Version classiqueVersion mobile

Être à table au Moyen Âge

 | 
Nelly Labère

À la table des matières

Portrait de l’écrivain en mangeur à la fin du Moyen Âge

La nourriture comme code chez Eustache Deschamps

Jacqueline Cerquiglini-Toulet

Texte intégral

  • 1 E. R. Curtius, La littérature européenne, pp. 166-168.
  • 2 R. Barthes, « Lecture de Brillat-Savarin », pp. 7-33.
  • 3 Charles d’Orléans, Ballades et rondeaux, éd. J. C. Mühlethaler, rondeau 277, p. 628.
  • 4 Christine de Pizan, Le livre de l’advision Cristine, éd. C. Reno et L. Dulac, I, II, p. 13.
  • 5 Heldris de Cornuälle, Le roman de Silence, éd. L. Thorpe, vv. 1808-1827.

1L’utilisation de la métaphore culinaire dans la réflexion sur l’écriture a une longue tradition. Dans son ouvrage magistral : La littérature européenne et le Moyen Âge latin1, ernst robert Curtius a analysé quelques images fulgurantes de Pindare à dante en passant par la Bible. Plus près de nous, roland Barthes2 s’est employé à étudier le système des saveurs, le jeu du culinaire dans l’écriture. La nourriture en effet, parce qu’elle fait partie de l’expérience commune, relève de ces grands réseaux métaphoriques, qui permettent à l’homme de rendre compte d’autres champs plus abstraits. Parce qu’elle est, sous ses deux espèces du pain et du vin, à l’origine des rites eucharistiques, elle trouve chez le chrétien des échos profonds. Je rappelle le traité de robert de Sorbon, De saporibus, traité sur l’eucharistie, qui expose les trente-deux saveurs du pain sacramentel. On peut en termes de nourriture parler d’amour, c’est « l’amoureuse cuisine3 », chère à Charles d’Orléans. On peut parler de l’enfer : la cuisine infernale connaît de beaux développements dans le théâtre de la fin du Moyen Âge où la batterie de cuisine remplace la douce harmonie des instruments de Paradis. La nourriture sert aussi à métaphoriser le processus de la création, création de l’homme mais aussi invention littéraire. Christine de Pizan représente Nature, non pas dans sa forge, comme le fait Jean de Meung, mais dans sa cuisine au début de L’Advision Cristine4 où elle fait les hommes comme on fait des gaufres : « environ soy avoit infinis instrumens de divers coins et empraintes, aussi comme sont a Paris molle a faire gauffres ». Pour l’auteur du Roman de Silence5, Nature fabrique l’homme comme l’on fait du pain, c’est-à-dire qu’elle tamise la farine pour faire « un vaillant home », un homme de valeur, une bonne pâte en quelque sorte. Le cuisinier est une figure humble du créateur, une figure domestique du magicien, lui qui comme eux travaille avec les éléments, le feu en particulier. Le cuisinier est alors une figure de Vulcain.

2Les écrivains peuvent dresser d’eux-mêmes un portrait en cuisiniers ; ils peuvent se peindre également en mangeurs, directement ou indirectement, par le biais de remarques qui semblent se glisser comme des confidences, ou par l’intermédiaire de personnages, mythologiques ou non, qui portent une facette de la figure d’auteur.

  • 6 Thibaut de Champagne, Les chansons de Thibaut, chanson 43, p. 149.
  • 7 Ibid., chanson 47, p. 164.
  • 8 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, t. IV, virelay 720, v. 22, p. 188.
  • 9 Alain Chartier, « Le débat des deux fortunés d’Amours », dans Id., The Poetical Works, pp. 155-195
  • 10 François Villon, Le testament, p. 76.
  • 11 Dante Alighieri, La divine comédie, pp. 234-235.

