Version classiqueVersion mobile

Roma generadora de identidades

 | 
Antonio Caballos Rufino
, 
Sabine Lefebvre

Résumés

Texte intégral

1Patrick Le Roux

identités civiques, identités provinciales dans lempire romain

Les problèmes d’ordre identitaire ne sont pas absents des sources romaines. Dans le champ historiographique, ce chapitre est encore récent et tend à se substituer à des références plus anciennes que la réflexion des historiens a cherché à corriger, voire à supprimer. Dans ce contexte, on suggère de mieux cerner les mots pouvant se rapprocher de la notion d’identité. Il convient, en outre, de séparer le registre administratif et géographique et les identités politiques, sous peine d’aller au-devant de difficultés de méthode récurrentes. L’une des questions posées par le sujet du livre est de comprendre pourquoi l’Empire romain n’a pas débouché sur un principe identitaire universel — que ne fut pas à proprement parler la citoyenneté romaine — au-dessus de l’identité locale partout présente incarnée dans une cité qui fut également une patria, un patrimoine ancestral à protéger.

2Fernando Wulff Alonso

en parlant des identités: réflexions historiographiques sur litalie entre la république et lempire

La réflexion est ici placée dans la perspective des études sur les identités et les appartenances dans le monde antique. L’auteur évoque les vieux modèles du xixe siècle, souvent définis comme nationalistes, qui sont récemment remis en question à propos de l’interprétation des sociétés aussi bien dans le champ historique que dans d’autres savoirs. Après avoir présenté quelques exemples de débats en cours, on réfléchit sur l’application de ces modèles dans les œuvres de Mommsen et de Syme, à propos de l’Italie à la fin de la République et aux origines du Principat. On évalue certaines de ses conséquences historiographiques et on propose des alternatives prudentes.

3Francisco Pina Polo

ethnie, cité et province en hispanie républicaine

Au cours de l’époque républicaine, l’Hispanie était une notion à la fois stable et changeante. En parallèle au lent développement de la conquête de cette région, au cours des deux derniers siècles de la République, Rome suivit, en premier lieu, un processus pour appréhender la géographie de la péninsule Ibérique, en dépit de la consolidation de l’erreur d’orientation des Pyrénées et donc de la mauvaise vision géographique du nord-est de l’Hispanie. En deuxième lieu, Rome promut la ville comme un élément d’auto-identification des indigènes en tant qu’individus et donna lieu à un changement important du paysage urbain. En troisième lieu, Rome regroupa parfois sous des dénominations macro-ethniques couvrant de vastes territoires de nombreux peuples, synthétisant en un seul groupe une réalité ethnique fragmentée. Dans une large mesure, le paysage ethnique de l’Hispanie républicaine que nous possédons est le paysage que les Romains ont cru voir et qu’ils ont eux-mêmes créé ou recréé.

4Francisco Beltrán Lloris

… « et sola omnivm provinciarvm vires svas postqvam victa est intellexit ». une approche de lhispania comme référent identitaire dans le monde romain

Ce travail examine la notion d’Hispanie comme une création romaine qui a servi, initialement, à distinguer au sein de l’Empire, un l’ensemble hétérogène de peuples et de communautés, mais qui a été progressivement adoptée et reélaborée par les Hispani jusqu’à le transformer en une référence identitaire.

5Alexandra Dardenay

la diffusion iconographique des mythes fondateurs de rome dans loccident romain: spécificités hispaniques

C’est manifestement en Hispanie que les élites locales ont fait preuve du plus de dynamisme dans la diffusion iconographique de la légende des origines de Rome. Cet aspect s’illustre notamment à travers la place dévolue à l’image des primordia Urbis dans le décor de la maison: les mosaïques figurant la lupa Romana ou la découverte du Lupercal sont plus nombreuses en Hispanie que dans n’importe quelle autre province de l’Empire. Par ailleurs, cette implication des notables s’observe également dans l’ornementation de l’espace de la cité. L’Hispanie pouvait s’enorgueillir de compter, dans ses capitales, une voire deux répliques du Forum Augustum : à Mérida et peut-être également à Cordoue. La péninsule Ibérique « s’illustre », d’autre part, pour avoir livré le plus grand nombre de bases de statues de la louve romaine ou de la truie lavinate, dédiées le plus souvent par des magistrats locaux, acteurs du culte impérial ou nouveaux citoyens, sur le forum de leur cité.

