Version classiqueVersion mobile

Les relations esthétiques entre ironie et humour en Espagne

 | 
Carole Fillière
, 
Laurie-Anne Laget

Les moyens signalétiques de l’ironie : les chroniques satirico-politiques de Roberto Robert dans le Républicain Gil Blas (1864-1872)

Julien Lanes Marsall

Texte intégral

  • 1 R. Robert, « Efemérides ilustres. Luis Rivera », El Heraldo de Madrid, 25/08/94.
  • 2 A. M. Freire López, « La fábula como forma de la sátira política », pp. 304 et 315.

1Luis Rivera, fondateur de Gil Blas (GB), n’avait que faire des « burlas frívolas », il voulait « una publicación de eficacia profunda »1. Il est vrai que le périodique GB, par le recours à des moyens habituellement classés dans la catégorie du non sérieux, fut un adjuvant idéal pour seconder, tout au long de la dernière décennie de l’ère isabéline et durant le Sexenio democrático, le travail sérieux de gestation et de propagation de la culture démocratique et républicaine que réalisaient les doctrinaires journaux d’opinion La Discusión, La Democracia ou La Igualdad. Le journal satirico-politique, parce qu’il tire sa motivation de son opposition au gouvernement en place, se définit par sa dimension fréquemment éphémère et son inscription essentielle dans l’actualité politique la plus contemporaine, caractéristiques que l’on peut opposer à l’atemporalité certaine que confère à la satire sa portée exemplaire, axiologique et paradigmatique (et ce indépendamment du fait que le dessein orthopédique et moral puisse aussi sous-tendre la satire politique)2. Arcadio Roda Rivas, dans un essai sur l’opinion publique de 1870, rappelait que ces journaux agoniques :

  • 3 A. Roda Rivas, Ensayo sobre la opinión pública, p. 296.

… Son como las tropas ligeras de un ejército, que ora atacan de frente, ora por el flanco, unas veces solos y otras con el grueso de las fuerzas, […] descubriendo los puntos mal defendidos de los reales contrarios, y con esta incansable movilidad entorpecen y marean al más formidable enemigo3.

  • 4 Nous reprenons le titre de P. Hamon, L’ironie littéraire. Essai sur les formes de l’écriture obliqu (...)

2Il est heureux de trouver l’expression « por el flanco », qui souligne que l’attaque peut être biaise, terme-portique de ce travail sur l’ironie et les « formes de l’écriture oblique »4, que nous appréhenderons à partir de la présentation d’un sous-genre de la chronique d’actualité, la chronique satirico-politique, et d’un hétérodoxe festif républicain en particulier, Roberto Robert (1827-1873).

  • 5 V. Jankélévitch, L’ironie, pp. 33-34.
  • 6 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 25, 62 et 98.

3Nous voudrions tout d’abord présenter les caractéristiques formelles d’un genre dont la brièveté est amplifiée par une structure fragmentaire, et proposer d’y voir, à partir de Vladimir Jankélévitch, une manifestation de l’« art d’effleurer » propre à la « conscience ironique »5. Nous souhaiterions, ensuite, partir des trois grands moyens signalétiques de l’ironie que Philippe Hamon a mis en lumière6. Premièrement, la « distanciation d’une énonciation envers son propre énoncé, celle d’un auteur (ou d’un narrateur) prenant ses distances envers certains de ses personnages, voire avec certains de ses destinataires ». Nous analyserons de quelle manière le système de communication ironique implique la mise en place d’une topographie particulière, et nous nous intéresserons aux moyens signalétiques de l’ironie que sont les seuils méta-discursifs et le mode d’inscription du lecteur dans le texte. Cela nous permettra de donner sens à la dimension conversationnelle de la chronique satirique et à la relation de connivence qui unit le « cronista » et son « lector ». Deuxièmement, la distanciation avec des « énoncés extérieurs cités, parodiés, pastichés, ou simplement mentionnés en écho ». Nous remarquerons que la chronique satirique offre bien souvent l’apparence d’une mosaïque de genres, de styles, de formes et de registres, dans laquelle se côtoient fragments mentionnés ou parodiés de poésies célèbres, de proverbes, d’opéras, en un mot des énoncés appartenant à des genres différents. Ceci assimile la création à un amalgame fondé sur l’intertextualité et la citation, c’est-à-dire fondé sur un « contexte de substitution [doté] d’une grande stabilité [et possédant] une valeur reconnue par tous ». Cette approche citationnelle de l’ironie mettra en évidence les rapports privilégiés qui existent entre parodies et ironies. Troisièmement, la « distanciation entre des contenus « “éloignés” co-présents dans l’énoncé lui-même ». Nous étudierons dans quelle mesure la réunion de syntagmes hétéroclites et la constitution de dyades antithétiques, dans la lignée de Quevedo, permettent de créer des « voisinages humiliants », alliance jocoseria de termes contradictoires, créant une figure ironique à la fois à dimension syntagmatique (séquentielle) et paradigmatique (impliquant une axiologie).

I. — ÉCLATS DE DISCOURS ET IRONIE : L’ESTHÉTIQUE FRAGMENTAIRE DE LA CHRONIQUE SATIRIQUE.

  • 7 J. A. Llera Ruiz, « Una historia abreviada de la prensa satírica », p. 209.
  • 8 L. Romero Tobar, « Los géneros literarios en el periodismo », p. 174.
  • 9 R. Terdiman, Discourse / Counter-Discourse, p. 151.

4C’est un ensemble de 668 numéros qui furent publiés tout au long des quatre époques que connut ce périodique (1864-1872), initialement bihebdomadaire jusqu’à fin 1871 puis hebdomadaire à partir de 1872. Lui succéda, dirigé par Roberto Robert, le dominical El Cohete (EC), avec ses 19 numéros entre octobre 1872 et mars 1873, dans lesquels nous irons également puiser nos exemples. GB se singularisa par la qualité de ses rédacteurs, en particulier Eusebio Blasco, Manuel Matoses, Manuel del Palacio, Luis Rivera, Roberto Robert et Antonio Sánchez Pérez. Cette publication est à associer à la naissance de l’humour graphique en Espagne selon José Antonio Llera Ruiz, qui souligne à quel point GB contribua à la modernisation du journal du point de vue morphologique et de la disposition typographique7. Sur trois larges colonnes s’entrelaçaient les textes en prose ou en vers, illustrant les changements stylistiques, formels et génériques, et s’opposant à ce que Leonardo Romero Tobar appelait « los inmensos párrafos arborescentes de la sintaxis periodística romántica »8. Remarquons d’ailleurs, avec Richard Terdiman, que le morcellement de la mise en page, la rupture de l’ordre monotone et de la régularité des colonnes des journaux traditionnels (« orderly layout ») constituent des caractéristiques de la presse satirique9.

5Contrairement à l’article dont le titre annonce l’unique sujet qui va être traité, la chronique s’intéresse à plusieurs événements, morcelle les thématiques, fonctionne sur le principe de « volumétrie décroissante », sans classifier, selon l’ordre du temps, les faits, les événements et les remarques qui la composent :

  • 10 M.-E. Thérenty, Mosaïques, p. 253.

La règle esthétique de la chronique est l’agglomérat, le discontinu, l’adjonction de nouvelles hétérogènes et sans rapport entre elles. Le problème de la transition n’est pas vraiment posé. Ici priment les techniques de l’asyndète et de la rupture. Les nouvelles, le plus souvent, ne sont pas hiérarchisées par ordre d’importance ni chronologiquement10.

  • 11 F. Susini-Anastapopoulos, L’écriture fragmentaire¸ p. 152.

