Version classiqueVersion mobile

Après le roi

 | 
Jean-Pierre Dedieu

Introduction

Texte intégral

  • * Ce travail n’aurait pas été concevable sans les aides suivantes : Projet ECOS-Sud / ECOS-Nord, « Fi (...)

1Ce livre traite de l’Ancien Régime*. Depuis quarante ans, j’observe avec passion la manière d’organiser la vie collective et de gouverner les hommes que l’on range sous ce nom. J’ai longtemps eu du mal à la définir. J’y ai été aidé par le concept que l’économie, qui est la science de la prise de décision dans un monde de pénurie, a élaboré sous le nom de « convention ». Il est sous-jacent au présent travail.

Un instrument heuristique, la convention

2Une convention est une règle de coordination connue de tous et suffisamment enracinée pour que sa mise en pratique soit subconsciente. Elle permet à l’ensemble des acteurs qui la partagent d’agir ensemble de façon cohérente ; de prévoir la conduite du partenaire et de l’anticiper en amorçant le mouvement complémentaire au sien avant même qu’il l’ait effectué. Elle permet par sa simplicité de faire l’économie de l’opération cognitive extrêmement complexe qui consisterait à fonder cette prévision sur l’intégration de l’ensemble des données décrivant le contexte de l’interaction. Elle est arbitraire, au sens où son efficacité réside dans le fait d’être partagée plus que dans son contenu même. Elle est commune à tous les membres du groupe. Elle trouve en elle-même, aux yeux de ses porteurs, sa propre justification. Elle n’a pour eux d’autre origine que mythique. Elle est dépourvue d’histoire. Elle n’a ni début, ni fin. Elle est hors du temps, au-delà de la raison. Elle ne prévoit pas de sanction explicite, mais toute infraction conduit à l’ostracisme. Elle n’est pas toujours explicitement enseignée, mais souvent transmise par imitation. Dans les circonstances normales, elle relève du non-dit.

  • 1 Philippe Batifoulier (dir.), Théorie des conventions, Paris, Economica, 2001.

3Toute une école, l’économie des conventions, se consacre à son étude. Elle pose son importance dans la constitution des groupes. Un collectif social se définit par le partage d’une série de conventions communes. Elles sont le ciment qui en unit les membres. C’est vrai à toutes les échelles, d’un atelier, d’une école, d’une armée, d’une nation, d’une société. La sociabilisation, l’intégration consistent en l’assimilation des conventions du groupe. L’observation confirme ces intuitions. La sociologie des conventions accorde beaucoup d’intérêt à la résolution des conflits en entreprise. Elle les analyse comme le heurt de conventions contradictoires portées par des groupes différents. Elle a mis au point des techniques efficaces pour leur réduction. Son succès pratique est la meilleure preuve de sa validité1.

4J’ai mieux compris l’Ancien Régime du moment que je l’ai considéré comme un ensemble structuré de conventions, de règles arbitraires relatives au gouvernement des hommes, qui guident l’action sans que les acteurs aient besoin de s’y référer explicitement. Ce n’est pas dans la lettre des textes réglementaires que gît la clef, mais dans les schèmes sous-jacents qui leur donnent sens. C’est à eux que devait me conduire l’accumulation des observations érudites.

  • 2 Nicolas Boileau, Œuvres de Nicolas Boileau Despréaux avec des éclaircissements historiques donnez p (...)

5Ce n’est pas tâche aisée. Tout spécialiste accordera qu’en Espagne, en France ou au Portugal, la convention de coordination centrale en matière politique, celle qui organise le système collectif est, au XVIIe siècle, ce que les acteurs rangent sous le nom de « roi », de « souverain ». Ce souverain est absolu. Sa parole, lorsqu’il dit l’organisation collective du groupe, est par définition juste et vraie. Il est le grand médiateur, l’être qui, par sa volonté seule, résout les conflits portés devant lui ; et tous potentiellement peuvent l’être. En dépit d’une mise en scène qui la magnifie, la convention royale n’est cependant pas la seule en vigueur, ni même la plus fondamentale. Elle est liée à une autre plus profonde encore, la convention divine, qui pose l’existence d’un être plus absolu que le roi, l’absolu dans son essence même, Dieu. La convention royale ne peut se comprendre qu’à la lumière de cette dernière. Or, s’il est facile de trouver des textes qui exaltent la toute-puissance du roi2, s’il est facile de trouver des évocations de la convention divine, il l’est beaucoup moins de saisir l’articulation des deux et de comprendre les documents qui en parlent. C’est pourtant là que gît le nœud de la question. Ce qui était pour les acteurs de l’ordre du non-dit, du suggéré, tout en leur restant compréhensible parce qu’ils l’interprétaient à la lumière de conventions que nous avons perdues, devient un objet opaque pour nous qui n’avons plus les clefs.

