Version classiqueVersion mobile

Memòria personal

 | 
Oscar Jané
, 
Patrice Poujade

III. — Llengua, text i tipologia dels escrits

Les sources et la langue de la « mémorialistique »

L’exemple catalan

Joan Peytaví Deixona

Texte intégral

  • 1 On aurait également pu construire le même mot en catalan, memorialística, mais la présence récurre (...)
  • 2 Voir dans le présent ouvrage le texte de Fr.-J. Ruggiu.

1Au-delà de la problématique des sources et de la question de l’usage de la ou des langues, se pose d’abord la question de la dénomination de l’objet qui occupe le chercheur, qui revient de manière peut-être trop prégnante dans moult débats. La question abordée ici est celle d’un champ de recherche spécifique et spécial qui pose la question du nom. Le cadre catalan de la recherche même m’a fait utiliser, dans l’espace étudié, de manière naturelle, un premier néologisme dietarística, forgé sur le substantif dietari, le journal, la production écrite et personnelle de chaque jour. J’ai donc simplement adapté en français cette première création en catalan pour aboutir à « mémorialistique »1. La question est souvent reprise et le problème de la dénomination de l’objet d’études semble à nouveau être ouvert – à juste titre ou pas2. C’est le temps des dietaris.

  • 3 Entre autres, Peytaví Deixona, 2010b.

2Dans le cadre des écrits du for privé, il a déjà été évoqué à travers d’autres analyses ce lieu de travail et ce cadre de réflexion que constituent les écrits de mémoire dans l’espace géographique de la Catalogne et dans le cadre temporel qui s’étend du bas Moyen Âge à la première Époque contemporaine3. La « mémorialistique » catalane est souvent peu connue hors de ses frontières et ce, certainement à cause du destin historique particulier du pays qui a pu le marginaliser en tant que sujet d’étude par les grandes historiographies internationales. Or, il existe bien une « mémorialistique » catalane à part entière, issue d’une histoire particulière en Europe occidentale, écrite dans une langue différente et qui donc a nécessité des approches scientifiques adaptées. La Catalogne a subi des événements (guerres, crises, épidémies récurrentes entre le XIVe siècle et le XVIIe siècle, perte de souveraineté politique au début du XVIIIe siècle) qui ont modelé son destin contemporain de manière différente des entités voisines.

  • 4 Id., 2007.

3En ce sens et face au « malheur des temps », le livre de mémoire ou de raison devient rapidement un moyen de survie, une preuve d’existence individuelle mais aussi collective à un moment où les Catalans perdent petit à petit la maîtrise de leur destin politique (XVIIe siècle). Les « dietaristes » entament alors un processus à la fois expiatoire (car l’épreuve est en grande partie justifiée sous leur propre plume par une sentence divine, le châtiment pour un péché collectif comme dans le cas d’une épidémie) mais aussi cathartique et purificateur, même s’il peut parfois être en plus jubilatoire et critique (exemple de Francisco Vilar4), qu’il peut être enfin une échappatoire à la réalité. La casuistique est donc tout aussi variée en termes de moteur ou de motivation de la raison d’écrire ; il existe beaucoup de genres dans la production, ici comme ailleurs, pour un résultat varié, hybride ou nuancé.

4Ceci posé, après les événements tragiques de la guerre de Séparation et de la guerre de Succession d’Espagne, les Catalans ont tendance à se taire sur leur propre devenir quant aux écrits personnels : la densité baisse, preuve que le malheur collectif peut aussi, à l’inverse du siècle antérieur hautement loquace et prolixe, faire celer les voix et les plumes.

5Existe-t-il un modèle catalan d’écrit de mémoire, du for privé, de livre de raison ? Certainement pas. Il existe des facteurs locaux qui impliquent des productions locales ou développent des modèles particuliers. Par exemple, on voit se dessiner une Catalunya Vella, celle de la moitié septentrionale, celle des mas et de l’habitat dispersé qui génère beaucoup plus de livres de raison paysans que la Catalunya Nova, entre Llobregat et Ebre, à l’habitat de villes et bourgs regroupés. Mais là encore tout est relatif, car l’aire catalonophone de Valence aux Îles Baléares ne répond pas à cette division abusivement nette. L’originalité réside aussi en partie dans l’existence d’un espace commun politique et linguistique qui correspond la plupart du temps au temps des dietaris (Valence, Baléares).

