Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La légitimation du pouvoir au Maghreb médiéval

 | 
Annliese Nef
, 
Élise Voguet

I. — Les populations autochtones berbères et le processus d'orientalisation

Berbères du Maghreb al-Aqṣā et mise en valeur économique d’après les géographes arabes

Christophe Picard

Texte intégral

  • 1 P. Cressier, « Urbanisation, arabisation, islamisation » ; Id., « Du sud au nord du Sahara : la que (...)
  • 2 G. Camps, Berbères aux marges de l’histoire.
  • 3 A. Laroui, L’histoire du Maghreb ; H. Ferhat, Sabta des origines au xive siècle.
  • 4 J. Devisse, « Routes de commerce et échanges en Afrique occidentale » ; voir également, C. Vanacker(...)
  • 5 En particulier, R. Messier, « The Almoravids. West African Gold », et Id., « Sijilmāsa : l’interméd (...)
  • 6 Une des meilleures synthèses sur l’histoire du Maghreb, qui donne une bonne idée de la place de cet (...)
  • 7 Nombre d’ouvrages concernés ne sont pas à proprement dit des traités géographiques tels qu’on les c (...)

1Depuis quelques années, les nombreuses mises au jour de localités et terroirs berbères d’époque médiévale au Maghreb1, ont rendu leur place à l’agriculture, l’élevage ou l’artisanat dans le « système » tribal berbère. En effet, la recherche historique sur le monde berbère s’est d’abord polarisée sur les données sociologiques et anthropologiques — l’organisation et la structure de la « tribu » et du « clan » berbères — étudiées en particulier par Jacques Berque et Gabriel Camps2. L’autre acquis des recherches historiques, obtenu grâce aux travaux des historiens maghrébins surtout, comme ‘Abdallah Laroui et Halima Ferhat3, concerne l’insertion des Berbères dans l’histoire du Maghreb comme acteurs de premier plan : non seulement en tant que fondateurs de dynasties, depuis les premiers temps de l’Islam jusqu’au califat almohade puis aux sultanats maghrébins, mais également et surtout en tant que société structurée face aux pouvoirs tutélaires qu’ils soient d’origine « arabe » ou berbère. En revanche, la nature des sources et les évolutions historiographiques, ont largement contribué à laisser de côté l’histoire économique de la région ; une des raisons de cette quasi-absence, tient à la carence des sources ; en cela, l’archéologie s’est révélée le moteur indispensable d’une lecture nouvelle des données économiques qu’en leur temps des chercheurs comme Jean Devisse avaient fait émerger4. Dans le même temps, les découvertes monétaires ont également ramené l’historien vers l’étude du domaine économique aux périodes médiévales5 ; néanmoins, les obstacles persistent face à la volonté de constituer une base plus solide de la conjoncture ou des contenus des activités économiques6. L’un d’eux relève plus particulièrement de la nature des sources arabes dont on mesure très vite les limites informatives dans ce domaine. Le fait est considérablement aggravé, par rapport à l’Occident médiéval, par l’absence d’archives, au mieux avant le XIIe siècle. Pour ce qui concerne le domaine économique, une des sources essentielles, faute d’archives, reste la géographie arabe ou, plus exactement, l’ensemble des écrits arabes médiévaux dans lesquels figurent des descriptions sous forme d’itinéraires et/ou des tableaux de chacune des régions de l’Islam médiéval7.

  • 8 Ibn Hurradāḏbih, Kitāb al-Masālik wa-l-mamālik ; éd. et trad. partielles, relatives à l’Occident mu (...)
  • 9 Al-Ya‘qūbī, Kitāb al-Buldān ; trad. française par G. Wiet, Les Pays.
  • 10 Ibnawqal, Kitāb urāt al-ar ; trad. française par J. H. Kramers et G. Wiet, Configuration de la (...)
  • 11 A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman, t. I, pp. xxxi-xxxii et 259 sqq. ; R. Brunschvi (...)
  • 12 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik ; voir J. Lirola Delgado, « Al-Bakrī ».
  • 13 A. Amara et A. Nef, « Al-Idrīsī et les Ḥammūdides de Sicile » ; al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq ; Id., (...)
  • 14 Kitāb al-Istibṣār fī ‘ağā’ib al-amṣār (1986) ; trad. française par E. Fagnan, L’Afrique septentrion (...)
  • 15 Citons, entre autres, A. Cheddadi, Ibn Khaldën, l’homme et le théoricien de la civilisation ; G. Ma (...)
  • 16 Sur l’œuvre biographique, voir H. De Felipe, « Beréberes en diccionarios biográficos ».
  • 17 Ne pouvant citer l’ensemble de cette bibliographie, voir pour le propos qui nous intéresse, T. Lewi (...)

2La première génération d’auteurs arabes qui ont décrit le Maghreb, fut orientale : Ibn Hurradāḏbī (m. 885 ?)8, al-Ya ‘qūbī (m. 889-890 ?) ont laissé une première description du Maghreb à la fin du IXe siècle9. Ibn Ḥawqal (m. ap. 988) a légué la première description détaillée du Maghreb, qu’il parcourut avant de traverser le Détroit de Gibraltar10. Au même moment, la géographie humaine du Maghreb s’enrichit de l’apport des auteurs d’al-Andalus, en particulier Muḥammad b. Yūsuf al-Warrāq (m. 973), à qui les souverains de Cordoue commandèrent une série d’enquêtes au Maghreb à l’occasion de l’expansion omeyyade au Maghreb al-Aqṣā11 ; si son œuvre est perdue, elle a largement inspiré les géographes postérieurs et tout particulièrement Al-Bakrī (m. 1094). L’ouvrage de ce dernier reste pratiquement la seule source à notre disposition sur le Maghreb de la fin du Xe au XIe siècle, et nous y trouvons les informations les plus riches, avant la parution du Livre de Roger d’al-Idrīsī12. Ce dernier, originaire d’une famille de Ceuta, naquit probablement en Sicile ; toutefois, sa connaissance contemporaine et personnelle du Maghreb a été un facteur essentiel de la qualité de son analyse13. Simultanément, au cours du XIIe siècle, apparaissent des descriptions par les Maghrébins de leur propre région ; avec l’anonyme du Kitāb al-Istibṣār ou l’œuvre d’Ibn Sa‘īd al-Maġribī puis bien d’autres, les auteurs des époques almohade et mérinide, pour le Maghreb al-Aqṣā, prirent le relais, avant le couronnement que représente le Livre des exemples d’Ibn Haldūn14. Ce dernier est logiquement devenu la référence en matière d’étude géographique, historique et surtout anthropologique des Berbères et son œuvre demeure la base d’une réflexion animée, portant sur la place des Berbères dans l’histoire du Maghreb médiéval et moderne, en particulier à l’occasion des manifestations pour le 600e anniversaire de sa mort15. Par ailleurs, une littérature de plus en plus abondante et diversifiée enrichit notre échantillonnage de sources : d’autres ouvrages chronographiques, comme les sources ibadites, les traités juridiques, biographiques ou encore hagiographiques ont ouvert de nouvelles voies16. Si Ibn Haldūn a définitivement influencé l’historiographie berbère ancienne et actuelle, son tableau de la société maghrébine représente également un aboutissement, le fruit de l’évolution multiséculaire de la littérature arabe, dont il fut le premier à revendiquer l’héritage. Ces points ont été développés à de multiples reprises dans les études consacrées à ce domaine et à cet homme exceptionnel17. Néanmoins, certains aspects de l’écriture de l’histoire des Berbères demeurent peu abordés, voire négligemment rejetés ; c’est le cas de ce que nous appelons, par commodité, la dimension économique de la description des géographes arabes.

3Pourtant, la richesse des villes et de leur terroir, les productions agricoles, le commerce sont des préoccupations permanentes des géographes arabes ; leur énumération revient constamment dans le schéma organisateur des ouvrages géographiques arabes : dans la tradition des « masālik wa-l-mamālik », écrits à partir du milieu du IXe siècle à Bagdad, chaque itinéraire est constitué d’étapes désignées comme autant de lieux mis en valeur par l’homme ; en décrire les richesses est une façon de valoriser leur terroir et le travail de leurs habitants ; parfois, le propos permet de rappeler une splendeur passée, disparue au temps où l’auteur s’exprime. Ces énumérations sont donc des instruments d’inventaire mais également d’évaluation, se traduisant par des remarques flatteuses ou critiques sur les mœurs, la pratique religieuse ou la capacité de travail, même si la répétition et l’approximation, peut-être dues au caractère indirect de l’information, mais surtout à la nature anecdotique de certains aspects de la description, conduisent à une impression d’uniformité. Pour cette raison, l’historien juge ces thèmes avec scepticisme et serait plutôt embarrassé par ces informations considérées comme à peu près inutilisables pour une histoire de l’économie du Maghreb, sans chiffre, sans données précises permettant d’établir une conjoncture. Comme le note Emmanuelle Tixier dans sa thèse sur les géographes d’al-Andalus, à propos d’al-Idrīsī, la volonté du géographe est de répéter les mentions de richesses ou de productions pour créer ce qu’elle appelle un « effet catalogue »,

  • 18 E. Tixier, Géographie et géographes d’al-Andalus, p. 600.

… d’un espace uniforme divisé par […] le discours épuré et cantonné à des indications anodines de type économique ou topographique […] C’est une géographie qui privilégie le plus petit dénominateur commun entre tous les territoires, c’est-à-dire les productions agricoles et artisanales18.

4La question qui se pose est de savoir pourquoi les auteurs arabes ressentent tous ce besoin d’accumuler des descriptions stéréotypées de groupes humains et de localités, définies par un vocabulaire aussi convenu qu’imprécis : la localité est petite, moyenne ou grande, les cultures sont abondantes et le marché étale les produits, issus du terroir, nécessaires à la vie des villages alentours en les vendant à bas prix. La raison peut en être organique plus qu’économique : on existe puisque l’on produit. La réalité historique des éléments décrits est d’autant plus avérée que le produit ou la technique utilisée sont sources d’enrichissement, plus encore s’ils sont extraordinaires. Si ce procédé est universel à l’échelle de l’Islam, le fait qu’il soit utilisé à l’égard des Berbères, est révélateur de la reconnaissance d’une société spécifique, à part entière : au-delà de l’originalité de leur mode vie, les Berbères appartiennent bien ainsi à l’Islam. Dans le même temps, il convient de se demander jusqu’à quel point ces auteurs cherchent à distinguer cette société des autres et, le cas échéant, avec quels instruments.

