Version classiqueVersion mobile

Memòria personal

 | 
Oscar Jané
, 
Patrice Poujade

I. — El món dels escrits personals

Au commencement était (parfois) l’écriture

Pratiques sociales de l’écrit du for privé (suisse, xviie-début xixe siècle)

Danièle Tosato-Rigo

Texte intégral

  • 1 Macfarlane, 1977.
  • 2 Simon i Tarrés, dans ce même livre.

1Le chercheur qui étudie l’écrit du for privé bénéficie aujourd’hui de possibilités démultipliées de réunir des corpus d’écritures « ordinaires ». Beaucoup de chemin a été parcouru depuis les temps que l’on qualifierait volontiers, avec le recul, d’héroïques : celui, vers la fin des années 1970, où quelques chercheurs à la suite d’A. MacFarlane1 exhumaient des archives des textes de représentants des classes moyennes et populaires, en s’astreignant à légitimer leur intérêt et leur place au sein d’une anthropologie historique et d’une histoire sociale de la culture en plein essor. L’élaboration, actuellement en cours, d’inventaires et de bases de données de ce que les historiens continuent, malgré les réserves que le terme peut susciter, à appeler à l’échelle internationale « egodocuments », contribue notablement à l’élargissement des sources disponibles. Dès lors il semble qu’un peu partout les chercheurs fassent l’expérience de ce que A. Simon i Tarrés a fort bien résumé dans le titre de son texte avec la formule Del no res a la plètora2.

2Évoluant dans un univers de scripteurs qui ne cesse – on me permettra cet anachronisme – de s’accroître, dans le monde de celles et ceux qui, avec plus ou moins de détails et d’aisance, ont pris la plume pour traduire des bribes d’expérience de vie, l’historien en viendrait presque à oublier que ce passage à l’écriture personnelle n’a rien d’automatique ni, a fortiori, de naturel, et que la population écrivante qu’il ausculte est un artefact archivistique. Elle est bien loin de recouvrir toutes les couches alphabétisées, quand bien même l’alphabétisation se révèle bien évidemment une condition préalable et que la pratique de l’écrit du for privé croît tendanciellement du XVIe au début du XIXe siècle.

3La présente contribution n’a pas d’autre ambition que d’évoquer de façon un peu impressionniste cet aspect de l’écriture personnelle, rarement thématisé dans les egodocuments eux-mêmes : son profond ancrage social. De l’écriture contrainte ou soumise à injonctions particulières, à l’écriture choisie, influencée par divers modèles, de l’écriture individuelle à ses usages collectifs, la pratique de l’écrit du for privé constitue en elle-même une pratique sociale.

HABITUS OU CONQUÊTE DE L’ÉCRIT DU FOR PRIVÉ

  • 3 Amelang, 2010, p. 177.

4Il y a quelque chose de surprenant à constater à quel point les écrits personnels sont peu loquaces sur les circonstances entourant la pratique scripturaire ellemême. Nous avons beau disposer de davantage de sources, les pratiques de leur écriture continuent à nous échapper largement, comme le soulignait tout récemment encore J. S. Amelang : « It is difficult, if not impossible, to know much about the way ego-documents were actually created […] all to often crucial information is missing about how, when, where – not to mention why – it was composed3 ».

5Sans doute n’est-il pas rare de trouver dans des écrits des déclarations d’intention, telle celle de la noble lausannoise Catherine Charrière de Sévery, qui note au début de son journal pour l’année 1768 :

  • 4 Charrière de Sévery, « Journal », Ci 13.

J’ai commencé ce journal en 1768 pour retrouver une fois les traces de ce que nous avons fait et pensé, dans des temps qui seront effacés de notre mémoire, tous ces petits événements et ces dates qui sont rapportés ici ne peuvent être intéressants pour personne que pour mon ami et moi4.

6Mais si de telles ouvertures mettent en avant l’un des sens donnés à l’écriture – sens analysés dans le présent volume par S. Mouysset – signalant au passage la possibilité d’un usage partagé de l’écrit du for privé (ici en l’occurrence avec son époux que la scriptrice appelle « mon ami »), la pratique d’écriture elle-même n’est pas évoquée. Répondant à des règles implicites, elle ressort d’une certaine évidence, du moins dans un milieu social où elle jouit d’une large reconnaissance, qu’on lui attribue une utilité pratique ou symbolique.

