Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

I. Dire le nombre des serviteurs et curiaux

Compter et ordonner

Les effectifs des serviteurs des dauphins (1336-1340)

Anne Lemonde-Santamaria

Texte intégral

  • 1 Sur ce thème fondateur des Hôtels cardinalices avignonnais, la bibliographie est vaste ; je me cont (...)
  • 2 Une bibliographie exhaustive sur ce sujet est donnée ailleurs dans ce volume et l’on s’y référera. (...)
  • 3 La première Constitutio domus regis date de 1241 pour la France (É. Lalou, « Les ordonnances de l’h (...)

1Lorsque, en 1316, Jean XXII fulmina la bulle Dat vivendi normam, il prenait en quelque sorte les devants : en effet, à peine les cardinaux étaient-ils installés à Avignon, plutôt confortablement, en vertu de la « division » de la cité à laquelle il venait d’être procédé, que le pape limitait drastiquement l’ampleur de leurs livrées1. Vingt commensaux : telle était la taille acceptable d’une table cardinalice selon le pape… Avant même de définir ces Maisons des princes de l’Église par leur structure ou leur fonction, la norme se concentra donc sur le nombre, la quantité que moralement, somptuairement, il était nécessaire de limiter. En procédant ainsi, le pape suivait directement la voie ouverte par plusieurs souverains laïques, notamment le roi de France, à travers leurs « ordonnances de l’Hôtel ». Depuis le règne de Saint Louis, en France, il y avait là, de fait, un thème important du discours normatif2. Sans nul doute puisait-il à des références plus anciennes, chez Gauthier Map et ses Nugae curialium ou même, bien plus tôt, chez Alcuin, mais les souverains ne se l’approprièrent pas avant le milieu du xiiie siècle, en tout cas sur le continent3. Au temps de Jean XXII, il était devenu habituel, au point que le pape l’appliqua spontanément, motu proprio, aux propres Maisons des membres du Sacré Collège. Dans le cas laïque, celui de Saint Louis, par exemple, comme dans le cas du pape et des cardinaux, le propos s’était, en se concentrant sur le nombre, quelque peu restreint et précisé par rapport au temps de Gauthier Map : il s’agissait surtout, d’abord, de limiter les dépenses de l’Hôtel et, plus largement de la Curia ou du Conseil, aux bornes mouvantes.

  • 4 Sur les aspects généraux de cette question : M. Aurell et alii (dir.), La sociabilité à table.

2Le cadre envisagé relevait bien sûr de la sociabilité aristocratique en général : la Maison, l’Hôtel, est un lieu qui doit être régi avec décence ; cela n’a rien de bien neuf à la fin du xiiie siècle4. Mais, on le sait, l’Hôtel devint de plus en plus explicitement un lieu de pouvoir, pensé et conçu comme tel : de fait, cela avait toujours été, sans doute ; mais que le discours sur le pouvoir s’en soit emparé de manière explicite est un phénomène plus neuf. De la sorte, l’Hôtel tendit à devenir l’un des cadres par excellence de la mise en scène et de la représentation du pouvoir princier : de plus en plus, le prince est visible par beaucoup et, d’une certaine façon, par l’opinion, entouré dans le quotidien de son Hôtel. Dès lors, celui-ci devient le réceptacle privilégié de toute une symbolique du pouvoir, bien perceptible à partir du milieu du xiiie siècle. Ce discours symbolique put être figuratif (et l’on pense bien sûr aux images du duc de Berry entouré, à table…) ; il fut d’abord normatif, à travers les ordonnances de l’Hôtel.

3Comme toute Maison, l’Hôtel se définissait par ceux qui le peuplaient et qui entouraient le prince, essentiellement pour le servir. La fonction de chacun a certes son importance, et c’est elle qui permet aux historiens, le cas échéant, de faire (ou ne pas faire) le départ entre la Curia, le Conseil et l’Hôtel. Le fait que le nombre, la quantité de serviteurs constitue le cœur du propos des ordonnances de l’Hôtel relègue, cependant, la fonction à la marge : ce n’est pas elle qui fait l’objet de la norme. Ainsi nous précise-t-on, par exemple, qu’il n’y aura qu’un seul bouteiller, ou chambellan, ou deux panetiers qui ne seront gagés que pour tant de jours, etc. Une analyse de ce type de documents peut donc légitimement se placer d’abord du point de vue des effectifs, et non pas, comme on en a pourtant l’habitude plus ou moins consciente, du point de vue du cadre institutionnel. En d’autres termes, l’important n’est pas de chercher ici à savoir où s’arrête l’Hôtel et où commence la Cour (ou bien comment ils s’interpénètrent…) — ce qui, au fond, est sans doute anachronique et renvoie par trop aux schémas institutionnels modernes —, mais bien d’écouter le discours tenu par les intéressés eux-mêmes.

