Version classiqueVersion mobile

Après le roi

 | 
Jean-Pierre Dedieu

La chute de la Maison de Bourbon

Texte intégral

1La chute de la monarchie espagnole n’est que partiellement le fruit d’une intervention extérieure. Elle résulte avant tout d’un pourrissement intérieur. Napoléon donna la chiquenaude qui provoqua l’effondrement. La Révolution française avait auparavant créé un nouveau contexte auquel cet édifice ne pouvait s’adapter. Charles III meurt à temps, moins d’un an avant la prise de la Bastille. Il laisse une monarchie apparemment prospère, stable et dynamique.

La mise en place d’une monarchie bipolaire

  • 1 François Xavier Guerra, Modernidad e independencias, Madrid, MAPFRE, 1992, pp. 56-80.

2Tout au long du XVIIIe siècle, le roi a profondément remodelé les territoires sur lesquels il exerce son pouvoir1. L’historiographie a insisté sur ce point sans toujours en comprendre la portée : la mise en place d’une configuration territoriale nouvelle fondée sur l’existence de fait de deux royaumes soumis à un même souverain, mais mal ajustés entre eux, l’Espagne et les Indes.

3Les Habsbourg de Madrid régnaient sur une dizaine d’entités souveraines qui, chacune, dialoguaient individuellement avec le roi. La situation des Bourbons est radicalement différente. Le traité d’Utrecht les déleste de la Sardaigne, de la Sicile, de Naples, de Milan et des Pays-Bas. Les quatre royaumes de la Couronne d’Aragon avaient pris parti pour le prétendant autrichien contre Philippe V, ce qui l’autorise par droit de conquête, à décréter leur assimilation à la Castille en une série de dispositions échelonnées de 1707 (reconquête de Valence) à 1719 (reconquête de la Sardaigne). Il est inexact de dire qu’on abolit leurs fueros. Non seulement on respecte leur droit civil, qui reste différent du castillan, mais aussi leur représentation par les Cortès. La nouveauté réside dans le fait qu’on les fusionne avec celles de Castille en une représentation unique et qu’on leur impose les mêmes règles de fonctionnement. Les cinq sessions tenues entre 1709 et 1789 intègrent les représentants de huit (1709), quinze (1724), puis seize (1789) villes de la Couronne d’Aragon face à 21 villes de Castille. Comme en Castille depuis 1539, seules les cités dotées par le roi du droit de représentation envoient des députés, à raison de deux chacune. La noblesse et le clergé n’ont plus de députés propres. Chaque ville enfin, en Castille, « parle » pour une province entière. Pendant longtemps certaines avaient parlé pour deux. Ainsi Zamora, jusqu’en 1623, pour elle-même et pour la Galice. Dès le XVIIe siècle cependant s’imposait le binôme une ville / une province. La représentation fut concédée à la Galice (1623, par rotation entre sept villes principales), à l’Estrémadure (1655), à Palencia (1660).

  • 2 Juan Luis Castellano, Las Cortes de Castilla y su diputación (1621-1789), Madrid, Centro de Estudio (...)

4La thématique des réunions est éloquente : en 1709, reconnaissance du prince des Asturies, Louis, pour héritier ; en 1712, acceptation de la renonciation au trône de France imposée par le traité d’Utrecht à Philippe V et modification de l’ordre successoral à la Couronne, par introduction du principe d’agnation stricte (« loi salique ») ; 1724, reconnaissance du prince des Asturies Ferdinand comme héritier ; 1760, serment au roi Charles III et reconnaissance de son fils Charles comme héritier ; 1789, reconnaissance du prince des Asturies, Ferdinand, comme héritier et abolition de la loi salique2. En un mot, les Cortès se réunissent rarement, mais elles conservent l’essence de leur fonction : l’articulation du pacte entre le roi et le Royaume. Par ailleurs, le Royaume n’est plus la Castille, il correspond à ce qu’est maintenant l’Espagne, à l’exception des Canaries, qui n’ont pas de représentation, de la Navarre, qui conserve ses Cortès particulières, et des provinces basques, qui bien qu’appartenant au royaume de Castille, gèrent de façon autonome leurs relations avec la monarchie par l’intermédiaire d’Assemblées provinciales propres. Une nouvelle configuration se met en place. Elle est la base qui donnera forme à la construction constitutionnelle du XIXe siècle. Vers 1780 le langage administratif, pour la première fois, commence à la désigner sous le nom d’Espagne, par opposition à l’Amérique.

5Là-bas aussi la configuration territoriale évolue. Le statut des « Indes » d’Amérique restait incertain au sein de la Monarchie à la fin du XVIIIe siècle. Elles constituaient, vues d’Espagne, un ensemble unique agrégé au royaume de Castille. On leur reconnaissait toutefois un statut particulier, fondé sur des considérations pratiques qui interdisaient leur assimilation pure et simple. Le droit castillan ne s’appliquait que dans la mesure où les circonstances spéciales du territoire le permettaient. À en croire Solórzano Pereyra, l’auteur du traité le plus connu sur le droit des Indes à l’époque des faits :

  • 3 Juan Solórzano Pereyra et Miguel Ángel Ochoa Brun (éd.), Política indiana. Compuesta por el señor D (...)

Le Conseil suprême des Indes a toujours cherché à gouverner et contenir ces provinces en des lois et ordonnances non seulement justes, mais encore adaptées, convenables à l’esprit, aux dispositions et aux besoins de chacune d’entre elles, tels qu’ils lui apparaissaient. Pour le reste, il y a mis en vigueur les dispositions communes et générales données aux royaumes de Castille et Léon. Mieux encore, il y a mis en vigueur les nouvelles dispositions, dans toute la mesure où leur qualité permettait leur extension aux Indes. Il y est d’ailleurs obligé par diverses cédules royales et par une ordonnance de ses instructions générales3.

  • 4 Ibid., Tít. XV, p. 1.

6Les Indes sont dotées d’un Conseil propre. La chose est paradoxale. Solórzano Pereyra déclare explicitement que la Monarchie dispose d’un Conseil par royaume4. Or les Indes, précisément, ne sont en principe pas un royaume. Ce Conseil présente des traits particuliers. Alors que dans tous les Conseils territoriaux de la Monarchie est obligatoire la présence de représentants des territoires concernés, choisis par le roi mais nés sur place — nous retrouverons ailleurs cette conception de la représentation —, le Conseil des Indes, au XVIIIe siècle au moins, se caractérise par l’absence presque totale de conseillers originaires d’Amérique. Ils ne figurent pas davantage au Conseil de Castille. Plus efficacement que les dispositions sur l’exclusif colonial, ce fait qui touche à l’essentiel de la relation avec le roi nous paraît marquer leur mise à l’écart au sein de la Monarchie. Les Indes sont la Castille sans l’être.

7Les réformes bourboniennes n’y changent rien. Les Indes forment un secrétariat d’État particulier ; mais celui-ci est presque continûment aux mains du titulaire du secrétariat d’État à la Marine. Tout se passe comme si, pour la Monarchie, seul importait le commerce, comme si les Indes étaient une colonie que l’on n’osait pas qualifier de telle.

  • 5 Anthony Pagden, Signori del mundo. Ideologie dell’impero in Spagna, Gran Bretagna e Francia, 1500-1 (...)
  • 6 Luis Navarro García, « Fluctuaciones de la política colonial española de Carlos III a Isabel II », (...)

8Nous avons vu les hésitations sur l’organisation des Secrétariats d’État qui s’en occupent, marquées par les réformes de 1787. Cette tentative avortée est l’indice d’un malaise croissant chez les dirigeants. Ils ont conscience que la possession des Indes, jusque-là assurée, ne va plus de soi. L’occupation de La Havane par les Anglais au cours de la guerre de Sept ans (1762) a donné l’alarme. L’indépendance des États-Unis sonne le tocsin. Trois possibilités principales sont examinées. L’option dominante, représentée par les ministres les plus influents, Gálvez, Floridablanca, est colonialiste. Elle vise à renforcer le quadrillage administratif, à augmenter la présence militaire et à accroître le commerce avec la métropole, toujours sous le régime de l’exclusif. Elle est prioritaire jusque vers 1785. Elle coïncide avec la publication d’une série d’ouvrages d’économistes espagnols (Ward, Campillo) qui présentent les Indes comme de pures colonies et réclament leur exploitation plus massive par la métropole5. Une deuxième option est défendue par des personnages très influents, mais moins longuement au pouvoir que les colonialistes, Jovellanos et Campomanes. Elle est intégrationniste. Elle considère les Indes comme des provinces de la Monarchie au même titre que les autres. Elle propose de renforcer l’intégration des élites créoles, en leur ouvrant l’accès aux plus hautes charges, en créant en Espagne un Collège pour la noblesse américaine, en instituant à Madrid une représentation permanente des Indes et des Philippines chargée de faire valoir leurs intérêts auprès du roi. En un mot il s’agit de leur ouvrir un accès au souverain dans les conditions dont jouissent les Espagnols eux-mêmes. Cette option s’impose après 1785. Elle est responsable de la réforme de 1787. Elle conduit à la création d’une « seconde compagnie espagnole de la noblesse américaine » de la garde du corps, sur le même pied que la compagnie flamande, la compagnie italienne et la compagnie espagnole, et à la fondation en Espagne d’un séminaire de la noblesse américaine. Elle explique que les futurs libertadores, José San Martín et José Miguel Carrera, aient servi dans l’armée espagnole en Europe avant de regagner l’Amérique pour prendre la tête du soulèvement. Une troisième option, minoritaire, exprimée par José de Ávalos, intendant du Venezuela, considère dès 1781 l’indépendance comme inévitable. Elle propose sa concession volontaire par l’Espagne à trois royaumes en Amérique et à un quatrième aux Philippines, que l’on doterait de souverains issus de la famille royale. L’Espagne ne conserverait que quelques territoires, les plus rentables6.

  • 7 J. Solórzano Pereyra et M. Á. Ochoa Brun (éd.), Política indiana, Lib. I, Tít. XI, pp. 22-23.

9Parmi les spécificités auxquelles faisait allusion Solórzano, figure bien sûr la présence d’une forte population indienne. C’est elle qui justifiait à ses yeux, en dernière instance, la possession de ces territoires par l’Espagne : la nécessité de protéger la foi chrétienne à laquelle elles s’étaient converties contre un éventuel retour du paganisme imposait de conserver maintenant ces terres quoi que l’on puisse penser de la qualité des titres de possession originaires7. Elle constitue à la fin du XVIIIe siècle 45 % de la population américaine, presque 80 % avec les métis. Elle est cependant absente de la réflexion des cercles madrilènes sur la gouvernance du territoire. Elle vient pourtant de se rappeler énergiquement à leur bon souvenir : la révolte dite de Tupac Amaru (1780-1781) a secoué le Pérou jusque dans ses fondements. En un mot, vues d’Espagne, les Indes, à la fin de l’Ancien Régime, ce sont les Créoles. La gestion des Indiens relève pour l’essentiel des instances locales. Il convient de garder ce fait à l’esprit.

