Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

I. Dire le nombre des serviteurs et curiaux

Les Ordinacions de la Casa i Cort de Pierre IV d’Aragon et le nombre des serviteurs royaux

Alexandra Beauchamp

Texte intégral

  • 1 Jaume III rei de Mallorca : Lleis palatines, éd. Ll. Pérez Martínez et alii ; G. Kerscher, « Die St (...)
  • 2 La première publication des ordonnances de 1344 date de 1850 : P. de Bofarull y Mascaró,Ordenacion (...)

1Quelques années à peine après la publication des ordonnances de l’Hôtel du dauphin de Viennois, le roi Pierre IV d’Aragon adapte les Leges palatinae promulguées le 9 mai 1337 par son cousin et beau-frère le roi Jacques III de Majorque, qu’il vient juste de chasser de son royaume et de destituer1. Si on ignore encore la date à laquelle le roi d’Aragon met la main sur ces ordonnances latines de l’Hôtel majorquin, il semble désormais acquis que les Ordinacions de la Casa i Cort du roi Cérémonieux, promulguées à leur tour le 18 octobre 1344, à l’issue d’un processus de rédaction auquel le roi collabore activement, sont loin d’en être une simple traduction catalane, malgré leur fidélité au texte latin2.

  • 3 Ces législations de la fin du xiiie et du début du xive siècle ont été étudiées par M. Vanlandingha (...)
  • 4 Sur ce dernier aspect, voir par exemple les articles de J. Sáiz Serrano et M. Narbona Cárceles da (...)

2Ce corpus de 148 articles, définissant l’organisation hiérarchique de la Casa i Cort, la nature du service de ses officiers domestiques, administratifs et financiers comme l’étiquette et le train devant régner à la Cour et au palais, est loin d’être la première démarche normative des rois d’Aragon à ce sujet3. Mais les historiens accordent aux Ordinacions une place centrale dans l’histoire de la royauté aragonaise, par leur ampleur et la persistance du modèle d’organisation et de vie curiale qu’elles définissent4.

  • 5 M. Vale, The Princely Court, pp. 202-204 ; G. Kerscher, « Die Strukturierung des mallorquinischen H (...)
  • 6 H. Finke soulignait dès le début du xxe siècle combien on retrouvait dans les Ordinacions de Pierre (...)
  • 7 B. Palacios Martín, El « Manuscrito de San Miguel de los Reyes », pp. 20-22.

3Les Ordinacions de Pierre IV sont aussi considérées comme l’un des exemples précoces de régulation princière de l’étiquette et du protocole curiaux5. Si c’est sans conteste l’une des ambitions majeures de ce roi dit Cérémonieux, très préoccupé par le respect des préséances et de son rang, on peut y voir bien d’autres desseins. Dans la mesure où l’essentiel des offices définis dans les Ordinacions sont déjà exercés et documentés auparavant sous le règne de Pierre IV et de ses prédécesseurs, mais ne sont que partiellement codifiés, on peut considérer que ce texte — et avant lui, les Leges palatinae — institutionnalise le fonctionnement domestique et administratif de l’Hôtel royal6. Bonifacio Palacios Martín y lit une « préoccupation quasi obsessionnelle » du roi pour conserver l’ordre en son Hôtel et ménager ainsi son autorité. Il s’agit à ses yeux d’une « finalité légitimatrice » qui « en régulant les comportements des personnes et le fonctionnement général des institutions de la cour » a aussi pour ambition de fixer l’ordre « relativement nouveau » d’une monarchie aragonaise de plus en plus bureaucratique qui entend imposer un gouvernement efficace7.

  • 8 A. Beauchamp, « Ordonnances et réformes ».

4Nous analyserons ici dans quelle mesure le discours de ces ordonnances sur le nombre des officiers de la Casa i Cort contribue à imposer une norme de comportement à ceux qui sont les premiers à mettre en œuvre l’ordre royal : l’entourage domestique et « l’équipe gouvernementale » de Pierre IV. Nous montrerons que tout en offrant une garantie de qualité du service rendu au roi, ce discours participe d’un processus organiciste et réformateur engagé dès le début de son règne : en 1336, lorsque le roi accepte d’appliquer des conseils « réformateurs » prônant l’adéquation du nombre des serviteurs aux ressources royales et le contrôle des effectifs de son Hôtel ; puis à partir de 1339, lorsqu’il ordonne des enquêtes générales à l’encontre des officiers royaux, et particulièrement des serviteurs politico-administratifs de son Hôtel8.

5 Pour ce faire nous verrons que le nombre des serviteurs du roi, s’il est assez précisément défini dans les Ordinacions de la Casa i Cort de Pierre le Cérémonieux, ne constitue qu’un cadre souple à l’ampleur de l’Hôtel « en service » ; il y est conçu comme un organisme à géométrie très variable, en fonction des besoins royaux et des absences des officiers, anticipés par le texte. La définition des effectifs y constitue néanmoins un garde-fou pour limiter les dépenses et l’ampleur de l’Hôtel et contribue à faire des Ordinacions un instrument de référence pour une saine gestion comptable de la Casa i Cort.

I. — UN TEXTE GARANT DE LA QUALITÉ DU SERVICE RENDU, QUI QUANTIFIE L’AMPLEUR DE L’HÔTEL

  • 9 « … se deu haver esgart en la distribució de sengles officis que a una persona, quant que sia exerc (...)
  • 10 Sur la distinction entre charges honorifiques et charges plus domestiques, et le statut social de l (...)
  • 11 À titre d’exemple, la nomination de panicers comuns est ainsi justifiée : « alcunes coses a l’offic (...)
  • 12 « E encara que varietat de officis en diverses persones distribuÿda noblea alguna e bellea en lo re (...)

6Les Ordinacions de la Casa i Cort offrent un tableau vivant et détaillé du service curial, tel que le roi entendait qu’il soit rendu à sa royale personne. D’entrée de jeu, leur prologue général argue de la qualité du service des membres de l’Hôtel. Cette exigence pose le principe du recrutement d’individus idoines et du non-cumul des offices de l’Hôtel9 ; elle suscite aussi une organisation hiérarchique stricte, sous la tutelle des quatre grands offices (majordomes, chambellans, chancelier et maestre racional), dont les deux premiers comptent aussi bien des membres de l’Hôtel détenteurs de charges honorifiques et politico-domestiques que des serviteurs exerçant de fait sous leur responsabilité des charges domestiques10. La définition précise de la fonction de chacun garantirait le respect du rang et du statut individuel des officiers11 ; elle ménagerait non seulement le bon fonctionnement de l’Hôtel mais aussi l’harmonie et la beauté du corps, auquel la Casa i Cort du roi est assimilée12. C’est pourquoi les différents articles des Ordinacions peuvent être considérés comme des sortes de « fiches de poste » des officiers curiaux.

  • 13 K. Schwarz, Aragonische Hofordnungen, pp. 41-42.
  • 14 « … e per tal que cascun dels dits officials, sotsofficials e ajudans d’aquells sàpien e no pusquen (...)

