et les draps français qui pendaient aux murs des appartements royaux. Les informations que nous avons sur ces tissus sont rares, mais elles nous permettent de constater qu’il s’agissait de pièces luxueuses, élaborées avec les meilleurs matériaux, si nous pensons au prix qu’elles atteignaient. En décembre 1379, par exemple, les documents donnent, pour la Cour, un total de quatre tapis muraux achetés à Valladolid pour une valeur de 3 025 maravédis. Leurs dimensions n’étaient pas grandes, car elles oscillaient entre 16 et 17 aunes de long et 4 ou 4,5 de large, leur valeur variant entre 720 et 785 maravédis93.

  • 94 AGS, Casa y Sitios Reales, leg. 42, f° 1j.

43Nous ignorons s’il y eut, à la fin du xive siècle, des maîtres castillans chargés de réaliser des tapisseries, mais ce qui en revanche est sûr, c’est que durant le siècle suivant, la présence de maîtres français à la cour de Castille pour leur élaboration n’était pas rare. Ce fut par exemple le cas de Nicolas Galcoint, qui en août 1453 se trouvait au service de Jean II comme « maestro de paños franceses del dicho señor rey ». Parmi ses obligations, outre l’élaboration de ces pièces, il y avait celle de leur entretien, de leur réparation et de leur doublure94.

L’armurerie royale

  • 95 En 1440, dans la Maison du prince des Asturies don Enrique, cette charge était tenue par Juan de Pa (...)

44Avec les sources étudiées, il est impossible de déterminer de façon certaine si, au temps de Jean Ier, il existait déjà une Chambre des armes du roi. Les premières mentions à ce sujet datent du milieu du xve siècle95.

  • 96 Juan Mathé de Luna fut chambellan et grand armurier de Sancho IV, entre 1286 et 1294. J. de Salazar(...)
  • 97 Par cédule du 3 avril 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

45Depuis la fin du xiiie siècle, cependant, il existait une relation étroite entre les charges de chambellan et d’armurier royal, les deux offices étant même parfois tenus par le même individu96. À l’époque de Jean Ier, on a la trace de deux armuriers au service du roi, dont l’un au moins travaillait sous les ordres du chambellan Diego López de Estúñiga. Tel est le cas d’Alfonso Ruiz, qui reçut, en avril 1380, 182 aunes de tissu pour doubler des couvertures de drap de « Yprés que andan sobre las nuestras armas […] et por veynte braças de çintas97 ».

  • 98 F. Collantes de Terán, Inventario de los papeles, p. 26.

46La principale obligation de ces armuriers était la garde et l’entretien des armes et des harnais du monarque. En d’autres occasions, il semble qu’ils étaient chargés de pourvoir en armes les châteaux du roi. En avril 1385, par exemple, l’armurier royal Alfonso Martínez reçut de la ville de Séville 600 maravédis pour 30 escudos paveses qui lui avaient été achetés pour la garde et la défense du château d’Aroche98.

  • 99 Par cédule du 8 octobre 1379. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

47Les informations que nous conservons sur les armes et les harnais appartenant au roi sont elles aussi rares pour les années du règne de Jean Ier, bien que ces pièces aient en bien des occasions ébloui par leur richesse. Nous savons que le chambellan López de Estúñiga paya en octobre 1379, pour deux caisses de bassinets, 700 maravédis. À la même époque étaient payés 250 autres maravédis « por dos canales para estos baçinetes ». Les bassinets étaient ornés d’étoffes (tissus de couleurs) qui coûtèrent 70 maravédis, tandis que les harnais l’étaient de quatre onces de soie pour une valeur de 154 maravédis. De leur côté, deux armures de jambes coûtèrent 400 maravédis et deux paires de gants 200. Les boucles des harnais étaient réalisées en argent99.

  • 100 Ibid. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.
  • 101 Cela n’eut pas lieu avant les premières décennies du xve siècle, lorsque l’office fut définitivemen (...)

48Nous savons que les estocs royaux étaient fabriqués avec des matériaux de grande qualité, et que leur finition était soignée. En octobre de la même année « dos fierros de estoques » coûtèrent 200 maravédis, tandis que pour dorer leurs pommeaux, arrases, manches et boucles il en coûta 226 maravédis. Les poignées et les bouterolles étaient recouvertes de fils d’argent100. Il devait s’agir des estocs qui, brandis par officier royal, au clair, allaient en tête des cortèges royaux qui précédaient le monarque. Nous ignorons le nombre de personnes qui tinrent la charge d’estoc du roi au temps de Jean Ier, bien qu’il soit probable qu’elle soit revenue au merino mayor, comme c’était le cas au temps d’Alphonse XI101.

