Version classiqueVersion mobile

Memòria personal

 | 
Oscar Jané
, 
Patrice Poujade

IV. — Conclusions

Postface sur la construction et la projection de la « mémoire personnelle »

Patrice Poujade

Texte intégral

1Ce livre est, tout d’abord, le résultat d’une collaboration entre universités des deux versants des Pyrénées ; un de ses objectifs initiaux était qu’il fût un lieu de dialogue entre chercheurs venus d’horizons géographiques et disciplinaires différents qu’ils soient historiens, linguistes et philologues ou encore historiens du droit, par exemple. Il me semble que la confrontation de spécialistes de l’histoire (moderne, dans le cas présent), de la langue (ou des langues) et de la littérature, est importante pour comprendre l’objet étudié. En ce sens, depuis l’origine du projet, des philologues ont participé aux côtés d’historiens. C’est non seulement quelque chose de positif mais aussi une caractéristique des plus intéressantes de ce travail même si la participation des historiens est, finalement, très majoritaire. D’autre part, dans cette œuvre sont réunis des textes de spécialistes d’une large Europe du Sud-Ouest, unissant la péninsule Ibérique, les terres occitanes, la péninsule italienne et même la Suisse. De ce point de vue, on peut dire que l’objectif initial a été atteint. Aussi, cet ouvrage met l’accent sur une documentation de différents types (il est souvent question de typologie, classification, définitions) qui ne peut pas être abordée de la même manière, avec les mêmes attentes : mémoires personnels ou de familles, livres de raison, autobiographies, correspondances (peut-être une documentation à part entière), mémoires d’acteurs publics, etc.

  • 1 Voir en ligne : <www.memoriapersonal.eu.> [consulté le : 02/08/2013].

2L’ouvrage s’ouvre par un texte d’A. Simon i Tarrés qui montre comment et pourquoi la Catalogne moderne occupe une place de choix dans la production des écrits personnels et de famille, avec d’autres régions d’Europe jusqu’à présent bien plus connues comme l’Italie du Nord ou l’Europe du Nord-Ouest. Cette constatation est désormais possible grâce au travail conduit par le groupe Manuscrits de l’université autonome de Barcelone, les chercheurs de Gérone ainsi que ceux de la part nord de la Catalogne comme J. Peytaví Deixona. De plus, maintenant, le portail internet memòria personal1 met à la disposition de tous cette documentation qui est passée « du rien à la pléthore » pour utiliser l’expression d’A. Simon i Tarrés lui-même.

3Le système familial catalan (système de l’héritier unique), l’organisation de la campagne en mas, l’importance des activités marchandes en ville avec leurs nécessités comptables, la conjoncture de guerres de l’époque moderne sont, entre autres, quelques raisons qui expliquent l’existence d’autant d’écrits dans un si petit pays. Écrire ne serait-ce pas une façon de survivre dans les malheurs du temps, de prouver son existence individuelle (se la prouver ?) et même collective au moment où les Catalans perdent, jour après jour, leur souveraineté ? Écrire c’est, quoiqu’il en soit, exister. De son côté, Fr. -J. Ruggiu nous fait passer du cas de la Catalogne moderne à une réflexion à l’échelle européenne sur les écrits privés et tous les problèmes terminologiques qui les concernent jusqu’à se poser la question de la dénomination que l’on doit leur appliquer. Il se livre là à une stimulante réflexion. Ces deux textes indiquent bien l’esprit des travaux réunis ici qui allient, précisément, situations concrètes et réflexions plus générales dans le cadre européen. Fr. -J. Ruggiu aide ainsi à contextualiser les recherches faites en Catalogne parmi toutes celles conduites en Europe depuis les années 1990 et dans le cadre d’une convergence méthodologique commencée un peu partout il y a une dizaine d’années.

4Un thème de ce livre tourne autour de ce que nous pourrions appeler la « représentation privée ». La documentation personnelle est, peut-on penser, une source privilégiée pour l’étude de l’individu, de la manière dont il se voyait et voyait son environnement immédiat ou plus lointain, de la façon dont il interprétait le monde. A. Castillo propose une réflexion sur les raisons de l’écriture personnelle en interrogeant la sociologie du phénomène et les raisons, historiques ou personnelles, que permirent son développement durant la première partie de l’époque moderne, moment où l’individu s’affirma en même temps que la connaissance de l’écriture progressait. S. Mouysset et D. Tosato-Rigo, aussi, ont interrogé cette question comme nous le verrons. De même, A. Castillo réfléchit à l’utilisation et à la transmission de la mémoire que voulaient laisser ceux qui écrivaient ; il nous invite, ainsi, à lire les écrits personnels comme des liens entre les sphères, privée et publique, important thème de réflexion, et souligne que les écrits permettent de laisser une mémoire courte et une mémoire longue (témoigner pour l’éternité) même si celui qui écrivait n’en avait pas une conscience claire. La notion de mémoire est centrale, de sorte que J. Peytaví propose l’expression « écrits de mémoire » pour désigner cette production. Le cas de Francesco Guicciardini, dans les premières années du XVIe siècle, illustre parfaitement le phénomène des recordi ou des recordanze, comme le montre M. Rusi : chaque fois que Guicciardini veut rappeler un fait important, il commence par Ricordo (par exemple, lorsqu’il mentionne qu’il a reçu une dot de son épouse). Pour sa part, V. J. Escartí indique bien comment la mémoire est instrumentalisée avec l’intention d’utiliser un discours politique local d’affirmation d’une communauté contre une autre.

