Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Memòria personal

 | 
Oscar Jané
, 
Patrice Poujade

I. — El món dels escrits personals

Pourquoi laisser trace de sa vie ordinaire ?

France-catalogne (xve-xixe siècle)

Sylvie Mouysset

Texte intégral

1Pourquoi écrire ? Pourquoi garder trace d’événements qui jalonnent notre existence ? Quels sont les moteurs de cette action à la fois individuelle et collective qui consiste à prendre la plume pour construire une histoire de soi pour soi et, dans la plupart des cas, pour ceux qui peuplent notre petit monde ? Si l’écriture est une action banale, elle demeure essentielle et même constitutive de notre identité de scripteur, et plus largement de notre identité sociale.

  • 1 Pour un aperçu historiographique de la recherche française en ce domaine, on consultera avec profi (...)

2Cette réflexion s’inscrit dans une recherche et donc une historiographie précise, celle qui consiste à étudier les conditions de production et la mise en mémoire d’un présent instantanément métamorphosé en passé ; sa fixation plus ou moins pérenne est le fruit d’une pratique scripturaire que l’on dit ordinaire, qualifiée aussi par les historiens modernistes français d’écriture du for privé1.

  • 2 Foisil, 1986, pp. 331-369.
  • 3 Dekker, 2002a.

3Qu’entend-on précisément par « écriture du for privé » ? La formule a été inventée par M. Foisil en 1986, dans un chapitre désormais classique de l’Histoire de la vie privée dirigée par P. Ariès2. Forgée à partir du concept religieux de for intérieur, elle désigne un ensemble varié de papiers personnels, d’écritures de soi, d’egodocuments dit-on aussi parfois3. L’expression qualifie aujourd’hui tous les textes produits hors institution et témoignant d’une prise de parole personnelle d’un individu sur lui-même, les siens, sa communauté, le monde tel qu’il le perçoit, à travers son regard et sa plume singulière. Sont convoqués ici les livres de raison, livres de famille, diaires, mémoires, autobiographies, journaux de toute nature (personnel ou « intime », de voyage, de campagne, de prison…) et, d’une manière générale, tout écrit évoquant la vie ordinaire et n’ayant pas vocation à être publié.

  • 4 Mouysset, 2007b, pp. 51 et s.

4L’étude de ces egodocuments a tout d’abord intéressé les disciples de Fr. Le Play, érudits locaux et autres amateurs d’histoire, qui ont vu dans ces papiers domestiques des monuments à la gloire de la famille, institution vénérable sur laquelle reposait tout principe d’ordre social4.

  • 5 Fabre, 1993 ; Id., 1997.

5Au XXe siècle, ce sont les ethnologues qui ont donné le ton, en ressuscitant ces voix chères qui se sont tues, donnant la parole aux sans voix, aux individus dits « sans histoire ». Et parmi eux, les ethnologues toulousains ont été à la pointe de cette résurrection, autour de D. Fabre5 et de son équipe.

  • 6 Roche, 1998 ; Foisil, 1989 ; Lottin, 1979 ; Le Roy Ladurie, Ranum, 1985.

6Presque dans le même temps, les historiens s’activaient également de leur côté : R. Mandrou a souligné la richesse de ces fonds dans son Introduction à la France moderne. Essai de psychologie historique publiée en 1961, puis D. Roche, M. Foisil, E. Le Roy Ladurie et O. Ranum – pour ne citer que quelques auteurs devenus classiques – ont flairé de belles proies dans ces carnets oubliés et contribué à en relancer l’étude en publiant de beaux témoignages de la vie ordinaire, de Ménétra à Gouberville, ou de Chavatte à Prion6.

  • 7 Le site du groupe de recherche est visible à l’adresse url suivante : <www.ecritsduforprive.fr> [consulté le : 01/03/2014].

7Le Groupe de recherche sur les écrits du for privé dirigé par J. -P. Bardet et Fr. - J. Ruggiu a repris le flambeau allumé jadis par Ch. de Ribbe et T. de Larroque et entrepris de rassembler ces textes, d’en faire l’inventaire raisonné, de publier certains d’entre eux, de valoriser et diffuser les résultats de la recherche en ce domaine. Les premiers résultats du groupe de recherche sont lisibles sur le site web animé par É. Arnoul7.

  • 8 L’émergence de l’individu, tarte à la crème de l’histoire ? Toute période historique a, en effet, (...)

8Qu’est-ce qui fait courir la plume d’un homme – plus rarement celle d’une femme – à l’époque moderne, période traditionnellement considérée comme celle de l’émergence de l’individu8 ? Appréhender un sujet des plus intimes n’est pas chose facile. Et la période que l’on dira ancienne, celle qui précède la pratique commune de l’agenda (XVe -XIXe siècles), ne permet pas d’interroger directement les scripteurs sur les raisons de leur prise d’écriture, comme le ferait aujourd’hui un anthropologue grâce à une solide enquête de terrain.

