Version classiqueVersion mobile

Trouver sa place

 | 
Antoine Roullet
, 
Olivier Spina
, 
Nathalie Szczech

III. Individus / communautés : fluidités et jeux d’appartenances

Intégrer le nouveau venu

Spectacles et corporations de métier à Londres : la Parade du Lord Maire de 1604

Olivier Spina

Texte intégral

  • 1 J. Twyning, London dispossessed.

1Au cours du xvie siècle, Londres connaît une très forte croissance démographique. Sa population est multipliée par cinq, atteignant sans doute 200 000 habitants vers 1600. Cette croissance est due à une migration mêlant flux spécifiquement masculins (apprentis) et flux mixtes (domestiques, indigents). Dès le xixe siècle, des historiens ont considéré qu’une telle croissance, conjuguée au passage à la Réforme, avait mis à mal les solidarités et les institutions du Londres Tudor1. Ces mutations auraient hâté l’affirmation des individus — déracinés par leur migration, esseulés dans la métropole et autonomisés par la Réforme — face à des communautés londoniennes déstructurées.

  • 2 Sur l’origine, toujours débattue, de la Parade du Lord Maire, voir A. Lancashire, « Continuing Civi (...)
  • 3 Il s’agit des marchands-tailleurs, des drapiers, des orfèvres, des Épiciers, des haberdashers, des (...)

2Parallèlement, se développent de façon sans précédent à Londres différents types de spectacles dont les cérémonies civiques. Cet article entend analyser l’un d’eux, la Parade du Lord Maire2. Cette procession fluviale et terrestre du Lord Maire se déroule dans Londres chaque année le 29 octobre, après sa prestation de serment à Westminster Hall. Elle donne lieu dans les rues à des pageants, c’est-à-dire des mises en scène dramatisées avec discours, costumes et musique, entièrement organisées et financées par la corporation du Lord Maire élu, nécessairement issu des douze principales corporations3.

  • 4 C. Geertz, « Centers, Kings and Charisma » et C. Phytian-Adams, « Ceremony and the Citizen ».
  • 5 M. Berlin, « Civic Ceremony ».

3Depuis les travaux de l’anthropologue Clifford Geertz ou de l’historien Charles Phytian-Adams4, on a attribué aux formes culturelles, et plus spécifiquement spectaculaires, un rôle dans le processus intégratif des sociétés urbaines alors en pleine évolution. Pour Charles Phytian-Adams, les spectacles civiques sont des rituels ayant une double fonction intégratrice. D’une part, le contenu du spectacle véhicule l’idéologie des élites et vise à faire adhérer les spectateurs et les participants à celle-ci. D’autre part, le déroulement du spectacle contribue à l’intégration des individus en leur attribuant un rang qui incarne physiquement leur place dans la hiérarchie civique ou corporative. Prolongeant cette réflexion, les cultural studies, s’appuyant sur les rares textes de pageants conservés, ont interprété les Parades du Lord Maire comme des vecteurs d’acculturation, voire d’aliénation des nouveaux migrants populaires, par une classe marchande pré-capitaliste cherchant à asseoir idéologiquement son pouvoir. La dichotomie acteurs / spectateurs reprendrait la dichotomie dominants / dominés, faisant de ce spectacle l’« apothéose de l’oligarchie londonienne5 ».

  • 6 J. L. Austin, Quand dire, c’est faire.
  • 7 Ce courant oscille entre l’approche purement « propagandiste » de Raymond Williams et l’approche pl (...)
  • 8 L’idée de « magie du discours » comme principe de création d’un lien social, en général contraignan (...)
  • 9 Depuis vingt ans, elles sont au cœur des recherches sur l’intégration sociale des Londoniens au xvi(...)

4Deux axiomes sous-tendent ces travaux. Le premier est que la Parade doit être pensée comme un discours performatif dont le principe actif est son contenu et, dans une moindre mesure, le moment et les conditions de son expression6. Le second axiome postule que produire du discours équivaut à produire du lien social. Puisque tout discours serait un produit idéologique façonné par les élites et les humanistes, ce lien est conçu comme contraignant pour le reste de la population7. Toutefois, ce paradigme du « spectacle intégrateur » est utilisé sans être clairement questionné ou explicité par ces historiens. Cette étude consacrée aux Parades du Lord Maire entend donc réexaminer le lien entre spectacles et intégration sociale. Les spectacles créent-ils par eux-mêmes du lien social au sein d’une société majoritairement issue de migrants ou ne sont-ils que la manifestation ponctuelle et visible d’un lien préexistant ? En s’interrogeant sur le rôle joué par les spectacles dans l’incorporation sociale, on montrera que cette incorporation naît peut-être moins de la magie d’un discours8 que d’un processus social complexe et de longue haleine à l’échelle des individus et à l’échelle des groupes sociaux, et au premier chef, les corporations de métier, principales organisatrices des Parades9.

  • 10 Le terme est difficilement traduisible en français. Cette corporation londonienne, huitième dans l’ (...)

5Nous montrerons que ce spectacle n’est pas qu’une mise en scène des élites civiques ou corporatives mais qu’il est conçu comme un évènement intégrateur de toute la corporation. Puis nous verrons que l’organisation et le financement du spectacle révèlent des processus intégrateurs à l’œuvre au sein des corporations de métier. Pour cela, nous analyserons l’exemple de la Parade du Lord Maire de 1604 organisée par la corporation des haberdashers10. Enfin nous interrogerons la nature des liens entre individus et communautés dans le Londres Tudor.

LA PARADE DU LORD MAIRE EST-ELLE UNE MISE EN SCÈNE IDÉOLOGIQUE ET LÉGITIMATRICE DE L’OLIGARCHIE CORPORATIVE ?

  • 11 Cette cour est composée de dix à vingt membres, tous cooptés et issus de la livrée, qui siègent aut (...)
  • 12 La documentation ne permet pas de connaître leur nombre exact.
  • 13 Cour des assistants des haberdashers du 2 octobre 1604, Guildhall Library (GL), ms. 15842/1, fo 142 (...)
  • 14 « Such as are best able and likeliest men for the service » (ibid., fo 141vo).

6Chaque année, lorsque le Lord Maire revient de sa prestation de serment à Westminster, il est accompagné par les membres de la livrée (liverymen) et les bachelors de sa corporation. Les liverymen sont l’élite des membres des corporations et sont choisis par la cour des assistants11. Outre l’aspect cérémoniel important attaché à cette distinction, elle confère des droits particuliers au sein de la corporation, dont le droit d’élire les wardens, et au sein de la cité, dont celui de participer à l’élection du Lord Maire. Lors de la Parade organisée en 1604 pour l’élection de l’haberdasher Thomas Lowe, 40 à 60 liverymen des haberdashers défilaient12. Étaient également présent 90 bachelors13, issus des young men ou yeomen, terme désignant tous les membres de la corporation entre leur admission et leur entrée dans la livrée. Le groupe des bachelors est éphémère. On n’en désigne que dans la corporation du Lord Maire élu pour l’année en cours. Il est composé à la discrétion des wardens parmi « les hommes les plus aptes et les plus qualifiés14 ».

  • 15 En 1533, la cour des assistants des drapiers menace d’amende ceux qui ne porteraient pas une nouvel (...)

7La procession de la Parade du Lord Maire semble donc être l’occasion pour 100 à 150 membres parmi les plus aisés (bachelors et livrée) de se mettre en scène et de s’imposer comme incarnation visible de la corporation, la tête apparaissant comme une métonymie de l’ensemble du corps du métier. Cette métonymie paraît encore accentuée par le fait que les bachelors en procession portent tous une robe et une cagoule identiques dont les couleurs ne sont pas précisées. Certaines différences vestimentaires attestent toutefois d’une hiérarchisation des bachelors. Les plus honorés sont les bachelors in foyne qui portent des parements en fourrure de fouine, suivent les bachelors in budge, avec des parements en agneau retourné, puis les simples bachelors, sans parement. Le statut individuel cède donc le pas à la mise en scène du métier hiérarchisé, comme si l’individualité des bachelors devait symboliquement s’abolir pour n’être plus que l’incarnation d’un rang, ce rang en retour devenant la qualification de l’individu. Ce « corps du métier » doit être beau et parfait. Il est donc interdit de porter des robes anciennes dont la couleur pourrait être passée15.

