Version classiqueVersion mobile

Roma generadora de identidades

 | 
Antonio Caballos Rufino
, 
Sabine Lefebvre

L’identification des capitales administratives du diocèse des Espagnes*

Laurent Brassous

Résumé

En transformant la carte des provinces à la fin du iiie siècle, la réforme de Dioclétien s’est traduite par l’apparition de nouvelles capitales administratives dans la péninsule Ibérique. Malgré certaines situations paradoxales et les incertitudes qui existent encore sur l’identification de ces villes en Hispanie, leurs évolutions et les transformations observées par l’archéologie sont encore trop souvent interprétées d’après cette fonction. Or, aucune source explicite ne mentionne l’attribution de cette fonction aux villes reconnues comme telles par la tradition historiographique. L’identification des villes de résidence des gouverneurs de l’Antiquité tardive, qui repose essentiellement sur des sources secondaires, voire des présupposés, n’est probablement pas aussi assurée que cette tradition le laisse croire. L’analyse menée ici de la répartition des témoignages épigraphiques des vicaires et des gouverneurs, retrouvés dans la péninsule Ibérique, apporte un éclairage nouveau sur cette question en permettant de mieux identifier les capitales provinciales. Elle conduit également à réfléchir sur le rôle du gouverneur tardif dans sa province et à son influence dans la capitale.

Texte intégral

  • * Je souhaite remercier les professeurs J. P. Bost et R. Haensch qui ont très aimablement accepté de (...)
  • 1 Lac., De mort. Persec., 7, 4; d’après Th. Barnes, cette réforme a débuté dès 293, subissant un cert (...)
  • 2 E. Albertini, Les divisions administratives, pp. 117-126, et J. Arce Martínez, El último siglo de l (...)
  • 3 A. H. M. Jones, Late Roman Empire, pp. 45-46.
  • 4 S. Corcoran, The Empire of the Tetrachs, pp. 234-235 ; Ch. Roueché, « The Function of the Governor (...)
  • 5 R. Haensch, Capita provinciarum, p. 28. Il est nécessaire, depuis les travaux de R. Haensch, d’être (...)
  • 6 G. Alföldy, Flamines provinciae Hispaniae Citerioris, pp. 57-60.
  • 7 A. H. M. Jones pense que les concilia provinciae persistent sous Dioclétien et Constantin en s’adap (...)
  • 8 CIL, VI, 1729 Rome.
  • 9 C. Th., 12, 12; 9.

1La réforme administrative de Dioclétien, tant décriée par Lactance1, a conduit à la création d’un diocèse des Espagnes, formé dans un premier temps de 6 provinces (Tarraconaise, Bétique, Lusitanie, Galice, Carthaginoise et Maurétanie Tingitane). Dans un second temps, probablement avant la fin du ive siècle, les îles des Baléares furent détachées de la Carthaginoise ou de la Tarraconaise pour former une province autonome2. Cette augmentation du nombre des provinces et la diminution de la taille des plus grandes sont certainement issues de la volonté de rapprocher des administrés3 le gouverneur, dont les tâches ont été accrues par Dioclétien, notamment dans les domaines financier et judiciaire4. Le vicaire, représentant direct du préfet du prétoire, exerçait dans le diocèse une autorité générale sur les gouverneurs. La portée de la réforme administrative était fondée sur l’efficacité de ces derniers. La capitale de province prend alors toute son importance dans cette perspective, puisqu’elle est avant tout le lieu de résidence du gouverneur et de son officium5. C’est là que les provinciaux s’adressaient au représentant de Rome mais c’est aussi de là que celui-ci administrait sa province. Certes, dans les provinces hispaniques, les capitales des provinces augustéennes étaient également le siège du concilium provinciae. Mais la pérennité de ces conseils dans l’Antiquité tardive est source d’interrogation. Les témoignages épigraphiques des prêtres provinciaux disparaissent au iiie siècle6. Seuls quelques indices, dont une partie hors de l’Hispanie, permettent de supposer leur pérennité, mais rien de plus7. Une inscription fait état de l’érection en 364 d’une statue en l’honneur du vicaire par des représentants espagnols8. Également, un édit impérial de la fin du ive siècle permettait aux provinciaux de réunir une assemblée provinciale qui rassemblerait tout le diocèse9. Ces deux éléments témoigneraient plutôt en faveur de la capitale du diocèse pour la permanence d’une assemblée de provinciaux que des capitales provinciales.

  • 10 E. Albertini, Les divisions administratives, pp. 123-124. E. Albertini plaçait la résidence du vica (...)
  • 11 E. Albertini, Les divisions administratives, pp. 123.

2Pour le diocèse des Espagnes, la tradition actuelle fut en partie fixée par Eugène Albertini10. Elle reconnaît unanimement la pérennité de la fonction de capitale, après la réforme, pour les anciennes capitales des provinces augustéennes — Emerita, Corduba, Tarraco et Tingi. La première aurait aussi été la capitale du diocèse et donc le siège de la résidence du vicaire. Carthago Nova et Bracara Augusta auraient été promues au rang de capitale de province, ainsi que Palma, dans le courant du ive siècle. À l’exception de la capitale du diocèse, la liste des capitales a été, dans le meilleur des cas, inspirée de la hiérarchie ecclésiastique, fournie par des listes épiscopales du viiie siècle, qui aurait elle-même été calquée sur l’administration romaine. Dans les cas de la Bétique et de la Carthaginoise, Hispalis et Toletum, étaient, d’après ces listes, les métropoles ecclésiastiques provinciales. Or E. Albertini, supposant que Corduba et Carthago Nova étaient les chefs-lieux, ou capitales, de ces provinces romaines, pense que le transfert enregistré par les listes serait le reflet d’une rivalité ancienne entre Hispalis et Corduba et le fait de l’occupation byzantine de Carthago Nova à partir du vie siècle. Selon lui, Corduba aurait été le premier chef-lieu de la province par respect de la continuité administrative. Il n’explique pas cependant pourquoi Carthago Nova aurait été la capitale de la Carthaginoise. Derrière cette proposition semblent sous-entendus des arguments de « bon sens », comme l’homonymie entre la ville et la province ou la continuité administrative, mais il n’a pas précisé ces arguments11.

3Depuis ces propositions, plusieurs éléments sont venus compléter ou compliquer ce dossier. Ainsi l’activité des gouverneurs tardifs est-elle mieux connue grâce à diverses découvertes épigraphiques permettant de mieux localiser l’activité de ces hommes. Dans une ville, ils interviennent pour restaurer un monument, dans une autre ils apparaissent sur une dédicace à l’empereur. La répartition de ces inscriptions permet-elle de confirmer l’identification de leur ville de résidence ?

  • 12 E. Ruiz Valderas, « Los niveles de abandono del siglo ii d. C. en Cartagena », pp. 503-512 et M. Ma (...)
  • 13 Estimation obtenue d’après les plans publiés par E. Ruizvalderas et alii, « Transformaciones urbaní (...)
  • 14 Dans cet espace, une rue a été repavée avec du matériel récupéré sur les monuments abandonnés et un (...)
  • 15 À titre de comparaison, à l’aide du même SIGPAC, nous estimons les superficies intramuros, les seul (...)
  • 16 Á. Fuentes Domínguez, « Aproximación a la ciudad hispana », p. 23.
  • 17 J. M. Abascal Palazón y S. Ramallo Asensio, La ciudad de Carthago Nova, p. 208.
  • 18 À Lisbonne en 336, le gouverneur a ordonné la réparation de thermes. La conduite des travaux a très (...)
  • 19 En effet, la législation tardive souligne le rôle des gouverneurs dans le développement urbain en i (...)
  • 20 Le Code Théodosien est particulièrement explicite sur la préférence que portaient les gouverneurs a (...)

