Version classiqueVersion mobile

Roma generadora de identidades

 | 
Antonio Caballos Rufino
, 
Sabine Lefebvre

Espace géographique, espace politique

La frontière provinciale lusitanienne, une limite déterminante ?*

Susana Marcos

Résumé

Concept autant géographique que politique, la notion de frontière provinciale offre l’occasion particulière de se pencher sur la question de l’identité lusitanienne. À travers l’œil du géographe, c’est la manière dont la société façonne l’espace qui est perçue, et donc la manière dont elle se présente et se représente. À ce titre, la cartographie de certains phénomènes, notamment onomastiques, choisis délibérément à différentes échelles de part et d’autre de la frontière, est fort précieuse et aide à déterminer si la limite provinciale est un concept culturellement valide et pertinent pour parler de l’identité lusitanienne.

Texte intégral

  • * Je tiens à remercier tout particulièrement M. Navarro qui a eu la gentillesse de bien vouloir relir (...)

1Considérée avant tout comme le sceau de la réorganisation administrative de l’Empire, la frontière provinciale donne en réalité l’occasion d’aborder les phénomènes culturels par un biais nouveau et particulier. De fait, si ce tracé prend une dimension essentielle dans la mesure où il sert à délimiter, à organiser les terres conquises, il s’affirme avant tout comme le signe tangible de l’occupation de l’espace et de son appropriation. En ce sens, aborder la question des identités provinciales par le prisme particulier qu’est l’œil du géographe permet d’appréhender les sociétés qui vivent en ces lieux depuis plus ou moins longtemps, immigrés ou locaux, et de comprendre la manière dont elles façonnent l’espace selon leurs propres représentations: c’est cette image qu’elles nous renvoient d’elles-mêmes qui nous permet de mieux les connaître.

2En ce qui concerne la péninsule Ibérique, le cas de la frontière lusitanienne est particulièrement remarquable: il n’est en effet pas anodin que cette nouvelle province créée par Auguste porte le nom d’un peuple local, les Lusitani. Et pourtant, nombreux sont les peuples qui occupent cette province, avant et après l’arrivée des Romains. D’abord expression d’une vision géographique, cette limite politique et administrative se voudrait-elle aussi à l’image de confins, d’une rupture culturelle? Il nous faut alors comprendre quel est le rôle de la frontière provinciale sur les identités culturelles des habitants de la Lusitanie. La proximité de cette « ligne » est-elle par exemple pour une cité un facteur limitrophe, une barrière, ou au contraire un trait d’union avec la province voisine? La limite provinciale est-elle pertinente pour cartographier des phénomènes culturels? Est-elle le reflet des identités provinciales? Les différents exemples que nous allons prendre en compte, dans la mesure du possible à différentes échelles, ne pourront sans doute pas apporter de réponse définitive, mais il nous semble que la perception et le vécu qu’ont ces populations de leur espace, de leur territoire, est révélateur de leur propre identité et peut nous fournir quelques clés de lecture à cette difficile question que nous nous posons : y a-t-il une conscience de la frontière dans les pratiques culturelles ?

  • 1 Les villes de Lusitanie.
  • 2 M. Navarro Caballero et J. L. Rámirez Sádaba (éd.), Atlas antroponómico.

3Si nous voulons prendre toute la dimension du rôle de la frontière provinciale et tenter de comprendre dans quelle mesure elle a induit des comportements différents en fonction de l’appartenance à l’une ou l’autre des entités délimitées, c’est à l’échelle locale que nous devons d’abord nous intéresser. En effet, la carte de la province lusitanienne, géographiquement compartimentée et ethniquement très diverse, a été modifiée en diverses occasions comme l’ont démontré les dernières études visant à déterminer les limites de la province au premier rang desquelles figurent le colloque sur les villes de Lusitanie1 et le travail du Groupe Mérida2. Un certain nombre de territoires semble de fait avoir été rattaché postérieurement à la Lusitanie. Pourquoi? Le but n’est pas ici de déterminer avec exactitude les limites lusitaniennes, mais plutôt de comprendre si la frontière provinciale est un concept culturellement valide, justifié et signifiant.

  • 3 P. Sáez Fernández, « Estudio sobre una inscripción catastral », p. 206, et pp. 218-220; A. Aguilar (...)
  • 4 Plin., Nat., III, 14.
  • 5 Ptol., II, 5, 7.

4Exemple type de ces réajustements territoriaux s’il en est, celui de Lacimurga qui serait à localiser, après de multiples débats, sur le site actuel de Cogolludo (Navalvillar de Pela - Puebla de Alcocer) comme l’indiquent les plus récentes recherches3. En effet, la cité semble avoir été rattachée à la Lusitanie entre l’époque de Pline l’Ancien et de Ptolémée. Pline la situe en Bétique4, ce qui signifie que la frontière passe au nord du Guadiana. Au contraire Ptolémée, tout comme le confirme d’ailleurs la forma de bronze indiquant le nom de la cité, la place en Lusitanie, chez les Vettons5. C’est dire que la frontière a été déplacée vers le sud, sans doute au-delà du fleuve, car la civitas s’étendait sur les deux rives. Nous pouvons donc en déduire que la limite provinciale a été réajustée, comme si l’administration avait voulu rectifier la ligne frontalière pour des raisons qui nous échappent aujourd’hui. Mais quel élément a pu motiver une telle entorse au cadre romain? À ce propos, E. Albertini constatait ceci:

  • 6 E. Albertini, Les divisions administratives, p. 40.

Les Romains ont tenu compte de considérations locales qu’il nous est impossible de connaître dans le détail, et qui les ont amenés à s’écarter parfois du principe selon lequel il y avait intérêt à faire coïncider la frontière provinciale avec un cours d’eau6.

  • 7 J. Alarcão et alii, « Appendice », p. 328. La même hypothèse était d’ailleurs émise pour la frontiè (...)