3Avoir faim, ne pas avoir faim, être gros, être maigre, ces considérations se présentent à nos auteurs, qu’ils fassent le choix de l’ascèse ou du banquet, ou que la contrainte leur impose un mode ou l’autre. Dans le portrait que l’auteur trace de lui-même en tant qu’auteur, son embonpoint ou sa maigreur entrent parfois en jeu. Embonpoint ou maigreur renvoient à trois causes : une position sociale, une place en tant qu’amoureux, un rapport au travail littéraire. Thibaut de Champagne dans le jeu parti qui l’oppose à raoul de Soissons6 se voit rappeler par celui-ci son « ventres gros et farsis » (v. 25) et par une dame dans un autre jeu parti7 : « Que trop megres n’est oncore mie » (v. 11). Le poète répond à la dame en parlant de l’amour qu’il éprouve : « de la joie m’en aim melz et tieng chier/et pour ce ai ma graisse recouvree » (vv. 17-18). Si l’amour heureux fait grossir, et en particulier le prince, l’amour malheureux a les effets inverses et la maigreur est une façon de peindre un amoureux insatisfait. « Las ! je pers le boire et mengier » s’écrie un amoureux d’Eustache Deschamps8. Certains manuscrits ont coloré de cette manière Le débat des deux fortunés d’amours d’alain Chartier9 en l’intitulant : « le débat du gras et du maigre ». Chartier y montre amour s’emparant des jeunes gens et les dressant comme on dresse les oiseaux de proie : « Si les muë, amaigrit et affame,/Puis au loirre les affaicte et reclame/a obeïr au vouloir de leur dame » (vv. 594-596). Ardent désir travaille l’amant « si qu’en doulceur devient parfait et duit » (v. 571). La comparaison est avec le travail du sucre dans la pâtisserie : « comme le sucre a la chaleur recuit » (v. 572). Évoquer sa maigreur en lien avec sa condition sociale, c’est ce que fait Villon dans son Testament10 : « Sans pechié soit parfait ce dit/Par moy, plus maigre que chimere » (vv. 827-828). La convoquer en lien avec son travail littéraire, telle est la posture qu’adopte dante au livre XXV du Paradis parlant de son écriture : « si che m’ha fatto per molti anni macro » [« et qui m’a fait maigrir de longues années »11] (v. 3).

  • 12 La richesse des mentions de la nourriture chez Eustache Deschamps a été relevée et commentée du po (...)

4Parmi tous les auteurs que j’ai examinés pour cette recherche, l’un m’a arrêtée tout particulièrement par la richesse et la diversité de ses mentions de la table et par la complexité du portrait qu’il donne de lui-même dans son rapport à la nourriture : Eustache Deschamps12.

  • 13 Eustache Deschamps, Le miroir de Mariage, dans Œuvres complètes, t. IX, vv. 3783-3856, pp. 125-128
  • 14 Pièce 1496, dans Id., Œuvres complètes, t. VIII, pp. 339-346.
  • 15 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, chap. « De mangier », p. 14 : « li pains ki est bien cu (...)
  • 16 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, chap. « De tous poissons », p. 174 : « Et encore convie (...)
  • 17 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, chap. « De char de porc », p. 122 : « de porciel jovene (...)
  • 18 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, chap. « De mangier », p. 14 : « car tot fruit et tout c (...)
  • 19 Ibid., ballade 1236, t. VI, pp. 241-243.
  • 20 Ibid., ballade 1272, rondeau 1273, t. VII, pp. 11-13.
  • 21 On trouve un essai d’interprétation de cette ballade à l’aide du concept d’« appropriation du mond (...)
  • 22 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, ballade 215, t. II, pp. 39-40.
  • 23 On corrigera donc l’affirmation trop univoque de G. Raynaud au tome XI de son édition p. 315, qui (...)
  • 24 Ibid., ballade 819, t. IV, pp. 338-339. Là encore, il est hasardeux de déclarer sur ce seul exempl (...)

