Version classiqueVersion mobile

Trouver sa place

 | 
Antoine Roullet
, 
Olivier Spina
, 
Nathalie Szczech

I. Faire corps : genèses et apprentissages

Grandir à la cour dont le prince est un enfant

La petite cour des Enfants de France au xvie siècle, ou l’école des normes et codes de la société curiale

Marie-Ange Boitel-Souriac

Texte intégral

  • 1 N. Elias, La société de cour ; Y. Deloye et alii (éd.), Le protocole ou la mise en forme ; F. Cosan (...)
  • 2 Préface de Roger Chartier à N. Elias, La société de cour, p. x.
  • 3 N. Leroux, La faveur du roi.

1Tout comme les communautés religieuses, les espaces curiaux se sont montrés des objets d’études pertinents pour déterminer des mécanismes d’intégration, de reproduction, de mobilité sociale au sein de communautés qui s’affirmaient elles-mêmes impénétrables et régies par une discipline organisant les rapports et interactions entre leurs membres. Structurées avant tout autour de la figure du prince, premier référentiel du monde courtisan, progressivement circonscrites spatialement par la sédentarisation et organisation palatiale, puis définies dans leur fonctionnement par des règles appelées l’étiquette, les cours princières se sont révélées être des sujets de prédilection pour le renouvellement d’une histoire politique se proposant alors d’aborder ce microcosme à l’aune d’un questionnement sur les modalités spécifiques de la dépendance réciproque liant les individus entre eux et d’en déceler et définir l’équilibre mobile des tensions garantissant l’existence et la continuité de cette forme d’organisation sociale des élites1. Aussi, les enjeux de préséances, de rituels, de cérémonials, les démonstrations ostentatoires de son pouvoir et de sa puissance, les enjeux de clientèles et de défenses claniques, étaient-ils autant de manifestations de la discipline qui régit cet univers policé et donc des pratiques en œuvre pour faire de cette sociabilité un instrument avant tout politique2. Certes, la cour des Valois n’avait pas la solennité de celle d’Espagne, ni l’ordre protocolaire qui caractérisera celle de Louis XIV, elle n’en était pas moins conçue comme un espace de mise en scène de la majesté royale stimulant autour d’elle la fidélité d’une noblesse que l’on cherchait à contrôler par le jeu de la faveur que le roi distribuait savamment pour maintenir l’équilibre des tensions qui la caractérisait et par lequel il gouvernait3.

  • 4 M.-A. Boitel-Souriac, « Quand vertu vient de l’étude des bonnes lettres ».

2S’il est cependant reconnu que l’analyse des usages des sociétés curiales s’avère essentielle pour comprendre et définir la politique monarchique, il est en revanche une cour à laquelle on ne prête encore aujourd’hui que peu d’intérêt : la petite cour des Enfants de France. Il s’agit de celle qui s’organisa parallèlement à celle du roi de France dès le premier xvie siècle et qui regroupait toute la jeunesse du royaume autour des Enfants de France, des fils et filles du souverain. En effet, l’existence d’une descendance féconde tant de François Ier que de son fils Henri II a contraint le roi à pourvoir à l’encadrement de ces fratries multiples. Placés sous la surveillance d’un gouverneur, ces fils et filles de France devaient alors y passer leur jeunesse à former leur esprit par une éducation aux vertus du prince définies par les chantres de l’humanisme et relayées par les précepteurs que leur royal père avait eu soin d’attacher à leur maison4. Par une correspondance assidue avec le gouverneur, le couple royal se tenait régulièrement informé de l’évolution de leurs rejetons et contribuait dans ses échanges épistolaires à compléter cette petite sociabilité enfantine d’un encadrement de serviteurs commensaux de plus en plus nombreux, d’ordonnances de pratiques qu’il voulait voir appliquer pour garantir la sécurité de leurs enfants mais aussi de la nomination de camarades de jeux issus de la plus haute noblesse du royaume. Ainsi cette communauté allait-elle prendre progressivement toutes les formes d’une véritable petite cour où évoluaient, aux côtés des rejetons du sang de France, les héritiers des plus grandes familles nobiliaires, s’imposant alors comme un véritable microcosme reproduisant, à l’échelle des « juniores », la cour du roi de France avec tout ce qu’elle met en scène de relations de pouvoir, de protection et de faveur du prince.

3Aussi l’étude de la petite cour des Enfants de France apparaît-elle comme un cadre particulièrement pertinent pour y déceler les pratiques réglementant l’appartenance à cette petite société enfantine. L’intérêt de cette communauté pour évaluer les pratiques d’incorporation et renouvellement de ce cénacle très fermé est doublement conforté par la vocation et finalité de cette petite cour. Cette société éphémère dont l’existence était circonscrite aux jeunes années du dauphin, devait en effet préparer une génération de princes à intégrer la cour du roi, devenant, dès lors, une école préparatoire aux normes et codes de la sociabilité curiale, une propédeutique pour cette jeunesse nobiliaire à toute entrée à la grande cour, celle du souverain.

FORMES ET CONTOURS DE LA PETITE COUR DES ENFANTS DE FRANCE

  • 5 BNF, ms. fr. 2990, fo 9, lettre de Bonnivet à René de Batarnay, depuis Fontarabie le 7 octobre 1521 (...)
  • 6 Louis III de La Trémoille, fils aîné de François de La Trémoille, né à la fin de l’année 1522, fut (...)

