Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

II. De l’ampleur de quelques entourages princiers

Quantifier l’entourage politique des derniers Capétiens

Olivier Canteaut

Texte intégral

  • 1 Pour des occurrences de ces termes, voir respectivement J. Coste, Boniface VIII, pp. 841 et 842, et (...)
  • 2 Voir notamment N. Valois, « Introduction », pp. xvii-xxi et P. Lehugeur, Histoire de Philippe V le (...)
  • 3 O. Canteaut, « Le roi de France », pp. 170-173.

1 Commune consilium, secretum consilium, « estroit conseil », magnum consilium, majus consilium, universale consilium, consilium mensis1… : autant de dénominations du Conseil du roi de France au début du xive siècle, qui renvoient tout à la fois à ses modalités de fonctionnement et à son ampleur variable. Du fait de la multiplicité de ces désignations, l’unicité du Conseil a pu être remise en cause2. Pour autant, la diversité du vocabulaire relatif au Conseil n’épuise pas la variété des configurations, institutionnelles ou informelles, dans lesquelles le souverain peut prendre conseil pour gouverner : celui-ci peut solliciter les avis et interventions de groupes plus ou moins institutionnalisés, tels ces assemblées qui se multiplient à l’orée du xive siècle, aussi bien que d’individus isolés, requis de manière informelle3. Le Conseil, en dépit de sa plasticité et de ses dimensions modulables, dont témoignent ses nombreuses appellations, ne constitue donc pas le cadre exclusif où se forgerait la politique du souverain : c’est la totalité de l’entourage royal qui, au-delà de toute attache institutionnelle, est ou peut être sollicité pour participer au gouvernement du royaume.

  • 4 Le problème n’est pas sans rappeler la situation du souverain pour appréhender l’espace de son roya (...)

2Peut-on prétendre dénombrer cet entourage protéiforme ? Sa nature informelle le rend a priori rétif à toute quantification et il est fort probable que ni le roi, ni ses agents n’eussent été capables eux-mêmes d’évaluer l’ampleur du groupe qui assistait le souverain dans la direction du royaume4. Quoiqu’il s’avère impossible d’appréhender cet entourage politique dans sa globalité, trois de ses configurations peuvent être approximativement quantifiées — même si ces ensembles mouvants évoluent au fil du temps, parfois à un rythme très rapide.

  • 5 « Roy sans la prudent conseil est comme le chief en ung corps sans yeulz, sans oreillez et sans nez (...)
  • 6 La première attestation d’une décision prise par le Conseil en l’absence du souverain date d’octobr (...)
  • 7 Ainsi, un état des droits du connétable, datant probablement du début du règne de Philippe VI, débu (...)
  • 8 Voir O. Canteaut, Gouvernement, t. III, pp. 596-599.

3 Le Conseil du roi semble au premier abord être le plus facile à saisir en tant qu’entourage politique rapproché du souverain. Organe lui permettant de s’informer pour gouverner le corps politique, il forme depuis la fin du xiie siècle une véritable institution de la monarchie capétienne5. Le début du xive siècle marque même une nouvelle étape dans sa cristallisation institutionnelle : à compter du règne de Philippe V, il peut se réunir en l’absence du souverain, et son autonomie, tout en demeurant restreinte, ira croissant tout au long de la première moitié du xive siècle6. Le Conseil n’en demeure pas moins un instrument dans les mains du roi : nul n’y siège de droit, en dépit de certaines revendications7 ; la fréquence de ses réunions demeure aléatoire8. Le Conseil n’a donc aucune stabilité.

  • 9 Il existe de nombreuses copies et plusieurs éditions partielles de ce texte, dont on trouvera la li (...)
  • 10 Cette version était conservée dans le mémorial A de la Chambre des comptes, aujourd’hui perdu ; ell (...)
  • 11 O. Canteaut, Gouvernement, pp. 584-591, en particulier pp. 589-591.
  • 12 Ce Conseil, qualifié de « Conseil ordonné », compte alors 12 membres (voir N. Valois, Le Conseil du (...)
  • 13 22 participants le 19 janvier 1314 (AN, JJ 57, fo 18ro), 19 le 5 juillet 1322 (AN, J 615, n° 8), 17 (...)
  • 14 Voir par exemple ibid., n° 3530 (« … et pluribus aliis de Consilio ») et ibid., t. II/2, n° 3937 (« (...)
  • 15 Les listes de membres du Conseil au bas des actes royaux se multiplient et s’étoffent tout au long (...)

4En outre, ses portes se révèlent infranchissables pour nous : au début du xive siècle, rares sont les documents qui dressent la liste des participants à une séance du Conseil. Celui-ci n’est intégralement énuméré qu’en une occasion, la promulgation d’une ordonnance sur l’administration centrale du royaume, en juillet 13169. Il compte alors 24 membres, auxquels viennent s’adjoindre, dans une version complétée, 2 participants supplémentaires10. Néanmoins, ce Conseil s’avère extraordinaire : il s’agit en réalité du Conseil de régence qui entoure Philippe de Poitiers durant le règne éphémère de Jean le Posthume, de juillet à novembre 131611. C’est pour cette raison que sa composition est fixée par ordonnance, comme le sera ultérieurement celle du Conseil de régence œuvrant auprès du jeune Charles VI12. En temps ordinaire, il est exceptionnel qu’autant d’individus soient mentionnés lors d’un Conseil : entre 1313 et 1328, parmi les 52 séances documentées, une seule aurait réuni plus de 20 personnes et quatre entre 10 et 20 personnes13. Dans les deux tiers des cas, les listes de membres du Conseil qui nous sont parvenues comptent moins de 5 personnes. Il est vrai que les actes royaux se contentent le plus souvent d’énumérer les princes du sang et les grands officiers de la Couronne, négligeant les participants moins prestigieux qui, au mieux, se voient englobés dans la formule « et alii14 ». De ce fait, nous ne pouvons le plus souvent saisir que la part la plus insigne du Conseil15.

  • 16 On en compte, par ordre décroissant, 30 en 1316, en raison de la tenue du Conseil de régence, 22 en (...)
  • 17 Charles de Valois est attesté à 24 reprises au Conseil entre 1313 et 1328, soit pour près de la moi (...)
  • 18 La moitié des 86 membres du Conseil attestés entre 1313 et 1328 n’y est mentionnée qu’une seule foi (...)

5Même sans disposer de données chiffrées fiables, on peut être certain que le Conseil est avant tout une assemblée restreinte. Une fois cumulé l’ensemble des listes disponibles, les hommes admis à siéger au Conseil se révèlent peu nombreux : ils ne sont que 86 à y apparaître entre 1313 et 1328 ; et ils ne sont pas plus de 10 ou 20 à participer au Conseil au cours d’une même année16. Qui plus est, rares sont ceux qui, comme les princes du sang, le chancelier ou le connétable, disposent d’un accès régulier au Conseil17 : les trois quarts des membres n’y font que des apparitions fugaces18.

  • 19 Voir O. Canteaut, Gouvernement, t. I, pp. 53-56.
  • 20 Voir leur liste dans ibid., pp. 47-51. Ce chiffre exclut le souverain.

6 À défaut de pouvoir pénétrer plus avant dans le secret du Conseil royal, une autre source permet de cerner l’entourage politique du souverain : les mentions hors teneur apposées au bas des actes royaux. Depuis la fin du xiiie siècle, les notaires de la chancellerie ont en effet pris peu à peu l’habitude d’inscrire au bas des actes le nom de ceux qui les leur ont commandés19. Une fois systématique à partir des années 1310, cette pratique permet de dresser la liste de ces commanditaires : entre 1313 et 1328, ils sont 161 à avoir pu ordonner la rédaction d’un acte au nom du roi20.

  • 21 Ils sont 61 à ne commander qu’un seul acte et 27 à en commander deux. Si l’on se limite aux actes c (...)
  • 22 Le record en la matière appartient au poursuivant Michel Mauconduit, qui commande des lettres chaqu (...)
  • 23 En 1316, 10 commanditaires sur 20 sont de nouveaux venus ; on compte encore 27 nouveaux venus sur 5 (...)
  • 24 Soit 55 commanditaires en 1317, 59 en 1318 et 56 en 1319.
  • 25 Le nombre de commanditaires d’actes connus est en effet étroitement corrélé au nombre de mentions h (...)