5Dans ces conditions, ces géographes avaient-ils l’intention de fournir une information sur la nature économique des régions décrites ? Si la réponse est négative, quel but visent-ils lorsqu’ils se lancent dans une description des biens produits et des activités commerciales ? En se limitant à quelques exemples tirés des ouvrages parmi les plus significatifs, ceux d’Ibn Ḥawqal et, surtout, les œuvres d’Al-Bakrī et d’al-Idrīsī, quelques pistes peuvent permettre de répondre à cette question et d’établir s’il existe un lien entre ces descriptions et le texte d’Ibn Haldūn. Avant d’analyser ces éléments, il convient toutefois de revenir sur l’historiographie de l’« économie maghrébine ».

I. — L’ANALYSE ÉCONOMIQUE, INSTRUMENT ANTHROPOLOGIQUE AU SERVICE D’UNE ENQUÊTE SUR LES SPÉCIFICITÉS DE LA SOCIÉTÉ BERBÈRE

6Dans le cadre de l’histoire des sociétés berbères, l’économie est présentée dans l’ensemble des travaux sur le Maghreb comme un élément signifiant de la « permanence berbère » :

  • 19 G. Camps, Berbères aux marges de l’histoire, p. 17.

[Les descendants du Numide et du Gétule], disait Gabriel Camps il y a trente ans, conservent dans l’exploitation d’une nature peu généreuse, des techniques d’une étonnante permanence. Cette permanence a une explication très simple ; cultivateurs et nomades berbères n’ont connu la révolution industrielle, niveleuse des coutumes et des techniques, que sur une frange étroite de leur domaine [en gros les régions côtières abordées par les Européens]. Depuis quelques décennies cette révolution s’étend, gagnant les campagnes et les déserts les plus reculés ; du même coup les particularismes s’estompent, et disparaissent ainsi que les coutumes plus vieilles que l’Histoire19.

  • 20 B. Rosenberger, « Histoire économique du Maghreb islamique » ; B. Rosenberger et H. Triki, « Famine (...)
  • 21 M. Barceló, Sobre Mayūrqa ; Id., « Assentaments berbers i árabs a les regions del nord-est d’al-And (...)
  • 22 H. De Felipe, Identidad y onomástica de los beréberes.

7Le cadre économique permet d’accéder à des traits identifiants de la société berbère dont les caractéristiques se donneraient à lire dans les pratiques agricoles et pastorales, la fabrication et l’utilisation des instruments aratoires ou l’introduction du dromadaire et sa place dans l’économie saharienne. A contrario, Gabriel Camps a montré que des changements de mœurs et d’habitudes touchant le système d’exploitation pouvaient être expliqués par des évolutions brusques venues de l’extérieur, comme l’établissement des Européens sur la côte marocaine. Les études sur Léon l’Africain, de Bernard Rosenberger en particulier, ont montré combien le voyageur du XVIe siècle avait saisi le traumatisme, consécutif à l’établissement des Portugais dans les places côtières, sur la vie économique des populations riveraines de l’océan Atlantique du Maroc20. En sens inverse, les effets de la transplantation massive de populations berbères dans un milieu nouveau comme l’al-Andalus médiéval, fait depuis longtemps l’objet d’une analyse minutieuse à partir des traces de l’activité des populations, laissées sur le terrain. Miquel Barceló a largement exploité ces données pour établir l’importance de leur présence aux Baléares ou en Catalogne, soit en étudiant l’irrigation, soit en relevant les traces laissées par la toponymie et la céramique ; à partir d’objets ou de canons décoratifs, Cláudio Torres en a fait autant en Alentejo, plus précisément dans les environs de Mértola21. Bien entendu, les textes ont également permis d’étudier la présence berbère en al-Andalus, comme le montre l’étude très complète de Helena de Felipe22 et les traces d’activités économiques ont largement leur place dans ce processus d’identification d’une forme d’organisation sociale.

  • 23 P. Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales ».
  • 24 S. D. Goitein, « La Tunisie du XIe siècle » ; H. R. Idris, « Commerce maritime et qirād en Berbérie (...)
  • 25 C’est le cas des fouilles actuellement menées sous la direction de ‘A. Fili et J.-P. Van Staëvel da (...)
  • 26 R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes ; É. Voguet, « Dissidence affirmée ou rejet codifié de (...)

8L’archéologie est au centre de cette démarche parce que les textes restent peu précis et que la litanie des biens possédés, des richesses de l’agriculture ou des minéraux extraits, ne fournit pas d’indice conjoncturel fiable. L’analyse économique est en cause ; si certaines approches ont été fructueuses, les données économiques ont été surtout instrumentalisées pour caractériser une organisation que Pierre Guichard a définie comme une société tributaire, à distinguer d’une organisation sociale « occidentale »23. La vivacité des débats à propos de l’invasion hilalienne, au lieu d’une véritable recherche sur l’évolution de l’agriculture et de l’élevage en Ifrīqiya, ou bien sur le commerce — à quelques exceptions près, comme l’article de Shlomo Goitein sur la Tunisie du XIe siècle, ou les travaux de Hady Roger Idris sur les Zirides24 —, a longtemps laissé la place à des études très générales sur l’opposition entre pratiques tribales sédentaires, liées à l’agriculture, et celles des nomades qui s’adonnaient au commerce, à l’élevage et, bien sûr au pillage. Il est vrai que les recherches actuelles sur les systèmes hydrauliques et les bassins en Tunisie, par exemple, sont en train de faire évoluer considérablement les données du problème. Se fondant sur une interprétation quelque peu contestable et aujourd’hui délaissée de l’histoire d’Ibn Haldūn, les historiens ou géographes, à l’instar de Xavier de Planhol et son célèbre ouvrage sur Les fondements géographiques de l’islam (1968), ont longtemps opposé les sédentaires, constructeurs de sociétés, aux nomades, destructeurs des civilisations d’agriculteurs ; il convient de rappeler que ce dernier a surtout étudié les régions d’Asie centrale. L’histoire économique a été largement utilisée pour démontrer l’existence de systèmes de civilisation opposés, mais rarement en s’appuyant sur l’étude des cas précis auxquels donnent parfois accès les sources écrites et surtout l’archéologie, de mieux en mieux exploitée aujourd’hui dans le cadre de l’analyse des systèmes agricoles25. Il est vrai aussi que les auteurs arabes médiévaux ont été eux-mêmes tentés très tôt de différencier nomades et sédentaires selon leur appartenance « ethnique » : al-‘arab finit par désigner ceux qui s’en prennent aux biens des « sédentaires », alors que nous savons très bien que les grands nomades sahariens, au moins, sont eux-mêmes des Berbères26.

  • 27 En particulier les travaux de Jacques Berque : J. Berque, Opera Minora, 1 ; É. Voguet, Entre réalit (...)
  • 28 Ce ne sont là que quelques exemples : D. Valérian, Bougie, port maghrébin ; Y. Benhima, Espace et s (...)
  • 29 D. Valérian, Bougie, port maghrébin, mais également Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghr (...)

9L’autre question porte sur la faisabilité d’une histoire de l’économie régionale, pendant les siècles médiévaux, à partir des textes écrits à notre disposition : littérature historique et géographique, traités juridiques27 ou biographiques pour l’essentiel. La mention des productions, de circuits commerciaux, même succincte, permet-elle d’établir une sorte d’état de l’économie des régions du Maghreb et, plus particulièrement, d’en distinguer des caractéristiques berbères ? Des thèses récentes et excellentes, sur Bougie, Safi ou Fès, ou bien sur les Hammadides28, les unes « historiques », les autres « archéologiques », révèlent un certain nombre de traits se rapportant à l’économie régionale, malgré les limites vite atteintes par les informations : les types d’activité, l’importance des liens entre la production des zones rurales — l’arrière-pays si l’on veut — et les grandes villes commerçantes qui mettaient ces produits à la disposition des marchands méditerranéens, les réseaux qui liaient la ville « arabe » à un pays « berbère », etc. Toutefois, une fois prises en compte les richesses naturelles du pays et les principales activités développées par les tribus, nous échappent les informations majeures sur les quantités produites, les espaces ou les techniques agraires, pastorales et commerciales ; les implications sociales de l’organisation économique des sociétés berbères sont encore plus opaques. Pour progresser, il faut l’aide des archives latines, dans le cadre de relations commerciales entre nord et sud méditerranéens29, ce qui nous renvoie aux derniers siècles du Moyen Âge, ou bien avoir la chance de disposer d’une étude archéologique prenant à témoin le site concerné.

  • 30 P. Guichard, « Mise en valeur du sol et production ».
  • 31 B. Rosenberger, « Histoire économique du Maghreb islamique ».
  • 32 Voir P. Guichard, « Mise en valeur du sol et production ».

10En fin de compte, les informations fournies ont surtout servi à tenter de déterminer et expliquer les grandes phases de croissance et de dépression du monde musulman. Comme le montre bien la synthèse de Pierre Guichard dans États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval30, les rares données fournies par les sources conduisent à forger des hypothèses, en particulier sur le tournant du XIe siècle en Ifrīqiya ou alors sur la grande phase de dépression liée à la peste. Certains travaux comme celui de Bernard Rosenberger et Hamid Triki sur la peste et ses effets au Maghreb, même s’ils concernent plutôt l’époque moderne31, montrent l’intérêt et la possibilité de dresser des bilans à l’échelle régionale. Toutefois, il est significatif que les historiens du Maghreb aient dû faire appel aux hypothèses formulées pour les pays voisins, particulièrement celles concernant l’Asie et l’Égypte des derniers siècles du Moyen Âge, pour proposer des explications sur les inflexions de l’économie du Maghreb : les travaux de Richard Bulliet sur le Moyen-Orient, d’Avram Udovitch, Jean-Claude Garcin ou Thierry Bianquis sur l’Égypte en font partie32. C’est là le signe d’un déficit d’informations ou d’un retard des recherches régionales en la matière. C’est pourquoi certains historiens ont jugé utile de souligner l’inanité de la reconstruction de l’histoire économique de la région à partir de sources arabes qui ne nous livrent que quelques noms de productions cultivées ou commercialisées, de matières premières importées, produites, fondues ou exportées, ou encore de produits artisanaux enrichissant les « bourgeoisies » des grandes cités marocaines. Encore une fois, ces données sont insuffisantes par rapport à nos critères modernes d’analyse de l’économie, ne serait-ce qu’en raison de l’absence de chiffres.