7Il peut en aller autrement, du moins est-ce l’hypothèse que suggèrent quelques exemples de l’espace helvétique germanophone, là où le geste d’écriture s’est heurté à des obstacles. Les scripteurs se montrent alors parfois plus diserts sur leur action. Ainsi, dans une chronique consignant au milieu du XVIIe siècle les événements marquants de son temps qui ont touché son microcosme et sa personne, le laboureur bernois Jodocus Jost plante brièvement un décor à sa prise de plume :

  • 5 Tosato-Rigo, 2012, p. 54.

L’origine de cet écrit sans utilité est la suivante : d’une part il a été rédigé dans les longues nuits de veillées, sans perte de temps aucune, et ne fut écrit que par amusement. D’autre part, il ne repose pas seulement sur ce que j’ai entendu dire mais sur ce que j’ai vu moi-même et j’ai pensé rendre ainsi service à mes descendants5.

8À côté du « topos » de l’écriture mémorielle destinée à la postérité est affirmée ici l’idée de son inutilité, qui la condamne à l’exercice nocturne. Faut-il y voir une – vraie ou fausse – modestie de scripteur ? On penchera plutôt ici pour un indice documentaire de la faible valeur accordée à l’écriture mémorielle dans l’entourage de l’auteur.

9On trouve des propos semblables, un siècle plus tard, sous la plume d’un autre paysan, Ulrich Bräker, journalier agricole dont des extraits d’écrits à caractère autobiographique furent publiés – grâce à l’appui du pasteur du village – dans les années 1780. Le scripteur observe dans une sorte de monologue intérieur :

  • 6 Bräker, Le Pauvre homme du Toggenbourg, p. 207. Ces extraits des textes autobiographiques de Bräker (...)

« À quoi sert de tant lire et écrire ? Tu n’en tireras même pas de quoi payer un bâton de mendiant pour toi et tes enfants ». Voilà les amers reproches que je me faisais. […] Il m’arrivait d’autres fois d’essayer de me trouver des excuses. « Cet argent, je l’ai économisé sur les habits et autres choses. D’ailleurs je n’y ai consacré que mes heures de loisir, quand les autres chômaient aussi, le plus souvent la nuit. Je n’ai rien gaspillé »6.

  • 7 À l’instar du cas catalan, analysé par O. Jané qui souligne l’importance de « mettre les richesses (...)
  • 8 Roche, 1999.
  • 9 Fabre, 2010, pp. 207-208.

10On retrouve ici l’idée de l’inutilité de l’écrit, celle de la nécessité d’éviter de gaspiller du temps pour écrire, et de l’incompatibilité entre écriture et travail, d’où la pratique de l’écriture nocturne. Comme pour Jost, l’écriture pour soi est dans le milieu de Bräker une pratique non reconnue socialement. Si dans les campagnes où vivent les deux scripteurs le taux d’alphabétisation s’avère relativement élevé en comparaison internationale et que les paysans utilisent leur compétence d’écriture à des fins économiques, en tenant des livres de raison ou de comptes7, le « refus de l’autobiographique », relevé par D. Roche à propos des écrits du laboureur Pierre Bordier, est, dans leur milieu, prédominant8. Pourtant les deux scripteurs paysans suisses y contreviennent, et c’est bien cela qui s’avère intéressant. Leur « passage à l’acte » s’accompagne du recours à deux modèles différents : pour le premier, Jost, il s’agit de celui de la chronique locale, en essor dans les bourgades suisses du XVIIe siècle. Elle imprègne son récit chronologique, son attention portée aux événements dans les domaines agricoles et les bourgs voisins. Le récit de vie du piétiste Bräker s’enracine quant à lui dans l’examen de conscience, une injonction religieuse dont D. Fabre a récemment souligné la force chez les scripteurs « plébéiens »9.

  • 10 Bräker, Raissonierendes Baurengespräch über das BücherLesen.

11Le milieu piétiste d’Ulrich Bräker lui a ouvert un accès au livre qui devait se révéler stimulant. Mais si le jeune manouvrier du Toggenbourg se sent d’abord investi d’une mission religieuse, sa fréquentation de la Société morale de Lichtensteig, grâce au parrainage de son mentor pasteur, et l’accès à sa bibliothèque le détournent des lectures religieuses pour la littérature profane : s’ensuit une véritable rupture biographique qu’il a thématisée dans un dialogue de paysans sur la lecture de livres10. Rousseauisme et injonction religieuse finissent ainsi par se conjuguer dans le passage de Bräker à l’écriture de soi, quoiqu’il en dise :

  • 11 Bräker, Le Pauvre homme du Toggenbourg, p. 228.