7Ce groupe, s’il dépasse par sa taille celui des membres du Conseil du roi, partage avec lui nombre de caractéristiques. Il s’avère tout d’abord extrêmement instable : près de 40 % des hommes qui possèdent le pouvoir de commander des lettres royaux l’exercent un ou deux ans seulement, voire une ou deux fois21 ; et ils ne sont que 7 à être actifs pendant au moins 10 ans entre 1313 et 132822. C’est que, pas plus que la capacité à entrer au Conseil, une telle délégation de pouvoir n’est attachée à un office : elle ne repose que sur la faveur et sur la confiance qu’accorde ponctuellement le roi à ses proches. Qui plus est, la forte mobilité inhérente à ce groupe est accrue par le fréquent renouvellement que connaissent les équipes gouvernementales face aux successions royales à répétition entre 1313 et 1328 : à chaque avènement, le groupe des commanditaires de lettres voit sa composition se modifier en profondeur et ses effectifs gonfler pour accueillir les proches du nouveau souverain. Le groupe ne se stabilise et se resserre que dans un second temps, second temps au demeurant bien court étant donné la brièveté des règnes des derniers Capétiens. Ces deux phases sont particulièrement sensibles sous Philippe V : durant les deux premières années de son règne, la moitié des hommes qui commandent des lettres royaux ne l’avait jamais fait auparavant23 ; à l’inverse, en 1321, on ne dénombre plus qu’un seul nouveau venu parmi eux. Conséquence de cette instabilité, le nombre de commanditaires simultanés de lettres royaux demeure relativement réduit : il atteint 33 en moyenne chaque année, même s’il dépasse la cinquantaine dans la première moitié du règne de Philippe V24 — il est vrai que le nombre d’actes royaux connus est, pour cette brève période, particulièrement élevé, en raison de la politique archivistique déployée alors par la monarchie, ce qui explique en partie que le nom de tant de commanditaires nous soit parvenu25. Au total, les hommes autorisés à ordonner l’expédition de lettres royaux forment un groupe relativement restreint autour du roi. Pour autant, celui-ci ne se confond en rien avec le Conseil, dont il dépasse les frontières.

  • 26 Parmi les 18 membres du Conseil qui sont dans ce cas, signalons 6 financiers, maîtres de la Chambre (...)
  • 27 Un seul officier local commande des actes royaux : Pons de Mortagne qui, en tant que gouverneur de (...)
  • 28 Les institutions centrales du royaume réunissent un personnel bien plus important que les seuls 161 (...)
  • 29 20 % des commanditaires, soit 33 individus, ne détiennent aucun office pouvant justifier qu’ils pos (...)
  • 30 J. Favier, « Les légistes », pp. 98-99.
  • 31 Id., « L’entourage politique », pp. 6-7.
  • 32 Sur cette législation « en creux », selon l’expression de G. Giordanengo (G. Giordanengo, « Le pouv (...)
  • 33 J. Favier concède d’ailleurs que les fonctions de gouvernement, d’administration et d’administratio (...)

8La plupart des membres du Conseil ont certes commandé des actes royaux : seul un cinquième d’entre eux n’en a commandé aucun entre 1313 et 132826. Mais près de 60 % des commanditaires de lettres royaux ne sont jamais attestés au Conseil. La plupart d’entre eux sont actifs dans les diverses institutions centrales du royaume : chancellerie, Parlement, Chambre des comptes et Trésor, ou encore Hôtel27. D’une part, ils ne représentent cependant qu’une minorité du personnel de l’administration centrale capétienne28 ; d’autre part, certains d’entre eux ne font pas partie de cet appareil d’État29. Dans ces conditions, peut-on considérer que ces hommes constituent l’un des cercles de l’entourage politique du roi ? Certes, comme l’a souligné Jean Favier, leurs rangs comptent bien plus d’administrateurs que d’hommes politiques, de techniciens que de gouvernants30. Qui plus est, aucun d’entre eux ne possède de pouvoir propre ni de responsabilité politique — pas plus que les membres du Conseil31 : ils demeurent assurément dans l’ombre du pouvoir sans partage dont dispose en théorie le souverain. Pour autant, l’apposition de leur nom au bas des actes expédiés au nom du roi témoigne de la responsabilité qu’ils détiennent vis-à-vis de ce dernier. Par ailleurs les décisions qu’ils émettent, fussent-elles anecdotiques, contribuent à façonner l’action d’une monarchie qui ne gouverne ni ne légifère par l’édiction de normes générales, mais qui se contente de multiplier les mesures ponctuelles et individuelles32. De ce fait, la distinction entre politique et administration est entachée d’anachronisme33 : les commanditaires de lettres royaux, quel que soit le caractère modeste de leur action, sont bien des acteurs politiques aux côtés du souverain.

  • 34 Seuls les deux premiers de ces qualificatifs s’excluent. Quant à « familier du roi » et à « conseil (...)
  • 35 Le premier chevalier du roi attesté est un certain Galeran, qualifié de « miles noster » par Philip (...)
  • 36 Ibid., pp. 65-66 et 108-109.
  • 37 C’est la raison pour laquelle ces qualificatifs, en particulier ceux de « clerc » et de « chevalier (...)
  • 38 Sachant que ces titres peuvent se cumuler, 73 des 161 commanditaires de lettres royaux portent, au (...)

9L’interpénétration des fonctions politiques et administratives incite même à repousser plus loin encore les limites, diffuses par essence, de l’entourage politique du roi capétien. De fait, un grand nombre d’individus servent le souverain et entretiennent avec lui des liens de familiarité étroits, que traduisent les qualificatifs de « miles », « clericus », « consiliarius » et « familiaris regis ». Ces titres ne sont en rien équivalents et l’emploi qu’en font les notaires de la chancellerie traduit la complexité de l’entourage royal34. Ils partagent cependant une même origine. Ils sont tous apparus à la fin du xie siècle et au début du xiie siècle35 ; ils désignaient alors la frange sociale la plus modeste de l’entourage des premiers Capétiens36. Ils continuent d’ailleurs, au début du xive siècle, à trahir une situation de dépendance vis-à-vis du souverain37. Mais ils impliquent surtout l’accomplissement, au profit de ce dernier, d’un service de nature étendue, tant pour l’administration que pour le gouvernement du royaume. En atteste la proportion considérable d’individus qui, parmi les membres du Conseil ou les commanditaires de lettres royaux, portent l’un de ces qualificatifs à tel ou tel moment de leur carrière38.

  • 39 Il faut donc se garder de confondre les conseillers du roi et les membres du Conseil : ces derniers (...)
  • 40 La plupart des baillis et sénéchaux portent le titre de « chevalier du roi ».
  • 41 M. Vale, The Princely Court, pp. 15-33, en particulier pp. 28-33.
  • 42 R. Cazelles, La société politique, p. 306, pour les seuls conseillers du roi.
  • 43 Des mandements de Philippe IV et de Philippe V témoignent du paiement de tels gages à des chevalier (...)
  • 44 Sur les liens contractuels innervant la société française, voir P. S. Lewis, « Decayed » et Id., La (...)
  • 45 Dès 1309, les comptes de l’Hôtel royal font mention de retenues pour des chevaliers du roi (Les com (...)
  • 46 Sans doute de telles lettres n’étaient-elles produites que lorsque l’individu retenu ne l’était pas (...)
  • 47 L’existence de registres pour les lettres temporaires sous le règne de Philippe V apporte un éclair (...)
  • 48 Si la chancellerie française fait usage du terme de « retenue » pour désigner l’acte de retenir que (...)
  • 49 La définition que nous proposons ici fait de la retenue un groupe qui se caractérise avant tout par (...)
  • 50 Peu étudiée pour le royaume de France, cette question a été analysée de manière approfondie pour l’ (...)

10 Pour autant le groupe des chevaliers, clercs et conseillers du roi est bien plus vaste que celui des membres du Conseil39. Il déborde même très largement les rangs de l’entourage royal immédiat, puisqu’on y rencontre nombre d’officiers des administrations centrale et locale40. Il constitue en réalité un vivier dans lequel le souverain peut puiser pour l’entourer et constituer sa Cour. En effet la Cour royale est, pour reprendre la définition qu’en propose M. Vale, un moment plutôt qu’un lieu ou qu’une institution41 : les chevaliers, conseillers et clercs du roi sont précisément les membres de cette Cour changeante42. Du reste, les liens qui unissent ces hommes au souverain ne disparaissent pas lorsqu’ils quittent la Cour : nombre d’entre eux occupent alors un office royal ou remplissent des missions variées. Et surtout, quelle que soit la fonction qu’ils occupent, leur titre de chevalier, clerc ou conseiller du roi leur vaut le paiement de gages, qui témoignent en retour des services que ces hommes rendent ou peuvent rendre au roi43. Cet échange de gages contre des services, effectifs ou potentiels, constitue la concrétisation d’un engagement contractuel entre le roi et chacun de ses chevaliers, clercs et conseillers44, engagement conclu lors de l’expédition par la chancellerie royale de lettres de retenue. Rares sont les lettres semblables qui nous sont parvenues45, l’administration royale française ne semblant ni en expédier couramment46, ni les archiver systématiquement47. Il est vrai que ces lettres ne lui servent pas à tracer les contours d’une catégorie particulière au sein des serviteurs de la monarchie, au contraire de son homologue anglaise48. Pour autant, les lettres conservées attestent clairement que, comme en Angleterre, le roi s’entoure d’une retenue, c’est-à-dire d’un groupe d’hommes attachés personnellement au roi qui peuvent être amenés à le servir dans des circonstances variées, à la Cour, dans l’administration locale, à l’ost ou encore ailleurs, et qui, en contrepartie, touchent des gages49. Sans constituer l’entourage politique immédiat du souverain, cette retenue réunissant les chevaliers, clercs et conseillers du roi, peut ainsi être mobilisée par le souverain pour jouer un rôle aussi bien politique qu’administratif ; dans le même temps, elle remplit la fonction essentielle de courroie de transmission du pouvoir royal50.