5De fait, et pour des raisons évidentes de « visibilité » du paysage, le tracé des frontières correspond le plus souvent à un élément remarquable de la topographie, comme une montagne ou une rivière. Le Douro, à la vallée étroite et fort encaissée, constitue en ce sens une frontière géographiquement idéale et visuellement très marquée pour différencier les territoires lusitaniens d’une part et tarraconais de l’autre. Mais ce principe, notamment pour la frontière orientale de la province où le relief est moins marqué, n’a pas toujours été respecté. Comment justifier alors ces quelques corrections de frontières? Serait-ce le reflet d’une logique de gestion administrative plus cohérente, d’une adaptation ponctuelle à un besoin précis local, ou bien serait-ce lié à des facteurs politiques qui nous restent aujourd’hui inconnus? À moins que des questions de fidélité aient joué un rôle, comme le proposait le colloque dédié aux villes lusitaniennes7 pour le « débordement » des Turduli de Serpa à l’est du Guadiana. D’anciens liens de solidarité des peuples datant d’avant l’époque augustéenne seraient donc peut-être à mettre en relation avec ces rectifications de frontière. Ou bien devons-nous peut-être y voir des motifs plus culturels, et la nécessité pour les autorités romaines de rassembler des populations homogènes dans un même ensemble administratif? Quoi qu’il en soit, nous ne disposons pas aujourd’hui d’assez de documentation pour avoir un avis définitif sur la question.

  • 8 A. Tranoy, La Galice romaine, p. 118 et carte VIII.
  • 9 Cf. CIL, II, 484 (ILS, 1372 ; ILER, 1529) Augusta Emerita: C(aio) Titio C(aii) f(ilio) Cl(audia) Si (...)
  • 10 Ch. Bonnaud, « Vettonia antiqua », pp. 171-199.
  • 11 Ibid., p. 195.
  • 12 A. Aguilar Sáenz et alii, « La ciudad antigua de Lacimurga », pp. 111-113, fait un très utile état (...)

6Ce qui vient conforter cette dernière hypothèse, c’est que, de la même manière, une autre modification du cadre lusitanien que nous ne saurions précisément dater, laisse le nord de la région d’Ávila, peuplée de Vaccéens et d’Arévaques, sous la dépendance de la Tarraconaise, alors que les Vettons, qui sont localisés au sud, sont rattachés à la Lusitanie. Or, rappelons qu’antérieurement, à l’époque de Pline, les Vettones sont partagés entre la Lusitanie pour les uns et la Citérieure pour les autres. De toute évidence, les autorités ont suivi un dessein précis en délimitant ces nouvelles frontières: l’unité du peuple vetton, regroupé au sein de la province lusitanienne. De fait, si l’on considère certains indices propres à cette culture, nous pouvons constater que la limite provinciale correspond assez bien à la répartition de ces phénomènes, que ce soit par exemple l’anthroponymie très caractéristique, l’importance des castra par rapport au nombre de civitates, ou encore la diffusion des sculptures zoomorphes qu’A. Tranoy8 situe dans les provinces de Ségovie, Ávila, Cáceres, Salamanque, Zamora et le Trás-os-Montes et Minho portugais. En effet, les Vettons sont un peuple à l’identité très forte, marquée, et reconnue par les Romains comme semble le prouver l’existence, au iiie siècle, de la charge de procurateur de la province de Lusitanie et Vettonie9. Pourtant, les motivations de cette politique intriguent. Pourquoi vouloir faire coïncider la frontière administrative avec la frontière ethnique? Est-ce une récompense pour l’attitude des Vettons lors de la conquête? ou bien la volonté centralisatrice de Rome? Serait-ce un moyen de mieux contrôler le territoire et les peuples qui y vivent? D’après une étude récente de Ch. Bonnaud10, les autorités romaines auraient mené une politique plutôt favorable à la spécificité vettone, notamment en raison de la localisation stratégique de ce territoire, entre l’Anas et le Durius, sur un axe de circulation vital reliant Astorga à Mérida, à proximité de la capitale provinciale, entre la Bétique et le nord-ouest fortement militarisé. De fait, d’après l’auteur: « il existe une relative concordance entre la limite ethnique des Vettons et les frontières provinciales »11, de manière à pouvoir conserver l’unité ethnique de ce peuple. Ainsi, fixer les limites provinciales reviendrait à délimiter le territoire vetton, ce qui, pour le moment, n’a encore jamais pu être fait avec précision. Toutefois, même si cette limite reste encore quelque peu floue, il est à remarquer que bon nombre de cités-frontière appartiennent à la culture vettone. Il suffit pour cela de citer Avela, Caesarobriga, Lacimurga12 et d’autres qui sont autant de jalons sur la frontière orientale. Leur position frontalière leur donne non seulement une importance stratégique d’un point de vue politique, mais aussi un poids culturellement considérable d’un point de vue identitaire. Par conséquent, à l’échelle locale, la frontière provinciale est un cadre organisateur qui tente de prendre en compte l’identité culturelle des peuples de manière à mettre en ordre le territoire conquis, ordre qui pour les Romains est le signe tangible de la maîtrise et de la domination.

7Si nous voulons avoir une vision plus large, et donc plus juste, de ces questions culturelles, il nous faut nous éloigner de la ligne que représente la frontière provinciale proprement dite et envisager les régions qui se trouvent de part et d’autre de cette limite. Or, c’est en s’éloignant de leur origine géographique que les individus, et c’est d’ailleurs encore bien souvent le cas aujourd’hui, semblent affirmer leur culture, comme s’il y avait une volonté de ne pas perdre, de ne pas oublier leur identité une fois passée cette frontière administrative que représente la province lusitanienne. C’est la manière dont elles se présentent, et donc dont elles se représentent, qui nous permet d’entrevoir certains indices de cette identité culturelle volontairement affirmée et affichée. Quelques aspects sont sur ce point particulièrement significatifs.

8Tout d’abord, l’utilisation d’un indice géographique ou explicitement ethnique dans la nomenclature du nom comme c’est par exemple le cas avec l’utilisation du nom Vetto en Lusitanie. À l’heure actuelle, nous disposons entre autres de deux témoignages qui proviennent tous deux de Capera :

    • 13 CIL, II, 823 Capera: L(ucius) Publi/cius L(ucii) f(ilius) / Pap(iria) Thi/amus Emerit(ensis) / an(n (...)
    • 14 Capera fait de plus partie des cités qui ont bénéficié d’une promotion flavienne. Or, cette inscrip (...)

