Version classiqueVersion mobile

Roma generadora de identidades

 | 
Antonio Caballos Rufino
, 
Sabine Lefebvre

Onomastique et identité provinciale

Le cas de « lusitanus »1

Sabine Lefebvre

Résumé

La patria des habitants de l’Empire est la ciuitas où, dans la majorité des cas, ils naissent, vivent, participent à la vie politique, culturelle, sociale et économique. Cellule de base, la cité appartient cependant à un ensemble plus vaste, mis en place par le conquérant romain, la province. Comment ce cadre nouveau, purement administratif, est-il vécu par les provinciaux? À travers l’emploi de Lusitanus/a, nous pouvons réfléchir sur une éventuelle pratique identitaire provinciale.

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement Milagros Navarro et Meriem Sebaï de m’avoir aidée dans les dernières heures de (...)
  • 1 Projetée sans doute en 27 av. J.-C., l’organisation en trois provinces de la péninsule Ibérique sem (...)
  • 2 J. Alarção et alii, « Appendice », avec une carte.
  • 3 Elle est clairement identifiée pour les Romains qui, dans les sources littéraires, utilisent Lusita (...)

1Dans le cadre de ce volume consacré à l’identité provinciale, à sa réalité, à son expression par le biais de divers types de documents, j’ai choisi d’évoquer une province moins prestigieuse que l’antique Bétique ou que la grande Citérieure, une province qui est née de la volonté augustéenne, donc tardivement au regard des débuts de la présence romaine en péninsule Ibérique, une province qui a été constituée à la suite d’un redécoupage1 et dont les limites, longtemps imprécises2 sont aujourd’hui mieux connues. Cette formation sur la longue durée résulte sans doute de la nécessité de faire coïncider le cadre de vie des peuples de la région, les obstacles géographiques et la cohérence du cadre administratif. Limitée au nord par le Durius sur une partie de sa frontière, la province de Lusitanie3 ne retrouve un tracé fluvial qu’avec certaines portions de l’Anas, dans la région de Lacinimurga et au sud de Myrtillis.

  • 4 Voir pour un état récent: J. A Delgado Delgado, « Flamines provinciae Lusitaniae » ; D. Fishwick, « (...)

2Comment alors l’identité lusitanienne, récente, a-t-elle pu se construire? Si le culte impérial provincial, la présence du concilium prouinciae et le choix d’un grand prêtre4, interlocuteur privilégié du légat d’Auguste propréteur envoyé par le prince, sont l’expression la plus manifeste de l’existence de la province, peut-on percevoir à travers l’épigraphie si les provinciaux se sont sentis Lusitaniens, s’ils ont ressentis la fierté d’appartenir à cette petite province du bout de l’Empire? Ont-ils exprimé cette appartenance? Si oui, comment? C’est à cette question que je souhaite réfléchir plus particulièrement au fil de ces pages, en étudiant le terme Lusitanus/a dans le cadre des documents épigraphiques.

Le tri documentaire

  • 5 Il suffit d’interroger la banque de données épigraphiques de M. Clauss et de W. Slaby (http://www.m (...)

3Le dépouillement des sources épigraphiques fournit de nombreux documents5 mentionnant le terme Lusitanus/a. Mais de nombreux textes doivent être éliminés de notre étude, car ne se référant pas à la problématique identitaire.

  • 6 CIL, III, 60168, Pannonie supérieure.

4Ainsi, la présence du mot Lusitani6 découvert en Pannonie supérieure sur une patère argentée ornée d’animaux peut être interprétée de multiples façons. Mais en faire le témoignage de la fierté de son propriétaire d’être originaire de la province de Lusitanie est aller bien trop loin dans le jeu des hypothèses. Il nous faut donc renoncer à ce premier document.

  • 7 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, pp. 93-98 ; les cohortes connues ont é (...)
  • 8 RE, IV, 1, 1900, s. u. cohors, col. 311-314.
  • 9 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 96.

5Une grande masse de la documentation récoltée concerne les cohortes de Lusitaniens7 ; elles sont plusieurs à porter ce surnom8 et, si dans les premiers temps, elles ont pu être levées en Lusitanie, et plus précisément dans le cadre du peuple des Lusitani9, la majorité des auxiliaires y combattant sont, par la suite, issus principalement d’autres régions de l’Empire.

  • 10 AE, 1896, 1 = EE, VIII, 14 (ILS, 4510a) Ciuitas Igaeditanorum : [T]oncius / [T]oncetami / f(ilius), (...)
  • 11 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 530, parmi les surnoms; Grupo Méridaet alii (éd. (...)
  • 12 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 530; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 320, c (...)
  • 13 EE, VIII, 15 (ILS, 4510) Ciuitas Igaeditanorum : Ara(m) pos(uit) / Toncius / Toncetami f(ilius), I[ (...)
  • 14 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 192, n° 77.

6Parmi les Lusitaniens qui ont été recrutés dans ces troupes, on peut mentionner Toncius, fils de Toncetamus10, vétéran, qui après avoir été miles et signifer dans la cohors IIa Lusitanorum, dont on ignore le lieu de garnison, honore la Victoria à la suite d’un vœu, dans la ciuitas Igaeditanorum; il est sans doute originaire de la région, comme en témoigne la répartition du nom Toncius, utilisé comme nomen et comme cognomen11, particulièrement présent à Egitania, et, du nom Toncetamus12, porté par son père. Un autre document nous permet de confirmer son origine: c’est un Igaeditanus13. Il s’agit donc bien d’un Lusitanien recruté dans une cohorte de Lusitaniens, ce qui permet de dater les documents de la première moitié du ier siècle14.

  • 15 CIL, II, 432 = Conimbriga, 3 Ciuitas Aruacorum : Ti(berius) Claudius / Sanecius, eq(ues) / c(o)hor( (...)
  • 16 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 191, n° 73; F. H. Stanley Jr, Geogr (...)
  • 17 J. C. Olivares Pedreño, Los dioces de la Hispania céltica, p. 56.
  • 18 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 191. Il me semble donc que l’on ne (...)
  • 19 Il faut pourtant signaler le praef[ectus coh(ortis)] III Lus[itanorum?], mentionné à Tarraco (CIL, (...)
  • 20 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 495; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, pp. 291-2 (...)
  • 21 Conimbriga, 3; P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, pp. 191; 336.

7La situation est assez proche pour Tib. Claudius Sanecius15 ; cavalier de la cohors IIIa Lusitanorum16, il honore à la suite d’un vœu, dans la ciuitas Aruacorum, les dii et deae Conimbricenses17, divinités topiques de cette cité; P. Le Roux propose de voir dans l’implantation de cet autel sur la frontière entre la Citérieure et la Lusitanie, la marque du retour de ce soldat dans sa province d’origine18. Cette manifestation, même si elle n’entre pas dans le cadre de cette étude, doit néanmoins être prise en compte: en effet, elle peut être significative sur le rôle joué par le cadre provincial pour cet autochtone devenu citoyen romain par le service militaire. Intégré à l’Empire par sa promotion, Tib. Claudius Sanecius peut s’identifier aussi par une appartenance provinciale. Cette cohorte n’ayant jamais stationnée en Hispania, d’après nos connaissances actuelles19, il faut donc plutôt penser à un autochtone, originaire de Conimbriga, dont le surnom est attesté en Lusitanie20, et qui a été recruté dans l’armée avant 43 ap. J.-C.21.

  • 22 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 453 ; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 259.
  • 23 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 324; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 140, c (...)
  • 24 CIL, II, 5238, Porto de Mós, près de Collipo.
  • 25 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 226, n° 193; 336; J. P. Bernardes, (...)

8Un troisième document fait partie de cette série: C. Sulpicius Pelius22, fils de Celtius23, fut miles cohortis Lusitanorum et est attesté près de Collipo24. Il a été recruté après 50 ap. J.-C.25.

  • 26 Je n’ai pas retenu un document dont la lecture est très douteuse : J. Mangas et J. Vidal, « La dea (...)