4C’est aussi l’urbanisme de ces villes, supposées être des capitales, qui est mieux connu grâce à l’archéologie. Mais cette connaissance engendre parfois des paradoxes. C’est le cas pour la ville de Carthago Nova. En effet, la ville paraît avoir subi un repli important depuis le iie siècle12. Seul un espace restreint au sud-ouest, d’environ 5 à 7 hectares13, a livré des niveaux tardifs du ive siècle14. Cette superficie urbaine paraît étonnamment réduite pour une capitale provinciale15. Les secteurs abandonnés aux siècles précédents ne sont pas réoccupés et restent en friche. C’est souvent le postulat du statut de capitale provinciale qui laisse croire à certains que ces médiocres aménagements sont le signe d’une prétendue rénovation urbaine liée au nouveau statut de la ville16. Il faut attendre l’occupation byzantine pour voir une nette volonté de reconstruction, attestée par l’inscription de Comitialus, magister militum Spaniae, qui, en 589/590, fait construire, ou restaurer, la muraille de la ville17. La fonction de capitale provinciale tardive n’est donc pas visible d’un point de vue archéologique. Cela paraît étonnant car, comme en témoignent quelques inscriptions18 et comme semble le montrer la législation tardive19, l’administration impériale manifeste au cours du ive siècle une volonté réelle de restauration des villes par l’intermédiaire des gouverneurs qui, eux, paraissent favoriser quelques grandes villes, dont les capitales20. Il y a là un paradoxe qui permet de s’interroger sur la réalité de la fonction de capitale provinciale de la ville de Carthago Nova.

  • 21 J. Arce Martínez, « Los governadores de la diócesis Hispaniarum »; M. Kulikowski, Late Roman Spain.

5Ces éléments semblent être suffisants pour justifier une reprise du dossier sur l’identification des capitales administratives tardives de l’Hispanie afin d’essayer de confirmer ou de corriger la liste de ces capitales. Dans un premier temps, les arguments traditionnels servant pour l’identification des capitales seront repris et discutés. Dans un second temps, ces arguments seront complétés par une proposition d’identification des capitales d’après la répartition des témoignages épigraphiques attestant la présence des gouverneurs. L’ensemble de la réflexion se limitera à la période comprise entre 297, date supposée de la réforme, et 409, année de l’invasion qui, si elle ne marque pas la fin de l’administration romaine dans la péninsule Ibérique21, crée des conditions nouvelles de gouvernement des provinces qui modifient la question qui nous occupe.

  • 22 R. Étienne, « Ausone et l’Espagne », p. 329.
  • 23 Auson., Ordo Urbium, 81-85 (éd. Green).
  • 24 C. Th., 3, 5, 6.
  • 25 R. Étienne, « Ausone et l’Espagne », p. 329.
  • 26 A. Riese, Geographi latini minores, 33.
  • 27 « Lusitania, in qua est Emerita », Laterculus Polemii Silvii, 4, 5. (éd. Seeck).

6La localisation de la capitale du diocèse a longtemps été débattue. L’éloge des villes célèbres fait par Ausone et probablement rédigé après 388, donne le nom de ce qui paraît être les villes d’Hispanie les plus renommées et que l’on considère généralement, bien que sans certitude, comme étant des capitales administratives22. Ausone hiérarchise ces villes mais les manuscrits donnent des versions différentes. D’après l’un d’eux, c’est Hispalis que le rhéteur bordelais a choisi d’honorer comme capitale du diocèse aux dépens de Corduba, Tarraco et Bracara23. Or la présence du vicaire est également attestée à Hispalis, en 335, par le Code Théodosien qui nous indique qu’une loi lui a été remise dans cette ville24. Néanmoins, l’idée que Séville fut le siège du vicaire semble devoir être abandonnée. La fonction du vicaire était en partie itinérante et la précision apportée par le Code Théodosien exceptionnelle, il est rare en effet qu’apparaisse le lieu où un texte a été remis. Peut-être l’exception souligne-t-elle ici le fait que la loi n’a pas été remise à son endroit habituel? Comme l’a expliqué R. Étienne, cet élément n’est donc pas un argument suffisant pour contester à Mérida la fonction de capitale du diocèse25. Par ailleurs, dans deux autres manuscrits de l’éloge des villes célèbres, c’est Emerita qui apparaît à la place d’Hispalis. Enfin, la localisation du siège du vicariat paraît confirmée par la liste de Polemius Silvius, datée du ve siècle26, qui puise ses informations dans une source administrative de l’extrême fin du ive siècle. Emerita est la seule ville mentionnée explicitement dans cette liste27. L’argument paraît assez important pour affirmer que la ville était bien la capitale du diocèse à la fin du ive siècle.

  • 28 Cette capitale des villes de Lusitanie n’est pas nommée explicitement mais on y vénère la « jeune v (...)
  • 29 Auson., Parent., 26, 11-12; J. Arce Martínez, « Los governadores de la diócesis Hispaniarum », 77.

7Le rang de capitale provinciale de Emerita ne fait, lui, guère de doute. Prudence la qualifie de capitale des villes de Lusitanie28. D’autres éléments permettent de confirmer cette fonction, mais il est utile de revenir auparavant sur le texte d’Ausone, qui est aussi utilisé pour justifier la fonction de capitale provinciale de Corduba, Tarraco et Bracara. Puisque Emerita serait la capitale du diocèse, les autres villes mentionnées dans l’éloge seraient les capitales de province. Cependant, un doute subsiste sur la nature administrative de l’échantillon des villes honorées par le poète puisque Ausone ne mentionne pas, par exemple, de ville de la province de Carthaginoise, ni même Tingis ou Palma, qui à cette date pourrait être le chef-lieu des îles Baléares. Toutefois la fonction de siège de gouverneur semble confirmée par Ausone qui dit que Paulin est à Tarraco comme corrector, titre devant être entendu comme celui de gouverneur29.

  • 30 D’autres éléments comme la localisation dans la province, l’accessibilité à la mer, la nature et l’ (...)

8Pourquoi alors les autres villes sont-elles, malgré cela, supposées être des capitales? Trois éléments sont généralement pris en compte par la communauté des historiens pour les identifier comme telles: le nom de la province, la continuité de la fonction administrative et la hiérarchie ecclésiastique postérieure30.

  • 31 Encore que le nom de la ville est ici apposé comme épithète du nom original de la province.

9Le nom de la province de Galice parle en faveur de Bracara. Cet argument semble a priori avoir davantage de poids dans le cas de la Tarraconaise et de la Carthaginoise dont les capitales auraient été respectivement Tarraco et Carthago Nova. En effet, quelques provinces tardives ont pris le nom d’une ville. C’est le cas, en particulier, des nouvelles provinces de Maurétanie qui sont les provinces de Maurétanie Tingitane, Maurétanie Sitifienne et Maurétanie Césarienne31.

  • 32 H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes, t. I, n° 182, p. 494; ibid., t. II, n° 342, p. 892.
  • 33 CIL, XII, 3167 (G. Alföldy, Fasti hispaniensis, p. 78); CIL, XIII, 1802 (ibid., p. 79); CIL, II, 37 (...)
  • 34 L’usage plus officieux qu’officiel consacre cette dénomination pour désigner la province de Citérie (...)