  • 8 J. M. Imízcoz Beunza et M. V. García del Ser, « El alto clero vasco y navarro », dans R. Aguirre et (...)
  • 9 María Soledad Santos Arrebola, La proyección de un ministro ilustrado en Málaga : José de Gálvez, M (...)
  • 10 Ángel Zuluaga Citores, Sebastián de la Quadra, primer marqués de Villarías, secretario de Estado en (...)

10Or cette société créole prend de plus en plus de consistance. Nous avons vu comment les mécanismes de mise en relation des élites locales avec le roi donnaient naissance à des réseaux territoriaux. La constitution de ces territoires s’accompagne d’une conscience croissante de l’appartenance à la terre. L’attachement physique à la région natale est un élément structurant fort de la conscience de soi dans le monde ibérique, en Espagne comme en Amérique. Depuis leurs ministères de Madrid, les plus hauts serviteurs de l’État sollicitent pour leurs enfants des postes de maire ou d’échevin honoraires dans des bourgs perdus de la Montagne de Burgos, mais des bourgs où ils sont nés. Promu à un évêché ou à la présidence d’un Conseil, l’heureux élu n’aura de cesse d’en avertir les autorités de son village qui s’empresseront de tirer force feux d’artifice et d’organiser courses de taureaux, banquets et réjouissances en tout genre pour fêter l’événement8. Il ne manquera d’ailleurs jamais une occasion par la suite de défendre les intérêts de son lieu d’origine, d’orienter vers lui les investissements de l’administration royale, de porter sa parole auprès du roi, souvent pour des affaires d’intérêt essentiellement local9, parfois pour des questions qui infléchissent la grande politique de la Monarchie. Ainsi la ligne douanière de l’Èbre laissait-elle hors de ses frontières le Pays basque et la Navarre, qui jouissaient du statut de zone franche pour le plus grand bien de leur économie. Philippe V, dans le cadre d’une vaste entreprise de rationalisation des finances royales, entreprit en 1718 de la reporter sur la frontière politique. Il échoua. La réforme fut sabotée par les ministres qui devaient la mettre en œuvre et qui étaient précisément originaires des régions affectées10. On ne compte pas les certificats médicaux délivrés à des commis valétudinaires pour aller prendre « l’air de la patrie », dont les vertus thérapeutiques ne souffrent pas discussion. Glorifier son lieu de naissance est un devoir filial. Miguel Ignacio Pérez Quintero publie en 1794 une Beturia vindicada o Ilustración crítica de su tierra (Exaltation de Beturia ou Glorification critique de son berceau). Il est convaincu que Trigueros, sa ville natale, était à l’époque romaine capitale de la Béturie antique :

  • 11 Miguel Ignacio Pérez Quintero, La Beturia vindicada ó Ilustración crítica de su tierra con la notic (...)

Conistorsis, capitale de la Béturie antique, n’est autre que la ville de Trigueros. Il est doux l’amour de la Patrie. De religieux qualifie Ovide le soin que prend son fils d’écrire ses gloires : « Et pius est patriae facta referre labor » […] Je dois à la ville de Trigueros ma naissance, je lui dois mes premiers rudiments de savoir ; en vertu de quoi je lui dois reconnaissance. C’est pourquoi, profitant de l’occasion que m’offre un hasard heureux, et sans perdre de vue les devoirs de l’historien impartial, je veux l’en remercier par cette œuvre en chantant son ancienneté… Est-il offrande plus agréable pour la ville de Trigueros, ma patrie, que de présenter au public les raisons que j’ai de me persuader et de soutenir qu’elle fut le siège de la très-ancienne et très-fameuse Conistorsis11 ?

11Car la patrie, dans l’immense majorité des cas, c’est le lieu de naissance. Le mot, dans le monde hispanique du XVIIIe siècle, conserve dans toute sa force un sens local. Rarement il s’applique au Royaume. La cour même est « patrie commune », non pas un lieu neutre, mais celui où s’additionnent les propriétés de tous les lieux de la monarchie de sorte que chacun y est dans sa petite patrie. L’idée d’un espace national doté en tous points des mêmes propriétés est étrangère aux sujets du roi d’Espagne.

12Les élites américaines réagissent de la même manière. Elles développent une conscience locale qui les amène à chanter la terre qui les a vu naître, la beauté de ses paysages, sa richesse, la luxuriance de sa végétation, la splendeur de ses villes capitales, mais avec une nuance que nous ne trouvons pas en Espagne. Lisons la Relation historique du royaume du Chili, que le jésuite Alonso de Ovalle publiait à Rome en 1646 :

  • 12 Cité par Bernard Lavallé, Las promesas ambiguas. Ensayos sobre el criollismo colonial en los Andes, (...)

Notre Santiago n’a rien à envier à aucune autre ville. Je doute qu’aucune autre lui soit supérieure et bien peu l’égalent… Qui a vu la grand-place de Santiago et celle de Madrid ne considérera pas l’une comme supérieure à l’autre, car les bourgeois, les marchands et les nobles de l’une et de l’autre ont l’air tout aussi frottés des manières de cour… Les Chiliens ont généralement l’esprit vif et de grandes aptitudes pour l’étude — ceux qui s’y consacrent s’y distinguent — comme pour d’autres emplois… Ils font naturellement preuve de libéralité, ils sont compatissants, ils aiment faire le bien à tous et qui sait les traiter avec la courtoisie et le respect qui leur sont dus se rend maître de leur volonté. Leurs enfants, bien menés, sont dociles et faciles à conduire au bien12.

  • 13 Ibid., p. 20.

13À la différence du texte espagnol, celui-ci est défensif, fondé sur une comparaison constante entre l’Espagne et les Indes, il revendique explicitement le respect. Cette protestation marque d’une tonalité systématique, bien qu’inégalement affirmée, les œuvres des auteurs américains, du XVIIe comme du XVIIIe siècle. Ils se sentent traités en inférieurs. Ils n’ont pas tort, nous l’avons vu sous l’angle politique ; nous le constatons sous l’angle social. L’Américain c’est le Créole. Le mot, d’origine sans doute portugaise, dérive de criar, élever. Il marque le fait d’être né « sur place ». Employé à l’origine pour désigner les esclaves nés en Amérique pour les distinguer des Africains importés, il est aussi utilisé depuis la fin du XVIe siècle pour désigner les Blancs nés en Amérique par opposition à ceux qui sont nés en Europe. Sans perdre sa connotation dépréciative. Le Créole est un dégénéré, amolli par un climat délétère et un mode de vie permissif. Couard et faux, soumis à ses passions, il est au mieux une vache à lait à qui l’Européen fait cher payer l’attention qu’il lui prête et les grâces royales qu’il lui accorde. On peut étendre la démonstration à tous les aspects de la vie. De même que l’Espagne ne sait comment situer politiquement les Indes, de même ne sait-elle comment situer socialement ses élites. Et celles-ci le ressentent amèrement13.

14La société américaine est traversée de conflits. Les mieux connus sont ceux qui se livrent pour la conquête des places. Ils opposent souvent les locaux à des concurrents venus de l’extérieur, mieux introduits auprès des instances chargées de la nomination. Cela en soi n’a rien d’original. La même chose arrive dans n’importe quelle ville espagnole. La spécificité américaine réside dans la manière dont les Créoles réagissent. Tout échec, tout résistance, toute difficulté est interprétée en termes de mépris pour leur origine. Cela crée entre eux une solidarité, qui ne vaut que face aux seuls Européens, car entre eux les Créoles des différents territoires savent se livrer aux joies perverses de la dépréciation réciproque : il n’est pas besoin de beaucoup forcer un Chilien pour qu’il s’exprime sur les Péruviens en des termes semblables à ceux qu’il utilise à propos des Espagnols.

15Tout indique qu’au XVIIIe siècle la revendication créole s’accentue. L’historiographie des jeunes nations américaines en a certes beaucoup rajouté. Il n’y a pas encore, en 1808, de revendication indépendantiste. La figure, longtemps dominante dans l’historiographie du « précurseur de l’indépendance » dont les écrits annoneraient dès Charles III la libération future est pratiquement rangée au magasin des accessoires oubliés. Le tri fait, il n’en reste pas moins que la conscience de soi devient de plus en plus intense, si on la mesure à l’aune du nombre des publications, de l’ampleur des études géographiques et des descriptions littéraires, de leur succès auprès des élites locales, des qualificatifs utilisés pour chanter la nature américaine. Elle se traduit plus qu’auparavant en revendications politiques, transposition d’autant plus naturelle que la monarchie espagnole elle aussi s’intéresse de façon de plus en plus soutenue aux Indes et qu’elle y implante des réformes administratives et fiscales qui dérangent bien des positions acquises.

  • 14 M. A. Burkholder et D. S. Chandler, From Impotence to Authority.
  • 15 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office.

16L’inquiétude ressentie par le gouvernement royal quant au sort de l’Amérique suscite de sa part un véritable activisme administratif. Celui-ci est souvent vécu par les Créoles comme autant de preuves de défiance à leur égard. C’est tout d’abord, vers 1750, l’arrêt de la vente des offices, des postes de corrégidor et de magistrat des Audiences royales. La mesure a pour effet la remise en pratique effective d’une ancienne règle, commune à la Monarchie entière, qui interdit d’exercer des fonctions judiciaires dans le lieu de sa naissance. Vers la même époque, le roi décide de réserver les emplois des Caisses royales d’Amérique aux péninsulaires. Dans les deux cas, il s’agit de briser des collusions entre les institutions royales et la classe dirigeante locale14. Il faut se garder d’y voir l’effet d’une politique systématique de mise à l’égard des Créoles. Des mesures semblables sont prises à la même époque et dans le même but en Espagne péninsulaire. Les cercles dirigeants d’Amérique surent par ailleurs trouver des palliatifs efficaces pour rétablir, voire accroître leur influence en dépit de tels obstacles15. Tombant sur le terrain que nous avons décrit, ces dispositions ne firent cependant rien pour détendre l’atmosphère.