  • 16 L. Manley, Literature and Culture, p. 263.

8Cette uniformité vestimentaire manifeste l’intégration à la corporation mais aussi l’intégration à la cité dans son ensemble car toutes les corporations, d’une année l’autre, adoptent la même organisation, la même hiérarchisation au sein des bachelors et le même type de robe. Seule la couleur change, montrant l’unicité de la communauté londonienne dans la diversité des corporations. Serait-ce la confirmation que la Parade du Lord Maire n’a pour but que de mettre au jour la hiérarchie jusque-là cachée de la corporation et par-là de la cité ? Ce spectacle est-il la mise en scène idéologique d’un cursus honorum idéal au sein de la corporation16 ? Vise-t-il à masquer une coupure radicale entre élite enrichie et détentrice du pouvoir, ceux qui défilent, et le reste des membres, ceux qui regardent, qui seraient priés d’adhérer au mythe de l’ascension sociale qu’on leur présenterait ?

  • 17 Le terme brotherhood revient fréquemment dans les registres des corporations pour définir la corpor (...)
  • 18 C’est le cas des marchands-tailleurs en 1602 (ordre de la cour des assistants du 2 octobre 1602, GL (...)
  • 19 Triumph Book, GL, ms. 15869, fo 9vo. Il faudrait s’interroger sur ce qu’est être pauvre pour les ha (...)
  • 20 Ibid., fos 8 sqq. Des choix identiques sont opérés par d’autres corporations dont les marchands-tai (...)

9Cette interprétation doit être fortement nuancée. Les individus qui défilent lors de ce spectacle n’incarnent ni les élites de la corporation ni la corporation, mais le principe fondateur de l’identité corporative : l’idée de fraternité et de corps formé par l’ensemble des membres17. La différence sociale et la hiérarchie n’excluent pas la fraternité, ce qui explique la participation à la Parade du Lord Maire des membres les plus humbles de la corporation. La majorité des métiers liés au tissu impose ainsi que robes et cagoules portées par les membres de la livrée et par les bachelors soient confectionnées par des pauvres de la corporation. Cela leur fournit du travail, mais les implique également dans l’organisation du spectacle18. Un grand nombre de membres appauvris sont également présents physiquement au cœur des Parades du Lord Maire. Lors de celle des haberdashers en 1604, 144 membres pauvres reçoivent une robe et accompagnent le Lord Maire avec les bachelors19. Leur nombre est donc supérieur à celui des bachelors. Plusieurs dizaines d’autres sont chargées d’ouvrir la voie lors de la procession, ce sont les whifflers, ou encore de surveiller les pageants afin d’éviter les vols. Ainsi, £ 172, soit près d’un tiers des £ 519 déboursées pour ce spectacle, furent dépensées au profit des pauvres de la corporation20.

  • 21 C. Geertz, « Jeu d’enfer », p. 209.
  • 22 M. mauss, « L’expression obligatoire des sentiments ».
  • 23 On peut parler d’un « discours méta-social » de la corporation sur elle-même, voir C. Geertz, « Jeu (...)

10Il ne faut donc pas confondre financement et participation à la Parade du Lord Maire. Celle-ci n’est ni une simple « mise en scène » des élites corporatives ni un renforcement de la hiérarchie. Cette hiérarchie est déjà omniprésente puisque tout acte quotidien des Londoniens en est déjà imprégné21. Ce spectacle apparaît plutôt comme une mise en action de l’ensemble de la communauté et de la fraternité intégrative que la corporation entend mettre au cœur de son identité22. La Parade du Lord Maire manifeste non seulement l’unité du métier, mais elle garantie aussi l’éthique et l’éthos propres à la corporation. Ce spectacle est l’une des rares occasions durant laquelle la corporation peut agir et se présenter dans sa diversité unitaire, ce qui explique l’ampleur des dépenses engagées et la demande faite à tous les membres de s’y impliquer23.

LE FINANCEMENT DE LA PARADE DU LORD MAIRE ORGANISÉE PAR LES HABERDASHERS EN 1604

  • 24 M. Braddick, State Formation.

11Si 250 à 300 membres des corporations participent à la procession, son financement en inclut un nombre beaucoup plus important. En plus des bachelors, de simples young men financent la Parade du Lord Maire par un prélèvement obligatoire. Les corporations, par le biais de la cour des assistants, imposent tous les membres qu’elles jugent aptes, c’est-à-dire non pauvres. Ce paiement n’est pas seulement une charge pour le membre, il est un devoir attaché au statut qui lui est conféré et reconnu par la corporation. Être choisi pour participer au financement de la Parade confère ou confirme une identité sociale aux individus : l’appartenance à la fraternité et une place dans la hiérarchie24.

  • 25 Elle s’inspire des travaux de George Ramsey sur les apprentis londoniens du milieu du xvie siècle ( (...)
  • 26 Triumph Book, GL, ms. 15869, fos 5-9. Très peu de ces listes ont été conservées car elles étaient c (...)
  • 27 On peut entrer dans une corporation par ces trois voies. L’apprentissage dure normalement sept à di (...)

12On peut étudier les haberdashers imposés pour la Parade de 1604 en croisant trois types de sources rarement conservées simultanément dans les fonds d’archives25. Tout d’abord, les wardens établissent un rôle d’imposition sur lequel sont inscrits tous les contributeurs, classés selon la tâche qu’ils vont remplir, et les sommes qu’ils doivent payer26. Un recoupement a été opéré avec les registres d’entrée dans la corporation afin de définir la date d’entrée dans le métier de chaque imposé, mais aussi le mode d’entrée (apprentissage, patrimoine ou rédemption27) et, en cas d’apprentissage, le nom de son maître.

  • 28 GL, ms. 15860/1 et 2 pour le xvie siècle.
  • 29 Le testament de certains imposés a été utilisé de façon à identifier leur origine géographique ou s (...)

13Enfin, les registres des bindings, c’est-à-dire des accords d’engagement passés entre un maître et la famille du futur apprenti28, permettent de connaître la durée de l’engagement et, dans un certain nombre de cas, l’origine sociale et géographique de ces apprentis29.

  • 30 Triumph Book, GL, ms. 15869, fos 5 sqq.

14Deux cent quatre-vingt-quatorze haberdashers ont été imposés pour financer la Parade : 45 comme bachelors in foynes, soit 15,3 % des contributeurs, 45 autres comme bachelors in budge, soit 15,3 %, et 204 se contentent d’une contribution financière, 69,4 %30 (graphique 1).

Graphique 1. — Répartition des imposés selon leur catégorie

Graphique 1. — Répartition des imposés selon leur catégorie
  • 31 Il est difficile, voire impossible, de dénombrer précisément les membres d’une corporation à un mom (...)

15Ces 294 membres représentent environ 1/5e de la corporation31. L’imposition est proportionnelle à la richesse estimée de chaque membre. Elle révèle que les young men sont loin d’avoir des fortunes équivalentes. La majorité des bachelors s’acquitte de sommes supérieures à £ 2 alors que la plupart des simples contributeurs paye moins de £ 2 (tableau 1).

Tableau 1. — Distribution des sommes collectées (entre parenthèses, la qualité des imposés)

Répartition des paiements
£ 5 : 2 (2 contributeurs simples)
£ 4 : 3 (3 contributeurs simples)
£ 4 - £ 3 : 55 (11 contributeurs simples / 44 bachelors in foyne)
£ 3 - £ 2 : 69 (29 contributeurs simples / 42 bachelors in budge)
£ 2 - £ 1 : 83 (82 contributeurs simples / 1 bachelor in budge)
< £ 1 : 75 (74 contributeurs simples / 1 bachelor in foyne)
£ 0 : 2 (2 bachelors in budge)
Blanc : 1 (1 contributeur simple)
Barré : 1 (1 bachelor in budge)
  • 32 Nicholas Dickens, Thomas Eaton, Thomas Cleave, Nicholas Ingram, William Lawton et Henry Reeve.
  • 33 Le fait que Nicholas Dickens soit un chapelier a peut-être joué un rôle dans sa non-élection comme (...)
  • 34 Selon l’édit municipal de 1584, les gantiers, qui appartiennent à la corporation des haberdashers, (...)

