Version classiqueVersion mobile

Trouver sa place

 | 
Antoine Roullet
, 
Olivier Spina
, 
Nathalie Szczech

II. Tensions et résiliences : dynamiques des communautés

« Fottus Français »

Tensions et xénophobies dans la Genève de Calvin (1546-1555)

Nathalie Szczech

Texte intégral

  • 1 A. Froment, Actes et gestes merveilleux, p. xviii : après avoir déclaré que l’histoire qu’il écrit (...)

Et [Dieu] l’a préservée de tous ses ennemis jusques à présent, pour en fayre ung refuge de fidèles, ung bouclier et boullvard contre les ennemys de verité1.

  • 2 A. Dufour, Histoire politique et psychologie ; J. B. Roney et M. I. Klauber (éd.), The Identity of (...)

1Le chroniqueur Antoine Froment introduit ses Actes et gestes merveilleux de la cité de Genève (1554) par cette image d’une cité citadelle. Dès le milieu des années 1550, on cultive en effet volontiers, à propos de la Genève de Calvin, le mythe du Refuge, en des termes proches de ceux de Froment, en soulignant la manière dont la cité s’est largement ouverte aux réfugiés partisans de la Réforme et persécutés pour leur foi2. Au-delà de cette image qui pourrait laisser penser à une incorporation aisée de ces nouveaux venus à la communauté urbaine, il faut souligner la réalité d’un quotidien fait de tensions croissantes qui divisent la cité dans les années 1546-1555 : la réception des Français par les Genevois est en effet complexe et des dynamiques d’incorporation concurrentes sont alors à l’œuvre.

  • 3 Alfred Perrenoud évalue la population à 13 150 habitants vers 1550 : A. Perrenoud, La population de (...)
  • 4 H. Naef, Les origines de la Réforme.
  • 5 W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, p. 14.

2Genève est au milieu du xvie siècle, une cité commerçante d’environ 12 000 à 13 000 habitants3. Agitée par les troubles politiques et le déclin économique à la fin du xve siècle, mais forte de l’alliance conclue en 1526 avec les cantons suisses de Berne et de Fribourg, elle s’est, en 1536, définitivement délivrée de la tutelle du prince-évêque qui la gouvernait et de la maison de Savoie qui la dominait et a officiellement choisi d’adopter la Réforme4. Ces bouleversements politico-religieux ne sont pas sans conséquences sur la communauté urbaine. Profondément divisée entre factions rivales, les autorités communales peinent à y rétablir la stabilité tant dans les structures politiques qu’ecclésiastiques5.

  • 6 Édition du texte des Ordonnances ecclésiastiques dans les RCP, t. I, pp. 1-13.
  • 7 Archives d’État de Genève (AEG), Registres du Conseil (RC), t. XXXV, fo 406 (20 novembre 1541).
  • 8 RCP, t. I., pp. 1-13 (Ordonnances ecclésiastiques).

3En septembre 1541, elles rappellent à Genève le Réformateur français Jean Calvin en lui donnent pour tâche de réorganiser une Église en proie au désordre. Fort de l’appui de la faction alors au pouvoir et dans un contexte d’urgence, Calvin voit ses propositions rapidement adoptées par les Conseils. Ses Ordonnances ecclésiastiques6 sont ainsi adoptées dès le mois de novembre 15417 : elles doivent permettre de régler l’ordre de l’Église, de restaurer un culte conforme à l’Évangile et d’assurer l’orthodoxie des fidèles. Sont ainsi notamment instaurés les quatre ministères qui structurent les Églises réformées : celui des pasteurs, celui des docteurs, celui des diacres, celui des anciens qui, avec les pasteurs, assurent le contrôle moral et doctrinal des fidèles dans le cadre du Consistoire8.

  • 9 D. Crouzet, La genèse de la Réforme, pp. 398-422 ; W. E. Monter, Judging the French Reformation, pp (...)
  • 10 Livre des habitants, t. I.
  • 11 W. E. Monter, « Historical Demography », p. 402.
  • 12 Le livre des bourgeois.
  • 13 Quatre Français par an accèdent en moyenne à la bourgeoisie entre 1537 et 1555 (W. E. Monter, « His (...)

4Attirés par la renommée et l’action de leur compatriote Calvin à la tête de l’Église de Genève et convaincus par la possibilité de vivre en paix sous les préceptes d’une religion réformée, de nombreux Français se réfugient à Genève, fuyant les persécutions dont ils sont victimes dans le royaume de France à la fin du règne de François Ier9. Le Livre des habitants10 recense ainsi l’arrivée de plus de 10 000 réfugiés dans la ville11. Le livre des bourgeois12 permet de constater que très peu sont néanmoins acceptés comme bourgeois de la ville13, ce qui conduit à s’interroger sur la nature du refuge genevois et sur la capacité de la cité à intégrer ces nouveaux venus à la communauté.

5L’étude croisée de la correspondance de Calvin, des œuvres du réformateur, tant traités polémiques que sermons, ou des archives genevoises — registres du Conseil de Genève, procès criminels ou registres du Consistoire — complètent ces données démographiques et permettent de nuancer l’image lisse d’un processus mythique d’incorporation. Face à l’arrivée massive d’étrangers et dans un contexte de grande instabilité, se développe en effet, entre 1546 et 1555, à l’égard des Français installés à Genève, un sentiment de défiance croissante, qui se manifeste par des agressions verbales, des insultes ou des brutalités physiques. Victimes de violences qui soulignent les limites de leur incorporation, ces Français qui affluent dans la ville sont considérés comme une menace par les Genevois d’origine. Il s’agit d’essayer de saisir le sens de ces tensions xénophobes qui surgissent en 1546 et disparaissent quasiment en 1555, après la défaite politique de la faction perriniste opposée à Calvin et de comprendre ce qu’elles révèlent, en creux, des pratiques, dynamiques et symboliques d’incorporation en concurrence dans la cité genevoise.

FAILLITE DE L’INCORPORATION

  • 14 Les deux frères appartiennent à la faction pro-bernoise des Articulants. L’opposition de leur servi (...)
  • 15 AEG, Procès criminels (PC), 2e série, no 650 (4 juillet 1545), et no 656 (6 août - 17 septembre 154 (...)
  • 16 R. Consist., t. II, p. 117.

6C’est en 1546 que les tensions xénophobes surgissent dans les archives genevoises. Entre 1541, date du retour de Calvin à Genève et 1546, un seul cas est à signaler, celui de François Locatel, serviteur de Claude et d’André Philippe14, qui est arrêté à l’été 1545 pour des propos anti-français proférés à l’égard des pasteurs15. C’est en 1546-1547, néanmoins, alors que l’épidémie de peste qui bouleversait la cité s’estompe peu à peu, qu’apparaissent les premiers cas significatifs de violences xénophobes. Clauda, femme de Durbin comparaît ainsi le 7 janvier 1546 devant le Consistoire pour « certaines parrolles qu’elles a heu ditz, à la servante de Monsieur d’Agnion [le pasteur François Bourgoin], disant que ses Françoys sont desja beaucoup de gens…16 ». Le 14 novembre, c’est Jacques Nicolas Vulliet qui est arrêté pour avoir dit :

  • 17 AEG, PC, 1re série, n° 435 (15-22 novembre 1546).

Je vois bien que tu es francoys : vous autres francoys vous venez faire ici des synogogues apres avoir chasse les honestes gens qui disoyent la verite mais sous peu on vous enverra faire vos synagogues autre part17.

  • 18 Ibid., n° 441 (26 mai-9 juin 1547).
  • 19 R. Consist., t. III, pp. 159-161 (4 août 1547).
  • 20 R. Consist., t. III, p. 273 (26 janvier 1548).

7Le jeudi 9 juin 1547, un dénommé François Mestrat, employé comme guet et crieur public par la cité de Genève, est condamné par les autorités civiles pour avoir blasphémé, pour avoir volé une cloche dans la tour Saint-Antoine et pour avoir dit que l’on devrait jeter dans le Rhône tous les Français résidant dans la ville18. Deux mois plus tard, plusieurs femmes sont convoquées par le Consistoire. Pasteurs et anciens leur demandent de venir s’expliquer à la suite à de propos injurieux tenus contre les Français19. Le 26 janvier 1548, toujours en Consistoire, Nycollas Bramet laisse déborder son ressentiment et s’exclame qu’il faudrait « prendre un bateau pour mettre tous les Français et bannis pour les envoyer par Rhône à val20 ».