7De fait, l’un des intérêts principaux de ce texte pour les officiers — comme pour les chercheurs comme le soulignait Karl Schwarz, dès 1914 — est « la définition de leurs droits et devoirs jusqu’aux plus petits13 ». Grâce aux Ordinacions aucun des serviteurs du roi ne saurait ignorer ni négliger son rôle individuel et sa contribution au bon fonctionnement de l’organisme ainsi défini et à la grandeur royale. C’est pourquoi Pierre IV ordonne, dans la déclaration finale qui clôt ce texte, que tous les officiers en détiennent une copie ainsi que du chapitre relatif à leur office14. Obligation leur est donc faite de connaître ce qu’implique leur charge, comme il est rappelé aux escuders de la cambra :

  • 15 Ord., p. 95.

Per tal que en los dits serveys no sien negligents, volem que cascú dels dits escuders de la ordinació nostra feta de l’offici dels camarlenchs, e encara d’aquesta present, translat en escrits hagen e tenguen per tal, ço és, que mils en les coses faedores pusquen ésser savis e diligents15.

  • 16 Ord., pp. 16 et 19 ; B. Palacios Martín, El « Manuscrito de San Miguel de los Reyes », pp. 14-15. D (...)

8Ces ordonnances sont aussi conservées aux archives royales de Barcelone, et pour en faciliter la consultation — et on suppose l’application — elles sont diffusées dans les palais des différents royaumes et territoires de la couronne d’Aragon16.

9Cette exigence de qualité n’est pas sans conséquences sur le discours des Ordinacions sur le nombre des serviteurs royaux : elle implique d’une part que les officiers soient nommés en nombre suffisant, qu’ils soient d’autre part assez nombreux à être présents aux côtés du roi et donc qu’ils soient remplacés en cas d’absence.

Le nombre des serviteurs : des données chiffrées relatives

  • 17 Ce total exclut les conseillers, détenteurs de ce titre privilégié mais pas toujours d’un office au (...)
  • 18 L’article consacré aux cavallerices, responsables des écuries royales, évoque en une seule phrase l (...)
  • 19 Ord., pp. 78-82.
  • 20 Il revient aux rebosters majors de garder la vaisselle précieuse du roi, d’en tenir l’inventaire, d (...)
  • 21 Ord., pp. 131-132.
  • 22 L’expression « covinent nombre » est utilisée pour qualifier les hommes d’armes « en cert nombre » (...)

10L’Hôtel royal aragonais défini par les Ordinacions compterait un minimum de 266 personnes, titulaires de 91 ou 92 offices distincts17. Ce décompte des effectifs théoriques de l’Hôtel résulte d’une lecture minutieuse du texte car certains des 76 articles ou rubriques portant sur la définition des charges concernent plusieurs officiers d’un même « service », dont certains ne sont que brièvement mentionnés18. Ce total doit en outre s’envisager avec prudence car ne sont vraisemblablement cités dans les Ordinacions que les cadres de l’Hôtel, les chefs d’équipe, aux fonctions plus ou moins honorifiques, qui dirigent une foule de petites mains. Les écuries royales ne sont confiées qu’à 12 hommes (chargés à la fois de la préparation, du soin des montures et de l’entretien des lieux), dont deux cavallerices écuyers, leur sotscavalleriz, le menescal et huit hòmens de la escuderia, les seuls à être qualifiés de serviteurs (macips)19. En outre, certains articles utilisent des vocables variés pour désigner un même officier d’où, à plusieurs reprises, la difficulté à déterminer si ces variations de terminologie ne concernent pas différents offices. C’est le cas dans l’article consacré aux rebosters majors et à leurs hommes, qui évoque un sotsreboster, dont la fonction est bien définie, mais aussi des ajudants del rebost, en nombre indéterminé, qui pourraient désigner les deux rebosters comuns, cités dans l’article suivant20. Il faut enfin d’autant plus relativiser ce compte des titulaires d’offices qu’il n’est pas systématique : les Ordinacions prévoient que des endreçadors de conciència fassent bénéficier le roi de leur sagesse, mais sans déterminer leur nombre21. Ce qui prime dans ces grandes ordonnances de 1344, plus que le nombre absolu, c’est avant tout le nombre adéquat d’officiers de valeur pour encadrer le personnel22.

  • 23 Dans ces ordonnances, la nomination de plusieurs officiers pour le même office est prévue pour 52 o (...)

11Ce nombre adéquat, garant de la qualité du service attendu, implique que le roi puisse, le cas échéant, s’appuyer sur plusieurs titulaires d’un même office23. C’est une idée récurrente dans les préambules des articles qui, sous prétexte de sage prudence, affirment qu’il vaut mieux être plusieurs pour effectuer des tâches difficiles en un temps limité, telle cette entrée en matière de l’article sur les six fauconniers royaux (falconers) sous les ordres du grand fauconnier (falconer major) :

  • 24 Ord., p. 84.

no és noveyll ne descordant a rahó que aquelles coses qui per sengles no·s poden complir per molts coadjutors fin reeben preoptada, con defícil ans encara quaix imposible sia moltes coses e diverses per un, mayorment en una metexa hora, fin perfecta reportar24.

12De même, l’article consacré à l’officier « portant aygua a la boteylaria », qui approvisionne le palais en eau, comporte-t-il ce bref préambule :

  • 25 Ord., p. 62.

per orde de rahó són estrets que diverses officis de nostre palau a diverses persones acabadors cometam per tal que per defalliment de ministres los officis no romanguen no complits et confusió, la qual en nostre palau en los nostres temps aborrem, aytant con porem esquivem25.

  • 26 « Item quel senior rey no tinga en un offici sino un official per zo quen sia guardat de messio e q (...)

13Cette nomination de plusieurs officiers titulaires d’un même office, intervient donc en contradiction avec le principe de nomination d’officiers « uniques », établi dans une ordonnance du roi Alphonse le Libéral, en 1288, justifié par des raisons financières et de qualité du service26.

  • 27 « … stablim que I, o si mester és, pus ministres bon e faels qui·l boteyler deputarà sien elegits e (...)
  • 28 « Ultra la usança de nostres predecessors alscuns officis novellament havem ordenats e a alscuns an (...)
  • 29 Ces deux aspects, brièvement évoqués dans A. Beauchamp, « Ordonnances et réformes », pp. 563-564, r (...)

14Mais le nombre requis de serviteurs doit surtout d’après les Ordinacions être proportionné à la tâche à effectuer. Le texte prévoit qu’en fonction des nécessités, le nombre des titulaires puisse être accru, comme dans l’article consacré à l’officier « portant aygua a la boteylaria », qui peut, si besoin, se voir adjoindre des homologues27. C’est d’ailleurs l’une des justifications de la promulgation des Ordinacions, selon leur prologue28. Ces façons d’envisager les effectifs de serviteurs princiers et l’intervention postérieure du roi sur le nombre de chacun, contribuent à faire de ces ordonnances de 1344 une référence modulable. De fait, on ne constate pas d’adéquation parfaite, dès les années 1340, entre le nombre des officiers défini dans les Ordinacions et celui des hommes de l’Hôtel gagés par Pierre IV, de même qu’il revient par la suite à plusieurs reprises sur la définition des effectifs de certains services29.