16Toutefois la hiérarchie de l’honneur (foyne / budge / robe simple) n’est pas exactement calquée sur la hiérarchie de la richesse que l’on peut extrapoler à partir des sommes collectées. Les contributeurs ne sont pas forcément les moins aisés et les bachelors in budge ou in foyne, les plus riches. Ainsi, les sept plus gros imposés ne font pas partie des bachelors in foyne32. Nicholas Dickens s’acquitte de £ 5, soit la plus forte imposition, mais il n’est que simple contributeur33. À l’inverse, un des bachelors in foyne, John Browne, ne paye que 7 shillings, soit quinze fois moins. Un autre bachelor in budge semble avoir obtenu de payer non pas £ 2 mais £ 1, preuve que la négociation était possible et qu’il n’y a pas de décalque automatique entre hiérarchie pécuniaire et hiérarchie honorifique. On constate surtout le large éventail des sommes collectées : ¼ des imposés paye moins d’une livre, voire quelques shillings, l’équivalent de deux à trois semaines de gages pour un simple journeyman, c’est-à-dire un membre qui n’a pas encore sa propre échoppe ni sa propre maisonnée et qui travaille comme employé chez un householder, un maître en général plus vieux34. La Parade du Lord Maire n’est donc pas financée par une petite élite de la corporation mais sans doute par la quasi-totalité des householders et certains journeymen.

  • 35 Les fils d’haberdashers privilégient aussi la voie de l’apprentissage. Ce pourcentage est proche de (...)

17Peut-on esquisser une sociologie des haberdashers imposés ? Une très grande majorité (85,7 %) est entrée dans la corporation par apprentissage35 (graphique 2).

Graphique 2. — Répartition des contributeurs selon leur mode d’entrée dans la corporation

Graphique 2. — Répartition des contributeurs selon leur mode d’entrée dans la corporation

18Nous avons pu identifier un groupe de 165 haberdashers imposés dont on connaît l’origine géographique (échantillon A) et un sous-groupe de 127 membres composés exclusivement de membres entrés par apprentissage et pour lesquels on connaît l’origine géographique et l’origine sociale (échantillon B). Ces échantillons sont assez représentatifs de l’ensemble des imposés (tableau 2).

Tableau 2. — Représentativité de l’échantillon de 127 apprentis par rapport à l’ensemble des imposés

Échantillon: 164 haberdashers Répartition de l’ensemble
des imposés
Bachelors in foyne : 11 %
Bachelors in budge : 15,2 %
Contributeurs : 73,7 %
Bachelors in foynes : 15,3 %
Bachelors in budge : 15,3 %
Contributeurs : 69,4 %
Échantillon: 127 apprentis Répartition de l’ensemble
des imposés
Bachelors in foyne : 10,2 %
Bachelors in budge : 15 %
Contributeurs : 74,8 %
Bachelors in foynes : 15,3 %
Bachelors in budge : 15,3 %
Contributeurs : 69,4 %
  • 36 Ces tendances sont une nouvelle fois concordantes avec celles observées par G. Ramsey. Home Countie (...)
  • 37 Malgré les interdictions royales, municipales et corporatives d’enrôler des apprentis d’origine étr (...)

19On constate que la majorité de ces imposés n’est pas née à Londres, puisque moins de 25 % en sont originaires (citoyens ou non) [voir la carte ci-dessous]. La majorité des apprentis sont des migrants venus des hautes terres du Nord-Ouest et du Nord-Est de l’Angleterre, même si certains Home Counties comme le Hertfordshire fournissent un certain nombre d’apprentis36. À cela s’ajoutent les haberdashers d’origine étrangère, eux aussi imposés37.

Origine géographique de l’échantillon A (165 imposés)

Origine géographique de l’échantillon A (165 imposés)
  • 38 Toutefois, ceux-ci sont généralement des cadets de familles de la petite gentry. Il n’y a parfois g (...)

20Si l’origine géographique est diverse, l’origine sociale de ces apprentis ne l’est pas moins. Leur recrutement se fait dans toutes les couches sociales : des fils de gentlemen38, de bergers, de clercs, de pêcheurs ou encore de citoyens d’autres cités ont migré à Londres et sont devenus haberdashers (tableau 3).

Tableau 3. — Origine sociale de l’échantillon B (127 apprentis) selon la profession ou couche sociale du père déclarée lors de l’entrée en apprentissage

Origine sociale des 127 apprentis
Gentlemen : 25 (19,7 %)
Citoyens de Londres : 11 (8,6 %)
Yeomen : 36 (28,3 %)
Husbandmen : 17 (13,4 %)
Habitants de Londres non-citoyens : 5 (3,9 %)
Métiers d’autres cités ou comtés : 30 (23,6 %)
Clercs : 2 (1,35 %)
Berger : 1 (0,8 %)
  • 39 La classification sociale de la société anglaise du xvie siècle est floue. Elle est avant tout fond (...)

21Néanmoins, les catégories sociales inscrites dans les registres d’engagement sont déclaratives. Ces contrats ont un but précis : garantir au maître qui reçoit l’apprenti, qu’en cas de vol ou de fuite de celui-ci, il sera correctement dédommagé. Il est donc possible que, pour rassurer les maîtres, certains déclarants aient légèrement survalorisé leur statut social (husbandman / yeoman, yeoman / gentleman)39.

  • 40 La surreprésentation est ici considérée comme un pourcentage de membres issus d’une certaine couche (...)

22Il faut alors se demander si l’origine sociale des apprentis conditionne l’intégration à la corporation et surtout l’ascension au sein de celle-ci. La hiérarchie dans la corporation est-elle un décalque de la hiérarchie des origines ? Les contributeurs de la Parade du Lord Maire de 1604, qui représentent la strate supérieure des young men, sont un bon indicateur. Les fils de simples paysans, les husbandmen (13,4 % de l’échantillon), y sont représentés en proportion inférieure à leur part dans la population anglaise (environ 25 %). Les catégories de paysans plus riches, les yeomen (28,3 % de l’échantillon) et les gentlemen (19,7 %) sont, eux, surreprésentés : les apprentis issus de la gentry ont donc plus de chances que les fils d’husbandmen de se retrouver parmi les haberdashers éminents. Toutefois, on peut déduire de cette présence de fils d’husbandmen que les haberdashers issus des couches les plus modestes ne restent pas cantonnés aux strates inférieures de la yeomanry et donc de la hiérarchie corporative. Parmi les haberdashers payant les plus fortes sommes, donc les plus riches, les gentlemen ne sont surreprésentés ni par rapport aux husbandmen ni par rapport aux yeomen40 (tableau 4).

Tableau 4. — Origine sociale des plus imposés (entre £ 4 et £ 5) comparée à celle de l’échantillon

Origine sociale des plus imposés (en chiffres bruts) Rappel de la répartition
dans l’échantillon
Gentlemen : 20,8 % (5) Gentlemen : 19,7 %
Citoyens de Londres : 16,7 % (4) Citoyens de Londres : 8,6 %
Yeomen : 37,5 % (9) Yeomen : 28,3 %
Husbandmen : 12,5 % (3) Husbandmen : 13,4 %
Autres : 12,5 % (3) Autres : 30 %

23À l’inverse, si les husbandmen sont légèrement surreprésentés parmi les moins imposés, les gentlemen en représentent tout de même 11 % (tableau 5).