9Pas de trace écrite, pas d’histoire possible. On tentera tout de même l’impossible en essayant de débusquer les conditions de la prise de plume et on verra comment l’individu apparaît ici en forme de maillon fort d’une chaîne de proximité immédiate, sa famille. Cette partie sera volontairement brève, en écho à la participation de D. Tosato-Rigo à ce même volume.

10De l’individu émergeant, on saisira ensuite le sujet écrivant (l’écrivant est d’ailleurs le terme adéquat selon R. Barthes pour qualifier ce type d’acte d’écriture non littéraire). La deuxième proposition examinée sera donc celle-ci : « J’écris, mais qu’apprend-on de moi grâce à moi ? ».

11Et enfin, au-delà de l’acte individuel qui fait de moi un simple atome d’une longue lignée d’écriture, on examinera quels peuvent être les moteurs collectifs éventuels et visibles de ma prise de plume ?

12Ainsi essaierons-nous de mieux comprendre les rapports que l’individu entretient avec son monde social, et ce grâce à la médiation d’une pratique qui, d’ordinaire aujourd’hui, ne le fut pas toujours autrefois : la prise de plume.

L’INDIVIDU DANS SON ENVIRONNEMENT PROCHE : POURQUOI ÉCRIRE SA VIE ?

13L’écriture sera considérée en premier lieu ici tel un « moteur-outil » de l’action individuelle qui permet de laisser trace et donne à l’historien l’occasion de s’en saisir et d’en faire l’histoire.

  • 9 Simmel, 1988, p. 166.

14L’homme est avant tout « un être de liaison9 », ainsi que le soulignait déjà G. Simmel en 1909. De fait, tout scripteur agit, le temps de son existence, comme un relais-témoin de son présent, celui-ci étant, grâce à l’écrit qu’il s’apprête à laisser, érigé immédiatement en « prochain passé ». En aval, le scribe prépare sa descendance – les maillons suivants –, à agir de même, par un phénomène mimétique lisible sur le papier, après avoir pris connaissance des principaux événements qui constituent l’héritage mémoriel de la famille.

  • 10 Palarin, « Livre de raison », f. 3.

15La prise d’écriture se fait donc sous l’emprise d’une triple contrainte : elle est une écriture d’obligation, comme le rappelle le juriste toulousain Palarin dans son livre de raison : « Pour mon regard aux fins de laisser l’obligation que j’ay a mes parens par escript et les grands bénéfices et graces que j’ay receu de la main liberalle de notre Dieu, j’en diray ce que m’en sera en mémoire…10 ».

16Elle est aussi une écriture d’accumulation : le scripteur collecte ainsi de manière durable les informations essentielles qui ponctuent sa vie et témoignent, comme ici chez le Ruthénois Vigouroux, de l’épanouissement de sa fortune ; en 1485, cette fierté est encore dictée en langue d’Oc, langue maternelle du bourgeois de Rodez :

  • 11 Vigouroux, « Livre de raison ».

Ad honor della Santa trenitat del payre et del fills et del Sant Esprit sia fach tot cant farem Amen. Et lan de nostre S [en] hor que hom conta della carnasio Mial. iiiic Lcinc. Ieu Guilhem Vigoros borges della cieutat de Rodes ay comensat descrieure en aquest libre appellat de Memorias en loqual escrieuray per memoria los noms delz notaris que priuran mas reconoyssensas et laussimes ho assesatz et lan et lo jorn et totas autras causas que sian per metre en memoria per tal partit que Dieus nostre S [en] hor me done abondance de totz bes amen amen amen…11

17L’écriture est enfin acte de transmission, grâce auquel le relais mémoriel est passé de père en fils, avec parfois, quand l’enfant est trop jeune pour prendre la plume, sa mère comme truchement :

Fig. 1 : Livre de raison de la famille Vigouroux, Société des Lettres de l’Aveyron, XVe siècle

  • 12 Imbert du Barry de Puylaurens, « Livre de raison », 1J 461/2.

Livre de raison de moy noble Denis D’imbert du Barry dans lequel je metrai toutes les affaires qu’il plaira a Dieu que je fasse, commencé le 26e déc. 1697 par feu mon père, et continué par ma mère, jusques au 25e jour de 173512.

18L’écriture, comme résultat, est héritage en même temps qu’elle constitue, en véritable outil de communication, la courroie de transmission consubstantielle à cet héritage.