49Tout au long de cette étude, nous avons traité de la structure de la Maison du roi de Castille à une période de transition politique et institutionnelle de grande importance : le règne de Jean Ier. Cette étape, caractérisée par la lente consolidation des réformes initiées par Henri II, après son accès au trône, comme instruments au service de la Couronne à l’heure de consolider son pouvoir politique, supposa, sur le plan de l’organisation de la Maison royale, un saut évolutif tout à fait notable par rapport aux périodes antérieures.

50Une partie substantielle de ces réformes au sein de la Maison du roi était constituée par une rénovation totale du profil professionnel des officiers qui occupèrent ces charges de Cour. En effet, bien qu’ils aient récompensé leurs partisans par une grande partie des principales charges honorifiques auliques, les Trastamare étaient sans aucun doute conscients de la nécessité de compter, pour les postes de gestion et d’administration, sur des officiers qualifiés, et cela pour améliorer l’action du gouvernement de la monarchie. Cela signifia le renforcement de l’appareil bureaucratique royal et contribua de façon déterminante à installer définitivement les lignes politiques directrices de la nouvelle dynastie en Castille. Sur un plan plus domestique, et comme conséquence de l’activité administrative croissante à laquelle nous faisons allusion, il y eut également une augmentation de ces officiers, tant en qualité qu’en quantité. Tout aboutit de manière très rapide à un accroissement des biens domestiques royaux et au luxe des résidences royales comme emblème d’une monarchie magnifique, qui avait besoin d’une équipe d’officiers dont l’augmentation exponentielle était nécessaire pour répondre efficacement à ces besoins politico-institutionnels.

51À la mort de Jean Ier, en 1390, sa Maison et sa Cour étaient désormais une structure solide et institutionnellement bien définie. Les monarques postérieurs renforcèrent ce modèle jusqu’à atteindre la perfection durant le règne des Rois Catholiques. Seule l’arrivée de Charles Quint en Espagne et les nouvelles conjonctures politiques, économiques et bureaucratico-administratives de la nouvelle monarchie déterminèrent un changement de modèle dans la Maison royale de Castille.

Notes

1 Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet de recherche financé par le Ministerio de Ciencia et Innovación n° HAR2010-16762/HIST intitulé « Prácticas de consenso y de pacto e instrumentos de representación en la cultura política castellana (siglos xiii al xv) ». Chercheur principal : Dr. José Manuel Nieto Soria.

2 Pour les premiers Trastamare dans leur aspect purement politique, font référence les livres de J. Valdeón Baruque, Henri II ; L. Suárez Fernández, Historia del reinado de Juan I, et F. Suárez Bilbao, Enrique III. Voir aussi R. Sánchez Saus, Las élites políticas.

3 Le premier étant F. de P. Cañas Gálvez, « La Casa de Juan I ».

4 AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1. Publié par L. Suárez Fernández, Historia del reinado de Juan I, t. II, doc. 181, pp. 249-307 ; et par Ma L. De Villalobos, « Las gestiones hacendísticas ». Tout au long de ce travail, nous citerons ce document par sa cote originale aux Archives Historiques Nationales.

5 J. M. Díez Martínez et alii, Documentos de Juan I. P. López de Ayala, Crónica del rey don Juan.

6 M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real », pp. 331 et 332.

7 Ibid., p. 330.

8 Ibid., p. 331.

9 On ne conserve le texte d’aucune de ces ordonnances. M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III, pp. 59 et 115.

10 P. López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, p. 16

11 L. V. Díaz Martín, Los oficiales de Pedro I, pp. 19-118.

12 Cortes de los antiguos Reinos de León y de Castilla, t. II, pp. 233-35. Voir aussi M.Á. Ladero Quesada, « La Casa Real », p. 328. J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 134-135.

13 P. López de Ayala, Crónica del rey don Juan, pp. 776-778 et 785. Antérieurement à cette date, cependant, l’infant Henri disposait de certains officiers dans sa Maison : Diego Manrique comme repostero mayor (grand garde de la vaisselle) en 1379 ; et Juan Martínez de Luna, qui avait été chambellan de sa mère, Éléonore d’Aragon, en 1384. J. de Salazar, La casa del Rey, p. 486 ; et L. Suárez Fernández, Historia del reinado de Juan I, t. II, doc. 73, p. 85.