    Un premier personnage, Caecilius Vetto13, qui malgré son nom d’origine typiquement locale semble avoir intégré les usages romains puisqu’il dédicace, en latin, un cippe funéraire à un camarade qui porte, lui, les tria nomina. Il est donc très probablement lui-même citoyen romain14.

    • 15 CIL, II, 822 Capera: L(ucius) Domitius / T(iti) f(ilius) Gal(eria) Vetto / Otobesani. / H(ic) s(itu (...)

    Un deuxième personnage, L. Domitius Vetto15, de la tribu Galeria, originaire d’Octebesanus, localité aujourd’hui inconnue et non mentionnée par les auteurs classiques.

  • 16 CIL, II, 3844 = CIL, II2 / 14, 340 Saguntum: Sergiae M(arci) f(iliae) / Peregrinae. / M(arcus) Serg (...)
  • 17 P. Sillières, Les voies de communication, pp. 441-452; Id., « Voies romaines et limites », avec not (...)
  • 18 CIL, II, 1074 (ILS, 5544) Canama: L(ucius) Attius Qui(rina) Vetto, flamen, / IIvir m(unicipes) m(un (...)
  • 19 J. Untermann, Elementos de un atlas, pp. 98-99 montre à travers l’exemple de Celtiber qu’un ethnony (...)
  • 20 CIL, II, 1075 Canama: ]s et portic[us - - - / - - - Anto]nia Q(uinti) f(ilia) Procu[la //] Rustic/[ (...)

9Ces deux attestations sont d’autant plus significatives et explicites que la cité antique de Capera est classée par les sources littéraires comme appartenant au territoire vetton. Ainsi, au sein même de la civitas romaine, les populations locales, tout en s’intégrant au nouveau cadre de la romanisation, continuent de transmettre leur appartenance à une culture locale, traditionnelle, et l’héritage qui est le leur. Si l’on observe la carte de la répartition des attestations de Vetto en Hispanie (fig. 1, p. 176), force est de constater que toutes sont en Lusitanie, ce qui conforte une fois de plus l’hypothèse de la concordance des limites ethniques avec celles de l’administration romaine. Seuls quelques exemples très ponctuels font exception: l’exemple de Saguntum16, qui est très éloigné du foyer vetton, ainsi que les deux attestations provenant de Bétique. Dans ce dernier cas, cela s’explique par la proximité géographique avec la Lusitanie, accentuée par les voies de communication qui mettent cette région et celle d’origine du peuple directement en relation17. De plus, de par leur nom, leurs fonctions et position sociale qui les placent généralement au sein de l’élite locale, les personnages en question semblent avoir acquis et accepté les fondements de la romanisation. Dans la première inscription de Bétique, L. Attius Quirina Vetto18 est IIvir et flamen: cela prouve une très bonne intégration dans l’administration locale, à la fois en raison de sa magistrature municipale, mais aussi de sa fonction au sein du culte impérial, maillon essentiel du rouage administratif romain et du pouvoir du Prince lui-même. Par conséquent, l’utilisation du cognomen Vetto fait référence à un individu qui, parti de sa région d’origine depuis plus ou moins longtemps, veut rappeler ainsi ses racines et son identité19. Dans la deuxième inscription de Bétique, L. Attius Vetto20, quant à lui, a construit des portiques de marbre et a fait donner un spectacle de tragédie à ses frais, signe incontestable de son niveau de richesse. D’ailleurs, il est probable que ces deux attestations de Bétique fassent toutes deux référence à la même personne. C’est donc un personnage qui, comme l’indiquait indirectement la première inscription, appartient aux élites de la cité de Canama. Dans ce cas précis, le vécu des populations semble correspondre à notre précédente conclusion: l’identité culturelle vettone semble se confondre avec les limites provinciales recorrigées. Mais ne devrions-nous pas voir également dans l’utilisation de cet ethnonyme l’affirmation volontaire d’une identité?

Fig. 1. — Répartition de Vetto en Hispanie

Fig. 2. — Répartition de Cantius en Hispanie

  • 21 Voir R. Étienne, Le culte impérial, cartes 5 et 6.
  • 22 J. Alarcão et alii, « Appendice », p. 324, proposent le passage de la frontière entre Metellinum et (...)
  • 23 Voir à ce titre les cartes proposées dans la thèse de J. M. Vallejo Ruiz, Onomástica indígena, qui (...)
  • 24 B. G. F. Albalát, « La diosa Erbina », pp. 395-396.
  • 25 S. Armani, « La transmission du gentilice », p. 92 conclue ainsi son article: « Le choix du nom rel (...)