6La brièveté et l’agglomérat thématique sont des traits que partagent la chronique d’actualité et la chronique satirico-politique de GB. Cette dernière, intitulée « Crónica », paraît à partir du 12 août 1869 et occupe systématiquement la première page du journal. Elle s’étend généralement sur une colonne et demie, voire deux colonnes. Elle est signée par R. Robert ou A. Sánchez Pérez, et présente la particularité d’être une série de quelques paragraphes discontinus d’inégale longueur, séparés et isolés les uns des autres par un signe typographique. Elle se caractérise donc par la systématicité d’une structure fragmentaire et éclatée, laquelle radicalise la brièveté formelle par un traitement spécifique de l’espace octroyé à la section journalistique, et fait de la lecture de la colonne une succession de micro-séquences. L’analyse des 19 chroniques publiées par Robert dans le satirique EC, continuation directe du défunt GB, entre octobre 1872 et mars 1873, permet de tirer les mêmes conclusions. Le terme « fragment » se justifie par le fait que la chronique constitue une sorte de mosaïque, en raison de sa capacité à intégrer des éléments différents et hétérogènes tant sur le plan thématique que sur le plan générique, stylistique et même linguistique, à l’instar de la diversité formelle et chromatique de ce type de composition artistique. Ni la mosaïque, ni la chronique ne sont lacunaires : les divers fragments forment un tout ou un système. Si la citation, par exemple, se caractérise par son « affinité morphologique avec le fragment », comme le rappelle Françoise Susini-Anastapopoulos, alors la propension fortement citationnelle de la chronique nous conduit également à recourir à ce terme11. Ainsi, quelques paroles d’une chanson ou d’un opéra, quelques vers, auront aussi valeur de fragments : ils créent une rupture générique dans la chronique, et accentuent le morcellement typographique par leur isolement dans un paragraphe en prose, déjà lui-même matériellement isolé des autres par l’astérisque.

  • 12 J.-F. Botrel, « Le parti-pris d’en rire », p. 88.
  • 13 M.-E. Thérenty, Mosaïques, p. 249.

7On retrouvera cette forme en éclats dans les « Paliques » de Clarín du Solfeo (1875), ou les « Paliques » du Mundo cómico (1872-1876). Jean-François Botrel, à l’heure de décrire ces derniers, parle de « trois ou quatre thèmes indépendants entre eux plus que reliés », « séparés par des astérisques »12. Marie-Ève Thérenty, enfin, au moment de décrire les journaux satiriques français, définit la chronique « Carillon » du Charivari comme une « rubrique en éclats composée de traits, d’épigrammes13 ». Dans GB, l’esthétique fragmentaire de la chronique et la concision de certains paragraphes, toutes proportions gardées bien sûr, offrent des similitudes avec les « Cabos sueltos », rubrique finale du périodique dont la particularité est de cultiver une esthétique du morcellement, du discontinu et de la déliaison. Il s’agit en effet de petites unités, séparées par un astérisque, plus brèves encore que les fragments des chroniques, sans pour autant systématiser car de nombreux cas offrent des exemples de parfaite similarité (GB, 14 octobre 1869). Sans parler d’interchangeabilité ou de perméabilité générique de ces deux sections du périodique, les fragments clausulaires suivants (GB, 26 octobre 1871 et EC, 12 janvier 1873) rappellent sans doute, en raison de leur sobriété, ceux des « Cabos sueltos » :

El Pontífice sigue bien.
R. Robert
Las últimas noticias son satisfactorias.
No ha nacido ningún príncipe en todo lo que va de año.
R. Robert.

8Dans l’espace réduit d’une rubrique appartenant aux formes brèves caractéristiques du journalisme satirique, la succession de fragments constitue un mode d’exposition qui rend de fait impossible toute prétention de l’auteur à l’appesantissement, et ne lui laisse, par définition, que la possibilité d’aborder chaque thème de manière impondérable. Ce mode de fonctionnement serait la métaphore formelle de la pratique de l’ironie, selon Jankélévitch, qui oppose précisément le morcellement ironique, associé à la tonalité musicale particulière du pizzicato ou du staccato, à la continuité relevant du sérieux :

  • 14 V. Jankélévitch, L’ironie, pp. 91-94.

L’ironie rompt avec la manie énumérative ; elle aime mieux être caractéristique que complète, et sa manière n’est pas encyclopédique, mais elliptique. […] L’ironie non seulement abrège, mais encore morcelle. La continuité est plutôt sérieuse […]. L’ironie serait bien en ce sens, comme le voulait Frédéric Schlegel, une « génialité fragmentaire » […]. Le staccato, en refusant de faire durer le son et de pérenniser la vibration d’un accord, réagit à la manière humoresque contre cette tentation totalisante que nous appelions le Sérieux14.

  • 15 Nous reprenons le titre d’un chapitre de D. Grojnowski, Aux commencements du rire.
  • 16 M. Hodgart, La satire, p. 147.
  • 17 D. Bertrand, Dire le rire, p. 29.
  • 18 D. Grojnowski, Aux commencements du rire, pp. 88-89 et 140.
  • 19 V. Jankélévitch, L’ironie, pp. 33-34.

9L’esthétique du morcellement, la fugacité des paragraphes, la structure en éclats de l’ensemble, les changements thématiques, les ruptures génériques ou bien les citations, sont autant de manifestations de la virtuosité de l’effleurement propre à l’ironiste, et de sa capacité à produire de la discontinuité. Il ne s’agit pas de dire que les formes brèves et fragmentaires sont par essence des formes non-sérieuses (la tradition aphoristique rappelle que l’« art du bref »15, souci de concision indissociable d’une exigence de clarté, permet, par la condensation sémantique, de produire un sens qui s’apparente à une révélation). Les figures stylistiques telles que l’ellipse, l’allusion, ou des genres tels que l’aphorisme et l’épigramme, s’accommodent en effet aux formes fragmentaires et n’ont pas systématiquement une finalité comique ou satirique (bien que Matthew Hodgart souligne combien épigramme et aphorisme peuvent constituer de véritables « micro-satires »16). Il s’agit cependant de dire que ces formes servent idéalement un discours relevant du non sérieux, ou situé aux lisières du sérieux. Dominique Bertrand a mis en évidence à quel point la structuration discontinue était adéquate à l’écriture du rire (« Écrire le rire, implique, dans une large mesure, un choix stylistique du primesautier et du fragmentaire »17). Daniel Grojnowski a également montré combien les formes brèves et fragmentaires fonctionnant sur l’association d’éléments hétérogènes étaient appropriées pour distiller un effet comique18. Sans doute, la structure fragmentaire sert aussi l’« art d’effleurer » propre à l’ironiste, dont la souriante (plus que rieuse) « conscience ironique préfère papillonner d’anecdote en anecdote »19.

II. — IRONIES MÉTA-DISCURSIVES : L’EIRÔN ET SON COMPLICE.

10Pour fonctionner efficacement, le système de communication ironique fait litière du schéma traditionnel entre un destinateur expert qui sait et un destinataire qui apprend, dans la mesure où le premier doit pouvoir compter sur un récepteur qui le comprenne idéalement. La communication ironique requiert ainsi une topographie particulière, et la mise en place d’une grande connivence entre l’émetteur du discours ironique qui assume le rôle d’eirôn, et le récepteur qui joue celui de complice. Dans la chronique satirique, la présence en texte du « lector » manifeste le besoin du « cronista » de se trouver un « compagnon-lecteur-modèle » à interpeller, afin de distiller son ironie avec l’assurance que l’allusion et le non-dit seront actualisés avec sagacité. Aussi peut-on considérer que « cronista » et « lector » constituent les deux pôles fondamentaux du système actantiel ironique, dont la caractéristique essentielle est d’unir deux actants contre une cible, la victime, et contre un gardien, la Loi :

  • 20 M.-A. Voisin-Fougère, L’ironie naturaliste, pp. 20-21.

Aux deux pôles traditionnels de la communication — le destinateur et le destinataire — il convient d’ajouter un tiers — la victime, cible visée par l’ironiste. Entre les premiers un rapport de connivence, de complicité s’instaure inévitablement, pendant de l’agression dont la victime fait l’objet.
On pourrait en outre postuler l’existence d’un quatrième actant, si l’on considère que tout discours ironique doit maintenir une certaine vraisemblance littérale : à l’auditeur-complice, qui accède au sens véritable, s’opposerait alors le « naïf », celui qui en reste au sens littéral et le prend au sérieux.
Enfin un cinquième actant apparaît, dès lors qu’on se demande pourquoi le destinateur ne s’est pas exprimé directement, mais a eu recours à l’ironie ; ce cinquième actant est l’obstacle à cette communication directe, le gardien de la loi qui empêche que la cible soit agressée de front. Les notions de loi, de norme, de valeur, parce qu’elles impliquent celles de contrainte et d’empêchement, sont essentielles à la définition de l’ironie20.

