Version classiqueVersion mobile

Les entourages princiers à la fin du Moyen Âge

 | 
Alexandra Beauchamp

Introduction

Alexandra Beauchamp

Texte intégral

  • 1 Au rang des publications collectives récentes, symptomatiques de cet intérêt, on peut citer le recu (...)
  • 2 Cette expression, qui fait écho aux analyses de Norbert Elias, est de R. Costa Gomes, The Making of (...)
  • 3 Selon B. Guenée, « Cour », p. 254.
  • 4 J.-M. Cauchies utilise cette expression pour désigner l’entourage des ducs de Bourgogne, à la fin d (...)
  • 5 W. Reinhard, « Introduction : élites du pouvoir, serviteurs de l’État, classes dirigeantes ».

1L’histoire politique des royaumes et principautés européens de la fin du Moyen Âge s’est grandement nourrie ces trois dernières décennies du regain d’intérêt pour l’histoire des entourages princiers, le monde des serviteurs, des officiers et des courtisans1. Dans le sillage des modernistes, les médiévistes ont accordé une attention renouvelée aux hommes — et dans une moindre mesure aux femmes — qui gravitent dans l’orbite immédiate des princes, en raison des liens de confiance, de fidélité, parfois renforcés par la concession de charges domestico-privées, administratives et politiques ou militaires. À ceux, donc, qui constituent des « réseaux d’êtres humains interdépendants liés par des équilibres de pouvoirs asymétriques et changeants2 », et qui, au sein des hôtels, conseils, premières institutions centrales des royautés et principautés et des cours, « lieux de pouvoir par excellence3 » sont désormais considérés comme les piliers de « l’appareil de gouvernement, d’administration et de relations publiques4 ». La connaissance de ceux sur lesquels rois, reines, ducs, dauphins et autres grands s’appuient pour régner et accroître leur autorité, imposer leurs décisions et obtenir l’adhésion des sujets, participe selon un constat récurrent d’une histoire (sociale) du pouvoir (politique), longtemps envisagée sous l’angle de l’étude de la genèse de l’État moderne5. Cette attention pour les sociétés auliques analysée en ces termes par Jean-Marie Moeglin a donc mis fin à la relative désaffection dont elles ont longtemps fait l’objet :

  • 6 J.-M. Moeglin, « Les recherches françaises sur les Cours et résidences au bas Moyen Âge », p. 357. (...)

La recherche sur les Cours et résidences du bas Moyen Âge est durablement restée en France […] ce que l’on peut sans doute appeler un angle mort de la recherche historique. […] Ce désintérêt s’explique donc avant tout, me semble-t-il, par le poids d’une idée dans la recherche française en matière d’histoire politique : ce dont l’historien devait traquer les premiers frémissements, c’était le développement des institutions royales, l’avènement d’une monarchie bureaucratique et centralisée ; et cet avènement conduisait précisément à attribuer un rôle secondaire à la Cour royale, réduite au rang d’une institution marginale, chargée de veiller à l’entretien matériel et au divertissement du prince6.

  • 7 De nombreux travaux, comme l’article « Hôtel » du Dictionnaire du Moyen Âge, rédigé par Élisabeth L(...)
  • 8 Conformément au projet assigné à de nombreuses enquêtes prosoprographiques, depuis le congrès « fon (...)
  • 9 P. Lewis, « Reflections on the role of royal clientèles » ; concernant le bastard feudalism, voir l (...)
  • 10 Sur l’encadrement normatif des sociétés auliques voir principalement H. Kruse et W. Paravicini (dir (...)