I. — LE DOSSIER DAUPHINOIS : LES ORDONNANCES DE L’HÔTEL, PIERRE DE TOUCHE DE L’ŒUVRE LÉGISLATIVE D’HUMBERT II

  • 5 Sur l’histoire d’Humbert II, voir en dernier lieu B. Galland, « Quand l’histoire juge : le dossier (...)

4Les ordonnances de l’Hôtel du dauphin Humbert II jettent un éclairage particulier sur ce propos liminaire. Dernier prince d’un Dauphiné « indépendant », Humbert II est l’auteur du traité de Transport de 1349 qui confia la principauté au roi de France ; il a régné de 1333 à la date charnière de 1349, avant de s’éteindre, peu après, en 1355. Il fut aussi celui qui rêva de faire du Dauphiné une grande principauté, et ses nombreuses « grandes ordonnances » — parmi lesquelles celles dites « de l’Hôtel » — constituent bien la Pierre de touche de tout le principat. Elles sont aussi très différentes les unes des autres et permettent de mesurer combien, notamment, les effectifs de l’Hôtel pouvaient donner lieu à des discours assez variés. Très impliqué dans la sociabilité cardinalice avignonnaise, très influencé aussi par la législation capétienne, d’un côté, et la pratique napolitaine, d’un autre côté, Humbert II fit preuve d’une sensibilité particulière à la question de l’Hôtel ; ce dont témoigne le nombre important « d’ordonnances de l’Hôtel » que l’on repère au sein de ses « grandes ordonnances5 ».

  • 6 Elles sont toutes conservées aux Archives Départementales de l’Isère (ADI) et ont fait l’objet d’un (...)

5De fait, parmi toutes les grandes ordonnances du dauphin, sept peuvent être dites « de l’Hôtel »6 ; elles sont édictées en un délai de quatre ans, de 1336 à 1340. Six d’entre elles se succèdent, en fait par groupes de deux, la septième tenant une place à part. Ainsi le dauphin semble-t-il avoir procédé, assez empiriquement, à des essais : l’un en 1336, le deuxième en 1337, avant de parvenir à un résultat qui dut le satisfaire, en 1340. Manifestement, il pratiquait là une sorte d’expérimentation, qui se déroula en trois temps. Pour chacun de ces trois bancs d’essai, un premier texte est d’abord édicté, en forme de lettre patente solennelle, puis un mandement simple lui succède, qui se préoccupe de pourvoir aux offices de conseillers. L’ensemble constitue un corpus assez exceptionnel, que les historiens ont, par tradition, lu comme un groupe de textes à consonance constitutionnelle, au sein duquel ils concevaient la matière traitant de l’Hôtel comme marginale, à part du cœur politique du projet du prince. Pourtant, le fait que la Maison du prince soit au centre du discours est très important à chaque fois, central même : systématiquement, c’est l’organisation de l’Hôtel qui, de façon solennelle, ouvre chaque « train » d’ordonnances ; les propos qui suivent se contentent de pourvoir, d’une manière ou d’une autre aux différents offices.

  • 7 Premier train de deux ordonnances en 1336 : ibid., pp. 308-310 (1er mars 1336, première grande ordo (...)
  • 8 Il s’agit du troisième train d’ordonnances. Le premier texte — la lettre patente solennelle — date (...)

6Trouve ainsi, ici, à s’illustrer assez clairement ce que nous avons dit, sur un plan très général, en incipit, de la difficulté, voire de l’anachronisme qu’il y a à vouloir à toute force effectuer une lecture schématiquement institutionnelle de ce type de texte. Les deux premières fois7, en 1336 et 1337, l’Hôtel est conçu comme un cadre très concret, ni plus ni moins qu’une livrée, où vivent et mangent tous les serviteurs et conseillers du prince, tout le gouvernement, sans exception ; en 1340 en revanche, l’Hôtel n’englobe plus tout le « gouvernement » (le regimen, ainsi qu’il est désigné ici) mais les conseillers sont bel et bien « membres » de l’Hôtel8. Même en ce dernier temps, plus complexe à décrire, on ne saurait considérer que l’on a affaire à une constitution moderne. En d’autres termes, il n’est pas possible de considérer que, en quatre ans, le prince aurait progressé vers un départ entre le versant politique de son gouvernement et le versant plus courtisan ou plus familier : la distinction est en fait très claire dès 1336, mais elle ne constitue pas un horizon de pensée à proprement parler. L’horizon qui vaut, c’est celui d’un Hôtel-gouvernement unique, qui inclut même celui de la dauphine : pour le prince, il n’y a pas de différence de nature entre une fonction de domestique et une autre de conseiller. On ne saurait dire non plus qu’en ces textes résident les prémices d’une partition entre un gouvernement central et une périphérie administrée : en effet, dans le premier groupe de textes, le Conseil est envisagé comme siégeant dans chacun des bailliages, avec douze conseillers à chaque fois.

  • 9 Ce texte nous est connu seulement par l’édition de J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, pp. 3 (...)