Tableau 5. — Origine sociale des moins imposés (inférieur à £ 1) comparée à celle de l’échantillon

Origine sociale des moins imposés (en chiffres bruts) Rappel de la répartition
dans l’échantillon
Gentlemen : 11,1 % (5) Gentlemen : 19,7 %
Citoyens de Londres : 6,6 % (3) Citoyens de Londres : 8,6 %
Yeomen : 13,3 % (6) Yeomen : 28,3 %
Husbandmen : 17,8 % (8) Husbandmen : 13,4 %
Autres : 51 % (23) Autres : 30 %

24Ainsi, parmi les bachelors défilant en 1604 avec le Lord Maire, on trouve aussi bien des fils de citoyens londoniens, des fils de gentlemen ou des descendants d’husbandmen (tableau 6, p. 216).

Tableau 6. — Répartition des rôles tenus lors de la Parade du Lord Maire à l’intérieur de chaque groupe social d’origine pour les 127 apprentis

Gentlemen Yeomen
Bachelors in foyne : 20 % Bachelors in foyne : 11,4 %
Bachelors in budge : 16 % Bachelors in budge : 17,1 %
Contributeurs simples : 64 % Contributeurs simples : 71,4 %
Citoyens de Londres Husbandmen
Bachelors in foyne : 15,4 % Bachelors in foyne : 11,8 %
Bachelors in budge : 23 % Bachelors in budge : 11,8 %
Contributeurs simples : 61,8 % Contributeurs simples : 76,4 %

25Si la stratification sociale préexistante à l’entrée en apprentissage est en partie conservée, elle n’est pas le facteur premier de classement et d’avancement dans la corporation. L’inclusion dans la corporation est un facteur important de mobilité sociale à l’échelle d’une vie.

  • 41 Le calcul de cet intervalle temporel moyen entre l’entrée dans la corporation et 1604 permet de sav (...)

26Pour essayer de matérialiser cette mobilité et de saisir si celle-ci est plus ou moins rapide selon la couche sociale d’origine, on peut établir suivant les origines sociales le temps moyen passé dans la yeomanry, c’est-à-dire la durée s’écoulant entre l’entrée dans la corporation et 1604 (tableau 7)41.

Tableau 7. — Intervalle temporel entre l’entrée dans la yeomanry et l’imposition de 1604

Répartition par tranches de cinq ans
0-5 ans : 72 (dont 0-2 ans : 37 et 3-5 ans : 35)
6-10 ans : 69
11-15 ans : 52
16-20 ans : 36
21-25 ans : 16
26-30 ans : 12
> 30 ans : 13
24 non identifiés
  • 42 Ces chiffres sont à remettre dans le contexte de la grande épidémie de peste de 1603-1604 qui a emp (...)
  • 43 Paradoxalement, la moyenne la plus élevée est obtenue par le groupe des fils de citoyens londoniens (...)
  • 44 S. Rappaport souligne que la couche sociale et la richesse originelles conditionnent sans doute moi (...)
  • 45 Toutefois, certains sont dans la yeomanry depuis plus de 30 ans comme Thomas Fawkner qui ne paye d’ (...)
  • 46 Ordre du 1er octobre 1600, GL, ms. 15842/1, fos 114-114vo : « And it is ordered that they shall tak (...)

27En moyenne, les haberdashers imposés sont dans la yeomanry depuis 12 ans. La médiane est, quant à elle, de 10 ans42. La moitié des imposés ont donc entre 25 et 35 ans, ce qui signifie qu’après l’apprentissage, on peut progresser relativement vite vers le haut de la yeomanry. Toutefois s’il y a différence entre la vitesse d’ascension des gentlemen et celle des husbandmen, celle-ci est relativement faible. Les moyennes respectives sont de 6,1 et 7,4 ans43. Les fils d’husbandmen ne restent donc pas bloqués dans la yeomanry. Le passage de la yeomanry à la livrée est, pour tous, beaucoup plus long : un nombre signifiant de young men n’atteint jamais la livrée, car la mort les emporte avant44. Ainsi, en 1604, 77 contributeurs ont déjà passé plus de 15 ans dans la yeomanry45. Une fois ces yeomen intégrés à la livrée, la corporation efface les différences sociales d’origine. Les liverymen ne sont pas rangés dans la hiérarchie honorifique selon leur richesse ou leur naissance mais selon leur ancienneté dans la corporation46.

  • 47 National Archives, Prerogative Court of Canterbury and Related Probate Jurisdictions, Will Register (...)
  • 48 Halfhead est originaire d’une famille de yeomen de l’Hertfordshire et Ricketts d’une famille d’husb (...)
  • 49 Worgan, issu d’une famille de yeomen du Gloucestershire, est entré en apprentissage en 1597 (ibid., (...)

28La corporation, par le biais de l’apprentissage, apparaît comme un canal de migration privilégié vers Londres et un canal d’intégration. Les sept à dix années passées en apprentissage dans la maison d’un maître permettent de se former au métier mais aussi d’acquérir deux nouvelles identités sociales, celles d’haberdasher et de Londonien. L’entrée dans la corporation entraîne presque automatiquement l’accession à la citoyenneté de Londres. Certes, seuls les membres de la livrée participent à l’élection du Lord Maire et de certains officiers municipaux, mais les yeomen ont le droit de vote lors des élections des Aldermen et des conseillers communs et lors des wardmotes, les conseils de quartier. Ils ne sont donc pas des citoyens de second rang, l’apprentissage et l’intégration à la corporation produisent une intégration civique et « institutionnelle ». Ces années d’apprentissage contribuent également à la formation de liens interpersonnels d’amitié, de compagnonnage ou encore de parenté de substitution, dont l’importance est trop souvent minorée. Le testament de Richard Brooke47, contributeur de la Parade du Lord Maire de 1604 et fils d’Edward Brooke, lui-même haberdasher, témoigne d’un lien d’amitié durable avec deux autres contributeurs, James Halfhead et George Ricketts, deux migrants qui furent apprentis de son père dans les années 159048. Ceci nous amène une nouvelle fois à réévaluer le rôle de la Parade du Lord Maire. La considérer comme une simple mise en scène des élites et de la hiérarchie corporatives serait faire fi de l’ensemble des liens interpersonnels précédemment tissés et qui nécessairement influent sur la façon dont chaque acteur perçoit et conçoit la Parade. Ainsi, si l’haberdasher John Tomes défile parmi les liverymen, deux de ses apprentis, Thomas Worgan et Ralf Bebington, prennent place au milieu des bachelors in badge. Un autre de ses apprentis, Samuel Glebe, a, quant à lui, participé au financement comme contributeur et fut sans doute spectateur49. Derrière la hiérarchie marquée par la coupure vestimentaire et « positionnelle », apparaît en pointillés la continuité quotidienne des relations et des parcours individuels. Derrière la mise en action extraordinaire de la fraternité corporative qu’est la Parade affleure un monde de fraternités ordinaires, plus difficiles à saisir pour l’historien car plus discrètes, mais capitales pour l’édification de la communauté corporative. Le spectacle est donc moins constructeur ou légitimateur que révélateur et amplificateur de liens sociaux.

  • 50 En 1589 et en 1600, on procède à l’élection de plusieurs liverymen. Le même phénomène se retrouve d (...)
  • 51 On peut y ajouter les trois wardens de la yeomanry de 1604 (Francis Needham, John Thomas et Martin (...)

29Les cérémonies ne sont pas qu’une chambre d’enregistrement de l’intégration sociale par les corporations, elles en sont aussi un des moteurs. La Parade du Lord Maire joue un rôle capital dans le cursus honorum des haberdashers. Dans le dernier quart du xvie siècle, les assistants ne procèdent à des « élections » à la livrée que certaines années, celles qui suivent l’élection d’un haberdasher à la Mairie50. Ainsi alors qu’entre 1600 et 1605 il n’y a eu qu’une élection à la livrée, 42 yeomen l’intègrent simultanément en 1605, dont 32 étaient bachelors in foynes en 160451. Là encore, on n’observe pas de carrière météorique liée à l’origine, au statut social ou au maître. Ces élus ont passé en moyenne 15 ans et demi dans la yeomanry avant de faire leur entrée dans la livrée. William Palmer, fils d’un husbandman de l’Oxfordshire, intègre la livrée après 15 ans de yeomanry, alors que Paul Leyton, fils d’haberdasher londonien, entré par patrimoine, a dû patienter 30 années.