  • 13 Bonnal, « Livre de raison », 70J.

19L’écriture domestique, celle qui consiste à tenir un livre de famille (diaro ou diari, livre de raison, libro di famiglia ou llibre de família, domestic book, tagebuch…) est délimitée par un début et une fin qui ne sont pas proprement individuels, puisque le dépôt de traces est en général multigénérationnel et court sur plusieurs décennies. L’entrée en scène de chaque scripteur correspond à son entrée dans la vie d’adulte, « rupture biographique » qui signe aussi son entrée dans la vie sociale, lorsqu’il se marie, fonde son foyer, succède à son père dans son office ou sa boutique, hérite de son fauteuil à l’hôtel de ville ou dans diverses confréries. Celui qui prend la plume le fait en premier lieu comme un héritier : « L’an susd 1552 et lo 24 de julhet et enviro nau hours de mati mon pere Me Bernard Bonal licencié et avocat en la comtat de Rodez randet son arma a Dieu […] et me faguet son heretie13 ».

20Notons, au passage, que l’on aperçoit peu de femmes scriptrices ici, une femme pour dix hommes d’après les premiers résultats des dépouillements français ; les sources hispaniques souffrent, semble-t-il, d’une plus grande disparité encore au profit du masculin. On verra une belle exception tout à l’heure avec Sança Ximenis, bourgeoise barcelonaise du XVe siècle.

21Si le livre a un début, il a aussi une fin lorsque se produit une rupture non plus seulement biographique, mais généalogique, qui rompt le fil de la lignée des scripteurs. On pense à Étienne Borelly, notaire nîmois du XVIIe siècle, dont la plume se fige brutalement le jour du décès de son fils :

  • 14 Sauzet, 1998, p. 10.

Notta que depuis la mort de mon fils [...] j’ay négligé et je négligeray bien davantage a l’avenir de mettre dans ce registre ma despance et bien d’autres choses [...] parce que n’aiant plus de successeur je ne m’en soucie plus de rien, n’aiant qu’un fils qui est prestre14.

  • 15 Mann, Les Buddenbrook, pp. 453-454.

22La rupture de la lignée signe la fin du livre, comme le montre magnifiquement Thomas Mann dans un moment très fort de son roman Les Buddenbrook. Un jour, le petit Hanno, fils unique du sénateur Thomas Buddenbrook, enfant fragile promis à une mort prochaine, découvre « le grand cahier à tranches dorées » ouvert sur le bureau de sa mère. Dans le silence de la pièce vide, il feuillette négligemment le livre de raison familial et trace « un beau trait double, bien net, d’un bout à l’autre de la feuille ». Violemment apostrophé par son père, son fils lui répond en tremblant : « Je croyais, je croyais… qu’il ne viendrait plus rien15 ».

23L’écriture ou la vie : derrière l’individu scripteur, le sujet se dessine ici et éprouve plus ou moins de difficulté à se dire.

L’INDIVIDU COMME SUJET : SOI, SE PENSER, SE FIGURER, SE DIRE

  • 16 Mendelssohn, 2006, p. 783.

24« Être en vie, c’est avoir une histoire à raconter » note D. Mendelssohn dans son roman autobiographique Les disparus. « Être en vie, c’est précisément être le héros, le centre de l’histoire de toute une vie16 ». Au cours de sa vie, l’individu expérimente différentes situations qui lui permettent d’étendre ses champs d’action en même temps qu’il étend ses réseaux comme on étend ses filets – ses rêts, pourrait-on dire – sur un territoire de mieux en mieux connu de soi. « Soi », le mot pose problème, précisément, dans ce type d’écriture ordinaire qui est tout sauf une écriture de l’épanchement. D’où une certaine difficulté, pour certains scribes, à dire « je » et, de fait, une assez grande habitude d’éluder le sujet – son moi – en conservant du livre de comptes un style tout à fait impersonnel et fragmenté, en forme de notices brèves qui gomment les traits individuels.

  • 17 Labeau d’Allemand, « Livre de raison », 495 AP I-2.

Le 20 septembre 1564 et environ les dix / heures de nuit est mort un enfens/masle nommé Sebastien de [l’] eage d’un / an et demy. Et est mort de mal / des dans ou le [lui] auroit treuvé / prie adieu fasse paix a son ame et / qu’il prie pour nous. Il estoit beau / et de grande stature17.

25Labeo d’Allemand, jurisconsulte provençal, tient ici le compte des siens et ne dit rien, ou presque, de la douleur qui l’affecte personnellement. La formule « car c’est moy que je peins », chère à Montaigne, est particulièrement difficile à mettre en œuvre dans ce type de carnet domestique qui sert à tout sauf à dire « je ». Le registre domestique n’est pas le lieu de l’autoportrait, et pourtant… N’est-il pas tentant de se dire, de se dépeindre, de se mettre en scène sur un support qui fait partie de son quotidien et que l’on tient intimement serré dans une poche de sa veste ou de sa robe de chambre ?