Obligation de présence, absence et remplacement des officiers

  • 30 Il prévoit d’assigner des logements dans un premier temps aux « officials e a lurs officis, los qua (...)
  • 31 Ce caractère impératif du service royal est exprimé de façon récurrente par des expressions du type (...)
  • 32 « … volem ésser dos en nombre axí que·l defalliment de la absència o de la occupació de la un l’alt (...)
  • 33 Ord., pp. 112-113. Ils partagent cette mission de protection du roi avec les « uxers d’armes » et l (...)

15La qualité du service attendu par Pierre IV, dépendant d’un nombre de serviteurs proportionné à l’ampleur de la tâche à effectuer, implique de surcroît que les officiers respectent leurs obligations et notamment celle d’être présents à la Cour. L’article définissant le rôle du posader (celui qui organise les logements du roi et de la suite royale en déplacement) distingue les officials et lurs officis — entendre les officiers politico-administratifs et leurs équipes, qui du fait de leur charge doivent le servir au palais —, des courtisans, conseillers et domestiques suivant la Cour, sans que cette distinction ne permette de comptabiliser les effectifs itinérants ou qui doivent être présents au quotidien aux côtés du souverain30. Car le caractère impératif du service royal n’implique pas que tous les tenants d’un même office œuvrent de concert auprès du roi, ni qu’ils exercent leur office dans son entourage immédiat31. Si la plupart des articles définissent le nombre des titulaires d’une même charge et affirment leur indispensable concours, ils soulignent aussi que le roi entend bénéficier en permanence de la présence d’une partie d’entre eux ; celle de tous n’est donc pas systématiquement requise. Les Ordinacions justifient ainsi la nomination de 2 chambellans (camarlenchs) pour qu’un d’entre eux au minimum soit auprès du souverain, telle une ombre protectrice32. Parmi les 20 porters de massa prévus par les Ordinacions, seuls 4 ont une obligation de présence au palais, pour surveiller la table où le roi se restaure, les mets durant leur transfert entre la cuisine et la table royale, et les portes de la pièce où il se trouve33.

  • 34 « … en tal manera faents que totstemps almenys un cavall o dos prop sien de la cambra on Nós jaurem (...)
  • 35 « I dels metges dins la casa nostra jaer deurà, per tal que si per aventura aquella hora a Nós o a (...)
  • 36 Ce service tournant entre les différents officiers semble suggéré dans l’article portant sur les si (...)

16Cette exigence de qualité sous-entend que le service doit s’effectuer rapidement par des officiers réactifs à toute demande royale. Le souverain prévoit par exemple que les cavallerices, responsables des écuries royales, veillent, avec leur sotscavalleriz, à ce qu’il dispose toujours d’un ou deux chevaux prêts à être montés34 ; il doit aussi pouvoir compter sans délai, de jour comme de nuit, sur l’un de ses médecins et de ses secrétaires, qui dormiront sur place35. Cette présence obligatoire d’un ou plusieurs tenants d’un même office doit correspondre à un service tournant entre les titulaires, autrement dit à une présence à temps partiel, qui n’est cependant mentionnée qu’à une occasion dans ces ordonnances, mais qui est documentée par ailleurs36.

  • 37 Les cinq hommes du sobreazembler sont responsables de l’organisation des transports des hommes et b (...)
  • 38 J’ai par exemple montré dans ma thèse inédite combien il revient à nombre d’officiers administratif (...)

17En outre, malgré l’affirmation récurrente du caractère obligatoire de la présence des serviteurs auprès du roi, ce texte ne cesse d’envisager leurs éventuels « absència », « defalliment » ou « empatxament ». Il fait ainsi preuve de pragmatisme. Outre les maladies et obligations personnelles éloignant potentiellement les officiers de l’Hôtel royal, de nombreux articles prévoient que certains — en plus de l’équipe du sobreazembler et du posader dont c’est la fonction — s’éloignent régulièrement de la Cour pour anticiper ses déplacements et organiser son installation dans ses différents lieux de résidence37. On compte en outre parmi les hommes de l’Hôtel de fidèles conseillers du roi, constituant le premier cercle de confiance dans lequel il puise pour réaliser des missions délicates ou importantes hors de l’Hôtel38.

  • 39 Ord., pp. 53-56. Le majordome natif du territoire où la Cour réside est très sollicité les jours de (...)
  • 40 Ord., pp. 57-59. Il en va de même pour les absences des deux boteylers majors et du sotsboteller (O (...)

18Pour éviter que ces absences ne privent le roi du service attendu, la majorité des articles des Ordinacions définissent un dispositif de substitution. L’article sur les trois majordomes de rang nobiliaire, supérieurs hiérarchiques des officiers de bouche et des responsables de la logistique du palais, prévoit que l’essentiel du service repose sur le majordome noble, natif du royaume où le roi réside alors39. Cette procédure, conférant à tour de rôle la supériorité hiérarchique à l’un des trois titulaires (respectivement natifs du royaume d’Aragon, du royaume de Valence ou de celui de Majorque, et de la principauté de Catalogne), répond à la volonté d’honorer la relation personnelle étroite entre le souverain et chacun des territoires de la couronne d’Aragon. Mais ce principe cesse lorsque le majordome « national » est empêché : il est remplacé par l’un de ses homologues nobles ou par le plus ancien des deux majordomes simples chevaliers qui leur sont soumis. En général, les différents articles des Ordinacions dressent la liste précise des remplaçants éventuels, quitte à définir l’ordre de substitution par rang hiérarchique au sein de l’office, puis les membres des autres offices « mobilisables ». Ils n’ignorent pas non plus que ces remplacements peuvent dépeupler des offices pour lesquels la présence d’un titulaire s’impose, et anticipent ce désagrément. On le perçoit dans l’article consacré aux deux copers, chargés de verser le vin du roi à table et de le goûter40. L’un au moins doit pouvoir servir le roi. Aussi, en cas de défaillance des deux, leur supérieur hiérarchique, le majordome, leur désigne un remplaçant parmi les membres juniores — « juniores » par opposition au plus ancien des titulaires — des offices comptant deux ou trois titulaires ou parmi les six escuders de cambra, responsables des boissons consommées par le roi dans sa chambre.

19Il ne faudrait pas se méprendre sur le sens de ces dispositifs de substitution : plus qu’une volonté d’être entouré par un nombre conséquent de serviteurs, on y lit surtout une volonté du roi de voir ses besoins matériels, administratifs ou moraux satisfaits immédiatement, de bénéficier de la qualité de service qui lui sied et de garantir sa sécurité.

  • 41 C’est pourquoi, au-delà de l’organisme défini par les ordonnances, on peut appliquer au cas aragona (...)
  • 42 On ne saurait donc simplement se réjouir d’y voir, comme K. Schwarz en son temps, un exemple rare e (...)

