Version classiqueVersion mobile

Roma generadora de identidades

 | 
Antonio Caballos Rufino
, 
Sabine Lefebvre

Identités civiques, identités provinciales dans l’Empire romain

Patrick Le Roux

Résumé

Les problèmes d’ordre identitaire ne sont pas absents des sources romaines. Dans le champ historiographique, ce chapitre est encore récent et tend à se substituer à des références plus anciennes que la réflexion des historiens a cherché à corriger, voire à supprimer. Dans ce contexte, on suggère de mieux cerner les mots pouvant se rapprocher de la notion d’identité. Il convient, en outre, de séparer le registre administratif et géographique et les identités politiques, sous peine d’aller au-devant de difficultés de méthode récurrentes. L’une des questions posées par le sujet du livre est de comprendre pourquoi l’Empire romain n’a pas débouché sur un principe identitaire universel — que ne fut pas à proprement parler la citoyenneté romaine — au-dessus de l’identité locale partout présente incarnée dans une cité qui fut également une patria, un patrimoine ancestral à protéger.

Texte intégral

  • 1 Il va sans dire que l’identité, comprise comme un ensemble de caractères stables qui permettent de (...)

1La notion d’identité n’est pas une notion romaine1. Loin de nous détourner du projet d’en parler, cette observation est une incitation à ne pas restreindre ou figer les rapports entre le présent et le passé et à considérer que toute histoire ne s’écrit pas nécessairement au présent. Le passé éclaire aussi le présent surtout quand il échappe à la généalogie, à la recherche des origines. L’altérité du passé invite à faire revivre des expériences humaines oubliées et différentes qui appartiennent de plein droit à l’histoire et à ce titre méritent d’être inventoriées et expliquées.

  • 2 Cic., Leg., 2, 2, 5.

2Immédiatement viennent à l’esprit les mots associés à l’origine et à la nomenclature individuelles présents dans les textes et les inscriptions pour définir ce qui évoque l’identité. L’examen du vocabulaire devrait nous aider à cerner la « non formulation » d’un mot équivalent exprimant les identités romaines au sens moderne du terme. La réflexion cicéronienne sur les deux patries, una naturae, altera civitatis2 incite à réfléchir aux modes de raisonnement antiques en la matière. L’idée de barbare opposée à celle de grec ou de romain introduit une dimension culturelle qui ne paraît pas recouvrir d’emblée les champs sémantiques précédents. La province ou provincia, construction romaine s’il en est, paraît situer la notion d’identité sur un terrain encore différent, le provincial étant distingué du Romain ou même de l’italicus.

3Le thème des identités civiques et des identités provinciales n’est jamais qu’une exploration parmi d’autres de ce qui conférait cohésion et vitalité à l’Empire romain, l’articulait comme territoire et l’érigeait ou non en communauté d’appartenance, d’enracinement individuel, familial, politique et culturel. La géographie, le droit, le pouvoir, la politique, les relations de domination, l’adhésion spontanée ou volontaire entrent en ligne de compte dans l’émergence d’identités romaines impériales dans leur diversité. L’emprise et l’administration romaines de territoires provincialisés, par le rassemblement sous un même pouvoir de populations et de cultures d’origine variée, pose avec une acuité particulière la question de l’émergence d’identités multiples et des « brouillages » qui pouvaient en résulter.

Les mots ou des identités en quête de contenus

  • 3 Même si ces procédures d’identification n’étaient pas toujours fiables ni perçues comme des preuves (...)
  • 4 Il ne faut pas oublier le terme de genus (l’expression genus Romanum est attestée: par ex. Cic., Ph (...)
  • 5 Voir en particulier, CILA, II, 358 = AE, 2001, 1185: Vibia Maura d’Hispalis se présente comme oriun (...)

4La fiche d’identité, la nomenclature individuelle, n’est pas l’état civil, lequel décrit une situation familiale et sociale. La première établit la filiation qui est la clé de l’existence juridiquement prouvée. Cette procédure est un héritage romain assurément, inscrite très tôt dans la pratique du recensement3. C’est le mot origo ou l’adjectif de la même famille, oriundus, qui exprimait l’appartenance à une communauté autre que la communauté familiale4. Le nom, comme l’adjectif, ne désignait pas un lieu de naissance mais une cité de rattachement par le père, lui-même tributaire sur ce plan de ses ancêtres. On pouvait avoir vu le jour dans un lieu donné et être originaire d’un autre très éloigné, voire étranger au premier5. L’origine primait et ne se confondait pas avec l’identité, ce qui permet de comprendre pourquoi les Romains n’ont pas créé de distinction entre les deux. L’origo entrait dans la construction de la patria, la communauté ancestrale, le berceau d’un patrimoine familial et moral que sa transmission même obligeait à préserver et à défendre. L’origo était distinguée de la natio, laquelle n’était pas la « nation » associée aux états contemporains mais le lieu de naissance sans autre connotation.

  • 6 Ce que dénotent les inscriptions de soldats auxiliaires dès les débuts de l’Empire et ensuite, chaq (...)

5La natio parlait d’une origine qui ne pouvait pas être insérée dans un modèle d’organisation en cité6, ce qui veut dire qu’elle ressortissait à une communauté ethnique, étrangère à l’institution civique, alors que l’origo était inséparable de la civitas. La référence civique était centrale et essentielle dans les classifications et le vocabulaire romains. Toutes les cités n’étaient pas identiques ni égales. La res publica Romana et sa citoyenneté occupaient le sommet de l’échelle et le statut le plus enviable était celui de civis Romanus. C’est en fonction de cette identification que les identités individuelles et collectives prenaient consistance, mais la citoyenneté romaine n’était pas réductible, pas plus que les autres citoyennetés, à sa seule dimension identitaire. On devenait citoyen romain et on était alors issu par ses ancêtres d’une cité autre que Rome. On pouvait être pérégrin en droit et vivre dans une cité municipale organisée comme une res publica. C’est aussi l’un des sens de la remarque de Cicéron sur les deux patries: la petite communauté locale ou patrie selon la nature parce que transmise par génération; la patrie civique, parce que reçue par intégration dans la communauté des citoyens romains, Rome demeurant elle aussi une cité, une res publica. La cité transcendait les autres origines pos sibles et résultait d’une réunion volontaire de familles décidées à vivre selon des règles communes reflétées dans les institutions. Le nomen et le cognomen, reflets du statut de la communauté d’appartenance, participaient de l’identité des personnes et des citoyens.