6La Catalogne est une terre de l’écrit et les fondements de ses institutions ont produit des kilomètres d’archives : le recours au document y est une nécessité mais surtout un acte naturel. L’écriture privée n’est que le reflet de pratiques publiques connues de tous et dans tout le pays – ou pourquoi pas, à certains moments, l’inverse…

LES RAISONS DE L’EXISTENCE DES FONDS : UNE DIETARÍSTICA CATALANE

  • 5 Id., 2010a ; Id., 2010b.

7On constate tout de suite sur le sujet une diversité des fonds qui rendent presque nécessaire l’existence de modèles. À l’occasion d’une autre approche, il a déjà été tenté une typologie plus ou moins classificatrice des livres de mémoire appliquée à l’aire catalane5. On pourrait certainement encore en décliner une autre basée sur l’origine sociale mais qui ne sera qu’une nouvelle grille de lecture ou un nouveau crible, devant se rajouter à celle ou celui déjà proposés.

8L’utilisation du terme « modèle » s’impose ici à celui de « cadre » ou de « milieu ». Il peut donc y avoir :

  • un modèle notarial ou robin, linguistiquement rigoureux, se référant souvent aux lois et aux affaires politiques ;
  • un modèle ecclésiastique, renvoyant aux activités sacerdotales, aux hiérarchies et aux intérêts ecclésiastiques ;
  • un modèle paysan, basé sur la famille, la filiation, la propriété de la terre et sa transmission, transmettant parfois des techniques agraires ;
  • un modèle artisan, semblable au modèle paysan, mais plus urbain et commercial ;
  • un modèle « noble », plus soucieux de ses préoccupations de caste, plus intéressé par l’anecdote que par le général.

9Mais il convient aussi d’avouer que l’ensemble reste somme toute toujours artificiel car chaque auteur est un monde à lui tout seul, résultat d’une intrinsèque individualité, contingence linguistique d’une production sociolectale et plus sûrement encore idiolectale.

  • 6 Torres Sans, 2000.

10Les sources de la « mémorialistique » posent d’autre part le problème du degré d’alphabétisation des individus. La Catalogne, monde marchand articulé avec une campagne intéressée aux négoces depuis le temps de l’expansion médiévale semble avoir précocement instruit une partie de ses paysans riches (pagesos ) au contact des chiffres, conventionnellement ou traditionnellement tenus pour l’apanage des mercaders6. Le livre de comptes est souvent l’élément déclencheur dans l’acte d’écrire au-delà des nombres : d’abord, on compte puis on explique ses chiffres et on finit par laisser aller, plus consciemment qu’inconsciemment, sa plume, traduction d’une nécessité plus que d’un hasard, que la conjoncture a fait disparaître.

  • 7 Cité dans Peytaví Deixona, 2010b.

11Dans un tel contexte de rédaction, la Catalogne des écrits personnels est un gisement assez exceptionnel à bien des égards. La densité y est tellement forte qu’A. Simon i Tarrés a écrit qu’on avait même la possibilité de reconstituer son histoire générale entre le XVe siècle et le XIXe siècle grâce à ces seuls écrits, qu’il servaient de jauge, de vérificateur des résultats de recherche ou des analyses de documents, même s’ils ne représentent pas le remède à toutes les interrogations que pose la recherche scientifique7.

12La question a longtemps été posée et continue quelque part à l’être encore : cette « mémorialistique » est-elle un genre littéraire ? Les dietaris catalans ont été considérés de la sorte pendant les XIXe et XXe siècles car la production littéraire des siècles modernes était méconnue ou considérée comme indigente : on a appelé cette période moderne, la Decadència, entre les deux âges d’or qui ont été le Renaixement, le bas Moyen Âge (XIV-XVe siècles) et la Renaixença de la seconde moitié du XIXe siècle.

13Aussi les histoires contemporaines de la littérature catalane leur ontelles accordé une place plus importante que les recherches les plus récentes. Aujourd’hui et depuis les dernières décennies du XXe siècle, l’école de pensée née des travaux d’A. Rossich ou P. Valsalobre a redécouvert les auteurs de prose et de poésie des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles et a redonné du lustre littéraire à cette époque baroque. Le terme « décadence », bien que présent encore dans bon nombre d’histoire de la littérature catalane, a été écarté petit à petit, judicieusement et pragmatiquement marginalisé, en même temps que l’étude des livres de raison et autres mémoires a cessé d’être un objet central d’études pour ces mêmes spécialistes de la littérature.