  • 16 Dominique Goncalvès, Le planteur et le roi. L’aristocratie havanaise et la couronne d’Espagne (1763 (...)
  • 17 Ana María Lorandi, Poder central, poder local. Funcionarios borbónicos en el Tucumán colonial. Un e (...)

17Le pire était à venir. En 1765 José Galvez Gallardo est envoyé de Madrid en Nouvelle-Espagne pour une mission d’inspection générale de l’administration et muni de très amples pouvoirs de réforme. Il y reste six ans et impose son autorité avec une vigueur inhabituelle. À son retour, il devient conseiller du Conseil des Indes (1771), puis secrétaire d’État aux Indes (1776). Il promeut des mesures qui parurent radicales : remplacement des corrégidors par des intendants, renforcement du maillage administratif, réforme de l’administration des finances et de la fiscalité, augmentation du prélèvement fiscal, aménagements du régime commercial de l’exclusif visant à le rendre plus efficace et plus rentable, nullement à l’assouplir, augmentation des investissements d’État pour mettre le continent en état de défense, notamment par la création d’une force armée, encadrée et en grande partie financée par les élites créoles. L’historiographie va bien vite en besogne lorsqu’elle voit dans ces mesures une source inépuisable et automatique de mécontentement. Des réformes similaires appliquées à Cuba ont au contraire créé entre l’Île et sa métropole des liens tels que celle-ci n’a pas ressenti la tentation de l’indépendance lorsque s’est effondrée la Monarchie16. Or, à Cuba, les réformes se sont accompagnées d’une réelle intégration des élites locales au processus de décision. Il était donc possible de négocier un pacte nouveau entre le roi et les classes dirigeantes de l’Empire. Une telle volonté existait-elle à Madrid ? Nous avons vu que les réformes de Gálvez s’inscrivent dans la perspective d’une transformation des Indes en pures colonies, aux antipodes de la revendication d’intégration des Créoles. Ajoutons à cela l’expulsion des jésuites. Elle eut sans doute en Espagne un coût politique élevé. Il fut encore plus fort en Amérique, où la Compagnie de Jésus était remarquablement implantée. Il y eut même, au contraire de l’Espagne, des soulèvements locaux et des actions de sabotage administratif pour sa défense17.

18En résumé, à la fin du XVIIIe siècle, l’activisme croissant de l’administration royale, une présence sans doute plus marquée des péninsulaires en Amérique, les tentations ressenties en haut lieu et la pression des principaux économistes du temps qui poussent à en faire une colonie au sens strict, la maturation des sociétés américaines, le désir nouveau de s’assumer que l’on range sous le nom de philosophie des Lumières et dont des éléments parviennent jusqu’aux Indes, aggravent les tensions structurelles qui ont de tout temps marqué les relations entre l’Amérique et l’Espagne. Certes pas au point de pousser les Créoles à envisager la voie de l’indépendance à l’instar des colonies américaines. Il n’en reste pas moins que les rapports entre les deux blocs territoriaux qui constituent la Monarchie forment un système mal stabilisé et dont l’instabilité à plutôt tendance à s’accroître. C’est avec ces caractéristiques qu’ils devront affronter l’épreuve imposée par une évolution brutale du contexte international.

Le roi et ses collaborateurs

19La sollicitude renouvelée de l’administration royale pour l’Amérique n’est que le versant « indien » d’un activisme du souverain qui se traduit en Espagne par des réformes tout aussi dérangeantes.

  • 18 Edmond Dziembowski, Un nouveau patriotisme français, 1750-1770. La France face à la puissance angla (...)

20Le roi occupe dans l’appareil de gouvernement une place sans cesse croissante. Au contraire d’un Louis XV, qui dès les années 1750 doit lutter pour garder le contrôle d’un pays où une véritable opinion publique prétend dicter et souvent dicte de fait la politique18, le roi d’Espagne peut avoir la sensation que jamais son pouvoir n’a été plus fort. Il s’est doté des moyens de gérer personnellement le Royaume en s’entourant de collaborateurs qui ne dépendent que de lui, sur la fidélité personnelle desquels il peut compter, à qui leur nombre et leur dotation en moyens bureaucratiques donne une véritable capacité d’action.

  • 19 FICHOZ : base de données sur les personnes en contact avec la monarchie espagnole au xviiie siècle, (...)
  • 20 Emilio La Parra López, Manuel Godoy : la aventura del poder, Barcelone, Tusquets, 2002.
  • 21 P. Vázquez Gestal, Corte, poder y cultura política, pp. 150-190.

21Il a transformé son entourage, le premier cercle, en cabinet. Nous ne reviendrons pas sur le rôle de la famille royale, sauf à rappeler que la gestion de la monarchie devient de plus en plus une affaire familiale. La cour nous retiendra davantage. Philippe V était arrivé muni d’instructions précises de son grand-père pour briser l’aristocratie. Elle avait gouverné sous le nom de Charles II, profitant de l’incapacité personnelle du souverain. Sous Philippe III et Philippe IV, sous Philippe II même, bien que mieux tenue en laisse, elle formait déjà un compagnonnage relativement fermé au sein duquel le roi était pratiquement contraint de recruter les ténors du Conseil d’État et les vice-rois chargés de la gestion de pans entiers de l’Empire. Philippe V s’en débarrassa d’autant mieux que nombre de grandes familles, méfiantes à l’égard d’un prince dont ils constataient que le grand-père avait domestiqué leurs homologues français, jouèrent la carte du prétendant autrichien et se trouvèrent ainsi dans le camp des vaincus, avec lesquels il n’y avait pas à prendre de gants. Rares parmi elles celles qui réussirent à se rétablir. Les autres retrouvèrent leurs terres, tardivement d’ailleurs, mais non leur position auprès du souverain. Dans bien des cas, le roi les neutralisa en imposant à leurs héritières d’épouser ses fidèles19 . À la cour, les aspects protocolaires institutionnels perdent de l’importante au profit des relations strictement personnelles. Le souverain désormais s’entoure d’un groupe restreint d’amis issus de familles qui pour être abondamment titrées n’en sont pas moins relativement nouvelles tels les ducs de Montellano, le comte de Fernán Núñez, les marquis de Santa Cruz, qui assurent l’accompagnement privé, les loisirs du monarque, et jouent le rôle de conseillers particuliers. De parfaits parvenus, comme la famille de la nourrice de la reine Farnèse, les Piscatori, le chanteur Farinelli dont la voix calmait si efficacement la dépression de Philippe V, ne sont pas sans influence sur la marche des affaires. Jusqu’à la fin du siècle, ni les ministres ni les Conseils ne prennent les décisions de haute politique qui engagent vraiment l’avenir. Elles sont le fruit de la délibération du roi en tout petit comité, dans un groupe recruté d’abord sur des bases affectives. L’évolution est poussée à son terme par Charles IV, qui dirige le Royaume en triade, avec son épouse et un ami-confident, Manuel Godoy20. Ce premier cercle décisionnel a toujours existé et toujours dépendu de la volonté du souverain. Au XVIIe siècle cependant, son choix était largement contraint par l’existence d’un milieu aristocratique dont il était presque nécessairement issu. Tout au plus le roi pouvait-il distinguer en son sein un préféré (valido) à qui il accordait la priorité dans la direction des affaires. La volonté personnelle du roi était seconde par rapport aux contraintes du milieu. Au XVIIIe siècle, elle est première21.

  • 22 Jean-Pierre Dedieu, « La Nueva Planta en su contexto. Las reformas del aparato del Estado en el rei (...)
  • 23 P. Vázquez Gestal, Corte, poder y cultura política, p. 123.

22Seconde nouveauté, le premier cercle se dote d’instruments de gestion institutionnalisés qui lui donnent les moyens d’une véritable autonomie. C’est le rôle des secrétaires d’État. Ils apparaissent au tout début du siècle, comme secrétaires d’un « Conseil des dépêches » créé ad hoc pour piloter le jeune et inexpérimenté Philippe V dans la résolution des affaires d’État. Lorsqu’en 1715 le roi se débarrasse de cette tutelle en abolissant le Conseil, il en conserve les secrétaires, qu’il prend à son service. Il crée pour eux la « voie réservée », par où transitent les affaires dont il ne veut pas que traitent les Conseils, et par où remonte en double toute l’information sur celles dont ils s’occupent22. À quelques variations près, ils sont cinq, chacun placé à la tête d’un secrétariat spécialisé : Affaires d’État, Grâce et justice, Marine et Indes, Guerre, Finances. Au contraire des conseillers, le secrétaire est librement choisi par le roi, sans limitation ni obligation aucune, fut-il un aventurier comme ce Riperda, ancien ambassadeur des Pays-Bas, ci-devant catholique, converti au protestantisme, reconverti au catholicisme, qui, au milieu des années 1720, se vit confier les négociations de paix avec l’Autriche. Philippe V en fit son ministre principal et presque unique, avant de s’apercevoir qu’il le trompait effrontément. Destitué, emprisonné, auteur d’une évasion rocambolesque, il effectua par la suite un brillant rétablissement en tant que conseiller du sultan du Maroc. Les secrétariats d’État, au début structures assez légères, prirent progressivement du poids, favorisés par le fait que la maladie de Philippe V obligea à se décharger sur eux des taches matérielles de la gestion23 et, de plus en plus, l’allure de véritables ministères, dotés de bureaux, d’archives, d’un siège.

  • 24 Feliciano Barrios, El Consejo de Estado en la Monarquía española, 1521- 1814, Madrid, Consejo de Es (...)
  • 25 Francisco Andújar Castillo, Consejo y consejeros de Guerra en el siglo xviii, Grenade, Universidad (...)

23Le deuxième cercle décisionnel, celui dont les Conseils occupent l’espace, est, lui aussi au XVIIIe siècle, conquis en apparence par le roi. Le développement des secrétariats d’État rend moins nécessaire sa fonction technique de transmission au souverain de l’information nécessaire à la prise de décision. Subsiste la fonction politique de Conseil de surveillance de la Monarchie. Le roi la limite considérablement, sans réussir à l’abolir. Le Conseil d’État cesse d’être réuni dès l’arrivée de Philippe V. Il était au XVIIe siècle l’organe principal de gouvernement du Royaume, le lieu où les groupes de pression établissaient un équilibre entre eux et négociaient avec le roi les grandes décisions sur lesquelles ils s’étaient entendus24. Les Conseils des finances et de la guerre sont réduits ou peu s’en faut à l’état de Chambre d’appel du contentieux25. Restent les Conseils territoriaux, qui assument la représentation permanente d’un royaume dont les Cortès ne se réunissent plus qu’épisodiquement.