  • 7 Liv. aux livres XXIX et XXX parmi d’autres.
  • 8 Sal., Cat., 52, 24.
  • 9 Plin., Ep. Tra., X, 96, 2
  • 10 Voir par exemple l’analyse de F. Dupont, « Conclusion. L’altérité incluse », pp. 272-274.

6C’est sans doute ce mot de nomen qui s’approcherait le mieux de la notion d’identité. Le fait de pouvoir être nommé ou de nommer incluait l’individu ou la collectivité dans une séquence ordonnée à caractère politique et social. Le nomen est le terme employé pour désigner les alliés latins chez Tite-Live qui parle de nomen Latinum7. Il est utilisé aussi par Salluste pour nommer les Romains dans une formule choisie et lourde de sens: appelée à la rescousse par Catilina et ses acolytes les plus nobles, la gens (l’ethnie) des Gaulois est définie, non sans exagération, comme infestissuma nomini romano8. Pline le Jeune9 se réfère au nomen christianum en s’adressant à Trajan pour savoir ce qu’il doit réprimer : la revendication du nom de chrétien ou les crimes associés au nom (et dénoncés par des adversaires). Nomen, en ce cas comme dans les autres, se rapporte à une communauté qui n’est pas une cité ou identique à la cité qu’elle pourrait être également par ailleurs et ne répond pas à un populus identifié juridiquement parce que non organisé suivant les formes de la cité gréco-italique. Nomen permet de combler, dans le vocabulaire, les insuffisances de civitas comme gens ou natio se substitue à populus inséparable d’une organisation en cité définie comme une communauté locale autonome. Les qualificatifs collectifs accolés à nomen ne sont pas d’ordre ethnique, en dépit des apparences, mais intègrent des données politiques, culturelles et religieuses qui fédèrent des populations étrangères l’une à l’autre au départ10. Étrusque, Latin ou chrétien, voire Romain attestaient l’intervention du temps et de l’histoire, mais aussi la part de l’imaginaire dans l’élaboration d’identités toujours commodes et simplificatrices.

  • 11 Str., III, 2, 15.
  • 12 Rome elle même, du fait d’origines mêlées et multiples paraît s’être créée une naissance imaginaire (...)

7Décrivant la péninsule Ibérique, Strabon révèle une hiérarchie de critères romains de classification des populations lorsqu’il parle des Turdétans11 : l’un des plus importants réside dans la συγγέγνέια (consanguinitas), qui n’est jamais synonyme d’une absence de mélange12, mais aussi dans la langue et les mœurs au sens des coutumes. Pline l’Ancien complète l’information lorsqu’il parle des Celtes de Bétique:

  • 13 Plin., Nat., III, 13.

Celticos a Celtiberis ex Lusitania advenisse manifestum est sacris, lingua, oppidorum vocabulis, quae cognominibus in Baetica distinguntur13

  • 14 Voir le mot de fraternitas, par exemple chez Tac., Ann., XI, 25, 1: (à la conclusion du discours de (...)

8Les sacra ou rites religieux et la langue révélée aussi dans les toponymes urbains apparaissent comme des signes d’identification essentiels. La notion de parenté est centrale, d’où le recours aux relations de confraternité14 qui permettent d’élargir et de renforcer le groupe sur la base de liens naturels. Les communautés, quelles qu’elles soient, sont des groupements créés par gonflement du nombre des individus, fondement de l’idée même de « peuple » ou « ethnie ». Cependant, ces catégories traditionnelles sont appelées à s’estomper au profit d’identités nouvelles que sont les cités et les villes qu’elles engendrent, signe d’une évolution décisive vers un genre de vie civilisée.

  • 15 P. Moret, « Ethnos ou Ethnie? », pp. 36-39.

9La géographie ajoute une dimension non négligeable par le biais des inventaires nominaux des diverses populations et groupes humains qui composent une contrée ou une région. Ces noms ont une origine incertaine même si, linguistiquement, ils appartiennent au fonds local que ne cherche pas à masquer la forme latinisée ou hellénisée. L’exemple des Turdétans, des Celtibères, des Lusitaniens ou des Turdules reflète assez bien la question. Les Celtibères procèdent d’une appellation, peu éloquente et ambiguë, apparue au iiie siècle a. C., sans que l’on sache si elle est due au grec Éphore ou à l’annaliste latin Fabius Pictor15. Il faut donc tenir compte de deux phénomènes complémentaires s’agissant des identités et des noms des populations de l’Hispania : d’une part, des influences de la géographie grecque qui a contribué à fixer les faits dans un premier temps, d’autre part, des modifications et évolutions romaines associées à la conquête et à la pacification. La Callaecia peut servir ici de modèle: Rome a créé une entité géographique de ce nom en appliquant à un territoire étendu une dénomination tirée des Callaeci, qui ne constituaient qu’un peuple parmi d’autres, sans doute le premier digne d’attention rencontré au cours des épisodes guerriers au nord du Durius.

  • 16 L’étape flavienne comme aboutissement d’une évolution accélérée par les événements de 68-70 ap. C. (...)

