Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

II. De l’ampleur de quelques entourages princiers

Compter et payer les hommes de la maison de Sanche IV (1292-1294)

Sophie Coussemacker

Texte intégral

I. — CORTE Y CASA

  • 1 « Corte es llamado el lugar de donde es el Rey e sus vassallos e sus officiales con él, que le han (...)
  • 2 Sur la définition de la Cour, J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 39-42.
  • 3 Ibid., pp. 43-46.

1La Cour est une donnée fluctuante, qui inclut et implique tant une donnée spatiale, le lieu de résidence du roi, qu’une donnée humaine et sociale, les hommes qui le servent, vassaux et officiers, pour reprendre les termes du roi Alphonse X de Castille dans les Siete Partidas1. Ce groupe humain est lui-même mouvant, c’est un conglomérat qui accueille des hommes à l’occasion de cérémonies royales, convoqués pour la guerre, venus présenter une réclamation, ou encore traiter diverses affaires auprès du roi, mais qui n’ont pas vocation à demeurer au sein de cette Cour2. Les membres de la Casa del rey constituent un ensemble à la fois plus homogène et plus permanent que la Cour. Ces hommes constituent l’entourage domestique et familier du roi, qui se scinde de plus en plus nettement des organes de gouvernement et de représentation de la monarchie au début du xiiie siècle. Ils se distinguent, dans les Siete partidas, des officiers dits « de fuera » ou « de la tierra3 ». Ces hommes ne doivent leur charge qu’à la volonté du roi, ils peuvent donc être révoqués à tout moment, et n’ont d’autre poids que celui que le roi veut bien leur accorder.

  • 4 Il ne renvoie qu’à deux études avançant des estimations quantifiées, celle de Bernard Reilly pour l (...)

2La connaissance de la Maison du roi, en Castille, a été renouvelée par le travail à la fois prosopographique et synthétique de Jaime de Salazar y Acha, mais l’aspect quantitatif n’est pas ce qu’il a privilégié4. Pour aller au-delà d’un organigramme définissant des fonctions et des charges, et tenter de reconstituer ce groupe des « domestiques » du roi, les chercheurs sont en effet confrontés à une assez grande pénurie de sources.

  • 5 Siete Partidas, II, 9, éd. J. Sánchez-Arcilla : « Cuál debe el rey ser a sus oficiales, e a los de (...)
  • 6 M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real », pp. 331-332.
  • 7 F. de P. Cañas Gálvez, « Structure et organisation de la Maison du roi de Castille », dans ce volum (...)

3Tout d’abord, il n’existe au xiiie s. aucun livre de cérémonie, règlement, ni aucune ordonnance sur la Maison du roi de Castille. Les Siete Partidas d’Alphonse X de Castille, notamment la « Partida II, titulo IX », ne constituent en rien une ordonnance de la Cour et de l’Hôtel. L’agencement des chapitres de ce titre témoigne d’une certaine confusion dans les fonctions, et de l’imbrication persistante, dans les années 1260, entre les fonctions que nous distinguons, artificiellement, comme relevant du service politique et territorial de la monarchie, et celles qui seraient de nature plus domestique, liées au service du corps (et de l’âme) du roi5. Plus tard, les ordonnances royales, notamment celle prise en 1312, ne règlent que de façon ponctuelle certains abus des officiers de l’Hôtel, mais ne constituent pas un règlement normatif de celui-ci6. Francisco de Paula Cañas Gálvez commence à voir apparaître une structure au moins empirique de l’Hôtel castillan sous le règne de Henri II, non pas dans une ordonnance, mais dans la tarification des droits de chancellerie7.

  • 8 Sur ces difficultés méthodologiques, J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 19-22.

4La Castille ne dispose pas non plus de fonds comptables comparables à ce qui existe dans la couronne d’Aragon, et ce au moins jusqu’à la dynastie Trastamare, et même jusqu’aux rois Jean Ier et Jean II, comme le souligne Francisco de Paula Cañas Gálvez. Les registres de chancellerie et les archives comptables sont très mal conservés pour la Castille des xiiie et xive siècles, voire quasiment inexistants ; et les documents dispersés dans des archives cléricales et monastiques, ou les mentions éparses dans les chroniques permettent seulement d’identifier les détenteurs des charges principales (notamment par les souscriptions des privilèges « à roue »)8. Mais ces mentions ou ces listes de grands officiers, ne permettent d’appréhender ni le poids numérique de l’Hôtel ou Maison du roi, ni son fonctionnement quotidien. Dans ce vide documentaire surnage un texte extraordinaire pour la connaissance du milieu de l’Hôtel royal : les comptes du règne de Sanche IV.

II. — UN DOCUMENT EXCEPTIONNEL

  • 9 Sur l’histoire de ce manuscrit, F. J. Hernández, Las rentas del rey, t. I, pp. ccxvii-ccxviii. D’au (...)
  • 10 Archivo Histórico Nacional, 985b : original, et Biblioteca Nacional de Madrid, ms 13090 : copie de (...)

5Les Cuentas y gastos del rey don Sancho sont une épave surprenante dont l’existence semble liée à un accident historique : elles pourraient en effet avoir été emportées à Tolède par l’archevêque Gonzalo Pérez « Gudiel » quand celui-ci fut privé de sa charge de chancelier après la mort du roi en 12959. Recopiés par le jésuite Andrés Marcos Burriel au xviiie siècle, ces comptes ont été publiés pour la première fois dans les années 1920 par Mercedes Gaibrois de Ballesteros dans son monument sur l’histoire de Sanche IV, avec un précieux addendum de corrections qu’elle a réalisées sur l’original10.

  • 11 Sur l’origine et les fonctions du despensero mayor, J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 288- 293. S (...)
  • 12 Tous deux sont les fils de don Pedro Ponce de Cabrera, ricohombre de Léon, et de Aldonza Alfonso de (...)
  • 13 Il est marié à Teresa Alfonso (ibid., p. 394). Plusieurs membres de sa famille, notamment des neveu (...)
  • 14 Martín González est d’abord évêque de Calahorra-Calzada, puis vers 1285 env., il est transféré à As (...)

6Comprendre la construction même du document est important, dans l’analyse des procédures de gouvernement et de la gestion matérielle de la Maison du roi. Le dossier est constitué d’un montage de 51 ou 52 pièces, datées pour l’essentiel des années 1293 et 1294. La cheville ouvrière de ce dossier est Juan Bernalt, espensero mayor (ou despensero mayor) du roi, travaillant pour le compte du grand majordome et de son subordonné, le majordome en titre11. À l’époque où Juan Bernalt rend ses comptes, le majordome est don frey Ruy Pérez Ponce, maître de Calatrava depuis 1284, commandeur d’Alcañiz et précepteur de l’infant Ferdinand. Son frère, Fernán Pérez Ponce, travaille aussi au sein de la majordomie12. Si le maître de Calatrava est mentionné dans les comptes, le supérieur direct de Juan Bernalt est García López de Saavedra, majordome d’exercice13. Parmi les autres personnages amenés à vérifier les comptes du dépensier, sont mentionnés à plusieurs reprises les évêques d’Astorga et de Tuy, Martín González et Juan Fernández de Sotomayor, très présents à la Cour14.

7Le dépensier joue un rôle central dans la vie quotidienne de la Cour, car il est non seulement chargé de la gestion des dépenses ordinaires du roi et de l’approvisionnement de sa table, mais aussi de la répartition des rations alimentaires à tous ceux qui mangent au palais ; c’est aussi lui qui redéploye l’argent reçu du majordome ou d’autres sources, entre les différents services, afin de régler les frais de fonctionnement de ceux-ci, en échange de leurs albalas (quittances de paiement). Il doit tenir un compte quotidien de ce qu’il dépense pour la table et les autres services. Enfin, il est aussi chargé du versement des salaires des officiers et nobles bénéficiant d’une quitación, phénomène révélateur du caractère encore domestique de l’administration royale. Les hommes de l’Hôtel sont « nourris » réellement et symboliquement par l’homme qui nourrit aussi le roi.

