Version classiqueVersion mobile

Trouver sa place

 | 
Antoine Roullet
, 
Olivier Spina
, 
Nathalie Szczech

II. Tensions et résiliences : dynamiques des communautés

Participer au cérémonial

De la construction des normes à l’incorporation dans les querelles de préséances

Fanny Cosandey

Texte intégral

  • 1 S. Hanley, Le lit de justice ; R. E. Giesey, Cérémonial et puissance souveraine.
  • 2 N. Elias, La société de cour.

1Au-delà du caractère anecdotique de ces princes ou grands officiers prompts à la dispute pour occuper une place, les querelles de préséances permettent de comprendre comment la société forge ses propres normes par une pratique itérative qui prend force de loi. Si le rituel peut être considéré comme une « constitution coutumière » capable de révéler les principes de l’organisation monarchique1, il est également l’objet de constants réajustements qui rendent compte des évolutions sociales et politiques, et en cela donne à voir l’ordre institué, comme aussi les rapports de force au sein du pouvoir2. Étudiés dans l’entourage royal des xvie et xviie siècles, les conflits de rangs font apparaître les règles implicites qui régissent hiérarchiquement la communauté, mais aussi la perception des identités dans une constante articulation des individus, des corps et de la collectivité affirmée par la participation de tous à l’ensemble cérémonial. Or la répétition d’un ordre qui, pour être validé, doit être constant, pose nécessairement la question des nouveaux venus, hors du rang par définition. L’incorporation se heurte alors à une pratique cérémonielle fermée à toute nouveauté, à moins de considérer que les tensions offrent précisément des brèches favorables à l’introduction de corps étrangers. Partant d’une étude de cas, il s’agit ici d’appréhender les critères d’attribution des places, les enjeux des querelles, et donc les raisons des résistances aux changements, ainsi que les conditions dans lesquelles les déplacements deviennent possibles, afin de saisir les modalités d’incorporation de ceux qui étaient jusque-là tenus à l’écart de l’espace rituel, et les conséquences induites par une telle opération.

LES DESSOUS D’UNE AFFAIRE

  • 3 Pour toute cette affaire, voir A. Tarrete, « La querelle qui opposa Du Vair au duc d’Épernon ».
  • 4 Bibliothèque de l’Institut, Fonds Godefroy (God.) 452, pp. 137-138.

2L’histoire se passe au Conseil du roi. En ce vendredi 20 avril 1618, les ducs et pairs représentés par Messieurs de Montmorency et d’Épernon se plaignent au roi de ce que Du Vair, alors garde des sceaux, entend ici les précéder. Il ne s’agit là que d’un des innombrables épisodes de la guerre de préséances qu’entretiennent consciencieusement les sujets entre eux3. Mais elle est révélatrice de bien des enjeux qui façonnent le cérémonial, et permet en cela de dégager les traits caractéristiques des conflits relatifs à l’ordre institué. Telle qu’elle est relatée, l’affaire à tout d’une scène de théâtre disputant le tragique au comique ; elle peut alors être restituée sous forme de dialogue4. Le duc d’Épernon, poussé par ses pairs, se fait le porte-parole de l’ambition nobiliaire. Il reproche à Du Vair d’abuser de ses prérogatives, alors que celui-ci estime ne rendre compte que des lettres de provision de sa charge, qui contiennent, il est vrai, des privilèges plus importants qu’à l’accoutumé. C’est pourquoi le garde des sceaux entend se placer, partout, en face du chancelier, créant une situation défavorable aux ducs et pairs relégués ainsi à la troisième place. D’Épernon attaque de front Du Vair qui paraît surpris d’une contestation sans motif véritable. Il s’ensuit une série d’échanges peu amènes, à l’intention d’un roi plus spectateur qu’acteur, mais sur lequel chacun compte pour obtenir gain de cause.

D’Épernon. — Nous supplions Votre Majesté de nous rendre raison, par un prompt jugement, des prétentions du garde des sceaux, et autrement de nous autoriser à nous retirer en nos charges et gouvernements pour y continuer le service que nous devons à sa Majesté.
Du Vair. — Je ne m’étais point préparé là-dessus, mais il est vrai que je dois précéder, puisque les sceaux étaient en France avant la création des duchés et pairies.
D’Épernon. — Vous le dites, mais il faudrait le prouver.
Du Vair. — Cela est vrai, et l’on sait bien que les ducs et pairs ne sont que de la troisième race, alors que les sceaux apparaissent dès lors qu’il y eut des rois en France.
D’Épernon. — On ne connaît les gardes des sceaux que depuis peu de temps, et ce n’est d’ailleurs pas un office, mais une commission.
Du Vair. — Mes lettres font foi que c’est un office.
D’Épernon. — Vous les avez scellées vous-même ; vous y avez mis ce que bon vous a semblé.
Le roi. — Je les ai scellées moi-même.
D’Épernon. — Les gardes des sceaux n’ont point de rang. (Et, s’adressant à Du Vair : ) Allez donc au Parlement, on verra si on vous y recevra. Pour Monsieur le chancelier, nous lui cédons, et savons bien ce qui lui est dû. Mais pour vous, vous n’avez aucun rang.
Du Vair. — Je suis reçu au Parlement et j’irai quand bon me semblera.
D’Épernon. — Je veux qu’on me donne le fouet dans les cuisines du roi si l’on vous y reçoit, et si vous y tenez un rang. Nous devons, sire, maintenir l’honneur que nos prédécesseurs et nous avons acquis au péril de nos vies. Et j’ai cet avantage d’avoir toujours été serviteur des rois sans jamais avoir manqué.
Du Vair. — J’en ai fait de même, et d’avantage.
D’Épernon (en grande colère). — Cela n’est point, et par Dieu sans le respect du roi, je vous ferai avouer le contraire.

  • 5 J.-F. Dubost, Marie de Médicis.

3Là-dessus, Louis XIII leur impose le silence et dit qu’il rendra justice, puis sort du Conseil. Le duc de Luynes assistant à l’échange se met prudemment entre du Vair et d’Épernon, lequel siffle au garde des sceaux : « vous êtes un insolent », avant de rejoindre son souverain qui l’avait fait appeler. Par la suite, il semble que le roi ait eu quelques peines à accommoder tout cela, d’autant que les maréchaux de France se sont plaint, à leur tour, des prétentions du garde des sceaux à les devancer. Le document ne dit pas ce que Louis XIII a finalement décidé. Mais il s’avère que le duc d’Épernon rallie, dans les jours qui suivent, le parti de la reine mère, alors en conflit ouvert avec son fils5. De telles affaires ne sont pas sans conséquences sur la vie politique, surtout en périodes de troubles.

