Version classiqueVersion mobile

Les relations esthétiques entre ironie et humour en Espagne

 | 
Carole Fillière
, 
Laurie-Anne Laget

Alemán et Cervantès face aux continuations apocryphes : une riposte ironique - humoristique ?

David Alvarez

Texte intégral

1Alors qu’Alemán et Cervantès avaient publié la première partie de leurs romans et en préparaient une suite, des auteurs masqués sous des pseudonymes publièrent respectivement en 1602 à Valence et en 1614 à Tarragone des continuations dites apocryphes de leurs œuvres. Ces deux continuations, dues à Mateo Luján de Sayavedra et à Alonso Fernández de Avellaneda, ont la spécificité d’avoir été publiées du vivant des auteurs authentiques, ce qui permit à ces derniers d’en influencer la réception en mettant en place, dans leur propre suite, une riposte destinée à confondre leurs émules.

  • 1 Mateo Luján de Sayavedra est très vraisemblablement le pseudonyme de l’avocat valencien Juan Martí.

2Dans le cadre de ces ripostes, les deux romanciers ont en commun d’envoyer les œuvres rivales aux portes de l’au-delà. Dans le roman alémanien, cela se produit pendant la traversée qui doit conduire Guzmán d’Italie en Espagne en compagnie d’un autre pícaro nommé Sayavedra. Ce personnage, dont le nom est calqué sur celui du continuateur apocryphe — Mateo Luján de Sayavedra1 —, a été créé par Mateo Alemán pour représenter non seulement le « faux Guzmán » mais aussi l’œuvre rivale. Or, à l’occasion d’une tempête, Sayavedra est soudain pris d’un accès de folie qui le conduit au suicide : ce dernier se prend pour Guzmán et se met à délirer avant de se jeter dans la mer, qui l’emporte à jamais.

3Chez Cervantès, les choses se passent de façon bien différente. Don Quichotte ne rencontre jamais son double, mais il croise plusieurs fois sur sa route le livre d’Avellaneda. Aux chapitres 69 et 70 de la Seconde Partie authentique, une jeune servante du duc et de la duchesse, Altisidora, feint d’être morte d’amour pour le chevalier errant. Après une résurrection burlesque, qui requiert une pénitence de Sancho, elle raconte comment elle est descendue aux portes de l’Enfer, où elle a vu des diables jouer à la pelote, non avec des balles, mais avec des livres, et en particulier avec celui du continuateur.

4L’étude de ces deux passages permet de mieux comprendre, par contraste, ce qui caractérise les notions d’ironie et d’humour. Afin de saisir le fonctionnement de ces notions dans les deux textes, notre réflexion s’organisera autour de trois axes, à partir desquels nous comparerons le Guzmán et le Quichotte. Nous nous intéresserons tout d’abord à la distance que prennent les deux romanciers par rapport à la cible de leur critique (c’est-à-dire la continuation apocryphe) ; nous étudierons ensuite le niveau de dramatisation de leurs deux récits ; nous essaierons enfin de démontrer que les ripostes des auteurs authentiques dépassent les définitions conventionnelles données aux notions d’ironie et d’humour pour instaurer un mode de communication plus complexe.

I. — DISTANCE PAR RAPPORT AUX TEXTES APOCRYPHES ET CIBLES DES RIPOSTES

5Le retour de Guzmán d’Italie en Espagne est un épisode raconté dans les deux Secondes Parties du Guzmán de Alfarache, l’apocryphe et l’authentique. La stratégie alémanienne consiste à reprendre des éléments très précis de la continuation rivale pour les détourner et les inverser, instaurant ainsi un jeu avec les lecteurs de l’apocryphe.

6Dans sa continuation, Mateo Luján raconte que, lors de son retour en Espagne, Guzmán a assisté au naufrage de deux galères et que son maître, le comte de Miranda, manifeste une grande compassion à l’égard des victimes. Celui-ci est comparé à Francisco Pizarro qui, à l’époque de la conquête du Pérou, se serait jeté à l’eau, au risque de sa vie, pour sauver l’un de ses esclaves.