10Les sources évoquées résument une construction identitaire longue de deux siècles. Avec Auguste et la fin des opérations militaires traditionnelles, une relecture des données dans le contexte d’une réorganisation en trois provinces privilégia définitivement le modèle civilisé de la civitas et du populus. Il en résulte une incertitude, notamment dans l’interprétation du texte plinien: on ne peut pas déterminer jusqu’à quel point les communautés ethniques des régions pacifiées ou intégrées depuis peu s’étaient transformées précocement en cités de type italique, sans attendre les effets de l’octroi du droit latin par Vespasien16. Quoi qu’il en soit, l’enracinement provincial passait par la construction d’une identité civique jugée seule enviable. Elle était la condition d’une revendication, admissible par l’autorité, d’identités passées, désormais compatibles avec le modèle romain. Il ne s’agit pas, bien sûr, de transférer sans précautions l’exemplum des deux patries cicéroniennes aux cités locales. La patria est la civitas désormais instituée, héritière d’une histoire indistincte, Rome étant la seule patrie commune, réservée aux détenteurs de la citoyenneté romaine. Patria et res publica sont, du point de vue de Rome, complémentaires et l’héritage ancestral inclut l’idéal politique et civilisé qu’il convient de protéger et défendre. La citoyenneté romaine était porteuse d’une identité nouvelle à l’échelle individuelle qui rejaillissait sur la cohésion de la communauté redéfinie et symbolisée par son Genius.

11Le droit, l’expérience quotidienne, publique ou privée, l’imaginaire se conjuguaient pour ériger la cité en horizon identitaire indépassable, clé de toutes les autres formes d’identité et d’identification. Les exemples ne manquent pas dans l’épigraphie pour affirmer que les habitants de la Péninsule se percevaient d’emblée comme Astigitanus, Barcinonensis, Lucensis, Irnitanus, Aeminiensis ou Limicus, pour s’en tenir à quelques adjectifs toponymiques qui accompagnaient volontiers les noms du populus ou des magistrats voire de la res publica.

La province a-t-elle donné naissance à des identités?

  • 17 Voir par exemple la formule de l’origine dans l’épitaphe AE, 1991, 1543 (du centurion T. Sempronius (...)
  • 18 L’un des exemples que l’on pourrait, en apparence, invoquer est IRC, IV, 33, où il est dit, à propo (...)
  • 19 Voir par exemple P. Le Roux, « L’Vrbs, les provinces et l’Empire de César à la mort de Commode », p (...)
  • 20 Voir S. Lefebvre, « Les avocats de la Bétique entre 93 et 99 », pp. 57-92. On peut arguer de ce que (...)

12L’identité civique n’est pas, théoriquement, incompatible avec l’émergence d’une identité provinciale. Il est diverses circonstances qui, dans la documentation, font apparaître la province comme élément possible d’identification, ce qui, il est vrai, ne veut pas dire « identitaire ». On ne saurait nier que les termes Hispanus, Hispanicus, Hispaniensis aient eu très tôt droit de cité dans le langage romain et furent même utilisés (sauf Hispanicus) comme cognomina de personnes ou comme mention d’une origine pour des soldats17. Des structures institutionnelles propres aux provinces existèrent qui, selon certains, marquent l’émergence d’identités provinciales perceptibles surtout chez les élites: les concilia, les noms des provinces accolés aux charges des magistrats et sénateurs ou chevaliers tendraient à accréditer l’idée d’une identité prenant appui sur la circonscription provinciale18. Une monnaie d’Hadrien porte exercitus hispanicus et des personnifications des provinces virent le jour sous l’Empire19. En revanche, les patroni provinciae, absents des carrières sénatoriales, ne paraissent pas avoir existé durablement et ne peuvent pas être comparés aux patrons des cités20.

  • 21 La dénomination révèle, en effet, que les Grecs ne s’intéressaient à la Péninsule qu’en fonction de (...)
  • 22 Mart., XII, Praef., 6 : non Hispaniensem librum mittamus, sed Hispanum.
  • 23 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania (NPILH), p.  (...)

13Si identité provinciale il y eut, ce ne fut possible que par l’intermédiaire d’un regard romain. Le mot même d’Hispania fut utilisé dès avant la conquête en latinisant un terme phénicien comme pour éviter d’employer le vocable « Ibérie » des Grecs, de toute manière peu satisfaisant, car réduisant la Péninsule à un seul de ses aspects culturels et ethniques21. Hispanus, comme le souligne Martial, se distingue d’Hispaniensis et signifie « espagnol » comparé à « issu de l’Espagne22 ». Hispanicus désigne un individu ou un groupe qui exerce une activité sur le territoire espagnol sans en être nécessairement originaire. Le cognomen Hispanus fut ainsi accolé momentanément à la légion VII mais constitua, dès l’époque d’Auguste, le surnom normal de la legio VIIII Hispana. Il convient d’admettre en ce cas l’ambiguïté de son contenu: ou « composée à l’origine d’Espagnols » ou qui s’est « illustrée en Hispania », ce qui implique une équivalence avec Hispanicus. Le surnom personnel Hispanus, moins répandu qu’il ne pourrait paraître23, se rencontre surtout, mais non exclusivement, dans des régions pacifiées assez tardivement et n’a pas de connotation particulière avérée sous l’Empire.

  • 24 Pour un point de vue nuancé, voir, dans ce même volume, A. Caballos Rufino, « La Bética como refere (...)
  • 25 Lusitanus existe comme cognomen mais il doit être mis sur le même plan que Cantaber, Celtiber ou As (...)
  • 26 Mart., XII, Praef., 1: provincialis solitudo, opposée à la Rome peuplée.
  • 27 Plin., Ep., IX, 23, 2: Italicus es an provincialis?
  • 28 Suet., Cal., XXXIX, 3: anecdote du riche provincial (locuples provincialis).
  • 29 Mart., XII, 2, v. 2.
  • 30 Apul., Apol., XXIV, 1 : cum Lolliano Avito c. v. praesente publice dissererem, Seminumidam et Semig (...)
  • 31 Mart., IV, 55, v. 8-10: nos Celtis genitos et ex Hiberis nostrae nomina duriora terrae grato non pu (...)
  • 32 Au vers 11, Mart., IV, 55, le poète ne peut s’empêcher de citer Bilbilis qui tient lieu de première (...)
  • 33 Str., III, 4, 13.
  • 34 Voir Mart., I, 49, v. 3-4: videbis altam, Liciniane, Bilbilin, equis et armis nobilem. Elle est au (...)

