Version classiqueVersion mobile

Quevedo et la poétique du burlesque au xviie siècle

 | 
Samuel Fasquel

Glossaire

Texte intégral

Afin de clarifier certaines notions, il a paru opportun de joindre à cette étude un glossaire. Il s’agit, avant tout, d’offrir au lecteur des définitions relativement synthétiques qui doivent éclairer immédiatement le sens des termes retenus. Nous avons donc volontairement écarté les définitions qui semblaient au contraire l’obscurcir. Ce souci de synthèse et de clarté a pour corollaire que les définitions proposées paraîtront parfois réductrices, notamment lorsque divers ouvrages ont été consacrés à cerner tel ou tel terme. Nous avons, pour l’essentiel, utilisé le Dictionnaire de la Langue française de Littré, le Dictionnaire des genres et notions littéraires et le Dictionnaire des termes littéraires, sans nous priver, parfois, d’ajouter une citation offrant quelque approfondissement.

Badin, ine : « 1. Qui se plaît aux choses légères. Un homme badin […] 2. En parlant des choses. Un air badin. Esprit badin. Lettre badine… ».
    Badiner : « Faire le badin. Plaisanter… »
Dictionnaire de la Langue française

Brocard : « … Paroles mordantes, trait piquant […] La raillerie peut être méchante ; mais elle peut aussi être légère, innocente, inspirée par une simple gaieté d’esprit. Le brocard a toujours quelque chose de blessant… ».
Dictionnaire de la Langue française

Caricature : « … Portrait intentionnellement chargé, voire contrefait d’une personne, qui s’attache aux travers et aux vices de celle-ci… ».
Dictionnaire des termes littéraires

Comique : « 1. Qui appartient à la comédie […] 2. Par extension, plaisant, qui fait rire. Propos, aventure comique. »
Dictionnaire de la Langue française

  • 1 H. Bergson, Le rire, pp. 24-25.

« Voici par exemple, chez un orateur, le geste, qui rivalise avec la parole […] Mais voici qu’un certain mouvement du bras ou de la tête, toujours le même, me paraît revenir périodiquement. Si je le remarque, s’il suffit à me distraire, si je l’attends au passage et s’il arrive quand je l’attends, involontairement je rirai. Pourquoi ? Parce que j’ai maintenant devant moi une mécanique qui fonctionne automatiquement. Ce n’est plus de la vie, c’est de l’automatisme installé dans la vie et imitant la vie. C’est du comique1. »

Donaire : « Facétie, plaisanterie, gracieuseté, joyeuseté de paroles, raillerie… »
    Decir donaires ou decir gracias : « Dire des plaisanteries ou bouffonneries plaisantes. »
    Donoso : « Facétieux, plaisant, joyeux, gracieux et paillard, gausseur. »
Tesoro de las dos lenguas española y francesa

Esprit : « Repartie piquante ou idée ingénieuse. Le mot d’esprit se caractérise par la saillie, l’humour, la virtuosité verbale. Depuis le xviie s., l’expression “bel esprit” désigne une personne qui cherche à se faire valoir par son goût (J. Chapelain fut considéré comme tel), par sa pensée (les adversaires de Pascal comme lui-même) et par la qualité littéraire de ses écrits… ».
Dictionnaire des termes littéraires

  • 2 M. Blanco, Les Rhétoriques de la pointe, p. 98.

« … il apparaît au xviie siècle dans la langue française une hiérarchie complexe, qui ne sera pas vraiment mise en cause par la suite, entre des mots et des notions qui font pourtant référence à des phénomènes indiscernables d’un point de vue formel. Le domaine qui correspond à celui du concepto en Espagne se charge d’une grande variété de couleurs sentimentales qui vont de l’estime à l’horreur chargée d’invective, en passant par toutes les nuances de la tolérance et du dédain. Au plus haut de cette échelle se trouve esprit, au plus bas pointe, équivoque, concetti. Entre eux trait d’esprit, saillie, bon mot, mot d’esprit2… »

Facétie : « Discours, acte qui tient le milieu entre la plaisanterie et la bouffonnerie. Débiter des facéties, faire des facéties… ».
Dictionnaire de la Langue française

Grotesque : « … En littérature, le terme a été utilisé pour la première fois au xvie s. en France, notamment par Rabelais. Il ne gagne cependant sa consécration qu’au xviiie s. En général, il renvoie à des œuvres littéraires qui comportent un caractère extravagant, caricatural et contre nature ; il suggère une aberration au regard des normes humaines de l’harmonie. Traits hideux ou diaboliques et abjection participent aux effets de grotesque […] Contrairement au modèle corporel classique, fermé, complet, et distinct, le corps grotesque se caractérise, selon le théoricien russe Mikhaïl Bakhtine, par un franchissement des frontières, par une démesure des parties saillantes du corps (nez, pénis, seins, postérieur), de l’ouverture (bouche, vagin), et par la désintégration. Selon Bakhtine, le grotesque est une donnée à la fois vitale et ambivalente : il participe autant d’une destruction que d’une regénération ; la vie et la mort y sont complémentaires (comme dans l’image de la vieille femme enceinte)… ».
Dictionnaire des termes littéraires.