10Cependant, des exemples comme celui de la subdivision de la province de Lyonnaise permettent d’envisager d’autres cas de figure. Il y a eu trois Lyonnaises avec chacune sa propre capitale. Lugdunum n’était que la capitale de la Lyonnaise I. Pourquoi les deux autres provinces de Lyonnaise portent-elles le nom d’une ville qui n’est pas sur leur territoire? Vraisemblablement parce que le nom de ces nouvelles provinces tardives n’a pas été choisi comme une référence directe à la ville mais au territoire de la précédente province de Lyonnaise du Haut-Empire. De la sorte, les noms des deux nouvelles provinces de Tarraconaise et Carthaginoise ne sont probablement qu’un héritage indirect du nom des villes de Tarraco et Carthago Nova. On a donné aux provinces tardives un nom qui désignait déjà un certain espace géographique, en l’adaptant aux marges si besoin était. Dans le cas de la Tarraconaise, il existait un conventus, moins grand que la province tardive du même nom. Ce même nom apparaît également avant la réforme pour désigner un territoire où s’est exercée l’autorité de certains procurateurs32 ou légats juridiques33 du Haut Empire, aux limites plus floues mais qui s’étendait probablement au-delà du conventus, peut-être à toute la Citérieure34 ou seulement une partie. Dans le cas de la Carthaginoise, le nom de la province ne vient pas directement de la ville, mais du conventus à partir duquel est organisée la nouvelle province. Finalement, l’argument du nom de la province ne paraît pas décisif pour identifier la capitale.

  • 35 Selon l’étude de R. Haensch, seule la ville de Tarraco fut clairement attestée en Hispanie comme ét (...)
  • 36 R. Haensch, Capita provinciarum, pp. 374-375.

11La continuité administrative est le deuxième élément. L’administration aurait favorisé les villes déjà utilisées par l’administration avant la réforme. Cela paraît le cas pour Tarraco, Corduba Emerita et Tingis, qui étaient les capitales des anciennes provinces augustéennes35. Mais est-ce valable pour Bracara et Carthago Nova qui étaient seulement des chefs-lieux de conventus? Faut-il supposer alors qu’il existait dans ces villes des infrastructures pour héberger l’officium d’un gouverneur? Cela est attesté en Égypte, où des témoignages prouvent l’existence de praetoria dans les chefs-lieux de conventus36. Malheureusement aucune de ces structures n’est connue dans la péninsule Ibérique. Si l’argument de la continuité administrative fut déterminant, pourquoi la résidence du gouverneur de Galice — et donc la capitale de province — n’a-t-elle pas été placée plutôt à Asturica où l’État bénéficiait très probablement déjà d’installations destinées aux procurateurs au iiie siècle, probablement plus importantes que celles d’un simple relais de conventus comme Bracara? L’argument de la continuité administrative est fort mais il n’est donc pas non plus décisif.

  • 37 Concile I de Tolède, éd. Vives, 3, 7, 25.
  • 38 J.-M. Mayeur et alii, Histoire du Christianisme, t. II, pp. 554-555.
  • 39 Conformément aux recommandations du concile de Nicée (J.-M. Mayeur et alii, Histoire du Christianis (...)
  • 40 Puisque les métropoles des provinces seraient les anciennes capitales des provinces romaines, pour (...)
  • 41 A. H. M. Jones, Late Roman Empire, pp. 880-881; R. García-Villoslada (éd.), Historia de la Iglesia (...)
  • 42 Concile I de Tarragone, éd. Vives, 4, 1-2, 34.
  • 43 Concile I de Tarragone, éd. Vives, 4, 6, 38.
  • 44 Concile II de Tolède, éd. Vives, 6, 6, 46 et 6, 7, 47.
  • 45 À moins que cette précision cherche à déguiser le fait que Toletum ne fut pas un vieux siège métrop (...)
  • 46 Concile I de Braga, éd. Vives, 10, 1, 65.
  • 47 Concile II de Braga, éd. Vives, 11, 9, 85. Il semble que le titre fasse référence à l’évêque respon (...)
  • 48 Concile III de Tolède, éd. Vives, 12, 30, 136.

12Le troisième élément est celui du parallèle avec l’organisation ecclésiastique. Cinq des sept provinces (Bétique, Tarraconaise, Lusitanie, Galice et Carthaginoise) sont clairement attestées dans les actes des premiers conciles hispaniques37. La géographie ecclésiastique paraît calquée sur l’organisation administrative romaine38. La hiérarchie des évêques pourrait être un argument pour retrouver les capitales de provinces qui seraient devenues des métropoles ecclésiastiques39. Cependant, l’identification des premières métropoles ecclésiastiques pose problème40 et le lien avec le statut de capitale de province romaine paraît assez relatif. Il semble en effet que la fonction, et non le titre, de métropolitain fut au départ réservée à l’évêque le plus ancien d’une province41. Ce n’est que dans le courant du vie siècle que le titre est vraiment attesté et se fixe sur l’un des sièges épiscopaux. En 516, lors du concile de Tarragone, cette ville est pour la première fois qualifiée de métropolitaine42. Lors du même concile, l’évêque Hector signe comme episcopus Carthaginensis metropolitanae43. Rien d’étonnant, puisqu’il s’agit de deux provinces ecclésiastiques différentes. Mais dix ans plus tard, lors du concile de 527, Tolède est expressément désignée comme un siège métropolitain ecclésiastique en vertu « de la vieille tradition44 ». Faut-il alors envisager un transfert du titre de métropolitain de la Carthaginoise entre 516 et 527? Mais alors on comprend mal la précision apportée sur l’ancienneté du titre de Tolède45. Il est probable que cela révèle une lutte pour le titre entre les deux sièges. Faut-il sinon envisager plusieurs métropolitains dans la même province? C’est le cas en Galice, au moins pendant un temps. En 561, Braga apparaît pour la première fois comme métropolitaine46, mais au concile de Braga II en 572, deux évêques de Galice portent le titre de métropolitain, celui de Braga et celui de Lugo47. En 589, lors du concile de Tolède III, les évêques de Séville et Mérida sont qualifiés de métropolitains48.

  • 49 E. Albertini, Les divisions administratives, pp. 123-124.
  • 50 Mise en garde déjà formulée par A. Chastagnol (« Le diocèse civil d’Aquitaine », p. 281).
  • 51 La date exacte de ce choix n’est pas connue avec exactitude, mais rappelons qu’elle est généralemen (...)
  • 52 La date de la célébration du concile mais également sa nature sont toujours sujettes à caution (M. (...)

13Que retenir de ce tableau des sièges métropolitains ? Il paraît confirmer encore davantage la place de chef-lieu de province pour Tarraco et Emerita, mais il ouvre une discussion sur la localisation du chef-lieu de la province de Bétique puisque le statut ecclésiastique de Séville va à l’encontre des observations sur la continuité administrative que nous avons faites précédemment et qui placeraient la résidence du gouverneur à Corduba. E. Albertini a supposé un transfert du siège administratif de Corduba vers Hispalis et de Carthago Nova vers Toletum, pour accorder l’organisation ecclésiastique avec la hiérarchie administrative49. Mais il ne précise pas s’il pensait alors à un changement qui se serait produit sous l’administration romaine ou visigothique. Rien ne permet de confirmer sa proposition. On peut aussi supposer que cette hiérarchie ecclésiastique est le fruit d’une histoire propre à l’Église et non pas celle d’une superposition parfaite de celle-ci sur la hiérarchie administrative romaine50. Les cas de la Carthaginoise et de la Galice sont éclairants. Le titre de métropolitain de Carthagène nous fournit enfin un argument en faveur du rang de capitale de la Carthaginoise pour cette ville, bien que fragile puisque ce titre est aussi revendiqué par Tolède avant même qu’elle ne devienne capitale du royaume visigothique51. La ville de Tolède apparaît d’ailleurs bien avant Carthagène, et d’une façon plus nette, dans les sources ecclésiastiques. Lors du concile d’Elvire52, un évêque de Tolède est présent alors que Carthagène n’envoie qu’un prêtre. Tolède est encore le siège d’un concile à la fin du ive siècle, alors qu’il n’y a pas de témoignage d’un concile réuni à Carthagène. Le statut de métropolitain nous paraît donc un argument de peu de valeur pour identifier les capitales de provinces tardives. Que reste-t-il alors comme élément pour les identifier ?