26Certains scripteurs ont beaucoup de mal à écrire « Je », à s’assumer comme auteur en quelque sorte, tel Pierre Prion, scribe du marquis d’Aubais, qui l’avoue lui-même : « le nommé Prion ne s’est jamais cru ni érigé en auteur ». Pourtant, s’il choisit, dans un premier temps, d’écrire à la troisième personne, il ne s’agit pas vraiment de la formule prisée des mémorialistes. Il bricole, il invente une forme d’autofiction qui transforme son récit en horoscope dit par un astrologue et conjugué au futur :

  • 18 Prion, Pierre Prion scribe, pp. 39-40.

Il naîtra un nommé Prion dans un lieu presque sauvage appelé Réquista, situé dans des montagnes affreuses où l’hiver y dure neuf mois ; il viendra au monde dans l’arrière saison de la vendange, nu-tête et sans crépine. C’est un présage évident qu’il ne fera jamais aucun progrès pécunieux dans ce monde ; il aura beau se démener par des travaux infatigables, il sera toujours misérable et rebuté18.

  • 19 Fabre, 2010, pp. 197-214.

27L’autofiction court sur une centaine de pages manuscrites, puis Prion y renonce ; à un moment, il conjugue ses verbes à l’infinitif, sans sujet. Délaissant finalement le « il », il admet que le plus simple, pour raconter sa vie, c’est quand même de dire « je ». Tout ceci est son récit de vie19.

  • 20 Marmontel, Mémoires ; Cammagre, 2010, pp. 215-228.

28La difficulté à dire « je » et à se mettre en scène atteint parfois la sphère des mémoires, comme on peut le lire sous la plume de Jean-François Marmontel qui, après avoir évoqué les terribles événements de la Révolution, note : « Les événements dont je viens de rappeler le souvenir ont tellement occupé ma pensée qu’à travers tant de calamités publiques je me suis presque oublié moi-même20 ».

  • 21 Sur la signature, on lira avec profit les travaux très stimulants de B. Fraenkel. Voir notamment F (...)
  • 22 Mouysset, 2006, pp. 8-30.

29Une autre manière d’être soi dans ses carnets est de signer ses notices, ce dont les scripteurs ne se privent pas, et qui constitue pour eux un geste d’authentification des actes – juridiques surtout, mais pas seulement – lesquels doivent être conservés pour assurer la pérennité de la famille21. Certains scripteurs saisissent l’occasion pour se mettre en scène, tel Antoine-Jean Solier, négociant marseillais du siècle des Lumières qui essaie différents types de signatures avant d’adopter celle qui convient le mieux à son statut de notable et de chef de famille22.

30Il arrive assez fréquemment que le livre de raison soit un brouillon de soi et comporte des pages d’exercice d’écriture, voire de signatures, comme sous la plume du bourgeois de Rodez Terrieux, qui sont autant d’essais d’auto-identification et de représentations mentales de son « moi social ».

  • 23 Luciani, 2010 ; Jané, 2010a.
  • 24 « Je l’ai vu, tout cela je l’ai vu » ; Vaurelhan, « Livre de raison », 1 MI 43 ; Cabayé, Gras, 201 (...)

31Enfin, si l’écriture permet au scripteur de se mettre en scène et de dévoiler un peu de sa personnalité, elle est aussi – à condition qu’il dispose des moyens intellectuels pour se faire et qu’il en éprouve lui-même le besoin – l’occasion d’émettre une opinion légitime, un jugement singulier sur certains événements dont il a été le témoin et restera peut-être le seul lecteur et analyste de son temps23. Point n’est besoin d’être fin lettré pour coucher ses opinions sur le papier. Il ne s’agit nullement de faire œuvre littéraire, mais de porter témoignage de ce que l’on a vu, comme se plaît à le répéter l’Albigeois François Vaurelhan dans son livre de raison : « Ieu ay vist, to so ay vist »24. Malgré la maladresse d’une plume fort médiocre, le scribe veut porter témoignage, sollicitant parfois l’indulgence de son public :

Fig. 2 : Livre de raison de la famille Terrieux, Société des Lettres de l’Aveyron, XVIIe siècle

  • 25 Lafon, « Livre de raison », 1 J 219-1 ; Cabayé, Gras, 2012, p. 281.

Excusez mon cher lectur à son ignorence s’il a manqué d’orthografe, des rangemens, de letres mal faites. Pardonés luy encore toutes ces fautes soint par l’estude ou par le dessein comme n’en aiant point fait l’aprentesage25.