  • 52 Théoriquement, seuls les yeomen ayant exercé les fonctions de warden de la yeomanry pouvaient accéd (...)

30Comment interpréter ces entrées en masse dans la livrée ? Les assistants auraient pu régulièrement, en fonction des décès, coopter de nouveaux liverymen52. Le choix explicite d’attendre que ces yeomen aient financé ou participé à la Parade du Lord Maire, témoigne d’une volonté de faire de ces contributions un passage obligé. Le paiement est la marque que l’individu sait et entend obéir à la corporation et qu’il s’est fondu en elle. Cette abolition de l’individualité au service du métier aboutit paradoxalement à l’accès à une distinction individuelle enviée, la livrée. La Parade est donc un moyen de progression dans la corporation et dans la cité. Ceci souligne l’ambiguïté du rapport entre les membres et la corporation. En effet, si avoir été bachelor et avoir payé pour ces spectacles est un puissant accélérateur d’intégration sociale pour les individus, la Parade du Lord Maire est également un vecteur d’imposition par la corporation d’un éthos, d’un cursus honorum et d’une identité que les individus ne peuvent théoriquement remettre en cause.

INDIVIDUS ET COMMUNAUTÉ

  • 53 L’élection d’un Lord Maire est fortement aléatoire. Moins qu’une élection, il s’agit de confirmer l (...)
  • 54 La deuxième position s’inspire des travaux d’E. Durkheim. Pour une analyse néo-durkheimienne des cé (...)

31Entre 1530 et 1605, les haberdashers ont vu un des leurs élu maire à onze reprises, soit une fois tous les sept ans. Ils sont parmi les plus chanceux puisque sur la même période, les orfèvres n’ont connu que deux élections et les Marchands de vin une seule53. La récurrence de ces spectacles au sein d’une corporation est, de la sorte, des plus limitée. L’élection, et donc l’organisation de la Parade du Lord Maire, ne concerne enfin que les douze principales corporations, ce qui exclue la plupart des métiers franchisés et une majorité de Londoniens. Même si on prend également en compte les entrées royales, dont l’organisation et la portée socio-symbolique sont très proches, mais qui sont aussi rares au cours de notre période d’étude, les occasions de mettre en action la fraternité de la corporation sont peu nombreuses. Faut-il alors douter de la capacité de ces spectacles à articuler la communauté corporative ou doit-on considérer qu’ils sont, malgré leur rareté, des moments exceptionnels au cours de laquelle la communauté se ressoude54 ?

  • 55 Sur les liens entre l’exceptionnel et l’ordinaire en politique, voir P. Favre, « Y a-t-il un rappor (...)
  • 56 Voir la conclusion de N. Mariot, Bains de foule, pp. 307-312.
  • 57 V. Descombes, « Relation intersubjective et relation sociale ».
  • 58 On pourrait présenter le même raisonnement pour les paroisses et les wards. La ville de Londres est (...)

32La Parade du Lord Maire doit être pensée, non comme un évènement et un temps exceptionnels, mais comme un prolongement de l’ordinaire corporatif et civique. À l’échelle de la corporation comme à l’échelle de l’individu, ce temps exceptionnel n’est ni radicalement ni essentiellement différent du quotidien55. À l’échelle de la corporation des haberdashers, les mécanismes d’autorité, les valeurs et la rhétorique mobilisés varient peu de ceux du gouvernement au jour le jour du métier. À l’échelle des individus, s’engager et vivre chez un maître comme apprenti, régler sa cotisation trimestrielle, participer aux réunions de la corporation, créer et entretenir des liens familiaux, amicaux ou de simple voisinage sont autant de mécanismes sociaux routiniers qui font du migrant un haberdasher londonien. La Parade est un évènement particulier dans ce continuum qui fait jouer l’ensemble de ces rouages et qui permet à chaque membre de démontrer et de revendiquer l’appartenance au groupe. Chaque haberdasher s’implique dans la Parade moins par choix raisonné, enthousiaste ou calculateur, que par fidélité et conformisme à son mode de vie quotidien et à son horizon social, tous deux largement modelés par la corporation et la cité56. Ainsi la Parade du Lord Maire n’est pas un discours idéologique sur les relations sociales au sein de la cité ou de la corporation, mais elle est, par sa réalisation même, une forme complexe de relation sociale57. Ce spectacle est une trace plus visible, et donc plus commodément analysable pour l’historien, du fonctionnement routinier de la corporation, fonctionnement qui crée en partie la « communauté »58.

  • 59 K. Ashley, « Introduction : the Moving Subjects ».
  • 60 « Item paid to Dod my Lord Maior officer for his paines about such as refused to pay their Cesement (...)
  • 61 Voir O. Spina, « La mise en jeu de l’honneur ».
  • 62 Pourtant, de telles convocations ont sans doute eu lieu. Les archives d’autres corporations confron (...)

33On peut dès lors se demander si l’individu se voit concéder du « jeu » au sein de l’imbrication des institutions et des relations sociales qui tissent et que tisse la communauté ? L’action et les choix de chaque haberdasher lors de la Parade sont-ils « pré-organisés » par une sorte d’acculturation ou de modelage des esprits ? Depuis une trentaine d’années, les travaux cérémonialistes et d’anthropologie historique sur les entrées ont eu tendance à minorer le rôle des individus. Ce ne serait pas tant des individus qui participaient aux spectacles urbains que des « représentants » ou des « incarnations » de leur communauté ou groupe social59. Cette théorie de la représentation ne laisse qu’une alternative aux membres : participer ou se marginaliser, ou plutôt être marginalisé. Mais comment expliquer, dans ce cadre, qu’une partie des yeomen des haberdashers ait refusé en 1604 de participer ou de financer la Parade du Lord Maire, alors même que celle-ci joue un rôle clef dans l’intégration à la corporation ? La cour des assistants doit faire appel aux officiers du Lord Maire pour contraindre un certain nombre de contributeurs à payer. Certains sont même emprisonnés60. Cette situation n’est propre ni à la Parade de 1604 ni aux haberdashers. Les années précédentes, certaines corporations, comme les peaussiers en 1597, ont eu recours, elles aussi, à la contrainte municipale pour procéder au recouvrement des sommes levées pour leur Parade61. Les archives des haberdashers sont peu loquaces quant à ces membres désobéissants. Les livres de comptes de 1604 ne contiennent pas les noms des young men défaillants ou récalcitrants, et aucun procès-verbal de la cour des assistants ne signale la convocation de l’un d’eux62. Si ce silence des sources rend difficile l’élucidation des motifs qui guident le choix opéré par ces membres, il témoigne de la volonté de la corporation de faire disparaître de ses archives — et donc de la mémoire construite et transmise aux temps à venir — ce qui pourrait apparaître comme les marques d’un relatif échec de ses pratiques intégratrices.

  • 63 « Item paid more by order of a Court of Assistentes unto 5 which served as riche Bachelours, their (...)
  • 64 Il faut ici reconnaître tout l’intérêt de la réflexion sur l’agency. L’individu est au croisement d (...)

