Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

I. Dire le nombre des serviteurs et curiaux

Jean de Bohême et ses serviteurs

La notion de grandeur de la familia dans le Chronicon Aulae regiae de Pierre de Zittau

Jana Fantysová-Matějková

Texte intégral

  • 1 Cet article est publié dans le cadre du projet de recherche (Výzkumný záměr) MSM 0021620827, České (...)
  • 2 Petra Žitavského kronika zbraslavská, dans Fontes rerum Bohemicarum (FRB).

1Pour contribuer au sujet du présent volume1, nous avons choisi d’étudier dans quelle mesure les princes et rois étaient conscients de l’importance du nombre des serviteurs les entourant, au travers d’un texte narratif, le Chronicon Aulae regiae — chronique du monastère cistercien de Zbraslav-Königsaal, fondé en 1297 par le roi de Bohême Wenceslas II2. Dans ce monastère situé à quelques pas de Prague, Pierre de Zittau, qui y fut moine et pendant un certain temps abbé, rédigea une chronique qui est aujourd’hui notre principale source narrative pour la période des derniers rois Přemyslides et du premier roi de la dynastie des Luxembourg, Jean. Son récit continue celui de son prédécesseur Otton de Thuringe, mais en élargit la perspective au point de devenir une chronique patriotique bohémienne qui s’achève au printemps 1338, peu avant la mort de son auteur.

  • 3 Pour ce qui est de la cour de Jean, les historiens doutent que des comptes et ordonnances aient jam (...)
  • 4 P. Moraw, « Über den Hof Johanns » ; voir notamment les listes pp. 114-120.
  • 5 I. Hlaváček, « Dvůr a rezidence českých panovníků ».

2Nous nous concentrerons donc ici sur l’Hôtel de Jean, roi de Bohême et comte de Luxembourg (1310-1346), pour lequel la question de la taille de son entourage semble avoir été particulièrement pertinente, et cela pas seulement aux yeux de Pierre de Zittau. À défaut de comptes et d’ordonnances de l’Hôtel, la cour de Jean de Bohême nous est surtout connue à travers les lettres et les chartes, les listes des témoins sur les actes et les mentions dans les sources narratives3. Des historiens ont également émis des constatations sur sa dimension : Peter Moraw a établi une liste de cinquante conseillers laïques et de vingt-cinq conseillers ecclésiastiques de Jean de Bohême, auxquels s’ajoutent le personnel de la chancellerie et les chapelains. Il en conclut que la cour de Jean était plutôt un Privathof — une cour privée relativement petite par rapport à une cour régnante, Regierungshof4. Reprenant cette optique, Ivan Hlaváček la qualifie de « cour à la limite de l’inexistence5 ». Cette exiguïté était partiellement due au fait que Jean était un roi très mobile. Régnant dans deux pays éloignés d’à peu près sept cents kilomètres l’un de l’autre, la Bohême et le Luxembourg, et vivement intéressé par la politique du Saint Empire romain comme de la France, il voyageait plus intensément qu’un empereur germanique. Ses serviteurs et officiers, liés à l’administration de ses deux pays et faisant normalement partie d’une cour sédentaire, restaient le plus souvent sur place.

  • 6 Z. Žalud, « Dvůr Jana Lucemburského », pp. 143-152 ; voir la définition de la Cour par Françoise Au (...)

3Zdeněk Žalud a tenté une esquisse de la noblesse bohémienne à la cour de Jean, appréhendant cette dernière dans une acception plus large, surtout pour ce qui est du groupe des conseillers laïques : il ressort de son analyse que les consiliarii constituaient un groupe de personnes qui n’était pas délimité avec précision et qui comprenait également les vassaux et sujets du roi tenus de procurer consilium et auxilium à leur seigneur souverain6. Cette idée prend en quelque sorte le contre-pied de l’assertion de MM. Moraw et Hlaváček, considérant la cour de Jean comme une totalité virtuelle de gens pas toujours présents à ses côtés au cours de ses voyages aux quatre coins de l’Europe mais venant régulièrement grossir son entourage pendant ses séjours çà et là. Bornés par les sources, les historiens mettent en question la nature même de la Cour. Nous nous limiterons néanmoins ici à l’opinion de Pierre de Zittau — qui exprime fréquemment son jugement sur ce qui sied ou non à un roi — et plus particulièrement à sa perception de la quantité des serviteurs.

  • 7 I. Hlaváček, « Dvůr a rezidencečeských panovníku° », pp. 40 et 47.
  • 8 Petra Žitavského kronika zbraslavská, dans FRB, t. IV, p. 244.
  • 9 Ægidius Romanus, De Regimine principum, libri III, vol. 1, livre II, chap. ii-iii ; par exemple p.  (...)
  • 10 B. Guénée, « Le prince en sa cour », p. 639.