4L’épisode rapporté est riche d’enseignement ; il révèle nombre des ingrédients qui composent le rang et animent les querelles. Le décor est planté dès les premières lignes ; l’affaire concerne le conseil du roi. De fait, elle ne se pose pas forcément en termes identiques en d’autres lieux, d’autres cérémonies, d’autres institutions. D’Épernon met d’ailleurs au défi Du Vair de soutenir de telles prétentions au Parlement par exemple. La qualité des protagonistes est également annoncée d’entrée de jeu : il s’agit des ducs d’Épernon et de Montmorency, qui portent la parole des ducs et pairs, contre le garde des sceaux. Aux dignités féodales, elles-mêmes composites puisqu’il s’agit tout autant ici de duchés que de pairies, s’oppose donc une dignité liée à l’office, lequel est d’ailleurs contesté en tant que tel puisque la charge est évoquée comme commission. Par ailleurs les qualités sont soutenues par des individus dont les patronymes sont en soi labels de qualité. Incidemment, les deux ducs rappellent qu’ils sont investis d’autres charges et gouvernements et qu’ils servent le roi depuis toujours : le lignage est ici discrètement invoqué, à travers « l’honneur de nos prédécesseurs », ce qui rend plus flagrant encore l’outrecuidance d’un Du Vair face à des Épernon, des Montmorency. Le garde des sceaux, en répondant sur ce terrain, manque d’ailleurs sensiblement d’argument.

  • 6 Voir, là-dessus, C. Beaune, Naissance de la nation France.
  • 7 B. Barbiche, Les institutions de la monarchie française, pp. 161-162.

5Une pluralité de qualités est de la sorte mobilisée pour justifier la place occupée. Aux mérites personnels et collectifs s’ajoute un critère essentiel dont argue du Vair presque immédiatement : l’ancienneté des titres et des fonctions, ou l’ancienneté dans la détention de ces derniers. La question des préséances rejoint ainsi celle de la date de création, dans une appréhension paradoxale du temps où l’immémoriale origine s’impose comme valeur absolue. D’où l’argument des sceaux nés avec la monarchie quand les duchés-pairies ne remonteraient qu’à la troisième race de nos rois6, et la réponse du duc d’Épernon qui invoque l’apparition récente de la fonction de garde des sceaux. Enfin, un dernier point rejoint celui du lieu où se fixe le conflit : il s’agit de saisir quels rôles jouent les protagonistes au sein du conseil. Ce problème relève des institutions monarchiques, et les querelles de préséances amènent bien souvent les acteurs à définir la nature exacte de leurs attributions, nature qui engage la capacité de chacun à exercer une autorité ouvrant droit au rang. La question du pouvoir des acteurs, et de leur légitime exercice selon la nature du cérémonial, est sous-jacente dans les conflits qui éclatent régulièrement. En cela la position du garde des sceaux pose, par son ambiguïté, un problème récurrent7.

  • 8 F. Cosandey, « Répéter n’est pas fixer ».

6Plus généralement, cette affaire renseigne aussi sur le déroulement des conflits. Si chaque épisode est unique, il participe également de la construction du rituel et s’inscrit en cela dans un processus de répétition8. « Maintenir l’honneur », « avoir toujours été », comme le souligne le duc d’Épernon, relève bien de cette volonté de préserver un ordre stable menacé par des prétentions nouvelles, en l’occurrence celle du garde des sceaux qui « entreprenoit de précéder » contrairement aux usages, « ce qui ne se devoit point ». Et, chaque fois, ces querelles impliquant les plus hauts dignitaires s’en remettent au roi, lequel, en arbitre suprême, tranche en dernière instance. Ici, la dispute éclate en présence de Louis XIII, ailleurs elle est portée par oral ou par écrit devant sa majesté afin qu’elle règle l’affaire : l’ordre du royaume relève strictement de l’autorité royale.

  • 9 Sur cette question de la norme, voir F. F. Martin, Justice et législation sous le règne de Louis XI(...)
  • 10 M. Fogel, « Penser les règles du cérémonial ». Dans son Dessein de l’impression du cérémonial de Fr (...)

7Les querelles de préséances soulèvent ainsi le problème de l’incorporation dans un espace ritualisé qui se veut représentatif de l’organisation politique, et dans un monde à la fois institué et instituant. De fait, construites sur les exemples précédents, les cérémonies ne font théoriquement que reproduire les exemples passés, mais les difficultés soulevées par les querelles conduisent dans le même temps à redistribuer un certain nombre de places et donc à établir un nouvel ordre. Les règles suivies en ces occasions reposent cependant moins sur des bases théoriques que sur des données empiriques. Car il n’existe pas de traité des rangs qui fixe définitivement l’assignation des places, et ces dernières sont déterminées selon des modèles antérieurs. Apparaît alors une dynamique collective qui consiste à « faire société », et en cela dire l’ordre social, tout en construisant les normes d’une monarchie en constante mutation9. Les efforts des cérémonialistes de l’Ancien Régime, tant les grands-maîtres des cérémonies que ceux qui travaillent la question pour tenter de s’y retrouver, témoignent de la complexité du problème. Le fonds Godefroy, conservé actuellement à la Bibliothèque de l’Institut et constitué en grande partie par les recherches de Théodore Godefroy puis de son fils Denys, fourmille d’informations sur les tentatives de théorisation qui n’ont cependant jamais pu aboutir vraiment10. Ces deux grands savants ont amassé une documentation considérable relative à tout ce qui, de près ou de loin, concerne le cérémonial monarchique. De ses observations, Théodore Godefroy tire des préceptes qu’il cherche à ériger en loi. Il part ainsi de cas particuliers pour atteindre un niveau général qui puisse servir en toute occasion. Sans être vains, ces efforts n’ont pas produit les fruits espérés et les règles et maximes, parfois contradictoires, sont restées à l’état manuscrit. Ils témoignent cependant à la fois des démarches entreprises pour codifier les rangs (et en cela mieux les ordonner à l’avenir) et de la volonté royale de ne rien fixer en un domaine où s’exerce la puissance souveraine. Mais au-delà, tous ces manuscrits collationnés montrent bien qu’il n’y a d’autre solution, pour organiser une cérémonie, que d’observer précisément ce qui s’est fait antérieurement dans des conditions soit analogues, soit au plus proche de la situation concernée. Cette caractéristique du cérémonial est essentielle pour comprendre les tensions que soulèvent les rangs, comme aussi les difficultés provoquées par les incorporations.

  • 11 D. Turrel parle à cet égard de « la force redoutable du précédent », dans « La “livrée de distincti (...)
  • 12 God. 381, fos 72 sqq.
  • 13 Sur l’explication de ces différentes contradictions, voir F. Cosandey, « Entrer dans le rang ».
  • 14 God. 389.
  • 15 F. Cosandey, « La mémoire du rang ». Sur le rôle de l’écrit, voir C. Jouhaud et A. Viala (éd.), De (...)