  • 21 M. Palenque, El poeta y el burgués, p. 202.
  • 22 M. Angenot, La parole pamphlétaire, p. 134.
  • 23 Martial, Épigrammes, Livre X, ép. 33.
  • 24 M. J. Larra, « De la sátira y de los satíricos », El Español. Diario de las Doctrinas y los Interes (...)

11Pour cible, Robert prendra généralement le sérieux des valeurs morales bourgeoises ; le sérieux politique que prétendent incarner les partis monarchistes et leurs représentants ; le sérieux de la presse (conservatrice, modérée, progressiste, « nea ») ; le sérieux religieux (monde ecclésiastique) ; le sérieux littéraire, associé au style grave et élevé, à la poésie et au bon goût régis par un canon et des codes littéraires en grande partie encore néo-classiques21. Dans ses chroniques, Robert recourt fréquemment à un « axiologème synthétique », le mot « orden », qui joue le rôle de cible et permet « par sa malléabilité, l’imprécision de son contour et sa polysémie, d’innombrables passages subreptices d’un champ de pertinence à l’autre, d’une acception à l’autre »22. Ce collimateur, cet amalgame, articule des sphères a priori diverses mais finalement interconnectées, et désigne l’adversaire tout à la fois politique, religieux, moral et littéraire, dans la pluralité de ses manifestations. Par Loi, il faut entendre, d’une part, censure ou limite de la liberté de la presse, et d’autre part, respect de la personne-cible au nom de valeurs dont se revendique généralement le satiriste (en témoignent le « parcere personis, dicere de vitiis » de Martial23, ou la notion de « decoro » défendue par Larra dans « De la sátira y de los satíricos24 »).

  • 25 M.-A. Voisin-Fougère, L’ironie naturaliste, p. 39.
  • 26 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 83.

12La chronique satirique est placée sous le sceau de l’oralité et de la conversation : elle est une causerie hebdomadaire, l’espace d’échange d’une communauté lectorielle qui dialogue et commente l’actualité (politique) des derniers jours. Elle est un lieu de retrouvailles entre un « cronista » et son « lector », qui s’interpellent, se questionnent, se répondent, se provoquent parfois, faisant du texte un espace vif et dynamique. Schlegel n’écrivait-il pas dans ses Fragments philosophiques (nº 85) que l’ironie était « une parabase permanente » ? Les interpellations mutuelles entre l’eirôn et son complice, la prise à partie de ce dernier, l’hyper-présence des vocatifs, des déictiques, des pronoms personnels, des exclamations, des admonestations et des questions, sont à interpréter comme des marquages indiciels ironiques et les signaux concrets de la complicité que le destinateur cherche à établir avec son destinataire sur la scène ironique que constitue la chronique. Marie-Ange Voisin-Fougère rappelle d’ailleurs que c’est aux « modes d’inscription du lecteur dans le texte, à des fins de coopération, que doit toujours en revenir l’étude de textes ironiques »25. Les phénomènes méta-discursifs apparaissent fréquemment dans les incipit et clausule du texte, seuils annonciateurs et lieux privilégiés de ce marquage indiciel car ils permettent « synthétiquement et rétrospectivement, [de] confirmer la modalité globalement ironique de l’ensemble »26.

13Dans ce premier exemple, le destinataire, double malicieux de l’eirôn, se manifeste avec une once d’espièglerie au terme de la chronique du 4 juin 1871, et interpelle le « cronista » au sujet des querelles entre républicains fédéraux :

— El lector. Y diga Vd., ¿qué hay de riñas entre los federales?
— El Universal ha cambiado de director.
— El lector. Yo preguntaba cómo está la excisión entre los federales.
— Se ha inaugurado la tram-vía.
— El lector. Pero Vd. no me entiende. Decía yo cómo está la riña entre los republicanos.
— En Consejo de ministros se ha tratado de apaciguar el conflicto ministerial promovido por ciertas palabras relativas a la cuestión de Ultramar, que se ingirieron en el proyecto de contestación al discurso de la Corona, por lo cual…
— ¡Pare Vd. esa jaca! Por Dios. Si lo que yo pregunto es…
— ¿Y no conoce Vd. que no quiero contestarle? ¡Ni que fuera Vd. memo!
De los errores o mala inteligencia entre los republicanos, cuando los haya, le hablarán a Vd. mis adversarios.
Gil Blas, no. Ni ahora, ni nunca. ¿Está Vd. enterado?
— ¡Ah! ¿Conque Vd. no quiere hablar de…?
— NO.
Y ahora, ni de esto, ni de nada más. Así aprenderá usted.
R. Robert.

14Le « cronista » s’acheminait selon toute vraisemblance et en toute sérénité vers la fin de sa chronique, jouant avec les attentes supposées de son lectorat quand, dans le dernier fragment, intervient soudain un « lector » qui ne semble pas disposé à ce qu’il en soit ainsi, et vient lui rappeler des événements que le destinateur se serait bien passé de commenter. Il s’agit (au-delà du déjà savoureux « cuando los haya ») d’ironiser sur les déchirements républicains consécutifs aux événements de la Commune, qui provoquèrent des divisions internes sur la question sociale, par exemple. Le « cronista » répondra donc à côté, créant des ratages continuels, parlera de l’actualité du monde de la presse ou de l’actualité du Congrès, évoquera les progrès techniques qui marquent la capitale, bref se réfugiera de manière automatique derrière la figure du cronista de la capital ou du cronista parlamentario. Au terme de ce prétendu dialogue de sourds, propre au quiproquo, le « cronista » laissera son « lector » planté là, privé de chronique, façon bien sympathique de prendre congé. La distanciation, ici au sens propre comme au figuré, d’un auteur ou d’un narrateur envers certains de ses personnages, voire de ses destinataires est, selon Hamon, un moyen signalétique de l’ironie.

  • 27 Nous indiquons par « Cr » les propos tenus par le « cronista » et par « Co » ceux du « complice ».

15Dans cette autre chronique du 4 février 1872, la dimension conversationnelle, orale et familière, et les ironies méta-discursives deviennent exemplaires : le cronista-trapero, avatar du chiffonnier de Monnier, va littéralement à la pêche aux nouvelles, muni de son carnet, dans la pure tradition du « costumbrista » urbain. La chronique est une succession de dialogues entre le « cronista », en demande d’informations, et un interlocuteur-complice, membre de la communauté des lecteurs27 :

Cr — ¿Sabe Vd. lo grave?
Co — El rey se retiró temprano de la mesa.
Cr — ¿Cuándo?
Co — El día que los cimbrios no aceptaron su invitación.
Cr — En efecto… deje Vd. que lo medite. Los cimbrios le convidan a ser rey de España, y él acepta. Pasa un año. Él les convida a que vean comer a los isabelinos a su mesa, y no aceptan ellos. Él se retira temprano…
Co — Apunte Vd. Rey: cuatro mil duros diarios. Convida a quien le parece. Se retira a la hora que quiere. Y más abajo puede Vd. añadir, si lo cree conveniente: ¡Desgraciados reyes!
*
Co — ¿Sabe Vd. que el periódico…?
Cr — ¿Va Vd. a decir que El Combate ha sido denunciado?
Co — No.
Cr — ¿Que el suplemento a La Revolución Social ha sido denunciado?
Co — No es eso.
Cr — ¿Que la hoja El rey se marcha fue recogida?
Co — No señor; que La Constitución no se publica; que La Iberia ha reducido su tamaño; que se anuncia la muerte de dos o tres periódicos más.
Cr — Pues tomaré nota.
Nota. « Periódicos recogidos, reducidos y moribundos. »
*
Co — Diga Vd.: ¿De todo esto no podría Vd. hacer la crónica?
Cr — Podría; pero hoy la crónica irá embebida en los cabos sueltos.
Co — ¿Por qué?
Cr — Porque quiero ponerme siquiera una vez en armonía con las cosas de España. Ya que todo anda fuera de su sitio, voy a probar si me conviene el sistema.
Co — Es que esto no es sistema.
Cr — Por esto le llamo así: para empezar haciéndolo todo a la española.
R. Robert.

