Version classiqueVersion mobile

La loi du lucre

 | 
Claude Denjean

Chapitre VI. Le fils de l’usurier

Texte intégral

  • 1 Jacques de Voragine, Legenda aurea, pp. 50-51 : un juif qui avait placé ses biens sous la protectio (...)
  • 2 Parmi les très nombreux travaux sur les testaments, il faut relever J. Chiffoleau, La comptabilité (...)

1La suspicion généralisée, jugulée par le contrat durant des mois voire de nombreuses années, éclate à la faveur d’un incident ou d’un accident propice à la perte de confiance. L’accent a déjà été mis sur les restitutions, souvent décidées à l’approche de la mort ou sous l’effet d’une intervention miraculeuse, comme dans le cas des voleurs corrigés par saint Nicolas1. De fait, les usuriers en butte aux enquêtes peuvent choisir la restitution, sous sa forme fiscalisée de rachat. Visiblement, le décès d’un présumé usurier favorise la mise en question de ses bénéfices, car la moitié des procès concernent des créances anciennes, héritées. L’autre moitié relève d’engagements ponctuels et trop risqués. Maymona, Bonadona… les veuves sont bien représentées dans notre corpus. Gerau, Canyeto… les fils et successeurs de prêteurs également. Serait-ce un hasard ? Certes, le petit nombre des présumés usuriers dont le cas a été conservé dans les Processos en Quart ne permet pas de tirer des conclusions définitives, mais les travaux sur les testaments, nombreux et anciens, ont montré comment le bilan testamentaire, à la fois moral et financier, vise à juguler les dangers que cause un décès dans une maison2. Les usuriers décédés apparaissent surreprésentés. Nous savons que les mourants doivent envisager le remboursement de leurs dettes encore impayées et la correction de leurs mauvaises actions. Nous avons observé dans le chapitre précédent comment la rupture de la relation motivait le recours à la justice et combien la trop longue durée d’un prêt provoquait des doutes bien plus que l’existence d’un contrat mal mis en forme. Nous avons remarqué à plusieurs reprises que les conflits entre créanciers et débiteurs allaient de pair avec d’autres expressions du désaccord, voire de la violence. Des actes de crédit forment une chaîne plus ou moins durable, créent un lien à la fois puissant et fragile en raison de sa forme fragmentée, de l’émiettement de segments (formés de créances). Il est logique qu’un créancier appelé à la rescousse lors d’un montage financier risqué soit accusé d’usure. De même, l’un des moments les plus délicats de la relation, qui peut briser la chaîne, est la succession. À l’inverse, comment comprendre que de longues années d’échanges de biens et d’argents, d’association et d’engagement se brisent brutalement, que des prêteurs soient déclarés usuriers post mortem demande explication. Nous trouverons dans cette analyse des compléments de réponse au sujet de la distinction du bon prêteur et du mauvais usurier. Chemin faisant, nous ajouterons quelques touches au portrait de l’usurier.

  • 3 Sur les restitutions, outre la bibliographie concernant les pauvres et l’économie franciscaine, voi (...)

2Observons les accusés en famille. Avant le juge, le prédicateur et le confesseur dominicain ou franciscain cherchent à corriger le prêteur non pas comme délinquant mais comme pêcheur. La dernière solution avant l’enfer réside en la confession, elle se nomme restitution, souvent décidée in extremis lorsque les biens d’ici-bas semblent peu de chose3. Or, certains procès, celui des Gerau en particulier, laissent pressentir une relation entre les regrets testamentaires d’ordre purement pénitentiel et l’avenir des héritiers. Nous allons décrire le moment délicat du décès de l’usurier et de la transmission de ses biens, présenter les difficultés que rencontrent alors les prêteurs et chercher à mesurer leur inquiétude.

I. — L’USURIER, SA FAMILLE ET LA MORT

  • 4 Outre les exempla, les témoignages recueillis par les inquisiteurs brossent des portraits d’usurier (...)
  • 5 Césaire de Heisterbach nous raconte l’histoire d’un chevalier usurier qui ne parvient pas à protége (...)

3L’usurier fait du temps, divin par essence, une marchandise humaine. Il transforme la caritas, générosité envers autrui image de l’amour divin, en une marchandise dont il attend quelque chose en retour. Du coup le temps devient-il une course effrénée et mortifère, qui n’a de fin que l’enfer, ou, pire encore, l’errance perpétuelle4. En enfer même, les usuriers continuent à courir. Le mal qu’ils ont produit poursuit sa course de son côté, comme devenu autonome peut-être, contagieux à coup sûr5. Débordant de son enfer, ignorant toute purgation, le mal de l’usurier se révèle sans fin, quand la faute des pères retombe sur les fils.

La mort de l’usurier

4Lorsque sentant sa mort prochaine, et craignant le glaive de Dieu et les peines infernales, l’usurier rédige son testament, peut-il concilier un salut personnel problématique avec le développement posthume de ses œuvres ? Au temps des enquêtes et des procès, le testament de biens, instrument de transmission patrimoniale mais aussi de salut personnel, acquiert une place remarquable. La présence de Dominicains dans plusieurs commissions sur les usures est significative, il suffit de relire l’exposé des motifs de la lettre papale dénonçant les usures immodérées pour comprendre que l’action judiciaire et l’action moralisatrice vont de pair. L’épouse et les enfants d’un usurier défunt, spoliés des biens mal acquis, peuvent se voir voués d’autorité à une pauvreté susceptible de racheter un au-delà moins terrible au bénéfice du défunt. Lorsque les lois de la famille se trouvent ainsi en concurrence avec celles de la morale économique, il devient difficile de choisir une voie juste et équitable. Théologiens et canonistes eux-mêmes mesurent les dangers relatifs à chaque situation extrême :

  • 6 Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum, cité par J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 87.

Soit quelqu’un qui ne posséderait rien d’autre que le produit de l’usure et qui voudrait se repentir. S’il restitue tout ce qu’il possède, ses filles devront se prostituer et ses fils se faire brigands, lui-même mendiera et sa femme le quittera6.

5Les clercs conseillent donc de minorer les usures plutôt que de tout restituer :

  • 7 Ibid., p. 88.

L’Église ne pourrait-elle pas lui donner un conseil de telle sorte qu’il n’ait pas tout à restituer ? Nous disons que ce serait un bon conseil que de lui faire demander d’être tenu quitte par ceux à qui il devrait restituer. S’il n’obtient pas cette grâce, nous croyons que, comme tout homme dans une extrême nécessité peut vivre du bien d’autrui pour ne pas mourir, comme il a été dit plus haut, pourvu qu’il ait l’intention de restituer quand il le pourra ; l’usurier lui-même, dans une telle nécessité, peut garder, de son argent usuraire, de quoi vivre à condition qu’il vive dans une extrême parcimonie et qu’il ait la ferme intention de tout restituer quand il le pourra7.

  • 8 Césaire de Heisterbach, Histoires médiévales, « De l’interprétation des signes », pp. 39-40.

6Qu’ils aient eu ou non connaissance de ces nuances, les créanciers semblent calculer le temps et le poids des restitutions comme ils savent jouer sur les variations de prix. Les prédicateurs le savent bien, qui tentent de montrer que ce calcul est toujours puni par Dieu qui sait bien quelles sont les intentions des coquins. Par exemple, un moine apprenant par sortilège qu’il lui restait des années à vivre décida de profiter de la vie mondaine et de réserver ses deux dernières années au salut de son âme. Or Dieu voyant cette attitude lui laissa seulement ces deux années-là de vie, ne lui permettant pas ainsi d’être racheté8.

7La demande de restitution est, de fait, une clause bien plus dangereuse pour l’héritage que la requête classique de remboursement des dettes par l’héritier principal qui n’aboutit généralement qu’au règlement de sommes modestes. Beaucoup de prêteurs de la fin du xiiie siècle ne se sentent pas réellement concernés par les usures immodérées puisqu’ils respectent généralement le taux légal d’intérêt. Le marché ne leur permet d’ailleurs pas trop d’abus car il existe suffisamment de concurrence entre les prêteurs pour faire baisser les taux. Il faut néanmoins rencontrer, au bon moment, celui qui a de l’argent immédiatement disponible et qui souhaite le réinvestir, d’où les nombreuses petites créances accordées par deux ou trois prêteurs solidaires parmi lesquels se trouve un banquier qui vient de « récupérer » une somme. Si l’on en croit les actes impliquant les manumissores, les héritiers, de leur côté, poursuivent généralement les affaires de leurs pères plutôt que de rembourser tout de suite leurs dettes.

  • 9 Césaire de Heisterbach, cité par J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 85.

8Les récits d’outre-tombe sont effrayants. Certains, conscients que la limite est étroite entre bonne et mauvaise usure, pensent qu’ils restitueront… plus tard. Le tout est d’échapper à une mort subite. C’est affaire de chance et de prévoyance. Ainsi, par testament, la vie parcimonieuse échoira aux héritiers. Que la femme ne jouisse pas de l’usufruit du mal, passe encore. Cette bonne fin accordée ainsi à l’épouse du prêteur ne se paye qu’au prix d’une période de veuvage vertueux, de toute manière transitoire et à d’autres égards nécessaire. Toute autre est la situation du fils de l’usurier, puni dans son avenir terrestre comme céleste puisqu’il est à la fois interdit d’ambitions financières et supporte un handicap qui vient obérer ses chances futures de rédemption. Le fils est puni pour les fautes du père. Ou bien ce père, qui l’a élevé dans l’exemple de la corruption et lui a transmis un patrimoine vicié, n’a plus qu’à inciter son fils à la repentance. Ceci est possible dans l’exemplum lorsqu’il devient un fantôme chassé de sa propre maison, tel le chevalier usurier de Césaire de Heisterbach, qui « en mourant, après avoir acquis des biens par l’usure, laissa son héritage à son fils »9, puis revint une nuit frapper à sa porte, en vain.

Le mort continua à frapper, mais sans succès et à la fin il dit : « Porte ces poissons dont je me nourris, à mon fils, je les suspends à sa porte ». En sortant le matin, ils trouvèrent dans un panier une multitude de crapauds et de serpents. Voilà ce qu’on mange en enfer et c’est cuit sur du feu de soufre.

  • 10 Césaire de Heisterbach, Histoires Médiévales, « Visite en enfer », pp. 49-51.

9Pis encore, les enfants ne sont pas capables d’opérer sur eux-mêmes le changement de mœurs nécessaire. L’usure ressemble en cela à la simonie qui voisine souvent avec elle dans la liste des vices des puissants et du clergé. Césaire de Heisterbach raconte ainsi que le fils d’un landgrave, pourtant « moins mauvais que d’autres tyrans », voulut se renseigner sur le sort de son père en enfer. Un clerc parvint à obtenir l’information grâce à un démon, inutilement puisque le fils, pourtant convaincu par un signe de la réalité de la punition de son père, ne voulut pas rendre les possessions qu’il eût fallu pour être sauvé. Seul le clerc, qui se fit moine cistercien, tira les conclusions de son aventure10.

  • 11 J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 47. Jacques Le Goff ajoute p. 48 que nous sommes très mal rense (...)

10La puissance du mal est telle, que les exécuteurs testamentaires eux-mêmes n’échappent pas à l’avarice. Le péché est contagieux et finit par se diffuser dans sa version passive. Ne deviendrait-on pas usurier sans y prêter attention ? Étienne de Bourbon montre comment la malédiction de l’usurier peut s’étendre à ses légataires et amis de l’usurier, s’ils ne restituent pas11 :

… un usurier à l’article de la mort s’était repenti, avait appelé deux amis et leur avait demandé d’être ses exécuteurs fidèles et rapides. Ils devaient restituer le bien d’autrui qu’il avait acquis et il exigea d’eux un serment, ils le prêtèrent en l’accompagnant d’imprécations. L’un appela sur lui le feu sacré, qu’on appelle feu de la géhenne qui devait le brûler s’il n’accomplissait pas sa promesse. L’autre fit de même en invoquant la lèpre. Mais après la mort de l’usurier, ils gardèrent l’argent, n’accomplirent pas ce qu’ils avaient promis, et périrent victimes de leurs propres imprécations…

  • 12 G. Todeschini, Ricchezza francescana, pp. 41-42 et 58.

