Version classiqueVersion mobile

Roma generadora de identidades

 | 
Antonio Caballos Rufino
, 
Sabine Lefebvre

L’attitude des gouverneurs envers leurs provinces

Rudolf Haensch

Résumé

L’article porte sur la question du moment et de la manière dont les provinces reçurent une identité propre — de quelle nature? — non seulement aux yeux de leurs habitants, mais également de leurs gouverneurs. Dans ce contexte il rassemble les informations très dispersées en ce qui concerne les questions suivantes: qu’est-ce qui caractérisait une provincia aux yeux des sénateurs romains au début du principat? Quand peut-on observer les premiers indices d’une identité provinciale aperçue par les provinciaux? Les provinces ont-elles été vues seulement comme des objets d’exploitation par les représentants de Rome? L’article constate que les concilia provinciae et les couches supérieures des provinces étaient les vrais artisans d’une identité provinciale et qu’il dépendait de beaucoup de facteurs (par exemple: frontières naturelles, ethnicité homogène, histoire dans la période préromaine, etc.) pour qu’une provincia puisse acquérir une identité propre. L’article rassemble les indices qui témoignent du développement d’une identité spécifique, même des petites provinces aux yeux de leurs gouverneurs, comme les dédicaces aux dieux d’une province spécifique. Enfin, il évoque le rôle du choix d’un sénateur ou d’un chevalier dans la désignation des gouverneurs de province.

Texte intégral

Les provinces sont-elles vues uniquement comme des objets d’exploitation par les représentants de Rome ?

1Dans le grand édit réformateur du préfet d’Égypte, Ti. Iulius Alexander, se trouve l’une des très rares remarques explicites d’un gouverneur romain du Haut-Empire au sujet de sa province en général. Alexander y donne les raisons des réformes entreprises. C’est, pour Alexandrie, la volonté d’assurer à cette cité une situation qui lui permette de jouir des bienfaits concédés par les princes. Mais en ce qui concerne l’Égypte, ses réformes n’ont d’autre but que d’assurer qu’elle

  • 1 G. Chalon, Gérard, L’édit, ll. l. 4 s. καὶ τοῦ τὴν Αἴγυπτον ἐν εὐσταθείᾳ διάγουσαν εὐθύμως ὑπηρετεῖ (...)

contribue avec zèle, au sein de la prospérité, à l’approvisionnement et à la grande félicité des temps récents, sans être grevée de charges nouvelles et injustes1.

  • 2 Voir par exemple PIR2, I, 139 ; A. Barzanò, « Tiberio Giulio Alessandro »; A. Jördens, Statthalterl (...)

2Ti. Iulius Alexander, c’est bien connu, provenait d’une famille juive d’Alexandrie2. Mais même s’il est né sur les bords du Nil, Alexander ne semble considérer la province d’Égypte que comme un objet d’exploitation. Du moins, à son avis, était-il nécessaire de le dire dans des proclamations officielles. Qu’une province fût seulement un objet d’exploitation est probablement le point vue que l’on attendait de la part d’un gouverneur romain.

  • 3 Cic., Dom., 11 et 25; Att., 9, 9, 2; Caes., Civ., 3, 73, 3.
  • 4 Vell., II, 97, 4; Flor., II, 17, 7.

3Et des telles remarques ne sont pas rares: Cicéron ou César parlent des provinciae frumentariae3, c’est-à-dire qu’ils réduisaient complètement ou partiellement certaines provinces à leur apport en revenus pour Rome. Il en va de même de l’expression provinicia stipendaria que l’on trouve chez Velleius Paterculus ou Florus4. Cette vue était-elle représentative et resta-t-elle dominante jusqu’à la fin de l’Empire romain? Ou le point de vue a-t-il évolué? D’abord vues comme des objets d’exploitation, les provinces furent-elles plus tard considérées comme des membres d’une organisation étatique commune dotées d’une identité propre?

4Il est difficile de répondre à ces questions, comme à d’autres questions relatives aux mentalités. À côté des autres raisons que je mentionnerai ici, le problème central tient au fait que presque toutes les sources concernant le Haut-Empire sont rédigées dans un style conventionnel et ne dévoilent pas les convictions intimes des personnes qui les ont formulées. Mais essayons de rassembler les fragments qui nous apportent des informations sur le moment et la manière dont les provinces reçurent une identité propre — de quelle nature? — non seulement aux yeux de leurs habitants, mais également de leurs gouverneurs.

Qu’est-ce qui caractérisait une provincia aux yeux des sénateurs romains au début du principat ?

  • 5 Voir par exemple W. Eck, « Provinz », en particulier p. 18 ; J.-L. Ferrary, « Provinces, magistratu (...)
  • 6 FIRA, I2, 7, l. 69, 72/79 = M. H. Crawford, Roman Statutes, t. I, pp. 65-113, n. 1.
  • 7 Voir W. Eck, « Provinz », pp. 18 sq.; P. Le Roux, « Rome », pp. 24 sq.
  • 8 Voir par exemple R. Haensch, Capita provinciarum, pp. 393-412.