7Le septième texte, quant à lui, prescrit l’approvisionnement des denrées à consommer à l’Hôtel et à distribuer à tous ceux qui le fréquentent. Je le date de 1336 ; mais c’est une simple déduction car le premier feuillet de l’ordonnance manque9.

  • 10 Sur l’ensemble de cette documentation, voir ma thèse de doctorat, partiellement inédite : A. Lemond (...)

8Pour compléter cette présentation très lapidaire du dossier documentaire dauphinois, il faut aussi rappeler l’ampleur de la comptabilité disponible pour cette période d’une part, et, d’autre part, l’intérêt d’enquêtes, à la façon de Saint Louis, conservées en grand nombre également, « enquêtes réformatrices » conduites auprès des sujets par Humbert II et, dès avant lui par son frère, Guigues VIII, qui l’a précédé au principat10. Ces documents ne sont pas au cœur de mon propos ici, mais ils constituent d’indispensables points d’appui au raisonnement : il est difficile, en effet, d’ignorer la comptabilité si l’on veut parler d’effectifs.

II. — LE TRAIN D’ORDONNANCES DE L’HÔTEL DE 1336 : LE JEU PARADOXAL DE LA PUISSANCE ET DE LA LIMITATION DES DÉPENSES

1336 (1) : l’Hôtel, lieu implicite de la réforme

  • 11 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, p. 308.

9Prenons donc d’abord le dossier dans l’ordre, en partant de 1336. L’ordonnance en forme de lettre patente solennelle est intitulée Ordinatio pro hospitio Domini Dalphini ac domine Dalphine11.

10Le préambule nous précise :

  • 12 Ibid., p. 308.

videlicet quod subscripte persone in nostro, et dalphine consortis nostre hospitio residentes, habeant subscriptum numerum familiarum et equorum12.

  • 13 Ibid., p. 308.

11Le dauphin a donc bien pour ambition de limiter la fréquentation de l’Hôtel. Cependant, cette voie « passive » de la législation princière se trouve contrebalancée par l’autorité dont il fait preuve en demandant au sénéchal (qui est par là même institué grand responsable de l’Hôtel) de ne permettre aucune dérogation aux prescriptions ici faites « sub pena gratie nostre et amissionis eorum13 ». Suit l’énumération de tous les membres, que l’on pourra dire « officiels » de l’Hôtel, avec, selon les cas, leur « socius, scutifer, garcifer, camerarius », etc. soigneusement dénombrés : 49 individus au total, pour l’Hôtel du dauphin, sans compter leurs propres serviteurs. Parmi ces 49 individus, 19 relèvent plutôt du service domestique, tandis que 30 sont davantage politiques, mais tous sont mis sur le même plan, nous l’avons dit. Cette ordonnance est celle qui ressemble le plus aux ordonnances capétiennes antérieures et, manifestement, celles-ci lui ont servi de modèle. On le voit, la finalité de ce type de prescriptions n’est pas de régenter la vie de la Cour dans l’absolu. Elle est bien plutôt d’endiguer le flot des courtisans qui, à plus ou moins grands frais, cherchent à fréquenter le prince. Un tel endiguement est une réaction nécessaire et réaliste face à une demande par définition insatiable ; en même temps, il répond à une autre demande, de nature collective et plus générale, qui est celle d’une limitation des dépenses du prince. Autrement dit, nous avons ici affaire à une ordonnance de type réformateur, l’Hôtel se présentant ainsi comme un cadre idoine pour mettre en scène une maîtrise raisonnable des dépenses princières.

12De la sorte, sur le plan des modalités de son pouvoir, le prince réagit ainsi plus qu’il n’agit, et cela aussi bien devant les individus qui cherchent à profiter de la manne princière, versant plus personnel du pouvoir, que devant la « masse » d’une opinion qui commence à se formuler alors, versant plus politique de ce même pouvoir. Sur un plan discursif, d’autre part, la relative passivité du prince se trouve comme renforcée par le mode adopté par ces ordonnances : il ne s’agit ni plus ni moins que de limiter, par des syntagmes de négation relative, la fréquentation de l’Hôtel (« Seuls untel et untel auront le droit de déjeuner à la cour, accompagnés eux-mêmes d’un seul valet et d’un seul sommier »). Et ce discours, il est fondamental de le souligner, s’adresse « à tous », par le choix de la lettre patente solennelle.

13Certes, on peut aussi y lire une provision collective d’officiers (avant les prescriptions plus spécifiques des ordonnances « d’application »), par laquelle le prince manifesterait sa toute-puissance ; sans doute ces ordonnances ont-elles également servi à cela. Mais surtout, elles sont fondatrices d’un contrat par lequel le prince, qui se place en retrait derrière une forme de législation passive où il ne paraît pas avoir la main, s’érige en garde-fou de ses propres excès ou, en l’occurrence, de ceux de ses propres courtisans.