10L’étude du cas de Cantius peut sur ce point apporter un éclairage particulier. Comme nous pouvons le constater sur la carte (fig. 2), la répartition de ce nom typiquement celte reflète tout à fait la vivacité de cette influence culturelle, même indirecte, que l’Hispanie connaît encore à l’époque romaine et qui peut facilement s’expliquer par l’histoire de la Péninsule. Les attestations sont les plus nombreuses dans la région entre Bobadela et Idanha-a-Nova. Ce sont souvent les témoignages d’une même famille qui semble avoir joué un rôle évergétique important dans la région. Un Cantius est connu à Olisipo: plus que le signe d’une migration, il faut y voir un héritage du peuple celte anciennement présent dans cette région21. Mais quatre sont aussi connus en territoire d’influence celte, cette fois-ci de l’autre côté de la frontière provinciale, c’est-à-dire hors du cadre administratif mis en place par les Romains. Enfin, deux attestations proviennent du sud du territoire d’Augusta Emerita: une retrouvée à Magacella et l’autre à Castuera, ancienne Irtigi, située, elle, en territoire bétique. Or, il est fort probable que la frontière provinciale soit passée entre ces deux sites22. La diffusion de cet ethnonyme celte, qui n’est autre qu’un indice de la diffusion des influences celtes de façon plus générale, est donc distincte de la volonté organisatrice romaine: c’est par conséquent un phénomène qui dépasse le cadre provincial et se retrouve de part et d’autre de la frontière23. Ici, la limite provinciale ne fait pas sens puisque nous sommes face à un héritage certes pré-romain mais qui est toujours vivace et affirmé. Par ailleurs, ce qui est particulièrement intéressant, c’est le sens même de ce terme celte kantos, i, qui signifie « cercle, angle, bord », d’où dérive le sens de « limite, bordure », tout comme le terme latin cant (h) us, qui a notamment donné naissance en portugais ou en espagnol, aux mots canto et cantón, qui signifient tous deux « coin »24. Pourtant, s’il est sans aucun doute exagéré de voir dans l’utilisation de ce nom et de son origine celte le signe d’une volonté de délimiter ses frontières, la préoccupation d’un peuple de poser ses limites territoriales, et ce y compris dans le cas des localisations frontalières de Cantius, il y a néanmoins un certain désir d’affirmer son identité face à une autre culture. Ne pourrions-nous pas également interpréter cela comme le maintien d’une identité face à une réorganisation extérieure? Les exemples retrouvés au sud du territoire d’Augusta Emerita ne pourraient-ils pas prendre ainsi un sens culturel et identitaire particulier? Nous ne disposons pas aujourd’hui des éléments nécessaires pour répondre à ces questions, cependant ce constat prouve deux choses: tout d’abord que la frontière provinciale est un espace de transition entre les différentes cultures en présence, et que par ailleurs ces individus, à travers leur dénomination, c’est-à-dire la manière dont ils se présentent au sein de la société dans laquelle ils vivent, affirment leur propre identité culturelle25.

  • 26 AE, 1997, 790 Augusta Emerita: [-] Man[ilius / -] f. Man[---] / Turd(ulus), / PM[---] / ann(orum) X (...)
  • 27 AE, 1998, 709 = HEp, 8, 28 Augusta Emerita: L(ucio) Antonio / L(ucii) f(ilio) Quir(ina) / Vegeto Tu (...)
  • 28 Str., III, 1, 6; 2, 11; 2, 15.
  • 29 E. Albertini, Les divisions administratives, p. 111. Nous ne prendrons pas ici part au débat sur la (...)
  • 30 « Aux dieux Lares de la gentilitas Gapeticorum ».
  • 31 C’est l’analyse développée par M. Salinas de Frías, « Las ciudades romanas », p. 259 et que nous re (...)

11Alors que l’on connaît deux autres cas provenant de Mérida26, un dernier exemple, turdule cette fois-ci27, mérite une attention toute particulière. Datée de la fin du ier - première moitié du iie siècle, c’est une stèle de marbre trouvée à 12 km au sud-ouest d’Augusta Emerita, parmi de nombreux restes d’une exploitation agricole romaine. L’onomastique est assez habituelle, mais ce qui est frappant, c’est que le défunt fasse mention de son origo avec un ethnique qui fait référence au peuple turdule, et non à sa cité. Or, Strabon28 situe la capitale provinciale dans le territoire de ce peuple, ce qui est rare. Bien qu’il fasse partie des riches propriétaires terriens, comme semble l’indiquer le marbre sur lequel a été gravée l’inscription, le défunt veut ainsi marquer la continuité de son appartenance à ce peuple ainsi que sa mémoire. Ici, la frontière provinciale devient purement artificielle, un prétexte pour affirmer l’identité culturelle. De la même manière, nous trouvons mention de liens supra-familiaux de part et d’autre de la frontière lusitanienne. Caractéristiques de l’héritage pré-romain, leurs témoignages sont nombreux et perdurent sous l’Empire. E. Albertini définit la gentilitas comme « une fraction de civitas, le clan »29, signe d’une attitude réfractaire face à l’administration romaine. L’expression de celle-ci peut être diverse : simple utilisation du génitif pluriel, emploi de l’adjectif ethnique qui désigne le clan dans l’anthroponymie… Ce qui rejoint notre propos précédent. À l’époque impériale, cette organisation sociale basée sur les liens du sang connaît encore une certaine vigueur. Les attestations se documentent en Lusitanie surtout dans la région celtibérique et centrale (notamment chez les Vettons) ainsi que plus au sud, entre le Douro et le Tage, notamment dans les zones montagneuses, aux iie et iiie siècles. Or, comment les interpréter? Culturellement parlant, ces liens sont l’héritage du passé péninsulaire, et l’affirmation de l’identité et du particularisme de chacun. Dans ce cas, la frontière lusitanienne ne fait pas sens: elle n’est pas un référent pour les populations. Pourtant, ce type d’identification ne semble pas, comme le pensait E. Albertini, être un mode d’opposition aux Romains. Si nous prenons l’exemple de l’inscription CIL, II, 804, provenant du municipe de Capera, nous nous trouvons face à une dédicace collective de la gentilitas à ses ancêtres: « Dis Laribus Gapeticorum gentilitatis30 ». Ce culte pratiqué de façon collective sert d’élément de cohésion de tous les membres de la gentilité31. Par ailleurs, la présence de cet autel en ce lieu montre l’existence d’un support territorial des liens de parenté : ce qui est ici essentiel, c’est de constater que ce référent territorial se situe et se confond désormais avec Capera, c’est-à-dire là où se trouvait le territorium de cette gentilitas. De même, la mention des dieux Lares est un signe de l’influence de la religion romaine sur ce qui, au départ, est une forme de culte indigène. L’utilisation même de la forme latinisée du gentilice, Gapeticorum, au lieu de Gapeticum que l’on trouve ailleurs, en est une autre preuve. Ainsi, nous avons ici un bon exemple de la capacité de Rome à s’adapter aux réalités pré-existantes dans le but d’une meilleure intégration à l’Empire. D’un point de vue régional, la frontière provinciale, plus qu’une limite, représente un espace de transition entre deux territoires, entre deux espaces vécus, entre deux cultures.