4C’est tout d’abord dans la définition des formes et contours de cette petite société gravitant autour des Enfants de France que l’on peut reconnaître toutes les caractéristiques d’un univers curial imitant, à l’identique, le fonctionnement de la cour du roi, mais s’organisant cette fois autour de la figure de l’héritier du trône, à savoir le dauphin. Cette analogie entre la cour du roi et celle de ses enfants était une réalité bien perçue par les contemporains qui employaient eux-mêmes, et ce dès les premières années de l’existence du fils aîné de François Ier, le dauphin François, l’expression de « petite cour ». En 1521, alors que le gouverneur des enfants, Guillaume Gouffier, seigneur de Bonnivet, menait avec succès les armées du roi de France sur la frontière espagnole, il s’inquiétait régulièrement des nouvelles des enfants du roi auprès d’Imbert de Batarnay seigneur du Bouchage qui occupait sa charge de gouverneur des Enfants de France en son absence. Adressant à ce dernier les nouvelles du front, il le remerciait de chacune de ses lettres dans lesquelles il avait pu entendre combien « votre petite court se porte tres bien et est en bonne santé qui sont les meilleurs nouvelles que je puysse avoir de cest endroit la5 ». Dix ans plus tard, en 1531, le gouverneur du jeune prince de Talmond, fils aîné de François de La Trémoille, envoyé à l’âge de huit ans auprès du dauphin pour être élevé dans la proximité des enfants du roi, donnait des nouvelles de l’évolution de ce jeune courtisan déclarant à son père combien « le prince fait assez bien son devoir pour la court6 ». Enfin, s’agissant cette fois d’évoquer cette jeunesse évoluant autour des enfants d’Henri II dans le tournant des années 1550, le précepteur du jeune Philippe Strossi introduit dans l’entourage du dauphin François en 1551, décrivait cette petite société dans les termes suivants :

Une petite cour non ambulatoire comme la grande de Sa majesté, mais sédentaire et séparée, et le plus du temps resséante à Saint-Germain-en-Laye, qui estoit d’ailleurs une vraye escole de gentillesses et généreux exercices.

  • 7 « La vie, mort et tombeau de haut et puissant seigneur Philippe de Strozzi », p. 408.

5Il confirmait par ailleurs cette appellation courante de « petite cour » en précisant en aparté : « ainsy l’appeloit-on par différence de celle du roy7 ». Ériger la petite société évoluant autour des fils et filles de France en véritable cour avec tout ce que ce modèle social suggère de relations disciplinées et hiérarchiques entre les individus, n’est en rien un construit anachronique, mais une réalité voulue par le roi et perçue comme telle par les contemporains. L’analogie entre la cour du roi et la société des Enfants de France soulignée par le précepteur de Philippe Strossi affirme donc qu’il existe dans le royaume de France deux cours évoluant en parallèle, celle du roi et celle de ses enfants : « la petite cour » qui, à en croire le choix du vocable employé par les contemporains, est une reproduction à plus petite échelle de la cour du roi de France. Reste à savoir si la teneur du qualificatif minorant cette cour renvoie à son faible poids numérique et structurel ou à la jeunesse de ses princes et courtisans. Ce serait probablement vers la seconde hypothèse que l’analyse de cette « petite cour » nous ferait pencher car, pour ajouter un argument à l’organisation de plus en plus structurée au cours du xvie siècle d’une communauté organisée autour des Enfants de France, l’évaluation de la taille de cette cour corrobore cette dynamique. En effet, les maisons des fils et filles de France triplent au cours du xvie siècle. En 1495, la cour du roi représente 366 personnes, celle du dauphin 96. En 1535, si on ajoute la maison des filles du roi à celle de ses fils, ce sont 510 personnes qui gravitent autour des enfants quand la maison de François Ier représente 622 individus. En 1559, les maisons des fils d’Henri II et celles de Marguerite et d’Elisabeth ne comptent pas moins de 673 officiers et domestiques attachés au service des Enfants de France quand la maison du roi en compte 1049 en 1560.

6Cette petite cour dont le prince est un enfant est une société fermée dont l’accès est strictement contrôlé par le couple royal et son entourage proche. Sans que celle-ci ait fait l’objet d’un règlement précis définissant l’ordre et la discipline qui devait s’y tenir, de fait, la petite cour des fils et filles du roi offre par l’examen de la correspondance entre les royaux parents et le gouverneur des enfants des contours beaucoup plus précis que la propre cour du roi qui, à cette époque, n’en est qu’aux balbutiements de la mise en place de l’étiquette. Tout au contraire, parce qu’elle était placée sous le contrôle et l’autorité d’une seule personne, le gouverneur, et parce que ce dernier était en relation directe avec le roi, cette petite cour des Enfants de France prit au fil du xvie siècle une forme de plus en plus codifiée. Dans l’élaboration de cet ordre curial appliqué aux Enfants de France, le binôme très étroit formé du roi et du gouverneur de la petite cour jouait un rôle majeur ; le roi imposait au gouverneur dans chacune de ses missives de l’avertir régulièrement de la vie de cette petite société tout en s’en remettant directement à lui pour appliquer la discipline qu’il souhaitait autour de ses enfants. Aussi partielle que puisse être parfois la correspondance entre les deux hommes, le contenu des lettres et le rappel récurrent du roi à maintenir la fréquence des échanges témoignent de la dépendance directe et sans intermédiaire du gouverneur à l’autorité du roi pour toutes les affaires concernant l’ordonnancement qui devait être établi autour de la progéniture royale.