  • 28 P. Hamon, L’ironie littéraire, pp. 98-100.

16Les interpellations et les questions servent d’embrayeurs et d’amorces, tant à la chronique qu’aux fragments qui la composent et accueillent des informations variées (fait divers, querelles politiques, censure et dénonciation, tenue prochaine d’élections). Le destinateur instaure une isochronie avec son destinataire et révèle, dans cette chronique à l’envers, le substrat, les coulisses et les successives étapes de sa composition : publiée le dimanche, elle est le fruit de lectures, de scènes, de rencontres, de déplacements géographiques, de causeries, de rumeurs et de bruits entendus (« ¿sabe que ? », « si lo acaban de decir », « dicen que », « va a haber », « yo sé de uno »). Au cours de ces péripéties, il mémorise, prend des « notes » (« tomaré nota », « apuntar » actualisé deux fois dans la chronique), reçoit des conseils (« más abajo puede añadir »), demande confirmation (« ¿me asegura ? ») et organisera tout cela lors du passage à l’écriture. La question finale du « lector » introduit la remarque par laquelle le « cronista » prend ses distances avec sa production, ajoutant à la confusion de l’actualité, des espaces et des temps, une confusion générique entre deux sections du périodique. Dans une actualité où tout est sens dessus dessous (« todo anda fuera de su sitio »), il est impossible d’y voir clair, de créer du sens et d’atar cabos : il faut voir dans la distanciation d’une énonciation envers son propre énoncé, et dans la tendance à l’autoréflexivité, des « connivences privilégiées » avec la « distance critique » de l’ironie28.

17Dans la chronique suivante (EC, 1er décembre 1872), le général Serrano, dans le contexte de crise de la fin de l’année 1872, guerroie contre les carlistes et n’est alors pas à Madrid :

Al olor de un futuro inmediato, salieron de Madrid personajes simpáticos para atraer hacia acá al general Serrano.
Pero el general Serrano, fiel como siempre a lo que se ha prometido a sí mismo, se desentendió de sus indirectas. […]
Los comisionados simpáticos se volvieron tristes a la corte, pero ¡oh júbilo! ahora el general Serrano escribe desde lejos que no sabe lo que sucede, ¡inocente!, pero que si sucede algo grave y él puede ser útil, pronto está a lo que se le mande.
Este rasgo de humildad, de abnegación, de patriotismo y de conservaduría ha enternecido muy duros corazones.
No faltan seres bastantes desgraciados para hacer burla de ese arranque del general Serrano; pero examinad quiénes son ésos y no los veréis tener nada de común con la gloriosa vida del ilustre duque, consagrado a todas las causas.
Es claro que después de causas, si añado nobles, quedará mejor el párrafo; pero no me atrevo.
Añádalo el lector si gusta; que aquí, todos los gustos respetamos.

18Le général Serrano, le « noble » Duque de la Torre, est aussi le champion de la « fidélité », des revirements politiques et du chaqueteo depuis la Révolution de juillet 1854. Il est bien celui qui s’est « consacré à toutes les causes », y compris et très ironiquement aux plus « nobles » (une allusion, peut-être, à son rôle durant la répression du soulèvement des Sargentos de San Gil de 1866), y compris donc à la plus « noble » : Isabel II, avec laquelle il eut une liaison. Il n’est donc que « fidèle comme toujours à ce qu’il s’est à lui-même promis », prime allusion et premier élément ironique en raison de la polysémie du terme « fidélité ». Dans cet exemple, outre le vocabulaire évaluatif hyperbolique qui est déjà un marquage indiciel (« gloriosa vida », « ilustre »), les moyens signalétiques de l’allusion ironique sont les métagraphes (italiques) et le métadiscours (interpellation du lecteur ; informations de régies ; informations afférentes au fonctionnement et au mode de construction de la chronique : « si añado nobles, quedará mejor el párrafo »). La récurrence de la conjonction hypothétique « si » (« si añado », « si gusta ») place tant l’écriture que la lecture sous le signe de la possibilité et de la liberté : si l’un se consacre à toutes les causes, l’autre affirme en parallèle respecter tous les goûts

  • 29 U. Eco, Lector in fabula, p. 64.

19Le destinateur fait affleurer l’ironie tout en feignant de la taire, et abandonne sa toute relative ébauche à la sagacité du récepteur. Il fait mine de s’effacer et de manquer d’audace, tout en mettant à la disposition du destinataire les ingrédients propres à faire fonctionner l’ironie, comme s’il s’agissait de se donner la possibilité de ne pas assumer le sens que le lecteur pourrait produire à partir des cartes dont il lui révèle pourtant le dessous. Il lui laisse ainsi « l’initiative interprétative, même s’il désire être interprété avec une marge suffisante d’univocité »29. C’est au récepteur, érigé en décideur final de la formule à fixer et à pérenniser, qu’il incombe de réaliser l’actualisation du sens et de la portée ironique du fragment. Plus qu’un partenaire de discussion, qu’un coreligionnaire partageant les mêmes aspirations idéologiques, le lector in chronica du schéma actantiel ironique est co-acteur, co-protagoniste et co-producteur de la chronique. N’est-il pas la désignation explicite de ce « Lecteur-Modèle » défini par Umberto Eco ? :

  • 30 U. Eco, Lector in fabula, pp. 67-68.

Pour organiser sa stratégie textuelle, un auteur doit se référer à une série de compétences […] qui confèrent un contenu aux expressions qu’il emploie. Il doit assumer que l’ensemble des compétences auquel il se réfère est le même que celui auquel se réfère son lecteur […] et prévoira un Lecteur Modèle capable de coopérer à l’actualisation textuelle de la façon dont lui, l’auteur, le pensait et capable aussi d’agir interprétativement comme lui a agi générativement30.

III. — LA CHRONIQUE SATIRIQUE : UN « CARREFOUR D’ÉCHOS ».

  • 31 P. Schoentjes, Poétique de l’ironie, p. 218.
  • 32 L’expression « carrefour d’échos » est de Jules Laforgue, Moralités légendaires (1887). Cité par P. (...)
  • 33 M.-E. Thérenty, Mosaïques, p. 495.
  • 34 J.-P. Étienvre, « Primores de lo jocoserio », p. 241.

20La chronique satirique est une « satura », un « mélange de choses différentes »31, et constitue un lieu de confluence où le compte rendu de l’actualité politique va boire à des sources variées32. Production journalistique littéraire, fondée sur un travail formel, stylistique, lexical, et sur la pratique citationnelle, intertextuelle et parodique de nombreux genres littéraires, elle est, selon l’expression de Thérenty, une « réunion de fragments génériquement différents »33, un assortiment de genres divers, une « jocoseria mixtura », pour reprendre à nos frais l’expression de González de Salas34. Espace à la fois d’intersection et de partage d’une culture savante et populaire, de tradition et de transmission orales, elle accueille, par exemple, la citation (parodiée ou pas) de chansons, de proverbes, de poésies, de romanceros, de romans-feuilletons. Elle puise aussi aux sources spectaculaires en insérant des extraits de sainetes, de zarzuelas, d’opéras, de mélodrames. Les citations étrangères (liées souvent à l’opéra italien ou à la comédie française, et surtout à Molière) y ont aussi leur place. La chronique est l’écho tant des écrits classiques et impérissables que des discours (religieux ou parlementaires), des phrases des spectacles du moment, des bons mots ou du dernier « chiste cogido al vuelo en el Café de Fornos » (EC, 5 janvier 1873). Elle est ainsi la caisse de résonance des bruits qui courent, de ces brefs propos qui

  • 35 M. Angenot, La parole pamphlétaire, p. 64.

sont inséparables d’un certain modèle de vie mondaine, d’un réseau de salons, d’ateliers ou de cabarets selon le cas, où, une fois lancés, ils tournent rapidement autour de leur victime tressant un réseau de chuchotement et de rires35.