  • 26 Jean-Pierre Dedieu, « La muerte del letrado », dans Francisco José Aranda Pérez (éd.), Letrados, ju (...)
  • 27 Concepción de Castro, Campomanes. Estado y reformismo ilustrado, Madrid, Alianza, 1996.

24À plusieurs reprises, le monarque tente de les mettre au pas. Une première tentative de réforme a échoué entre 1712 et 1715, nous le savons. Une évolution plus subtile se produit dans la seconde moitié du siècle. Elle porte sur leur recrutement. Les juristes purs, les docteurs en droit qui n’ont eu d’autre activité professionnelle que d’enseigner et de rendre la justice, les porte-parole en un mot de l’ordre politique défini par l’Église au sein de l’appareil d’État, sont progressivement remplacés par des avocats. L’avocat a certes fait des études, mais il n’est pas un théoricien, bien plutôt un praticien, pour qui l’efficacité compte plus que les principes et la loi royale plus que le droit commun. Il est aussi un parvenu, pour qui une promotion au Conseil était inespérée et dont on peut escompter qu’il adoptera le point de vue de son bienfaiteur26. Le Conseil de Castille est placé en 1762 sous la tutelle du prototype de ces nouveaux avocats-conseillers, Pedro Rodríguez Campomanes. Nous ne savons même pas dans quelle université il a effectué ses études. D’abord procureur du roi près le Conseil, il en devient ensuite le gouverneur, autrement dit un président sans le titre, fonction qu’il exerce jusqu’en 179127. Pendant trente ans, il le dirige d’une poigne de fer.

  • 28 P. Molas Ribalta, La audiencia borbónica del Reino de Valencia.
  • 29 J.-P. Dedieu, « La Nueva Planta en su contexto » ; Didier Ozanam et Fabrice Abbad, Les intendants e (...)

25Le troisième cercle, celui de l’administration royale territoriale, est lui aussi pris en main. Il repose sur les Audiences, cours d’appel établies en province. Ce sont des tribunaux, mais aussi des instances administratives. Elles siègent à ce titre en une formation spéciale, dite du real acuerdo (le « délibéré royal »). Elles sont chargées, au début du XVIIIe siècle, de superviser les autorités locales : tutelle directe sur les municipalités du domaine royal, tutelle indirecte des municipalités seigneuriales (élections, nominations, administration des biens municipaux, etc.), surveillance immédiate des actions entreprises au nom du roi sur le territoire, quel que soit son statut (levée des impôts, levée des troupes), gestion du ravitaillement en temps de crise. Une de leurs fonctions essentielles, dont nous avons déjà parlé, consiste à faire remonter de l’information sur la région, ses élites et les rapports de force en leur sein28. Elles s’appuient sur les corrégidors royaux, des délégués du roi placés à la tête des municipalités du Domaine, dont ils partagent la gestion avec les échevins issus du milieu local. Tout ce monde a partie liée avec les Conseils. C’est la Chambre de Castille qui nomme les corrégidors. C’est au Conseil de Castille que rendent compte les Audiences, dont les juges ont le titre de conseillers du roi et espèrent une place au Conseil comme une promotion normale. Un train de mesures affaiblit ces liens dès la fin des années 1710. Une réforme radicale de la perception des impôts (1712-1714) enlève de fait ce qui concerne cet aspect capital de la vie de l’État aux suppôts du Conseil. Tout se règle désormais entre des compagnies fermières, le Secrétariat d’État aux Finances et des intendants. Ces derniers sont créés en 1718. Ils sont chargés de coordonner sur un territoire donné, la « province », l’action des compagnies fermières et celle des municipalités, à qui incombe la levée de l’impôt sur le contribuable de base. Ils sont choisis par les secrétaires d’État et ne sont responsables que devant eux. Ils assument souvent, en outre, le corrégidorat de la capitale de la province et retranchent ainsi les principales villes du pays de la juridiction directe des Conseils29. Le dispositif est complété par une suite de dispositions partielles qui, tout au long du siècle, tendent au même objet : placer les municipalités sous la responsabilité directe des secrétariats d’État. De même les Audiences passentelles progressivement sous la présidence des capitaines généraux, nommés par la voie militaire, qui assurent le commandement des armées dans le cadre de leur province ; une armée par ailleurs beaucoup plus présente et plus centralisée qu’autrefois.

  • 30 I. A. A. Thompson, « Patronato real e integración política », dans J. I. Fortea Pérez (éd.), Imágen (...)
  • 31 Josep Maria Gay Escoda, El corregidor a Catalunya, Madrid, Marcial Pons, 1997 ; Archivo General de (...)

26Municipalités et seigneuries constituent le quatrième cercle. Celui-ci assume au niveau local des fonctions essentielles à la vie de l’État, telle la perception de l’impôt et le recrutement des troupes. Il est illusoire d’imaginer le remplacer dans ce rôle : l’absence de cadastre et de comptabilité d’entreprise, l’absence de registres de population, privent l’administration de l’information nécessaire sur les ressources disponibles. Seule une connaissance approfondie du terrain permet une action efficace, en procédant par évaluation. La nécessité de la collaboration posée, reste à surveiller les acteurs, les seigneurs et les échevins qui dirigent les villes. Le roi utilise pour cela son pouvoir de patronage. Nous en avons vu les voies, il nous faut en établir la chronologie. Dés la fin du XVIe siècle, le souverain avait stabilisé une étroite élite dirigeante à la tête des principales villes du Royaume, celles qui jouissaient d’un pouvoir de commandement local susceptible d’entraîner à leur suite les agglomérations secondaires. Le XVIIe siècle avait achevé cet enracinement et renforcé le lien individuel qui unissait chacun des acteurs du jeu municipal au souverain30. Dans le courant du XVIIIe, le roi procéda à la réduction des pôles de patronage concurrents. Il se substitua au pape à la tête du patronage ecclésiastique. Il mena également à bien une entreprise d’usure des juridictions seigneuriales qui, dans une bonne moitié du Royaume, s’interposaient entre lui et les échevins qu’il souhaitait conquérir. Une suite de dispositions légales, prises surtout dans la seconde moitié du siècle, encadra de plus en plus strictement le recrutement et la carrière des agents de l’administration seigneuriale31. La perte d’influence de l’aristocratie à la cour, les menaces que la réactivation de très vieilles lois faisait planer sur l’existence même de leurs seigneuries, les limitations intrinsèques de leur sphère de patronage face à l’ampleur de l’offre du roi plaçaient les seigneurs dans une situation délicate. L’ouverture de nouveaux canaux pour l’établissement d’une relation directe entre leurs « vassaux » et le souverain menaçait à la fin du XVIIIe siècle de leur porter le coup de grâce.

  • 32 Christian Windler, Élites locales, señores, reformistas : redes clientelares y monarquía hacia fina (...)
  • 33 Eva velasco Moreno, La Real Academia de la Historia en el siglo xviii. Una institución de sociabili (...)

27Jusque vers 1780 en effet l’établissement d’un lien entre une famille locale et le roi passait essentiellement par la voie politique de l’échevinage. Vers cette date, la monarchie se découvre un intérêt nouveau pour l’économie. Elle se pose désormais en responsable de ce que nous appelons aujourd’hui le développement, et que l’on nommait alors le fomento. Le roi acquiert ainsi légitimité pour se lier à tous les acteurs économiques, voire à tous les acteurs culturels. La création en 1779, sous la direction de ce Campomanes dont nous avons vu le rôle au sein du Conseil de Castille, des « Sociétés économiques des amis du pays », en est le symbole. Elles sont l’occasion d’une première prise de parole des forces vives locales, auxquelles on demande de faire preuve d’initiative. Elles sont aussi un instrument pour les tenir en main et les intégrer au gigantesque réseau clientélaire que le roi achève de tisser dans le pays. On a montré qu’aux yeux de leurs membres, la fonction première des sociétés résidait dans la possibilité d’établir une relation directe avec les cercles dirigeants royaux, au prétexte de réflexion sur l’économie32. Il en va de même des Académies royales, Académie de la langue, Académie de l’histoire, Académie des beaux-arts, qui entretiennent des réseaux de correspondants, officiels ou officieux, dans le Royaume entier33. Il n’est pas indifférent que Campomanes, encore lui, ait été à la fin du XVIIIe siècle l’un des protagonistes du monde académique. En fin de compte, tous les acteurs de la vie locale ont désormais partie liée avec le roi. Ils s’insèrent dans des réseaux nationaux. Nationaux au plein sens du terme : parce qu’ils dépassent le niveau local ; parce qu’ils se limitent aux frontières du Royaume. L’Église sous son aspect transnational est en effet l’autre grande victime de la politique royale.

Domestiquer l’Église ?

28Marco Fantuzzi, un prélat de la cour romaine, dans ses Mémoires écrits vers 1800 a touché le nœud de la question :

  • 34 Cité par Rafael Olaechea, Las relaciones hispano-romanas en la segunda mitad del siglo xviii. La ag (...)

Depuis des temps immémoriaux, le pape conférait les riches et multiples bénéfices d’Espagne… De ce fait, de nombreux Espagnols se rendaient à Rome pour les obtenir. L’obligation de se présenter à la Curie eut pour effet qu’on ne proposât pas nécessairement les meilleurs, qui parfois n’avaient pu sortir d’Espagne. Les Espagnols en étaient blessés, et plus encore de voir que revenaient en Espagne pourvus de prébendes et bénéfices des sujets vils, d’anciens domestiques qui avaient exercé de bas emplois… auxquels la corruption de la Curie ouvrait la route. La Cour d’Espagne en prit ombrage, spécialement quand elle se rendit compte que les sujets qu’elle proposait n’obtenaient rien…34.

  • 35 Antonio Irigoyen López, Entre el cielo y la tierra, entre la familia y la institución. El Cabildo d (...)
  • 36 R. Olaechea, Las relaciones hispano-romanas, vol. 1, p. 38.