  • 51 C’est ainsi qu’Henri de Sully, chevalier du roi dès 1308 (J. Glénisson et J. Guérout, Registres du (...)
  • 52 Ainsi Miles de Noyers, qualifié très régulièrement de « chevalier du roi » de 1310 à 1349 (J. Gléni (...)
  • 53 Le maximum est atteint en 1317 avec 82 individus, le minimum en 1321 avec 40 ; toutefois, le nombre (...)
  • 54 Les individus désignés uniquement comme « conseillers du roi » ne sont que 19, soit environ 10 % de (...)
  • 55 Pour l’heure, nous en avons retrouvé 292 entre 1317 et 1321.
  • 56 Voir la liste des 92 conseillers du roi répertoriés entre 1317 et 1321 dans O. Canteaut, Gouverneme (...)
  • 57 La moitié des conseillers répertoriés à ce jour sont cités dans les registres de chartes en 1318 et (...)
  • 58 On obtient notamment le chiffre de 216 en 1319.
  • 59 Ainsi, si tous les maîtres de la Chambre des comptes ne sont pas qualifiés individuellement de « co (...)

11La retenue royale demeure cependant difficile à quantifier, en l’absence de listes comptables semblables à celles de la monarchie anglaise. Tout au plus peut-on compter les individus pourvus d’au moins un des titres de « chevalier », « clerc » ou « conseiller du roi », sans prétendre à l’exhaustivité : outre les lacunes éventuelles de la documentation, l’emploi de ces qualificatifs est loin d’être systématique, en particulier parce qu’ils peuvent être oblitérés par d’autres désignations, surtout lorsque celles-ci sont prestigieuses, qu’il s’agisse d’un titre féodal, d’une dignité ecclésiastique ou d’un office royal51. Aussi, pour bien des individus, l’appartenance à la retenue royale n’est-elle signalée que par éclipses, alors même que ceux-ci sont présents de manière permanente dans la documentation et qu’ils demeurent continuellement au service du roi52. Toute estimation de la taille de la retenue royale à un moment donné est donc délicate. Moyennant cette réserve, entre 1317 et 1321, 193 chevaliers, clercs, conseillers et familiers du roi figurent dans les registres de chartes de la chancellerie, à raison d’une soixantaine par an en moyenne53. Ce groupe est constitué pour moitié de chevaliers du roi et pour près de 40 % de clercs du roi, les conseillers et familiers du roi n’en formant qu’une minorité54. Les registres de chartes de la chancellerie ne fournissent cependant que des données partielles sur la retenue royale : bien d’autres sources, registres de lettres temporaires, registres du Parlement, etc. mentionnent fréquemment des chevaliers, clercs, conseillers et familiers du roi55. Une recherche systématique des conseillers du roi permet d’esquisser des projections56 : les registres de chartes ne nous révéleraient selon les années qu’une moitié, voire qu’un tiers des membres de la retenue royale57. Si l’on suppose que les chevaliers, clercs et familiers du roi y sont mentionnés selon les mêmes proportions, la retenue royale compterait donc 165 individus en moyenne chaque année, avec des pics à plus de 200 individus58. Encore s’agit-il là d’un chiffre minimal, qui ne pourrait qu’être accru par des découvertes supplémentaires dans les archives, car potentiellement, tous les membres des institutions centrales du royaume ainsi que nombre d’officiers locaux, peuvent être appelés à faire partie de la retenue royale59.

12Confronter ces chiffres à ceux de l’entourage politique d’autres princes des xive et xve siècles s’avère utile à deux titres : la comparaison permet de vérifier si des sources trop lacunaires ne conduisent pas à minimiser l’entourage des derniers Capétiens et fournit une évaluation relative de ses proportions.

  • 60 Dans son étude sur le Conseil de 1345 à 1361, R. Cazelles n’indique pas le nombre de participants a (...)
  • 61 Ibid., pp. 281-286 et 299-306.
  • 62 Le chiffre de 70 est atteint en 1477, année dont P.-R. Gaussin souligne le caractère exceptionnel ( (...)
  • 63 Sous Charles VII, il accueillerait entre 13 personnes en 1432 et 55 en 1452, pour une moyenne de 28 (...)
  • 64 M. Harsgor, Recherches sur le personnel, t. I, pp. 398-437. Cependant, plusieurs années de son règn (...)
  • 65 L’ouvrage d’A. Vallet de Viriville sur la composition du Conseil de Charles VII est à considérer av (...)
  • 66 Respectivement N. Valois, Le Conseil du Roi, pp. 231-323 et A. Bernier, Procès-verbaux.
  • 67 Voir P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Charles VII », p. 78. Seuls 20 membres du Conseil étaient (...)
  • 68 M. Harsgor, Recherches sur le personnel, t. I, pp. 330-349. La moyenne mensuelle s’élève à 47 parti (...)
  • 69 Voir pp. 78-79 et n. 62, p. 87.
  • 70 Le nombre de participants à chaque séance oscille entre 3 et 19 (P.-R. Gaussin, « Les conseillers d (...)
  • 71 Les 58 séances tenues en 1477 ont réuni entre un et 17 participants (Id., « Les conseillers de Loui (...)
  • 72 J. L.Kirby, « Councils and councillors », pp.61-65. Il estplusdélicat d’effectuer des comparaisons (...)

13Le Conseil du roi conserve au milieu du xive siècle des dimensions similaires à celles qu’on observe trois décennies plus tôt : à la fin du règne de Philippe VI, il compte le plus souvent une vingtaine de participants chaque année. Toutefois, au plus fort de la crise du règne de Jean le Bon, il en réunit plus de 30 et dépasse même la soixantaine de façon exceptionnelle60. La forte activité du Conseil durant les périodes de crise qu’a pu mettre en évidence R. Cazelles semble ainsi se traduire par la multiplication de ses séances, mais aussi par l’accroissement de ses participants61. Au xve siècle, les souverains semblent s’entourer d’un Conseil plus étoffé : celui-ci peut par extraordinaire compter 60, ou même plus de 70 membres différents au cours d’une année62. En moyenne, le Conseil de Charles VII comporte près de 30 participants par an, tout comme celui de Charles VIII63. Par contraste, celui de Louis XII n’en réunit plus qu’une dizaine64. Ces chiffres correspondent donc à un même ordre de grandeur que ceux observés au début du xive siècle, même s’ils ne présentent qu’une fiabilité relative65. Néanmoins, la source exceptionnelle que constituent les procès-verbaux du Conseil entre avril et juin 1455, puis de nouveau entre août 1484 et janvier 1485, met au jour le caractère lacunaire des indications que peuvent fournir les actes royaux66. D’après eux, les séances du Conseil et les individus qui y sont appelés sont beaucoup plus nombreux que les actes royaux ne le suggèrent : en 1455, en 3 mois, les 41 séances dont les participants sont nommés réunissent 47 individus67 ; le second semestre 1484 voit également 35 à 64 personnes assister chaque mois au Conseil68 — il est vrai qu’il s’agit là d’une période de régence, propice aux conseils élargis69. Faut-il considérer que les mentions hors teneur, pour le début du xive siècle comme pour le xve siècle, ne nous permettent de connaître qu’une fraction du Conseil ? Il est impossible de trancher. Quoi qu’il en soit, toutes les sources convergent pour suggérer que les séances du Conseil demeurent toujours restreintes : chaque séance ne rassemble en moyenne que 8 personnes d’après les procès-verbaux de 145570. De manière générale, rares sont celles qui dépassent le chiffre de 20 participants71. Ce sont là des données quantitatives que le Conseil du roi de France partage avec son homologue anglais, abondamment étudié pour la première moitié du xve siècle. Ainsi, entre 1399 et 1407, le Conseil d’Henri IV réunit une trentaine de participants, pour des périodes d’environ deux ans ; ce chiffre tombe ensuite à une dizaine de participants en deux ans ; chaque séance compte quant à elle en moyenne de 6 à 9 participants72.