4D’où proviennent les éléments qui ont formé les conceptions de Pierre de Zittau ? Pour partie très probablement de l’histoire récente : depuis le début du xiiie siècle, la cour du roi de Bohême augmentait en dimensions, dépassant les cours des autres princes impériaux aussi bien en éclat qu’en grandeur7. Pierre de Zittau a de bonnes raisons de juger la majesté et la cour de Jean de Luxembourg à l’aune de la situation sous Wenceslas II Přemyslide (1283-1305). Le portrait idéalisé de ce pieux souverain, fondateur et bienfaiteur du monastère cistercien de Zbraslav-Königsaal, était l’objectif principal de la Chronique de Zbraslav entamée par l’abbé Otton, le prédécesseur de Pierre. Celui-ci tient sans doute également ses idées de son expérience personnelle, acquise au gré de ses nombreux voyages et de ses rencontres avec les différentes personnes qu’il mentionne. Finalement et non en dernier lieu, les opinions de Pierre ont été formées par son extraordinaire éducation, dont témoigne sa maîtrise parfaite du latin, et par les lectures dont il nous fait part : il note ainsi la mort de Gilles de Rome († 1316), auteur des trois livres du De regimine principum dont Pierre appréciait particulièrement la partie éclairant « quemlibet patrem familie, quomodo familiam regere debeat8 ». Notons néanmoins que Gilles de Rome use d’un vocabulaire différent : au lieu de « familia », il parle de « communitas domus » et ses recommandations s’adressent toujours aux « omnes cives, reges et principes » plutôt qu’à un « pater familias9 ». On peut en déduire que Pierre de Zittau connaissait cet ouvrage qu’il considérait comme le plus important de toute l’œuvre de Gilles mais que, s’il reprend ses idées, il les adapte à la réalité et au vocabulaire courants dans son pays. Bernard Guenée parvient à une conclusion similaire au regard de Michel Pintoin quand il se demande si celui-ci a introduit le texte de Gilles de Rome dans la Chronique de Charles VI : « il est bien difficile d’intégrer les phrases d’un traité théorique dans un récit10 ».

  • 11 Par exemple : FRB, t. IV, pp. 40-41, « inter cotidiane sue familiam », ou p. 70 « inter cotidiane c (...)
  • 12 FRB, t. IV, p. 251.
  • 13 Voir les termes « familia », « familiaris » et « famulus » dans Latinitatis medii aevi Lexicon Bohe (...)
  • 14 Voir aussi ces termes dans Latinitatis medii aevi Lexicon Bohemorum, t. VI, pp. 768-769 ; FRB, t. I (...)
  • 15 Sur la reine Béatrix en 1337, voir FRB, t. IV, p. 335.

5Pour ce qui est de la terminologie, Pierre distingue la Cour solennelle ou plénière, « universa curia », et la Cour ordinaire ou quotidienne, « curia cottidiana ». Pour l’ensemble des gens attachés au roi, à la reine ou à un noble, il utilise le mot familia, qui peut allier l’adjectif cottidiana ou ordinaria et semble donc en quelque sorte synonyme de la Cour quotidienne11. Le terme Cour implique cependant plutôt un lieu fixe (par exemple Prague), alors que la familia désigne les personnes se déplaçant avec leur souverain (« regina […] cum familia pauca recedit12 »). Le membre de la familia est « familiaris ». Familiaris peut signifier aussi serviteur, plus souvent désigné comme « famulus13 ». Pour le groupe des personnes accompagnant le roi, la reine ou un baron, Pierre se sert du mot « comitatus » et « comit (at) iva14 », souvent avec un adjectif quantitatif (par exemple la reine Béatrice « cum parva commitiva exiit Pragam15 »). C’est avant tout la famille qui est sujet de considérations quantitatives, étant constituée par des familiers anonymes dont les noms ne sont révélés qu’exceptionnellement. Le roi et la reine sont cependant décrits aussi par l’intermédiaire de leurs consiliarii, dont Pierre nous révèle les noms, mais qu’il juge uniquement du point de vue qualitatif, s’intéressant surtout aux motivations et aux conséquences de leurs conseils. C’est pourquoi nous nous concentrerons surtout sur les serviteurs compris dans la notion de familia.

I. — « HONOR REGI SIT IN POPULI MULTITUDINE »

  • 16 V. V. Tomek, Dějepis města Prahy, t. I, p. 498 ; J. Spěváček, Jan Lucemburský, pp. 137-168 ; L. Bob (...)

6Âgé de quatorze ans, Jean de Luxembourg, fils du roi des Romains et empereur Henri VII, monte sur le trône de Bohême après l’extinction de la dynastie Přemyslide (1306). Entre cette date et l’avènement des Luxembourg en 1310, il y avait eu quatre années d’instabilité, pendant lesquelles les factions nobles rivales s’étaient efforcées de choisir un roi à leur convenance : les courts règnes de Rodolphe Ier de Habsbourg et de Henri de Carinthie avaient mené à la dissipation des biens et des ressources du domaine royal entre les mains des nobles. Dès son arrivée en Bohême à la tête de l’armée impériale, Jean se vit confronté à la tâche de consolider le royaume, assurer la paix et la sécurité, récupérer les châteaux et revenus du domaine royal, régler les dettes contractées par ses prédécesseurs et s’établir comme roi avec, bien entendu, une Cour dont la grandeur correspondrait à sa majesté16.