29La doctrine n’est pas en question ; ni même, en apparence, le rôle de l’Église comme gardienne de la raison des souverains et des peuples. Est en jeu un pouvoir, le droit qu’a le pape, depuis la fin du Moyen Âge, de nommer huit mois sur douze à toutes les places de l’Église d’Espagne, qui ne sont pas de strictes fondations privées, soit plusieurs dizaines de milliers de postes, dont l’essentiel des cures de paroisse. Contrairement à ce qu’affirme Fantuzzi, les Espagnols paraissent fort bien s’en accommoder. Les relations avec la cour de Rome sont bien réglées et assurent, globalement, la transmission des places conformément aux souhaits des familles locales35. Point n’est la peine de se déplacer : des agents fort efficaces se chargent des démarches moyennant finances. Il est exact cependant que de nombreux espagnols qui prétendent des bénéfices résident à Rome où ils constituent un monde complexe sur lequel l’ambassadeur d’Espagne garde toujours un œil. Le problème pour le roi n’est pas tant la qualité des promus que le fait qu’ils ont obtenu leur poste par le pape et non de lui-même. Replacé dans le contexte d’une monarchie dont la force réside dans son pouvoir de patronage, cet état de fait équivaut à l’ingérence d’une puissance étrangère dans les affaires du Royaume. C’est au moment où en 1709 le pape reconnaît le prétendant autrichien contre Philippe V que Madrid enclenche le processus qui va conduire à l’abolition du droit de patronage romain par le concordat de 175336. Il est difficile de mieux marquer le lien avec le politique.

  • 37 Daniele Santarelli, Il papato di Paolo IV nella crisi politico-religiosa del Cinquecento : le relaz (...)

30La reconnaissance de ce danger d’ingérence ne laisse pas d’être tardive. Lorsque les Bourbons décident d’en finir avec lui, il n’y a jamais que trois siècles qu’il est en place. Il n’est en réalité qu’un élément d’un vaste dispositif qui met en symbiose l’Église d’Espagne et la Monarchie. Tout d’abord le droit de désignation romain ne s’exerce ni sur le royaume de Grenade ni sur l’Amérique, où ce rôle est assumé par le roi. L’Église d’Amérique et des Philippines, en outre, ne correspond pas directement avec le pape. Elle passe par le canal unique du Patriarche des Indes, un prélat proche du roi, qui filtre toute la correspondance. De fait, sur l’Église des Indes, le roi d’Espagne exerce un pouvoir qui n’est pas moindre que celui du roi d’Angleterre sur l’anglicane. La Monarchie tire en outre un bon dixième de ses revenus de subsides versés par le clergé, de prélèvements sur les dîmes, de la bulle de la croisade, une taxe payée par tous les Espagnols à l’Église, qui la reverse au roi, et qui vaut dans l’esprit du peuple dispense de purgatoire. Le roi d’Espagne enfin est le champion de la contre-réforme. C’est l’alliance de Philippe II avec le pape Paul IV et ses successeurs, au milieu du XVIe siècle, qui a permis à la papauté de briser les reins des réformateurs en Italie et d’entamer la reconquête catholique de l’Europe centrale37. L’Espagne a connu alors une vague d’intense catholicisation. Tout semblant de dissidence religieuse en a été exclu, et avec elle tout semblant de dissidence politique. C’est alors qu’a pu s’installer le système absolutiste que nous avons décrit ; c’est alors qu’une commune expérience, à la fois religieuse et politique, a pour la première fois fondu en un bloc unique les royaumes de Castille et d’Aragon. C’est à une pièce essentielle du dispositif politique que s’attaquent les Bourbons.

31Il leur faudra quarante-cinq ans d’efforts pour obliger le pape à renoncer, en trois étapes marquées par les concordats de 1717, 1737 et 1753. Le dernier fut arraché d’une part par la menace latente d’une intervention militaire, car l’Espagne avait reconquis une position dominante en Italie du Sud, et vraisemblablement de l’autre par un divorce entre les élites espagnoles et la Curie dont les exigences financières étaient de plus en plus mal supportées. Quoi qu’il en soit, en 1753 le roi se substituait au pape pour toutes les nominations aux bénéfices ecclésiastiques qui relevaient auparavant de Rome. Seuls les évêques continuaient à être nommés par le pape mais, comme antérieurement, sur proposition du roi.

32Le roi, nous l’avons vu, acquiert alors le patronage universel, non pas sur l’Église seule, mais sur la Monarchie entière. Il n’a plus de concurrents sérieux que quelques grands seigneurs qui disposent de postes à distribuer, mais dont le plus puissant ne saurait même métaphoriquement se comparer ni à lui, ni au pape.

33Jusqu’ici, rien n’est changé quant aux principes. L’Église reste l’universelle gardienne du système politique. Dans la pratique, elle a perdu l’essentiel de son indépendance. La connexion avec Rome subsiste dans la fidélité spirituelle, dans le quotidien de la juridiction aussi, car par le jeu des dispenses Rome conserve barre sur les hommes ; mais elle est affaiblie. Charles III, qui accède au trône en 1759, en profite pour secouer la tutelle politique de l’institution ecclésiale. Son offensive va porter principalement sur deux points. Le premier, et le plus essentiel, réside dans l’affirmation de la suprématie de la loi civile sur la loi ecclésiastique, étant bien entendu que la loi civile n’est pas le droit commun européen élaboré dans les universités, mais le droit royal.

34En 1770, le bachelier Miguel de Ochoa soutenait à l’université de Valladolid la thèse suivante :

  • 38 Santos Manuel Coronas González (éd.), El libro de las leyes del siglo xviii(5 vol.), t. I : 1708-1 (...)

La discipline ecclésiastique, instituée en son essence par Jésus-Christ, souverain prince de la République chrétienne, augmentée et fortifiée pour le reste par ses vicaires dans les conciles généraux et particuliers, se réduit au corps de doctrine qu’elle offre présentement. Le droit canon forme un système fort de la longue observance dont il a fait l’objet, largement mis en pratique et publiquement reçu dans les Universités. L’envie et l’acrimonie des tenants d’une politique toute d’apparence tentent de l’expulser du fors civil comme du fors ecclésiastique, de l’interdire dans les écoles. Le candidat ne s’estime pas habilité à corriger les Décrétales de Grégoire IX et de ses successeurs. Il ne peut donc approuver tranquillement de tels principes politiques, porteurs de si grande nouveauté, avant du moins que les suprêmes puissances législatrices ne déterminent une réforme du susdit corps de droit38.

35Traduisons : le droit de l’Église ne saurait être subordonné à l’État ni réformé par lui au prétexte de retour aux origines (« se réduit au corps de doctrine qu’elle offre présentement »). L’Église est entièrement maîtresse de sa sphère et conserve son rôle traditionnel d’arbitre. Et ce en dépit des attaques de l’État (« les tenants d’une politique toute d’apparence »). Pour bien comprendre les enjeux, il faut savoir qu’à cette date la Monarchie venait de lancer un plan de réforme des universités qui, résumé à ses lignes essentielles, consistait à :

  1. — casser leur autonomie en leur imposant un directeur nommé par l’État et des programmes fixés par lui ;
  2. — marginaliser la théologie et le droit canon au profit de l’histoire de l’Église, conçue comme une histoire des abus de la papauté et du nécessaire retour à une Église primitive placée sous la protection directe du roi, et du droit royal39.

36Bastions jusqu’alors d’une institution qui prétendait contrôler la monarchie, il s’agissait de transformer les universités en centres de formation de propagandistes pour la monarchie absolue.

  • 40 Teófanes Egido, « La tesis del bachiller Ochoa y el regalismo universitario », dans Joaquín Álvarez(...)
  • 41 Annik Lampérière, « La recepción negativa de una gran idea : el absolutismo en Nueva España en la s (...)

37Le roi ne pouvait laisser passer les affirmations d’Ochoa. Il cassa la thèse, exila le doctorant et son directeur de recherche, imposa dans toutes les universités la présence d’un censeur chargé de veiller à la conformité de l’enseignement avec les intentions royales. Il fit rédiger par le Collège des avocats de Madrid, qu’il tenait pour plus malléable et plus proche des thèses royales que les théoriciens du droit, une réfutation. L’embarras de ses auteurs est palpable. Il leur faut reconnaître que ses vues sont conformes à la tradition. Leur caractère condamnable découle du fait que le roi ne veut plus qu’on les enseigne40. Autrement dit, le roi est en train de changer, en sa faveur, les bases du système politique ; il est cependant incapable de formuler une théorie cohérente du changement qu’il impose41. Retenons cela.

38Le second volet de la politique royale consiste en une mise au pas des ordres religieux. Ceux-ci ont toujours eu dans l’Église une place à part, les ordres masculins du moins. Ils sont entièrement autonomes. Ils ne relèvent que de leurs supérieurs. Les évêques n’ont guère de prise sur eux. Le pape n’en est pas maître. Les souverains essayent de contrôler autant que faire se peut l’élection de leurs responsables nationaux (les « provinciaux »), mais leur caractère transnational atténue fortement leur sensibilité aux mesures royales. Les ordres enfin, en Espagne, fournissent à l’Église l’essentiel de ses cadres intellectuels et tiennent en main les universités. Or, dans le courant du XVIIIe siècle, ils perdent de leur prestige. Le phénomène est européen. Un accord assez large s’établit autour d’une conception « utilitariste » de l’Église. Le prêtre est chargé de la préparation des hommes à la vie en ce monde, spirituellement, mais aussi matériellement. Le clergé doit s’insérer dans la société pour la transformer. Le religieux, lui, s’en coupe pour vivre égoïstement, dans le meilleur des cas, une aventure spirituelle personnelle, dans le pire pour jouir dans l’oisiveté d’une rente assurée sans la contrepartie d’une utilité sociale quelconque. De nombreux membres du clergé séculier, en Espagne même, partagent ce point de vue, par défiance vis-à-vis de concurrents, mais aussi par conviction profonde. La monarchie, sur ce plan, joue sur les divisions corporatistes et intellectuelles du clergé. Elle attaque sur une ligne de moindre résistance.

  • 42 Enrique Giménez lópez, Expulsión y exilio de los jesuitas españoles, Alicante, Universidad de Alica (...)