5Ces réflexions nous conduisent, naturellement pourrait-on dire, au lien entre l’individu et la société qui apparaissent dans ces écrits. S. Mouysset et D. Tosato-Rigo s’interrogent sur les causes de l’écriture privée à l’époque moderne et les raisons du « passage à l’acte » et de la « prise de la plume », selon leurs expressions. Quels besoins avaient ceux qui prirent la plume ? Bien sûr, tous n’ont pas pu saisir la plume puisque l’accès à l’écriture ne concernait pas l’ensemble de la population. Cela a une claire répercussion sur la sociologie de ceux qui ont laissé des documents et qui possédaient une culture écrite, une culture de l’écrit (en plus, parfois, dans une langue différente de leur langue maternelle et de tous les jours). Sans trace écrite, sans écriture, il n’y aurait pas d’histoire ; comme tout le monde ne savait pas écrire (et les femmes, encore moins), tous ne purent pas laisser des documents privés et tous ne purent pas laisser l’image qu’ils voulaient laisser et transmettre. Il y a donc une inégalité profonde entre les catégories sociales.

6Ainsi, saisir la plume est, le plus souvent, une opération d’autojustification qui rend possible que l’individu se reconnaisse et s’inscrive dans une chaîne familiale continue qu’il ne veut rompre (c’est la transmission), ce qui met en lumière aussi l’importance de la généalogie. Tous ces livres de raison existeraient-ils sans l’émergence de l’individu ? Mais il ne faut pas non plus oublier une autre dimension de la « prise de plume » : la volonté, si souvent explicite, de témoigner, de rappeler, de dire les choses vues et considérées comme importantes, même si l’auteur n’est pas l’acteur des événements qu’il décrit. Néanmoins, ces écrits, souvent inédits et parfois inconnus jusqu’il y a peu (et on en découvre tous les jours), qui, de toute façon, n’étaient pas destinés à la publication, sont des documents essentiels pour les historiens qui étudient un événement ou une question, et qui veulent comprendre comment les gens (au moins une part d’entre eux), les vécurent ou les virent. Au-delà de leur intérêt intrinsèque, les écrits privés et personnels apparaissent comme une source de première importance pour mieux approcher la réalité de la société de l’époque moderne dans différents domaines. Il a pu ainsi être dit, peut-être avec une certaine exagération, que l’on pourrait écrire l’histoire de la Catalogne pendant une longue époque moderne uniquement à partir de dietaris. Ce sont, bien sûr, une source presque inépuisable pour connaître la vie quotidienne des gens « au ras du sol » mais ce n’est qu’une vision personnelle, celle d’une personne avec son expérience vécue. En ce sens, chaque écrit que l’historien convertit en document est unique, ce que J. Peytaví synthétise dans une phrase : « Chaque auteur est un monde à lui tout seul, résultat d’une intrinsèque individualité ».

7Avec la correspondance, très peu présente dans les études qui forment cet ouvrage, nous serions en présence d’un autre type de documentation privée mais, elle, explicitement destinée à une autre personne. Si on peut la considérer comme une écriture privée, elle ne peut pas être vue exactement de la même façon que les livres de raison et la documentation envisagée jusqu’ici. Cela étant dit, la correspondance est, aussi, une documentation de grande valeur pour connaître les relations familiales et d’amitiés de quelqu’un, sa sociabilité, ses intérêts culturels et intellectuels, ses pratiques religieuses, ses stratégies sociales et économiques, et toute une série d’autres thèmes. Comparer écrits personnels et correspondance (par définition, destinée à ne pas demeurer chez le rédacteur) peut permettre d’avoir une vision non seulement plus complète, mais aussi plus nuancée.

  • 2 Voir Torres Sans, 2000.

8Si l’écriture de la mémoire personnelle reflète une part de l’individu et si nous pouvons réfléchir à la place du « moi », elle s’ouvre aussi sur le monde. Ainsi, que disaient les écrits personnels de ce qui se passait et dont les rédacteurs étaient témoins, voire acteurs ? Les chercheurs, au delà de considérer ces écrits comme des points d’observation sur la situation politique d’une territoire donné, s’intéressent aussi aux identités individuelles et collectives. Dans la Catalogne moderne, les livres de raison, comme ceux qu’étudia, présenta et édita X. Torres Sans, sont une source pour connaître la culture et la culture politique de ceux qui écrivaient et d’une partie assez notable de la population. Comme certains paysans en rédigèrent2, c’est finalement un ample éventail de la population qui, pour le moins dans le cas catalan, s’exprime. Mais X. Torres Sans insiste très justement sur les problèmes méthodologiques qui se posent au moment d’utiliser ces écrits comme source historique, parlant de « préventions méthodologiques ». Certes, il n’est pas possible de faire l’histoire d’un événement comme la guerre de Succession d’Espagne seulement à partir d’un seul type de sources, puisque les historiens savent très bien que ce qui compte est de croiser et comparer documents et sources diverses. Ce genre de source apporte plutôt une vision complémentaire à celles de sources plus « traditionnelles » de l’histoire militaire et diplomatique, par exemple, avec laquelle elle doit aussi pouvoir se « frotter » afin qu’elles dialoguent.