  • 36 M.-E. Thérenty, Mosaïques, p. 437.
  • 37 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 135.

21Elle est un « lieu de reconnaissance » parce qu’elle fonctionne, d’une part, sur le principe de l’intertextualité (mention ou parodie de textes appartenant à une culture commune), et d’autre part sur celui de la remémorisation instantanée (ce que Thérenty nomme la « revivification immédiate »36), que provoque, par exemple, la mention d’un mot qui a pu dernièrement faire florès au Congrès, dans la presse ou les espaces interpersonnels de sociabilité, et qui, partant, est reconnu par un lectorat qui savoure ainsi des retrouvailles avec l’actualité. En un mot, la chronique illustre « cette conception du réel comme patchwork d’énonciations plus ou moins localisées ou délocalisées »37.

  • 38 Ibid., p. 26.
  • 39 Ibid., p. 40.

22Nous nous intéresserons à présent à la « composante intertextuelle de l’ironie »38. Hamon considère, rappelons-le, que l’un des moyens signalétiques de l’ironie est la distance ou « tension entre l’énoncé et un autre énoncé extérieur, cité, parodié, pastiché ou simplement mentionné en écho »39. Nous en donnerons un premier aperçu à travers l’analyse comparée de fragments publiés dans deux chroniques successives, les 26 et 30 mars 1871 :

  • 40 R. Robert, « Crónica », GB, 26 mars 71.
  • 41 Id., « Crónica », GB, 30 mars 71.

Y casi debería terminar aquí la crónica; porque después de decir que la aristocracia gasta más cuerno que antes en las peinetas, y no saluda a los reyes, ¿qué más hay que narrar?
¡Ah! Sí: la aristocracia vuelve a usar mantilla40.
Y aun se disputa de peinetas, y de mantillas […]. Es lo cierto. Peinetas, mantillas, discurso de la corona, sublevaciones carlistas… ¡Me tenéis hasta aquí! (y señalo el gañote)41.

  • 42 B. PÉrez Galdós, La desheredada, p. 135.
  • 43 U. Eco, Lector in fabula, p. 62.

23Tout au long du règne amédéen, l’aristocratie madrilène et les « dames alphonsines » avaient remis à l’honneur les blanches mantilles et les grands peignes pour afficher leur rejet du roi savoyard, comme l’expliquait Miquis à Isidora dans La desheredada de Pérez Galdós42. Au-delà, peut-on considérer que la mention des termes « mantilla » et « aristocracia », associée à l’actualisation du terme « cuerno », instaure un jeu avec les rumeurs qui couraient à ce moment au sujet des aventures de la Duquesa de la Torre, épouse du général Serrano, avec un prétendu Mantilla de los Ríos, directeur de La Política ? Comme l’écrivait Eco, « “Non-dit” signifie non manifesté en surface, au niveau de l’expression : mais c’est précisément ce non-dit qui doit être actualisé au niveau de l’actualisation du contenu »43. En outre, les termes « peineta » et « mantilla » unissent ces deux chroniques successives, et mettent à l’épreuve la capacité mémorielle du lectorat par l’instauration d’un jeu de rappels ludiques, d’un écho ou mention de la chronique antérieure (intertextualité autoréférentielle).

  • 44 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 25.
  • 45 Ibid., pp. 62 et 98.
  • 46 P. Schoentjes, Poétique de l’ironie, p. 235.

24Hamon soutient que le texte ironique doit passer par la référence à un contexte de substitution stable et reconnu par tous (des attributs que seuls possèdent les « classiques », les « stéréotypes », les « topoï », et les « clichés culturels »44). Une citation mentionnée ou parodiée, avec l’assurance d’être captée, rend possible la mise en place d’un texte à forte teneur ironique. Convoquer et citer des énoncés extérieurs pour s’en distancier est un signal du discours ironique qui tend à « brouiller l’identité et l’origine de sa propre parole »45 en multipliant les échos des discours d’autrui. Les exemples suivants souligneront aussi à quel point la parodie est un mode associé à la pratique de l’ironie, comme Booth, Hutcheon, Hamon ou encore Schoentjes en ont déjà fait la démonstration46.

25Nous prendrons comme premier exemple une chronique écrite le 5 novembre 1871 dont le fragment liminaire est caractérisé par une succession de vers du « drame religieux-fantastique » Don Juan Tenorio de José Zorrilla, vers qui scandent et rythment la lecture. L’époque de publication a son importance puisqu’il s’agit de la Toussaint, fête religieuse qui rend hommage aux disparus et met particulièrement cette œuvre à l’honneur. Pour ce qui est du contexte politique, des élections municipales vont se tenir en décembre, ce qui explique la présence du champ lexical des manigances électorales (« cabildeos y combinaciones »). Les dissensions entre « zorrillistas » et « sagastinos » sont à mettre en relation avec la scission du Parti Progressiste en deux familles, l’une dirigée par Sagasta, celle des « constitucionales », l’autre menée par Ruiz Zorrilla, celle des « radicales ». Marquage indiciel ironique, le vocabulaire théâtral, en renvoyant tant au monde du théâtre qu’à celui de la politique, unira les deux sphères tout en recréant un voisinage topique de la presse satirique dix-neuviémiste (J. L. Pellicer et F. Ortego dans Gil Blas, Daumier dans La Caricature, par exemple). La chronique débute ainsi :

¡Don Juan Tenorio en Castilla, en Cataluña, en Aragón, en Valencia, en Andalucía… en todas partes Don Juan Tenorio!
Se asoma Vd. a tres o cuatro teatros públicos, y en uno están diciendo:
« ¡Bah! Pobre garza engalanada…”
Llega Vd. al otro, y dicen:
« ¿No es verdad, ángel de amor…?”
Al de más allá llega Vd. a tiempo de oír:
« ¡Alzaos, fantasmas vanos…!”
Y si se da Vd. prisa, todavía puede oír en otro:
« Que es el Dios de la clemencia…”
Y acaso, acaso, en estos días el mismísimo Sr. Sagasta, cansado y desengañado de sus excursiones por los campos fronterizos, y con ansias de volver a la revolución, esté ensayando aquel trozo que dice:
« En ti nada más pensó
Desde que se fue de aquí »
Y debajo del tablado de ese gran teatro, los cabildeos y combinaciones para la reconciliación de sagastinos y zorrillistas, obra sumamente delicada […].
*
Un diario ministerial ha dicho el jueves que se habían empezado negociaciones serias desde aquel día. Buen papirotazo para los que antes ya las habían tomado por lo serio.

  • 47 Il s’agit sans doute de Sagasta, dont Galdós, dans O’Donnell, décrivait la coiffure en convoquant é (...)

26La pièce Don Juan de Zorrilla, tout comme ses représentations à l’époque de la Toussaint, constituent un contexte de substitution d’une grande stabilité, et sont l’occasion d’établir implicitement un lien fort opportun avec le radical Manuel Ruiz Zorrilla. Ce dernier a disparu (à l’instar des défunts dont on honore la mémoire) du gouvernement auquel il participa du 24 août au 5 octobre 1871 en qualité de « Presidente del Consejo » et « Ministro de Gobernación ». Il convient de remarquer la présence-absence du patronyme car, dans la chronique, aucun Zorrilla ne sera explicitement mentionné : ni le dramaturge, qui alimente le texte en fournissant la matière littéraire à citer, ni l’homme politique qui nourrit l’actualité à travers les querelles progressistes. Seuls apparaissent les octosyllabes du premier et les partisans du second. Les quatre premiers vers choisis marquent différents temps de la pièce jusqu’au vers final (première partie, actes 2 et 4, puis deuxième partie, actes 1 et 3). Ils instaurent, semble-t-il, un dialogue entre « zorrillistas » et « sagastinos » : qui est la « garza engalanada » (au lieu de la « garza enjaulada » du texte original47) ? Qui est cet « ángel de amor » ? Qui sont ces « vains fantômes » ? La « clémence » est-elle ironiquement à rapprocher des tentatives conjoncturelles de « réconciliation » ?