11Il faut ajouter qu’un défaut ne venant jamais seul, avoir le goût des sortilèges, fréquenter les démons, jurer s’ajoutent à la cupidité. La force du marchand et la faille de l’usurier résident dans un équilibre familial délicat, puisque c’est en son sein que la lèpre de l’usure risque d’atteindre la société entière, ou au contraire par sa médiation que la vertu peut vaincre. Au moment même où la vulgarisation du testament de biens permet aux catégories marchandes d’inscrire leur fortune dans la durée et de conserver une place éminente et spécifique dans la mémoire de la communauté chrétienne, à travers l’institution des messes obituaires et le choix d’une place dans le cimetière des Prêcheurs ou des Mineurs, la vanité familiale subit des attaques. En outre, parmi les enfants qui suivent une voie différente de celle de leur père, une figure de sainteté bénéficie d’une célébrité exceptionnelle : François d’Assise. Les usuriers, comme les hérétiques, exacerbent les réactions contre eux lorsqu’ils menacent de s’enraciner. Déjà au xiie siècle, la polémique chrétienne contre l’égoïsme économique familial a condamné l’immobilisation du patrimoine. Fonder une lignée sur un enrichissement initial usuraire est inadmissible. Admettre la transmission des usures serait les légitimer. Depuis les premières contestations contre l’appropriation improductive, trois principes ont contesté le mode « seigneurial » d’être riche : l’idée de distribution de la richesse, l’antique refus d’attachement aux biens matériels, la distinction entre la richesse de la communauté et la richesse familiale et personnelle. Cet idéal a d’abord condamné la thésaurisation par les seigneurs et l’immobilisation clunisienne12. Il atteint les marchands selon la même logique : non seulement un luxe ostentatoire est inutile, mais une certaine transmission du patrimoine est un frein à la bonne circulation de la richesse, pour le bien commun. Il sera nécessaire après cette étude des procès pour usure de s’intéresser aux prêteurs accusés de fabrication de fausse monnaie, de sacrilèges et autres vices.

12La transmission des usures cause des difficultés. Tout lecteur de testaments et d’actes témoignant des péripéties qui suivent trop souvent les décès des pères despotiques sait combien l’équilibre familial propice à la transmission d’un patrimoine et à l’ascension sociale est difficile à obtenir. Sans doute le notaire consigne-t-il de préférence les échecs. En effet, ses inventaires après décès témoignent des dissensions et seules les disputes entraînent une cascade d’actes notariés. Les familles heureuses transmettent la maison en un acte, les autres fabriquent le matériau de l’historien avec leurs histoires. Or, les marchands et les prêteurs mesurent chichement leurs dons testamentaires, et savent mieux que les autres exclure filles et garçons surnuméraires d’une donation de quelques sous. S’il nous faut distinguer le bon marchand du mauvais usurier, c’est une nouvelle fois affaire de comportement, de nature humaine. La prédication ne dit pas autre chose que les interrogatoires judiciaires étudiés dans le chapitre précédent. Nous dirons d’abord que le mauvais prêteur demeure un homme seul et un égoïste, réduit à un individualisme forcené. Sa brutalité se manifeste jusque dans sa recherche tardive du salut, qui le transforme souvent en tyran familial ; rapace, il pense à lui avant tout.

  • 13 Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum, XXII, XXIV, t. II, pp. 335-336 ; J. Le Goff, La bours (...)

13L’Église, avons-nous dit, hésite à mêler dans l’opprobre le mari et la femme. Sa rigueur se tempère face aux difficultés des épouses des usuriers. Les exempla décrivent des femmes sacrifiées. Les testaments ne nous montrent cependant pas ces femmes exemplaires capables de vivre volontairement quatorze ans recluses pour sauver leur époux de la damnation13, puisque « l’homme infidèle peut être sauvé par la femme fidèle ». Nous ne connaissons pas non plus de femmes de tête qui réussissent à succéder à ce genre d’homme.

Les femmes et les enfants après. Individualisme et égoïsme de l’usurier

  • 14 Sur les testaments féminins, voir A. Courtemanche, La richesse des femmes ; M.-Cl. Marandet, « La v (...)
  • 15 ACA, PQ, 1298 G.
  • 16 ACA, PQ, 1298 G, f° 4r°.
  • 17 ACA, PQ, fos 5r° et 6r°.
  • 18 J. Shatzmiller, Shylock revu et corrigé, avait déjà remarqué ce phénomène.
  • 19 ACA, PQ, 1298-1299.
  • 20 Action posthume contre des Vaudois à Montauban, J.-L. Biget, « Hérésie, politique et société en Lan (...)
  • 21 Même dans les cas les plus étranges, J. Hoareau-Dodinau, « L’animal devant son juge », spécialement (...)

14À homme usurier convient femme effacée14. En 1298, Maymone, veuve d’un prêteur accusé post mortem d’être un usurier manifeste, Jacme Scuder de Terrassa, voudrait sinon poursuivre les affaires de son époux, du moins récupérer les créances en cours, lucre compris15. Elle règle les affaires pour elle-même et comme tutrice des enfants dudit Jacme son époux16. Mais Bernat de Canyeto utilise le malheur de la femme pour refuser de solder de nouvelles sommes17. Cela lui est relativement facile : Jacme Scuder est mort, ainsi que R. de Solaret et sans doute son épouse. En tous cas, c’est leur fils et héritier Berenger qui aurait payé les derniers termes. Nous ne disposons d’aucune date dans ce conflit, mais peut-être les événements en cause n’étaient-ils pas très récents. Il semblerait que l’accusateur profite de la faiblesse de la situation de veuvage pour jeter un doute sur toutes les transactions du défunt18. L’usurier travaillerait-il de préférence seul, même s’il lui faut souvent s’associer pour honorer ses divers contrats ? Malgré les coffres remplis de chartes de créance, sa mémoire personnelle doit beaucoup l’aider pour mener ses affaires. Voici un disparu incriminé d’usure, en quelque sorte à titre posthume, ce qui permet au client de faire l’économie des termes restants. Des contrats que Scuder avait divisés en cession de créance et mutuum sont opportunément englobés dans un même paiement. Il manque quelque part 150 à 250 sous dans les comptes produits par Bernat de Canyeto. Peut-être ces comptes fantastiques sont-ils justement la preuve de l’usure car nous retrouvons le même doute dans quasiment tous les procès. Cette tactique de l’amalgame aurait-elle été employée contre Scuder lui-même ? Pourquoi cette rétroactivité qui suivit l’enquête de 1297 amène-t-elle la cour à évoquer plusieurs cas dont les protagonistes sont décédés ? Entre 1298 et 1300, Arnau Çaïlla lui aussi, revenant à la charge, conteste un jugement favorable à Bonadona, alors qu’il n’avait pas réclamé contre son époux Jafuda de Limos19. Les meilleures cibles des premiers procès pour usure, ou plus souvent pour défaut de restitution de la charte après remboursement, sont des morts. Doit-on rapprocher cette situation des premières enquêtes inquisitoriales dans le Midi de la France après 1234 ?20 Condamnations par contumace et exécutions en effigie semblent valorisées par la justice médiévale21. Elles permettent des saisies sur les biens et interrompent la transmission patrimoniale. Elles détruisent l’honneur des familles et bousculent les solidarités. Les bons sont canonisés par une procédure posthume, diligentée rapidement après leur décès. Ils deviendront des saints. Ils échappent alors à leur lignée pour entrer dans leur nouvelle familia. Les mauvais ne peuvent jouir d’un au-delà paisible lorsque les hérétiques sont exhumés ou que la mémoire de prêteurs bien connus sur la place est salie, voire condamnée. Les exempla montrent leurs tourments en enfer. Lorsque leurs dernières volontés ne valent rien, les défunts ne peuvent être sauvés. Leurs femmes et leurs enfants payent pour eux, sans succès.

15Les veuves en subissent nécessairement les conséquences. Voyons donc notre usurier de Terrassa qui a eu le bon goût de mourir avant la grande enquête de 1297-1298, en laissant à son épouse les difficultés. Le procurateur de Maymone doit la défendre doublement : contre l’accusation de prise de bénéfices indus et de refus de restitution et contre le refus de remboursement, puisque, comme c’est souvent le cas, le client importuné par les demandes de solde devient attaquant. Puisque nous ne possédons pas les articles sur lequel se prononcent les témoins, nous ne pouvons en dire plus. Quoi qu’il en soit, ce genre de succession devient difficile à réaliser. Le « portrait robot » de l’usurier se précise donc à travers le cas Scuder. Peut être considéré comme usurier par l’opinion publique un homme si dur que l’on s’incline devant sa puissance financière de son vivant pour mieux lui en vouloir après sa mort. La transmission familiale est donc particulièrement difficile pour un tel individu, il possède de son vivant une capacité financière et une force de persuasion ou de coercition suffisante pour dépanner ceux qui sont en mal d’argent. Il utilise au mieux les différentes formules de crédit et préfère procéder par étapes. Chaque partie d’un crédit donnera alors lieu à un instrumentum particulier. Vente, paiement, versement, engagement sont soigneusement distingués. Prudence logique. Notre homme connaît la loi, s’y conforme visiblement. S’il se saisit de bénéfices indus, c’est en cachette. Il sait prendre des risques. Il prête à un client sur une espérance de paiement. Il se paie pour cela et n’hésite pas à saisir son profit a priori. Mais la complexité de ses montages financiers et sa rapacité menacent son héritage. Dès qu’il n’est plus là, sa clientèle se révolte. Même s’il n’est pas véritablement hors la loi, il est suspecté par principe. Ses actes soigneusement divisés en plusieurs étapes n’empêchent pas le client de connaître le lucre global dont aura profité l’usurier. Le respect, dans son testament, des formules habituelles concernant les remboursements et restitutions est lu comme aveu de sa faute et preuve de sa culpabilité.

  • 22 Cependant, dans la série utilisée ici, Cancelleria, Processos en Quart de l’ACA, les procès disponi (...)

16Cet usurier est un homme. Nous ne connaissons pas encore d’usurier au féminin. Que signifie le silence des sources ? Dans nos dix procès pour usure, intentés à Barcelone entre 1298 et 1378, personne n’accuse une femme22. Les veuves d’usurier sans protection ne sont pas à même de poursuivre les actions de leurs époux. Ceux-ci règlent rigoureusement l’avenir matériel de leur moitié qui, n’ayant pas sa part des gains, verra sans doute son paradis.

  • 23 AHCP, T, Joan de Corromines, 1398-1408, in 4° papier, fos 9v°-11v°.
  • 24 AHCP, T, 1306-1307, in 4° papier, f° 34. Les premiers registres de testaments de Puigcerdà datent d (...)

17Certains testaments marginalisent l’épouse en limitant sa jouissance de la fortune du couple. Les veuves bénéficient pourtant généralement d’une position marchande avantageuse grâce à l’usufruit des biens qu’elles peuvent gérer en totalité dès lors qu’elles sont les tutrices des enfants. Leurs biens propres tenus en dot, et parfois leur douaire, doivent de toute manière leur être restitués ou accordés en jouissance. Cependant, en l’absence d’enfants, elles pâtissent d’une forte baisse de leur niveau de vie et peuvent rejoindre la liste des pauvres, cela a été constaté maintes fois. À la fin du xive siècle et au début du xve siècle, certaines se voient réduites à une vie économe, sinon indigente, alors que les pauvres et l’Église reçoivent la totalité de l’héritage marital. Dans ce cas, nulle compensation possible grâce à l’affection d’un fils, nulle restriction enjoignant aux héritiers d’aider la mère de famille. Que penser de ce testament-inventaire, dicté par Petrus Vedrinyans, cordonnier (sutor) de Puigcerdà en novembre 140223 ? Le moribond n’a certes pas d’enfants cités mais une épouse et un frère consanguin qui règle les affaires testamentaires, associé à un prêtre et à un scribe de la scribanie. Pere donne tout aux pauvres après avoir réservé maintes donations pieuses pour toutes les fondations religieuses et charitables locales, généralement citées dans les testaments cerdans. Comme il a le sens des affaires, il sait prévoir l’amortissement des rentes affectées à la célébration de messes et de trentains pour le repos de son âme et cherche à veiller à établir la plus ferme organisation de ces donations après sa mort. Le tout sous le contrôle des consuls de Puigcerdà. Les testaments cerdans suivent généralement un canevas devenu traditionnel depuis le xiiie siècle et font des choix différents, tel celui de G. Petrus Pelicer de Puigcerdà (fig. 12, p. 230)24. Ce dernier, lorsqu’il fait rédiger son testament de biens élit tout d’abord ses manumisseurs et exécuteurs testamentaires, en la personne du prieur du couvent des Dominicains local, devenu très influent dans les familles de marchands. Il choisit d’être enseveli dans le cimetière des Prêcheurs, auprès de son épouse puis donne tout pouvoir aux Dominicains assurer pour le salut de son âme et exprimer son amour de Dieu. Avant tout legs, il ordonne des restitutions, de manière à corriger les mauvaises conséquences (injurias) qu’auraient pu susciter ses actions. Il nomme ensuite ses légataires et héritier universel.