11En revanche, comme le souligne Ahmed Siraj,

  • 33 A. Siraj, « Hommes, pouvoirs et espaces dans le Maghreb occidental du Moyen Âge ».

à partir du Xe siècle […] toutes les ressources sont prises en considération [par les géographes]. Qu’elles soient agricoles, minières, environnementales ou commerciales, ces ressources sont parfois décrites avec beaucoup de soin33.

12On peut ajouter à cette énumération le souci d’associer ces mentions à un lieu précis et au groupe qui l’habitait et qui exploitait ses richesses. Ce n’est pas tant le contenu de l’information que la volonté de faire systématiquement mention de ce potentiel à chaque étape, qui donne un sens aux écrits géographiques arabes ; ce processus descriptif apparaît sous chaque climat, dans le monde dominé par l’Islam mais aussi dans les régions qui lui sont extérieures comme l’Europe latine, de la part d’al-Idrīsī. Les nuances qui différencient l’environnement, les activités, les techniques ou les mœurs de chaque groupe, dévoilent des spécificités propres à chacune des régions décrites ; c’est ainsi que les géographes associent presque systématiquement l’activité agro-pastorale et artisanale à un groupe tribal particulier, sur chaque itinéraire du Maghreb. Si ce « catalogue » n’a pas vraiment intéressé l’historien économiste, c’est parce que la matière est inexploitable ou presque, sur ce plan ; en revanche, cet inventaire fait sens lorsqu’il est utilisé à des fins anthropologiques et politiques. Si ce constat a déjà été fait, dans une certaine mesure, par les lecteurs attentifs d’Ibn Haldūn, comme Gabriel Martinez-Gros, il semble que cette démarche n’ait pas été suffisamment exploitée pour les géographes qui ont précédé et qui ont pu influencer ce grand penseur du XIVe siècle.

II. — LA DESCRIPTION DES RÉGIONS BERBÈRES DANS L’ŒUVRE D’IBN ḤAWQAL, AL-BAKRĪ ET AL-IDRĪSĪ

  • 34 Sachant qu’il est ici impossible de s’intéresser à la totalité du territoire maghrébin, les exemple (...)
  • 35 A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman, t. I ; E. Tixier, Géographie et géographes d’al (...)
  • 36 N. Benco, The Early Medieval Pottery Industry ; Id., « 1990. Archeological Investigation at al-Baṣr (...)

13Se copiant mutuellement34, à partir du modèle né avec la géographie arabe à Bagdad au cours du IXe siècle, les auteurs livrèrent des tableaux régionaux similaires par bien des points35 ; toutefois, il faut se garder de conclure à une uniformité des différentes aires géographiques dans la mesure où les présentations, d’un siècle à l’autre, font également apparaître les mouvements des tribus et les changements survenus dans les différentes régions décrites. Dans le cadre du Maghreb al-Aqṣā, on peut s’appuyer sur l’exemple de la région du bassin du Sebou, au nord-ouest du Maroc. La ville de Baṣra, située près d’Arbawa, lieu de fouilles36, connut un développement suffisant sous les Idrissides, pour attirer l’attention de l’ensemble des géographes. Voici ce qu’en dit Ibn Ḥawqal, pour la fin du Xe siècle :

  • 37 Ibnawqal, Kitāb Ṣurāt al-arḍ, pp. 79-80 ; trad. française par J. H. Kramers et G. Wiet, Configura (...)

Le Safdad est formé de deux bras, dont l’un a son origine dans la région des Danhāğa, dans les deux montagnes de Baṣra […] Baṣra est une ville de grandeur moyenne, entourée d’un rempart qui n’est guère solide. Ses eaux viennent de rivières assez distantes, bordées d’un petit nombre de vergers sur sa rive orientale. Ses produits les plus importants consistent en coton, exporté vers l’Ifrīqiya et autres lieux ; les habitants récoltent aussi du blé, de l’orge, des légumes farineux, dont ils font pousser des quantités abondantes. Le pays, très fertile et prospère, possède de beaux marchés et des demeures ; l’air y est agréable et le sol est productif. On y trouve des personnalités de valeur, caractérisées par leur vertu et leur science religieuse. Les mœurs de ses habitants, femmes et hommes, sont excellentes ; ils sont, pour la plupart, d’une haute taille, d’une harmonieuse structure de corps, et ont des extrémités bien proportionnées. Ils sont dans leur ensemble animés de pudeur, d’esprit pacifique et de bienfaisance37.

14Al-Bakrī (m. 1094), pour sa part, la décrit ainsi :

  • 38 Vers le milieu du IXe siècle, sous les Idrissides. Voir D. Eustache, « El-Basra, capitale idrissite (...)

La population [de Ceuta] se compose d’Arabes, appartenant à la tribu de Sidf, et de Berbères provenant des cantons d’Aṣīla (Arzila) et de Baṣra […] De Qaṣr Danhāğa l’on se rend à Baṣra, ville qui occupe un grand emplacement et qui surpasse toutes les localités voisines par l’étendue de ses pâturages et le nombre de ses troupeaux. On y trouve une telle abondance de lait, que la ville a reçu le nom de « Baṣra des mouches ». Elle s’appelle aussi « Baṣra du lin » (kittān), parce que, à l’époque où elle commença à se peupler, on y employait du lin en guise de monnaie dans toutes les transactions commerciales. Elle s’appelle aussi « La rouge », parce que le terrain sur lequel elle est bâtie est d’une couleur rougeâtre. [description de la ville où vivent Berbères et Arabes qui possèdent leur cimetières respectifs…] Les jardins en dehors de Baṣra renferment de nombreuses sources et des puits qui fournissent de l’eau douce. Les femmes de cet endroit se distinguent par l’éclat de leur beauté et les charmes de leur figure ; il ne s’en trouve pas de plus belles dans aucune partie du Maghreb […] Ajoutons que Baṣra est une ville de construction moderne, ayant été fondée vers la même époque qu’Aṣīla38.

15Environ un siècle plus tard, voici ce que rapportait al-Idrīsī :

  • 39 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, pp. 530-531 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. françai (...)

La rivière Safdad […] a deux sources : l’une dans la localité de Danhāğa, dans les montagnes d’al-Baṣra, et l’autre dans la contrée des Kutāma […] Al-Baṣra est une ville moyenne. Entourée d’une enceinte qui n’est pas très forte, elle est entourée de villages, de cultures et de champs, essentiellement de coton. Le blé et les autres céréales y sont aussi abondants. Elle est prospère de tous côtés, le climat y est tempéré et ses habitants sont discrets, beaux et bien éduqués39.

  • 40 Kittāb al-Istibār fī ‘ağā’ib al-amār (1986), pp. 77-78 ; trad. française par E. Fagnan, L’Afrique (...)
  • 41 Ibid., éd. p. 76, trad., p. 137.

16L’exemple d’al-Baṣra permet de comparer la description d’un même lieu chez trois géographes des Xe, XIe et XIIe siècles. Les similitudes sont nombreuses, d’abord parce que les géographes perpétuent une même école de pensée, née à Bagdad au IXe siècle, et, ensuite, parce que les auteurs les plus anciens inspirèrent les suivants : ainsi, al-Idrīsī reprend, comme Al-Bakrī, les propos d’Ibn Ḥawqal, en particulier au sujet de l’aspect physique des habitants et de leurs mœurs, ici montrés à leur avantage. La mention de particularités physiques, en particulier la beauté des femmes, se perpétua : l’anonyme du Kitāb al-Istibṣār, composé à la fin du XIIe siècle, reprend intégralement le récit d’Al-Bakrī40, bien qu’il lui arrive d’actualiser le propos pour quelques localités, comme Miknāsa al-Zaytūn, près de Fès41. Néanmoins, la similitude tient avant tout à la volonté de montrer le schéma répétitif d’un mode de vie, inscrit dans un cadre structuré, sous la tutelle des Idrissides. À ces similitudes qui traversèrent le temps, s’ajoute la répétition, le long des itinéraires, des caractères physiques de chaque lieu mentionné. Al-Bakrī décrit ainsi la région de Hunayn :

  • 42 Toutefois, al-Bakrī énonce (Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 79 ; trad. française par W. Mac Gucki (...)
  • 43 Ibid., éd. pp. 76-80, trad. pp. 154-162.

– Al-Haḍrā’, grande ville située dans le voisinage de Ténès, est bâtie sur le bord d’un fleuve qui coule à grand bruit et fait tourner plusieurs moulins. Quand cette rivière déborde, ses eaux envahissent la ville. Les environs d’al-Haḍrā’ sont couverts de jardins : son territoire est cerné de tous les côtés par des tribus berbères, telles que les Madgara, les Banū Dammar, les Madiyūna et les Banū Wārīfan […]
– [Madīnat Aslan] est entourée d’une muraille de pierre42 et renferme une mosquée et un souk. Les habitants appartiennent à la tribu des MaÉila. Elle domine une rivière qui se jette dans la mer, à l’est de la place, et qui sert à l’arrosage de leurs jardins et arbres fruitiers.
– Fakkān est à deux journées d’Aslan […] Dans les temps anciens Fakkān était un des lieux où les tribus zanāta tenaient leurs marchés […] Au sud de la ville coule le Sàrat, rivière […] dont les rives sont couvertes de moulins et de jardins.
– Le Ḥiṣn Hunayn […] domine un bon mouillage, qui est très fréquenté [par les navires]. Le Ḥiṣn Hunayn surpasse tous ceux dont nous venons de faire mention, tant par le nombre de ses jardins que par la variété de ses fruits. Il est habité par une tribu appelée Kūmiya.
– Au nord et à l’ouest de la ville [de Nadrūma] s’étendent des plaines fertiles et des champs cultivés […] Nadrūma, ville considérable, est entourée d’un mur ; elle possède une rivière et des jardins qui produisent toutes les espèces de fruits.
– La ville de Tarnānā […] possède un souk, une mosquée du Vendredi et un grand nombre de jardins. Elle est habitée par les Banū Yalūl, fraction de la tribu des Dammar. Ce fut la résidence de ‘Abd Allāh al-Tarnānī b. Idrīs […]
– Ḥiṣn Tāunt, situé sur le littoral de Tarnānā, couronne une colline que la mer entoure de trois côtés […] L’on ne saurait espérer effectuer la conquête d’une telle place. Elle est occupée par une tribu berbère nommée les Banū Manṣūr. Une mine d’antimoine se trouve dans cette colline. Les habitants possèdent des jardins et une grande quantité d’arbres ; une partie des figues que l’on récolte à Tāunt est desséchée au soleil pour être envoyée dans les pays voisins43.