5Celui-ci a tout inventorié : les mets, les recettes, les instruments de cuisine, les manières de table, jusqu’aux envies des femmes enceintes13. Son rapport à la table a deux faces : la face joyeuse du buveur, franc « galois », bon vivant, et la face grave de celui qui rime des régimes de santé, tel son « Notable enseignement pour continuer santé en corps d’omme14 », ou des pièces où il donne des conseils pour lutter par un régime approprié contre les épidémies. Ses conseils font écho au savoir médical de son temps et en particulier au traité Le régime du corps d’aldebrandin de Sienne, médecin installé au XIIIe siècle à Troyes — son testament est fait dans cette ville en 1387 — et champenois donc comme Eustache Deschamps. On trouve chez l’un et chez l’autre un même éloge du pain frais15, du vin clair et une même méfiance envers toute nourriture visqueuse, le qualificatif est chez l’un et chez l’autre et s’applique aussi bien aux poissons sans écaille16 qu’à la viande du porc jeune17, une même mise en garde contre les fruits18. Mais là où aldebrandin de Sienne est systématique et analytique, Eustache Deschamps double toujours ses remarques d’un autre type de rationalité que les humeurs. Il joue sur un code à plusieurs entrées : critique sociale, allusions politiques, jeux rhétoriques. Il consacre ainsi une ballade19 au porc sur le refrain « Pourcel ne fist bien en sa vie » qu’il conclut : « Ce n’est pas viande de roy », de même qu’il assure que les tripes sont plat de « petis compaignons20 ». On note dans les deux cas la convenance entre certains types de nourriture et la classe sociale. Deschamps constate par ailleurs le succès des tripes ainsi que l’affirme le refrain de la ballade 1272 : « Chascuns veult des tripes mangier21 ». Il est lui-même fasciné par cette nourriture dans son rapport à l’excrément. Un certain nombre de mets sont dénoncés pour eux-mêmes, peut-être, mais aussi par l’effet de satire que permet leur nom. Il en va ainsi des truffes22, où l’on entend l’aliment, « racine d’orrible vision » (v. 10) et la truffe, la tromperie23. On en use à la Cour dit Deschamps « Ou pluseurs sont par ce fruit attendant/de pis avoir que d’acès de tierçayne » (vv. 26-27). Le jeu est du même ordre dans l’attaque des mets caractéristiques de la Normandie24 : cidre et poissons de mer. C’est la province qui est visée pour des raisons politiques, ses démêlés avec la royauté. Le nom à double entente des poissons mentionnés ne trompe pas :

Gardez vous bien de mangier maqueriaux
Et ces mullés, c’est viande pourrie
Dont pluseurs gens sont devenus meseaux.

  • 25 Jean Froissart, Ballades et rondeaux, ballade 23, vv. 8-9, p. 3
  • 26 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, ballade 1162, t. VI, pp. 100-101.
  • 27 Ibid., pièce 1407, v. 287, t. VIII, p. 20. Sur ces jeux onomastiques, voir notre article « Eustach (...)
  • 28 Ibid., pièce 1496, v. 182, t. VIII, p. 345.
  • 29 Tous ces verbes se rencontrent dans le discours de la Vieille du Roman de la Rose, qui dénonce à B (...)
  • 30 J. W. Hassell, Middle French Proverbs, g42, p. 128.
  • 31 Dans Les faicts et dictz, v. 52, t. II, p. 538.

