Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être à table au Moyen Âge

 | 
Nelly Labère

Des mots plein la bouche. Stratégies discursives des propos de table

Quand la nourriture se fait parole

Scènes de communication alimentaire dans les récits médiévaux

Jean-Claude Mühlethaler

Texte intégral

Mon dîner vous apprend ce que vous ne savez peut-être pas, dit le pasteur en souriant ; c’est aujourd’hui jour maigre suivant les lois de l’Église.
Brillat-Savarin, Physiologie du goût, p. 308.

  • 1 Nous renvoyons une fois pour toutes à l’article pionnier d’A. Guerreau-Jalabert, « Aliments symbol (...)
  • 2 À ce sujet, voir M. Jeay, Le commerce des mots, pp. 29-34.

1Les récits des XIIe et XIIIe siècles sont avares en notations culinaires, car les auteurs ne cherchent guère à offrir à leur public une tranche de vie quotidienne. Comme l’a relevé Anita Guerreau-Jalabert1 en étudiant les romans arthuriens, l’utilisation symbolique des aliments l’emporte largement sur l’effet référentiel. La nourriture est d’abord un indice d’appartenance sociale volontiers exploité par les récits qui opposent le régime carné du chevalier au triangle érémitique fait d’eau, de pain et d’herbes. Quand le lecteur est en plus confronté à une démultiplication des mets ou que le trinôme se réduit à un binôme, voire à un seul plat, il s’interrogera, dans un cas, sur « l’effet de liste2 », dans l’autre, sur l’intérêt accordé à un aliment particulier. Les variations auxquelles se prêtent les triangles de base produisent chaque fois des effets de sens qu’il convient d’analyser.

  • 3 Voir P. Nykrog, Les fabliaux, pp. 157-158, et, plus récemment, C. Foscallo, « “Mors de fain” ou “F (...)
  • 4 R. Dubuis, La nouvelle et l’art du récit, pp. 85-86.

2Ces remarques ne valent pas seulement pour le roman. Elles s’appliquent aussi à des genres qu’on juge volontiers plus « réalistes », comme le fabliau3 ou la nouvelle4. Mais même là, les notations alimentaires sont rarement gratuites, car, en règle générale, l’auteur les convoque, quand elles sont appelées à jouer un rôle dans le déroulement de l’histoire. C’est la fonction diégétique d’un élément figuratif qui justifie sa présence et fait en sorte qu’il est perçu comme porteur de sens. Parler d’une grue ou d’un chapon, comme dans les exemples que nous évoquerons, est une invitation au lecteur d’identifier les raisons d’un choix en s’interrogeant sur les connotations de l’aliment actualisées par le récit.

  • 5 Voir M. Jeanneret, Des mets et des mots, surtout pp. 87-100.

3Le faire interprétatif n’est pas réservé au seul lecteur. Plusieurs récits médiévaux proposent des scènes, dans lesquelles un acteur se sert d’un mets pour adresser un message à son hôte. Souvent, la nourriture ne fait que renforcer un discours explicite ou prépare, dans certaines nouvelles, la pointe finale. La table est un lieu d’échange et de convivialité, à laquelle contribuent aussi bien les mets que les mots5, de sorte qu’il est tentant pour un auteur de faire de l’un le reflet de l’autre. Mais la nourriture peut aussi, plus subtilement, se substituer à la parole, demandant au convive un effort d’interprétation ou le courage de poser la bonne question au lieu de se taire comme perceval en présence du Graal.

LA TABLE DE LA SÉDUCTION

  • 6 Sur le succès de la légende, voir L. Rossi, « Il cuore, mistico pasto d’amore », pp. 28-128.
  • 7 J.-J. Vincensini, Motifs et thèmes du récit médiéval, pp. 133-135, définit les trois transgression (...)

4Parmi les récits où la nourriture devient un véhicule de la communication, le motif dit « du cœur mangé » a probablement le plus retenu l’attention de la critique. Une version célèbre de ce repas cannibale6 se trouve dans le Decameron que nous citons ici d’après la traduction réalisée par laurent de premierfait en 1414 pour le duc de Berry. Rappelons pour mémoire trois moments essentiels de la nouvelle (IV, 9), indispensables à notre propos7 :

  • Après avoir tué l’amant de son épouse, Guillaume rossillon demande à son cuisinier de faire « une viande, la meilleur et la plus delicieuse » de « cestui cuer de porc sanglier8 » ;
  • Il fait servir à son épouse le cœur bien assaisonné de Guillaume Gardastain ;
  • Il révèle à la dame la nature du plat et celle-ci se jette par la fenêtre, car elle refuse de manger quoi que ce soit après avoir goûté une « si noble viande9 ».
  • 10 Voir notamment l’article d’A. J. Grieco, « Le thème du cœur mangé ».

