Version classiqueVersion mobile

Les relations esthétiques entre ironie et humour en Espagne

 | 
Carole Fillière
, 
Laurie-Anne Laget

« Juego con fuego pero juego »

Humour et esprit ludique dans la poésie de Gloria Fuertes des années 1950

Melissa Lecointre

Texte intégral

Una objeción que se hace al humorismo es que no suele ostentarlo la mujer, que la mujer no es humorista.
No es objeción seria esa ; porque es que a la mujer se la ha acostumbrado demasiado a llorar, y el humorismo es una nueva fórmula para evaporar las lágrimas. Todavía se necesita algún tiempo para que aprenda a sonreír de lo que le hacía llorar.
R. Gómez de la Serna, « Humorismo »

  • 1 G. Carnero, « Apuntes para la historia del superrealismo en la poesía en español de la alta posguer (...)
  • 2 R. M. Martín Casamitjana, El humor en la poesía española de vanguardia.

1« Es posible que en la España de 1945 no hubiera más actitud posible de independencia que el humor », écrit Guillermo Carnero à propos de la situation culturelle de l’Espagne de l’après-guerre, en se référant particulièrement au Postismo, mouvement éphémère inspiré par Carlos Edmundo de Ory, Eduardo Chicharro et Silvano Sernesi, qui, en 1945, renoue avec l’esprit avant-gardiste au lendemain de la guerre civile1. L’humour est un trait constant de l’avant-garde, comme le rappelle Rosa María Martín Casatmijana2. Or, s’il est vrai que l’avant-garde n’est pas toujours systématiquement du côté de l’humour, il n’en est pas moins vrai qu’avec les avant-gardes historiques des années 1920 et 1930, l’art cesse d’être une affaire sérieuse pour s’adonner à l’expérimentation et frayer par là, en de multiples occasions, des chemins ludiques où prévaut la surprise, l’étrangeté, l’incongruité.

I. — GLORIA FUERTES ET L’HÉRITAGE DU POSTISMO

  • 3 Pour l’histoire du Postismo, voir J. Pont, El Postismo et M. I. Navas Ocaña, El movimiento postista (...)
  • 4 J. Pont, El Postismo, p. 29. Voir également, du même auteur, « El juego y el humor postistas », pp. (...)
  • 5 Parmi les avant-gardes historiques, les Postistas rejettent l’ultraïsme et se déclarent neveux du C (...)

2Le Postimo renouvèle l’esthétique en vogue en 1945, à un moment où le Garcilacismo, mouvement néoclassique qui s’impose après la guerre civile, commence à s’ostraciser et que de nouvelles voix, notamment celles des néoromantiques, tentent de combattre la froideur rhétorique et de rendre à la poésie son attachement à l’humain. Le Postismo, dernier des « ismos », comme son nom l’indique, s’en prend à la poésie officielle en la parodiant : en témoignent les sonnets de Carlos Edmundo de Ory, à une époque où nombreux sont ceux qui dénoncent la « maladie du sonnet »3. Le Postimo a recours en priorité à l’humour : « La imaginación poética y la libertad lúdica del lenguaje poético se convierten en sus señas de identidad más socorridas : humor y disparate, absurdo y locura inventada », écrit Jaume Pont, pour qui le mouvement dure jusqu’en 19504. L’humour devient ainsi une des armes pour ressusciter l’esprit avant-gardiste et combattre une esthétique officielle surannée5.

  • 6 G. Fuertes, Obras incompletas, p. 27. Parmi les études qui traitent la question du lien de Gloria F (...)

3Alors que Gloria Fuertes a toujours revendiqué son indépendance, refusant d’appartenir à un courant littéraire quelconque, elle acquiesce cependant face à un rapprochement avec l’esthétique postista : « Fui surrealista, sin haber leído a ningún surrealista ; después, aposta, “postista” — la única mujer que pertenecía al efímero grupo de Carlos Edmundo de Ory, Chicharro y Sernesy », déclare-t-elle6. Le Postismo semble donc avoir été pour elle non pas une simple coïncidence mais une intention. C’est en 1942 que Gloria Fuertes, alors en charge de la section de poésie de la revue Maravillas, fait la connaissance de Carlos Edmundo de Ory, dont elle publie un sonnet qu’il avait envoyé à la rédaction.

  • 7 Lettre de décembre 1982, citée par L. Cano, Vida y poesía de Gloria Fuertes, pp. 14-15.
  • 8 « Sin duda, Casanova de Ayala se refiera al “enderezamiento postista”, una de nuestras leyes natura (...)

4« Nos hicimos amigos, nos veíamos mucho, escribíamos juntos poemas postistas y éramos felices », écrit-elle dans une lettre adressée à José Luis Cano7. Dans un petit texte qui revient sur l’histoire du Postismo, Carlos Edmundo de Ory n’hésite pas à parler d’elle comme de sa « meilleure disciple naturelle »8.

  • 9 R. Herrero, Antología de la poesía postista, p. LVI. Jaume Pont la place parmi les « filopostistas  (...)

5Gloria Fuertes fait effectivement partie des poètes qui reçoivent le legs du Postismo et continuent cette forme d’humour non officiel qui cristallise dans les années 1950, parallèlement à d’autres entreprises plus officielles, telle la revue La Codorniz. Le rôle de Gloria Fuertes est important dans le mouvement qui dérive du Postimo et qui se concrétise autour d’une série de revues et de projets poétiques. Eduardo Chicharro, dans une émission radiophonique, n’hésite pas à l’inclure au nombre de ceux qui ont été influencés par le Postismo aux côtés de ceux d’Ángel Crespo, Francisco de Loreto, Gregorio Prieto, Camilo José Cela, Federico Muelas et Jesús Juan Garcés9. L’héritage du Postimo chez Gloria Fuertes est visible notamment dans tout ce qui relève de l’humour : les jeux de mots, l’importance accordée au plan phonique, la création d’un langage nouveau, l’irrévérence quant aux formes classiques, une forme de folie, l’esprit ludique et, surtout, l’écriture enfantine.

  • 10 G. Fuertes, « Lo confieso », Arcilla y pájaro, 2, mai 1953, p. 1,
  • 11 Id., « Niño flaco », « No tiene que ver nada », El Pájaro de Paja, 8, juillet 1952.
  • 12 F. Rubio, Revistas poéticas de posguerra, p. 135.

