Version classiqueVersion mobile

Les relations esthétiques entre ironie et humour en Espagne

 | 
Carole Fillière
, 
Laurie-Anne Laget

Épilogue

Jean-François Botrel

Texte intégral

1On aurait pu imaginer une interminable controverse sous forme de dispute médiévale et carnavalesque entre dame Ironie et sire Humour, mais Mardi-Gras avait vécu et cette journée d’étude tenue entre le Mercredi des Cendres et le premier dimanche de Carême 2009 ne pouvait être que très sérieuse.

2Le livre qui en résulte n’a cependant rien d’un catéchisme à la façon du père ou de la mère Astete et aux questions : Qu’est-ce que l’Ironie ? ou Qu’est-ce l’Humour ? le lecteur ne trouvera évidemment aucune réponse dogmatique. Il ne trouvera même pas de typologie qui distingue définitivement ces deux notions entre elles ni de celles de satire, parodie, pastiche, etc., pas plus qu’un arsenal rhétorique susceptible de remplacer les traditionnelles figures de l’astéisme, du charientisme, du sarcasme, du chleuasme ou du diasyrme.

3Ce n’était pas là vraiment le but, et encore moins d’inviter au rire, au sourire ou à la grimace.

4En revanche, à partir de l’exposition chronologiquement ordonnée de situations d’ironie ou d’humour choisies par des spécialistes de différents auteurs, œuvres, genres ou époques, le lecteur constatera que l’ironie et/ou l’humour peuvent être présents dans des genres consacrés comme la greguería ou attendus comme les romans de J. Belda et bien sûr chez Cervantès, mais aussi dans la poésie instructive, le drame le plus violent, sans oublier le commentaire de la presse satirique ou des « blagues » illustrées. L’ironie peut même caractériser une pensée. On ne peut être qu’admiratif devant la capacité de chercheurs et chercheuses de bonne volonté à s’appliquer à traiter, avec la meilleure pertinence, un thème à certains suggéré sans être jamais véritablement imposé.

5Le lecteur qui n’aura probablement pas lu toute la bibliographie à laquelle s’adossent ces contributions, sera certainement reconnaissant aux co-auteurs de ce livre de lui offrir, outre les indispensables et miroitantes références à des autorités telles que Bergson, Kierkegaard, Schlegel, Hamon, Jankélévitch, Freud, Pirandello, Jean-Paul, Fernández de la Vega, etc., une variété de situations et d’analyses plurivoques, bien que rarement opposées, qui lui laissent la responsabilité finale de choisir la meilleure posture (c’est-à-dire la sienne) pour progresser dans l’appréhension de ce que peuvent être l’humour et l’ironie dans une langue et un monde hispaniques.

6 Il pourra, par exemple, observer que même si les mots ne rendent qu’imparfaitement compte de l’oralité et de la gestuelle, les formes de l’ironie et de l’humour ne sont pas exclusivement langagières et que, par la vertu de l’expression décalée d’un corps sémaphorique ou d’une simple intonation, le discours du plus sérieux des orateurs peut être interprété sur le mode ironique, et on ne peut que regretter que la performance de Gómez de la Serna dans El Orador ne puisse accompagner l’analyse à laquelle il donne lieu. Il y a une kynésie de l’humour et de l’ironie dont, autant que des mots ou des paroles, peuvent s’emparer des kynésithérapoètes, à des fins d’expression, de libération ou de catharsis ; le silence, dans La casa de Bernarda Alba, peut être ironiquement éloquent.

7La « gesticulation typographique » du texte imprimé lui-même offre de nombreux indices visuels de l’ironie, qui sans en arriver au point d’ironie inventé par Alacanter de Brahm, peuvent par la rupture d’une italique, par exemple, attirer le regard et inviter à interpréter ce qui est dit ou écrit sous forme d’automatismes sur le mode ironique, plus efficacement que le sens lu.

8Et c’est sans doute qu’il n’est pas d’ironie effective qui ne soit partagée : c’est au lecteur d’adhérer ou non au pacte de lecture proposé par celui qui prétend obtenir sa complicité. C’est au lecteur qu’il revient de déceler la « présence blanche » de l’ironiste caché derrière ou entre les lignes.