8Point de règles assurées, donc, mais une réitération qui a force de coutume et façonne des principes autant qu’elle s’en inspire11. Ainsi, les « notes et brouillons » de Théodore Godefroy pour son Cérémonial de France contiennent-ils, déjà, une liste d’entrées qui peuvent constituer autant de chapitres d’un ouvrage à venir. S’y côtoient des thèmes généraux, tel « les couleurs observées en faict de cérémonies et comment elles sont diversifiées » ou les « honneurs réservés aux Rois et Princes souverains par les subjects », et des maximes comme « le milieu est plus honorable entre trois qui marchent ensemble12 ». Pour autant, certaines hésitations demeurent puisque tantôt « ceux qui marchent les premiers sont en rang plus honorable », tantôt ce sont « ceux qui marchent les derniers » qui ont ce privilège13, témoignant de la difficulté à dégager des permanences en toutes circonstances. Le travail effectué sur les documents fournit d’autres indices de l’effort intellectuel à rationaliser les préséances. À partir d’une relation, qui décrit précisément « l’ordre qui fut tenu à la procession de la feste Dieu faicte à Paris par le Roy Charles IX… » (1567), une main note en parallèle des remarques destinées à un usage ultérieur, tel que : « l’ambassadeur de Venise en rang plus honorable que Florence14 ». Plus loin dans le même volume, la séance au Parlement du 10 juillet 1612 est disséquée en marge afin d’en tirer quelques conclusions à valeur générale. L’auteur de ces annotations fait alors apparaître des règles non formulées dans le texte, dont la pertinence se vérifie ailleurs : « les princes du sang au-dessus des princes ecclésiastiques » ; « les pairs ecclésiastiques au-dessus des pairs laïcs » ; « le grand écuyer plus ancien officier de la couronne au-dessus du mareschal de Lesdiguières », etc. Tous les registres, soigneusement conservés dans des bibliothèques privées, quelquefois transférés dans celle du roi, forment la « mémoire du rang » et sont en quelque sorte les gardiens de l’ordre en l’absence de traités qui, à l’instar par exemple des règles monastiques, puissent dire ce qui doit être15.

9L’accumulation des preuves couchées par écrit rend compte d’un ordre récurrent que les querelles confortent en entraînant une nécessaire formalisation des rangs. De l’étude des cas émergent donc des principes généraux qui, en se conjuguant, crée la dynamique cérémonielle. S’agissant d’une opération visuelle et physique, la hiérarchie se traduit par une inscription dans l’espace : dessus / dessous, devant / derrière, droite / gauche sont les principales marques de la préséance. Organisée autour de la personne royale, la prééminence se mesure toujours à la proximité au souverain. Source du pouvoir monarchique, maître des rangs, ce dernier détient l’absolue position de domination, et les rangs se déclinent ensuite en ordre décroissant selon un schéma qui mêle communication des honneurs et assiette du pouvoir. Enfin, l’ordonnancement adopte des principes communs à l’ensemble de la société, faisant que l’aîné passe devant le cadet, que les plus anciens sont préférés aux plus récents, que le mari précède l’épouse, etc. C’est pourquoi, encore, la qualité des dignités mobilisées joue un rôle important, les fiefs et les offices s’organisant selon leurs hiérarchies internes. Tous ces éléments, croisés, se déclinent à l’infini, et il convient chaque fois de déterminer qui de l’aîné de la branche cadette ou du cadet de la branche aînée aura la prééminence, qui du plus ancien duc ou du plus ancien pair passera le premier. Du Tillet, pour n’en donner qu’une illustration, évoque le problème en ces termes :

  • 16 J. Du Tillet, « Recueil des Rangs des grands », p. 341.

Les Archevesques precedent les Evesques, et le rang desdits Archevesques et Evesques, est selon leur consecration, fors des pairs au parlement seulement, et au conseil privé auquel ils sieent selon leur reception, et les Evesques premiers instituez precedent les Archevesques instituez apres eux, comme ils font audit parlement s’ils y sieent, comme maistres des requestes, non comme prelats16.

LA DYNAMIQUE CÉRÉMONIELLE

10Afin de bien saisir la cohérence d’une représentation politique qui préside à l’ordre cérémoniel, quatre éléments peuvent être soulignés ; ils sont explicitement ou implicitement présents dans la querelle qui oppose Du Vair aux ducs et pairs : la nature de la cérémonie, la pluralité des dignités dont disposent les acteurs, la disposition des lieux et, lorsqu’elle est précisée, la date de la cérémonie. En effet, l’ordre dépend du type d’événement concerné : la fonction occupée, et donc l’autorité qui en découle, détermine la préséance. Ainsi, la hiérarchie ecclésiastique joue lorsque le rituel a une connotation religieuse (funérailles, Te deum, etc.) et l’archevêque précède alors naturellement l’évêque. Mais, au Parlement par exemple, cour des pairs par excellence, l’ancienneté de la pairie prime sur le titre, comme le rappelle si bien Du Tillet. Par ailleurs, les participants prennent rang selon les qualités qui autorisent leur présence. Or ils ont en main nombre d’atouts susceptibles d’être mobilisés : ils peuvent de la sorte être d’ancienne extraction, et / ou aîné de leur maison, et / ou détenteur d’un office en plus de leur titre patrimonial, etc. Tous possèdent diverses cartes qui changent de valeur selon la cérémonie mais qui, éventuellement, peuvent être jouées en misant sur l’incertitude d’un rituel qui n’est jamais l’absolue réplique du précédent. Une préséance obtenue ailleurs, dans un contexte légèrement différent bien qu’assez semblable, peut être invoquée pour réclamer cette fois encore de passer devant. Il apparaît alors, en substance, que plus les acteurs sont élevés dans la hiérarchie, plus ils disposent d’atouts maîtres, et mieux ils s’imposent dans l’ordre cérémoniel. À cela s’ajoute la disposition spatiale, capable d’apporter quelques modifications à un ordre établi. Les contraintes du lieu ou des circonstances obligent parfois à une adaptation qui perturbe les signes référents dessus / dessous, droite / gauche, devant / derrière. Quand le roi est en voyage, ou bien qu’il est malade, lorsque la table est ronde ou la salle exiguë, si le cortège défile dans des rues trop étroites, tout ceci constitue autant d’aléas qu’il convient d’intégrer dans une structure rituelle nécessairement modifiée. La date de l’événement, enfin, doit également être prise en considération, malgré le caractère intemporel d’un ordre censé être immuable, ce que traduit l’absence de précision de cet ordre dans certaines sources. Pourtant, des décisions royales prenant la forme d’édits, d’ordonnances, d’arrêts du conseil visent à modifier durablement la hiérarchie des rangs. De surcroît, une longue tradition assoit assurément les prétentions des acteurs, de la même façon que la création de corps, ou de charges, est susceptible de perturber l’échelle des valeurs. Il existe donc des moments de rupture qui marquent, dans la continuité affichée, un « avant » et un « après » où les rangs ne sont plus discutés selon les mêmes modalités.

  • 17 Voir F. Cosandey, « La mémoire du rang ».