27L’autre grand disparu de la scène politique, c’est Sagasta, « Presidente del Consejo » jusqu’au 19 mars 1871, « Ministro de Fomento » par intérim entre mai et juin 1871 (à la place précisément de Zorrilla), et enfin démissionnaire de la fonction de « Ministro de Gobernación » le 24 juillet, en raison du fameux scandale lié au détournement des deux millions de réaux. Les deux vers cités (2934-2935) — « En ti nada más pensó, / Desde que se fue de aquí » — ironisent sur les relations entre les deux hommes, d’une part, et d’autre part laissent entendre qu’il s’agit bien, pour le leader du Parti Constitutionnel, de « revenir ». En effet, ces deux vers, mentionnés juste après l’expression « ansias de volver a la revolución », ne convoquent-ils pas implicitement les deux vers suivants du monologue de Don Juan (2936-2937) : « Y desde que huyó de aquí, / Sólo en volver meditó ». Mais s’agit-il du retour du révolutionnaire qui se trouvait aux côtés de Prim dans les années 1860 ? S’agit-il du retour du conspirateur Sagasta qui participait au soulèvement des Sargentos de San Gil…? C’est à nouveau comme « Presidente del Consejo » qu’il fera son retour… le 21 décembre 1871.

28Nous choisirons à présent deux exemples de mention intertextuelle où le « cronista » établit un système d’échos avec des syntagmes-types du discours catholique et les modalités de la rhétorique de persuasion du sermon. Dans le contexte de proclamation récente de la Première République, Robert s’adresse aux impatients pour les implorer et, littéralement, les prier de prendre patience :

  • 48 R. Robert, « Crónica », EC, 23 février 73.

Ea, español, que sufristes tres siglos de frailes y de absolutismo: ten calma […]; sé tan racional como entusiasta eres; piensa en tu derecho y no en la satisfacción de tus pasiones, y deja que esa república niña, inexperta, débil y buena, como todo ser recién nacido, déjale, digo, que se nutra y robustezca, que eche los dientes para que pueda fortalecerse con manjares sólidos […], que llegue a la plenitud de su vida. ¿Qué? ¿Les parece a Vds que para esto hay que pasar demasiado tiempo, y no pueden esperar48?

29L’appel au calme reprend les termes de l’Acte pénitentiel (« Señor ten piedad de nosotros porque hemos pecado contra ti. Muéstranos, Señor, tu misericordia, y danos tu salvación. Dios todopoderoso tenga misericordia de nosotros, perdone nuestros pecados y nos lleve a la vida eterna »). En écho au « Señor ten piedad », nous trouvons « español ten calma » ; en écho aux formes impératives, nous trouvons « sé », « piensa » et « deja ». La gravité sérieuse de l’Acte est détournée par la récurrence de formulations orales et d’interjections familières (la phrase « que llegue a la plenitud de su vida » semble n’être qu’un prosaïque écho du « nos lleve a la vida eterna »). Par ailleurs, en écho au Petit Jésus, nous trouvons la « república niña », pendant féminin (« ser recién nacido ») du Divin Enfant. Les structures, la tonalité et le style de la prière sont court-circuités par la présence dégradante, autre marquage indiciel ironique, de termes comme « ea », « que eche los dientes », ou par l’interpellation finale.

30Comme seconde illustration, prenons ces fragments de la chronique du 30/09/69, publiée dans le contexte des automnales insurrections fédérales :

Dichosos y bienaventurados aquellos antiguos cronistas, que cuanto más absurda era la noticia de un suceso, con mayor fe y prolijidad lo trascribían, persuadidos que había intervenido en él lo milagroso.
Desdichado del cronista de hoy, que tiene que rendir tributo a las aseveraciones de la telegrafía oficial y a los relatos de los gobernadores que refieren hechos de los cuales se habían alejado precisamente para poder ignorarlos.
Sangre en Málaga, Cádiz y Jerez, sangre en Tarragona, sangre en Barcelona… he aquí lo único que hoy podemos asentar en nuestra crónica.
¡Sangrienta crónica por cierto!
Se fusila a individuos rendidos e indefensos en Monte Alegre; se interpreta la Constitución usurpando los fueros de la magistratura; se atropella la justicia desde la cumbre del poder […].
*
¡Ah, lector amigo! Yo bien quisiera divertirme y distraerte con mis párrafos; pero a la vista del dolor, de la injusticia triunfante, de la ruina de nuestro patrimonio común, que son las libertades públicas y los derechos individuales, no es posible otro estado que la hipocondría. […]
Condecoraciones y entorchados de hoy recibirán incremento en la vergonzosa restauración que nos amaga, y los que hoy en nombre de la libertad llevan a cabo la obra liberticida, se preparan a ser los soberbios próceres de la villa y serviles criados de la corte.
¿Queréis ver la salida del palaciego de mañana?
Echad una mirada a todo el que hoy relumbra.
¿Queréis ver a los que más genuflexiones harán ante la próxima tiranía?
Contemplad a los que hoy se muestran más erguidos ante los celosos guardadores de la libertad.
*
— ¿Pero esto es crónica?
— No es crónica en verdad.
— ¡Pues déjese Vd. de reflexiones y venga la crónica!
¿Lo queréis? Pues allá va: sangre, sangre, sangre, sangre, arbitrariedad, injusticia y nuevo reinado de la tiranía.

31Cette chronique s’ouvre sur une parodie du « texte », brève citation de l’Écriture qui sert traditionnellement de portique au sermon (ici, le passage évangélique du Sermon sur la montagne de Luc, « Bienaventuranzas y Ayes », chapitre VI : « Bienaventurados vosotros los pobres, porque vuestro es el reino de Dios. […] Mas ¡ay de vosotros, ricos ! porque ya tenéis vuestro consuelo »). L’hyper-présence du substantif « sangre » associé au règne de l’arbitraire pourrait bien être un écho de certains passages de Jérémie où foisonnent les références au « sang innocent » (« sangre inocente », « sangre de inocentes » lit-on dans Jeremías). Abondent dans ce fragment les mentions ou échos de syntagmes bibliques : « no es crónica en verdad » entre en résonance avec les habituelles expressions évangéliques (« En verdad os digo », « Os digo en verdad » dans l’Évangile selon Luc, par exemple) ; les termes finaux « librarse de él » sont sans doute l’écho du « líbranos del mal » qui clôt le Pater Noster ; enfin, le « reinado de la tiranía » n’est-il pas la face négative du reino de los cielos ?

32Pour ce qui relève de l’architectonique du discours, le passage se fonde sur la récurrence des procédés répétitifs (parallélismes, rythmes binaires, anaphores au sein des mêmes ensembles phrastiques, accumulations). La dimension pathétique affleure à travers les exclamations et les interjections, les affirmations réitérées, les interrogations rhétoriques, ou la référence au corps et aux états animiques (« no es posible otro estado que la hipocondría »). À l’instar des laudatores tempores acti (« dichosos aquellos »/ « desdichado… de hoy »), le « cronista » mobilise le champ lexical du chaos (« se atropella », « ruina », « catástrofe »), de la disparition des valeurs et de la dénonciation de l’imposture (« usurpando », « injusticia triunfante », « vergonzosa restauración »), allant jusqu’à insuffler à sa parole une tonalité prophétique et oraculaire (« sé… que serán », « lo que preveo es », « nos amaga », récurrence des futurs inévitables), en soulignant la dimension littéralement visionnaire de ses propos (« ver la salida… de mañana »). La présence de formules impératives constitue aussi une caractéristique de la dimension assertive et persuasive de la prédication (« echad una mirada », « contemplad »). La voix de l’énonciation se détache du groupe par la forte affirmation de son individualité et le sentiment d’évidence dont elle se sent investie, et s’érige en vox clamans in deserto face au collectif indivis et au monde où triomphent les anti-valeurs. Nous ne sommes guère loin de la vision crépusculaire et de la tonalité maximaliste et catastrophique propres au discours pamphlétaire. Les allusions intertextuelles, mentions et échos de l’art oratoire de la prédication ou de textes bibliques, ainsi que l’autoréflexivité finale, constituent de constants marquages indiciels ironiques.