Des confessions du genre de Rousseau il n’y en a pas dans mon livre ; elles n’y seraient pas à leur place. […] Je vous ferai pourtant une sorte de confession, chers lecteurs, et je vous dévoilerai au moins la surface de mon cœur : je suis un homme qui a dû lutter chaque jour contre de violentes passions11.

12Au risque d’outrer un peu le trait je suggérerais que c’est essentiellement dans des milieux où écrire pour soi n’est pas une activité reconnue, au XVIIIe comme au XVIIe siècle, que la thématisation des circonstances entourant l’écriture du for privé transparaît. Elle y revêt une valeur de justification. À l’opposé de la pyramide sociale, la discrétion, sinon le silence, traduit l’habitus. Elle tend à faire penser que cette pratique scripturaire, non seulement irait en quelque sorte de soi, mais qu’elle aurait quelque chose de naturel, sinon de spontané, et de purement individuel. Or, bien sûr, il n’en est rien. La maîtrise d’une ou de plusieurs fonctions de l’écrit s’inscrit dans des pratiques sociales, sous l’influence de modèles – notarial, comptable, religieux, littéraire, etc. – qui en découlent, qui évoluent et la transforment, la contraignent toujours, et se chevauchent parfois.

PAROLES DE MAGISTRATS ET « FONCTIONNAIRES » LOCAUX

  • 12 Mouysset, 2007b, p. 106.

13Ceux pour qui l’écriture du for privé, tous genres confondus, ne constitue ni une découverte ni une conquête se recrutent bien évidemment parmi les professionnels de la plume. Dans son étude sur les livres de raison français, S. Mouysset a distingué dans le groupe de ces « hommes rompus au travail d’écriture (s) » les marchands, les propriétaires, les juristes et les clercs12. En Suisse romande, où existaient sous l’Ancien Régime une multitude de pouvoirs locaux, municipaux (dans les villes), communaux ou seigneuriaux (dans les campagnes) les magistrats et petits fonctionnaires locaux, membres d’assemblées de communiers ou de paroisses (consistoires) sont particulièrement nombreux à avoir laissé des écrits personnels.

  • 13 Praye, « Livre de raison », P Loys 4561, 27.8.1691. Voir Tosato-Rigo, 2010, p. 267.
  • 14 Bezencenet, « Journal pour servir de Brouillard et de Mémoire à moy, A [bram] H [enry] Bezencenet » (...)

14Le modèle notarial, décliné souvent avec beaucoup de liberté, prospère dans ce groupe où l’habitude voire la nécessité de tenir la mémoire des faits et des droits, dans un contexte de progression de la culture écrite, est bien ancrée. Nécessité, car un magistrat peut, tel le conseiller Praye à la fin du XVIIe siècle, tancé par le gouvernement lausannois pour mauvaise gestion financière, être sommé de produire devant lui son livre de raison13. Nonobstant l’idée communément admise de leur progressive dissociation vers la fin du XVIIIe siècle, sans doute tendanciellement exacte, l’imbrication entre sphère privée et sphère publique est encore sensible dans de tels écrits. À titre anecdotique, on signalera à ce propos le manuscrit que le notaire et justicier Jordan entame en 1770 sous le titre de Livre particulier de moi Jean Jacob Jordan, châtelain, notaire, juge, curial, assesseur, le soussigné Jordan, qui s’ouvre sur une véritable table des matières annonçant la teneur du propos, divisé en sept sections : « Nottes, leur but », « Ma naissance etc. », « Mes emplois », « Mon mariage etc. », « Mes filleuls et filleules », « Mes ayeuls et autres parents etc. », « Du temps et des circonstances ». Jordan précise son intention d’utiliser deux signatures différentes, qu’il reproduit : l’une comme particulier, l’autre, beaucoup plus ornementale, comme notaire. Une distinction invisible dans les pages qui suivent, mais qui en dit long sur la recherche de personnalisation d’une pratique scripturaire perçue, même dans le cadre d’un livre qualifié de « particulier », comme liée à la fonction publique du scripteur. Autre exemple, le Journal pour servir de Brouillard et de Mémoire à moy, A [bram] H [enry] Bezencenet (1768), aide-mémoire d’un notaire, essentiellement dédié à ses bilans comptables et à diverses recettes utiles : celle, par exemple, permettant la fabrication d’une bonne encre, ou celle que lui a transmise « un vieux laboureur, conseiller de communauté » sur la façon de semer l’esparcette. Le scripteur a copié sur la première page des extraits de journaux d’époque – dont l’un de Saint-Pétersbourg – ainsi qu’une recette contre la peste, disparue depuis un siècle du territoire suisse mais visiblement encore redoutée (fig. 1). Toujours sur cette page, Bezencenet donne des détails sur sa haie. Mais il note également une information en lien direct avec son activité de préposé de la commune, qu’il lui serait sans doute difficile de retrouver ailleurs, compte tenu du faible développement de l’administration : à savoir laquelle des deux clés du « buffet neuf de la communauté » permet d’en ouvrir les deux serrures…14