  • 15 Le 9 février et le 3 mars 1292, Martín Gil de Aguilera est encore le despensero mayor, chargé de le (...)
  • 16 Il occupe les fonctions d’échanson du roi depuis 1287 au moins. Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. (...)
  • 17 M. Á. Ladero Quesada, Fiscalidad y poder real, pp. 57-75, notamment pp. 63-64 : en 1288, les Cortes (...)

8Juan Bernalt prend ses fonctions le 19 décembre 1292, alors que la Cour se trouve en Andalousie après l’expédition de Tarifa, peut-être à la suite du décès ou du renvoi de son prédécesseur, Martín Gil de Aguilera15. Il est membre de l’Hôtel depuis au moins cinq ans déjà16. Sa nomination intervient à un moment délicat pour les finances royales, les prélèvements fiscaux extraordinaires (servicios) octroyés par les Cortes se multiplient depuis quatre ans en raison de la guerre17. L’usage et la répartition de l’argent récolté sont sans doute contrôlés de près à cette date.

  • 18 Ce choix du 1er août comme début de l’année comptable ne correspond pas aux années de règne, puisqu (...)
  • 19 Compte présenté le 19 avril 1294 devant les évêques de Tuy et Astorga, et García López [Saavedra] p (...)
  • 20 Présenté le 5 novembre 1294 à Valladolid, recettes et dépenses. Ibid., t. I, pp. cxiii-cxxxvii.
  • 21 183 000 mrs reçus de Martín Gil d’Aguilera, au titre de la fonsadera des évêchés d’Osma, Sigüenza e (...)
  • 22 Le service est confié à Alfonso Pérez, cité comme premier chambellan dans les comptes précédents ; (...)
  • 23 Compte des recettes annexes, présenté le 13 novembre 1294. Ibid., t. I, pp. cx-cxxiii.
  • 24 Présenté le 21 janvier 1295 à Alcalá de Henares, dépenses. Ibid., t. I, pp. cxxxvii-cxlv. Il y manq (...)

9Devenu dépensier de l’Hôtel, Juan Bernalt rend ensuite à ses supérieurs trois comptes successifs, qui s’inscrivent dans le cadre chronologique d’une année comptable, détachée des dates de nomination du détenteur de la charge. L’année d’exercice court du 1er août au 31 juillet de l’année suivante18. Le premier compte présenté par Juan Bernalt ne commence cependant que le 19 décembre 129219. Il semble avoir eu du mal à mettre en ordre les comptes, puisqu’il s’écoule près de neuf mois entre la clôture de sa première année d’exercice, le 31 juillet 1293, et la reddition de comptes, le 19 avril 1294, signe de probables difficultés ; peut-être a-t-il trouvé la despenseria dans un état lamentable et a-t-il mis du temps à mettre au clair les dossiers présentés. Par la suite, le rythme comptable s’accélère, il présente le second compte le 5 novembre 1294, seulement trois mois après la clôture de l’année comptable ; ce compte couvre donc la période du 1er août 1293 à la fin juillet 129420. Il est incomplet sur le plan des recettes et, en outre, il témoigne de très nombreuses lacunes, des paiements de quitaciones en retard, faute de trésorerie courante, peut-être. Huit jours plus tard, le 13 novembre, il présente un compte annexe de recettes, qui semblent avoir été « oubliées » la semaine antérieure21. Le jour même, il est destitué de sa charge. Il est possible que ses « autorités de tutelle » n’aient pas apprécié cette précipitation, ou ce laisser-aller, et aient choisi à ce moment de lui retirer la despenseria22. Le jour même de sa destitution, l’évêque de Tuy et le maître de Calatrava examinent la façon dont Juan Bernalt a dépensé 183 000 maravédis (mrs) de recettes versées par un collecteur23. Puis, le 21 janvier 1295, moins de deux mois plus tard, il présente à ses supérieurs son tout dernier compte de recettes et dépenses pour la période du 1er août au 13 novembre 1294. Très imprécis et incomplet, ce compte tronqué reste provisoire24.

  • 25 Le dossier comprend plusieurs pièces concernant une autre pesquisa, menée sur l’affermage que don A (...)

10Faute d’éléments comparatifs suffisants, on ne saurait dire si cette procédure de pesquisa (enquête) était le fonctionnement auquel étaient accoutumés les responsables des deniers royaux25. Il me semble cependant que la minutie de l’enquête portant sur Juan Bernalt est le signe d’un problème, ou du moins d’une pesquisa approfondie à sa sortie de charge.

  • 26 On trouve les comptes des percepteurs fiscaux (cogedores de base, sobrecogedores, arrendadores) : a (...)
  • 27 « Nómina por que diese de vestir a la compannia del Rey » de l’évêque de Tuy à don Bartholomé [de M (...)
  • 28 Ce deuxième compte présenté à la reine et à l’évêque de Tuy (Valladolid, 18 novembre 1294) est clas (...)

11Lescomptables chargés de la pesquisa, ou Juan Bernaltlui-même, ont réuni un énorme dossier, comportant des pièces justificatives qui ne nous intéressent pas directement26. Le dossier inclut aussi des pièces intéressant le fonctionnement central de l’Hôtel durant la même période : une liste de pièces de draps que l’évêque de Tuy adresse à don Bartholomé de Monresin, pour distribution à la compannia del rey27, le 3 septembre 1294, et le compte des pièces qu’il a distribuées deux mois et demi plus tard, le 18 novembre, listes précieuses pour compléter l’organigramme vivant de la Cour sur ces années28.

III. — LE DÉCOMPTE DES HOMMES DE L’HÔTEL PAR LEURS QUITACIONES

  • 29 Ibid., t. I, p. xl. L’expression est employée pour Sancho Sánchez de Ulloa, qui est à la fois chef (...)

12Ceux que les comptes de l’espensero permettent d’appréhender ne représentent pas toute la Cour, et même sans doute pas tout l’Hôtel, mais ceux qui constituent la companna du roi, terme qui revient souvent dans les comptes, ses compagnons au sens étymologique, ou encore ceux qui mangent à sa table (ou à ses frais), « los del comer del rey29 ». De façon assez logique, le même homme est donc le responsable de la gestion de la table du roi et du défraiement des hommes « de sa table ».

13La logique de Juan Bernalt est purement comptable, elle ne répond guère à un classement par services : il classe en fait les versements par montant (les très gros salaires en premier, puis de façon dégressive, ceux qui touchent chaque mois 240, 210, 150, 120, 90 mrs, etc.). Cette logique comptable ne permet évidemment pas de discerner des services ou des branches dans l’Hôtel, les officiers domestiques étant mêlés aux chevaliers et écuyers qui constituent la Maison militaire du roi.

  • 30 Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, Cuentas, pp. cxiii-cxxxvii, compte présenté par Juan Bernalt (...)

14Pour le mois d’août 1293, au début de sa première « mandature » complète, Juan Bernalt dresse le bilan des quitaciones qu’il a versées, à un total de 180 personnes30. Il complète ensuite la liste pour les mois suivants, en ne notant que les variantes minimes portant sur un ou deux individus (pour septembre, octobre, novembre). En décembre réapparaît une liste nominative de quitaciones. On observe quelques variations, en fonction des nominations, des départs, des absences momentanées, mais dans l’ensemble, le volume des gages versés est relativement stable durant les premiers mois, avant de décliner ensuite, on y reviendra.

  • 31 Ces petites dépenses annexes intègrent aussi des rémunérations aux messagers, le renouvellement de (...)
  • 32 Les Dineros de fuera n’apparaissent pas à la suite des quitaciones d’août 1293, en raison d’une lac (...)
  • 33 Pour un salaire total de 870 mrs, soit 30 mrs chacun.

