Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

II. De l’ampleur de quelques entourages princiers

Les conseillers nordiques de la reine Marguerite

Effectifs, stratégies royales et genèse de l’Union de Kalmar (1375-1397)

Raphaëlle Schott

Texte intégral

1À la fin du xive siècle, l’Europe du Nord vit la naissance de deux vastes entités politiques : l’union polono-lituanienne et l’union des royaumes scandinaves, dite aussi Union de Kalmar. Ces deux unions étaient d’abord personnelles. La première fut scellée en 1386 par le mariage entre la fille du roi de Pologne Louis d’Anjou, Hedwige, et le grand-duc de Lituanie Jagellon, qui après son avènement sur le trône de Pologne prit le nom de Ladislas II. La seconde fut consacrée par le couronnement d’Éric de Poméranie comme roi des trois royaumes de Danemark, de Norvège et de Suède durant l’été 1397 à Kalmar. Il porta le jeune duc à la tête d’un immense territoire qui dépassait de beaucoup les frontières des pays actuels : la Norvège avait alors le contrôle des îles situées dans l’Atlantique du Nord-Ouest (Orcades, Féroé, Groenland et Islande) tandis que la Suède comprenait une grande partie de la Finlande actuelle. La Charte de couronnement d’Éric de Poméranie, rédigée le 13 juillet 1397 et scellée par soixante-sept « conseillers et hommes des royaumes » scandinaves, officialisa une union qui existait de fait depuis 1388 sous l’égide de sa grand-tante, la reine Marguerite.

  • 1 Il existe plusieurs monographies sur la vie et le règne de Marguerite. Voir en priorité celle du Su (...)
  • 2 « Fullmäktiga fru och rätta husbonde ». Nous avons préféré à la traduction de « dame et maîtresse » (...)

2L’union des trois Maisons royales nordiques autour de Marguerite résultait à la fois d’un hasard dynastique et de la volonté de l’aristocratie. Cette princesse danoise était la fille du roi Valdemar Atterdag et d’Helvig de Schleswig. En 1363, à l’âge de dix ans, elle épousa Håkon VI et devint reine de Norvège. Quelques années plus tard, elle donna naissance à un fils, Olaf Håkonsson, au nom duquel elle obtint dans un premier temps la régence du royaume de Danemark à la mort de son père en 1375, puis celle du royaume de Norvège au décès de son époux en 13801. Mais la disparition précoce du jeune roi emporté par la peste en 1387 laissa les deux trônes vacants : Marguerite reçut alors des mains de l’aristocratie les pleins pouvoirs en ces royaumes. L’année suivante, les nobles suédois destituaient le roi Albert de Mecklembourg : ils se tournèrent vers la jeune femme et l’élurent à leur tour « dame toute-puissante et seigneur légitime2 ». Il fut dès lors convenu que le jeune duc Éric de Poméranie, son petit-neveu, hériterait des trois couronnes à sa majorité. Après son couronnement comme roi de l’Union en 1397, Marguerite continua de dominer la vie politique des trois royaumes jusqu’à sa mort en 1412.

  • 3 Le terme suédois et norvégien de « Riksråd » devient « Rigsråd » en danois.
  • 4 J.-P. Genet, « Les conseillers du prince », p. 119.

3Dans les différentes étapes de la construction de l’Union de Kalmar, une assemblée apparaît constamment impliquée aux côtés des souverains : le Riksråd ou Conseil du royaume3. Ce cercle aristocratique proche du pouvoir royal participait à la prise de décision politique dans chacun des trois royaumes. Malgré son importance grandissante au sein des gouvernements nordiques, le Riksråd reste aujourd’hui une institution difficile à saisir, et en particulier à quantifier. En effet, bien qu’il existe des sources normatives visant à fixer le nombre des conseillers royaux, l’étude des actes issus des chancelleries danoise, suédoise et norvégienne entre 1375 et 1397 témoigne de la grande élasticité de ce corps politique. À l’instar du Conseil des princes anglais, le Riksråd apparaît encore à la fin du xive siècle comme une assemblée très « fluctuante et nébuleuse4 ».

  • 5 L’Union fut menacée à plusieurs reprises de dissolution. Mais elle ne prit fin qu’en 1523, date à l (...)

4Les variations des effectifs des Conseils royaux, qui témoignent de l’ouverture ou au contraire de la contraction d’une instance au premier rang de l’échiquier politique, sont des données essentielles dans l’analyse des pratiques du pouvoir. Une étude quantitative comparée des Riksråd danois, suédois et norvégien sous la régence de Marguerite est appropriée. D’abord, elle permet d’apporter un éclairage nouveau sur les orientations politiques de Marguerite dans ses royaumes respectifs. Ensuite, elle invite à s’interroger sur les tentatives de la reine pour donner à une union personnelle la cohérence administrative et politique dont celle-ci avait besoin pour exister, jusqu’à sa dissolution en 15235.

I. — LE RIKSRÅD : UNE ASSEMBLÉE POLITIQUE MOUVANTE

  • 6 Dans le royaume de Suède, la coutume voulait qu’une assemblée du royaume fût chargée d’élire le sou (...)

5Dans les trois royaumes nordiques, l’État connut une avancée décisive dans la seconde moitié du xiiie siècle. Sous les règnes d’Éric V Glipping (1259-1286) et d’Éric VI Menved (1286-1319) au Danemark, de Magnus Ladulås (1275-1290) en Suède et de Håkon V (1299-1319) en Norvège, le Conseil royal s’imposa en politique. À la fin du xive siècle, il était devenu un acteur incontournable du gouvernement. Plus qu’un organe consultatif, il apparaît comme une instance garante des intérêts du roi. Toute décision royale devait être consentie et validée par ses membres qui appendaient leur sceau personnel au bas des parchemins avant enregistrement à la chancellerie. À partir de 1397, les affaires d’État concernant désormais l’Union, le roi devait réunir dans le royaume où il se trouvait — le plus souvent au Danemark — des conseillers issus des trois royaumes. Lors de ces réunions nordiques, l’aristocratie des trois royaumes était représentée et la décision prise unanimement. En cas de vacance du trône, le Riksråd prenait en main la direction du royaume : c’est lui qui assurait la continuité du pouvoir monarchique. Mais c’est surtout son implication dans l’élection du futur souverain qui explique sa place centrale sur la scène politique des pays nordiques, notamment au Danemark et en Suède. Dans ces royaumes de tradition élective, bien que le choix du nouveau souverain se portât en principe au sein de la dynastie régnante, l’assentiment de l’aristocratie était requis lors d’une Riksmøte, assemblée des « hommes et conseillers du royaume », au sein desquelles les riksråder jouaient un rôle déterminant6.

  • 7 Voir T. Lindkvist, « Droit et genèse de l’État ».
  • 8 Magnus Eriksson landslag (MEL), § ix, p. 8.
  • 9 Diplomatarium Danicum (DD), rk II-8, n° 176.
  • 10 Norske middelalder documenter (NMD), n° 68.

6Le développement de l’État s’accompagna d’un considérable effort de codification entre les années 1200 et 13507. Pourtant, malgré son implication grandissante, le Conseil reste le parent pauvre des codes provinciaux ou nationaux qui n’accordent guère de place à sa réglementation, à l’exception peut-être de la loi nationale suédoise attribuée à Magnus Eriksson, qui lui dédie un paragraphe dans sa section « Konungsbalken8 ». Au Danemark, on trouve quelques indications dans la charte d’avènement du roi Christophe en 13209. Mais il faudra attendre celles consenties par les souverains du xve siècle pour que l’organisation du Riksråd soit précisée. En Norvège, le fonctionnement du Conseil de régence est fixé de façon détaillée par l’ordonnance d’Håkon V de 130210.