  • 17 FRB, t. IV, p. 75.
  • 18 FRB, t. IV, p. 76 : « centum millia nonaginta millia et insuper equi mille ». Pierre avait une cert (...)
  • 19 Ibid., p. 76 : « ad hoc vero non conputabantur pabulum, quod dabatur pluribus indigenis et hiis, qu (...)
  • 20 Ibid., p. 38.
  • 21 L’emploi de cet adjectif semble inévitable. Voir ibid., p. 329.
  • 22 Ibid., p. 177.

7Il ne fait pas de doute que Pierre de Zittau s’attendait alors à une continuation du gouvernement régulier des Přemyslides. Il avait lui-même décrit la splendeur de la fête qui avait suivi le couronnement de Wenceslas II le 2 juin 1297, la considérant explicitement comme un exemple à suivre pour ses successeurs. Il chante ainsi l’énorme multitude des personnes présentes à Prague, car comme dit le roi Salomon, « honor regi sit in populi multitudine17 ». Les louanges en centons de Pierre ont surtout trait au nombre des invités. Il passe ensuite aux aspects pratiques liés à l’« expensarum sumatim ratio » et à la « populi multitudo ». Il avait discuté à ce propos avec Lutold, prêtre de Wilhelmswerde, chargé d’enregistrer la distribution de l’avoine pour les chevaux. Celui-ci lui avait révélé que le nombre des chevaux des invités étrangers était énorme18 ; mais que pour se rendre compte de tous les frais, il y fallait ajouter encore l’avoine pour les chevaux des domestiques, et aussi pour ceux des gens de la familia cottidiana, dont le nombre n’était pas des moindres19 ! Il s’ensuit que non seulement Wenceslas entretenait des rapports avec un vaste réseau de personnages qui pouvaient remplir sa Cour solennelle, mais que sa Cour quotidienne devait elle-même être bien grande, puisque non-négligeable par rapport au grand nombre des invités du royaume comme de l’étranger. Selon Pierre, l’un des officiers de Wenceslas II fut nommé « vero toti familie sue prepositum et magistrum20 ». Telle est l’idée qu’avait Pierre de Zittau de la grandeur de la Cour qu’un roi de Bohême se devait d’entretenir. Le couronnement du roi Jean et de son épouse Élisabeth fut lui aussi sujet de louanges. La foule précédant et suivant le couple en procession fut « innumerabilis21 » ; Pierre mentionne également la familia, quoique sans adjectif, désignant ainsi tous les nombreux convives banquetant dans les locaux du couvent des frères mineurs : « Per loca eciam plurima distributa fuit epulatura familia ; non enim in uno loco publico parari convivium tam magnificum poterat, quia frigus erat22 ». Il ne fait pas de doute que Pierre parle ici de la « famille » dans un sens plus large, incluant non seulement les familiares de Bohême, mais aussi ceux de la familia de la Maison de Luxembourg.

  • 23 Ibid., p. 177 : « Ad curiam namque huius noviter coronati Johannis regis universi magnates certatim (...)
  • 24 Ibid., chap. cix, p. 177 (mai 1312) : « Dominum Petrum, Maguntinum archiepiscopum, dominum Philippu (...)
  • 25 Ibid., p. 321.

8Ayant sa propre idée du bien commun et du profit du royaume, Pierre juge les cinq premières années du jeune roi Jean comme assez heureuses et remplies de succès : toute la noblesse bohémienne affluait à sa Cour23. Dans le même temps, Jean était entouré, secouru et conseillé par un grand nombre de personnages de l’Empire : Pierre d’Aspelt, archevêque de Mayence, Philippe, évêque d’Eichstädt, Albert de Hohenlohe, Berthold, comte de Henneberg, et Dieter de Castell — « homme aussi courageux que belliqueux. Et Jean se conduisait d’après leurs conseils dans toutes les affaires royales, comme l’empereur Henri, père du roi, l’avait déterminé24 ». Pierre de Zittau semble avoir été assez satisfait de ces bons auspices des premières années. Néanmoins, les difficultés devaient se manifester bientôt et dans les années 1330, Pierre finit par exprimer ses griefs dans une comparaison en vers de la Bohême et de la France. Racontant dans un paragraphe précédent le récit de son voyage à Paris, où il rendit visite à la famille royale française à laquelle appartenait également Bonne de Luxembourg-Bohême, fille du roi Jean et épouse de Jean, duc de Normandie (le futur roi Jean II), il dit avoir vu en France et à Paris beaucoup de choses réjouissantes : « Verum tamen […] vidi plura in quibus delectata est anima mea ». C’était entre autres la manière dont la France était gouvernée, qu’il considère comme la plus grande sagesse de ce monde : « vidi Parysius maximam huius mundi sapientiam, regis Philippi et Johanni suis filii potenciam, regine antique et iuvenis domine Gute decenciam, vidi principum et militum reverentiam, familie ordinate frequentiam, iustitiam populi, pacem regni25 ». Bref, le contraire absolu de ce qu’il observait en Bohême, administrée par les nobles et où le roi ne séjournait que peu.