14Mais la question de leur valeur littéraire reste toujours posée dans la longue durée de l’historiographie et de sa problématique. Je répondrai de manière iconoclaste et certainement provocatrice dans le débat, qu’à la lecture assidue de ces productions, le contenu littéraire ne peut être considéré que très relativement malgré quelques productions ciblées et encore pas dans leur globalité. Quelques extraits, fragments ou parties de dietaris sont une création artistique, inspirée ou remaniée mais pas leur globalité. C’est aussi ce qui explique l’évolution du traitement scientifique ces deux derniers siècles.

LA NÉCESSITÉ D’UNIFICATION DES CRITÈRES

15En affirmant la volonté d’exposition et publication de ces sources, il convient d’aborder le cas de leur traitement. Il s’agit là d’une question fondamentale à l’heure où les communications entre chercheurs peuvent être extrêmement faciles, rapides et directes.

16La question de la transcription, de la translittération et de l’édition est incontournable et inhérente à ce propos mais ne peut obtenir de réponses définitives car on se fait face à une controverse ancienne de gestion du matériau historique. Chacun dans son pays, dans sa période, dans son sujet d’étude a sa manière de faire, sa pratique, souvent tributaires d’une tradition historique ou/et littéraire. Cela étant, l’essentiel du problème réside dans l’opposition entre les tenants de la transcription du texte brut et ceux qui prônent sa modernisation pour arriver à un public plus large.

17La solution est toujours dans une voie médiane. Par le biais d’une modernisation orthographique et grammaticale modérée, la publication peut certainement être rendue accessible à un lectorat toujours plus large pour des raisons de divulgation, de savoir pour tous et de nécessité de transmettre des sources nouvelles et proches des réalités quotidiennes d’autrefois dans un monde qui s’intéresse de plus en plus à ses racines. La modernisation ne doit certainement pas être totale car la langue a évolué et une trop grande contemporanéité du texte nuit à sa saveur intrinsèque et souvent aux faits de langue : il vaut mieux qu’ils soient explicités dans l’appareil critique par celui qui publie la source et qui peut enfin en démontrer l’importance.

18Néanmoins il faut certainement se réserver une version à l’état brut pour les partisans d’un travail postérieur sur la matière la plus proche de l’original mais déjà dégagée de toutes ses impuretés archivistiques.

  • 8 Le programme de recherches Arquimesa, au sein de l’axe « Territoires » de l’unité de recherche CRE (...)

19Celle-ci peut être éditée en format numérique alors qu’une édition papier peut et devrait coexister dans la version plus adaptée à tout le monde. C’est le choix du projet d’édition de documents Arquimesa qui, conduit à partir de l’université de Perpignan-Via Domitia, permettra l’édition de documents sur l’espace de la Méditerranée nord-occidentale, sur un sujet précis et sur un temps long8. La version proche du document brut, uniquement générée en ligne, devrait être accompagnée de la photo numérique de l’archive.

20Puis viennent l’exportation et la divulgation au-delà du domaine linguistique. Si l’intérêt est aussi philologique, il n’en demeure pas moins qu’il est d’abord historique. Il faut donc élaborer des traductions et c’est une des voies futures à mettre en place entre les chercheurs de tous les pays et en particulier depuis la Catalogne. Car si les textes catalans, nombreux et denses, sont maintenant considérés comme de premier choix par les spécialistes internationaux, ils restent méconnus, y compris d’un grand nombre car on ne peut les lire si on ne connait pas la langue catalane.

21La responsabilité incombe tout d’abord aux Catalans eux-mêmes d’un point de vue stratégique pour se rendre visible : il conviendrait donc comme il est préconisé partout aujourd’hui dans les sphères de la recherche universitaire de travailler transversalement avec des spécialistes de la langue et d’établir des traductions des plus grands textes, souvent longs et denses, ainsi que des textes plus brefs mais tout aussi représentatifs.

LA LANGUE D’UN POINT DE VUE PHILOLOGIQUE

22Le dietari catalan est une source de première main de l’histoire de la langue ; il est d’une importance qu’il n’est pas la peine de développer en ce qui concerne la question philologique. Les livres de famille apprennent au plus près le degré de connaissance de la langue sur un demi-millénaire (XVe-XIXe). Ils mettent à disposition du linguiste une variation diachronique qui met en évidence l’évolution de l’écrit mais aussi celle de l’oral, car beaucoup de textes sont des documents de premier jet, non relus ou retravaillés, émaillés de fautes de grammaire et d’orthographe qui renseignent sur la manière de s’exprimer. Quand la qualité est piètre, l’analyse est riche. L’écrit en dit long sur l’oral.