20C’est pourquoi, malgré leur grande précision, il serait vain de vouloir tirer des Ordinacions, un tableau chiffré de l’Hôtel royal. Car ce texte souligne bien que les désirs ponctuels du roi, l’actualité du pouvoir et de son itinérance, le calendrier des banquets et fêtes religieuses, comme les missions extérieures confiées aux serviteurs royaux ou leurs nécessités personnelles peuplent ou dépeuplent ponctuellement l’entourage royal, dont les effectifs varient sans cesse41. Le chiffre global des 266 titulaires d’office dans l’Hôtel apparaît alors comme un horizon indicatif plus qu’impératif et l’information chiffrée offerte par ces ordonnances doit être utilisée avec précaution42. Si elles pouvaient avoir pour vocation d’orienter le nombre des recrutements et les missions de chaque office, ces Ordinacions ne présentaient qu’indirectement aux contemporains une vision chiffrée globale des effectifs au service du roi. Elles leur offraient en revanche un cadre légal précis et contraignant pour rémunérer les serviteurs royaux, sanctionner leurs manquements, voire limiter les dépenses liées à la « masse salariale » de l’Hôtel. À ce titre, la précision des Ordinacions sur le nombre des serviteurs n’est pas anecdotique.

II. — UN « RÈGLEMENT INTÉRIEUR » À VOCATION COMPTABLE POUR LE SCRIVÀ DE RACIÓ

  • 43 « Entre les sol·licituts reyals per les quals a la utilitat de la cosa pública és conseylat e honor (...)

21Suivant l’analyse d’Anne Lemonde dans sa contribution au présent volume sur les ordonnances dauphinoises contemporaines de celles de Pierre IV, on peut considérer que, dans les Ordinacions aragonaises, la définition du nombre des serviteurs pour chaque « poste » participe d’un discours sur la mesure attendue du bon prince, contrôlant avec rigueur la taille de sa Maison ; elle a pour vocation de limiter les recrutements excessifs et les dépenses de l’Hôtel auxquels le prince réformateur ne saurait se laisser aller. Le préambule de l’article des Ordinacions consacré au maestre racional donne à ce titre une savoureuse illustration des injonctions paradoxales s’imposant au prince : dépenser avec mesure tout en étant magnanime en sa demeure, ordonnée mais ouverte à tous43. Pourtant, ces chiffres n’offrent, on l’a vu, qu’une orientation quant aux recrutements et rémunérations. Ce qui prime finalement en termes d’effectifs de l’Hôtel, c’est la décision souveraine du roi d’admettre en sa Casa un individu supplémentaire, de lui confier ou non un office, que le nombre des officiers dépasse ou non le cadre fixé par les Ordinacions.

  • 44 « … si als reys en temps de pau ha plagut guardar ordonació en ses contínues despeses no grans, mol (...)
  • 45 La fonction du scrivà de ració est explicitée dans les Ord., pp. 156-159 ; si l’on en croit les arc (...)
  • 46 É. Lalou, « Les ordonnances de l’hôtel », p. 94.

22On peut néanmoins voir en ces ordonnances un instrument comptable destiné en premier lieu au gestionnaire de l’Hôtel, le scrivà de ració (titre qui pourrait se traduire par « notaire des comptes de l’Hôtel »), auquel les Ordinacions consacrent un long article, débutant par une réflexion sur le contrôle des dépenses44. Pour cet officier en charge principalement de l’ordonnancement des rémunérations et des comptes de l’Hôtel, le détail — même indicatif — des effectifs par office n’est pas sans importance45. Élisabeth Lalou a démontré que les ordonnances de l’Hôtel des derniers Capétiens directs furent à l’origine rédigées « afin de pouvoir vérifier les droits des personnes servant à la cour46 ». Il semble de fait que l’un des objectifs des Ordinacions, et du grand détail de chacun de leurs articles, est aussi de guider le travail du scrivà de ració. En précisant le nombre théorique ou souhaité de serviteurs par office, en définissant leur statut individuel requis mais aussi leurs fonctions et obligations, ces ordonnances lui indiquent d’abord à qui il va avoir affaire.

Le nombre des officiers et leur rémunération

  • 47 Les seules cartes de ració médiévales aragonaises conservées datent des années 1463-1514 : ACA, Rea (...)
  • 48 Les Ordinacions de Pierre IV ne disent mot du montant des gages reçus par chacun des officiers dont (...)

23En matière de gages, ces ordonnances de 1344 ne constituent pas un rôle des personnels à rémunérer à une date donnée. Ceci est l’objet de la carta de ració que le scrivà doit établir — selon ces mêmes Ordinacions — en y portant le nom des différents membres de l’Hôtel, la date de leur inscription sur le rôle des officiers, ainsi que le nombre des montures qui leur sont assignées au quotidien (« bestias » — elles constituent un indice de paiement) et la somme due par bestia au titre de leur office et/ou de leur rang47. Pour ce faire, cet officier était amené à se référer aux mandements du roi d’agréger à sa Maison tel ou tel individu, comme aux textes légaux, dont les Ordinacions, non tant pour s’y conformer en termes d’effectifs voire s’opposer à la volonté royale, mais pour bien situer le bénéficiaire dans la hiérarchie des salaires48.

  • 49 Les registres d’albarans de vestir classent les officiers curiaux et les courtisans en diverses cat (...)

24De même, cette conception hiérarchique très prégnante dans ce texte et le lien étroit entre statut social, niveau de l’office détenu et rémunération perçue se retrouvent dans les registres du scrivà de ració. Ils gardent copie des mandements au trésorier de verser aux hommes du roi leurs gages (leur quitació) ou des dédommagements pour frais, comme les drets de vestir simples et annuels ou le défraiement pour achat d’une cape de pluie (gramalla de pluja)49. Malgré l’incidence du nombre des titulaires sur la « masse salariale », il n’est fait dans ces archives aucune mention de serviteurs éventuellement surnuméraires par rapport à la norme établie dans les ordonnances.

  • 50 Les archives royales aragonaises conservent huit livres d’« albarans de la quitació dels scrivans e (...)
  • 51 Sur présentation de ces albarans, le trésorier doit ensuite mettre en paiement ces gages, délivrer (...)
  • 52 Les règles de rémunération des absences sont strictement encadrées par l’article « de les fayles e (...)
  • 53 « … que null de casa sua que no seguesca continuament la cort que si ve al senyor rey sens que no s (...)
  • 54 L’article consacré au protonotaire précise par exemple qu’il a le pouvoir de punir les scrivans de (...)