  • 26 Ibid., p. 321.

9Pour décrire la façon dont la France est gouvernée, Pierre met en avant six éléments, parmi lesquels la familia (les serviteurs de la Cour), auxquels il attribue respectivement différentes qualités : le roi est défini par la puissance, la reine se distingue par sa décence, les princes et chevaliers par le respect envers les précédents ; la familia doit être ordonnée et surtout nombreuse, le peuple traité avec justice et la paix régner dans tout le royaume. Ainsi, aux yeux de Pierre, la grandeur (frequentia) de la familia est un élément tout à fait essentiel dont l’absence signale les pires temps du royaume : « Dicque Bohemia […] tua tempora sunt modo pessima…26 » ! Ce n’est cependant pas le seul aspect du problème, et nous aurions peut-être tort de le traiter séparément.

II. — LE PROBLÈME DE LA TAILLE DE LA COUR DE JEAN L’AVEUGLE

  • 27 Ibid., p. 228.
  • 28 V. Chaloupecký, « Privilegium krále Jana », pp. 52-59 ; L. Bobková, Velké dějiny, t. IVa, pp. 26-30

10Pierre de Zittau fait ses premières observations relatives aux dimensions réduites de la familia du roi Jean en 1315. Après la mort de l’empereur Henri VII en 1313, la noblesse bohémienne commença à se plaindre de la présence d’étrangers qui, exerçant les offices, administrant les châteaux et détenant les prébendes, percevaient les ressources du Trésor royal. Selon Pierre, dont le sentiment patriotique était très développé mais bien différent de celui des nobles, les étrangers étaient sages et les barones du royaume n’étaient motivés que par la jalousie27. Les Bohémiens affirmaient néanmoins que ces Alemani percevaient l’argent du royaume sans être capables d’en assurer la sécurité. Il est vrai que lors de sa montée sur le trône en 1310, Jean leur avait promis de ne confier les offices du royaume qu’aux autochtones28. Il y fut désormais obligé : Berthold, comte de Henneberg, Ulrich, landgrave de Leuchtenberg, Dieter de Castell et plusieurs autres quittèrent le royaume, et les Bohémiens, notamment Henri de Lipa et Jesek de Vartenberg, prirent les rennes de l’administration.

  • 29 FRB, t. IV, p. 228.
  • 30 Ibid., p. 229.
  • 31 J. Spěváček, Jan Lucemburský, p. 227.

11Pierre de Zittau constate que la paix attendue ne fut pas au rendez-vous et que, pire encore, les revenus du roi baissèrent sensiblement : le roi devait percevoir 500 ou 600 marcs d’argent par semaine de l’extraction minière et du monnayage de Kutná Hora (Kuttenberg), mais n’en recevait le plus souvent que seize. Le reste était distribué au gré des décisions du puissant baron Henri de Lipa. La roue de la Fortune tourna alors en faveur de ce dernier : « La grandeur de Henri de Lipa dépassa tous les autres en Bohême et son renom, sa gloire et sa curia ac ingens familia s’accrurent au point que son escorte, constituée des clientes ac milites — marchant devant et derrière lui — était beaucoup plus considérable que celle du roi. Tout est subordonné à ses ordres et instructions ; même le roi et tout le peuple obtempèrent », se plaint le cistercien29. Pierre estime que c’est cette « amicorum ac famulorum valida multitudo » qui donna à Henri de Lipa le sentiment d’intouchabilité — de ne pas pouvoir être dupé ou dépossédé30. Néanmoins, quelque temps après, le 26 octobre 1315, Henri de Lipa fut arrêté et emprisonné par le roi et une guerre civile éclata dans le royaume31.

  • 32 FRB, t. IV, p. 242. Il donne leurs noms en les introduisant ainsi : « Hii vero in consilio regine p (...)
  • 33 Ibid., pp. 232 et 241.
  • 34 Ibid., pp. 245, 247-248.

12L’éclat de la familia du baron bohémien et l’absence d’une nette supériorité de celle du roi étaient intensifiés par l’attitude de quelques femmes éminentes, les trois reines de Bohême, dont deux étaient douairières : Henri de Lipa entretenait une liaison avec la reine douairière de Bohême Élisabeth Richeza ; afin de déjouer l’alliance entre Henri de Lipa et un autre puissant baron, Pierre de Rosenberg, Jean proposa à ce dernier d’épouser l’autre reine douairière, Viola de Teschen, au lieu d’une fille de Henri de Lipa. Pendant ce temps, une troisième coterie de barons s’attachait à la reine Elishka Přemyslide, épouse de Jean, qui supportait très mal la compétition avec Élisabeth Richeza et Henri de Lipa. Pierre de Zittau, lui aussi attaché à la reine Elishka, appelle ce groupe regine consiliarii32 ; il les critique pour avoir causé des difficultés au roi et au royaume en contribuant à ce que l’archevêque de Mayence Pierre d’Aspelt, homme de confiance de Jean et gouverneur du royaume pendant son absence, démissionne de cette fonction et quitte la Bohême le 8 avril 131733. Les guerres, causées par la compétition avec le roi et l’irrévérence envers lui allant jusqu’à la lèse-majesté, durèrent jusqu’en 1319 où une paix fut conclue avec l’aide du roi des Romains Louis de Bavière34.