  • 25 Les legs sont généralement inscrits selon un ordre lié au degré de proximité familiale et affective (...)

18Un siècle plus tard, Petrus Vedrinyans, après avoir dicté ses principales volontés, lègue ensuite diverses pièces de tissus et autres objets hétéroclites. Des artisans, un arbalétrier, des prêtres et un frère prêcheur reçoivent qui un drap, qui un vêtement, qui des couleurs, qui du grain, qui de petites sommes. Tout cela ressemble aux listes de créances et aux gages des inventaires plus qu’aux legs habituels. S’agit-il de gages25 ? On ne saurait l’affirmer, à l’inverse de ce que

Fig. 12. — Où le testateur G. Petrus Pelicer demande les restitutions (AHCP, Liber Testamentorum 1306-1307, f° 34)

Fig. 12. — Où le testateur G. Petrus Pelicer demande les restitutions (AHCP, Liber Testamentorum 1306-1307, f° 34)
  • 26 AHCP, T, Joan de Corromines, 1398-1408, fos 30v°-39. Dans les inventaires, des objets sont parfois (...)
  • 27 AHCP, T, Joan de Corromines, 1398-1408, f° 10v°.

19révèle l’inventaire de Domina Sclarmonda uxor Bernardus Paylleres, procurator mercerii ville podiiceretani, retranscrit un peu plus loin26. En tout cas, la forme de ce texte n’est pas courante en ces lieux et ses choix sont bien différents de ceux que nous pouvons relever dans la masse des autres testaments qui suivent plutôt le modèle du xiiie siècle. La vie matérielle de son épouse Elissende se voit prévue avec précision. Elle était une épousée de choix puisque le testateur Petrus Vedrinyans lui reconnaît la coquette somme de cent quarante-cinq livres barcelonaises en dot et nomine dotis. Dans cette somme est toutefois intégré le sponsalicum qu’il lui a consenti dans le contrat de mariage et soixante-cinq livres engagées dans des affaires, plus l’argent ou les biens lui appartenant dont elle tient les chartes27. Qu’en reste-t-il une fois le total réalisé ? Aucun risque toutefois qu’Elissende soit véritablement nécessiteuse. Elle garde son trousseau qui lui est aussi compté fort précisément, alors que le notaire se contente habituellement de l’expression « vestes et joyas suas ». Elle a deux armoires ou coffres dont l’un se trouve dans la boutique, un coffret pour ses vêtements et bijoux, son lit garni d’un matelas, de deux oreillers, drap de dessous, couvertures, couvre-lit, une marmite et deux petites olles, un petit chaudron, sa petite table de noyer, un banc, un peu de vaisselle dont l’habituelle tasse d’argent, objet personnel souvent mis en gage car il « représente » la personne, et quelques objets courants. Comme l’ensemble ne permet pas de se meubler correctement, l’époux ajoute tout de même sur ses biens la vaisselle en terre de la cuisine et autres bassins et ustensiles.

  • 28 Il est cependant très difficile d’évaluer la fortune réelle d’un testateur en fonction de ses donat (...)
  • 29 Les résultats de M.-Cl. Marandet, Le souci de l’au-delà, ne sont pas très éloignés de ceux de la Ce (...)

20Les dépenses vestimentaires de l’épouse, son entretien et celui d’une servante durant l’année de deuil sont pris en charge. Pour une femme aussi bien dotée, dont l’époux lègue des sommes assez importantes, voilà une maison bien mal aménagée28 ! Guillem Ferre, frère consanguin de Petrus Vedrinyans, reçoit cent sous et deux vêtements au milieu de legs consentis à des individus très divers. De même Petrus laisse cinq sous aux deux filleul et filleule, comme à la confrérie locale de Sainte-Anne dont il est membre. Le reste de la fortune sera inventorié et vendu en vente publique. Habituellement, les testateurs précisent le montant des legs pieux, charitables ou consentis aux membres de la famille exclus de l’héritage et de l’usufruit. Dans ce testament se produit une inversion de la procédure courante, le don aux pauvres n’étant pas évalué puisqu’il représente le restant de la fortune, une fois les legs à la famille et à des associés, obligés ou autres particuliers exactement désignés. Même la confiance envers les manumissores est mesurée. Il ne devrait cependant pas y avoir matière à contestations. À une période où les testateurs nobles rivalisent de générosité en organisant des funérailles et des célébrations éblouissantes et fastueuses, la mesure préside à ce type de dernières volontés. Les marchands se montrent avares pour leur au-delà. Dans les campagnes et montagnes méridionales, la passion des trentains demeure modérée29. Même le salut se paye chichement.

21Ainsi, le portrait de l’usurier en sa famille selon les exempla, les interrogatoires judiciaires ou les testaments représente un homme égoïste et dur avec les siens comme avec ses clients, individualiste au point de menacer sa propre lignée. Son avarice le fige, accroché aux biens matériels, trop longtemps indifférent aux biens spirituels. Attaqués ou non, usuriers ou prêteurs honorables, les manieurs d’argent se ressemblent. Pourtant, ces exemples sont en réalité très rares : ils proviennent de sources narratives dont le but est l’édification du lecteur, leur expression vécue n’est jamais que l’exception perdue dans la masse d’une documentation notariale stéréotypée. Au fond, le prêteur qui correspond (ou que les témoignages visent à faire correspondre) à l’image condamnable de l’usurier n’est pas en pratique une figure courante.

L’au-delà du père et l’ici-bas du fils

  • 30 AHCP, T, Ramon de Coguls, Pere d’Ondzes, 42 fos.
  • 31 ACA, PQ, 1298 D, f° 56r°-v°.

22D’ailleurs, les prêteurs sont-ils tous aussi inquiets et conscients de leur indignité que l’on pourrait le faire croire ? Garantir l’au-delà du père peut menacer l’ici-bas du fils. Les premiers livres de testaments conservés en Catalogne datent du début du xive siècle. Les plus anciens sont conservés à Puigcerdà dès 130130. Comme nous l’avons vu avec l’exemple de G. Petrus Pelicer, ils nous montrent des testateurs peu expansifs et dont la possible inquiétude se voit canalisée dans des formules rassurantes et des solutions équilibrées. Le tout est en effet de respecter la modération. L’influence grandissante des Prêcheurs et plus tard des Mineurs y aide. Déjà, Jacques Le Goff avait décrit des hommes espérant gagner à la fois la bourse et la vie. Les sources de la pratique ne disent pas autre chose. Revenons au cas de Gerau dont le fils est inquiété pour les usures reprochées au père. C’est une mention elliptique du cahier de procès concernant Vilanova contre Gerau qui attire notre attention sur le rôle du testament dans les procès pour usure31.

  • 32 À Venise de même, R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano », analysant la cinquantai (...)

23L’inquiétude religieuse des hommes d’affaires de la seconde moitié du xiiie siècle ne les empêche pas toujours de songer à concilier salut personnel et pérennité de leur maison32. Entre 1257 et 1298, les Gerau de Sant Bau,

Fig. 13. — Où P. Gerau reconnaît être héritier de G. Gerau son père, et que celui-ci a demandé des restitutions dans son ultime testament (ACA, PQ, 1298 D, f° 5r°-v°)

Fig. 13. — Où P. Gerau reconnaît être héritier de G. Gerau son père, et que celui-ci a demandé des restitutions dans son ultime testament (ACA, PQ, 1298 D, f° 5r°-v°)
  • 33 Les dossiers concernant les successions cerdanes qui comprennent testament(s) et exécutions testame (...)

24voudraient bien gagner ainsi l’au-delà du père et l’ici-bas du fils, si les jaloux excédés par la dureté de G. Gerau n’attaquaient P. Gerau à cause des usures paternelles. P. Gerau, héritier universel, a-t-il restitué les usures ou bien a-t-il tenté de se soustraire à l’exécution du testament, l’histoire ne le dit pas. Mais il serait curieux que le procurateur de l’accusateur, le puissant R. de Villanova, n’utilise point un si bel argument. Or, le fils du défunt usurier n’apparaît dans le procès intenté devant la cour de Barcelone que comme un substitut de son père, son représentant légal et consentant au sens fort et plein du terme. Sa seule erreur, si erreur il y a, est d’avoir dûment accepté l’héritage. La partie est donc jouable. Peut-être a-t-elle été gagnée, après tout. Comme nous ne connaissons pas la sentence, l’espoir en la clémence du juge demeure. Quant à la culpabilité de G. Gerau, à lire les témoignages, disons tout de suite que même les plus indulgents des confesseurs la jugeraient complète. G. Gerau jongle avec le temps et l’argent. Il achète sans recevoir le bien, il vend et retient à la fois, il fait payer toujours, plutôt plus cher que moins, jamais au prix du jour. Et, bien entendu, il achète de préférence à bas prix. Il agit ainsi pendant plus de trente ans, de notoriété publique. Néanmoins, cette condamnation morale n’implique pas nécessairement un procès, dont les règles de procédure supposent le respect des règles de dénonciation. Aucune accusation ne l’atteint de son vivant. Mieux, ce spéculateur des folles années quatre-vingt ne nous semble pas taraudé par le remords. Au contraire, après avoir engrangé son profit selon les méthodes les plus rapides et les plus efficaces, il a dû régler sa succession avant 1297, en suivant la norme en cours qui interdit de prêter à un taux trop élevé et de mêler intérêt et principal. Sans doute était-il respectueux de la lettre de la loi car les témoins ne mettent pas en cause de prêt en numéraire sous forme de mutuum, mais sans doute pas toujours de l’esprit, lorsqu’il jouait des différences de prix des produits agricoles ou des parts de sociétés. Comme tout un chacun, il ordonne des restitutions génériques. Pour assurer sa succession, il faut croire qu’il rend aux pauvres ce qu’il leur doit, et pas un sou de plus, et à l’Église une somme comptée et mesurée. Le gros de sa fortune va à son fils et héritier. C’est ce qu’établissent sans contestation aucune les témoignages et les actes présentés à la cour. En effet, la réalité de la restitution demeure assez peu répandue33. Les testateurs qui en évoquent la possibilité ne confessent pas des usures immodérées, ce qui rendrait toute contrition impossible, mais la possibilité d’injurias, actes contraires au droit, injustes, torts, sortes de dommages collatéraux de l’activité mercantile. Péchés qu’une procédure religieuse adéquate doit pouvoir laver. Entre l’aveu d’un péché et celui d’une faute passible d’une condamnation en justice, la différence est grande.

Le testament de Petrus Pelicer de Puigcerdà

  • 34 AHCP, T, 1306-1307, le plus ancien livre de testaments dans la région, f° 34 : « G. Petrus Pelicer (...)
  • 35 « In primis eligo meo corporis sepulturam in cimiterio Ecclesie fratrum predicatorum podiiceretani (...)
  • 36 Cette mention est rare, parce que l’élection précise de sépulture est exceptionnelle, mais aussi pa (...)
  • 37 « Item volo quod de dictis LX libras solvatur mea sepultura […] Et residuum quod superaverit de dic (...)