  • 15 Voir Morren, 1970 ; Staremberg, Schoulepnikoff, 2010.
  • 16 N. Staremberg a une thèse en cours à l’université de Lausanne sous le titre de Le consistoire de La (...)

15L’exemple le plus éloquent, le plus impressionnant à vrai dire, puisque son journal recouvre non moins de 26 000 feuillets manuscrits, demeure celui du lieutenant baillival lausannois Jean-Henri Polier15. Inauguré à l’entrée en fonctions du nouveau bailli, représentant le souverain bernois, dont Polier est le bras droit, et intitulé Mémorial universel, il possède plusieurs caractéristiques du journal de fonction, tels que des comptes rendus de séances dans les diverses commissions où siège le scripteur, copies de lettres officielles et de règlements etc. Mais le mémorial de Polier comprend tout autant de copies de correspondances privées. En outre, si on les compare aux registres du consistoire de la ville, comme le montre la thèse en cours de N. Staremberg, les annotations du lieutenant baillival documentent tout autre chose que le fonctionnement officiel de l’institution : ce sont les accommodements hors séances qu’on y découvre le plus souvent16. Enfin des données bien plus personnelles confirment le statut résolument hybride du texte, et la nécessité pour les historiens d’ouvrir plus largement la catégorie des « écrits du for privé » à des textes rédigés dans le cadre institutionnel : outre la liste de ses lectures et celles des spectacles auxquels il assiste, Polier se livre à une observation fine de sa santé, sur laquelle son journal fourmille de renseignements. Visiblement influencé par les écrits du docteur Tissot, il est particulièrement attentif à son sommeil, ce qui ne l’empêche pas de se soigner au café. Quant à savoir pourquoi, lorsqu’il est à l’écoute de son corps, il recourt plusieurs fois à l’anglais plutôt qu’à sa langue maternelle, on se perd en conjectures, les informations en question n’ayant rien de particulier ni de confidentiel : peut-être un écho à l’anglophilie de son milieu, désireux de se démarquer de l’influence française ?

Fig. 1 — Première page du Journal de J. Bezencenet

« AUTREMENT ON SERAIT PEU EN ÉTAT DE RENDRE COMPTE DE SON ADMINISTRATION… »

  • 17 Bergier, « Livre de raison », P 269 Bergier.

16Le livre de raison de Nicolas Bergier, seigneur foncier qui remplit au début du XVIIIe siècle diverses charges à la municipalité de Lausanne, mérite qu’on s’y arrête un peu plus longuement (fig. 2). Ses qualités narratives en font un véritable journal personnel, riche en observations, entre autres sur ses enfants et sur ses rapports avec sa femme, quand bien même Bergier l’utilise prioritairement comme livre de famille et instrument de gestion patrimoniale. Ainsi en commençant son livre, en 1712, par l’évocation de son mariage, ce sont les aspects financiers de ce dernier qu’il met en avant. Le titre donné à l’événement dans la marge ne laisse aucun doute sur le sujet : « Mon mariage. Ma dot » ( !)17.

17Bergier note les sommes qui entrent dans son ménage, et même, très minutieusement, ce qui n’y entre pas :

  • 18 Ibid.

Je n’ay pas même eu aucun des joyaux de feu ma mère qui ont pourtant estés partagés et desquels je pense que chacun de mes frères et sœurs ont eu leur portion, excepté moy seul, sans que pourtant j’en murmure en manière que ce soit puisque je n’ay rien demandé. J’annote seulement ceci sans conséquence et pour prévenir les idées touttes contraires qu’on a eu, me réservant pourtant et aux miens de ce qui me peut justement convenir pour ma part dans son tems de ces sortes de choses18.

