Version classiqueVersion mobile

La loi du lucre

 | 
Claude Denjean

Remerciements

Texte intégral

1Je suis définitivement en dette envers ceux dont la générosité manifeste la véritable caritas, qui ont donné sans attendre en retour.

2C’est en lisant les actes notariés conservés à l’Arxiu Historic Comarcal de Puigcerdà, c’est dans les montagnes de Cerdagne que les questions auxquelles j’essaie de répondre ici se sont posées.

3Ce travail doit beaucoup à mes collègues bordelais puis toulousains. Bien des discussions à bâtons rompus ont aidé à la cristallisation de ma réflexion. Les participants au séminaire toulousain du Groupe d’études sur le Moyen Âge hispanique ont stimulé mes efforts tant par leurs remarques que, bien souvent, par des interventions sur des sujets a priori éloignés des questions qui me préoccupaient. Les membres de mon jury d’HDR ont soutenu ce projet. Ceux qui participent à l’aventure du programme de recherches JACOV et ont présenté des dossiers lors des diverses journées d’étude m’ont ouvert de nouveaux horizons.

4Le début de mon attention aux sources judiciaires naquit de l’incitation donnée par Jean-Louis Gaulin à l’équipe travaillant sur le crédit. C’est au hasard d’un séjour aux archives de la couronne d’Aragon partagé avec Françoise Lainé et Sophie Coussemacker que j’ai découvert, lors d’une opportune journée sabbatique, le premier fil de ce qui est ma pâture depuis dix années. Bien entendu, c’est l’ouvrage de Joseph Shatzmiller qui a montré la voie à tenter. Son accueil chaleureux à Lyon a transformé la référence livresque en conseils bienveillants. Jacques Chiffoleau a plus tard donné une impulsion décisive à mon désir de comprendre ce champ auquel je m’attaquais. Le dialogue amical avec Martine Charageat puis Pierre Prétou, Josep Serrano Daura, Maria Teresa Tatjer Prat a été précieux ; Max Turull Rubinat puis Aquilino Iglesia Ferreirós, Claude Gauvard, en quelques conseils ou orientations bibliographiques, m’ont également aidée à évoluer sur ces territoires nouveaux pour moi.

5Trois rencontres avaient depuis longtemps ancré mes orientations sur les terrains de l’histoire économique des juifs, par leur exemple puis par leur appui bienfaisant, en consentant sans réserve des prêts bono amore ou amicabiliter. Maurice Berthe est toujours un modérateur attentif, depuis ma maîtrise d’histoire. François Menant, depuis le colloque de Flaran et la rencontre de Lyon, dont les séminaires ont enrichi ma compréhension du crédit et de l’économie médiévale, a stimulé avec bienveillance mon désir de croiser diverses lignes thématiques pour tenter de répondre à quelques questions nées des registres notariés. Danièle Iancu, après la commémoration de l’expulsion des juifs d’Espagne, m’a encouragée patiemment tout au long de ses années. Elle était présente dans les moments difficiles.

6Le soutien amical et constant de Gérard Nahon dans mes entreprises m’a souvent réchauffé le cœur.

7Denis Menjot, rencontré au sein de son équipe sur la fiscalité, dont il faut remercier les membres sympathiques aux débats stimulants, a fait beaucoup pour que se travail se poursuive et progresse.

8Des échanges avec Stephen P. Bensch, Michelle Fournié, Antoni Furió, Manuel Sánchez Martínez, Ángel Galán, Ludwine Scordia, Juan Vicente García Marsilla, Juan Carrasco, Renata Segré, Annegret Holtmann, Alessandra Veronese, Marina Romani, Philippe Maurice, Pere Orti, Pau Cateura Bennàsser, Christophe Picard, Damien Coulon, Laurent Feller, Mauro Perrani, Meritxell Blasco, Judith Schlanger, Catherine Verna, Valérie Toureille, ont éclairé tel ou tel point, ouvert d’autres perspectives.

9La libéralité de José Ramón Magdalena Nom de Déu est sans pareille.

10Le compagnonnage avec Daniel Baloup, puis, récemment, avec Juliette Sibon et Claire Soussen Max a ouvert la voie à certains approfondissements essentiels dans ce livre.

11Encore et toujours, la confiance de mes étudiants contribue à me porter plus loin.

12Jaume Riera i Sans, aux archives de la couronne d’Aragon m’a ouvert le fonds des procès de la Chancellerie qu’il restaure. Ricard Urgell Hernández et son personnel m’ont aimablement accueillie aux archives du royaume de Majorque. Montserrat Hosta Rebes et Esperança Valls Pujol, aux archives historiques de Gérone, font preuve d’une énergie exceptionnelle sur les sujets qui nous réunissent. Les archives comarcales ou capitulaires catalanes, les archives départementales des Pyrénées-Orientales restent des lieux que je fréquente avec plaisir. Claire Vernon, à la Bibliothèque d’études méridionales, et Pierre-Henri Billy m’ont soutenue au début de la difficile transcription des textes.

13Bernard, Jean, Huguette, mon ultime correcteur enfin, ne se sont pas ménagés au moment de la relecture. Je leur rends grâce de cette mise à disposition d’une absolue charité, pour m’aider à améliorer mon texte sans jamais me trahir.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search