  • 73 Je remercie très vivement Emmanuelle Portugal de m’avoir transmis ses dépouillements des mentions h (...)
  • 74 H. Larcher, « Tam Parisius quam alibi », t. II, pp. 99-110. Nous écartons ici 8 commanditaires répe (...)
  • 75 Pour une période moins longue, entre 1313 et 1328, ce sont 135 individus différents qui ont command (...)
  • 76 Voir O. Canteaut, « Le roi de France », pp. 173-174, en particulier n. 95.
  • 77 Autour de Charles II de Navarre ont ainsi été répertoriés entre 1349 et 136118 commanditaires pour  (...)

14Les comparants sont en revanche très rares pour les commanditaires de lettres royaux. Les deux premiers registres de chancellerie du règne de Jean le Bon permettent de recenser, pour les années 1351 et 1352, respectivement 48 et 32 commanditaires, soit sensiblement autant que sous Philippe V73. Ultérieurement, les registres du Trésor des chartes de Charles VII nous conservent le nom de 143 commanditaires d’actes entre 1441 et 146174. Mais ce chiffre, sensiblement plus bas que celui observé sous les derniers Capétiens75, est en large part tributaire des évolutions formelles que connaissent les mentions hors teneur des actes royaux au fil des xive et xve siècles76 ; il est donc le reflet des pratiques de la chancellerie tout autant que de l’entourage politique du souverain. Quant aux données offertes par quelques études relatives à des chancelleries princières du xive siècle possédant les mêmes usages diplomatiques que leur homologue française, elles s’avèrent tout aussi peu significatives en raison du faible nombre d’actes conservés77.

  • 78 S. Walker, The Lancastrian Affinity, pp. 14-15. 157 lettres de retenue par endenture nous sont parv (...)
  • 79 Il s’agit d’individus portant le titre de « king’s knight » ou de « king’s esquire » (Ch. J. Given-(...)
  • 80 Ibid., p. 212. Sur la pratique de la retenue à vie, ibid., pp. 214-215.
  • 81 Ibid., pp. 226 et 231.
  • 82 M. Kintzinger, « De la région », pp. 111-112.
  • 83 P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Charles VII », p. 69 ; Id., « Les conseillers de Louis XI », p. (...)
  • 84 J.-M. Cauchies, « “Croit conseil” », p. 397.
  • 85 Chaque conseiller étant attesté pour au moins une année, il est possible de calculer le nombre mini (...)
  • 86 M. Kintzinger, « De la région », pp. 111-112.
  • 87 Ibid., pp. 203-204 et S. Walker, The Lancastrian Affinity, pp. 14-15.
  • 88 A contrario des indications relatives à la retenue de Jean de Gand. Voir n. 49, pp. 84-85.

15Enfin, plusieurs retenues de la fin du xive et du xve siècle ont fait l’objet d’une quantification. En Angleterre, la retenue de Jean de Gand, particulièrement bien documentée, compte 173 personnes en 1382 et croît encore dans les années suivantes78. Dans le même temps, Richard II retient près de 250 laïcs lors des deux années qui suivent son avènement79 ; en 22 ans de règne, il en retient plus de 400, le plus souvent à vie, sans compter ses officiers80 ; à son tour, Henri IV en retient 280 en 9 ans, ce qui représenterait en synchronie une retenue d’environ 200 individus81. Dans le premier tiers du xve siècle, l’empereur Sigismond de Luxembourg retient quant à lui quelque 530 familiares autour de lui, par l’intermédiaire de litere familiaritatis82. Dans le royaume de France, près de 370 individus portant le titre de « conseiller du roi » servent Charles VII tout au long de son règne ; ils sont même plus de 460 autour de Louis XI83. Quelques décennies plus tard, ils sont encore 273 autour du duc de Bourgogne Philippe le Beau84. Nous ne disposons cependant d’aucune pesée instantanée de ces groupes de conseillers, et leur ampleur, face à la centaine de conseillers de Philippe V, peut témoigner aussi bien de la durée des règnes examinés que de la croissance des retenues85. La retenue des derniers Capétiens n’en paraît pas moins modeste par comparaison, d’autant plus que son périmètre est large : comptant parmi ses rangs des clercs et des laïques, elle est analogue à celle de l’empereur86 ; mais elle contraste sur ce point avec les retenues anglaises qui réunissent quasi exclusivement des laïques susceptibles de servir militairement leur patron87. Par ailleurs, la retenue du roi de France se superpose partiellement à l’Hôtel alors que, selon une définition plus restrictive, celle du roi d’Angleterre est perçue comme un groupe extérieur à l’Hôtel88. Au total, les comparaisons demeurent souvent délicates du fait de l’hétérogénéité tant de la documentation que des groupes qui forment l’entourage politique des princes.

  • 89 Par exemple, qui sont ces 37 individus qui, en 1445, d’après un agent du duc de Bourgogne auprès de (...)
  • 90 Tel est le cas d’Hugues d’Augeron, chambellan et maître de la Chambre des comptes sous Louis X (voi (...)
  • 91 Jean d’Arrablay le Vieux est ainsi commis au jugement des enquêtes reçues à Paris par le Parlement (...)

16Si l’on peut discerner plusieurs cercles dans l’entourage politique du souverain, ceux-ci n’ont pas de frontières précises et leur énumération n’épuise pas tous les groupes qui peuvent entourer le prince89. Qui plus est, ces cercles ne sont pas concentriques, en dépit de leur taille croissante, du Conseil à la retenue royale. Il s’agit bien plutôt d’ensembles qui s’interpénètrent, au gré d’une variété infinie d’appartenances multiples. Aussi existe-t-il dans l’entourage des derniers Capétiens une multitude de situations complexes, révélatrices de la diversité des liens qui unissent le souverain et ses serviteurs : certains chevaliers du roi peuvent être tout à la fois membres de l’Hôtel et de l’administration centrale du royaume90 ; d’autres occupent un office local et exercent en même temps une commission qui les amène à la Cour91

  • 92 Pour une définition, voir S. Walker, The Lancastrian Affinity, pp. 8-9 et, avec quelques nuances, C (...)
  • 93 Voir l’analyse de la richesse législation anglaise sur les livrées dans ibid., pp. 236-243.
  • 94 BNF, fr. 7855, pp. 297-328.
  • 95 Les comptes de distribution de robes de 1275, 1287, 1288, 1313, 1315 et 1322 qui nous sont parvenus (...)
  • 96 Sur le « processus de distribution du pouvoir » à la fin du Moyen Âge, voir P. S. Lewis, « Reflecti (...)

17 L’historiographie anglaise a au demeurant réuni de façon très commode ces divers ensembles sous une même notion, celle d’affinity, qui englobe l’ensemble des hommes au service du roi92. Ce sont les membres de l’affinity qui bénéficient notamment, en tout ou partie, des distributions de livrées93. Des distributions semblables ont été effectuées par les derniers Capétiens si bien que, grâce à un fragment de compte, il est possible de quantifier en partie leur affinity : ce sont 858 robes que le roi distribue lors du couronnement de la reine Jeanne d’Évreux en 132694. Encore ce compte semble-il faire la part belle au personnel de l’Hôtel au détriment des plus lointains chevaliers et clercs du roi95. Du reste, comme ces chiffres le démontrent, l’affinity dépasse très largement le seul entourage politique du roi : si la retenue a bel et bien une fonction politique — celle de courroie de transmission du pouvoir du souverain depuis la Cour vers l’ensemble du royaume —, l’affinity comprend nombre d’individus qui n’ont qu’un contact lointain ou purement domestique avec le souverain. Reste que les gratifications accordées à ces hommes attestent que chacun d’eux œuvre au service du roi, participant ainsi de son pouvoir96.

Notes

1 Pour des occurrences de ces termes, voir respectivement J. Coste, Boniface VIII, pp. 841 et 842, et J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/1, nos 97, 299, 440, 1379 et 2766.

2 Voir notamment N. Valois, « Introduction », pp. xvii-xxi et P. Lehugeur, Histoire de Philippe V le Long, t. II, pp. 9-53 et 115-139, réfuté par G. Ritter, dans son compte rendu des ouvrages de P. Lehugeur, Le Conseil royal et Philippe V le Long (G. Ritter, « Compte rendu »). Voir en dernier lieu O. Canteaut, Gouvernement, t. III, pp. 584-592.

3 O. Canteaut, « Le roi de France », pp. 170-173.

4 Le problème n’est pas sans rappeler la situation du souverain pour appréhender l’espace de son royaume (R. Fawtier, « Comment le roi de France »).

5 « Roy sans la prudent conseil est comme le chief en ung corps sans yeulz, sans oreillez et sans nez », affirme Gerson (J. de Gerson, Vivat rex, p. 1166, cité dans J. Krynen, Idéal du Prince, p. 144). Sur l’institutionnalisation du Conseil, voir É. Bournazel, « Réflexions », pp. 9-10 et Id., Le gouvernement capétien, pp. 161-163.