6C’est souvent d’abord pour des raisons symboliques que des aliments sont dénoncés. Les poètes masculins médiévaux développent une crainte, que je pourrais appeler la peur des f. Cette phobie est indexée sur l’initiale du mot femme et du mot folie. Jean froissart25 écrit ainsi une ballade dont le refrain est : « Mais je sçai bien qu’il se fait bon garder/de froit, de fruit, de fame et de froumage ». Le fromage est l’emblème du fou, fromage mou comme la cervelle du personnage. Le fruit fait partie des aliments sur la dangerosité duquel les régimes du corps attirent l’attention, mais il est entraîné aussi dans ce refrain par l’allitération et peut-être par une réminiscence de la pomme d’Ève, source de tous les malheurs de l’humanité. Eustache Deschamps dans une de ses ballades, régime contre « l’épidémie26 », donne les conseils suivants : « de femme avoir ne li souviengne mie » (v. 12) et « de grosses chars et de choulz s’abstenir/et de tous fruiz se doit on en partie » (vv. 17-18). La nourriture fonctionne comme un code qui joue sur différents claviers. Elle permet au poète d’exemplifier la philosophie qu’il développe dans toute son œuvre : la mesure, sa philosophie morele, à l’emblème de son nom, eustache Morel, ainsi qu’il la nomme27. Il utilise tous les sens du mot régime, développant le parallèle entre conseils diététiques et conseils moraux et politiques. Le poète se révèle fasciné par le goinfre, celui dont le ventre est un gouffre et pour lequel l’enfer est à l’intérieur de son corps même, dans ce creux insatiable : « Mains sont mort d’emplire leur sac » écrit-il dans son Notable enseignement pour continuer santé en corps d’omme28. Engloutir, engouffrer, ensacher, entasser, pour les nourritures solides, engorger, engouler, entonner pour les liquides29, le glouton dénonce ce creux à l’intérieur de lui-même et creuse sa tombe avec ses dents, comme dit le proverbe30. « Gormand fait se fosse aux dens », c’est sur ce proverbe que Jean Molinet conclut un des huitains qu’il consacre aux Neuf Preux de Gourmandise31.

7Eustache Deschamps dresse l’échelle des états de l’affamé au rassasié et plus que rassasié en passant par le nourri, celui dont la consommation de nourriture s’est accomplie dans la juste mesure. La poésie d’Eustache Deschamps est une réflexion sur la notion d’excès. Le regard que le poète porte sur le mangeur isole une partie du corps de ce dernier : le ventre, ou plutôt la panse. L’emploi de ce terme renvoie en effet l’humain au registre de l’animal, encore que l’animal aux yeux de Deschamps ait une supériorité sur l’homme en ce domaine : il ne boit pas sans soif et ne mange pas sans faim.

Les chevauls, bestes et brebis,
Tout animal en sa substance,
S’ilz passent. IIII. fois ou dix
Par un ruissel, nul ne s’avance
De boire, puis qu’a souffisance
A but une foiz ; ceuls sont sains ;
Mais sanz raison a nos. II. mains,
Voulons vin, viande engloutir
A toute heure, s’en sommes vains,
Sanz reposer et sanz dormir.
(Ballade 1121, t. VI, pp. 35-37, vv. 11-20.)

  • 32 Ibid., t. VIII, pp. 247-338.

8L’homme lui agit « Pour goust de bouche et emplir pance » (ballade 1121, v. 4). Il joint au besoin le désir et un désir incontrôlé. Dans La fiction du Lyon32, Eustache Deschamps dénonce ces hommes « Qui gourmandent, boivent, manguent/Sanz faim, sans soif ; ainsi se tuent,/et veulent vivre pour mangier/et non manger pour vie allongier » (vv. 1431-1434).

9La vision d’un corps morcelé où des parties du corps luttent entre elles désigne une autre obsession du poète, la déchéance corporelle due à la vieillesse, le moment où le corps part en morceaux, en loques, en blobes. À trop « happer de loppins », le corps se disloque. Aussi Deschamps montre-t-il de manière ironique le cul faisant la morale au ventre. Il invente des débats non du cœur et du corps mais du cul et du ventre. Ainsi dans un rondeau :

Ventre puans, par dieu, je vous lairay,
Vostre culz, sur qui ne vous puis porter ;
De tant mangier vous vueillez deporter,
Ou autrement plus ne vous serviray.
(Rondeau 685, t. IV, p. 144, vv. 1-4.)

  • 33 Ibid., ballade 1024, v. 29, t. V, pp. 294-295.
  • 34 Ibid., ballade 398, vv. 1-2, t. III, p. 180.