17Parfois, il s’agit d’un territoire rural :

  • 44 Ibid., éd. p. 106, trad. p. 209

La rivière d’Asmīr prend sa source dans le Ǧabal al-Darqa, et qui coule d’ouest en est. Sur ses bords se voient plusieurs villages appartenant aux Banū Kitrāt, des Maṣmūda44.

  • 45 Ibid., éd. p. 106, trad. p. 210.

18Ce tableau de la portion de l’itinéraire qui correspond à la côte de Tlemcen reflète bien l’ensemble des descriptions de l’auteur andalou mais également des autres géographes, et se présente comme une sorte de chapelet de lieux habités et mis en valeur, ici par les Berbères. En général, à chaque localité ou territoire est en effet associé un groupe de Berbères. Le propos d’Al-Bakrī, utilisant les rapports d’al-Warrāq pour les régions contrôlées par les souverains de Cordoue, visait d’abord à renseigner les Omeyyades sur les emplacements et les moyens dont disposaient les groupes berbères ; pour la région de Ceuta, ces énumérations sont enrichies par le nombre de cavaliers que pouvait fournir chacune des tribus. Toutefois, l’association d’un lieu, d’une tribu ou d’une de ses composantes et des productions inventoriées, reprise par l’auteur du XIe siècle, bien après la disparition de la domination omeyyade, vise également à personnaliser le lieu en question en le rattachant à ses propriétaires et en rappelant ses capacités militaires. Parfois, mais plus rarement, le site est rattaché à une personne, comme Tāwraṣ « village de ‘Abd al-Raḥmān b. Faḥl, [de la tribu] des Banū Sikkīn »45.

19Si les autres auteurs ont procédé éventuellement dans un ordre différent, à l’instar d’al-Idrīsī, qui ramasse en un paragraphe préliminaire l’énumération des groupes tribaux et leurs lieux de résidence, avant de décrire les itinéraires et les localités une par une, le schéma et la finalité restent les mêmes. Les géographes cherchent d’abord à situer les habitats qu’ils singularisent ensuite par des caractéristiques toujours empruntées aux mêmes registres. Un vocabulaire imprécis hiérarchise chaque établissement humain, de la ville — madīna — au lieu-dit — mawḍi‘ — en passant par le lieu fortifié — ḥiṣn ou qaṣr — et le village — qarya ; la ville abrite un certain nombre d’édifices emblématiques comme la mosquée du Vendredi ou le cimetière, le territoire cultivé possède des caractéristiques naturelles — relief, cours d’eau, zone côtière, fertilité, etc. —, et est doté de certaines richesses qui sont souvent les seuls signes retenus de la présence humaine. Finalement, l’individu et, plus encore, l’enfant ou la femme, n’apparaissent que rarement ; c’est le groupe auquel ils appartiennent qui compte, la cohésion communautaire (qawm) étant le facteur essentiel qui donne sa force à cette société et permet la mise en valeur et l’enrichissement du lieu qu’elle habite. La seule véritable individualité qui apparaît, c’est le maître des lieux, parfois un chef de groupe comme ‘Abd al-Raḥmān b. Faḥl à Tāwraṣ ou, le plus souvent dans la capitale de la région, le souverain qui a fondé, aménagé ou pris possession des lieux. Pour Al-Bakrī, les Idrissides apparurent comme les principaux fondateurs de « villes » et les bienfaiteurs des cités.

20La « cartographie » politique d’une région demeure une préoccupation constante de la géographie arabe. La question est donc de savoir, en dehors de la qualification même des tribus comme « berbères » — barbar si l’on veut —, ou des indications générales sur leurs origines, considérées souvent comme orientales, s’il y a des particularités qui sont mises en exergue pour les caractériser.

III. — UNE IDENTITÉ BERBÈRE ?

21La description du Maghreb donne l’occasion aux géographes d’insister sur certains traits qui paraissent distinguer les Berbères, d’autres populations. Plusieurs sujets reviennent de manière récurrente : les croyances religieuses hétérodoxes, l’organisation socio-politique et les rapports des Berbères avec l’autorité de tutelle, ou encore les comportements sociaux qui conduisent des auteurs comme al-Idrīsī à une critique parfois méprisante.

  • 46 Ibnawqal, Kitāb urāt al-arḍ, pp. 78-79 ; al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, pp. 134-140 ; (...)
  • 47 Ibid., éd. pp. 100-101, trad. pp. 197-199.

22Les Berbères sont crédités d’une capacité particulière à engendrer des mouvements religieux inspirés par la volonté de conserver leur autonomie : le cas le plus connu fut celui des Barġawāṭa de la région de l’actuelle de Casablanca, qui suscita l’attention soutenue d’Ibn Ḥawqal et d’Al-Bakrī ; au contraire, al-Idrīsī en fait mention mais sans s’attarder sur les caractéristiques de l’hérésie46. À ce moment, les Barġawāṭa avaient définitivement été mis au pas par les Almohades et avaient abandonné leur propre interprétation d’un islam détourné. Parmi tant d’autres dénonciations du succès de faux prophètes, Al-Bakrī rapporte l’histoire de l’un d’entre eux, surnommé le faussaire (al-Muqtarà), membre de la tribu des óumāra, originaire de la région de Nakūr. Comme Salīḥ b. ‘Abd Allāh chez les Barġawāṭa, il avait établi des règles religieuses particulières, jugées hétérodoxes par les autorités musulmanes, et composa un coran en amazigh ; la mention de pratiques magiques et de déviances acheva de discréditer le mouvement aux yeux de l’auteur47. Ainsi, depuis la conquête arabe, la dissidence berbère est mise en exergue par nombre de mouvements hétérodoxes ou hérétiques, avec des traits propres à cette contrée, l’acte jugé le plus grave s’étant matérialisé sous la forme d’un « coran » rédigé en langue berbère. Les comportements sociaux sont également des outils de distinction. Certaines populations sont louées pour leurs mœurs et leur comportement, comme les gens d’al-Baṣra ; généralement, les particularismes résiduels sont sévèrement critiqués. Des sujets plus « légers » font au contraire l’objet d’observations tantôt flatteuses, tantôt méprisantes : par exemple, dans le Sūs selon al-Idrīsī,

  • 48 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, pp. 227-228 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. françai (...)

Les femmes sont d’une grande beauté, remarquable et évidente, et sont habiles dans les ouvrages manuels […] Le principal reproche qu’on puisse faire à ses habitants, c’est l’aversion qu’ils inspirent, la grossièreté de leur caractère et leur manque d’obéissance. Il s’agit d’un mélange de Berbères Maṣmūda. Leur habillement consiste en un manteau de laine dans lequel ils s’enveloppent ; ils laissent croître leurs cheveux, dont ils ont un très grand soin48.

23Un autre facteur de différentiation apparaît essentiel aux yeux des auteurs arabes : la ville. Les localités originelles des Berbères sont présentées d’une façon qui les distingue de ce qu’on peut appeler, par pure convention, la « ville islamique classique ». En outre, lorsque ces habitats ont été transformés en cités « islamiques », ils l’ont été par des chefs pratiquement étrangers au groupe berbère, parfois arabes, qui habitaient la région. En revanche, la différence organique entre ces deux urbanismes n’est pas liée à l’origine ethnique ; Al-Bakrī ne fait pas de distinction entre les lieux occupés par des Berbères et ceux qui sont peuplés d’Arabes. Ainsi, Qal‘at Ibn Harrūb, près de Tanger :

  • 49 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 109 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 21 (...)

… appartient aux Kutāmā, qui composent une des tribus Maṣmūdas. Dans le voisinage de cette place forte est un grand village, occupé par les Arabes de la tribu de Hawlān, et qui renferme une nombreuse population qui vit dans l’abondance […] Dans le voisinage du même endroit se trouve Dimna ‘Ašīra, riche pays appartenant à des Ṣanhāğa49.

  • 50 A. Siraj, « Hommes, pouvoirs et espaces dans le Maghreb occidental du Moyen Âge », a montré que les (...)

24L’urbanisme marquait une différence entre les tribus soumises à une autorité de tutelle, dont la ville « islamique » symbolisait la présence, et celles échappant à une autorité qui prélevait un impôt ; toutefois, cette distinction concernait les tribus tant berbères qu’arabes. De même, surtout à partir de la période almoravide, les pouvoirs pouvaient tout aussi bien être d’origine arabe que berbère. En revanche, l’urbanisme marquait bien dans l’esprit des auteurs, une forme essentielle « d’islamisation » du territoire berbère, avec une différence marquée pour les villes dont les caractéristiques étaient liées à la tutelle orientale, arabe et musulmane, qui s’imposa au Maghreb après la conquête arabo-musulmane. Auparavant, l’habitat se présentait sous la seule forme d’un urbanisme « berbère »50. La « ville berbère » est décrite comme un ensemble formé de plusieurs noyaux qui s’allongent le long d’un axe, en général un cours d’eau :

  • 51 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 161 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 30 (...)

Du territoire des Banū Māġūs, on met une journée pour se rendre à Īğlī, capitale de la province du Sūs. Dans cette ville qui est située sur une grande rivière, il y a beaucoup de fruits et de cannes à sucre, dont le produit s’exporte dans tous les pays du Maghreb. Sur les bords du fleuve dont nous venons de parler, on trouve une série de lieux de marché, qui se prolonge jusqu’à l’océan Environnant51.

25Al-Bakrī et al-Idrīsī distinguent pareillement les deux urbanismes, comme le montre la mention concernant les places de Māssa ou de Nūl dans le Sūs :

  • 52 Ibid., éd. p. 162, trad. p. 306 ; al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, p. 241 ; Id., La première géographie (...)