6 La première attestation d’une décision prise par le Conseil en l’absence du souverain date d’octobre 1319 (J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/1, n° 2691). Au total, 6 séances du Conseil se déroulent en l’absence du roi sous Philippe V (ibid., nos 2691 et 2718 ; Bibliothèque nationale de France (BNF), fr. 2755, fos 368ro-369ro ; Archivio Segreto Vaticano, Instrumenta Miscellanea 830 ; Archives nationales (AN), J 4761, n° 14, et J 1031, n° 26 — sur ces deux derniers documents, voir O. Canteaut, Gouvernement, t. III, p. 605, n. 3406). Sur l’autonomie croissante du Conseil, voir ibid., pp. 605-607.

7 Ainsi, un état des droits du connétable, datant probablement du début du règne de Philippe VI, débute-t-il par ces mots : « premierement, le connestable est et doit estre du plus secret et estroit Conseil du roy » (D. Godefroy, Histoire des connestables, chap. « Connestables de France », p. 56). En réalité, ce texte, qui aurait été rédigé en 1329 (J. Guérout, « L’hôtel du Roi », p. 265), fait probablement état des prétentions du tout nouveau connétable, le comte d’Eu, à conserver le poids politique que son prédécesseur, Gaucher de Châtillon, avait acquis en vertu de sa seule personnalité.

8 Voir O. Canteaut, Gouvernement, t. III, pp. 596-599.

9 Il existe de nombreuses copies et plusieurs éditions partielles de ce texte, dont on trouvera la liste dans ibid., t. I, pp. 124-129. La seule copie contemporaine qui en subsiste est conservée dans AN, JJ 57, fos 40vo-44ro. Pour une édition partielle de cette ordonnance, limitée à la liste des membres du Conseil, voir G. Ritter, « Compte rendu », p. 184, n. 2 ; pour une édition complète, voir O. Canteaut, Gouvernement, t. I, pp. 124-129.

10 Cette version était conservée dans le mémorial A de la Chambre des comptes, aujourd’hui perdu ; elle est conservée par diverses copies, notamment BNF, fr. 4596, fo 184ro et fr. 21405, p. 2.

11 O. Canteaut, Gouvernement, pp. 584-591, en particulier pp. 589-591.

12 Ce Conseil, qualifié de « Conseil ordonné », compte alors 12 membres (voir N. Valois, Le Conseil du Roi, pp. 74-88). Sur la règlementation de la taille du Conseil pendant les périodes de régence ou de troubles, voir également A. Uyttebrouck, Le gouvernement du duché de Brabant, t. I, p. 301.

13 22 participants le 19 janvier 1314 (AN, JJ 57, fo 18ro), 19 le 5 juillet 1322 (AN, J 615, n° 8), 17 le 17 juillet 1316 (AN, J 258, n° 7), 14 en décembre 1315 (J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/1, n° 1369), enfin 11 ou 12 en février 1321 (ibid., nos 3435 et 3436).

14 Voir par exemple ibid., n° 3530 (« … et pluribus aliis de Consilio ») et ibid., t. II/2, n° 3937 (« … et aliis de Consilio regis »).

15 Les listes de membres du Conseil au bas des actes royaux se multiplient et s’étoffent tout au long des xive et xve siècles. Un sondage effectué dans les registres de la chancellerie de la fin du règne de Philippe VI et du début du règne de Jean le Bon révèle que la majorité d’entre elles continue à ne comporter qu’un seul nom, le plus souvent celui du chancelier. Au xve siècle, ces listes s’avèrent souvent bien plus disertes (voir n. 71, p. 88), sans devenir pour autant exhaustives : elles portent encore de lieu en lieu la formule « et autres » (voir par exemple, en 1493, Ordonnances, t. XX, p. 411) et surtout elles se révèlent bien moins riches que les procès-verbaux du Conseil (voir p. 87). De fait, pour les établir, les notaires continuent à sélectionner, explicitement ou non, les noms des présents selon des règles complexes (voir M. Harsgor, Recherches sur le personnel, t. I, p. 313). Par contraste, les listes fournies par les warrants anglais semblent exhaustives, du moins au début du xve siècle (J. Kirby, « Councils », p. 38).

16 On en compte, par ordre décroissant, 30 en 1316, en raison de la tenue du Conseil de régence, 22 en 1314, 20 en 1322, 19 en 1326, 18 en 1315, 11 en 1317…

17 Charles de Valois est attesté à 24 reprises au Conseil entre 1313 et 1328, soit pour près de la moitié des séances dont nous connaissons tout ou partie des participants ; Charles de la Marche l’est de son côté 14 fois entre 1313 et son avènement en 1322 ; Louis d’Évreux, enfin, 12 fois entre 1313 et son décès en 1319. De même, les chanceliers de France qui se sont succédés entre 1313 et 1328 sont attestés à 14 reprises, cette présence s’accroissant au fil du temps pour atteindre son maximum sous Charles IV : durant son règne, le chancelier assiste à un Conseil sur deux. Quant au connétable, Gaucher de Châtillon, il est attesté à 11 reprises au Conseil au cours de la période. Il est vrai que la présence des princes et des grands officiers est plus volontiers signalée que celle des hommes de moindre rang.

18 La moitié des 86 membres du Conseil attestés entre 1313 et 1328 n’y est mentionnée qu’une seule fois et un quart ne l’est qu’à deux reprises.

19 Voir O. Canteaut, Gouvernement, t. I, pp. 53-56.

20 Voir leur liste dans ibid., pp. 47-51. Ce chiffre exclut le souverain.

21 Ils sont 61 à ne commander qu’un seul acte et 27 à en commander deux. Si l’on se limite aux actes commandés entre 1313 et 1328, ces chiffres s’élèvent même respectivement à 83 et 42 individus, soit les trois quarts des commanditaires.

22 Le record en la matière appartient au poursuivant Michel Mauconduit, qui commande des lettres chaque année entre 1313 et 1328.

23 En 1316, 10 commanditaires sur 20 sont de nouveaux venus ; on compte encore 27 nouveaux venus sur 55 commanditaires en 1317.

24 Soit 55 commanditaires en 1317, 59 en 1318 et 56 en 1319.

25 Le nombre de commanditaires d’actes connus est en effet étroitement corrélé au nombre de mentions hors teneur qui nous sont parvenues (voir O. Canteaut, Gouvernement, t. II, p. 363). Si l’on se limite aux seuls commanditaires mentionnés dans les registres de chancellerie enregistrant des chartes, registres dont la tenue a été relativement uniforme entre 1313 et 1328, le règne de Philippe V demeure bien le plus riche en commanditaires de lettres royaux ; toutefois, on ne compte plus que 35 à 40 commanditaires différents de chartes par an entre 1317 et 1319, contre trente-et-un en 1315 — encore les registres de chartes pour cette année nous sont-ils conservés de façon lacunaire — ou encore 29 en 1322. Sur la politique archivistique de la monarchie sous Philippe V, voir ibid., pp. 361-362.

26 Parmi les 18 membres du Conseil qui sont dans ce cas, signalons 6 financiers, maîtres de la Chambre des comptes ou trésoriers du roi, qui ne sont attestés au Conseil qu’une fois, lors de la promulgation d’une ordonnance sur le Trésor (AN, JJ 57, fo 18ro) : ces hommes n’ont participé à cette séance qu’en raison de la matière technique qui y était traitée.

27 Un seul officier local commande des actes royaux : Pons de Mortagne qui, en tant que gouverneur de Navarre, participe à l’expédition d’un acte du Parlement criminel (AN, X2A 2, fo 60vo).

28 Les institutions centrales du royaume réunissent un personnel bien plus important que les seuls 161 commanditaires de lettres royaux : le Parlement peut ainsi réunir jusqu’à 98 maîtres lors d’une seule session (BNF, Clairambault 754, fo 214ro).

29 20 % des commanditaires, soit 33 individus, ne détiennent aucun office pouvant justifier qu’ils possèdent le pouvoir de commander des lettres royaux. Certes, les princes du sang et certains grands, tels le roi de Bohême, n’ont sans doute nul besoin d’occuper un office royal pour commander des lettres royaux, leur rang et leur fréquente appartenance au Conseil leur fournissant une qualité suffisante pour ce faire. Demeure toutefois une dizaine de commanditaires qui ne possèdent aucune qualité expliquant cette capacité.

30 J. Favier, « Les légistes », pp. 98-99.

31 Id., « L’entourage politique », pp. 6-7.

32 Sur cette législation « en creux », selon l’expression de G. Giordanengo (G. Giordanengo, « Le pouvoir législatif », p. 293), voir notamment O. Canteaut, « Le roi de France », pp. 157-158, n. 3.