6Rudolf Haensch

lattitude des gouverneurs envers leurs provinces

L’article porte sur la question du moment et de la manière dont les provinces reçurent une identité propre — de quelle nature? — non seulement aux yeux de leurs habitants, mais également de leurs gouverneurs. Dans ce contexte il rassemble les informations très dispersées en ce qui concerne les questions suivantes: qu’est-ce qui caractérisait une provincia aux yeux des sénateurs romains au début du principat? Quand peut-on observer les premiers indices d’une identité provinciale aperçue par les provinciaux? Les provinces ont-elles été vues seulement comme des objets d’exploitation par les représentants de Rome? L’article constate que les concilia provinciae et les couches supérieures des provinces étaient les vrais artisans d’une identité provinciale et qu’il dépendait de beaucoup de facteurs (par exemple: frontières naturelles, ethnicité homogène, histoire dans la période préromaine, etc.) pour qu’une provincia puisse acquérir une identité propre. L’article rassemble les indices qui témoignent du développement d’une identité spécifique, même des petites provinces aux yeux de leurs gouverneurs, comme les dédicaces aux dieux d’une province spécifique. Enfin, il évoque le rôle du choix d’un sénateur ou d’un chevalier dans la désignation des gouverneurs de province.

7Milagros Navarro Caballero

groupe, culture et territoire: références onomastiques « identitaires » des celtibères et dautres peuples du nord de la citérieure

Cet article débute avec l’analyse des attestations de l’anthroponyme Celtiber, Celtibera: loin de participer à une supposée auto-identification celtibère, il semble être un nom cultivé attribué dans des milieux très romanisés, comme Vetto et en partie Cantaber, également analysés ici. L’article se poursuit avec l’étude des attestations d’autres anthroponymes qui sont homonymes de certains ethnonymes hispaniques: Asturus, Bracarus, Gallaecus, Arauus, Bibalus, Cilenus, Coporus, Equaesus, Limicus et Taporus. Sauf Limicus (issu du nom d’un fleuve), ces noms ont un usage banal, que rien ne permet de mettre en relation avec les ethnonymes qui leur sont homonymes. L’enquête montre que les anthroponymes associés aux ethnonymes ne semblent pas être attribués pour des raisons géographiques nées du déplacement de la famille, mais pour des raisons culturelles.

8Francisco Javier Navarro Santana

le gouvernement de la tarraconaise et lidentité provinciale

La réorganisation des provinces hispaniques réalisée par Auguste à la fin des guerres civiles manqua d’unité, car ce ne fut pas le résultat d’un profond remodelage en vue de s’adapter. Mais le fait est que, pour ces trois provinces hispaniques, on s’en tint à de vieux critères administratifs républicains, et cela non sans une certaine improvisation, logique aux premiers temps du régime impérial. Ainsi les trois provinces furent organisées chacune sur un modèle totalement différent. La province d’Hispania Citerior devint la plus vaste de l’Empire, mais au fil de son évolution administrative du ier au iiie siècle, la chancellerie romaine elle-même comprit que la province était en fait constituée de deux régions: la zone du Levant et la vallée de l’Èbre d’une part, et le nord-ouest de l’autre, et elle dut expérimenter diverses solutions pour obtenir le meilleur gouvernement, ce qui n’a pas empêché une brève et éphémère division provinciale. Cependant, le fait que l’Hispania Citerior restât intacte durant tout le Principat suscita sans doute des problèmes administratifs, mais favorisa en revanche la romanisation des territoires du nord-ouest, qui aurait pu être rendue difficile si les trois conventus avaient formé des provinces indépendantes dès le ier siècle. Autant les efforts des gouverneurs provinciaux que le rôle extraordinaire joué par la capitale, Tarraco, permirent que certains des territoires les moins avancés puissent rattraper le temps historique perdu.