Māssa, localité dont la rivière porte le nom, est un ribat très fréquenté, où se tient une foire qui réunit beaucoup de monde […] De la rivière du Sūs à la ville de Nūl on marche pendant trois journées à travers un territoire habité par des Ġazūla et des Lamṭa. Māssa est un port à l’abri de certains vents, où les navires viennent chercher de l’orge et du blé. Il est entouré de tribus Dukkāla, dont les terres sont couvertes de campements (manāzil), de villages et de puits […] Les Dukkāla s’étendent de Māssa à Taroudant dans le Sūs. Y vit aussi un groupe de Maṣmūda. Ils cultivent les champs et élèvent un bétail fort nombreux52.

  • 53 P. Cressier, M. Naïmi et A. Touri, « Maroc saharien et Maroc méditerranéen au Moyen Âge ».

26Cet éclatement des centres d’habitat et d’activité a longtemps posé des problèmes aux archéologues pour localiser Nūl Lamṭa53. Dans l’ensemble, on retrouve une description identique des autres localités berbères chez al-Idrīsī ; par exemple, il indique que Dar‘a est une ville qui

  • 54 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, pp. 226-227 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. françai (...)

n’est entourée ni d’une enceinte ni d’un fossé ; elle est constituée de villages contigus (qūra muttaṣila) ; ses cultures sont proches et ses champs cultivés sont nombreux. Elle abrite diverses tribus berbères et est sur la rivière de Siğilmāssa qui descend vers elle […] On compte quatre jours de Dar‘a aux localités du Sūs, dont la ville principale est Taroudant. Les localités du Sūs sont des villages nombreux et des lieux habités proches les uns des autres. On y produit d’excellents fruits54.

  • 55 Duarte Pacheco, dans R. Ricard, « La côte atlantique du Maroc au début du XVIe siècle », pp. 237 sq (...)
  • 56 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 109 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 21 (...)
  • 57 Ibid., éd. pp. 107-108, trad. pp. 210 et 213.

27Il faut souligner que les descriptions postérieures, en particulier celles de Léon l’Africain ou de Duarte Pacheco au XVIe siècle, montrent que les établissements du sud marocain comme Māssa, constituée de trois localités éloignées les unes des autres, avaient conservé le même urbanisme55. Dans le nord du Maghreb, la situation a évolué plus tôt, les villes étant depuis longtemps « islamisées ». Toutefois, pour conserver leur autonomie, les Berbères contrôlaient leur territoire à partir de points d’appuis fortifiés qui servaient, selon les archéologues marocains, de lieux de ralliement des groupes tribaux autour desquels les villages et les terroirs se sont développés ; comme Tāunt ou Hunayn, Qal‘at al-Harrūb, près de Tanger est, d’après Al-Bakrī, « bâtie sur le pic d’une montagne [et] appartient aux Kutāma qui composent une des tribus des Maṣmūda »56. Pour les raisons indiquées plus haut, à ces lieux fortifiés étaient associées les forces dont disposait le groupe qui y vivait : « [Tetouan] forme le chef-lieu (qā’ida) du territoire appartenant aux Banū Sikkīn […] Les Banū Sikkīn peuvent mettre en campagne cent cavaliers » ; ou bien « Mağāz Fakkān est la résidence des Milwāṯa, qui peuvent monter 500 chevaux »57.

28L’urbanisme « islamique » se serait donc imposé progressivement dans le paysage du Maghreb al-Aqṣā, toujours selon les deux auteurs, plus systématiquement au nord de l’Atlas ; soit il s’agit de fondations ordonnées par le souverain, soit cette évolution est présentée comme le fruit des travaux entrepris par un chef, le souverain ou son représentant, qui transforma l’habitat berbère en « capitale » ; Al-Bakrī montre bien cette évolution à propos de la région située entre Tanger et Fès où

  • 58 Ibid., éd. pp. 109-110, trad. pp. 215-216.

l’on rencontre plusieurs villages très rapprochés les uns des autres, et habités par les Kutāma ; puis on arrive à Sūq Kutāma, lieu de marché et capitale des pays gouvernés par Idrīs b. al-Qāsimb. Ibrāhīm. Cette grande et magnifique ville située sur la rivière Lukkus possède une mosquée du Vendredi et un marché bien achalandé58.

29Al-Idrīsī donne également quelques indices à ce sujet, pour les zones méridionales où se perpétuèrent les deux types d’urbanisme :

  • 59 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, p. 225 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française pa (...)

Azuqqī qui fait partie du pays (bilād) des Massūfa et des Lamṭa. C’est une des premières étapes du Sahara […] Azuqqī, quoiqu’elle ne fasse pas partie des grandes villes, a des traits urbains (wa-haḏīhi l-madīna laysat bi-l-kabīra lakinna-hā mutaḥaḍḍara)59.

30La mutation est caractérisée par l’érection, sur l’ordre de l’autorité politique locale, d’édifices communautaires emblématiques de la cité musulmane : l’enceinte, la mosquée du Vendredi (ğāmi‘), les bains, le marché, pour l’essentiel ; ainsi, selon al-Idrīsī, Niffīs, sise au sud de l’Atlas, est une

  • 60 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, p. 229 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française pa (...)

petite ville entourée de cultures et de subdivisions de la tribu qui porte le même nom. Elles produisent du blé, des fruits, de la viande comme il y en a peu ailleurs. On y trouve une mosquée ğāmi‘ et un marché bien fourni60.

31Or, Al-Bakrī indique pour sa part que cette transformation s’était opérée sous le règne des Idrissides :

  • 61 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 160 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 30 (...)

De nos jours, Niffīs possède une nombreuse population, une mosquée du Vendredi, un bain et plusieurs souks très fréquentés ; elle est à une journée de la mer. Les habitants appartiennent à diverses tribus berbères (qabā’il min al-barbar), et surtout à celle des Maṣmūda. Ḥamza b. Ğa‘far, dont la nisba était celle de Sūq Ḥamza, de l’ascendance de ‘Ubayd Allāh b. Idrīs b. Idrīs, était souverain de cette ville61.

  • 62 Ibid., éd. p. 162, trad. p. 307.
  • 63 Ibid., éd. p. 163, trad. p. 308.

32Toujours au sud, Al-Bakrī rattache la transformation des sites berbères en villes à l’arrivée des Arabo-musulmans ; ainsi attribue-t-il la fondation d’Īğlī au conquérant ‘Uqbā b. Nāfi‘, celle-ci s’étant dotée depuis d’une grande mosquée, de souks et de funduq-s62. On retrouve une volonté d’associer la civilisation orientale à la transformation des modes de vie berbères, sous la bienfaisante influence des nouveaux maîtres arabes et musulmans. Ce sont toutefois les Idrissides qui sont présentés comme les principaux commanditaires de fondations. Outre Fès, nombre de villes moins importantes sont désignées comme des fondations princières : « Tāmdult eut pour fondateur ‘Abd Allāh b. Idrīs b. Idrīs »63.

  • 64 Ibid., éd. p. 155, trad. p. 295.
  • 65 Ibid., éd. p. 111, trad. p. 220.

33Sinon, le géographe rappelle que ces places furent gouvernées par des princes idrissides, explication de la transformation des villes « berbères » en villes « islamiques » : « Tiëmatàn, dans le Dar‘a, fut gouvernée par ‘Alī b. Aḥmad b. Idrīs b. Yaḥyā b. Idrīs64 » ; Aṣīla est aménagée par les Berbères, autour du ribat, mais elle ne devient une ville véritable, si l’on peut dire, que lorsqu’al-Qāsimb. Idrīs b. Idrīs vint en prendre possession, avant d’y faire œuvre de bâtisseur65.

34C’est justement le rapport entre le groupe tribal et le pouvoir souverain qui paraît intéresser le plus les géographes, hommes de lettres issus du milieu des secrétariats d’État. En effet, ils insistent sur le fait que la ville (madīna), la capitale (aira), est le lieu de rencontre entre le groupe tribal et l’autorité, qui n’est évidemment pas la même selon les époques : avec Ibn Ḥawqal et Al-Bakrī, les acteurs principaux sont les Idrissides, alors qu’al-Idrīsī privilégie logiquement le rôle des Almoravides et l’anonyme du Kitāb al-Istibṣār, celui des Almohades ; face à ces changements de dynastie, les tribus berbères, et mêmes arabes à partir de l’époque almohade, incarnent la stabilité, la permanence, même si des évolutions sont remarquées entre le Xe et le XIIe siècle, avec le déplacement de ces groupes tribaux. Ce type de rapport est déjà clairement exprimé par Ibn Ḥawqal à propos de Kurt, dans la région du Sebou :

  • 66 Ibnawqal, Kitāb Ṣurāt al-arḍ, p. 77 ; trad. française par J. H. Kramers et G. Wiet, Configuration (...)

Kurt est également une jolie ville au flanc d’une montagne, très forte bien qu’elle n’ait pas de mur d’enceinte. Elle possède de nombreux cours d’eau, des jardins étendus et de vastes terrains de culture ; les produits agricoles, comme le blé, l’orge, le coton, y sont abondants. Les habitants pratiquent le commerce ; la majorité d’entre eux sont des Berbères. Eux tous, ainsi que la population du district dont il est question ici, c’est-à-dire celui de Tanger, sont soumis aux Idrissides : ce sont eux qui perçoivent les taxes et l’impôt foncier de la région66.

35Selon le géographe oriental, les Berbères possédaient et mettaient en valeur les richesses, le pouvoir tutélaire des Idrissides percevait l’impôt, comme à Niffīs. Le cas d’Arzila permet de bien comprendre la répartition des rôles dévolus à chaque entité :

  • 67 Ibnawqal, Kitāb Ṣurāt al-arḍ, pp. 110-111 ; trad. française par J. H. Kramers et G. Wiet, Configu (...)

Aṣīla, ville de construction moderne doit son origine à un événement (attaque des Vikings en 229/844) […] Les habitants (berbères) s’empressèrent alors de bâtir un ribat sur l’emplacement d’Aṣīla, et d’y installer une garnison qui devait se renouveler régulièrement, au moyen de volontaires fournis par toutes les villes du voisinage. On y tenait une grande foire aux trois époques de l’année que l’on avait fixées pour le renouvellement de la garnison […] Sur ce terrain qui appartenait à une tribu Luwāta, quelques Kutāma bâtirent un édifice pour leur servir de mosquée. Des habitants d’al-Andalus et d’autres contrées, ayant entendu parler de cet établissement, y apportèrent, aux époques déjà indiquées, diverses espèces de marchandises et y dressèrent leurs tentes. Alors on commença à construire des maisons, et on finit par y former une ville. Al-Qāsimb. Idrīs b. Idrīs, qui vint alors prendre possession de cette place, bâtit la muraille et la citadelle qui la protège encore67.