  • 11 Pourquoi douze ? On serait tenté de faire le rapprochement avec le nombre des chevaliers de la Tabl (...)
  • 12 DD, rk. II-8, 176, § xiv : « in consilio Regis […] stricto ». Les sources normatives danoises disen (...)

7Dans ces textes normatifs, le souci de limiter les effectifs des conseillers royaux est manifeste. La loi de Magnus Eriksson prévoit que le Conseil royal suédois devait rassembler au maximum douze membres laïcs choisis parmi les chevaliers et écuyers du royaume11. S’y ajoutaient des prélats : l’archevêque, les évêques et autres ecclésiastiques (prévôts et abbés). Au total, le nombre des conseillers s’élevait à une vingtaine. L’ordonnance norvégienne de 1302 apporte de nouvelles informations. En période de régence, l’enfant devait être assisté de deux Conseils. Le premier était un conseil rapproché composé de quatre membres permanents, deux grands officiers de la Couronne — le merkesman et le chancelier — et deux évêques, qui avaient la garde du trésor royal. Le second conseil comprenait les huit conseillers restants, qui n’étaient pas tenus de rester à demeure chez le roi mais qui devaient se réunir avec les conseillers permanents une fois par an. Le Riksråd au complet ne pouvait, sous aucun prétexte, excéder douze membres. L’ordonnance établit donc une distinction entre un conseil étroit, convoqué par le souverain au gré des nécessités, et un conseil élargi, qui se réunissait annuellement selon la coutume. Dans sa charte d’avènement de 1320, Christophe II évoque l’existence d’un « Conseil restreint », sans en préciser les effectifs12.

  • 13 Sa grand-mère paternelle était la fille du roi de Norvège Håkon V et sa mère était une lointaine de (...)
  • 14 Diplomatarium Norvegicum (DN), III, n° 478 : « ac coram nobis et coram aliis regni Norwegie consili (...)
  • 15 NMD, n° 96 : « oc allara adra vaare godra manna som her nu i hia oss vara aa fredagenn nesta for Ba (...)

8Dans la pratique, dénombrer les conseillers réunis en assemblée est loin d’être chose facile. D’abord, les actes qui fournissent la liste des conseillers présents sont rares, moins d’une dizaine par royaume. Ensuite, lorsqu’elles sont consignées, ces listes sont souvent incomplètes. Prenons l’exemple du vidimus rédigé le 18 février 1388 par neuf des conseillers présents quelques jours plus tôt à Akershus pour entendre le seigneur Håkon Jonsson renoncer officiellement à ses droits sur la couronne de Norvège13. Ces neuf riksråder rapportent qu’ils ont donné leur consentement en présence de plusieurs « autres conseillers du royaume de Norvège14 ». Nous ignorons combien de conseillers se réunirent ce jour-là. Il arrive parfois aussi que le rédacteur signale la présence au Conseil « d’autres bons seigneurs ». C’est ce qui ressort du règlement de commerce maritime promulgué le 19 août 1384 à Bergen par le roi Olaf et son Conseil. Les noms de cinq conseillers apparaissent dans la corroboration. Mais on apprend plus loin que ces hommes donnèrent leur assentiment avec « d’autres de nos bons seigneurs qui, précise Olaf, se trouvaient en notre demeure le vendredi avant le jour de la Saint-Barthélemy, en notre quatrième année de gouvernement en Norvège15 ». Il est impossible d’établir avec certitude que toutes les personnes présentes lors de la rédaction du décret aient bien été bénéficiaires du titre de conseiller.

  • 16 Norges Gamle Love (NGL), III, n° 119. La taxe appelée sekkjagjald représentait environ 5 % de la va (...)
  • 17 NGL, III, n° 119 : « alt rikis raad wort ».

9Par chance, certains actes ne laissent aucune place à l’ambiguïté, car le rédacteur nous assure de la participation de l’intégralité du Conseil. Ainsi, le 26 août 1383 à Tønsberg, le Conseil du royaume de Norvège légiféra pour interdire à quiconque de transporter par mer un chargement d’une valeur inférieure à 15 marcs ou de construire un navire, s’il ne disposait pas pour cela du privilège royal. Par la même occasion, il établit que tout armateur commerçant avec l’Islande devait s’acquitter d’une taxe sur les marchandises importées en Norvège16. Le rédacteur de l’acte précise que douze conseillers du royaume étaient présents et que c’est bien tout le Conseil qui donna ce jour-là son consentement17.

10Hélas, la plupart des actes issus des Conseils restent équivoques et ne permettent qu’une estimation vague du nombre des riksråder convoqués par Marguerite. De surcroît, un profond déséquilibre documentaire — dix actes divulguent la liste plus ou moins exhaustive des conseillers norvégiens, contre huit actes pour le Danemark et deux pour la Suède — rend malaisée la comparaison des effectifs des Riksråd nordiques entre eux. Mais si ces chiffres ne permettent pas une analyse fine des effectifs des riksråder, ils ont toutefois le mérite de donner aux assemblées du Conseil un ordre de grandeur qui n’est pas sans intérêt (voir tableaux 1, 2 et 3, ci-dessous et p. 64).

Tableau 1. — Les assemblées du Conseil danois (1375-1397)

Date

Lieu

Référence

Affaire

Participantsa

7 décembre 1375

Slagelse

DD, 3-9, n° 541

Donation

3

7 mai 1376

Slagelse

DD, 4-1, n° 43

Donation

8

21 septembre 1376

Copenhague

DD, 4-1, n° 84-87

Traité

(15)

13 décembre 1379

Slagelse

DD, 4-1, n° 546

Privilège

8

15 septembre 1381

Scanie

DD, 4-2, n° 165

Privilège

6 (1)

11 mai 1385

Helsingborg

DD, 4-2, n° 575

Traité

7

27 juillet 1387

Viborg

REPb, I, n° 3592

Privilège

7 (1)

28 janvier 1395

Vordingborg

DD, 4-5, n° 324

Traité

8

a Le nombre des participants est signalé entre parenthèses lorsqu’il est incertain. Il peut arriver aussi qu’un individu, dont on sait qu’il ne portait pas le titre de riksråd, apparaisse pourtant à l’assemblée du Conseil ; les parenthèses permettent de l’isoler.
b Abréviation du Repertorium Diplomaticum Regni Danici Mediaevalis : Fortegnelse over Danmarks breve fra middelalderen, Kristian Erslev, William Christensen et Anna Hude (éd.).

Tableau 2. — Les assemblées du Conseil norvégien (1380-1397)

Date

Lieu

Référence

Affaire

Participants

28 août 1381 ?

Horborne

DN, 1, n° 469

Délégation

12

27 octobre 1382

Bergen

NGL, III, n° 118

Législation

9

26 août 1383

Tønsberg

NGL, III, n° 119

Législation

12

23 juin 1384

Bergen

DN, 5, n° 331

Législation

7

19 août 1384

Bergen

NMD, n° 96

Législation

5

16 février 1388

Akershus

DD, 4-3, n° 340

Élection

19

18 février 1388

Akershus

DD, 4-3, n° 342

Succession

9

6 mars 1388

Akershus

NMD, n° 98

Investiture

7

7 août 1389

Opdal

DN, 3, n° 760

Privilège

7

29 mars 1392

Oslo

DN, 6, n° 338

Législation

19

Tableau 3. — Les assemblées du Conseil suédois (1388-1397)

Date

Lieu

Référence

Affaire

Participants

2 août 1396

Uppsala

RAa 0201, A12, pp. 8-9

Rétrocession

10

20 septembre 1396

Nyköping

DDalsb, n° 79

Rétrocession

25

a Référence au Riksarkivet (Archives royales de Stockholm).
b Référence au Dalslands Diplomatarium, Per-Axel Wiktorsson et Eva Odelman (éd.).