25Les testateurs sauvent-ils leur âme lorsqu’ils en expriment l’intention ? La présence de quelque prêcheur au chevet du mourant semble le garantir. Examinons maintenant en détails le cas évoqué plus haut en contrepoint de celui de Petrus Vedrinyans : Petrus Pelicer, le 2 des calendes d’avril 1306, décide de se mettre à jour avec Dieu et le monde. Aucun préambule, même si à cette époque, ces derniers sont brefs et allusifs34. Pour cette fois, le scribe ne s’est aucunement embarrassé de formules toutes faites. Cette fin de printemps aurait-elle fatigué notre testateur ? La fin mars, avec sa chaleur mêlée aux dernières neiges est propice aux problèmes de santé. Il n’éprouve pourtant pas le besoin de signaler, comme il est coutume, qu’il est malade, mais en pleine possession de sa volonté. Il institue comme exécuteur testamentaire Johan de Vilalobent, prieur du couvent des Prêcheurs de Puigcerdà, ou bien son successeur, ce qui amène à penser que notre marchand est plus prudent que malade. Il appartient à cette élite de marchands aisés qui entretient des relations privilégiées avec les Frères prêcheurs nouvellement installés. Il veut reposer à côté du tumulus de son épouse Cerdane dans le cimetière de l’église des Prêcheurs35. Ce sens de l’alliance et ce respect posthume du mariage où les époux ne font qu’une même chair distinguent Pelicer d’autres pyrénéens pour lesquels le sang est plus fort que l’affinité36. Ceux-là demandent alors qu’on les ensevelisse auprès de leurs parents. Le frère Johan Peroris sera chargé des messes. Ce choix précoce du cimetière des Prêcheurs, de préférence à celui de l’église de Sainte-Marie traditionnellement élue, est encore rare à cette époque. Notre homme montre ainsi combien le touche la pastorale des Dominicains. Aussi ne nous étonnons pas qu’il soit parmi les premiers et l’un des seuls à régler la question des restitutions immédiatement après l’élection de sa sépulture, traditionnellement notée en premier lieu. Pelicer n’est pas un usurier notoire, c’est un homme conscient du danger moral d’affaires qui auraient causé du tort à autrui. Comme tous demandent que leurs dettes soient remboursées, il prévoit d’avoir à réparer quelque injustice37. Il juge que les frais divers liés à la sépulture et à ces restitutions n’excéderont pas soixante livres, somme rondelette. Que restera-t-il pour les réparations, une fois donné au curé de Sainte-Marie, aux Prêcheurs et pourvu à tous les frais ? Au cas où cette somme ne suffirait pas, si des injustices étaient avérées, Pelicer garantit leur remboursement sur ses biens et laisse à ses manumissores et à ses héritiers le soin d’affecter la somme nécessaire. Encore faudrait-il que les injurias soient connues de ses successeurs. La suspicion générale peut aboutir dans ce cas à une sorte d’auto-accusation. Le marchand reconnaît qu’il est difficile de pratiquer son activité sans faire du mal aux autres, sans faute et sans péché.

26Mais cette mise en question demeure limitée puisque le testateur garantit ses legs en confiant l’exécution testamentaire aux Prêcheurs qui sauront quelles sont les dettes qu’il conviendra de rembourser. En se remettant entre les mains de ces derniers, parfaitement à même d’évaluer les remboursements à opérer légitimement, le testateur prend un risque d’autant plus calculé qu’il encadre précisément l’action des manumisseurs : les Dominicains deviennent ainsi juges et partie. À côté de cela, Pelicer affecte soixante sous aux messes anniversaires chez les Prêcheurs puis distribue d’autres sommes. Deux mille deux cents sous vont à sa fille Esclarmonde. Son autre fille Cécile avait déjà reçu à son mariage deux mille sous de Melgueil et n’obtient donc que les vingt sous de Barcelone qui permettent d’éviter toute contestation de sa part. Ses deux fils reçoivent la fortune à parts égales. Quelques jours plus tard, le trois des nones d’avril, Pelicer revient sur les restitutions et y affecte un champ qu’il possède près du vallum podiiceretani et que les exécuteurs pourront vendre et aliéner en cas de besoin. Il est donc bien avéré qu’obliger l’ensemble des biens pour restitution est en pratique peu envisageable pour les héritiers et que le mieux est de prévoir un bien précis sur lequel asseoir la donation sans affecter le patrimoine. L’hypothèque de tous les biens n’intervient que comme garantie, à la manière habituelle des prêteurs. Sans doute aussi, ces choix mûrement réfléchis sont-ils la conséquence de pressions de la part des Prêcheurs ou des héritiers, puisque Pelicer rectifie ses volontés par un codicille. Le rapport entre restitution et patrimoine est donc bien le résultat d’une négociation : il doit être équilibré et réajusté si nécessaire. Mais la solution proposée dans le cas de Pélicer pourrait bien se révéler des plus habiles. En effet, les dons aux Prêcheurs représentent une sorte d’assurance pour une transmission réussie, au prix de donations mineures, compte tenu de la valeur de l’ensemble de la fortune.

L’aveu testamentaire du père Gerau de Sant Bau de Llobregat

  • 38 ACA, PQ, 1298 D, f° 4r°.
  • 39 Ibid., f° 5r°.
  • 40 P. Orti i Gost, Renda i fiscalitat en una ciutat medieval, p. 496, donne pour les parts de la Lleud (...)

27Parfois, malheureusement, la restitution sonne comme un aveu. Le cas de Pelicer éclaire-t-il le cas Gerau ? G. Gerau de Sant Bau près de Barcelone, marchand lui aussi sans respect pour le juste prix, établit héritier universel son fils P. Gerau dans son dernier testament38. À sa mort, celui-ci doit donc assumer l’héritage. Le testament fait preuve, P. Gerau peut le produire et confirme les faits dans sa déposition39. Le document démontre également, malheureusement pour lui, que G. Gerau ressent quelques doutes sur l’honnêteté de toutes ses opérations, puisque la crainte des foudres divines l’incite à ordonner des restitutions et réparations prises sur sa fortune. Peut-être ni plus ni moins que Petrus Pelicer de Puigcerdà. Il a d’ailleurs toutes les raisons de se juger dans la norme. En effet, il appartient à une catégorie d’investisseurs bien connus, très officiellement engagés dans un mécanisme financier généré autour des étals barcelonais, des moulins, des lleudes et autres rentes ou droits. Durant les années 1260-1270, certains batlles et d’autres personnages importants ou proches du prince participaient activement à ce marché. Les parts se transmettent et se vendent à un rythme rapide, puisque les changements de participants s’opèrent tous les deux ou trois ans en moyenne. Ce marché est public et officiel et fait partie des à-côtés de l’administration du domaine comtal et royal. Lorsqu’ils en héritent, les enfants du possesseur en négocient souvent une partie, ce qui conduit à une fragmentation des parts et à une grande complexité liée à la réception certaines années, par les divers ayants droit, de sommes fort différentes se référant à des lots au départ équivalents40. G. Gerau a appliqué les mêmes règles, sans parvenir à garantir ses legs principaux dans son testament que nous ne connaissons qu’indirectement. Il n’a pas su négocier la bourse et la vie, comme les Petrus Pelicer qui ont réussi !

28Il nous faut donc conclure que les prêteurs et marchands ont géré sans inhibition leurs bénéfices quotidiens en parallèle avec leurs investissements religieux. S’ils ont craint l’irruption d’une accusation judiciaire ou les complications d’un conflit moral, ils ont cherché à s’en garder avec leur notaire, en tenant compte des impératifs légaux et des conseils de leur confesseur. Leur foi en la lettre notariale est incontestable. Leur réussite est affaire de chance, de doigté, de savoir-faire.

II. — EMPÊCHER LA TRANSMISSION DES USURES

29Tout est affaire de temps pour l’usurier dont le métier consiste à jouer de la durée de ses créances, à en retirer du bénéfice jusqu’au moment où il est bon que cesse l’engagement. Les cas particuliers où l’usurier fantasmatique rejoindrait quelque usurier réel ou supposé placent le drame à l’heure de la mort et de la succession. La multiplication des procès en 1298 prouve que le temps des enquêtes est dur aux prêteurs mis en cause. Ces événements font date et nous pouvons penser que vers 1300 le monde change. Après le temps des usures, voici le temps des enquêtes, celui de la moralisation de l’activité économique. Les petits arrangements habituels ne suffisent plus à éviter les contestations. C’est le temps des affrontements. Certains s’enrichissent grâce aux profits que génère une économie dont les mouvements s’accélèrent ; d’autres résistent, protestent, se révoltent. Les pouvoirs interviennent pour moraliser et mettre en ordre les activités bancaires. Ceux qui ont profité des opportunités du xiiie siècle laissent la place à des successeurs respectueux d’un nouveau système financier.

La pratique testamentaire au service de la transmission des usures ?

30La moralisation est ardue, le trouble règne. Tant que des restitutions individuelles post mortem corrigent les injustices, l’espoir d’un royaume terrestre moralisé subsiste. Néanmoins, les exempla comme les procès dénoncent la transmission patrimoniale des usures, l’implantation de dynasties d’usuriers. Les prêteurs utilisent leurs testaments pour obtenir à la fois leur salut et la sauvegarde de leur patrimoine de créances. Quand un Prêcheur nous raconte un exemplum, l’usurier perd de manière dramatique tous les biens mal acquis. Sa fortune comme son salut lui échappent, la faillite est totale. Étienne de Bourbon l’exprime fort bien lorsqu’il raconte qu’il a vu

  • 41 J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 64.

un grand usurier tomber frappé de mort subite alors qu’il festoyait joyeusement. À cette vue, les fils qu’il avait eu de deux mariages tirèrent leurs épées, dans un complet oubli de leur père et combattirent sur les coffres (pleins d’argent) qu’ils voulaient garder et saisir, se souciant fort peu de l’âme ou du corps de leur père. On l’enterra dans un tombeau contigu à l’église paroissiale de la cathédrale Saint-Jean, on éleva une belle tombe et on l’inséra dans le flanc de l’église. Au matin on la découvrit repoussée loin de l’église comme s’il était montré par là qu’il n’était pas en communion avec l’Église41.

  • 42 Hormis le sentiment de vengeance qu’auraient pu éprouver les auditeurs des exempla comme la populat (...)

31Remarquons combien la discorde et la violence familiales condamnent l’usurier avant même que Dieu ne le repousse. L’usurier récolte ce qu’il a semé. Il est d’abord puni dans sa progéniture, incapable de s’appliquer aux rites fondamentaux en faveur du mort42.

  • 43 Comme J. Le Goff l’affirme dans sa conclusion de La bourse et la vie, p. 98.
  • 44 À Puigcerdà par exemple, la diffusion des dons au « bassin de Purgatoire » est tardive.
  • 45 Le thème est à nouveau étudié, comme en témoigne le colloque récent : Rivolte urbane e rivolte cont (...)
  • 46 M. Aventin i Puig, La societat rural a Catalunya, particulièrement pp. 226-229 et 520-538 pour la f (...)

32Chez le notaire, les Frères obtiennent des résultats moins spectaculaires, mais créateurs d’un revenu régulier. Les plus grosses fortunes marchandes appartiennent à des familles très liées à ces ordres par des dons charitables et l’entrée au couvent de quelques-uns de leurs parents. Deux remèdes servent à policer l’activité usuraire, à distinguer la bonne de la mauvaise usure. D’une part, le respect des règles prêchées par l’Église, qu’imposent peu à peu les gouvernants. D’autre part, la charité, qui vient tempérer des pratiques promptes à conduire au mal. Les testateurs disposent donc désormais d’outils pour racheter des manquements perpétrés soit en conscience, soit par inadvertance, comme, certes, l’invention du purgatoire mais surtout comme les outils pratiques mis en place dès la seconde moitié du xiiie siècle, avant même la diffusion effective des « bassins pour les âmes du purgatoire », postérieure aux restitutions d’au moins cinquante ans. Le résultat viendrait plutôt d’un effort soutenu des clercs comme des marchands, du pouvoir spirituel comme du pouvoir temporel, pour bâtir un système moral efficace et la figure d’« un usurier en purgatoire », d’ailleurs inapte à initier « le printemps du capitalisme »43, ne suffirait pas à éduquer les classes marchandes. La moralisation du système bancaire urbain sophistiqué est certes à l’ordre du jour, alors et pour longtemps, mais l’offensive régulatrice de la fin du xiiie siècle porte avant tout sur les campagnes. Là, les usuriers semblent jouer du testament pour sauver leur âme sans pour cela contribuer à édifier une société chrétienne plus juste et charitable. Le purgatoire ne serait pas le catalyseur de cette insertion moralisatrice du crédit dans la société médiévale mais un des éléments essentiels au système, inséré peu à peu dans le jeu des questions et des réponses qui lient les groupes à la fois sociaux et culturels émergents, à savoir les marchands urbains et les ordres mendiants. L’influence des idées nouvelles sur les campagnes reste modeste44. Plus que les villes, les campagnes sont le lieu contestable du développement car espace du désordre où les maquignons en voie d’enrichissement extraordinaire exploitent toutes les possibilités de création rapide de liquidités. Leur activité permet ainsi le décollage de certaines exploitations rurales comme la ruine de nobles appauvris ou de petits paysans véritablement « prolétarisés », puisque exclus par leur extrême pauvreté des mécanismes sociaux possiblement régulateurs, parmi lesquels le crédit. Si les révoltes populaires urbaines ont logiquement intéressé les historiens des années soixante-dix, marxistes ou non, si l’afflux de pauvres dans les villes a été décrit, l’absence de grand mouvement rural en Catalogne à la fin du xiiie siècle ne signifie pas que les mutations de la société n’avaient pas leurs racines dans les campagnes45. Le tableau que dresse Mercé Aventin pour le Vallès comme les travaux valenciens montrent par exemple que le cycle familial est parfaitement corrélé avec la superficie exploitée. Le marché de la terre dépend largement de l’enrichissement ou de l’appauvrissement des familles46. Certains parviennent à créer des domaines alors que d’autres abandonnent leur exploitation.