10ou, dans une ballade, le cul s’écrie : « Plus ne vueil servir tel pensu33 ». Il en va de même des remontrances des pieds à la bouche : « Bouche, les piez, fort de toy nous plaignons/Qui par excès nous donnes trop de paine34. »

  • 35 Voir, par exemple, dans ibid., la ballade 777, t. IV, pp. 277-278, sur le rot et la défécation sur (...)
  • 36 Eustache Deschamps consacre plus d’un texte aux lieux d’aisance. Voir, par exemple, dans Œuvres co (...)
  • 37 On pense bien sûr aux analyses de S. Freud dans « Caractère et érotisme anal », par exemple.
  • 38 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, t. IV, pp. 307-308.
  • 39 Ibid., ballade 871, t. V, pp. 51-52.
  • 40 Ibid., ballade 84, vv. 3-6, t. I, p. 187.
  • 41 Ibid., t. II, pp. 237-305.

11Deschamps suit tout le trajet de la nourriture, de son ingurgitation par la bouche, de son mâchage par les dents à sa digestion dans le ventre, jusqu’à son excrétion et, éventuellement, dans les cas d’indigestion à son renvoi. Il analyse le phénomène du rot, le sanglot pour le vin, le breton pour le rot35. Il produit des ballades où le scatologique s’associe au burlesque36. Dans certains cas, un lien explicite se noue entre excrément et argent37. La ballade 79738 est fondée sur cette équivalence. Le poète a été « restraint » et de sa diarrhée, un « flux du ventre », et de ses gages, lui « a qui on a. XX. Jours serré le ventre : Sans croix » (vv. 8-9). Le refrain de la ballade « Qu’il ne puisse jamaiz aller a chambre » joue sur la chambre de retrait (les cabinets) et la chambre aux deniers mentionnée au vers 17. L’attention nouvelle portée au corps jusque dans sa machinerie corporelle la plus intime révèle des obsessions de nature complexe. Il faut relire dans cette optique la ballade consacrée aux tripes où l’on « treuve bien du bran au fons » (v. 22) mais où l’envoi qui précise « on en fait maille et denier » fait résonner la syllabe or : « on en dort, on en fait ors sons » (v. 35). Deschamps est pris entre exaltation de la sensualité et rabaissement ou utilisation seconde du corps. Exaltation de la sensualité : c’est la ballade d’adieux à Paris39, « adieu Paris, adieu petiz pastez », où sont chantés les délices de la ville (amours, bains, nourritures) ; ce sont les souhaits aux gens de mer d’avoir, comme lui, « de ce bon vin frisque, friant et cler/dont a la court est ma gueule arrousée,/Poucins, perdriz, connims a la gelée,/et de ce pain legier de Carpentras40 ». De l’abaissement du corps, rendent compte les textes où l’homme n’est plus qu’un « sac a fiens », dans la tradition du De contempu mundi de lothaire de Segni, le futur innocent III, qu’Eustache Deschamps a adapté, sous le titre Double lay de la fragilité humaine41.

  • 42 Ibid., t. VIII, pp. 211-246.
  • 43 Ibid., t. I, pp. 312-313.
  • 44 Ibid., t. IV, pp. 273-274.

12Eustache Deschamps parle de lui en mangeur de manière directe et indirecte. Il projette ainsi sa persona dans deux personnages de valets qui tous deux, par leur fonction, sont liés à la cuisine. Je pense aux deux valets de son Traité de Geta et Amphitrion42, traduction et récriture du Geta de Vital de Blois (vv. 1150-1160), qui récrit lui-même Plaute. Le portrait qu’Archas trace de Geta, alors même qu’il a pris son apparence, est un portrait de laideur. Il rappelle par de nombreux traits celui que Deschamps donne de lui-même, dans la ballade 17843 mais surtout dans la ballade 77444 où il se proclame le roi des laids. Même couleur de peau, noire, même pilosité, même embonpoint : « Cours, rons et gros, ne me puis acoler » (v. 14), même difformité générale du corps : « Gresles dessoubz et espès par-dessus » (v. 17). Le comique réside dans le fait que geta adhère à la description qui le peint en goinfre :

Et la pance ay si fort tesie
Qu’om dit que c’est ydropisie.
Trop prant mon estomac pasture,
Si que ne puis trouver sainture
Qui me puist celle emfleure oster
[…]
Mes ventres va près des genoux,
Tant y met de pain et de tourte.
(Geta et Amphitrion, t. VIII, p. 234, vv. 709-713 et 720-721.)