  • 18 À partir de 1480, les sources attestent de l’existence de deux Conseils, l’un à Bergen et l’autre à (...)

11Le Conseil du royaume de Danemark, qui à plusieurs occasions affiche moins de dix participants, revêt une forme restreinte. Peut-être n’était-il fait mention dans les actes que des personnalités les plus éminentes de l’assemblée et que d’autres participants, moins influents, restaient dans l’anonymat. Mais ce partipris des rédacteurs paraît trop systématique pour être généralisable : l’hypothèse de l’existence d’un Conseil restreint, tel que le préconisait la charte de Christophe II, semble plus vraisemblable. Le Conseil du royaume de Norvège, quant à lui, montre à plusieurs occasions des effectifs conformes à ceux stipulés par les sources normatives. Toutefois, les assemblées réunies à Bergen étaient moins fournies que celles qui se tinrent dans le sud du royaume. Il est vrai que le territoire du pays est très compartimenté : du nord au sud, le massif du Langfjella divise le territoire entre l’Østland à l’est et le Vestland à l’ouest ; d’ouest en est, le massif du Dovre isole au nord la région du Trøndelag ; à l’extrême nord de la péninsule, de hautes montagnes allant de la frontière suédoise à l’océan coupent les régions de Tromsø et de Finnmark du reste du royaume. Les communications entre ces différentes régions étaient réduites, tant par les distances, les aspérités du relief que par les rigueurs climatiques. Il est donc probable que l’assemblée ait alors été divisée en plusieurs commissions et que celle qui se réunissait à Bergen pour traiter des affaires spécifiques au nord du royaume (la région de Nordenfjell) ait formé un plus petit Conseil18. Enfin, émettre des hypothèses concernant les effectifs du Riksråd suédois serait imprudent tant celui-ci est mal documenté. Notons toutefois que l’assemblée qui se réunit le 20 septembre 1396 à Nyköping, à l’occasion de laquelle les riksråder s’engagèrent à rétrocéder à Marguerite et Éric de Poméranie des terres ayant autrefois appartenu à la Couronne, rassembla plus de vingt-cinq conseillers. Les effectifs présents ce jour-là excédaient les vœux de Magnus Eriksson.

  • 19 Il s’agit de la première partie de ma thèse de doctorat, voir R. Schott, Les conseillers au service (...)
  • 20 Henrik Lerdam a retracé les itinéraires royaux entre 1375 et 1439 (H. Lerdam, Kongen og tinget, pp. (...)

12Ces résultats vont dans le sens des conclusions rendues dans l’étude prosopographique des Riksråd nordiques à l’époque de Marguerite19. Lorsqu’elle arriva au pouvoir, elle fut confrontée à trois assemblées dont l’institutionnalisation était plus ou moins avancée. Dans le royaume héréditaire de Norvège, le Conseil de régence, qui assurait la continuité du pouvoir monarchique pendant les interrègnes, fonctionnait comme un organe de gouvernement autonome. Cela était d’autant plus vrai que Marguerite choisit très tôt de gouverner à partir des forteresses danoises de Vordingborg, Kalungborg et Gurre, où son père Valdemar avait résidé avant elle20. Très impliqués dans la législation à l’échelle nationale et locale, les riksråder se réunissaient régulièrement, aussi nombreux que le souhaitait la loi du royaume. A contrario, dans les deux royaumes électifs, le Riksråd apparaît comme une institution moins rodée. Dépendant de l’existence d’un roi élu et couronné par les grands du royaume, il semble avoir eu du mal à s’organiser dans une situation de régence. Au Danemark où Marguerite et Éric avaient leur Cour, c’est un Conseil étroit, réuni autour des principaux officiers de la Couronne, qui gouverna jusqu’à l’élection de Marguerite comme régente autonome. En Suède, royaume dont le centre politique historique — l’Uppland — était tourné vers la Baltique, l’aristocratie jouit pendant la régence d’une certaine indépendance. Les conseillers du royaume se retrouvaient de manière sporadique pour s’occuper des affaires de succession au trône ou de la question de la restitution des terres du domaine royal à la Couronne. Porte-parole des préoccupations d’une aristocratie puissante et nombreuse, le Riksråd était surtout une extension des assemblées du royaume (herredagar) auprès du souverain.

II. — LE RIKSRÅD : UN CORPS POLITIQUE AUX CONTOURS INDÉCIS

  • 21 L’obtention d’une charge de l’administration territoriale, avec les revenus que celle-ci supposait, (...)

13Mais le Riksråd n’était pas seulement une institution en gestation : il constituait aussi un corps politique se fondant dans l’entourage royal. C’est donc l’ensemble des riksråder nommés à ce titre qui feront l’objet de notre attention. En amont de l’étude quantitative des Conseils des royaumes nordiques, il y a donc un travail d’identification des membres des Riksråd. Ce travail est délicat, car les sources scandinaves éclairent peu les procédures de nomination ou de résignation, dont les premières lettres conservées datent du xve siècle. Nous ne disposons pas non plus d’actes relatifs à la rémunération des conseillers21. Pour identifier les membres du Conseil, le chercheur est donc tributaire des listes nominatives consignées dans les actes mis par écrit et enregistrés à l’issue des Riksråd et des assemblées du royaume, les Riksmøter.

  • 22 Ainsi, la famille danoise des Lunge, dont plusieurs conseillers de Marguerite étaient issus, témoig (...)
  • 23 De solides études d’onomastique permettent d’identifier les conseillers, aussi bien dans leurs lign (...)

14Cerner le corps politique des riksråder exige tout d’abord d’établir l’identité des individus qui le composent. Or, préciser les prénoms et patronymes ne suffit pas : il faut aussi pouvoir situer les seigneurs dans leur lignage. Il est un aspect propre aux sources scandinaves en relation avec le système de déclinaison d’identité qui mérite d’être souligné : dans les royaumes nordiques, il était d’usage d’accoler au prénom le nom patronymique formé sur le prénom du père, auquel on ajoutait le suffixe -son/sen (« -fils de »). La présence du patronyme suffisait normalement à différencier les porteurs d’un même prénom, dans la mesure où il était rare qu’un fils portât le même prénom que son père. Mais cela arrivait22. En revanche, il était fréquent qu’un homme reçût le nom de son grand-père paternel ou maternel. Le stock des prénoms disponibles étant restreint, il se pouvait qu’à une même génération des homonymes participassent aux mêmes manifestations politiques, liés ou non par des liens de parenté. Les contemporains avaient mis au point quelques astuces pour éviter les méprises. Au Danemark, le nom du manoir principal pouvait être intégré à la titulature du conseiller. Cette construction de topolignées permet de situer plus facilement les personnages. Mais les propriétés, comme les noms, s’héritaient. Il était donc courant qu’un individu résidât au même endroit qu’un ancêtre homonyme. Un autre moyen permettait de différencier des homonymes : la mention de l’ancienneté ou de celle du rang23. Mais il faut reconnaître que certains cas restent inextricables : certains homonymes restent non identifiables, certains hommes laissèrent si peu de traces dans les sources que nous n’avons d’eux qu’un nom et parfois même qu’un prénom.

  • 24 O. Ferm, « Transformations sociales », pp. 57-58.