39La première mesure est la plus spectaculaire. Le 2 avril 1767, les jésuites sont expulsés d’Espagne. À la même heure, dans tout l’Empire, intendants, capitaines généraux et corrégidors ouvrent un pli scellé qu’ils ont reçu quelque temps auparavant, proclament la loi martiale, entrent à l’aube, escortés par la troupe, dans toutes les maisons jésuites de la Monarchie, rassemblent les religieux, leur lisent le décret d’expulsion et de saisie de leurs biens, les mettent immédiatement en route pour des centres de concentration désignés à l’avance d’où ils sont expédiés vers l’Italie. Après maintes péripéties, ils finiront par s’établir pour la plupart dans les États pontificaux. Ils vivront d’une pension que leur verse le roi. Beaucoup occuperont leurs loisirs forcés à des travaux intellectuels, notamment à des travaux d’histoire littéraire qui ont largement contribué à fixer le canon de la littérature classique espagnole et à asseoir le prestige de son Siècle d’or42. Le roi d’Espagne n’est pas le premier à procéder ainsi. Le Portugal (1759), la France (1762) l’ont précédé. L’alliance des souverains contre les jésuites se confirme par la suite. Une demande conjointe des principaux États catholiques (Portugal, Espagne, France, Autriche) conduit en 1773 le pape à prononcer la dissolution de la Compagnie de Jésus. Pour s’inscrire dans un mouvement international, l’expulsion des jésuites d’Espagne n’en reste pas moins particulière. En France, le Royaume l’impose à un roi qui n’en veut pas ; en Espagne, le roi l’impose à un royaume qui la rejette. Les protestations sont minimes. Un seul évêque donne de la voix, celui de Cuenca, issu d’une très ancienne et très puissante famille, dont le frère dix ans auparavant avait été ministre de Ferdinand VII. Il écrivit au confesseur du roi. Campomanes rédigea contre lui un rapport d’une rare sévérité. Il dut venir à Madrid présenter en personne ses excuses au Conseil de Castille. Si les autres se turent, ils n’en pensaient pas moins, spécialement les familles des près de 6 000 exilés. Quant aux raisons d’une telle mesure, derrière l’accusation d’avoir laissé monter en puissance les émeutes de 1766, se lit le reproche de refuser l’extension des regalías que cherche à imposer le roi.

  • 43 Antonio Luis Cortés Peña, La política religiosa de Carlos III y las órdenes mendicantes, Grenade, U (...)

40Comparativement, les autres dispositions à l’égard du clergé régulier font pâle figure. Le roi se sert habilement des décrets du Concile de Trente, dont il prétend assurer l’application longtemps retardée. Il retourne ainsi contre elle-même une logique ecclésiastique. À partir de 1766, une série de dispositions du Conseil de Castille impose la fermeture des maisons religieuses qui ne peuvent assurer à leurs membres une « congrue » de 200 ducats au moins. Le Conseil prend à plusieurs reprises des arrêtés aussi sévères qu’inefficaces pour imposer le respect de la clôture. La portée pratique de ces dispositions est limitée et beaucoup d’entre elles ne sont guère mises à exécution. Leur portée indirecte est en revanche considérable. Le nombre des religieux mâles, hors les jésuites, bien sûr, baisse d’un quart entre le milieu du siècle et 1787. La chute est du tiers pour les Dominicains, du cinquième pour les Franciscains, de près de moitié pour les Trinitaires chaussés. Les capacités de résistance de l’Église à la volonté royale en sont d’autant affaiblies43.

  • 44 Émile Appolis, Les jansénistes espagnols, Bordeaux, SOBODI, 1966 ; A. L. Cortés Peña, La política r (...)

41Pour tout cela le roi trouve des appuis au sein du clergé. Dès le XVIIIe siècle, on a désigné le parti qui le soutient sous le nom de « janséniste », en référence à son penchant pour l’épiscopalisme, à sa rigueur morale et à sa détestation des jésuites. Il prendra langue avec les jansénistes français, mais son attitude, tant en matière théologique que vis-à-vis de la monarchie est tout autre. Loin de constituer une opposition, le jansénisme est ici le parti du roi dans l’Église. Il la veut dominée par les séculiers, les évêques, les curés et les vicaires desservants, entièrement tournée vers la pastorale, prêchant la transformation de ce monde par le travail et l’application des techniques modernes tout autant que le respect de la loi divine et des mandements de l’autorité. Il n’est guère partisan de l’intervention directe des clercs en politique. Il a du poids, car la faveur royale et l’appui que se prêtent mutuellement ses membres lui permettent de conquérir un nombre important de sièges épiscopaux et même un temps la direction de l’Inquisition. Il n’est pas sûr cependant que son régalisme ne soit pas de circonstance, qu’il ne découle pas d’un tableau stratégique qui place les réformateurs de tous bords aux côtés du roi parce qu’ils se rendent compte que le souverain constitue le seul espoir de réforme dans le panorama figé de la société espagnole du temps. S’ils approuvent le mouvement pour le mouvement, il n’est pas certain que ces hommes partagent totalement les vues du monarque sur son contenu44.

42Ils sont en cela représentatifs de l’ensemble des intellectuels espagnols.

Intellectuels et opinion publique

  • 45 Keith Michael Baker, Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au xviiie siècle, (...)
  • 46 Fermín Reyes Gómez, El libro en España y América. Legislación y censura [siglos xv-xviii] (2 vol.), (...)

43Il est très difficile de connaître l’état de l’opinion dans l’Espagne du xviiie siècle. Il est même douteux qu’il y existe une opinion publique, au sens où les historiens la reconnaissent en Angleterre ou en France45. Les moyens d’une expression publique des opinions personnelles sont en effet réduits. L’Église et le roi imposent une censure féroce sur les publications et le marché du livre en castillan n’est pas d’une importance telle qu’un éditeur étranger prenne le risque d’une édition clandestine. Tout imprimé est soumis au visa préalable du Conseil de Castille ou des Audiences qui en sont les extensions provinciales. Si l’auteur est un religieux, l’écrit sera en outre présenté à l’autorisation préalable de ses supérieurs ; un prêtre séculier, à la censure de son évêque. Tout ouvrage importé doit être examiné par les censeurs compétents lors du passage de la frontière. Ceux-ci s’appuient sur les « index » de l’Inquisition, des listes d’ouvrages interdits ou partiellement censurés régulièrement tenues à jours. L’Inquisition enfin constitue une seconde ligne de défense, saisit les ouvrages qui sont passés à travers les mailles du filet et poursuit leurs lecteurs46. On a souvent insisté sur les faiblesses de cet appareil de censure, sans cesse perfectionné, sans cesse dépassé par la masse des publications nouvelles et la malice des auteurs. À tort. S’il était possible, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, de se procurer assez facilement un ouvrage interdit publié à l’étranger, il était très difficile de le faire circuler. À la différence de la France, l’appareil de censure porte sur un public déshabitué depuis deux siècles au débat intellectuel par l’absence presque totale de dissidence religieuse. L’orthodoxie catholique n’a pas de concurrent. Elle s’est installée comme l’horizon ultime des consciences. Dépasser ce stade n’a rien de facile.

  • 47 Nous nous en tenons aux ouvrages véritables, à l’exclusion des fascicules (limites : 35 pages).
  • 48 Francisco Aguilar Piñal, Bibliografía de autores españoles del siglo xviii(12 vol.), Madrid, CSIC, (...)

44Encore une fois, c’est le roi qui débloque la situation. Tout se passe comme si, après le demi-échec des réformes de la première moitié du siècle, il entreprenait une révolution culturelle pour changer les références politiques des Espagnols. Le nombre des œuvres nouvelles (hors rééditions) publiées en castillan47, et plus nettement encore le nombre de pages, doublent entre les années 1760 et les années 179048.

45En même temps le monde intellectuel s’ouvre : le poids des traductions dans les publications nouvelles passe au XVIIIe siècle de 3 % dans la première décennie, à près du quart dans la dernière. Ces faits, comme d’autres indices, font penser à un décollage. Un examen plus détaillé conduit à nuancer cette impression.

  • 49 Joaquín Álvarez Barrientos, Los hombres de letras en la España del siglo xviii. Apóstoles y arribis (...)

46La hausse est plus nette dans la première moitié du siècle (triplement) que dans la seconde (doublement), résultat qui concorde mal avec l’image classique d’un Charles III introducteur des Lumières. Ce n’est d’ailleurs que dans les années 1780 que la courbe part vraiment à la hausse. Encore celle-ci est-elle le fait, pour l’essentiel, d’un nombre relativement réduit de traductions de gros ouvrages scientifiques ou littéraires publiés par un nombre restreint d’éditeurs madrilènes liés à l’État (Imprimerie Royale, Ibarra, Marín…), commandités par les Académies royales et vivement recommandés par la presse officielle. Les auteurs des principales de ces œuvres sont membres des Académies, pensionnés du roi, boursiers ou anciens boursiers de l’État, engagés dans un cursus honorum où l’élément politique prend le pas sur l’élément intellectuel. Bref, les intellectuels espagnols de la fin du XVIIIe siècle sont des « intellectuels organiques ». Ils ont subi au cours du siècle deux transformations décisives. D’une part, la proportion de clercs en leur sein a fortement diminué. Ce sont de plus en plus des laïcs qui s’adressent en castillan à des laïcs. D’autre part, le roi leur demande d’écrire, en dehors de tout cadre ecclésiastique, sur les affaires publiques, non pas la politique certes, mais l’économie, le « goût », la fixation du canon des bons auteurs, la morale sociale… Ils se voient dotés, en tant qu’intellectuels laïcs, d’une mission collective : « Le lettré laïc s’installe comme citoyen, doté de droits et de devoirs, mais aussi comme un leader social49 ».

  • 50 Teófanes Egido (éd.), Sátiras políticas de la España moderna, Madrid, Alianza Editorial, 1973.
  • 51 María Dolores Saíz et María Cruz Seoane, Historia del periodismo en España (3 vol.), t. I : Los orí (...)

47Parallèlement apparaît un début de presse périodique, quelques revues à Madrid, à Valladolid, en d’autres villes de province. Apparaît aussi le prototype du futur journaliste, Francisco Nipho (1717-1803) dont la biographie se confond avec la liste des essais qu’il a publiés, des créations et fermetures de périodiques auxquelles il a procédé. On relève, dans la seconde moitié du siècle, l’existence de quelques salons politico-littéraires, localement nommés tertulias : ceux du bénédictin Sarmiento dans sa cellule de Madrid (vers 1750), du jeune et brillant intendant de Séville, Pablo de Olavide, à Madrid (vers 1760) d’abord, à Séville ensuite (1767), de l’auberge de Saint Sébastien à Madrid, plutôt littéraire (dernier quart du XVIIIe siècle), du duc de Villahermosa. Peu de chose au total, des plantes toujours fragiles, respectueuses de ton. L’opinion publique peine à se structurer, à trouver dans l’imprimé son véhicule naturel. Le manuscrit reste jusqu’à la fin du siècle un mode d’expression important de l’opposition50. Les périodiques sont tous fermés d’un trait de plume ministériel en 1791, à l’exception de la très officielle Gazette de Madrid51. Les salons sont infiltrés par la police. Ils servent cependant, au début du XIXe siècle, de signe de ralliement à l’opposition de plus en plus virulente qui se fait jour dans la classe politique à l’encontre du favori, Manuel Godoy, et même du roi.