9Dans ces divers cas26, les soldats recrutés ont mentionné leur cité d’origine, et non pas leur province, comme il est de règle dans le matricule du soldat.

  • 27 CIL, III, 14214 (ILS, 9107; AE, 1901, 40; 1904, 228; 1965, 39a; 1980, 794), Tropaeum Traiani.

10Mais les matricules des militaires sont parfois, dans le cas qui nous occupe, une source d’imprécision, que confirme un texte très célèbre mais très lacunaire, venant de Tropaeum Traiani, aujourd’hui Adamclissi, en Mésie inférieure27. Il s’agit d’un texte gravé sur un autel pour célébrer la mémoire des soldats morts lors de la guerre contre les Daces sous le règne de Domitien. L’autel repose sur un socle carré de 16 m de côté, à gradins ; il est haut de 4,5 m et large de 12,5 m environ.

  • 28 A. S. Stefan, Les guerres daciques, p. 437. Voir aussi G. Tocilescu, Fouilles et recherches, fig. 4 (...)

11Il était recouvert de plaques inscrites. Sous le nom du préfet du prétoire Cornelius Fuscus, figurent les noms et matricules de très nombreux soldats, les fortissimi uiri qui pro republica morte occubuerunt, sans doute près de 3 à 4000 soldats. Le nom du prince figurant dans l’inscription dédicatoire pourrait aussi bien être le nom de Domitien que celui de Trajan28, aujourd’hui préféré.

Fig. 1.— CIL, III, 14214

  • 29 CIL, III, 14214, 9 Tropaeum Traiani : D(is) [M(anibus)] / […] Art(orius) Sa/tur(ninus) Sisc(ia) / (...)

12Parmi les soldats auxiliaires, deux anonymes sont mentionnés comme Lusit(anus). À côté de cette indication, plusieurs cités sont mentionnées comme Clunia, Cemelenum, Pollentia, Roma, Vienna, Forum Iuli… Mais figurent également les termes Be[l (louacus)], Tun(ger), Batau(us), qui renvoient à des noms de peuples, et Nor(icus) au nom d’une province mais aussi d’un peuple. Que faire de Lusitanus? Un nom de peuple ou un dérivé du nom de la province? On pourrait aussi penser au corps qui avait recruté ces hommes, une cohorte de Lusitaniens étant connue à Tropaeum Traiani29.

13Cette première étape, éliminer les documents qui ne peuvent aider comme marqueurs de l’identité lusitanienne, est indispensable, afin de ne retenir que les textes véritablement utiles.

Lusitanus, cognomen ou ethnique?

  • 30 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales.
  • 31 Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas.

14Ainsi quelques documents, heureusement, nous permettent d’envisager une étude de l’emploi de Lusitanus/a dans la présentation identitaire d’un individu. Il apparaît ainsi qu’en Lusitanie, Lusitanus/a n’est pas un élément onomastique: aucun individu actuellement recensé ne porte ce cognomen dans la province. De plus, dans le cadre de son bilan sur l’onomastique latine de péninsule Ibérique, J.M. Abascal Palazón30 ne fait pas figurer Lusitanus comme cognomen. Le Grupo Mérida31 fait de même. Mais, dans la province la plus occidentale, personne non plus ne se désigne comme étant un Lusitanus, un habitant de la Lusitanie. C’est donc en dehors de la province que nous devons chercher les attestations, en péninsule Ibérique mais aussi ailleurs.

  • 32 CIL, II, 2559 + p. XLV + LXXX + 707 = 5639 (ILS, 7728; ILER, 250) = CIRG, I, 2 = MiliariHispanico, (...)
  • 33 P. Le Roux, « Mars dans la péninsule Ibérique ».
  • 34 A. Tranoy, La Galice romaine, p. 243.
  • 35 P. Le Roux, « Le phare, l’architecte et le soldat », p. 139.

15Le meilleur exemple hispanique est sans nul doute celui de G. Seuius Lupus32, originaire d’Aeminium. Architecte, ce personnage a honoré Mars Auguste33 à la suite d’un vœu dans une inscription découverte à La Corogne, sur un rocher de granit situé à quelques mètres du phare. À côté de son origo, il a ajouté, Lusitanus. L’inscription serait datée des ier/iie siècles selon A. Tranoy34, plutôt du 3e quart du ier siècle selon P. Le Roux35.

  • 36 E. W. Haley, Migration and Economy, p. 70; 398; F. H. Stanley Jr, Geographical Mobility in Roman Lu (...)
  • 37 Il soutenait le forum de la ville, et aurait été mis en place sous le règne de Claude. Cf. J. M. Ol (...)
  • 38 A. Tranoy, La Galice romaine, p. 243, note 373.
  • 39 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 221: cinq attestations; Grupo Mérida et alii (éd. (...)
  • 40 Il faut placer le document après l’octroi du droit latin aux cités pérégrines de péninsule Ibérique (...)
  • 41 P. Le Roux, « Le phare, l’architecte et le soldat », p. 137, et en particulier note 14.
  • 42 Ibid., p. 135.
  • 43 Ibid., pp. 135 sqq.
  • 44 Ibid., pp. 137-138.
  • 45 Mais, suivant en cela P. Le Roux, je pense qu’il ne convient pas de faire de lui un architectus nau (...)
  • 46 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, pp. 119-121.

16Venu de Lusitanie, et plus spécifiquement d’Aeminium36, pour construire le phare établi sur un promontoire à 2 km au nord de la ville, l’individu est un architecte, que certains pensent pouvoir mettre en relation avec l’auteur du grand cryptoportique37 d’Aeminium38 dont il est originaire. Sa dénomination ne permet pas de le rattacher à une famille fortement implantée en Lusitanie: en effet, le gentilice Seuius est peu fréquent en péninsule Ibérique39. Mais, citoyen romain issu d’une petite cité pérégrine de droit latin40, il est aussi un Lusitanien. En indiquant son origine lusitanienne, en plus de son origo, il permet ainsi aux lecteurs du texte de le replacer dans un cadre géopolitique précis: Aeminium était-elle connue des habitants de la région où il a exercé ses talents? Cela est peu probable41. Mentionner sa province est une « sécurité » mais aussi une façon d’exprimer sa fierté: il montre ainsi que sa valeur a conduit les promoteurs du phare à le demander lui, et à le faire venir d’une autre province, certes très voisine, alors que de bons architectes devaient se trouver en Citérieure. C’est en effet à titre privé qu’il serait intervenu, comme le rappelle P. Le Roux42. Sa renommée aurait dépassé les frontières provinciales. Mais on ne peut évacuer le contexte militaire, présent par la dédicace à Mars Auguste43. La « carte d’identité » de G. Sevius Lupus figurant sur le rocher de La Corogne est en effet très proche de celle des soldats qui mentionnent leur origo44. Il pourrait donc s’agir d’un architecte militaire45, à qui on aurait demandé de travailler sur un projet précis, comme d’autres ingénieurs militaires46. Dans cette courte dédicace religieuse, qui ne figure pas sur le phare mais à côté, le contexte privé ne nécessitait pas la mention des troupes éventuellement appelées pour l’édification du monument. Mais ce qui est apparu comme important aux yeux de l’architecte, c’est son matricule, complété par la mention de sa province d’origine. Est-ce là une manifestation du sentiment d’appartenance à une communauté politique? Ou plus simplement une simple précision sur la localisation de sa cité Aeminium, cadre référent de l’identité d’un individu? Il est aujourd’hui difficile de le savoir.

  • 47 HAE, 2145 = IRLeón, 232 (HEp, 1, 405) = ERPLeón, 197 = ILAstorga, 128 Santa Marina de Samoza: [D(is (...)
  • 48 Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 216, carte n° 172.
  • 49 Ce nom pourrait être rapproché de Cabrula, connu en Lusitanie; cf. Grupo Mérida et alii (éd.), Atla (...)
  • 50 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 441.
  • 51 Ibid., pp. 401-402; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 215, carte 170.
  • 52 E. W. Haley, Migration and Economy, p. 72, n° 447; F. H. Stanley Jr, Geographical Mobility in Roman (...)
  • 53 Il s’agit de mines d’or.
  • 54 A. Tranoy, La Galice romaine, p. 233, note 288.