33 J. Favier concède d’ailleurs que les fonctions de gouvernement, d’administration et d’administration de gouvernement — cette dernière étant assurée par les cabinets ministériels dans les institutions contemporaines — sont étroitement imbriquées dans l’entourage royal, et que le Conseil lui-même n’est ni un organe de gouvernement, ni même en théorie un organe de conseil qui exercerait une fonction d’administration de gouvernement (J. Favier, « L’entourage politique », pp. 5-7).

34 Seuls les deux premiers de ces qualificatifs s’excluent. Quant à « familier du roi » et à « conseiller du roi », ils peuvent être employés seuls pour désigner ceux qui ne sont ni chevalier ni clerc — la nuance entre les deux termes étant délicate à saisir —, mais ils peuvent aussi former des binômes et des trinômes avec plusieurs de ces qualificatifs, sans que la logique exacte de ces associations puisse être appréhendée. Tous deux sont par ailleurs concurrencés par les termes d’« écuyer du roi », d’emploi rare, et de « valet du roi », ce dernier terme étant plutôt usité pour désigner des serviteurs de rang modeste. Sur ces termes, voir R. Cazelles, La société politique, pp. 305-326 — qui les étudie sans les mettre en relation — et O. Canteaut, Gouvernement, t. I, pp. 10-12.

35 Le premier chevalier du roi attesté est un certain Galeran, qualifié de « miles noster » par Philippe Ier en 1061 (M. Prou, Recueil des actes de Philippe Ier, n° 9, p. 29 ; voir également ibid., n° 5, p. 17). La première attestation d’un clerc du roi remonte quant à elle à 1109 (Recueil des actes de Louis VI, éd. J. Dufour, n° 28, p. 56), celle d’un familier du roi à 1111 (ibid., n° 50, p. 101) et celle d’un conseiller du roi à 1139 (A. Luchaire, Étude, p. 115, n° 50), même s’il faut attendre le milieu du xiie siècle pour que cette expression se répande (É. Bournazel, Le gouvernement capétien, pp. 167-168).

36 Ibid., pp. 65-66 et 108-109.

37 C’est la raison pour laquelle ces qualificatifs, en particulier ceux de « clerc » et de « chevalier du roi », sont rarement appliqués aux plus hauts personnages, princes du sang, barons ou prélats. Gaucher de Châtillon, comte de Porcien et connétable de France, se voit par exemple, tout au long de ses soixante ans de carrière au service du roi, qualifié seulement 8 fois de « conseiller du roi » (J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/1, nos 97 et 3436 ; AN, J 634, nos 3, 6 bis, 9 et 16 ; J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/2, nos 4852 et 5133) et trois fois de « chevalier du roi » (ibid., t. II/1, n° 238, et t. II/2, nos 4852 et 5133).

38 Sachant que ces titres peuvent se cumuler, 73 des 161 commanditaires de lettres royaux portent, au moins une fois dans leur carrière, le titre de « chevalier du roi », 41 celui de « clerc du roi », 95 celui de « conseiller du roi » et 23 celui de « familier du roi » ; s’ajoutent à eux 2 « écuyers du roi » et 1 « valet du roi ». Seuls 23 commanditaires n’en portent aucun. Il s’agit d’individus qui possèdent une qualité qui oblitère leur dépendance au souverain : on compte parmi eux 14 rois, ducs ou comtes, 4 frères mendiants et 1 prélat régulier. Seuls 4 commanditaires à même de porter, de par leur position, le titre de chevalier, clerc ou conseiller du roi, ne se le voient jamais attribuer.

39 Il faut donc se garder de confondre les conseillers du roi et les membres du Conseil : ces derniers constituent la part la plus éminente des conseillers du roi (R. Cazelles, La société politique, p. 308). Qui plus est, un grand nombre de membres du Conseil, en raison de leur situation sociale, se gardent de porter le titre de « conseiller du roi » : 41 des 86 membres du Conseil répertoriés entre 1313 et 1328 n’apparaissent jamais qualifiés ainsi durant cette période. La chancellerie et l’entourage du roi distinguent d’ailleurs le plus souvent le Conseil et le groupe des conseillers du roi — même si certains textes, en particulier les lettres de retenue (voir n. 51, p. 85), font exception. Ainsi, des prélats interrogés en cour de Rome en 1311 se disent-ils toujours de Consilio regis et non consiliarius regis (J. Coste, Boniface VIII, pp. 836 et 846). Cette distinction entre Conseil et conseillers s’observe encore à la fin du xve siècle, tant dans le royaume de France que dans les états Bourguignons (M. Harsgor, Recherches sur le personnel, t. I, pp. 210-212 et J.-M. Cauchies, « “Croit conseil” », p. 392), ce qui a pu créer le leurre de conseillers honorifiques (P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Charles VII », p. 69 et Id., « Les conseillers de Louis XI », p. 107).

40 La plupart des baillis et sénéchaux portent le titre de « chevalier du roi ».

41 M. Vale, The Princely Court, pp. 15-33, en particulier pp. 28-33.

42 R. Cazelles, La société politique, p. 306, pour les seuls conseillers du roi.

43 Des mandements de Philippe IV et de Philippe V témoignent du paiement de tels gages à des chevaliers du roi (J. Glénisson et J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, n° 1247 ; J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/1, nos 961 et 1120). Sur la question des gages des chevaliers du roi, et en particulier sur l’acte de Philippe IV précédemment cité, voir X. Hélary, L’ost de France, pp. 667 et 669-672. Toutes les lettres de retenue de conseillers du roi consignées au début du xve siècle dans le formulaire d’Odart de Morchesne signalent quant à elles le paiement de gages (O. Guyotjeannin et S. Lusignan, Le formulaire d’Odart Morchesne, nos 8.4 à 8.6, 8.8 et 8.10) ; une seule exclut une telle rétribution, prévoyant tout de même que le nouveau conseiller jouira bien des « honoribus, privilegiis, prerogativis, immunitatibus, liberalitatibus aliisque juris » des conseillers (ibid., n° 8.3).

44 Sur les liens contractuels innervant la société française, voir P. S. Lewis, « Decayed » et Id., La France, pp. 316-317.

45 Dès 1309, les comptes de l’Hôtel royal font mention de retenues pour des chevaliers du roi (Les comptes sur tablette de cire, éd. É. Lalou, pp. 835-836, CE II, nos 413, 419 et 434). La première qui nous soit conservée intégralement date quant à elle de 1312 : Philippe IV y retient Pierre de Chalon comme conseiller et familier (J. Glénisson et J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, n° 880). Le même Pierre de Chalon fera l’objet de trois autres lettres de retenue très similaires comme conseiller et familier, l’une sous Philippe V (J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/1, n° 2330) et deux sous Philippe VI (R. Cazelles, La société politique, pp. 440-441). Les registres de lettres de cire blanche du règne de Philippe V nous permettent également de connaître, sous forme d’analyses, 10 autres lettres de retenue, tant pour des chevaliers (J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/1, n° 2454), que pour des clercs (ibid., nos 706 à 708, 717, 756, 791, 2321, 2420), des conseillers (ibid., nos 1007, 2454), ou des familiers du roi (ibid., nos 708, 2321). Un siècle plus tard, le formulaire de chancellerie d’Odart de Morchesne nous fournit pas moins de 6 modèles de retenues de conseiller du roi, dont les termes s’approchent fortement des retenues de Philippe VI pour Pierre de Chalon (O. Guyotjeannin et S. Lusignan, Le formulaire d’Odart Morchesne, nos 8.3 à 8.6, 8.8 et 8.10), ainsi qu’un modèle de retenue de clerc d’honneur du roi (ibid., n° 8.12). Ces mêmes lettres ajoutent parfois à cette retenue la nomination dans un office (ibid., n° 8.5, nomination comme maître des requêtes) ou à une commission (R. Cazelles, La société politique, p. 441, nomination au Parlement).

46 Sans doute de telles lettres n’étaient-elles produites que lorsque l’individu retenu ne l’était pas en recevant un office (R. Cazelles, La société politique, pp. 321-322 pour les clercs du roi). R. Cazelles écarte même l’existence de lettres de retenue pour les chevaliers du roi, mais il confond celles-ci avec d’hypothétiques lettres de chevalerie (ibid., p. 315).

47 L’existence de registres pour les lettres temporaires sous le règne de Philippe V apporte un éclairage ponctuel ; mais ces registres disparaissent dès 1318-1319 (O. Canteaut, Gouvernement, t. II, pp. 217-220). Par la suite, la Chambre des comptes a-t-elle enregistré ces retenues ? Aucune trace ne nous en est parvenue.