25Le lien entre la norme de 1344 en matière d’effectifs de serviteurs entourant le prince, de présence requise ou d’absences autorisées, et le paiement des gages apparaît en revanche très étroit et a des répercussions comptables directes dans les albarans de quitació rédigés par le scrivà de ració50. Ces sortes de « fiches de paye », généralement quadrimestriels, établissent le décompte des jours de service effectués51. En conformité avec les prescriptions des Ordinacions, ils comptabilisent le nombre de jours d’absence autorisée et rémunérée en raison du service du roi hors de la cour et défalquent du salaire le nombre de jours d’absence de la cour non autorisée ou pour raisons personnelles52. Le scrivà de ració applique en cela à la lettre les Ordinacions dont des dispositions confirmaient les prescriptions de l’ordonnance de 1277 de Pierre III53. De nombreux articles des Ordinacions envisagent aussi des sanctions, sous forme de perte de jours de salaire, décidées par les supérieurs hiérarchiques à l’encontre d’officiers défaillants54. Mais on ne trouve pas trace de ces amendes dans les albarans de quitació. S’il sanctionne bien financièrement les absences et prend en compte le nombre des serviteurs comme les ordonnances le recommandent, pour mieux contrôler les dépenses engendrées par l’Hôtel, le scrivà de ració ne semble pas, à son niveau, se préoccuper de la qualité du service rendu.

L’ampleur de l’hôtel et son train quotidien

  • 55 Ord., pp. 156-159.
  • 56 Ord., pp. 160-182. Le souverain consacre par exemple un article à dresser la liste des banquets off (...)

26Il faut souligner que la tâche du scrivà de ració est très vaste et qu’il a en permanence à l’œil l’ampleur de l’entourage royal. Il lui revient aussi en effet, selon les ordonnances de 1344, de tenir le compte quotidien des convives et membres de l’Hôtel mangeant au palais. Ce décompte s’établit sûrement à la fois à partir des Ordinacions, déterminant qui doit s’y trouver — encore que cette évaluation est, on l’a vu, fort délicate —, des cartes de ració et de listes des présents ou des absents au jour le jour. Cette estimation doit non seulement lui permettre de faire asseoir à table les hommes de l’Hôtel par rang hiérarchique, selon les normes prescrites, mais aussi d’anticiper l’approvisionnement dont les offices de bouche sont responsables. De même, il doit, en lien avec le sobreazembler, prévoir le nombre de montures et bêtes de somme nécessaire pour transporter la Cour et ses équipements55. Ce n’est donc pas un hasard si les articles des Ordinacions consacrés au scrivà de ració, à son lieutenant et à leurs scribes sont suivis d’articles relatifs aux frais de bouche, vêtements et ornements, éclairage ou salaires à engager pour l’Hôtel, en fonction du calendrier et du statut des bénéficiaires56.

  • 57 Les comptes des officiers de l’Hôtel peuvent aussi faire l’objet d’une vérification par le maestre (...)

27La connaissance précise de l’ampleur de la Casa i Cort, qui est loin de reposer sur les seules ordonnances, est enfin d’autant plus importante, en termes comptable et financier, que le scrivà de ració doit tenir les comptes des dépenses quotidiennes de la Casa i Cort. À cet effet, il est en relation permanente avec les officials majors, tels les majordomes qui doivent lui transmettre le détail des frais engagés chaque jour. Il doit aussi recevoir chaque mois, ou tous les deux mois, les comptes détaillés des dépenses du sobreazembler, des cavallerices et du tailleur du roi (sartre). On suppose qu’il se charge alors de recouper les informations comptables transmises avec ses propres évaluations sur les serviteurs et gens accueillis à la Cour ; il les vérifie aussi peut-être grâce à sa fine connaissance des responsabilités et dépenses relevant « légalement » de chacun d’entre eux, selon les Ordinacions ; il les examine enfin sûrement en regard de ses libres de notaments, dans lesquels il doit tenir à jour divers inventaires : biens précieux confiés à la garde des chambellans et du grand chapelain ; ustensiles de cuisine relevant des sobrecoch ; vaisselle confiée au reboster ; équipements conservés par les cavallerices57.

  • 58 Les normes postérieures à 1344, partiellement recensés par O. Schena, Le leggi palatine, p. 37, n. (...)

28À ce titre, la mention dans les Ordinacions du nombre théorique d’officiers composant l’entourage royal constitue un indicateur nécessaire orientant le travail du scrivà de ració. Si sa gestion comptable de l’Hôtel résulte plutôt d’une appréciation pragmatique et sans cesse renouvelée de son ampleur, elle semble cadrée par les prescriptions normatives de 1344, aussi relatives et difficiles à interpréter fussent-elles, du fait de leur conception finalement assez souple des effectifs de l’Hôtel. Ces allers et retours incessants, entre cette norme et ses archives, auquel le scrivà de ració semble obligé d’après les ordonnances royales de 1344, pour suivre et ménager le bon fonctionnement de l’Hôtel, invitent néanmoins à approfondir l’analyse du contexte de gestation de ces ordonnances, de leur promulgation, encore bien méconnue, et des premières années de leur application supposée. On remarque — sans avoir encore eu le temps d’approfondir l’analyse — que sur les 18 séries de volumes qui constituent actuellement les archives du scrivà de ració du roi d’Aragon, neuf correspondant d’ailleurs assez fidèlement aux registres que les Ordinacions lui ordonnent de tenir, commencent à être compilées entre 1343 et 1345. Pour mieux comprendre le statut et la portée de ce grand texte quelques années après sa rédaction, il faudra aussi mener une étude comparative de l’évolution effective du nombre des serviteurs gagés par Pierre IV et des nouvelles ordonnances royales sur le sujet, certaines compilées à la suite des Ordinacions, dans de nombreux manuscrits58. On pourra alors espérer mieux saisir combien pour être bien servi, le roi d’Aragon a besoin d’être entouré d’un nombre suffisant et adéquat de serviteurs, bien répartis dans les différents offices et disponibles pour leur maître.

Notes

1 Jaume III rei de Mallorca : Lleis palatines, éd. Ll. Pérez Martínez et alii ; G. Kerscher, « Die Strukturierung des mallorquinischen Hofes » ; on attend beaucoup de la publication du colloque Professionalisierung, Verschriftlichung, Performanz. Überlegungen zu Funktion und Bedeutung der Brüsseler Handschrift der Leges Palatinae, organisé à Trèves en octobre 2008 par Gottfried Kerscher. Sur la conquête de Majorque, voir G. Ensenyat Pujol, La reintegració de la Corona de Mallorca. Sur les ordonnances dauphinoises, voir l’article d’A. Lemonde dans ce volume (pp. 31-42).

2 La première publication des ordonnances de 1344 date de 1850 : P. de Bofarull y Mascaró,Ordenacions fetes per lo molt alt senyor en Pere terç. On se référera désormais à l’édition de 2009 de F. Gimeno et alii, Ordinacions de la Casa i Cort (Ord.). Le processus de rédaction des Ordinacions et leurs similitudes et différences avec le texte majorquin ont été longuement analysés par F. Gimeno Blay, Escribir, reinar, pp. 69-83 ; dans l’introduction de l’édition de 2009, pp. 25-32, il précise que le texte « respecta fidelment tant l’estructura com el contingut del text de les Leges palatinae. Hi ha una depèndencia gairebé absoluta del text català en relació amb el text llatí, que s’evidencia, sense més, comparant, confrontant el llistat de rúbriques — d’una banda — i la traducció, que respecta l’estructura original llatina, tan gramàtical com lèxica sense cap variació » ; mais il souligne aussi — comme avant lui O. Schena, Le leggi palatine — que le traducteur, tout en conservant la structure du texte « introdueixen algunes petites variants, com ara : la d’alterar l’ordre d’algunes rúbriques, la transformació del text i el seu desplaçament, o, fins i tot, el desdoblament d’altres. N’hi ha, també, de noves ». Reprenant la formule d’O. Schena et J. Trenchs, on peut donc affirmer que Pierre IV a « solo parzialmente plagiato l’opera legislativa del soverano maiorchino » (O. Schena et J. Trenchs, « Le leggi palatinae di Giacomo III », p. 116) ; à ce sujet, voir en dernier lieu O. Schena, « Le“Leges Palatinae”di Giacomo III di Maiorca ». Je remercie vivement l’auteur de m’avoir communiqué son texte avant sa publication.