13Pourtant à la suite de son voyage à athènes avec son maître, amphitrion, geta veut transformer sa condition : « en ma cuisine pardurable/des or comme frans viveray/et mes varlès enseigneray » (vv. 414-516). Les deux valets font alors une utilisation différente de la bouche. Geta, le valet logicien en fait l’organe d’une parole dévoyée, lui qui se veut un magicien de la parole, transformant à son gré, par le pouvoir de ses syllogismes, un homme en âne. Birrea, le valet paresseux et gourmand, qui n’a pas couru les écoles, se sert de sa bouche pour manger. Geta est le valet de l’homme amphitrion, Birrea est le valet d’Alcmène, la femme. La partition est significative. L’intellect ou sa parodie est du côté de l’homme, la sensualité du côté de la femme. Pourtant le dénouement donne le dernier mot à Birrea, c’est le triomphe des sens primaires, du goût aux dépens d’une fausse subtilité. Birrea affirme : « a ceuls plaise leur estudie ; / Ma cuisine a moy, quoy qu’om die,/Me plaist et la gresse du pot/de logique ne serai sot » (vv. 953-956). Et il conclut : « Je m’en riray en ma cuisine » (v. 1098). Birrea retourne dans sa cuisine (le préfixe re désigne l’action d’aller en sens inverse) mais l’on entend aussi, en surimposition, le verbe rire. Il y a un lien ambigu entre la nourriture et le rire que pointent les échos de sons et de sens de mots comme bouffe, buffa, bouffon.

  • 45 Éloy d’Amerval, Livre de la deablerie, vv. 9-12, p. 56.
  • 46 Pour l’analyse du réseau de la nourriture chez Christine de Pizan, voir notre article « Le goût de (...)
  • 47 Guillaume de Lorris et Jean de Meung, Le roman de la Rose, éd. F. Lecoy, t. III, vv. 21521-21528.

14Il y a de même un lien riche et profond entre l’activité de manger et la lecture. Pierre le Mangeur, Petrus Comestor, au XIIe siècle, est ainsi surnommé à cause de son appétit pour cette activité. Ce lien se dit matériellement par la concomitance de l’action de manger et l’audition d’un texte lu, du réfectoire des moines (les collations) à la table des reines. Il s’ancre ensuite dans l’activité même de manger et dans la décomposition de ses divers moments : manducation, dégustation — c’est l’acte de savourer les mots —, digestion. Qu’on pense enfin au vocabulaire commun aux deux activités. J’en prends un seul exemple, le mot table, table du repas, riche de mets, table du livre, riche de matières. Éloy d’Amerval se livre à ce jeu d’associations dans son Livre de la deablerie. Il écrit : « En ceste table nul ne digne,/Tant soit notable, riche ou digne. /Je vous la presentë et livre, / Car c’est la table d’ung beau livre45 ». On peut opérer alors un classement des poètes selon la mise en scène de leur rapport à la nourriture. Un premier critère est leur position par rapport à l’abondance ou à la rareté des mets, à la facilité ou à la difficulté de leur accès. J’opposerai, de ce point de vue, les poètes qui se présentent au figuré en mangeur de miettes — miettes du savoir pour la femme, Christine de Pizan46, miettes tombées de la table du riche — aux ogres qui dévorent les mets et les mots. Un second critère est la nature des nourritures où se porte leur choix : nourritures blanches : lait, pain blanc — on retrouve là Christine de Pizan —, nourritures rouges, carnées, sang et vin. Un troisième critère serait le rapport à la diversité des mets : poètes d’une seule nourriture — les mystiques très souvent — et ceux qui font de l’exploration des sensations un des critères de leur art. Jean de Meung est leur chef de file, qui écrit dans Le roman de la Rose47 :

Il fet bon de tout essaier
Por sai mieuz es biens esgaier,
Ausinc con fet li bon lechierres
Qui des morseaus est connoissierres
Et de pluseurs viandes taste
An pot, an rost, an soust, an paste,
En friture et en galantine,
Quant antrer peut en la cuisine.