15Il faut y ajouter des versements qui se trouvent dans les comptes des Dineros de fuera. Ceux-ci enregistrent de menus achats et les défraiements de très nombreux valets, muletiers (azemilleros des divers services), garde de la mule du roi, lavandière, panetière, chasseurs, notamment les nombreux monteros (entre 65 et 70 hommes)31. Ces versements, effectués en argent ou en chaussures, constituent bien des quitaciones (le terme est d’ailleurs employé) ; les bénéficiaires de ces versements se voient parfois « reversés » dans le fond principal des quitaciones, au cours des bilans mensuels suivants32. Ainsi, à partir d’avril-mai 1293, les 29 azemilleros travaillant pour Pedro Martínez qui n’étaient pas comptés auparavant dans les quitaciones principales sont aussi comptabilisés sur cette caisse33. Ils gonflent artificiellement le volume des gages versés car, en réalité, les officiers de rang principal réellement payés ne sont plus qu’une cinquantaine. Ils ne sont même plus que 21 au mois de juin (dont les 12 gardes de Sancho Sánchez de Ulloa) ! La décrue des versements effectués par Juan Bernalt est évidente. En août 1294, seuls Juan Domínguez, secrétaire du sceau du secret, et Juan Sánchez de Velasco ont touché respectivement 150 mrs et 210 mrs. Ensuite, il n’y a plus le moindre versement.

  • 34 Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, Cuentas, pp. cxlv-cxlviii, compte d’Yzrael, pour le complémen (...)
  • 35 Soit trois mois de salaire à 210 mrs. Ibid., t. I, p. cxlvi.

16Don Yzrael, travaillant directement pour García López de Saavedra, a dû régulariser d’un coup de très nombreux retards avant juin 129434. Mais ces rattrapages de salaire ne portent en fait que sur l’année comptable précédente, notamment sur les trois ou quatre derniers mois. Par exemple, l’un des principaux posaderos du roi, Lorenzo Yáñez, a reçu d’un seul coup, pour les mois de mars, avril et mai 1294, la somme de 630 mrs35. Certains retards de salaire atteignaient même six mois ou plus à ce moment. Au total, 87 personnes (individuellement ou par groupes) souffraient de retards dans le versement de leurs soldes, pouvant aller jusqu’à un an pour le cas le plus extrême. Tous les salaires n’ayant pas été compensés, et de loin, cela signifie qu’en novembre 1294, quand Juan Bernalt est destitué, la quasi-totalité des membres de l’Hôtel n’a pas touché la moindre quitación depuis huit ou dix mois, à moins que des avances ou des compensations leur aient été versées par d’autres agents comptables, mais l’on n’en trouve pas trace dans les comptes de Juan Bernalt.

17Le tableau 1 p. 100 présente de façon synthétique ces gages et leurs compléments.

18Est-ce à dire qu’à partir d’avril 1294, l’Hôtel ne fonctionne plus qu’avec un effectif réduit de moitié, voire encore moins les mois suivants ? Il est plus vraisemblable de penser qu’il inclut toujours un effectif de 180 officiers principaux, ainsi que 130 valets et autres employés subalternes (ceux payés par les Dineros de fuera), soit au total un peu plus de 300 à 310 personnes. Cependant, deux autres documents témoignent que les officiers recevant des quitaciones du dépensier, ou payés sur les Dineros de fuera, sont loin d’être les seuls membres réguliers de l’Hôtel.

Tableau 1. — Soldes (quitaciones) versées par Juan Bernalt et don Yzrael*

Tableau 1. — Soldes (quitaciones) versées par Juan Bernalt et don Yzrael*

* Les totaux donnés sont ceux de Juan Bernalt. Les sondages que j’ai pu effectuer montrent peu d’erreurs. Ainsi, pour le mois d’août 1293, la somme totale est de 23 415 mrs alors que lui-même indique 23 470 mrs, soit une différence de 55 mrs. Ces différences peuvent venir du mauvais état du document édité, qui présente plusieurs lacunes. On a donc préféré garder ses chiffres. Les chiffres suivis d’un + ou ++ sont des estimations du nombre de personnes concernées (p. ex., les monteros ne sont pas évalués dans les soldes principales, et il en va de même pour des Dineros de fuera, le nombre des « compañeros » du chef des monteros n’est pas toujours chiffré).

VI. — LES DISTRIBUTIONS DE LIVRÉES, UNE AUTRE FAÇON D’APPRÉHENDER L’HÔTEL

  • 36 Si l’on examine les groupes qui se voient remettre les mêmes catégories et quantités de draps, il s (...)

19L’examen des dons de vêtements à la compaña del rey, selon la liste nominative que l’évêque de Tuy envoie à don Bartholomé, sur ordre de la reine, le 3 septembre 1294, offre une autre vision de l’Hôtel. La liste des versements effectués par don Bartholomé distingue plus précisément ce qui doit être fourni par don Yehuda, l’almojarife (trésorier) de la reine (pour 11 658 mrs) ou par lui-même (18 402 mrs), la distinction s’effectuant entre les services et non selon les qualités de drap, semble-t-il. Don Yehuda fournit plus particulièrement les 36 hommes de la Chambre travaillant sous les ordres de Juan Matheo ; il est aussi chargé d’approvisionner les messagers à pied, les musiciens, et les responsables de l’engraissement des bêtes ; tous les autres offices sont fournis par don Bartholomé. Difficile cependant d’y voir une partition fonctionnelle de l’Hôtel (par exemple entre les services du chambellan et du majordome), étant donné que Yehuda comme Bartholomé travaillent tous deux pour la reine, avant tout. Le chiffre total des bénéficiaires de ces livrées (181 hommes) est voisin de notre première estimation36. Mais il ne s’agit pas des mêmes hommes, en fait, bien que les données soient quasiment contemporaines des précédentes, à quelques mois près.

  • 37 La liste des livrées mentionne 15 joueurs de tambour (omes de los atambores), plus un maure del aya (...)

20Des officiers apparaissent à la fois dans les distributions de livrées et les quitaciones : certains des grands officiers (le chef des arbalétriers, le repostero, un écrivain), des écuyers, ou les responsables de la musique et des divertissements, qui sont salariés à la fois en argent et en livrées37. Ainsi, les douze serviteurs cités dans la liste des livrées sont sans doute les mêmes que les douze serviteurs qui reçoivent chaque mois 2 mrs chacun pour des chaussures (dans les Dineros de fuera) ; les deux employés de cuisine, le fauconnier, le vétérinaire sont aussi des domestiques qui reçoivent de petites sommes dans les Dineros de fuera. Cependant, les listes ne se recoupent pas parfaitement. Nombre de gens de l’Hôtel ne reçoivent pas de livrées, du moins lors de cette distribution ; en revanche, de nouveaux membres de l’Hôtel font ici leur « apparition », c’est le cas notamment des gens de la Chambre.

La Camara

  • 38 Juan Mathé de Luna occupe cette charge honorifique au moins entre 1286 et juin 1294 ; fils de Ferná (...)
  • 39 Un homonyme apparaît dans la liste des grands officiers salariés à 240 mrs par mois, à l’instar d’A (...)

21Alors que les comptes des salaires ne mentionnent que huit chambellans, la liste des livrées permet de reconstituer de façon plus détaillée une Chambre du roi qui occupe une quarantaine de personnes. La Chambre est dirigée par le grand chambellan honorifique, Juan Mathé de Luna38 ; sous ses ordres, la subdivision entre le titre et la charge réelle conduit à la création d’un, voire deux chambellans en chef. L’un est Alfonso Pérez de la camara, qui apparaît dans les quitaciones (avec un salaire de 240 mrs mensuel). L’autre est un certain Juan Matheo qui ne peut pas être confondu, me semble-t-il, avec Juan Mathé de Luna en dépit de l’homonymie ; mais rien ne permet non plus de le démontrer : s’il s’agit bien de Juan Mathé de Luna, cela signifierait que la scission entre charge honorifique et charge réelle n’est pas achevée à cette date, et qu’un seigneur de son rang reste réellement en charge de la conduite matérielle de la Chambre. Juan Matheo supervise en effet à la fois les « omes de bestias » et les « omes de pie » (8 et 11 hommes), qui s’occupent de toute la logistique de la Chambre39.