7L’ordre que le roi eut soin de faire appliquer à la petite cour des Enfants de France relevait tout d’abord d’un impératif de protection de la descendance royale. Si le nomadisme de la cour paternelle se prêtait difficilement à la formation pédagogique que devaient recevoir les jeunes princes, le premier motif justifiant l’éloignement des enfants de la cour de leurs parents était de les soustraire aux périls des miasmes et épidémies qui menaçaient régulièrement une cour entassée dans des châteaux peu adaptés à recevoir des courtisans de plus en plus nombreux. C’est donc pour sauvegarder la santé de l’héritier et de ses frères et sœurs cadets que le couple royal exerçait un contrôle étroit sur l’accès à leurs enfants. Ainsi, dès le mois de mars 1518, alors que le jeune dauphin de France n’a qu’un mois, François Ier laisse éclater sa colère sur le gouverneur de son fils après avoir appris que l’on déambule à Amboise comme dans un moulin pour aller découvrir le visage du nouveau dauphin. Il lui stipule alors que, désormais, il

  • 8 BNF, ms. fr. 3051, fo 1, lettre de François Ier à son chambellan, le seigneur du Bouchage, datée de (...)

deffends qu’on n’y laisse personne entrer sinon ceulx qui vienne de deça, prochains de ma personne ou portans lectres de moy ou de la royne ou Madame ma mère à ceste fin8.

8Ce premier incident fait prendre conscience au couple royal de l’enjeu vital pour leurs enfants que revêt le contrôle de l’accès à la petite cour des enfants. Ainsi, seuls les détenteurs d’un sauf-conduit du roi, de la reine — ou de la reine mère dans le cadre des enfants de François Ier — pourront accéder à la petite cour. Il en va ainsi pour chaque officier que le roi nomme au service de ses enfants, comme des familiers du couple royal qui sont contraints d’être introduits pour pénétrer l’enceinte des demeures où séjournent les jeunes princes. En 1548, même la cousine de la reine, Laudamina de Médicis, épouse du maréchal Strossi et mère du jeune Philippe, qui sera élevé à la cour des Enfants de France dès 1551, ne peut rendre visite aux jeunes princes sans en avoir obtenu l’autorisation de Catherine de Médicis. Celle-ci adressa alors au gouverneur de ses enfants un pli stipulant combien sa

  • 9 Lettre de Catherine de Médicis à Jean d’Humières, datée de Doulevant-le-Château le 23 mai 1548 (H. (...)

cousine la serenissime Strosse m’a faict entendre le désir et affection qu’elle a de veoir mes enffans, qui est occasion que je vous prye bien fort de les luy voulloir monstrer, mais qu’elle vueille aller à Saint Germain9.

9La petite cour des Enfants de France apparaît donc au fil du xvie siècle comme un espace protégé, volontairement retranché des tribulations de la cour du roi et entièrement suspendu au contrôle du couple royal relayé sur place par le rôle du gouverneur.

10C’est ainsi, sur la base de la relation épistolaire régulière entre le roi et le gouverneur de la petite cour que se fixent les règles auxquelles cette sociabilité va devoir progressivement obéir. C’est le roi qui nomme les officiers de la maison de ses enfants. C’est lui également qui précise et progressivement impose une étiquette à la petite cour. Déjà François Ier s’attachait à la justesse des titres employés dans l’entourage de ses enfants. En 1537, au lendemain du départ de sa troisième fille, Madeleine qui venait d’épouser le roi d’Écosse, François Ier en profite pour préciser certains usages à la petite cour. Il prescrit alors à Madame de Brissac, gouvernante de sa dernière fille Marguerite, qu’il entend désormais que

les damoiselles et filles qui estoient a la royne d’Escosse et a madame Marguerite, ses filles ne se nomment plus les filles de mesdames, mais que l’on les appelle d’icy en avant les filles de madame la daulphine,

  • 10 BNF, ms. fr. 3052, fo 1, lettre de François Ier à son valet de chambre le seigneur d’Izernay, datée (...)

11la maison de Marguerite étant réunie à celle de la dauphine Catherine de Médicis10. Cette précision des titres des dames et demoiselles d’honneur servant Marguerite de Valois et Catherine de Médicis rendait plus lisible la hiérarchie des rangs des princesses et tendait à imiter la maison de la reine quand celle du dauphin imitait celle du roi. Dix années plus tard, Henri II tient également à voir respecter les règles de préséances à la cour de ses enfants, quand, depuis Turin en août 1548, il adresse une lettre à Jean d’Humières, gouverneur de ses enfants, dans laquelle il précise les rangs des princes et la place qui doit être réservée à la jeune reine d’Écosse, Marie Stuart, arrivée en France pour être élevée avec les enfants du roi et pour laquelle il entend

  • 11 BNF, ms. fr. 3134, fo 12, lettre d’Henri II à Jean d’Humières, datée de Turin le 24 août 1548.

qu’elle marche devant mes filles, car le mariage de mon filz et d’elle est arresté et conclud. Et sans cella elle est royne couronnee, et comme telle je veulx qu’elle soit honnoree et servye11.

12Il faut s’imaginer ici qu’on éduque des enfants entre deux et six ans à paraître selon l’ordre de préséance qui incombe à leur rang dans la hiérarchie des dignités. Ainsi revient-il au gouverneur de la petite cour de veiller à faire respecter les rangs des princes présents à la cour ; de ce fait, le dauphin âgé de quatre ans marchera accompagné de la jeune reine d’Écosse de deux ans son aînée, quand Élisabeth et Claude respectivement âgées de vingt-sept et huit mois suivront le jeune ménage. À la petite cour des Enfants, les princes et princesses de France, tout comme les rejetons de haut rang, font ainsi les premières expériences du protocole et des règles de préséances que le gouverneur se doit de faire respecter à cette petite société. Par cette éducation aux conventions du monde curial, ils prennent conscience de leur identité et de leur dignité, ils se situent socialement sur l’échelle de l’élite nobiliaire. Dès lors, la petite cour devient également le lieu de formation aux lois de la faveur et de la courtisanerie.