La course au précipice

  • 52 E. La Parra López, Manuel Godoy.
  • 53 Marta Friera Álvarez, La desamortización de la propiedad de la tierra en el tránsito del Antiguo Ré (...)

48Car, à la fin du XVIIIe siècle, le régime subit une érosion accélérée. Le contexte international s’y prête. La Monarchie, durant tout le siècle, a joué l’alliance française contre l’Angleterre. Elle en est si dépendante qu’elle se bat, elle, première puissance coloniale du temps, contre l’Angleterre dans la guerre d’Indépendance américaine pour défendre des colonies révoltées contre leur métropole. Or en 1791-1792 la France bascule de la monarchie absolue dans la République, soit l’antithèse de ce qu’était la Monarchie espagnole. Floridablanca, le Premier ministre de fait que Charles IV a hérité de son père, est tout aussi désorienté que le souverain. On rappelle, pour lui confier la direction des affaires, le vieux comte d’Aranda, un homme fortement connoté comme militaire, jusqu’à il y a peu ambassadeur à Paris et auquel Charles III avait déjà fait appel pour prendre en main le Royaume après les émeutes de 1766. Il déclare à la France une guerre qui tourne mal. En 1794 il est destitué et remplacé par Manuel Godoy, un jeune garde du corps, qui a construit avec le couple royal une relation d’amitié profonde. Il cristallise très vite toutes les rancœurs. On l’accuse d’être l’amant de la reine, ce qui paraît faux, mais aussi et surtout d’usurper la fonction royale, ce qui est également faux, mais non dénué d’apparences52. La perte de prestige qui en découle pour le roi est d’autant plus grave que la monarchie a de plus en plus de mal à assurer une distribution satisfaisante des grâces. Le nombre des prétendants dépasse celui des faveurs disponibles, et le monarque, désormais seul répartiteur, fait les frais de toutes les insatisfactions. C’était une conséquence prévisible du monopole qu’il a acquis. Godoy fait la part du feu en réservant les faveurs à sa clientèle personnelle : insatisfaction pour insatisfaction, autant la cantonner et savoir sur qui l’on peut compter. La monarchie y perd en quelques années aux yeux de ses sujets la fonction d’équilibrage social qui faisait l’essentiel de sa force. D’autant que Godoy reprend la traditionnelle politique d’alliance avec la France : il signe d’abord la paix après que les lignes de défense de la frontière aient été enfoncées (1795), puis déclare la guerre à l’Angleterre (1796 ; à nouveau après une brève période de paix, en 1803). Entre autres conséquences, le blocus maritime imposé par l’Angleterre réduit considérablement le volume des échanges avec l’Amérique. Cela, nous le verrons, aura des conséquences dramatiques sur le lien politique entre les deux parties de la Monarchie. La guerre entraîne un déficit budgétaire gigantesque. Il est comblé par la « liquidation » au profit de l’État, en 1798 en Espagne, en 1805 en Amérique, d’une partie des biens du clergé mis en vente moyennant versement aux anciens bénéficiaires d’une rente de 3 % du prix payé par l’acheteur53. La mesure touche au délicat système de mise en équilibre et de transmission des biens des familles par l’utilisation du droit ecclésiastique. Bien que financièrement le résultat soit souvent favorable aux personnes et institutions dépouillées, le roi est sorti là du rôle conservateur qui est au cœur de sa fonction.

  • 54 Information tirée de la base de données FICHOZ.

49Vers 1800 le gouvernement par consensus, qui était le mode traditionnel d’action de la monarchie, donne des signes de grippage. Les conflits se multiplient avec le Conseil de Castille, qui estime représenter seul le Royaume. Le souverain et Godoy tentent de reprendre la main en multipliant les mises à la retraite d’opposants et en nommant leurs fidèles54. Rien n’y fait. En 1799, craignant que la France n’empêche le pape d’exercer ses fonctions, le roi ordonne aux évêques espagnols de se substituer temporairement à lui, en cas de nécessité, pour la délivrance des dispenses matrimoniales. C’est une mesure d’urgence. Beaucoup y voient également une mise en cause de l’unité supranationale de l’Église, une tentative pour créer, dans la ligne des mesures régalistes antérieures, une Église nationale. Un débat s’engage, au cours duquel l’administration tente de faire publier la traduction espagnole de traités italiens, d’ailleurs classiques, qui abondent dans son sens. Le Conseil de Castille doit délivrer la licence d’impression. Il renâcle. Les procureurs du roi près le Conseil, pourtant chargés de la défense des intérêts du souverain, refusent d’obtempérer à ses ordres et le lui font savoir (4 janvier 1800) :

  • 55 Esteban Conde Naranjo, El Argos de la Monarquía. La policía del libro en la España ilustrada (1750- (...)

Ils reçoivent avec humilité, résignation, et même avec plaisir, amour et singulière complaisance, comme ils le doivent, les reproches, intimations et instructions de leur bienfaisant souverain… Le premier de ses tribunaux n’a ni ne peut avoir, ne désire ni ne peut désirer d’autre boussole à sa conduite que la volonté de son très sage, très catholique et très religieux monarque… Il n’en reste pas moins que, bien que ses membres aient lu et médité avec attention les œuvres en question, au demeurant très connues, avant et après leur arrivée au Conseil, ils ne peuvent se considérer comme juges légitimes de celles-ci… Il est certain en effet que ne peuvent être juges et censeurs en matière théologique, sur des doctrines et des matières instituées par Jésus-Christ pour le gouvernement, la direction et l’administration de son Église sainte, ni le vulgaire, ni les laïcs, ni les magistrats civils, ni même des docteurs agissant à titre individuel, quelle que soit leur science. De tels jugements ne peuvent les émettre, conformément à ce que dit le prophète Malachie, chap. 2, verset 7, que les lèvres des prêtres55.

50La convention royale se heurte de front à la convention ecclésiastique. Les élites du Royaume font savoir qu’elles défendront celle-ci. Elles y voient le dernier rempart de leur liberté face à l’absolutisme croissant du monarque. Le fossé entre le roi et le Royaume se creuse alors de façon accélérée. Le ministre responsable de l’affaire des dispenses, Mariano Urquijo, est balayé. Emilio La Parra, l’un des meilleurs connaisseurs de l’époque, considère qu’à partir de ce moment-là le divorce est consommé entre Charles IV et la hiérarchie ecclésiastique, qui n’aura de cesse de l’éliminer. Une véritable opposition prend corps autour du prince héritier, Ferdinand. Le 27 octobre 1807, Godoy dénonce au roi un complot pour le faire tomber. Le prince des Asturies est arrêté au palais de l’Escorial, et avec lui quelques-uns des plus grands noms du Royaume. En dépit des pressions personnelles du roi, une commission spéciale du Conseil de Castille, chargée de les juger, émet des sentences qui valent absolution. Le désaveu est cinglant.

51Pour faire pièce à l’opposition, Godoy et Charles IV s’appuient de plus en plus sur Napoléon. Tout comme les opposants. Tant le roi que son fils lui ont écrit pour demander son appui. Godoy a signé avec lui un traité pour démembrer le Portugal (octobre 1807). Un corps expéditionnaire français, chargé en principe de cette opération, entre en Espagne et occupe progressivement les places du nord du pays. Godoy, inquiet, songe à faire passer la famille royale en l’Andalousie, et si nécessaire en l’Amérique, comme va le faire peu après la cour de Portugal. À l’idée de perdre physiquement leur roi, les élites du Royaume se soulèvent. Le premier coup d’État militaire de la longue série qui marquera le XIXe siècle espagnol se produit à Aranjuez, le 18 mars 1808 : la garde du corps renverse Charles IV et installe à sa place Ferdinand, sous le nom de Ferdinand VII. Godoy est arrêté. La nouvelle est accueillie avec soulagement par la majorité des cadres du pays.

52L’affaire vaut en soi révolution. C’est la première fois depuis le milieu du XVe siècle qu’un souverain castillan est déposé. Le Royaume n’a pas usé de son droit d’interpréter la volonté divine en choisissant parmi les héritiers possibles du roi, comme il l’avait fait encore en 1760. Il a remplacé un souverain qu’il avait reconnu sans attendre son décès. C’est une infraction directe à la convention royale. Or, une seule infraction à une convention suffit à lui faire perdre son statut. Il y avait peut-être moyen de procéder à une réparation symbolique immédiate. Le contexte non seulement l’empêche, mais encore élargit la fêlure. Le processus de mort de l’Ancien Régime politique est engagé.

53Loin de céder en effet, Charles et son épouse en appellent à Napoléon. La veille de l’entrée triomphale de Ferdinand à Madrid (24 mars 1808), les troupes de Murat ont pénétré dans la capitale. Le 10 avril, Ferdinand part pour Bayonne, s’expliquer avec son père devant Napoléon. Le 6 mai, il abdique ses droits en faveur de celui-ci, qui rétrocède immédiatement le trône à son frère Joseph et assume la volonté de réforme manifestée par les élites espagnoles en réunissant à Bayonne une Assemblée de notables chargée de doter la Monarchie de règles explicites d’exercice de la souveraineté.

  • 56 Richard Hocquellet, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne, 1808-181 (...)

54Toute la famille royale est déportée. Ferdinand et ses frères sont enfermés au château de Valençay, dans le centre de la France. Charles IV et son épouse sont assignés à résidence à Marseille, d’où ils gagnent l’Italie. L’enlèvement à Madrid de l’infant François de Paule est à l’origine de l’émeute du 2 mai 180856. Seuls restent libres l’infante Carlota Joaquina, épouse du régent et héritier de la couronne de Portugal, qui s’est réfugiée au Brésil avec son mari dans les premiers mois de 1808, et le cardinal Louis de Bourbon, archevêque de Tolède, un cousin germain de Charles IV de statut inférieur, son père tout infant d’Espagne qu’il fût, ayant effectué un mariage morganatique.

55L’Espagne est orpheline de ses rois. Son système de gestion de la société est décapité : il a perdu sa clef de voûte et son principal mécanisme d’équilibre. La disparition des rois signifie non seulement subversion politique, mais aussi, étant donné le rôle de la monarchie dans la sélection des élites, subversion sociale.

Notes

1 François Xavier Guerra, Modernidad e independencias, Madrid, MAPFRE, 1992, pp. 56-80.

2 Juan Luis Castellano, Las Cortes de Castilla y su diputación (1621-1789), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 1990.