  • 47 J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 69.
  • 48 Ibid., pp. 67-68. Le blé de l’usurier est transformé en serpents, le cadavre de l’usurier mangé par (...)
  • 49 Dont la synthèse est présentée dans G. Todeschini, Ricchezza francescana.
  • 50 R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano ».
  • 51 Par exemple étudié par M. Fournié, « Rixende de Narbonne, une béguine au contact de juifs ? ».

33Le testament, qui pourrait être vecteur de correction des activités usuraires par le biais de restitutions obligatoirement demandées et grâce à une charité qui éviterait la transmission des bénéfices indus, ne joue pas son rôle. Ceux qui se sont tus pendant des années n’acceptent plus le système usuraire héréditaire qui se met en place. Ils dénoncent la durée de l’usure, le fils de l’usurier, l’enracinement des pratiques injustes. L’occasion des enquêtes est alors bonne à saisir. Les tensions sociales se reflètent au tribunal par des conflits entre riches et puissants, qui s’appuient sur le chœur des témoins. Cependant certains prêteurs et marchands paraissent insensibles à l’ire divine et, persuadés de leur bon droit, ils acceptent le testament de leur père pour continuer impunément à appliquer leurs méthodes oppressives. Jacques Le Goff évoquait déjà celui qu’il nommait « l’usurier impénitent » — nous le dirions nanti de sa bonne conscience, qui fut « soit un usurier imprévoyant, surpris par la mort, malgré les avertissements de l’Église, soit un usurier optimiste, comptant sur la miséricorde d’un Dieu plus compréhensif que l’Église »47. C’est cet usurier-là que nous voyons agir durant ces folles années de croissance. Optimiste, organisé et satisfait, bien installé… rattrapé cependant par la conjoncture, la rumeur publique et la norme que le pouvoir tentait d’imposer grâce à un encadrement de plus en plus serré. Capable alors d’utiliser cet outil essentiel qu’est le testament. Nous ne voyons pas dans les textes grimacer l’avaricieux nourri de serpents et de crapauds, poursuivi par ses péchés dont il percevrait enfin l’horreur48. Nous pouvons par contre imaginer le sourire mi-faraud, micoquin des prêteurs du commun qui avaient toujours fait leurs petites affaires et à qui le juge explique un jour qu’ils sont des criminels qui s’ignorent. En accord avec le combat antiusuraire, la plupart n’auraient jamais cru, en toute bonne foi, faire partie du lot des hors-la-loi. Ne respectent-ils pas les taux ? Ne sont-ils pas prêts à dépanner un client en mal d’argent pour peu qu’il ait des espérances ? Ne font-ils pas la charité par l’intermédiaire des Mendiants, à l’approche de leur mort au moins ? Tous ne sont pas grossiers et sans culture. Devant le tribunal, ils doutent encore de la légitimité de l’accusation. Comment comprenaient-ils les subtilités qui permettent d’accorder une valeur à l’enrichissement tout en imposant une manière de l’acquérir et une manière de le vivre ? Une échelle de valeurs aussi nuancée exige, pour être appréhendée, de grandes compétences. Les travaux de Giacommo Todeschini démontrent que les ordres religieux nouveaux délivrent un message moralement exigeant et économiquement efficace49. Des études sociales comme celle de R. Mueller pour Venise doivent encore vérifier la diffusion de ces idées50. Peut-être l’étude des milieux narbonnais ou cerdans proches des consuls et des Franciscains pourrait-elle nous en apprendre plus51. Nous ne connaissons pas, sur ces questions, le sentiment des clients des notaires, seulement l’opinion de quelques membres de l’élite intellectuelle.

Fils de noble contre fils d’usurier ? Les remèdes antiusuraires mettent au jour des conflits sociaux anciens

  • 52 ACA, PQ, 1298 D, Vilanova contre Gerau, parts de la société du bac du Llobregat.
  • 53 ACA, PQ, 1298 E, Biona contre Franchea, usures.
  • 54 Nous connaissons fort peu de plaidoiries, et ne savons pas si un certain humour faisait partie de l (...)
  • 55 ACA, PQ, 1297-1298, n° 118, f° 1.
  • 56 Dans la Sicile du xviie siècle, les mécanismes sont comparables, selon R. Rosolino, « Crimes contre (...)

34En cette fin du xiiie siècle, dans la couronne d’Aragon, où la norme concernant le lucre se précise au fil de chartes royales et s’impose à travers une série de procès, les témoins eux-mêmes, même s’ils sont à charge, ne disent pas que les activités éminemment spéculatives de G. Gerau et de son associé Bernat Fuster sont jugées scandaleuses52. Seul Guillem Franchea est visiblement détesté. Serait-il le seul usurier ? Ou bien l’argumentation du procureur du juif Isach Biona jouerait-elle avec les codes et les opinions de l’époque, pour obtenir la victoire de son client en dressant le portrait d’un usurier chrétien53. Nous ne saurons pas si notre avocat réprime un sourire, s’il considère ce rire comme un élément de stratégie. Pour en être assuré, il faudra utiliser d’autres sources54. Même si nous savons quelle réserve impose le tribunal, qui ne peut accepter de propos trop manifestement haineux, les témoins expriment devant la dureté des créanciers leur fatalisme plutôt qu’une condamnation sans appel. Dans l’affaire Gerau, l’accusateur n’est pas un client mais le noble Ramon de Villanova55 qui, avec son épouse Agnès, a divisé à plusieurs reprises les participations dans le consortium de la barge du Llobregat. Les associés Gerau et Fuster achètent des droits pour quelques années et augmentent ainsi leurs parts. Ils ne tardent pas à revendre certaines parts au prix de quatre cents sous, sans pour cela perdre la majorité. D’autant plus que ceux qui achètent revendent souvent assez rapidement pour, tel A. Viader, prendre aussi leur part de bénéfices, dans la plus parfaite transparence. Ces affaires durent quarante ans, se poursuivent quasiment sans interruption depuis 1257. Les transactions et les comptes sont attestés devant notaire. Les prix sont, sauf exception, de notoriété publique, même si la suspicion peut peser sur quelques échanges. Bref, attendre la mort du père pour accuser le fils relève d’une jalousie bien tardivement exprimée56.

  • 57 AHCP, Liber panneriorum, 1286, Arnald Bonany, fos 7v°, 8r°, 11v°, 15r° : des milites cerdans doiven (...)

35Le noble R. de Villanova a de quoi être mécontent, lui qui n’avait pas su faire fructifier son avoir comme ces deux arrivistes sans scrupule que sont Gerau et Fuster. S’il est celui que nous connaissons par ailleurs, un familier du roi, il profita au mieux des opportunités des campagnes royales et reçut de Jacques II des dons générateurs de revenus substantiels. Pire, R. de Villanova n’avait-il pas été amené peu à peu à céder ses droits à G. Gerau et à son compère, au fur et à mesure de créances mal remboursées ? G. Gerau était entré dans le capital avant même que ne commencent les transactions incriminées. La conjoncture lui était favorable, alors que trop de petits nobles de Catalogne perdaient peu à peu leurs revenus banaux au profit de nouveaux riches dans le genre de G. Gerau et B. Fuster57. Les enfants des uns commencent donc leur vie d’adulte avec un patrimoine en train de fondre, alors que ceux des autres ne connaissent qu’ascension sociale et profits faramineux. Ainsi, P. Gerau voit doubler le prix des participations de son père. Mais aucune plainte ne vient le toucher personnellement. L’accusation viserait donc d’abord à éviter la transmission d’une fortune construite sur un profit que d’aucuns qualifient bien vite de frauduleux. D’ailleurs, B. Fuster, dont les manœuvres semblent tout aussi peu généreuses, n’est pas judiciairement mis en question, dans ce cadre du moins. Ici c’est le fils qui doit défendre le père. L’associé passé n’est évoqué que pour souligner ses mauvaises pratiques, à titre d’explication.

  • 58 ACA, PQ, 1298 D, fos 10 et 11.
  • 59 Ibid. par exemple, f° 7v°, « Bernardus Fusteri, quando revendebat […] retinebat » ; f° 9v°, art. 19 (...)
  • 60 C. Batlle, Conèixer la Història de Catalunya, t. II : Els segle xiii-xv ; P. Vilar (éd.), Història (...)
  • 61 ACA, PQ, 1298 D, f° 24r°.

36P. Gerau, forcé de prendre à son compte l’accusation d’usure portée contre son père, récuse les preuves produites par R. de Villanova, comme si le fils parlait de ses propres sentiments et actions portant sur les contrats passés au temps de son père58. En effet, l’avocat de l’accusation veut prouver l’intentio de G. Gerau, c’est-à-dire asseoir l’accusation d’une faute judiciairement qualifiable. Les faits ne sont ni contestés ni contestables, puisque les instruments notariaux et les notules sont produits. Les deux spéculateurs sont des professionnels de la finance et tiennent leur comptabilité à jour. R. de Villanova doit donc souligner, dans son argumentation, les zones d’ombre, dénoncer plus les attitudes et les méthodes des deux associés que les contrats eux-mêmes59. D’abord, parce que la législation de plus en plus précise, alliée au développement extraordinaire du notariat, encadre de mieux en mieux les acteurs de la croissance qui savent parfaitement se conformer aux règles formelles. Ensuite, parce que l’offensive moralisatrice se développe à travers l’instrument judiciaire qui sert à intégrer la nouvelle norme dans la lettre (notariale) et dans l’esprit. Cela signifie que ce qui était possible dans les années cinquante et soixante du xiiie siècle ne l’est plus à la fin des années quatre-vingt-dix, pendant lesquelles la croissance s’essouffle60. Les professionnels tirent mieux leur épingle du jeu que les petites gens, prêteurs occasionnels. Pour avancer ses pions, le procurateur de Villanova choisit donc d’interpréter les faits plutôt que de parler, comme dans d’autres procès pour usure, d’actes illicites cachés ou maquillés par un contrat fallacieux. Il lui faut surtout mettre en cause l’affermage du bac et la prise de bénéfices indus. Ensuite, il cherche à réexaminer les contrats passés par G. Gerau dans les années soixante et soixante-dix en retrouvant les témoins. Dans ce cas, il est beaucoup plus difficile à la défense de produire des documents, mais les contrats peuvent être datés et localisés, ils avaient été mis par écrit. Le but du procurateur est de dénoncer un système plus que quelques contrats. Nous savons déjà que le témoignage vaut mieux que l’écrit pour prouver l’acte effectif. Pour accumuler les preuves, Villanova fait même témoigner un témoin qui nous semble douteux. Guillema Tartera, épouse de Berenger de Sant Christoforo de Beguis se souvient d’une vente de froment et d’orge datant de quinze ans mais déclare que personne n’était présent lors de la transaction, qu’elle ne se souvient ni du lieu, ni de l’année, ni de la date61. Trou de mémoire bien compréhensible mais absence de preuve gênante dans un procès où les témoins sont bardés de documents écrits ou capables de répondre avec conviction aux interrogations sur les articles.

  • 62 Comme Bartolomé Hostalric, qui reçut livrée de sa main et fut son bailli, f° 14v°. Plusieurs témoin (...)

37R. de Villanova ne réussit à produire que des témoins contestables par la défense puisque plusieurs d’entre eux sont ses obligés62. Il ne sait agir qu’en seigneur. Les pratiques de nos deux associés sont certes bien rudes et basées sur le profit, et à ce titre moralement contestables pour l’Église, mais il est difficile de trouver quelqu’un qui puisse témoigner d’une malversation. La preuve par des éléments factuels est malaisée à établir. Il est même impossible, à la différence d’autres affaires, de faire témoigner des clients mécontents. L’occasion du conflit est donc bien la conjonction entre la mort du père Gerau et les enquêtes sur l’usure.

Les temps qui changent : l’échec des fils de ?

  • 63 ACA, PQ, 1298 D, Vilanova contre Gerau, parts de la société du bac du Llobregat.