LA FAVEUR ROYALE, SEUL SÉSAME DE L’INTÉGRATION DANS LA PETITE COUR

13Parce que la mise en place de la petite cour des Enfants de France répond à une exigence de protection des héritiers de sang royal, parce qu’elle est par conséquent concrètement fermée au monde extérieur et parce que l’accès aux enfants est directement soumis à l’autorisation du couple souverain, l’intégration dans cette société juvénile relève de la seule faveur royale. Sans développer ici les mécanismes de nomination des officiers de la maison du dauphin et de ses frères et sœurs cadets — qui tous intervenaient après que le roi ou la reine se soient assurés des loyaux et bons services déjà rendus dans leurs propres maisons par ces serviteurs ou quelques-uns de leurs parents — il est intéressant ici de présenter les logiques qui présidaient au choix des jeunes nobles élevés aux côtés des enfants du roi. En effet, si la petite cour des enfants différait de celle du roi, c’était certes par son plus faible poids numérique mais surtout par l’étrange ballet qui s’y jouait et dans lequel évoluait autour de la figure du jeune dauphin toute une camaraderie princière et nobiliaire sur une partition protocolaire qu’orchestrait le gouverneur. On observe deux modalités d’intégration dans l’entourage des Enfants de France, deux origines d’introduction dans ce vivier élevé avec la progéniture royale qui renvoyait à la dignité de chacun. En effet, la première forme d’incorporation des rejetons des plus grands lignages à l’entourage du dauphin et de ses frères et sœurs relevait de la distribution de la faveur royale dont le roi usait à la petite cour de ses enfants de la même manière qu’il en usait dans la sienne.

  • 12 BNF, ms. Clairambault 835, fos 2369-2395 et ibid., ms. Clairambault 836, fos 2631-2661.

14C’est à la charge d’enfant d’honneur du dauphin que se jouait l’entrée dans la petite cour des enfants du roi, et ils étaient nombreux ces enfants à être couchés en l’état d’officiers de la maison des fils et filles du roi ; pas moins de trente-six enfants d’honneurs furent attachés aux enfants de François Ier entre 1526 et 1539 et trente-cinq occupèrent cette charge auprès des fils et filles d’Henri II entre 1547 et 155912. Si cette charge put être, pour quelques-uns des titulaires seulement, associée au versement de 240 à 300 livres tournois de gages annuels, elle devint essentiellement honorifique à la petite cour des enfants d’Henri II. Cette fonction dans la maison des enfants du roi permettait ainsi d’intégrer dans l’entourage des princes de France, les rejetons des grands officiers de la couronne et ceux de la plus haute noblesse. Elle pouvait par la suite être un tremplin pour exercer, en grandissant, un office gagé dans la maison des enfants ou dans celle du roi. Ainsi se retrouvaient, auprès des enfants de François Ier, les fils de l’amiral de Bonnivet, ceux du maréchal de Coligny, le fils du grand écuyer Galiot de Genouillac, ou encore les enfants des gouverneurs Jean d’Humières et René de Cossé Brissac. De même, à la cour des enfants d’Henri II, le roi utilisait la distribution de cette charge en gage d’honneur et de faveur à l’égard de ses plus fidèles officiers. Si, à cette époque, la charge d’enfant d’honneur ne donnait lieu à aucun versement de gages, elle avait valeur, pour le roi qui la distribuait comme pour les parents qui la recevaient, de porte d’entrée dans le monde de la cour. Parmi toutes les missives conservées par lesquelles Henri II introduisait les jeunes nobles à la cour de ses fils, celle du 27 mars 1548 invitant Jean d’Humières à accueillir un des fils du seigneur de Sénarpont est éloquente sur l’enjeu de cette admission au rang d’enfant d’honneur du dauphin. Le roi écrivait ainsi :

  • 13 BNF, ms. fr. 3120, fo 15 ; voir aussi, fo 52, lettre d’Henri II à Jean d’Humières de 2 avril 1548 p (...)

Mon cousin, j’ay des longtemps accordé au seigneur de Sénarpont de faire nourrir l’un de ses enffans au service de mon filz le daulphin pour l’esperance que j’ay que venant de si bon lieu que celluy dont il est yssu, il ne scauroit jamais que bien faire. Et pour ceste cause, je vous prie mon cousin, que quant ledit seigneur de Sénarpont le vous envoyera, vous le recevez et faictes nourrir et instruire avec les autredist jeunes gentilzhommes paiges que a mondit filz avec luy et faictes faire le mesme traictement que ceulx13.

15Le privilège d’être introduit dans la petite cour de France apparaît ainsi être à la fois une gratification pour les loyaux services rendus par les parents au service du roi tout en offrant au rejeton le bénéfice de l’éducation réservée aux jeunes princes, une éducation surtout pragmatique aux usages et mœurs de la cour.

  • 14 BNF, ms. fr. 2933, fo 172, lettre d’Imbert de Batarnay au trésorier du roi, datée du 26 juin 1521 ; (...)
  • 15 J. de S. Tavannes, Mémoires de très noble et très illustre Gaspard de Saulx, p. 62.