3 Ces législations de la fin du xiiie et du début du xive siècle ont été étudiées par M. Vanlandingham, Transforming the State ; T. de Montagut i Estragués souligne que dans la couronne d’Aragon, les ordonnances de l’Hôtel royal sont le seul droit organique de création uniquement royale (« Pactisme o absolutisme a Catalunya », p. 670).

4 Sur ce dernier aspect, voir par exemple les articles de J. Sáiz Serrano et M. Narbona Cárceles dans le présent volume (pp.131-149 et pp.151-167).

5 M. Vale, The Princely Court, pp. 202-204 ; G. Kerscher, « Die Strukturierung des mallorquinischen Hofes », p. 77 ; Id., « Die Perspektive des Potentaten ». Dans son prologue à l’édition des Ord., éd. F. Gimeno et alii, p. 9, A. G. Hauf i Valls les qualifie à juste titre de « normativa que garantira el decòrum institucional amb una absoluta dignitat i a un nivell equiparable al de les monarquies de major rellevància ».

6 H. Finke soulignait dès le début du xxe siècle combien on retrouvait dans les Ordinacions de Pierre IV des offices préexistants sous Jacques II (Acta Aragonensia, t. I, pp. xxxi). C’est aussi ce que montre F. Sevillano Colom pour le royaume de Majorque d’avant les Leges palatinae de 1337, et pour la chancellerie du roi d’Aragon antérieure à 1344, dans « De la cancillería de los reyes de Mallorca ».

7 B. Palacios Martín, El « Manuscrito de San Miguel de los Reyes », pp. 20-22.

8 A. Beauchamp, « Ordonnances et réformes ».

9 « … se deu haver esgart en la distribució de sengles officis que a una persona, quant que sia exercitada e apta, no sien ensemps comanats molts officis per tal com no és leu de creure que una persona a molts officis ben regir puga bastar » (Ord., p. 51). D’où la définition, dans les différents articles, du statut personnel que devront avoir certains officiers (nobles, chevaliers, écuyers, clercs, notaires et/ou docteurs en droit, etc), et des qualités requises « suficients, soptils et aptes, experts, bones persones, generoses e feels ».

10 Sur la distinction entre charges honorifiques et charges plus domestiques, et le statut social de leurs détenteurs, voir l’analyse très suggestive de J. Sáiz Serrano dans le présent volume (pp. 133-135).

11 À titre d’exemple, la nomination de panicers comuns est ainsi justifiée : « alcunes coses a l’offici de nostres panicers s’esguarden, les quals no poden ne és decent per ells segons nostra ordinació ésser complides » (Ord., p. 66).

12 « E encara que varietat de officis en diverses persones distribuÿda noblea alguna e bellea en lo regiment representa, cor bella e plaent és disposició de regiment quant les varietats dels officis són en atretantes persones distribuÿdes a semblança de cors human, en lo qual, per varietat de membres ha diverses officis deputats, resulta elegant bellea de tot lo cors » (Ord., p. 51). Cette métaphore organique traditionnelle est réitérée dans le préambule de l’article consacré aux « boteylers majors » (p. 59).

13 K. Schwarz, Aragonische Hofordnungen, pp. 41-42.

14 « … e per tal que cascun dels dits officials, sotsofficials e ajudans d’aquells sàpien e no pusquen negligir o ignorar la present nostra declaració, volem que cascun sia tengut de pendre translat de la present nostra declaració ensemps ab lo capítol de la nostra ordinació qui farà per l’offici que tendrà per Nós » (Ord., p. 239).

15 Ord., p. 95.

16 Ord., pp. 16 et 19 ; B. Palacios Martín, El « Manuscrito de San Miguel de los Reyes », pp. 14-15. D’où la multitude des manuscrits médiévaux des Ordinacions conservés, recensés par O. Schena, Le leggi palatine, pp. 38-67, et la difficulté à dresser leur généalogie. À ce titre, on s’interroge sur le lien entre le manuscrit original envoyé de Barcelone à Madrid en 1787 et disparu ensuite, le manuscrit source de la copie réalisée à Barcelone en 1783, utilisée pour l’édition de Bofarull de 1850 (Ord., pp. 20-22), et celui de Valence, édité en 2009, car le texte de ces deux derniers diffère partiellement (en atteste par exemple la place respective de l’article sur le promovedor).

17 Ce total exclut les conseillers, détenteurs de ce titre privilégié mais pas toujours d’un office au sein de l’Hôtel ; l’article qui leur est consacré dans les Ordinacions ne précise bien sûr pas leur nombre car outre le chancelier, le vice-chancelier, les majordomes et chambellans, le maestre racional, le trésorier, les promovedors et les secrétaires du roi, membres titulaires, le souverain peut convoquer qui il veut au Conseil royal (Ord., p. 174). Sur la difficulté de quantifier cet « entourage politique » du souverain, voir le cas français développé dans ce même volume par O. Canteaut (pp. 77-91).

18 L’article consacré aux cavallerices, responsables des écuries royales, évoque en une seule phrase leur subordonné, le sotscavalleriz : « Encara al dit offici una apta persona sabent bé cavalcar volem ésser reebut, la qual sotscavalleriz sia nomenada, e en absència de abdós los cavallerizes, totes aquelles coses que al dit offici se pertanyen sie tengut de fer a ab diligència complir » (Ord., p. 80). Ce chiffre de 266 officiers corrige l’évaluation erronée que j’avais proposée de l’Hôtel dans A Beauchamp., « Ordonnances et réformes », p. 563.

19 Ord., pp. 78-82.

20 Il revient aux rebosters majors de garder la vaisselle précieuse du roi, d’en tenir l’inventaire, de conserver par devers eux les fruits, fromages, chandelles, le sel, etc. que les majordomes porteront à table, de faire livrer à l’aumônier fruits et fromages avariés et de recenser les livraisons et consommations de biens à l’Hôtel. Le sotsreboster se charge, lui, de les assister et de veiller à la vaisselle précieuse utilisée par les domestiques et officiers. Quant aux deux rebosters comuns, ils ont pour tâche principale de porter l’eau aux domestiques pour leurs ablutions avant et après le repas (Ord., pp. 106-108, 109-110).