IV. — « VOISINAGES HUMILIANTS » : DISTANCIATION ENTRE CONTENUS ÉLOIGNÉS CO-PRÉSENTS.

  • 49 M. Angenot, L’écriture pamphlétaire, p. 117.
  • 50 P. Hamon, L’ironie littéraire, pp. 98 et 104. L’expression « voisinage humiliant » est tirée de V. (...)
  • 51 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 110.
  • 52 R. Navas Ruiz, « El modo irónico », pp. 223-238.
  • 53 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 105.

33Nous étudierons enfin la création des « voisinages humiliants », « dyades antithétiques »49 ou mise en rapport métaphorique de termes, de sphères et d’énoncés a priori éloignés et déconnectés. Les métaphores filées, ainsi que les doublets antinomiques ou oxymoroniques, inscrivent dans une relation de contigüité un terme idéal ou prétendument idéal et un élément du plus bas prosaïsme. Ils manifestent une rupture du code linguistique et axiologique, et possèdent une grande force de dérision ou de dégradation, renforcée par la brièveté de la formule. Hamon les définit comme des procédés de « distanciation entre des contenus “éloignés” co-présents dans l’énoncé lui-même (les guimpes et la guérite, les sœurs bossues et la mode, l’ophtalmie et la religion, la pêche à la ligne et le mariage) »50. Il voit dans ces « mondes renversés en miniature »51 l’un des plus forts moyens signalétiques de l’ironie. Navas Ruiz définissait d’ailleurs cette dernière comme « un juego de unión momentánea de contrarios »52. Citons tout d’abord l’exemple de la métaphore filée, « signal, lieu, et véhicule privilégié de l’ironie »53, qui permet de manière ponctuelle et visible d’associer et de mettre en relation des contenus éloignés et inattendus, comme ici l’Ancien Testament et l’actualité politique du Sexenio democrático :

Me acuerdo de que hace poco, días antes que el Adán republicano fuese arrojado del paraíso parlamentario, por haber querido catar la fruta del árbol de la sublevación, que la divinidad ministerial parece haberse reservado para sí exclusivamente; me acuerdo, digo, de que […].

  • 54 Nous puiserons aussi, pour cette démonstration, dans les Jocosidades parlamentarias de GB écrites p (...)

34Cette Jocosidad parlamentaria [JP, 21 octobre 1869] s’inscrit dans le contexte des soulèvements républicains de septembre 186954. Le terme « arrojado » est sans doute exagéré, puisque la minorité républicaine elle-même (après avoir rédigé le 28 septembre un texte annonçant un futur retrait de l’Assemblée si se poursuivaient la politique arbitraire liberticide du gouvernement et la violation des droits individuels), prit la décision de se retirer du Congrès lorsque furent suspendues les garanties constitutionnelles, et ne regagna l’hémicycle que le 27 novembre. « Adán », « paraíso », « catar la fruta del árbol », « divinidad », entrent respectivement en voisinage et en résonance avec « republicano », « parlamentario », « sublevación » et « ministerial » : la divinité ministérielle, n’est-ce pas Juan Prim lui-même, « Presidente del Consejo » depuis juin 1869 ? N’est-ce pas en filigrane Topete aussi, qui le fut par intérim justement entre août et septembre 1869 ? Prim et Topete, les grands et glorieux insurgés d’une autre… Septembrina… qui semblent bien avoir « réservé » pour eux ce fruit interdit du soulèvement qu’ils avaient goûté un an plus tôt…

  • 55 M. T. Llano Gago, La obra de Quevedo, p. 177.

35Viennent ensuite les groupes syntagmatiques inattendus qui offrent des exemples de rapprochements dégradants entre sphères théoriquement disjointes, et qui renvoient à la catégorie des « comparaciones al uso metafórico » de Llano Gago55 :

  • 56 R. Robert, Los tiempos de Maricastaña (LTM), p. 36.

El insípido prosaísmo de que estamos poseídos tiene la culpa de que nuestras Crónicas sean monótonas y soporíferas como un coro de canónigos. [GB, 29 septembre 1872]
La muchedumbre de candidatos al trono español, ha sido como un puesto de melones verdes. [GB, 26 septembre 1869]
La política progresista es, como si dijéramos, el teatro de Comella. [GB, 19 novembre 1871]
Los progresistas, cuya enfermedad toda proviene de su afición al trono, creen que sólo el trono puede curarles, como los hidrópicos fían su salvación al agua. [GB, 23 septembre 1869]
Los fidedignos escritores de aquella época, […] se despojaban en un periquete del primer sacramento, como pudieran quitarse un gorro de dormir56.

  • 57 Id., Los cachivaches de antaño (LCA), p. 76.
  • 58 Id., LTM, p. 119.
  • 59 I. Arellano Ayuso, Poesía satírico burlesca, p. 178.

36Le second cas de doublets renvoie au schéma des groupes nominaux reliés par les prépositions « de » ou « y », comme la « patochada de ministerio » [GB, 8 octobre 1871], ou « los milagros de quincalla »57. Dans « los eclesiastiquillos de patulea »58, le voisinage humiliant, entre le terme religieux et l’expression familière « de patulea », est en outre amplifié par ces fréquents recours quévédiens que sont la suffixation et le diminutif (qui constituent selon Arellano Ayuso des « componentes destacados del bajo estilo »59). Dans « la patria del Cid y del Bobo de Coria » [GB, 19 novembre 1871], la grandeur mythique du héros par excellence de l’Histoire espagnole est dégradée, nivelée, par l’actualisation immédiate du parangon de la stupidité.

  • 60 R. Robert, LCA, p. 291.
  • 61 Id., LCA, p. 289 pour ces cinq dernières références.
  • 62 Id., LTC, p. 54.
  • 63 I. Arellano Ayuso, Poesía satírico burlesca, p. 178.
  • 64 M. Angenot, La parole pamphlétaire, p. 254.

37Enfin, nous trouvons les « dyades antithétiques » proprement dites, composées tantôt de deux substantifs tantôt d’un substantif accompagné d’un qualificatif. Le titre « Jocosidades parlamentarias », par lequel Robert désigne la section « Crónica parlamentaria », ou bien des voisinages tels que « el ministerio memo », « el ministerio zurupeto » ou « el ministerio arrebañaduras » dans la chronique de GB du 23 novembre 1871, véhiculent une représentation dégradante et dérisoire du microcosme politique, tout en élaborant un système d’échos intertextuels avec l’onomastique burlesque quévédienne. Une « dyade antithétique » telle que « tibia salsa parlamentaria » associe un terme politique à un autre lié à la nourriture [JP, 17 octobre 1869]. D’autres, comme « pároli monárquico » [JP, 24 avril 1870], « martingalas parlamentarias » [JP, 24 mars 1870], et « carambola política » [JP, 17 octobre 1869] dégradent le terme sérieux par l’irruption du jeu de cartes ou de billard et créent un écho intertextuel avec les métaphores baroques du hasard ou des apparences trompeuses. Dans cette catégorie, à titre d’exemple de voisinages humiliants qui résultent de l’adynata d’un terme familier et d’un autre religieux, citons « las pataletas y soponcios sacerdotales » [GB, 6 juillet 1871]. Ces alliances hétéroclites prenant pour cible le monde ecclésiastique sont fréquentes chez Robert : nous trouverons ainsi les « moradas de contemplaciones divinas y alcohólicas »60, les « piadosas y productivas sucursales » de la « sociedad industrial de San Bruno y Compañía », la chartreuse de Pedralbes qui se consacre à « la contemplación y la química », à « la digestión y la bienaventuranza », et à la lecture de « La Imitación de Cristo y el Manual de Clasificaciones »61. Seront aussi évoqués les catholiques espagnols « penetrados de la consubstancialidad, de la trinidad y de la supremacía del jamón »62. Il s’agit donc de destituer un terme religieux, sacré, grave ou sérieux, d’avilir un vocable relevant souvent d’un registre littéraire soutenu, culte, savant ou technique, en les instaurant dans une consubstantielle relation de voisinage avec un terme non sérieux et burlesque (source aussi de comique, le cas échéant, par sa sonorité ou sa morphologie), ou avec un mot familier qui renvoie à une sphère prosaïque « dégradante » (l’univers de la marchandise, du jeu, de la mode, l’univers du bas corporel ou de la maladie). Par l’élaboration de cette « familiarité impertinente » (l’expression est de Dámaso Alonso63), se met en place une « tropologie polémique », Marc Angenot rappelant qu’« à toute idéologie correspond une phraséologie d’images figées »64. Ces figures ironiques jocoserias servent idéalement la visée agonique et sacrilège de renversement du monde du satiriste.