16La seconde jeunesse entourant les enfants du roi concerne la descendance des princes du sang et princes étrangers. Ces enfants, que l’on sait présents à la petite cour, n’apparaissent pas dans les états des officiers domestiques et n’ont aucune charge dans la maison des enfants, comme leurs parents ne pouvaient en tenir dans celle du roi, eu égard à leur rang et dignité. Ainsi, faut-il ajouter à cette société juvénile précédemment définie par les Enfants de France et ceux des grands officiers de la couronne ou de la maison du roi, les jeunes princes élevés aux côtés des Enfants de France parfois contre les desseins de leurs parents. En effet, c’est toujours au roi que revient de choisir ce que doit être la jeune compagnie accompagnant ses enfants et donc de convoquer ni plus ni moins ceux des princes qu’il veut voir former la cour de ses enfants. En 1521, le jeune dauphin François n’a que trois ans et demi, son cadet Henri guère plus de deux ans, et Charlotte et Madeleine respectivement quatre ans et demi et onze mois, quand François Ier décide de faire venir à la petite cour le fils du duc de Guise, le jeune François alors âgé de deux ans. Cette décision royale occupa longuement le gouverneur, Imbert de Batarnay, qui mit près de quinze jours à réussir à trouver le duc de Guise pour lui transmettre les lettres du roi selon lesquelles il « escripvoit a monsieur de Guyse pour faire admener son filz pour estre icy avecques mon seigneur le daulphin14 ». Concours de circonstances de cette absence du duc de Guise et de son fils ou volonté de se soustraire à cette injonction royale ? Il semble que cette obligation imposée par le roi de voir les jeunes princes rejoindre la petite cour de France n’ait pas été perçue par les princes du sang comme les privilèges qu’y voyaient au contraire les grands officiers de la couronne pour leurs propres rejetons. En effet, cet incident fait délicatement écho avec le jugement que le seigneur de Tavannes distillait dans ses mémoires où il condamnait « la honte qu’il faille que les pauvres gentils-hommes donnent leurs enfans pour pages à ceux qui les font servir de valets et macquereaux15 ».

  • 16 La plupart du temps, les enfants des princes du sang ou des princes étrangers, étaient présents à l (...)
  • 17 E. Charavay, « Les Enfants de François Ier », p. 41 : lettre de Jean de Ravenel, précepteur de Loui (...)
  • 18 M. le R. de Gomberville, Mémoires de M. le duc de Nevers, t. II, p. 576.

17Mais quelles qu’aient pu être les réticences réelles des princes du sang à voir échapper leur progéniture à l’éducation qu’ils souhaitaient leur offrir16, il semble bien que l’enjeu pédagogique de cette petite cour disciplinant la jeunesse princière et nobiliaire aux usages politiques de la société curiale ait suffit à voir paraître en 1531, aux côtés des enfants de François Ier, les trois fils de Charles de Bourbon, mais aussi l’héritier du duché de Lorraine, les trois fils du duc de Guise, le jeune François duc de Nevers, ou encore les héritiers du duc de Rohan17. Mais, là encore, est-ce que cette situation relève seulement le fruit du hasard d’une telle génération homogène d’enfants du même âge issus aussi bien de la famille royale que des princes du sang et princes étrangers ? Toujours est-il que cette configuration ne put se renouveler pour la petite cour organisée autour du dauphin, fils aîné d’Henri II, et ce fut cette fois au collège de Navarre que le duc d’Anjou se retrouvera en 1563 pour mener ses études en compagnie d’Henri de Béarn et d’Henri de Lorraine18.

18La constitution de la sociabilité de jeunesse des Enfants de France est donc le fait d’une volonté royale de voir rassembler sous l’autorité du gouverneur de ses enfants toute la noblesse héritière de sang princier ou des plus importants offices du royaume. Dès lors, la conjonction entre l’âge précoce et la dignité de ses membres fait de la cour des Enfants de France un véritable laboratoire de l’organisation curiale où toute la jeunesse princière et nobiliaire du royaume s’initie aux règles de préséances, aux codes du discours courtisan, aux rites du monde de la cour.

LA PETITE COUR OU LE LIEU DE L’APPRENTISSAGE DE LA VIE CURIALE

  • 19 Lettre de Catherine de Médicis à Madame d’Humières le 1er juillet 1552, dans H. de la Ferrière, Let (...)
  • 20 S. Édouard, Le corps d’une reine, p. 24.

19La petite cour devient alors le lieu des premiers apprentissages de l’ordre et de la bienséance attendue dans une cour. Les enfants du couple royal font ainsi l’expérience de leur rang, et avec, du respect et de la déférence qui leur sont dus. En témoigne l’incident de la dispute qui eut lieu en 1552 entre un valet de chambre du duc d’Angoulême et un clerc du contrôleur de la maison des enfants. Ayant eu vent de la querelle, Catherine de Médicis adressa une lettre à Madame d’Humières pour lui ordonner de mettre un terme à l’affaire mais surtout de veiller à ce que le valet de chambre, auteur du soufflet à l’origine de la dispute, présentât ses excuses à ses enfants, puis, se ravisant, l’enjoint de recevoir elle-même les excuses en qualité de représentante de ses enfants. Cette anecdote témoigne de l’attention que le couple royal porte à ce que la petite cour soit le lieu de l’apprentissage des mœurs de la vie de cour, les gens des princes se doivent d’être policés et les jeunes princes doivent eux-mêmes apprendre à imposer leur autorité à la tête de leur maison19. Chacun des enfants présents à la petite cour se doit de participer au maintien et respect de l’étiquette. Ainsi, en 1549, le jeune Louis de Gonzague et futur duc de Nevers faisait son entrée à l’âge de neuf ans dans cette petite cour en qualité de page d’honneur ; il lui revenait alors de veiller au bon ordre des convives à la table du dauphin François et d’en contrôler l’accès aux seuls bénéficiaires de l’honneur de dîner avec le prince de ces lieux20. Mais cet apprentissage du respect dû au rang et à la dignité de chacun des jeunes gens présents à la petite cour des Enfants de France s’applique également aux fils et filles du roi. Les fils de François Ier l’apprirent à leurs dépens en 1531, quand les princes de sang décidèrent de retirer leur progéniture de la petite cour suite au comportement violent et humiliant que le dauphin François adoptait avec la plupart d’entre eux, tel que le rapporte en ces termes le précepteur du prince de Talmond au vicomte de Thouars :

  • 21 E. Charavay, « Les Enfants de François Ier », p. 41 : lettre de Jean de Ravenel, précepteur de Loui (...)