11Le caractère inflationniste du cérémonial, qui se renforce en puisant dans son propre passé, facilite finalement les transgressions tout en réduisant la marge de celles-ci. Ainsi, plus le cérémonial se renforce, plus la place acquiert de l’importance, ce qui, en accentuant les enjeux, multiplie les querelles. Le fait que de nombreux paramètres interviennent pour configurer un ordre jamais figé mais censé répondre à des critères objectifs rend plus incertains encore les droits de chacun à occuper les places revendiquées. Or les droits sont considérés par les acteurs comme constitutifs de leur patrimoine. Qu’ils soient rattachés au fief ou à l’office, qu’ils relèvent d’un titre ou d’une fonction, ils s’inscrivent dans le temps long des générations successives, et se transmettent avec les charges. La dignité de chacun se joue aussi dans les querelles de préséance : les sujets cherchent alors à maintenir leurs positions afin de conserver ce qu’ils estiment appartenir à leur corps, à leur lignage. Le vocabulaire de la possession (un rang « qui nous appartient […], que nous tenons depuis si longtemps ») est constamment mobilisé dans les plaintes émises à propos d’un ordre jugé défavorable. Cette conception patrimoniale du rang, jointe au fait que l’ordre institué dans une cérémonie crée un précédent qui engage les suivantes, éclaire l’acuité des querelles et les forces mobilisées par les plaignants pour obtenir gain de cause. Sous Louis XIV, un conflit de préséance peut produire plusieurs énormes factums pour justifier la plainte17.

  • 18 Pour une réflexion sur la question du traitement des espaces sociaux emboîtés, voir J. Revel, Un pa (...)
  • 19 S. Tcherkézoff, Le roi nyamwezi, p. 77.
  • 20 Entendre ici comme partie de ce « tout unique auquel tout est reporté », à savoir la société telle (...)

12Défini par la nature de l’office ou du fief, corrélé par l’ordre de succession (aîné ou cadet), marqué par l’ancienneté dans le titre, le rang est à la fois un des éléments d’un patrimoine à multiple facettes composé de biens symboliques et matériels et l’expression de ce patrimoine en ce qu’il rappelle la capacité des individus à s’inscrire dans la société grâce à ces biens acquis et aux droits potentiels. Il est donc essentiel que, dans une perspective lignagère et dynastique du pouvoir, la place reçue puisse être transmise. Et ceci d’autant plus que le rang permet par ailleurs de s’identifier socialement, en marquant son appartenance à un corps, une communauté, un lignage, eux-mêmes partie prenante du fonctionnement monarchique. Une des caractéristiques des querelles de préséances est d’opposer deux parties (x contre y), dans un cadre bien particulier (Parlement, entrée royale, séance au conseil…) et d’engager ce faisant un ordre en vigueur dans le royaume tout entier. Ces jeux d’échelle18 justifient l’intervention monarchique dans ce qui pourrait apparaître des affaires particulières ; ils interrogent aussi la dimension holiste d’une société dans laquelle les individus défendent leurs intérêts (patrimoniaux, corporatistes) en souscrivant à, mais en construisant, aussi, l’organisation politique. Dans la mesure où « le terme n’est défini que par sa place dans le tout19 », l’opération, qui ne concerne pourtant qu’un fragment de l’ensemble cérémoniel, ne s’émancipe jamais du voisinage immédiat, pacifié pour l’heure mais susceptible d’être perturbé par l’issue du conflit. La « communauté20 » réduite à sa plus simple expression lorsqu’elle oppose deux de ses éléments retrouve pourtant toutes ses valeurs dans l’argumentation développée par les protagonistes de la querelle. Mieux : cette querelle la réinscrit finalement dans le tout que constitue la société politique, puisque les justifications invoquées en appellent à des valeurs sociales transcendantes.

  • 21 Bibliothèque nationale de France (BNF), ms. Clair 721 (Clair 721), p. 237.
  • 22 Clair 721, p. 341.

13Derrière les individus se profilent corps ou lignages, et à la nature des charges ou des titres opératoires dans le contexte propre au conflit se superposent des caractères universels tels que l’ancienneté ou l’aînesse. Un particulier n’est jamais seul dans la bataille, de la même façon qu’une place n’existe pas isolément. C’est bien dans cet état d’esprit que s’engagent les contestations, c’est sur cette base le plus souvent que s’organisent les défenses : lorsque la duchesse d’Usez s’insurge contre les prérogatives de la dame d’honneur de la reine, les ducs et pairs s’en mêlent, demandant au duc d’Usez un rapport précis sur le sujet, « le corps étant porté d’une grande affection pour tout ce qui regarde les intérêts de la dignité21 » expliquent-ils dans leur lettre. Cela n’empêche pas qu’à l’intérieur de ce même corps, de subtiles distinctions marquent la hiérarchie et peuvent à l’occasion être objet de discorde. Ainsi les ducs et pairs, prêts à se mobiliser pour défendre l’un des leurs, tiennent à préciser en d’autres circonstances que « des ducs non pairs il y en a de trois sortes22 » en en développant toutes les nuances. Chaque individu s’inscrit par degré dans l’ordre cérémoniel, depuis sa position lignagère ou sa réception d’office, jusqu’à son appartenance au royaume, comme en témoignent les guerres d’ambassades qui mettent en tension les puissances souveraines.

14La profondeur sociale et temporelle de la place occupée, elle-même déterminée par une multitude de critères, aiguise les conflits et favorise, ce faisant, les déplacements, aussi infimes soient-ils. À terme, ce jeu dans le mécanisme des rangs finit par transformer le cérémonial et conséquemment l’ordre sociopolitique. Cette subtile dynamique permet au monarque de conserver la maîtrise de l’organisation hiérarchique du royaume sans transgresser les règles qui président à l’ordonnancement. Une telle politique, marquée par la volonté royale de ne rien fixer, se heurte à une conception patrimoniale et héréditaire des rangs qui conduisent les sujets à réclamer la stabilité. Mais en situation de conflits générés par l’incertitude de la place occupée, les acteurs du cérémonial en appellent nécessairement à l’arbitrage royal, c’est-à-dire à la justice qui est par excellence la fonction souveraine. C’est là, précisément, que l’autorité monarchique s’exerce le plus efficacement au regard des préséances, promouvant les uns, déclassant les autres, récompensant ou pénalisant, quand il ne s’agit pas, tout simplement, de rétablir l’ordre en le mettant en adéquation avec les mutations sociales et institutionnelles.

15Construit autour de la personne royale, le cérémonial fait de celle-ci la référence absolue en même temps que l’arbitre suprême. La multiplication des querelles profite ainsi à l’autorité monarchique qui voit là autant d’occasions d’intervenir. Pour autant, la marge de manœuvre dont dispose le roi est relativement réduite. Primo, parce que l’intervention du monarque est essentiellement réactive : celui-ci est saisi d’une affaire mais ne la suscite pas ; il agit sans être l’initiateur du processus. Secundo, parce que le monarque est tenu de respecter les règles qui rendent lisibles l’ordre hiérarchique. L’exercice de la justice dans ce domaine consiste à respecter les droits de chacun. Tertio, et ce point est capital, parce que les querelles interviennent toujours à dignités équivalentes, et donc à un degré. Il n’est pas question de disputer un rang à un personnage bien au-dessus de soi. Si l’un ou l’autre des participants se sent lésé par l’assignation d’une place, c’est parce qu’il partage avec son voisin plus heureux des critères similaires.

  • 23 Le cas n’est pas rare ; voir, par exemple, BNF, ms. Fr. 20825, fo 303, où, à l’occasion d’une conte (...)