13Cinq ans plus tard encore, Pierre se plaint des difficultés que rencontrent le roi, sa Cour et toute personne dirigeante : plus une personne est chargée de fonctions importantes et prestigieuses, plus ses soucis sont grands (« Video, quod non modo desunt / principibus cure ; sub duro stat modo iure / Curia magnatum »). C’est la raison pour laquelle Pierre recommande à ses lecteurs d’éviter la Cour en faisant jouer les mots Curia et cura :

  • 35 « Ceux qui poursuivent une carrière à la Cour sont rarement heureux » : ibid., p. 273.

Curia vitetur, et cura tibi minuetur.
Curia, iurgia, curaque maxima se comitantur.
Ista sequentes, pace carentes raro beantur35.

  • 36 L. Bobková, Velké dějiny, t. IVa, pp. 49-58.
  • 37 FRB, t. IV, p. 230 ; J. Spěváček, Jan Lucemburský, pp. 231-232.
  • 38 Ibid., pp. 243-244 ; ibid., pp. 257-258 ; Henri de Lipa et Pierre de Rosemberg disposaient de troup (...)
  • 39 Ibid., pp. 247-248.
  • 40 Ibid., p. 320 : « Familia vero fere tota, que de Francia et de Luczelburgensi comicia cum eadem Bla (...)

14Notons aussi la manière dont Pierre de Zittau traite de la « curia ac ingens familia » de Henri de Lipa : il emploie les termes « clientes ac milites » pour décrire sa puissance militaire d’une part et « amicis et famulis » en parlant de sa puissance politique, mais on comprend qu’il s’agit à peu près des mêmes personnes présentes à sa Cour, que Pierre compare à celle du roi. Évidemment, après le départ des Alemani, la Cour praguoise de Jean se dépeupla et le roi dut avoir du mal à trouver de nouveaux serviteurs dans les trois factions compétitives précitées. De plus, dans les conflits armés (1315-1319) qui s’enchaînaient depuis l’arrestation de Henri, le roi avait un besoin urgent de militaires36 : il reçut les renforts de la part des archevêques Baudouin et Pierre d’Aspelt qui vinrent en 1316 « cum quadringentis magnis dextrariis electaque militia et exercitu glorioso37 » ; en novembre 1317, il revint de Rhénanie à la tête d’une troupe de deux cents chevaliers. La méfiance régnait entre Bohémiens et Rhénans à tel point que le roi refusa les services de quelques jeunes « barones regi fideles » du royaume venus pour le servir « cum decenti familia ». Les troupes du roi comptaient désormais trois cents chevaliers38 : la familia du roi, décrite comme inférieure à celle de Henri de Lipa, comptait donc une centaine de heaumes. En 1319, le roi finit par promettre aux Bohémiens de renvoyer les troupes rhénanes, de leur réserver les offices et de ne gouverner le royaume que « cum Boemorum consilio39 ». Les Bohémiens persistèrent dans leur hostilité aux étrangers : en 1334, ils imposèrent le renvoi de la familia de la belle-fille de Jean, Blanche de Valois, et l’entourèrent d’une nouvelle familia bohémienne40.

  • 41 Minne und Gesellschaft, p. 70, v. 361 et p. 71, v. 87-88 ; Guillaume de Machaut, Le Jugement du roy (...)
  • 42 FRB, t. IV, pp. 308-309 : « Eodem anno Anna, octennis regis Johannis filia, de Praga versus Lucenbu (...)

15Dans les dix premières années de son règne, Jean s’efforça de se créer en Bohême une Cour à part entière réunissant les impériaux, les Rhénans et les Bohémiens, mais face à l’opposition des barons bohémiens, il n’y réussit pas. Comme en témoignent les sources littéraires, telle la Minne und Gesellschaft, sa grande Cour (« hoffe groz »), comptant les meilleurs chevaliers de la Rhénanie (« alhie die besten ritter sin / die man vindet umb den Ryn ») se réunissait plutôt dans ses domaines à l’Ouest, notamment au château de Durbuy dont parle Guillaume de Machaut dans son Jugement dou roy de Boesme. Ces œuvres évoquent une Cour de grandeur idéale et absolue : Minne und Gesellschaft énumère ses chevaliers, au nombre de douze ; Guillaume de Machaut décrit la Cour au moyen de seize personnages allégoriques — les vertus princières41. En Bohême, Pierre de Zittau ne pouvait guère que se lamenter : toute la famille royale étant au Luxembourg, personne ne demeurait à Prague (en 1331). Seul Dieu veillait sur la paix dans le royaume42.

  • 43 Ibid., p. 323.

16Pierre de Zittau comme Guillaume de Machaut voyaient avec justesse que la vie du roi était écartelée entre l’au-delà et l’en deçà du Rhin : le premier souhaite que la bravoure chevaleresque montrée par le roi à l’ouest soit également remarquée par les Bohémiens43, le second raconte les exploits de Jean en Europe centrale et ses croisades en Prusse, jugeant inutile de relater ce qui se passa en deçà du Rhin :

  • 44 Guillaume de Machaut, Le Confort d’ami, p. 107.