  • 9 Voir les commentaires linguistiques dans Peytaví Deixona, 2004, p. 40 sq. ; Id., 2013.

23Le plus apporté par les livres de famille ou de raison réside dans la présence de plusieurs rédacteurs d’un même dietari et on y lit donc l’évolution linguistique du document. À l’époque moderne, où le castillan et le français s’immiscent dans le catalan, par le biais des événements politiques, des conquêtes, les rédacteurs successifs trahissent naturellement dans leur écrit cette évolution. Ils sont le produit intellectuel de leur temps d’écriture, chacun à leur niveau. L’évolution philologique est particulièrement lisible à travers ce type d’écrits9.

24Si nous prenons l’exemple du livre de comptes et du livre de raison de la famille Planes du mas del Boix de Prats de Molló, écrit entre la fin du XVIIe siècle et le début du XXe siècle (la partie la plus dense de la rédaction s’étend toutefois de 1750 à 1820) on voit clairement le passage d’un « catalan standard » du XVIIe, que l’on retrouverait sur l’ensemble du territoire catalanophone, à un catalan dont l’orthographe se francise vers 1760-1780 (par exemple, la voyelle neutre « a » devient « e », le « u » devient « ou », le « v » se transforme en « b », etc.). Puis on passe, au moment de la Révolution française ou sous le Premier Empire à un français encore très catalanisé, que l’on va corriger au cours du XIXe siècle. Mais les dernières pages rédigées au tout début du XXe siècle, peu nombreuses et en excellent français, surprennent car elles contiennent aussi des extraits en catalan d’un niveau de correction digne de la réforme fabrienne de l’époque (début XXe siècle).

25Malgré le fait d’avoir mentionné de manière volontairement anachronique l’existence d’un « catalan standard » à l’époque moderne, il va sans dire que la « mémorialistique » ouvre la voie de l’étude dialectologique dans l’aire linguistique catalane. En effet, les spécialistes peuvent déceler dans les détails orthographiques ou morphosyntaxiques toutes les subtilités locales de la langue et dresser la carte de la variation dialectale à tel siècle ou demi-siècle. Les livres de raison, souvent de l’oral écrit, affinent, confirment ou remettent en question objectivement les analyses faites sur d’autres supports ou d’autres sources.

26De ce fait, on pourra voir, au détour d’un mot ou d’une phrase qu’Honorat Ciuró dans le nord de la Catalogne n’aura pas exactement le même usage que Joaquim Aierdi dans la Valence de la même époque. Cependant, sur une distance plus proche, tout le monde écrit de la même manière et comparer la langue d’auteurs contemporains les uns des autres, comme Parets, Ciuró, Guàrdia ou même Pujades, permet de le démontrer à l’envi. À la lecture des dietaris, les différences sont davantage chronologiques que spatiales ; comme évoqué plus haut, la synchronie l’emporte sur la diachronie.

27Dire que la question de la langue est essentielle pour l’étude d’un texte est une autre banalité que l’on devrait s’interdire à ce stade du discours, mais qu’il faut répéter dans l’exemple catalan. Car le peu de connaissance de la langue à l’international porte préjudice à la valeur des documents. Or, la connaissance du milieu linguistique dans lequel baigne le rédacteur est obligatoire, incontournable, car il permet de comprendre l’élément dynamique principal et l’environnement de l’acte d’écrire, essentiel en tout cas en Catalogne.

28Aussi comment ne pas penser à l’occitanophone qui rédige principalement en français dans un environnement languedocien, gascon ou provençal ? Au catalan lettré du XVIIe siècle ou du XVIIIe siècle soumis à la diglossie de son temps ? Se pose alors la question subséquente du choix linguistique de son écrit (langue maternelle vs. langue de culture) mais qui n’empêche pas la nécessité de connaître le contexte linguistique du rédacteur.

29Aussi est-il important d’insister sur le fait que dans le cas de la « mémorialistique » catalane, nous sommes en présence d’une diversité de langues. Un seul auteur peut faire référence à sa langue maternelle, le catalan, et aux autres qu’il comprend ou utilise à l’écrit ou à l’oral dans son existence (castillan, français, italien, latin, etc.). Sans compter la variété dialectale inhérente, plus ou moins fortement, dans la société médiévale ou moderne.