38Ces années 1290 sont dangereuses pour les familles qui avaient joui des possibilités nouvelles du développement mercantile, financier et administratif, de la seconde moitié du xiiie siècle. Trois écueils viennent compliquer les successions à cette époque. D’abord la spéculation effrénée exacerbe la concurrence. Les familles de marchands, fragilisées par le jeune âge du nouveau chef ou par une perte de confiance ou un déficit relationnel qui peuvent être contemporains du renouvellement des générations, ne peuvent y résister. Il en est de même pour ceux dont les affaires, pas encore assises, leur interdisent de s’engager dans des actions périlleuses. Enfin, les nobles de la couronne d’Aragon souhaitent défendre leurs positions. Ceux qui risquent de s’appauvrir doivent agir comme R. de Villanova63.

  • 64 Les juifs doivent être exclus de l’entourage royal, voir M. Kriegel, Les Juifs à la fin du Moyen Âg (...)

39Un autre groupe bénéficiaire de l’ascension sociale est celui des juifs de cour et d’administration. Que le Privilegio General vise à exclure les juifs en 1283 n’est ni un hasard, ni l’expression d’un antijudaïsme latent, sentiment ni éternel, ni réellement nouveau. Tous les outils qui pourraient le développer sont disponibles depuis des siècles. Le Privilegio est plutôt l’indice d’une réaction de la noblesse contre les hommes nouveaux qui échappent à ses règles64.

  • 65 D. Romano, « Los hermanos Abenmassé al servicio de Pedro el Grande de Aragón ».
  • 66 Comme en témoignent les procès de la série Processos en Quart et les Processos de la Battlía. D. L. (...)
  • 67 ACA, reg. 43, f° 129, transcrit par D. Romano, « Los hermanos Abenmassé al servicio de Pedro el Gra (...)
  • 68 Ibid., « … vous aurez ces offices bien et légalement […] Nous recommandons à l’ensemble de nos offi (...)
  • 69 Ibid. En décembre 1284, le roi Pierre, présent alors à Teruel, accorde aux Abenmassé la franchise d (...)
  • 70 En 1283, le roi a dû accepter la remise en cause de la présence d’officiers juifs dans l’administra (...)
  • 71 ACA, reg. 44, f° 245, cité par D. Romano, « Los hermanos Abenmassé al servicio de Pedro el Grande d (...)
  • 72 Teruel, 6 janvier 1285, ACA, reg. 43, f° 100. Ces libertés sont cependant généralement accordées au (...)
  • 73 Cl. Denjean, « Les conflits inter et intra communautaires ». Les documents hébraïques découverts ré (...)

40Les familles les plus appréciées par les rois Jacques Ier comme Pierre II sont attaquées sur des accusations de prévarication et de malversations. Fautes caractéristiques de l’époque : pratiques brutales mais courantes, devenues d’un coup inacceptables ; alibi, habile car plausible, pour se débarrasser d’un ennemi. Les changements de la faveur royale — c’est la loi du genre — sont brutaux et d’autant plus saisissants qu’à la faveur la plus insigne succède une exclusion définitive : la carrière du père aboutit à la création d’une dynastie de juifs de cour mais le fils ne jouit finalement pas longtemps de ces privilèges65. Ces événements se déroulent dans un contexte de suspicion exaspérée contre des juifs en principe exclus des charges officielles et que peuvent frapper également les enquêtes sur l’usure ou celles sur les abus. La justice est très souvent saisie au sujet de crimes perpétrés dans les familles, juives, puis chrétiennes66. Ainsi, Samuel Abenmassé père demeure le protégé du roi Pierre II-III durant les années 1270 à 1286, alors que le « fidèle Samuel, fils d’Abraham Bonnemaiz » reçoit le 13 février 1279, à Barcelone, « la charge d’être notre alphaquim et notre scribe en arabe » pour la durée de sa vie67. Samuel reçoit ainsi les bénéfices « des nombreux et précieux services » rendus au roi, parmi lesquels des prêts, sous forme de charges publiques68. L’officier est inscrit sur les registres de la chancellerie comme ses autres collègues ; son nom se retrouve sur la liste des émoluments. Au fil des années et des services rendus, la famille reçoit diverses exemptions fiscales élargies (peytas, questias, servitude, service, tribut ordinaire, prélèvements royaux ou locaux existants ou futurs) et surtout héréditaires69. L’officier juif n’a jamais été aussi bien traité par le roi, et ce après le Privilegio General qui aurait dû sonner le glas de la présence juive dans l’administration royale70. Ces juifs reçoivent du roi une position irrespectueuse du Privilegio General et inadmissible par leurs coreligionnaires et ceci en toute connaissance de cause puisque le roi prévoit les rétorsions que pourraient subir ses favoris : tant des contestations de la part des chrétiens que l’excommunication prononcée par les communautés juives, arme utilisée lorsqu’un contribuable se dérobe71. Samuel échappe aux lois ségrégatives rappelées à ses coreligionnaires : il est exempté de porter la capa rotunda imposée aux juifs de Valence72. L’inégalité de traitement accentue les conflits entre groupes d’intérêts ou de modes de vie différents qui déchirent plusieurs communautés juives, à l’instar des villes chrétiennes73. Mais voici qu’un an à peine après les faveurs, le 27 mai 1286, la roue de la fortune a tourné. Tous leurs avantages antérieurs sont supprimés et la chute de la dynastie d’officiers en train de se constituer consommée.

  • 74 Acte de 1286, ACA, reg. 66, f° 98, cité dans D. Romano, « Los hermanos Abenmassé al servicio de Ped (...)

Comme est parvenu à notre audiencia selon le rapport de nombreux chrétiens comme de Sarrasins que Samuel, alphaquim, a fait de nombreuses extorsions indues et immodérées dans les nombreuses affaires qu’il exécutait, gérait et administrait pour notre seigneur père, tant aux Sarrasins de Montesa et nombre d’autres, et qu’il a aussi retenu d’importantes quantités qu’il exigeait pour le compte de notre seigneur père, nous voulons et vous disons et vous mandons que vous enquêtiez scrupuleusement contre ledit Samuel pour savoir la vérité au sujet des délits commis par son entremise ; et que, pour arracher et savoir la vérité, vous receviez de lui le compte des susdites extorsions ; et que si vous découvriez quelque chose contre lui, vous nous l’apportiez et envoyez sous votre sceau ; et que le sauf-conduit de cet homme soit annulé74.

41La manière dont on lui a extorqué la vérité n’a pas laissé de traces dans la documentation. La fragilité de la situation des Abenmassé, qui dépendait de la personne d’un roi voit les hommes du règne précédent perdre les faveurs du souverain suivant.

  • 75 ACA, PQ, 1298 T.
  • 76 A. Beauchamp, « Contra Injurias, violencias, corrumpciones sordidas, fraudes enormes, extorsiones i (...)

42Ce cas est-il original ? C’est alors que l’officier Bartomeu de Mans se voit chargé des enquêtes royales contre les officiers selon la charte recopiée dans les dossiers de procès qui le touchent au règne suivant, en 129875. Les causes des attaques contre les héritiers sont les enquêtes qui reviennent régulièrement, au moins à chaque début de règne, même si les témoignages que nous en avons sont ténus par rapport aux preuves conservées pour l’époque de Pierre le Cérémonieux76. Les positions sociales des pères sont bien difficiles à conserver par les fils, tant dans les affaires que dans la faveur royale qui y est liée, tant pour les chrétiens que pour les juifs. À la rupture des relations personnelles causée par le décès s’ajoute à la fin du xiiie siècle une institutionnalisation de la révision des contrats et des positions grâce à des enquêtes qui suscitent l’expression de la rancœur sociale contre des privilégiés. Il est sans doute inadapté d’analyser le cas des usuriers ou celui des juifs à part, car l’effet cyclique des générations est remarquable. La place prise par le testament dans la moralisation des attitudes économiques mais aussi l’emploi sans complexe qu’en font les marchands et prêteurs accentue ce phénomène, faisant de la succession un moment particulièrement difficile.

Un turn over rapide dans les familles marchandes

43Nous l’avons vu avec le cas des Gerau ou avec les Abenmassé, les conflits sociaux anciennement enracinés apparaissent au moment des successions. Cependant, ni les procès ni les actes de la chancellerie royale ne permettent d’appréhender plus avant l’ascension sociale et la concurrence avec les catégories déjà en place. Que pouvons-nous savoir sur ce phénomène dans les catégories marchandes ? Au xive siècle, un turn over rapide marque les familles marchandes. Dures années pour les héritiers que celles qui voient se terminer le xiiie siècle et commencer le xive siècle, celui qui sonne le glas de la croissance. Les fils de catégories sociales déclinantes continuent à subir les difficultés qui avaient commencé à frapper leurs pères. Les fils des catégories ascendantes reçoivent, eux, des fortunes qu’il leur faut convertir en richesses socialement acceptables. Qu’elles soient convenablement gagnées ne se démontre pas aisément. La conjugaison entre l’égoïsme de leurs pères, le système même de l’enrichissement individualiste et la nécessité de réaction rapide dans les affaires rend la succession problématique. Cette difficulté spécifique à la phase d’ascension familiale, synonyme d’installation dans un nouveau métier comme dans une ville nouvelle, se produit un peu partout durant ces années-là.

  • 77 R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano ».
  • 78 Ibid., p. 1 : les catégories sont 1°. — les marchands banquiers à grande distance, maîtres de la le (...)
  • 79 R.-H. Bautier, « Le marchand lombard en France aux xiiie et xive siècles » ; G. Scarcia, « Une inté (...)
  • 80 De même Louis IX, lorsqu’il interdit l’usure, s’attaque avant tout aux étrangers, J. Le Goff, « Sai (...)

44Analysons maintenant un exemple vénitien proposé par Reinhnold Mueller77. Les deux catégories inférieures dans la hiérarchie des créditeurs78 ont bien du mal à s’installer dans le long terme ou à faire prospérer leurs affaires ; elles ne parviennent pas à réussir hors de l’espace économique auxquels elles appartenaient initialement. Nous retrouvons ici d’une autre façon les problèmes éprouvés par les Lombards hors de la région astesane alors même que la qualité d’étranger ne pèse pas aussi lourdement sur les banquiers vénitiens79. Les petits prêteurs sur gages, comme les pawnbrockers de l’historiographie anglaise, se voient également repoussés dans cet espace de l’usure80. En effet, ils ne peuvent que prêter et non toucher à d’autres affaires. Nous pouvons insister sur ce point. Le mécanisme qui conduit au rejet frappe donc ici des prêteurs contre lesquels l’argument religieux ou la préférence nationale ne jouent pas. Ailleurs, on accusera un juif, un étranger, mais l’essentiel n’est pas là. Il faut qu’une famille fasse preuve de qualités particulières à chaque époque pour qu’elle parvienne à s’implanter durablement dans une ville et un métier ; les générations doivent s’adapter, mais aussi jouir de chance. La judéité, comme la qualité d’étranger, qui apparaissent comme cause première de conflit et d’exclusion, ne sont que des alibis et des catalyseurs. Tout concourt à démontrer que l’usure médiévale ne repose pas sur les juifs, que sa condamnation n’est pas d’abord la leur. Comme les frontières naturelles entre pays, ces barrières-là sont des inventions des hommes, essentielles aux processus identitaires et à la lisibilité des mécanismes sociaux. Leur absence ne semble d’ailleurs pas favoriser outre mesure une convivencia sociale, puisque la concurrence touche les usuriers chrétiens tout autant que les juifs, les Lombards et autres Cahorsins.

  • 81 D. Igual Luis, « Los agentes de la banca internacional », présente rapidement en introduction les i (...)
  • 82 R. H. Bautier, « Le marchand lombard en France aux xiiie et xive siècles », insiste sur ce point.
  • 83 J. Le Goff, « Saint Louis et les Juifs » p. 44, distingue deux niveaux de prêt : le crédit pour les (...)
  • 84 R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano », p. 2.
  • 85 Ibid.
  • 86 Chronologie comparable à celle de la Cerdagne.