5Comme on le sait, au début de l’Empire, le terme provincia désignait la sphère de compétence d’un magistrat5. Par exemple, la lex Acilia (?) repetundarum de 123 av. J.-C. environ parle d’un quaestor [quei arerarium pro]vinciam optinebit et d’un [quaestor quoi]… urbana provincia obvenerit6. Ainsi, à l’époque républicaine, provincia ne devait pas désigner forcément un ensemble territorial. Mais dès les premières conquêtes hors d’Italie, Sardaigne et Sicile, le terme commença à acquérir une dimension territoriale, entre autres parce que ces territoires avaient déjà des limites naturelles. À la mort d’Auguste au plus tard, provincia désignait normalement un ensemble territorial, à savoir un territoire administré de manière continue par des représentants du pouvoir romain et habité par des personnes qui, pour la plupart, n’avaient pas la citoyenneté romaine et devaient payer des impôts7. Mais il existe encore certaines limites au caractère territorial d’une province: les frontières de nombre d’entre elles changèrent plusieurs fois au ier siècle ap. J.-C.8. À cette époque, une province était probablement constituée plus par une liste de cités et de formations militaires soumises à l’autorité du gouverneur — la formula provinciae — que par des limites territoriales.

6Qu’un tel assemblage territorial puisse acquérir une identité propre dépendait de plusieurs facteurs. Il faut par exemple se demander si la province était délimitée par des frontières naturelles, si elle avait une histoire commune à l’époque préromaine, si elle possédait une ethnicité homogène, etc. Sans aucun doute ce processus se déroulait à une vitesse différente selon les facteurs mentionnés. Par exemple, il est probable qu’un ethnos commun puisse constituer un facteur de poids pour façonner l’identité d’une province — c’est le cas de la Thrace. Mais cet ethnos commun pouvait également devenir une raison pour laquelle certaines provinces séparées administrativement en deux ou trois entités tenaient ensemble, comme c’est le cas, par exemple, pour les deux Pannonies ou les trois Gaules.

7De manière générale, la provincia constituait seulement un point de départ possible pour une identification, mais sans avoir autant d’importance que l’appartenance à une cité ou un ethnos. Même pour les groupements supra-locaux, il existait des termes et des concepts parfois concurrents qui ne se recoupaient que partiellement, comme celui de natio ou d’’έθνος.

  • 9 Cic., Ver., 2, 2, 2.
  • 10 Cic., Ver., 2, 3, 48.
  • 11 Cic., Ver., 2, 3, 17.
  • 12 Plin., Nat., III, 32: agrorum cultu, virorum morumque dignatione, amplitutidine opum.

8Quelques rares provinces comme l’Asie, l’Afrique et la Transalpine possédaient assurément déjà dès les époques tardo-républicaine et augustéenne une certaine identité, même pour les milieux dirigeants. Le nombre de celles présentant aux yeux des Romains des qualités autres que d’être une source de revenus pour eux était encore plus petit. Mais il en y avait quelques-unes: Cicéron pouvait déjà parler de provinciae dignitate, vetustate, utilitate en se référant à la Sicile9. Bien sûr, au moment d’expliquer ce qu’il entendait par là, l’utilitas prenait le dessus: tant par les impôts qu’on y percevait que par les possibilités qu’elle offrait aux commerçants romains, la Sicile était une provincia locuples10. Mais Cicéron a également souligné l’ancienneté de la province, sa fidélité envers Rome et les mœurs de ses habitants, qui d’après lui étaient totalement différentes de celles des autres Grecs. Il n’est pas étonnant qu’une telle province ait eu des droits (iura provinciae Siciliae)11. Certes, ces mots étaient conçus pour convaincre un auditoire de juges et nous n’avons aucune possibilité de déterminer le degré de sincérité de Cicéron. Mais il avait espéré impressionner son auditoire. Du point de vue culturel, la Gaule Transalpine était d’après César tout autre chose que la Gaule Belgique (Belgae a cultu atque humanitate provinciae longissime absunt). Cette opinion se renforça pendant le Haut-Empire. Pour Pline, la Narbonnaise était en un mot Italia verius quam provincia. Dans ce même contexte, Pline donne quelques critères qui, à son époque, servaient à évaluer une province: la fertilité de la terre et les autres sources de richesse, mais également les habitants et leurs « mœurs »12. Nous avons déjà rencontré quelques-uns de ces critères: les mœurs dans le cas de la Sicile, les rendements dans le cas des provinciae frumentariae.

  • 13 Cic., Q. fr., 1, 1, 15.
  • 14 Tac., Ann., XV, 20, 4-21.

9Mais d’un autre coté, on ne doit pas oublier que Cicéron pouvait remarquer d’une manière générale: non quin possint multi esse provinciales viri boni13— des sentiments dont on trouve l’écho jusqu’au ier siècle ap. J.-C.14.