17La recherche de travail fournit également une explication pour le dossier suivant: il s’agit d’une inscription découverte à Santa Marina de Samoza, en Citérieure47. La stèle funéraire de Lubaecus48 Cabruleicus49, un esclave décédé à plus de 10 ans — le texte est incomplet après un premier X —, est mise en place par Nomia, dont le nom est inconnu en Lusitanie et même ailleurs en Péninsule50 et par Longinus, dont le nom, lui, est connu en Lusitanie51. Ce dernier se présente comme étant Lusitanus52. Il serait venu dans cette zone minière de Teleno53 afin d’y travailler, comme d’autres hommes libres répertoriés par A. Tranoy54.

  • 55 IRG, II, 46 (ILER, 4188) = IRPL, 33 Lugo: Valeriae Fron/tillae, an(norum) XXII, / filiae sancti/ ss (...)
  • 56 F. H. Stanley Jr, Geographical Mobility in Roman Lusitania, p. 252.
  • 57 Ibid., p. 263.

18Un autre texte funéraire peut également être retenu : il s’agit de l’hommage posthume de Valeria Frontilla55, rendu par son père, M. Valerius Fronto, dont le métier n’est pas mentionné, mais qui lui aussi se dit Lusitanus, sans plus de précisions56. Les qualités attribuées à la jeune défunte sont à la fois classiques — elle est une filia sanctissima —, mais aussi originales, étant une discipula carissima. Ce terme est rarement employé en épigraphie: ce document est le seul en péninsule Ibérique, et dans tout l’Empire seule une douzaine de textes mentionnent des discipulina, dans des contextes très divers. Doit-on comprendre dans le cas présent discipula dans son sens strict d’écolière, ce qui pourrait nous donner un indice sur le métier du père, maître d’école57 ? C’est sans doute aller trop loin dans l’interprétation du texte. Quoi qu’il en soit, le père est venu s’installer à Lugo, où sa fille est décédée, venant de Lusitanie. Le choix identitaire, qui ici privilégie la province au détriment de la cité est sans doute lié, à la méconnaissance de la géographie administrative de Lusitanie par les habitants de Lugo. Mentionner la province permet d’être situé dans un cadre autre que celui de la cité de Lugo et de la province de Citérieure; il montre que M. Valerius Fronto a assimilé le cadre romain, ce qui pour un personnage sans doute du iie siècle, n’est pas étonnant.

  • 58 CIL, II, 5390 + p. 1037 (ILER, 5363) = CILA Se, 120 Hispalis: D(is) M(anibus) [s(acrum)] / Paullia[ (...)

19Le dernier cas découvert en péninsule Ibérique concerne une femme, Paullia[na… .] Lusitana58 ; il s’agit d’une inscription funéraire gravée sur un autel de marbre blanc, découverte à Hispalis. Le document est cassé un peu à gauche — on voit la marque de l’angle de la moulure en haut à gauche — et beaucoup à droite.

Fig. 2. — CILA Se, 120, p. 291, fig. 53

  • 59 Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 258.
  • 60 Ibid., p. 258, carte 226.
  • 61 E. W. Haley, Migration and Economy, p. 63, n° 234.
  • 62 S. Lefebvre, « Les Africani en péninsule Ibérique ».

20Dans la lacune de la ligne 2, on peut sans doute restituer une filiation, si l’on considère que Paullia [na] est son gentilice: Paullianus existe comme surnom et comme nom unique en Lusitanie, mais à trois reprises seulement, dont deux originaires de Conimbriga59. Paulinius existe également comme gentilice, comme cognomen et comme nom unique60. Mais la place suffit-elle pour restituer également un surnom à la fin de la ligne? Si oui, alors Lusitana de la ligne 3 est bien la marque de son origine géographique, ce que propose dans sa traduction l’auteur des CILA, tout comme E. W. Haley61. Mais si la place est insuffisante, il faut alors envisager que Lusitana puisse être le surnom de la défunte. Il pourrait alors rappeler l’origine géographique de la famille, sans que nous puissions en être assuré62. Or le texte semble bien centré, et je doute que l’on ait la place ligne 2 de mettre un cognomen. On peut évidemment comprendre Paulliana comme nom unique, mais alors son père, pérégrin, ne serait pas mentionné par un prénom latin abrégé court, mais par un nom unique, ce qui occuperait aussi de la place. La compréhension du texte, et donc le rôle de Lusitana ne peut donc être précisé avec sureté: surnom (il serait alors un hapax)? ou origine tribale? ou identité provinciale?

21Mais on ne peut négliger les documents provenant d’autres régions et mentionnant également des Lusitani.

  • 63 CIL, VIII, 6309 (p. 965) = 19296 (ILS, 2513) = ILAlg., II, 9442 Castellum Phuensium : Ti(berius) Cl (...)
  • 64 J. Gascou, « Pagus et castellum ».

22Le premier concerne Tib. Claudius Cilius63, fils de Mantaus, qui se dit Lusitanus, alors que l’on attend, dans la présentation de ce cavalier de l’ala Ia Pannoniorum un matricule plus conforme à la règle. Datée du milieu du ier siècle comme en témoigne la dénomination du personnage, l’inscription a été découverte dans la nécropole du Castellum Phuensium, qui est un des pagi de Cirta64.

Fig. 3. — Stèle de Tib. Claudius Cilius, CIL, VIII, 6309

(cliché de l’auteur)

  • 65 Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 227, carte 189.
  • 66 CIL, II, 1319 = IRPCadiz, 8 Asido: D(is) M(anibus) / Ti(beri) Claudi / Q(uinti) f(ilii) Cili, ann(o (...)

23C’est donc à la fin de son service comme auxiliaire que ce Lusitanien a reçu la citoyenneté romaine. Le nom de son père pérégrin, Mantaus, est bien attesté en Lusitanie65, et tout particulièrement dans la zone entre le Tage et le Douro, dans la région de Cauria et d’Igaedis. Il est bien entendu impossible d’affirmer que le cavalier mort à Phua est originaire de l’une de ces cités, mais son origine lusitanienne ne peut être niée. On connaît un autre Tib. Claudius Cilius à Asido en Bétique66, mais qui ne peut être assimilé car les deux documents sont des stèles funéraires. Il est d’ailleurs impossible d’établir un lien entre les deux hommes, le père du Baeticus étant un Quintus, alors que le soldat mort en Numidie est un Tiberius.

  • 67 ILAlg., II, 6876 Sila: T(itus) CCNVRI / T TMV/NI Lusita(nus) / ueter[a]n(us) / u(ixit) a(nnos) […].
  • 68 Les liens entre les provinces africaines et hispaniques sont anciens et forts; cf. S. Lefebvre, « L (...)

24Le second est également lié au domaine militaire; il s’agit d’une inscription funéraire découverte à Sila (Numidie)67, en réemploi dans le dallage de la basilique chrétienne. Malheureusement le texte est en mauvais état, et seuls quelques mots peuvent être lus et compris. On apprend ainsi que le défunt, dont le prénom est Titus, est un vétéran originaire de Lusitanie —le terme Lusitanus est bien visible—, installé et décédé sur place68. Nous ignorons malheureusement le corps dans lequel il a servi, ce qui aurait pu nous fournir une datation pour ce document.

  • 69 IAM, 82 = IAM Sup., 82 Souk el Arba du Rhab: [Imp(erator) Caes(ar) … Antoninus Aug(ustus) Pius … eq (...)

25Le troisième cas est issu d’un diplôme militaire découvert en Maurétanie Tingitane, à Souk el Arba du Rhab69, diplôme destiné à un [… S] eueri filius Lusit (anus), en 154. Mais le document est malheureusement très abîmé dans sa partie inférieure, pour nous la plus intéressante.