34Si les individus étaient complètement conditionnés par leur place dans la société, la seule raison légitime et logique à ce refus de payer serait le « déclassement ». Un membre appauvri serait contraint de refuser de payer, sacrifiant une partie de son capital social à sa survie économique. L’étude des archives des haberdashers infirme cette hypothèse. En 1604, la corporation met tout en œuvre pour qu’aucun membre ne soit exclu d’une participation à la Parade pour des motifs pécuniaires. La cour des assistants se penche avec bienveillance sur les pétitions présentées par des membres rencontrant des difficultés économiques. Elle alloue des aumônes aux frères pauvres qui auraient été oubliés lors du don de robes. Elle demande également aux wardens de rembourser a posteriori les sommes versées par cinq bachelors63. Bien qu’aucun motif ne soit précisé, la cour devait estimer que ceux-ci n’avaient raisonnablement pas les moyens de régler la somme demandée. Le « déclassement » et les difficultés économiques ne sont donc pas suffisants pour expliquer le refus de certains individus de souscrire à la dynamique d’inclusion sociale qu’incarne la Parade du Lord Maire. L’enquête est ici confrontée à certaines limites. Outre le fait que les sources sur les récalcitrants de 1604 font défaut, il existe chez chaque Londonien une part d’autonomie incompressible qui rend parfois ses actions difficilement compréhensibles. Expliquer les choix individuels relève souvent de l’aporie64. Certains parcours sur plusieurs années peuvent ainsi paraître incohérents ou inconséquents. L’exemple d’un tisserand qui refuse de payer la contribution levée par sa corporation pour la Parade du Lord Maire de 1583 est symptomatique. En octobre 1583, on trouve cette longue entrée dans le registre de la cour des assistants des tisserands :

Alors que Robert Mudge qui, selon l’opinion de cette cour et selon celle de plusieurs autres membres de notre compagnie, est considéré comme un homme apte et qualifié pour servir comme bachelor in budge lors de cette cérémonie [la Parade du Lord Maire], et alors qu’il avait été choisi par l’ensemble de cette cour, il a refusé cette fonction à plusieurs reprises, disant qu’il ne voulait pas la remplir, de la sorte et à cause de son entêtement et de

  • 65 Clothworkers’Hall, ms. Court Minutes, 1581-1605, fo 30.

sa désobéissance, il a été envoyé en prison. Mais ensuite, alors qu’il était en prison, il a réussi à obtenir une ordonnance d’habeas corpus afin d’être libéré de corps et d’être déféré devant la cour de Sir Thomas Sawdye. Par ce stratagème, il pensait sortir de prison. Mais le Lord Maire élu et nos wardens ayant appris cela, se rendirent auprès du Lord Chief Justice d’Angleterre afin de l’informer de tout cela et, à la requête des wardens, il ordonna qu’on amène Mudge et son ordre d’habeas corpus devant sa propre cour à Sergeant Inn. Lors de cette session, Sa Seigneurie, après avoir entendu la cause, jugea que les excuses alléguées par ledit Mudge (et il en alléguait un certain nombre) découlaient plus d’un refus volontaire et obstiné que d’une juste cause ou d’un réel fondement. Il le renvoya donc en prison jusqu’à ce qu’il soit devenu obéissant et qu’il se soumette à la corporation, tout en conseillant aux wardens de procéder avec douceur. Après quoi, ledit Mudge se soumit de lui-même et servit parmi les principaux bachelor in velvet65.

  • 66 R. G. Lang (éd.), Two Tudor Subsidy Rolls, p. 290.
  • 67 Le terme est approprié puisque, lors de son entrée dans la corporation, le nouveau membre prête ser (...)
  • 68 National Archives, PCC Wills, PROB 11/82.
  • 69 O. Spina, « La mise en jeu de l’honneur ».

35Cette affaire prend des proportions inédites, puisque le second officier de justice du royaume est mis à contribution dans une joute procédurale. L’auteur du scandale, Robert Mudge n’est pourtant pas un Londonien désocialisé ou particulièrement rétif à l’autorité corporative. Il est issu d’une famille de citoyens londoniens et possède une fortune qui, sans être importante, est confortable. Pour le subside royal de 1582, il est assis pour £ 10, ce qui le place au sixième rang des contributeurs de sa paroisse, St James Vintry Ward66. La décision de la cour des assistants qui met fin à cette « rébellion » est des plus instructives67. Tout d’abord, elle ne marginalise pas Robert Mudge : elle le « condamne » à prendre place parmi les bachelors in velvet (l’équivalent des bachelors in foine). Certes, il paye une somme plus forte, mais il reçoit l’honneur d’être à une place supérieure à celle qu’il devait occuper. L’idée de fraternité semble guider la sentence puisqu’il ne s’agit pas de punir le membre mais de l’amener à s’amender et à reconnaître sa faute. La réaction de Mudge est tout aussi intéressante. Malgré le scandale qu’il a déclenché en 1583, il semble redevenir un tisserand modèle puisqu’il accepte le rang de bachelor in foyne, comme il accepte quelques années plus tard d’entrer dans la livrée. En 1593, il lègue dans son testament une forte somme à la corporation des tisserands pour que celle-ci organise un dîner en son souvenir68. L’épisode de 1583 ne semble affecter ni sa carrière au sein de la corporation, ni son crédit, ni son propre éthos de tisserand. Il continue à agir selon les modèles proposés par le métier. Ce conflit et ses suites peuvent être interprétés de deux façons différentes. Il est possible que cet évènement ait entraîné une prise de conscience par Mudge des implications sociales et économiques complexes de son appartenance à la corporation. S’opposer à la corporation, c’est se mettre en marge de l’ensemble du processus intégratif londonien. La Parade du Lord Maire, par l’importance matérielle et symbolique qu’elle revêt pour l’ensemble de la corporation, révèlerait donc à chaque membre la densité du tissu social auquel il appartient. L’autre interprétation serait que, même si la corporation se pense et se veut un corps hiérarchisé, certains membres peuvent refuser d’obéir, non pas tant dans un refus radical de l’autorité ou du discours corporatif, mais parce qu’ils interrogent au nom même des principes identitaires de la corporation les décisions de ses officiers. Au nom du principe de « fraternité », certains tisserands reprochent in petto à la cour des assistants de mal dépenser l’argent de la corporation, déjà très endettée, en finançant de coûteuses cérémonies. La fraternité corporative devrait s’incarner non dans des spectacles mais dans une meilleure régulation de l’activité économique et sociale du métier69. La stratégie individuelle, même quand elle semble aller contre la communauté, s’inscrirait alors pleinement dans son cadre discursif et idéologique.

  • 70 Comme le souligne José Maria Imízcoz Beunza, ce sont moins des institutions qui dirigent les hommes (...)
  • 71 J. Lagroye et J. Siméant, « Gouvernement des humains et légitimation des institutions ».
  • 72 P. Marsh, « Identity : an Ethogenic Perspective » ; M. James, « Ritual, Drama and Social Body ».
  • 73 Ce processus d’intégration par les corporations fonctionne déjà au milieu du xvie siècle et ne semb (...)

36Cette étude invite à repenser le fonctionnement politique des institutions londoniennes sur un mode autre que celui de l’oligarchisation. L’ascension sociale par le biais des corporations de métier ne relève pas que d’un « mythe idéologique ». Les élites de la corporation facilitent les mobilités parce qu’elles sont elles-mêmes le fruit de cette mobilité sociale70. Alors que les liverymen avaient la capacité de financer seuls la Parade du Lord Maire, les assistants ont choisi de faire participer le maximum de membres à ces spectacles, et ce afin que cette cérémonie soit l’incarnation de la fraternité corporative. Les « jeunes hommes » ne sont donc pas considérés comme une sous-catégorie de la corporation mais comme des membres en puissance de la livrée. Le poids politique, financier et symbolique conféré à la yeomanry par la corporation doit être réévalué. Le cursus honorum mis en lumière par ces spectacles permet de montrer à chaque membre la possibilité d’ascension sociale et de réalisation de soi qu’offre le métier71. Les corporations transforment ainsi un geste trivial, l’acquittement d’un impôt pour un spectacle, en un geste identitaire72. S’intéresser au mode de financement de ces spectacles permet de comprendre que les corporations fonctionnent comme une voie, parfois longue, d’intégration sociale, économique et symbolique de migrants à la société londonienne73. En quelques années, une poussière d’individus aux origines sociales et géographiques très diverses participe de façon identique au même corps de métier. Les membres ne sont unis ni par une simple pratique du métier ni par une idée de leur propre identité. Ils le sont par un réseau complexe de relations tissées par et autour de la corporation, car de nombreux autres facteurs d’intégration découlent de cette inclusion première (lien avec son maître, lien matrimonial, relation d’amitié ou de voisinage). L’apprentissage n’est pas qu’une formation au travail, il est aussi un processus d’inclusion dans la vie urbaine.

  • 74 C. J. Calhoun, « Community : Towards a Variable Conceptualization ».
  • 75 Howard Becker a montré que la puissance politique et symbolique de cette métaphore du corps, à la p (...)
  • 76 J. P. Ward, Metropolitan Communities, pp. 245-246.