21 Ord., pp. 131-132.

22 L’expression « covinent nombre » est utilisée pour qualifier les hommes d’armes « en cert nombre » qui, sous l’autorité des camarlenchs, devront guider la monture du roi lorsqu’il chevauche avec ou sans l’armée (Ord., p. 90).

23 Dans ces ordonnances, la nomination de plusieurs officiers pour le même office est prévue pour 52 ou 53 des 91 ou 92 charges définies. Dans 39 cas, la charge est confiée à un officier unique, mais de façon quasi systématique, l’officier supérieur « unique » bénéficie de l’aide d’au moins un lieutenant ou subordonné.

24 Ord., p. 84.

25 Ord., p. 62.

26 « Item quel senior rey no tinga en un offici sino un official per zo quen sia guardat de messio e quel offici ne sia mils servit » (Archivo de la Corona de Aragón [ACA], Cancillería Real [CR], reg. 74, fº 93v°-r°, 11 mars 1288, pub. par F. Carreras y Candi, « Redreç de la reyal casa », doc. 4, p. 106 ; trad. anglaise par M. Vanlandingham, Transforming the State, app. D, pp. 216-217).

27 « … stablim que I, o si mester és, pus ministres bon e faels qui·l boteyler deputarà sien elegits e deputats » (Ord., pp. 62-63).

28 « Ultra la usança de nostres predecessors alscuns officis novellament havem ordenats e a alscuns antichs officis més persones (que no era acostumat) havem ajustades, e de les observacions ça entràs servades alscunes n’avem innovades ajustant a aquelles e detrahents alscunes coses o suplent-se alscunes vegades removents de tot o modant, e segons que la utilitat de les coses més val o la conveniència pus decent de nostre estament faedor o demana e requer » (Ord., p. 52). C’est moi qui souligne.

29 Ces deux aspects, brièvement évoqués dans A. Beauchamp, « Ordonnances et réformes », pp. 563-564, restent encore à étudier en détail.

30 Il prévoit d’assigner des logements dans un premier temps aux « officials e a lurs officis, los quals per offici han a regir e servir en nostre palau » puis dans un second temps aux « prelats, barons, consellers, cavaylers e altres domèstichs nostres e a altres persones generoses qui nostra cort seguiran » (Ord., p. 114). Cette question de l’itinérance effective de chacun des serviteurs ne peut qu’être partiellement résolue par l’analyse des actes de la pratique. À propos de l’itinérance de Pierre IV et du déplacement ou non de ses administrateurs, voir A. Beauchamp, « Gouverner en chemin ».

31 Ce caractère impératif du service royal est exprimé de façon récurrente par des expressions du type « volem encara que de nostra cort no s’absenten en nul·la manera, sinó obtenguda de Nós special licència » (ici pour les scrivans secretaris du roi, Ord., p. 100).

32 « … volem ésser dos en nombre axí que·l defalliment de la absència o de la occupació de la un l’altre reparar pusca e soplir » (Ord., p. 88). Outre leur rôle de garde du sceau secret du roi et de contrôle des biens de la Chambre royale, les camarlenchs qui ont autorité sur tous les officiers de la Chambre constituent une première garde rapprochée du roi. Ils dorment en armes près de son lit, font surveiller et goûter les gourmandises qu’il mange entre les repas, gardent les portes de sa Chambre et les clefs de sont palais, vêtissent et dévêtissent le souverain et contrôlent les accès à sa personne et à son lieu de résidence.

33 Ord., pp. 112-113. Ils partagent cette mission de protection du roi avec les « uxers d’armes » et les « porters de la porta forana ». Les autres « porters de massa » peuvent être envoyés en mission à l’extérieur du palais par le roi ou ses conseillers et secrétaires.

34 « … en tal manera faents que totstemps almenys un cavall o dos prop sien de la cambra on Nós jaurem, e totstemps facen lur poder que sien pus prop segons que fer se porà covinentment » (Ord., p. 79).

35 « I dels metges dins la casa nostra jaer deurà, per tal que si per aventura aquella hora a Nós o a qualsevulla dels nostres domèstichs alcun accident s’esdevenia lo metge sia appareyla no de luny remey covinable donar » (Ord., p. 98) ; « la un d’ells [secretaris] almenys de necessitat dins nostre hostal en loch covinent, per tal que si necessita s’esdevenia a escriure qualque sia hora haver puscam, jaga » (Ord., p. 100).

36 Ce service tournant entre les différents officiers semble suggéré dans l’article portant sur les six escuders de la cambra dont deux doivent dormir chaque nuit dans la reecambra du souverain, tandis que deux autres, s’y ajouteront per divisides nits o setmanes avec l’autorisation du chambellan (Ord., p. 93). Voir en outre le cas des trois majordomes, envisagé ci-après. Sur le service à temps partiel de certains hommes de la chancellerie, voir A. Beauchamp et F. Lainé, « La chancellerie du roi d’Aragon », pp. 78-79.

37 Les cinq hommes du sobreazembler sont responsables de l’organisation des transports des hommes et biens de l’Hôtel lors des déplacements royaux (Ord., pp. 85-87) ; le posader s’occupe quant à lui d’organiser le logement de la suite royale itinérante, en faisant aménager deux hostals différents pour le roi (l’un pour ses repas et ceux de ses gens, et l’autre pour qu’il dorme ou se repose) et des logements pour sa suite (Ord., pp. 114-115). Sur les six ajudants de la cambra en charge du lit royal, voir Ord. pp. 95-96.

38 J’ai par exemple montré dans ma thèse inédite combien il revient à nombre d’officiers administratifs de l’Hôtel de parcourir les territoires de la Couronne pour percevoir et administrer les subsides promis par les sujets, au milieu des années 1350 (A. Beauchamp, Gouverner la Couronne d’Aragon, pp. 351-355 et annexe V, pp. 593-629) ; sur les officiers du roi d’Aragon ambassadeurs, voir S. Péquignot, Au nom du roi, pp. 214-219, 238-240 et annexe I.

39 Ord., pp. 53-56. Le majordome natif du territoire où la Cour réside est très sollicité les jours de fêtes religieuses ou de banquets « per tal que la solemnitat de aytals dies convinentment sia decorada ».

40 Ord., pp. 57-59. Il en va de même pour les absences des deux boteylers majors et du sotsboteller (Ord., pp. 59-61).

41 C’est pourquoi, au-delà de l’organisme défini par les ordonnances, on peut appliquer au cas aragonais la définition de l’Hôtel royal des derniers Capétiens établie par É. Lalou pour qui « l’Hôtel est ce qui suit l’itinérance royale » puisque « l’itinérance sous-tend ces textes réglementaires [les ordonnances] » dans lesquels « les métiers “viennent compter” de façon différente si le roi “séjourne” ou s’il “chevauche” » (É. Lalou, « Les ordonnances de l’hôtel », p. 101).

42 On ne saurait donc simplement se réjouir d’y voir, comme K. Schwarz en son temps, un exemple rare et précoce d’ordonnances offrant « l’indication exacte du nombre des fonctionnaires » (K. Schwarz, Aragonische Hofordnungen, p. 41).