  • 40 Le total global des hommes liés à la Chambre atteint 39 à cette date, mais tous ne sont peut-être p (...)

22Sous les ordres des deux chambellans en chef, on peut distinguer trois (voire quatre) sous-ensembles de chambellans. Il y a d’abord ceux mentionnés dans les quitaciones et qui ne sont que cinq à recevoir 150 mrs par mois : Pedro Sánchez, Roy Pérez et son frère Gonzalo Fernández, Gonzalo Ruiz de Villago (ou Villayo) et Diago Martínez, auxquels s’ajoute en janvier 1294 Pedro Fernández de Mena (avec un salaire mensuel inférieur, de 90 mrs). Les livrées permettent d’y adjoindre 19 hommes chargés de l’intendance et des tâches matérielles, y compris deux clercs, sous la supervision de Juan Matheo. Parmi les omes de bestias, un Sancho Sánchez (distinct de Sancho Sánchez de Ulloa, guarda mayor du roi), centralise la réception des draps donnés à 36 membres de la Chambre en novembre 129440. Peut-être a-t-il un rang supérieur parmi les chambellans, ou a-t-il été choisi, ponctuellement, afin de centraliser la réception de ces pièces de draps pour l’ensemble du groupe. Enfin, un dernier groupe de chambellans se distingue, les 15 « omes que andan con el rey », hommes d’assez bon parage (écuyers, jeunes chevaliers, peut-être) si l’on en juge par l’onomastique.

23Au total, la Chambre comprend donc au moins 41 ou 42 individus hiérarchisés mais en même temps soudés par les liens familiaux classiques au sein d’un office : on compte plusieurs paires de frères, mais aussi un beau-frère de Juan Matheo parmi ses subordonnés, et l’un des jeunes (?) chambellans est un neveu de Pedro Sánchez (sans doute celui qui reçoit le salaire de 150 mrs), un autre est le fils d’un défunt secrétaire du roi.

La Chapelle et l’entourage clérical du roi

  • 41 Sur les clercs du roi, Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, p. 38, n. 2. Sur le fonctionnement de (...)
  • 42 L. Alonso Getino, « Dominicos españoles confesores de reyes », pp. 374-451. J. M. Nieto Soria, Igle (...)

24Peu de chapelains ou même de clercs apparaissent dans les listes de quitaciones41. Deux personnages se détachent du lot par l’importance de leurs gages, 20 mrs par jour pour fr. Munio et 300 mrs versés en une fois à fr. Robert. Le premier n’est présent à la Cour qu’en « pointillé », dix jours en octobre, quatre jours en novembre ; il n’est resté en continu à la Cour qu’en janvier 1294. Peut-être s’agit-il de confesseurs du roi42. Deux clercs sont aussi nommés dans les listes de grands officiers salariés au mois, l’abbé d’Arvas (240 mrs) et fr. Per Eannez de la Merced (150 mrs) aux fonctions mal définies. En dehors de ces quatre personnages, on compte seulement trois clercs salariés : Pedro García, premier chapelain, et Pedro Martínez, chapelain et abbé de Toloño (tous deux ont un salaire de 150 mrs), et enfin Alfonso Martínez, qualifié de clerc ou de la capiella (salaire de 45 mrs). La liste des livrées de drap inventorie au contraire deux groupes de clerigos de la capilla (13 et 5 hommes) distingués par la quantité de drap qui leur est remise (12 ou 11 aunes). Ni Pedro García ni Pedro Martínez n’apparaissent dans les deux listes, en revanche on y trouve un Alfonso Martínez. Il faut donc envisager la Chapelle une nouvelle fois comme un organisme bicéphale, avec deux grands chapelains, puis dix-huit subordonnés eux-mêmes assez hiérarchisés.

Les écuyers « de pied » et les messagers

25Autre liste nominative, celle des écuyers dits « de pie » dans la liste des livraisons de drap. Ils sont alors 23. Si l’on compare cette liste à celle des escuderos guisados (qui perçoivent 150 mrs par mois) ou des escuderos de base (110 et 60 mrs par mois), on ne peut effectuer aucun recoupement, même pour les hommes qui « durent », comme ceux qui sont payés jusqu’au dernier compte de Juan Bernalt, comme Juan García Carriello ou Macias Dias, ou Fernán de Parraga pour les plus humbles. Il ne s’agit de toute évidence pas du même groupe d’individus (sauf à imaginer un renouvellement complet du groupe en quelques mois, peu vraisemblable), mais d’une autre sous-compagnie qui ne bénéficie pas de gages « réguliers ».

26De la même façon, les 38 messagers à pied ou à cheval (8 messagers montés et 30 piétons) n’étaient pas mentionnés dans les quitaciones, et n’apparaissaient que de façon sporadique dans les Dineros de fuera pour un dégrèvement ponctuel ; les noms de ces personnages, y compris les deux principaux messagers à cheval, Martín Presente et Jaymes Pérez son fils, ne sont pas cités ailleurs, par exemple, dans des listes d’écuyers.

  • 43 Ils semblent aussi avoir été salariés par diverses rentes levées sur les Juderias.

27Comment tous ces membres de l’Hôtel, fort nombreux on le voit, étaient-ils rémunérés au quotidien ? En dehors de clercs qui disposent sans doute de prébendes43, et de ceux qui touchent de petites sommes de la « caisse » des Dineros de fuera (musiciens, serviteurs), les autres semblent n’avoir aucun salaire régulier. Peut-être leurs quitaciones sont-elles en fait versées par d’autres caisses que celle de l’espensero. Ainsi, en novembre 1294, don Bartholomé de Monresin ne s’est pas contenté de remettre des draps aux membres de l’Hôtel, il a aussi versé 20 860 mrs à divers membres de la cour de la reine et officiers de l’Hôtel du roi, à titre de quitación. Les fonds de paiements pouvaient donc être variés, selon les disponibilités ; mais en l’état des sources, on ne peut aller plus loin.

  • 44 Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, pp. 42-43, et n. pp. 54-55.

28Pour conclure sur cet état numérique de l’Hôtel, on ne peut pas additionner les deux listes, qui se recoupent partiellement, mais il est évident que la Cour, dans son fonctionnement quotidien, comprend, abrite, nourrit, et véhicule plus de 180 personnes, voire 250 comme l’estimait M. Gaibrois44. Pour ma part, j’aurais tendance à penser qu’il faut additionner trois groupes, au moins : 180 personnes bénéficiant de quitaciones régulières, 130 salariés sur la caisse des Dineros de fueras, et 130 de plus que l’on perçoit par la liste des livrées. J’obtiens ce dernier chiffre en additionnant tous les bénéficiaires de livrées qui ne disposent pas par ailleurs d’un salaire « régulier ». Le total serait donc de 445 individus.

  • 45 Lors de l’hiver et du printemps 1075, Alphonse VI voyage en compagnie de 226 personnes, avec 200 ch (...)
  • 46 Il faut y ajouter une quarantaine de personnes pour l’Hôtel de la reine Éléonore de Castille, et le (...)
  • 47 Paneterie : 17 hommes ; échansonnerie : 26 ; cuisine de bouche : 21 ; cuisine du commun : 27 ; frui (...)
  • 48 M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real ». Autres données sur la prosopographie de la cour d’Isabelle (...)