45Nous verrions donc se constituer une catégorie socio-économique, celle de l’usurier. Cette naissance s’opère dans un va-et-vient entre idéologie, praxis et bouillonnement d’une société de frontière en voie de développement. Pourrions-nous voir là une des causes des attaques comme celles que subirent les Gerau de Sant Bau ou les Scuder de Terrassa ? Tout se passe comme si le système marchand et bancaire ne pouvait accepter l’amalgame entre des domaines financiers qui ne sont pas nécessairement distincts : le prêt « usuraire » et le commerce. La banque, le change, le courtage en marchandises, s’ils sont pratiqués à Venise ou à Barcelone par des familles de niveaux différents, sont conduits de manière comparable dans les bourgs ruraux. La distinction des marchands-prêteurs selon le type d’affaires qu’ils mènent ne paraît pas plus opératoire à Valence81. Comme si la nature originelle des banquiers différait absolument de celle des usuriers82. Or, nous savons que certains grands banquiers italiens ne répugnent pas, pendant longtemps, aux petits crédits. Cette tentative de placer la limite entre les uns et les autres se retrouve dans plusieurs analyses : J. Le Goff comme A. Graboïs et bien d’autres chercheurs classent typologiquement les métiers du crédit selon une hiérarchie où les différences portent sur la nature des affaires et pas seulement sur leur volume83. Hypothèse difficile à partager à la lecture des livres notariés des bourgades catalanes et des procès étudiés ici, car les prêteurs ruraux qui manient de petites sommes travaillent parfois en grands banquiers pourvoyeurs de grosses sommes auprès des grands nobles. La question reste ouverte. À la fin du xiiie et au xive siècles, même les changeurs du Rialto paraissent bien fragiles car ils se heurtent eux aussi à la crise de confiance. D’où un turn over assez rapide84. Cette situation se poursuit au xive siècle puisqu’entre 1300 et 1375, subsistent 8 ou 10 changeurs — 8 en 133885. Remarquable permanence du nombre de « places disponibles ». Remarquable durée qui fait fi des cycles économiques. Quant aux hommes qui prennent ces places sans réussir à les conserver, ce sont des immigrants de fraîche date, des membres de vieilles familles populaires, de petits nobles, même si entre 1378 et 1381, nous en remarquons 5 ou 6, de meilleures familles, puis seulement 4 en 143086. Enfin, ces nouveaux venus n’ont pas de véritable influence politique jusqu’au xvie siècle. Dans les villes marchandes comme dans les bourgades rurales, vers 1290, les petits prêteurs trop spécialisés rencontrent moins de difficultés que les non professionnels, mais sont moins solides que les sociétés qui disposent d’une surface financière plus large.

46Bien sûr, les prêteurs peuvent alléguer les difficultés classiques d’implantation économique et sociale. Ils supportent les cycles où se succèdent l’essor, la splendeur et le déclin des familles. Les époques de décollage et de spéculation imposent aux générations nouvelles d’associer les capacités de dynamisme et de ténacité des pionniers à la bonne réputation intégratrice des héritiers. Aptitudes parfois trop visiblement contradictoires, auxquelles il faut souvent ajouter la chance. Il leur faut exprimer des qualités relationnelles démontrant les vertus d’une image, avant qu’une vilaine rumeur, sans parler d’un procès, ne soient parfois être fatals. Jacme Scuder ou G. Gerau n’ont pas prévu ce qui est arrivé à leurs enfants. Jafuda de Limoux comme don Abon ont laissé une lourde charge à leur veuve et héritiers, puisque le recouvrement de dettes difficiles mène à des accusations d’usure.

  • 87 R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano », p. 3, le mot residuum correspond à la mas (...)
  • 88 Ibid., pp. 3, 10-12, 15, 23.

47Le modèle que les familles en passe d’intégration sociale cherchent à atteindre est durable et partagé par beaucoup. En s’appuyant sur une cinquantaine de testaments, Reinhold Mueller relève à Venise, pour le xive siècle, quelques points auxquels nous pouvons souscrire : dans le domaine testamentaire, les prêteurs se fondent dans la masse et n’expriment pas de spécificité liée à la banque. Le testament ne décrit d’ailleurs pas la fortune et ne reflète pas la richesse du testateur87. Certes, nous avons connaissance ici et là de quelques banqueroutes frauduleuses ; on relève une renonciation d’hérédité pour devenir frère mendiant. Mais une reconstruction des sentiments de marchands et banquiers qui valoriserait un sentiment d’inquiétude resterait pure spéculation. Au contraire, les prêteurs manifestent peu de préoccupations et de craintes par rapport à l’usure : ils auraient même une conception « moderne » de la licéité de l’intérêt. L’essentiel pour eux consiste à respecter le taux du marché. Il nous est donc impossible d’établir une corrélation entre un métier : banquier, et un sentiment : l’angoisse. Ces hommes font même preuve d’une « nonchalance du salut », voire d’un « esprit laïque »88 que leurs relations avec les Dominicains ne semblent pas entamer. Par contre, ils portent une grande attention à la pérennité de la famille. L’ordre des priorités la place au premier rang, devant le salut de l’âme, plus important seulement pour les fortunes moyennes. À Venise, l’ascension sociale conduit ces familles à la noblesse. L’examen des testaments cerdans conduit aux mêmes conclusions, à l’anoblissement près.

48Ainsi, la conjugaison entre les cycles familiaux et les cycles économiques permet l’enracinement de quelques entreprises, mieux à même d’assumer les contradictions propres à l’époque, et d’obtenir l’équilibre entre un enrichissement efficace et une place honnête dans la société. Affaire de chance et de ténacité. En effet, si la peur de la mort et de la damnation ne semble avoir joué qu’un rôle mineur dans l’adaptation des usuriers aux règles morales, sans même qu’ils se sentent obligés de donner tout de suite aux « bassins pour les âmes du Purgatoire », l’heure du testament est un moment dangereux pour leur âme comme pour le bien de leurs successeurs. La grande entreprise de la plupart des testateurs pourtant soucieux d’obtenir leur passeport pour un au-delà paisible consiste à assurer leur fortune et à léguer leurs usures, les bonnes comme les mauvaises. Mais la leçon est assenée à leurs héritiers : le ciment de la société doit être l’équité et plus seulement la légalité apparente. Alors les veuves subissent les rigueurs des restitutions. Alors que les activités des pères décédés s’évanouissent derrière l’écran de leurs contrats, les fils doivent démontrer publiquement qu’ils respectent le juste prix, au tribunal ou sur le marché, jusque dans les créances dont ils ont hérité. Nous allons maintenant étudier plus précisément et concrètement ce que peuvent recouvrir les usures mauvaises que l’on impute aux prêteurs soupçonnés et aux testateurs demandant des restitutions.

Notes

1 Jacques de Voragine, Legenda aurea, pp. 50-51 : un juif qui avait placé ses biens sous la protection de saint Nicolas a été volé ; saint Nicolas apparaît aux voleurs et les persuade de restituer leur larcin au juif qui se convertit.

2 Parmi les très nombreux travaux sur les testaments, il faut relever J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà, 1980 ; M.-Th. Lorcin, Vivre et mourir en Lyonnais, 1981 ; M. Fournié, Le ciel peut-il attendre ?, 1997 ; M.-Cl. Marandet, Le souci de l’au-delà, 1998 ; J. Casamitjana ivilaseca, El testamento de Barcelona bajomedieval, 2004 ; D. Iogna-Prat, « Préparer l’au-delà, gérer l’ici-bas » (à paraître).

3 Sur les restitutions, outre la bibliographie concernant les pauvres et l’économie franciscaine, voir en particulier J. Le Goff, La bourse et la vie ; Id., « Au Moyen Âge : temps de l’Église et temps du marchand » ; N. Bériou, « Usure, crédit, restitutions : un dossier inattendu dans les manuscrits de Robert de Sorbon ».

4 Outre les exempla, les témoignages recueillis par les inquisiteurs brossent des portraits d’usuriers dans l’Au-delà : les usuriers juifs d’Arnaud Gélis — armier appaméen qui avoua avoir dialogué avec quelques défunts, questionné par Jacques Founier — courent en marchant de travers, J. Duvernoy (éd.), Le registre d’inquisition de Jacques Fournier, p. 178.

5 Césaire de Heisterbach nous raconte l’histoire d’un chevalier usurier qui ne parvient pas à protéger son fils. Un autre usurier voit ses fils se battre sur son cadavre, Césaire de Heisterbach, Histoires médiévales, pp. 49-51.

6 Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum, cité par J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 87.

7 Ibid., p. 88.

8 Césaire de Heisterbach, Histoires médiévales, « De l’interprétation des signes », pp. 39-40.

9 Césaire de Heisterbach, cité par J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 85.

10 Césaire de Heisterbach, Histoires Médiévales, « Visite en enfer », pp. 49-51.

11 J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 47. Jacques Le Goff ajoute p. 48 que nous sommes très mal renseignés sur la réalité des restitutions. La comparaison de testaments assortis de leurs règlements successoraux avec les malédictions menaçant les usuriers et leurs successeurs montrent une grande modération dans l’usage des restitutions !

12 G. Todeschini, Ricchezza francescana, pp. 41-42 et 58.

13 Césaire de Heisterbach, Dialogus miraculorum, XXII, XXIV, t. II, pp. 335-336 ; J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 84 ; Id., La naissance du Purgatoire, pp. 1140-1141.

14 Sur les testaments féminins, voir A. Courtemanche, La richesse des femmes ; M.-Cl. Marandet, « La veuve et le testament en Toulousain ». Comme c’était le cas pour Jacques Ier, le droit des femmes et des veuves fait l’objet de l’attention de saint Louis, sous l’influence des mendiants, J. Le Goff, Saint Louis, p. 226.

15 ACA, PQ, 1298 G.

16 ACA, PQ, 1298 G, f° 4r°.

17 ACA, PQ, fos 5r° et 6r°.

18 J. Shatzmiller, Shylock revu et corrigé, avait déjà remarqué ce phénomène.

19 ACA, PQ, 1298-1299.

20 Action posthume contre des Vaudois à Montauban, J.-L. Biget, « Hérésie, politique et société en Languedoc », et entre autres cas, Guillaume Pelhisson, Chronique, pp. 122-123, texte auquel est adjoint le récit de l’exhumation du corps d’une hérétique à Albi. Les enquêtes de 1242 concernant Montségur portent également sur des faits largement passés, et pour lesquels certains individus ne peuvent plus être punis en ce monde ; J. Duvernoy (éd.), Le dossier de Montségur, publie les interrogatoires diligentés par frère Ferrer, inquisiteur de Narbonne, venu reconstituer les registres razziés à Avignonet, et enquêter sur l’assassinat de mai 1242. Voir aussi : Id., « Le registre de Bernard de Caux, Pamiers, 1246-1247 », publie des dépositions postérieures dans le Comté de Foix.

21 Même dans les cas les plus étranges, J. Hoareau-Dodinau, « L’animal devant son juge », spécialement p. 196.

22 Cependant, dans la série utilisée ici, Cancelleria, Processos en Quart de l’ACA, les procès disponibles actuellement ne représentent que 59,17 % des procès conservés, soit 23 fragments, le reste demeurant encore en restauration.

23 AHCP, T, Joan de Corromines, 1398-1408, in 4° papier, fos 9v°-11v°.

24 AHCP, T, 1306-1307, in 4° papier, f° 34. Les premiers registres de testaments de Puigcerdà datent de l’année 1306. Cependant, auparavant, des testaments étaient recopiés dans d’autres registres.

25 Les legs sont généralement inscrits selon un ordre lié au degré de proximité familiale et affective avec le testateur, depuis les menus objets personnels distribués aux serviteurs, obligés et parents, jusqu’aux legs plus substantiels venant avant la désignation du légataire universel. Les vêtements ne sont certes pas rares, mais sont donnés à des très proches ou à des plus pauvres. L’énumération de ces objets personnels, n’est généralement pas mêlée à des dons sous forme de tissus, couleurs, céréales, argent. Raymundus Urucz, teinturier, qui teste au f° 28 du même livre ajoute même à chaque don de manteau et de capuche, ou de robe un assez joli « si portare voluerit ». Délicatesse qu’omet Vedryans. Au contraire, dans les inventaires de prêteurs sur gages, les gages apparaissent dans les lieux les plus inattendus de la boutique et de la maison, les créances selon un ordre qui nous est peu compréhensible. Il est donc pour l’instant difficile de conclure de manière définitive sur ce cas dont l’originalité fait le prix.

26 AHCP, T, Joan de Corromines, 1398-1408, fos 30v°-39. Dans les inventaires, des objets sont parfois qualifiés de gages. Dans d’autres cas cependant, divers objets pourraient en être, sans pour cela être signalés par le scribe.

27 AHCP, T, Joan de Corromines, 1398-1408, f° 10v°.

28 Il est cependant très difficile d’évaluer la fortune réelle d’un testateur en fonction de ses donations, même à travers un testament aussi précis.