Humour : « … Distinct de l’intention de la satire et de la technique du mot d’esprit, il toucherait au comique dans une acception plus large, en renfermant à la fois les sentiments du sublime et du ridicule que lui offre cette peinture réaliste et forcée de la nature humaine à laquelle il s’attache. Ce n’est pas un hasard, d’ailleurs, si des états d’âme tels que l’humour et le spleen, d’apparence étrangers l’un à l’autre, donnent tous deux matière à des styles littéraires fort peu différenciés ; l’humour comme remède à la mélancolie apparaît dès le xvie siècle et cherche non seulement à caricaturer tel trait distinctif d’un personnage ou d’une situation, mais à masquer un rapport qu’il laisse volontairement en filigrane : celui de l’impuissance humaine face à un univers sinon hostile, du moins incompréhensible (Falstaff, Don Quichotte) […] chez Kierkegaard ou chez les romantiques, l’humour répond toujours à l’absurde en permettant, grâce à une plaisanterie, de vaincre les émotions et de transformer ainsi la souffrance en un comportement distant et dominateur ».
Dictionnaire des genres et notions littéraires

Ingénieux : « Plein d’esprit, d’invention et d’adresse ».
Dictionnaire de la Langue française

Ironie : « Figure de rhétorique et forme de plaisanterie, l’ironie se situe d’emblée dans un champ intentionnel par l’implicite qu’elle renferme et qui détermine sa propre condition d’existence. Si elle consiste communément à faire entendre à l’interlocuteur le contraire de ce qu’énonce l’auteur, elle se démarque de l’humour par la visée qu’elle soutient vis-à-vis du monde extérieur et la notion de sérieux qui s’y rattache… ».
Dictionnaire des genres et notions littéraires

Marivauder : « … Le mot est attesté pour la première fois dans une lettre de Diderot à Sophie Volland le 26 octobre 1760 au sens de “s’exprimer à la manière de Marivaux”. Par extension, il s’est répandu au sens de “badiner avec esprit”, l’expression verbale le cédant au comportement galant (1838).
Une autre lettre de Diderot […] atteste le dérivé marivaudage au sens de “style raffinant le sentiment et son expression”. Le mot a glissé lui aussi vers la notation d’un “badinage spirituel” (1812, marivaudage sentimental) ».
Dictionnaire historique de la langue française

Parodie : « Dans un sens restreint, la parodie désigne une œuvre littéraire ou artistique qui transforme une œuvre préexistante de façon comique, ludique ou satirique […] c’est surtout avec le pastiche qu’elle est confondue, alors que celui-ci a pour objet l’imitation stylistique […] Margaret Rose […] la définit comme “le refonctionnement comique d’un matériau linguistique ou artistique”, ce comique reposant sur la discordance existant entre le matériau originel et sa reprise parodique. Mais le comique est pour elle moins déterminant que l’aspect “métafictionnel” de la parodie, c’est-à-dire sa capacité à tenir un discours réflexif sur son propre fonctionnement… ».
Dictionnaire des genres et notions littéraires

Plaisant : « 1. Qui plaît. 2. Qui divertit, qui fait rire »
    Plaisanterie : « Ce qui est dit ou fait pour amuser. »
Dictionnaire de la Langue française

Préciosité : « … Les sujets par excellence du mouvement précieux sont la femme, l’amour, la galanterie. L’influence du gongorisme et du marinisme se fait sentir dans un style volontiers spirituel, affecté et fortement empreint de rhétorique. Le vocabulaire est enrichi de “mots nobles” et purgé des “mots bas” de la vie courante, jugés indécents et remplacés par des hyperboles et des paraphrases métaphoriques… ».
Dictionnaire des termes littéraires

Railler : « Tourner en ridicule avec quelque acerbité… ».
Dictionnaire de la Langue française

  • 3 H. Lausberg, Manual de retórica literaria, p. 230. Ce terme, emprunté à la rhétorique, nous permet (...)

Ridicule : « … emprunté (v. 1500) au latin ridiculus, dérivé de ridere […] et signifiant en bonne part et activement (“qui cherche à provoquer le rire”) “drôle, plaisant” […], et en mauvaise part et passivement (“qui suscite involontairement le rire”) “absurde, extravagant”… ».
Dictionnaire historique de la langue française
    Ridiculum : « Le ridiculum peut apparaître tant dans les choses que dans les mots […] Ses objectifs sont, entre autres, les suivants : 1/ provoquer un relâchement de la tension et du sérieux que produit le pathos […], 2/ détourner l’attention trop soutenue […], 3/ rafraîchir les idées du public et, ainsi, le rendre plus propice […]
    Tels sont les objectifs du ridiculum recherché par l’orateur […] et qui, au titre de l’urbanitas […], de la festivitas […], de l’oratio festiva […] permet de gagner la sympathie du public et de le convaincre de l’utilitas de la cause défendue3… »

Sarcasme : « Ironie amère et insultante… ».
Dictionnaire de la Langue française

Veras : « … la réalité, la vérité et le sérieux des choses faites ou dites… »
    De veras : « … avec sérieux… »
Diccionario de Autoridades

Notes

1 H. Bergson, Le rire, pp. 24-25.

2 M. Blanco, Les Rhétoriques de la pointe, p. 98.

3 H. Lausberg, Manual de retórica literaria, p. 230. Ce terme, emprunté à la rhétorique, nous permet de renvoyer à la fois à l’effet burlesque et à ses procédés.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search