16Face à l’instabilité qu’entretient la combinaison complexe de signes de distinction, les courtisans cherchent constamment à obtenir la position la plus favorable. Les disputes s’inscrivent moins dans une perspective de conquête que de conservation d’un droit estimé sien. Plutôt qu’une volonté de promotion sociale, ces querelles traduisent une inquiétude de déchéance qui conduirait à transmettre un patrimoine affaibli aux héritiers et successeurs. Dans la mesure où la cérémonie présente engage l’avenir, et où la décision royale crée un précédent, les acteurs sont attentifs à ne pas inscrire une place jugée indigne dans la mémoire collective. Certains préfèrent même renoncer à leur présence que de participer au rituel en s’estimant rabaissés. Par esprit de conciliation, ou en attendant de mieux instruire l’affaire, le monarque peut aussi préciser que l’arbitrage immédiat se fait « sans préjudice », ou « pour cette fois seulement23 ». Dans tous les cas ces tentatives sont vouées à l’échec : la place laissée vacante par un courtisan insatisfait est immédiatement comblée par celui qui précède ; et malgré la volonté royale de ne rien décider, l’épisode est inscrit dans les annales cérémonielles avec l’ordre établi alors, avant d’être invoqué dans les conflits qui suivent.

L’ÉPREUVE DE L’INCORPORATION

  • 24 J.-N. Guyot, Traité des droits.
  • 25 Voir A. Cheruel, Dictionnaire historique des institutions. Pour l’organisation de la chancellerie, (...)

17La force du passé s’impose aux stratégies d’évitement car c’est précisément la régularité, ou la répétition d’un ordre transcendant, qui institue les normes de la hiérarchie comme celles, conjointes, de l’identité sociale. Se pose alors la question des formes d’incorporation ou d’exclusion dans des « communautés » structurées autour de signes partagés et de valeurs communes mais tout autant insérées dans une infrastructure englobante marquée par des pratiques récurrentes et un rituel collectif. Le cérémonial est ainsi constitué d’une multitude de communautés articulées les unes aux autres et susceptibles de se reconfigurer selon les circonstances. Là, chaque individu se trouve pris dans un ensemble de relation qui dit son être social et son appartenance au corps. Cette imbrication à plusieurs niveaux et en différents lieux rend l’intégration des nouveaux venus particulièrement délicate, car elle met en jeu l’équilibre interne des corps et l’économie générale des rangs. Afin de s’inscrire dans le cérémonial, ceux qui sont récemment créés ou désormais reconnus dans l’ordre monarchique doivent trouver leur place dans le groupe sans perturber l’ensemble du cérémonial. La tâche est d’autant plus compliquée que la chaîne des préséances suppose un décalage de tous lorsque vient s’intercaler un maillon supplémentaire. Et comme à l’ordre des places s’ajoutent les signes identitaires caractérisés par les insignes, les couleurs, ou encore les vêtements, les manifestations de la distinction qui sont aussi celles de la séparation reposent sur une conjonction d’infimes marqueurs auxquels les participants sont extrêmement sensibles. L’introduction des gardes des rôles dans le cortège organisé pour l’entrée royale de 1660 donne lieu à toute une série de tractations qui sont l’occasion pour nombre d’officiers de redéfinir leur rang24. Les différentes requêtes adressées au chancelier renseignent sur les enjeux et les conséquences d’une telle opération, mais aussi sur les difficultés en cascades que provoque cette intrusion ; difficultés renforcées par le fait que les grades des rôles sont des officiers qui ont sensiblement les mêmes honneurs que les grands audienciers et les contrôleurs de la grande chancellerie25. Il s’agit alors d’insérer les nouveaux venus selon leur qualité sans dégrader ceux qui leur préexistaient aux entrées solennelles.

18Les gardes des rôles prennent les devant, afin de s’assurer une place honorable conformément à la dignité de la charge. Ainsi,

  • 26 God. 394, fo 420.

Monseigneur le chancelier est très humblement supplié de vouloir considerer qu’apres la grace qu’il a eu la bonté de faire aux gardes des Roolles en les admettant au nombre des officiers de la chancellerie pour l’entrée de leurs majestez, ils recevroient un notable prejudice s’ils marchoient apres les controleurs de la chancellerie par ce que leurs charges ont tousjours esté bien plus considérée que celles desdicts controleurs ce qu’ils ont eux mesme recognu puisqu’il y en a eu qui se sont faicts garde des Rooles, et qu’il n’y a point d’exemple qu’aucun garde des Roolles ayt passé en la charge de controleurs26.

19Pour contrer les réclamations que ne manqueront pas de faire les contrôleurs de la chancellerie, dépités d’être précédés de la sorte, les rédacteurs de la lettre invalident d’emblée l’argument de l’ancienneté de la création des charges

car si cela avoit lieu, il se trouveroit de tres petits officiers qui en precederoient de tres grands, et de tres grande consideration. Or […] c’est une maxime tres veritable que la fonction des charges en regle le rang.

20Comme bien souvent dans ces conflits, les plaideurs en profitent pour donner de leurs fonctions une définition qui précise leurs prérogatives, sur lesquelles reposent précisément leurs ambitions statutaires. Les gardes des rôles arguent ici de l’honneur qu’ils ont d’approcher le chancelier « et de lui faire rapport de toutes les lettres des officiers de France ». La place occupée ne dit pas seulement la prééminence sociale, elle permet aussi la valorisation des charges, les gardes des rôles s’attribuant alors, dans l’exercice, une position « bien plus considérable ».

21Les contrôleurs n’entendent pas céder à leurs rivaux. Ils s’adressent eux aussi au chancelier pour lui faire respectueusement

  • 27 Ibid., fo 429. D’une façon générale, la droite est plus honorable que la gauche. R. Hertz, « La pré (...)

observer s’il luy plait qu’en admettant Messieurs les garde rolles a marcher a l’entree du Roy a la gauche des controleurs generaulx de la chancelerie de France c’est donner a celuy des garde roolles qui sera le premier a la gauche quelque rang ou esgalitté avec les aultres controleurs qui seront a la droitte27.

22Cette funeste situation aurait d’ailleurs un effet déplorable sur l’organisation de la chancellerie puisque

  • 28 God. 394, fo 429.

cette marche separeroit lesdits Controleurs generaux de Mrs les grands audianciers avec lesquels ils ne sont et n’ont jamais faict qu’un corps et une mesme compagnie depuis leur creation qui est des plus entiennes, ce qui fairoit un notable prejudice aux uns et aux aultres et les diviseroit entierement, dont il pourroit arriver divers inconvenients dans l’exercice de leurs charges28.

23Il en va, selon une forme convenue de l’argumentaire, du bon fonctionnement de cette institution. De plus, il ne peut être question d’une prééminence pour ces « tres nouvelles charges qui n’ont esté crees qu’avec bien moins d’avantage que les leurs » et « tout ce qu’ils peuvent pretendre n’est que de les suivre » concluent les contrôleurs qui reprennent à leur compte l’argumentation et l’ambition des gardes des rôles.

  • 29 D. Turrel, « L’identité par la distinction ».