14Pour qui s’intéresse au discours tenu dans ces ordonnances, s’articule alors un double jeu, plutôt paradoxal : d’un côté, le prince se doit de paraître, dans toute sa puissance, et il souhaite donc que son entourage fasse nombre, symbolisant à lui seul la foule de ses sujets, sujets dont le nombre est un des critères essentiels de sa force, on va y revenir. D’un autre côté, le prince doit rester décent : son Hôtel coûte cher et il ne serait acceptable, pour aucun contribuable, d’y voir mise en scène une dilapidation trop arrogante des différents tributs. Au-delà préexiste un consensus moral, très ancien on l’a dit, de type somptuaire, qui étaye une telle préoccupation de décence. En tout cas, les effectifs de l’Hôtel, tels qu’on les perçoit dans les ordonnances de l’Hôtel, sont bien le lieu d’une tension entre « expression et renforcement de la puissance princière » et « contrôle et limitation, voire abaissement, par la réforme, de cette dernière », tension politique s’il en est. Le prince est reconnu par ses sujets parce que, du haut de sa dignité, il les protège de la tyrannie que lui-même aurait pu exercer… C’est un jeu qui est ici mis en scène entre le prince, ses serviteurs et ses sujets.

  • 14 La bibliographie est vaste. Voir la synthèse de P. Contamine, « Réformation : un mot, une idée », l (...)

15Ce jeu très paradoxal est aussi éminemment politique, et l’on peut ainsi le rattacher — l’allusion a été faite plus haut — au courant de pensée réformateur. Le prince se soumet à cette exigence de la « limitation par le décompte » parce que c’est une exigence politique que de rendre des comptes. C’est une exigence politique (ou politico-religieuse) car il s’agit bien d’apaiser les doléances maintenant et pour l’au-delà : tous les historiens ayant défini politiquement la réforme de la fin du Moyen Âge l’ont bien montré14 ; le prince compte, pour que Dieu et ses sujets l’en aiment davantage et lui donnent récompense dans l’au-delà en terme de salut et, sur terre, une récompense en terme de puissance. Cependant, cette puissance ne se mesure pas à l’Hôtel, ni même dans ses coffres, mais dans le nombre, « l’abondance » de ses sujets eux-mêmes, puisque, satisfaits, ils ne s’en iront pas sous d’autres souverainetés. La « grande quantité » n’est bonne que pour le nombre des sujets, la Bible l’enseigne et personne ne le nie alors. En revanche, les conseillers, les serviteurs doivent être le moins nombreux possible : tout l’idéal réformateur hérité du xiiie siècle tient en cela que le gouvernement du prince doit sans cesse remonter cette pente naturelle du gaspillage et de la dépense inutile, quand ce n’est pas, au-delà, de la corruption.

16Nous ne sommes loin ici ni des chartes de franchises contemporaines, ni du diptyque requête-grâce. Surtout, une telle mise en scène de la « restriction » n’est rendue possible que parce que, par ailleurs, une comptabilité efficace a vu le jour. En Dauphiné, c’est le cas depuis le tournant du siècle, avec un nouveau bond en avant dans la qualité comptable depuis l’arrivée au pouvoir d’Humbert II en 1333. Et ce renforcement de la qualité, de la régularité et, surtout, de la fiabilité comptable — au sens judiciaire du terme : les pièces justificatives sont désormais quasi irréprochables — est lui-même indissociable des très nombreuses enquêtes réformatrices conduites par les princes dans ces années-là : des enquêtes par lesquelles les dauphins interrogent, sur un mode inquisitoire, les sujets, afin qu’ils déposent systématiquement leurs doléances — leurs « clames » disent les textes — auprès des secrétaires que le dauphin leur adresse. Les assemblées d’états n’existent pas encore en Dauphiné ; les réunions suscitées par les enquêteurs en sont les prémices, mais selon des modalités plus judiciaires, d’une part, et également plus directes que dans les futures assemblées : les sujets peuvent ici s’exprimer directement. Saint Louis avait procédé ainsi, ses successeurs directs également. En France, malheureusement, le lien avec une éventuelle comptabilité princière ne peut être établi. Ici, on peut le faire et sur un temps court, ce qui assoit bien la démonstration.

17D’une certaine façon, l’ordonnance de l’Hôtel de 1336 vient donc parachever l’édifice politique mis en place depuis les premiers comptes des années 1300. Cet édifice, comme de juste, repose sur un discours : l’on peut considérer qu’une sorte d’économie de la réforme en constitue le cœur, une économie qui s’articule autour du contrôle comptable d’une part, des enquêtes réformatrices — avec leur pendant judiciaire — d’autre part, et des ordonnances de l’Hôtel, enfin. Dans le premier comme dans le dernier cas, la mesure et la quantité sont en cause, on peut le souligner, dès ce stade du raisonnement.

1336 (2) : l’Hôtel, lieu de l’épanouissement de la raison ?

  • 15 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 150.