  • 53 R. Haensch, Capita provinciarum, pp. 37-39.
  • 54 Envoyés en Hispanie provisoirement au début du ive siècle, leur fonction essentiellement civile est (...)
  • 55 D’après la liste dressée par André Chastagnol et complétée par deux témoignages plus récents (A. Ch (...)
  • 56 Comme paraît l’attester le Code Théodosien en 369 (C. Th., 1, 16, 12).
  • 57 D. Slootjes, The Governor, pp. 31-32 et n. 82.
  • 58 Annexes 1, 2 et 3, pp. 351-353 et fig. 1, p. 346. Les limites provinciales retenues sur cette carte (...)

14La capitale étant avant tout la résidence du gouverneur, la trace de celui-ci ou du personnel de son officium devrait être un élément important pour retrouver le chef-lieu des provinces, comme l’a mis en évidence R. Haensch pour le Haut-Empire53. Malheureusement, aucune trace épigraphique du personnel de l’officium tardif potentiellement utilisable n’est apparue dans la péninsule Ibérique. Il faut se contenter de la répartition des témoignages épigraphiques voire littéraires attestant la présence des vicaires, des comtes54 et gouverneurs de provinces55. Même si la mention d’un personnage officiel sur une inscription ne signifie pas pour autant sa présence lors de la dédicace de celle-ci, elle est cependant fortement probable. Le déplacement d’un gouverneur dans une ville ne fait pas de celle-ci le siège de sa résidence. Comme au cours du Haut-Empire, le gouverneur se déplace dans sa province56. Néanmoins, il est très possible que celui-ci séjourne plus souvent dans sa capitale. En effet, la récente étude de D. Slootjes sur les gouverneurs de l’Antiquité tardive paraît montrer que ceux-ci sont moins mobiles que leurs prédécesseurs57. Conscient des limites de la méthode et malgré le faible nombre des inscriptions, il est possible de faire les remarques suivantes à partir de la répartition de ces témoignages58.

  • 59 Fig. 1, p. 346 et annexe 1, p. 351.
  • 60 Acta Marcelli, A, 2-3 et B, 2-3. (éd. Musurillo, pp. 250-259).
  • 61 R. Ureña, « El modius de Ponte puñide », pp. 485-507. Le modius porte la signature de deux principa (...)
  • 62 CIL, II, 2203 = II2/7, 263. C’est une dédicace à Constantin.
  • 63 CIL, II, 4107 = RIT, 97. Il s’agit d’une dédicace à Crispus.
  • 64 HEp, 10, 55 et AE, 2005, 765, dédicace à Gratien.
  • 65 Voir p. 341.
  • 66 CIL, II, 2209 = II2/7, 270; PLRE, I, Vitalis p. 970.
  • 67 Par exemple, la chronique de Sulpicius Severus fait également état d’un gouverneur, Volventius, de (...)
  • 68 A. Chastagnol, « Le diocèse civil d’Aquitaine », pp. 287-288.
  • 69 R. Hidalgo Prieto, Espacio público y espacio privado en el conjunto palatino de Cercadilla.
  • 70 Ibid., pp. 149-156.
  • 71 J. Arce Martínez, « Emperadores, palacios y villae », p. 302.
  • 72 L. Lavan, « The Residences of Late Antique Governors », p. 140.
  • 73 L’information retransmise par la presse locale n’a pas encore donné lieu à une publication connue p (...)
  • 74 L’édifice K de la Cercadilla (R. HidalgoPrieto, Espacio público y espacio privado en el conjunto pa (...)
  • 75 L. Lavan, « The Residences of Late Antique Governors », fig. 5, p. 141.
  • 76 De telles structures quadrangulaires et sans ouverture pourraient correspondre à des greniers à pla (...)
  • 77 Sur les horrea dans les praetoria, voir L. Lavan, « The Praetoria of Civil Governors », 55. Sur la (...)
  • 78 C. Th., 1, 15, 6. A. H. M. Jones, Late Roman Empire, pp. 592-593; B. Palme, « Die officia der Statt (...)
  • 79 La date de mise en place de l’institution du vicariat n’est pas assurée. Les premiers témoignages é (...)
  • 80 Fig. 1, p. 346 et annexe 2, p. 351.
  • 81 AE, 1915, 33 = AE, 1935, 4 et AE, 1927, 165. Les deux inscriptions s’inscrivent dans la quatrième d (...)
  • 82 C. Th., 9, 1, 1. La loi a été reçue à Corduba en 316-317.

15Le vicaire, en ce qui le concerne, est attesté dans plusieurs villes59. Les actes du martyre de Marcellus, bien que de crédibilité douteuse, mentionnent sa présence dans son rôle de juge en 298, à Tingis60. Il faut envisager avec méfiance sa présence dans la province de Galice, puisque son nom est mentionné sur un vase de bronze découvert à Ponte Puñide61, qui a donc pu être déplacé. On le retrouve ensuite successivement sur des dédicaces impériales à Corduba62, à Tarraco63 et à Emerita, où il apparaît deux fois64. Il a déjà été dit quel intérêt avait la mention du vicaire à Hispalis par le Code théodosien65. Plus problématique est peut-être l’inscription funéraire à Corduba d’Aelia Vitalis, l’épouse d’un vicaire anonyme66. Cette présence familiale laisse envisager au moins trois hypothèses. Son épouse l’accompagnait dans ses déplacements, ou bien l’inscription a été déplacée, ou encore le vicaire a résidé un temps à Corduba. Il est à noter que la dispersion de ces témoignages ne permet pas de confirmer avec certitude la résidence du vicaire à Emerita. Les documents qui témoignent en faveur du siège du vicaire dans cette ville, l’éloge d’Ausone et la liste de Polemius Silvius, datent seulement de la fin du ive siècle, voire du ve siècle. La présence du vicaire est par ailleurs attestée chronologiquement à Corduba avant d’être mentionnée à Emerita. En outre, des changements administratifs sont apparus dans le courant du ive siècle, à la suite de la création des grandes préfectures régionales67, et ils ont probablement provoqué, comme l’a proposé A. Chastagnol, le transfert de la résidence du vicaire du diocèse de Vienne, de la ville du même nom vers Bordeaux68. C’est aussi à Cordoue que se pose la question de la nature de la résidence de la Cercadilla69. Il s’agit du seul bâtiment connu en Espagne pour lequel se pose la question de savoir s’il a été un praetorium. La construction de cet ensemble est datée de la fin du iiie siècle. Le plan et ses dimensions, en particulier celles de la basilique centrale, et un fragment d’inscription proposée de l’époque tétrarchique, incitent les fouilleurs à voir dans cette construction un édifice public, voire un palais impérial, celui de Maximien70. Cette dernière proposition est contestée. J. Arce pense en effet que le bâtiment pourrait correspondre à la villa d’un riche aristocrate, voire peut-être d’un évêque ou d’un fonctionnaire de l’administration71. L. Lavan, dans son étude sur les praetoria du monde romain, ne retient pas ce bâtiment comme étant celui d’un gouverneur puisque rien n’atteste sa présence. Il suggère que la résidence du gouverneur devait être dans la ville72, puisque les praetoria de gouverneur attestés sont généralement intra-muros. La Cercadilla se trouve aux portes de la ville et à l’ombre de l’amphithéâtre, dont les vestiges longtemps confondus avec ceux du cirque semblent avoir été enfin repérés73. C’est un lieu qui paraît pourtant peu propice à l’épanouissement d’une riche villa aristocratique, mais cela reste un argument personnel et subjectif. L’édifice de Corduba possède, outre les grandes salles d’audience, une série de pièces74, dont on retrouve un parallèle au praetorium d’Aquincum75, et qui pourraient être réservées à l’administration et aux services, notamment comme espaces de stockage76 des produits de l’impôt, en partie payé en nature, dont le vicaire avait la responsabilité77. Si l’on compare l’édifice de la Cercadilla avec ceux dont la fonction de praetorium ne soulève pas vraiment de doute, on paraît surpris au premier abord par la démesure de l’édifice pour être celui d’un gouverneur. Cet édifice ne pourrait-il pas être le siège de l’officium du vicaire dont nous savons qu’il était bien plus important que celui d’un gouverneur de province? Le personnel d’un vicaire est estimé à trois cents personnes contre cent pour un gouverneur78. Dans l’état actuel de la documentation, il n’est pas impossible de penser que Corduba fut la première capitale du diocèse pendant un court laps de temps79 et qu’il y a eu un déplacement du siège du vicariat de Corduba vers Emerita dans la première moitié du ive siècle, comme cela a pu se produire dans le diocèse d’Aquitaine. Cette hypothèse ne remet pas en cause, cependant, le fait qu’Emerita fut, au moins dans la seconde moitié du ive siècle, la résidence du vicaire. C’est aussi à Emerita que la trace du passage du comte80 est plus nette81. Mais là encore sa présence à Emerita est postérieure à son passage à Cordoue82 comme dans le cas du vicaire.