Monseigneur, je vous ay aussi escript que monseigneur de Humyères présenta mesdits seigneurs à Messeigneurs, qui leur feyrent assez bon reçue, et deppuis se sont jouez avecques eulx, mayz ils sont fort ruddes, et par espécial monseigneur le Dauphin s’adresse tousjours à monseigneur le prince, parce qu’il est petit et feble, de sorte que mondict seigneur le prince le craint, dont je ne m’esbays pas ung brin, car par troys ou quatre fois il a fait pleurer, et pour ceste raison les seigneurs qui avoyent amené leurs enfans les ont tous remenez, et n’y a plus que monseigneur de Nevers, qui est yci avecques sa mère, qu’on dict qui s’en va bien tost, et mes dits seigneurs de Rohan ne bougent point d’yci21.

  • 22 Ibid., lettre de Jean de Ravenel au vicomte de Thouars le 20 avril 1531 : « Monseigneur le dauphin (...)

20Ainsi la petite cour devait-elle former les héritiers du trône de France à tenir leur rang, tant et si bien que l’on s’indigne à la cour de la manière dont le dauphin est élevé. Beaucoup, à commencer par le gouverneur lui-même, trouvent en effet très préjudiciable de laisser le dauphin François n’en faire qu’à sa tête sous prétexte d’un interdit de François Ier de lui opposer toute forme de subjection pouvant lui rappeler ses années dans les geôles madrilènes22. On observe à la petite cour l’héritier du trône dans tous ses comportements ; le précepteur du prince de Talmond est attentif à la manière dont ce dernier reçoit son jeune élève et le consigne dans le rapport qu’il adresse au vicomte de Thouars. Catherine de Médicis n’en attend pas moins de son fils lorsque celui-ci fut repris sur l’accueil qu’il réserva au jeune Louis de Gonzague à son arrivée à la petite cour en 1549. Le précepteur de Philippe Strossi notait alors que

  • 23 « La vie, mort et tombeau de haut et puissant seigneur Philippe de Strozzi », p. 408.

quand le seigneur Ludovic de Gonzague, prince de Mantoue, depuis duc de Nevers, vint à son service ; car M. d’Humières, son gouverneur luy mandoit que mondit seigneur le dauphin eust à rappeler ledit seigneur Ludovic son cousin, il se mit à pleurer, disant que c’estoit Strozze, qui estoit son cousin, s’y opiniatrant long-temps, quoyque M. d’Humières luy seut dire23.

  • 24 Lettre de Catherine de Médicis à Louis de Gonzague, datée de Compiègne, le 31 août 1549, dans H. de (...)

21Le dauphin de France aurait ici voulu contourner les usages préconisés par les règles de préséance et préféré conserver l’appellation de « cousin » à l’élu de son amitié de jeu, le jeune Philippe Strozzi, plutôt que de la rétablir à celui auquel elle revenait de droit, le prince de Mantoue, cousin par sa grand-mère Anne d’Alençon. Mais le jeune prince fut rappelé au respect des codes de la société curiale et ainsi Catherine de Médicis dans une lettre qu’elle adressait au jeune Louis de Gonzague pouvait en ces termes se féliciter de ce que son « filz vous [Louis de Gonzague] a faict tres bonne chère et bon recueil, de quoy je suis bien ayse, et n’eusse pas esté contente de luy s’il eut faict aultrement24 ». La petite cour des Enfants de France est ainsi ce lieu où la jeunesse princière s’initie aux honnêtetés de la rhétorique de cour et à l’art du compliment. Un domaine d’éducation qui revient directement au gouverneur que Diane de Poitiers félicite vivement en 1548 pour être à l’origine de l’accueil que le dauphin réserva à la jeune reine d’Écosse qui lui était promise en mariage, lui déclarant alors

  • 25 BNF, ms. fr. 3128, fos 1-20.

Je scay bien que est de votre leçon. Si vous voullez fere plaisir au roy, c’est de continuer a luy ferre apprendre des petites honnestettes car cela le contentera beaucoup25.

  • 26 BNF, ms. fr. 11207, fos 153-157 et 176-185.
  • 27 Ibid., fos 189-199.

22Outre d’être le lieu de l’acquisition des valeurs et vertus attendues des princes, la petite cour est l’espace de socialisation de cette jeunesse, enfants princiers et rejetons de nobles familles, à la civilité curiale. Une attention particulière est ainsi portée à l’art de recevoir dans lequel doit se distinguer le futur héritier. Le compte des dépenses de 1551 note en effet l’achat de 192 toises de lierres pour décorer les écussons qui garnissaient la salle de bal où le dauphin offrit un festin au roi. Le petit François n’avait alors que huit ans qu’il était déjà évalué dans sa capacité à paraître en cérémonie et à se distinguer en hôte et ordonnateur de festivités dignes d’un prince. Les jeunes gens découvrent tous les ressorts de la sociabilité de cour. On organise des tournois où s’affrontent sous les yeux des jeunes princesses les bandes du dauphin et celles des enfants des princes du sang ; on met en scène des spectacles auxquels participent les jeunes princes, on s’initie à l’art de la chasse et de la fauconnerie. Amusements enfantins côtoient donc les divertissements curiaux pour éduquer ces enfants aux passe-temps de la cour royale. Le dauphin s’amuse aux billes dans la salle de bal du château de Blois et les jeunes princesses se divertissent avec des poupées qu’on fait venir de Paris et pour lesquelles on fait fabriquer des robes26. Mais la petite Marie Stuart apprend également à plusieurs reprises avec le dauphin les règles des jeux de tables pour lesquels on leur donne de l’argent à miser27.