  • 70 CIL, XII, 4539 Narbonne: T(itus) Vicorlius / T(ito) Sex(to) Manlio / Lusitano ; cf. CAG, 11, 1 Narb (...)
  • 71 CIL, XII, p. 877.
  • 72 M. Gayraud, Narbonne antique, p. 469, note 577.
  • 73 Ibid., p. 470.
  • 74 M. R. García Martínez, Contribución de la provincia Lusitania, p. 462.
  • 75 M. L. Bonsangue, « Des affaires et des hommes », p. 50, note 167.
  • 76 M. Gayraud, Narbonne antique, p. 469.
  • 77 CIL, XII, 4377 (ILS, 7476) Narbonne: L(ucius) Afranius Cerialis l(ibertus) / Eros, III(I)IIvir Aug( (...)
  • 78 ILGN, 586 Narbonne: M(arco) Fabio / MMM(arcorum) l(iberto) Gi[…] / mercator[i …] / [Co]rdubensi(?).
  • 79 CIL, XII, 4536 Narbonne: C(aius) Iulius C(ai) f(ilius) / Gal(eria) Italus, / eques Romanus, / ex Hi (...)
  • 80 M. Gayraud, Narbonne antique, p. 472.

26Mais d’autres provinces sont à prendre en considération: ainsi en Narbonnaise, est connu un T. Sextus Manlius Lusitanus70. Dans le CIL, il est précisé que le texte est abîmé, et O. Hirschfeld s’interroge pour savoir si Lusitanus est un élément onomastique ou un ethnique: dans l’index, on trouve ainsi Sex. Manlius Lusitanus71. M. Gayraud a tranché en préférant voir dans la mention de Lusitanus un cognomen dérivé du nom d’une région72, tout en dénommant le personnage T. Manlius quelques pages plus loin73, et en faisant alors de Lusitanus la marque d’une origine. Mais il regroupe ensemble des personnages de statuts très divers dont des affranchis, ce qui ne semble pas être le statut de T. Sextus Manlius Lusitanus. Enfin, M. R. García Martínez74 le dénomme bien T. Sextus Manlius et précise que, pour elle, Lusitanus est la marque de son origine75. Pour M. Gayraud, le second personnage mentionné, T. Vicorlius est lui aussi un hispanique76. Ce ne sont d’ailleurs pas les deux seuls individus originaires de la Péninsule que l’on trouve à Narbonne: L. Afranius Eros, affranchi de Cerialis est de Tarraco77, M. Fabius M.M.M.l. Gi […] mercator, est de Corduba78, C. Iulius Italus, chevalier romain, est de Ségovie79… Soit au total, selon M. Gauraud, neuf incolae originaires de cette partie de l’Empire80.

  • 81 CIL, VI, 10048 + p. 3489 + 3903 = CIL, XIV, 264 (ILS, 5287) = AE, 1957, 20 = 1967, 127 Rome : [C(ai (...)
  • 82 CIL, XIV, 2884 = *264 = IX, *628 Palestrina: C(aio) Appuleio Diocli / agitatori primo fact(ione) / (...)
  • 83 E. W. Haley, Migration and Economy, p. 13.
  • 84 AE, 1962, 51 = CIL, II2/7, 364 Corduba.
  • 85 Voir, dans ce même volume, P. Le Roux, « Identités civiques, identités provinciales dans l’Empire r (...)

27Enfin certains ont gagné l’Italie et Rome, comme C. Appuleius Diocles, le plus grand aurige de tous les temps, qui vécut entre 104 et 146. Je ne reviendrai pas ici sur sa prodigieuse carrière, mentionnée dans un texte découvert à Rome81, mais sur sa présentation tant onomastique que géographique. Son gentilice, Appuleius, renvoie certes à une origine africaine. Mais les précisions apportées dans le texte de Rome et aussi dans celui de Préneste82 où il s’installa à la fin de sa carrière, nous renvoie à une origine hispanique; il est en effet à chaque fois précisé qu’il est natione Hispanus. D’après E.W. Haley83, l’emploi de natione est peu fréquent par les Hispaniques eux-mêmes, mais Sagitta [..] m […], décédé à Corduba, est natione Hispanus84. Le texte de Rome apporte une précision supplémentaire sur C. Appuleius Diocles: il est Lusitanus. Dans ce cas précis, natio, utilisé en général comme l’a rappelé P. Le Roux85, pour désigner le lieu de naissance dans un cadre non civique, est accompagné d’Hispanus, qui manque cruellement de précision. Certes Lusitanus apporte une information complémentaire, mais insuffisante. C’est l’aurige lui-même qui a choisi de faire figurer cette indication dans le texte retraçant sa carrière — son épouse se contente de l’origine hispanique dans le document funéraire de Préneste. Il ne donne pas sa cité d’origine, mais sa province et la région géographique. Il s’agit sans doute, comme dans d’autres cas que nous avons évoqués, de donner une indication géographique aux lecteurs romains, moins au fait de la géographie péninsulaire ibérique que de l’italienne. Mais, pour lui, est-ce aussi une façon d’exprimer son appartenance à une province, à une communauté qu’il a quittée depuis fort longtemps? Est-ce une façon de se rattacher à son enfance? Autant de questions auxquelles nous ne pouvons plus répondre.

28Si on fait le bilan des attestations de Lusitanus en dehors du contexte administratif et militaire, on constate tout d’abord qu’elles sont rares, comme en témoigne le tableau ci-dessous:

Tableau 1. — Lusitanus/a comme marque identitaire?

Tableau 1. — Lusitanus/a comme marque identitaire?

29De plus, toutes les mentions ont été découvertes en dehors de la province de Lusitanie comme en témoigne la fig. 5 (p. 166). Pour les documents découverts en péninsule Ibérique, on constate que la majorité des attestations proviennent, dans trois cas, des régions frontalières entre la Citérieure et la Lusitanie. Le seul qui est un peu éloigné des régions frontalières est celui de Paulliana, découvert à Hispalis, mais dont nous avons vu qu’il posait des problèmes de développement (fig. 4).

  • 86 M. R. García Martínez, Contribución de la provincia Lusitania, pp. 457-462.
  • 87 M. P. Speidel, « The Soldiers’ Homes », p. 467; M. R. García Martínez, Contribución de la provincia (...)

30Les Lusitaniens connus en dehors de leur province sont assez peu nombreux86 ; la plupart sont des militaires comme Tib. Claudius Cilius, mort près de Cirta. Ils devraient donc exprimer leur origine selon le mode traditionnel du matricule, en indiquant leur cité87.

31Or, certains soldats et des civils ont choisi d’indiquer le terme Lusitanus dans leur présentation, que cette présentation soit de leur fait ou de celui de leurs proches, descendants, héritiers, compagnons d’armes…

  • 88 Étant limités au nord par les Callaeci Bracari, à l’est par les Vettones, et au sud par les Turdeta (...)
  • 89 F. J. García de Castro, « Hispani qui in Gallia sunt », p. 184.

32Plusieurs questions se posent alors : d’une part, l’emploi de Lusitanus/a renvoie-t-il au peuple des Lusitaniens ou à la province de Lusitanie? Dans le premier cas, il faudrait envisager des documents assez précoces, renvoyant aux tout premiers temps de la province, lorsque les peuples, dont celui des Lusitani qui occupe une grande partie du territoire de la future Lusitanie — ils se trouvent selon Ptolémée, au centre de la future province romaine de Lusitanie88 — avaient encore une véritable identité, non encore dissoute dans le cadre civique mis en place par Rome. Dans le second cas, son emploi serait alors l’attestation de la reconnaissance par les individus de leur appartenance à cette entité administrative mise en place par les Romains. L’exprimer serait une façon de décliner leur identité, identité que le temps aurait permis de forger: se sentir un provincial de Lusitanie vous permettait de vous positionner face aux habitants de la Citérieure ou de la Bétique, cette dernière ayant sans doute, par l’ancienneté de sa conquête, une identité plus marquée. Mais certains ont proposé que lorsque seule la mention de la province était présente dans une épitaphe, cela signifiait que l’origine exacte du défunt était inconnue et que, lors de la réalisation du monument funéraire, un terme général avait été mentionné89, renvoyant au cadre provincial.