6Or les conventions, bien qu’elle se veuillent intemporelles, ne sont pas éternelles. L’observation montre que toutes finissent par tomber et se voient remplacées par d’autres que les acteurs perçoivent comme tout aussi intemporelles. La règle conventionnelle n’admet pas de partage. Dans le domaine qu’elle régit, elle est absolue et exclusive. La substitution d’une convention par une autre est donc, pour chaque individu, instantané ou presque. L’ancienne est oubliée sur le champ et dépouillée de la capacité structurante qui faisait son essence. Un autre prend sa place, qui filtre à son tour l’ensemble des représentations, y compris la représentation mémorielle de la convention qui l’a précédée. Ce qui ne veut pas dire que tous les individus d’un groupe adoptent la nouvelle au même instant. C’est là que les choses deviennent passionnantes, car c’est dans ce moment de déséquilibre où vacille son absolu que la convention devient perceptible.

  • 3 Ph. Batifoulier (dir.), Théorie des conventions, pp. 99-190.
  • 4 Jean-Pierre Dedieu, « Ce que l’Ancien Régime apporte à la compréhension des indépendances américain (...)

7La grande question qui agite les spécialistes est de savoir comment une convention nouvelle naît et se diffuse au sein d’un groupe. Nous ajouterons : sans anéantir le groupe. Si la convention qui change est celle qui fonde le groupe, celui-ci disparaît, à moins que tous ses membres n’adoptent la convention nouvelle en même temps. Or, le modèle de diffusion dominant est un modèle de contagion, donc un modèle temporel : la nouveauté naît en un point et se diffuse par les interactions que les membres d’un collectif entretiennent les uns avec les autres ; non pas mécaniquement, mais par des processus qui font débat et au sein desquels la théorie des jeux et celle des réseaux trouvent une brillante application3. Pour qu’il y ait contagion, encore faut-il que le lien entre les acteurs ne soit pas rompu. Autrement dit, une convention nouvelle — qui casse le groupe — ne peut se diffuser que si d’autres conventions subsistent pour le fonder. En quelques années, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe, la convention royale et la convention divine s’effondrent dans presque tous les pays d’Europe occidentale. Elles sont remplacées par deux autres que nous nommerons pour faire bref la convention nationale et la convention laïque. C’est une rupture radicale dont nous n’avons pas fini d’assimiler les conséquences. Quels sont les mécanismes qui ont conduit l’écroulement des anciennes conventions politiques ? Comment se sont élaborées les nouvelles ? Comment les sociétés qui ont subi le choc ont-elles réagi ? Au prix de quelles adaptations ont-elles survécu ? Que nous disent ces mécanismes d’adaptation sur la société ancienne ? Car, si l’Europe n’a pas sombré dans l’anarchie — elle en a été bien près, du moins l’a-t-elle cru — c’est que des mécanismes de régulation de la vie collective déjà présents dans l’ancien système ont pris le relais pour maintenir le minimum de coordination nécessaire à la vie sociale. Ces mécanismes, dissimulés dans l’état ancien du système par l’éblouissant prestige des deux conventions dominantes, ont des chances d’apparaître au premier plan dans le bref moment où, ces deux luminaires éteints, les nouvelles conventions n’auront pas encore rendu aveugles les acteurs sur ce qui n’est pas elles. Par ailleurs, si l’effondrement des conventions dominantes secoue l’édifice entier, la manière dont réagissent les conventions complémentaires nous renseigne sur la situation qui prévalait au-paravent. C’est pourquoi, spécialiste de l’Ancien Régime, j’ai été contraint de m’intéresser à la période postérieure, non pas pour elle-même, mais pour comprendre mon propre objet d’étude4.

Un terrain : la Monarchie espagnole

  • 5 C’est à l’ensemble territorial que fait référence, dans le reste de l’ouvrage, le mot Monarchie écr (...)
  • 6 Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1991.

8Ce texte traite de la Monarchie espagnole5, ce vaste ensemble territorial régi depuis Madrid qui comprenait à la fin du XVIIIe siècle l’Espagne actuelle et une grande partie de l’Amérique. Pourquoi elle ? Le bouleversement que nous venons de décrire a fait l’objet de nombreuses recherches. Elles placent la France au premier rang, car la France révolutionnaire est présentée, et s’est d’emblée présentée, comme le premier pays qui ait changé ses conventions de coordination politique. Elle a assumé le rôle du premier porteur de la nouveauté dans le modèle de diffusion des conventions nouvelles. Il en résulte que les études sur la France sont obnubilées par la recherche des causes endogènes du bouleversement6. Elles ont beaucoup moins étudié la suite, la diffusion du nouveau modèle et la progressive adaptation de la société française. Lorsqu’elles l’ont fait, elles se sont montrées peu intéressées à caractériser précisément le lien qui unit les changements sociaux et politiques qu’elles décrivent aux nouveaux principes mis en vigueur par la Révolution. Elles le postulent plus qu’elles ne l’analysent. Mon entreprise portant précisément sur ce lien, il convenait de choisir un terrain moins écrasé par le poids d’une historiographie aussi foisonnante que prestigieuse.