14À ma connaissance, jamais on ne se réclame de l’Espagne citérieure ou de la Bétique comme identifiant principal24, ce qui, en l’absence de surnoms individuels tels que Citerior ou Ulterior, doit détourner de la tentation d’établir, d’emblée et a priori, l’existence d’identités provinciales affirmées et développées avec l’Empire25. La vision romaine des territoires impériaux séparait l’Italie et les provinces, celles-ci commençant là où s’arrêtait celle-là. Le provincial se distinguait du Romain comme l’attestent encore Martial26, Pline le Jeune27 ou Suétone28. Provincialis prend alors une connotation culturelle soulignant la supériorité du centre romain. Martial va encore plus loin et assimile son ouvrage à un livre qui arrive à Rome « en étranger » (peregrine29). Le poète bilbilitan invite en outre à réfléchir plus globalement aux identités et identifications des habitants originaires d’Hispania Citerior. Il fait écho à Apulée qui se présente, un peu plus tard, bien que citoyen romain de la colonie de Madaure, en Numidie, comme mi-numide et mi-gétule30. On pourrait soutenir que Martial, en homme de culture, se considérait déjà comme mi-celte et mi-ibère31. La mixité ou la dualité résonne comme un défi aux classifications territoriales et politiques chez des intellectuels qui refusent d’être appréciés et identifiés autrement que comme les porteurs d’une culture gréco-romaine universalisable, l’humanitas, supérieure à toute forme de citoyenneté. Un examen attentif des contextes, montre que Bilbilis est la patrie revendiquée de Martial et que l’appartenance ou l’ancrage celtibérique ne vient qu’au second plan32. Les Celtibères, auteurs d’une guerre de vingt ans contre Rome33, ont été vaincus et surtout ont mis à profit leur défaite pour modifier leurs comportements et regarder vers les modèles romains. Martial les évoque comme la source d’une identité personnelle aussi vraie et digne de foi (et donc aussi fragile) qu’une autre et comme un symbole d’un passé guerrier et révolu qui rend compte de la substitution de cités telles que Bilbilis à la région des Celtibères, celle-ci sans définition politique ni territoriale avérée quelle que fût l’époque34.

  • 35 En écho à Martial et à Apulée, signe d’identités multiples et préservées sous l’Empire, on se repor (...)

15La question est là. Chacun est libre de jouer avec les identités35, de changer son nom, de travestir ses origines culturelles et sociales, de s’habiller en dehors des codes de la communication sociale reconnue par le groupe ou la communauté. Un pouvoir établi peut s’inventer des origines pour mieux tenter d’occulter telle ou telle part jugée gênante ou limitative de son histoire, en fonction des événements et des circonstances, et à l’inverse magnifier telle ou telle opposition pour mieux marquer son triomphe et sa domination positive. Les Grecs, à la façon de Plutarque et d’Aelius Aristide, n’avaient aucun embarras à expliquer que Rome n’avait fait qu’accomplir l’idéal de l’hellénisme. Les signes, fluides et incertains, imposent leur pouvoir et leur langage chaque fois que le droit est absent ou impuissant à dire et à modeler la réalité. L’empire des élites n’était pas non plus l’empire des anonymes: l’exercice du pouvoir ou la participation à la marche des affaires appelait des règles particulières fondées sur des principes stables. Sans doute les procédures administratives n’étaient-elles pas exemptes de déformations, d’erreurs et d’impostures ou de revendications exagérées ou sans justification.

  • 36 Voir, dans ce même volume, A. Caballos Rufino, « La Bética como referente identificador en la docum (...)
  • 37 Il n’est pas étonnant ni déterminant que des institutions provinciales impliquant l’ensemble des co (...)

16Le problème de la provincia et de l’identité provinciale est autre. Il met en jeu des rapports de pouvoir et de relations qui ne sont en rien semblables à ceux qu’induisent les états modernes fondés sur l’idée d’état-nation. En l’absence de techniques administratives et d’une approche territorialisée des problèmes, la province n’était aux yeux de Rome qu’un espace de contrôle sans contenu autre qu’administratif: l’impôt, le statut social des habitants et les conditions de leur contrôle au moindre coût politique et humain. C’est dans cette logique dominante que peut se comprendre la surprenante réforme de Dioclétien, incompréhensible pour des esprits habitués aux identités territoriales. La multiplication par subdivision en partie arbitraire des provinces, sans protestations enregistrées (sauf en cas de recensement et donc pour d’autres raisons) ni revendications vigoureuses du statu quo, est l’indice que les identités étaient multiples et fragiles mais que l’identité provinciale n’avait pas de prise sur les relations de pouvoir ni sur les comportements des provinciaux. Il en va de même pour le conventus dont le contenu identitaire était trop fugitif et exclusivement lié à l’exercice de la justice pour donner naissance à des autonomies durables et émergentes en cas de crises ou de conflits36. Il n’y avait pas de gouvernement propre au conventus à la différence de ce qui existait dans les provinces et les cités. La province, par ailleurs, ne désignait rien d’autre qu’une expression géographique arbitrairement délimitée au sein de laquelle primaient les relations bilatérales entre Rome et les communautés locales37. Les cités avaient reçu un statut en fonction de critères sociaux et culturels. Les provinces mêlaient territorialement des réalités sociales, culturelles et humaines très hétérogènes.