12Espace de transition, certes, mais envisagée à l’échelle péninsulaire, la frontière provinciale est avant tout un espace d’échanges comme l’ont démontré depuis longtemps les études sur le commerce de marchandises ou encore les migrations de population. Loin d’être une barrière étanche, les mouvements sont nombreux. Mais en est-il de même d’un point de vue culturel? Ou bien existe-t-il, au contraire, une identité provinciale, une culture qui s’affirmerait comme lusitanienne à proprement parler et à laquelle correspondrait la ligne frontalière marquée par les Romains?

  • 32 E. W. Haley, Migration and Economy ; B. Martineau et A. Tranoy, « Migrations et courants migratoire (...)
  • 33 C’est la raison pour laquelle n’ont pas été pris ici en compte les attestations de milites, notamme (...)
  • 34 P. Sillières, « Les voies de communication », pp. 441-452; Id., « Voies romaines », pp. 73-85: les (...)
  • 35 Cf. fig. 3, « Répartition des Lusitaniens en Hispanie ».

13Les migrations étant un sujet déjà assez bien étudié par ailleurs32, nous avons préféré dans un premier temps, non pas nous pencher sur les étrangers vivant en Lusitanie, mais accorder une attention toute particulière aux villes d’accueil des Lusitaniens dans l’ensemble de l’Hispanie romaine (fig. 3), c’est-à-dire aux pôles privilégiés d’immigration, s’il y en a. L’objectif n’est pas ici de travailler sur les causes de ces départs33 mais sur leur répartition. Au contraire, la représentation cartographique, toujours très explicite, permet de constater des déplacements plutôt « de proximité »: ce sont de petites distances, des déplacements frontaliers, et non des échanges avec d’autres provinces plus éloignées. Deux pôles d’attraction principaux sont à distinguer: la frontière septentrionale, avec le conventus Bracaraugustanus, mais surtout la frontière sud-est, en particulier la frontière avec la Bétique. Cela confirme bien les liens anciens et intenses qui existaient entre les deux provinces et que nous pouvons notamment retrouver avec les échanges de marchandises. Là, il existe une très forte concentration à très courte distance de la frontière provinciale. Certes, la Bétique est une province dynamique, mais nous pouvons peut-être faire l’hypothèse que, dans cette zone, la frontière est, dira-t-on, quasi artificielle: il n’y a pas de réelle coupure entre les zones qui se situent de part et d’autre de cette limite, comme s’il y avait une continuité naturelle. Les habitants originaires de Lusitanie, de par leur nombre et leur proximité géographique (moins de 100 km) semblent s’y être installés sans vraiment être partis de chez eux, sans doute pour aller travailler dans les mines. Cela est d’autant plus facile que le sud-est lusitanien est très bien relié à la Bétique par un important réseau de voies de communication34. Ainsi, la frontière lusitanienne semble bien moins jouer le rôle de barrière que les reliefs de la Sierra Morena qui se présentent comme une sorte de coupure entre les deux espaces, puisqu’au sud de ceux-ci, les Lusitaniens sont bien moins nombreux, voire quasiment absents. Par conséquent, sur cette carte35 apparaît nettement le prolongement des liens naturels et culturels entre la Lusitanie et la Galice, d’une part, et la Lusitanie, depuis la vallée du Tage et le sud de l’Hispanie, d’autre part.

14En parallèle, nous avons voulu vérifier si d’un point de vue administratif, et donc davantage soumis au cadre romain, la frontière provinciale constituait également une zone d’échanges. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes uniquement concentrés sur les attestations de magistrats d’Hispania dont la carte des déplacements (fig. 4) nous permet de faire plusieurs constats.

  • 36 AE, 1952, 49 Augusta Emerita: [M(arco) Aemilio Lepid]o L(ucio) Arrun[tio], / co(n)s(ulibus) decurio (...)

15Tout d’abord, il faut remarquer que malgré le modèle très cadré imposé par les Romains pour organiser l’Hispanie d’un point de vue administratif, ce carcan n’est pas aussi rigide qu’il paraît puisque nous pouvons constater que les magistrats locaux pouvaient avoir à se déplacer d’une province à l’autre, que ce soit pour des motifs personnels, mais aussi politiques. C’est ainsi, par exemple, que M. Aemilius P.f. Gal. Fronto et P. Mummius P.f. Gal. Ursus ont été envoyés dans la capitale lusitanienne par la cité d’Ugia en Bétique pour établir un hospitium, vers l’an 6 ap. J.-C.36.

Fig. 3. — Répartition des Lusitaniens en Hispanie

Fig. 4. — Déplacements de magistrats

  • 37 AE, 1964, 276 (HAEp, 2685) Mirobriga: C(aio) Agrio Ru/po Silonis, / adlecto Ita/licensi. / M(arcus) (...)
  • 38 ILER, 6398 Augusta Emerita: Rufo Ulpio Tritiensi, / allecto Emerita, / excussato, Traiani / decuria (...)

16Par ailleurs, nous connaissons à ce jour en Lusitanie deux personnages qui ont bénéficié d’une adlectio de cités: C. Agrius Rupus37 et Rufus Ulpius38. Cet honneur leur permettait d’être élus à des charges municipales. Quelles peuvent en être les motivations? Différentes hypothèses sont plausibles: des relations d’amicitia ou des réseaux commerciaux importants établis avec la civitas qui font de ces individus des notables locaux, un héritage familial dont ils ont pu bénéficier dans la région, ou bien encore, et c’est fort possible, des liens matrimoniaux qui les relient dès lors à leur nouvelle cité. La question se pose alors de savoir quels étaient les liens qui unissaient ces cités d’accueil à celle d’où ces hommes étaient originaires.

  • 39 Voir supra pp. 177-179, notamment note 18.

17Il est également intéressant de constater que, mis à part le cas du flamen d’Hispalis dont le nom laisse à penser qu’il a des origines vettones39, toutes les autres attestations montrent des personnages qui viennent en Lusitanie. Nous ne disposons d’aucune trace de magistrats lusitaniens qui partiraient vers les autres provinces hispaniques. Comment l’expliquer? doit-on voir dans les cités lusitaniennes un intérêt particulier? politique comme à Augusta Emerita? économique, comme l’on pourrait le croire à Salacia et Mirobriga ?