30On sait très bien que certains écrits, de composition élaborée ou pas, ont des sources obligatoirement d’origines linguistiques diverses et celles-ci influent forcément sur le contenu ou sont parfois reprises in extenso.

31En Roussillon, le notaire Francisco Vilar rédige son petit dietari sur la situation politico-militaire de 1639-1641 en catalan mais y insère nombre de références et de passages en castillan, langue du roi et en latin, langue courante dans son temps professionnel ; il insère des citations en français et en occitan. Les livres d’Honorat Ciuró au milieu de XVIIe siècle contiennent hormis sa langue naturelle, le latin, langue de l’enseignement et de l’église, le castillan, langue de culture et de lecture, l’occitan, qui est géographiquement voisin (quelque dix kilomètres plus au nord) et parlé par de nombreux immigrants présents dans sa quotidienneté sous sa plume et enfin le français qui arrive petit à petit en Roussillon dans certains milieux (commerce, soldats, puis administration, à partir des années 1650, etc.). Cette situation débouche sur la question du degré de connaissance de chacune. Il est néanmoins possible d’en juger par l’utilisation et l’appropriation qui en sont faites.

32Dans un exemple à l’opposé, l’installation de capucins français à Perpignan au moment de l’annexion au royaume de France – pour favoriser l’éloignement d’avec les centres de pensée religieux ibériques – nous donne des mémoires entièrement en français, qui traduisent un écrit mi-public mi-privé, mais non reproductible dans la ville à cette époque-là.

33Autre exemple encore, les livres de raison et de compte du mas del Boix de Prats de Molló, déjà évoqués plus haut, rédigés majoritairement par les héritiers successifs de la famille Planes, en catalan puis en français à partir du XIXe siècle se continuent entre les XIXe et XXe siècles dans les écrits de leur descendant Jules Wittwer de Frutigen, qui a épousé l’héritière Planes. Ils expliquent les mêmes faits qu’au XVIIe siècle mais en langue française, langue de culture et de l’écrit de la haute société.

34Les problèmes épistémologiques, techniques et transversaux aux autres sciences liées à l’étude du passé sont aujourd’hui incontournables et en leur sein, la langue occupe une place première. Il est évident que la source que constitue le dietari est d’une importance tout aussi grande pour un historien que pour un philologue. La présence de chercheurs en littérature dans cette « mémorialistique » vient constamment réaffirmer cet état de fait. Elle doit l’être également pour nombre d’autres champs de recherche car tous les spécialistes savent parfaitement que cette source peut contenir tout ou presque de ce que nous pouvons chercher dans notre passé moderne ou contemporain, mais dans des proportions de relativité et de disparité à surveiller.

35L’écrit de mémoire est devenu une base de la reconstruction du passé pour des pans peu connus de celui-ci, il peut amplement compléter des informations ou aider à résoudre des doutes mais il ne faut pas non plus oublier qu’il n’est qu’un des multiples instruments ou compléments dont dispose celui qui le scrute et l’analyse.

Notes

1 On aurait également pu construire le même mot en catalan, memorialística, mais la présence récurrente de dietari a fait commencer le processus avec ce mot. Le mot sera volontairement maintenu au cours de cette contribution en caractères italiques.

2 Voir dans le présent ouvrage le texte de Fr.-J. Ruggiu.

3 Entre autres, Peytaví Deixona, 2010b.

4 Id., 2007.

5 Id., 2010a ; Id., 2010b.

6 Torres Sans, 2000.

7 Cité dans Peytaví Deixona, 2010b.

8 Le programme de recherches Arquimesa, au sein de l’axe « Territoires » de l’unité de recherche CRESEM (Université de Perpignan), a pour vocation la publication et la valorisation de textes concernant l’histoire des métiers en Méditerranée occidentale du Moyen Âge à nos jours. La notion de métier y est envisagée dans sa dimension juridique, technique, sociale autant que culturelle – par exemple à travers les désignations, les règles d’apprentissage, la construction des normes, le rôle des acteurs – dans un espace qui englobe les péninsules italienne et ibérique, les terres occitanes et les îles de la Méditerranée occidentale. Son objectif est de décloisonner les connaissances sur les métiers des différentes périodes, champs académiques et traditions académiques de différents pays riverains de la Méditerranée Nord occidentale et des Pyrénées (présentation d’Arquimesa : <http://arquimesa.hypotheses.org>).

9 Voir les commentaires linguistiques dans Peytaví Deixona, 2004, p. 40 sq. ; Id., 2013.

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search