5Une sauvagerie aux relents mythiques hante la légende10. La sauce épicée que prépare le cuisinier sert à donner au plat inavouable une respectabilité sociale, sans laquelle on ne saurait le servir à une table aristocratique. Dans le jeu d’opposition entre l’être et le paraître, la culture sert de paravent à la nature ; le plat se construit à l’image d’un amour adultère que les amants ont dû garder secret pour échapper à la condamnation par la société. Le mari tend un miroir à son épouse, lui réservant un plat qui, à ses yeux, dénonce son infidélité. À l’accusation, la dame répond en avouant le plaisir qu’elle a pris à manger le cœur de son ami. Elle transforme le repas cannibale en une communion avec le défunt, à travers laquelle est revendiquée la supériorité, voire la sacralité de la fin’amor : son suicide est un ultime acte de protestation contre un monde peuplé de losengiers, incapables de reconnaître les valeurs vraies.

  • 11 Voir J.-C. Mühlethaler, « Problèmes de récriture », pp. 209-220.
  • 12 Jean Boccace, Decameron, p. 667. Le récit est illustré par trois tableaux de Botticelli conservés (...)
  • 13 Sur le passage de l’exemplum à la nouvelle, voir Cl. Perrus, « La “Chasse infernale” ».
  • 14 De oratore, II, 87, 358. Voir à ce sujet F. Vuilleumier Laurens, « Les leçons du paragone », pp. 6 (...)
  • 15 Voir à ce sujet L. Surdich, Boccaccio, pp. 152-153.

6Plusieurs récits font écho à la légende du cœur mangé dans le Decameron, notamment la première nouvelle de la quatrième journée11. Le prince de Salerne y envoie à sa fille le cœur de son amant dans une coupe d’or et la jeune femme traite, elle aussi, l’objet comme une relique, transformant le geste vengeur du père en un acte de piété amoureuse. Elle baise le cœur, le baigne de ses larmes, avant de boire — dans cette même coupe — le poison qu’elle y a versé. Pendant la cinquième journée, filomene raconte à son tour une histoire (V, 8) où se combinent les thèmes de la chasse sauvage et de la dévoration du cœur. En butte aux refus répétés d’une femme qu’il aime sans espoir, un gentilhomme de ravenne, anastaise des Honnestes, l’invite, avec sa parenté, pour un repas à la campagne. Elle y est le témoin d’une « vision12 » fantastique et terrifiante : alors qu’on sert le dernier plat, surgit une femme poursuivie par un cavalier qui, après l’avoir saisie, lui arrache le cœur de la poitrine et le jette en pâture à ses mâtins. Le repas d’horreur, qu’il soit donné en spectacle ou que la destinataire soit amenée à y goûter, provoque chaque fois une réaction de l’intéressée. À la vue de cette femme damnée pour son insensibilité, la « cruele jouvencelle » (p. 667) passe de la haine à l’amour et accepte d’épouser son soupirant. La chasse sauvage, utilisée par les prédicateurs pour mettre en garde contre la luxure, se transforme sous la plume de boccace en vecteur d’amour13. La vision fantastique fonctionne comme les imagines agentes, ces métaphores auxquelles recourt l’orateur cicéronien14 pour frapper l’imagination des auditeurs par la force de l’image. Elle est autrement plus efficace que toutes les plaintes, toutes les requêtes formulées au fil des années par anastaise — au point qu’on y verra une scène à caractère métapoétique15, dans laquelle se reflète l’impact que la nouvelle cherche à avoir auprès de ses lecteurs.

  • 16 W. Pötters, Begriff und Struktur der Novelle, pp. 6-18, retrace la fortune critique de ce récit.
  • 17 Jean Boccace, Decameron, p. 671.
  • 18 Sur l’importance de ce thème dans le Decameron, voir L. Surdich, Boccaccio, p. 203.