15Il faut ensuite s’assurer que les individus présents lors des différents événements politiques du royaume ont été bénéficiaires du titre de conseiller. Or les sources établies à l’issue de la réunion du Conseil sont rares et lacunaires. En effet, les quelques listes de riksråder dont nous disposons sont tronquées et laissent une frange de l’assemblée dans l’anonymat. Dans certains de ces actes, les noms ne sont pas directement associés au titre de conseiller : le titre apparaît dans la clause de consentement, tandis que les noms sont reportés plus loin dans la clause de validation ; on ne peut donc donner pleine assurance que tous les seigneurs qui validèrent le document aient été riksråd. Plus difficile encore est l’identification des détenteurs du titre au sein des grandes assemblées du royaume. Ces Riksmøter réunissaient un éventail assez large de participants : les hommes de loi (lagmän), les juges (häradshövdingar), les baillis au service de la Couronne (fogdar), les détenteurs de fiefs (länsmän), les conseillers du royaume (riksråd) ainsi que les évêques et certains clercs. Dans les sources, les membres des Riksmøter sont désignés comme « conseillers et hommes du royaume » : la « classe » que constituaient les seigneurs du royaume et l’« élite » politique formée par le Riksråd coopéraient de façon si étroite qu’il est parfois difficile de savoir qui était membre du Conseil ou simple député24.

16Enfin, l’identification des riksråder suppose que l’on puisse distinguer les membres des Conseils danois, norvégien et suédois. Or, rattacher les conseillers à leur assemblée d’exercice n’est pas toujours facile, en particulier pour les seigneurs qui obtinrent le titre à la fin de notre période. En effet, la plupart apparaissent sur la scène politique à l’occasion des deux grandes assemblées transnordiques qui se tirent à Helsingborg et Kalmar en 1395 et 1397. Beaucoup de ces seigneurs étaient originaires des régions de Bohuslän, Halland ou Scanie : représentatifs de l’aristocratie des frontières, leur « nationalité » reste incertaine. Leur appartenance à l’un ou l’autre des Riksråd nécessite donc une étude approfondie de leur origine géographique et de leur carrière administrative.

  • 25 MEL, « Konungsbalken », IX, § i, p. 8.
  • 26 J. T. Larsen, Det norske Riksråd, pp. 97 sqq.
  • 27 La province ecclésiastique danoise de Lund comptait six évêchés (Roskilde, Ribe, Århus, Odense, Vib (...)
  • 28 J. E. Olesen, « The governmental System », p. 58.
  • 29 O. Alin, Bidrag til Svenska Rådets Historia, pp. 21-22.

17Établir le titre de conseiller est plus aisé pour les ecclésiastiques. En effet, ceux-ci étaient « membres de droit » de l’assemblée, comme le stipulait la loi de Magnus Eriksson25. L’archevêque était le premier conseiller nommé et remplissait vraisemblablement la fonction de président d’assemblée en alternance avec le sénéchal (drots)26. Venaient ensuite les évêques « suffragants » à la tête des six diocèses que comptait la province ecclésiastique d’Uppsala, à savoir les évêques de Linköping, Skara, Strängnäs, Västerås, Växjö et Åbo27. La loi nationale suédoise stipule enfin que le roi pouvait nommer au Conseil « d’autres clercs ». La prescription, vague, laissait une certaine marge de manœuvre au souverain en ce qui concerne le choix des dignités ou le nombre de leurs titulaires. Au Danemark, sous le règne d’Éric de Poméranie, les abbés et prieurs des plus importants monastères du royaume étaient membres du Conseil28. En Norvège, à partir du règne d’Håkon V, les prévôts des chapelles royales de Sainte-Marie d’Oslo et des Saints-Apôtres de Bergen participèrent activement aux réunions du Conseil. En Suède, la plupart des « autres ecclésiastiques » qui, au xive siècle, participèrent au Conseil étaient pour l’essentiel des chanoines29.

  • 30 R. Cazelles, La société politique, pp. 305 sqq.
  • 31 NMD, n° 60 (31 août 1314, Oslo).
  • 32 À propos de la chancellerie suédoise, voir H. Schück, « Kansler och capella regis ».

18Il existait en Europe, comme Raymond Cazelles a pu le montrer pour le Conseil de Philippe de Valois, d’autres membres de droit parmi les princes de sang et les grands officiers de la Couronne30. Mais en Scandinavie, la notion de « membre de droit » ne constitue pas pour les seigneurs laïcs un critère objectif d’appartenance au Conseil, à l’exception peut-être des grands officiers de la Couronne, drots et marsk en tête, qui étaient des acteurs incontournables du gouvernement. Elle s’appliquait à double titre aux chanceliers qui étaient à la fois grands officiers de la Couronne et hommes d’Église. Au Danemark, l’office était traditionnellement dévolu à l’évêque de Roskilde. En Norvège, il fut attribué au prévôt de la chapelle royale d’Oslo en 131431. En Suède, c’est l’évêque de Linköping qui occupait le poste32. Pour tous les autres, la détention avérée du titre reste la seule preuve patente permettant de réunir un corpus de conseillers plausible.

19Ce sont 144 seigneurs au total, soit 37 seigneurs ecclésiastiques et 107 seigneurs laïcs qui ont été identifiés comme membres des Riksråd nordiques sous la régence de Marguerite (voir tableau 4, ci-dessous). Le cercle des conseillers norvégiens rassemble un petit éventail de personnalités avec 34 individus. Le groupe des Danois est le plus fourni avec 69 membres, tandis que le nombre des conseillers suédois s’élève à 41 individus. Mais ce corps politique conserve des contours indécis. Pour rendre compte de sa complexité, il nous a fallu créer différentes catégories. La première comprend les prélats qui, en qualité de membres de droit, jouèrent un rôle important au sein de l’assemblée. La seconde regroupe tous les seigneurs laïcs qui apparaissent avec le titre de riksråd pour les périodes étudiées : ce sont les conseillers « avérés ». La troisième catégorie, celle des conseillers « probables », comptabilise tous les autres seigneurs présents aux côtés des conseillers reconnus mais dont le titre n’est pas attesté pour la régence de Marguerite, soit qu’ils aient été conseillers du souverain précédent, soit qu’ils le devinrent sous le règne d’Éric.

Tableau 4. — Les membres des Conseils nordiques (1375-1397)

Riksråd/Rigsråder

Danemark
(1375-1397)

Norvège
(1380-1397)

Suède
(1387-1397)

Total

Ecclésiastiques

16

10

11

37

Laïcs

Avérés

24

19

17

60

Probables

29

5

13

47

Total

69

34

41

144

  • 33 O. J. Benedictow, « Norge », pp. 26 sqq.

20La moitié des conseillers qui gravitaient dans l’entourage de la reine Marguerite étaient Danois. Cette prépondérance s’explique d’abord par le nombre d’années durant lesquelles Marguerite occupa la fonction de régente, à savoir plus d’une vingtaine d’années dans ce royaume, contre dix-sept années en Norvège et dix ans en Suède. Elle dépend ensuite de l’abondance et de l’état de la documentation conservée. Elle se fait aussi l’écho de la situation démographique et économique de ce royaume où l’aristocratie était plus nombreuse et plus puissante qu’en Norvège par exemple, royaume moins peuplé et où la crise des années 1350 avait rétrogradé une partie de la petite noblesse au rang de simple paysan33. Enfin, cette supériorité numérique des Danois au sein des conseillers nordiques est aussi liée à un mode de fonctionnement de l’assemblée et à des choix politiques : la classe politique étant plus large qu’ailleurs, il fallait qu’elle puisse être largement représentée au sommet de l’État.