36Le processus de prise de contrôle d’un espace, appartenant à des tribus berbères et mis en valeur par ces dernières, par un gouverneur d’origine externe, montre parfaitement la distinction qui est faite entre la possession des terroirs et l’autorité exercée par le prince sur ceux qui les exploitent. La ville se transforma sous l’impulsion de ce dernier, par l’adjonction de constructions princières. Ce rapport entre propriété, richesse et pouvoir revient également à l’occasion de récits sur les relations difficiles et fragiles entre prince et tribus :

  • 68 Ibid., éd. p. 93, trad. p. 187.

Les Miknāsa s’étant refusés de payer à Ṣalaḥ (émir de Nakūr) les impôts qu’ils lui devaient, ce prince leur écrivit une lettre de menace et, l’ayant cachetée, il la mit dans un sac à fourrage qu’il lia sur le dos de son âne [… Les Miknāsa] voulurent d’abord couper les jarrets à l’âne et persister dans la rébellion, mais ensuite ils prirent le parti de réunir la totalité de la somme exigée, de la mettre sur le dos de l’animal avec une belle housse d’étoffe de Marw et de tout ramener à Ṣalaḥ68.

37Cette anecdote veut prouver l’indépendance des groupes berbères face à l’autorité qui ne peut obtenir qu’une soumission négociée, et non une autorité directe sur leur territoire.

38La description des lieux et des richesses permet de capter les signes d’une évolution dans les rapports entre pouvoir et tribus du Maghreb al-Aqṣā. La situation se modifia au XIIe siècle avec la domination des deux grandes dynasties berbères, almoravide puis almohade, qui gouvernèrent désormais l’ensemble de la région ; ainsi, al-Idrīsī rend compte des lieux qui ont été abandonnés alors qu’ils étaient florissants des années auparavant, mais il continue de rattacher systématiquement les lieux-dits et leurs richesses à la présence d’un groupe berbère. Ce schéma s’insère, comme ailleurs, dans un cadre à la fois spatial et politique, la région étant reconnue et identifiée par son centre urbain, ici siège du pouvoir idrisside ou almoravide selon les périodes. À côté de ces critères qui distinguent les sites berbères, les auteurs arabes présentent la mise en valeur du territoire comme un élément central de l’organisation tribale, berbère ou arabe.

IV. — LE DYNAMISME ÉCONOMIQUE DES TRIBUS : UNE FORME DE RECONNAISSANCE DE LA SOCIÉTÉ « BERBÈRE »

39On a déjà constaté le caractère à la fois systématique et limité dans le contenu, des témoignages sur la production et les échanges impulsés par les tribus, ainsi que la fréquente association du groupe humain, du terroir et des richesses produites par les habitants. Ce n’est pourtant pas la production chiffrée, élevée ou faible, qui intéresse nos auteurs, pas plus que le nombre exact des habitants d’une ville. En revanche, l’évolution de la production et de l’état économique de ces localités est souvent un objet de préoccupation ; on le voit bien lorsqu’al-Idrīsī décrit la route allant de Fès à Meknès, largement dominée par les habitats berbères :

  • 69 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, pp. 244-245 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. françai (...)

De Fès, on se rend à MaÉila, ville autrefois urbaine et commerçante, qu’entouraient des cultures contiguës, et située dans une plaine couverte de pâturages, de végétation, de fleurs, d’arbres et de fruits. Aujourd’hui, on n’y voit plus que des restes de cultures et des ruines contiguës que les eaux traversent de tous côtés […] Cette ville porte le nom de Maknās, le Berbère qui s’y arrêta avec les siens lorsqu’ils arrivèrent dans le Maghreb occidental. Il découpa alors pour chacun de ses fils un lot à mettre en valeur avec ses enfants […] Les maisons [des Banū ‘Aṭṭuš] sont contiguës et les cultures alentour sont des vergers que les Banū Aṭṭuš ont à cet endroit. Ils y ont des arbres fruitiers productifs, des oliviers en grand nombre, des figues, du raisin et d’autres fruits en abondance […] Au pied de ces exploitations agricoles, une tribu des Miknāsa s’est installée sur une rivière qui arrive de Banū ‘Aṭṭuš, il s’agit de la tribu des Banū Barnūs. Elle a là des villages et des demeures ; on y trouve des champs cultivés, des cultures et beaucoup d’oliviers. Leurs fruits se vendent à bas prix69.

40Ce témoignage synthétise bien l’ensemble des informations sur des lieux déjà donnés en exemple, quels que soient l’auteur et l’époque concernés. Les critères économiques servent à démontrer non seulement la puissance de la tribu, le rapport étroit entre l’espace décrit, le terroir et l’organisation du groupe, mais également l’affirmation de principe de la possession du terroir par le groupe qui le met en valeur et l’exploite. L’agriculture, tout en demeurant l’assise de la puissance du groupe tribal qui met en valeur le terroir, n’est pas la seule source de revenus évoquée.

41Ainsi, lorsque l’on se dirige vers le sud, ce sont les activités du commerce saharien qui deviennent des critères déterminants de la puissance du groupe. L’exemple d’Aġmāt, décrit par al-Idrīsī, reflète à quel point la notoriété de ses habitants resta attachée à leur activité principale : le commerce transsaharien. Sa mention nous intéresse d’autant plus que cette population, d’origine arabe selon al-Idrīsī, a repris le mode de fonctionnement des Berbères pour s’imposer dans la région, au nord de l’Atlas. Les Berbères se caractérisent donc plus par un mode vie et une culture partagée que par l’origine des populations :

  • 70 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, p. 232 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française pa (...)

Les habitants d’Aġmāt sont des Hawwāra ; ce sont des Berbères qui le sont devenus par suite de leur voisinage avec ceux-ci. Ils sont riches et ce sont des commerçants à l’aise. Ils se rendent dans le pays des Noirs avec un grand nombre de chameaux chargés de tonneaux de trésors de cuivre rouge et de cuivre coloré, de tissus, de vêtements de laine, de turbans, de manteaux, de différents types de chapelets en verre, en nacre et en pierre, de divers genres d’épices, de parfums et d’ustensiles en fer forgé. Il n’y a pas un homme qui n’y envoie ses serviteurs et ses esclaves et qui ne dispose de caravanes de cent, quatre-vingts ou soixante-dix chameaux chargés. Durant la domination des Mulaèèamën (Almoravides), il n’était de gens plus riches et dans une meilleure situation que les habitants d’Aġmāt. Aux portes de leurs maisons, ils plaçaient des symboles indiquant l’importance de leurs richesses70.

42Là encore, situation matérielle et cadre politique sont étroitement liés et marqués par le changement de domination : après un pic de prospérité sous le régime almoravide, lié au Sahara, la domination almohade entraîna le déclin relatif de la cité et de ses commerçants.

43Le rapport établi entre l’espace, les richesses qu’il produit et sa propriété de fait, dévoile que la distinction de deux territoires tient seulement au groupe d’habitants qui y évolue : à l’intérieur de chaque espace dominé par un groupe tribal, les auteurs n’établissent en effet pas de limite entre l’espace habité, urbain ou villageois et les zones de production. Le cas est clair dans les structures polynucléaires qui caractérisent les habitats berbères, mais il est tout aussi évident lorsqu’une enceinte entoure la localité. Elle est désignée comme un élément majeur de défense, rend compte de la présence du pouvoir politique, dans les ouvrages juridiques surtout, et ses portes sont les lieux où s’exerce la taxation par les autorités urbaines. En revanche, chaque espace, intra-muros ou extérieur, forme un ensemble cohérent lié à la présence du groupe tribal qui y est établi. Toutes les zones cultivées font intégralement partie d’un territoire dont la « ville », berbère ou arabe, est le centre. L’ensemble des richesses définit alors un territoire particulier et permet d’en mesurer la puissance, ou la faiblesse, évaluée en fonction de son étendue, de la variété ou du nombre de produits cultivés ou de bêtes d’élevage, et du nombre de cavaliers que peut fournir le groupe tribal qui y est installé. Parfois, les ressources décrites servent aussi à opposer des formes d’organisation sociale, comme le montre une anecdote concernant Īğlī :

  • 71 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 162 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 30 (...)

À l’ouest d’Īğlī, grande ville située dans une plaine, coule une rivière, qui se dirige du midi au nord et qui traverse une suite ininterrompue de jardins. On n’a jamais voulu y établir des moulins, et lorsqu’on leur demande le motif qui les en empêche, ils répondent : « Comment pourrait-on contraindre une eau si douce à tourner des moulins ? ». Les fruits et tous les produits s’y trouvent en quantité71.

  • 72 Fouilles sous la responsabilité de ‘A. Fili et J.-P. Van Staëvel.

44Doit-on y voir une forme de résistance à des techniques importées qui, peutêtre, pouvaient faire perdre aux Berbères la maîtrise des flots et des moulins au profit des pouvoirs externes qui s’imposèrent dans la région, en particulier les Almoravides et les Almohades ? C’est ce que semble confirmer les fouilles conduites sur place72.