Fig. 2 — Couverture du Livre de raison de Nicolas Bergier

18À la lecture de telles déclarations, on peut se demander non plus tellement comment un homme tel que Bergier en vient à rédiger un écrit mémoriel, mais bien plutôt dans quelle mesure un individu dans sa position sociale a la possibilité de ne pas tenir de livre de raison. Comment se priver d’un tel instrument juridique, dans une société où la culture de l’écrit progresse ? À l’inverse, on pourrait se demander aussi qui peut s’en passer, et dans quels milieux l’alphabétisation active n’entraîne que rarement la tenue d’un écrit personnel. L’enquête s’annonce difficile mais passionnante, et sans doute les réponses diffèrent-elles, non seulement selon les époques, mais selon le type d’écrits, plus ou moins autobiographique, événementiel ou comptable.

19Le livre de raison de Nicolas Bergier atteste à plusieurs égards du développement de la culture écrite, par exemple lorsque le scripteur précise :

  • 19 Ibid., année 1724.

Je dois, pour instruction à ma postérité, donner une juste idée de cette belle entreprise [= construction d’une fontaine] prise pour que ceuy qui me succèderont, en ayant une parfaitte connoissance par escrit, ils puissent d’autan mieux en soustenir le fruit dans la suitte des temps, si Dieu leur en fait la grâce puisque quelque solidité qu’ayt l’ouvrage que j’ay fait, et quelque fondé qu’il soit presque tout dans le rocher, excepté quelques thoises près de la source, ils pourroyent dans le laps du tems qui détruit tout, négliger de certaines précautions. Lesquelles, moyennant l’instruction que je leur donne, préviendront toutte interruption à un ouvrage aussi estably dont voici le plan. […] Il faut estre sur le lieu mon livre à la main ou un extrait de cecy19.

20L’écrit mémoriel revêt ici une utilité directe, pratique, autant qu’un caractère prescriptif pour les héritiers. De l’instrument juridique au mode d’emploi, dans ce monde très hétérogène des « fonctionnaires locaux » et de ceux qui s’en inspirent, il répond à des attentes qui se diversifient, et qui mériteraient d’être étudiées plus systématiquement, dans une perspective tenant compte, une fois encore, de la chronologie. Et du genre.

  • 20 E. Botonaki a analysé ce lien dans le cadre de ses travaux sur les journaux féminins anglais, dont (...)

21Un aspect qui pourrait, jusqu’à preuve du contraire, s’avérer propre au milieu protestant, où la confession a fait place à l’examen de conscience, est le pendant spirituel existant à la reddition écrite de comptes20. Les livres de raison mentionnés ci-dessus, en témoignent. Celui de Nicolas Bergier rend grâce à Dieu pour chaque année écoulée. Celui du notaire Bezencenet porte en exergue « Deus Providebit. Dieu y pourvoira & il fera que j’auray finallement une heureuse Issuë » (1768). Mais les exemples les plus éloquents proviennent de la principauté de Neuchâtel. Il est vrai qu’à en croire l’agriculteur neuchâtelois Abram-Louis Sandoz, l’examen de conscience peut aussi se passer de la forme écrite. Pourtant le scripteur suit lui-même les recommandations du théologien Jean-Frédéric Osterwald dont le catéchisme, répandu dans toute la Suisse romande dès le début du XVIIIe siècle, appelait à systématiser l’exercice :

  • 21 Sandos, « Journal », Nb 36 39.

Je fais en ceci un ouvrage que chaque personne doit faire tôt ou tard, si ce n’est par écrit au moins en idées.
Autrement on serait peu en état de rendre compte de son administration et de sa conduite à Celui qui, un jour, en fera un compte exact […]. Je n’écris pas pour plaire mais pour instruire, non tant les autres que moi-même21.

  • 22 Jelmini, 1999.

22Ces propos inscrivent le livre de raison de Sandoz dans une véritable éthique du travail : rendre compte de la tâche journellement accomplie, dans un souci d’économie mais aussi de fructification de ses biens censée caractériser le bon protestant, au même titre que la fréquentation obligatoire du sermon. Dans les nombreuses listes dont il assortit son livre, Sandoz établit du reste aussi, au fur et à mesure, celle des sermons qu’il a écoutés. Le livre de raison de son père, Jacques Sandoz, notaire et greffier parvenu à la charge de justicier de la petite bourgade du Locle en 1719, comprend quant à lui non moins de 1 500 citations bibliques, assorties d’observations d’ailleurs souvent peu charitables sur les sermons du pasteur local22.

  • 23 Schnegg, 2004.
  • 24 Messerli, 2001, pp. 312-313.
  • 25 Tosato-Rigo, 2012.