9L’autocensure, l’implication de l’auteur dans les événements, l’éloignement géographique et chronologique, la réflexion préalable de l’auteur avant de prendre la plume ou au moment d’écrire, les conventions normatives, etc., sont autant de raisons qui ne font pas des egodocuments une source limpide à laquelle il serait possible de boire sans se poser de questions. Les écrits autobiographiques permettent de suivre et mettre en évidence la trajectoire d’une personne. Les exemples d’autobiographies d’Alonso de Contreras et Diego Duque de Estrada, présentés par H. Ettinghausen, illustrent parfaitement le propos tant ces deux personnages écrivent pour démontrer qu’ils sont extraordinaires, que leur vie est exceptionnelle, qu’ils sortent du lot commun des autres humains. Nous en revenons au thème de l’autojustification, une des raisons fondamentales de l’existence de ce type d’écritures autobiographiques. C’est là l’expérience d’un individu avec toute sa singularité. Quelle influence l’expérience vécue eut sur la vie et les décisions postérieures de l’individu ? Les écrits autobiographiques peuvent le révéler ou, au moins, peuvent donner une clé d’interprétation qui aide à comprendre les parcours individuels.

10Pour terminer, je voudrais insister sur un aspect qui mérite toute notre attention : la langue. Plus d’une contribution y fait allusion, mais celle de J. Peytaví l’a mise au cœur de sa réflexion. Les livres de raison sont une source de première importance pour l’histoire d’une langue. Dans le cas du catalan, comme il existe de la documentation depuis la fin du Moyen Âge, il est intéressant de suivre les dietaris pour connaître l’évolution de la langue depuis son époque de splendeur et pendant une époque de difficultés. De plus, les linguistes peuvent y mettre en évidence les situations diglossiques concrètes, à différents niveaux. Tout d’abord, la diglossie « normale », si l’on peut dire, celle qui apparaît chaque fois que quelqu’un met par écrit la langue de tous les jours, celle qui met en lumière les tensions entre l’oral de la pratique quotidienne et l’écrit considéré comme plus culte. Ensuite, la diglossie des sociolinguistes actuels résultat de la pression politique, sociale, culturelle d’une langue dominante sur une langue dominée ; c’est le cas du catalan avec l’espagnol et le français. Ainsi, pour prendre un autre exemple, à Perpignan, la lecture des mémoires des Clarisses indique le changement linguistique (la substitution linguistique à l’écrit) un peu avant la Révolution française, alors même que le catalan avait été rejeté de l’administration en 1700 ; le catalan écrit, comme nous le savons, s’est maintenu pendant plus longtemps dans les egodocuments, même dans la capitale du Roussillon. Nous pourrions aussi évoquer l’occitan, langue dans laquelle furent rédigés beaucoup de livres de raison dans toutes les terres occitanes jusqu’au XVIe siècle, voire XVIIe siècle, mais qui eut à souffrir de la politique linguistique de la monarchie française. Peu à peu, privés de leur tradition écrite, les scripteurs se mirent à utiliser le français, mais l’occitan peut affleurer, de la même façon que dans les documents notariaux, sous leur plume. Dans le royaume de Valence, la fréquence d’utilisation de l’espagnol est aussi un signe de cette diglossie. Pour se limiter aux domaines géographiques étudiés dans ce livre, la Suisse romande, où la langue culte et donc écrite est le français mais la langue parlée le francoprovençal (ou arpitan), connaît sûrement un phénomène identique. Nous pourrions dire la même chose, avec les nuances nécessaires, de l’Italie du Nord entre les parlers gallo-italiens qui la composent et l’italien standard. Un coup d’œil à l’ensemble de l’Europe multiplierait les cas de ce type.

11Finalement, les apports, idées et questions présents dans les pages de ce livre sont nombreux. Nous en avons suivis quelques-uns, mais nous aurions pu en retenir bien d’autres. C’est le signe de la richesse de l’objet étudié que le lecteur aura déjà relevée. Pour terminer, sinon pour conclure, il ne reste qu’à souhaiter que ces pages suscitent d’autres travaux et de nouvelles collaborations.

Notes

1 Voir en ligne : <www.memoriapersonal.eu.> [consulté le : 02/08/2013].

2 Voir Torres Sans, 2000.

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search