III. — LES RIKSRÅD : UN ENTOURAGE ROYAL AUX EFFECTIFS FLUCTUANTS

21Le total cumulé des conseillers sous la régence de Marguerite n’est bien sûr pas représentatif des effectifs des riksråder qui peuplaient l’entourage de la reine. En effet, tous n’étaient pas nommés au même moment, ce qui nous oblige à regarder de plus près la question du recrutement. Une fois de plus, l’obstacle majeur est documentaire : en l’absence de lettres de nomination, il est impossible d’établir avec précision la date à laquelle les riksråder entrèrent au Conseil, les membres laïcs du moins. C’est donc la date de la première apparition au Conseil qui a constitué pour nous le point de départ de la carrière politique de ces serviteurs royaux.

22Les conseillers de Marguerite se répartissaient en deux âges : l’ancienne génération, composée des conseillers que Marguerite avait « hérités » de ses prédécesseurs et la nouvelle, formée des « nouvelles recrues » nommées par la reine après son arrivée au pouvoir dans chacun des trois royaumes (voir tableau 5 ci-dessous). Au sein de cette jeune génération de conseillers, deux sous-ensembles se dégagent : le premier rassemble les conseillers nommés avant l’élection d’Éric de Poméranie et le second, ceux entrés au Riksråd entre l’élection et le couronnement en juillet 1397.

Tableau 5. — Les conseillers laïcs « hérités » et les nouvelles recrues

Conseillers hérités des souverains précédents

Nouvelles recrues

Total

Avant 1395

Après 1395

Danois

24

5

24

53

Norvégiens

10

11

3

24

Suédois

11

6

13

30

Total

45

22

40

107

23L’ancienne génération de conseillers occupait une place importante dans les trois royaumes : au Danemark, 24 conseillers sur 53 étaient issus du Rigsråd de Valdemar ; 10 conseillers sur 24 provenaient du Riksråd d’Håkon VI et 11 Suédois sur les 30 recensés avaient autrefois appartenu au Riksråd d’Albert de Mecklembourg. Membres du Conseil depuis de longues années, ces seigneurs jouissaient à l’assemblée d’une influence qui les rendait indispensables aux délibérations. Sous la régence, leur présence s’imposa à Marguerite tandis qu’elle trouvait dans ce personnel expérimenté, vieillissant autour des souverains successifs, les garants d’une stabilité politique dont son gouvernement avait besoin. Mais il fallait aussi qu’un sang neuf fût injecté, ne serait-ce que pour remplacer les conseillers qui venaient à mourir ou qui étaient trop âgés pour se déplacer d’une réunion à l’autre. Or, les recrutements n’eurent pas lieu simultanément dans les trois Riksråd. En Norvège, les nominations s’échelonnèrent pendant toute la régence : sur les 14 conseillers nommés par Marguerite, 11 entrèrent au Conseil entre 1380 et 1395. Au Danemark et en Suède, le recrutement fut timide jusqu’en 1395 : seuls 5 Danois et 6 Suédois entrèrent au Conseil. À partir de cette date, l’arrivée d’hommes nouveaux dans les deux assemblées fut massive.

  • 34 Le recrutement était à l’origine d’une forte rivalité entre les anciens et les nouveaux conseillers (...)
  • 35 La plupart siégeaient au Conseil jusqu’à leur mort. Seul l’évêque de Bergen, Jakob Jensen, fit l’ob (...)
  • 36 Une maladie pouvait retenir un seigneur dans son manoir. Ainsi, Karl Magnusson (Örnfot), mort en 14 (...)

24Les plus jeunes prenaient-ils la place de leurs aînés au Riksråd34 ? Les nominations répondaient-elles à la nécessité de réguler les effectifs aux Conseils ? Pour apprécier l’incidence des recrutements sur les effectifs des conseillers au sein de l’entourage Marguerite, il faut déterminer le nombre des conseillers actifs pendant la régence. Or, la cessation d’activité est un moment difficile à estimer dans la carrière d’un riksråd (avec ou sans majuscule ?). On ignore en effet, à l’exception des prélats qui siégeaient au Conseil aussi longtemps que durait leur charge ecclésiastique, si les conseillers étaient ou non nommés à vie35. Beaucoup de conseillers laïcs étaient encore actifs au Conseil dans les dernières années de leur existence ; mais d’autres sortaient de la vie politique longtemps avant de succomber. Leur disparition subite des rangs du Conseil est pour une part imputable aux lacunes documentaires. À ces silences des sources viennent s’ajouter d’autres raisons comme l’incapacité physique de répondre à la convocation royale, un départ à la retraite ou encore une disgrâce36.

25Par prudence, nous avons donc considéré que les conseillers étaient actifs entre leur première et leur dernière apparition aux assemblées politiques munis de leur titre de riksråd. Nous avons ensuite établi leurs effectifs à trois moments-clés de la régence (voir tableau 6 ci-dessous) : une première période correspondant à l’arrivée de Marguerite au pouvoir au Danemark en 1375-1376 et en Norvège en 1380-1381 (Période 1) ; une seconde période où elle fut élue comme régente autonome dans les trois royaumes dans les années 1387-1389 (Période 2) ; enfin, une troisième période marquée par l’élection et le couronnement d’Éric entre 1395 et 1397 (Période 3).

Tableau 6. — Les conseillers « actifs » à l’époque de Marguerite

Danois

Norvégiens

Suédois

Période 1

21

15

-

Période 2

10

16

18

Période 3

29

13

23

26En Norvège, le nombre des conseillers actifs resta stable durant toute la régence de Marguerite. Dans ce royaume, les nominations régulières témoignent de la volonté royale de rééquilibrer les effectifs des conseillers. Au Danemark et en Suède, la politique de recrutement des conseillers semble avoir répondu à une tout autre logique. Lorsque Marguerite reçut les pleins pouvoirs de gouverner au Danemark en 1387, elle ne comptait dans son entourage qu’une dizaine de rigsråder, soit la moitié des conseillers actifs au lendemain de la mort de son père Valdemar. Les rares nominations — cinq au total — ne pouvaient espérer couvrir le nombre de postes vacants. De toute évidence, le Rigsråd fit l’objet d’une réduction drastique de ses membres jusqu’en 1395. La vague de recrutement qui débuta alors fut d’une telle ampleur que les effectifs de l’assemblée se virent multipliés par trois en à peine deux ans : en juillet 1397, le Rigsråd rassemblait une trentaine de rigsråder actifs et devenait ainsi le plus imposant des trois Conseils. On ne peut s’y tromper : dans les deux royaumes électifs, les nominations massives, qui eurent lieu à l’avènement d’un roi majeur et couronné, visaient à donner de l’ampleur à l’entourage politique et non à assurer son renouvellement, comme en Norvège.

  • 37 Rien dans les textes normatifs scandinaves ne permet de définir les attributions exactes d’une rége (...)

27Le Riksråd, loin d’être une institution autonome à la fin du xive siècle, constituait un entourage politique encore largement modelé par le souverain. Mais le prince, plus encore dans le cas d’un(e) régent(e), n’était pas tout puissant en matière de nomination : il devait composer tant avec la loi qu’avec l’aristocratie du royaume. Plusieurs freins institutionnels entravèrent la liberté de choix de Marguerite. Elle fut d’abord tributaire des normes fixées par ses prédécesseurs, qui visaient à restreindre le nombre des conseillers actifs en période de régence. Elle fut ensuite limitée par les pouvoirs qui lui avaient été conférés en qualité de « dame toute-puissante et seigneur légitime » des royaumes scandinaves et dont nous ignorons le contenu véritable37. En Norvège, Marguerite détenait le statut de « régente à vie » et disposait sans doute de pouvoirs plus étendus que dans les royaumes électifs de Suède et de Danemark. Il est aussi possible que dans ses deux royaumes électifs, la régente, en cette qualité, ne put procéder aussi librement qu’en Norvège à la nomination de nouveaux conseillers. Le fait que la majorité des nouvelles recrues danoises et suédoises entra au Conseil à partir de 1395 corrobore l’hypothèse selon laquelle ce serait Éric de Poméranie, et non Marguerite, qui aurait procédé à des nominations.