18Dans la grande ordonnance de l’Hôtel de 1336, cela se fait donc d’une façon que l’on a qualifié plus haut de passive. Cependant, cette passivité semble s’évanouir dans l’ordonnance très particulière, datable de cette année également, qui se préoccupe de décrire en détail l’organisation de la vie à l’Hôtel. L’importance de ce texte a été soulignée en son temps par Bernard Guenée15. Elle a pu être identifiée par certains historiens comme une première version de l’étiquette courtisane. C’est peut-être aller un peu vite en besogne.

  • 16 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, pp. 311-317.

19Les choses se présentent, en substance, ainsi16 : le dimanche soir, le dauphin mangera deux pâtés (pasticii), chacun farci d’une grosse poule ; la dauphine aura la même chose. Les barons, quant à eux, ainsi que les plus grands chevaliers qui mangeront à la table delphinale auront chacun un pâté farci d’une grosse poule. Les chevaliers « simples » auront un de ces pâtés pour deux. Les écuyers, les chapelains et clercs de la Chapelle partageront aussi un pâté pour deux, mais farci d’un quart de poule et d’un huitième de rôti de porc. Les autres, enfin, auront aussi un pâté pour deux, mais farci d’un douzième de rôti de porc. Ces pâtés sont suivis d’un plateau de fromage pour 80 personnes. Le dauphin sera servi pour deux (« serviatur nobis de caseo sicut pro duobus »). Le lundi ce sera fèves et pois « bien hachés », avec deux livres de viandes salées pour le dauphin. La dauphine de même. Les barons et les grands chevaliers auront une livre de viande, les chevaliers simples une demi-livre ; les clercs un quart de livre…

  • 17 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, p. 312.
  • 18 Ibid., p. 313.
  • 19 Ibid., p. 314.

20Tous les menus de la semaine se déroulent ainsi, selon une rigueur très géométrique, laquelle se révèle encore mieux le vendredi, jour des œufs, en l’absence de poisson : le dauphin se verra alors servir 80 œufs frits (« quatuor et viginti ova frixa cum bono salsamento17 ») ; les barons, eux, en auront 12, les chevaliers simples 6, les écuyers et assimilés 5, et tous les autres 4. En outre, chaque jour, on servira au dauphin 4 gros pains blancs d’une livre et demie et 8 petits pains d’une livre. Pour les barons, ce sera 2 pains blancs « de bouche » et 4 petits pains ; pour les chevaliers simples, 1 pain blanc et 2 petits pains. Trois sortes de vin sont prévues : un vin de bouche, pour la table du dauphin, un vin « pro tenello » pour les chevaliers simples et un vin « alterius generis » pour les valets et serviteurs18. Du vin de bouche, le dauphin aura 16 mesures par jour, tandis que les barons 4 et les chevaliers simples 2. Le calcul se poursuit pour les serviteurs plus simples. À cela, il faut ajouter le vin du soir, « pour dormir », 6 mesures pour le dauphin, 3 pour les barons, 1 pour les chevaliers simples. La lumière est contingentée de la même façon : pour le dauphin, 50 petites bougies et 20 grosses chaque soir, plus 30 torches par mois ; pour les barons, 4 grosses et 12 petites19… Le reste est à l’avenant et révèle une « vision du monde » que j’étudie dans un autre cadre.

21Certes, ici, le dauphin « limite » encore les libéralités auxquelles il va dorénavant procéder au sein de son Hôtel. Ce faisant, au fond, il limite également le nombre de ses serviteurs eux-mêmes. Mais il le fait d’une façon beaucoup plus prescriptive que dans la première ordonnance, celle du 1er mars. Il prend donc la main d’une façon tout à fait magistrale. Et, dans ce cadre, le quantitatif, dans lequel baignent, si l’on peut dire, toutes ces ordonnances, prend un sens nouveau. Désormais, la puissance du prince se mesure bien à l’Hôtel aussi et plus seulement dans le nombre de ses sujets. Cette puissance se mesure d’abord de manière absolue avec les serviteurs mais aussi, de manière relative, par rapport à eux. Puissance toute relative, mais ô combien supérieure ! Selon l’objet considéré, et donc son importance symbolique, le dauphin est supérieur de deux fois aux barons, au carré, voire à la puissance dix pour la lumière. Objets et surtout chiffres symboliques d’un côté et décompte matériel de l’autre s’associent ici de façon tout à fait efficace.

  • 20 Sur cette question du « progrès de la rationalité pratique », voir N. Coquery et alii (dir.), Écrir (...)

22Peut-on lire en cette évolution un « progrès de la rationalité20 » ? La prudence invite à nuancer le propos mais, il est indéniable que la raison est là, qui dicte l’économie des dépenses de bouche, avec précision ; la raison est là aussi, qui détermine la place de chacun, et l’on portera attention, à ce stade, à la polysémie du mot « raison ». Le sens mathématique du vocable mérite, en effet, que l’on y prête attention : rappelons-le, la raison est le facteur par lequel on multiplie chaque terme d’une suite, les uns après les autres. Sans céder en rien à la facilité du jeu de mots, on peut ainsi très sérieusement voir dans les propos de cette ordonnance un discours mathématique, celui d’une suite, géométrique en l’occurrence, une suite qui ordonne, certes, mais qui, dans le même temps, relie fermement les membres de l’Hôtel entre eux, une suite qui, comme toute suite, se déroule selon une raison… Compter, c’est bien raisonner et associer.