7Loin de tels récits macabres, la célèbre nouvelle « du faucon16 » (V, 9) offre un exemple de la récupération courtoise de ce que nous appelons le message alimentaire. Ruiné, Federic Alberi ne sait comment accueillir « dame Johanne17 » qu’il aime sans retour depuis des années, alors qu’elle est venue lui rendre visite dans sa « maison champestre » (p. 674). Il se résout à immoler son faucon, ultime vestige de sa noblesse, et apprête cette « viande » peu habituelle, la seule qu’il juge digne de la dame vénérée. Malheureusement, celle-ci désirait obtenir le faucon pour son fils malade, de sorte que federic ne peut que maudire la fortune adverse, responsable de ce dernier coup du sort. Mais, quelque temps plus tard, dame Johanne — poussée à se remarier par sa famille — se souvient du geste désintéressé de son hôte et consent à l’épouser malgré sa pauvreté. Le sacrifice du faucon ouvre la voie à l’alliance des valeurs marchandes et des valeurs aristocratiques18, au mariage de la riche veuve et du noble déchu. Mieux que n’importe quel discours, ce message culinaire à valeur métonymique traduit un amour absolu : Federic ne convie-t-il pas symboliquement sa dame à le manger ?

  • 19 Voir J. Le Goff et N. Lruong, Une histoire du corps au Moyen Âge, pp. 53-55.
  • 20 Voir C. Casagrande et S. Vecchio, Histoire des péchés capitaux, pp. 196-197 et 211-212, ainsi que (...)
  • 21 Jean Boccace, Decameron, p. 1143.

8Agent d’une transformation, le message alimentaire se révèle étroitement lié à l’expression de l’amour. Dans un occident chrétien qui, à la suite de saint augustin19, associe les péchés de la gula et de la luxuria20, le lien privilégié entre la table et l’éros n’a pas de quoi étonner — sauf sur un point : son utilisation métaphorique n’est guère mise au service d’une dénonciation morale des plaisirs du ventre. La nourriture peut néanmoins faire ressortir la force d’un désir érotique condamnable : tel est le cas de Charles d’anjou, frère de saint louis (X, 6), séduit par les charmes des filles de son hôte, Nerin Ubert. Alors que les convives prennent le souper dans le jardin, les deux jeunes femmes sortent de la maison, entrent dans le vivier et attrapent des poissons qu’elles jettent à un serviteur qui les frit dans une « paelle pleine d’uyle21 ». Leur pêche étant abondante, elles :

  • 22 Ibid., p. 1144.

[…] prenoient les plus beaux poissons, et sur la table les gettoient devant le roy et le conte et leur pere. En ceste chose le roy prenoit tres grant plaisir, et tant que assez courtoisement le roy les regettoit aux pucelles22.

  • 23 Giovanni Boccaccio, Decameron, p. 840 : « les poissons frétillent sur la table ».
  • 24 Jean Boccace, Decameron, p. 1145 : « Ginevra la bella » et « Isotta la bionda », dit le récit ital (...)
  • 25 Sur la construction de la littérarité, voir Y. Citton, Lire, interpréter, actualiser, pp. 59-63.
  • 26 Voir P. Gallais, La fée à la fontaine et à l’arbre, notamment pp. 325-333.
  • 27 Le traducteur accentue le caractère moral des remontrances, écrivant « reprendre de cestui vice », (...)

9Le roi se laisse prendre au jeu et établit un contact avec les pêcheuses qui, tout au long de la scène, ne soufflent mot. Les connotations érotiques de l’aliment sont transparentes, bien que la traduction de laurent de premierfait omette de préciser que les « pesci su per la mensa guizzavano23 », détail qui suggère — ironiquement — la vitalité du membre viril et le réveil des sens chez le roi vieillissant. Au moment où « Bellegenevre » et « Ysotheblonde24 » sortent de l’eau, leur chemise mouillée révèle plus qu’elle ne cache leurs charmes aux yeux de l’invité. Les noms de Guenièvre et d’iseut, inattendus, fonctionnent comme un signal pour le lecteur : non seulement ils mettent en évidence la littérarité25 du récit, mais ils sont un indice de parodie. La rencontre entre le roi et les filles de Nerin Ubert transpose dans un jardin de la campagne napolitaine la rencontre du chevalier avec la fée à la fontaine. On attend d’une fée qu’elle se donne à l’homme de son choix26, car elle est traditionnellement une figure de la séduction, promettant une jouissance qui ne présuppose pas un long et douloureux service d’amour. C’est donc un regard concupiscent — loin de la soumission consentie de lancelot ! — que le roi jette sur la belle Guenièvre. Craignant les effets néfastes de l’empire des sens sur son souverain, le comte Guy de Monfort lui rappelle combien un tel amour est incompatible avec la fonction royale. Le prince, enseigne-t-il, se doit de garantir la justice : on attend de lui qu’il respecte ses sujets et ne cède pas au « vice27 » (p. 1147). Son vrai titre de gloire n’est-il pas de se vaincre lui-même et de servir d’exemple aux autres ?