23C’est dans la même bourgeoisie protestante que prend tôt naissance la pratique de journaux d’adolescent-e-s. La mouvance piétiste du protestantisme lui donne une tournure qui peut s’avérer particulièrement rigoureuse. Songeons au journal commencé à l’âge de neuf ans par Henriette Stettler qui, une fois mère, inscrit journellement ses actions dans un tableau qui leur attribue un certain nombre de points23. Ou encore à celui que le fils du paysan et meunier Hans Kaspar Egg d’Ellikon, dans le canton de Zurich, se souvient en 1795 avoir appris à rédiger dès qu’il sut tenir sa plume à l’école. Le jeune garçon devait le remplir en répondant journellement à six questions formulées par son père, relatives notamment à sa façon d’occuper le temps, à ce qu’il avait accompli au plan spirituel et temporel pendant la journée écoulée, et à son comportement face à ses parents et ses frères et sœurs24. L’exercice de nature religieuse se pédagogise, si l’on peut dire, avec la pédagogisation du siècle : en encourageant tout particulièrement les jeunes filles à tenir un journal, où elles couchent leur emploi du temps, projets matrimoniaux compris, les parents, et plus fréquemment encore les mères activent un véritable outil de socialisation25.

NOUVELLES ATTENTES

  • 26 Simonet-Tenant, 1990, p. 77.

24Depuis le XVIIIe siècle pour le moins, on assiste à une socialisation et à une dissémination de pratiques d’écriture ayant à voir avec la littérature26. On songe bien sûr, bien avant Rousseau, aux Lettres de Mme de Sévigné qui offrent un modèle inégalé de conversation ordinaire incluant les aspects les plus divers de la vie quotidienne de la noblesse. Mais il faut mentionner également John Locke. D’une part, parce que le philosophe anglais inspirera une littérature pédagogique florissante dans la seconde partie du XVIIIe siècle avec ses Pensées sur l’éducation, dans lesquelles il recommande de faire écrire les enfants :

  • 27 Locke, Quelques pensées sur léducation.

Il ne serait pas mauvais d’engager souvent les enfants, aussitôt qu’ils en seront capables, à raconter eux-mêmes une histoire sur des choses qu’ils connaissent bien. On commencera par corriger dans leurs récits la faute la plus grave qu’ils auront commise dans l’arrangement de leur sujet, etc27.

  • 28 Dacome, 2004.
  • 29 Le canevas est demeuré vide à l’exception d’un bref résumé de sa vie que Palézieux (dit Falconnet) (...)

25D’autre part, on doit aussi à Locke un « livre de lieux communs » (Common-Place-Book) dont la réception mériterait d’être étudiée. L’ouvrage est étroitement lié au postulat du philosophe selon lequel l’identité personnelle résidait dans la continuité de la mémoire « consciente d’elle-même28 ». Il s’agit d’une sorte de canevas proposé à la rédaction de pensées personnelles. Le livre expose, en l’illustrant par l’exemple, un mode d’organisation applicable à l’enregistrement des informations les plus disparates : mélanges, memoranda, recettes ou listes d’ouvrages, annotations médicales et morales, maximes théologiques, relevé de dettes etc. Paru d’abord anonymement, en langue française, dans la Bibliothèque universelle et historique de Jean Leclerc, puis, après la mort du philosophe, dans deux versions en anglais (1705), il a connu plusieurs rééditions, dont la plus répandue est celle de Bell, de 1770. Sans doute n’est-ce pas un hasard si c’est dans les papiers d’un négociant tourné vers l’Angleterre, Jean-Louis Théodore de Palézieux, que nous en avons retrouvé un exemplaire29.

  • 30 Giddey, 1963.
  • 31 Giddey, 1974, p. 31.
  • 32 « Tagebücher in der Absicht zu machen, dass sie sich darinnen von Zeit zu Zeit umsehen können, was (...)

26Il faut aussi, et la liste n’a évidemment rien d’exhaustif, évoquer le très prisé Spectator publié de 1710 à 1714 par Richard Steele et Joseph Addison. E. Giddey, qui s’est intéressé aux imitations que le journal a suscitées en Suisse romande30 a rappelé l’extraordinaire engouement qu’il provoqua au XVIIIe siècle dans tout le continent européen où il fut interminablement copié, discuté et cité31. A. Messerli signale un écho direct, quoique plus moralisateur au Spectator dans une importante revue littéraire zurichoise intitulée Le peintre des mœurs (Der Mahler der Sitten, 1746). Ses rédacteurs, Johann Jakob Bodmer et Johann Jakob Breitinger conseillent à leurs lecteurs « de tenir des journaux dans l’intention, de temps en temps, de se rendre compte de ce qu’ils ont fait de bon dans leur vie, et de l’amélioration de leur condition morale32 ».