29 Les résultats de M.-Cl. Marandet, Le souci de l’au-delà, ne sont pas très éloignés de ceux de la Cerdagne.

30 AHCP, T, Ramon de Coguls, Pere d’Ondzes, 42 fos.

31 ACA, PQ, 1298 D, f° 56r°-v°.

32 À Venise de même, R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano », analysant la cinquantaine de testaments conservés juge que dans ce domaine, les prêteurs rentrent dans la masse et ne montrent pas une quelconque spécificité liée à leur état de banquier. Le testament ne décrit pas et ne reflète pas la richesse du testateur. Il ajoute que ces prêteurs expriment peu de préoccupations qui prouveraient une inquiétude par rapport à l’usure : conception « moderne » de la licéité de l’intérêt (respecter le taux du marché) p. 3, qu’il qualifie de « nonchalance du salut », p. 11.

33 Les dossiers concernant les successions cerdanes qui comprennent testament(s) et exécutions testamentaires par les manumisseurs ne montrent pas une générosité généralisée : seules des dettes avérées sont remboursées, pas des intérêts indus.

34 AHCP, T, 1306-1307, le plus ancien livre de testaments dans la région, f° 34 : « G. Petrus Pelicer de Podioceretani licet sim et caetera meum facio testamentum de bonis meis ordinandes super eis meam ultimam voluntatem in quo instituo manumissores meos ».

35 « In primis eligo meo corporis sepulturam in cimiterio Ecclesie fratrum predicatorum podiiceretani juxta tumulum Cerdane uxoris mei quondam. »

36 Cette mention est rare, parce que l’élection précise de sépulture est exceptionnelle, mais aussi parce qu’une différence liée au sexe du testateur peut être repérée, les femmes préférant souvent (peut-être est-ce un indice de l’hypergamie masculine) une sépulture auprès de leur lignage de naissance.

37 « Item volo quod de dictis LX libras solvatur mea sepultura […] Et residuum quod superaverit de dictis LX libras volo quod datur injuriis meis restitudendis illis quas vere aparuerunt ».

38 ACA, PQ, 1298 D, f° 4r°.

39 Ibid., f° 5r°.

40 P. Orti i Gost, Renda i fiscalitat en una ciutat medieval, p. 496, donne pour les parts de la Lleude de Mediona un système semblable à celui de la barge du Llobregat.

41 J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 64.

42 Hormis le sentiment de vengeance qu’auraient pu éprouver les auditeurs des exempla comme la population des bourgades catalanes soulagée de voir qu’un bien mal acquis ne rapportait pas grâce aux enquêtes sur l’usure, l’exemple de ces successions difficiles pouvait manifester publiquement l’échec de l’usurier. En effet, ne pas avoir de postérité est une malédiction divine, en avoir une et la perdre par sa faute est pire encore. Un siècle plus tard, Aymeric de Peyrac, abbé de Moissac interprète ainsi la mort des deux fils de l’avare Gaston Fébus, selon P. Mironneau, « Gaston Fébus et la fortune ».

43 Comme J. Le Goff l’affirme dans sa conclusion de La bourse et la vie, p. 98.

44 À Puigcerdà par exemple, la diffusion des dons au « bassin de Purgatoire » est tardive.

45 Le thème est à nouveau étudié, comme en témoigne le colloque récent : Rivolte urbane e rivolte contadine, en particulier G. Pinto, « Congiuntura economica, conflitti sociali, rivolte » ; H. Rafael Oliva, « Révoltes et conflits sociaux dans la Couronne de Castille au xive siècle ».

46 M. Aventin i Puig, La societat rural a Catalunya, particulièrement pp. 226-229 et 520-538 pour la famille de Tagamanent.

47 J. Le Goff, La bourse et la vie, p. 69.

48 Ibid., pp. 67-68. Le blé de l’usurier est transformé en serpents, le cadavre de l’usurier mangé par les serpents ou emmené sur le fumier, sous les fourches patibulaires.

49 Dont la synthèse est présentée dans G. Todeschini, Ricchezza francescana.

50 R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano ».

51 Par exemple étudié par M. Fournié, « Rixende de Narbonne, une béguine au contact de juifs ? ».

52 ACA, PQ, 1298 D, Vilanova contre Gerau, parts de la société du bac du Llobregat.

53 ACA, PQ, 1298 E, Biona contre Franchea, usures.

54 Nous connaissons fort peu de plaidoiries, et ne savons pas si un certain humour faisait partie de l’arsenal des avocats. Voir par exemple pour Toulouse au xve siècle, J.-L. Gazzaniga, « Comment plaidait-on devant le Parlement de Toulouse ».

55 ACA, PQ, 1297-1298, n° 118, f° 1.

56 Dans la Sicile du xviie siècle, les mécanismes sont comparables, selon R. Rosolino, « Crimes contre le marché, crimes contre Dieu ».

57 AHCP, Liber panneriorum, 1286, Arnald Bonany, fos 7v°, 8r°, 11v°, 15r° : des milites cerdans doivent céder de leurs droits à des marchands urbains pendant plusieurs années après avoir contracté plusieurs créances qu’ils n’ont pas remboursées. Ceux-ci se remboursent donc en levant des taxes et des droits dans les villages.

58 ACA, PQ, 1298 D, fos 10 et 11.

59 Ibid. par exemple, f° 7v°, « Bernardus Fusteri, quando revendebat […] retinebat » ; f° 9v°, art. 19 : B. Fuster est un trompeur ; f° 17v°, comparaison entre les prix des divers vendeurs ; f° 21v° le type de contrat choisi par Gerau : bono amore ou avec intérêt ; f° 23, Gerau a la réputation de faire baisser les prix, f° 25 Gerau vendait du blé par petites quantités. La même méthode de démonstration est adoptée par d’autres avocats dans les autres affaires.

60 C. Batlle, Conèixer la Història de Catalunya, t. II : Els segle xiii-xv ; P. Vilar (éd.), Història de Catalunya, t. III.

61 ACA, PQ, 1298 D, f° 24r°.

62 Comme Bartolomé Hostalric, qui reçut livrée de sa main et fut son bailli, f° 14v°. Plusieurs témoins sont homme de R. de Villanova.

63 ACA, PQ, 1298 D, Vilanova contre Gerau, parts de la société du bac du Llobregat.

64 Les juifs doivent être exclus de l’entourage royal, voir M. Kriegel, Les Juifs à la fin du Moyen Âge, pp. 65-68.

65 D. Romano, « Los hermanos Abenmassé al servicio de Pedro el Grande de Aragón ».

66 Comme en témoignent les procès de la série Processos en Quart et les Processos de la Battlía. D. L. Smail, The consumption of justice, a montré comment les procès concernant des femmes ou des conflits familiaux permettent d’utiliser la justice pour affirmer sa place dans la société et manifester sa puissance en « consommant » de la justice. Au sujet des juifs et du comportement sexuel et familial, voir Y. T. Assis, « El comportament sexual » et J. Shatzmiller, « La bigamie juive ».

67 ACA, reg. 43, f° 129, transcrit par D. Romano, « Los hermanos Abenmassé al servicio de Pedro el Grande de Aragón », p. 284. La charge témoigne des capacités linguistiques caractéristiques de certains juifs issus du monde musulman ; elle offre une familiarité exceptionnelle avec le souverain par le biais de l’exercice de la médecine auprès du roi.

68 Ibid., « … vous aurez ces offices bien et légalement […] Nous recommandons à l’ensemble de nos officiers et sujets, présents et à venir, qu’ils garantissent cette donation et concession faite par nous et qu’ils la fassent observer de manière inviolable ».

69 Ibid. En décembre 1284, le roi Pierre, présent alors à Teruel, accorde aux Abenmassé la franchise de leurs biens, meubles et immeubles : « nous donnons et concédons à vous, et à vos fils et à leurs descendants cela : que vous, vos fils et descendants soient francs et libres d’hériter maisons et argent, richesses et autres choses qui vous appartiennent, et que n’importe lequel de vos autres biens soient franc et libre […] nous concédons ces franchises à vous et vos fils, etc. ».

70 En 1283, le roi a dû accepter la remise en cause de la présence d’officiers juifs dans l’administration royale. Jusque-là, des batlles royaux pouvaient être juifs.

71 ACA, reg. 44, f° 245, cité par D. Romano, « Los hermanos Abenmassé al servicio de Pedro el Grande de Aragón » : « Ordonnant à toutes les aljamas de juifs de notre terre et domination que contre vous ou vos fils ou procureurs ou mandataires, ils n’établissent ni ne fassent établir quelque alatma, tacana, interdiction ou niduy, herem, ni ne viennent contre ce qui est dit en quelque chose. Nous ordonnons aux officiers qu’ils ne viennent pas contre ce qui est susdit… ».

72 Teruel, 6 janvier 1285, ACA, reg. 43, f° 100. Ces libertés sont cependant généralement accordées aux juifs qui voyageaient hors de chez eux, de manière à éviter tout incident qui découlerait du port d’un signe distinctif trop visible.

73 Cl. Denjean, « Les conflits inter et intra communautaires ». Les documents hébraïques découverts récemment en Catalogne, particulièrement à Girona traitent parfois des discussions internes à l’aljama. Les conflits internes aux communautés sont bien connus lors de la controverse au sujet des études profanes de la fin du xiiie siècle au milieu du xive siècle, puis dans des villes comme Saragosse ou Valence avant 1391.

74 Acte de 1286, ACA, reg. 66, f° 98, cité dans D. Romano, « Los hermanos Abenmassé al servicio de Pedro el Grande de Aragón », p. 292.

75 ACA, PQ, 1298 T.

76 A. Beauchamp, « Contra Injurias, violencias, corrumpciones sordidas, fraudes enormes, extorsiones illicitas », communication au colloque Quand gouverner, c’est enquêter.

77 R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano ».

78 Ibid., p. 1 : les catégories sont 1°. — les marchands banquiers à grande distance, maîtres de la lettre de change et experts en spéculation, 2°. — ceux qui pratiquent la banque locale de dépôt, tel le changeur (campsor) au Rialto, 3°. — les prêteurs usuraires manifestes, juifs ou chrétiens.

79 R.-H. Bautier, « Le marchand lombard en France aux xiiie et xive siècles » ; G. Scarcia, « Une intégration possible : le cas des “Lombards” en Suisse romande ». F. Chartrain, « L’enquête delphinale de 1337 sur les abus delphinaux et l’usure ».

80 De même Louis IX, lorsqu’il interdit l’usure, s’attaque avant tout aux étrangers, J. Le Goff, « Saint Louis et les Juifs », pp. 44-45 ; sur les prêts sur gages et leur place dans le crédit, voir M.-L Heers, « Les Génois et le commerce de l’alun à la fin du Moyen Âge » ; Th. W. Blomquist, « The early history of European banking » ; El. Clark, « Debt litigation in a late medieval English vill ». Une bibliographie sur le prêt sur gages en Angleterre est donnée dans Ph. R. Schofield, « L’endettement et le crédit dans la campagne anglaise », p. 79, n. 51.

81 D. Igual Luis, « Los agentes de la banca internacional », présente rapidement en introduction les images crées par l’historiographie. La distinction radicale entre les agents du marché international, agissant grâce aux lettres de change et les prêteurs locaux, le plus souvent juifs, entre banque internationale et banque locale, l’accent mis sur les mécanismes de change par rapport au prêt et au dépôt, lui paraît rendre difficile l’analyse des mécanismes économiques du marché financier.

82 R. H. Bautier, « Le marchand lombard en France aux xiiie et xive siècles », insiste sur ce point.

83 J. Le Goff, « Saint Louis et les Juifs » p. 44, distingue deux niveaux de prêt : le crédit pour les grandes affaires, plutôt chrétien, prêt au roi, aux villes… et le prêt à la consommation, à faible montant et court terme, sur gage ; Id., La bourse et la vie, et A. Graboïs, « Du crédit juif à Paris au temps de Saint Louis ». Pourtant, les études portant sur des banquiers aussi importants que les italiens montrent que les petites affaires ne sont pas dédaignées par de gros marchands-prêteurs.

84 R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano », p. 2.

85 Ibid.

86 Chronologie comparable à celle de la Cerdagne.

87 R. C. Mueller, « Sull’establishment bancario veneziano », p. 3, le mot residuum correspond à la masse du patrimoine. Impossible par conséquent de connaître les fortunes en détail, sauf en l’absence de fils et encore.

88 Ibid., pp. 3, 10-12, 15, 23.

Table des illustrations

Titre Fig. 12. — Où le testateur G. Petrus Pelicer demande les restitutions (AHCP, Liber Testamentorum 1306-1307, f° 34)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Fig. 13. — Où P. Gerau reconnaît être héritier de G. Gerau son père, et que celui-ci a demandé des restitutions dans son ultime testament (ACA, PQ, 1298 D, f° 5r°-v°)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search