9Il s’agit d’une « communication à risques », dit-on, compatible par conséquent avec tous les niveaux d’interprétation possibles, y compris l’incompréhension ou le contresens. Il ne suffit pas qu’un superlecteur attribue une dimension ironique ou humoristique à un texte ou une pensée, en le déchiffrant selon un code qu’il croit posséder ou qu’il a cru pouvoir reconstituer, pour que l’effet d’ironie ou d’humour soit également perçu par tous.

10Parce que, s’il faut certainement, avec les ironologues pour qui la littérature est ironie, attribuer une dimension esthétique à celle-ci, et dans le jeu qui s’instaure autour du déséquilibre recherché par l’arme de l’ironie et de l’équilibre préservé grâce au bouclier de l’humour (?), il peut y avoir un motif à plaisir ou satisfaction qui pour d’autres pourra revêtir une dimension tragique.

11Il ne faut sans doute par rechercher l’univocité de quelque chose d’absolu qu’on placerait « au-dessus » et qui se déclinerait dans une multiplicité d’effets ou de figures locales interprétées « d’en bas », mais plutôt le déphasage, la différence qui s’affirme grâce à la défamiliarisation et à la nouveauté. Car, pas plus que l’humour, l’ironie ne semble pouvoir être familière ni répétitive et encore moins continue. Elle s’ordonne en une série d’insupportables tensions résolues par celui qui les crée ou celui qui les ressent d’une façon cathartique, selon un rythme imprévu et imprévisible, même lorsque le ton général en fait plus ou moins deviner la latence. On peut être ironique mais existe-t-il un être ironique ? Humour et ironie semblent plutôt renvoyer à des postures tactiques ou parfois stratégiques traduites verbalement dans l’écriture, dans les façons de dire ou les façons de se comporter.

12L’indéfinition ou plutôt la multiplication des indéfinitions que le lecteur peut observer attire l’attention sur la mobilité, la labilité et la relativité de l’essence et des effets de l’ironie et de l’humour. L’ironie cervantine qu’on a l’habitude d’attribuer à Galdós est-elle celle de l’auteur du Quichotte ? « Del ingenio y la agudeza al humorismo habrá más que un paso » — c’est l’expression en espagnol qui soudain semble s’imposer — et on ne saura pas dire si dans des périodes de changement les avant-gardes eurent ou non le sens de l’humour ou une vision ironique du monde… L’ordonnancement chronologique des exposés invite à se poser la question.

13Comment un hispaniste pourrait, par ailleurs, oublier de se demander si les formes de l’humour et de l’ironie sont universelles et sans frontières ou si, au contraire, le monde auquel il se réfère est idiosyncrasiquement caractérisé, comme cela semble le cas pour la retranca galicienne ou la gente nueva s’opposant à la gente vieja, dans des espaces ou des « aires de jeu » spécifiques qui ouvrent grande la porte à l’ironologie ou l’humourologie comparées.

14Même le déphasage résultant des différentes inscriptions de la part des co-auteurs dans un système linguistique espagnol ou autre et l’évolution des différents codes ou systèmes de valeur doivent avoir une incidence sur l’heuristique d’un lieu commun, cliché ou idée reçue, sur la perception immédiate d’un regard décalé sur un quotidien évolutif, d’un registre légitime sérieux ou conventionnellement festif, à moins qu’il ne soit jocoserio (spoudo-gueloion) ou celle, plus laborieuse, de l’ironie cachée…

15De tout cela il résulte que l’épilogue d’un lecteur parmi d’autres à propos de réflexions sur l’humour et l’ironie ne peut qu’être biaisé, puisque la rectitude est toujours morale et jamais esthétique. Faute de savoir ou pouvoir écrire de façon oblique, il faut pratiquer l’évitement. Et, comme l’ironiste ou l’humoriste, laisser tout cela en état d’irrémédiable instabilité et en suspens, comme la blanche statue de Tancredo ou, selon Kierkegaard, le cercueil de Mahomet, pour qu’à leur tour, d’autres lecteurs se fassent et donnent leur idée.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search