  • 38 La lettre que Marguerite écrivit à Éric de Poméranie en 1405 laisse penser que la reine avait la ha (...)

28Pour gouverner en bonne entente avec l’aristocratie au pouvoir, Marguerite dut aussi s’adapter aux différentes situations politiques qu’offraient les royaumes nordiques. C’est en Norvège qu’elle eut le moins de mal à s’imposer. Le pouvoir était fortement centralisé, le Riksråd était une institution rodée au service de la monarchie. Ses représentants devaient leur position aux faveurs d’Håkon V et constituaient un groupe des serviteurs royaux dévoué à la dynastie des Folkungar. Ce cercle restreint, chapeauté par les membres ecclésiastiques et amis de la reine, était suffisamment digne de confiance pour que celle-ci gouvernât le royaume sans y résider38.

  • 39 En 1343, Valdemar montait sur le trône d’un royaume démantelé par les feudataires allemands et par (...)
  • 40 Le traité de paix signé à Stralsund en 1370-1371 entre le Danemark et la Confédération des villes h (...)
  • 41 Voir R. Schott, Les conseillers au service de la reine, pp. 105-108, 142.

29L’élite politique qui accueillit Marguerite au Danemark était moins flexible. Dans ce royaume, les conseillers jouissaient d’un grand prestige. Nombreux étaient ceux qui avaient participé aux côtés de Valdemar à la lente reconstruction du Danemark à partir des années 134039. Propriétaires de grands domaines sur les îles situées au centre du Danemark, ces conseillers contrôlaient les principales forteresses royales en qualité de châtelains royaux. Les membres du clergé, en particulier l’évêque de Roskilde, comptaient parmi les membres les plus éminents de l’assemblée. Le Riksråd était alors sous l’influence du drost Henning Podebusk, grand officier du royaume qui, en plus des vastes domaines qu’il détenait à titre personnel sur les îles danoises, contrôlait les principales forteresses de Scanie depuis la signature du traité de Stralsund40. Sous l’emprise du sénéchal, le Conseil constitua un groupe très exclusif jusqu’en 1388, date à laquelle Herr Henning décéda41.

  • 42 M. Linton, Drottning Margareta, p. 169.

30Les seigneurs suédois qui offrirent la couronne à Marguerite en 1389, comme ceux qui se rallièrent à eux dans les mois qui suivirent l’élection, étaient tous de riches magnats dont les lignages étaient ancrés au Conseil depuis plusieurs générations. Ces seigneurs cumulaient les revenus de domaines patrimoniaux étendus et ceux des vastes domaines de la Couronne autrefois détenus par le drots Bo Jonsson (Grip), terres dont ils avaient reçu la charge administrative deux ans plus tôt en qualité d’exécuteurs testamentaires42. Cette élite économique et politique puissante formait un large cercle jaloux de ses prérogatives au Conseil. C’est dans ce royaume que Marguerite et Éric de Poméranie après elle rencontrèrent les plus fortes oppositions à leurs tentatives d’affirmation du pouvoir royal.

  • 43 K. E. Löfqvist, Om riddarväsen, p. 267.
  • 44 NMD, n° 105, § 39.

31La vague de nominations au Danemark et en Suède à la veille du couronnement d’Éric n’a rien de surprenant. Porté à la tête des trois Maisons royales, Éric devait s’entourer d’un personnel nombreux, à la hauteur de son nouveau prestige. La cérémonie du sacre qui eut lieu à Kalmar en juillet 1397 s’accompagna d’ailleurs d’une série d’adoubements. Cent trente-trois seigneurs furent faits chevaliers, parmi lesquels de nombreux conseillers43. Ce recrutement massif témoigne aussi du renforcement dans ces royaumes du pouvoir monarchique désormais incarné par un roi majeur, élu et couronné. En multipliant le nombre de leurs conseillers, Marguerite et Éric se laissaient une marge de manœuvre confortable pour convoquer à l’avenir ceux les plus à même d’appuyer leur point de vue lors des assemblées. Ils pourraient ainsi mettre en pratique une des recommandations que Marguerite fit quelques années plus tard à son petit-neveu. Dans une longue lettre qu’elle lui adressa en 1405, elle suggérait au jeune roi de varier la composition du Conseil en convoquant les conseillers à tour de rôle, « tantôt les uns, tantôt les autres44 ».

  • 45 R. Schott, Les conseillers au service de la reine, pp. 388 sqq.

32Mais il faut aussi replacer l’ouverture des Conseils, et en particulier celle du Rigsråd danois qui forme en 1397 l’assemblée la plus pourvue avec une trentaine de membres actifs, dans le contexte de la genèse de l’Union de Kalmar. L’historiographie scandinave a longtemps présenté la supériorité numérique danoise comme la preuve de la volonté royale d’accorder le primat de l’Union au Danemark. Le Conseil norvégien, voué à disparition, aurait été réduit à la partie congrue. Or, cette thèse aujourd’hui dépassée doit être repensée non plus dans la perspective d’une union fédérale où les trois Riksråd seraient mis en concurrence, mais sous celui de l’union personnelle des trois Couronnes, dans laquelle les trois élites constitueraient un seul et même entourage royal. Telle était la vision que Marguerite se faisait de la construction politique qu’elle édifia. C’est la conclusion à laquelle je suis parvenue à l’issue de mes recherches45. Pour pouvoir gouverner conjointement trois royaumes, la jeune reine devait pouvoir compter sur un entourage efficace et coopératif. C’est pourquoi elle travailla à l’institutionnalisation des trois assemblées en renforçant leur vocation de représentation nationale. D’abord, elle ouvrit le recrutement des Conseils, non seulement danois mais aussi suédois, à de nouveaux groupes sociaux issus de la petite et moyenne aristocratie. Les intérêts de la classe politique se voyaient ainsi plus largement représentés. Ensuite, elle intégra au Conseil des conseillers issus des régions périphériques et des zones frontières. Alors que les anciennes élites étaient essentiellement originaires des régions traditionnellement au cœur du pouvoir — les îles danoises et l’Uppland suédoise —, les nouvelles recrues provenaient des régions frontalières de l’Union : des seigneurs émigrés des royaumes scandinaves voisins, représentants d’une aristocratie transnordique, mais aussi des petits seigneurs originaires du douaire de Marguerite, auxquels la reine avait permis le cumul d’offices de part et d’autre des frontières de ses royaumes. Elle donna donc à de nouvelles régions, jusque-là sous-représentées, l’opportunité de participer à la décision politique. En transformant le Conseil en porte-parole d’une classe politique plus large et en représentation plus fidèle du territorium regni, Marguerite participait à la promotion du Conseil en tant qu’organe étatique. Et par la même occasion, elle travaillait au renforcement et à la légitimation du pouvoir monarchique.

  • 46 K. Erslev, Danmark Historie, K. G. Westman, Svenska rådets historia, E. Lönnroth, Sverige och Kalma (...)
  • 47 Pour le Danemark, voir J. E. Olesen, Rigsråd-Kongemakt-Union et U. G. Madsen, « Det danske Rigsråd  (...)
  • 48 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles.