32Si l’on s’intéresse, comme l’a récemment fait M. Cassan, à l’événement le plus souvent cité dans les écrits ordinaires, l’assassinat d’Henri IV, on découvre une grande diversité de lectures du fait divers survenu le 14 mai 1610. Celui-ci a frappé de stupeur l’Europe entière, comme en témoigne la diffusion de nombreux libelles et brochures, et favorisé les interprétations les plus fantasmagoriques. Voici, par exemple, le roi Henri assassiné par un mendiant, selon l’interprétation libre du notaire albigeois Pierre Cathala :

  • 26 Cathala, « Livre de raison », 33J 16 ; Cabayé, Gras, 2012, pp. 130-131.

Le XIIIIe de may 1610 jour de vandredi, le roy Henri de France et de Navarre feust tue dans son carosse a Paris par ung pouvre mizerable que mendioyt et feust faict prisonnier. Les novelles arrivarent Alby par le moien du gouverneur de la citadelle de Fijac le dimanche XXIIIe dudit moys et avoit regne vingt ans26.

  • 27 Bonnal, « Livre de raison », 70J.
  • 28 Guàrdia, 1996 ; Jané, 2006.

33L’intimité du livre, une plume qui crisse dans l’espace feutré de son cabinet, loin des bruissements du monde, seul face à la page blanche, ce retrait expose le lecteur à la tentation de dire son opinion, d’exposer ses convictions, en son for privé, et donc a priori pour soi seul. On peut lire, chez le Ruthénois Antoine Bonal par exemple, quelques remarques acides sur Catherine de Médicis, « la Flarantine », ou sur le détestable Concini qui « fesoit le roi »27. Du côté catalan, les travaux récents d’O. Jané, l’édition du livre de Joan Guàrdia par A. Simon i Tarrés et A. Pladevall i Font, ou encore les recherches de X. Torres Sans sur les livres paysans ont montré comment l’omniprésence de la guerre au XVIIe siècle avait exaspéré le témoignage d’hommes ordinaires jusqu’à la dénonciation des pires atrocités : « La fam que an passada no es pot contar, que fan cosa de aspantar que es menjaren los uns als altros ; altros vivian de la femsa dels animals i dels homes28 ».

  • 29 Luciani, 2012, p. 180. Voir aussi sur ce point : Goulemot, 1986, pp. 371-406.

34Comme l’a très finement analysé I. Luciani dans un article récent donné aux Annales du Midi, « l’individu conçoit une opinion légitime sans autre caution que lui-même […]. Il n’adresse son avis à personne en particulier, mais en ce sens à tout le monde : une société civile, donc, qui naît de cette écriture de soi29 ».

POUR QUI, POURQUOI ÉCRIRE ? LES MOTEURS COLLECTIFS DE L’ACTION INDIVIDUELLE

35Les écrits du for privé ne sont pas forcément des écrits intimes – il en est singulièrement ainsi des livres de raison –, car ils intéressent non seulement le scripteur, mais aussi son entourage. De fait, contrairement au journal intime, les livres domestiques ou « livres de mémoires » ne sont pas vraiment tournés vers le secret des cœurs ; ils témoignent plutôt du souci de leur scripteur d’agir pour son groupe familial, et plus largement son réseau social.

36La question « pour qui ? » a déjà été en grande partie résolue ici ou ailleurs. La réponse peut alors tenir en trois mots : pour les siens ; c’est à dire pour son entourage, au sens où l’entendent les sociologues, pour ceux qui partagent sa vie quotidienne. Sur la question « pourquoi ? », on s’étendra en revanche plus longuement en recherchant dans ces écrits ordinaires les plus petits indices des raisons d’écrire.

  • 30 Lafon, « Livre de raison », 1 J 219-1 ; Cabayé, Gras, 2012, p. 281.

37Certains scripteurs mettent en mots leur vie quotidienne pour passer le temps et donc échapper à l’oisiveté ; ainsi l’écrit Jean Lafon, et pour donner un peu de distance à cet aveu, il le livre à la troisième personne : « Il n’a entrepris cest ouvrage que pour confondre l’oysiveté et pour doner du plaisir à ses enfens et à ceux qui luy fairont l’honeur de le lire s’ils y trouvent le bon gout. Et suis, Mon cher lectur, votre tres humble serviteur30 ».

  • 31 Voir Tosato-Rigo dans le présent ouvrage.