  • 38 Oleum ex Baetica ou ex provincia Baetica : voir P. Le Roux, « L’Vrbs, les provinces et l’Empire de (...)

17La dimension provinciale confrontée aux pratiques autres qu’administratives et gouvernementales atteste que la provincia n’est alors qu’un cadre commode et identifiable pour le classement de données dispersées et indifférentes aux limites ou frontières officielles. Il en est ainsi des faits culturels qui ne sont jamais « de Bétique » ou « de Citérieure » mais « provinciaux » et donc opposés à ce qui serait le paradigme romain. Sans doute est-il légitime de chercher à cerner des traits particuliers: ils ne suffisent pas à fonder un particularisme et relèvent simplement d’un environnement indépassable et de la nécessité méthodologique d’un inventaire objectif et complet. Dans l’ordre économique, la géographie impose des distinctions et des productions remarquables, mais l’huile de Bétique38 n’était digne d’être identifiée globalement que pour sa contribution à l’approvisionnement de la ville de Rome et de ses élites, tout en ne mettant en avant que la partie de la province en liaison avec le Baetis. Le domaine de production, la qualité du produit, la zone fiscale importaient même en ce cas plus que le paramètre de la province. Dans le cas des mines et des métaux, la classification était aussi fondée sur la topographie locale et comme pour le garum, les produits étaient identifiés par les producteurs et commerçants organisés, dans le cas des métaux, en societates d’appellations diversifiées. Il eût été contraire à l’esprit de la construction impériale romaine de fabriquer des ensembles provinciaux susceptibles d’accéder à l’autonomie puis de revendiquer l’indépendance.

  • 39 Voir, parmi d’autres, l’HA, Sev., 12, 3, qui divise les espaces occidentaux en Galliae, Hispaniae, (...)

18La territorialisation de l’Empire prit forme progressivement et fut renforcée à partir d’Auguste, portée par une vision d’ensemble des espaces et des populations contrôlées39. L’extension de la citoyenneté romaine à tous les habitants libres qui ne la possédaient pas encore favorisa l’expression d’une civilisation romaine opposée à la barbarie, mais elle reposa essentiellement sur l’affirmation du lien qui unissait à titre personnel l’empereur et les membres de la res publica, sans remettre en cause les fondements civiques et locaux des identités politiques. L’imperium n’était territorial que comme espace identifié de l’exercice incontesté de la puissance de Rome incarnée par l’empereur.

Identité romaine, identité impériale: des contenus sans les mots

19C’est dans le cadre de la cité définie comme une respublica que Rome elle-même exprima le mieux les contenus de l’identité objective et subjective et esquissa des réponses inséparables de la concurrence pour le pouvoir et la notoriété. L’attachement à la citoyenneté romaine situe parfaitement les contours du problème et éclaire les évolutions. À la différence de l’aspect géographique et administratif de la question, de pure localisation et utile avant tout en termes de repères concrets indispensables, la communauté civique, la civitas, impliquait des choix et des normes dans la mesure où elle rassemblait des populations hétérogènes qu’il ne paraissait pas possible d’agglomérer indéfiniment ni n’importe comment. Dans cet esprit, un texte de Suétone attire particulièrement l’attention et offre l’un des rares échos à la formulation publique de l’identité romaine qu’il s’agit alors de défendre ou protéger, ce qui n’est sans doute pas le fait du hasard :

  • 40 Suet., Aug., XL, 5 : Magni praeterea existimans sincerum atque ab omni colluvione peregrini ac serv (...)

En outre, comme il jugeait important de conserver au peuple romain sa pureté et de ne pas l’altérer par le mélange de sang étranger et servile, il ne distribua la citoyenneté romaine qu’avec parcimonie et limita le nombre des affranchissements40.

  • 41 Voir par exemple le discours bien connu de Claude ou « Table claudienne »: ILS, 212.
  • 42 Sur la plèbe romaine sous Auguste: C. Nicolet, L’inventaire du monde, pp. 201-223.

20On pourrait y voir, de manière superficielle, l’affirmation d’un principe de « pureté » raciale au bénéfice des citoyens romains. Sincerum, veut dire « naturel » en ce cas aussi bien que « intact » ou « pur ». Sachant que Rome elle-même revendiquait le mélange et l’ouverture aux étrangers41, ce ne peut pas être le sens de cette remarque. Auguste refusa, en cette circonstance, les conséquences probables des guerres civiles qui en ouvrant la ville de Rome aux étrangers et aux esclaves et affranchis posaient des problèmes de ravitaillement et de logement et pouvaient faire craindre des comportements non conformes à la tradition civique. Il n’en est pas moins vrai que la consanguinité se retrouve là encore au cœur des critères d’identification et s’applique au populus, c’est-à-dire au peuple romain tel qu’il avait été redéfini dans le cadre de la Rome des trente-cinq tribus42. Malgré les événements politiques, malgré l’extension géographique de son pouvoir et la nécessité de penser certains problèmes à l’échelle de l’Empire, Rome n’a pas cessé de se considérer comme une cité et non comme un état.

  • 43 Voir cependant diverses mises au point dans J.-M. Carrié et A. Rousselle, L’Empire romain en mutati (...)

21Les travaux sur la période tardive de l’Empire, à partir de 212 ap. J.-C., ne paraissent pas avoir procédé au renouvellement souhaitable des questionnaires relatifs aux identités romaines et provinciales43. La notion de « romanité » à laquelle il est fréquemment recouru est trop ambiguë et imprécise pour que l’on sache ce qu’il faut entendre par « Romanitas ». Plus qu’une revendication identitaire de caractère national et territorial, il semble que le mot ait surtout une connotation culturelle, signe d’attachement idéalisé à la Ville qui n’est pas obligatoirement perçue autrement que comme une cité, la cité des bords du Tibre. Au mieux certains historiens modernes déplorent que les événements qui sapèrent peu à peu la pars occidentalis n’aient pas été contrariés par un « sentiment national » qui eût nourri un esprit de résistance dont l’absence aurait, en revanche, favorisé les adversaires de l’Empire. Quelle que soit l’explication retenue, l’édit de Caracalla ne fit pas de la citoyenneté romaine un instrument unificateur et identitaire au sens d’une appartenance à un état romain unifié et centralisé. C’est la logique cicéronienne qui perdurait dans la cité de Rome identifiée à la patria communis et supérieure en qualité de res publica à la petite patrie d’origine. C’est, paradoxalement, avec la perte d’identité de Rome comme capitale et cité maîtresse du monde que la référence romaine prit quelque consistance, au moins chez les élites.