III. — 1337 ET 1340 : UNE FORMULATION DE PLUS EN PLUS EXPLICITE DE LA RÉFORME

1337 : une réforme explicite, à l’Hôtel et par l’Hôtel

23Rapidement cependant, Humbert II a décidé de remettre son ouvrage sur le métier et de réitérer, en la transformant, sa première ordonnance de l’Hôtel. En 1337, voici donc la seconde. L’idéal reste le même, c’est certain, mais la forme change sensiblement. En effet, le prince choisit cette fois-ci de mettre à ferme, par un contrat complexe, rien de moins que l’ensemble de la gestion de l’Hôtel, auprès d’un triumvirat pris parmi des fidèles aux compétences complémentaires. L’idéal réformateur s’affirme dans la forme de l’ordonnance, une lettre patente solennelle encore, et dans le préambule :

  • 21 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, p. 333.

volens et cupiens […] statum hospitii sui et negociorum suorum de bono in melius reformare21.

24Le triumvirat est composé d’un grand baron, Agout de Baux, d’un chevalier très au fait des habitudes de l’Hôtel, Guillaume de Bésignan, et d’un clerc depuis longtemps en charge des comptes, Jean de Poncy. Le contrat prévoit un dénombrement très strict des différents officiers et serviteurs présents à l’Hôtel, mais ce dénombrement perd, du coup, la forme limitative qu’il avait dans l’ordonnance de 1336 : il s’agit d’une liste du nombre de ces serviteurs, avec, en regard, leurs salaires, liste déroulée de façon prescriptive et accompagnée des modalités selon lesquelles les repas et les vêtements seront dispensés. La limitation tient, en fait, dans le prix de la ferme, 50 000 florins d’or, que les « administrateurs » sont censés récupérer sur toutes les gabelles du Dauphiné. Le règlement géométrique et symbolique de la puissance princière est donc ici totalement abandonné.

1340 : l’Hôtel « miroir d’un gouvernement de mesure… ». Les progrès du discours politique

25Trois ans plus tard, tout est à nouveau repris par Humbert II, en un ultime train d’ordonnances. La première, lettre patente solennelle toujours, est la plus grandiloquente de l’ensemble du corpus. À l’évidence, le prince signifie par là une forme de parachèvement de son œuvre, après quatre ans de recherche et d’hésitations. Mais surtout, en soi, cette ordonnance est l’aboutissement d’un mûrissement rapide de la pensée du prince, non pas à proprement parler en termes théoriques, mais plutôt dans la mise en œuvre normative de cette pensée.

  • 22 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, p. 391.

Statuit virtus divini luminis in orbe servari debere modum et regimen mensuram, ut usus possibilitati respondeat et voluntas non superet racionem. Nam, si ea que aguntur, justo librentur examine, viget justicia, augetur status, succedunt pacis federa, considerantur futurum judicium et per consequens, acquiritur gloria paradisi. Potestas namque attributa principibus gaudet honoribus ac prerogativis quam plurimis habundat facultatibus et diversimoda dignitate ex quibus non ingratitudinis vicium sed debite recognicionis zelus et caritas debet racionabiliter derivare22.

26Ainsi Humbert II introduit-il la dernière de ces « grandes ordonnances », en 1340. Ce superbe préambule répond, presque trop parfaitement, aux questions que nous nous posons dans cette œuvre collective : pour le dauphin, il s’agit de faire en sorte que « l’usage réponde à la possibilité » et que la « volonté n’outrepasse pas la raison ». D’une certaine façon, ici, tout est dit : ordonner, prescrire un nombre déterminé de serviteurs et de conseillers, c’est « gouverner avec mesure ». L’ambition princière affichée serait donc là : de la mesure en toute chose, selon une éthique aristotélicienne bien comprise, et ainsi « l’état s’en trouvera accru et le prince méritera les gloires du paradis ». En d’autres termes, « l’accroissement », le « plus qui devient le mieux », l’introduction d’une quantité de puissance, n’intervient que in fine, en conséquence d’un gouvernement qui, lui, au contraire, se serre la ceinture. Tout cela était déjà présent, mais en filigrane seulement, dans les premières ordonnances, celles de 1336 et 1337. Cette fois-ci, les choses se disent directement en termes politiques, et non plus seulement symboliques.

27Et, du coup, tout se passe comme si le champ était laissé beaucoup plus libre pour que le dauphin organise véritablement son Hôtel (au sens large) : les prescriptions qui suivent ont valeur limitative, pour une part (il n’y a qu’un seul messager, qu’un seul secrétaire, que six conseillers, etc.) mais d’un autre côté, le texte, spécialement long, décrit d’une façon très minutieuse le fonctionnement de chacun des organes de l’Hôtel (au sens large, c’est-à-dire de la Maison du dauphin et du gouvernement). La fin du préambule que je n’ai pas cité en entier mérite, enfin, d’être rapportée :

  • 23 Ibid., p. 391.