Fig. 1. — Vicaires, comtes et gouverneurs en Hispanie au ive siècle

16Du point de vue de la fonction, cette carte montre un vicaire relativement mobile dans le diocèse, mais un vicaire qui se déplace essentiellement vers quelques villes importantes.

  • 83 Fig. 1, p. 346 et annexe 3, pp. 352-353.
  • 84 CIL, II, 2204 = II2/7, 261; CIL, II, 2205 = II2/7, 264; CIL, II, 2206 = II2/7, 265; HEp, 8, 180.
  • 85 CIL, II, 1972.
  • 86 CIL, II, 5140.
  • 87 CIL, II, 191.
  • 88 HEp, 5, 81; AE, 1935, 4; CIL, II, 481; AE, 1925, 167.
  • 89 CIL, II, 4104 = RIT, 92. Bien que très légèrement antérieure à la réforme provinciale, cette inscri (...)
  • 90 Acta Marcelli, B, 1. (éd. Musurillo, pp. 254-255). La recension M fait état du même gouverneur sans (...)
  • 91 CIL, II, 2635. Il a dédié une base à Jupiter à Asturica.
  • 92 EE, VIII, 117. Il a dédié une inscription à Constantin à Bracara.
  • 93 L’existence d’un praeses insularum Balearum semble attestée pour le ve siècle dans la correspondanc (...)
  • 94 Voir p. 345. Une sédentarisation relative puisque la législation tardive nous montre encore des gou (...)

17Pour les gouverneurs, nos informations sont aussi minces83. En Bétique, la présence du gouverneur de Bétique semble se limiter à Corduba84, car sa présence à Malaca est très hypothétique tant la restitution de l’inscription le mentionnant pose problème85. En Lusitanie, le gouverneur a fait à Ossonoba une dédicace aux empereurs, probablement les Tétrarques86. Sa trace apparaît à Lisbonne où il a ordonné la rénovation de thermes87, peut-être à la suite d’une visite d’inspection, mais sa présence reste le plus souvent attestée à Emerita88. À Tarraco, le gouverneur est plusieurs fois mentionné lors de dédicaces impériales ou monumentales89. Les traces des gouverneurs se concentrent donc dans les anciennes capitales du Haut-Empire, Tarraco, Emerita et Corduba ce qui ne laisse pas de doute sur la continuité de leur fonction. En Galice, la présence du gouverneur est attestée de manière diffuse entre Legio90, Asturica91 et Bracara92. À Bracara cependant il a fait une dédicace impériale, acte qui paraît davantage lié à l’exercice de sa fonction administrative, à la différence d’Asturica où il s’agit d’une dédicace religieuse. Mais cet élement est bien fragile. Le gouverneur de Tingitane est attesté, mais en dehors de Tingis, plutôt dans le Sud. Quant aux gouverneurs de Carthaginoise et des îles Baléares, ils n’apparaissent jamais dans nos sources93. Il est donc impossible de confirmer la fonction de capitale de Braga, Tingis, Carthago Nova ou Palma de cette manière. Dans l’ensemble, la concentration des mentions de gouverneurs paraît renforcer l’idée d’une plus grande sédentarité des gouverneurs tardifs94.

  • 95 Hydace, Chronique, 86 (éd. Tranoy).
  • 96 A. Riese, Geographi latini minores, XXI. À côté des probables capitales de provinces, Tarraco, Brac (...)

18Au terme de ce tour d’horizon, il est ennuyeux de constater que persistent certaines incertitudes sur l’identification des capitales administratives. Tarraco, Emerita, Corduba et Tingis étaient très probablement des capitales de provinces, et Emerita celle du diocèse au moins pour une large deuxième moitié du ive et le ve siècle, succédant peut-être dans cette fonction à Corduba. Mais ce statut reste incertain pour Bracara, Carthago et Palma. Si pour l’instant ces villes paraissent les plus susceptibles d’avoir abrité le gouverneur, la fragile documentation laisse aussi entrevoir des concurrents potentiels. En Galice, Asturica fut un important centre administratif comme lieu de résidence de procurateurs, et la trace du gouverneur y a été retrouvée. En Carthaginoise, Toletum a ravi la première place dans la province à Carthagène à un moment incertain, mais rien ne prouve que ce changement fut antérieur à l’époque visigothique. Alors le paradoxe carthaginois demeure. Si elle a bien été choisie comme capitale provinciale alors que la ville manifestait un déclin urbain important, ce choix paraît le signe manifeste d’une volonté de freiner ce déclin urbain dans lequel la ville était tombée à partir du iie/iiie siècle, tant la législation tardive insiste sur le rôle des gouverneurs dans l’entretien des espaces urbains. La quasi-disparition de Carthagène dans les sources, avant même la prise de la ville par les Vandales95 en 425 et l’installation des Visigoths, semblent montrer que cette présence du gouverneur ne fut pas suffisante pour restaurer la vitalité urbaine. Ausone ne la cite pas. La ville n’envoie pas d’évêque aux quelques conciles que nous connaissons pour le ive siècle. Elle est aussi ignorée par la cosmographie de Julius Honorius de la fin du ive voire ve siècle, qui nous donne un tableau de la péninsule Ibérique96. Comment expliquer ce paradoxe? Pour cette époque, une partie des informations nous échappe. Que sont devenues les élites locales? Qu’est devenu le concilium provinciae dont on sait qu’il était présent dans certaines capitales du Haut-Empire? Quelle fut la part des activités économiques? Quel rôle la communauté chrétienne grandissante a-t-elle joué? Il y a eu vraisemblablement plusieurs « moteurs » au développement urbain, et l’administration n’était pas l’unique acteur qui pesait sur le dynamisme d’une cité.

Annexes

Annexe

Annexe 1. — Localisation des vicaires

Nom de la ville

Nom du vicaire

Datationa

Source

Nature

Tingis

Aurelius Agricolinus

298

Acta Marcelli, B, 2 (éd. Musurillo)

Jugement

Corduba

Q. Aeclanius Hermias

306/337 (313-324, A. Chastagnol, « Les Espagnols dans l’aristocratie », p. 273)

CIL, II, 2203 = II2/7, 263

Dédicace à Constantin

Corduba

Aelia Vitalis

ive siècle

CIL, II2/7, 270; PLRE, I, Vitalis, p. 970

Épouse, stèle funéraire

Hispalis

C. Annius Tiberianus

15 juillet 335

C.Th., 3, 5, 6

Réception d’une loi.