33Le rôle du Riksråd en politique est un sujet qui a été largement discuté par les historiens scandinaves depuis le milieu du xixe siècle46. L’un des points les plus âprement débattus a été le rapport de l’institution au pouvoir royal : le Conseil du royaume constituait-il une instance aristocratique visant à défendre les intérêts de ses membres ou, au contraire, un instrument monarchique au service du souverain ? Depuis une soixantaine d’années, les historiens ont envisagé une troisième voie. Grâce à une analyse des composantes de l’assemblée, ils ont montré que le Conseil du royaume pouvait endosser les deux rôles à la fois. Le Riksråd devenait par conséquent un poste d’observation précieux des relations de pouvoir entre la royauté et l’aristocratie47. Si on met en parallèle les historiographies nationales, il ressort que les trois Riksråd nordiques n’avaient pas la même prééminence dans le gouvernement de leur pays respectif. Dans le royaume héréditaire de Norvège où les rois jouissaient d’une grande légitimité et où le pouvoir monarchique était fortement centralisé, le Conseil du royaume avait toujours été un organe de gouvernement entre les mains du monarque. Mais dans les royaumes électifs de Danemark et de Suède où l’aristocratie faisait et défaisait les rois, le Riksråd était surtout, pour reprendre l’expression de Bernard Guenée, un « lieu de dialogue entre le Prince et le pays48 ».

34La question des rapports entre les Riksråd nordiques et le souverain se pose avec plus d’acuité encore durant la régence de Marguerite. Ces relations ont longtemps été réduites à un bras de fer entre une institution représentative des intérêts d’une aristocratie nationale, et une régente danoise autoritaire aux ambitions centralisatrices. Ce serait donc une aristocratie soumise qui aurait, en désespoir de cause, entériné le projet d’union personnel et héréditaire de la reine. Pourtant, si Marguerite, femme de poigne, fit preuve d’une grande autorité en vertu des pouvoirs qui lui furent conférés par l’aristocratie elle-même, elle fut loin d’être le despote décrit par les chroniqueurs suédois des xve et xvie siècles. Elle n’avait d’ailleurs pas eu les moyens de s’imposer comme tel. Tout tend à prouver, au contraire, que la reine fit preuve d’une souplesse avisée, jouant sur les anciennes structures politiques et les nouveaux modes de gouvernement, louvoyant entre le maintien des anciennes familles au pouvoir et des nouvelles recrues, et harmonisant les trois élites politiques pour faciliter la centralisation de l’Union. Pour imposer ses réformes, elle joua avec habileté sur les différents cercles de son entourage politique et modela son Conseil, tant du point de vue des personnalités choisies que de leur nombre.

35L’étude des effectifs des riksråder et de leur fluctuation tout au long de la régence de Marguerite témoigne des tentatives de la reine pour s’imposer dans trois royaumes aux cultures politiques différentes et pour faire avancer son projet d’union des trois Maisons royales nordiques. Celui-ci fut entériné le 13 juillet 1397 à Kalmar. Quelques jours plus tard, dans la même ville suédoise, plusieurs seigneurs se réunirent pour poser les fondements politiques de l’Union. L’assemblée comptait douze conseillers laïcs et cinq ecclésiastiques, parmi lesquels quatre représentants norvégiens, six Danois et sept Suédois. Même si elle ne se définit pas en tant que telle, cette assemblée, qui répond en tout point aux normes fixées par la loi nationale suédoise, constitue le premier Riksråd nordique de l’Union de Kalmar et se fait, à n’en pas douter, l’expression d’une centralisation royale réussie.

Notes

1 Il existe plusieurs monographies sur la vie et le règne de Marguerite. Voir en priorité celle du Suédois M. Linton, Drottning Margareta, et celle de la Norvégienne E. Haug, Margrete — den sidste dronning i Sverreætten. Un catalogue très complet, imprimé à l’occasion des 600 ans de la création de l’Union de Kalmar, Margrete 1. Nordens Frue og Husbonde, rassemble des articles de premier ordre.

2 « Fullmäktiga fru och rätta husbonde ». Nous avons préféré à la traduction de « dame et maîtresse » proposée par Lucien Musset une autre plus littérale, qui nous semble mieux justifier les pleins pouvoirs obtenus par Marguerite après la mort de son fils, pouvoirs bien supérieurs à ceux habituellement concédés à un(e) régent(e). Voir L. Musset, Les peuples scandinaves, p. 301.

3 Le terme suédois et norvégien de « Riksråd » devient « Rigsråd » en danois.

4 J.-P. Genet, « Les conseillers du prince », p. 119.

5 L’Union fut menacée à plusieurs reprises de dissolution. Mais elle ne prit fin qu’en 1523, date à laquelle Gustav Vasa fut élu roi de Suède. La Norvège resta attachée au royaume de Danemark dont elle demeura la province jusqu’en 1814, date de son indépendance. J.-J. Fol, Les pays nordiques, pp. 58 sqq.

6 Dans le royaume de Suède, la coutume voulait qu’une assemblée du royaume fût chargée d’élire le souverain à Mora Sten, aux environs d’Uppsala. Elle comprenait un collège électoral de douze hommes « prudents et sages », désignés par les juges (lagmän) des provinces du royaume et plébiscités par les habitants de ces régions. Voir C. Péneau, Le roi élu, pp. 55-203.

7 Voir T. Lindkvist, « Droit et genèse de l’État ».

8 Magnus Eriksson landslag (MEL), § ix, p. 8.

9 Diplomatarium Danicum (DD), rk II-8, n° 176.

10 Norske middelalder documenter (NMD), n° 68.

11 Pourquoi douze ? On serait tenté de faire le rapprochement avec le nombre des chevaliers de la Table ronde ou des apôtres. Notons qu’il s’agit de douze seigneurs laïcs : quel rapprochement peut-on faire avec les douze pairs et membres naturels du Conseil en France ? Dans la tradition scandinave, enfin, la décision de l’élection royale revenait à un collège composé de douze électeurs. Ce nombre semble avoir été très symbolique. Sur cette symbolique et son usage dans le contexte germanique, voir les remarques et références citées par J. Peltzer dans le présent volume (pp. 18-20).

12 DD, rk. II-8, 176, § xiv : « in consilio Regis […] stricto ». Les sources normatives danoises disent peu des effectifs du Conseil. Pour l’époque d’Éric de Poméranie, l’historien danois Jens E. Olesen précise que le Rigsråd rassemblait communément une trentaine de membres ecclésiastiques et laïcs ; voir J. E. Olesen, « The governmental System », p. 58.

13 Sa grand-mère paternelle était la fille du roi de Norvège Håkon V et sa mère était une lointaine descendante de Birger Jarl. En vertu de cette double origine royale, Håkon Jonsson (Sudreim) était vraisemblablement l’héritier du trône des Folkungar après Olaf.

14 Diplomatarium Norvegicum (DN), III, n° 478 : « ac coram nobis et coram aliis regni Norwegie consiliariis ».

15 NMD, n° 96 : « oc allara adra vaare godra manna som her nu i hia oss vara aa fredagenn nesta for Bartholomeus messo aa fiorda aare rickis Norgis ».

16 Norges Gamle Love (NGL), III, n° 119. La taxe appelée sekkjagjald représentait environ 5 % de la valeur des marchandises importées. H. Magerøy, Soga om austmenn, p. 225.

17 NGL, III, n° 119 : « alt rikis raad wort ».

18 À partir de 1480, les sources attestent de l’existence de deux Conseils, l’un à Bergen et l’autre à Oslo, voir J. T. Larsen, Det norske Riksråd, pp. 106-107.