Fig. 4. — Les Lusitani en Hispania

Fig. 5. — Les Lusitani dans l’Empire

  • 90 On ne peut ici tenir compte de l’hypothèse de M. Speidel (« Domo Hispanus », pp. 347-348) qui propo (...)
  • 91 Voir, dans ce même volume, G. Chic García, « Los elementos económicos en la integración de la provi (...)

33Alors, que devons nous comprendre par exemple pour C. Appuleius Diocles: doit-on comprendre que cet Hispanus est issu du peuple des Lusitani, ou bien qu’il est originaire de la province de Lusitanie90 ? Certes, cela ne fait pas une grande différence sur le plan géographique; mais sur le plan identitaire, la différence est capitale, car dans un cas, le personnage s’identifie dans un cadre tribal, ancien, traditionnel, pré-romain, ce qui pourrait signifier, non pas une résistance à la présence romaine, ce qui au début du iie siècle, dans la Ville, semblerait pour le moins curieux, mais davantage la volonté de se rattacher à un passé que l’on devait imaginer glorieux. Dans l’autre cas, faire de Lusitanus, le rappel d’une origine provinciale, une identité prenant comme cadre l’entité administrative mise en place par les conquérants témoigne d’une tout autre attitude: cela signifie une adhésion au système romain, une adaptation au cadre imposé, une certaine fierté à vivre dans cet environnement romanisé qui, comme l’a mentionné G. Chic García91, a permis d’unir des groupes humains voisins, mais étrangers, dans le sens où ils ne partageaient pas forcément une culture, des pratiques religieuses… Le cadre provincial leur a donné à tous une grille culturelle, politique, religieuse commune, où sans renoncer à leurs traditions, tous les peuples pouvaient s’intégrer à égalité. Aucun ne l’avait emporté sur l’autre, le vainqueur venant d’au-delà des mers.

34On peut également se demander si l’utilisation de Lusitanus n’a pas varié dans le temps, de la période de mise en place de la province, où le terme pourrait encore renvoyer au peuple, aux périodes plus récentes, dès le milieu du ier siècle. Malheureusement, la plupart de ces documents ne sont pas datables de façon précise, et le critère chronologique ne peut donc jouer.

  • 92 Voir, dans ce même volume, M. Navarro Caballero, « Grupo, cultura y territorio. Referencias onomást (...)
  • 93 Voir fig. 4, p. 165.

35Un autre élément doit être pris en compte; il convient de ne pas négliger le contexte dans lequel le texte a été mis en place92. Le tableau 1 permet de mettre en valeur le fait, que dans trois des quatre documents découverts en Péninsule ibérique, le Lusitanus est vivant au moment où le texte est gravé: il en est généralement le responsable. C’est donc lui qui a choisi le texte et la façon dont il souhaitait s’identifier. Ces trois textes sont ceux qui ont été découverts au nord-ouest de la Péninsule93 : il me semble que la volonté d’indiquer le terme Lusitanus n’est pas anodine. Cette marque identitaire est importante pour ces trois hommes, deux citoyens romains et un pérégrin. Mais de quelle identité témoigne-t-elle? Celle du peuple ou celle de la province? En faveur de cette dernière, on pourrait rappeler que nous sommes là au nord de la Lusitanie, dans une région dont les liens avec le sud du Douro sont anciens. Rappeler le nom de la province serait alors la façon de marquer sa différence. Mais on peut tout aussi bien penser que Lusitanus renvoie au peuple, localisé au Sud du Douro. La mention de la cité de C. Seuius Lupus renforcerait cette impression: Aeminium se trouve sur l’ancien territoire des Lusitani. D’autre part, dans les documents provenant des autres régions, on constate que trois concernent des militaires. Un cas est délicat, celui rencontré dans le diplôme militaire de Tingitane: Lusitanus est-il un cognomen ou pas? Sa place dans le texte pourrait le faire penser. Cela serait un des très rares cas où Lusitanus appartiendrait à la séquence onomastique, l’autre cas pouvant être celui de Paulliana… Lusitana d’Hispalis. Deux des militaires sont mentionnés comme défunt, l’un par ses deux affranchies; pour l’autre, la fin du texte manque. On pourrait alors penser que l’entourage du défunt, manquant d’informations sur la cité d’origine du soldat — aucune cité n’est mentionnée — a simplement rappelé sa province d’origine: Lusitanus deviendrait alors un identifiant par défaut.

La mention claire de la province

  • 94 CIL, VI, 14234 (p. 3515) Rome: Sacrum / Calpurniae / Iliadi / Eborensi / ex Lusitania, / L(ucius) L (...)

36Heureusement, dans quelques documents l’incertitude n’est pas de mise: ainsi Calpurnia, fille d’Ilias, née à Ebora94, mais décédée à Rome, est également ex Lusitania comme le rappelle son époux, L. Lusius Menacrates. Le couple vit au iie siècle.

  • 95 CIL, VI, 16100 (p. 3519) Rome: D(is) M(anibus) s(acrum) / Corintho Helui / Philippi ser(uo) / ex Lu (...)
  • 96 F. H. Stanley Jr, Geographical Mobility in Roman Lusitania, p. 251; C. Ricci, « Hispani a Roma ».

37À Rome toujours, on retrouve la même pratique dans l’inscription funéraire de Corinthus, esclave d’Heluius Philippus95 : il est originaire du municipe de Collippo, et ses frères Victor et Celer précisent en outre qu’il est ex Lusitania96.

  • 97 CIL, VI, 18190 Rome.
  • 98 J. C. Saquete Chamizo et alii, « Aemilius Aemilianus » (AE, 1992, 957 = HEp, 5, 81), Augusta Emerit (...)

38Un troisième Lusitanien, décédé à Rome à 22 ans, peut être mentionné : T. Flauius Rufus97 est dit ex Hispania ulteriore Lusitania. Ici, c’est clairement la province qui est mentionnée et non le peuple des Lusitaniens. Cette formule reste rare: elle est présente dans la titulature d’un gouverneur de province98.

  • 99 Cf. C. Ricci, « Hispani a Roma ».
  • 100 CIL, VI, 16310 (p. 3519) Rome: D(is) M(anibus) / L(uci) Corneli / Secundi / ex prouincia / Lusitani (...)

39On peut mentionner un quatrième document trouvé lui aussi à Rome99, celui de L. Cornelius Secundus, originaire de Salacia, et ex prouincia Lusitania100.

  • 101 IAM, 299 Sidi Kacem.

40Enfin, en Maurétanie Tingitane, Germanus101 qui a vécu 40 ans, et a servi 17 ans, entre autres dans la cohors IIIa Gallorum est dit ex prouincia Lusitania par son héritier Faustinus.

41Dans ces derniers exemples, le doute n’est pas permis.

  • 102 M. G. Granino Cecere, « I Sulpicii e il Tuscolano », pp. 233-251 (AE, 1999, 417) Tusculum: Sulpicia (...)

42Signe de fierté, ou simple précision apportée à un entourage ne connaissant pas la géographie de la Lusitanie et qui ne localise pas telle ou telle cité? On peut s’interroger lorsque l’on examine l’hommage rendu à Sulpicia102, fille de Galus Sulpicius, et épouse de L. Fulcinius Trio, gouverneur de Lusitanie entre 21 et 31 ap. J.-C, dans sa villa située sur le territoire de Tusculum: apporté par deux legati, il a été rendu ex prouincia Lusitania, colonia Augusta Emerita. La mention de la province, ici, me semble être une précision géographique utile dans une région où la capitale lusitanienne n’était pas forcément très bien connue.