2Afin de saisir les pratiques politiques qui présidaient aux destinées des principautés et royaumes de la fin du Moyen Âge et de cerner les mécanismes de pouvoir auxquels les entourages princiers participaient, nombreux sont désormais les travaux — dont on ne prétend aucunement dresser ici de bilan — consacrés aux contours, parfois évanescents, des hôtels et des cours, à leurs logiques de constitution, de même qu’à l’organisation institutionnelle et administrative des corps où leurs membres officient7. Pour ce faire, leurs historiens ont souvent enrichi leur approche politico-institutionnelle d’une démarche prosopographique8. Ils ont ainsi par exemple pu déterminer le profil des individus qui composaient les groupes de serviteurs princiers (identité, origine sociale et géographique, liens familiaux et individuels, réseaux), leurs différents types de carrières au service des princes, ainsi que les logiques de recrutement et de clientélisme auxquelles ils étaient confrontés, dans un contexte de sociétés politiques qui ne sont plus complètement ni uniquement structurées par des liens féodaux9. Ce faisant, ils ont été amenés à évaluer l’ampleur numérique de ces entourages princiers, dont la vie curiale de plus en plus ritualisée et normée aux derniers siècles du Moyen Âge participe d’une mise en scène croissante du pouvoir princier10.

  • 11 « Entre ambitions princières, idéal de gouvernement et principe de réalité : les effectifs des serv (...)
  • 12 Jana Fantysová-Matějková, Francisco de Paula Cañas Gálvez, Raphaëlle Schott et Alexandra Beauchamp.

3Nourri de ces riches apports, le présent volume s’intéresse plus particulièrement à l’importance politique et symbolique des effectifs des sociétés et structures curiales bas médiévales. Autrement dit, les dix études qui suivent auscultent les entourages royaux et princiers d’une vaste Europe (de la Scandinavie à la péninsule Ibérique, en passant par l’Empire, la Bohême et la France, aux xive et xve siècles) sous l’angle particulier du nombre des proches serviteurs, officiers et conseillers princiers. Ces études synthétisent et prolongent l’apport d’une journée d’études co-organisée en 2009 à l’université de Limoges avec la Casa de Velázquez11. Aux contributions écrites par les intervenants à cette journée d’études, nourries et augmentées par la teneur des riches débats qui s’y sont tenus s’ajoutent, dans le présent volume, les articles de nouveaux contributeurs, sollicités pour leur connaissance de royautés et principautés médiévales dont les sources et la situation géographique permettent non seulement de compléter les analyses précédentes, mais aussi d’élargir le spectre géographique initialement considéré12.

  • 13 Voir par exemple les critiques et mesures à l’encontre de l’accroissement général du nombre des off (...)

4Le projet, tel qu’il a été soumis aux auteurs, se concentre en effet sur la question de la perception numérique que les rois, reines, princes et princesses et leurs contemporains de la fin du Moyen Âge avaient de leur entourage. Dans une perspective d’étude des représentations du corps politique, le propos de ce volume est en effet de réfléchir d’une part aux discours explicites ou implicites tenus sur l’ampleur de ces entourages princiers, et d’autre part aux raisons de l’enrôlement au service des princes d’un nombre plus ou moins conséquent et généralement fluctuant de serviteurs auliques, à une époque où le nombre croissant des officiers princiers est souvent jugé excessif par les contemporains, qui les taxent de tous les maux13. Dans les pages qui suivent, l’attention se porte donc à la fois sur les officiers domestiques et administratifs des Hôtels, sur les curiaux et les conseillers qui, à la fin du Moyen Âge, exercent selon les cas et les contextes, qui une charge effective et parfois quotidienne, qui un rôle honorifique n’impliquant pas forcément une obligation de présence permanente dans l’entourage princier. Ce faisant, les articles réunis ici analysent les besoins domestiques, administratifs, politiques ou encore militaires, de même que les motivations symboliques ou idéologiques qui déterminent les variations du nombre des hommes et femmes qui servent, conseillent ou accompagnent le prince au quotidien. À travers l’évaluation de leurs effectifs, des façons dont ils sont perçus, quantifiés et dénombrés, il s’agit de montrer dans quelle mesure la nomination et la présence d’un certain nombre d’individus aux côtés des princes procèdent plutôt de motivations matérielles et pragmatiques ou répondent d’abord à leur volonté d’avoir un entourage qui fasse nombre et qui, par son importance numérique, manifeste leur grandeur.