9Sabine Lefebvre

onomastique et identité provinciale: le cas de « lusitanus »

La patria des habitants de l’Empire est la ciuitas où, dans la majorité des cas, ils naissent, vivent, participent à la vie politique, culturelle, sociale et économique. Cellule de base, la cité appartient cependant à un ensemble plus vaste, mis en place par le conquérant romain, la province. Comment ce cadre nouveau, purement administratif, est-il vécu par les provinciaux? À travers l’emploi de Lusitanus/a, nous pouvons réfléchir sur une éventuelle pratique identitaire provinciale.

10Susana Marcos

espace géographique, espace politique: la frontière provinciale lusitanienne, une limite déterminante?

Concept autant géographique que politique, la notion de frontière provinciale offre l’occasion particulière de se pencher sur la question de l’identité lusitanienne. À travers l’œil du géographe, c’est la manière dont la société façonne l’espace qui est perçue, et donc la manière dont elle se présente et se représente. À ce titre, la cartographie de certains phénomènes, notamment onomastiques, choisis délibérément à différentes échelles de part et d’autre de la frontière, est fort précieuse et aide à déterminer si la limite provinciale est un concept culturellement valide et pertinent pour parler de l’identité lusitanienne.

11Antonio Caballos Rufino

la bétique comme identifiant référent dans la documentation épigraphique

En comprenant l’ « identité » collective comme une construction historique, soumise à un processus de reconformation continue, recréée individuellement et collectivement, et dans une transformation permanente par sa soumission aux multiples et continus impacts et pressions, tant internes qu’externes, l’objectif de ce travail est d’élucider, à partir des sources épigraphiques, dans quelle mesure a pu exister et avoir été développée une identification comme « bétique », une conscience et un sentiment d’appartenance à un collectif humain spécifique défini par ce terme et assumé comme cohérent.

12Myriam A. Gordón Peral

structure fonctionnelle et organisation provinciale: le conventus hispalensis

À partir du peu de sources disponibles, l’objectif est de vérifier s’il existe des arguments qui puissent défendre la thèse de l’existence d’une identité conventuelle dans le cas d’Hispalis. Autrement dit, les communautés qui formèrent le conventus Hispalensis se sont-elles identifiées à celui-ci? Pour cela, nous partons du fait que, du moins en Bétique, le conventus iuridicus n’a été ni un ensemble géographique ni une démarcation administrative — au contraire de ce que fut la province —, mais l’ensemble des habitants de communautés civiques déterminées qui ont en commun leur administration judiciaire, sise dans une cité de référence dans le but de régler les questions qui dépasseraient les compétences de l’administration municipale.

13Genaro Chic García

les éléments économiques dans lintégration de la province de bétique

On part de la nécessité — pour mieux comprendre le sujet — d’élaborer une nouvelle méthodologie, en partant d’une intégration des systèmes d’intelligence émotive et rationnelle qui dérivent de la configuration de notre cerveau. Cela autorise à comprendre avec facilité l’économie de prestige (fondée sur la dette qualitative que le don produit) et leur interaction avec l’économie de marché (fondée sur la dette quantitative dans un marché impersonnel). Cette perspective permet d’envisager la nécessité de conjuguer le concept rationnel d’État avec le concept émotionnel de Nation, comme Rome l’a sagement fait. Ce sont précisément les nécessités de l’État qui requièrent la rationalisation des activités économiques, leur quantification, avec la nécessité de faciliter la gestion administrative et, par conséquent, l’intégration. Une fois esquissés ces budgets généraux théoriques, on verra dans quelle mesure ils sont utiles pour analyser le cheminement et, dans quelle mesure, l’économie peut être considérée comme un élément intégratif (ou désagrégatif) de la conscience publique concernant la provincia Baetica.