  • 15 Fro., Ant., 8, 1 ; DC, XXXII, 96 ; cf. Sal., Iug., 85, 12 ; cf. plus généralement R. Haensch, « Das (...)

10À l’évidence, dès le début du ier siècle, les gouverneurs nouvellement nommés avaient une certaine idée de la partie de l’Empire où ils devaient se rendre. Si cette idée ne faisait pas partie des connaissances générales comme dans le cas des provinciae Asia, Aegyptus ou Africa, on attendait d’un gouverneur qu’il s’informe sur la province qui lui avait été confiée. Dans ce contexte, on doit non seulement citer la lettre du proconsul Asiae destiné M. Cornelius Fronto à l’empereur Antonin le Pieux, mais aussi le discours de Dion Chrysostome qui note que les préfets d’Égypte s’informaient de la situation prévalant à Alexandrie avant leur arrivée dans la cité15.

  • 16 Par exemple Caes., Civ., 1, 85, 8; Max., 9, 1, 5.
  • 17 Par exemple Tac., Ag., 40, 3 sq.; Suet., Jul., 18, 1; Ulp., Dig., 1, 18, 13 pr.
  • 18 Plin., Ep., 8, 24.

11Mais il est plus que douteux que les gouverneurs aient pu attribuer à chaque province une identité propre en se fondant sur les diverses informations géographiques, militaires et prosopographiques dont ils pouvaient disposer et qui provenaient de sources de caractère privé ou officiel. Au moins au ier siècle, il est probable qu’un gouverneur ou un procurateur qui s’apprêtait à quitter Rome n’avait qu’une très vague idée de la province où il se rendait: les proconsulats d’Afrique ou d’Asie étaient les plus honorables, ces provinces étant les plus riches; l’Achaïe, l’Asie et la Bithynie-Pont promettaient beaucoup de difficultés à cause des « bêtises des Grecs »; le climat en Bretagne était très dangereux, etc. Un facteur très important était sans aucun doute de savoir si la province était bellicosa16 ou quieta/pacata17. Bien sûr, même des idées aussi vagues pouvaient, en s’accumulant, déboucher sur la formation d’une certaine identité provinciale. Mais cela aurait pris du temps. À tout le moins au ier siècle, il n’y avait probablement que peu de provinces qui étaient considérées de manière aussi positive (mais également un peu arrogante) que l’Achaïe — illa vera et mera Graecia — telle qu’elle est qualifiée dans une lettre bien connue de Pline à Maximus18. Et la plupart de ces idées vagues concernaient plus des régions de l’Empire et leurs habitants que des territoires délimités par les frontières provinciales, c’est-à-dire des unités administratives.

Les concilia provinciae et les couches supérieures des provinces comme creusets d’une identité provinciale

  • 19 Voir P. Eich, « Die Administratoren », en particulier p. 387.

12Forger activement une identité provinciale ne pouvait être dans l’intérêt du gouvernement central dont les principaux objectifs demeuraient le maintien de son pouvoir et l’unité de l’Empire. Ces deux fins n’étaient guère compatibles avec des identités provinciales trop prononcées19.

  • 20 Voir M. Zahrnt, « Hadrians “Provinzmünzen” », en particulier p. 197.

13Certes, il pouvait être dans l’intérêt de l’empereur de montrer dans des monuments commémoratifs ou dans son monnayage combien il était aimé des peuples et quelle diversité on trouvait dans l’Empire. Mais d’une certaine façon, ces monuments faisaient plus appel aux grandes ethnies de l’Empire qu’aux unités administratives. Cela n’était même pas le cas dans la série des soi-disant « Provinzmünzen Hadrians20 ».

14Une fois sur place, les gouverneurs n’avaient ni le temps — trois ans au maximum n’étaient pas suffisants pour s’identifier à une région — ni les moyens financiers et politiques de forger une identité provinciale. De toute façon, en temps normal, il eût été beaucoup trop dangereux pour un gouverneur, même s’il en avait eu l’intention, de s’engager pour sa province au point de pouvoir être appelé le vrai fondateur. En effet, le risque était trop grand qu’un tel engagement soit interprété comme la préparation d’une révolte.

  • 21 J. Deiniger, Die Provinziallandtage ; D. Fishwick, The Imperial Cult.
  • 22 Voir par exemple une légation faite ἐν τῇ ανανκαιοτάτῃ χρείᾳ τῆς ἐπαρχείας (IGR, IV, 1236 = TAM, V, (...)
  • 23 CIL, II2, 7, 779: provinciae Baeticae consensu (début iie siècle).