3 Juan Solórzano Pereyra et Miguel Ángel Ochoa Brun (éd.), Política indiana. Compuesta por el señor Don Juan de Solórzano Pereira… Dividida en seis libros en los que con gran distinción y estudio se trata y resuelve todo lo relativo al descubrimiento, descripción, adquisición y retención de las mismas Indias, y su Govierno particular, así cerca de las personas de los indios y sus servicios, tributos, diexmos y encomiendas, como de lo espiritual y eclesiástico… Corregida e ilustrada con notas por el Lic. Don Francisco Valenzuela, Relator del Supremo Consejo y Cámara de Indias y Oidor honorario de la Real Audiencia y Casa de la Contratación de Cádiz… (2 vol.), Madrid, 1736-1739, Lib. V, Tít. XVI, p. 11.

4 Ibid., Tít. XV, p. 1.

5 Anthony Pagden, Signori del mundo. Ideologie dell’impero in Spagna, Gran Bretagna e Francia, 1500-1800, Bologne, Il Mulino, 2005, pp. 175-209.

6 Luis Navarro García, « Fluctuaciones de la política colonial española de Carlos III a Isabel II », dans De súbditos del rey a ciudadanos de la nación. Actas del I Congreso Internacional Nueva España y las Antillas, Castellón, Universitat Jaume I, 2000, pp. 75-92.

7 J. Solórzano Pereyra et M. Á. Ochoa Brun (éd.), Política indiana, Lib. I, Tít. XI, pp. 22-23.

8 J. M. Imízcoz Beunza et M. V. García del Ser, « El alto clero vasco y navarro », dans R. Aguirre et L. R. Enríquez Agrazar (coord.), La Iglesia hispanoamericana, pp. 125-187, pp. 172-174.

9 María Soledad Santos Arrebola, La proyección de un ministro ilustrado en Málaga : José de Gálvez, Málaga, Obra Social y Cultural Cajasur, 1999.

10 Ángel Zuluaga Citores, Sebastián de la Quadra, primer marqués de Villarías, secretario de Estado en el reinado de Felipe V (1687-1766), Muzkiz, Ayuntamiento de Muzkiz, 1999.

11 Miguel Ignacio Pérez Quintero, La Beturia vindicada ó Ilustración crítica de su tierra con la noticia de algunas de sus ciudades é islas. Su autor D. …, Séville, Vázquez y Cia, 1794, pp. 68-69.

12 Cité par Bernard Lavallé, Las promesas ambiguas. Ensayos sobre el criollismo colonial en los Andes, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 1994, pp. 140-141.

13 Ibid., p. 20.

14 M. A. Burkholder et D. S. Chandler, From Impotence to Authority.

15 M. Bertrand, Grandeur et misère de l’office.

16 Dominique Goncalvès, Le planteur et le roi. L’aristocratie havanaise et la couronne d’Espagne (1763-1838), Madrid, Casa de Velázquez, 2008.

17 Ana María Lorandi, Poder central, poder local. Funcionarios borbónicos en el Tucumán colonial. Un estudio de antropología política, Buenos Aires, Prometeo, 2008, pp. 150-170.

18 Edmond Dziembowski, Un nouveau patriotisme français, 1750-1770. La France face à la puissance anglaise à l’époque de la guerre de Sept ans, Oxford, Voltaire Foundation, 1998.

19 FICHOZ : base de données sur les personnes en contact avec la monarchie espagnole au xviiie siècle, provisoirement consultable sous FileMaker. Pro (version 7 ou supérieure) : choisir « ouvrir à distance », indiquer comme chemin d’accès <fmnet:/maia.ish-lyon.cnrs.fr/Actoz_actions> et entrer en tant qu’invité.

20 Emilio La Parra López, Manuel Godoy : la aventura del poder, Barcelone, Tusquets, 2002.

21 P. Vázquez Gestal, Corte, poder y cultura política, pp. 150-190.

22 Jean-Pierre Dedieu, « La Nueva Planta en su contexto. Las reformas del aparato del Estado en el reinado de Felipe V », Manuscrits. Revista d’Història Moderna, 18, 2000, pp. 113-139.

23 P. Vázquez Gestal, Corte, poder y cultura política, p. 123.

24 Feliciano Barrios, El Consejo de Estado en la Monarquía española, 1521- 1814, Madrid, Consejo de Estado, 1984.

25 Francisco Andújar Castillo, Consejo y consejeros de Guerra en el siglo xviii, Grenade, Universidad de Granada, 1996.

26 Jean-Pierre Dedieu, « La muerte del letrado », dans Francisco José Aranda Pérez (éd.), Letrados, juristas y burócratas en la España Moderna, Cuenca, Universidad de Castilla - La Mancha, 2005, pp. 479-511.

27 Concepción de Castro, Campomanes. Estado y reformismo ilustrado, Madrid, Alianza, 1996.

28 P. Molas Ribalta, La audiencia borbónica del Reino de Valencia.

29 J.-P. Dedieu, « La Nueva Planta en su contexto » ; Didier Ozanam et Fabrice Abbad, Les intendants espagnols du xviiie siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 1992.

30 I. A. A. Thompson, « Patronato real e integración política », dans J. I. Fortea Pérez (éd.), Imágenes de la diversidad, pp. 475-513.

31 Josep Maria Gay Escoda, El corregidor a Catalunya, Madrid, Marcial Pons, 1997 ; Archivo General de Simancas, Gracia y Justicia, leg. 816, « Antecedentes de la reforma e instrucción de corregidores de 1786 ».

32 Christian Windler, Élites locales, señores, reformistas : redes clientelares y monarquía hacia finales del Antiguo Régimen, Séville, Universidad de Sevilla - Universidad de Córdoba, 1997, pp. 173-235 et 282-332.

33 Eva velasco Moreno, La Real Academia de la Historia en el siglo xviii. Una institución de sociabilidad, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2004.

34 Cité par Rafael Olaechea, Las relaciones hispano-romanas en la segunda mitad del siglo xviii. La agencia de preces (2 vol.), Saragosse, CSIC, 1999, vol. 1, p. 4.

35 Antonio Irigoyen López, Entre el cielo y la tierra, entre la familia y la institución. El Cabildo de la Catedral de Murcia en el siglo xvii, Murcie, Universidad de Murcia, 2001, p. 71.

36 R. Olaechea, Las relaciones hispano-romanas, vol. 1, p. 38.

37 Daniele Santarelli, Il papato di Paolo IV nella crisi politico-religiosa del Cinquecento : le relazioni con la Repubblica di Venezia e l’atteggiamento nei confronti di Carlo V y Filippo II, Rome, 2008.

38 Santos Manuel Coronas González (éd.), El libro de las leyes del siglo xviii(5 vol.), t. I : 1708-1748 ; t. II : 1749-1766 ; t. III : 1767-1776 ; t. IV : 1777-1781 ; t. V : Índice, Madrid, Boletín Oficial del Estado - Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 1996, Lib. VII, § 72.

39 Luis Miguel Gutiérrez Torrecilla et Pedro Ballesteros Torres, Cátedras y catedráticos de la Universidad de Alcalá en el siglo xviii, Alcalá de Henares, Universidad de Alcalá, 1998 ; Novísima recopilación de las leyes de España, dividida en XII libros, en que se reforma la Recopilación publicada por el Señor don Felipe II en el año de 1567, reimpresa últimamente en el de 1775, y se incorporan las pragmáticas, cédulas, decretos, órdenes y resoluciones reales, y otras providencias no recopiladas y expedidas hasta el de 1804, mandada formar por el Señor don Carlos IV (6 vol.), Madrid, Imprenta Real, 1805 [réimpression en fac-similé, Madrid, BOE, 1975-1976], Lib. VIII, Tít. IV, ley 7 et Lib. V, Tít. XXII, ley 2.

40 Teófanes Egido, « La tesis del bachiller Ochoa y el regalismo universitario », dans Joaquín Álvarez Barrientos, François López et Inmaculada Urzainqui (éd.), La república de las letras en la España del siglo xviii, Madrid, CSIC, 1995, pp. 297-306.

41 Annik Lampérière, « La recepción negativa de una gran idea : el absolutismo en Nueva España en la segunda mitad del siglo xviii », dans Mónica Quijada et Jesús Bustamante (éd.), Elites intelectuales y modelos colectivos. Mundo ibérico (siglos xiv-xix), Madrid, CSIC, 2002, pp. 199-218.

42 Enrique Giménez lópez, Expulsión y exilio de los jesuitas españoles, Alicante, Universidad de Alicante, 1997.

43 Antonio Luis Cortés Peña, La política religiosa de Carlos III y las órdenes mendicantes, Grenade, Universidad de Granada, 1989, pp. 71-136.

44 Émile Appolis, Les jansénistes espagnols, Bordeaux, SOBODI, 1966 ; A. L. Cortés Peña, La política religiosa de Carlos III, pp. 15-70.

45 Keith Michael Baker, Au tribunal de l’opinion. Essais sur l’imaginaire politique au xviiie siècle, Paris, Payot, 1990.

46 Fermín Reyes Gómez, El libro en España y América. Legislación y censura [siglos xv-xviii] (2 vol.), Madrid, Editorial Arco, 2000.

47 Nous nous en tenons aux ouvrages véritables, à l’exclusion des fascicules (limites : 35 pages).

48 Francisco Aguilar Piñal, Bibliografía de autores españoles del siglo xviii(12 vol.), Madrid, CSIC, 1981-1999 ; Jean-Marc Buigues, « La sociedad de los autores » et id., « Evolución global de la producción », dans Victor Infantes, François Lopez et Jean-François Botrel (dir.), Historia de la edición y de la lectura en España, 1472-1914, Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruipérez, 2003, pp. 292-302 et 303-316.

49 Joaquín Álvarez Barrientos, Los hombres de letras en la España del siglo xviii. Apóstoles y arribistas, Madrid, Castalia, 2006, p. 286.

50 Teófanes Egido (éd.), Sátiras políticas de la España moderna, Madrid, Alianza Editorial, 1973.

51 María Dolores Saíz et María Cruz Seoane, Historia del periodismo en España (3 vol.), t. I : Los orígenes. El siglo xviii, t. II : El siglo xix, t. III : El siglo xx, Madrid, Alianza, 1983.

52 E. La Parra López, Manuel Godoy.

53 Marta Friera Álvarez, La desamortización de la propiedad de la tierra en el tránsito del Antiguo Régimen al Liberalismo, Gijón, Caja rural de Asturias, 2007.

54 Information tirée de la base de données FICHOZ.

55 Esteban Conde Naranjo, El Argos de la Monarquía. La policía del libro en la España ilustrada (1750-1834), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2006, pp. 2-3.

56 Richard Hocquellet, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne, 1808-1812, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2001, pp. 37-39.

© Casa de Velázquez, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search