14 Tous remplissaient des charges identiques dans la Maison du roi. P. López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, pp. 776-778.

15 Alfonso de Aragon, marquis de Villena. Avec la même charge dans la Maison du roi.

16 Juan García Manrique, archevêque de Saint-Jacques. Même charge dans la Maison du roi.

17 Juan Serrano, prieur de Guadalupe.

18 Pedro González de Mendoza. Même charge dans la Maison du roi.

19 Santiago García. Même charge dans la Maison du roi.

20 Juan de San Pedro. Même charge dans la Maison du roi.

21 Pero López de Ayala.

22 Ferrand Pérez de Villafranca.

23 Juan Hurtado de Mendoza.

24 Juan de Velasco.

25 Lope Fernández de Padilla.

26 Diego López de Estuñiga.

27 Diego Gómez Sarmiento.

28 García Fernández Sarmiento.

29 Álvaro de Albornoz.

30 Juan Duque.

31 Juan Martínez de Medrano.

32 Pedro González de Mendoza.

33 Pedro González de Mendoza.

34 Les docteurs Pero López et Pero Sánchez. P. López de Ayala, Crónica del rey don Juan, pp. 776- 78 et 785.

35 Pero Suárez de Quiñones, puis, plus tard, Juan Alfonso de la Cerda.

36 L’archidiacre de Treviño.

37 Juan Núñez de Villaizán.

38 Carlos Ramírez de Arellano.

39 Mosén Manuel de Villanoba.

40 Lope Fernández de Vega.

41 Ferrand Carrillo, fils du chambellan royal Juan Carrillo.

42 Diego Gutiérrez.

43 Alfonso García de Madrid.

44 Álvaro de Villaizán.

45 Le fils de Lope Fernández de Vega.

46 Archivo de la Corona de Aragón (ACA), reg. 1.287, f° 2r°. Cité par L. Suárez Fernández, Historia del reinado de Juan I, t. I, p. 315. M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III, p. 55.

47 Cortes de los antiguos Reinos de León y de Castilla, t. II, pp. 359 et suivantes ; t. III, pp. 422-427.

48 S. de Dios, El Consejo Real de Castilla. C. Garriga, La Audiencia y Chancillerías castellanas.

49 M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real », pp. 333-334.

50 Figurait comme tel en 1388 Pero Sánchez de Castillo, à l’époque auditeur auprès de l’Audience royale et docteur en droit, et plus tard docteur, grand comptable d’Henri III et comptable de la Maison du roi. AGN, Comptos, leg. 57, n° 11. Également dans F. de P. Cañas Gálvez, Burocracia y cancillería.

51 Nous trouvons dans ces fonctions Juan Martínez de Luna, grand majordome de l’infante Éléonore d’Aragon, épouse de Jean Ier, Pedro González de Mendoza, grand majordome de l’Infant don Juan, et le grand chambellan de l’infant, Juan Carrillo, pendant la signature de la confirmation de la paix entre la Castille et l’Aragon en juin 1375, à Soria et Almazán. ACA, reg. 1.543, f° 158r°-170v°.

52 J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 380-382.

53 Cortes de los antiguos Reinos de León y de Castilla, t. II, pp. 151, 282 et 310. Tant l’alférez royal que le majordome paieraient 1 800 maravédis, et 120 quand le majordome nommerait son lieutenant. Ibid. t. II, pp. 222-223, 233 et 235.

54 D. Gutiérrez Coronel, Historia Genealógica, p. 160, cité par J. de Salazar, La casa del Rey, p. 391.

55 J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 390-393.

56 RAH, Salazar, M-10, f° 199v°.

57 J. Enríquez Fernández et alii, Archivo foral de Vizcaya, doc. 45, pp. 125-132. J. de Salazar, La casa del Rey, p. 440.

58 A. Barrios García et alii, Docuentación medieval, doc. 23, pp. 59-60.

59 Nous ignorons le montant total de ces droits au temps de Jean Ier, mais ils devaient être élevés, si on sait qu’en 1431, il y avait, pour les grands chanceliers, les grands majordomes et les grands notaires la somme de 98 400 maravédis et de 49 200 pour les chanceliers, majordomes et notaires mineurs. AGS, Diversos de Castilla (DC), leg. 3, f° 82. M. Á. Ladero Quesada, La Hacienda Real, p. 18, n. 3.