  • 28 Ibid., fos 40-342.

23L’art de courtiser et d’être courtisé s’apprend à la petite cour. L’héritier doit lui-même se former à la libéralité et dispensation de grâces. À cet égard, c’est une fois encore les comptes des dépenses des maisons qui offrent les renseignements les plus pertinents. Il y apparaît en effet que le dauphin François en 1551, et lui seul, se distingue par les nombreux dons et largesses qu’il accorde à ses officiers. Ces largesses vont de quelques livres données à des palefreniers, des musiciens, des baladins ou à divers serviteurs qui ont diverti ou servi le dauphin, à des dons de vêtements, chausses, manteaux à ses enfants d’honneurs. Mais elles peuvent atteindre des dons plus considérables comme le courtault que le dauphin donne le 26 octobre 1551 à Jacques d’Humières, seigneur de Ronquerolle et chambellan de sa maison. Il fait de même avec René de Préaulx, échanson, auquel il offre une haquenée, ou encore avec son peintre Germain Le Mannier qui se voit remettre un courtault28. Les jeunes princes étrangers et enfants des grands officiers de la couronne découvrent le coût de la vie de cour et l’importance du paraître. Ainsi, en 1531, Jean de Ravenel justifie les dépenses coûteuses qu’il est contraint de faire pour le prince de Talmond, expliquant alors que

  • 29 E. Charavay, « Les Enfants de François Ier », p. 41.

les parties de Robert Ficheppain des abillemens qui ont esté levez pour mes dits seigneurs, lesquelles ce monteront beaucopt ; mays aux triomphes qui ont esté, il failloit estre empoint, ou il y eust eu de la moquerye29.

  • 30 S. Édouard, Le corps d’une reine, p. 24.

24Aussi, comme à la cour du roi, les règles du monde courtisan, du paraître aux yeux du prince de la cour, imposent un train de vie coûteux à ce vivier de jeunes enfants ; et le précepteur du prince de Talmond n’eut de cesse pendant la période où son jeune élève séjournera à la petite cour de solliciter des suppléments aux recettes allouées au train de vie du jeune prince. Les yeux comme l’oreille du jeune prince de cette petite cour sont donc aussi convoités que ceux du roi de France lui-même ; ils revêtent de surcroît probablement un double enjeu, celui de plaire et gagner la protection de l’héritier du trône ou de ses frères cadets, mais également de mettre en scène la faveur royale offerte par l’introduction d’un jeune héritier à la petite cour de France. Cette petite cour étant par le jeune âge de ses membres un lieu d’éducation et de formation aux usages du monde courtisan et aux rouages du pouvoir, elle s’avère être finalement un concentré des pratiques concrètes et symboliques d’incorporation et d’évolution dans l’univers curial. L’angoisse de la « moquerie » visible dans les préoccupations du précepteur du prince de Talmond démontre à quel point la communauté que constitue la petite cour des Enfants de France est guidée par les mêmes règles du paraître et de l’étiquette dans lesquelles se joue à la cour du monarque l’affirmation de son rang et de sa dignité dans la hiérarchie sociale des sujets du roi de France. Ce même souci se retrouvait d’ailleurs en des termes similaires dans les instructions que la mère de Louis de Gonzague distilla à son fils de 1549 à 1559, lui enjoignant de « tenir son propre rang en veillant toujours à être élégant, portant des souliers et hauts de chausse, pourpoint et casaque à larges manches pendant son service30 ».

25La petite cour des enfants s’avère donc être une excellente école du pouvoir quand l’incorporation à cette communauté et son contrôle deviennent un formidable enjeu politique. La petite cour des Enfants de France suscite trois types de tensions, celle pour la voir, celle pour l’intégrer et celle pour la contrôler, trois domaines réservés au roi de France lui-même et par lesquels se révèlent et se distribuent les bénéfices de la faveur royale. La petite cour des Enfants de France fonctionne en véritable communauté curiale dans laquelle évolue la jeunesse nobiliaire du royaume qui y fait alors l’apprentissage des codes et règles qui régissent la cour du roi et l’univers du courtisan. Par la haute autorité du roi sur cette société, relayée par le gouverneur qui en a la charge, elle se révèle être un microcosme hermétique et contrôlé pour en garantir à la fois sa vocation de protection de la progéniture royale et sa fonction d’école des hiérarchies, tensions et équilibres qui régissent les rapports entre les membres d’une cour princière. En ce sens, elle est déjà par ses mécanismes d’incorporation et de mobilité, l’expression, à l’échelle de la jeunesse du royaume, du rang de chacun des plus hauts lignages du sang et des grandes dynasties d’officiers royaux. À la petite cour de France, les enfants des plus dignes lignées recevaient une éducation humaniste et passaient le temps en bals, tournois et compliments, tendres manifestations puériles mais ô combien politiques.

Notes

1 N. Elias, La société de cour ; Y. Deloye et alii (éd.), Le protocole ou la mise en forme ; F. Cosandey, « L’insoutenable légèreté du rang ».