  • 14 E. Gonzalez, Un prince en son hôtel, pp. 67-77 ; sur le caractère économique de la dépense des hôte (...)
  • 15 B. Guenée, « Cour », p. 253.
  • 16 E. Lalou, « Quotidien et temps de fête ». Dans les pages qui suivent, on n’a volontairement pas cen (...)
  • 17 M. Boone et M. Vandermaesen, « Conseillers et administrateurs », pp. 297-298.

5Le questionnement porte donc d’une part sur l’adaptation des effectifs de serviteurs et du nombre des courtisans sollicités au principe de réalité, aux contingences pratiques et domestiques ainsi qu’administratives et politiques, mais aussi aux préoccupations comptables et financières liées à leur rémunération. Ces différentes contraintes, dont a par exemple déjà témoigné l’étude, par Élizabeth Gonzalez, des déboires de l’Hôtel des ducs Charles et Louis II d’Orléans lors de leur captivité respective, pèsent d’autant plus sur la constitution et l’évolution numérique des entourages princiers que le poids financier de l’entretien d’une Maison et d’une Cour grève lourdement le « budget » de royautés et de principautés qui se jugent souvent impécunieuses14. Les fluctuations des effectifs de serviteurs princiers, les recrutements comme les destitutions peuvent alors être envisagés en terme de variables d’ajustement, à visées non seulement économiques mais aussi politiques et administratives, de la part de princes de la fin du Moyen Âge qui cherchaient partout « à fixer et à maîtriser la composition de leur Hôtel », selon Bernard Guenée15. On comprend dans ce contexte, grâce aux recherches d’Élisabeth Lalou, l’intérêt pour le roi de France à la fin xiiie siècle d’engager des extras pour renforcer le service de l’Hôtel les jours de fête16 ; de même que, depuis les travaux de Marc Boone et Maurice Vandermaesen, on connaît le lien étroit entre l’évolution des institutions centrales du comté de Flandre aux xive et xve siècles et celle du nombre des conseillers et administrateurs et la politique comtale, qui favorise et s’appuie sur la monétarisation de l’économie et la croissance des revenus comtaux17.

  • 18 C. Dyer résume ainsi cette idée : « a body of numerous followers demonstrated their lord’s standing(...)

6La délicate question de l’adéquation du nombre des hommes à la mission qui leur est assignée et aux moyens princiers amène d’autre part à s’interroger sur l’importance, pour les princes, d’avoir un Hôtel, des offices, des conseils bien fournis, d’individus en nombre suffisant pour répondre à l’image qu’ils ont ou souhaitent donner d’eux-mêmes. Car l’Hôtel et la Cour sont considérés comme des sources de rayonnement pour et par les princes, comme pour les aristocrates de la fin du Moyen Âge qui y voient un moyen de manifester leur standing18. Elizabeth Gonzalez a ainsi souligné, à propos de l’Hôtel des ducs d’Orléans, que

  • 19 E. Gonzalez, Un prince en son hôtel, p. 145.

l’Hôtel peut en effet être considéré, dans ce monde du paraître, comme la vitrine de la puissance princière. Des effectifs importants sont signe de grandeur et de splendeur, ce qui explique que le prince ait à cœur de se montrer en belle et nombreuse compagnie19.

  • 20 B. Schnerb, L’État bourguignon, p. 290 ; B. Guenée, « Cour », p. 255, a la même analyse : « dans ce (...)
  • 21 Sur les différents indicateurs qui, dans la société princière germanique, témoignent du rang de cha (...)
  • 22 M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III et « Las residencias de Carlos III ».
  • 23 B. Guillemain, « Les entourages des cardinaux à Avignon », pp. 8-9 ; N. P. Zacour, « Papal Regulati (...)
  • 24 R. Costa Gomes, The Making of a Court Society, pp. 20-25. Ce colloque a été récemment publié (2011) (...)
  • 25 Ord., éd. F. Gimeno et alii, p. 51.
  • 26 B. Schnerb, L’État bourguignon, pp. 291-293. C. Dyer, Standars of Living, p. 53, souligne d’ailleur (...)