7Dans la Seconde Partie du Guzmán authentique, Mateo Alemán réécrit totalement ce passage. La galère à bord de laquelle voyage Guzmán est prise dans une tempête durant laquelle un esclave tombe à l’eau : ce dernier n’est autre que Sayavedra, le pícaro apocryphe que le « vrai » Guzmán a croisé sur sa route et dont il a fait son esclave au sens figuré du terme. Mais tandis que, dans la continuation apocryphe, Pizarro risquait sa vie pour sauver son domestique, personne ne se jette à l’eau pour sauver l’infortuné Sayavedra :

  • 2 Nous utiliserons ici l’abréviation GA II pour renvoyer à la Seconde Partie authentique de Mateo Ale (...)

Que cuando el marinero de guardia sintió el golpe, dijo a voces: « ¡Hombre a la mar! ». Luego recordamos y, hallándolo menos, le quisimos remediar; mas no fue posible, y así se quedó el pobre sepultado2.

  • 3 GA II, ii, 9, p. 308.

8Aucun homme à bord ne veut risquer sa vie pour aider le pícaro apocryphe, et surtout pas Guzmán qui, aux antipodes du pieux et charitable comte de Miranda, avoue : « Sinifiqué sentirlo, más sabe Dios la verdad »3.

9L’inversion du sens de cet épisode, dont Alemán conserve les principales composantes (la tempête, la noyade, la relation maître / esclave), relève de l’écriture ironique. À partir d’un matériau analogue, agencé dans un même ordre chronologique, Alemán dit le contraire de ce que Luján avait raconté. Chez lui, l’esclave anonyme qui suscitait la compassion de Pizarro est remplacé par Sayavedra, incarnation du pícaro apocryphe qui a usurpé le nom de Guzmán. Il ne mérite de ce fait aucune compassion.

  • 4 Pour renvoyer à la Seconde Partie du Quichotte de Cervantès, nous utiliserons toujours l’abréviatio (...)

10Contrairement au texte de Mateo Alemán, qui reste très près de la continuation de Luján, le récit du voyage d’Altisidora aux portes de l’Enfer ne comporte pas d’allusion à un passage concret de l’apocryphe. De fait, la continuation d’Avellaneda ne constitue qu’un livre parmi d’autres livres se trouvant aux portes de l’Enfer et qui ont en commun d’être remplis de vent et de bourre (al parecer, llenos de viento y de borra)4.

11À la différence du texte alémanien, cet extrait du Quichotte inscrit la continuation apocryphe dans le cadre d’une critique plus générale de la mauvaise littérature et, surtout, du plagiat. Le récit de la vision d’Altisidora est, en effet, suivi de l’entrée en scène d’un jeune page qui chantait lors de la veillée funèbre de la jeune fille. Lorsque don Quichotte lui reproche d’avoir déclamé à cette occasion des vers qui ne venaient pas à propos et qui étaient empruntés de surcroît à Garcilaso, celui-ci rétorque :

  • 5 DQ II, 70, pp. 1196-1197.

No se maraville vuestra merced deso —respondió el músico—, que ya entre los intonsos poetas de nuestra edad se usa que cada uno escriba como quisiere y hurte de quien quisiere, venga o no venga a pelo de su intento5.

12Dans ce passage, Cervantès ne s’attaque pas uniquement au livre de son rival. Celui-ci est associé à un mal plus universel : l’emprunt illégitime. La polémique contre Avellaneda est ainsi mise à distance, puisque le continuateur n’est plus la cible unique des critiques.

13La comparaison entre les textes d’Alemán et de Cervantès permet d’observer que l’auteur sévillan reste très près du texte du continuateur tandis que, dans ce passage précis, Cervantès introduit une distance par rapport à celui-ci. La mise en parallèle de ces deux extraits montre que, dans le Guzmán, la cible des critiques est beaucoup plus précisément définie et identifiable que dans le Quichotte où les cibles sont multiples et restent plus floues.