  • 21 AEG, RC, t. LX, fo 359 (27 janvier 1546).
  • 22 Ibid., t. LXI, fo 32 (1er mars 1546).
  • 23 « Que Messeigneurs de ladite Ville ne faisaient rien en leur Conseil sans le vouloir dudit Seigneur (...)
  • 24 Propos de Pernette Grant (belle-mère de Françoise Favre, elle-même fille de François Favre, le chef (...)

8Ces plaintes, injures et menaces proférées contre les Français, qui surgissent à l’origine dans des disputes personnelles ou des querelles de voisinage, prennent un relief important à l’échelle de la communauté urbaine à partir du moment où elles recoupent, dans des termes semblables, celles qui émanent des élites genevoises. En 1546-1547, plusieurs grandes affaires amènent sur le devant de scène judiciaire les membres d’éminentes familles genevoises qui diffusent largement les différents éléments de cette rhétorique xénophobe. Le soir du 26 janvier, lors d’un dîner avec quatre amis, Pierre Ameaux, conseiller de la ville et fabricant genevois de cartes à jouer, se laisse aller à des confidences acides contre Calvin : il stigmatise les origines françaises du pasteur en le traitant de « Picard », il l’accuse d’être un « méchant homme » et de prêcher une fausse doctrine21. Il présente enfin Calvin comme « un séducteur22 », comme un despote qui empêche « que les enfants d’icelle ville ne [soient] instruits en langue latine, afin que sa fausse doctrine ne [soit] découverte » et qui dicte ses volontés aux autorités civiles impuissantes23. Aussitôt dénoncé par ses compagnons, Ameaux est arrêté sur ordre du Petit Conseil et doit répondre de ses propos lors d’un procès retentissant qui occupe les conseillers pendant plus de deux mois et s’achève par une peine publique infâmante. S’inscrivant dans la droite ligne de cette affaire retentissante, la grande famille Favre, régulièrement aux prises avec le Consistoire en 1546-1547, fait montre de la même méfiance envers les Français, venus à Genève « pour nous mettre en débat et en guerre24 ».

  • 25 Voir les propos de Philibert Berthelier qui répond au Consistoire et calomnie une Française : R. Co (...)
  • 26 R. Consist., t. V, fo 12 (20 mars 1550) ; voir aussi AEG, PC, 1re série, no 462 (4-14 mars 1550) : (...)
  • 27 R. Consist., t. V, fo 24 (24 avril 1550).
  • 28 Ibid., t. VI, fo 66 (22 octobre 1551).
  • 29 AEG, RC, t. XLIV, fo 221 (12 mars 1551) ; RCP, t. I, p. 75. Sur cet incident, voir J.-A. Gautier, H (...)
  • 30 R. Consist., t. VI, fos 13vo, 14 et 15 (24 mars 1551).
  • 31 AEG, RC, t. XLV, fo 209 (23-24 mai 1552).

9À partir de 1549, les attaques sont toujours plus nombreuses dans une fuite en avant jusqu’en 155525. Elles se font surtout plus brutales. Injures et jurons se multiplient : « Que le diable emporte tous ces estrangiers françoys manger en leur pays leur Dieu de paste », s’écrie le dénommé Louis Bandière26, « Maulgré Dieu de tant de Francois27 » s’exclame Roland Tacon, propos que l’on retrouve en des termes semblables chez une certaine Pernette Bertet28. La violence physique prend bientôt le relais de l’agression verbale : le 12 mars 1551, Calvin vient se plaindre au Conseil des « desbats et esclandres » qui agitent la ville et des attroupements qui menacent les Français en criant : Tue ! Tue !29. Quinze jours plus tard, à peine, le Consistoire entend un grand nombre de témoins dans une affaire de lynchage contre des Français30. Le 24 mai 1552, Philibert de La Mare et Philibert Berthelier sont arrêtés pour avoir giflé des Français31. Dépassant le cadre du voisinage et des disputes personnelles, les violences xénophobes ont véritablement envahi l’espace de la cité à la veille des rixes de 1555 et révèlent la faillite de l’intégration des réfugiés français à la communauté urbaine.

  • 32 Propos de Louis Bandière : R. Consist., t. V, fo 12 (20 mars 1550).
  • 33 Propos de Roland Tacon : ibid., fo 24 (23 avril 1550).
  • 34 AEG, RC, t. XLV, fo 184 (6 février 1551) ; ibid. t. XLVI, fo 50 (6 avril 1553).
  • 35 A.-M. Piutz et L. Mottu-Weber, L’économie genevoise, p. 45. La correspondance des réformateurs rend (...)
  • 36 W. E. Monter, « Historical Demography », p. 403.

10Ces attaques sont alimentées par la construction d’une image menaçante des Français qui se fonde sur des stéréotypes largement diffusés, des tribunaux à la rue. Apparaît ainsi, clairement dans les propos des Genevois, la dénonciation de l’invasion de la cité par un flux incontrôlable d’étrangers considérés comme nuisibles, tant pour son équilibre démographique et économique que pour sa sécurité. Les registres rapportent en effet à plusieurs reprises, la crainte que provoque le grand nombre de réfugiés français qui arrive à Genève à la fin des années 1540 : « tous ces estrangiers françoys32 », « tant de Francois33 ». Les autorités de la ville mettent en conséquence, plusieurs fois à l’ordre du jour le problème du flux des réfugiés34. Il est vrai que le fait démographique est brutal. La ville de Genève, qui n’a jamais abrité plus de 12 000 à 13 000 habitants accueille en quelques années plus de 10 000 réfugiés alors qu’elle végétait et vivait depuis un siècle, repliée sur elle-même. En dix ans, la population aurait donc doublé avec l’afflux de réfugiés principalement venus de France35. Si l’on se réfère au nombre de mariages et de baptêmes, un effectif de 25 000 habitants vers 1560 est même plausible36.

  • 37 R. Consist., t. V, fo 24 (24 avril 1550).
  • 38 Ibid., t. VI, fo 66 ; (22 octobre 1551).
  • 39 Ibid., t. VII, fo 33 (12 mai 1552).
  • 40 W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, p. 125.
  • 41 W. E. Monter, « De l’Évêché à la Rome protestante », p. 166 ; W. G. Naphy, Calvin and the Consolida (...)

11Ces Français qui effraient par leur nombre sont de plus accusés de bouleverser l’équilibre local : Roland Tacon évoque ces « Francois qui nous viennent encherir les marchandises37 ». Pernette Bertet partage ce sentiment, elle qui affirme devant le Consistoire le 22 octobre 1551, que les Français ont amené la cherté dans la ville38. Le 12 mai 1552, c’est Jean Megnet, dit Vynaygrié, qui est accusé d’avoir dit publiquement que depuis que les Français étaient dans la ville « y avoir tousiours este cher […] Maulgré Dieu de tant de Francoys et que depuis quilz ont este en ceste ville son mestier na rien vallu39 ». Les Français sont ainsi accusés d’introduire une concurrence nouvelle pour les ressources comme pour les marchés40. De fait, l’immigration a changé de nature à la fin des années 1540 : contrairement au début des années 1540 qui ont surtout vu entrer à Genève des étrangers pauvres et de passage, à partir de 1549, ce sont des étrangers lettrés, parfois nobles, souvent pourvus d’importantes ressources, qui souhaitent s’installer à Genève et y démarrer une activité41. Dans un contexte économique défavorable depuis les années 1450-1480, cette concurrence nouvelle est perçue comme particulièrement menaçante.

  • 42 AEG, RC, t. LXIII, fo 168vo (20 août 1548) et fo 180 (29 août 1548).
  • 43 Le 8 février 1549, le Conseil apprend que l’Empereur a envoyé 4 000 chevaux pour investir Strasbour (...)
  • 44 R. Consist., t. III, p. 39 (3 mars 1547). Voir aussi, la méfiance dont Philibert Berthelier fait mo (...)

12Cette immigration étrangère massive se produit en outre dans un contexte de tensions internationales qui exacerbe la méfiance des Genevois à l’égard des étrangers. D’inquiétantes nouvelles parviennent au Conseil en 1548 et 1549 sur les entreprises de Charles Quint42 et les rumeurs d’invasion de la cité entretiennent un climat d’angoisse durant de longs mois43. Dans ce contexte, on comprend mieux la méfiance que suscitent les étrangers, considérés comme une dangereuse faille dans l’entreprise de défense de la communauté. L’étranger est alors un traître potentiel. C’est bien le sentiment d’un serviteur de l’apothicaire Voysin qui clame haut et fort que « se la guerre venoyt ici, qu’il frapperoyt plustout sur les Françoys que sus les ennemis44 ».