45L’espace productif et économique, structuré par l’organisation tribale, est également utilisé comme un instrument en vue d’obtenir une reconnaissance « politique », comme un enjeu de pouvoir que se disputent les tribus berbérisées, ou ces dernières et le pouvoir exogène (suléān) qui entend s’imposer en prenant le contrôle direct des systèmes de production ou en s’attachant le service des propriétaires dominant la région. Les richesses agricoles, le lin de Baṣra, le sucre du Sūs, les armes fabriquées à Nūl, au même titre que la richesse des marchands d’Aġmāt qui parcourent le Sahara du nord au sud, le nombre de cavaliers disponibles, de dromadaires aptes à la traversée du désert, ou l’exploitation de mines de cuivre, à Dāy par exemple, constituent les biens collectifs de ces tribus, au titre de la propriété ou de l’activité, propriété qui peut toujours être contestée par les autorités émirales ou califales. La prospérité, systématiquement associée au groupe qui habite et met en valeur le pays, constitue un critère essentiel de sa puissance ; sa perte marque la fin de l’autonomie et le déclin du groupe. Plus la richesse produite et le nombre d’hommes sont importants, plus le groupe est fort. Or, soit ce dernier enrichit d’autant le prince, soit il représente un danger d’autant plus grand pour ce dernier, en cas de désaccord. Lorsqu’Ibn Ḥawqal décrit les exportations maritimes des gens de Baṣra vers les côtes méditerranéennes en passant par le Sebou et l’Atlantique, ou lorsqu’Al-Bakrī rappelle le sort difficile d’Oran, place fondée à trois reprises par les Andalous pour commercer avec les Berbères de l’intérieur, ou bien encore quand al-Idrīsī vante la richesse des Hawwāra, qui affichent leur revenu par le biais du nombre de colonnes qui ornent la façade de leur demeure, puis lorsqu’il indique leur déclin qui suivit celui des Almoravides, ces auteurs pensent avant tout à la puissance des tribus, installées dans une sorte de rapport de force permanent avec l’autorité politique ancienne ou nouvelle qui gouverne la région.

  • 73 Ibn ‘Iḏārī, Kitāb al-Bayān, éd. A. Huici-Miranda, « Un fragmento inédito de Ibn ‘Idhārī », p. 50, e (...)

46Du même coup, ces descriptions signalent la prise en compte, par ces auteurs, de la conjoncture, mais une conjoncture qui se mesure aux moyens de subsistance de la tribu : lorsqu’Ibn ‘Iḏārī, le chroniqueur de Marrakech (m. v. 1306), signale que la grande victoire des Almoravides contre l’émir zanāta de Siğilmāsa Mas‘ūd b. Wānnūdīn, consista à s’emparer des 50 000 chameaux que possédaient les gens de Siğilmāsa73, son propos est comme un réflexe, qui fait du nombre de bêtes de transport possédées par les marchands sahariens le révélateur essentiel de leur puissance. Ce lien entre activité économique et puissance du groupe tribal est éclairé par les propos d’Ibn Haldūn (m. 1406) :

  • 74 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘Ibar, t. VI, p. 375, et trad. française par W. Mac Guckin de Slane, Histoire (...)

Un corps nombreux d’Almoravides, montés, presque tous, sur des chameaux meharis, quitta le désert en l’an 445/1053-1054, et se porta sur le Dar ‘ a. Leur but était d’enlever un troupeau d’environ 50 000 chameaux qui se trouvaient dans le parc du gouvernement. Mas‘ūd b. Wānnūdīn, émir des Maġrāwa et souverain de Siğilmāsa, marcha à leur rencontre afin de sauver ses chameaux et de protéger ses États. Un combat s’ensuivit dans lequel ce chef perdit la vie ; ses troupes furent taillées en pièces ; leurs richesses, leurs armes, leurs montures ou les chameaux du parc devinrent la proie des Almoravides74.

47La victoire fut obtenue non pas en s’emparant de la cité du désert ou des gens de Siğilmāsa, mais en s’emparant du troupeau qui faisait la prospérité de la cité : les Almoravides, s’emparant des biens et des bêtes, devinrent leurs bénéficiaires directs et les nouveaux maîtres de la cité.

  • 75 Ce qui ne remet pas en cause la qualité historique de ces ouvrages, mais leur présentation du rôle (...)
  • 76 M. Cherif, Ceuta aux époques almohade et mérinide ; H. Ferhat, Sabta des origines au XIVe siècle.

48Si la description de richesses ne suffit pas à traduire une conjoncture, on constate que la répétition systématique de ces critères, conduit à identifier, de pair avec nombre d’autres critères, la population berbère, ou berbérisée, du Maghreb. Le dynamisme économique associé aux groupes berbères pourrait paraître anodin et banal, puisque l’on retrouve des mentions similaires pour d’autres populations, si l’on ne prêtait attention au contexte historiographique qui a longtemps accompagné l’histoire de la région. Par contraste avec les études qui ont privilégié la force politique aux mains des émigrés orientaux puis des Berbères fondateurs de dynasties et d’États75, les essais d’auteurs comme Halima Ferhat ou Mohamed Cherif76 ont fait apparaître l’importance du rôle joué par les Berbères dans la renaissance de localités comme Ceuta puis dans son essor, maritime surtout, à l’époque des émirs Barġawāṭa, puis sous les Almoravides et les Almohades. Le cadre urbain n’est pas le seul concerné, bien au contraire : le lien qui est systématiquement fait entre réussite de l’établissement des tribus arabes dans le Maghreb al-Aqṣā et leur acculturation par l’adoption du mode de vie berbère, montre que la prospérité économique soulignée par les auteurs, au moins dans cette partie du Maghreb, était aux yeux des géographes non seulement le résultat de l’agissement de chefs qui disputèrent aux autres émirs arabes ou d’origine servile une part du pouvoir en s’adjoignant les services de telle ou telle tribu. Elle est au moins autant le fruit du labeur des populations berbères et arabes en tant que groupes constitués en tribus. Dans le domaine commercial et maritime, ces descriptions font également apparaître en fin de compte une relation étroite entre la structure tribale et l’activité économique principale de la tribu. Le récit remarquable d’Al-Bakrī sur le développement du ribat d’Arzila, après les premières incursions vikings, illustre très bien cette vision. Pour les géographes, même ceux qui, comme al-Idrīsī, portaient un regard critique sur les Berbères, la structure tribale favorisait un certain dynamisme productif ou commercial et était un instrument essentiel de la production et des échanges. Leurs descriptions reflètent également la véritable historicité de la société maghrébine durant le Moyen Âge : on a depuis longtemps débusqué les liens qui l’unissaient étroitement à la coloration religieuse du Maghreb. Curieusement, l’importance de l’association établie entre la production de richesses et la structure tribale n’a pas attiré la même attention.

49On ne peut donc opposer, à la lecture de ces descriptions, une civilisation orientale, source du dynamisme maghrébin et caractérisée par l’urbanisme de la ville (madīna) laquelle, devenue capitale (ḥaḍīra), symbolise la domination d’un prince ou d’un groupe sur une région, à la société locale, formée de populations qui exploitent un territoire et acceptent de se soumettre au prince. Ce sont ces populations qui, dans le Maghreb al-Aqṣā au moins, constituent des entités tribales dont la puissance est étroitement liée à leur nombre et à la richesse qu’ils produisent. Le fait de produire débouche sur une propriété de fait, mais elle est assortie du paiement d’un impôt et de la fourniture d’un contingent de soldats, en particulier des cavaliers, au pouvoir de tutelle. En quelque sorte, selon les trois géographes pris à témoin, les tribus arabes qui s’établissent dans la région et adoptent un mode vie similaire à celui des Berbères, sont « berbérisées » ; en revanche, lorsque les groupes ou les princes réussissent à imposer leur autorité sur tout ou partie de la région, ils l’« orientalisent ». Bien entendu, cette caractérisation ne concerne pas les autres secteurs de la vie sociale, tel que l’usage de la langue, la culture du groupe en général… L’énumération de productions particulièrement rémunératrices, d’exportations ou d’organisations de convois dans le désert mais aussi sur mer, incite à voir, dans ce dévoilement particulier du fonctionnement de l’économie du terroir, non seulement un moyen de mettre en valeur la spécificité des groupes berbères ou « berbérisés », mais aussi un révélateur du rôle primordial des tribus concernées dans l’évolution de la société maghrébine à tous les niveaux. Elles sont considérées comme maîtres de leur destin et opposées aux groupes exogènes qui tentent de leur imposer une autorité tutélaire. Le contrôle plus ou moins grand exercé par les groupes tribaux sur le territoire, ses productions et la commercialisation des denrées est, pour les géographes, un indice de l’autonomie politique de ces tribus, qui ellemême influe sur l’organisation économique de ces terroirs et de leurs habitants. À ce titre, la géographie du Maghreb est un instrument fort précieux de l’histoire économique de l’Islam médiéval.

V. — CONCLUSION

50Lorsque l’on compare ces descriptions géographiques au Livre des exemples d’Ibn Haldūn, on peut donc penser que celui-ci n’a pas totalement « inventé » sa conception de la société berbère. Nous savons aujourd’hui, que la différenciation de la bādiya et de la madīna, avec des nuances qui animent des discussions passionnées, relève d’une conception de l’espace maghrébin dont les fondements sont politiques, et non d’une distinction anthropologique entre nomades et sédentaires. Ibn Haldūn définit les relations qui structurent les populations berbères et arabes et celles qui se nouent entre tribus et pouvoirs tutélaires. Il semble que les géographes arabes des époques antérieures lui ont fourni à plus d’un titre la matière déjà très élaborée d’une conception politisée de l’espace et de la production, probablement plus proche de la cité et de « l’animal politique » des philosophes grecs de l’Antiquité, tant admirés de nos témoins, que d’une conception économique née au XVIIIe siècle.

Notes

1 P. Cressier, « Urbanisation, arabisation, islamisation » ; Id., « Du sud au nord du Sahara : la question de Tāmdult » ; P. Cressier et alii, « La naissance de la ville islamique au Maroc ».

2 G. Camps, Berbères aux marges de l’histoire.

3 A. Laroui, L’histoire du Maghreb ; H. Ferhat, Sabta des origines au xive siècle.

4 J. Devisse, « Routes de commerce et échanges en Afrique occidentale » ; voir également, C. Vanacker, « Géographie économique de l’Afrique du Nord » et, pour le Maghreb al-Aqṣā, Ch. Picard, L’océan Atlantique musulman, pp. 508-514.

5 En particulier, R. Messier, « The Almoravids. West African Gold », et Id., « Sijilmāsa : l’intermédiaire entre la Méditerranée et l’ouest de l’Afrique ».

6 Une des meilleures synthèses sur l’histoire du Maghreb, qui donne une bonne idée de la place de cette matière dans son élaboration, est l’ouvrage de G. Chiauzi, F. Gabrieli, P. Guichard et alii, Maghreb médiéval.

7 Nombre d’ouvrages concernés ne sont pas à proprement dit des traités géographiques tels qu’on les considèrent dans le cadre de la littérature arabe classique, à commencer par l’œuvre essentielle d’Ibn Haldūn.