7Et Bertrand Schnerb de rappeler combien la cour de Bourgogne contribua au prestige de ses ducs « par l’importance numérique de ses membres et l’origine sociale de certains d’entre eux20 ». À leur suite, il s’agit alors ici d’examiner dans quelle mesure l’ampleur de leur entourage était appréciée comme un marqueur du statut et de la place que les princes de la fin du Moyen Âge entendaient occuper dans la hiérarchie aristocratique et princière régionale, « nationale » ou même internationale21. María Narbona Cárceles a par exemple déjà établi que lors de ses voyages en France, le roi Charles III de Navarre, tout en veillant à être dignement logé, adaptait l’organisation et la taille son entourage pour se positionner par rapport à ses parents français22 ; Bernard Guillemain a quant à lui rappelé combien les cardinaux avignonnais « conscients de leur importance » se constituaient des cours et livrées pléthoriques, tandis que Norman P. Zacour démontrait que, par le nombre des serviteurs comme par leur train, elles n’étaient pas sans susciter l’attention réprobatrice et les tentatives de limitation des pontifes Jean XXII et Innocent VI23. Cette question du nombre suffisant ou requis de serviteurs et de curiaux semble d’autant plus centrale pour la connaissance des ambitions politiques princières que les « modèles d’organisation curiale » comme la titulature des officiers et leurs pratiques auliques s’exportent et se copient d’un territoire, d’un Hôtel à l’autre, en cette fin du Moyen Âge, comme a pu le montrer Rita Costa Gomes ou en témoigner en 2008 le colloque « La Cour du prince. Cour de France, cours d’Europe (xiiie-xve siècle) »24. Pour y répondre, il faut donc considérer avec d’autant plus de prudence l’ampleur des entourages princiers et le sens à donner aux nombres que dans certaines cours, comme celle du roi d’Aragon à partir de 1344, le cumul des charges palatines est prohibé, quand d’autres en revanche l’autorisent25 ; de même, il ne faut pas omettre qu’un même office pouvait être confié à une multitude d’individus, comme c’était le cas à l’Hôtel des ducs de Bourgogne au xve siècle, où la concession de titres et d’offices pouvait n’être qu’honorifique, n’engendrer aucune obligation de service pour les bénéficiaires et représenter un moyen de se constituer de fortes clientèles26.

8Si le nombre des serviteurs et la taille de la Cour étaient manifestement signifiants pour les sociétés princières à la fin du Moyen Âge et s’ils étaient objet d’attentions récurrentes, les riches sources ne nous livrent que de façon indirecte et souvent parcimonieuse la lecture que les contemporains en avaient. Pour mieux l’approcher, les travaux qui suivent adoptent schématiquement deux démarches. La première, qui fait l’objet de la partie initiale de ce livre, « Dire le nombre des serviteurs et curiaux », examine principalement les sources normatives et littéraires, pour mettre en avant les discours implicites ou parfois, au contraire, explicites qui y sont portés sur les effectifs des Cours et des Hôtels princiers. La seconde, auxquels se rattachent les travaux regroupés sous la bannière « De l’ampleur de quelques entourages princiers », les a amenés à dénombrer les entourages princiers dans différents contextes et à différents niveaux — notamment grâce aux sources comptables et aux différents actes de la pratique — pour mieux analyser l’importance que leur nombre pouvait avoir et mieux comprendre les raisons d’être de ses évolutions.

9Avant de leur céder la plume, je tiens à remercier les différents auteurs qui ont accepté un « cahier des charges » contraignant, pour mieux mettre en lumière, dans leur domaine d’études respectif, l’importance du nombre des serviteurs princiers à la fin du Moyen Âge. Mes chaleureux remerciements vont aussi à mes collègues limougeauds de l’équipe d’accueil 4270 CRIHAM — anciennement GERHICO-CERHILIM — et à la Casa de Velázquez, qui ont soutenu ce projet depuis l’origine et sans lesquels ce livre n’aurait pu voir le jour.