9Il se trouve que je suis spécialiste de l’Espagne. Il se trouve aussi que l’Espagne n’a jamais prétendu au rôle d’initiateur. Il se trouve enfin que : si la configuration territoriale actuelle de la République française est très proche de celle de la Monarchie française finissante, jusque dans ses départements d’outre-mer, le territoire qui reconnaît actuellement Madrid pour sa capitale n’est plus qu’une fraction de ce qu’était la Monarchie espagnole du XVIIIe siècle ; que l’Espagne est vraisemblablement, avec l’Italie et le Portugal, la contrée d’Europe où la convention divine a été intronisée avec le plus de vigueur ; qu’elle est aussi, comme nous le verrons, la contrée où la convention royale a atteint un maximum d’intensité, avec le Portugal. Ajoutons que, si en France on a pu croire que dès Bonaparte la transition était achevée, il est de bons esprits pour penser que l’Espagne n’a retrouvé un véritable point d’équilibre qu’à la fin du XXe siècle. Autrement dit, l’Espagne fournit à l’historien une historiographie moins semée de pièges que la France ; les bouleversements introduits par la Révolution y ont été supérieurs probablement à toute autre contrée ; elle a poussé à l’extrême une des formes possibles de l’Ancien Régime politique : trois bonnes raisons de s’intéresser à elle.

10Nous examinerons l’organisation ancienne, en intégrant à notre analyse l’Amérique, qui fait partie de la Monarchie au même titre que les Baléares ou les Canaries. Nous décrirons en premier lieu le rôle du souverain dans le système global de gouvernement des hommes. Nous nous intéresserons ensuite au contenu même de la convention monarchique et nous montrerons ses relations avec d’autres jeux de conventions qui l’encadrent, dont la convention divine. Nous verrons par quel mécanisme cet édifice s’est effondré. Nous suivrons les premiers efforts tâtonnants des acteurs pour reconstruire, à l’aide des éléments qui leur restaient du vieux système, un jeu de conventions de coordination politique susceptible d’introduire un minimum d’ordre dans le chaos ambiant, en adaptant pour cela les conventions aux institutions, les institutions aux conventions, le territoire aux conventions et les conventions au territoire, à la recherche d’une cohérence fuyante. En ce qui concerne l’Amérique, nous ferons référence avant tout à l’Argentine et au Chili. Parce que les hasards de la sociabilité scientifique nous y ont conduit ; mais aussi — et c’est pour cela qu’ils ont spécialement éveillé notre intérêt plus que d’autres pays avec lesquels nous avons également été en contact — parce que la relative faiblesse des éléments démographiques non-européens réduit fortement, dans leur histoire, le poids d’un facteur capital dans tous les autres : la présence d’une population perçue par le secteur politiquement dominant comme allogène et dangereuse. L’équation en est simplifiée et, pour ce qui est du but que je poursuis, l’homothétie de cet espace social avec l’espace européen est un avantage plus qu’un inconvénient.

11Ce livre est un essai. Il ouvre des pistes, il explore. Il voit avec les yeux de son auteur. Il ne propose pas d’explications globales. Il ne s’intéresse qu’au politique, non sans arbitraire car, même en ce domaine, il laisse beaucoup de choses de côté. Il ne nie pas ce qu’il tait, mais il l’ignore pour mieux se concentrer sur son objectif premier, qui est de dégager des conventions politiques. Il repose sur de nombreuses lectures et de surabondants dépouillements d’archives. Il ne citera cependant, et encore par une simple indication bibliographique, que les textes qui ont modifié sa route, soit en lui fournissant des données rares, soit par les points de vue qu’ils formulent. En ce sens il est injuste. Il ne mentionne guère des compagnons dont la conversation l’a profitablement accompagné un bout de chemin, ni ceux qui lui ont appris à voyager dans le passé. Il leur en demande pardon par avance.

Notes

1 Philippe Batifoulier (dir.), Théorie des conventions, Paris, Economica, 2001.

2 Nicolas Boileau, Œuvres de Nicolas Boileau Despréaux avec des éclaircissements historiques donnez par lui-même (4 vol.), La Haye, Isaac Vaillant, 1722, t. I, pp. 376 sqq. ; Épître VIII.

3 Ph. Batifoulier (dir.), Théorie des conventions, pp. 99-190.

4 Jean-Pierre Dedieu, « Ce que l’Ancien Régime apporte à la compréhension des indépendances américaines, et inversement », dans Actes du Colloque international « Indépendances ibéro-américaines. Constructions historiques et débats contemporains » (Paris, 5-7 novembre 2009), Paris, Université Paris Diderot -Paris 7, sous presse.

5 C’est à l’ensemble territorial que fait référence, dans le reste de l’ouvrage, le mot Monarchie écrit avec majuscule.

6 Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1991.

Notes de fin

* Ce travail n’aurait pas été concevable sans les aides suivantes : Projet ECOS-Sud / ECOS-Nord, « Fiscalité et changement institutionnel dans le monde hispanique (fin xviiie - milieu xixe siècle) », projet A06H03, responsable Zacarias Moutoukias, 2006-2010 ; Projet ECOS-Sud (France / Chili), « Sustituir al rey, crear la nación-Chile 1810-1860 », projet C07H01, responsable Michel Bertrand, 2008-2010 ; Action intégrée franco-espagnole (LAHRHA / Universidad Complutense), « Monarquía y movilidad social » (2008-2009).

© Casa de Velázquez, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search