…hospicii regimen est patrie speculum, honor principum et concurrentium refugium singulare23.

28Le gouvernement de l’Hôtel est le miroir de la patrie et l’honneur du prince. Peu avant, Humbert II a dit qu’ordre et mesure devaient présider à ce gouvernement, autrement dit un sain idéal réformateur. Mais cela passe ici par un ordonnancement, une organisation explicitée, plus encore que par un endiguement de l’afflux de quémandeurs et de solliciteurs. Cela dit, on en revient par cette formule à la mise en scène symbolique de la puissance (le speculum regiminis).

IV. — CONCLUSION : LA PORTÉE PRATIQUE DU DISCOURS DES ORDONNANCES

29La portée symbolique de tout ce discours a été largement analysée jusqu’ici. Cependant, ce serait se méprendre gravement sur les significations du symbole médiéval que de le disjoindre a priori du réel. Au contraire ! Il est essentiel de comprendre que ces textes sont aussi des textes pragmatiques destinés à être appliqués. Discours normatifs, ces ordonnances ont une valeur performative indéniable, sauf à avoir été cassées par la suite, ce dont nous n’avons pas trace. La réitération des décisions, qu’elle comporte des modifications ou qu’elle n’en comporte pas, est un indice de type phénoménologique souvent avancé par les historiens pour imaginer une « non-application des ordonnances ». On peut néanmoins aller un petit peu plus loin et, à nouveau, se pencher sur les comptes qui, quant à eux, nous disent au passé ce qui a eu lieu. De fait, pour ce qu’ils nous en rapportent par ailleurs, il semble bien que les décisions prises ici ont été appliquées avec une certaine rigueur : les officiers gagés annuellement ou mensuellement le sont selon ces prescriptions ; les restrictions ne sont pas outrepassées, sauf exception dûment autorisée. La loi est la loi. La seule nuance, d’importance il est vrai, que l’on peut apporter à cette analyse, réside dans le fait que les conseillers en titre sont bien plus nombreux que ceux voulus par l’ordonnance, au moins deux fois plus. Mais les surnuméraires, par rapport à l’ordonnance, ont un statut sans conteste plus précaire, rémunérés à la journée et non gagés sur une plus longue durée comme les autres. Les conseillers gagés à l’année le sont selon les modalités des ordonnances, et leur nombre est celui que cette dernière a prescrit… Sur ce point précis, on peut donc incliner à penser que les textes sont appliqués quant au nombre des serviteurs du prince ; et ceci n’exclut pas la réitération des décisions, dans des directions singulièrement infléchies, repensées, modifiées. Le prince hésite et teste des orientations politiques dans lesquelles il ne s’enferme pas.

30Quant à savoir si le dauphin a jamais ingurgité 80 œufs en une seule journée, ainsi que sa femme ( !), ou englouti 14 livres de pain blanc, nous ne le saurons jamais, car la comptabilité propre de l’Hôtel n’existe plus pour la période concernée ; quand bien même elle aurait subsisté, elle ne nous dirait de toute façon pas s’ils ont vraiment mangé autant : forces et limites du discours comptable… Humainement, il est tout de même difficile d’imaginer qu’ils aient jamais mangé autant. Rien n’interdit de penser cependant qu’une telle quantité de nourriture a bien été servie à la table des princes, quitte à ce que l’essentiel en ait été généreusement redistribué aux compagnons de la tablée, et les restes donnés aux pauvres. Ainsi le dauphin a-t-il pu mettre en scène de façon grandiose sa prodigieuse libéralité, toute proportionnelle à sa puissance, à nouveau. Concrètement, ceci voulait dire inviter plus de personnes que prévu initialement dans l’ordonnance, donc la possibilité de faire « nombre », symbole concret de la grandeur du pouvoir. Mais, on espère l’avoir montré, ce n’est ni un « fait brut », ni quelque chose qui peut se dire dans un discours acceptable pour la pensée politique du temps. Faire nombre, certes, mais à condition que cela témoigne d’une générosité qui ne lèse pas les sujets, que cela se déroule dans un cadre on ne peut plus normé et délimité.

Notes

1 Sur ce thème fondateur des Hôtels cardinalices avignonnais, la bibliographie est vaste ; je me contenterai de renvoyer ici aux travaux fondamentaux de B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, et de P. Jugie, « Les familiae cardinalices et leur organisation ».