II. — DRAMATISATION ET DÉDRAMATISATION DE LA RIPOSTE LITTÉRAIRE

14Une autre différence essentielle entre les deux textes réside dans l’opposition entre un discours sérieux chez Mateo Alemán, qui passe par une dramatisation de la riposte à l’apocryphe, et un discours ludique chez Cervantès, qui permet une dédramatisation du conflit.

15Chez Alemán, le suicide de Sayavedra se déroule dans une atmosphère apocalyptique. La tempête provoque l’affolement des passagers de la galère qui, craignant de mourir sans s’être confessés auparavant, se mettent à avouer leurs péchés à leurs voisins. C’est dans ce contexte que Sayavedra se met à avouer ses propres fautes, au milieu d’un accès de folie :

  • 6 GA II, ii, 9, p. 307.

Era lástima verle las cosas que hacía y los disparates que hablaba, y tanto que a veces en medio de la borrasca y en el mayor aflicto, cuando confesaban los otros los pecados a voces, también las daba él, diciendo:
 — ¡Yo soy la sombra de Guzmán de Alfarache! ¡Su sombra soy, que voy por el mundo!6

16À un premier niveau, l’ironie consiste à mettre la continuation apocryphe sur le même plan que les péchés que confessent les autres voyageurs. En d’autres termes, Sayavedra — qui représente symboliquement le Guzmán apocryphe — a commis le péché impardonnable d’usurper l’identité du Guzmán authentique. Cette équivalence entre continuation apocryphe et péché inexcusable permet de dramatiser la « faute » commise par le continuateur.

17À un second niveau, l’ironie consiste à assimiler la continuation apocryphe au discours d’un fou en délire :

  • 7 Ces remarques font allusion à un passage précis de la continuation apocryphe : « Había oído muchas (...)
  • 8 GA II, ii, 9, p. 308.

Pero no las llevaba conmigo todas, porque iba repitiendo mi vida, lo que yo della le había contado, componiendo de allí mil romerías. En oyendo el otro prometerse a Montserrate, allá me llevaba7. No dejó estación o boda que conmigo no anduvo. Guisábame de mil maneras y lo más galano —aunque con lástima de verlo de aquella manera—, de lo que más yo gustaba era que todo lo decía de sí mismo, como si realmente lo hubiese pasado8.

18La confession de Sayavedra, suivie de son suicide, cache donc un sens implicite facilement identifiable : tel un démiurge en colère, Alemán déclenche une tempête qui entraîne la destruction de la créature à la fois indésirable et littérairement inconsistante qui s’était introduite dans son univers romanesque. L’ironie permet de donner à sa riposte des allures de vengeance divine et est ici au service d’une sorte de justice poétique.

19Cette dramatisation de la condamnation de l’apocryphe ne se retrouve pas dans le discours d’Altisidora qui, au contraire, semble avoir vocation à divertir le lecteur. Cette jeune soubrette fantasque ne pouvait en effet donner de l’Enfer, où elle a aperçu le livre d’Avellaneda, qu’une image plaisante.

20Cette jeune fille soi-disant morte d’amour pour don Quichotte rend visite au chevalier errant au lendemain de sa résurrection burlesque. Elle raconte que, lorsqu’elle était entre la vie et la mort, elle s’est retrouvée aux portes de l’Enfer où elle a aperçu des diables qui jouaient avec des livres, parmi lesquels se trouvait la continuation apocryphe. L’image traditionnelle des diables jouant avec l’âme des condamnés est donc remplacée par un jeu beaucoup plus inoffensif.

  • 9 Concernant ces différentes expressions, voir DQ II, 70, p. 1194.