22Rome, en réalité, se trouvait tout entière là où était aussi l’empereur. La personne impériale n’était pas la source d’une identité partagée et solidaire à l’échelle de l’Empire. L’empereur garantissait seulement la continuité des communautés locales et était censé détenir les moyens de préserver la puissance de Rome qui n’avait jamais cherché à unifier ni à romaniser. Le lien des populations avec les empereurs était de nature très diverse et n’a pas engendré un loyalisme indéfectible assimilable à du patriotisme. C’est probablement aussi parce que l’empereur tenait entre ses mains la multiplicité des fils ténus qui reliaient les divers territoires du monde romain à l’Empire que son affaiblissement ou son éloignement a compromis la stabilité et la cohésion de l’ensemble, qui ne fut jamais tributaire profondément d’une identité impériale et romaine. Le plus frappant est peut-être que l’Empire, construction historique par excellence, n’ait pas engendré une construction identitaire définie et stable englobant les ethnies et les cités. Il est légitime de s’interroger sur les processus d’identification dans l’Empire romain. Il est plus difficile d’y trouver des réponses assurées et éclairantes. Les apports d’époques postérieures qui ont conduit à la fabrication de modèles identitaires aux contenus précis ne sont pas très parlants et ne confèrent pas à l’Empire romain et aux provinces une dimension identitaire allant dans un sens équivalent. Si tout est identitaire et marqueur d’identité, l’intérêt de la recherche perd de son sens.

23Il n’est guère satisfaisant, quoi qu’il en soit, de vouloir retrouver dans les nations qui ont émergé ensuite une origine romaine sous-tendue par le cadre provincial de l’époque impériale. Les noms géographiques et politiques sont trompeurs et contiennent sous un même vocable des significations variées et parfois ambiguës. C’est a posteriori que la Lusitanie a été revendiquée comme un premier moment du Portugal et c’est par une extension abusive que l’Espagne a accaparé le nom d’Hispania pour elle-même. La difficulté est sans doute plus immédiatement perceptible quand on superpose la France et la Gaule et quand on tente de faire coïncider l’espace gaulois créé par César avec des définitions territoriales récentes. C’est par ce type de procédure que des provinces, désignées comme « germaniques » ou comme « alpines », ont été incluses sans autre discussion dans les espaces gaulois historiques, notamment dans les programmes universitaires. La France elle-même a dû dans sa nomenclature tourner le dos à ses antécédents romains faute du maintien territorial des catégories provinciales romaines. Un nom reflète un changement formel, il ne décrypte ni les sentiments ni les consciences ni les identifications. En ce sens, il est bien délicat de proposer globalement des phénomènes identifiants jouant en faveur de Rome ou ignorant Rome. Les collectivités comme les individus ne se réduisent pas à une appartenance ou à une adhésion aussi durable soit-elle et toute pratique collective n’est pas source d’identité.

24Un fait qui intrigue offre matière à de nouvelles réflexions sur les provinces et les structures provinciales. Comme le remarquent diverses contributions du présent volume, les conventus, attestés partout dans la péninsule Ibérique selon Pline l’Ancien, n’ont pas le même écho en Bétique et Lusitanie et en Espagne citérieure. Les différences de documentation peuvent en rendre partiellement compte dans la mesure où l’épigraphie publique de Tarragone, plus riche jusqu’à aujourd’hui que celle de Mérida et de Cordoue, attire aussi davantage l’attention sur le culte impérial et sur l’administration provinciale dans son ensemble. Cela admis, une autre explication doit être prise en compte. Le caractère public de la province de Bétique, dû à son urbanisation et à sa municipalisation porteuse d’autres développements civiques, impliquait très certainement des comportements administratifs et politiques autres que ceux existant dans une province impériale (la Lusitanie plus modeste par sa taille et moins bien pourvue en documents officiels que l’Espagne citérieure ne contredit pas cette appréciation). L’épigraphie de la Bétique reflète surtout le poids de la cité locale et les patriotismes locaux. En Espagne citérieure, la diversité des régions et le statut de province de César appelait une plus grande visibilité de l’activité au nom de l’empereur dont la circonscription conventuelle était un important reflet. La réalité d’une communauté de conventus qui favorisa une identité régionale n’est pas vraiment en cause. Le patronage impérial, la dépendance directe envers les bienfaits du maître de l’Empire, la supériorité de la personne de l’Auguste, le rang consulaire du légat gouverneur firent pleinement partie de la perception du rôle du conventus judiciaire à l’intérieur de la province. Les personnalités sénatoriales de Bétique, nombreuses et souvent sollicitées pour servir d’intermédiaires, à égalité face à un gouverneur de rang prétorien se substituaient sans doute au cas par cas au conventus et le concurrençaient sans nécessairement lui porter préjudice.