  • 45 W. E. Monter, « Historical Demography », pp. 409 sqq. ; W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, (...)
  • 46 Ibid., pp. 130-137.
  • 47 W. E. Monter, « Historical Demography », p. 404.

13Il faut souligner que l’attitude des réfugiés français ne va pas sans confirmer ce sentiment qu’une minorité menaçante hors de contrôle se développerait à l’intérieur de la communauté. Grâce à l’étude des registres de mariage, William Monter a ainsi pu souligner le caractère résolument endogame des choix matrimoniaux des réfugiés et montrer que le nombre d’union entre Françaises et Genevois était très faible (16 sur 440 mariées à Genève avant 1557). Les Français favorisent au contraire très largement les mariages à l’intérieur du groupe des réfugiés45. En outre, comme l’a montré William G. Naphy en s’appuyant sur les minutes des notaires genevois et en particulier sur le choix des témoins signataires des contrats, les nouveaux venus sont peu intégrés aux réseaux commerciaux locaux et préfèrent là encore, tisser des liens entre eux et entretenir les contacts avec la France46. Nombreux sont ceux qui, entre 1547 et 1572, multiplient les allers-retours Genève et leur région d’origine pour régler des affaires laissées en suspens47. La minorité française, loin de se fondre dans la communauté urbaine, semble bien au contraire s’en couper et préférer faire appel aux solidarités à l’intérieur du seul groupe des Français.

14Ces propos xénophobes stéréotypés permettent de mettre au jour le profond sentiment de vulnérabilité de la communauté genevoise qui voit son équilibre rompu et qui peine à intégrer un flux d’étranger dont elle souligne au contraire qu’il grandit comme un corps parasite sur le corps social malade. La notion de xénophobie suffit-elle, néanmoins, à expliquer la crispation des années 1546- 1555 ? Il apparaît que les stéréotypes xénophobes viennent plutôt enrichir, pour mieux la diffuser dans l’espace public, une tension anticléricale qui va croissant jusqu’en 1555. Il est en effet essentiel de souligner que les attaques anti-françaises ne sont que rarement dirigées vers des Français anonymes stigmatisés pour leur seule origine, mais qu’elles sont largement dirigées vers Calvin ou les pasteurs français en chaire ou au Consistoire.

  • 48 AEG, RC, t. XL, fo 359 (27 janvier 1546).
  • 49 Ibid., t. XLIV, fo 215vo (16 septembre 1549). Le Conseil hésite du coup à remplacer Ferron en autor (...)
  • 50 « Au diable soyent tant de predicants et de Français qui, au lieu de rester dans leur pay viennent (...)
  • 51 AEG, RC, t. XLIV, fo 33, éd. dans R. Consist., t. IV, p. 192 (4 mars 1549).

15Le lien entre xénophobie et anticléricalisme est clair dans la rhétorique qui surgit des archives genevoises. Pierre Ameaux ouvre la voie en liant la stigmatisation des origines françaises de Calvin qu’il traite de « Picard » et la contestation doctrinale48. Se multiplient par la suite, sur le même mode, les attaques contre Calvin et les pasteurs dans leur activité de prédication — le 16 septembre 1549, Calvin vient signaler au Conseil qu’on se plaint « qui az tropt de prescheurs en ceste ville49 » — ou de censure des mœurs — ainsi la réaction de Louis Bandière50 ou celle d’Aimé Darnex et de Claude Rophe qui, ivres, traitent le pasteur de Chancy Nicolas Petit de « Fottu predicant français51 ».

16Les violences xénophobes doivent donc se comprendre en lien avec une contestation plus large du corps pastoral et de l’action de Calvin et des pasteurs, considérée comme un bouleversement imposé à la communauté. Au-delà de la haine de l’étranger et de la faillite du processus d’incorporation, les tensions des années 1546-1555 révèlent la crainte du contrôle des pasteurs sur la communauté et la concurrence de deux modèles concurrents d’incorporation.

INCORPORATIONS CONCURRENTES

  • 52 Ann., col. 406 et 418 ; R. Consist., t. V, fo 57.

17Bien que la cité genevoise soit passée à la Réforme depuis 1536, le retour de Calvin en 1541, son projet réformateur et son action à la tête de l’Église donnent à cette réalité un sens nouveau. Il ne s’agit pas seulement pour Calvin et les pasteurs qui l’entourent de réorganiser les structures ecclésiales mais bien de travailler à une incorporation réformée pour purifier un corps social considéré comme souillé et souder la communauté pour le seul honneur de Dieu. Agitée de constants troubles et dissensions qu’ils s’attachent à dénoncer52, la communauté est loin de se présenter, selon les pasteurs, comme le corps uni qu’elle devrait aspirer à devenir pour s’incorporer au Christ.

  • 53 1 Corinthiens XII, 12-27 et VI, 15 ; Éphésiens IV, 4, 16 et 25 et V, 30 ; Colossiens II, 19.
  • 54 Sur la diffusion d’un modèle social organiciste, voir E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, pp. 14 (...)

18De manière très classique, Calvin et les ministres réformés emploient en effet la métaphore organiciste paulinienne53 pour décrire la communauté idéalement conçue comme un corps et plus spécifiquement comme le corps du Christ54.

  • 55 J. Calvin, Institution de la religion chrétienne, t. IV, chap. xvii, p. 40.

Et comme [Jésus Christ] nous fait estre un en luy, qu’ainsi souhaittions qu’un mesme vouloir, un mesme cœur, une mesme langue soit en nous55.

  • 56 Il faut que « nous recognoissions [que] Jesus Christ est tellement incorporé en nous et nous aussi (...)

19explique Calvin pour évoquer l’unification totale à laquelle doit aspirer la communauté chrétienne qui doit se modeler sur le corps parfait du Christ. Au sein du corps que constitue la communauté, tous doivent pour cela vivre d’un « mesme cœur », c’est-à-dire d’une même foi, d’une « mesme langue », c’est-à-dire d’une même doctrine et d’un « mesme vouloir », c’est-à-dire suivant les mêmes normes de comportement. Cette absolue unité se manifeste de manière privilégiée dans le temps exceptionnel de la Cène, à l’occasion de laquelle la communauté fait concrètement et spirituellement corps et où elle s’incorpore au Christ qui se donne à elle dans le pain et le vin56.

  • 57 AEG, RC, t. XLII, fo 399vo (9 janvier 1548).

[Ayez] la crainte de Dieu et que toutes rancunes soyent mises bas et qui soyt faicte une bonne reconsiliacion damitie par ensemble […] et que le magestral et les ministres avecque le peuple soyent unys et vivant iouxte la parolle de Dieu, synon que Dieu pourroyt fere sa vengeance sus Geneve alaquelle nostre bon et souverain Dieu a faict tant de graces requerant en lhonneur de Dieu il avoyer advy57.

20Ces remontrances de Guillaume Farel, pasteur à Neuchâtel et de Pierre Viret, pasteur à Lausanne, de passage à Genève, confirment le caractère essentiel de l’unité dans la vision réformée du corps social : l’harmonie du corps, prescription biblique, doit absolument être parfaite pour l’honneur du Christ qui en est la tête.

  • 58 R. Consist., t. III, pp. 20-21 (3 février 1547), voir la note 137.
  • 59 Ibid., pp. 37-38 (3 mars 1547).
  • 60 M. Roset, Les chroniques de Genève, pp. 319-320, cité dans R. Consist., t. III, p. ix.
  • 61 AEG, RC, t. XLV, fos 221 et 229vo (12 et 20 mars 1551). Voir R. Consist., t. III, p. 136 et W. G. N(...)
  • 62 AEG, RC, t. XLV, fo 233 et 235vo (25 et 27 mars 1551). Voir R. Consist., t. III, pp. 136-137.
  • 63 La même structure en bande se retrouve autour de Philibert Berthelier : voir Ch. Grosse, L’excommun (...)
  • 64 W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, pp. 151 et 157-169.
  • 65 L. Sordet, Des abbayes ou sociétés laïques ; Ch. Grosse, L’excommunication de Berthelier, pp. 135-1 (...)
  • 66 W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, pp. 167 sqq.