43La prudence est de mise dans le cadre de cette étude. Une analyse chronologique plus précise pourrait permettre de nuancer certaines réflexions. Mais quoi qu’il en soit, dans le cadre actuel de nos connaissances, l’utilisation de Lusitanus ne semble pas être un véritable marqueur identitaire. Trop de possibilités restent encore présentes: rappel d’un peuple, mention de la province, la cité étant trop peu connue, utilisation du nom de la province dans le cas d’une méconnaissance de la véritable patria. Il est en effet assez significatif qu’une partie de ces textes soient dus non au Lusitanus lui-même, souvent décédé, mais à son entourage. Toute trace de fierté identitaire est alors à nuancer! Néanmoins, il conviendrait de compléter cette étude en regardant ce qu’il en est pour d’autres provinces.

44Quoi qu’il en soit, ce type de recherche conduit à une réflexion méthodologique, dont nous avons déjà mesuré l’importance. Il est indispensable de mener à leur terme ces dépouillements, dont les résultats en terme de quantité, sont souvent modestes, mais qui, par leur petit nombre même, sont significatifs.

45Il conviendrait aussi de voir si d’autres marqueurs peuvent être pris en compte pour déterminer si une identité lusitanienne provinciale a existé depuis la naissance de la province, sous le règne d’Auguste: les représentations iconographiques pourraient être une voie à suivre. Les marqueurs identitaires ne passent pas que par l’onomastique, mais aussi par des pratiques cultuelles, culturelles, qui nous échappent en partie aujourd’hui. Ce n’est que la confrontation d’indices variés, issus aussi bien des pratiques communautaires que de la vie quotidienne qui peut permettre de mettre en évidence les modalités de la pratique identitaire.

  • 103 Hispanilla (CIL, III, 3271 Teutobourg: Ti(berio) Cl(audio) Britti / filio / Valerio, decurioni / al (...)

46Enfin, on ne peut négliger d’évoquer un autre référent identitaire, une région géographique qui peut rassembler plusieurs provinces. Ainsi, Hispania serait un marqueur davantage assimilé que Lusitanus, ou Baeticus, tout comme Gallia par rapport à la Narbonnaise ou à la Belgique. En témoigneraient certains noms dérivant de ces noms géographiques103. Cet ensemble, personnalisé et souvent représenté sous la forme d’une femme dans les mosaïques ou sur les bas-reliefs, permet de se positionner aussi bien dès les premiers temps de la conquête — alors que le référent tribal peut apparaître comme un signe du refus de Rome — que plus tard, lorsque l’Empire est en paix. Permettant à ceux qui vous entourent loin de votre terre natale de la localiser, il est aussi l’expression d’une certaine fierté.

Notes

1 Projetée sans doute en 27 av. J.-C., l’organisation en trois provinces de la péninsule Ibérique semble avoir été menée à son terme entre 16 et 13 av. J.-C. lors du voyage augustéen dans les provinces occidentales: en effet Strabon (XVII, 3, 24-25) n’évoque pas la province de Lusitanie, alors que la Bétique est présente sous la forme suivante: « celle que l’on appelle l’Espagne ultérieure, le bassin du Baetis et de l’Anas ». Augusta Emerita n’est pas désignée dès sa fondation en 25 av. J.-C. comme étant la capitale provinciale. Voir P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 75, note 316.

2 J. Alarção et alii, « Appendice », avec une carte.

3 Elle est clairement identifiée pour les Romains qui, dans les sources littéraires, utilisent Lusitania lorsqu’ils évoquent précisément la Lusitanie; ainsi dans l’Histoire Auguste, plusieurs épisodes renvoient à des faits s’étant déroulés dans la Péninsule. Le terme Hispaniae est alors utilisé pour évoquer les trois provinces hispaniques. Lorsque l’auteur veut désigner une province en particulier, il lui donne son nom précis, Lusitania (HA, M. Aur., XXII, 11).

4 Voir pour un état récent: J. A Delgado Delgado, « Flamines provinciae Lusitaniae » ; D. Fishwick, « Two Priesthoods of Lusitania »; S. Lefebvre, « Q. (Lucceius Albinus) ».

5 Il suffit d’interroger la banque de données épigraphiques de M. Clauss et de W. Slaby (http://www.manfredclauss.de/fr/index.html).

6 CIL, III, 60168, Pannonie supérieure.

7 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, pp. 93-98 ; les cohortes connues ont été envoyées en Pannonie (cohors Ia Lusitanorum), en Germanie (cohors IIIa Lusitanorum) et en Numidie (cohors VIIa Lusitanorum) ; J. de Francisco Martín, Conquista y romanización, pp. 144-161.

8 RE, IV, 1, 1900, s. u. cohors, col. 311-314.

9 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 96.

10 AE, 1896, 1 = EE, VIII, 14 (ILS, 4510a) Ciuitas Igaeditanorum : [T]oncius / [T]oncetami / f(ilius), u(eteranus) miles, / signifer / coh(ortis) II Lus(itanorum) / Vi<c=Q>toriae, / u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito) ; / Ardunnus / Comini f(ilius) fe(cit).

11 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 530, parmi les surnoms; Grupo Méridaet alii (éd.), Atlas, p. 322, carte 301.

12 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 530; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 320, carte 298.

13 EE, VIII, 15 (ILS, 4510) Ciuitas Igaeditanorum : Ara(m) pos(uit) / Toncius / Toncetami f(ilius), I[g]aedit (anus), / milis, / Trebarune / l(ibens) m(erito) u(otum) s(oluit). Il faut signaler que ces deux textes concernant Toncius ne sont pas repris dans le volume consacré aux inscriptions d’Egitania : A. Marques de Sá, Civitas Igaeditanorum.

14 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 192, n° 77.

15 CIL, II, 432 = Conimbriga, 3 Ciuitas Aruacorum : Ti(berius) Claudius / Sanecius, eq(ues) / c(o)hor(tis) III Lus/itanorum, / dis deabusq(ue) / Coniumbric(ensibus), / [u(otum)] s(oluit) l(ibens) m(erito). P. Le Roux propose une relecture du nom (« Soldats et cultes »).

16 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 191, n° 73; F. H. Stanley Jr, Geographical Mobility in Roman Lusitania, p. 258, n° 75.

17 J. C. Olivares Pedreño, Los dioces de la Hispania céltica, p. 56.

18 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 191. Il me semble donc que l’on ne peut comptabiliser ce retour parmi les mouvements migratoires au sein de la province: Tib. Claudius Sanecius n’a pas quitté Conimbriga pour s’installer dans la ciuitas Aruacorum. Cf. B. Martineau et A. Tranoy, « Migrations et courants migratoires », p. 234, avec cependant le rappel du déplacement dans un cadre militaire.

19 Il faut pourtant signaler le praef[ectus coh(ortis)] III Lus[itanorum?], mentionné à Tarraco (CIL, II, 4132 = RIT, 175 Tarraco). Voir P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 150, note 173.

20 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 495; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, pp. 291-292, carte n° 262; 293.

21 Conimbriga, 3; P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, pp. 191; 336.

22 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 453 ; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 259.

23 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 324; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 140, carte 87.

24 CIL, II, 5238, Porto de Mós, près de Collipo.

25 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 226, n° 193; 336; J. P. Bernardes, « Romanização », p. 429.