37Ce n’est donc pas le contenu de la Parade du Lord Maire, ou marginalement, qui crée un hypothétique sentiment d’appartenance, mais c’est une organisation sociale et institutionnelle ressaisie par ses membres, qui crée en actes la communauté du métier74. Cette étude permet de mettre à nu une partie des articulations entre communauté de métier et membre individuel. Elle montre qu’il n’y a pas adéquation parfaite entre le discours corporatif de la communauté et la façon dont les individus l’intègrent ou le mettent en pratique75. J.P. Ward a montré que les guildes étaient des institutions plastiques qui fournissaient un cursus honorum mais aussi un cadre de vie et de pensée76. Elles n’étaient pas des unités statiques et homogènes. Elles étaient des corps dynamiques en perpétuels mouvement et redéfinition. Chaque membre était laissé libre d’y souscrire pleinement ou de n’y puiser que certains éléments tout en restant dans le cadre communautaire. Ce cadre dynamique permet aux corporations de s’adapter au contexte politique, social et économique, mais aussi à la demande et à la participation de ses membres.

Notes

1 J. Twyning, London dispossessed.

2 Sur l’origine, toujours débattue, de la Parade du Lord Maire, voir A. Lancashire, « Continuing Civic Ceremonies ».

3 Il s’agit des marchands-tailleurs, des drapiers, des orfèvres, des Épiciers, des haberdashers, des tisserands, des poissonniers, des marchands de vin, des ferronniers, des merciers, des peaussiers et des sauniers.

4 C. Geertz, « Centers, Kings and Charisma » et C. Phytian-Adams, « Ceremony and the Citizen ».

5 M. Berlin, « Civic Ceremony ».

6 J. L. Austin, Quand dire, c’est faire.

7 Ce courant oscille entre l’approche purement « propagandiste » de Raymond Williams et l’approche plus « idéologique » de Michel Foucault.

8 L’idée de « magie du discours » comme principe de création d’un lien social, en général contraignant et hiérarchique, imprègne l’ensemble des culturals studies (voir L. Montrose, « “Eliza, Queene of Shepeards” »).

9 Depuis vingt ans, elles sont au cœur des recherches sur l’intégration sociale des Londoniens au xvie siècle. Voir S. Rappaport, Worlds within Worlds ; I. W. Archer, The Pursuit of Stability ; J. P. Ward, Metropolitan Communities.

10 Le terme est difficilement traduisible en français. Cette corporation londonienne, huitième dans l’ordre civique des préséances, regroupe les fabricants et vendeurs de produits divers, de la passementerie aux miroirs, en passant par le papier ou les tissus.

11 Cette cour est composée de dix à vingt membres, tous cooptés et issus de la livrée, qui siègent autour des wardens, les magistrats suprêmes du métier, élus pour un ou deux ans. Elle règle tous les aspects législatifs et exécutifs de la corporation.

12 La documentation ne permet pas de connaître leur nombre exact.

13 Cour des assistants des haberdashers du 2 octobre 1604, Guildhall Library (GL), ms. 15842/1, fo 142. Leur nombre varie aussi selon les corporations. Il ne cesse de s’accroître au cours du siècle. En 1540, les drapiers élisaient seulement 60 bachelors ; en 1556, les marchands-tailleurs en élisent 76.

14 « Such as are best able and likeliest men for the service » (ibid., fo 141vo).

15 En 1533, la cour des assistants des drapiers menace d’amende ceux qui ne porteraient pas une nouvelle robe à cette occasion. Cour du 15 octobre 1533, Corporation des drapiers, Drapers Hall, ms. Assistants MB1B, p. 459.

16 L. Manley, Literature and Culture, p. 263.

17 Le terme brotherhood revient fréquemment dans les registres des corporations pour définir la corporation elle-même (voir saint Paul, Première lettre aux Corinthiens, 12-26).

18 C’est le cas des marchands-tailleurs en 1602 (ordre de la cour des assistants du 2 octobre 1602, GL, ms. 34010/4, p. 64).

19 Triumph Book, GL, ms. 15869, fo 9vo. Il faudrait s’interroger sur ce qu’est être pauvre pour les haberdashers.

20 Ibid., fos 8 sqq. Des choix identiques sont opérés par d’autres corporations dont les marchands-tailleurs en 1561 (GL, ms. 34105, fos 5-5vo).

21 C. Geertz, « Jeu d’enfer », p. 209.

22 M. mauss, « L’expression obligatoire des sentiments ».

23 On peut parler d’un « discours méta-social » de la corporation sur elle-même, voir C. Geertz, « Jeux d’enfer », p. 210.

24 M. Braddick, State Formation.

25 Elle s’inspire des travaux de George Ramsey sur les apprentis londoniens du milieu du xvie siècle (G. Ramsay, « The Recruitment and Fortunes »).

26 Triumph Book, GL, ms. 15869, fos 5-9. Très peu de ces listes ont été conservées car elles étaient certainement déposées dans les archives des yeomanries de chaque corporation, archives distinctes de celle de la corporation et tenues pour secondaires.

27 On peut entrer dans une corporation par ces trois voies. L’apprentissage dure normalement sept à dix ans. On peut également faire valoir son droit à entrer dans une corporation par patrimoine, c’est-à-dire si l’on est né après que son père fut lui-même entré dans ladite corporation. Enfin, le système de rédemption, très rare, consiste à être accepté dans la corporation sans apprentissage mais en payant une très forte « amende ».

28 GL, ms. 15860/1 et 2 pour le xvie siècle.

29 Le testament de certains imposés a été utilisé de façon à identifier leur origine géographique ou sociale.

30 Triumph Book, GL, ms. 15869, fos 5 sqq.

31 Il est difficile, voire impossible, de dénombrer précisément les membres d’une corporation à un moment donné. Mon estimation se fonde sur les travaux d’Ian Wallace Archer. Il évalue à 1 546 le nombre d’haberdashers à la fin du xvie siècle. I. W. Archer, The History of the Haberdashers’ Company, p. 129. À titre de comparaison, en 1602, pour la Parade du Lord Maire du marchand-tailleur Robert Lee, 92 bachelors sont élus et imposés, mais 537 autres young men sont simples contributeurs, soit 25 % des effectifs estimés de la corporation.

32 Nicholas Dickens, Thomas Eaton, Thomas Cleave, Nicholas Ingram, William Lawton et Henry Reeve.

33 Le fait que Nicholas Dickens soit un chapelier a peut-être joué un rôle dans sa non-élection comme bachelor. Les chapeliers ont été incorporés aux haberdashers au début du xvie siècle. I. W. Archer, The History of the Haberdashers’ Company, p. 52.

34 Selon l’édit municipal de 1584, les gantiers, qui appartiennent à la corporation des haberdashers, sont censés toucher au minimum 3s 4d par semaine. Les brodeurs, eux aussi inclus dans les haberdashers, touchent 4 s 6 d. London Metropolitan Archives, JCC XXI, fo 463.

35 Les fils d’haberdashers privilégient aussi la voie de l’apprentissage. Ce pourcentage est proche de celui établi par G. Ramsey (un peu moins de 90 %) pour les apprentis du milieu du xvie siècle, alors même que Londres connaît une croissance démographique très importante (G. Ramsey, « The Recruitment and Fortunes »).

36 Ces tendances sont une nouvelle fois concordantes avec celles observées par G. Ramsey. Home Counties est une appellation traditionnelle pour les comtés autour de Londres : Essex, Hertfordshire, Surrey, Kent, Middlesex, Berkshire et Buckinghamshire.

37 Malgré les interdictions royales, municipales et corporatives d’enrôler des apprentis d’origine étrangère, les corporations semblent passer outre. En 1545, le registre de la cour des assistants des orfèvres évoquent « l’argent reçu de tous les young men de la corporation, anglais comme étrangers » (ordre du 13 novembre 1545, Goldsmiths’Hall, Wardens Accounts and Courts Minutes, vol. G.H.I, [1543-1556], p. 43).