21Cette vision du corps au sein de laquelle chacun doit veiller au progrès de la cohérence et de l’union entre directement en concurrence avec les solidarités traditionnelles mises au jour dans les conflits avec les nouveaux venus. Les agressions contre les pasteurs français suivent effectivement pour la plupart le tissu des relations familiales, des solidarités de bandes et de génération et des liens de faction. L’opposition des Favre aux pasteurs français dans les années 1545-1547 est une bonne illustration des solidarités familiales qui sont au fondement de la communauté genevoise. Exaspéré par l’attitude rebelle de François Favre qui refuse de coopérer au Consistoire, le pasteur Abel Poupin le traite de « chien ». Cette affaire provoque un vrai scandale58 et une opposition de Gaspard et Françoise Favre qui entendent laver l’injure faite à leur père59. Le chroniqueur Roset note bien le caractère familial de cette opposition : « le Consistoire, usant de l’excommunication contre les rebelles, enflamma de plus fort le capitaine-général [Perrin] et autres siens parents60 ». De même, l’opposition aux pasteurs révèle autant qu’elle soude des solidarités de bande. Ainsi en est-il du groupe qui évolue autour de Louis Pécolat qui frappe le serviteur de Calvin au cours d’une dispute qui oppose quelques membres de sa bande (Balthasar Sept, Gaspard Favre, Jean Maillard et Philibert de La Mare) à des partisans de Calvin (Jacques Héraud, Jean de la Maisonneuve et Laurent Meigret)61. Quelques jours plus tard, on le retrouve en train de jouer à la paume devant l’église Saint-Pierre, toujours en compagnie de Favre, Sept, Maillard auxquels s’ajoutent Nicolas Gentil et François Chabod62. Leurs provocations répétées à l’encontre des pasteurs sont l’occasion de manifester leurs liens d’amitié et de génération63. Enfin, surtout à partir du durcissement politique de 155164, c’est dans un lien de faction caractéristique de l’histoire genevoise, que se soude l’opposition aux pasteurs français qui prend une dimension clairement politique. Autour du souvenir de l’ancienne confrérie des Enfants de Genève qui servait de milice à la ville65, les opposants à Calvin, aussi appelés « Perrinistes » du nom d’Ami Perrin qui les mène, se regroupent en une faction qui fait de la lutte acharné contre la discipline imposée par les pasteurs son cheval de bataille jusqu’à sa chute en 155566.

22Ce sont bien deux visions de la cohésion du corps social qui entrent en concurrence : l’une qui le considère comme un ensemble de groupes comme la famille, la bande ou la faction, qui trouve sa cohésion dans un tissu de relations interpersonnelles et de conflits constants avec les autres groupes ; l’autre qui conçoit le corps comme un et nécessairement harmonieux et où particularismes et querelles doivent être éradiqués pour l’honneur de Dieu.

  • 67 J. Calvin, Institution de la religion chrétienne, t. IV, chap. xii, p. 1.
  • 68 Voir P. Viret, Instruction chrestienne, pp. 360-363. Voir N. Z. Davis, « The Sacred and the Body So (...)

23Mais outre cette unité, c’est aussi l’intégrité du corps que les pasteurs se doivent de défendre. Car en aspirant à devenir corps du Christ, la communauté doit se modeler, au miroir de la sainteté du Christ, en un corps pur. C’est à cette incorporation au Christ, qui est union mais aussi sanctification du corps, qu’entendent travailler les pasteurs en faisant respecter une stricte discipline ecclésiastique. La discipline est « comme les nerfs sont en un corps, pour unir les membres et les tenir chacun en son lieu et ordre67 ». Le chrétien doit ainsi croire mais aussi conformer tous les aspects de sa vie à l’Évangile. Ce sont les ministres, décrits comme « bouche » et « oreilles » du corps68, qui sont responsables de cette sanctification de la société : c’est cette symbolique d’un corps uni, image du Christ et d’une incorporation nécessaire pour l’honneur de Dieu qui autorise les ministres à discipliner tous les aspects de la vie de la communauté et à mettre en œuvre une réforme qui doit conduire à bâtir une cité nouvelle, purifiée de toute souillure et strictement réglée par l’Évangile.

  • 69 AEG, RC, t. XLIV, fo 126 bis vo, éd. dans R. Consist., t. IV, pp. 215-216.
  • 70 F. Berriot, « Un procès d’athéisme à Genève », p. 583.

24Cette conversion profonde du corps social, imposée par des autorités ecclésiastiques stigmatisées comme étrangères, rencontre les plus vives oppositions de la part des Genevois. En juin 1549, Nicolas Gentil, châtelain de Jussy, refuse ainsi de reconnaître au corps pastoral de droit de réprimer les Genevois et dit qu’il « ne les tenoit pour ministres sinon pendant que il estoyent en chayre69 ». On retrouve le même sentiment chez Jacques Gruet : « Un ministre ne doit point parler sinon de l’Évangile et, quant au reste des choses mondaines, il ne doit pas s’en mêler70 ». C’est que, conformément à leur idéal d’incorporation / sanctification, la discipline ecclésiastique appliquée par Calvin et les autorités ecclésiastiques déborde le seul espace de la chaire et le seul usage du sermon. C’est la fabrique communautaire qui est bouleversée quand les Réformateurs entreprennent, au delà de la seule surveillance de l’orthodoxie des fidèles, de réformer les rites de passage, de moraliser les espaces de sociabilité et loisirs traditionnels ou de combattre des signes identitaires. Considérées comme entachant l’honneur de Dieu, ces pratiques doivent être abolies et la communauté réformée dans ses temps, ses espaces et ses signes d’incorporation pour ne plus faire corps qu’en vertu de la Parole.

  • 71 R. Consist., t. IV, p. xii et W. Naphy, « Baptisms, Church Riots ».
  • 72 R. Consist., t. II, pp. 280-281, note 999.
  • 73 Ils obtiennent du Conseil le 29 avril 1546, la fermeture des tavernes et leur remplacement par des (...)
  • 74 Sur l’opposition de Calvin aux « chausses chapplées », voir A. Roget, Histoire du peuple de Genève, (...)

25Le temps du baptême est ainsi entre 1546 et 1552, l’objet d’une âpre concurrence entre les pasteurs qui luttent pour que les prénoms choisis pour les enfants baptisés soient bibliques, soumettant l’incorporation à la communauté à l’autorité de la Parole, et de nombreuses familles genevoises qui souhaitent donner à leurs enfants des prénoms traditionnels tels que Claude, Gaspard ou Balthasard, qui étaient ceux de leur parrain et reflétaient des solidarités familiales ou amicales71. Les pasteurs remettent là en cause la tradition qui autorise le parrain à donner son nom à l’enfant et bouleverse un usage qui sert de ciment aux relations sociales72. Sur le même principe, ils entendent réformer des espaces de sociabilité et de loisir traditionnels tels que les étuves ou les tavernes. À ces lieux identifiés comme propices à la débauche, où hommes et femmes se rencontrent, où des activités proscrites comme la danse et le jeu se pratiquent, ils opposent et tentent d’imposer des espaces purifiés et réglés par la Parole73. Ce sont encore des symboles d’incorporation comme les vêtements qui sont remis en question. Calvin s’oppose ainsi avec véhémence en 1547 au port des « chausses chapplées » (ajourées) dont il explique, en appelant à l’autorité de l’Écriture, qu’elles sont indécentes74 :

  • 75 A. Roget, Histoire du peuple de Genève, t. II, p. 279 et R. Consist., t. II, p. 158.

L’Ecriture déclare qu’en tous les accoustremens qui ne sont faits pour nécessité, il y a orgeuil et par conséquent, c’est contre Dieu et du diable et un tel désordre ne doit à aucun prix être toléré75.

  • 76 Ami Perrin a ainsi l’idée à propos de la fête du tir du Papegay de 1547 de prendre ces chausses com (...)
  • 77 Voir l’explication fournie par Calvin lui-même qui va dans le sens d’un tel contrôle : « nous avons (...)

26Au-delà de la question de la question morale, il s’attaque en réalité au groupe de la jeunesse, qui porte volontiers ce vêtement qui est aussi un signe de reconnaissance pour les membres des compagnies militaires76. En luttant contre cette mode vestimentaire, Calvin cherche, plus qu’à lutter contre le scandale, à mettre au pas une jeunesse remuante qui doit s’incorporer à la communauté des fidèles plutôt que de cultiver, par des modes spécifiques, son particularisme77.

27La vision réformée du corps social et les pratiques d’incorporation concurrentes qu’elle implique sont clairement analysées par les opposants genevois en termes de domination étrangère imposée à la cité. Ces discours anti-français, qui se structurent progressivement en une véritable opposition politique, cherchent, en convoquant le motif des libertés genevoises, à créer autour d’une mémoire, la cohésion de la communauté.

  • 78 Sources du droit du canton, t. I, pp. 201-203. Voir R. Consist., t. II, p. xiii.
  • 79 R. Consist., t. II, pp. 146-148 (25 février 1546). Voir le début de la querelle au 3 décembre 1545 (...)
  • 80 Ibid., t. II, pp. 157-158 (4 mars 1546).
  • 81 Ibid., t. III, p. 45 (10 mars 1547).
  • 82 Il faut noter que les franchises sont bien connues des Genevois. Des assemblées sont organisées un (...)