29Il s’agit sans doute d’une estimation haute puisque, certains mois, en raison des retards de paiement, le dépensier défraie tout au plus 80 personnes, voire beaucoup moins. Mais ce chiffre ne me semble pas surévalué par rapport à d’autres estimations : à la fin du xie siècle, le roi Alphonse VI de Léon se déplaçait avec une suite de 226 personnes et une cinquantaine de chars45. De même, ce sont quelque 450 personnes que le roi d’Angleterre Édouard Ier emmène lors de son long séjour en Gascogne entre 1286 et 128946. L’Hôtel de Philippe VI de Valois au début de son règne défraie 163 personnes réparties sur huit services, et encore ne s’agit-il que des officiers domestiques47. Pour les Rois Catholiques, la Maison royale inclut 400 à 500 individus, sans compter les services administratifs de la justice, de la chancellerie et des comptes48. Le roi de Castille de la fin du xiiie siècle tenait déjà bien son rang.

V. — VERS UN « ORGANIGRAMME » DE L’HÔTEL DE CASTILLE À LA FIN DU XIIIe S.

30Cette estimation du poids numérique de l’Hôtel ne résout pas la question du fonctionnement des services, ni de leurs articulations et interrelations éventuelles. Les listes des livrées, avec les remises groupées des pièces de drap à un responsable collectif, témoignent qu’il existe de grands services bien distincts, comme la Chambre ou la Chapelle que l’on a déjà évoquées. Pour le reste, il est difficile de distinguer, souvent, de véritables offices organisés, avec un titulaire honorifique et un ou deux responsables matériels.

31Le tableau 2 pp. 106-107 combine les données des listes de quitaciones les plus complètes (celle d’août 1293), les données des Dineros de fuera, et les données fournies par les livrées.

La Maison militaire du roi

  • 49 Sur les différents corps de la garde royale, J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 323-338. Voir auss (...)

32On est d’abord frappé par l’importance numérique de la Maison militaire du roi, qui comprend à son apogée (décompte d’août-septembre 1293) plus de 120 personnes, réparties en plusieurs corps49 : hiérarchiquement, le premier est celui des guardas del rey (12 hommes salariés à 150 mrs par mois, plus leur chef payé 1 800 mrs) ; ils sont doublés ou renforcés par les arbalétriers du roi, plus nombreux (30 hommes de deux niveaux, payés 150 ou 90 mrs, auxquels il faut ajouter leur chef qui lui ne touche « que » 300 mrs) — arbalétriers qui ont d’ailleurs des fonctions aussi protocolaires que militaires. Au total, pour ces seuls corps, le dépensier doit verser 7 200 mrs, et la liste des versements réels montre que ce sont ceux qui sont payés le plus régulièrement. La sécurité du roi n’a pas de prix.

Tableau 2. — Tableau synthétique des membres de l’Hôtel

Tableau 2. — Tableau synthétique des membres de l’Hôtel

a Le compte donne 12 noms + 6 compañeros de Roy Guillen, soit 19 hommes au total avec Roy Guillen lui-même, mais la dépense globale n’est que de 1 350 mrs au lieu de 2 090 mrs, logiquement.

  • 50 17 cités en août 1293, plus 7 « engagés » par la suite.
  • 51 J. de Salazar, La Casa del Rey, p. 326, ne compte que 12 gardes, 30 arbalétriers, et 23 écuyers de (...)
  • 52 16 des guisados escuderos reçoivent des rattrapages de gages pouvant aller jusqu’à 6 mois (soit les (...)

33Ces 44 hommes ne constituent que le noyau de la Maison militaire du roi. Quand les versements sont complets, s’y ajoutent 6 chevaliers, 17 à 24 écuyers guisados (de parage)50, 18, 19 à 21 écuyers de rang moyen, 9 ou 10 écuyers inférieurs, sans oublier les 23 écuyers dits « de pied » dans les livrées de drap51. Quand les gages se font rares, ce sont ces hommes qui bénéficient le plus souvent de régularisations salariales52 : à eux seuls, les hommes de la Maison militaire bénéficient de 34,5 % des régularisations. Ils ne proviennent pas de la plus haute aristocratie, mais de la noblesse de rang médian, Carpentero, Foces, Caldela, Carriello, Velasco, Aguilade, Saavedra, Calderón, Falcón, etc. Les liens familiaux sont importants et nombre d’écuyers de rang médian ou inférieur sont des fils ou des cadets des chevaliers et écuyers de rang supérieur, fils, frères, neveux des Carriello, Velasco et Saavedra. Ce corps semble donc soudé et homogène, malgré l’existence de différences salariales (liées au rang et à l’âge, sans doute). On ne sait d’ailleurs pas si celles-ci reflètent l’existence de vrais corps militaires, ou si tous ces hommes se retrouvent mêlés dans leur service quotidien du roi.

Les offices domestiques

  • 53 En outre, je n’ai pas pu identifier la fonction de quelques grands officiers domestiques très bien (...)

34L’existence de différents offices déjà bien distincts se marque à l’existence d’au moins un titulaire et de plusieurs subordonnés, comme en témoigne le tableau 3 pp. 110-111. Ces services sont encore embryonnaires mais réunissent un personnel hiérarchisé et sans doute plus conséquent que les quelques personnes mentionnées ici53.

35Les offices politiques ou administratifs (services du justicia et les deux chancelleries, dont celle du sceau du secret) sont en grande partie imbriqués avec les services domestiques et ne s’en distinguent pas clairement, du moins par les salaires versés à leurs membres.

  • 54 S. Coussemacker, « Nourrir et loger la cour de Sanche IV ».
  • 55 J. de Salazar, La Casa del rey, pp. 268-274.

36On peut souligner l’importance prise par les services chargés de la vie quotidienne du roi, volume lié à l’itinérance de la Cour54 : le nombre des muletiers (une trentaine, plus 6 à 8 hommes liés à divers services) témoigne de l’importance des déplacements de la Cour ; s’y ajoutent les 12 hommes qualifiés de caballerizos, liés aux écuries du roi, et les 3 cebaderos qui approvisionnent en orge les écuries et « muleteries », ou encore Domingo Juan, l’humble responsable de la mule du roi. S’y ajoutent aussi les services liés au logement (posaderia), au vêtement (maese Pedro Juan, et ses deux aides) et à la fourniture de la Cour en fruits, sel, et cire, ainsi qu’en mobilier (reposteria), et l’approvisionnement en vivres à proprement parler55, même si la paneterie semble embryonnaire (un responsable, et une ou deux panetières).

  • 56 Martín Ruiz n’est pas cité comme chef de monteros, mais M. Gaibrois de Ballesteros l’identifie comm (...)
  • 57 J. de Salazar, La Casa del rey, pp. 331-333.

37L’importance des services liés à la chasse témoigne de l’appétence du roi pour ce qui est à la fois un loisir et un élément essentiel de l’approvisionnement de la Cour en viandes fraîches. Les deux ou trois corps de monteros représentent près de 80 personnes au total, subdivisés en petits groupes, deux dirigés par Martín Ruiz et Gómez Martínez, et un troisième de 65 à 68 personnes sous les ordres de Domingo Guerra. Il faut leur ajouter l’alguazil de los rapaces, son frère et un fauconnier (cités tous trois dans les livrées de draps)56. Par la suite, les monteros (notamment ceux dits d’Espinosa) ont également pu jouer un rôle dans la garde personnelle du roi, étoffant un service qui était pourtant déjà pléthorique57.

  • 58 Marquesa la lavandière, Sol et Maria (deux panetières dont la dernière n’est citée que parce que so (...)
  • 59 Sur ce point, voir Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, pp. 29-31.