38 Toutefois, ceux-ci sont généralement des cadets de familles de la petite gentry. Il n’y a parfois guère de différence entre un fils de gentleman et un fils de yeoman (voir R. G. Lang, « Social Origins and Social Aspirations »).

39 La classification sociale de la société anglaise du xvie siècle est floue. Elle est avant tout fondée sur la terre. Théoriquement, les husbandmen sont des paysans pauvres ou modestes, les yeomen sont des paysans modestes ou aisés, les gentlemen sont une petite noblesse terrienne, de robe ou de service. Mais il existe des yeomen pauvres et des husbandmen aisés. Les marchands et les artisans des villes entrent difficilement dans ce schéma (voir J. V. Beckett, « The Peasant in England »).

40 La surreprésentation est ici considérée comme un pourcentage de membres issus d’une certaine couche sociale supérieur au pourcentage de cette couche sociale au sein de l’échantillon.

41 Le calcul de cet intervalle temporel moyen entre l’entrée dans la corporation et 1604 permet de savoir si les haberdashers issus des couches les moins aisées ont tendance à rester plus longtemps dans la yeomanry par rapport à ceux issus des couches supérieures. Ce calcul élimine les différences dues à la mortalité et celles dues au passage dans la livrée.

42 Ces chiffres sont à remettre dans le contexte de la grande épidémie de peste de 1603-1604 qui a emporté près de 1/6e de la population londonienne. Cela explique peut-être l’importance numérique des yeomen de moins de cinq ans parmi les imposés (voir S. Rappaport, Worlds within Worlds, pp. 341 sqq.).

43 Paradoxalement, la moyenne la plus élevée est obtenue par le groupe des fils de citoyens londoniens : 11,4 ans (et 15,2 ans si on ne prend en compte que ceux entrés dans la corporation par patrimoine).

44 S. Rappaport souligne que la couche sociale et la richesse originelles conditionnent sans doute moins la progression au sein de la corporation que ne le fait la durée de la vie des individus (S. Rappaport, Worlds within Worlds).

45 Toutefois, certains sont dans la yeomanry depuis plus de 30 ans comme Thomas Fawkner qui ne paye d’ailleurs que 10 shillings. Vingt-cinq y sont depuis plus de 25 ans : tous sont simples contributeurs. Parmi eux, on trouve au moins cinq membres entrés dans la corporation par patrimoine.

46 Ordre du 1er octobre 1600, GL, ms. 15842/1, fos 114-114vo : « And it is ordered that they shall take their place amongest the rest according to their auncientes Fredome in this company ».

47 National Archives, Prerogative Court of Canterbury and Related Probate Jurisdictions, Will Registers (PCC Wills), PROB 11/136.

48 Halfhead est originaire d’une famille de yeomen de l’Hertfordshire et Ricketts d’une famille d’husbandmen du Gloucestershire (GL, ms. 15861/1, respectivement fos 68 et 208vo).

49 Worgan, issu d’une famille de yeomen du Gloucestershire, est entré en apprentissage en 1597 (ibid., fo 117vo) ; Bebington, issu d’une famille de yeomen du Cheshire, en 1595 (ibid., fo 139vo) ; Glebe, issu d’une famille de marchands londoniens d’origine étrangère, en 1600 (ibid., fo 75).

50 En 1589 et en 1600, on procède à l’élection de plusieurs liverymen. Le même phénomène se retrouve dans d’autres corporations.

51 On peut y ajouter les trois wardens de la yeomanry de 1604 (Francis Needham, John Thomas et Martin Smith). Les six wardens de la yeomanry élus en 1606 étaient tous imposés en 1604 : Jeffrey Massey, Francis Fisher, Ellis Kinaston, Richard Wilcox, Henry Cothurst et John Palmer (soit un bachelor in foyne, deux bachelors in budge et trois contributeurs simples).

52 Théoriquement, seuls les yeomen ayant exercé les fonctions de warden de la yeomanry pouvaient accéder à la livrée, soit six personnes tous les deux ans. Mais la majorité de ceux qui y entrent le font en payant une amende pour ne pas avoir rempli cet office.

53 L’élection d’un Lord Maire est fortement aléatoire. Moins qu’une élection, il s’agit de confirmer l’accession à la magistrature de l’Alderman le plus ancien en fonction et qui n’a pas encore occupé la magistrature. Les décès sont par nature imprévisibles.

54 La deuxième position s’inspire des travaux d’E. Durkheim. Pour une analyse néo-durkheimienne des cérémonies civiques londoniennes, voir L. Manley, Literature and culture, pp. 212-214.

55 Sur les liens entre l’exceptionnel et l’ordinaire en politique, voir P. Favre, « Y a-t-il un rapport « ordinaire » au politique ? ».

56 Voir la conclusion de N. Mariot, Bains de foule, pp. 307-312.

57 V. Descombes, « Relation intersubjective et relation sociale ».

58 On pourrait présenter le même raisonnement pour les paroisses et les wards. La ville de Londres est un tissu de communautés imbriquées et superposées.

59 K. Ashley, « Introduction : the Moving Subjects ».

60 « Item paid to Dod my Lord Maior officer for his paines about such as refused to pay their Cesementes 000.15.00 / Item paid to Fermer the Sergeant for his paines in the like service 001.10.00 » (Triumph Book, GL, ms. 15869, fo 11).

61 Voir O. Spina, « La mise en jeu de l’honneur ».

62 Pourtant, de telles convocations ont sans doute eu lieu. Les archives d’autres corporations confrontées aux mêmes difficultés (peaussiers, tisserands…) témoignent de membres convoqués devant les assistants pour s’expliquer et surtout pour être condamnés pour ne pas avoir payé les sommes demandées pour la Parade du Lord Maire.

63 « Item paid more by order of a Court of Assistentes unto 5 which served as riche Bachelours, their money back againe 016.13.04 » (Triumph Book, GL, ms. 15869, fo 11vo).

64 Il faut ici reconnaître tout l’intérêt de la réflexion sur l’agency. L’individu est au croisement de plusieurs groupes sociaux et de plusieurs réseaux qui ont autant d’idéologies, de modes d’appréhension du monde et de valeurs. Pour agir, l’individu doit alors faire des arbitrages ponctuels et non nécessairement pérennes entre tous ceux-ci (H. French et J. Barry, « Identity and Agency »).

65 Clothworkers’Hall, ms. Court Minutes, 1581-1605, fo 30.

66 R. G. Lang (éd.), Two Tudor Subsidy Rolls, p. 290.

67 Le terme est approprié puisque, lors de son entrée dans la corporation, le nouveau membre prête serment de respecter scrupuleusement et sans discussion les ordres des officiers du métier (voir le serment des plâtriers dans GL, ms. 6132, n° 73).

68 National Archives, PCC Wills, PROB 11/82.

69 O. Spina, « La mise en jeu de l’honneur ».

70 Comme le souligne José Maria Imízcoz Beunza, ce sont moins des institutions qui dirigent les hommes, que d’autres hommes qui adaptent le contenu et les pratiques de l’institution (J. M. Imízcoz Beunza, « Communauté, réseau social, élites »).

71 J. Lagroye et J. Siméant, « Gouvernement des humains et légitimation des institutions ».

72 P. Marsh, « Identity : an Ethogenic Perspective » ; M. James, « Ritual, Drama and Social Body ».

73 Ce processus d’intégration par les corporations fonctionne déjà au milieu du xvie siècle et ne semble pas s’étioler avant le début du xviie siècle comme le pensait Peter Clark (P. Clark, « Migrants in the City »).

74 C. J. Calhoun, « Community : Towards a Variable Conceptualization ».

75 Howard Becker a montré que la puissance politique et symbolique de cette métaphore du corps, à la puissance politique et symbolique indéniable et souvent utilisée par les institutions, ne doit pourtant pas être prise pour argent comptant (H. S. Becker, Outsiders).

76 J. P. Ward, Metropolitan Communities, pp. 245-246.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. — Répartition des imposés selon leur catégorie
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/17192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Graphique 2. — Répartition des contributeurs selon leur mode d’entrée dans la corporation
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/17192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Origine géographique de l’échantillon A (165 imposés)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/17192/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search