  • 40 CIL, II, 34 (ILS, 6894 ; ILER, 1585) Salacia: L(ucio) Porcio L(ucii) f(ilio) / Gal(eria) Himero, / (...)
  • 41 CIL, II, 4990 = 5162 (ILER, 5264) Balsa: T(ito) Manlio / T(iti) f(ilio) Quir(ina) Fau/ stino Bals(e (...)
  • 42 AE, 1969-70, 227 = IRCP, 111 Myrtilis: D(is) M(anibus) S(acrum). / Q(uintus) Memmius M(arci) f(iliu (...)
  • 43 Ces différentes inscriptions attestent de Memmii qui ont, dans chacune des cités, érigé des statues (...)
  • 44 AE, 1984, 526 Tocina (Séville): M(arcus) Cassius M(arci) f(ilius) Gal(eria) tribu / Sempronianus O/ (...)
  • 45 R. Étienne, « Diffusor olei », p. 656 considère qu’il fait partie de « l’aristocratie marchande », (...)

18Enfin, cette carte vient conforter le constat que nous avons fait à propos de l’émigration lusitanienne: si, certes, ce n’est pas la seule région concernée, le sud-est lusitanien semble toutefois très lié à la Bétique. Favorisées par la proximité géographique et les routes qui relient directement ces deux régions, les deux capitales provinciales, qui sont par définition les deux cités les plus rayonnantes, sont de fait rapprochées et constituent ainsi un pôle particulièrement dynamique. À cela s’ajoute la présence de riches familles, connues par des évergètes, des magistrats mais aussi de riches marchands ou propriétaires terriens que l’on retrouve de chaque côté de la frontière et qui développent leur réseau par des liens matrimoniaux. Ainsi en est-il par exemple de L. Porcius Himerus40 et de T. Manlius Faustinus41 attestés respectivement à Salacia et Balsa, toutes deux grandes cités commerciales et portuaires. Pourtant, au contraire de la Bétique, ces gentes sont rares en Lusitanie. Ces individus ont donc probablement migré de l’autre côté de la frontière pour développer leurs affaires. Il en est peut-être de même pour Q. Memmius42 à Myrtilis à la fin du iie siècle. Memmius est la seule attestation dans le conventus alors que d’autres sont connues à Hispalis, Gades ou encore Malaca43. Serait-ce un riche propriétaire terrien de la région, originaire en réalité de l’autre côté de la frontière? Un notable de Bétique installé en Lusitanie par des liens matrimoniaux? le bénéficiaire d’un riche héritage? Ou bien serait-ce un marchand aux affaires florissantes, à l’image de M. Cassius Sempronius44, parti lui, s’installer en Bétique? Originaire d’Olisipo, ce dernier est connu à la fin du ier-début du iie siècle à proximité d’Hispalis comme étant un riche diffusor olearius à la position sociale élevée45.

19S’il ne semble pas que la frontière devienne un référent culturel dans lequel se reconnaîtrait l’ensemble de la population, la frontière provinciale apparaît en tout cas clairement comme une interface à l’échelle péninsulaire comme régionale qui se concentre sur l’axe sud-est de la Lusitanie/sud de la Bétique, passant par Augusta Emerita-Hispalis. Comme toute interface, cette frontière ne se présente alors non plus comme une limite, mais comme une zone de contacts et de relations entre des cultures et des territoires différents, un espace privilégié d’échanges culturels en plein cœur dynamique de l’Hispanie.

20Avec la réorganisation augustéenne, toutes les communautés soumises à Rome sont incluses dans ce nouvel espace, réordonnées de façon différente par rapport au passé, d’une manière qui se veut plus efficace. C’est donc là un instrument de maîtrise du territoire fondamental, surtout à l’échelle locale et régionale. De ce fait, le tracé de la frontière dessert des objectifs particuliers et évolue en conséquence. Mais, si il apparaît d’abord comme un cadre administratif rigide, une limite, il est dans la réalité beaucoup plus souple: espace de transition ou zone d’influence, la frontière est aussi et surtout un espace d’échanges, une interface entre diverses entités qui répond à des attentes différentes selon que l’on considère l’espace d’un point de vue politique ou bien à travers l’œil des populations vivant en Lusitanie. Ainsi, la limite provinciale est un identifiant géographique et politique, mais pas forcément culturel, et ce même si, comme nous l’avons vu, un effort a été fait pour qu’il y ait adéquation entre unité provinciale et unité ethnique. L’espace provincial est sans doute le théâtre de la mise en scène du pouvoir, mais c’est aussi un espace pensé, un espace construit, un espace vécu: la question de l’identité provinciale et la notion de frontière culturelle qui lui est intimement liée est par conséquent un concept à géométrie variable.

Notes

1 Les villes de Lusitanie.

2 M. Navarro Caballero et J. L. Rámirez Sádaba (éd.), Atlas antroponómico.

3 P. Sáez Fernández, « Estudio sobre una inscripción catastral », p. 206, et pp. 218-220; A. Aguilar Sáenz et alii, « La ciudad antigua », pp. 110-111; M. Clavel-Lévêque, « Un plan cadastral à l’échelle », p. 176; P. Sáezfernández, « Nuevas perspectivas », pp. 100-103; J.-G. Gorges, « Nouvelle lecture », pp. 8-10.

4 Plin., Nat., III, 14.

5 Ptol., II, 5, 7.

6 E. Albertini, Les divisions administratives, p. 40.

7 J. Alarcão et alii, « Appendice », p. 328. La même hypothèse était d’ailleurs émise pour la frontière nord et la civitas Baniensis. Toutefois, cette possibilité a été depuis remise en cause. À ce sujet, je tiens ici à remercier vivement J. J. Palao Vicente qui m’a aimablement transmis le résultat de sa recherche, sujet d’un article non publiéau moment de la rédaction de mon travail: J. M. Vallejo Ruiz et J. J. Palaovicente, « Mitos ». Les auteurs démontrent en effet, à partir des données onomastiques, que le tracé de la frontière provinciale dans la région actuelle de Tierras de Sayago se calque en réalité sur le cours du Durius.