15Les institutions les mieux adaptées pour forger une identité provinciale étaient les concilia provinciae21, ces assemblées réunissant une ou plusieurs fois par an les délégués des communautés d’une province afin de célébrer le culte des empereurs et de discuter des problèmes communs. Elles pouvaient décider de l’envoi d’une légation auprès de l’empereur au nom de toute la province. Qu’une telle institution ait promu l’idée d’une identité de la province comme unité est montré par le fait que certaines inscriptions élevées dans le cadre des actions de ces concilia n’utilisent pas le nom spécifique de la province en question, mais parlent de la « province22 » ou de la « province une telle23 ».

  • 24 ILS, 103, cf. AE, 1992, 164.
  • 25 Voir par exemple W. Eck, Köln, pp. 85-93 ; 259 ; R. Haensch, « Les capitales », en particulier p. 3 (...)

16Ces concilia n’étaient pas un élément fixe de la constitution de chaque province. D’une part, même de grandes provinces comme la Bétique n’ont pas connu de concilium avant les Flaviens — ce qui n’a pas empêché l’Hispania Ulterior Baetica d’honorer Auguste à Rome par un monument exceptionnel (peut-être en 2 av. J.-C.)24. Nous ne savons même pas si au début du iiie siècle chaque province avait un concilium. Il y a des cas douteux comme les Germanies ou la Rhétie25. Par ailleurs, certains groupes de provinces comme les trois Gaules ou les trois Dacies avaient seulement un concilium ensemble, tandis que dans d’autres — dans la partie orientale de l’Empire — divers concilia existaient.

  • 26 Ce fait a été déjà observé par les contemporains, voir DC, XXXVIII, 34.
  • 27 Voir en dernier lieu A. Heller, « Les bêtises des Grecs ».
  • 28 Tac., Hist., I, 65-66, cf. 51, 5; R. Syme, « Rival Cities ». Cf. R. Haensch, Capita provinciarum, p (...)

17Même s’il y a un concilium par province, il faut se demander dans quelle mesure une telle institution faisait avancer une identité provinciale. Les rivalités entre cités constituaient un obstacle non négligeable dans ce contexte26. De telles rivalités n’existaient pas seulement dans la partie orientale de l’Empire27, mais également dans la partie occidentale comme les exemples de Lugdunum et Vienne ou de Tarraco et Barcino le montrent28. Ces rivalités sont seulement bien plus faciles à observer dans la partie orientale en raison de l’abondance des sources littéraires.

  • 29 G. Petzl et E. Schwertheim, Hadrian, en particulier ll. 22 s.
  • 30 Ch. Kokkinia, Die Opramoas-Inschrift, p. 36 VII F 16 s., cf. p. 39 VIII G 11 s.

18De plus, un concilium n’était pas un parlement avec des sessions régulières de longue durée au cours desquelles pouvaient se développer des idées politiques. Dans le cas des concilia provinciae, on se rencontrait une ou deux fois par an — mais nous ne savons pas si les cités envoyaient les mêmes délégués chaque année — et on célébrait les rites et les jeux liés au culte impérial. C’est seulement lors de ces rencontres que des propositions politiques communes étaient développées en cas de problème urgent et notoire, par exemple si un gouverneur avait abusé de son pouvoir. Un dernier point: nous ignorons avec quelle fréquence les gouverneurs étaient confrontés à cette seule institution capable de forger au moins à un certain degré une identité provinciale. Grâce à une lettre d’Hadrien récemment publiée nous savons que les autorités romaines avaient tendance à participer aux jeux provinciaux les plus importants29. Concrètement, par exemple, le gouverneur de la Lyonnaise était présent aux jeux du concilium III Galliarum en 177, tout comme Cornelius Proculus, legatus pro praetore Lyciae et Pamphyliae, lors de la réunion du koinon de cette province30. Mais c’est le seul des 12 gouverneurs mentionnés par le monument d’Opramoas pour lequel nous entendons parler d’une telle participation.

19Pour toutes ces raisons je pense que le processus de développement d’une identité provinciale a pris beaucoup de temps dans nombre de provinces. Bien sûr, on a relativement vite réalisé que telle cité ou telle unité faisait partie de telle province. Mais ces connaissances géographiques et ces pratiques administratives ne suffisaient pas pour forger une identité provinciale, et pas seulement du point de vue extérieur.

Les premiers indices d’une identité provinciale perçue par les provinciaux

  • 31 On doit souligner que les provinces n’avaient pas d’ importance pour Aelius Aristide dans son disco (...)

20C’était probablement déjà durant les dernières décennies du ier siècle av. J.-C. ou les premières décennies du ier siècle ap. J.-C. qu’un certain ---lius Alexidis f (ilius) Menodor (us) se flatte d’être le premier des habitants de l’Asie à avoir reçu l’equus publicus (JÖAI, 62, 1993, p. 137). La fille d’Aurelius Pactumeius Fronto, consul suffectus en 80, relève fièrement que son père était consul ex Afric [a p] rimus (ILS, 1001). C’est probablement aussi à l’époque flavienne qu’un sénateur souligne être le cinquième originaire d’Asie (AE, 1930, 7). D’après ce que nous avons constaté plus haut, il n’est pas étonnant que les membres des élites se soient référés au cadre de la province dans un contexte très spécifique31. Il n’est pas non plus étonnant que ce soient des provinces très importantes avec une histoire distinctive qui aient constitué des points de référence.