6Parmi les collaborations de Gloria Fuertes dans les revues qui émanent de l’impulsion postista dans les années 1950, citons Arcilla y pájaro, codirigée par Ángel Crespo, éditée à Cáceres, et où apparaît le poème « Lo confieso »10, ainsi que El pájaro de paja, où elle publie « Niño flaco » et « No tiene que ver nada »11. Mais c’est surtout au sein de la revue Arquero de Poesía (1952-1955), qu’elle dirige aux côtés de Julio Mariscal, Rafael Mir Jordano et Antonio Gala, que Gloria Fuertes occupe un rôle prépondérant et renoue avec l’esprit postista. Dans son étude sur les revues poétiques de l’après-guerre, Fanny Rubio rappelle l’existence de deux noyaux à l’intérieur de la revue, un d’origine andalouse et un second groupe, plus important, « de vinculación suprarreal, oriundo en cierto modo del fenómeno postista », constitué par Gloria Fuertes, Carlos Edmundo de Ory, Ángel Crespo, Manuel Pinillos et Antonio Leyva Fernández12. À partir du onzième numéro, la revue affiche un nouveau sous-titre qui met en avant sa vocation humoristique : « Arquero. Arte. Literatura. Humor ».

  • 13 G. Fuertes, « Nací en una buhardilla », Arquero de Poesía, 1, décembre 1952, pp. 7-8. Le poème est (...)

7Dès le premier numéro, Arquero de Poesía s’inscrit dans le sillage du Postismo et confère une place importante à l’humour, en faisant apparaître comme premier texte le poème d’Ory « Trabajo de amor », sonnet qui parodie les sonnets néoclassiques. Dans ce premier numéro, Gloria Fuertes publie « Nací en una buhardilla »13, poème autobiographique qui revient de manière humoristique sur l’enfance du sujet poétique. À l’exception de quelques vers, le poème est entièrement construit en vers de « arte mayor » avec de nombreuses rimes, ce qui insuffle à ce moment un caractère légendaire qui, dans le même mouvement, est contrecarré par toute une série de procédés :

Nací, cuando dos mil insectos en la selva nacían,
cuando la piel el tigre se lamía lustrando,
cuando la catarata ensaya un arpegio,
nací cuando mi madre pensaba en un muchacho.

  • 14 S. Freud, Le mot d’esprit et et sa relation à l’inconscient.

8L’animalisation du sujet poétique, mis sur le même plan que des insectes, constitue un procédé humoristique dans la mesure où elle a un effet plutôt dénigrant. Si la mise en parallèle avec un tigre échappe à l’humour et pourrait, bien au contraire, magnifier le sujet poétique, le fait que ce tigre soit associé au verbe « lustrar », en rapport avec les travaux ménagers, abaisse le sujet poétique en le rappelant à ses devoirs domestiques. Le reste du poème joue sur des images insolites d’essence surréelle et sur la folie, mettant l’accent sur l’étrange langage de l’enfant et sur le fait que personne ne le comprend : « mi madre repetía — Te pareces al tío, / qué tonterías dices y qué locuras haces ». Et, plus loin : « creo que hablé muy pronto y en vez de decir pa-pa, / decía cosas raras en un idioma extraño. / Luego me puse enferma y tosía bajito ». Le langage de l’enfance, comme on le verra, est chez Gloria Fuertes du côté de la déviance et de l’humour. On peut rapprocher cela de la vision freudienne de l’enfant qui expérimente avec le langage de manière ludique et entretient ainsi un lien privilégié avec le comique14.

  • 15 G. Fuertes, « Niño delicado », Arquero de Poesía, 2, janvier-février 1953, p. 5.

9Dans le deuxième numéro d’Arquero, Gloria Fuertes publie le poème « Niño delicado », dans lequel prévaut un langage quotidien et familier15. Le sujet poétique tient à donner une sardine à un enfant atteint de varicelle :

Va a venir el del Seguro.
Pobrecito, cómo suda.
Luisa, no me regañes;
déjame que le dé una sardina

10L’incongruité de la proposition de la sardine à un enfant souffrant de varicelle, dont on nous dit qu’il est tout en sueur, fait surgir par son inconvenance l’humour.

11Dans le quatrième numéro d’Arquero paraît le poème « Feria » dans lequel le sujet poétique, bateleuse sur une foire, interpelle les passants en mettant en avant le caractère extraordinaire de ses prouesses, toutes en décalage par rapport aux attentes du public (la femme à barbe exhibe sa poitrine velue, le « salto mortal » devient le « salto inmoral ») :

  • 16 Id., « Feria », Arquero de Poesía, 4, juillet 1953, p. 20.

¡Pasen, señores, pasen, y pasen todos,
verán a ésta que os habla
cepillarse los pechos!
Miradme cómo amo mejor que las palomas,
a nada que me miren miradme cómo tiemblo!
— Si ponéis las monedas de vuestros ojos,
giro y canto y doy la vida
y os cuento un cuento.
¡Pasen, señores, pasen;
tan sólo por dos labios
doy el salto inmoral con los ojos cubiertos
¡Pasen, vean la oca tocando la ocarina16!

  • 17 Id., « Delirio », Isla ignorada, p. 49. D’autres textes d’Isla ignorada font un sort important à la (...)

12Les poèmes de Gloria Fuertes composés durant les années 1950 confirment la place importante que l’humour occupe dans sa poétique. Dès Isla ignorada, premier recueil de Gloria Fuertes publié en 1950, certains textes témoignent de sa filiation postista, en particulier le poème « Delirio », consacré à Carlos Edmundo de Ory, dont le titre l’inscrit d’emblée dans la « folie inventée » si chère aux postistas. Ce poème revendique déjà le délire comme esthétique : « — ¡Ay qué fiebre tienes hija ! / — No es fiebre ; son versos, madre »17. Mais c’est surtout dans ses recueils suivants, Antología y poemas del suburbio (1954), Aconsejo beber hilo (1954) et Todo asusta (1958), que l’humour va occuper une place prépondérante.