Notes

1 Au rang des publications collectives récentes, symptomatiques de cet intérêt, on peut citer le recueil Les serviteurs de l’État au Moyen Âge ; ou encore A. Marchandisse et J.-L. Kupper (éd.), À l’ombre du pouvoir ; sur les cours princières en général, voir la synthèse de M. Vale, The Princely Court.

2 Cette expression, qui fait écho aux analyses de Norbert Elias, est de R. Costa Gomes, The Making of a Court Society, p. 2.

3 Selon B. Guenée, « Cour », p. 254.

4 J.-M. Cauchies utilise cette expression pour désigner l’entourage des ducs de Bourgogne, à la fin du Moyen Âge (À la cour de Bourgogne, p. ix).

5 W. Reinhard, « Introduction : élites du pouvoir, serviteurs de l’État, classes dirigeantes ».

6 J.-M. Moeglin, « Les recherches françaises sur les Cours et résidences au bas Moyen Âge », p. 357. Il est d’ailleurs très éclairant de remarquer que dans la bibliographie compilée par B. Guenée, dans L’Occident aux xive et xve siècles, il y a, dès la première édition de 1971, une petite rubrique consacrée aux « serviteurs de l’État », où sont recensées quelques études sur des courtisans et grands commis, de même qu’une rubrique sur « l’administration de l’État : chancellerie, conseil, secrétaires », mais la Cour ne fait l’objet d’une attention spécifique (en tant que sous-rubrique de la « mise en scène du pouvoir ») que dans le 4e supplément bibliographique de la 6e édition, en 1998.

7 De nombreux travaux, comme l’article « Hôtel » du Dictionnaire du Moyen Âge, rédigé par Élisabeth Lalou, pp. 692-694, ou l’article de M. Á. Ladero Quesada, « La Casa Real », pp. 327- 329, et plusieurs études dans les pages qui suivent, soulignent la difficulté de déterminer les limites respectives des Cours princières de la fin du Moyen Âge et de l’Hôtel qui en constitue le noyau. L’historiographie francophone parle volontiers d’Hôtel pour désigner l’ensemble des serviteurs, gagés ou non, qui satisfont les besoins — principalement domestiques — du prince, l’escortent, le conseillent ; le terme Maison, du latin Domus ou de l’espagnol Casa, est plus généralement retenu par les auteurs hispaniques pour désigner l’Hôtel, comme en témoignent les articles ici réunis de Sophie Coussemacker, Francisco de Paula Cañas Gálvez, Jorge Sáiz Serrano et María Narbona Cárceles. On s’en tiendra ici par ailleurs à la définition que chaque auteur donne de l’Hôtel, de la Maison ou de la Cour du prince qu’il étudie.

8 Conformément au projet assigné à de nombreuses enquêtes prosoprographiques, depuis le congrès « fondateur » de cette démarche pour l’histoire politique : F. Autrand (éd.), Prosopographie et genèse de l’État moderne (voir en particulier les contributions de J.-P. Genet, « Prosopographie et genèse de l’État moderne. Introduction », pp. 9-12, de F. Autrand, « Y a-t-il une prosopographie de l’État médiéval ? Introduction », pp. 13-18, et d’A. Demurger, « L’apport de la prosopographie à l’étude des mécanismes de pouvoir », pp. 289-301) ; voir aussi J.-P. Genet et G. Lottes (éd.), L’État moderne et les élites.

9 P. Lewis, « Reflections on the role of royal clientèles » ; concernant le bastard feudalism, voir le point sur le débat et la bibliographie citée dans J.-P. Genet, « Introduction », pp. 11-12 et J. Sáiz Serrano, Caballeros del rey, pp. 85-87.

10 Sur l’encadrement normatif des sociétés auliques voir principalement H. Kruse et W. Paravicini (dir.), Höfe und Hofordnungen ; sur la pompe et l’étiquette curiale, voir W. Paravicini (dir.), Zeremoniell und Raum.