24Mais l’affaire ne s’arrête pas là, et les grands audienciers se mettent de la partie en association avec les contrôleurs généraux. Ce sont alors les habits qui font l’objet de récriminations29. Puisque changement d’ordre il y a, l’apparence vestimentaire peut bien être reconsidérée. La plainte porte sur la forme des robes qui

  • 30 God. 394, fo 425.

leur est tout a faict desavantageuse et qu’ils seroient les seulz de toute la ceremonie qui les porteroient de la sorte excepté les huissiers, d’avecq lesquelsz ils croyent debvoir estre distinguez30.

  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.

25Si les grands audienciers et contrôleurs généraux reconnaissent qu’autrefois les maîtres des comptes portaient les mêmes, c’est pour mieux souligner le changement intervenu, parce qu’« ils se sont veux mocquez par les autres compagnies et que par derision on a comparé lesdictes Robbes a des manteaux de cochers31 ». La dignité retrouvée des maîtres des comptes doit profiter à ces officiers de la chancellerie. Cela qui ne devrait pas soulever de difficulté chez les maîtres des requêtes, qui les précèdent dans le cortège, puisqu’« il y a assez d’autres marques entr’eux pour les distinguer32 ». Ainsi, les privilèges obtenus par les maîtres des comptes ont des répercussions sur la chancellerie (par leurs vêtements, grands audienciers et contrôleurs généraux risquent désormais d’être associés aux huissiers) qui réclame alors une faveur identique. L’affaire concerne par ailleurs les maîtres des requêtes (impliquant ainsi le Parlement) menacés à leur tour d’être rapprochés d’un corps inférieur. En la matière, un avantage accordé à un corps, ou à une compagnie, n’est accepté par les autres qu’à condition qu’ils en bénéficient, ce qui revient finalement à en neutraliser les effets en transformant une grâce particulière en profit généralisé.

26Autre sujet de grief, les audienciers et contrôleurs accusent dans le même temps les secrétaires du roi de vouloir prendre les mêmes habits qu’eux, et « faire bande à part » en marchant immédiatement après le chancelier, ce qui serait là encore « extrêmement préjudiciable » car

  • 33 God. 394, fo 425vo.

sy a present l’ordre se treuve changé on inferera par une consequencce indubitable que la condition desdicts secrettaires sera augmentée, ou que celle desdicts Grands Audienciers et Controleurs Generaux est diminuée33.

  • 34 Ibid.

27Il apparaît en substance que les gardes des rôles disputent la prééminence aux contrôleurs qui veulent rester associés aux grands audienciers lesquels, rejoints par les contrôleurs généraux, exigent d’être clairement distingués des secrétaires du roi mais acceptent que les quatre gardes des rôles soient « égaux à eux en habits34 », à la différence de tous les autres officiers de la chancellerie créés depuis les dernières entrées. Si à cette situation quasi-inextricable s’ajoutent les considérations sur les places et apparences respectives des maîtres des comptes et des maîtres des requêtes susceptibles d’être mis en cause par les revendications de la chancellerie, il est aisé de comprendre à quel point l’introduction de nouveaux offices dans le cérémonial est facteur de désordre. Les troubles suscités par un tel changement, qui se répercutent bien au-delà du corps concerné, fournissent aux acteurs l’occasion de déplacer l’ordre ou les codes du paraître selon un réajustement poussé à leur avantage. Mis à part pour les nouveaux venus, qui cherchent à obtenir la juste place (à savoir la plus haute de leur capacité), tous les autres ne plaident que pour le maintien de leur prééminence. L’argument de la conservation sert ainsi les ambitions de sujets toujours attentifs à une possible promotion. Et rien ne vaut en la matière une belle perturbation provoquée par l’intrusion de ceux qui étaient jusque-là absents du rituel.

28Le plus souvent, l’assimilation de nouveaux venus est réalisée après une série de réajustements qui permet, aussi, de rétablir l’adéquation entre l’ordre cérémoniel et les aspirations sociopolitiques des sujets ; mais il arrive que l’incorporation se heurte à une résistance si forte que l’opération en est compromise. D’une façon générale, les acteurs du cérémonial réagissent en corps quand le corps est menacé. La démarche n’est pas fondamentalement différente de la défense d’intérêts particuliers, mais l’action collective révèle l’idéologie qui sous-tend les revendications car l’argumentation dévoile l’identité partagée. Il ne s’agit pas seulement d’une question d’échelle ; le changement de focal peut induire des comportements de rejet visant à empêcher la création de nouvelles catégories susceptibles de déstabiliser l’ensemble de l’organisation monarchique. Là encore, le discours est politique. De ce point de vue, la question des princes étrangers est significative à plusieurs titres : elle concerne une qualité bien spécifique, touchant à la fois aux dignités souveraines (ce sont des descendants, en lignes masculines, des maisons régnantes d’Europe, essentiellement d’Italie ou des marges orientales du royaume) et féodales (ils sont possessionnés dans le royaume) ; elle met en cause le statut des étrangers ; elle fait vaciller la suprématie des ducs et pairs.

  • 35 Il s’agit là d’une présentation succincte des princes dits « étrangers » dont les profils sont en r (...)

29Voilà donc des princes qui sont dans le même temps hors du royaume et dans la mouvance royale, résidant à la cour et pourtant rattachés à des familles princières échappant au roi de France, sans autre statut théoriquement sur le territoire français que celui que leur confèrent leurs biens dans le royaume, et susceptibles, toujours, de rivaliser avec les plus grands seigneurs35. Parfaits outsiders et néanmoins intégrés autant par leurs alliances matrimoniales que par la vie menée dans l’entourage royal, les princes étrangers tendent à constituer une dignité à part contre laquelle luttent constamment les ducs et pairs qui y voient une violation de leurs prérogatives. L’entrée de 1660 pose à ces derniers un problème qui, pour n’être pas totalement original, est cependant plus profond que celui qui agite la chancellerie. Prévoyant des difficultés

  • 36 Clair 721, fo 263.

pour les princes des maisons étrangères, et pour quelques maisons de France qui prétendent l’estre, à cause des prérogatives qui leur ont esté accordées depuis quelques temps36,

30les ducs et pairs tentent de prévenir une intrusion de ceux-ci dans le cérémonial par toute une série de démarches entreprises auprès du roi. Mais, incapables d’obtenir confirmation de leur rang, ils préfèrent se retirer et ne point paraître dans le cortège d’entrée, plutôt que de faire des

  • 37 Ibid.

choses qui blesseroient irréparablement la première dignité du Royaume qu’ils ont l’honneur de posseder en donnant à l’avenir un exemple si public et si authentique d’une chose qui n’en avoit point encore eu par le passé37.

  • 38 G. Ribier, Lettres et mémoires d’État.

31Ce relatif échec du corps n’est pas pour autant une victoire des princes, et la lutte pour la prééminence engagée depuis tant d’années se poursuit, comme en témoigne la publication des Lettres et mémoires d’État par Guillaume Ribier38, qui contient une véritable diatribe contre les princes étrangers. Là, les ducs et pairs expriment leur conception du corps, et les enjeux qui motivent leur combat. C’est alors l’appréhension de la monarchie tout entière, et la place des étrangers en son sein, qui sont en cause, comme aussi des ambitions plus personnelles : il s’agit d’éviter l’émergence d’un groupe social suffisamment circonscrit pour constituer un obstacle définitif au lien direct jusque-là affirmé entre « les premières dignités du royaume » et la famille royale.