25L’exercice du pouvoir à Rome et aux divers échelons de la province, fondé sur une part de personnalisation non négligeable, le poids des protections qui donnait la primauté aux notabilités marquantes contrariaient le déroulement bien identifié et territorialisé des procédures administratives susceptibles de faire émerger un sentiment d’appartenance et d’identification durable. L’Empire romain ne fut pas un état territorial au sens national ou actuel de l’expression. Les questions de centralisation ou de décentralisation, de romanité ou d’unité n’entraient guère dans les préoccupations des penseurs ni des témoins à la lecture des sources littéraires ou épigraphiques. La tétrarchie au sortir de la crise du iiie siècle, précédée par les dyarchies impériales des Antonins et des Sévères, reflète une conception politique éloignée de l’idée nationale. La puissance de la cité de Rome s’accommoda de formes diversifiées de contrôle et de pouvoir, l’unification juridique par l’octroi universel de la citoyenneté romaine en 212 n’ayant pas eu pour but de créer un sentiment d’unité nationale romain. Les identités romaines incluaient la diversité culturelle et humaine et se mesuraient à l’aune de la civilisation et de la barbarie. L’idée que les peuples eussent une âme collective incarnée dans un état leur échappait. Avec le développement du christianisme monothéiste, les identités religieuses acquirent une force nouvelle, porteuse de conflits, qui traversa l’Antiquité tardive.

26On l’a déjà dit. Les identités sont fragiles, non pas parce qu’elles sont des constructions historiquement datées, mais parce qu’elles cohabitent et se mêlent de manière non cohérente, voire contradictoire, chez les individus et dans les collectivités. Elles ne sont identifiables pleinement qu’au moment où elles nourrissent des affirmations identitaires qui ne se distinguent pas toujours d’une simple adhésion ou appartenance. La province comme élément de l’histoire des identités romaines a le mérite de mettre en valeur plusieurs données essentielles qui ne vont pas nécessairement vers la conclusion attendue. S’il n’est pas possible de refuser l’idée que individuellement et collectivement les identités existent et coexistent au même titre que tout ce qui finit par conférer existence et individualité à un être vivant, il n’est pas vrai que tout puisse acquérir le statut d’un support identitaire historiquement pertinent. Les sociétés inventent ces identités et favorisent leur reconnaissance ou non. L’Empire romain est un témoin de ces processus et de ces « inventions » et de leurs limites. Il ne peut pas servir tel quel, me semble-t-il, de modèle à la construction de nos identités modernes ni d’une identité européenne quel que soit le registre choisi, peuple, région ou cité. Son « actualité » ne manque pas de justifications autres, intellectuelles et culturelles. Son exemple doit aussi inciter l’historien à comparer objectivement le passé et le présent sans chercher des interférences toujours approximatives et sans doute déformantes.

Notes

1 Il va sans dire que l’identité, comprise comme un ensemble de caractères stables qui permettent de reconnaître, de définir et de classer des êtres animés ou inanimés, n’entre pas ici en ligne de compte. Il s’agit d’identité active, porteuse d’identification et de conscience identitaire, de sentiment d’appartenance créateur de relations singulières: voir par exemple le recueil Was ist eigentlich Provinz? Zur Beschreibung eines Bewußtseins, éd. H. Von Hesberg. Aujourd’hui aussi, le terme, à la mode, n’est pas revendiqué Bewußtseins, comme un concept créé par la recherche en sciences humaines et sociales et apparaît comme le substitut vague du sentiment national en recul: voir par exemple D. Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales, p. 82.

2 Cic., Leg., 2, 2, 5.

3 Même si ces procédures d’identification n’étaient pas toujours fiables ni perçues comme des preuves incontestables ; voir récemment : C. Moatti, « Reconnaissance et identification des personnes », pp. 27-55.

4 Il ne faut pas oublier le terme de genus (l’expression genus Romanum est attestée: par ex. Cic., Phil., 4, 13) qui met l’accent sur l’extraction familiale et les caractéristiques anatomiques propres à une espèce ou une race.

5 Voir en particulier, CILA, II, 358 = AE, 2001, 1185: Vibia Maura d’Hispalis se présente comme oriunda Mauretania.

6 Ce que dénotent les inscriptions de soldats auxiliaires dès les débuts de l’Empire et ensuite, chaque fois qu’ils proviennent de régions peu ou non urbanisées suivant les critères romains.

7 Liv. aux livres XXIX et XXX parmi d’autres.

8 Sal., Cat., 52, 24.

9 Plin., Ep. Tra., X, 96, 2

10 Voir par exemple l’analyse de F. Dupont, « Conclusion. L’altérité incluse », pp. 272-274.

11 Str., III, 2, 15.

12 Rome elle même, du fait d’origines mêlées et multiples paraît s’être créée une naissance imaginaire gommant en partie l’histoire et l’environnement culturel complexe qui y avait présidé: F. Dupont, « Conclusion. L’altérité incluse », pp. 267-272 qui exagère, à l’inverse, le caractère imaginé et identitaire des légendes de la fondation; les recherches archéologiques tendent à accréditer le récit et doivent être prises en compte dans l’interprétation générale.

13 Plin., Nat., III, 13.

14 Voir le mot de fraternitas, par exemple chez Tac., Ann., XI, 25, 1: (à la conclusion du discours de Claude en faveur de l’entrée de Gaulois au sénat) quia soli (les Éduens) Gallorum fraternitatis nomen cum populo Romano usurpant. Les Romains se disaient, sous la République, les frères consanguins des Italiques.

15 P. Moret, « Ethnos ou Ethnie? », pp. 36-39.

16 L’étape flavienne comme aboutissement d’une évolution accélérée par les événements de 68-70 ap. C. ne doit pas faire croire que rien ne se passa entre Auguste et cet empereur: l’impulsion augustéenne sollicitait les élites et les poussait à s’organiser en cités de type civitas dès l’origine.

17 Voir par exemple la formule de l’origine dans l’épitaphe AE, 1991, 1543 (du centurion T. Sempronius Augustinus mort en Cappadoce): domo Hispania Vxama. On peut ajouter le matricule de RIB, 159 = ILS, 2517 du cavalier auxiliaire de l’ala Vettonum c. R., stationnée en Bretagne : cives hisp. Cauriesis.

