Version classiqueVersion mobile

La loi du lucre

 | 
Claude Denjean

Résumés

Résumé

Texte intégral

1Alors que l’actualité s’attache aux conséquences sociales de la « crise » et aux crimes des « traders », l’ouvrage propose d’observer, en prenant du champ, les bénéfices nés d’un crédit omniprésent. Basé sur des procès inédits du xiiie siècle conservés dans les archives de Catalogne, il réhabilite le terme d’usure et ouvre la voie à une histoire des juifs « désenclavée », en décrivant les rapports convergents et divergents qu’entretiennent les systèmes de valeurs juifs et chrétiens. Confronter constamment les questions portant sur les sociétés juive et chrétienne aide à mesurer, dans l’évolution, la part à accorder aux structures et celle relevant des individus.

2En 1297, la chancellerie du roi Jacques II d’Aragon enquête contre les usuriers. Des causes diplomatiques et politiques — l’influence papale, la clameur populaire, le développement de l’administration et l’essor de la justice royale d’appel — favorisent des procédures corrigeant les taux d’intérêts immodérés. Les enquêtes royales visent à purger les affaires sans détruire l’économie. Des procédures livrent des récits nés de la suspicion antiusuraire, riches en détails inédits sur les mécanismes du crédit et le fonctionnement de la justice catalano-aragonaise qui, ne prohibant pas absolument la prise d’intérêt, s’attache à définir concrètement l’échange équitable. Témoins et accusés narrent les petits faits (omis dans les autres sources), décrivant des pratiques créatrices de bénéfices avec lesquelles tous jouent sans complexe, jusqu’à la faillite. Crise de la confiance, le procès démontre combien les qualités humaines sont une valeur primordiale sur les marchés. Les hommes d’affaires, plus souvent chrétiens que juifs, doivent respecter une norme qui place le juste prix au cœur de la cité. La construction du corps politique exclut l’usurier, alors que les juifs demeurent insérés dans la société. En effet, alors que le stéréotype qui transforme le juif en usurier en est à ses balbutiements, les prêteurs juifs se révèlent dignes de foi et membres du corps politique. Nous ne constatons aucun enfermement dans le crédit. Mais le juif n’en sera jamais pour cela transformé en fidèle en raison de son infidélité religieuse essentielle.

3L’usure est comme la réputation (fama), bonne ou mauvaise, hésitant entre raideur et bon amour, injustice et équité. La qualité de la parole permet de les distinguer. Le roi intervient dans la correction des pratiques par une justice attentive au point de vue populaire, qui dénonce les usures juives, et par une action politique soucieuse d’éviter troubles et émeutes et de faire respecter la prohibition divine. Il renforce ainsi son pouvoir en présidant au dialogue. Tout se passe comme si les règles définissant l’usure des juifs valaient pour tous. L’usure est d’ailleurs spéculation financière plus que crédit usuraire. Les procès visent à définir collectivement le juste prix, seul biais judiciaire permettant de prouver la fraude. Les accusations s’attaquent à la transmission patrimoniale des bénéfices, gênant la constitution d’une catégorie sociale nouvelle. Un processus né des nouvelles pratiques économiques est corrigé, voire arrêté, bloquant dans le mouvement une forme d’intégration des juifs. C’est ainsi que pratique et discours judiciaire aux antipodes du stéréotype participent à la construction d’un stéréotype tant au sujet de « l’usurier » qu’au sujet « du juif ». La faiblesse du crédit à court terme accentue le phénomène. Un processus stigmatisant est lisible en filigrane, d’autant plus dangereux qu’il ne condamne pas le bénéfice, n’est ni antisémite ni antijudaïque, et que la procédure, même abrégée, même inquisitoire, accorde des droits que la défense sait utiliser. Il conduit à une déréalisation de la judéité transformée en socle du topos sur l’usure, que l’historiographie a réitérée à travers une vision agonistique des relations entre juifs et chrétiens. La fausseté dans les faits de cette interprétation n’empêche pas sa pertinence dans l’ordre du discours. Le développement de l’individualité au sein de la société ne mène pas sur une autre voie car les questions du contrat social généralisé et de l’élection divine ne sont pas renouvelées parallèlement. La métonymie qui fait de l’usurier un juif est alors logique puisque la fidelitas du juif est multiple au lieu d’être une. Si la criminalisation de l’usure demeure marginale, l’enormia exceptionnelle, l’inquisition bridée, la constitution politique de la couronne d’Aragon propose un modèle où la minorité juive, bien insérée, est défendue par le roi et s’avère pourtant inacceptable.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search