  • 39 Ibid., t. I, p. 277, reproduit dans Clair 721, p. 420.
  • 40 G. Ribier, Lettres et mémoires d’État dans Clair 721, p. 422.

32Si les ducs et pairs, par la plume de Ribier, admettent volontiers que les princes du sang royal « font un corps à part joint et uny avec le Roy », ils insistent sur le fait que ces princes sont seuls en France « à qui la prérogative du sang donne le premier rang ». Pour les autres, « les rangs s’y reglent (et ceci est décisif de la question presente) par les offices et dignitez, entre lesquelles il y a divers degrez subordonnez39 ». Les principes ainsi rappelés, il est souligné que, en cas contraire, « on y verroit ainsy un corps estranger tenir le premier rang apres la maison Royalle[, entraînant] l’abbaissement honteux des François40 ». Le cœur du problème se situe précisément là : l’élévation inconsidérée de ceux qui n’ont aucun droit à cela en vertu de valeurs extérieures au royaume ternit la monarchie et, subséquemment, la dignité des plus honorables serviteurs du souverain. Ce serait « pervertir nostre ordre accoutumé pour satisfaire a l’ambition des Estrangers ». En fait, une telle disposition reviendrait à récuser la puissance royale

  • 41 Ibid., p. 421.

parce que ce seroit usurper le droit souverain et incommunicable qu’ont nos Roys de distribuer par les offices et dignitez dont ils ont la disposition, les prerogatives rangs et honneurs de leur Royaume, ayant grand interest qu’ils dependent entierement de leurs Majestez41.

  • 42 Ibid., p. 423.

33Soucieux de préserver les intérêts de la monarchie étroitement associés aux leurs, à l’image d’une dignité indissolublement liée à la source du pouvoir, les ducs et pairs ne reconnaissent aucune légitimité à des références exogènes. Les princes étrangers perdent leur qualité en France ; ils ne peuvent se prévaloir de leur souveraineté que « dans l’estendue d’icelle qui est la sphere de leur preeminence42 ». En conséquence, ils sont libres de se retirer à la cour du chef de leur maison, s’ils veulent exercer leurs droits de naissance, mais doivent autrement se conformer aux règles locales et se ranger selon les titres détenus dans le royaume. Et

  • 43 Ibid., pp. 424-425.

s’il plaist au Roy pour contenter l’ambition des Princes estrangers naturalisez en France leur faire part des premiers offices et dignitez de son estat nul ne s’en doit plaindre, ils tiendront au moins lors leurs preeminence de Sa Majesté et de la France43.

  • 44 L. de R. Saint-Simon, Écrits inédits, t. III, p. 309.
  • 45 J.-P. Labatut, Les ducs et pairs, en particulier, pp. 82-88.

34Cette thèse exprimée par Ribier est largement partagée parmi les ducs et pairs. Saint-Simon écrit encore à ce propos qu’il ne faut admettre d’autre rang que celui « des fiefs, des dignitez et des charges tenues de la maison des rois seulement alors maistres des rangs et distributeurs des grâces et des récompenses44 ». En fait, la position défendue par ces grands est la plus propre à éviter que ne se constitue un corps intermédiaire les dissociant de la famille royale, et sapant les bases d’une prééminence fondée précisément sur la notion de proximité à la couronne45. La définition même de pair tel que l’entendent ces « gardiens des lois fondamentales » (comme ils aiment se décrire) ne peut s’accommoder de la concurrence ; en cela, ils récusent toute organisation qui puisse mettre en péril leur statut et en cause l’équilibre du royaume.

  • 46 Voir, par exemple, G. Zeller, Le traité de Montmartre.

35Finalement, derrière ces querelles de préséances se profilent deux conceptions de la monarchie qui alimentent les conflits, l’une traditionnelle où la royauté occupe le premier rang parmi sa noblesse, l’autre, appuyée sur l’absolutisme, où la souveraineté est capable d’imposer de nouvelles normes. Et le combat acharné des ducs et pairs en réponse aux constantes offensives de la monarchie s’inscrit alors dans une perspective de politique générale, les uns défendant leur état garanti par un ordre pluriséculaire quand l’autre entend forger les instruments de sa domination et se donner les moyens de ses ambitions territoriales46.

  • 47 F. de Fermineau, Traicté des droicts de la monarchie, p. 26.
  • 48 J. Le Laboureur, Histoire de la pairie, p. 48, cité par J.-P. Labatut, Les ducs et pairs, p. 83.
  • 49 F. Cosandey et R. Descimon, L’absolutisme en France.
  • 50 F. Cosandey, « Instituer la toute puissance ».
  • 51 Mémoire sur la dignité et ancienneté des ducs, daté de 1687, dans Clair 721, pp. 453-454.

36L’incorporation des princes étrangers dans le cérémonial — et, au-delà, dans la société — paraît alors inconcevable à suivre les ducs et pairs ; le fait qu’elle détruirait une catégorie pour s’imposer constituant un empêchement dirimant. Si le déclassement provoque bien des contestations, la disparition d’un corps par la création d’un autre soulève des difficultés bien plus grandes car elle introduit au sein même de la monarchie des éléments de rupture susceptibles à terme d’ébranler sa légitimité. Il n’est pas surprenant dans cette perspective que la loi salique soit invoquée dans le débat, telle la figure de prou d’un navire en péril. Or la loi salique « attache la Couronne dans la France avec des clouds de diamans47 », de la même façon que les pairs sont « les pierres précieuses de la couronne, les plus brillants rayons de la royauté48 ». Ce n’est pas la seule contradiction de l’absolutisme49, partagé entre les impératifs politiques et le respect des règles, et la royauté préfère agir par touches successives pour ne pas heurter de front des intérêts divergents et conserver l’équilibre entre la tradition et l’exercice d’une puissance souveraine50. Cela entretient cependant une tension perceptible à travers les plaintes répétées des ducs et pairs qui, inlassablement, se voient obligés de « se défendre de cette injuste prétention qui les séparoit au bout de plusieurs siècles de la maison après laquelle ils avoient tousjours marché51 ».

37Dans le conflit qui agite la chancellerie et dans celui qui oppose les ducs et pairs aux princes étrangers, deux figures de l’incorporation cérémonielle se déclinent ; elles soulignent finalement les limites de ce qui est socialement possible. Ainsi, tant que les critères d’intégration restent endogènes, l’accommodement se fait sur une série de compromis où les déplacements servent les ambitions autant qu’ils dérangent. Mais le caractère d’extranéité invoqué pour les princes d’autres maisons masquent mal la difficulté soulevée par l’introduction de critères empruntés à d’autres systèmes monarchiques qui mettent en péril l’édifice dans son ensemble. Autant l’agrégation dans le cérémonial des serviteurs de la couronne qui jusqu’ici n’avaient pas de place contribue à « faire société » en élargissant le cercle de la reconnaissance institutionnelle, autant l’importation de normes puisées à l’extérieur détruit les principes qui cimentent la collectivité.