38Cet Hôtel du roi est éminemment masculin : sur les 320 individus identifiés comme membres de l’Hôtel durant le dernier trimestre 1293, on ne compte au total que 5 ou 6 femmes58, soit à peine 1,8 % de l’Hôtel. Il est vraisemblable que d’autres femmes gravitent dans l’entourage de la reine, comme dames de compagnie et servantes de la Chambre, comme cette doña Maria Fernández dont un serviteur reçoit des draps lors des livrées de l’automne 1293, ou cette Estevania Suárez dont un neveu fait partie des hommes de la Chambre du roi. On peut y ajouter les nourrices des infants royaux59. Mais l’Hôtel de la reine est également, en grande partie, composé avant tout d’hommes.

VI. — L’HÔTEL DE LA REINE MARÍA DE MOLINA

  • 60 Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, pp. 43-44. Elle cite don Todros, almojarife, Juan Gil, repost (...)

39Les comptes de Juan Bernalt permettent de l’appréhender au moins partiellement, en raison de l’imbrication humaine et financière des deux Hôtels. Les livrées de drap de 1294 sont gérées et financées par deux responsables de l’Hôtel de María, bien qu’elles concernent surtout des membres de l’Hôtel de son époux, et treize hommes de son frère, Alphonse de Meneses. À l’inverse, des membres de l’Hôtel de la reine sont salariés par Juan Bernalt : c’est le cas de Fernán Martínez, le propre dépensier de la reine (l’un des très grands officiers avec des gages de 240 mrs par mois). En dehors des quitaciones régulières, d’autres membres de l’Hôtel de la reine sont mentionnés dans les comptes pour des donations exceptionnelles. Mercedes Gaibrois a relevé les noms d’au moins 17 membres de son Hôtel, mais sa liste n’est pas exhaustive (il y manque Bartholomé de Monresin et don Yehuda, par ex.)60. L’Hôtel de la reine comporte des services parallèles à celui du roi, elle a même un alguazil, un épicier, des posaderos, des chambellans, des clercs et surtout une chancellerie à laquelle les services de l’Hôtel du roi n’hésitent pas à faire appel : ainsi, l’évêque de Tuy, l’examinateur des comptes de Juan Bernalt, n’est autre que le chancelier de la reine depuis 1290.

Tableau 3. — Les effectifs renseignés dans les principaux services de l’Hôtel

Tableau 3. — Les effectifs renseignés dans les principaux services de l’Hôtel

a Dans la première colonne : en gras, les « hors cadre » qui ne semblent pas gagés sur la caisse de Juan Bernalt mais mentionnés par ailleurs comme étant à la tête de ces services. Les chiffres donnés ici sont d’ailleurs en deçà, sans doute, de la réalité des services : M. Gaibrois a par exemple compté jusqu’à 6 resposteros menores travaillant sous les ordres de Sancho Sánchez de Ulloa (Historia de Sancho IV, éd. MGB t. I, p. 41).

  • 61 Il n’est pas le seul médecin du roi, on trouve aussi les Juifs don Yuçaf, don Çag et don Abrahem, m (...)

40Le schéma des Siete Partidas reflète partiellement la structuration de la Cour et de l’Hôtel à l’époque de Sanche IV de Castille. On y retrouve bien les offices principaux liés à la vie du roi, même si Alphonse X oublie le petit personnel des couturiers, muletiers et serviteurs des écuries, monteros et chasseurs, etc., qui constituent pourtant un tiers du personnel de l’Hôtel. La répartition en grands services correspond à peu près à ce que l’on voit dans les comptes, même si deux services bien distincts dans les faits (la Chambre et la reposteria) sont associés dans un même chapitre, ou s’il consacre en revanche un chapitre entier aux médecins du roi, alors que les comptes évoquent seulement fr. Albert en novembre 129361. On ne peut pas attendre des Siete Partidas une ordonnance de l’Hôtel, alors qu’il s’agit avant tout, pour le roi, d’offrir à ses successeurs des critères moraux et sociologiques pour bien choisir leurs serviteurs, sur des bases aristotéliciennes. Ce n’est pas un organigramme mais une leçon morale et érudite sur l’Hôtel idéal. Seuls les comptes des hommes qui, à l’instar de Juan Bernalt, travaillaient chaque jour à faire fonctionner cette énorme machine, peuvent nous permettre d’approcher les réalités de la vie d’un Hôtel à la fin du xiiie siècle.

Notes

1 « Corte es llamado el lugar de donde es el Rey e sus vassallos e sus officiales con él, que le han cotidianamente de aconsejar e de servir, e los hombres del reino que se llegan y, o por honrra de él, o por alcançar derecho, o por hacer alcanzar derecho, o por recaudar las otras cosas que han de ver con él. » (Siete Partidas, Part. II, título 9, ley 27, éd. J. Sánchez-Arcilla, p. 226).

2 Sur la définition de la Cour, J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 39-42.

3 Ibid., pp. 43-46.

4 Il ne renvoie qu’à deux études avançant des estimations quantifiées, celle de Bernard Reilly pour la cour d’Alphonse VI (1065-1109), et celle de Miguel Ángel Ladero Quesada sur la maison d’Isabelle la Catholique. B. F. Reilly, El reino de León, pp. 171-179 ; M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real ».

5 Siete Partidas, II, 9, éd. J. Sánchez-Arcilla : « Cuál debe el rey ser a sus oficiales, e a los de su Casa, e de su corte, e ellos a él ». J’inclus dans le service domestique le chapelain (loi III), la garde royale (IX), médecins (X) officiers de bouche et de boire, chambellan et reposteros (chargés des meubles, de la cire et des fruits, XII), dépensiers (XIII), huissiers (XIV), aposentador (chargé du logement royal, XV), majordome (XVII), alguacil (justice et maintien de l’ordre à la Cour, XX), messagers (XXI). Ils se retrouvent mêlés à des officiers administratifs (chancelier, notaires, écrivains, juges du roi : IV, V, VII, VIII, XVIII, etc.) ou territoriaux (XXII, XXIII, XXV, etc.).

6 M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real », pp. 331-332.

7 F. de P. Cañas Gálvez, « Structure et organisation de la Maison du roi de Castille », dans ce volume pp. 113-129.

8 Sur ces difficultés méthodologiques, J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 19-22.

9 Sur l’histoire de ce manuscrit, F. J. Hernández, Las rentas del rey, t. I, pp. ccxvii-ccxviii. D’autres documents comptables des années 1290-1292, provenant eux aussi de Tolède, sont édités dans cet ouvrage, mais ils ne donnent pas de renseignements exploitables sur l’Hôtel royal.

10 Archivo Histórico Nacional, 985b : original, et Biblioteca Nacional de Madrid, ms 13090 : copie de Burriel du xviiie s. (décembre 1752). Historia de Sancho IV, éd. M. Gaibrois de Ballesteros, t. I, pp. iii-cxlviii, à partir de la copie de Burriel, et Correcciones (ibid., t. I, pp. cxci-ccii), à partir du manuscrit original. Sources citées à partir des références de M. Gaibrois de Ballesteros (ibid., Cuentas). Ces comptes ont été republiés par A. López Dapena, Cuentas y gastos. Faute d’avoir pu me procurer son ouvrage, j’ai dû travailler sur l’édition de M. Gaibrois.

11 Sur l’origine et les fonctions du despensero mayor, J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 288- 293. Selon les Siete Partidas (II, 9, 13), éd. J. Sánchez-Arcilla, le despensero est l’officier « chargé d’acheter les choses qui sont nécessaires pour le gouvernement du Roi et ils sont appelés ainsi parce qu’ils “dépensent” de l’argent pour acheter ces choses ». Sur le majordome et l’évolution de la fonction avec dédoublement du titre honorifique et de la charge effective, J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 176-184 et pp. 189-190.

12 Tous deux sont les fils de don Pedro Ponce de Cabrera, ricohombre de Léon, et de Aldonza Alfonso de Léon. Le maître de Calatrava meurt à Arcos dans le courant de l’année 1295 des blessures reçues au siège d’Iznalloz. Ibid., p. 380.