Tarraco

Septimus Acindynus

317-326 (324/326, RIT, 97; 326-337, A. Chastagnol, « Les Espagnols dans l’aristocratie, p. 273)

CIL, II, 4107 = RIT, 97

Dédicace à Crispus

Emerita

Septimus Acindynus II

326-337

HEp, 10, 55

Dédicace au vicaire

Emerita

Octavius Clarus

370-382

AE, 2005, 765

Dédicace à Gratien

Ponte Puñide

Marius Artemius

369-370

AE, 1915, 75

Contrôle de mesure

* Les datations mentionnées sont celles proposées par les éditeurs des sources, sauf indication contraire.

Annexe 2. — Localisation des comtes

Nom de la ville

Nom du comte

Datation

Source

Nature

Corduba

Rufinus Octavianus

4 décembre 316 - 19 janvier 317

C. Th., 9, 1, 1 et 12, 1, 4

Réception d’une loi

Emerita

(Acili) us Severus

333-336 (A. Chastagnol, « Les Espagnols dans l’aristocratie », p. 272)

AE, 1935, 4

Restauration du théâtre

Emerita

Ti. Flavius Laetus

337-340 (A. Chastagnol, « Les Espagnols dans l’aristocratie », p. 272)

AE, 1927, 165

Restauration du cirque

Annexe 3. — Localisation des gouverneurs

Annexe 3. — Localisation des gouverneurs

Notes

1 Lac., De mort. Persec., 7, 4; d’après Th. Barnes, cette réforme a débuté dès 293, subissant un certain nombre d’adaptations par la suite (T. D. Barnes, The New Empire of Diocletian, pp. 224- 225). Mais selon M. Christol, les nouvelles provinces sont créées seulement à partir de 297 après la création des diocèses (M. Christol, L’Empire romain du iiie siècle, pp. 209-210 et n. 4, 251-252), comme déjà le proposait W. Seston (Dioclétien et la Tétrarchie, pp. 334-337). Date retenue également par J.-M. Carrié (L’Empire romain en mutation, p. 186). Le tableau définitif paraît fixé au moment de la rédaction de la liste de Vérone qui pourrait être un tableau des provinces des derniers mois de l’année 314. (T. D. Barnes, « Emperors, Panegyrics, Prefects, Provinces and Palaces », 550).

2 E. Albertini, Les divisions administratives, pp. 117-126, et J. Arce Martínez, El último siglo de la España romana, pp. 31-44. Les témoignages épigraphiques ne permettent pas de remonter la date de création des nouvelles provinces avant l’année 298. Toutes les provinces sont praesidiales dans un premier temps. Au cours du ive siècle, la Bétique, la Lusitanie et la Galice sont devenues consulaires. En 361, ce changement paraît effectué au moins pour la Bétique et la Lusitanie. La province de Galice est devenue consulaire vers la fin du ive siècle (J. Arce Martínez, « Los governadores de la diócesis Hispaniarum », pp. 75).

3 A. H. M. Jones, Late Roman Empire, pp. 45-46.

4 S. Corcoran, The Empire of the Tetrachs, pp. 234-235 ; Ch. Roueché, « The Function of the Governor in Late Antiquity », p. 32; J.-M. Carrié, « Les gouverneurs dans l’Antiquité tardive », p. 22.

5 R. Haensch, Capita provinciarum, p. 28. Il est nécessaire, depuis les travaux de R. Haensch, d’être prudent quant à l’interprétation de cette fonction (particulièrement Capita provinciarum, pp. 368-372 et pp. 377-389).

6 G. Alföldy, Flamines provinciae Hispaniae Citerioris, pp. 57-60.

7 A. H. M. Jones pense que les concilia provinciae persistent sous Dioclétien et Constantin en s’adaptant à la nouvelle organisation administrative (Late Roman Empire, pp. 763-766). Il s’appuie en particulier sur le témoignage du concile d’Elvire qui mentionne des flamines et des sacerdotes bien que les actes du concile ne précisent pas s’il s’agit de prêtres de province ou de cité.

8 CIL, VI, 1729 Rome.

9 C. Th., 12, 12; 9.

10 E. Albertini, Les divisions administratives, pp. 123-124. E. Albertini plaçait la résidence du vicaire à Hispalis. Cette proposition est corrigée par R. Étienne, « Ausone et l’Espagne », pp. 327- 330; Id., « Mérida, capitale du vicariat des Espagnes », pp. 201-207; J. Arce Martínez, « Mérida tardorromana », pp. 209-226.

11 E. Albertini, Les divisions administratives, pp. 123.

12 E. Ruiz Valderas, « Los niveles de abandono del siglo ii d. C. en Cartagena », pp. 503-512 et M. Martínez Andreu, « La topografía en Carthago Nova », pp. 11-30. Les nombreuses et récentes interventions archéologiques réalisées dans la ville attestent un abandon de toute la zone nord-est mais aussi des principaux monuments publics comme la curie (M. Martín Camino, « La curia de Carthago Nova », p. 79) ou encore le théâtre (S. F. Ramallo Asensio, El Teatro romano de Cartagena, pp. 122-123), au cours des iie et iiie siècles.

13 Estimation obtenue d’après les plans publiés par E. Ruizvalderas et alii, « Transformaciones urbanísticas de Carthago Nova »; M. Martínez Andreu, « La topografía en Carthago Nova » puis reportés sur le système d’information géographique d’identification des parcelles agricoles (SIGPAC) du Ministère espagnol de l’environnement et du milieu rural (http://sigpac.mapa.es/fega/visor/).

14 Dans cet espace, une rue a été repavée avec du matériel récupéré sur les monuments abandonnés et un portique très irrégulier fut construit à partir d’éléments architectoniques réemployés. On y trouve aussi un modeste ensemble thermal réutilisant une inscription du Haut-Empire comme élément de construction (J. Vizcaíno Sánchez, « Reutilización en la edilicia tardoantigua », p. 209; S. F. Ramallo Asensio y J. Vizcaíno Sánchez, « Cartagena en época de San Isidoro », p. 44, n. 14).

15 À titre de comparaison, à l’aide du même SIGPAC, nous estimons les superficies intramuros, les seules suffisamment fiables, d’Emerita, Corduba et Tarraco entre 70 et 80 ha, Asturica, Lucus ou Caesaraugusta entre 30 et 50 ha. La muraille de Bracara défendait un espace de 38,6 ha (F. Sande Lemos et alii, « A muralha romana de Bracara Augusta », p. 334). Dans la province de Carthaginoise, peu de villes paraissent plus importantes que Carthagène. Segobriga couvre un peu moins de 10 ha. Castulo, Complutum et Toletum furent peut-être bien plus grandes mais leur superficie intramuros est difficilement estimable faute d’un tracé fiable des murailles.

16 Á. Fuentes Domínguez, « Aproximación a la ciudad hispana », p. 23.