38Par un processus de répétition, le cérémonial finit par imposer un langage commun qui rend intelligible le spectacle de majesté et, pour les participants, la place de chacun dans ce théâtre du pouvoir. Mais les tensions entretenues par le souci de conservation des positions de domination introduisent aussi la souplesse nécessaire à la continuité de cette symbolique capable de s’adapter aux enjeux sociaux constamment redéfinis par l’évolution politique. Ainsi, la nécessité de mobiliser des règles qui font sens pour tous — et qui préexistent au rituel en puisant ses racines dans l’univers social au sens le plus large — permet de configurer un cérémonial qui est lui-même producteur de sens. En cela, le rituel, par ses conflits bien davantage que par sa stabilité, s’avère une machine à produire de la norme, laquelle réinvestit à son tour la société. Le jeu de balancier entre une éternité qui confère sa valeur à la monarchie autant qu’au rituel et une historicité qui justifie les places occupées est essentiel à l’appréhension du cérémonial. Car les acteurs instrumentalisent les temporalités pour exiger le maintien des places tout en revendiquant des positions plus favorables, à l’instar d’un roi gardien de l’ordre établi et maître des rangs. De ces rapports de force, et de l’incertitude qui en découle, s’opèrent des arbitrages susceptibles de déplacer, parfois en profondeur, les hiérarchies admises dans les différents espaces de la préséance. Là, l’incorporation trouve les moyens de sa réalisation. Mais dans un paysage où chaque place est définie par celle du voisin, et où la conscience de soi n’est possible qu’en relation avec son inscription dans la communauté, les déplacements induits par l’arrivée de nouveaux corps peuvent provoquer des séismes qui remettent en cause l’équilibre global. Et, lorsque le compte n’y est pas pour les acteurs en place, lorsque aucun avantage ne compense les désagréments d’une telle intrusion, lorsque les mutations en chaîne suscitées par des éléments venus de l’extérieur rencontrent un blocage, la mobilisation se mue en absolue résistance. Ainsi, le concept d’incorporation permet non seulement de vérifier le fonctionnement interne des rapports de force et des équilibres sociaux, mais aussi de marquer les limites du possible et donc de caractériser le degré d’extranéité de ceux qui ont capacité, ou non, à intégrer de nouveaux cercles. Les valeurs extérieures ne peuvent être reçues sans réfuter les normes et les règles communes : dans le domaine des préséances, l’innovation ne se crée que par les déplacements. Toute autre intervention s’avère irrecevable.

Notes

1 S. Hanley, Le lit de justice ; R. E. Giesey, Cérémonial et puissance souveraine.

2 N. Elias, La société de cour.

3 Pour toute cette affaire, voir A. Tarrete, « La querelle qui opposa Du Vair au duc d’Épernon ».

4 Bibliothèque de l’Institut, Fonds Godefroy (God.) 452, pp. 137-138.

5 J.-F. Dubost, Marie de Médicis.

6 Voir, là-dessus, C. Beaune, Naissance de la nation France.

7 B. Barbiche, Les institutions de la monarchie française, pp. 161-162.

8 F. Cosandey, « Répéter n’est pas fixer ».

9 Sur cette question de la norme, voir F. F. Martin, Justice et législation sous le règne de Louis XI.

10 M. Fogel, « Penser les règles du cérémonial ». Dans son Dessein de l’impression du cérémonial de France [1656], Denys Godefroy envisage notamment d’y développer « les Règles et Maximes observées ès cérémonies et rangs, et les conséquences que l’on en peut tirer ». Ce recueil n’a jamais vu le jour.

11 D. Turrel parle à cet égard de « la force redoutable du précédent », dans « La “livrée de distinction” », p. 479.

12 God. 381, fos 72 sqq.

13 Sur l’explication de ces différentes contradictions, voir F. Cosandey, « Entrer dans le rang ».

14 God. 389.

15 F. Cosandey, « La mémoire du rang ». Sur le rôle de l’écrit, voir C. Jouhaud et A. Viala (éd.), De la publication.

16 J. Du Tillet, « Recueil des Rangs des grands », p. 341.

17 Voir F. Cosandey, « La mémoire du rang ».

18 Pour une réflexion sur la question du traitement des espaces sociaux emboîtés, voir J. Revel, Un parcours critique, en particulier « Micro-analyse et construction du social », pp. 56-84.

19 S. Tcherkézoff, Le roi nyamwezi, p. 77.

20 Entendre ici comme partie de ce « tout unique auquel tout est reporté », à savoir la société telle qu’elle est définie par E. Durkheim et M. Mauss, « De quelques formes primitives », p. 84.

21 Bibliothèque nationale de France (BNF), ms. Clair 721 (Clair 721), p. 237.

22 Clair 721, p. 341.

23 Le cas n’est pas rare ; voir, par exemple, BNF, ms. Fr. 20825, fo 303, où, à l’occasion d’une contestation, il « fut sagement ordonnée par la cour que les princes seuls y auroient séance [pour cette fois seulement] à cause de la dispute entre les pairs laics et ecclésiastiques ».

24 J.-N. Guyot, Traité des droits.

25 Voir A. Cheruel, Dictionnaire historique des institutions. Pour l’organisation de la chancellerie, voir H. Michaud, La grande chancellerie.

26 God. 394, fo 420.

27 Ibid., fo 429. D’une façon générale, la droite est plus honorable que la gauche. R. Hertz, « La prééminence de la main droite ».

28 God. 394, fo 429.

29 D. Turrel, « L’identité par la distinction ».

30 God. 394, fo 425.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 God. 394, fo 425vo.

34 Ibid.

35 Il s’agit là d’une présentation succincte des princes dits « étrangers » dont les profils sont en réalité infiniment plus variés. Il existe ainsi des grands qui, tels les ducs de Rohan, se réclament de familles princières en remontant très haut dans leur généalogie, malgré leurs racines françaises, d’autres dont les revendications reposent sur des histoires familiales plus ou moins fantaisistes.

36 Clair 721, fo 263.

37 Ibid.

38 G. Ribier, Lettres et mémoires d’État.

39 Ibid., t. I, p. 277, reproduit dans Clair 721, p. 420.

40 G. Ribier, Lettres et mémoires d’État dans Clair 721, p. 422.

41 Ibid., p. 421.

42 Ibid., p. 423.

43 Ibid., pp. 424-425.

44 L. de R. Saint-Simon, Écrits inédits, t. III, p. 309.

45 J.-P. Labatut, Les ducs et pairs, en particulier, pp. 82-88.

46 Voir, par exemple, G. Zeller, Le traité de Montmartre.

47 F. de Fermineau, Traicté des droicts de la monarchie, p. 26.

48 J. Le Laboureur, Histoire de la pairie, p. 48, cité par J.-P. Labatut, Les ducs et pairs, p. 83.

49 F. Cosandey et R. Descimon, L’absolutisme en France.

50 F. Cosandey, « Instituer la toute puissance ».

51 Mémoire sur la dignité et ancienneté des ducs, daté de 1687, dans Clair 721, pp. 453-454.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search