V. — CHRONIQUE ET IRONIE ROMANTIQUE.

  • 65 P. Schoentjes, Poétique de l’ironie, pp. 100-134.

38L’esthétique de la discontinuité et la « génialité fragmentaire » ; la mosaïque polytonale, polyphonique, citationnelle et intertextuelle ; la mise en place d’un système de brouillage, d’échos et de mentions parodiques ; l’autoréflexivité et la méta-discursivité permettant à l’ironista-cronista de jouer avec sa production, tout en élaborant un rapport privilégié avec un lector in chronica constamment sollicité, constituent des moyens signalétiques de l’ironie dans la chronique satirico-politique de Roberto Robert. Nous devons aux romantiques d’avoir réactualisé et généralisé l’usage de techniques telles que le procédé de l’apostrophe directe au lecteur, l’affirmation de la liberté de l’auteur face à sa création, l’accentuation constante du caractère artificiel de toute fiction (rupture de l’illusion par l’intervention de l’auteur, distanciation critique de ce dernier vis-à-vis de sa production)65. Les moyens signalétiques que nous avons étudiés ici peuvent sans doute être considérés, aussi, comme des manifestations d’une ironie romantique.

Notes

1 R. Robert, « Efemérides ilustres. Luis Rivera », El Heraldo de Madrid, 25/08/94.

2 A. M. Freire López, « La fábula como forma de la sátira política », pp. 304 et 315.

3 A. Roda Rivas, Ensayo sobre la opinión pública, p. 296.

4 Nous reprenons le titre de P. Hamon, L’ironie littéraire. Essai sur les formes de l’écriture oblique.

5 V. Jankélévitch, L’ironie, pp. 33-34.

6 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 25, 62 et 98.

7 J. A. Llera Ruiz, « Una historia abreviada de la prensa satírica », p. 209.

8 L. Romero Tobar, « Los géneros literarios en el periodismo », p. 174.

9 R. Terdiman, Discourse / Counter-Discourse, p. 151.

10 M.-E. Thérenty, Mosaïques, p. 253.

11 F. Susini-Anastapopoulos, L’écriture fragmentaire¸ p. 152.

12 J.-F. Botrel, « Le parti-pris d’en rire », p. 88.

13 M.-E. Thérenty, Mosaïques, p. 249.

14 V. Jankélévitch, L’ironie, pp. 91-94.

15 Nous reprenons le titre d’un chapitre de D. Grojnowski, Aux commencements du rire.

16 M. Hodgart, La satire, p. 147.

17 D. Bertrand, Dire le rire, p. 29.

18 D. Grojnowski, Aux commencements du rire, pp. 88-89 et 140.

19 V. Jankélévitch, L’ironie, pp. 33-34.

20 M.-A. Voisin-Fougère, L’ironie naturaliste, pp. 20-21.

21 M. Palenque, El poeta y el burgués, p. 202.

22 M. Angenot, La parole pamphlétaire, p. 134.

23 Martial, Épigrammes, Livre X, ép. 33.

24 M. J. Larra, « De la sátira y de los satíricos », El Español. Diario de las Doctrinas y los Intereses Sociales, 2 mars 1836.

25 M.-A. Voisin-Fougère, L’ironie naturaliste, p. 39.

26 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 83.

27 Nous indiquons par « Cr » les propos tenus par le « cronista » et par « Co » ceux du « complice ».

28 P. Hamon, L’ironie littéraire, pp. 98-100.

29 U. Eco, Lector in fabula, p. 64.

30 U. Eco, Lector in fabula, pp. 67-68.

31 P. Schoentjes, Poétique de l’ironie, p. 218.

32 L’expression « carrefour d’échos » est de Jules Laforgue, Moralités légendaires (1887). Cité par P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 131.

33 M.-E. Thérenty, Mosaïques, p. 495.

34 J.-P. Étienvre, « Primores de lo jocoserio », p. 241.

35 M. Angenot, La parole pamphlétaire, p. 64.

36 M.-E. Thérenty, Mosaïques, p. 437.

37 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 135.

38 Ibid., p. 26.

39 Ibid., p. 40.

40 R. Robert, « Crónica », GB, 26 mars 71.

41 Id., « Crónica », GB, 30 mars 71.

42 B. PÉrez Galdós, La desheredada, p. 135.

43 U. Eco, Lector in fabula, p. 62.

44 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 25.

45 Ibid., pp. 62 et 98.

46 P. Schoentjes, Poétique de l’ironie, p. 235.

47 Il s’agit sans doute de Sagasta, dont Galdós, dans O’Donnell, décrivait la coiffure en convoquant également l’image du volatile (« el pelo bien compuesto, con raya lateral, y un mechón arremolinado sobre la frente formando cresta de gallo », B. PÉrez Galdós, O’Donnell, p. 91). Ce même Galdós, dans Amadeo I, p. 78, décrivait Sagasta comme « el gallo de nuestro corral político, con su arrogante cresta o tupé, su quiquiriquí tribunicio y el irisado plumaje de su simpatía personal. » Par ailleurs, les sonorités sont assez semblables entre « Sagasta » et « garza engalanada ». Enfin, indiquons que l’expression « campos fronterizos » fait allusion aux opposants aux « radicales » de Zorrilla (nous renvoyons à nouveau à B. PÉrez Galdós, Amadeo I, p. 54 : « hasta las verduleras designaban a las fracciones políticas contrarias al Radicalismo con los viles apodos usuales : fronterizos, cangrejos, calamares, palomos, tomadores… »).

48 R. Robert, « Crónica », EC, 23 février 73.

49 M. Angenot, L’écriture pamphlétaire, p. 117.

50 P. Hamon, L’ironie littéraire, pp. 98 et 104. L’expression « voisinage humiliant » est tirée de V. Jankélévitch, L’ironie, p. 37.

51 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 110.

52 R. Navas Ruiz, « El modo irónico », pp. 223-238.

53 P. Hamon, L’ironie littéraire, p. 105.

54 Nous puiserons aussi, pour cette démonstration, dans les Jocosidades parlamentarias de GB écrites par Robert entre octobre 1869 et janvier 1871. Ce sont plus précisément des chroniques parlementaires satiriques, qui se distinguent formellement de la rubrique « Crónica » car elles ne se caractérisent pas par une esthétique fragmentaire.

55 M. T. Llano Gago, La obra de Quevedo, p. 177.

56 R. Robert, Los tiempos de Maricastaña (LTM), p. 36.

57 Id., Los cachivaches de antaño (LCA), p. 76.

58 Id., LTM, p. 119.

59 I. Arellano Ayuso, Poesía satírico burlesca, p. 178.

60 R. Robert, LCA, p. 291.

61 Id., LCA, p. 289 pour ces cinq dernières références.

62 Id., LTC, p. 54.

63 I. Arellano Ayuso, Poesía satírico burlesca, p. 178.

64 M. Angenot, La parole pamphlétaire, p. 254.

65 P. Schoentjes, Poétique de l’ironie, pp. 100-134.

Auteur

Université Paris Sorbonne - Paris IV

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search