2 Une bibliographie exhaustive sur ce sujet est donnée ailleurs dans ce volume et l’on s’y référera. Ont été directement utilisés pour cette contribution les publications suivantes : pour les documents : É. Lalou (éd.), Ordonnances de l’hôtel du roi. Pour une comparaison terme à terme avec un ensemble de taille comparable à celle du Dauphiné, a été consulté : J.-A. Brutails, Documents des archives de la chambre des comptes de Navarre (1196-1384), notamment le doc. XXVII, vers 1320, « Organisation de l’hôtel du comte d’Évreux », pp. 33-36 ; pour les travaux : É. Gonzalez, Un prince en son hôtel ; R. Costa Gomes, The Making of a Court Society et M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III. L’historiographie allemande s’est aussi penchée attentivement sur le problème : voir notamment H. Kruse et W. Paravicini (dir.), Höfe und Hofordnungen, et l’article de J. Peltzer dans ce volume (pp. 9-20). Voir enfin la suggestive synthèse de B. Guenée, « Cour ».

3 La première Constitutio domus regis date de 1241 pour la France (É. Lalou, « Les ordonnances de l’hôtel »). En Angleterre, en revanche, la précocité est plus grande : 1136 (Ch. J. Given-Wilson, The Royal Household).

4 Sur les aspects généraux de cette question : M. Aurell et alii (dir.), La sociabilité à table.

5 Sur l’histoire d’Humbert II, voir en dernier lieu B. Galland, « Quand l’histoire juge : le dossier d’Humbert II » qui effectue une synthèse de la bibliographie disponible sur ce sujet. Je me permets aussi de renvoyer à mon livre A. Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. Sur les ordonnances en particulier, suggestive synthèse de C. Reydellet-Guttinger, « La chancellerie d’Humbert II ». Je prépare actuellement une biographie de ce prince.

6 Elles sont toutes conservées aux Archives Départementales de l’Isère (ADI) et ont fait l’objet d’une édition par J.-P de Valbonnais dans l’Histoire de Dauphiné, t. II (voir plus loin les références précises au fil du texte).

7 Premier train de deux ordonnances en 1336 : ibid., pp. 308-310 (1er mars 1336, première grande ordonnance de l’Hôtel, lettre patente solennelle édition du texte qui se trouve, en copie contemporaine, aux ADI, B 3019, f° 131-135) et pp. 319-321 pour la provision (3 mars 1336, lettre de provision ; édition du texte qui se trouve, en copie contemporaine, aux ADI, B 3019, f° 136-140). Deuxième train de deux ordonnances, datant de 1337, pour la première (lettre patente solennelle qui afferme la gestion de l’Hôtel) : ibid., pp. 333-336, édition du texte qui se trouve, en copie contemporaine, aux ADI, B 2607, f° 287-291 et la seconde (lettre de provision) conservée en copie contemporaine aux ADI, B 3167 (non folioté), éditée par J.-P. de Valbonnais, ibid., pp. 328-329.

8 Il s’agit du troisième train d’ordonnances. Le premier texte — la lettre patente solennelle — date du 6 avril 1340 et est conservé aux ADI, B 3019, f° 193-230 (deux copies du même texte à la suite l’une de l’autre). Édité par J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, pp. 391-407, édition partiellement renouvelée par C. Reydellet-Guttinger, La chancellerie d’Humbert II, pp. 357-370. Le second texte (lettre de provision) date du 1er août 1340 ; il est conservé en copie contemporaine, aux ADI, B 2961, f° 147-149 et B 3246, pièce n° 23.

9 Ce texte nous est connu seulement par l’édition de J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, pp. 311-317. Je le date, de façon hypothétique, d’avant 1337 car les prescriptions qui sont ici formulées sont remises en question en 1337. Il est vraisemblable qu’il date de 1336, car, auparavant, le dauphin n’a pas légiféré de manière « solennelle », se contentant de résoudre de manière pragmatique les problèmes qui se posaient à lui depuis son arrivée au pouvoir, à la Noël 1333.

10 Sur l’ensemble de cette documentation, voir ma thèse de doctorat, partiellement inédite : A. Lemonde, De la principauté delphinale à la principauté royale, t. I. Sur les enquêtes de Guigues VIII et Humbert II, il faut ajouter le colloque récent dirigé par T. Pécout (dir.), Quand gouverner, c’est enquêter et notamment dans ce même volume l’article d’A. Levasseur, « L’enquête générale princière comme technique de gouvernement ».

11 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, p. 308.

12 Ibid., p. 308.

13 Ibid., p. 308.

14 La bibliographie est vaste. Voir la synthèse de P. Contamine, « Réformation : un mot, une idée », l’article de C. Gauvard, « Réforme » et en dernier lieu C. Gauvard (dir.), L’enquête au Moyen Âge ainsi que T. Pécout (dir.), Quand gouverner, c’est enquêter.

15 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles, p. 150.

16 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, pp. 311-317.

17 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, p. 312.

18 Ibid., p. 313.

19 Ibid., p. 314.

20 Sur cette question du « progrès de la rationalité pratique », voir N. Coquery et alii (dir.), Écrire, compter, mesurer.

21 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, p. 333.

22 J.-P. de Valbonnais, Histoire de Dauphiné, p. 391.

23 Ibid., p. 391.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search