38À vrai dire, cette réponse aussi sincère qu’égotiste est relativement rare. Notons au passage que l’oisiveté – réelle ou feinte – du cordonnier albigeois Jean Lafon fait écho à « l’amusement » du laboureur bernois Jodocus Jost évoqué par D. Tosato-Rigo dans sa communication31. Tous deux signifient à leur lecteur qu’ils ne souhaitent pas accorder trop d’importance à leurs chers cahiers, au moins en apparence.

39Peut-être un peu plus fréquent – mais est-il plus sincère ? – est le motif qui révèle, dans une écriture conçue comme performative, un habitus plus ou moins accepté et familier, la mise en ordre de ses affaires. Le Toulousain Bertier explicite longuement les vertus de « l’ordre, sagesse, prévoyance et honnête économie » en préambule d’un document intitulé Règles de conduite pour un chef de famille, rédigé en 1798 à l’intention de ses enfants :

  • 32 Bertier, « Livre de raison », 6J. Tous mes remerciements à V. Garrigues pour m’avoir signalé ce be (...)

Il ne suffit pas d’être riche pour être à son aise, on voit tous les jours des fortunes médiocres dont les possesseurs sont dans une aisance plus habituelle que ceux qui jouissent de grandes richesses. D’où vient cet accident journalier ? De l’insouciance répréhensible de la plus part des chefs de famille.
Intelligence, ordre, sagesse, prévoyance et honnête économie dans toutes les affaires domestiques : voilà le vrai moyen d’obtenir une aisance habituelle.
Je crois devoir à ce sujet à mes enfants quelques règles de conduite que je leur recommande de suivre. Je tacherai de les leur faire gouter pendant ma vie, par cette communication douce, ces entretiens familiers, ce commerce d’affection que je fairai reigner dans ma famille ; mais après ma mort, puissent-ils ne pas les perdre de vue et se persuader que cet écrit que je fais pour eux, et qu’ils trouveront parmi mes papiers, n’est pas l’objet le moins précieux de ma succession. Je leur garantis une prospérité durable s’ils prennent pour régulateur, dans la jouissance de leur fortune, les avis que je vais recueillir ici.
Je parlerai d’abord des livres qu’on doit tenir pour mettre de l’ordre dans l’administration de sa fortune et ensuite des principes qui doivent diriger un chef de maison dans toute sa conduite administrative et domestique32.

  • 33 Mouysset, 2007a, pp. 151-168.

40Ici, marchands, notaires et plus largement praticiens du droit sont mieux à leur aise que tout autre scripteur dans cet exercice difficile de bonne tenue des livres de comptes. Ils maîtrisent les règles qui permettent de conserver leurs affaires en ordre, savent dresser des listes33, connaissent la valeur du temps et celle des procédures patiemment suivies. Ainsi ont-ils un savoir faire acquis à l’échoppe ou à l’étude qui les placent techniquement au premier rang des scripteurs de livres domestiques. Rompus aux écritures, ils ont appris à dominer leur corps en le soumettant à la dure discipline qu’exige la maîtrise d’une plume imbibée d’encre qui ne doit ni faire de tache, ni encore moins égratigner, ou pire, trouer le papier.

  • 34 Lire l’article de D. Tosato-Rigo dans le présent volume.
  • 35 Klapisch-Zuber, 1990, p. 31. Il s’agit du marchand Bartolomeo di Tommaso Sassetti, Archivio di Sta (...)
  • 36 Raymond, « Livre de raison », Daurée d’Agen, Le livre de raison, précédé d’une étude de G. Tholin (...)

41Passer le temps, mettre de l’ordre dans ses affaires… Restent au moins deux ou trois raisons qui explicitent le désir de laisser trace et de les « retrouver » aussi, si l’on écoute précisément Catherine de Charrière de Sévery34 ; celles-ci regardent plus ou moins les choses matérielles : « J’ai fait ce ricordo afin qu’après ma mort, mes fils soient informés de tout », note un scribe florentin du Quattrocento35. Un noble de l’Agenais ne procède pas différemment au XVIIIe siècle : « Ce livre, mon fils, n’est fait que pour vous donner une connoissance des affaires de la famille qui ont passé par mes mains pendant ma vie…36 ».

42Témoigner pour l’éternité : l’individu n’agit jamais seul, mais avec et pour son entourage, sa « société » pourrait-on dire. Sa descendance, il l’imagine dans un temps infini, celui d’une lignée sans rupture, d’où le choc émotionnel causé par la mort du dernier fils capable de poursuivre l’œuvre familiale, on l’a vu tout à l’heure chez les Borelly ou chez les Buddenbrook.

  • 37 Ximenis de Foix i de Cabrera, Fragments del llibre de comptes, ; Andreu i Daufí et alii, 1992.