II. — LA FOLIE COMME ÉCRITURE ET COMME REGARD SUR LE MONDE

  • 18 Id., Aconsejo beber hilo, p. 8.
  • 19 M. Jarrety, Lexique des termes littéraires, p. 238.
  • 20 Voir à ce sujet, pour plus de précisions M. P. Moreno, « Gloria Fuertes y la superación del estereo (...)

13La folie joue un rôle structurant dans l’univers poétique de Gloria Fuertes. Le recueil Aconsejo beber hilo devait porter dans un premier temps le titre Diario de una loca, que Gloria Fuertes changea au moment de la publication18. Ainsi, dès les premiers mots, Gloria Fuertes revendiquait la folie comme mode d’accès à l’écriture. Ce titre abandonné évoquait une nouvelle de Gogol, Le journal d’un fou, dans laquelle la folie apparaît comme refuge pour échapper à une réalité difficile. Le titre Diario de una loca mettait l’accent d’emblée sur une instance d’énonciation qui se définissait elle-même comme folle et qui faisait du recueil un journal qui tiendrait quotidiennement le registre d’actions ou de pensées19. Gloria Fuertes s’inscrivait dans un genre typiquement féminin, celui du journal intime, pour le subvertir et le détourner en le transformant en journal d’une aliénée. N’oublions pas que l’image négative de la femme de lettres était encore présente dans l’imaginaire collectif, celle-ci étant perçue comme monstrueuse, masculine ou folle20. En faisant de son recueil le journal d’une folle, Gloria Fuertes ironisait sur une des seules voies offertes à la femme de lettres.

  • 21 G. Genette, Seuils, p. 73.
  • 22 G. Fuertes, « Letanía de los montes de la vida », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 73-74
  • 23 Id., « Era pastor de gatos », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 91-92.

14Bien qu’il ne revendique par directement la folie, le titre retenu du recueil de Gloria Fuertes échappe aux fonctions traditionnelles de ce seuil textuel, qui consistent à identifier l’ouvrage, désigner son contenu et le mettre en valeur21. « Aconsejo beber hilo » constitue un énoncé incongru. De nombreux poèmes d’Aconsejo beber hilo font un sort important à la folie comprise comme « délire », aussi bien en ce qui concerne l’écriture du non-sens que dans les motifs mis en avant. La folie intervient ainsi à deux niveaux : comme thème et comme esthétique, une esthétique qui revendique la déviance par rapport à une norme, faisant surgir l’humour dans cet écart. Le poème « Letanía de los montes de la vida » éclaire le titre du recueil dans les vers « Dichosos los locos, / porque ellos beben hilo »22. Les fous sont perçus comme des heureux élus, car leur folie leur permet d’échapper à la norme. Dans le recueil de Gloria Fuertes, le poète est assimilé au fou, comme dans « Era pastor de gatos », où l’on peut lire : « Algunos aseguran que está loco, / otros que está poeta »23. Le jeu entre l’état et l’essence accentue le parallélisme entre les deux options. La folie apparaît, de plus, à la fin du poème, comme porteuse de vérité : « yo, que le trato mucho, sólo digo / que es un sabio vestido de princesa ».

15Le sujet poétique de Aconsejo beber hilo est également atteint de folie dans de nombreux poèmes :

  • 24 Id., « Llantos nocturnos », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 79.

Soñé que estaba cuerda,
me desperté y vi que estaba loca.
Soñé que estaba cuerda,
cuerda,
tendida en mi ventana24.

16Nous retrouvons ici un renversement traditionnel depuis le Quichotte : le fou rêve qu’il est sensé. Or, la folie réapparaît dans le langage, dans l’association entre l’adjectif « cuerda » (« sensée ») et le substantif homonyme (la « corde »). Le fou ne peut échapper à sa folie et celle-ci imprègne ses représentations et son langage.

17La folie, dans le recueil de Gloria Fuertes, est souvent associée à la femme, comme dans « Poema sin ton ni son » :

  • 25 Id., « Poema sin ton ni son », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 95.

Y se volvió loca la mujer
porque tuvo un pez.
Y porque supo amar
se volvió loca de atar25.

  • 26 Id., « Desde siempre », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 74
  • 27 Id., « Tengo que deciros », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 80.

18Le sujet poétique de Aconsejo beber hilo revendique la déviance et le fait d’aller à contre-courant : « desde siempre mi alma cabalgando al revés »26. La folie est mise au service d’une écriture qui défie les règles du langage et de la société, faisant surgir l’humour de situations incongrues et inconcevables, ou de jeux de mots. Dans « Tengo que deciros » le sujet poétique fait état de son étrange maladie : « Tengo que deciros… / que hoy tengo algarabía »27. Il revendique par là, d’une part, un langage incompréhensible et, d’autre part, un certain tapage et vacarme. À travers la folie, la poésie de Gloria Fuertes se positionne dans les années 1950 comme irrévérencieuse et insolente et défie les codes du langage.

III. — MÉCANISMES DE L’HUMOUR

  • 28 Manifiesto del postismo, p. 281.
  • 29 G. Fuertes, « Estamos bien », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 101 ; Id., « Miradme aquí  (...)
  • 30 Id., « Tango », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 108.

19La poésie de Gloria Fuertes accorde une importance particulière aux sons, se situant par là dans le sillage du mouvement postista pour lequel « la poesía lo mismo nace de la idea que del sonido »28. Parmi les mécanismes qui font naître l’humour dans la poésie de Gloria Fuertes, il y a en premier lieu tous les jeux de mots qui accentuent la dimension phonique du langage, notamment les paronomases qui jalonnent le poème « Vicente era vidente » et qui interviennent dans de nombreux textes : « La mañana, se pierde en la maraña », « se avecina la garra de la guerra, / y yo digo : ¡Pues sí, lo que faltaba ! », lit-on dans « Estamos bien », ou encore « Es peligroso el mar si no sé nada / peligroso el amor si no se nada » de « Miradme aquí », qui utilise « nada » au sens de « jamais » et au sens de « nager », et oppose le « se » impersonnel au « sé » du savoir décevant les attentes, créant par là un énoncé ludique29. Le poème « Tango », composé essentiellement de vers de trois syllabes, déploie toute une série d’allitérations à la manière de véritables « trabalenguas » qui défient la prononciation : « Ya es vieja / la abeja / pelleja […] Se queja / la abeja / en la reja »30.