60 Memorias de don Enrique IV, t. II, pp. 474 sqq. J. Abellán Pérez, Documentos de Juan II, doc. 180.

61 RAH, Salazar, M-10, f° 199v°.

62 Par cédule du 12 août 1379, AHN, Nobleza, Osuna, leg. 173, n° 19.

63 AHN, Nobleza, Osuna, leg. 1 652, n° 7. L. Suárez Fernández, Historia del reinado de Juan I, t. II, doc. 58, pp. 64-66.

64 AHN, Nobleza, Osuna, leg. 14, n° 10. A. I. Sánchez Prieto, La casa de Mendoza, p. 36, n. 70 et 71.

65 F. de P. Cañas Gálvez, « La cámara de Juan II », pp. 81-195.

66 J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 253-254.

67 Cortes de los antiguos Reinos de León et de Castilla, t. II, p. 195.

68 J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 480, 488. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

69 L’activité de ces notaires n’est signalée par les documents qu’à partir de l’époque d’Henri III et de Jean II, mais il est possible qu’ils aient existé plus tôt à la cour de Castille. F. de P. Cañas Gálvez, « La cámara de Juan II », pp. 97-101.

70 L. suárez Fernández, Historia del reinado de Juan I, t. I, p. 323. F. de P. Cañas Gálvez, « La cámara de Juan II », pp. 91-181.

71 Entre 4 et 5 millions de maravédis au milieu du xve siècle. F. de P. Cañas Gálvez, « La cámara de Juan II », pp. 92-102.

72 AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

73 Comme nous pouvons le voir dans les cédules de Jean Ier du 20 octobre 1379, 4 février, 11 février, 3 avril et 8 juin 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

74 J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 458 et 482.

75 AHN, Nobleza, Frías, leg. 178-5. J. de Salazar, La casa del Rey, p. 480-481. RAH, Salazar, M-177, f° 74r°-75v°.

76 RAH, Salazar, M-58, f° 83v°-84r°. Le montant de ces gages ne nous est pas connu au temps de Jean Ier. À l’époque de Jean II, les gages pour la charge de grand chambellan du roi étaient de 40 000 maravédis annuels, comme on peut le voir dans le cas de Pedro Fernández de Velasco, fils de Juan de Velasco (1418). AGS, Quitaciones de Corte, leg. 1, f° 441.

77 P. León Tello, Judíos de Toledo, t. II, doc. 610, p. 176.

78 Par cédule du 3 avril 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

79 Payés par cédules du 8 octobre 1379 et du 3 avril 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

80 Par cédule du 10 janvier 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

81 J. de Salazar, La casa del Rey, p. 488.

82 P. López de Ayala, Crónica del rey don Juan, p. 777. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

83 Ibid., p. 544.

84 Payées par cédules du roi, du 7 et du 10 janvier 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1

85 Par cédule du 8 juin 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

86 Par cédule du 3 avril 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

87 Ibid. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

88 En juin 1380, deux coffres de la Chambre royale coûtèrent 115 maravédis, payés par cédule royale du 8 juin 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

89 Sur le rôle des fourreurs à la cour de Jean II, voir F. de P. Cañas Gálvez, « La cámara de Juan II », pp. 161-165.

90 Par cédule du 24 décembre 1379. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

91 Ibid. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

92 Par cédule du 3 avril 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

93 Par cédule du 1er décembre 1379. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

94 AGS, Casa y Sitios Reales, leg. 42, f° 1j.

95 En 1440, dans la Maison du prince des Asturies don Enrique, cette charge était tenue par Juan de Padilla. F. de P. Cañas Gálvez, « La cámara de Juan II », pp. 170-171.

96 Juan Mathé de Luna fut chambellan et grand armurier de Sancho IV, entre 1286 et 1294. J. de Salazar, La casa del Rey, p. 477.

97 Par cédule du 3 avril 1380. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

98 F. Collantes de Terán, Inventario de los papeles, p. 26.

99 Par cédule du 8 octobre 1379. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

100 Ibid. AHN, Nobleza, Osuna, leg. 40, n° 1.

101 Cela n’eut pas lieu avant les premières décennies du xve siècle, lorsque l’office fut définitivement lié à la famille Álvarez de Toledo. J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 306-307.

Auteur

Universidad Complutense de Madrid

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search