8 A. Tranoy, La Galice romaine, p. 118 et carte VIII.

9 Cf. CIL, II, 484 (ILS, 1372 ; ILER, 1529) Augusta Emerita: C(aio) Titio C(aii) f(ilio) Cl(audia) Simili Agrippinensi, proc(uratori) prov(inciae) / Lusitaniae et Vettoniae et curatori reipu/blicae Emerit(ensium), proc(uratori) prov(inciae) M[oe]siae Inferio/ris eiusdem provinciae ius gladii, prae/ posito vexill(ationis) e[xerciti pe]r Asiam L[y]ciam / Pamphyliam et Phrygiam, primipilo leg(ionis) / III Aug(ustae) Piae Vindicis, Principi Peregrin(orum), / centurioni frumentar(io), centurioni legion(is) X / [Gem(inae) P(iae) F(idelis)]. Plusieurs travaux ont fait le point sur cette inscription avec plus ou moins de succès : M. Ribagorda, « C. Titio Simili », pp. 277-290 ; A. Jiménez de Furundarena, « C. Titius Similis », pp. 171-176 ; S. Lefebvre, « Procurateurs en Hispanie », pp. 253-284.

10 Ch. Bonnaud, « Vettonia antiqua », pp. 171-199.

11 Ibid., p. 195.

12 A. Aguilar Sáenz et alii, « La ciudad antigua de Lacimurga », pp. 111-113, fait un très utile état de la question sur le statut de cette civitas, très largement débattu.

13 CIL, II, 823 Capera: L(ucius) Publi/cius L(ucii) f(ilius) / Pap(iria) Thi/amus Emerit(ensis) / an(norum) XXVII. / H(ic) s(itus) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(evis). / Caecilius / Vetto so/dali cip/pum / d(e) s(uo) f(ecit).

14 Capera fait de plus partie des cités qui ont bénéficié d’une promotion flavienne. Or, cette inscription semble bien y être postérieure.

15 CIL, II, 822 Capera: L(ucius) Domitius / T(iti) f(ilius) Gal(eria) Vetto / Otobesani. / H(ic) s(itus) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(evis). / Domitius / Fortunat(us) / patrono / d(e) s(uo) f(ecit).

16 CIL, II, 3844 = CIL, II2 / 14, 340 Saguntum: Sergiae M(arci) f(iliae) / Peregrinae. / M(arcus) Sergius Vetto / amitae.

17 P. Sillières, Les voies de communication, pp. 441-452; Id., « Voies romaines et limites », avec notamment l’importante voie Hispalis-Augusta Emerita-Asturica.

18 CIL, II, 1074 (ILS, 5544) Canama: L(ucius) Attius Qui(rina) Vetto, flamen, / IIvir m(unicipes) m(unicipii) Flavi Canam(ensis), / suo et L(uci) Atti Vindicis f(ilii) et / Attiae Autuminae f(iliae) et / Antoniae Proculae neptis nomine, / porticus lapideas marmoratas solo / suo ludis sc(a)enicis impensa sua factis, epulo / dato d(edit).

19 J. Untermann, Elementos de un atlas, pp. 98-99 montre à travers l’exemple de Celtiber qu’un ethnonyme peut se diffuser hors de la région d’origine de ce peuple et rappeler ainsi l’identité ethnique initiale.

20 CIL, II, 1075 Canama: ]s et portic[us - - - / - - - Anto]nia Q(uinti) f(ilia) Procu[la //] Rustic/[us ---] L(ucius) Att]ius Vetto / [- - -] sua inpen/[sa - - -] proneptis d(edit).

21 Voir R. Étienne, Le culte impérial, cartes 5 et 6.

22 J. Alarcão et alii, « Appendice », p. 324, proposent le passage de la frontière entre Metellinum et Iulipa (Zalamea de La Serena).

23 Voir à ce titre les cartes proposées dans la thèse de J. M. Vallejo Ruiz, Onomástica indígena, qui prouvent que ce phénomène est assez fréquent.

24 B. G. F. Albalát, « La diosa Erbina », pp. 395-396.

25 S. Armani, « La transmission du gentilice », p. 92 conclue ainsi son article: « Le choix du nom relevait avant tout du domaine privé, celui des parents désireux de rendre hommage à tel ancêtre plutôt que tel autre ou celui d’un individu en quête d’une identité ».

26 AE, 1997, 790 Augusta Emerita: [-] Man[ilius / -] f. Man[---] / Turd(ulus), / PM[---] / ann(orum) XXC. / H(ic) s(itus) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(evis) ; CIL, II, 523 Augusta Emerita: D(is) M(anibus) S(acrum) / Pompeia(e) Cloutinae / Turdula(e), / ann(orum) LXV. / H(ic) s(ita) e(st) s(it) t(ibi) t(erra) l(evis).

27 AE, 1998, 709 = HEp, 8, 28 Augusta Emerita: L(ucio) Antonio / L(ucii) f(ilio) Quir(ina) / Vegeto Turdulo. / Iunia G(nei) f(ilia) / S[e]rena mat[er], / [fil]io pii[ssimo / fecit ou f(aciendum) curavit].

28 Str., III, 1, 6; 2, 11; 2, 15.

29 E. Albertini, Les divisions administratives, p. 111. Nous ne prendrons pas ici part au débat sur la question de la gentilitas qui mériterait à elle seule une analyse plus développée et approfondie, et permettrait ainsi de renouveler les connaissances que nous en avons aujourd’hui. Toutefois, le sujet a suscité un intérêt croissant ces dernières années, comme le prouve la bibliographie. À ce titre, voir plus particulièrement M. L. Albertos Firmat, « Organizaciones suprafamiliares »; E. Sánchez Moreno, « A propósito de los Gentilitates »; Ch. Bonnaud, « Vettonia antiqua »; S. Armani, « La transmission du gentilice ».

30 « Aux dieux Lares de la gentilitas Gapeticorum ».