48 Si la chancellerie française fait usage du terme de « retenue » pour désigner l’acte de retenir quelqu’un à son service (O. Guyotjeannin et S. Lusignan, Le formulaire d’Odart Morchesne, chap. viii), elle ne l’emploie guère pour désigner le groupe ainsi retenu, si ce n’est de façon exceptionnelle, au xve siècle, dans un contexte militaire (voir C. Du Cange, Glossarium, t. VII, col. 160a, art. « retenuta » et F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française, t. VII, pp. 143c-144a, art. retenue). Le terme est en revanche courant en Angleterre : voir les exemples cités, en particulier d’après les Rotuli parliamentorum, dans W. Rothwell et alii (éd.), Anglo-Norman Dictionary, pp. 647-649, art. « retenance » et « retenue ». Les lexicographes français ont d’ailleurs largement puisé dans la documentation anglaise ou franco-anglaise pour analyser le terme de retenue (F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française, t. VII, pp. 143c-144a, art. « retenue », et C. Du Cange, Glossarium, t. VII, col. 159b, art. « retentio » [1], et col. 161a, art. « retinentia » [1]).

49 La définition que nous proposons ici fait de la retenue un groupe qui se caractérise avant tout par un lien direct avec le souverain et qui se superpose donc à toutes les catégories institutionnelles de serviteurs du roi. Nous suivons en cela l’analyse de S. Walker, qui observe que l’on peut être à la fois retainer et officier, tant au sein de l’Hôtel que de l’administration locale (S. Walker, The Lancastrian Affinity, pp. 8-9). Ch. Given-Wilson définit pour sa part la retenue royale de façon plus restrictive : à quelques exceptions près, elle ne réunirait que des hommes mobilisables par le roi pour son service, mais n’occupant aucun office permanent et ne séjournant pas en continu à la Cour (Ch. J. Given-Wilson, The Royal Household, pp. 203-204). Nous privilégions par ailleurs le terme de « retenue » par rapport à celui de familia, qui n’est plus usité par la monarchie française au xive siècle et qui implique entre ses membres et le souverain des liens plus étroits — en particulier par une fréquentation et un service quotidiens — que ceux-ci qui unissent un patron et les hommes qu’il retient (sur la notion de familia, voir notamment É. Bournazel, « La familia », pp. 115-128).

50 Peu étudiée pour le royaume de France, cette question a été analysée de manière approfondie pour l’Angleterre. A notamment été mise en exergue la politique très active menée par Richard II grâce au recours à sa retenue (Ch. J. Given-Wilson, The Royal Household, pp. 217-226).

51 C’est ainsi qu’Henri de Sully, chevalier du roi dès 1308 (J. Glénisson et J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, n° 402), n’est qualifié en avril 1317 que de « sire de Sully » (J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/1, n° 450) ou de « sire de Sully et bouteiller de France » (ibid., n° 1024), puis, en octobre 1317, de « chevalier du roi et bouteiller de France » de nouveau (ibid., n° 660).

52 Ainsi Miles de Noyers, qualifié très régulièrement de « chevalier du roi » de 1310 à 1349 (J. Glénisson et J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, n° 1147 ; H. Furgeot, Actes du parlement de Paris, n° 7714), ce titre pouvant être associé à celui de « conseiller du roi » (ibid.) ou de « familier » (J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/1, n° 2982), est dépourvu de tout qualificatif dans quelques actes (ibid., nos 16, 105 et 3179).

53 Le maximum est atteint en 1317 avec 82 individus, le minimum en 1321 avec 40 ; toutefois, le nombre d’actes enregistrés au Trésor des chartes en 1321 est plus réduit qu’à l’ordinaire, ce qui explique ce faible chiffre (voir O. Canteaut, Gouvernement, t. II, p. 228). Nous écartons pour l’heure des sources examinées les registres de chancellerie pour les lettres temporaires tenus durant une partie du règne de Philippe V (ibid., pp. 217-220), afin de considérer un corpus le plus uniforme possible tout au long de la période.

54 Les individus désignés uniquement comme « conseillers du roi » ne sont que 19, soit environ 10 % de la retenue telle qu’elle nous apparaît dans les registres de chartes. Néanmoins, 10 % d’individus supplémentaires portent ce titre conjointement à celui de « chevalier du roi » ou de « clerc du roi ». Le titre de « familier du roi » connaît un emploi comparable, mais une fréquence moindre, puisqu’il n’est attesté que pour 9 personnes.

55 Pour l’heure, nous en avons retrouvé 292 entre 1317 et 1321.

56 Voir la liste des 92 conseillers du roi répertoriés entre 1317 et 1321 dans O. Canteaut, Gouvernement, t. I, pp. 34-39.

57 La moitié des conseillers répertoriés à ce jour sont cités dans les registres de chartes en 1318 et 1321, mais ils ne sont qu’un tiers à l’être en 1318 et 1319.

58 On obtient notamment le chiffre de 216 en 1319.

59 Ainsi, si tous les maîtres de la Chambre des comptes ne sont pas qualifiés individuellement de « conseillers du roi », ils le sont de manière collective à plusieurs reprises (J. Guérout, Registres du Trésor des chartes, t. II/2, nos 3937 et 4066 ; Ordonnances, t. I, p. 626).

60 Dans son étude sur le Conseil de 1345 à 1361, R. Cazelles n’indique pas le nombre de participants au Conseil qu’il a pu relever dans les mentions hors teneur des actes royaux (R. Cazelles, « Les mouvements révolutionnaires »). Néanmoins, ces chiffres peuvent être reconstitués avec un grand degré de certitude à l’aide des pourcentages qu’il fournit (ibid., p. 297) : le nombre de participants au Conseil par année oscille ainsi entre 11 en 1346 et 61 en 1357, à raison de 19 par an en moyenne entre 1345 et 1353, et de 38 par an en moyenne entre 1354 et 1360.

61 Ibid., pp. 281-286 et 299-306.

62 Le chiffre de 70 est atteint en 1477, année dont P.-R. Gaussin souligne le caractère exceptionnel (P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Louis XI », p. 121). De la même manière, on compte 62 participants au Conseil lors de la première année du règne de Charles VIII, et 77 en 1499, année du mariage de Louis XII avec Anne de Bretagne, puis de l’entrée en Italie (M. Harsgor, Recherches sur le personnel, t. I, pp. 272-329 et 404-415). Le lien entre les crises politiques et l’activité du Conseil, telle que la traduisent le nombre de séances et le nombre de participants, semble donc se confirmer (voir p. 86).

63 Sous Charles VII, il accueillerait entre 13 personnes en 1432 et 55 en 1452, pour une moyenne de 28 individus par an (A. Vallet de Viriville, Charles VII, pp. 8-31). Sous Charles VIII, il oscillerait entre 19 individus en 1497 et 64 en 1485, pour une moyenne de 32 par an (M. Harsgor, Recherches sur le personnel, t. I, pp. 271-397) — sans tenir compte des noms fournis en 1484 et en janvier 1485 par les procès-verbaux du Conseil (voir n. 68, p. 88). M. Harsgor compte également 29 participants au Conseil durant la dernière année du règne de Louis XI (ibid., pp. 260-270).

64 M. Harsgor, Recherches sur le personnel, t. I, pp. 398-437. Cependant, plusieurs années de son règne sont fort peu documentées.

65 L’ouvrage d’A. Vallet de Viriville sur la composition du Conseil de Charles VII est à considérer avec la plus grande précaution, dans la mesure où il réunit sous le qualificatif de « conseillers » des individus aux rôles très différents (A. Vallet de Viriville, Charles VII, pp. 8-31) : membres du Conseil indiqués le plus souvent dans les mentions hors teneur des actes royaux (par exemple ibid., pp. 13 et 14, d’après Ordonnances, t. XIII, pp. 134 et 144-145) ou encore signalés par les chroniques (ibid., p. 26, d’après J. Chartier, Chronique de Charles VII, t. II, p. 306), mais aussi commanditaires d’actes royaux dont la présence au Conseil n’est pas assurée (ibid., p. 10, d’après Ordonnances, t. XIII, p. 65), notaires et secrétaires signalés aux côtés des commanditaires d’actes royaux (ibid., p. 23, d’après Ordonnances, t. XIII, p. 536), envoyés du roi dans des négociations (ibid., p. 18, d’après J. Chartier, Chronique de Charles VII, t. I, chap. cxxiii, pp. 232-233), voire proches du roi ou personnages de confiance distingués par les chroniques (ibid., p. 19, d’après J. Chartier, Chronique, t. I, chap. cxxxiv, pp. 249-250 ; ibid., p. 26, d’après J. Chartier, Chronique de Charles VII, t. II, p. 323). Les méthodes de M. Harsgor pour reconstituer le Conseil de Charles VIII et de Louis XII sont plus fiables ; cependant, il exploite comme des sources homogènes des mentions hors teneur énumérant explicitement les membres du Conseil et des mentions signalant la présence de plusieurs individus aux côtés du roi sans que la tenue d’une séance du Conseil y soit indiquée (par exemple M. Harsgor, Recherches sur le personnel, t. I, p. 418 d’après Ordonnances, t. XXI, pp. 271-272).