  • 31 Id., « Lo que pido », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 78.
  • 32 G. Fuertes, « Nota biográfica », Antología y poemas del suburbio, Obras incompletas, p. 41-42.

20Souvent, les jeux de mots qui scandent la poésie de Gloria Fuertes créent des parallélismes entre des réalités distinctes. L’emploi d’un même terme dans deux expressions, l’une qui relève du domaine bienséant de la charité, et l’autre d’un domaine quotidien et familier, crée dans « Lo que pido » un contraste qui devient humoristique, et ôte au geste du mendiant sa gravité : « La humildad del mendigo que te tiende la mano, / la humildad de la chacha que te tiende la ropa »31. Le passage de « tender la mano » pour demander l’aumône à l’expression « tender la ropa » (étendre le linge) oppose deux représentations a priori éloignées, mais que l’humour rapproche : le geste de la bonne qui étend le linge témoigne de la même humilité que celui du mendiant qui demande l’aumône. De même, dans « Nota biográfica », on trouve un parallélisme inattendu entre un accident de chariot et la tragédie de la guerre par le biais du verbe « pillar » au sens de « renverser » et dans un sens familier qui équivaut à « surprendre », qui dédramatise la guerre : « A los nueve años me pilló un carro / y a los catorce me pilló la guerra »32.

21Parmi les autres figures de style qui manifestent l’humour dans la poésie de Gloria Fuertes, se trouve l’hyperbole. Le poème « Pena » joue sur l’exagération :

  • 33 Id., « Pena », Aconsejo beber hilo, p. 74.

Cuánto he sufrido hoy lunes.
Son las doce y un segundo de la noche
no es ni siquiera martes.
Esto es parecido a reventar
no es ni siquiera parto33.

22L’extrême précision de l’heure et la comparaison de la souffrance du sujet poétique avec un accouchement (on pense à l’expression populaire « ser un parto » pour se référer à une situation douloureuse), par l’intermédiaire du verbe « reventar » deviennent humoristiques.

23L’humour tire souvent profit dans la poésie de Gloria Fuertes du langage quotidien. Une constante utilisation de proverbes, expressions idiomatiques, formules inattendues, agrémente la poésie de Gloria Fuertes, créant des effets de surprise qui déconstruisent le langage poétique et déconcertent le lecteur.

24L’écart entre les aspirations du sujet poétique et le réel prosaïque devient humoristique dans de nombreux poèmes. Dans « Autobiografía », une déchéance s’installe tout au long du poème, dont le début prometteur signale la naissance de la mère et du père au pied de monuments solennels :

  • 34 Id., « Autobiografía », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 71.

A los pies de la Catedral de Burgos nació mi madre.
A los pies de la Catedral de Madrid, nació mi padre.
Yo nací a los pies de mi madre34.

25Tout le poème fonctionne sur le rabaissement des attentes : « De pequeña / fui a un reformatorio y a un colegio gratis », quand on aurait attendu le nom d’une prestigieuse institution. « He tenido lo menos siete amores, / varios jefes malos / y un apetito envidiable » : le mélange d’éléments de différents registres (l’univers affectif, le monde du travail, l’appétit) acquiert une dimension humoristique. L’adjectif « envidiable » est adossé à « appétit », à une époque où, après la guerre, le peuple espagnol a connu les affres de la faim. L’humour surgit de la juxtaposition d’un référent positif pour caractériser une réalité précaire. Alors qu’un « appétit enviable » est en général le signe d’une bonne santé, l’expression est ici détournée pour signaler la privation et la détresse.

26Le poème « Dios que me da » joue sur le don et l’échange entre des éléments qui relèvent du domaine spirituel et des éléments qui touchent au matérialisme. Il y a une gradation tout au long du poème, qui débute sur des notions élevées comme « amour », « mort », « âme », et aboutit à la matérialité du corps — « jabón para lavarme » —, au toucher « pellizcos », ainsi qu’à des considérations financières « pago con deudas » :

  • 35 Id., « Dios que me da… », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 72.

Dios que me da,
tu presencia en el sueño,
el amor para el hambre,
la muerte para el cuerpo,
la vida para el alma,
jabón para lavarme.
Y yo le doy,
pellizcos a sus manos,
disgustos a sus curas,
y le pago con deudas35.

27Le poème met en évidence le décalage entre les attentes spirituelles du sujet poétique et ses besoins matériels, entre le credo et sa vie quotidienne marquée par des manques et des problèmes financiers. La relation à Dieu devient dans ce texte une relation financière.

28De nombreux poèmes de Gloria Fuertes reprennent le schéma de l’autobiographie. Dans « No dejan escribir », on retrouve la distance entre les espérances et la réalité :

  • 36 Id., « No dejan escribir », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 72-73.

Trabajo en un periódico
pude ser secretaria del jefe
y soy sólo mujer de la limpieza.
Sé escribir, pero en mi pueblo,
no dejan escribir a las mujeres36.

29Le poème en profite pour dénoncer l’exclusion de la femme de la sphère des lettres, contrainte à exercer des métiers considérés comme typiquement féminins. Les poèmes de Gloria Fuertes jouent ainsi souvent de l’autodévalorisation du sujet poétique, condamné à une existence monotone et précaire :

  • 37 Ibid., pp. 72-73.

Mi vida es sin sustancia,
no hago nada malo.
Vivo pobre.
Duermo en casa.
Viajo en metro.
Ceno un caldo
y un huevo frito, para que luego digan37.

30Dans l’effet de miroir de l’écriture, le reflet surgit dégradé, comme dans les foires, où les glaces renvoient une image déformée de la réalité. À ce sujet, dans certains poèmes comme « A veces quedo sola », l’animalisation ou la chosification renvoient précisément une image défigurée et dévaluée du sujet poétique :

  • 38 G. Fuertes, « Acción de gracias », Todo asusta, Obras incompletas, pp. 123-124.

Gracias por haberme hecho ser humano,
podías haberme hecho rana o vaso,
y habría que verme de rana
gorda y cantando,
o vaso de vidrio barato38.