43Par ailleurs, si le patrimoine à transmettre pèse parfois très lourd, cette fortune familiale léguée par un père à ses héritiers n’est pas vraiment présentée en détail ; le scripteur se contente d’en révéler les contours, confiant à d’autres praticiens – le notaire en particulier – le soin de régler la succession et de procéder au partage des biens. Bien plus précises sont les mentions de biens en apparence infimes, qui n’ont quasiment jamais de valeur marchande, mais dont le capital symbolique est si considérable qu’il impose leur présence au cœur des feuillets du livre domestique. Notre meilleur témoin est une femme ici, Sança Ximenis de Foix i de Cabrera, membre de la bonne noblesse catalane, témoin d’autant plus exceptionnel qu’elle a vécu au XVe siècle, à une époque où les femmes scribes sont rarissimes. Exceptionnelle aussi fut sa longue vie : veuve à l’âge de 19 ans, elle a élevé seule ses deux filles et a tenu de nombreux carnets dans lesquels elle a consigné tout ce qu’elle a jugé utile de conserver pour la postérité. À leur lecture, on pénètre non seulement dans l’univers intime d’une femme de la notabilité barcelonaise, ce qui est déjà fort précieux, mais on peut aussi percevoir les monuments mémoriels de la scriptrice qui méritaient d’être retenus dans l’éternité de ses feuillets : ainsi apprend-on la recette des aubergines au vinaigre, ou encore peut-on fredonner les couplets d’une chanson d’amour37 :

  • 38 Ibid.

A mon cor faig estimo senyora.
Més vos estimo senyora meva.
que mostrar mai no us podria. Cobla.
Mes vos estimo secretament.
Que no us mostro tal continent,
si sentien mon turment.
Ma vida millor seria. Cobla…38

44Qu’il s’agisse de chasser l’oisiveté, de mettre de l’ordre dans ses papiers ou encore de témoigner pour l’éternité en considérant les biens immatériels – souvent transmis de bouche à oreille – comme essentiels à la survie de la lignée, tous les scripteurs se retrouveront dans une dernière raison éprouvée de prendre la plume pour raconter sa vie : dans l’écriture, ils cherchent, en effet, un moyen de maîtriser le cours du temps.

45Tout scripteur organise le cours ordinaire des choses de sa famille, et de fait, règle à la fois la forme et le rythme du récit, sa durée, mais aussi le contenu qu’il agence à sa guise… Il sélectionne les événements familiaux mémorables, les truffe parfois d’événements exogènes (l’assassinat d’Henri IV, l’entrée d’un évêque, l’effet catastrophique du passage des gens de guerre…) organise sa mémoire en fonction de sa maîtrise des outils d’écriture, de son environnement social, de sa volonté plus ou moins forte de laisser trace ; soit il invente un nouveau style, le distinguant fortement de ses prédécesseurs, soit il se contente de faire comme eux, en imitant les gestes de ses père et grand-père.

  • 39 Mouysset, 2010.

46En écrivant, il choisit de dire ou de taire ; il parvient à écrire/réécrire le temps selon ses désirs ou quelque nécessité : garder les secrets de famille, déchirer les pages indésirables sont autant de gestes extrêmes qui façonneront sa mémoire après sa mort et en faciliteront l’accès à certains, tandis que d’autres resteront bredouilles de toute clé de lecture39. Si les historiens se trouvent le plus souvent dans la deuxième catégorie de lecteurs, il ne faut pas pour autant abandonner l’enquête, fructueuse à long terme pour qui sait être patient.

47La question « pourquoi laisser trace » permet d’interroger le scripteur sur ses intentions, qu’elles soient exprimées, suggérées, ou passées sous silence.

48Sur leurs desseins d’écriture, retenons que la plupart des scribes sont peu bavards. Malgré tout, ne lâchons pas notre proie : on peut questionner leurs traces, précisément, et découvrir quelques indices permettant de réfléchir à la portée de leurs actes : ils écrivent pour leur famille, leur postérité ; ils souhaitent laisser leur empreinte : « afin que les miens soient informés de tout ».

49Ils écrivent pour eux-mêmes, pour ne rien oublier, ni du temps qui passe qu’ils organisent à leur manière, ni de ce qu’ils pensent, méditent en leur for intérieur et n’oublient rien des affaires en cours, des secrets de famille dont ils codent le signalement afin d’être seuls – ou peu nombreux – à pouvoir se souvenir de ce qu’ils ont écrit.

50Ils prennent enfin la plume pour porter témoignage de ce qu’ils ont vécu : « Tot so ay vist ». Et là, leur public est moins bien défini, peut-être même ne se posent-ils pas précisément la question de la portée de leurs écrits ; celle-ci reste floue et donc modulable selon la destinée du livre à long terme.