26 Je n’ai pas retenu un document dont la lecture est très douteuse : J. Mangas et J. Vidal, « La dea Asturica » (HEp, 1, 384) = ERPLeón, 19 Asturica Augusta: [G(enio)] Asturice/ [ns]ium, Cae/ [si]nius Ag/[ri]cola, eq(ues) / [al(ae?)] Fl(auiae) I Lusit(anorum), / [c]urator. D’autres restitutions sont ensuite proposées: J. Santos, « La municipalización », pp. 109-110, note 44 (HEp, 2, 439; 3, 242; AE, 1987, 611; 1998, 762): [G(enio)] Asturice/[ns]ium, Cae/[si]nius Ag? / [in]cola, eq(ues) / [al(ae)] Fl(auiae) Iae Lusit(anorum), / [c]urator. En effet, même si les inventeurs du texte pensent pouvoir restituer une aile de Lusitaniens, les travaux de P. Le Roux (L’armée romaine et l’organisation des provinces, p. 95: pour lui aucune ala Lusitanorum n’était connue à la date de publication de son ouvrage. Voir aussi, « L’armée romaine dans la péninsule Ibérique »), et la relecture du texte par ses soins permettent d’éliminer cette hypothèse. Je remercie vivement P. Le Roux qui a vu le texte à Astorga et m’a signalé qu’on lisait non pas LVSIT mais IVST. De plus, EQ est fantaisiste à la l. 4. S. Perea yébenes (« Eques curator » avec des photographies de l’autel) a repris le dossier en restituant [G(enio)] Asturice/ ns]ium, Cae/[si]nius Ag/[ri]cola, eq(ues) / [c(o) h(ortis))] Fl(auiae) Iae Lusit(anorum), / [c]urator. Il propose une éventuelle origine bretonne pour Caesinius Agricola.

27 CIL, III, 14214 (ILS, 9107; AE, 1901, 40; 1904, 228; 1965, 39a; 1980, 794), Tropaeum Traiani.

28 A. S. Stefan, Les guerres daciques, p. 437. Voir aussi G. Tocilescu, Fouilles et recherches, fig. 41 bis, n° 1 et 2, p. 66.

29 CIL, III, 14214, 9 Tropaeum Traiani : D(is) [M(anibus)] / […] Art(orius) Sa/tur(ninus) Sisc(ia) / ex d(ecurione) uet(eranus) / c(o)ho(rtis) Iae Lus(itanorum), / uix(it) an(nos) XLV /, mil(itauit) an(nos) XXV; / h(ic) s(itus) e(st). C(aius) Arto(rius) / et Roscia / Satur(nina) et / Art(orius) Satur(ninus) / f(ilii), p(atri) p(ientissimo) posuer(unt).

30 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales.

31 Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas.

32 CIL, II, 2559 + p. XLV + LXXX + 707 = 5639 (ILS, 7728; ILER, 250) = CIRG, I, 2 = MiliariHispanico, 524 (AE, 1990, 544) La Coruña, Torre de Hercules: Marti / Aug(usto) sacr(um). / G(aius!) Seuius / Lupus, / architectus / Aeminiensis / Lusitanus ex uo(to).

33 P. Le Roux, « Mars dans la péninsule Ibérique ».

34 A. Tranoy, La Galice romaine, p. 243.

35 P. Le Roux, « Le phare, l’architecte et le soldat », p. 139.

36 E. W. Haley, Migration and Economy, p. 70; 398; F. H. Stanley Jr, Geographical Mobility in Roman Lusitania, p. 127; P. Le Roux, « Le phare, l’architecte et le soldat », avec une photographie, tav. 1; J. Edmondson, « The Cult of Mars Augustus », p. 561, note 73.

37 Il soutenait le forum de la ville, et aurait été mis en place sous le règne de Claude. Cf. J. M. Oleiro et J. Alarção, « Le crypto-portique d’Aeminium »; P. C. Carvalho, O forum de Aeminium.

38 A. Tranoy, La Galice romaine, p. 243, note 373.

39 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 221: cinq attestations; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 303: deux attestations, dont celle de la Corogne.

40 Il faut placer le document après l’octroi du droit latin aux cités pérégrines de péninsule Ibérique par Vespasien: P. Le Roux (« Le phare, l’architecte et le soldat » p. 138) propose qu’il soit, soit un soldat auxiliaire avant la mort de Néron, soit un légionnaire de l’époque flavienne. Cf. aussi P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, pp. 24-28 et 189-194 sur les auxiliaires julio-claudiens.

41 P. Le Roux, « Le phare, l’architecte et le soldat », p. 137, et en particulier note 14.

42 Ibid., p. 135.

43 Ibid., pp. 135 sqq.

44 Ibid., pp. 137-138.

45 Mais, suivant en cela P. Le Roux, je pense qu’il ne convient pas de faire de lui un architectus naualis.

46 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces, pp. 119-121.

47 HAE, 2145 = IRLeón, 232 (HEp, 1, 405) = ERPLeón, 197 = ILAstorga, 128 Santa Marina de Samoza: [D(is) M(anibus)] / Lubaeci Cab/ruleici seru(i), / Nomia et [Lo]/nginu[s L]/usita[nus] / ss(erui) uel L]/usita [n]/us, a(nnorum) X[…] / hic si[tus] / est. La seconde proposition me semble être celle à retenir.

48 Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 216, carte n° 172.

49 Ce nom pourrait être rapproché de Cabrula, connu en Lusitanie; cf. Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 121.

50 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales, p. 441.

51 Ibid., pp. 401-402; Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 215, carte 170.

52 E. W. Haley, Migration and Economy, p. 72, n° 447; F. H. Stanley Jr, Geographical Mobility in Roman Lusitania, p. 260, n° 141.

53 Il s’agit de mines d’or.

54 A. Tranoy, La Galice romaine, p. 233, note 288.

55 IRG, II, 46 (ILER, 4188) = IRPL, 33 Lugo: Valeriae Fron/tillae, an(norum) XXII, / filiae sancti/ ssimae, disci/pulae caris/simae, M(arcus) Va[l(erius] / Fronto, Lusi/tanus, / f(aciendum) c(urauit).

56 F. H. Stanley Jr, Geographical Mobility in Roman Lusitania, p. 252.

57 Ibid., p. 263.

58 CIL, II, 5390 + p. 1037 (ILER, 5363) = CILA Se, 120 Hispalis: D(is) M(anibus) [s(acrum)] / Paullia[na…] / Lusitana[…] / ann(orum) XX[….], / h(ic) s(ita) e(st), s(it) t(ibi) [t(erra) l(euis)].

59 Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 258.

60 Ibid., p. 258, carte 226.

61 E. W. Haley, Migration and Economy, p. 63, n° 234.

62 S. Lefebvre, « Les Africani en péninsule Ibérique ».

63 CIL, VIII, 6309 (p. 965) = 19296 (ILS, 2513) = ILAlg., II, 9442 Castellum Phuensium : Ti(berius) Claudius M(a)n/tai f(ilius) Cilius, Lusi/tanus, eques ala/e Pannoniorum I, / u(ixit) a(nnos) XLV, militauit / a(nnos) XXVII, h(ic) s(itus) e(st) h(eredes), p(osuerunt) Cla/udia Primigenia et / Fortunata ll(ibertae).

64 J. Gascou, « Pagus et castellum ».

65 Grupo Mérida et alii (éd.), Atlas, p. 227, carte 189.

66 CIL, II, 1319 = IRPCadiz, 8 Asido: D(is) M(anibus) / Ti(beri) Claudi / Q(uinti) f(ilii) Cili, ann(orum) / LX.

67 ILAlg., II, 6876 Sila: T(itus) CCNVRI / T TMV/NI Lusita(nus) / ueter[a]n(us) / u(ixit) a(nnos) […].

68 Les liens entre les provinces africaines et hispaniques sont anciens et forts; cf. S. Lefebvre, « Les Africani en péninsule Ibérique ».