21De plus, Altisidora rapporte que ces diables se sont mis en chausses et en pourpoint, sans doute pour être plus à leur aise, ce qui tend à rapprocher leur passe-temps d’un jeu d’écoliers. Le récit de la jeune fille est en outre saturé d’expressions traduisant l’émerveillement ou l’étonnement : « lo que más me admiró » ; « cosa maravillosa y nueva » ; « menudeaban libros nuevos y viejos, que era una maravilla ». Au lieu de paraître effrayée, la soubrette attire l’attention sur des éléments insolites, comme l’étrange accoutrement des diables, qui portent de la dentelle et sont habillés à la dernière mode : « con valonas guarnecidas con puntas de randas flamencas, y con unas vueltas de lo mismo que les servían de puños »9. La continuation d’Avellaneda apparaît ainsi dans un contexte comique du fait de sa quotidienneté et de son prosaïsme. La description vestimentaire des diables décrits par la jeune soubrette les rapproche des lecteurs de l’époque et les humanise. Ils sont de ce fait trop humains pour faire peur.

22Par ailleurs, toute la scène qui décrit le livre apocryphe aux mains des diables n’est qu’une vision due à Altisidora. Ce personnage déresponsabilise le discours en lui donnant une teinte enfantine. Il permet ainsi une mise à distance de la polémique.

23La dramatisation, à l’œuvre dans le texte de Mateo Alemán, va de pair avec un discours sérieux qui relève de l’ironie et permet une condamnation sans appel de l’apocryphe. À l’inverse, la dédramatisation qui caractérise le texte de Cervantès s’accompagne d’un discours plus ambigu qui relève de l’humour : si ce discours permet de ridiculiser l’apocryphe, le contexte dans lequel il s’inscrit permet d’amuser les lecteurs.

III. — UN DÉPASSEMENT DES DÉFINITIONS CONVENTIONNELLES

24Le mode de défense choisi par les deux auteurs authentiques est donc bien différent. Cependant, si ce passage du texte d’Alemán relève essentiellement de l’ironie et celui de Cervantès principalement de l’humour, ces épisodes des ripostes instaurent un mode de communication qui dépasse les définitions conventionnelles données à ces deux notions.

25Chez Mateo Alemán, l’ironie destructrice à l’égard de la continuation apocryphe s’accompagne d’une ironie seconde qui vise Guzmán lui-même. Celle-ci apparaît plus clairement si l’on relie cet extrait à l’ensemble de la trajectoire du protagoniste et si l’on prête attention à une série d’indices textuels qui inversent le sens de l’épisode.

  • 10 GA II, ii, 9, p. 307.

26Premièrement, lorsque la tempête éclate, Guzmán indique au lecteur qu’il est terrifié, non pas à cause du possible naufrage qui le guette, mais parce qu’il sait au fond de lui que ses nombreuses fautes le rendent responsable du malheur qui s’abat sur la galère : « Harto decía yo entre mí, cuando pasaban estas cosas, que por mí solo padecían los más, que yo era el Jonás de aquella tormenta »10. Or, paradoxalement, à la fin de l’épisode, c’est Sayavedra qui meurt noyé, tandis que Guzmán — le vrai coupable — a la vie sauve.

  • 11 Voir respectivement GA II, ii, 5, pp. 231-232 ; GA II, ii, 6, pp. 255-256 ; et GA II, ii, 6, pp. 25 (...)

27Deuxièmement, le suicide de Sayavedra, qui semble à première vue résulter d’un accès de folie, peut être expliqué par des causes rationnelles, qui font de Guzmán le principal responsable de la mort de son double. En particulier, les humiliations constantes qu’il a fait subir à Sayavedra depuis leur première rencontre, et plus spécialement dans les chapitres qui précèdent sa mort : brimades, démonstration de sa supériorité, leçons sur l’art du vol et même autorisation ponctuelle faite au pícaro apocryphe d’utiliser le nom de Guzmán11.

  • 12 Cette acception de sombra n’apparaît pas dans le dictionnaire de Covarrubias, mais elle est présent (...)
  • 13 GA II, ii, 9, p. 307.