31 C’est l’analyse développée par M. Salinas de Frías, « Las ciudades romanas », p. 259 et que nous reprenons ici en raison de la pertinence de cet exemple.

32 E. W. Haley, Migration and Economy ; B. Martineau et A. Tranoy, « Migrations et courants migratoires », pp. 229-239; J. Edmonson, « Inmigración y sociedad »; A. Caballos Rufino et S. Demougin (éd.), « Migrare ». La formation des élites.

33 C’est la raison pour laquelle n’ont pas été pris ici en compte les attestations de milites, notamment présents à Tarraco, tenus de par leur profession à des déplacements parfois lointains.

34 P. Sillières, « Les voies de communication », pp. 441-452; Id., « Voies romaines », pp. 73-85: les plus importantes étant celles d’Onoba-Pax Iulia, Corduba-Emerita, Astigis-Emerita, Italica-Emerita, et bien évidemment Hispalis-Emerita.

35 Cf. fig. 3, « Répartition des Lusitaniens en Hispanie ».

36 AE, 1952, 49 Augusta Emerita: [M(arco) Aemilio Lepid]o L(ucio) Arrun[tio], / co(n)s(ulibus) decuriones et municipes Mar/tienses qui antea Ugienses / fuerunt, hospitium fecerunt / cum decurionibus, et colonis / coloniae Augustae Emeritae / sibi liberis posterisq(ue) eorum / egerunt legati. / P(ublius) Mummius P(ubli) f(ilius) Gal(eria) Ursus. / M(arcus) Aemilius M(arci) f(ilius) Gal(eria) Fronto.

37 AE, 1964, 276 (HAEp, 2685) Mirobriga: C(aio) Agrio Ru/po Silonis, / adlecto Ita/licensi. / M(arcus) Castrici/us Lucianius et / C(aius) Valerius / Paezon ami/co optimo. Peut-être originaire de Mirobriga d’où provint l’inscription, C. Agrius Rupus bénéficie d’une adlectio en tant que décurion d’Italica.

38 ILER, 6398 Augusta Emerita: Rufo Ulpio Tritiensi, / allecto Emerita, / excussato, Traiani / decuriali. / S(it) t(ibi) t(erra) l(evis). Natif de Tritium, situé dans le conventus Cluniensis, Rufus Ulpius est accueilli par adlectio dans la capitale lusitanienne d’Augusta Emerita.

39 Voir supra pp. 177-179, notamment note 18.

40 CIL, II, 34 (ILS, 6894 ; ILER, 1585) Salacia: L(ucio) Porcio L(ucii) f(ilio) / Gal(eria) Himero, / IIvir(o) praef(ecto) pro / IIvir(o), flamini / divorum bis, / ob merita / pleps aere conlato. / Huius tituli honore / contentus impe(n)sam / remisit.

41 CIL, II, 4990 = 5162 (ILER, 5264) Balsa: T(ito) Manlio / T(iti) f(ilio) Quir(ina) Fau/ stino Bals(ensi). / Manlia T(iti) f(ilia) / Faustina / soror fra/tri piissimo, / IIvir(o) II, / d(ecreto) d(ecurionum) / epulo dato.

42 AE, 1969-70, 227 = IRCP, 111 Myrtilis: D(is) M(anibus) S(acrum). / Q(uintus) Memmius M(arci) f(ilius) Iccio/[---].

43 Ces différentes inscriptions attestent de Memmii qui ont, dans chacune des cités, érigé des statues à leurs défunts, ce qui indique un haut rang socio-économique: CIL, II, 1459 (ILS, 5493) = CIL, II2/5, 913 Estepa (Séville): Q(uintus) Memmius Optati f(ilius) / Quirina Niger / statuas duas aereas unam nominis sui / alteram patris poni iussit. / C(aius) Memmius Severus heres / solo suo fecit. ; CIL, II, 1460 (ILS, 5493a) = CIL, II2/5, 915 Estepa (Séville): C(aius) Memmius Optati f(ilius) / Quirina Severus/ statuas duas aereas / unam nominis sui / alteram fili(i) sui / poni iussit. / C(aius) Memmius Rufus / heres fecit; CIL, II, 5409 (ILER, 1756) Grazalema (Cadix): Me]mmiae [- - -] f(iliae) / Ael[iae Bassinae. Hu]/ic ord[o L]acidu[len(sium) / dec]revit laudatio[n(em), / im]pensam funeri[s, / locum] sepulturae, / [monu]ment(um) statuam. / [Ael]ia M(arci) f(ilia) Bassina / mater, / [h]onore accepto / [i]mpens(am) remis(it) ; CIL, II, 2059 (ILER, 1446) Cortijo del Almendralillo (Málaga) fait mention d’un édile et duumvir qui a été honoré: L(ucio) Memmio Quir(ina) / Severo, aed(ili), IIvir(o), / d(ecreto) d(ecurionum). / L(ucius) Memmius Severus / honore usus impensam / remisit.

44 AE, 1984, 526 Tocina (Séville): M(arcus) Cassius M(arci) f(ilius) Gal(eria) tribu / Sempronianus O/lisipon(ensis) diffusor / olearius a solo fec(it) / et dedicavit.

45 R. Étienne, « Diffusor olei », p. 656 considère qu’il fait partie de « l’aristocratie marchande », ce que semble d’ailleurs confirmer la plaque de marbre sur laquelle a été gravée avec soin l’inscription, elle-même entourée d’un cadre mouluré.

Notes de fin

* Je tiens à remercier tout particulièrement M. Navarro qui a eu la gentillesse de bien vouloir relire ces pages et de me prodiguer son avis expert et éclairé, ainsi que bien évidemment S. Lefebvre qui non seulement m’a donné l’occasion de présenter ici mon travail, mais a également suivi avec bienveillance chaque étape de ma réflexion.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Répartition de Vetto en Hispanie
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 2. — Répartition de Cantius en Hispanie
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 3. — Répartition des Lusitaniens en Hispanie
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 4. — Déplacements de magistrats
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16338/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

Auteur

UMR 5594 ARTeHIS - École doctorale LISIT

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search