Si que, biaus amis, se tu vues
Bien retenir ceste leçon,
Au cuer t’en sera dous le son.
De ce qu’il fist deça le Rin
Me tais ; car moult bon pelerin,
Maint chevalier, mainte dame
Savent qu’il ni ot point de blame44.

III. — « NE PAULISPER SUBMISSIUS DUCERENTUR, QUAM DECET »

  • 45 L’expression latine ci-dessus provient de la première phrase du chap. lxiii du livre Ier de la Chro (...)
  • 46 Ibid., p. 332.
  • 47 Ibid., p. 255 : « Anno Domini MCCCXIX [1319] in die sanctorum Innocentum ad vesperam crepusculo cre (...)
  • 48 Ibid., p. 312 : « Tantum autem rex iste exultavit ad currendam istam viam, quod paucissimam habere (...)
  • 49 Ibid., p. 323 : « Eundem regem in illis partibus omnibus non desii querere, sed eum ut circumvolant (...)

17Un troisième type de considérations relatives à la grandeur de la suite du roi Jean a trait à ses fréquents déplacements45. Jean voyageait très souvent et très vite, ce qui l’empêchait d’entretenir pendant ses voyages une suite nombreuse. Pierre de Zittau est bien conscient des avantages des déplacements d’une petite suite, mais les considère comme appropriés surtout en cas de guerre. En 1336, le roi, comparé par Pierre au lion (« quasi leo rapiens et rugiens ») et à l’aigle (« veluti aquila »), partit à marche forcée avec une petite suite (« cum paucis ») aider son gendre Henri de Bavière à lutter contre les Habsbourg46. Ce qui convient pendant un conflit militaire ou en cas de danger ne convient toutefois pas lors des voyages ordinaires du roi. Jean prit l’habitude de quitter Prague la nuit « cum paucis » (une dizaine de cavaliers probablement) et à l’insu de tous. Il chevauchait si vite qu’il fit une fois le trajet de Prague à Francfort en quatre jours47. Et quand quelques-uns croisèrent le roi avec sa petite suite (« paucissima commitiva »), ils furent étonnés de sa chevauchée hâtive et l’interrogèrent sur les motifs de sa précipitation. Le roi leur répondit : « Je me hâte, car je veux être à Paris en France à la veille du jour de Noël ». Selon le cistercien, les gens de tout âge s’étonnaient de la longueur et de la fréquence des voyages du roi. Il semblait à ceux qui l’apercevaient sur la route qu’il ne chevauchait pas mais volait presque. « Si tu le rencontrais — dit Pierre — tu le prendrais plutôt pour un serviteur que pour un seigneur48 ». En 1334, Pierre de Zittau se vit confier la tâche ingrate de rechercher le roi « circumvolantem cum paucis » dans les pays rhénans — sans succès. Selon lui, les sages n’aiment pas ce roi, car il mène une vie trop mouvementée49.

  • 50 Die Metzer Chronik des Jaique Dex, pp. 64 et 67.

18La petite suite du roi « volant » devait également faire impression sur les souverains voisins, les Habsbourg et la comtesse de Bar, ce qui occasionna une guerre, comme en atteste le chroniqueur messin Jaique Dex lorsqu’il évoque dans sa chronique « un si petit reaume comme le royaume de Baheigne ». La comtesse Yolande de Bar aurait qualifié Jean de « roitel », diminutif du « roi » désignant un oiseau, car « il sembloit a la dite contesse que le reame de Bahaigne fut ung petit reame, de quoy on ne debvoit tenir compte »50. Très probablement, l’image du « petit royaume de Bohême » dont parle le Messin émerge par rapport à l’éclat de la cour de France, car elle n’a rien en commun avec les proportions et la richesse réelles du royaume dans le contexte du Saint Empire romain.

19Ayant analysé trois types de commentaires de Pierre de Zittau relatifs à la grandeur de la Cour, de la familia ou de la suite des rois, nous ne pouvons que conclure que, non seulement les rois et les princes, mais aussi le vaste public étaient conscients de l’importance du nombre des serviteurs d’un souverain. Dans un premier temps, une grande Cour correspondait à un idéal lié à la notion d’honneur du roi. Dans un second temps, une grande familia bien ordonnée était le signe et même la condition d’un gouvernement régulier et efficace. L’absence d’une suite ou familia nombreuse s’avère être un grave problème surtout en cas de conflit ou simplement en comparaison avec les personnes de rang inférieur : le roi doit avoir une familia plus grande que les barons les plus puissants de son royaume ; son éclat royal doit impressionner les ducs et comtes voisins ; et il doit être accompagné d’une suite digne d’un roi pour ne pas être confondu avec un serviteur.