28Troisièmement, lorsque Sayavedra se met à délirer sur la galère, ce dernier s’exclame : « ¡Yo soy la sombra de Guzmán de Alfarache ! ¡Su sombra soy, que voy por el mundo ! ». Or, dans la langue classique, le mot sombra désigne à la fois l’ombre au sens actuel, mais aussi l’ombre vaine12, le fantôme dont l’âme ne repose pas en paix. Par conséquent, si Sayavedra est l’ombre de Guzmán dans cette acception, cela signifie en contrepartie que Guzmán ne trouvera jamais le repos. Une hypothèse qui semble confirmée par la réaction de ce dernier face aux paroles de son double : « Con que me hacía reír y le temí muchas veces »13. Compte tenu du double sens de sombra dans la langue classique, il se pourrait bien que ce rire soit plus une manifestation d’angoisse qu’un rire libérateur.

29Quatrièmement, afin de consoler Guzmán, les autres passagers de la galère décident de lui faire lire une histoire rédigée sur une sorte de cahier par un forçat curieux (un curioso forzado), qui n’est que fugacement évoqué. On peut se demander si cette mise en abyme n’annonce pas de façon prémonitoire le destin de Guzmán : son emprisonnement à bord des galères où il sera conduit pour ses nombreuses fautes, et où il écrira son autobiographie.

30Si l’on prend en compte ces différents indices textuels, Guzmán apparaît beaucoup moins triomphant qu’il ne le semblait à une première lecture.

31L’ironie alémanienne n’est donc pas au service d’une pensée univoque. Le message implicite qui, au premier abord, paraît assez évident, cache une ironie plus subtile permettant de faire du texte plusieurs lectures. À un premier niveau, Guzmán est vengé de celui qui a usurpé son nom et qui incarne aussi la continuation apocryphe. Mais, à un autre niveau, en poussant (indirectement) Sayavedra au suicide et en se réjouissant de sa mort, Guzmán se condamne à la damnation alors qu’il semblait au sommet de son triomphe narcissique et matériel.

32De même, chez Cervantès, la singularité de l’épisode rapportant la vision d’Altisidora apparaît plus clairement si on le met en relation avec d’autres chapitres de la Seconde Partie authentique avec lesquels l’histoire de la soubrette entre en résonnance.

  • 14 Concernant le récit que fait don Quichotte de sa descente dans la caverne de Montesinos, voir DQ II (...)

33Le récit d’Altisidora présente tout d’abord de nombreux points communs avec l’aventure de la caverne de Montesinos, dont il constitue une sorte de version en miniature14. Ces deux épisodes, une vision et un rêve, sont construits sur le modèle de la descente aux Enfers, mais ils se déroulent en réalité dans une atmosphère plaisante d’étrangeté et de fantaisie. Don Quichotte s’entretient avec des personnages littéraires, ou plutôt avec leur image dégradée, tandis qu’Altisidora observe et écoute des diables inoffensifs et loufoques.

34Ces deux épisodes ont aussi en commun leur totale invraisemblance. De même que l’aventure de la caverne suscite l’incrédulité du lecteur — redoublée par celle du narrateur — le statut de la vision d’Altisidora est problématique. À aucun moment en effet don Quichotte n’évoque l’existence du livre d’Avellaneda avec le duc et la duchesse, ni avec leurs domestiques. Par conséquent, au moment où elle raconte son voyage dans l’au-delà, Altisidora n’a jamais entendu parler de la continuation apocryphe.

  • 15 Pour plus de précisions sur ce point, voir M. Blanco, « Vraisemblable et réel dans le Quichotte », (...)

35La nature onirique et l’invraisemblance de ces épisodes offrent un espace de liberté à l’égard des conventions littéraires. Ils sont de ce fait des lieux privilégiés pour l’expérimentation et favorisent le développement de l’humour. Néanmoins, ce type d’écriture particulier, qui semble laisser libre cours à la gratuité et à la fantaisie, passe en réalité par une série d’échos à d’autres épisodes de l’œuvre que Cervantès transforme, mais qui demeurent reconnaissables15. L’auteur du Quichotte exerce ainsi sur son texte un contrôle plus important qu’il n’y paraît au premier abord.

36Nous ne retiendrons ici que deux exemples, qui concernent uniquement la vision d’Altisidora.

  • 16 Voir DQ II, 59, pp. 1110-1111.