  • 32 B. Alex., 53, 5: Nemo enim aut in provincia natus, ut vernaculae legionis milites, aut diuturnitate (...)

21Un autre groupe qui semble avoir développé une identité provinciale avec une certaine fréquence et de manière relativement précoce était constitué par les personnes venant d’autres parties de l’Empire pour s’établir de manière durable dans une province et celles qui avaient quitté leur province pour vivre dans une autre partie de l’Empire. Déjà l’auteur du bellum Alexandrinum pouvait parler de tout un groupe de soldats romains devenus des provinciaux (provincialis) en raison de leur long service en Espagne32. Pour plusieurs des inscriptions faisant allusion à la province d’origine, il est difficile de déterminer si cette mention avait pour but d’informer le lecteur sur la partie de l’Empire à laquelle était rattachée une cité ou si la province constituait un vrai point de référence pour la personne décédée et ses proches. Cela vaut par exemple pour le monument funéraire d’une Iunia L (uci) f (ilia) Amoena ex provinci [a] Baetica municipi [o] Italica, dédié à Rome peut-être sous Auguste (AE, 1992, 153, cf. 1996, 108). La référence à la province était probablement plus forte quand un certain Valentinus ex numero cubiculariorum Aug (usti) mentionne dans la louange de son épouse Claudia Ti (beri) f (ilia) Euresis quod se secuta esset in provincia Africa (ILS, 1744; peut-être sous le règne d’Hadrien). La mention de la province revêt un tout autre caractère quand au début du iiie siècle un marchand et décurion de Canatha en Syrie est désigné comme negotiator Luguduni et prov (inciae) Aquitanacica (!; ILS, 7529).

  • 33 Et pour cette raison il n’est pas correct de dire que « Für die Heimat wird meistens die Provinz an (...)
  • 34 On trouve 17 exemples parmi les inscriptions funéraires du iiie siècle à Rome et dans d’autres lieu (...)
  • 35 Speidel, l. c., n° 545 a, voir aussi 635, CIL, VI, 3472 ad n° 655.
  • 36 Speidel, l. c., n° 651, voir en plus 627, 637. On ne trouve pas les mêmes formulaires, mais de très (...)
  • 37 J. Nelis-Clément, Les « beneficiarii », p. 26.
  • 38 CBI, 28 (pour la datation voir R. Haensch, compte-rendu du CBI, Bonner Jahrbücher, 195, 1995, p. 80 (...)
  • 39 Voir par exemple ILS, 2066, un fisci curator cohortis IIII praetoriae, oriundus ex provincia Panno( (...)
  • 40 Voir par exemple ILS, 502, une dédicace d’un praefectus alae sous Gordien, natus in pro(vincia) Afr (...)

22Un groupe pour lequel l’importance croissante de la province d’origine se laisse relativement bien observer est les equites singulares Augusti. Pendant le iie siècle ils donnaient leur origine de la façon suivante: natione Pannonus ou Maurus même s’il y avait depuis des décennies deux Pannonies et deux Maurétanies33. C’est seulement au iiie siècle que l’on trouve avec une certaine fréquence — environ 10 %34 — des indications telles que: nat (us) ex Pann (onia) inf (eriore)35 ou oriund (us) ex provincia Pannonia superiore, civitate Poetabionense36. Dans le cas des bénéficiaires il est à observer que sur les 374 monuments funéraires37 de ces soldats, cinq seulement — tous datant du iiie siècle — mentionnent la province d’origine du soldat décédé38. Cette pratique ne se limite pas aux equites singulares Augusti, aux bénéficiaires39 ou aux inscriptions funéraires40, mais en l’absence de corpora récentes il n’est pas possible de déterminer aussi précisément sa fréquence pour les autres soldats et leurs monuments.

Un indice du développement d’une identité propre à chaque province même aux yeux de leurs gouverneurs: les dédicaces aux dieux de la province

23Pour en revenir à la question centrale, une catégorie d’inscriptions montre que même les petites provinces avaient gagné une certaine identité aux yeux de leurs gouverneurs. Il s’agit des dédicaces que les gouverneurs ou les procurateurs ont dédiées, en principe dans leurs prétoires, à la déesse de la province qu’ils administraient. Normalement, cette déesse était associée à d’autres dieux. Dans ce contexte il faut mentionner: l’autel dédié par un procurator inconnu des Alpes atrectiennes et pennines à une multitude de dieux — dont Iuppiter Optimus Maximus et Hercule Graius — et dis praesidibus huiusce provinciae, peut-être en 211-212 (AE, 1991, 1184); le monument que le procurator Mauretaniae Caesariensis a dédié en 227 genio pr[ov(inciae) M]auretaniae Caes[ariensis] (et à la [F]ortuna sin[gularis C]oloniae Au[ziensium]) [AE, 1966, 597]; l’autel qu’un legatus Augusti pro praetore a dédié dans les années 235-236 divinib[u]s Romae aeternae genio provinciae Moesiae inferioris (AE, 1985, 726).