  • 33 Goodmann, 1995a ; Id., 1995b.
  • 34 Jaïn, « Journal intime », P Jaïn 35. C’est dans les numéros 317 (4.3.1712) et 323 (11.3.1712) du Sp (...)
  • 35 Lavater, Geheime Tagebuch eines Beobachters seiner Selbst.

27On sait que Suzanne Necker – épouse de Jacques Necker, et mère de la future Mme de Staël – conçut, toujours sur ce modèle, un Spectateur intérieur, dédié à l’observation de sa propre personne33. Rien d’étonnant dès lors à ce que les membres de la Société littéraire de Lausanne, fondée dans les années 1770, s’en inspirent également : l’un d’entre eux, Benjamin Jaïn, qu’on retrouvera dans la fonction publique à la révolution, relate dans son journal personnel plutôt qu’à la suite d’une lecture du Spectator, les membres de la société décidèrent de tenir chacun pendant une semaine un journal afin de voir s’ils parvenaient… à faire mieux, Jaïn ayant lui-même persévéré plus longtemps34. À la même époque, la publication du Journal secret d’un observateur de soi-même de Johann Kaspar Lavater35 déclenche à Zurich une véritable mode de l’écriture diaristique.

28Sous l’influence de la réception des journaux et œuvres littéraires et de l’élargissement de leur lectorat, une réflexion s’amorce dès la fin du XVIIIe siècle sur l’écrit mémoriel lui-même, dans laquelle les sociétés de lettrés jouent un rôle important.

29À Lausanne, une société d’utilité publique appelée la Société d’émulation, qui réunit l’élite intellectuelle du canton, consacre quelques séances, en été 1804, à la discussion d’un projet inédit de « journal de famille » :

  • 36 « Journal » des délibérations de la société d’Émulation du canton de Vaud, IS 3693 II d (2e carton)

M. le Président fait lecture d’un projet de M. Clavel de Brenles proposant un registre de famille qui serait tenu par chaque Père & dans lequel seroient consignés tous les faits interessans les familles en particulier & des nottes sur les faits publics – registre qui passeroit du père au fils aîné de la famille, auquel on pourroit recourir, non par voie d’autorité, mais de plein gré du détenteur de tels registres36.

30Est-on en train de réinventer le livre de raison, voire le livre de famille, en ce début de XIXe siècle ? Livres dont il faudrait alors supposer qu’ils auraient connu une baisse de popularité ? La réponse est négative, puisque l’auteur du projet précise que l’idée du journal de famille est « déjà connue et depuis longtemps mise à exécution ». L’innovation réside ailleurs : dans la volonté de systématiser la tenue d’un tel livre de famille, pour le voir, au fond, comme il ne l’avait encore jamais été, tenu dans tous les foyers alphabétisés :

  • 37 Ibid.

[…] l’honnête et industrieux artisan qui aime à suivre les progrès de son art […] l’agriculteur aisé qui se contente de présider aux travaux qu’exige la campagne, l’homme de lettres dont la plume exercée tracerait sans effort ce que les faits, l’expérience et ses propres observations offriraient de plus remarquable, le Jurisconsulte, le Magistrat, le Médecin, le Négociant, le Pasteur ne trouveraient-ils pas dans l’exercice de leur charge respective de nombreux matériaux pour orner leurs feuilles privées37 ?

  • 38 Ibid.

31La finalité attribuée à cet exercice d’écriture, qui demeurera à l’état de projet, est particulièrement intéressante. Elle atteste de l’émergence d’une véritable conscience historique relative à l’écrit du for privé : la « Société d’Émulation » estime en effet que le livre de famille envisagé serait « un document intéressant, non seulement pour la famille […] qui y trouverait une école de morale et une consignation des faits qui peuvent l’intéresser, mais pour la société même, pour l’histoire du pays, il pourrait être consulté dans beaucoup d’occasions et suppléer avec avantage aux lacunes qui se trouvent dans les archives publiques38 ». Inscrit dans des pratiques et des attentes sociales qui évoluent, l’écrit du for privé, comme on peut le constater, était déjà en passe d’accéder au statut d’archive publique à l’aube du XIXe siècle.