2 Préface de Roger Chartier à N. Elias, La société de cour, p. x.

3 N. Leroux, La faveur du roi.

4 M.-A. Boitel-Souriac, « Quand vertu vient de l’étude des bonnes lettres ».

5 BNF, ms. fr. 2990, fo 9, lettre de Bonnivet à René de Batarnay, depuis Fontarabie le 7 octobre 1521 ; contenu similaire fo 8, lettre de Bonnivet à René de Batarnay depuis Saint-Jean-Pied-de-Port le 26 septembre 1521.

6 Louis III de La Trémoille, fils aîné de François de La Trémoille, né à la fin de l’année 1522, fut premier duc de Thouars, prince de Talmont, comte de Taillebourg et de Benon, baron de Sully, de Craon, Mauléon, l’Île-Bouchard, Berrie, La Chaize-le-Vicomte, Sainte-Hermine, Neufvy, Bommiers, etc. ; L. de La Trémoille, Inventaire de François de La Trémoille, p. 165 ; E. Charavay, « Les Enfants de François Ier », p. 41.

7 « La vie, mort et tombeau de haut et puissant seigneur Philippe de Strozzi », p. 408.

8 BNF, ms. fr. 3051, fo 1, lettre de François Ier à son chambellan, le seigneur du Bouchage, datée de Saint-Germain-en-Laye, le 24 mars 1518.

9 Lettre de Catherine de Médicis à Jean d’Humières, datée de Doulevant-le-Château le 23 mai 1548 (H. de la Ferrière, Lettres de Catherine de Médicis, p. 24).

10 BNF, ms. fr. 3052, fo 1, lettre de François Ier à son valet de chambre le seigneur d’Izernay, datée d’Amiens, le 16 mars 1537.

11 BNF, ms. fr. 3134, fo 12, lettre d’Henri II à Jean d’Humières, datée de Turin le 24 août 1548.

12 BNF, ms. Clairambault 835, fos 2369-2395 et ibid., ms. Clairambault 836, fos 2631-2661.

13 BNF, ms. fr. 3120, fo 15 ; voir aussi, fo 52, lettre d’Henri II à Jean d’Humières de 2 avril 1548 pour la nomination du neveu du maréchal de Saint-André à la charge d’enfant d’honneur ; BNF, ms. fr. 3116, fo 3, lettre d’Henri II à Jean d’Humières le 5 août 1549 pour accueillir Ludovic de Gonzague, fils du duc de Mantoue à la charge d’enfant d’honneur de son fils ; voir aussi la lettre de Catherine de Médicis à Jean d’Humières le 21 juillet 1548 pour accueillir à cette même charge le fils du comte de la Mirandole, dans H. de la Ferrière, Lettres de Catherine de Médicis, p. 25.

14 BNF, ms. fr. 2933, fo 172, lettre d’Imbert de Batarnay au trésorier du roi, datée du 26 juin 1521 ; ibid., ms. fr. 2963, fo 18, lettre d’Imbert de Batarnay au roi, datée du 6 juillet 1521.

15 J. de S. Tavannes, Mémoires de très noble et très illustre Gaspard de Saulx, p. 62.

16 La plupart du temps, les enfants des princes du sang ou des princes étrangers, étaient présents à la petite cour accompagnés d’un gouverneur-précepteur particulier qui rendait tout à la fois des comptes aux parents des progrès de leurs rejetons dans le paraître en cour et l’enseignement pédagogique.

17 E. Charavay, « Les Enfants de François Ier », p. 41 : lettre de Jean de Ravenel, précepteur de Louis de La Trémoille, au vicomte de Thouars, de Paris le 20 avril 1531. Les trois fils de Charles de Bourbon sont Antoine (22 avril 1518), François (23 septembre 1519) et Charles 22 décembre 1523) ; le fils d’Antoine duc de Lorraine est François de Lorraine (15 février 1517) ; les fils de Guise sont François (17 février 1519), Charles (17 février 1524) et Claude (1er août 1526).

18 M. le R. de Gomberville, Mémoires de M. le duc de Nevers, t. II, p. 576.

19 Lettre de Catherine de Médicis à Madame d’Humières le 1er juillet 1552, dans H. de la Ferrière, Lettres de Catherine de Médicis, p. 68.

20 S. Édouard, Le corps d’une reine, p. 24.

21 E. Charavay, « Les Enfants de François Ier », p. 41 : lettre de Jean de Ravenel, précepteur de Louis de La Trémoille, au vicomte de Thouars, de Paris le 20 avril 1531.

22 Ibid., lettre de Jean de Ravenel au vicomte de Thouars le 20 avril 1531 : « Monseigneur le dauphin prend ses passetemps solitayres, et ne veulx qu’il y ait avecques luy que ceulx qu’il entend, et la plus part du temps, il ne veulst que piocher en terre, et de quelque chose qu’il veuille faire bien ou mal, on luy contredict peu. Monseigneur de Humyères luy en dit son advys, mays il n’en faict rien si ne luy plaist, et dict l’on que le roy veult qu’ilz soyent nourryz en celle liberté pour leur houster la craincte de la subjection qu’ilz ont heue en Espaigne. »

23 « La vie, mort et tombeau de haut et puissant seigneur Philippe de Strozzi », p. 408.

24 Lettre de Catherine de Médicis à Louis de Gonzague, datée de Compiègne, le 31 août 1549, dans H. de la Ferrière, Lettres de Catherine de Médicis, p. 32.

25 BNF, ms. fr. 3128, fos 1-20.

26 BNF, ms. fr. 11207, fos 153-157 et 176-185.

27 Ibid., fos 189-199.

28 Ibid., fos 40-342.

29 E. Charavay, « Les Enfants de François Ier », p. 41.

30 S. Édouard, Le corps d’une reine, p. 24.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search