20Nous avons également constaté que parmi les modèles du moine patriote de Bohême figure l’exemple de la cour de France que Pierre connut d’abord par le De regimine principum de Gilles de Rome, rédigé pour le futur roi Philippe le Bel et qui connut un beau succès par la suite ; puis personnellement à l’occasion de sa visite à Paris en 1334 qui lui inspira des lamentations sur l’état du royaume de Bohême. Dans cette optique, les attitudes et habitudes peu royales du roi Jean s’avèrent excentriques et critiquables, quoique bien dans la lignée de la tradition chevaleresque. Il est fort probable que ce fut justement cette différence par rapport à la Cour royale française qui inspira à Guillaume de Machaut les louanges au roi Jean présenté comme un roi modeste, généreux et chevaleresque :

  • 51 Guillaume de Machaut, Le Confort d’ami, pp. 103-104.

Briefment il n’avoit d’argent cure ;
Ne riens qu’onneur ne desiroit :
La ses cuers seulement tiroit.
S’il avoit une cote grise
De drap de poulainne ou de frise,
Et un cheval tant seulement ;
Il li souffissoit hautement51

  • 52 R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne, pp. 59 et 88 ; C. Gauvard, « Portrait du prin (...)

21Dans le Confort d’ami, l’honneur chevaleresque, la modestie personnelle et la bravoure militaire de Jean de Bohême sont proposés en exemple au roi de Navarre Charles d’Evreux, alors prisonnier du roi de France Jean le Bon. Machaut rejoint ainsi le parti critiquant Jean le Bon et proposant une réforme de la royauté française52.

Notes

1 Cet article est publié dans le cadre du projet de recherche (Výzkumný záměr) MSM 0021620827, České země uprostřed Evropy v minulosti a dnes, développé par la Faculté des Lettres de l’université Charles de Prague.

2 Petra Žitavského kronika zbraslavská, dans Fontes rerum Bohemicarum (FRB).

3 Pour ce qui est de la cour de Jean, les historiens doutent que des comptes et ordonnances aient jamais existés. Z. Žalud, « Tzv. užší dvůr Jana Lucemburského », p. 128.

4 P. Moraw, « Über den Hof Johanns » ; voir notamment les listes pp. 114-120.

5 I. Hlaváček, « Dvůr a rezidence českých panovníků ».

6 Z. Žalud, « Dvůr Jana Lucemburského », pp. 143-152 ; voir la définition de la Cour par Françoise Autrand dans A. Vauchez (dir.), Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, t. I, p. 405 : « l’entourage du prince qui lui donne aide et conseil pour prendre ses décisions, rendre la justice et gérer ses domaines ».

7 I. Hlaváček, « Dvůr a rezidencečeských panovníku° », pp. 40 et 47.

8 Petra Žitavského kronika zbraslavská, dans FRB, t. IV, p. 244.

9 Ægidius Romanus, De Regimine principum, libri III, vol. 1, livre II, chap. ii-iii ; par exemple p. 130 : « Quommodum se habet communitas domus », ou p. 135 : « Qualis sit communitas domus et quo oportet domum ex pluribus constare personis ».

10 B. Guénée, « Le prince en sa cour », p. 639.

11 Par exemple : FRB, t. IV, pp. 40-41, « inter cotidiane sue familiam », ou p. 70 « inter cotidiane consorcium familie ». La terminologie a été partiellement étudiée par D. Dvořáčková, dans « Panovnický dvůr ve středověku », pp. 18-19 ; voir aussi plus bas les exemples fournis pour cette étude.

12 FRB, t. IV, p. 251.

13 Voir les termes « familia », « familiaris » et « famulus » dans Latinitatis medii aevi Lexicon Bohemorum, t. XI, pp. 583-586 et 589-591.

14 Voir aussi ces termes dans Latinitatis medii aevi Lexicon Bohemorum, t. VI, pp. 768-769 ; FRB, t. IV, p. 177.

15 Sur la reine Béatrix en 1337, voir FRB, t. IV, p. 335.

16 V. V. Tomek, Dějepis města Prahy, t. I, p. 498 ; J. Spěváček, Jan Lucemburský, pp. 137-168 ; L. Bobková, Velké dějiny, t. IVa, pp. 31-36.

17 FRB, t. IV, p. 75.

18 FRB, t. IV, p. 76 : « centum millia nonaginta millia et insuper equi mille ». Pierre avait une certaine prédilection pour ce genre d’information. Lors du mariage de la princesse Anne, fille de Jean, avec Otton de Habsbourg, il palabra avec le maréchal du marquis Charles en charge de cet événement, qui lui dit avoir distribué de l’avoine pour 6 000 chevaux. Ibid., p. 329.

19 Ibid., p. 76 : « ad hoc vero non conputabantur pabulum, quod dabatur pluribus indigenis et hiis, qui inter cottidianam familiam fuerant computati, quorum tamen numerus non est parvus ».

20 Ibid., p. 38.

21 L’emploi de cet adjectif semble inévitable. Voir ibid., p. 329.

22 Ibid., p. 177.

23 Ibid., p. 177 : « Ad curiam namque huius noviter coronati Johannis regis universi magnates certatim confluunt, pacem custodiunt ».