Notes

1 Macfarlane, 1977.

2 Simon i Tarrés, dans ce même livre.

3 Amelang, 2010, p. 177.

4 Charrière de Sévery, « Journal », Ci 13.

5 Tosato-Rigo, 2012, p. 54.

6 Bräker, Le Pauvre homme du Toggenbourg, p. 207. Ces extraits des textes autobiographiques de Bräker ont été publiés en 1788 sous le titre Lebensgeschichte und Natürliche Ebentheuer des Armen Mannes im Tockenburg, grâce à l’entremise du pasteur Im Hof. Leur première édition critique est de S. Voellmy (1945) ; la seconde, dans le cadre de l’édition des œuvres complètes de Bräker (Bräker, Sämtliche Schriften, 1998-2010), regroupe manuscrits religieux (piétistes) et littéraires (dont Etwas über William Shakespears Schauspiele. Von Einem Armen ungelehrten weltBürger, der das Glück genoss, denselben zu lesen).

7 À l’instar du cas catalan, analysé par O. Jané qui souligne l’importance de « mettre les richesses par écrit » et la prise de conscience d’objectifs familiaux de moyenne et longue durée dans le développement de pratiques scripturaires des « cahiers » ou « livres de comptes » aux « dietaris » ou journaux – chez les paysans aisés (Jané, 2010a, p. 256).

8 Roche, 1999.

9 Fabre, 2010, pp. 207-208.

10 Bräker, Raissonierendes Baurengespräch über das BücherLesen.

11 Bräker, Le Pauvre homme du Toggenbourg, p. 228.

12 Mouysset, 2007b, p. 106.

13 Praye, « Livre de raison », P Loys 4561, 27.8.1691. Voir Tosato-Rigo, 2010, p. 267.

14 Bezencenet, « Journal pour servir de Brouillard et de Mémoire à moy, A [bram] H [enry] Bezencenet », Ms A 98.

15 Voir Morren, 1970 ; Staremberg, Schoulepnikoff, 2010.

16 N. Staremberg a une thèse en cours à l’université de Lausanne sous le titre de Le consistoire de Lausanne au XVIIIe siècle.

17 Bergier, « Livre de raison », P 269 Bergier.

18 Ibid.

19 Ibid., année 1724.

20 E. Botonaki a analysé ce lien dans le cadre de ses travaux sur les journaux féminins anglais, dont Botonaki, 2004.

21 Sandos, « Journal », Nb 36 39.

22 Jelmini, 1999.

23 Schnegg, 2004.

24 Messerli, 2001, pp. 312-313.

25 Tosato-Rigo, 2012.

26 Simonet-Tenant, 1990, p. 77.

27 Locke, Quelques pensées sur léducation.

28 Dacome, 2004.

29 Le canevas est demeuré vide à l’exception d’un bref résumé de sa vie que Palézieux (dit Falconnet) a couché sur ses deux dernières pages. Archives cantonales vaudoises, P Palézieux, D 12. Je remercie S. Moret Petrini d’avoir attiré mon attention sur ce document.

30 Giddey, 1963.

31 Giddey, 1974, p. 31.

32 « Tagebücher in der Absicht zu machen, dass sie sich darinnen von Zeit zu Zeit umsehen können, was sie gutes in ihrem Leben gethan, und wie weit sie ihren moralischen Zustand gebessert haben », cité dans Messerli, 2001, p. 303.

33 Goodmann, 1995a ; Id., 1995b.

34 Jaïn, « Journal intime », P Jaïn 35. C’est dans les numéros 317 (4.3.1712) et 323 (11.3.1712) du Spectator que J. Addison conseille à ses lecteurs la tenue d’un journal : « I do not suppose that a Man loses his Time, who is not engaged in Publick Affairs, or in an Illustrious Course of Action. On the contrary, I believe our Hours may very often be more profitably laid out in such Transactions as make no Figure in the World, than such as are apt to draw up on them the Attention of Mankind […] I would, however, recommend to every one of my Readers, the keeping a Journal of their Lives for one Week, and setting down punctually their whole Series of Employments during that Space of Time. This kind of Self-Examination would give them a true State of themselves, and incline them to consider seriously what they are about. One Day would rectifie the Omissions of another, and make a Man weight all those indifferent Actions, which, though they are easily forgotten, must certainly be accounted for ».

35 Lavater, Geheime Tagebuch eines Beobachters seiner Selbst.

36 « Journal » des délibérations de la société d’Émulation du canton de Vaud, IS 3693 II d (2e carton).

37 Ibid.

38 Ibid.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 — Première page du Journal de J. Bezencenet
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende Fig. 2 — Couverture du Livre de raison de Nicolas Bergier
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 583k

Auteur

Université de Lausanne, Centre des Sciences historiques de la culture

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search