66 Respectivement N. Valois, Le Conseil du Roi, pp. 231-323 et A. Bernier, Procès-verbaux.

67 Voir P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Charles VII », p. 78. Seuls 20 membres du Conseil étaient répertoriés durant toute l’année 1455 (A. Vallet de Viriville, Charles VII, pp. 28-29).

68 M. Harsgor, Recherches sur le personnel, t. I, pp. 330-349. La moyenne mensuelle s’élève à 47 participants au Conseil.

69 Voir pp. 78-79 et n. 62, p. 87.

70 Le nombre de participants à chaque séance oscille entre 3 et 19 (P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Charles VII », p. 76).

71 Les 58 séances tenues en 1477 ont réuni entre un et 17 participants (Id., « Les conseillers de Louis XI », p. 121). Les conseils de février 1475, de juillet 1493, de février 1499 et de mars 1499, qui ont rassemblé respectivement 38, 34, 32 et 36 personnes, font donc figure d’exceptions (Ordonnances, t. XVIII, p. 97 cité dans P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Louis XI », p. 120 ; Ordonnances, t. XX, p. 411 et t. XXI, pp. 172 et 207 cités dans M. Harsgor, Recherches sur le personnel, t. I, pp. 379, 407 et 409-410).

72 J. L.Kirby, « Councils and councillors », pp.61-65. Il estplusdélicat d’effectuer des comparaisons pour le règne d’Henri VI, dans la mesure où l’étude de R. Virgoe donne la composition du Conseil selon des intervalles très inégaux, allant de 14 mois à 6 ans ; tout au plus peut-on constater que, pour chacune des périodes considérées, le Conseil compte de 21 à 36 participants (R. Virgoe, « The composition of the King’s council », pp. 157-160). Les descriptions de séances du Conseil qui nous sont parvenues mentionnent d’ailleurs entre 16 et 32 noms (ibid., pp. 155-156). Au total, les séances sous Henri VI comptent en moyenne entre 5 participants — entre 1443 et 1446, puis entre 1450 et 1453 — et 10 participants (entre 1454 et 1455) [ibid., pp. 157-160]. Signalons enfin que ces chiffres, établis à l’aide des listes portées par les warrants émis pour ordonner le scellage d’une lettre (J. L. Kirby, « Councils and councillors », p. 38 et R. Virgoe, « The composition of the King’s council », pp. 135-136), ne sont en rien comparables avec ceux obtenus pour les règnes d’Édouard IV, de Richard III et d’Henri VII en décomptant les individus porteurs du titre de « conseiller » (J. R. Lander, Crown and Nobility, pp. 204-205 et 309-320 pour les listes). Nous ne suivons donc pas les conclusions de J.-P. Genet, lorsqu’il évoque un gonflement du Conseil anglais dans la seconde moitié du xve siècle (J.-P. Genet, « Les conseillers du Prince », pp. 119-120).

73 Je remercie très vivement Emmanuelle Portugal de m’avoir transmis ses dépouillements des mentions hors teneur des registres AN, JJ 80 et JJ 81. Elle prépare actuellement à l’université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines un mémoire de master intitulé La culture des notaires-secrétaires royaux au milieu du xive siècle.

74 H. Larcher, « Tam Parisius quam alibi », t. II, pp. 99-110. Nous écartons ici 8 commanditaires répertoriés dans les registres postérieurs à 1441, mais pour des actes expédiés durant les années 1430. Je remercie Hélène Maurin-Larcher de m’avoir transmis le texte de sa thèse d’École des chartes.

75 Pour une période moins longue, entre 1313 et 1328, ce sont 135 individus différents qui ont commandé les actes enregistrés dans les registres de chartes de la chancellerie.

76 Voir O. Canteaut, « Le roi de France », pp. 173-174, en particulier n. 95.

77 Autour de Charles II de Navarre ont ainsi été répertoriés entre 1349 et 136118 commanditaires pour 45 actes. Entre 1369 et 1371, la documentation s’avère cependant plus dense : pour deux années et demi, ce sont 73 actes qui nous sont parvenus, commandés par 16 individus (P. Charon, Princes et principautés, t. III, pp. 394-395). De la même manière, en Hainaut, peuvent être recensés 31 commanditaires d’actes comtaux entre 1336 et 1344 (données recueillies par Valeria Van Camp dans le cadre de l’élaboration de sa thèse de doctorat, De oorkonden en de kanselarij ; je la remercie vivement des données qu’elle m’a transmises).

78 S. Walker, The Lancastrian Affinity, pp. 14-15. 157 lettres de retenue par endenture nous sont parvenues pour Jean de Gand (N. B. Lewis, « Indentures »).

79 Il s’agit d’individus portant le titre de « king’s knight » ou de « king’s esquire » (Ch. J. Given-Wilson, The Royal Household, p. 213).

80 Ibid., p. 212. Sur la pratique de la retenue à vie, ibid., pp. 214-215.

81 Ibid., pp. 226 et 231.

82 M. Kintzinger, « De la région », pp. 111-112.

83 P.-R. Gaussin, « Les conseillers de Charles VII », p. 69 ; Id., « Les conseillers de Louis XI », p. 106. Cependant, si P.-R. Gaussin indique qu’il s’agit là des individus portant le titre de « conseiller du roi », il n’opère pas de distinction claire entre ceux-ci et les membres du Conseil, si bien qu’il semble mêler des groupes de nature différente. Aussi convient-il de considérer ses données avec circonspection.

84 J.-M. Cauchies, « “Croit conseil” », p. 397.

85 Chaque conseiller étant attesté pour au moins une année, il est possible de calculer le nombre minimal de conseillers par an pour chaque règne. Les conseillers seraient alors au moins 18 par an sous Philippe V ; ils ne seraient plus que 9 par an sous Charles VII, contre 21 sous Louis XI ; enfin, ils seraient 22 par an sous Philippe le Beau.

86 M. Kintzinger, « De la région », pp. 111-112.

87 Ibid., pp. 203-204 et S. Walker, The Lancastrian Affinity, pp. 14-15.

88 A contrario des indications relatives à la retenue de Jean de Gand. Voir n. 49, pp. 84-85.

89 Par exemple, qui sont ces 37 individus qui, en 1445, d’après un agent du duc de Bourgogne auprès de Charles VII, « se tiennent souvent devers le roy en son retrait » ou « qui pou se tiennent ou retrait du roy » (« Procès de Guillaume Mariette », pp. 318-320, cité dans P. Contamine, « Le sang » pp. 152-153) ? Sans doute des hommes de confiance jouissant d’une forte influence. Pour autant, ils agissent de façon informelle sans être nécessairement membres du Conseil ou de quelque autre structure institutionnelle. Juvénal des Ursins décrit d’ailleurs la manière dont Charles VII « s’en venoit en ung petit retraict et la on appelloit secretement ceulx que on vouloit » (J. Juvénal des Ursins, AAA, p. 455 ; voir également P. S. Lewis, « Reflections », pp. 52-53). Or, parmi les 37 personnes citées, 20 n’apparaissent pas parmi les 36 membres du Conseil relevés cette année-là par A. Vallet de Viriville (A. Vallet de Viriville, Charles VII, p. 22).

90 Tel est le cas d’Hugues d’Augeron, chambellan et maître de la Chambre des comptes sous Louis X (voir O. Canteaut, Gouvernement, t. II, pp. 489-490).

91 Jean d’Arrablay le Vieux est ainsi commis au jugement des enquêtes reçues à Paris par le Parlement pendant la vacance de celui-ci en 1313, tout en demeurant sénéchal de Périgord (ibid., p. 484).

92 Pour une définition, voir S. Walker, The Lancastrian Affinity, pp. 8-9 et, avec quelques nuances, Ch. J. Given-Wilson, The Royal Household, pp. 203-204.

93 Voir l’analyse de la richesse législation anglaise sur les livrées dans ibid., pp. 236-243.

94 BNF, fr. 7855, pp. 297-328.

95 Les comptes de distribution de robes de 1275, 1287, 1288, 1313, 1315 et 1322 qui nous sont parvenus ne semblent quant à eux concerner que les membres de l’Hôtel (ibid., pp. 25-32, 73-76, 77-88, 89-104, 137-152 et 281-292). En revanche les livrées de Philippe d’Évreux, roi de Navarre, répertoriées entre 1337 et 1342, semblent bien destinées à l’ensemble de son affinity, puisqu’elles s’adressent tant à des proches du roi de France retenus par Philippe qu’à des officiers domestiques ou locaux. Or elles comptent entre 309 à 411 individus (ibid., pp. 469-493).

96 Sur le « processus de distribution du pouvoir » à la fin du Moyen Âge, voir P. S. Lewis, « Reflections », pp. 54-55.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search