Version classiqueVersion mobile

Quevedo et la poétique du burlesque au xviie siècle

 | 
Samuel Fasquel

Résumés

Résumé

Texte intégral

1L’étude du succès rencontré par la poésie burlesque au xviie siècle permet de constater l’essor que connut la littérature comique de cette époque. Quevedo, Góngora, Lope de Vega mais aussi Castillo Solórzano ou Polo de Medino trouvèrent dans ce registre un terrain de choix pour exploiter les différentes formes du trait d’esprit. Grâce à la pointe, il devenait possible de désigner sans montrer directement, de laisser entendre sans tout à fait dire et, par conséquent, de verser dans l’inconvenant tout en adoptant une expression si élaborée qu’elle intégrait pleinement le champ de la littérature la plus ambitieuse. Les travaux consacrés à des aspects spécifiques de la production burlesque de Quevedo ou Góngora sont nombreux et pour le premier nous disposons déjà d’une monographie signée par I. Arellano, Poesía satírico burlesca de Quevedo. Néanmoins, la poétique qu’illustrent les œuvres de ces deux maîtres de la littérature baroque et d’autres poètes de l’époque n’a pas encore été étudiée. À travers ce livre nous souhaitons contribuer à penser le burlesque en faisant la lumière sur les procédés esthétiques qui révèlent l’existence d’une conception du burlesque partagée par les poètes dont les œuvres surgissent entre 1580 et 1650. L’étude de cette poétique du burlesque s’ouvre sur un examen des caractéristiques de l’écriture et de la lecture. Le poète burlesque crée un registre très élaboré d’un point de vue stylistique, dans lequel abondent les figures rhétoriques. Cette ambition formelle, qui n’est bien sûr pas exclusive de la poésie burlesque mais qui modifie en profondeur le statut littéraire de la facétie, transparaît dans un ensemble de procédés qui masquent l’inconvenant derrière un voile formel qui ne permet que de l’apercevoir. Il incombe au lecteur d’interpréter correctement ces bons mots qui abondent dans le burlesque et impliquent une compétence textuelle spécifique. Le poète compte sur cette compétence préalable. En outre, il est possible de dégager dans certains poèmes des mécanismes qui favorisent le travail d’interprétation de la facétie. La répétition de certains schémas rhétoriques, par exemple, fonctionne comme un indice du chemin à parcourir pour s’aventurer dans le labyrinthe créé par l’auteur. La poétique du burlesque repose sur le détour, la saturation et sur une convention selon laquelle la plaisanterie abonde mais ne surgit qu’au terme d’une quête herméneutique qui permet de parvenir au sens obscène ou ridicule.

2L’énonciation et les voix perceptibles dans ce registre constituent un autre aspect sur lequel il convient de s’arrêter. Le locuteur, les formes de l’interlocution, l’oralité, le jeu et le dialogisme participent à la caractérisation de l’énonciation burlesque. Nous tâchons d’offrir un portrait du locuteur burlesque en insistant sur son insolence envers les autorités littéraires et les normes esthétiques en vigueur dans la poésie sérieuse. Ce locuteur insolent prétend s’exprimer avec clarté, sans détour ni préoccupation artistique. Cette tension entre la prétendue nonchalance du locuteur et une élaboration formelle extrêmement soignée par le poète constitue un élément-clé qui retient notre attention. En outre, l’étude de l’énonciation impose de tenir compte également des formes de l’interlocution et de l’intérêt que présente, pour l’auteur, la mise en scène de ses personnages. On peut parler, dans de nombreux cas, d’une véritable dramatisation de la facétie. Le poète peut créer une instance d’énonciation chargée de présenter le personnage qui va parler ou de préciser comment il parle. Les caractéristiques du locuteur, bien souvent, sont loin d’être compatibles avec la teneur de son discours. Mais, par ailleurs, des voix résonnent dont les accents semblent indignes du Parnasse et tout droit sortis de la place publique. Cette polyphonie, qui consiste à mêler des voix a priori antipoétiques mais que relève l’artifice rhétorique, aide à comprendre la poétique du burlesque. L’étude du jeu et notamment du jeu avec la littérature sérieuse prouve que les voix qui résonnent créent parfois une distance critique avec les créations les plus élevées ou invitent à les observer avec un sourire narquois. Au-delà de la parodie directe d’une œuvre préalable, les vers burlesques peuvent être conçus comme un dialogue permanent avec la littérature, comme une alternative ludique et parfois polémique. Cette distance doit être perçue par le lecteur afin d’interpréter les enjeux réels du poème. Mais d’autres éléments placent le jeu au cœur de la poétique du burlesque. La complexité, qui consiste à masquer l’obscénité derrière de nombreux détours formels, oblige le lecteur à partir à la recherche de l’inconvenant. Il doit accepter le jeu et le défi du poète, s’interroger sur les solutions des énigmes qu’il lui pose, s’aventurer sur ce terrain semé d’obstacles esthétiques qui le mènent à la facétie osée ou raffinée. En ce sens, si toute littérature est en partie ludique, le lecteur de poésie burlesque est par excellence un lecteur ludens qui écoute le locuteur avec l’attention de celui qui cherche la solution d’une énigme.

3Le dernier aspect envisagé concerne l’interprétation des poèmes burlesques. Le premier éditeur de Quevedo, González de Salas, s’emploie à justifier le comique des poèmes en insistant sur leur contenu moral. Or, pour le lecteur, ce contenu n’est pas toujours évident. Néanmoins, étant donnée l’importance que lui accorde González de Salas, il faut analyser la part de sérieux que le comique recèle bien souvent. Quevedo est un exemple paradigmatique de cette poésie burlesque qui peut illustrer une préoccupation morale. Nous nous employons donc à faire la lumière sur les idées et le substrat philosophique qui affleurent dans les vers quévédiens. Mais, s’il existe une poésie burlesque ouverte à des considérations d’ordre moral, les poèmes sérieux ouverts à la facétie ne manquent pas non plus. Le mélange du comique et du sérieux constitue donc une caractéristique dont il faut étudier les formes afin de déterminer les limites du burlesque et sa relation avec le jocoserio. Ce sera la dernière étape avant de revenir sur la satire burlesque, qui a inspiré de nombreux débats. Notre objectif consiste à établir les mécanismes qui favorisent la perception de la satire et ceux qui, au contraire, l’entravent. Il s’agit d’expliquer comment la poétique du burlesque conditionne la perception d’un contenu sérieux et, dans ce cas précis, satirique. Pour y parvenir, il convient d’abord de déterminer les signes du discours satirique et la valeur qu’il faut reconnaître aux figures satiriques typiques, en particulier à celles qui relèvent de la satire des métiers. Que doit-on penser d’un discours dans lequel la critique ne semble pas tant motivée par la volonté de corriger que par la nécessité de prodiguer les bons mots ? Dans quelle mesure les motifs satiriques conventionnels peuvent-ils servir un projet qui ne repose pas sur la critique ? Nous nous employons à répondre à ces questions pour pouvoir ensuite étudier une satire burlesque de Quevedo, Riesgos del matrimonio en los ruines casados.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search