18 L’un des exemples que l’on pourrait, en apparence, invoquer est IRC, IV, 33, où il est dit, à propos de L. Minicius L. f. Gal. Natalis Quadronius Verus Iunior : ob merita eius in ipsos secundum verba test (amenti) [eius quae sunt] colon(is) Barcinonens(ibus) ex Hispania [cit]er(iore) [apud q]uos natus sum HS C, etc. Le rappel que Barcino se situe en Espagne citérieure n’est pas la preuve d’une identité provinciale affirmée et répandue. Il me semble qu’elle a une valeur légale et rappelle qu’il faudra s’adresser au gouverneur de Tarraco en cas de litige. Parallèlement, rien n’interdit de penser que le sénateur soulignait, par cette mention même, le caractère distendu des liens entre le sénateur, désormais domicilié à Rome, et la cité de ses origines.

19 Voir par exemple P. Le Roux, « L’Vrbs, les provinces et l’Empire de César à la mort de Commode », pp. 255-258.

20 Voir S. Lefebvre, « Les avocats de la Bétique entre 93 et 99 », pp. 57-92. On peut arguer de ce que les cités, fondement des identités territoriales dans l’Empire, désignaient aussi des patroni pour les protéger.

21 La dénomination révèle, en effet, que les Grecs ne s’intéressaient à la Péninsule qu’en fonction de ce qu’ils en savaient par expérience ou cherchaient à en connaître: les Ibères entrèrent les premiers en contact avec les navigateurs venus d’Orient et demeurèrent longtemps leurs seuls interlocuteurs réguliers.

22 Mart., XII, Praef., 6 : non Hispaniensem librum mittamus, sed Hispanum.

23 J. M. Abascal Palazón, Los nombres personales en las inscripciones latinas de Hispania (NPILH), p. 387.

24 Pour un point de vue nuancé, voir, dans ce même volume, A. Caballos Rufino, « La Bética como referente identificador en la documentación epigráfica », pp. 185-207. Baeticus, a sans provincia, cognomen ou référence géopolitique, est toutefois ambigu et ne permet pas d’exclure une désignation commode de la région où coule le Baetis qui, à la différence de Lusitanus, ne comporte pas de connotation ethnique d’aucune sorte.

25 Lusitanus existe comme cognomen mais il doit être mis sur le même plan que Cantaber, Celtiber ou Astur, ce qui appartient à une autre histoire: voir, dans ce même volume, S. Lefebvre, « Onomastique et identité provinciale. Le cas de Lusitanus », pp. 153-170.

26 Mart., XII, Praef., 1: provincialis solitudo, opposée à la Rome peuplée.

27 Plin., Ep., IX, 23, 2: Italicus es an provincialis?

28 Suet., Cal., XXXIX, 3: anecdote du riche provincial (locuples provincialis).

29 Mart., XII, 2, v. 2.

30 Apul., Apol., XXIV, 1 : cum Lolliano Avito c. v. praesente publice dissererem, Seminumidam et Semigaetulum. La présence du gouverneur est essentielle à l’analyse de l’affirmation.

31 Mart., IV, 55, v. 8-10: nos Celtis genitos et ex Hiberis nostrae nomina duriora terrae grato non pudeat referre versu.

32 Au vers 11, Mart., IV, 55, le poète ne peut s’empêcher de citer Bilbilis qui tient lieu de première référence précise: saevo Bilbilin optimam metallo. Voir aussi, de manière plus nette encore I, 49, v. 1-4.

33 Str., III, 4, 13.

34 Voir Mart., I, 49, v. 3-4: videbis altam, Liciniane, Bilbilin, equis et armis nobilem. Elle est au fond élevée au rang de caput Celtiberiae par ancienneté et par la gloire de son poète.

35 En écho à Martial et à Apulée, signe d’identités multiples et préservées sous l’Empire, on se reportera à l’inscription de Mérida AE, 1998, 709 dédiée à L. Antonius L. f. Quir. Vegetus, Turdulus; Str., III, 1, 6; 2, 11 et 2, 15 situe Mérida chez les Turdules qui ne correspondent pas à une cité mais à un peuple ou une ethnie au même titre que les Celtibères ou les Numides.

36 Voir, dans ce même volume, A. Caballos Rufino, « La Bética como referente identificador en la documentación epigráfica », pp. 185-207.

37 Il n’est pas étonnant ni déterminant que des institutions provinciales impliquant l’ensemble des communautés du territoire concerné aient vu le jour. Cette donnée n’autorise pas à supposer d’emblée un lien automatique avec les identités individuelles objectives ou subjectives ni même collectives en dehors de repères simples indispensables à l’existence enregistrée des familles et des entités locales.

38 Oleum ex Baetica ou ex provincia Baetica : voir P. Le Roux, « L’Vrbs, les provinces et l’Empire de César à la mort de Commode », pp. 248-253, qui souligne l’importance du rôle annonaire dans la définition et la fama de l’huile.

39 Voir, parmi d’autres, l’HA, Sev., 12, 3, qui divise les espaces occidentaux en Galliae, Hispaniae, sans acception autre que géographique et historique: des territoires étendus restés dans la mémoire des Romains à cause d’événements passés, le plus souvent douloureux.

40 Suet., Aug., XL, 5 : Magni praeterea existimans sincerum atque ab omni colluvione peregrini ac servilis sanguinis incorruptum servare populum, et civitates Romanas parcissime dedit et manumittendi modum terminavit.

41 Voir par exemple le discours bien connu de Claude ou « Table claudienne »: ILS, 212.

42 Sur la plèbe romaine sous Auguste: C. Nicolet, L’inventaire du monde, pp. 201-223.

43 Voir cependant diverses mises au point dans J.-M. Carrié et A. Rousselle, L’Empire romain en mutation des Sévères à Constantin.

© Casa de Velázquez, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search