69 IAM, 82 = IAM Sup., 82 Souk el Arba du Rhab: [Imp(erator) Caes(ar) … Antoninus Aug(ustus) Pius … equitib(us) et peditib(us) … quae appellantur …] et III Gall(orum) et IV Turgror(um!) / […] Fl(auia) Comm(agenorum) |(milliaria) sag(ittariorum) et II / [… et sunt in] Mauret(ania) Tingit(ana) sub / […] XXV plurib(us)ue stip(endiis) / [emerit(is) dim(issis) honest(a) mis]s(ione) quor(um) nom(ina) sub/ [scripta sunt ciuitatem Romanam] qui eor(um) non hab(erent) / [dedit et conubium cum uxo] r(ibus) quas tunc / [habuissent cum est ciuit(as) iis dat]a aut cum i(i)s quas / [postea duxiss(ent) dumtaxat s]ingulis / […] // [Imp(erator) Caes(ar) … Antoninus Aug(ustus) Pius … equitib(us) et peditib(us) … quae appellantur … et sunt in Mauret(ania) Tingit(ana) sub … stip(endiis) emeri]t(is) dimiss(is) honest(a) / [miss(ione) quor(um) n]omin(a) subscripta / [sunt ciuitatem Romanam] qui eor(um) non haber(ent) / [dedit et conubium cum] uxor(ibus) quas tunc / [habuissent cum est] civit(as) i(i)s data aut / [cum iis quas postea] duxiss(ent) dumtaxat / [singulis a(nte)] d(iem) V K(alendas) Ian(uarias) / [C(aio) Iulio Statio Seuero, T(ito)] Iunio Seuero co(n)s(ulibus) / […]r cui prae(e)st / […] Rusticus Simit(thu) / […. S]eueri f(ilio) Lusit(ano), / [desript(um) et rec]ognit(um) ex tabul(a) aer(ea) / [quae fixa est Ro]mae in muro post / [templum diui Augusti a]d Mineruam.

70 CIL, XII, 4539 Narbonne: T(itus) Vicorlius / T(ito) Sex(to) Manlio / Lusitano ; cf. CAG, 11, 1 Narbonne, p. 207.

71 CIL, XII, p. 877.

72 M. Gayraud, Narbonne antique, p. 469, note 577.

73 Ibid., p. 470.

74 M. R. García Martínez, Contribución de la provincia Lusitania, p. 462.

75 M. L. Bonsangue, « Des affaires et des hommes », p. 50, note 167.

76 M. Gayraud, Narbonne antique, p. 469.

77 CIL, XII, 4377 (ILS, 7476) Narbonne: L(ucius) Afranius Cerialis l(ibertus) / Eros, III(I)IIvir Aug(ustalis), domo Ta(r)/racone (h)ospitalis a Gallo / Gallinacio; Afrania Ceria/lis l(iberta) Procilla, uxor, Afrania / L(uci) l(iberta) Vranie f(ilia), annorum XI, hic sita est.

78 ILGN, 586 Narbonne: M(arco) Fabio / MMM(arcorum) l(iberto) Gi[…] / mercator[i …] / [Co]rdubensi(?).

79 CIL, XII, 4536 Narbonne: C(aius) Iulius C(ai) f(ilius) / Gal(eria) Italus, / eques Romanus, / ex Hispania / citeriore Segobrigens(is).

80 M. Gayraud, Narbonne antique, p. 472.

81 CIL, VI, 10048 + p. 3489 + 3903 = CIL, XIV, 264 (ILS, 5287) = AE, 1957, 20 = 1967, 127 Rome : [C(aius) Appu]leius Diocles agitator factionis russatae / [nati]one Hispanus Lusitanus…

82 CIL, XIV, 2884 = *264 = IX, *628 Palestrina: C(aio) Appuleio Diocli / agitatori primo fact(ione) / russat(o) natione Hispano / Fortunae Primigeniae / d(onum) d(edit), / C(aius) Appuleius Nymphidianus / et Nymphidia filii.

83 E. W. Haley, Migration and Economy, p. 13.

84 AE, 1962, 51 = CIL, II2/7, 364 Corduba.

85 Voir, dans ce même volume, P. Le Roux, « Identités civiques, identités provinciales dans l’Empire romain », pp. 7-19.

86 M. R. García Martínez, Contribución de la provincia Lusitania, pp. 457-462.

87 M. P. Speidel, « The Soldiers’ Homes », p. 467; M. R. García Martínez, Contribución de la provincia Lusitania, p. 459.

88 Étant limités au nord par les Callaeci Bracari, à l’est par les Vettones, et au sud par les Turdetani, les Baetici Celtici, et les Celtici, ils occupent un territoire assez vaste.

89 F. J. García de Castro, « Hispani qui in Gallia sunt », p. 184.

90 On ne peut ici tenir compte de l’hypothèse de M. Speidel (« Domo Hispanus », pp. 347-348) qui propose que les pérégrins utilisent une référence à leur province et non à leur cité quand ils en sont éloignés; en effet, C. Appuleius Diocles porte les tria nomina du citoyen romain.

91 Voir, dans ce même volume, G. Chic García, « Los elementos económicos en la integración de la provincia Bética », pp. 225-265.

92 Voir, dans ce même volume, M. Navarro Caballero, « Grupo, cultura y territorio. Referencias onomásticas “identitarias” de los celtíberos y de los restantes pueblos del norte de la Citerior », pp. 107-140.

93 Voir fig. 4, p. 165.

94 CIL, VI, 14234 (p. 3515) Rome: Sacrum / Calpurniae / Iliadi / Eborensi / ex Lusitania, / L(ucius) Lusius / Menecrates, / uxori / sanctissim(a)e. Cf. C. Ricci, « Hispani a Roma ».

95 CIL, VI, 16100 (p. 3519) Rome: D(is) M(anibus) s(acrum) / Corintho Helui / Philippi ser(uo) / ex Lusitania municip(ii) / Collipponensi / ann(orum) XXI, / Victor et Celer fratri / d(e) s(uo) f(ecerunt).

96 F. H. Stanley Jr, Geographical Mobility in Roman Lusitania, p. 251; C. Ricci, « Hispani a Roma ».

97 CIL, VI, 18190 Rome.

98 J. C. Saquete Chamizo et alii, « Aemilius Aemilianus » (AE, 1992, 957 = HEp, 5, 81), Augusta Emerita : Deo / Ioui / Aemilius Aemilianus, / u(ir) perfectissimus) p(raeses) p(rouinciae) V(lterioris) L(usitaniae) pro sua ac suorum / incolumitate / posuit. Le gouvernement est assumé à la fin du iiie siècle, selon les inventeurs. Cf. J. Edmondson, « The Cult of Mars Augustus », p. 551, note 18.

99 Cf. C. Ricci, « Hispani a Roma ».

100 CIL, VI, 16310 (p. 3519) Rome: D(is) M(anibus) / L(uci) Corneli / Secundi / ex prouincia / Lusitania / Salacensis.

101 IAM, 299 Sidi Kacem.

102 M. G. Granino Cecere, « I Sulpicii e il Tuscolano », pp. 233-251 (AE, 1999, 417) Tusculum: Sulpiciae Gali f(iliae) Ser(ui) n(epoti) Ser(ui) pro[n(epoti)] / Trionis, / ex prouinc(ia) Lusitania, colonia / Augusta Emerita, agentib(us) leg(atis) / T(ito) Furio Ocriculano et L(ucio) Flauio Urso.

103 Hispanilla (CIL, III, 3271 Teutobourg: Ti(berio) Cl(audio) Britti / filio / Valerio, decurioni / alae II Arauacorum, / domo Hispano, annor(um) L, / stipendiorum XXX et / Cl(audiae) Ianuariae, coniugi eius / et Cl(audiae) Hispanillae filiae uiuis / ex testamento Flaccus, dec(urio), / frater / et Hispanilla filia heredes / faciundum curauerunt) est la fille d’un décurion originaire d’Hispania. Le nom de sa fille pourrait être la marque de sa fierté d’être originaire de la Péninsule. Cf. M. Speidel, « Domo Hispanus ».

Notes de fin

1 Je remercie vivement Milagros Navarro et Meriem Sebaï de m’avoir aidée dans les dernières heures de relecture et de finalisation de ce travail.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.— CIL, III, 14214
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 2. — CILA Se, 120, p. 291, fig. 53
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 3. — Stèle de Tib. Claudius Cilius, CIL, VIII, 6309
Crédits (cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Tableau 1. — Lusitanus/a comme marque identitaire?
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16333/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 4. — Les Lusitani en Hispania
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16333/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 5. — Les Lusitani dans l’Empire
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/16333/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search