19 Il s’agit de la première partie de ma thèse de doctorat, voir R. Schott, Les conseillers au service de la reine, pp. 34-157.

20 Henrik Lerdam a retracé les itinéraires royaux entre 1375 et 1439 (H. Lerdam, Kongen og tinget, pp. 273-302). Le pouvoir royal était encore largement itinérant à la fin du xive siècle : pourtant, la régence de Marguerite témoigne de son progressif enracinement au Danemark, royaume qui devint plus tard le centre politique de l’Union.

21 L’obtention d’une charge de l’administration territoriale, avec les revenus que celle-ci supposait, constituait sans doute pour le Prince le moyen de récompenser ses conseillers. À ce propos, voir les travaux de Raymond Cazelles sur le traitement des serviteurs du roi, R. Cazelles, La société politique, pp. 359 sqq. Pourtant, aucun des actes dépouillés n’établit de lien direct entre la fonction de conseiller et l’octroi d’un office à titre de rémunération.

22 Ainsi, la famille danoise des Lunge, dont plusieurs conseillers de Marguerite étaient issus, témoigne d’une homonymie récurrente : Oluf Olufsen (Lunge), fils d’Oluf Lunge, avait un fils baptisé du même nom que lui. Voir famille « Lunge », dans Danmarks Adels Aarbog (DAA), XIX, pp. 305-317.

23 De solides études d’onomastique permettent d’identifier les conseillers, aussi bien dans leurs lignages que sur le territoire des royaumes scandinaves. Pour le Danemark, outre l’annuaire de la noblesse danoise (DAA), on retiendra l’ouvrage de J. P. Trap, Kongeriket Danmark. Pour la Suède, il existe le précieux Äldre svenska frälsesläkter ättartavlor. J. Ramsay, Frälsesläkter i Finland intill Stora ofreden, reste un outil incontournable pour les lignées finlandaises. L’aristocratie norvégienne est moins bien pourvue. Voir toutefois le dictionnaire biographique norvégien (Norsk Biografisk Leksikon) et l’inventaire commenté des sceaux norvégiens dans Norske sigiller fra Middelalderen.

24 O. Ferm, « Transformations sociales », pp. 57-58.

25 MEL, « Konungsbalken », IX, § i, p. 8.

26 J. T. Larsen, Det norske Riksråd, pp. 97 sqq.

27 La province ecclésiastique danoise de Lund comptait six évêchés (Roskilde, Ribe, Århus, Odense, Viborg et Børglum) et la province ecclésiastique de Nidaros, quatre diocèses continentaux (Bergen, Oslo, Stavanger et Hamar) et cinq insulaires (Skálholt et Hólar en Islande, Gardar au Groenland, le diocèse des îles Féroé et celui des Orcades). Les évêques norvégiens des diocèses insulaires participaient aux réunions du Conseil du royaume norvégien à titre exceptionnel. Leur situation excentrée explique peut-être leur discrétion, à moins qu’ils n’aient pas bénéficié du statut de « membres de droit », J. T. Larsen, Det norske Riksråd, pp. 50 sqq.

28 J. E. Olesen, « The governmental System », p. 58.

29 O. Alin, Bidrag til Svenska Rådets Historia, pp. 21-22.

30 R. Cazelles, La société politique, pp. 305 sqq.

31 NMD, n° 60 (31 août 1314, Oslo).

32 À propos de la chancellerie suédoise, voir H. Schück, « Kansler och capella regis ».

33 O. J. Benedictow, « Norge », pp. 26 sqq.

34 Le recrutement était à l’origine d’une forte rivalité entre les anciens et les nouveaux conseillers : « à l’expérience des premiers s’oppose l’impatience des seconds », selon É. Mornet, « Âge et pouvoir », p. 151.

35 La plupart siégeaient au Conseil jusqu’à leur mort. Seul l’évêque de Bergen, Jakob Jensen, fit l’objet d’une résignation en 1401 après avoir été plusieurs années absent de la scène politique ; voir DN, 2, n° 565 (8 septembre 1400, Kalmar).

36 Une maladie pouvait retenir un seigneur dans son manoir. Ainsi, Karl Magnusson (Örnfot), mort en 1421 à 68 ans, apparaît-il une dernière fois au Conseil en 1396. La chronique de Vadstena raconte : « Le premier jour du mois de décembre mourut le noble seigneur Karl Magnusson, chevalier émérite, qui pendant de longues années fut atteint de paralysie » (Diarium Vadstenense, p. 181, § 329). Certains conseillers étaient sans doute mis en retraite. Cette révocation en douceur pouvait s’accompagner d’un dédommagement sous forme de fief en gage (pantlän) ou d’office. En 1401, plusieurs conseillers laïcs s’effacèrent du Conseil, dont Gaute Eiriksson (Galtung). En 1400, il avait obtenu de la reine le sysle de Nordmøre et ses revenus, voir NMD, n° 105 (21 janvier-15 février 1405). Enfin, un conseiller danois, Tue Galen, fut manifestement écarté du Conseil dans les années 1380 en raison de son rapprochement avec les ducs de Mecklembourg. Dans un même temps, il perdit son office de gouverneur de Scanie et ses biens furent confisqués au profit de la Couronne. Ce seigneur, toujours vivant en 1401, fit l’objet d’une disgrâce. À ce sujet, voir E. Ulsig, Danske Adelsgodser i Middelalderen, pp. 199 sqq.

37 Rien dans les textes normatifs scandinaves ne permet de définir les attributions exactes d’une régente désignée « dame toute-puissante et seigneur légitime ». Dans la pratique, Marguerite disposa de pouvoirs étendus, en particulier sur les terres de son domaine qui s’étendait sur la région de Halland au Danemark, de Bohuslän en Norvège et de Västergötland, Värmland et Östergötland en Suède. Sur ces terres, la reine conservait des prérogatives importantes, notamment en matière de nomination des officiers, B. Fritz, Hus, land och län, t. I, pp. 136 sqq.

38 La lettre que Marguerite écrivit à Éric de Poméranie en 1405 laisse penser que la reine avait la haute main sur les affaires de ce royaume. Voir R. Schott, « Marguerite, ses officiers et la lettre d’instructions à Erik de Poméranie (1405) ».

39 En 1343, Valdemar montait sur le trône d’un royaume démantelé par les feudataires allemands et par son voisin suédois. En une vingtaine d’années, ce roi des « nouveaux jours » restaura le royaume dans ses frontières initiales, A. E. Christensen, Kongemagt, pp. 179 sqq et E. Ulsig, « Valdemar Atterdags mænd ».

40 Le traité de paix signé à Stralsund en 1370-1371 entre le Danemark et la Confédération des villes hanséatiques laissait à Henning Podebusk la charge administrative des forteresses de Scanie et le droit de collecte des droits de douanes qui frappaient le passage du Sund. Voir M. Linton, Drottning Margareta, pp. 42 sqq.

41 Voir R. Schott, Les conseillers au service de la reine, pp. 105-108, 142.

42 M. Linton, Drottning Margareta, p. 169.

43 K. E. Löfqvist, Om riddarväsen, p. 267.

44 NMD, n° 105, § 39.

45 R. Schott, Les conseillers au service de la reine, pp. 388 sqq.

46 K. Erslev, Danmark Historie, K. G. Westman, Svenska rådets historia, E. Lönnroth, Sverige och Kalmarunionen ou encore J. Schreiner, « Høvdingmøte og Riksråd » pour la Norvège.

47 Pour le Danemark, voir J. E. Olesen, Rigsråd-Kongemakt-Union et U. G. Madsen, « Det danske Rigsråd ».

48 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search