31L’auto-dénigrement touche en particulier à son métier de poète. Dans « El vendedor de papeles o el poeta sin suerte » d’Antología y poemas del suburbio, le sujet poétique vend sa production au rabais. Par le biais d’un langage aguichant qui reprend le discours des vendeurs ambulants, on retrouve une image de la poésie dévaluée, laquelle, associée à une marchandise soldée proposée à tous les âges et dont on met en avant les différents usages que l’on peut en faire, devient humoristique. La poésie n’est plus un langage élevé et précieux mais un objet bon marché, une aubaine :

  • 39 Id., « El vendedor de papeles o el poeta sin suerte », Antología y poemas del suburbio, Obras incom (...)

— Muy barato,
para el nene y la nena,
estos cuentos de risa
y novelas de pena
¡aleluyas a diez!
Vendo versos,
liquido poesía,
se reciben encargos
para bodas, bautizos,
peticiones de mano,
¡aleluyas a diez39!

IV. — IRRÉVÉRENCE ET SUBVERSION DU LANGAGE

32À l’instar des Postistas, Gloria Fuertes s’adonne à la subversion des formes traditionnelles, en particulier des prières et de la poésie religieuse. Le poème « Oración » de Antología y poemas del suburbio constitue le pastiche d’une prière qui renverse le schéma traditionnel et place Dieu dans un décor urbain, inattendu, dont le caractère quotidien et familier, éloigné de la solennité habituelle, devient humoristique :

  • 40 Id., « Oración », Antología y poemas del suburbio, Obras incompletas, pp. 47-48. Voir sur ce sujet (...)

Padre nuestro que estás en la tierra,
donde tienes tu gloria y tu infierno
y tu limbo que está en los cafés
donde los burgueses beben su refresco40.

  • 41 P. E. Browne, El amor por lo (par) odiado, p. 48.

33En Gloria Fuertes, se trouve une volonté de désacraliser les formes fixes, comme le signale Peter E. Browne à propos de certains poèmes : « Esta afición de Gloria Fuertes por agredir la lira nos parece una rebelión a las formas rígidas, clásicas »41. « Poema », par exemple, commence par deux alexandrins qui remettent en question le caractère mystique du poème :

  • 42 G. Fuertes, « Poema », Antología y poemas del suburbio, Obras incompletas, p. 55.

¿Que no soy mística porque canto el suburbio?
¿Y canto el suburbio porque en él veo a Cristo.
No soy mística porque siempre me río
y siempre me río… qué me importa lo mío ?42.

34Le rire occupe une place importante dans ce poème qui substitue au décor traditionnel des poèmes mystiques un décor urbain. Le rire prend ici la place de l’extase mystique pour dénoncer la poésie classique comme seule capable d’atteindre les vérités profondes et de trouver Dieu. Le poème juxtapose le monde spirituel au monde dégradé : « Yo me hundo en lo espiritual / haciendo un poema en el arrabal ». C’est précisément dans la laideur du quotidien, symbolisée ici par la boue, que le sujet poétique s’élève jusqu’au mysticisme. La poésie de Gloria Fuertes revendique son ancrage dans le réel, seul capable de parvenir à l’union avec le divin. L’humour surgit du caractère déplacé du rire et de l’inadéquation entre la volonté mystique du poème et la revendication de la réalité quotidienne comme accès à Dieu. Par ailleurs, Gloria Fuertes joue des rimes faciles : tous les couples de vers ont une rime qui tombe sur un mot oxyton faisant un effet de béquille qui devient grotesque :

Nadie sabe lo lírico que es
un mendigo que pide de pie.
Nadie sabe sentir al Señor,
cantando la aguja, la mina, la hoz ».

35Parmi les autres poèmes de Gloria Fuertes qui reprennent la forme d’une prière, citons « Letanía de los montes de la vida », scandé par la formule « Dichosos… . ». Quelques vers suscitent l’humour, notamment celui qui concerne les poètes et qui dévoile une erreur :

  • 43 Id, « Letanía de los montes de la vida », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 73-74.

Dichosos los poetas,
porque ellos morirán llorando.
Dichosos los poetas,
— esto ya lo he dicho antes—43.

36L’apparition d’une faille au milieu de la série devient humoristique car elle signale un dysfonctionnement qui agit comme un détournement de la prière et bouleverse sa forme. Par ailleurs, ce texte loue dans le même mouvement les blancs, les noirs, les enfants, les fous, les tristes, les vierges, les poètes, les martyrs, et dérive vers les fugitifs (« quién fuera prófugo »), les voleurs (« porque ellos alcanzarán la fama ») et les cyniques (« porque ellos verán a Charlot »), mettant en avant l’idée de liberté et de déviance. L’apparition dans ce dernier exemple d’un personnage issu du cinéma comique ajoute de l’humour au texte. Il y a comme un retournement qui fait d’êtres socialement condamnables des êtres enviables, symboles de transgression.

37La poésie amoureuse est également parodiée dans certains poèmes, comme dans « La vieja pasitas y el viejo pasitos », dans lequel l’humour naît de la dégradation des lieux communs de la poésie courtoise. Le poème, composé d’hendécasyllabes, met en scène deux amoureux qui sont deux petits vieux, aux antipodes des canons de la beauté. Il reprend certains clichés de la poésie amoureuse, qui fait l’éloge la beauté de la femme, mais, à la différence des portraits traditionnels, nous trouvons ici une petite vieille décrépite au corps ridé comme un raisin sec et frappé par des rhumatismes, et dont les doigts sont assimilés à des bâtons tordus. Le petit vieux, quant à lui, apparaît comme un séducteur, que la femme appelle « Tenorio », en référence à Don Juan. Mais il s’agit là d’un Don Juan vieillot qui se déplace avec difficulté, qui tousse et se plaint, et qui contemple la bouche édentée de sa bien aimée :

  • 44 G. Fuertes, « La vieja pasitas y el viejo pasitos », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 92.

El cuerpo de la vieja era una pasa,
las manos de la vieja eran dos pasas;
dos pasas, pero suaves como rasos,
— lo que andaba el viejo era dos pasos—.
Tenían casi un siglo y eran novios;
la vieja le llamaba su Tenorio.
El viejo le miraba las encías
— la muerte les miraba noche y día—.
El viejo para andar daba pasitos,
la vieja era un reuma dando gritos;
los palos retorcidos de sus dedos
movían las agujas del lanero44.