8 Ibn Hurradāḏbih, Kitāb al-Masālik wa-l-mamālik ; éd. et trad. partielles, relatives à l’Occident musulman, Ibn Khurradādhbih, Ibn al-Faqīh al-Hamadhānī, Ibn Rustih, Description du Maghreb et de l’Europe, éd. et trad. par M. Hādj-Sadok, pp. 2-29. Pour l’ensemble de ces auteurs, se reporter aux articles les concernant dans Encyclopédie de l’Islam (Brill, Leyde, Nouvelle éd. depuis 1954) et A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman.

9 Al-Ya‘qūbī, Kitāb al-Buldān ; trad. française par G. Wiet, Les Pays.

10 Ibnawqal, Kitāb urāt al-ar ; trad. française par J. H. Kramers et G. Wiet, Configuration de la terre.

11 A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman, t. I, pp. xxxi-xxxii et 259 sqq. ; R. Brunschvig, « Un aspect de la littérature historico-géographique de l’Islam ».

12 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik ; voir J. Lirola Delgado, « Al-Bakrī ».

13 A. Amara et A. Nef, « Al-Idrīsī et les Ḥammūdides de Sicile » ; al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française par H. Bresc et A. Nef.

14 Kitāb al-Istibṣār fī ‘ağā’ib al-amṣār (1986) ; trad. française par E. Fagnan, L’Afrique septentrionale ; Ibn Sa‘īd al-Maġribī, Al-Muġrib fī ḥulā l-Maġrib ; Id., Baṣt al-arḍ fī l-éul wa-l-arḍ ; trad. espagnoles partielles par J. Vernet, « Marruecos en la geografía de Ibn Sa‘īd al-Maghribī », et Id., « España en la geografía de Ibn Sa‘īd al-Maghribī » ; Ibn Haldūn, Kitāb al-‘Ibar ; trad. française partielle par W. Mac Guckin de Slane, Histoire des Berbères ; Ibn Haldūn, Le livre des exemples, trad. française et comm. par A. Cheddadi.

15 Citons, entre autres, A. Cheddadi, Ibn Khaldën, l’homme et le théoricien de la civilisation ; G. Martinez-Gros, Ibn Khaldën et les sept vies de l’Islam.

16 Sur l’œuvre biographique, voir H. De Felipe, « Beréberes en diccionarios biográficos ».

17 Ne pouvant citer l’ensemble de cette bibliographie, voir pour le propos qui nous intéresse, T. Lewicki, « Le monde berbère vu par les écrivains arabes du Moyen Âge ».

18 E. Tixier, Géographie et géographes d’al-Andalus, p. 600.

19 G. Camps, Berbères aux marges de l’histoire, p. 17.

20 B. Rosenberger, « Histoire économique du Maghreb islamique » ; B. Rosenberger et H. Triki, « Famines et épidémies au Maroc ».

21 M. Barceló, Sobre Mayūrqa ; Id., « Assentaments berbers i árabs a les regions del nord-est d’al-Andalus » ; Cl. Torres, « A alcáçova de Mértola ».

22 H. De Felipe, Identidad y onomástica de los beréberes.

23 P. Guichard, Structures sociales « orientales » et « occidentales ».

24 S. D. Goitein, « La Tunisie du XIe siècle » ; H. R. Idris, « Commerce maritime et qirād en Berbérie orientale » ; Id., « Le mariage en Occident musulman ».

25 C’est le cas des fouilles actuellement menées sous la direction de ‘A. Fili et J.-P. Van Staëvel dans la vallée du Sūs marocain.

26 R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes ; É. Voguet, « Dissidence affirmée ou rejet codifié de la umma ».

27 En particulier les travaux de Jacques Berque : J. Berque, Opera Minora, 1 ; É. Voguet, Entre réalités sociales et construction juridique, pour les derniers siècles du Moyen Âge.

28 Ce ne sont là que quelques exemples : D. Valérian, Bougie, port maghrébin ; Y. Benhima, Espace et société rurale au Maroc médiéval ; T. Madani, L’eau dans le monde musulman médiéval ; A. Amara, Pouvoirs, économie et société.

29 D. Valérian, Bougie, port maghrébin, mais également Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib ; les textes les plus connus émanent de M. Amari, I Diplomi Arabi del Archivo Fiorantini et L. de Mas Latrie, Traités de paix et de commerce.

30 P. Guichard, « Mise en valeur du sol et production ».

31 B. Rosenberger, « Histoire économique du Maghreb islamique ».

32 Voir P. Guichard, « Mise en valeur du sol et production ».

33 A. Siraj, « Hommes, pouvoirs et espaces dans le Maghreb occidental du Moyen Âge ».

34 Sachant qu’il est ici impossible de s’intéresser à la totalité du territoire maghrébin, les exemples seront empruntés à la région du Maghreb al-Aqṣā, qui constitue déjà une zone très vaste. Sur le processus d’écriture des géographes arabes, concernant cette région, voir A. Siraj, « Hommes, pouvoirs et espaces dans le Maghreb occidental du Moyen Âge ».

35 A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman, t. I ; E. Tixier, Géographie et géographes d’al-Andalus.

36 N. Benco, The Early Medieval Pottery Industry ; Id., « 1990. Archeological Investigation at al-Baṣra, Morocco » ; P. Cressier, « Urbanisation, arabisation, islamisation », p. 28.

37 Ibnawqal, Kitāb Ṣurāt al-arḍ, pp. 79-80 ; trad. française par J. H. Kramers et G. Wiet, Configuration de la terre, p. 76.

38 Vers le milieu du IXe siècle, sous les Idrissides. Voir D. Eustache, « El-Basra, capitale idrissite » ; al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, pp. 103 et 110 ; trad. française (éventuellement remaniée) par W. Mac Guckin de Slane, pp. 203 et 216-217.

39 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, pp. 530-531 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française par H. Bresc et A. Nef, p. 250.

40 Kittāb al-Istibār fī ‘ağā’ib al-amār (1986), pp. 77-78 ; trad. française par E. Fagnan, L’Afrique septentrionale, pp. 139-140.

41 Ibid., éd. p. 76, trad., p. 137.

42 Toutefois, al-Bakrī énonce (Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 79 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 159) que cette muraille est « dégradée et ruinée de tous côtés ».

43 Ibid., éd. pp. 76-80, trad. pp. 154-162.

44 Ibid., éd. p. 106, trad. p. 209

45 Ibid., éd. p. 106, trad. p. 210.

46 Ibnawqal, Kitāb urāt al-arḍ, pp. 78-79 ; al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, pp. 134-140 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, pp. 259-269.

47 Ibid., éd. pp. 100-101, trad. pp. 197-199.

48 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, pp. 227-228 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française par H. Bresc et A. Nef, pp. 135-136.

49 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 109 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 215.

50 A. Siraj, « Hommes, pouvoirs et espaces dans le Maghreb occidental du Moyen Âge », a montré que les villes « romaines » étaient toujours mentionnées comme des ruines, comme si elles avaient été désertées, ce qui ne fut pas obligatoirement le cas.

51 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 161 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 305.

52 Ibid., éd. p. 162, trad. p. 306 ; al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, p. 241 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française par H. Bresc et A. Nef, p. 148.

53 P. Cressier, M. Naïmi et A. Touri, « Maroc saharien et Maroc méditerranéen au Moyen Âge ».

54 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, pp. 226-227 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française par H. Bresc et A. Nef, pp. 134-135.

55 Duarte Pacheco, dans R. Ricard, « La côte atlantique du Maroc au début du XVIe siècle », pp. 237 sqq. et p. 253 ; Léon l’Africain, Description de l’Afrique, p. 88.

56 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 109 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 215.

57 Ibid., éd. pp. 107-108, trad. pp. 210 et 213.

58 Ibid., éd. pp. 109-110, trad. pp. 215-216.

59 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, p. 225 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française par H. Bresc et A. Nef, p. 133 ; aḍḍara désigne d’abord l’action de sédentarisation du nomade (A. de Kazimirski Biberstein, Dictionnaire arabe-français, t. I, pp. 446-447).

60 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, p. 229 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française par H. Bresc et A. Nef, p. 137.

61 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 160 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 303.

62 Ibid., éd. p. 162, trad. p. 307.

63 Ibid., éd. p. 163, trad. p. 308.

64 Ibid., éd. p. 155, trad. p. 295.

65 Ibid., éd. p. 111, trad. p. 220.

66 Ibnawqal, Kitāb Ṣurāt al-arḍ, p. 77 ; trad. française par J. H. Kramers et G. Wiet, Configuration de la terre, pp. 80-81.

67 Ibnawqal, Kitāb Ṣurāt al-arḍ, pp. 110-111 ; trad. française par J. H. Kramers et G. Wiet, Configuration de la terre, pp. 219-220.

68 Ibid., éd. p. 93, trad. p. 187.

69 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, pp. 244-245 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française par H. Bresc et A. Nef, pp. 151-152.

70 al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, p. 232 ; Id., La première géographie de l’Occident, trad. française par H. Bresc et A. Nef, p. 140.

71 al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, p. 162 ; trad. française par W. Mac Guckin de Slane, p. 306.

72 Fouilles sous la responsabilité de ‘A. Fili et J.-P. Van Staëvel.

73 Ibn ‘Iḏārī, Kitāb al-Bayān, éd. A. Huici-Miranda, « Un fragmento inédito de Ibn ‘Idhārī », p. 50, et Id. (éd.), Colección de crónicas árabes, t. III, p. 243. Sur ces événements, voir V. Lagardère, Les Almoravides jusqu’au règne de Yūsuf b. Tāshfīn, pp. 61 sqq. Sur l’ouvrage d’Ibn ‘Iḏārī, se reporter à É. Fricaud, Ibn ‘Iḏārī al-Marrākušī.

74 Ibn Haldūn, Kitāb al-‘Ibar, t. VI, p. 375, et trad. française par W. Mac Guckin de Slane, Histoire des Berbères, t. II p. 70.

75 Ce qui ne remet pas en cause la qualité historique de ces ouvrages, mais leur présentation du rôle des Berbères dans cette histoire, en particulier chez G. Marçais, La Berbérie musulmane et l’Orient.

76 M. Cherif, Ceuta aux époques almohade et mérinide ; H. Ferhat, Sabta des origines au XIVe siècle.

Auteur

Université Paris I - UMR 8167

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540