14Enrique Melchor Gil

élites « supralocales » en bétique: entre la cité et la province

Dans ce travail, nous étudions et identifions une série d’individus et de décurions qui se sont établis dans des noyaux urbains dont ils n’étaient pas originaires ou qui ont pris part à la vie politique, religieuse et économique de différentes villes de la Bétique. Ils sont ainsi sortis du petit domaine d’activité et d’influence qui était compris dans les limites territoriales de leurs communautés d’origine: ils nous montrent ainsi l’existence, dans le cadre provincial, des élites supralocales.

15Aarón A. Reyes Domínguez

limage comme support de diffusion idéologique dans la province

Les récentes études du comportement humain ont mis en relief l’importance que prennent l’image et la projection de l’identité dans la configuration des groupes humains. Sous le règne d’Auguste est né un nouveau modèle socio-économique qui s’est consolidé durant la dynastie suivante. L’utilisation qui a été faite des images par les élites pour s’approprier le pouvoir a évolué au rythme même d’une société en demande d’identités externes. La manière dont furent perçues les institutions — l’Empereur y compris — fut vitale pour l’essor de celles-ci lors des deux siècles qui suivirent, tout comme pour leur évolution en un régime autocratique et fiscal.

16Manfred Hainzmann

« identité provinciale » et « identité nationale » : lexemple du norique

En même temps que les provinces alpines et la Rhétie, le Regnum Noricum entrait lui aussi, sous la suzeraineté de Rome. Grâce aux vieilles relations amicales et peut-être aussi à l’habileté diplomatique du Noricus dont la communauté tribale a pratiqué très tôt la loyauté à la maison impériale, la nouvelle province a pu atteindre non seulement une grande prospérité économique et culturelle, mais aussi préserver, jusqu’à un certain degré, « son identité nationale ». Cela est visible dans un certain nombre de documents épigraphiques touchant aux affaires politiques, religieuses et culturelles, dans le cadre provincial mais aussi à l’extérieur des limites provinciales. Bien que les témoignages conservés puissent être considérés comme une partie de la romanitas, ils permettent également, par quelques détails, d’avoir un aperçu de la conscience identitaire du peuple du Norique, ou plutôt de quelques groupes particuliers en son sein. Cela est d’autant plus apparent dans la sphère religieuse, avec le culte tant des dieux indigènes que celui des divinités syncrétiques ou dans le cadre du culte impérial; ici, sont analysés en particulier le culte du Genius Noricum et celui de la déesse « nationale » Noreia. Un « sentiment national » semble être suggéré par le concept de natione Noricus, signe identitaire, qui se trouve ailleurs dans d’autres nationes de l’Empire. Cependant, nous trouvons cette mention presque exclusivement dans la dénomination des soldats. Mais nous avons également la preuve de l’existence d’une sorte de « conscience nationale » dans la sphère civile, qui se reflète dans la mention civis Noricus ou dans le concept collectif de Norici Mediterranei. Dans l’un ou l’autre cas, on peut trouver une espèce d’ « identité provinciale ». La totalité des témoignages analysés ici conduit à mettre en évidence le profil particulier de la province du Norique.

17Laurent Brassous

lidentification des capitales administratives du diocèse des espagnes

En transformant la carte des provinces à la fin du iiie siècle, la réforme de Dioclétien s’est traduite par l’apparition de nouvelles capitales administratives dans la péninsule Ibérique. Malgré certaines situations paradoxales et les incertitudes qui existent encore sur l’identification de ces villes en Hispanie, leurs évolutions et les transformations observées par l’archéologie sont encore trop souvent interprétées d’après cette fonction. Or, aucune source explicite ne mentionne l’attribution de cette fonction aux villes reconnues comme telles par la tradition historiographique. L’identification des villes de résidence des gouverneurs de l’Antiquité tardive, qui repose essentiellement sur des sources secondaires, voire des présupposés, n’est probablement pas aussi assurée que cette tradition le laisse croire. L’analyse menée ici de la répartition des témoignages épigraphiques des vicaires et des gouverneurs, retrouvés dans la péninsule Ibérique, apporte un éclairage nouveau sur cette question en permettant de mieux identifier les capitales provinciales. Elle conduit également à réfléchir sur le rôle du gouverneur tardif dans sa province et à son influence dans la capitale.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search