24Il faut tenir compte de quelques aspects de ces autels pour les comprendre correctement: même dans le cas de provinces telles que la Mésie inférieure ou la Maurétanie Césarienne qui appartenaient à l’origine à une région plus vaste — c’est-à-dire à la Mésie et à la Maurétanie respectivement — les autels sont adressés à des dieux — un genius ou des dii praesides — spécifiques de la province en question.

  • 41 IDR, III, 5, 43. D’un autre avis I. Piso dans son commentaire ad IDR, III, 5, p. 39.

25Ces divinités dédicataires diffèrent de celles rencontrées dans des autels légèrement antérieurs: vers 182 ap. J.-C. le procurator Daciae Apulensis C. Sempronius Urbanus avait dédié un autel à la Fortuna Daciarum (AE, 1930, 138 = IDR, III, 2, 209). Nous trouvons la même pluralité dans une inscription apparemment inachevée (CIL, III, 996 = IDR, III, 5, 46) et dans un autel dédié à divers dieux et Daciae par un tribunus laticlavius de la legio XIII Gemina en 215 (CIL, III, 1063 = IDR, III, 5, 184) à l’occasion de l’anniversaire de Caracalla et un monument comparable d’un deuxième tribunus datant de la même période (et non de la dynastie antonine, comme on l’a proposé41). On peut observer le même phénomène dans le cas de deux Pannonies. Pendant les premières années de Septime Sévère, le legatus Augusti pro praetore Pannoniae inferioris C. Valerius Pudens a dédié un monument dis et genio provinciae Pannoniae (ILS, 3923a).

  • 42 CBI, 20.

26Si l’on compare ce groupe d’inscriptions avec celui mentionné plus haut, on a l’impression qu’à tout le moins certaines provinces ont acquis une identité plus affirmée pendant les trois premières décennies du iiie siècle. Toutes ces inscriptions — même celles des dernières décennies du iie siècle — s’adressent à une déesse particulièrement liée aux unités administratives de l’Empire romain et non aux dii Mauri ou Matres Germanae42, c’est-à-dire des divinités plutôt liées à un ethnos.

27Il y a aussi une différence fondamentale avec un autre groupe de divinités présentant des caractéristiques similaires tout en demeurant différentes. Je pense aux dédicaces adressées aux genii loci. Comme ceux discutés ici, ces autels se tournent vers une divinité géographiquement définie. Mais ces dieux sont liés à un endroit spécifique et non à tout un ensemble géographique.

28Aussi, pendant les premières décennies du iiie siècle au plus tard, les gouverneurs, même ceux des petites provinces, avaient l’impression que le territoire qu’on leur avait confié avait des caractéristiques individuelles et spécifiques à respecter, c’est-à-dire une certaine identité. Peut-être de tels sentiments existaient-ils déjà depuis des siècles. Mais il nous manque les sources pour le prouver et, de façon générale, il semble plutôt que les provinces ne devinrent qu’assez lentement des objets d’identification.

Jusqu’à quel point les préférences d’un sénateur ou d’un chevalier ont-elles influencé les choix des gouverneurs des provinces ?

  • 43 Voir en dernier lieu A. R. Birley, Locus virtutibus patefactus? ; W. Eck, « Spezialisierung », en p (...)
  • 44 R. Schulz, Herrschaft, pp. 74 sqq.
  • 45 Voir également F. M. Ausbüttel, Die Verwaltung, en particulier p. 124.

29Une autre question qui se pose dans le contexte de l’attitude des gouverneurs envers leur province est celle de savoir jusqu’à quel point les sénateurs et les chevaliers ont fait des efforts pour obtenir le gouvernement d’une province en particulier. Dans le grand débat portant sur les facteurs influençant de manière décisive un cursus honorum sous le Haut-Empire43, on a beaucoup discuté de l’importance des qualités et de l’expérience du candidat ou des préférences de l’empereur ou des personnes qui l’avaient influencé. Mais on ne s’est presque jamais demandé si un sénateur de rang prétorien ou consulaire pouvait avoir une influence — comme un élément parmi d’autres, bien sûr — sur le choix de la province qu’il allait gouverner. Or on sait que, sous la République, les Otacilii fournirent plusieurs gouverneurs à la Sicile et les Calpurnii Pisones et les Servilii Caepiones ceux des provinces hispaniques44. Dans l’Antiquité tardive la fonction de corrector/consularis Campaniae était un poste très recherché45.