37Tout d’abord, la discussion entre les diables qui jouent avec le livre d’Avellaneda constitue une sorte de version ludique et distanciée du passage où, au chapitre 59, deux voyageurs (don Juan et don Jerónimo) s’entretiennent à propos du Quichotte d’Avellaneda, dans une auberge située aux abords de Saragosse. L’un des voyageurs (don Juan) aimerait se plonger dans la lecture de la continuation apocryphe, mais l’autre (don Jerónimo) juge ce livre tellement mauvais qu’il ne mérite pas qu’on lui accorde la moindre attention16.

38Par ailleurs, la vision de la jeune soubrette fait aussi écho à une autre étape de la riposte. Au chapitre 62, lors de la visite d’une imprimerie dans la capitale catalane, le chevalier errant aperçoit le livre d’Avellaneda et s’exclame :

  • 17 DQ II, 62, p. 1146.

Ya yo tengo noticia de este libro […], y en verdad y en mi conciencia que pensé que ya estaba quemado y hecho polvos por impertinente; pero su San Martín se le llegará como a cada puerco17.

  • 18 DQ II, 70, p. 1195.

39Ces propos étranges prennent tout leur sens et acquièrent une dimension prémonitoire lors du récit d’Altisidora. Le livre que don Quichotte a vu dans l’imprimerie se retrouve, flambant neuf et bien relié, aux mains des diables qui jouent à la balle. Mais, aussitôt, l’un d’eux lui donne un tel coup qu’il lui vide les entrailles : « A uno dellos, nuevo, flamante y bien encuadernado, le dieron un papirotazo, que le sacaron las tripas y le esparcieron las hojas »18.

40Les paroles que le chevalier errant avait prononcées avant de quitter l’imprimerie barcelonaise prennent ici un sens nouveau : les diables éventrent le livre du continuateur comme on viderait les entrailles d’un porc, le jour de la Saint Martin. Puis, aussitôt après, ces mêmes démons condamnent le livre du continuateur à être envoyé au plus profond de l’Enfer (los abismos del infierno) où l’on peut supposer qu’il sera réduit en cendres, tel que don Quichotte l’avait prédit.

41Chez Cervantès, l’humour s’enrichit donc d’un jeu d’échos ironiques avec son propre texte. Il ne s’agit pas tellement ici de faire apparaître un sens second, qui inverserait le sens de l’ensemble de l’épisode, mais plutôt de proposer un miroitement de celui-ci, qui donne la liberté au lecteur d’interpréter.

42L’envoi de Sayavedra dans les régions d’outre-tombe constitue le point culminant de la stratégie de défense de Mateo Alemán face à son continuateur. Dans ce passage, l’écrivain sévillan ne fait qu’accentuer le fonctionnement ironique de l’ensemble de sa riposte, qui passe ici par la réécriture d’un passage précis de l’œuvre rivale et par une dramatisation de la vengeance de Guzmán, bien qu’Alemán ne donne pas à cette scène un sens univoque. La destruction de la cible par la réécriture, la dramatisation des enjeux et la mise en place d’indices donnant au texte un sens second sont trois modalités de l’écriture ironique.

43Chez Cervantès, au contraire, le récit d’Altisidora constitue plutôt un moment de détente au sein de la riposte. Dans cet épisode particulier, c’est surtout le fait de confier à une jeune soubrette la critique de l’apocryphe qui fait la différence entre les deux auteurs. Altisidora, par le biais d’un récit totalement invraisemblable, introduit une variation ludique autour de l’apocryphe. Tandis que, dans d’autres chapitres, Cervantès usait parfois de traits ironiques pour discréditer l’œuvre de son rival, cette dernière est ici prétexte à une recréation dédramatisée de l’Enfer, qui s’enrichit d’un jeu d’échos renvoyant à d’autres épisodes du texte.

44Si au premier abord les deux extraits des ripostes paraissent relever d’un mode de communication assez aisément identifiable — l’ironie chez Alemán et l’humour chez Cervantès — une analyse plus approfondie montre que les deux auteurs instaurent un rapport plus complexe avec leur lecteur : chez le premier, l’ironie s’avère réversible, et chez le second, l’humour passe par une réécriture ironique de son propre texte.