28Dans leur lutte contre les pasteurs étrangers, les opposants à Calvin et aux pasteurs français font ainsi, dans un premier temps en 1546-1547, largement appel au motif des franchises, garantes des libertés et des privilèges des bourgeois et citoyens de la ville, concédées en 1387 par l’évêque, qui garantissent notamment aux bourgeois de Genève le droit d’être jugés par des bourgeois de Genève78. Ce principe est récurrent dans les discours d’opposition à l’action des pasteurs français en Consistoire. Nombre de Genevois considèrent en effet que ce tribunal en partie composé d’étrangers, qui prononce des jugements à l’encontre des bourgeois et citoyens de la ville, comme illégitime et contraire aux libertés de la ville. C’est bien la conviction de la famille Favre qui initie en 1545, en ces termes, une opposition qui se développe jusqu’en 1555. François Favre accuse le Consistoire d’être « une [h]aulte juridiction dessus la justice de Genève79 » ; son fils Gaspard refuse en Consistoire de répondre aux pasteurs et « ditz qu’il doyt seulement respondre à Monsieur le Sindicque et ex [sic] Srs que sont bourgeois et citoyens et de la ville, aussi du Conceil80 ». Tivent Papa adopte la même attitude quand il refuse de se rendre au Consistoire et affirme son désir de ne répondre qu’au Conseil81. Loin d’être une simple haine réflexe contre la présence étrangère, l’opposition à l’action des pasteurs français revendique, avec les franchises, une assise théorique et rappelle l’existence de privilèges est un facteur essentiel de cohésion communautaire82.

  • 83 Le 15 avril 1546, le pasteur Treppereau est ainsi convoqué au Conseil pour répondre de propos qu’il (...)
  • 84 AEG, RC, t. XLV, fo 295.
  • 85 R. Consist, t. VIII, fo 78 (21 décembre 1553).

29Réactivant, dans un second temps, le souvenir de la lutte encore récente contre la domination du duc de Savoie et la tutelle de l’évêque sur le gouvernement de la cité, les discours xénophobes des années 1549-1555 accusent les pasteurs français d’imposer au Conseil de la ville un joug étranger et clérical qui gomme les libertés acquises par la République en 153683. Calvin est ainsi traité de despote travaillant à aliéner Genève. On rapporte au Conseil que des rumeurs circulent dans les tavernes de la ville selon lesquelles il contraindrait les étrangers à prêter serment entre ses mains plutôt qu’aux autorités de la ville84. Berthelier, au cœur d’un interminable conflit avec le Consistoire, affirme « que partout ou estoient les Francoys ilz volloient tousiours regenter85 ». En 1554, l’aubergiste Claude Genève rapporte que le même Berthelier clame

  • 86 AEG, PC, 2e série, no 602 bis, fo 2vo (19 avril 1554). Voir Ch. Grosse, L’excommunication de Berthe (...)

qu’il perdroit plustout la vie que de permettre que aulcung aultre heubt authorité de commender dans Geneve que Messieurs et que son pere, dudict Bertellier, en avoit perdu la vie pour cela maintenir86.

  • 87 Dans un premier temps, le Conseil prend le parti des pasteurs, mais se retourne finalement contre e (...)

30L’action des pasteurs français auprès du Conseil, qu’ils pressent à accélérer la Réforme et à soutenir leur action disciplinaire, est interprétée par les opposants à Calvin dans le sens d’une domination tyrannique de l’Église sur l’État. Cette accusation trouve une résonance particulière dans le conflit qui oppose le Consistoire au Conseil sur la question du droit d’excommunication qui fait jour en septembre 154887 et déchire la cité en 1553-1554. L’opposition aux Français est alors l’occasion de rappeler la lutte de la ville pour son indépendance et de souder la communauté autour d’une mémoire commune, de figures de martyrs et dans la défense des libertés genevoises.

VIOLENCES ET DYNAMIQUE REFONDATRICE

31Ainsi les agressions contre les Français doivent-elle se comprendre dans le cadre d’un imaginaire et de pratiques d’incorporation remis en cause par l’action réformatrice des pasteurs français nouveaux venus. Les violences croissantes dont ils sont les victimes ne représentent pour autant pas un frein à l’entreprise réformatrice calvinienne qui se nourrit de cette situation d’exclusion dans une dynamique refondatrice.

  • 88 Michel Cop, Nicolas Des Gallars, Raymond Chauvet et François Bourgoin font leur arrivée en 1544-154 (...)
  • 89 Voir RCP, t. I ; W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, pp. 53-75.
  • 90 Voir, en particulier, l’attitude de Calvin à l’égard d’Henri de La Mare, bien incorporé à la commun (...)
  • 91 AEG, RC, t. XL, fos 141, 165vo, 216vo et 227vo (8 et 29 juin ; 17 et 31 août 1545). Voir W. G Naphy(...)

32Il faut en effet souligner que le corps pastoral se coupe volontairement des Genevois en faisant le choix de la fermeture. Stigmatisés comme étrangers, les pasteurs se comportent comme tels. Grâce à l’éviction des éléments anciens, au recrutement de nouveaux pasteurs88 et au contrôle de l’accès au ministère, Calvin se retrouve en 1546 à la tête d’un groupe exclusivement composé de Français à l’exception de Jacques Bernard, que l’on relègue dans une paroisse rurale89. L’attitude de Calvin envers les pasteurs en place à son retour à Genève90, de même que le refus d’accepter comme pasteur un Genevois d’origine comme Jean Trolliet à l’été 154591, montre bien la méfiance qui est la sienne à l’égard de la communauté genevoise et le sentiment mitigé qu’elle lui inspire.

33Cette position entretenue d’outsiders devient une force pour le groupe des pasteurs qui se constitue en un véritable corps uni et zélé. Liés par leurs origines communes mais aussi par une même culture lettrée et une même manière d’envisager leur mission pastorale, ils peuvent constituer un véritable groupe de pression homogène. Il semble bien que c’est dans cette position de « déracinés », libres de leurs mouvements, que les pasteurs puisent leur énergie, entretiennent leur zèle réformateur et parviennent à faire véritablement corps.

34Corps zélé entièrement tendu vers un idéal réformateur, ils n’hésitent pas, dans les années 1546-1555, et particulièrement Calvin, à user des armes de l’humiliation et de l’acharnement à l’encontre des Genevois. Ils creusent ainsi le fossé qui les sépare de leurs adversaires genevois et alimente paradoxalement les tensions à l’intérieur de la communauté genevoise. Dans la poursuite des contrevenants à la discipline ecclésiastique, Calvin et les ministres font ainsi montre, en chaire comme au Consistoire, d’un grand acharnement dans une lutte de chaque instant et sans concession aucune.

  • 92 AEG, RC, t. XLI, fo 32 (1er mars 1546).
  • 93 Ibid., fo 34 (2 mars 1546).

35L’attitude de Calvin face à Pierre Ameaux est particulièrement éclairante à ce titre. Dans l’affaire de calomnie qui les oppose, le tribunal constate, suite aux aveux du prévenu, la culpabilité d’Ameaux qui a « parlé contre la réformation chrétienne » et « grandement outragé J. Calvin92 » : parce qu’il a reconnu ses torts, il ne le condamne néanmoins à faire amende honorable qu’à huit clos, en présence des seuls conseillers93. Le plaignant Calvin n’est absolument pas satisfait de cette sentence qui ne prend, selon lui, pas suffisamment la mesure de l’outrage public qu’il a subi. À force de pressions, de discussions et dans un contexte social tendu, Calvin finit par obtenir réparation : le 8 avril, au terme de deux mois de palabres, le Conseil condamne finalement Pierre Ameaux une peine publique infamante. Le Conseil ordonne

  • 94 Ibid., fo 68 (8 avril 1546).

qu’il soit condamné à devoir faire le tour à la ville en chemise, tête nue, une torche allumée en sa main et puis, devant le tribunal, venir crier merci à Dieu et à la justice, les genoux à terre, confessant avoir mal parlé. Le condamnant aussi à toutes dépenses et que la sentence soit proférée publiquement94.

  • 95 R. Consist., t. III, pp. 208-209 et note 1234 (6 octobre 1547).