  • 46 Voir Fro., Ant., 8, 1. Mais il y a deux Caesonii Macri Rufiniani parmi les proconsules Africae (B. (...)
  • 47 DC, LXXI, 31, 1; cf. Cod. Iust., 9, 29, 3.
  • 48 W. Eck, « Sozialstruktur ».
  • 49 F. Dönmez-Öztürk et alii, « Aus dem Pera Museum », en particulier p. 254.

30La question ne se pose probablement pas pour toutes les provinces de la même façon. Les grands commandements militaires étaient probablement toujours distribués en fonction de l’expérience et de la proximité avec l’empereur. Et, en cas de vacance, nul ne devait hésiter à accepter un tel poste, à moins d’avoir une raison impérieuse. La concurrence était toujours grande pour les proconsulats très honorables d’Afrique et d’Asie, ce qui avait comme conséquence que les préférences d’un candidat n’étaient qu’un facteur parmi d’autres46. Mais dans le cas des provinces pacifiées dans l’Empire et particulièrement les proconsulats prétoriens qui étaient distribués chaque année, il y avait probablement une certaine place pour des préférences personnelles des candidats. Bien sûr, après l’usurpation de Avidius Cassius, Marc Aurèle interdit qu’on gouvernât sa province natale47. Mais il y avait d’autres raisons pour lesquelles on pouvait s’intéresser à une province — des propriétés foncières, des relations familiales, par exemple par la famille de l’épouse etc. Dans ce contexte, l’identité provinciale jouait probablement aussi un rôle. La raison pour laquelle nous pouvons si rarement observer de tels phénomènes tient probablement au fait que nous connaissons mal les fastes des provinces proconsulaires prétoriennes et des provinces impériales prétoriennes, qui n’avaient pas de garnison considérable48. Mais il faut mentionner, par exemple, le fait que deux Flavii Titiani furent préfets d’Égypte et qu’apparemment les grandes familles sénatoriales originaires de la partie orientale s’intéressaient fortement au gouvernement de la province de Pont-Bithynie49. Aussi, même s’il fallut des décennies voire un siècle dans nombre de cas jusqu’au développement d’une identité provinciale, ces conceptions ne restèrent pas sans influence sur l’attente des futurs gouverneurs envers leurs prochains postes.

31En conclusion, j’ai essayé de discuter pour la première fois une question complexe et peu étudiée. D’après ce que nous savons — et on doit souligner que nous n’avons pas beaucoup de sources — une identité provinciale ne se développa dans nombre de provinces qu’assez tardivement à côté d’autres identités plus restreintes, comme celle de sa cité natale, ou plus générales comme celle d’un peuple ou d’une région. Cela vaut même (ou particulièrement?) pour les gouverneurs, c’est-à-dire les magistrats les plus liés aux provinces comme entités. Mais connaître les tâches liées à l’administration d’une province et la considérer comme une identité spécifique étaient deux choses différentes.

Notes

1 G. Chalon, Gérard, L’édit, ll. l. 4 s. καὶ τοῦ τὴν Αἴγυπτον ἐν εὐσταθείᾳ διάγουσαν εὐθύμως ὑπηρετεῖν τῆι τε εὐθηνίᾳ καὶ τῆι μεγίστηι τῶ [ν] νῦν καιρῶν εὐδαιμονίᾳ μὴι βαρυνομένην καιναῖς καὶ αδίκοις εἰσπράξεσι.

2 Voir par exemple PIR2, I, 139 ; A. Barzanò, « Tiberio Giulio Alessandro »; A. Jördens, Statthalterliche Verwaltung, p. 20, n. 19; A. Jördens, « Judentum ».

3 Cic., Dom., 11 et 25; Att., 9, 9, 2; Caes., Civ., 3, 73, 3.

4 Vell., II, 97, 4; Flor., II, 17, 7.

5 Voir par exemple W. Eck, « Provinz », en particulier p. 18 ; J.-L. Ferrary, « Provinces, magistratures et lois », en particulier pp. 8, 15 sq.; G. Wesch-Klein, « Die Bezeichnungen », en particulier p. 19.

6 FIRA, I2, 7, l. 69, 72/79 = M. H. Crawford, Roman Statutes, t. I, pp. 65-113, n. 1.

7 Voir W. Eck, « Provinz », pp. 18 sq.; P. Le Roux, « Rome », pp. 24 sq.

8 Voir par exemple R. Haensch, Capita provinciarum, pp. 393-412.

9 Cic., Ver., 2, 2, 2.

10 Cic., Ver., 2, 3, 48.

11 Cic., Ver., 2, 3, 17.

12 Plin., Nat., III, 32: agrorum cultu, virorum morumque dignatione, amplitutidine opum.

13 Cic., Q. fr., 1, 1, 15.

14 Tac., Ann., XV, 20, 4-21.

15 Fro., Ant., 8, 1 ; DC, XXXII, 96 ; cf. Sal., Iug., 85, 12 ; cf. plus généralement R. Haensch, « Das Statthalterarchiv », en particulier pp. 277 sqq.