Notes

1 Mateo Luján de Sayavedra est très vraisemblablement le pseudonyme de l’avocat valencien Juan Martí.

2 Nous utiliserons ici l’abréviation GA II pour renvoyer à la Seconde Partie authentique de Mateo Alemán (en précisant ensuite le Livre, le chapitre et la page) et GALS lorsque nous nous référerons à la Seconde Partie apocryphe de Mateo Luján de Sayavedra. Pour la citation, voir GA II, ii, 9, p. 308.

3 GA II, ii, 9, p. 308.

4 Pour renvoyer à la Seconde Partie du Quichotte de Cervantès, nous utiliserons toujours l’abréviation DQ II. Pour la citation, voir DQ II, 70, p. 1194.

5 DQ II, 70, pp. 1196-1197.

6 GA II, ii, 9, p. 307.

7 Ces remarques font allusion à un passage précis de la continuation apocryphe : « Había oído muchas veces en la galera encomendarse muchos a Nuestra Señora de Monserrate y habíame informado que era muy cerca de Barcelona ; parecióme que no era ocasión de perder, y más siendo yo naturalmente tan amigo de ver », GALS, ii, 3, p. 289.

8 GA II, ii, 9, p. 308.

9 Concernant ces différentes expressions, voir DQ II, 70, p. 1194.

10 GA II, ii, 9, p. 307.

11 Voir respectivement GA II, ii, 5, pp. 231-232 ; GA II, ii, 6, pp. 255-256 ; et GA II, ii, 6, pp. 258-259.

12 Cette acception de sombra n’apparaît pas dans le dictionnaire de Covarrubias, mais elle est présente dans plusieurs textes littéraires de cette époque. On la trouve en particulier chez Lope de Vega (El peregrino en su patria, p. 163) : « Oyendo esto aquel venerable padre, se sentó con sus compañeros en la misma cama, y habiendo dicho las nueve lecciones de los muertos con sus letanías, en el fin dellas se levantó una sombra y delante dellos se fue a la cama de la mujer, de lo cual atemorizada comenzó a temblar y dar gritos, diciendo : “¡Oh padres, veis aquí la sombra !” Los cuales, algo temerosos, callaron ; pero el prior le preguntó quién era ; ella súbitamente respondió con voz maravillosa en la mitad de la cámara : “Yo soy el alma de tu marido” » (nous soulignons). À la même époque, ce sens apparaît aussi chez Quevedo (« Sueño de la muerte », Los Sueños, p. 541) : « Y yo no sabía qué me hacer y andaba como un loco mirando dónde huir, cuando me asió una cosa (que apenas divisaba lo que era) como sombra. Atemoricéme, púseme en pie el cabello, sacudióme el temor los huesos. — ¿Quién eres, o qué eres, o qué quieres — le dije —, que no te veo y te siento ? — Yo soy — dijo — el alma de Garibay, que ando buscando quien me quiera, y todos huyen de mí » (nous soulignons). Par la suite, le mot sombra au sens d’ombre vaine apparaît dans le Diccionario de Autoridades [1726-1739]. En effet, après le premier sens (« La obscuridad, que se causa de oponerse a la luz un sólido, y que impide la dirección de sus rayos »), la seconde acception donnée pour ce terme est : « Vale asimismo espectro u phantasma, que se percibe como sombra ».

13 GA II, ii, 9, p. 307.

14 Concernant le récit que fait don Quichotte de sa descente dans la caverne de Montesinos, voir DQ II, 23, pp. 817-828.

15 Pour plus de précisions sur ce point, voir M. Blanco, « Vraisemblable et réel dans le Quichotte », pp. 215-216.

16 Voir DQ II, 59, pp. 1110-1111.

17 DQ II, 62, p. 1146.

18 DQ II, 70, p. 1195.

Auteur

Casa de Velázquez - Université de Bordeaux III

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search