36De nombreux Genevois exaspérés par de telles pratiques, se plaignent au Conseil de ce qu’ils qualifient volontiers d’attaques haineuses. Au terme d’un conflit de deux ans, Gaspard Favre estime que Calvin l’a « tourmenté plus que quastre evesques qu’i a vheuz enterrés ». Il renonce à sa bourgeoisie et quitte Genève. Avant de quitter la ville, il se rend une dernière fois devant le Consistoire et étonné par le ton conciliant de Calvin, il remarque que « se Monsieur Calvin l’eusse toujours ainsi prins par tel dousseur comme de present, les choses ne fussent pas venu tant en avant95 ». Dans la bouche de Pernette Grant, on retrouve les mêmes accusations : selon elle, Calvin

  • 96 Ibid., t. IV, pp. 20-21 (22 mars 1548).

venu à Geneve pour nous mettre en debats et en guerre et despuis qu’il y est, jamais on n’a heu ny bien, ny paix […]. Oultreplus, luy a reproché qu’il ne vivoit comme il presche, et que jamais il n’a trové amour en luy, ains l’a toujours haye. Item, que jamais n’en peut tyrer ung mot de consolation96.

  • 97 AEG, RC, t. XLV, fos 233 et 235vo (25 et 27 mars 1551).

37Le 21 mai 1548, Calvin est convoqué par le Petit Conseil parce que la veille, il a prêché « avecques grandes colleres », tandis que le 25 mars 1551, les frères Sept l’accusent d’outrage : il les aurait traités de « mutins et desbochés », ce qu’il nie97.

38Loin d’être freinés par cette exclusion que suscite leur action dans les rangs des insiders, tous prennent acte de cette faillite de l’incorporation et la mettent au service d’une rhétorique et d’une dynamique refondatrice. Calvin perçoit et décrit, en effet, les oppositions que lui, les ministres et les Français rencontrent, moins en termes de divisions factieuses, que comme les manifestations tragiques d’une tension dramatique, d’une lutte sainte entre Bien et Mal. Il constate les difficultés croissantes qu’il rencontre et la libre contestation d’une société foncièrement rétive qu’il entend modeler pour la gloire de Dieu :

Voilà comment on en fait aujourd’hui, je ne dis pas en la papauté, mais à Genève. Comment est-ce que les malheureux reçoivent les prédications qui leur sont faites ? […] Oh, nous n’en voulons point de cet Evangile ici, allez donc chercher un autre,

  • 98 J. Calvin, Supplementa Calviniana, t. VI : Sermon sur les livres de Jérémie, pp. 19-20 (15, 1-6 [24 (...)

39s’écrit-il le 24 juin 1549 du haut de la chaire, parodiant ses opposant98.

40Calvin est bien conscient de cette résistance genevoise et ne manque pas d’évoquer, dans des lettres à ses familiers ou, publiquement, dans ses sermons ou ses traités polémiques, avec quelle violence s’affrontent vieil homme et homme réformé. Il commente en effet très souvent la situation genevoise et n’hésite pas, en particulier quand il s’adresse à Guillaume Farel ou à Pierre Viret, ses amis les plus proches, à faire état de ses sentiments de découragement ou de colère qu’il éprouve face à une situation qui lui échappe :

  • 99 Lettre de Calvin à Farel (14 décembre 1546), J. Calvin, CO, t. XII, col. 629.
  • 100 Lettre de Calvin à Blaurer (19 novembre 1552), ibid., t. XIV, p. 412.

Certainement la confusion est telle que je désespère de conserver cette Eglise, du moins par mes forces. Que Dieu exauce vos prières assidues en notre faveur99.
Quoique Satan se donne librement carrière, cependant, si l’on pense à la méchanceté désespérée du monde, on est étonné que Dieu ne lui accorde pas encore plus de liberté. Mais pour nous, qui avons notre ancre jetée dans le ciel, nous pouvons naviguer au milieu de ces terribles bouleversements, comme dans un port tranquille, jusqu’à ce que Dieu nous recueille dans le bienheureux repos de son règne100.

41Au-delà d’une simple rhétorique, c’est un véritable imaginaire de lutte qui se construit et émerge de l’intimité de la correspondance, la cité genevoise y apparaissant comme le théâtre d’intenses divisions spirituelles.

42Ces troubles genevois analysés en termes de déchaînement diabolique, pourraient générer désespoir, pessimisme et angoisse. Si les doutes sont nombreux, en particulier dans les confidences aux plus proches, Calvin insiste néanmoins constamment sur la conscience de vivre, malgré les épreuves, un temps d’avancement de l’Évangile dans la continuité de l’histoire biblique. Les attaques et les persécutions, loin d’être objets de scandale et occasions de se détourner de l’Évangile, sont ainsi décrites comme les signes du prochain triomphe de l’Évangile qui s’accompagne toujours, comme le prouve l’histoire sainte, de merveilleux troubles. Les difficultés deviennent alors le signe de la vraie authenticité et l’exclusion, pleinement vécue et entretenue comme réactualisant celle du peuple élu.

  • 101 AEG, RC, t. XLVI, fo 145 (2 septembre 1553).
  • 102 RCP, t. II (2 septembre 1553) ; Ann., col. 551-552.
  • 103 Voir D. Crouzet, Calvin, pp. 287-302.

43Calvin, à mesure que l’opposition se durcit, conscient de revivre à Genève les temps bibliques, adopte dans ses prises de parole, une posture toujours plus nettement prophétique. Ainsi dans son conflit avec Philibert Berthelier, il va jusqu’à dire qu’il préfèrerait mourir que de le recevoir à la Cène et « de endurer cella contre sa conscience101 ». « Il n’[est] point aux hommes de le contraindre a cela », argumente-t-il102. Son acharnement est clairement justifié par une logique supérieure qui est celle de l’honneur de Dieu et qui rend nécessaire son application inflexible de la discipline. Cet acharnement traduit ainsi à la fois l’optimisme de vivre un temps, qui, malgré les difficultés, est celui de l’avancement de l’Évangile et l’assurance d’être du côté du Bien et d’œuvrer, par une lutte comme au corps à corps, à la défense de l’honneur de Dieu. Loin de se soustraire aux violences, tout se passe comme si Calvin et ses collègues y trouvaient la confirmation de leur vision du monde, la légitimation de leur action et y puisaient ainsi leur élan. Ainsi, dans les semaines de crise paroxystique qui précèdent le basculement de mai 1555, Calvin et les ministres multiplient-ils les humiliations publiques et les provocations à l’encontre de leurs adversaires, alimentant une crise qui doit pousser ces derniers à basculer dans la faute ou à faire au contraire le choix de la repentance, à refuser ou à accepter une pleine incorporation à la communauté de l’Évangile. Cette violence calvinienne doit forcer les opposants à définitivement tomber les masques et dans cet imaginaire de lutte sainte, tout se passe comme si le corps malade de la cité avait besoin d’une crise violente et purificatrice pour révéler pleinement ses contours et entrer en guérison103.

44Les élections de février 1555 entraînent un basculement politique puisqu’elle consacrent la victoire des partisans de Calvin contre les Perrinistes. Cependant, le jeudi 16 mai, suite à un repas offert à leurs partisans par Ami Perrin et Pierre Vandel, un « tumulte » éclate : l’un des nouveaux syndics, Henri Aulbert, est pris dans un mouvement de foule. Les contestataires prennent les armes, tandis que la rumeur d’une sédition se répand dans la ville. Tout bascule lorsqu’Ami Perrin ôte des mains du syndic Pierre Bonna, dans un geste d’une grande violence symbolique, le bâton, insigne de sa charge, ce qui équivaut à un coup d’État dans l’ordre des représentations. Cet événement est l’aboutissement dans la violence d’une décennie de tensions qui divisent la communauté urbaine. Stigmatisés par des attaques toujours plus nombreuses et brutales, les réfugiés français ne sont pas aisément intégrés au corps social.

45Au-delà de la simple haine de l’étranger néanmoins, les agressions des Genevois contre les Français se présentent comme une tentative de défense de la communauté contre un modèle social réformé conquérant qui entend bouleverser tant la symbolique que les pratiques d’incorporation à l’œuvre jusqu’alors dans la cité.

46Il faut souligner que dans une logique d’acharnement partagée, Calvin et les ministres semblent entretenir plus qu’éviter les conflits avec les Genevois, comme si l’opposition qui dépasse largement selon eux les murs de la cité et constitue un enjeu spirituel, devait trouver sa résolution dans la confrontation violente. En poussant ses adversaires dans leurs retranchements à force d’acharnement, Calvin, épaulé par ses collègues et soutenu par ses partisans, assiste à leur chute définitive. Les événements de mai 1555 deviennent le signe d’un basculement de la lutte du domaine de l’imaginaire à la réalité. La communauté, une fois passée cette violente crise de mai, peut faire corps derrière Calvin et les pasteurs désormais unanimement reconnus comme les garants de son intégrité.