24 Ibid., chap. cix, p. 177 (mai 1312) : « Dominum Petrum, Maguntinum archiepiscopum, dominum Philippum, Eystetensem episcopum, Albertum de Hoynloch et Bertoldum comitem de Henberg, Ditherum quoque dictum de Castello, virum non minus animosum quam bellicosum, secum tunc rex in comitatu suo habuit, quorum consiliis, sicut imperator Heinricus, pater regis, disposuerat, in omnibus negociis regalibus usus fuit ».

25 Ibid., p. 321.

26 Ibid., p. 321.

27 Ibid., p. 228.

28 V. Chaloupecký, « Privilegium krále Jana », pp. 52-59 ; L. Bobková, Velké dějiny, t. IVa, pp. 26-30.

29 FRB, t. IV, p. 228.

30 Ibid., p. 229.

31 J. Spěváček, Jan Lucemburský, p. 227.

32 FRB, t. IV, p. 242. Il donne leurs noms en les introduisant ainsi : « Hii vero in consilio regine principales fuere ».

33 Ibid., pp. 232 et 241.

34 Ibid., pp. 245, 247-248.

35 « Ceux qui poursuivent une carrière à la Cour sont rarement heureux » : ibid., p. 273.

36 L. Bobková, Velké dějiny, t. IVa, pp. 49-58.

37 FRB, t. IV, p. 230 ; J. Spěváček, Jan Lucemburský, pp. 231-232.

38 Ibid., pp. 243-244 ; ibid., pp. 257-258 ; Henri de Lipa et Pierre de Rosemberg disposaient de troupes comparables. Le nombre de 300 ou 400 heaumes apparaît fréquemment. Voir ibid., p. 253.

39 Ibid., pp. 247-248.

40 Ibid., p. 320 : « Familia vero fere tota, que de Francia et de Luczelburgensi comicia cum eadem Blanka in Boemiam venerat, lapso uno mense cum expensis duorum milium sexagenarum in die beate Margarete ad terras suas remittitur et familia alia de Boemia per nobiles terre eidem domine applicatur ».

41 Minne und Gesellschaft, p. 70, v. 361 et p. 71, v. 87-88 ; Guillaume de Machaut, Le Jugement du roy de Behaigne, pp. 134-135 ; M. Margue et J. Schroeder, Un Itinéraire européen, pp. 150-151.

42 FRB, t. IV, pp. 308-309 : « Eodem anno Anna, octennis regis Johannis filia, de Praga versus Lucenburg deducitur et ibidem aliis regni heredibus sociatur. Qua recendente regnum stat confusibiliter sine domino, sine omni semine regio sine regimine, sine rege ; pax aliqualis, que est in regno, ascribitur soli Deo ». Voir aussi ibid., p. 312.

43 Ibid., p. 323.

44 Guillaume de Machaut, Le Confort d’ami, p. 107.

45 L’expression latine ci-dessus provient de la première phrase du chap. lxiii du livre Ier de la Chronique de Königsaal de P. de Zittau qui rapporte le couronnement de Wenceslas II en 1297 (FRB, t. IV, p. 75).

46 Ibid., p. 332.

47 Ibid., p. 255 : « Anno Domini MCCCXIX [1319] in die sanctorum Innocentum ad vesperam crepusculo crebrescente sub silencio nemine consciente Johannes, rex Bohemie, de Praga cum paucis egrediens versus Lucelburg iter aripuit » ; ibid., p. 312 : « [1331] Hiis dispositis, die octavo, hoc est in die beate Lucie, tempore nocturno nemine conscio cum decem tantum viris Praga rex secretius exivit… » ; ibid., p. 335 : « [1337] Noctis tempore de Praga nemine opinante exiit, portam civitatis mox post se claudi iterum precepit et sic festinando in Frankenfurt die quarta post eius exitum pervenit ».

48 Ibid., p. 312 : « Tantum autem rex iste exultavit ad currendam istam viam, quod paucissimam habere sequentem poterat comitivam. Quibusdam vero sibi in via occurrentibus casualiter et de ipsius festino progressu mirantibus et interrogantibus rex sic dixit : Ideo festino, quia in vigilia Christi Parisius in Francia esse volo. Miratur omnis etas, quod tam longas frequenter solet facere rex dietas. In via cernitur non ut equitans, sed pocius quasi volans : Hunc si sic equitantem cerneres, plus eum esse famulum, quam dominum iudicares ».

49 Ibid., p. 323 : « Eundem regem in illis partibus omnibus non desii querere, sed eum ut circumvolantem cum paucis undique nullatenus potui invenire ; audivi tamen ibidem a sapientibus, quod ipsis non placet huius regis tam frequens circumagitacio et discursus ».

50 Die Metzer Chronik des Jaique Dex, pp. 64 et 67.

51 Guillaume de Machaut, Le Confort d’ami, pp. 103-104.

52 R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne, pp. 59 et 88 ; C. Gauvard, « Portrait du prince d’après l’œuvre de Guillaume de Machaut ».

Auteur

Univerzity Karlovy v Praze (Institut d’histoire tchèque, université Charles de Prague)

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search