V. — L’HUMOUR NOIR

38Certains poèmes de Gloria Fuertes ont recours à l’humour noir : ils le font surgir de situations dramatiques qui concernent, dans la plupart des cas, la mort. Dans « No sabemos qué hacer », le sujet poétique est face à un dilemme, écrire ou se suicider :

  • 45 Id., « No sabemos qué hacer », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 82.

A veces el poeta
no sabe si coger la hoja de acero,
sacar punta a su lápiz y hacerse un verso
o sacarse una vena
y hacerse un muerto45.

39Les jeux de mots entre, d’une part, « sacar punta a su lapiz » et « sacarse una vena » et, d’autre part, « hacerse un verso » et « hacerse un muerto », banalisent le suicide en le mettant sur le même plan que le gribouillage de quelques vers.

40L’humour noir intervient également dans le poème « Me crucé con un entierro… . », dans lequel le sujet poétique désacralise un cortège funèbre :

  • 46 Id., « Me crucé con un entierro », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 90-91.

Me crucé con un entierro
— el de la caja iba muerto—.
— ¿A dónde vas? —Me decía—.
— Adonde tú —respondiendo—46.

41Le début humoristique de ce poème tient au traitement de la mort dépouillé de toute attitude respectueuse. L’emploi du terme « caja » pour cercueil et de la formule familière « el de la caja iba muerto » instaure un détachement avec la mort qui évacue des sentiments de pitié au profit du rictus. Le ton familier et plaisant est mis au service d’une certitude : la mort concerne tout le monde.

42De nombreux poèmes de Gloria Fuertes traitent la mort avec dérision. Dans « Los muertos », les défunts sont avant tout des êtres associés au rire : « Es mentira eso de las apariciones, / la verdad es la otra, / la risa de los muertos ». Les morts surgissent comme des êtres festifs et riants qui vivent une vie parallèle :

  • 47 Id., « Los muertos », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 99-100.

Los muertos son personas
que heladas se quedaron
y viven en el Campo igual que las hormigas
y luego por la noche,
si no cogen el sueño,
los muertos desvelados
se salen de sus sitios
y se cantan saetas,
se sacuden gusanos,
se cuentan los cartílagos
y se vuelven al hoyo
parsimoniosamente47.

43L’image des morts qui se débarrassent des vers de terre et comptent leurs cartilages a des accents macabres. On visualise des squelettes joyeux qui chantent des saetas et passent le temps, une image banalisée des morts insomniaques qui s’adonnent à tout type d’activités quotidiennes, comme fumer une cigarette ou raccommoder des vêtements. L’irrévérence des deux derniers vers, qui met en avant le terme « hoyo », lieu où résident les défunts, en fait des êtres inscrits dans le monde végétal et animal, vivant au milieu des fourmis et des vers de terre. Cette image qui échappe à l’image respectueuse traditionnelle que devraient susciter les morts ne pouvait être recevable que sous le sceau de l’humour dans une Espagne qui, dans les années 1950, affiche un catholicisme outrancier.

VI. — HUMOUR ET ÉCRITURE DE L’ENFANCE

  • 48 Manifiesto del postismo, p. 286.

44Les Postistas percevaient l’enfance comme un stade privilégie associé au jeu et à l’innocence : « tan sólo la niñez se halla en estado de gracia », écrit Eduardo Chicharro dans le premier manifeste48. La poésie pour adultes de Gloria Fuertes fraye souvent l’univers enfantin avec son allégresse, son esprit ludique, et la récupération de toute une série de formes propres à l’enfance. Certains poèmes de Aconsejo beber hilo, tels « Nana al hijo de trapo » ou « Nana al nene », s’affichent, dès leur titre, comme des berceuses. Dans ce dernier texte, l’enfant est appelé « gusano », « castaña », « pinguino », « mi oruga », des appellations peu usuelles pour un enfant, et qui mettent en avant le caractère ludique du langage dans l’univers enfantin.

  • 49 Id., « El del pez », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 87-88.

45Nombreux sont les poèmes qui reprennent des schémas qui relèvent de la littérature enfantine, comme « El del pez » qui commence par « Esto era un pez / sin cola y sin hiel » et qui décrit à la manière des contes pour enfants un poisson étonnant49. « Números comparados » rappelle également les livres enfantins qui mettent en scène des chiffres de manière ludique pour en faciliter l’apprentissage :

  • 50 Id., « Números comparados », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 85.

Cuéntame un cuento de números,
háblame del dos y el tres
— del ocho que es al revés
igual que yo al derecho— »50.

  • 51 Id., « Los meses », Antología y poemas del suburbio, Obras incompletas, p. 60.
  • 52 S. Freud, Le mot d’esprit et sa relation à l’inconscient, pp. 235-236.

46Le poème joue d’associations : le chiffre trois est assimilé à « los senos de cualquier foca », le deux à un canard, le sept à un « roto en la vida ». De même, « Los meses » personnalise les mois de l’année de façon ludique et inattendue : « Enero es un viejo que viste de blanco. / Febrero es un loco que viste de tul »51. Comme le rappelle Freud dans Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient, le langage enfantin est le lieu d’associations insolites, de jeux de langage qui seuls sont autorisés à l’enfant : « À l’âge où l’enfant apprend à manier le vocabulaire de sa langue maternelle, il éprouve un plaisir manifeste à faire de ce matériau une “expérimentation ludique” (Groos), et il assemble les mots sans se soumettre à la condition de sens, afin d’obtenir grâce à eux l’effet de plaisir lié au rythme ou à la rime. Ce plaisir, il se le voit progressivement défendre, jusqu’à ce que les seuls assemblages de mots autorisés qui lui restent soient ceux qui ont un sens »52. Ainsi, les jeux de mots et les associations ludiques les plus osées se retrouvent dans les poèmes de Gloria Fuertes qui reviennent sur l’enfance, la littérature enfantine autorisant l’effacement des barrières entre l’insolite et le réel.

VII. — FONCTIONS DE L’HUMOUR

  • 53 G. Fuertes, « Cosas que me gustan », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 78.