Notes

1 A. Froment, Actes et gestes merveilleux, p. xviii : après avoir déclaré que l’histoire qu’il écrit est une action de grâce rendue à Dieu, Froment place d’emblée le destin de Genève dans la perspective de l’histoire du peuple élu. La liberté de Genève est celle que Dieu accorda aux Hébreux libérés de la servitude. Voir A. Dufour, Histoire politique et psychologie, p. 76.

2 A. Dufour, Histoire politique et psychologie ; J. B. Roney et M. I. Klauber (éd.), The Identity of Geneva, p. 6.

3 Alfred Perrenoud évalue la population à 13 150 habitants vers 1550 : A. Perrenoud, La population de Genève, p. 30. Voir aussi W. E. Monter, « Historical Demography », pp. 399 sqq.

4 H. Naef, Les origines de la Réforme.

5 W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, p. 14.

6 Édition du texte des Ordonnances ecclésiastiques dans les RCP, t. I, pp. 1-13.

7 Archives d’État de Genève (AEG), Registres du Conseil (RC), t. XXXV, fo 406 (20 novembre 1541).

8 RCP, t. I., pp. 1-13 (Ordonnances ecclésiastiques).

9 D. Crouzet, La genèse de la Réforme, pp. 398-422 ; W. E. Monter, Judging the French Reformation, pp. 109-115 ; D. El Kenz, Les bûchers du roi.

10 Livre des habitants, t. I.

11 W. E. Monter, « Historical Demography », p. 402.

12 Le livre des bourgeois.

13 Quatre Français par an accèdent en moyenne à la bourgeoisie entre 1537 et 1555 (W. E. Monter, « Historical Demography », p. 408).

14 Les deux frères appartiennent à la faction pro-bernoise des Articulants. L’opposition de leur serviteur aux ministres français n’est donc pas étonnante.

15 AEG, Procès criminels (PC), 2e série, no 650 (4 juillet 1545), et no 656 (6 août - 17 septembre 1545). W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, p. 93.

16 R. Consist., t. II, p. 117.

17 AEG, PC, 1re série, n° 435 (15-22 novembre 1546).

18 Ibid., n° 441 (26 mai-9 juin 1547).

19 R. Consist., t. III, pp. 159-161 (4 août 1547).

20 R. Consist., t. III, p. 273 (26 janvier 1548).

21 AEG, RC, t. LX, fo 359 (27 janvier 1546).

22 Ibid., t. LXI, fo 32 (1er mars 1546).

23 « Que Messeigneurs de ladite Ville ne faisaient rien en leur Conseil sans le vouloir dudit Seigneur Calvin, et l’on verrait que les Français gouverneront ladite Ville. Et plusieurs autres propos semblables. » (AEG, PC, 2e série, n° 684 [26 janvier - 8 avril 1546]).

24 Propos de Pernette Grant (belle-mère de Françoise Favre, elle-même fille de François Favre, le chef de la famille Favre) : R. Consist., t. IV, p. 20 (22 mars 1548).

25 Voir les propos de Philibert Berthelier qui répond au Consistoire et calomnie une Française : R. Consist., t. VI, fo 14vo (24 mars 1551) ; voir aussi les propos anti-français de Jean Grasset (R. Consist, t. VI, fo 70vo [19 novembre 1551]) ou de Simon Goulard (R. Consist., t. VI, fos 73vo-74 [26 novembre 1551]).

26 R. Consist., t. V, fo 12 (20 mars 1550) ; voir aussi AEG, PC, 1re série, no 462 (4-14 mars 1550) : dénonciation et information contre Louis Bandière, accusé d’avoir médit des Français en sortant du catéchisme de la Madeleine et d’avoir voulu frapper le serviteur d’Henri Aubert qui prenait le parti de ces derniers.

27 R. Consist., t. V, fo 24 (24 avril 1550).

28 Ibid., t. VI, fo 66 (22 octobre 1551).

29 AEG, RC, t. XLIV, fo 221 (12 mars 1551) ; RCP, t. I, p. 75. Sur cet incident, voir J.-A. Gautier, Histoire de Genève, pp. 419-420.

30 R. Consist., t. VI, fos 13vo, 14 et 15 (24 mars 1551).

31 AEG, RC, t. XLV, fo 209 (23-24 mai 1552).

32 Propos de Louis Bandière : R. Consist., t. V, fo 12 (20 mars 1550).

33 Propos de Roland Tacon : ibid., fo 24 (23 avril 1550).

34 AEG, RC, t. XLV, fo 184 (6 février 1551) ; ibid. t. XLVI, fo 50 (6 avril 1553).

35 A.-M. Piutz et L. Mottu-Weber, L’économie genevoise, p. 45. La correspondance des réformateurs rend compte de cette importante immigration : lettre de Jean Calvin à Guillaume Farel (15 juin 1551) : « Je consacre mon temps aux étrangers, qui passent nombreux ici, ou qui émigrent pour habiter chez nous […]. Si l’automne prochain tu viens nous visiter, tu trouveras la ville un peu plus peuplée. » (J. Calvin, CO, t. XIV, col. 134) ; lettre de Pierre Viret à Guillaume Farel (11 septembre 1551) : « La persécution sévit en France. Presque toute l’Église de Lyon est à Genève » (ibid., col. 181) ; lettre de Théodore de Bèze à Bullinger (6 octobre 1551) : « Tant d’exilés accourent à la fois à Genève de toutes les contrées de la France et de l’Italie, qu’à peine la Cité suffit à contenir une si grande multitude. » (ibid., col. 191).

36 W. E. Monter, « Historical Demography », p. 403.

37 R. Consist., t. V, fo 24 (24 avril 1550).

38 Ibid., t. VI, fo 66 ; (22 octobre 1551).

39 Ibid., t. VII, fo 33 (12 mai 1552).

40 W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, p. 125.

41 W. E. Monter, « De l’Évêché à la Rome protestante », p. 166 ; W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, p. 126.

42 AEG, RC, t. LXIII, fo 168vo (20 août 1548) et fo 180 (29 août 1548).

43 Le 8 février 1549, le Conseil apprend que l’Empereur a envoyé 4 000 chevaux pour investir Strasbourg et qu’il a dépêché 200 boutefeux vers des destinations inconnues : « led. Empereur est toutjour persistant à surprendre Genève. » (AEG, RC, t. XLIV, fos 14-14vo [8 février 1549]) ; en mars, c’est Berne qui prévient son alliée que « l’on cherchoyt à surprendre Genève ». On fait, en conséquence, renforcer le guet et l’artillerie dans la ville (ibid., fos 45vo-46 [15 mars 1549]) ; en avril, on apprend que l’Empereur s’apprête à marcher sur la ville depuis la Bourgogne (ibid., fos 59vo, 65 et 82vo [3, 9 et 29 avril 1549]), d’autres rumeurs courent sur d’imminentes attaques (ibid., fos 68vo, 73, 74, 141, 148 et 154 [15, 19 et 22 avril, 25 juin, 3 et 8 juillet 1549]). Voir R. Consist., t. IV, pp. ix-x.

44 R. Consist., t. III, p. 39 (3 mars 1547). Voir aussi, la méfiance dont Philibert Berthelier fait montre à l’égard des étrangers (AEG, PC, 2e série, no 602 bis [23 mai 1552]). Convaincu que les étrangers négocient la trahison de la cité, il lance la rumeur « qu’il y avoit quarante mille escus dans Genève pour vendre la ville » (ibid. [10 octobre 1552]). Le 6 juillet 1553, il s’écrie au Conseil, « que ceux qui hont donné leurs oppinyon que ilz failloit restitué les espee aux Françoys […] meritent d’avoir coppé la teste » (AEG, RC, t. XLVII, fo 107). Voir C. Grosse, L’excommunication de Berthelier, pp. 123-127.

45 W. E. Monter, « Historical Demography », pp. 409 sqq. ; W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, p. 129.

46 Ibid., pp. 130-137.

47 W. E. Monter, « Historical Demography », p. 404.

48 AEG, RC, t. XL, fo 359 (27 janvier 1546).

49 Ibid., t. XLIV, fo 215vo (16 septembre 1549). Le Conseil hésite du coup à remplacer Ferron en autorisant l’élection d’un septième pasteur.

50 « Au diable soyent tant de predicants et de Français qui, au lieu de rester dans leur pay viennent ici nous censurer » : AEG, PC, 1re série, no 462 (4-14 mars 1550).