13 Il est marié à Teresa Alfonso (ibid., p. 394). Plusieurs membres de sa famille, notamment des neveux, sont aussi salariés dans plusieurs services de l’Hôtel, où la famille est puissante.

14 Martín González est d’abord évêque de Calahorra-Calzada, puis vers 1285 env., il est transféré à Astorga ; il manque de peu le siège de Léon, où le chapitre l’avait appelé en 1289, et reste finalement à Astorga jusqu’à sa mort, le 2 février 1301. Il accompagne Sanche IV dans tous les moments importants du règne. Juan Fernández de Sotomayor est élu évêque de Tuy en mars 1286 et reste quant à lui en charge jusqu’au 14 juin 1323, date de son décès. J. M. Nieto Soria, Iglesia y poder real, p. 31.

15 Le 9 février et le 3 mars 1292, Martín Gil de Aguilera est encore le despensero mayor, chargé de lever les yantares dans l’évêché de Burgos. Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. III, Colección diplomática, doc. 405, pp. cclxxi-cclxxii, et doc. 608 p. cdxvi. Il signe encore des albalas de paiement à des fournisseurs pendant le siège de Tarifa (Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, Cuentas, p. lxxxiii).

16 Il occupe les fonctions d’échanson du roi depuis 1287 au moins. Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, n. p. 53.

17 M. Á. Ladero Quesada, Fiscalidad y poder real, pp. 57-75, notamment pp. 63-64 : en 1288, les Cortes de Haro avaient octroyé au roi un servicio annuel pour dix ans ; les cinq premiers furent perçus entre 1288 et 1292, le sixième en 1293, le septième et le huitième en 1294. Trois servicios de plus furent encore octroyés aux Cortes de Zamora de 1292, pour la campagne de Tarifa.

18 Ce choix du 1er août comme début de l’année comptable ne correspond pas aux années de règne, puisque Sanche IV commence à régner en avril 1284. Faute de comptes antérieurs, on ne peut dire quand débute cette pratique. Elle témoigne, quoi qu’il en soit, que les comptables castillans ont déjà élaboré la notion d’année comptable, indépendante des bouleversements liés aux nominations de personnes.

19 Compte présenté le 19 avril 1294 devant les évêques de Tuy et Astorga, et García López [Saavedra] pour la période du 19 décembre 1292 au 31 juillet 1293. Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, Cuentas, recettes pp. xci-xcv et dépenses quotidiennes, quitaciones, Dineros de fuera, pp. xcv-cvi.

20 Présenté le 5 novembre 1294 à Valladolid, recettes et dépenses. Ibid., t. I, pp. cxiii-cxxxvii.

21 183 000 mrs reçus de Martín Gil d’Aguilera, au titre de la fonsadera des évêchés d’Osma, Sigüenza et autres.

22 Le service est confié à Alfonso Pérez, cité comme premier chambellan dans les comptes précédents ; il apparaît à la fin du dernier compte des dépenses de l’Hôtel, le 21 janvier. Ibid., t. I, p. cxlv.

23 Compte des recettes annexes, présenté le 13 novembre 1294. Ibid., t. I, pp. cx-cxxiii.

24 Présenté le 21 janvier 1295 à Alcalá de Henares, dépenses. Ibid., t. I, pp. cxxxvii-cxlv. Il y manque notamment le remboursement des frais de bouche aux localités traversées par la Cour, le conducho.

25 Le dossier comprend plusieurs pièces concernant une autre pesquisa, menée sur l’affermage que don Abraham el Barchilon et un groupe d’investisseurs avaient pris des deniers royaux en mai 1287 (le contrat initial est inclus dans le dossier) ; l’enquête est toujours en cours en mai 1294, et entre les mains de l’évêque d’Astorga.

26 On trouve les comptes des percepteurs fiscaux (cogedores de base, sobrecogedores, arrendadores) : au total, 33 ou 34 pièces, indiquant soit des recettes seules, soit les paiements effectués localement sur présentation d’albalás. Les recettes portent sur les septième et huitième servicios levés depuis 1288 dans diverses régions, et sur d’autres rentrées fiscales : dîmes des ports et affermages (arrendamientos), notamment des rentes de la chancellerie. Ces 7e et 8e levées rapportèrent entre 10 000 et 125 000 mrs à la couronne, selon les régions, merindades et évêchés concernés (M. Á. Ladero Quesada, Fiscalidad y poder real, pp. 63-64). Il faut y ajouter 7 padrones, listes de tarifs douaniers et surtout des rentrées douanières sur les ports de San Sebastián et quelques autres. Ces comptes avaient déjà été examinés et vérifiés, parfois par le rouage supérieur (le sobrecogedor pour les cogedores), ou par les responsables des comptes au niveau central, notamment les évêques d’Astorga et de Tuy, et par Juan Bernalt lui-même.

27 « Nómina por que diese de vestir a la compannia del Rey » de l’évêque de Tuy à don Bartholomé [de Monresin]. Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, Cuentas, pp. lxxiii-lxxxv.

28 Ce deuxième compte présenté à la reine et à l’évêque de Tuy (Valladolid, 18 novembre 1294) est classé par type de draps. Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, Cuentas, pp. cvi-cix.

29 Ibid., t. I, p. xl. L’expression est employée pour Sancho Sánchez de Ulloa, qui est à la fois chef de la garde mais aussi repostero mayor du roi au moins entre février et décembre 1294 (il l’est ensuite aussi pour son fils Ferdinand IV). J. de Salazar, La casa del Rey, p. 490.

30 Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, Cuentas, pp. cxiii-cxxxvii, compte présenté par Juan Bernalt le 5 novembre 1294 à Valladolid.

31 Ces petites dépenses annexes intègrent aussi des rémunérations aux messagers, le renouvellement de quelques menus objets liés à la table du roi ou de ses serviteurs, parfois quelques meubles, des poules pour la fauconnerie.

32 Les Dineros de fuera n’apparaissent pas à la suite des quitaciones d’août 1293, en raison d’une lacune du manuscrit (Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, Cuentas, « Notas », p. cci). On n’a conservé, dans le tableau 1 p. 100, que les versements qualifiés de quitaciones dans les comptes des Dineros de fuera, en écartant les paiements exceptionnels aux messagers étrangers, ambassadeurs, personnes nourries occasionnellement à la table du roi, etc.

33 Pour un salaire total de 870 mrs, soit 30 mrs chacun.

34 Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, Cuentas, pp. cxlv-cxlviii, compte d’Yzrael, pour le complément de quitaciones versées par lui sur la même période, sur les 35 000 mrs de la fonsadera des évêchés d’Osma et Sigüenza, compte présenté à Valladolid dès le 20 juin 1294 (avant même la fin de la mandature).

35 Soit trois mois de salaire à 210 mrs. Ibid., t. I, p. cxlvi.

36 Si l’on examine les groupes qui se voient remettre les mêmes catégories et quantités de draps, il s’agit de 8 grands officiers et gens de l’Hôtel cités individuellement (don Bartholomé lui-même, Ferrand Yannez, grand arbalétrier, Juan Pérez de Carrion, homme du roi, Ferrand Gómez, repostero, Sancho Martínez, escrivano, Ferrand Falcón et Pedro Falcón son fils, et Juan de Pedro) ; puis on trouve 36 chambellans et 18 chapelains, 88 officiers domestiques divers : 12 serviteurs des écuries, 6 responsables de la chasse, 5 officiers inférieurs divers (couturier, épicier), 4 autres types d’officiers domestiques (chargés de la cuisine et des meubles), 8 messagers à cheval, 30 messagers à pied, 23 écuyers à pied ; enfin, 18 hommes chargés des divertissements musicaux de la Cour. S’y ajoutent également 13 hommes appartenant à l’Hôtel du frère de la reine, don Alfonso (Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, Cuentas, pp. lxxiii-lxxxv).