47Dans « Cosas que me gustan » de Aconsejo beber hilo, Gloria Fuertes dit précisément le rôle qu’elle assigne à son humour : « Me gusta, / divertir a la gente haciéndola pensar »53. La poésie de Gloria Fuertes se veut instructive et divertissante. Elle relève par là de l’idéal d’enseigner en amusant et rejoint la tradition du « ridere dicere verum ». En feignant de s’adonner à des jeux ludiques, les poèmes pointent du doigt une réalité souvent cruelle. Par le biais de l’humour, la poésie de Gloria Fuertes met au jour une réalité sociale difficile et la rend par là supportable. Comme le rappelle R.M. Martín Casamitjana, une des fonctions principales de l’humour consiste à libérer de l’angoisse et de la douleur :

  • 54 R. M. Martín Casamitjana, El humor en la poesía española de vanguardia, p. 429.

El humorismo cumple una función liberadora de la angustia y el dolor. La comicidad y el absurdo no son más que una forma irónica de negar y de revelar al mismo tiempo, sin caer en el patetismo, el desamparo del hombre en un mundo hostil54.

48En témoignant de manière humoristique de la situation de l’Espagne des années 1950, la poésie de Gloria Fuertes devient un exutoire qui manifeste toute une série de tensions.

49L’humour cache et dévoile. Il semble transfigurer le réel mais immisce dans cette apparente distance qu’il instaure une dénonciation. En s’engageant dans des chemins pouvant aller depuis les jeux ludiques jusqu’au délire, il met en évidence dans cette déraison les difficultés des classes populaires pendant l’après-guerre. L’humour chez Gloria Fuertes est effectivement souvent au service de la dénonciation sociale. Le poème « Os habéis fijado » utilise le procédé de l’énumération pour établir une liste de choses qui appartiennent à différents registres. L’incongruité des associations a pour but de dénoncer la pénurie des classes populaires :

  • 55 G. Fuertes, « Os habéis fijado », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 97-98.

En el frío que pasan las castañeras,
en lo viejas que son las catedrales,
en lo déspotas que son algunos,
en lo golfos que son los niños pobres,
en lo que hablan los ebanistas,
en lo bien vestida que va la mecanógrafa,
en lo caro que cuesta todo55.

  • 56 L. de Luis (éd.), Poesía social española contemporánea, pp. 307-314.
  • 57 G. Carnero, « La poética de la poesía social en la postguerra española », pp. 299-336.

50La poésie de Gloria Fuertes a pu en cela être qualifiée de sociale, dans la lignée de la poésie des années 1950. Elle est incluse à ce titre dans l’anthologie de la poésie sociale de Leopoldo de Luis56. Elle reprend en effet un certain nombre de traits que Guillermo Carnero identifie comme caractéristiques de la poésie sociale : des références à la guerre civile ; des allusions à la répression qui s’acharna contre toute velléité de liberté ; une vision satirique de l’accommodement de certaines couches sociales à la nouvelle idéologie ; un sentiment de solidarité envers le prolétariat et les couches les plus démunies, qui se traduit par une nette volonté de rapprochement et d’identification de la part du poète ; une volonté de lutte politique ; le thème de l’Espagne57. La dénonciation chez Gloria Fuertes est identique, mais le ton différent. Alors que les accents humoristiques éloignent sa poésie des canons de la poésie sociale, c’est précisément dans l’interstice de l’humour que la dénonciation s’exprime chez Gloria Fuertes et qu’elle acquiert toute son efficacité. Le rire évacue le soupçon et dilue le contenu critique qui demeure latent comme dans un arrière-fond. La poésie de Gloria Fuertes a pu en cela, comme certains le suggèrent, échapper à la vigilance de la censure, son caractère comique et enfantin lui ôtant apparemment une part de sérieux.

  • 58 Segundo manifiesto del postismo, p. 298

51À travers l’humour, la poésie de Gloria Fuertes, tout en dénonçant la situation précaire des couches populaires de l’Espagne de l’après-guerre, tend à exorciser leur misère. L’humour évacue la souffrance et invite, dans un climat hostile, à retrouver une certaine allégresse, comme le réclamaient les Postistas dans leur deuxième manifeste : « El Postismo, además de especular en el campo artístico, puede, y desearía, proyectar su efecto y su manera en la felicidad de las gentes, devolviéndoles el sentido de la espontaneidad y alegría perdidas »58.

52Enfin, l’humour est également pour Gloria Fuertes une manière de s’introduire dans une sphère littéraire encore sous la domination masculine. À ce propos, Fanny Rubio rappelle l’importance des poèmes de Gloria Fuertes publiés en 1944 dans la revue Garcilaso :

  • 59 F. Rubio, Revistas poéticas españolas, n. 28, p. 436,

Hasta la aparición de Gloria Fuertes en Garcilaso en 1944, que empieza a romper los tópicos de lo que tradicionalmente se entendía por « poesía femenina », ésta conformaba un bloque que difícilmente podía superar su marginalidad59.

53En ce sens, par le biais de l’humour, Gloria Fuertes s’éloigne des sentiers battus réservés à l’écriture féminine et ouvre une brèche pour les femmes de lettres espagnoles.

Notes

1 G. Carnero, « Apuntes para la historia del superrealismo en la poesía en español de la alta posguerra », p. 348.

2 R. M. Martín Casamitjana, El humor en la poesía española de vanguardia.

3 Pour l’histoire du Postismo, voir J. Pont, El Postismo et M. I. Navas Ocaña, El movimiento postista. Teoría y crítica.

4 J. Pont, El Postismo, p. 29. Voir également, du même auteur, « El juego y el humor postistas », pp. 11-12.

5 Parmi les avant-gardes historiques, les Postistas rejettent l’ultraïsme et se déclarent neveux du Cubisme. Quant au surréalisme, ils n’y sont pas étrangers : « tenemos sistema de calefacción en común con el surrealismo », Manifiesto del postismo, p. 281. « El Postismo es, no esencialmente, sino especialmente un postsurrealismo, y en buena parte un post-expresionismo. Pero es también un post-dadaísmo. En mínima parte, un post-cubismo. Mientras tan sólo históricamente es un postultraísmo, un post-futurismo, un post-realismo, etc. Es, pues, por descendencia, o por paralelismo, o por oposición, o sencillamente por sucesión histórica o cronológica, un verdadero postismo », Manifiesto del postismo, pp. 283-284. Plus tard, dans le troisième manifeste, on lit : « El Postismo, como parentesco, será : hijo del Surrealismo, nieto del Dadaísmo y sobrino del Expresionismo. ¿Qué hereda del Dadaísmo ? Muy poca cosa : tal vez la intuición y la pureza de todo primitivismo. ¿Qué del Surrealismo ? La explotación del subconsciente. ¿Y qué del Expresionismo ? La expresividad ; además, coincide con él en su parecido con la producción artística de los perturbados mentales », Tercer manifiesto del postismo, p. 304.