51 AEG, RC, t. XLIV, fo 33, éd. dans R. Consist., t. IV, p. 192 (4 mars 1549).

52 Ann., col. 406 et 418 ; R. Consist., t. V, fo 57.

53 1 Corinthiens XII, 12-27 et VI, 15 ; Éphésiens IV, 4, 16 et 25 et V, 30 ; Colossiens II, 19.

54 Sur la diffusion d’un modèle social organiciste, voir E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, pp. 146 sqq.

55 J. Calvin, Institution de la religion chrétienne, t. IV, chap. xvii, p. 40.

56 Il faut que « nous recognoissions [que] Jesus Christ est tellement incorporé en nous et nous aussi en lui, que tout ce qui est sien nous le pouvons appeler nostre, et tout ce qui est nostre, nous le pouvons nommer sien » (J. Calvin, Institution de la religion chrétienne, t. IV, chap. xvii, p. 42). À propos de la Cène comme sacrement d’union, voir Ch. Grosse, Les rituels de la Cène, pp. 425 sqq.

57 AEG, RC, t. XLII, fo 399vo (9 janvier 1548).

58 R. Consist., t. III, pp. 20-21 (3 février 1547), voir la note 137.

59 Ibid., pp. 37-38 (3 mars 1547).

60 M. Roset, Les chroniques de Genève, pp. 319-320, cité dans R. Consist., t. III, p. ix.

61 AEG, RC, t. XLV, fos 221 et 229vo (12 et 20 mars 1551). Voir R. Consist., t. III, p. 136 et W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, p. 170.

62 AEG, RC, t. XLV, fo 233 et 235vo (25 et 27 mars 1551). Voir R. Consist., t. III, pp. 136-137.

63 La même structure en bande se retrouve autour de Philibert Berthelier : voir Ch. Grosse, L’excommunication de Berthelier.

64 W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, pp. 151 et 157-169.

65 L. Sordet, Des abbayes ou sociétés laïques ; Ch. Grosse, L’excommunication de Berthelier, pp. 135-138.

66 W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, pp. 167 sqq.

67 J. Calvin, Institution de la religion chrétienne, t. IV, chap. xii, p. 1.

68 Voir P. Viret, Instruction chrestienne, pp. 360-363. Voir N. Z. Davis, « The Sacred and the Body Social », pp. 64-65.

69 AEG, RC, t. XLIV, fo 126 bis vo, éd. dans R. Consist., t. IV, pp. 215-216.

70 F. Berriot, « Un procès d’athéisme à Genève », p. 583.

71 R. Consist., t. IV, p. xii et W. Naphy, « Baptisms, Church Riots ».

72 R. Consist., t. II, pp. 280-281, note 999.

73 Ils obtiennent du Conseil le 29 avril 1546, la fermeture des tavernes et leur remplacement par des abbayes où l’on viendra lire la Bible en commun : Sources du droit du canton, t. II, p. 478.

74 Sur l’opposition de Calvin aux « chausses chapplées », voir A. Roget, Histoire du peuple de Genève, t. II, pp. 275-284.

75 A. Roget, Histoire du peuple de Genève, t. II, p. 279 et R. Consist., t. II, p. 158.

76 Ami Perrin a ainsi l’idée à propos de la fête du tir du Papegay de 1547 de prendre ces chausses comme signe de ralliement. Il demande au Conseil le 24 mai 1547 la permission pour ses arquebusiers de les porter à cette occasion. Le port de telles chausses avait en effet été interdit par le Conseil le 16 avril 1543 comme vêtement peu honnête.

77 Voir l’explication fournie par Calvin lui-même qui va dans le sens d’un tel contrôle : « nous avons une jeunesse fort corrompue […]. Nagueres ilz se sont fort despitez, soubz umbre d’une petite chose. C’est qu’on ne leur vouloit point conceder de porter chausses decouppees, ce qui a esté defendu en la ville il y a douze ans passez. Non pas que nous fissions instance de cela, mais purce que nous voions que par les fenestres des chausses ilz vouloient introduire toutes dissolutions. Cependant nous avons protesté que c’estoit ung menu fatras qui ne valoit pas le parler, que la decouppure de leurs chausses et avons tendu à une aultre fin, qui estoit de les brider et reprimer leurs folies » (Calvin aux fidèles de France [24 juillet 1547], J. Calvin, CO, t. XII, col. 561-562).

78 Sources du droit du canton, t. I, pp. 201-203. Voir R. Consist., t. II, p. xiii.

79 R. Consist., t. II, pp. 146-148 (25 février 1546). Voir le début de la querelle au 3 décembre 1545 dans ibid., t. II, p. 83.

80 Ibid., t. II, pp. 157-158 (4 mars 1546).

81 Ibid., t. III, p. 45 (10 mars 1547).

82 Il faut noter que les franchises sont bien connues des Genevois. Des assemblées sont organisées un dimanche par mois pour lire et discuter certains de leurs articles.

83 Le 15 avril 1546, le pasteur Treppereau est ainsi convoqué au Conseil pour répondre de propos qu’il aurait exprimés au cours de son sermon à Celligny. Ses paroissiens l’accusent d’avoir dit en chaire : « Vous nestes que de dyables : pensez voz que ce pays soyt vostre ? il est à moy et à mes compagnyons et serez gouvernes par nous que sumes estrangiers. » L’affaire n’a pas de suites, mais montre bien que le souvenir de la domination étrangère de l’évêque est encore vivace dans les mémoires genevoises et peut se révéler efficace dans le cadre d’une rhétorique d’opposition politique.

84 AEG, RC, t. XLV, fo 295.

85 R. Consist, t. VIII, fo 78 (21 décembre 1553).

86 AEG, PC, 2e série, no 602 bis, fo 2vo (19 avril 1554). Voir Ch. Grosse, L’excommunication de Berthelier, p. 128.

87 Dans un premier temps, le Conseil prend le parti des pasteurs, mais se retourne finalement contre eux et leur refuse le droit d’excommunier : AEG, RC, t. XLIII, fos 196vo, 200vo et 202 (18, 2 et 25 septembre 1548) ; R. Consist., t. IV, pp. 139-140 (27 septembre 1548). Sur le problème de l’excommunication, voir Ch. Grosse, Les rituels de la Cène.

88 Michel Cop, Nicolas Des Gallars, Raymond Chauvet et François Bourgoin font leur arrivée en 1544-1545. Avec Jean Calvin et Abel Poupin, ils forment un noyau pastoral stable pour une décennie.

89 Voir RCP, t. I ; W. G. Naphy, Calvin and the Consolidation, pp. 53-75.

90 Voir, en particulier, l’attitude de Calvin à l’égard d’Henri de La Mare, bien incorporé à la communauté genevoise, qui est l’objet de la plus grande méfiance de la part de Calvin. Débouté de sa paroisse urbaine, il est envoyé dans la paroisse rurale de Jussy en avril 1543 et, après une importante série de démêlés judiciaires avec les pasteurs français et leurs partisans (AEG, RC, t. XXXVII, fo 117vo [5 juin 1543] et t. XXXVIII, fo 348vo [2 septembre 1544] ; AEG, PC, 2e série, no 684 [26 janvier - 8 avril 1546]), il est démis de ses fonctions en avril 1546 (AEG, PC, 2e série, no 702 [15 avril 1546]).

91 AEG, RC, t. XL, fos 141, 165vo, 216vo et 227vo (8 et 29 juin ; 17 et 31 août 1545). Voir W. G Naphy, Calvin and the Consolidation, p. 94.

92 AEG, RC, t. XLI, fo 32 (1er mars 1546).

93 Ibid., fo 34 (2 mars 1546).

94 Ibid., fo 68 (8 avril 1546).

95 R. Consist., t. III, pp. 208-209 et note 1234 (6 octobre 1547).

96 Ibid., t. IV, pp. 20-21 (22 mars 1548).

97 AEG, RC, t. XLV, fos 233 et 235vo (25 et 27 mars 1551).

98 J. Calvin, Supplementa Calviniana, t. VI : Sermon sur les livres de Jérémie, pp. 19-20 (15, 1-6 [24 juin 1549]). Voir B. Cottret, Calvin, p. 193.

99 Lettre de Calvin à Farel (14 décembre 1546), J. Calvin, CO, t. XII, col. 629.

100 Lettre de Calvin à Blaurer (19 novembre 1552), ibid., t. XIV, p. 412.

101 AEG, RC, t. XLVI, fo 145 (2 septembre 1553).

102 RCP, t. II (2 septembre 1553) ; Ann., col. 551-552.

103 Voir D. Crouzet, Calvin, pp. 287-302.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search