16 Par exemple Caes., Civ., 1, 85, 8; Max., 9, 1, 5.

17 Par exemple Tac., Ag., 40, 3 sq.; Suet., Jul., 18, 1; Ulp., Dig., 1, 18, 13 pr.

18 Plin., Ep., 8, 24.

19 Voir P. Eich, « Die Administratoren », en particulier p. 387.

20 Voir M. Zahrnt, « Hadrians “Provinzmünzen” », en particulier p. 197.

21 J. Deiniger, Die Provinziallandtage ; D. Fishwick, The Imperial Cult.

22 Voir par exemple une légation faite ἐν τῇ ανανκαιοτάτῃ χρείᾳ τῆς ἐπαρχείας (IGR, IV, 1236 = TAM, V, 2, 973). Des statues ont été dédiées ex consensu provin (ciae) [ILS, 6763].

23 CIL, II2, 7, 779: provinciae Baeticae consensu (début iie siècle).

24 ILS, 103, cf. AE, 1992, 164.

25 Voir par exemple W. Eck, Köln, pp. 85-93 ; 259 ; R. Haensch, « Les capitales », en particulier p. 309.

26 Ce fait a été déjà observé par les contemporains, voir DC, XXXVIII, 34.

27 Voir en dernier lieu A. Heller, « Les bêtises des Grecs ».

28 Tac., Hist., I, 65-66, cf. 51, 5; R. Syme, « Rival Cities ». Cf. R. Haensch, Capita provinciarum, p. 388.

29 G. Petzl et E. Schwertheim, Hadrian, en particulier ll. 22 s.

30 Ch. Kokkinia, Die Opramoas-Inschrift, p. 36 VII F 16 s., cf. p. 39 VIII G 11 s.

31 On doit souligner que les provinces n’avaient pas d’ importance pour Aelius Aristide dans son discours Éloge de Rome.

32 B. Alex., 53, 5: Nemo enim aut in provincia natus, ut vernaculae legionis milites, aut diuturnitate iam factus provincialis, quo in numero erat secunda legio, non cum omni provincia consenserat in odio Cassi.

33 Et pour cette raison il n’est pas correct de dire que « Für die Heimat wird meistens die Provinz angegeben » (M. Speidel, Die Denkmäler, p. 14).

34 On trouve 17 exemples parmi les inscriptions funéraires du iiie siècle à Rome et dans d’autres lieux (Speidel, l. c., chapitres vi et vii).

35 Speidel, l. c., n° 545 a, voir aussi 635, CIL, VI, 3472 ad n° 655.

36 Speidel, l. c., n° 651, voir en plus 627, 637. On ne trouve pas les mêmes formulaires, mais de très semblables aux numéros : 624, 657, 658, 660, 680, 688 d, cf. les inscriptions fragmentaires : nos 547, 579, 606, 609, 616. Voir en plus la dédicace de cives Batavi sive Thraces adlecti ex provincia Germania inferiore sous Elagabal (n° 62; cf. en plus 65).

37 J. Nelis-Clément, Les « beneficiarii », p. 26.

38 CBI, 28 (pour la datation voir R. Haensch, compte-rendu du CBI, Bonner Jahrbücher, 195, 1995, p. 806), 31, 133, 745, 841, mais cf. 757: provinciae Daciae — il y a trois provinces de Dacie! Voir en plus: CBI, 32: heredes eius ex [Ge]rmania superi(ore) et 34 : natione provincialis (= Lugdunensis ?).

39 Voir par exemple ILS, 2066, un fisci curator cohortis IIII praetoriae, oriundus ex provincia Panno(niae) inferiore.

40 Voir par exemple ILS, 502, une dédicace d’un praefectus alae sous Gordien, natus in pro(vincia) Africa de Tusdro.

41 IDR, III, 5, 43. D’un autre avis I. Piso dans son commentaire ad IDR, III, 5, p. 39.

42 CBI, 20.

43 Voir en dernier lieu A. R. Birley, Locus virtutibus patefactus? ; W. Eck, « Spezialisierung », en particulier p. 20.

44 R. Schulz, Herrschaft, pp. 74 sqq.

45 Voir également F. M. Ausbüttel, Die Verwaltung, en particulier p. 124.

46 Voir Fro., Ant., 8, 1. Mais il y a deux Caesonii Macri Rufiniani parmi les proconsules Africae (B. E. Thomasson, Fasti Africani, nos 118 et 122) et Apulée a attendu que Cocceius Honorinus serait un des successeurs de son père Sex. Cocceius Severianus Honorinus comme proconsul Africae (Fl., IX, 24, 27).

47 DC, LXXI, 31, 1; cf. Cod. Iust., 9, 29, 3.

48 W. Eck, « Sozialstruktur ».

49 F. Dönmez-Öztürk et alii, « Aus dem Pera Museum », en particulier p. 254.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search