15Le rapport à la nourriture est une entrée précieuse dans l’imaginaire des écrivains et dans la conception qu’ils se font de leur art. Salade, farce, fricassée, entremets, le choix de la forme et du sens peut se dire en des termes tout à la fois culinaires et littéraires. Paysages alimentaires à la manière des tableaux d’Arcimboldo ou plus près de nous de Erró.

Notes

1 E. R. Curtius, La littérature européenne, pp. 166-168.

2 R. Barthes, « Lecture de Brillat-Savarin », pp. 7-33.

3 Charles d’Orléans, Ballades et rondeaux, éd. J. C. Mühlethaler, rondeau 277, p. 628.

4 Christine de Pizan, Le livre de l’advision Cristine, éd. C. Reno et L. Dulac, I, II, p. 13.

5 Heldris de Cornuälle, Le roman de Silence, éd. L. Thorpe, vv. 1808-1827.

6 Thibaut de Champagne, Les chansons de Thibaut, chanson 43, p. 149.

7 Ibid., chanson 47, p. 164.

8 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, t. IV, virelay 720, v. 22, p. 188.

9 Alain Chartier, « Le débat des deux fortunés d’Amours », dans Id., The Poetical Works, pp. 155-195.

10 François Villon, Le testament, p. 76.

11 Dante Alighieri, La divine comédie, pp. 234-235.

12 La richesse des mentions de la nourriture chez Eustache Deschamps a été relevée et commentée du point de vue des realia essentiellement par K. Becker, « Les Realia dans les poèmes de voyages d’Eustache Deschamps » ; S. Bliggenstorfer, « Eustache Deschamps et la satire du ventre plein » ; T. Scully, « Manger pour vivre ».

13 Eustache Deschamps, Le miroir de Mariage, dans Œuvres complètes, t. IX, vv. 3783-3856, pp. 125-128.

14 Pièce 1496, dans Id., Œuvres complètes, t. VIII, pp. 339-346.

15 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, chap. « De mangier », p. 14 : « li pains ki est bien cuis et bien levés et fais d’un jor, et fais de boin forment pur et net ». Chez Eustache Deschamps, Notable enseignement, dans Œuvres complètes, t. VIII, vv. 35-38, p. 340 : « Pain de froment a tout la fleur/Bien cuit, d’une nuit et d’un jour,/Qui sante un petit son levain/Ou le sel, user soir et main. »

16 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, chap. « De tous poissons », p. 174 : « Et encore convient qu’il soient escalié de grosses escailles ». Eustache Deschamps, Notable enseignement, dans Œuvres complètes, t. VIII, vv. 25, 27-29 et 32, p. 340 : « Ne mangez […] De gros et vilez poissons visqueux/de douces eaue ; eschuez ceulx/De mer qui ont bestiauls nom, / […] Qui sanz escailles sont nuisables. »

17 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, chap. « De char de porc », p. 122 : « de porciel jovene de lait, li chars en est plus moiste, et plus froide et plus wischeuse d’autre char ». Eustache Deschamps, Notable enseignement, dans Œuvres complètes, t. VIII, vv. 18 et 20, pp. 339-340 : « Ne mangez […] Pourceaulx privez visqueux. »

18 Aldebrandin de Sienne, Le régime du corps, chap. « De mangier », p. 14 : « car tot fruit et tout chol sont malvais à user por ce k’il font malvais sanc ». Eustache Deschamps, Notable enseignement, dans Œuvres complètes, t. VIII, vv. 45-48, p. 340 : « Chastaignes, pommes, nefles, poires,/Ne mangiez ne semblables fruis,/Car ilz nusent et crus et cuis. »

19 Ibid., ballade 1236, t. VI, pp. 241-243.

20 Ibid., ballade 1272, rondeau 1273, t. VII, pp. 11-13.

21 On trouve un essai d’interprétation de cette ballade à l’aide du concept d’« appropriation du monde quotidien » dans D. Ingenschay, « La rhétorique et le “monde quotidien” chez Eustache Deschamps », pp. 255-256.