11 « Entre ambitions princières, idéal de gouvernement et principe de réalité : les effectifs des serviteurs princiers et royaux à la fin du Moyen Âge, de l’Europe du Nord à la péninsule Ibérique ». Avec la participation d’Olivier Canteaut, Sophie Coussemacker, Philippe Depreux, Anne Lemonde-Santamaria, María Narbona Cárceles, Jörg Peltzer, Jorge Sáiz Serrano.

12 Jana Fantysová-Matějková, Francisco de Paula Cañas Gálvez, Raphaëlle Schott et Alexandra Beauchamp.

13 Voir par exemple les critiques et mesures à l’encontre de l’accroissement général du nombre des officiers du roi de France au xive siècle, dans R. Telliez, « Per potentiam officii », pp. 57, 63-77.

14 E. Gonzalez, Un prince en son hôtel, pp. 67-77 ; sur le caractère économique de la dépense des hôtels princiers médiévaux, voir G. Fouquet et alii (dir.), Hofwirtschaft.

15 B. Guenée, « Cour », p. 253.

16 E. Lalou, « Quotidien et temps de fête ». Dans les pages qui suivent, on n’a volontairement pas centré l’attention sur les contextes exceptionnels de réunion des entourages princiers, telles les fêtes et cérémonies, bien qu’elles soient des temps privilégiés de représentation pour réfléchir à l’importance du nombre des serviteurs ; voir par exemple les considérations sur l’ampleur de l’Hôtel entourant le prince défunt lors des funérailles dans M. Gaude-Ferragu, D’or et de cendres, pp. 146-152.

17 M. Boone et M. Vandermaesen, « Conseillers et administrateurs », pp. 297-298.

18 C. Dyer résume ainsi cette idée : « a body of numerous followers demonstrated their lord’s standing » (C. Dyer, Standards of Living, p. 53).

19 E. Gonzalez, Un prince en son hôtel, p. 145.

20 B. Schnerb, L’État bourguignon, p. 290 ; B. Guenée, « Cour », p. 255, a la même analyse : « dans ce monde de paraître, la puissance exigeait la magnificence, et la magnificence était d’abord une question de nombre ». Pourtant, J.-F. Lassalmonie, « Le prince a-t-il besoin d’une cour ? », a bien montré combien Louis XI, qui selon lui « défie [ce] paradigme historiographique », tout en étant conscient des fonctions symboliques et pratiques de la Cour, refuse un entourage nombreux dans lequel il voit un danger potentiel et demeure guidé par un « souci de sobre efficacité », « pour sa table, comme pour ses gens ».

21 Sur les différents indicateurs qui, dans la société princière germanique, témoignent du rang de chacun par rapport au prince et du prince par rapport à son entourage et à ses homologues, voir K.-H. Spiess, « Rangdenken und Rangstreit im Mittelalter ».

22 M. Narbona Cárceles, La corte de Carlos III et « Las residencias de Carlos III ».

23 B. Guillemain, « Les entourages des cardinaux à Avignon », pp. 8-9 ; N. P. Zacour, « Papal Regulation of Cardinals’ Households ».

24 R. Costa Gomes, The Making of a Court Society, pp. 20-25. Ce colloque a été récemment publié (2011) : M. Gaude-Ferragu et alii (dir.), La Cour du Prince.

25 Ord., éd. F. Gimeno et alii, p. 51.

26 B. Schnerb, L’État bourguignon, pp. 291-293. C. Dyer, Standars of Living, p. 53, souligne d’ailleurs que l’intérêt pour les aristocrates médiévaux de manifester leur standing par l’ampleur de leur entourage « could justify the employment of men for whom there were no specific useful tasks ». On n’entend pas ici traiter directement la question des effectifs de serviteurs princiers en terme de constitution d’une clientèle ni d’élargissement de l’assise politique princière. Sur cette question, voir par exemple la brève étude de C. Piel, « Clientèles nobiliaires et pouvoir royal », notamment pp. 142-144.

© Casa de Velázquez, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search