17 J. M. Abascal Palazón y S. Ramallo Asensio, La ciudad de Carthago Nova, p. 208.

18 À Lisbonne en 336, le gouverneur a ordonné la réparation de thermes. La conduite des travaux a très vraisemblablement été assurée par un curateur (CIL, II, 191). À Tarraco, à la fin du iiie siècle, le gouverneur est intervenu pour rénover un portique, peut-être celui d’une basilique (RIT, 91). Cette inscription a été prise en compte bien qu’elle soit antérieure à la division provinciale. En effet, le gouverneur porte le titre de praeses, ce qui sous-entend que l’orientation de la future réforme est déjà donnée au représentant de Rome. Au cours du ive siècle, la rénovation de thermes est supervisée par le gouverneur auquel le curateur de la cité a dédié une inscription (RIT, 155). Le gouverneur y est clairement désigné comme restitutor. Dans la même ville, une inscription très fragmentaire laisse supposer que le gouverneur est également intervenu dans la première moitié du ive siècle, lors de travaux touchant l’amphithéâtre (RIT, 98-99). À Mérida, les deux célèbres inscriptions rappelant la rénovation du théâtre et du cirque témoignent de l’intervention du comte et du gouverneur dans l’entretien des édifices les plus prestigieux de la ville entre 333 et 340 (AE, 1935, 4; AE, 1927, 165).

19 En effet, la législation tardive souligne le rôle des gouverneurs dans le développement urbain en insistant sur leur intervention dans la commande, la conduite et la surveillance des constructions urbaines (C. Th., 15, 1, 15: Édit de 16 février 365 pour le vicaire d’Afrique). Il est régulièrement demandé aux gouverneurs de donner la priorité à la restauration des édifices (C. Th., 15, 1, 20 et 21. Édits du 17 mars et du 17 août 380 à l’attention du préfet d’Égypte et du préfet du prétoire) et d’éviter de coûteuses constructions nouvelles (C. Th., 15, 1, 16 et 17: Édits du 15 mars et 6 octobre 365 à l’attention du préfet du prétoire et du gouverneur du Picenum).

20 Le Code Théodosien est particulièrement explicite sur la préférence que portaient les gouverneurs aux capitales de provinces puisqu’une loi leur demande de ne pas favoriser uniquement les métropoles et les grandes villes (C. Th., 15, 1, 14). L’expression de métropole employée ici désigne très vraisemblablement les capitales de provinces puisqu’elle est opposé à celle de belles villes. Nous sommes dans un contexte différent de l’Orient, où ce titre de métropole n’est pas réservé aux capitales de province. Il pourrait aussi avoir un lien avec la ville siège du conseil provincial.

21 J. Arce Martínez, « Los governadores de la diócesis Hispaniarum »; M. Kulikowski, Late Roman Spain.

22 R. Étienne, « Ausone et l’Espagne », p. 329.

23 Auson., Ordo Urbium, 81-85 (éd. Green).

24 C. Th., 3, 5, 6.

25 R. Étienne, « Ausone et l’Espagne », p. 329.

26 A. Riese, Geographi latini minores, 33.

27 « Lusitania, in qua est Emerita », Laterculus Polemii Silvii, 4, 5. (éd. Seeck).

28 Cette capitale des villes de Lusitanie n’est pas nommée explicitement mais on y vénère la « jeune vierge ». Il ne fait aucun doute qu’il s’agit de sainte Eulalie de Mérida célébrée par Prudence dans l’Hymne 3. Prud., Peris., 4, 37 puis 3.

29 Auson., Parent., 26, 11-12; J. Arce Martínez, « Los governadores de la diócesis Hispaniarum », 77.

30 D’autres éléments comme la localisation dans la province, l’accessibilité à la mer, la nature et l’architecture de la ville pourraient être discutés mais paraissent plus subjectifs. Par ailleurs, aucun praetorium, à l’exception du problématique palais de la Cercadilla, ne permet d’enrichir ce dossier.

31 Encore que le nom de la ville est ici apposé comme épithète du nom original de la province.

32 H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes, t. I, n° 182, p. 494; ibid., t. II, n° 342, p. 892.

33 CIL, XII, 3167 (G. Alföldy, Fasti hispaniensis, p. 78); CIL, XIII, 1802 (ibid., p. 79); CIL, II, 3738 (ibid., p. 113); AE, 1923, 102 (G. Alföldy, Fasti hispaniensis, p. 113).

34 L’usage plus officieux qu’officiel consacre cette dénomination pour désigner la province de Citérieure. R. Haensch, Capita provinciarum, p. 166, n. 75.

35 Selon l’étude de R. Haensch, seule la ville de Tarraco fut clairement attestée en Hispanie comme étant une capitale provinciale (Capita provinciarum, pp. 162-171 et pp. 361-362). Cependant, ce rang ne paraît pas remis en cause pour Emerita et Corduba (P. Le Roux, Romains d’Espagne, p. 63).

36 R. Haensch, Capita provinciarum, pp. 374-375.

37 Concile I de Tolède, éd. Vives, 3, 7, 25.

38 J.-M. Mayeur et alii, Histoire du Christianisme, t. II, pp. 554-555.

39 Conformément aux recommandations du concile de Nicée (J.-M. Mayeur et alii, Histoire du Christianisme, t. III, pp. 507-509).

40 Puisque les métropoles des provinces seraient les anciennes capitales des provinces romaines, pour certains historiens de l’Église, Hispalis, par exemple, a été choisie comme métropole ecclésiastique de la province de Bétique parce qu’ils la considèrent comme la capitale romaine de la Bétique, ce qui, nous l’avons vu, n’est pas certain, au contraire, mais cette idée n’est jamais discutée par ces même historiens (D. Mansillo Reoyo, Geografia eclesiástica de España, p. 335). L’écueil du raisonnement circulaire doit être évité.

41 A. H. M. Jones, Late Roman Empire, pp. 880-881; R. García-Villoslada (éd.), Historia de la Iglesia en España, t. I, p. 494.

42 Concile I de Tarragone, éd. Vives, 4, 1-2, 34.

43 Concile I de Tarragone, éd. Vives, 4, 6, 38.

44 Concile II de Tolède, éd. Vives, 6, 6, 46 et 6, 7, 47.

45 À moins que cette précision cherche à déguiser le fait que Toletum ne fut pas un vieux siège métropolitain.

46 Concile I de Braga, éd. Vives, 10, 1, 65.

47 Concile II de Braga, éd. Vives, 11, 9, 85. Il semble que le titre fasse référence à l’évêque responsable d’un district et non d’une province.

48 Concile III de Tolède, éd. Vives, 12, 30, 136.

49 E. Albertini, Les divisions administratives, pp. 123-124.

50 Mise en garde déjà formulée par A. Chastagnol (« Le diocèse civil d’Aquitaine », p. 281).

51 La date exacte de ce choix n’est pas connue avec exactitude, mais rappelons qu’elle est généralement située sous le règne d’Athanagild (C. Martin, La géographie du pouvoir, pp. 210-211).

52 La date de la célébration du concile mais également sa nature sont toujours sujettes à caution (M. Sotomayor y J. Fernández Ubiña [éd.], El concilio de Elvira y su tiempo).

53 R. Haensch, Capita provinciarum, pp. 37-39.

54 Envoyés en Hispanie provisoirement au début du ive siècle, leur fonction essentiellement civile est encore floue. Elle a dû être à peu près similaire à celle des vicaires. A. H. M. Jones, Late Roman Empire, p. 105; J. Wiewiorowski, « Comes Hispaniarum Octavianus », pp. 325-340.

55 D’après la liste dressée par André Chastagnol et complétée par deux témoignages plus récents (A. Chastagnol, « Les Espagnols dans l’aristocratie gouvernementale »; J. C. Saquete, « Septimius Acindynus »; L. Á. Hidalgo Martín y G. Méndez Grande, « Octavius Clarus »).