51Dans cette double ou triple aspiration (mémoire familiale, mémoire personnelle, mémoire universelle), à court et à long terme, l’historien doit se débrouiller avec les écrits dont il dispose. Ces traces écrites comportent un certain nombre de contradictions générées par cette recension de soi pour autrui : l’objectif initial qui consiste à vouloir « informer de tout » s’oppose, par exemple, au subjectif et nécessaire tri des faits et gestes à conserver ou à cacher (« à canceler » disait-on alors) et ce pour l’éternité.

52C’est dans ces contradictions internes, et dans les solutions, les compromis, voire les compromissions, acceptées en toutes lettres ou rageusement raturées, que réside tout l’intérêt de cette étude sur le désir d’immortalité porté par l’écriture.

Notes

1 Pour un aperçu historiographique de la recherche française en ce domaine, on consultera avec profit les ouvrages et articles suivants : Bardet, Ruggiu, 2005 ; Tricard, 2002 ; Lemaître, 2006 ; Cassan, 2005 ; Mouysset, 2007b.

2 Foisil, 1986, pp. 331-369.

3 Dekker, 2002a.

4 Mouysset, 2007b, pp. 51 et s.

5 Fabre, 1993 ; Id., 1997.

6 Roche, 1998 ; Foisil, 1989 ; Lottin, 1979 ; Le Roy Ladurie, Ranum, 1985.

7 Le site du groupe de recherche est visible à l’adresse url suivante : <www.ecritsduforprive.fr> [consulté le : 01/03/2014].

8 L’émergence de l’individu, tarte à la crème de l’histoire ? Toute période historique a, en effet, vu émerger son individu… Et il est ainsi très difficile de dater précisément un concept que chacun s’approprie volontiers.

9 Simmel, 1988, p. 166.

10 Palarin, « Livre de raison », f. 3.

11 Vigouroux, « Livre de raison ».

12 Imbert du Barry de Puylaurens, « Livre de raison », 1J 461/2.

13 Bonnal, « Livre de raison », 70J.

14 Sauzet, 1998, p. 10.

15 Mann, Les Buddenbrook, pp. 453-454.

16 Mendelssohn, 2006, p. 783.

17 Labeau d’Allemand, « Livre de raison », 495 AP I-2.

18 Prion, Pierre Prion scribe, pp. 39-40.

19 Fabre, 2010, pp. 197-214.

20 Marmontel, Mémoires ; Cammagre, 2010, pp. 215-228.

21 Sur la signature, on lira avec profit les travaux très stimulants de B. Fraenkel. Voir notamment Fraenkel, 1992.

22 Mouysset, 2006, pp. 8-30.

23 Luciani, 2010 ; Jané, 2010a.

24 « Je l’ai vu, tout cela je l’ai vu » ; Vaurelhan, « Livre de raison », 1 MI 43 ; Cabayé, Gras, 2012.

25 Lafon, « Livre de raison », 1 J 219-1 ; Cabayé, Gras, 2012, p. 281.

26 Cathala, « Livre de raison », 33J 16 ; Cabayé, Gras, 2012, pp. 130-131.

27 Bonnal, « Livre de raison », 70J.

28 Guàrdia, 1996 ; Jané, 2006.

29 Luciani, 2012, p. 180. Voir aussi sur ce point : Goulemot, 1986, pp. 371-406.

30 Lafon, « Livre de raison », 1 J 219-1 ; Cabayé, Gras, 2012, p. 281.

31 Voir Tosato-Rigo dans le présent ouvrage.

32 Bertier, « Livre de raison », 6J. Tous mes remerciements à V. Garrigues pour m’avoir signalé ce beau texte.

33 Mouysset, 2007a, pp. 151-168.

34 Lire l’article de D. Tosato-Rigo dans le présent volume.

35 Klapisch-Zuber, 1990, p. 31. Il s’agit du marchand Bartolomeo di Tommaso Sassetti, Archivio di Stato, Florence, Strozz. V, f. 153, 1471.

36 Raymond, « Livre de raison », Daurée d’Agen, Le livre de raison, précédé d’une étude de G. Tholin sur quelques livres de raison des anciennes familles de l’Agenais, p. 33.

37 Ximenis de Foix i de Cabrera, Fragments del llibre de comptes, ; Andreu i Daufí et alii, 1992.

38 Ibid.

39 Mouysset, 2010.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Livre de raison de la famille Vigouroux, Société des Lettres de l’Aveyron, XVe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 2 : Livre de raison de la famille Terrieux, Société des Lettres de l’Aveyron, XVIIe siècle
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

Auteur

Université Toulouse-Jean Jaurès, Framespa, UMR 5136-CNRS-UTM

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540