22 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, ballade 215, t. II, pp. 39-40.

23 On corrigera donc l’affirmation trop univoque de G. Raynaud au tome XI de son édition p. 315, qui note que Deschamps « dirige contre les truffes des attaques que les gastronomes d’aujourd’hui ne comprennent pas ».

24 Ibid., ballade 819, t. IV, pp. 338-339. Là encore, il est hasardeux de déclarer sur ce seul exemple, comme le fait G. Raynaud, t. X, p. 316, qu’Eustache Deschamps est « dédaigneux du cidre ». La dénonciation se place sur un autre plan. Le régime du corps d’Aldebrandin de Sienne consacre un court chapitre au « vin de pume » (p. 119) où il est dit qu’« il n’est mie sains à user, por ce qu’il enfle et engrosse le forciele et estoupe les voies du foie et du poumon ». Aldebrandin lui reconnaît malgré tout quelques vertus. Eustache Deschamps dans sa critique dénonce le « Cidres verneux qui le ventre amolie/et qui vous fait en france souhaidier » (vv. 5-6).

25 Jean Froissart, Ballades et rondeaux, ballade 23, vv. 8-9, p. 3

26 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, ballade 1162, t. VI, pp. 100-101.

27 Ibid., pièce 1407, v. 287, t. VIII, p. 20. Sur ces jeux onomastiques, voir notre article « Eustache Deschamps en ses noms », pp. 11-12.

28 Ibid., pièce 1496, v. 182, t. VIII, p. 345.

29 Tous ces verbes se rencontrent dans le discours de la Vieille du Roman de la Rose, qui dénonce à Bel accueil les mauvaises manières de table (éd. F. Lecoy, t. II, vv. 13355-13427). Ils se rencontrent également dans l’œuvre de Deschamps qui consacre une ballade aux différentes manières de manger (Eustache Deschamps, Œuvres complètes, ballade 844, vv. 21-22, t. V, pp. 15-16 : « Je n’oy oncques tant de joye ne ris/Que de veoir leurs morceaulx ensacher »).

30 J. W. Hassell, Middle French Proverbs, g42, p. 128.

31 Dans Les faicts et dictz, v. 52, t. II, p. 538.

32 Ibid., t. VIII, pp. 247-338.

33 Ibid., ballade 1024, v. 29, t. V, pp. 294-295.

34 Ibid., ballade 398, vv. 1-2, t. III, p. 180.

35 Voir, par exemple, dans ibid., la ballade 777, t. IV, pp. 277-278, sur le rot et la défécation sur le refrain : « Estront, par la ! g’iray par huis ».

36 Eustache Deschamps consacre plus d’un texte aux lieux d’aisance. Voir, par exemple, dans Œuvres complètes, un passage de la Lettre de ottroy, pièce 1403, vv. 33-46, t. VII, p. 344. Il dénonce le « culz » de Regnault d’Engennes (ballade 810, t. IV, pp. 327-328), ballade dont le refrain est « Je croy qu’il n’a nul plus ort cul ou monde. »

37 On pense bien sûr aux analyses de S. Freud dans « Caractère et érotisme anal », par exemple.

38 Eustache Deschamps, Œuvres complètes, t. IV, pp. 307-308.

39 Ibid., ballade 871, t. V, pp. 51-52.

40 Ibid., ballade 84, vv. 3-6, t. I, p. 187.

41 Ibid., t. II, pp. 237-305.

42 Ibid., t. VIII, pp. 211-246.

43 Ibid., t. I, pp. 312-313.

44 Ibid., t. IV, pp. 273-274.

45 Éloy d’Amerval, Livre de la deablerie, vv. 9-12, p. 56.

46 Pour l’analyse du réseau de la nourriture chez Christine de Pizan, voir notre article « Le goût de l’étude : saveur et savoir chez Christine de Pizan ».

47 Guillaume de Lorris et Jean de Meung, Le roman de la Rose, éd. F. Lecoy, t. III, vv. 21521-21528.

Auteur

Université Paris Sorbonne - Paris IV

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search