6 G. Fuertes, Obras incompletas, p. 27. Parmi les études qui traitent la question du lien de Gloria Fuertes avec le Postismo citons M. Payeras, El linaje de Eva.

7 Lettre de décembre 1982, citée par L. Cano, Vida y poesía de Gloria Fuertes, pp. 14-15.

8 « Sin duda, Casanova de Ayala se refiera al “enderezamiento postista”, una de nuestras leyes naturales que aprendieron de nosotros algunos poetas y que utilizó con cordura Gloria Fuertes (mi mejor discípula natural) como se vio en Aconsejo beber hilo (bien que Gloria es una anima naturaliter postista tanto como cristiana) », C. E. de Ory, « Historia del Postismo », p. 270. Je remercie Carlos Edmundo de Ory de l’entretien qu’il a bien voulu m’accorder en septembre 2009 à Thézy.

9 R. Herrero, Antología de la poesía postista, p. LVI. Jaume Pont la place parmi les « filopostistas », J. Pont, El Postismo, p. 17.

10 G. Fuertes, « Lo confieso », Arcilla y pájaro, 2, mai 1953, p. 1,

11 Id., « Niño flaco », « No tiene que ver nada », El Pájaro de Paja, 8, juillet 1952.

12 F. Rubio, Revistas poéticas de posguerra, p. 135.

13 G. Fuertes, « Nací en una buhardilla », Arquero de Poesía, 1, décembre 1952, pp. 7-8. Le poème est repris dans G. Fuertes, Antología y poemas del suburbio, Obras incompletas, pp. 58-59.

14 S. Freud, Le mot d’esprit et et sa relation à l’inconscient.

15 G. Fuertes, « Niño delicado », Arquero de Poesía, 2, janvier-février 1953, p. 5.

16 Id., « Feria », Arquero de Poesía, 4, juillet 1953, p. 20.

17 Id., « Delirio », Isla ignorada, p. 49. D’autres textes d’Isla ignorada font un sort important à la folie, par exemple « Canción de la niña loca », p. 46 et « Loca sosegada », pp. 47-48.

18 Id., Aconsejo beber hilo, p. 8.

19 M. Jarrety, Lexique des termes littéraires, p. 238.

20 Voir à ce sujet, pour plus de précisions M. P. Moreno, « Gloria Fuertes y la superación del estereotipo de la escritora loca », pp. 285-312.

21 G. Genette, Seuils, p. 73.

22 G. Fuertes, « Letanía de los montes de la vida », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 73-74.

23 Id., « Era pastor de gatos », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 91-92.

24 Id., « Llantos nocturnos », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 79.

25 Id., « Poema sin ton ni son », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 95.

26 Id., « Desde siempre », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 74

27 Id., « Tengo que deciros », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 80.

28 Manifiesto del postismo, p. 281.

29 G. Fuertes, « Estamos bien », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 101 ; Id., « Miradme aquí », Todo asusta, Obras incompletas, pp. 120-121. Pour une étude très complète de la paronomase dans la poésie de Gloria, voir M. García-Page, El juego de palabras en la poesía de Gloria Fuertes.

30 Id., « Tango », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 108.

31 Id., « Lo que pido », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 78.

32 G. Fuertes, « Nota biográfica », Antología y poemas del suburbio, Obras incompletas, p. 41-42.

33 Id., « Pena », Aconsejo beber hilo, p. 74.

34 Id., « Autobiografía », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 71.

35 Id., « Dios que me da… », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 72.

36 Id., « No dejan escribir », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 72-73.

37 Ibid., pp. 72-73.

38 G. Fuertes, « Acción de gracias », Todo asusta, Obras incompletas, pp. 123-124.

39 Id., « El vendedor de papeles o el poeta sin suerte », Antología y poemas del suburbio, Obras incompletas, p. 52.

40 Id., « Oración », Antología y poemas del suburbio, Obras incompletas, pp. 47-48. Voir sur ce sujet A. P. Debicki, « Gloria Fuertes : Intertextualidad e inversión de expectativas », p. 146.

41 P. E. Browne, El amor por lo (par) odiado, p. 48.

42 G. Fuertes, « Poema », Antología y poemas del suburbio, Obras incompletas, p. 55.

43 Id, « Letanía de los montes de la vida », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 73-74.

44 G. Fuertes, « La vieja pasitas y el viejo pasitos », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 92.

45 Id., « No sabemos qué hacer », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 82.

46 Id., « Me crucé con un entierro », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 90-91.

47 Id., « Los muertos », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 99-100.

48 Manifiesto del postismo, p. 286.

49 Id., « El del pez », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 87-88.

50 Id., « Números comparados », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 85.

51 Id., « Los meses », Antología y poemas del suburbio, Obras incompletas, p. 60.

52 S. Freud, Le mot d’esprit et sa relation à l’inconscient, pp. 235-236.

53 G. Fuertes, « Cosas que me gustan », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, p. 78.

54 R. M. Martín Casamitjana, El humor en la poesía española de vanguardia, p. 429.

55 G. Fuertes, « Os habéis fijado », Aconsejo beber hilo, Obras incompletas, pp. 97-98.

56 L. de Luis (éd.), Poesía social española contemporánea, pp. 307-314.

57 G. Carnero, « La poética de la poesía social en la postguerra española », pp. 299-336.

58 Segundo manifiesto del postismo, p. 298

59 F. Rubio, Revistas poéticas españolas, n. 28, p. 436,

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search