37 La liste des livrées mentionne 15 joueurs de tambour (omes de los atambores), plus un maure del ayabeba (ou arabeba) et un autre del anafil (instruments de musique arabes), soit 16 ou 17 hommes en tout ; la liste des versements par quitaciones évoque Fate, le trompero, sa femme, et 4 autres tromperos, payés 60 mrs chacun, ainsi que 15 moros tenderos e tamboreros ne touchant que 30 mrs. On retrouve bien un Fate dans la liste des joueurs de tambour, mais c’est peut-être un homonyme, en tous cas, le volume global correspond à peu près.

38 Juan Mathé de Luna occupe cette charge honorifique au moins entre 1286 et juin 1294 ; fils de Fernán Matheos, alcalde mayor de Séville, seigneur de Villalba, Nogales, Peñaflor et Huelva, ce très grand noble est aussi Grand Amiral du roi en 1295 (il meurt avant août 1299). J. de Salazar, La casa del Rey, p. 477.

39 Un homonyme apparaît dans la liste des grands officiers salariés à 240 mrs par mois, à l’instar d’Alfonso Pérez (il reçoit en fait son salaire mensuel en retard, en une seule fois en janvier 1294 pour les six mois antérieurs) ; il n’est pas alors fait mention de son appartenance à la Chambre mais son identification est probable.

40 Le total global des hommes liés à la Chambre atteint 39 à cette date, mais tous ne sont peut-être pas présents.

41 Sur les clercs du roi, Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, p. 38, n. 2. Sur le fonctionnement de la Chapelle royale, J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 221-244.

42 L. Alonso Getino, « Dominicos españoles confesores de reyes », pp. 374-451. J. M. Nieto Soria, Iglesia y genesis, pp. 140-150. S. Coussemacker, « Les confesseurs hiéronymites », pp. 85-104.

43 Ils semblent aussi avoir été salariés par diverses rentes levées sur les Juderias.

44 Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, pp. 42-43, et n. pp. 54-55.

45 Lors de l’hiver et du printemps 1075, Alphonse VI voyage en compagnie de 226 personnes, avec 200 chevaux, 51 charrettes, des mules et des ânes et même un troupeau de vaches et de moutons ; sa suite comprend la famille royale, des évêques, de grands officiers (alferez, mayordomo, capelan, notario), quelques domestiques liés à ses loisirs, et une escorte militaire et domestique de 120 personnes. B. F. Reilly, El reino de León, pp. 171-179.

46 Il faut y ajouter une quarantaine de personnes pour l’Hôtel de la reine Éléonore de Castille, et les autres Hôtels de jeunes princes, plus de 500 personnes en tout. F. Bériac et B. Castéra, « Une cour en voyage », pp. 205-223.

47 Paneterie : 17 hommes ; échansonnerie : 26 ; cuisine de bouche : 21 ; cuisine du commun : 27 ; fruiterie : 11 ; écurie : 30 ; fourrière : 21 ; huissiers de salle, portiers et valets de porte : 10. Décompte personnel à partir de J. Viard, « L’hôtel de Philippe VI de Valois », pp. 474-483.

48 M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real ». Autres données sur la prosopographie de la cour d’Isabelle la Catholique dans F. de P. Cañas Gálvez, « Las Casas de Isabel y Juana de Portugal », pp. 9-13.

49 Sur les différents corps de la garde royale, J. de Salazar, La casa del Rey, pp. 323-338. Voir aussi D. Torres Sanz, La administración central, pp. 256-280, sur les alguazils, porteros, monteros, ballesteros, etc.

50 17 cités en août 1293, plus 7 « engagés » par la suite.

51 J. de Salazar, La Casa del Rey, p. 326, ne compte que 12 gardes, 30 arbalétriers, et 23 écuyers de pie, auxquels il ajoute les musiciens et des archers (?). Il laisse de côté les autres chevaliers et écuyers.

52 16 des guisados escuderos reçoivent des rattrapages de gages pouvant aller jusqu’à 6 mois (soit les deux tiers d’entre eux) ; pour les escuderos de rang médian, les régularisations touchent 7 hommes (un tiers) ; pour les escuderos inférieurs, on atteint 7 régularisations sur 10 hommes (plus des deux tiers).

53 En outre, je n’ai pas pu identifier la fonction de quelques grands officiers domestiques très bien payés et souvent mentionnés dans les comptes sans fonction précise, comme Alfonso Godinez, l’abbé d’Arvas ou Pedro Sánchez (payés tous trois 240 mrs par mois). Selon l’index onomastique publié dans Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. III, p. dv, il s’agit de Pedro Sánchez de la camara, il faudrait donc l’associer au corps des chambellans. D’autres officiers médians (recevant 150 mrs par mois) n’ont pas non plus de fonction affichée comme Lope Pérez de Burgos, Gil Aleon, ou Remont de Léon.

54 S. Coussemacker, « Nourrir et loger la cour de Sanche IV ».

55 J. de Salazar, La Casa del rey, pp. 268-274.

56 Martín Ruiz n’est pas cité comme chef de monteros, mais M. Gaibrois de Ballesteros l’identifie comme tel (Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, p. 39). Elle mentionne aussi plus de fauconniers (5 en tout) et trois azoreros (responsables des autours).

57 J. de Salazar, La Casa del rey, pp. 331-333.

58 Marquesa la lavandière, Sol et Maria (deux panetières dont la dernière n’est citée que parce que son fils est soldé comme arbalétrier), et trois épouses de musiciens et jongleurs (la femme de Fate le joueur de trompe, la femme d’un moro saltador, et la femme d’Ysmael le Juif de la rota).

59 Sur ce point, voir Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, pp. 29-31.

60 Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, pp. 43-44. Elle cite don Todros, almojarife, Juan Gil, repostero, Mateo Yanez, portero mayor, Juan Martínez, portero du palais de Palencia, deux posaderos, etc.

61 Il n’est pas le seul médecin du roi, on trouve aussi les Juifs don Yuçaf, don Çag et don Abrahem, maître Nicolas, et fr. Pedro de Pontevedra. Historia de Sancho IV, éd. MGB, t. I, p. 39. S. Coussemacker « Les médecins des souverains castillans », pp. 99-112.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. — Soldes (quitaciones) versées par Juan Bernalt et don Yzrael*
Légende * Les totaux donnés sont ceux de Juan Bernalt. Les sondages que j’ai pu effectuer montrent peu d’erreurs. Ainsi, pour le mois d’août 1293, la somme totale est de 23 415 mrs alors que lui-même indique 23 470 mrs, soit une différence de 55 mrs. Ces différences peuvent venir du mauvais état du document édité, qui présente plusieurs lacunes. On a donc préféré garder ses chiffres. Les chiffres suivis d’un + ou ++ sont des estimations du nombre de personnes concernées (p. ex., les monteros ne sont pas évalués dans les soldes principales, et il en va de même pour des Dineros de fuera, le nombre des « compañeros » du chef des monteros n’est pas toujours chiffré).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/17679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 2. — Tableau synthétique des membres de l’Hôtel
Légende a Le compte donne 12 noms + 6 compañeros de Roy Guillen, soit 19 hommes au total avec Roy Guillen lui-même, mais la dépense globale n’est que de 1 350 mrs au lieu de 2 090 mrs, logiquement.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/17679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 3. — Les effectifs renseignés dans les principaux services de l’Hôtel
Légende a Dans la première colonne : en gras, les « hors cadre » qui ne semblent pas gagés sur la caisse de Juan Bernalt mais mentionnés par ailleurs comme étant à la tête de ces services. Les chiffres donnés ici sont d’ailleurs en deçà, sans doute, de la réalité des services : M. Gaibrois a par exemple compté jusqu’à 6 resposteros menores travaillant sous les ordres de Sancho Sánchez de Ulloa (Historia de Sancho IV, éd. MGB t. I, p. 41).
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/17679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search