56 Comme paraît l’attester le Code Théodosien en 369 (C. Th., 1, 16, 12).

57 D. Slootjes, The Governor, pp. 31-32 et n. 82.

58 Annexes 1, 2 et 3, pp. 351-353 et fig. 1, p. 346. Les limites provinciales retenues sur cette carte suivent les propositions de C. Torres Rodríguez et d’ A. Tranoy (C. Torres Rodríguez, « Limites geográficos de Galicia », pp. 367-383 et A. Tranoy, La Galice romaine, pp. 402-403). Elles n’ont pas eu la postérité qu’elles méritaient. En effet, aujourd’hui encore, la majeure partie des cartes des provinces romaines tardives publiées continue de se référer à la division proposée par E. Albertini (E. Albertini, Les divisions administratives). Le récent manuel sur l’Hispanie tardive dirigé par P. C. Díaz Martínez rappelle les principaux éléments du débat, les arguments d’une « grande Galice » et souligne que le principal argument d’une « petite Galice » est celui de la majorité (P. C. Díaz Martínez et alii, Hispania tardoantigua, pp. 71-72).

59 Fig. 1, p. 346 et annexe 1, p. 351.

60 Acta Marcelli, A, 2-3 et B, 2-3. (éd. Musurillo, pp. 250-259).

61 R. Ureña, « El modius de Ponte puñide », pp. 485-507. Le modius porte la signature de deux principales.

62 CIL, II, 2203 = II2/7, 263. C’est une dédicace à Constantin.

63 CIL, II, 4107 = RIT, 97. Il s’agit d’une dédicace à Crispus.

64 HEp, 10, 55 et AE, 2005, 765, dédicace à Gratien.

65 Voir p. 341.

66 CIL, II, 2209 = II2/7, 270; PLRE, I, Vitalis p. 970.

67 Par exemple, la chronique de Sulpicius Severus fait également état d’un gouverneur, Volventius, de rang proconsulaire (Sulp. Sev., Chr., 2, 49,1-2 et PLRE, I, Volventius, p. 975), que A. Chastagnol a classé parmi les gouverneurs de Lusitanie (« Les Espagnols dans l’aristocratie gouvernementale », pp. 280-282). Il semble que ce titre désignait davantage le personnage que la province. On peut cependant envisager un changement provisoire de statut pour la Lusitanie vers 382-383 (J. Arce Martínez, El último siglo de la España romana, pp. 44-46).

68 A. Chastagnol, « Le diocèse civil d’Aquitaine », pp. 287-288.

69 R. Hidalgo Prieto, Espacio público y espacio privado en el conjunto palatino de Cercadilla.

70 Ibid., pp. 149-156.

71 J. Arce Martínez, « Emperadores, palacios y villae », p. 302.

72 L. Lavan, « The Residences of Late Antique Governors », p. 140.

73 L’information retransmise par la presse locale n’a pas encore donné lieu à une publication connue par l’auteur au moment de la rédaction de ces lignes.

74 L’édifice K de la Cercadilla (R. HidalgoPrieto, Espacio público y espacio privado en el conjunto palatino de Cercadilla, pp. 47-48 et fig. 3, p. 24).

75 L. Lavan, « The Residences of Late Antique Governors », fig. 5, p. 141.

76 De telles structures quadrangulaires et sans ouverture pourraient correspondre à des greniers à planchers suspendus. Des vestiges similaires de 25 m2 sont connus dans le monde ibérique (A. Gorgues, Économie et société, pp. 467-468).

77 Sur les horrea dans les praetoria, voir L. Lavan, « The Praetoria of Civil Governors », 55. Sur la responsabilité des vicaires, voir: J.-M. Carrié, L’Empire romain en mutation, pp. 588-589; P. Eich, Zur Metamorphose der politischen Systems, p. 254.

78 C. Th., 1, 15, 6. A. H. M. Jones, Late Roman Empire, pp. 592-593; B. Palme, « Die officia der Statthalter », p. 100.

79 La date de mise en place de l’institution du vicariat n’est pas assurée. Les premiers témoignages épigraphiques, les plus crédibles, datent du règne personnel de Constantin (annexe 1, p. 351). Ainsi, il n’est pas impossible que l’institution du vicariat ait été postérieure à la date traditionnellement admise de la réforme de Dioclétien. Toutefois cette datation reste, d’après le témoignage de Lactance, la plus crédible (P. Eich, Zur Metamorphose der politischen Systems, pp. 249-257). Il faut reconnaître cependant que si les vicaires sont installés seulement sous le règne de Constantin, il y aurait un décalage avec la date de construction de la Cercadilla de la fin du iiie siècle proposée par les archéologues, rendant douteuse l’hypothèse d’un premier siège du vicariat en ce lieu.

80 Fig. 1, p. 346 et annexe 2, p. 351.

81 AE, 1915, 33 = AE, 1935, 4 et AE, 1927, 165. Les deux inscriptions s’inscrivent dans la quatrième décennie du ive siècle.

82 C. Th., 9, 1, 1. La loi a été reçue à Corduba en 316-317.

83 Fig. 1, p. 346 et annexe 3, pp. 352-353.

84 CIL, II, 2204 = II2/7, 261; CIL, II, 2205 = II2/7, 264; CIL, II, 2206 = II2/7, 265; HEp, 8, 180.

85 CIL, II, 1972.

86 CIL, II, 5140.

87 CIL, II, 191.

88 HEp, 5, 81; AE, 1935, 4; CIL, II, 481; AE, 1925, 167.

89 CIL, II, 4104 = RIT, 92. Bien que très légèrement antérieure à la réforme provinciale, cette inscription a été retenue car elle marque les prémices des modifications. Le gouverneur est en effet praeses; CIL, II, 4105 = RIT, 94; CIL, II, 4106 = RIT, 95 et CIL, II, 4108 = RIT, 96; CIL, II, 4112 = RIT, 155.

90 Acta Marcelli, B, 1. (éd. Musurillo, pp. 254-255). La recension M fait état du même gouverneur sans préciser sa juridiction, mais le situe à Tingis. Il pourrait être le préfet de la IIe légion Traiana de Maurétanie. Acta Marcelli A. 1. (éd. Musurillo, pp. 250-251).

91 CIL, II, 2635. Il a dédié une base à Jupiter à Asturica.

92 EE, VIII, 117. Il a dédié une inscription à Constantin à Bracara.

93 L’existence d’un praeses insularum Balearum semble attestée pour le ve siècle dans la correspondance de Sévère de Minorque. J. ArceMartínez, « Los governadores de la diócesis Hispaniarum », p. 81.

94 Voir p. 345. Une sédentarisation relative puisque la législation tardive nous montre encore des gouverneurs en déplacement (C. Th., 1, 16, 12).

95 Hydace, Chronique, 86 (éd. Tranoy).

96 A. Riese, Geographi latini minores, XXI. À côté des probables capitales de provinces, Tarraco, Bracara et Corduba, la liste comprend également Hispalis, Gades, Calpe, Caesaraugusta, Toletum, Lucus Augusti, Asturica et trois étonnantes villes: Vettones oppidum, Vaccaei oppidum et Celtiberia oppidum. Vettones oppidum est certainement Mérida, et non Salamanque, car à la même époque Prudence fait de Mérida une colonie de Vettones (Prud., Peris., 3, 186). Calpe ou Gades sont des repères géographiques, comme dans la géographie d’Orose. Peut-être notre document est-il lacunaire? Mais si on interprète la liste des villes mentionnées dans la Cosmographie comme suffisamment « importantes » pour avoir retenu l’attention du rédacteur du document ou de sa source alors elle devient un document fondamental pour préciser la hiérarchie urbaine de cette époque. Ici Carthago Nova n’apparaît pas alors que Toletum, Caesaraugusta ou Lucus Augusti sont mentionnées.

Notes de fin

* Je souhaite remercier les professeurs J. P. Bost et R. Haensch qui ont très aimablement accepté de me faire part de leurs conseils et remarques sur cette contribution

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Vicaires, comtes et gouverneurs en Hispanie au ive siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Annexe 3. — Localisation des gouverneurs
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16403/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16403/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search