43 « Entre les sol·licituts reyals per les quals a la utilitat de la cosa pública és conseylat e honor real és conservada aquelles més lo cor del príncep deuen estrényer que la sua casa per totes coses sàviament sia disposada. E con la casa real, en senyal de preheminència universes a ella recorrents libera ésser deja e uberta, e per açò, axí a infinites despeses és posada, les quals a envides per humanal enginy se poden moderar, molt se convé del príncep deure guardar que·n lo regiment de la casa sua mesura davant totes altres coses sia observada per tal que no s’esdevenga ço que s’escriu : “Envides sens mesura dura la real cura” » et d’ajouter par la suite, sur ce même registre « Nós cobeejants la casa nostra reyal e tots los fets nostres ab mesura disposar e manera e via querer, ab les quals mesura puscam congruentment observar, sabens que per açò a la honor nostra és guardat e al profit dels sotsmeses és provehi, statuïm… » (Ord., p. 147).

44 « … si als reys en temps de pau ha plagut guardar ordonació en ses contínues despeses no grans, molt més en aquelles que són grans, e alcuna ordonació ne mesura no poden reebre per lo gran nombre de moltes viandes e gens qui aquelles han a menjar, necessària cosa és que en distribuyr aquelles orde degut sia servat per ço que aquelles egualment als stipendiaris e altres servidors seus sien departides » (Ord., p. 156).

45 La fonction du scrivà de ració est explicitée dans les Ord., pp. 156-159 ; si l’on en croit les archives conservées à partir des années 1340, elle est assez fidèlement mise en pratique. Il travaille en étroite collaboration avec le trésorier qui effectue le versement des gages, rembourse les frais engagés pour l’Hôtel et paie une partie des dépenses (pp. 153-155). Le scrivà de ració transmet les comptes qu’il a dressés au maestre racional (pp. 147-152). Sa fonction a été étudiée en détail par T. de Montagut i Estragués, dans El Mestre racional.

46 É. Lalou, « Les ordonnances de l’hôtel », p. 94.

47 Les seules cartes de ració médiévales aragonaises conservées datent des années 1463-1514 : ACA, Real Patrimonio (RP), Maestre Racional (MR) 939bis, 939ter, 940 ; mais des documents évoquent des « llibres et cartes de ració » dans les années 1340 (ACA, RP, MR 816, fº 64v°, 81v°, 91v°).

48 Les Ordinacions de Pierre IV ne disent mot du montant des gages reçus par chacun des officiers dont elles définissent le nombre et la charge, au contraire d’ordonnances d’application postérieures, à visée plus restreinte, évoquées dans A. Beauchamp, « Ordonnances et réformes », p. 564.

49 Les registres d’albarans de vestir classent les officiers curiaux et les courtisans en diverses catégories (neuf dans les années 1350), des « richs homens, cavallers, officials majors e consellers » (qui sont défrayés à hauteur de 450 sous par an dans les années 1350) jusqu’aux « homens de peu ajudants d’officis » (80 sous), en passant par exemple par les « scrivans de officis » (qui en perçoivent 300), les « barbers, sots cambrers e cuyners majors » (200 sous), ou encore les « sotsofficials » (140 sous) [ACA, RP, MR, 850-856, série discontinue de l’année 1345 à l’année 1421].

50 Les archives royales aragonaises conservent huit livres d’« albarans de la quitació dels scrivans e ajudants del registre de la scrivania capellans e scolans e altres persons qui quiten en la scrivania », qui couvrent de façon discontinue les années 1345 à 1512 (ACA, RP, MR 816-823), et 26 livres d’« albarans de la quitació dels homens a cavall de casa del senyor rey », qui couvrent de façon discontinue les années 1345 à 1541 (ACA, RP, MR 824-849).

51 Sur présentation de ces albarans, le trésorier doit ensuite mettre en paiement ces gages, délivrer une quittance attestant le versement (àpocha) et enregistrer ce dernier dans ses comptes.

52 Les règles de rémunération des absences sont strictement encadrées par l’article « de les fayles e dels missatgés » (Ord., pp. 236-237).

53 « … que null de casa sua que no seguesca continuament la cort que si ve al senyor rey sens que no sia request per letra del senyor rey que no li sia fet albara de quitacio daytant com hi sera si donchs lo senyor no ho manava de certa sciencia » (23 avril 1277) [ACA, CR, reg. 1529, fº 5r°-5v° ; Colección de documentos inéditos, éd. P. de Bofarull i Mascaró, t. VI, doc. 3, pp. 15-16 et F. Carreras y Candi, « Redreç de la reyal casa », doc. 2, pp. 104-105 ; trad. anglaise par M. Vanlandingham,Transforming the State, app. B, pp. 212-213].

54 L’article consacré au protonotaire précise par exemple qu’il a le pouvoir de punir les scrivans de manament et ajudants de cinq jours de gages (quitació) « cascuna vegada que en açò [faire ce qui leur est prescrit] fallit hauran » ; il peut de même priver les correus qui seraient « lur offici exercidor negligents » de 15 jours de quitació, le calfador de la cera de dix jours de quitació ou moins « segons la qualitat de l’excès, si en son offici exercir aquell haurà trobat negligent » ou encore retrancher jusqu’à 15 jours au salaire des segelladors défaillants (Ord., pp. 124, 130 et 131).

55 Ord., pp. 156-159.

56 Ord., pp. 160-182. Le souverain consacre par exemple un article à dresser la liste des banquets offerts par ses soins lors des grandes fêtes religieuses et au gré de son itinérance (pp. 160-161) ; puis il s’intéresse aux viandes, c’est-à-dire aux plats carnés, en définissant, dans un souci de tempérance et pour préserver « la salut de la pensa con del cors per remey salutable », le nombre des plats à servir selon les repas et leur répartition, la quantité, selon le statut des convives (pp. 161-163) ; dans l’article « de la manera de dar racions », il détermine les quantités de victuailles que le scrivà de ració devra faire distribuer aux domestiques qui ne prendront pas leur repas avec le roi, avant de détailler, dans l’article suivant, le type, la qualité et le décor des équipements équestres à faire réaliser (pp. 163-164) ; dans la même logique, il liste par exemple les différents types de vêtements et les luxueuses pièces d’ameublement qu’il se fera coudre à des dates précises (pp. 165-167).

57 Les comptes des officiers de l’Hôtel peuvent aussi faire l’objet d’une vérification par le maestre racional, qui peut exiger d’eux de reverser au Trésor un trop-perçu (Ord., p. 148). En pratique, selon l’étude de T. de Montagut i Estragués, il ne vérifierait que ceux du comprador, des secrétaires, du protonotaire, du trésorier et du scrivà de ració, qui administrent certaines ressources royales (T. de Montagut i Estragués, El Mestre racional, t. I, pp. 329-337).

58 Les normes postérieures à 1344, partiellement recensés par O. Schena, Le leggi palatine, p. 37, n. 60, y sont compilées sous le titre « Addicions e declaracions fetes et ordenades sobre les ordinacions de tots los officials de la Cort ».

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search