  • 28 Voir notamment le De regimine principum de Gilles de Rome qui consacre dix chapitres à la dominati (...)
  • 29 On pense notamment à Partenopeu de Blois (dans le sillage d’Apulée ?) et à La Belle et la Bête (vo (...)
  • 30 Chrétien de Troyes, Le chevalier de la charrette, v. 990.

10Capable de maîtriser ses pulsions, Charles d’anjou correspond à l’image que les régimes des princes brossent du roi idéal28. Les remontrances de Guy de Monfort font entendre la voix de la raison et prennent le contre-pied du discours alimentaire, à travers lequel se manifestent les exigences du corps. Mais la parole ne s’oppose pas nécessairement à la nourriture, car les deux discours peuvent au contraire s’épauler, notamment quand un seul et même acteur les prend en charge dans un programme de séduction. Dès le XIIe siècle, Le chevalier de la charrette de Chrétien de troyes en offre un bel exemple, quand la « demoiselle entreprenante » accepte d’héberger lancelot à condition qu’il couche avec elle. Le souper à la lumière des chandelles en l’absence de tout serviteur recrée l’atmosphère merveilleuse du château désert qui hante récits médiévaux et contes de fées29. La table, avec sa nappe blanche, la vaisselle précieuse et, surtout, ces « dui pot30 », l’un rempli de vin de mûre, l’autre de vin blanc, est marquée du sceau de l’érotisme. Il s’agit d’échauffer les sens des convives et le contraste des couleurs suggère, dans le contexte, une opposition masculin/féminin. La mise en scène d’un repas en tête-à-tête se présente comme une surenchère par rapport à l’invitation de la demoiselle à s’adonner aux plaisirs de la chair, mais lancelot reste insensible aussi bien à la parole séductrice qu’aux attraits de la table, voire à la mise en scène du viol, par lequel la demoiselle tente derechef de le piéger. L’image obsédante de la reine rend son amant invulnérable aux appels des sens.

  • 31 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, p. 432.
  • 32 Sur l’importance des listes de mets et de boissons, souvent utilisées à des fins morales et didact (...)
  • 33 Voir J.-F. Revel, Un Festin en paroles, chap. IV : « Enfin Taillevent fut… ».
  • 34 Sur la condamnation des excès de table par Antoine de La Sale, voir M. Santucci, « Nourritures et (...)
  • 35 Au sens où l’entend G. Genette, Palimpsestes, p. 7.

11Au XVe siècle, la dame des belles Cousines ne fera pas preuve de la même force de caractère, quand damp abbé cherchera à la séduire en l’absence de son chevalier servant, le vaillant Jean de Saintré. Dans le roman homonyme d’antoine de la sale, l’abbé sert à son invitée un « disner31 » bien arrosé qui déclenche le jeu des pieds sous la table, puis il lui offre une « collacion » (p. 436) après vêpres. On est en temps de carême et ce second repas frappe par son caractère transgressif, bien que la viande en soit bannie. La liste des poissons proposés aux convives32 — lamproies, soles, rougets, barbeaux, saumons, carrelets, carpes, écrevisses et anguilles — ainsi que l’énumération des douceurs — de la gelée blanche aux raisins de Corinthe — disent l’opulence de la table de l’abbé. D’autre part, la préparation variée des plats met en évidence le raffinement d’un repas que le narrateur finit par qualifier de « bancquet » (p. 438). L’intérêt pour les recettes, le goût marqué pour le sucre, témoignent qu’en cet automne du Moyen Âge la littérature s’ouvre au règne de taillevent33, maître queux de Charles VI. Par le faste de son hospitalité, l’abbé se montre digne de sa noble invitée et lui fait comprendre ce qu’il ne saurait lui déclarer de vive voix sans encourir le blâme de la compagnie. Du XIIe au XVe siècle, un bon repas — peu importe l’élaboration des détails ! — sert volontiers de procédé de manipulation, car il vise, par le plaisir des sens, à amener le destinataire à répondre au désir érotique qu’il exprime, de le conduire — pour parler avec les moralistes — de la table à la luxure34. C’est là un thème transtextuel35 que les auteurs ne cessent de reprendre et de moduler en l’adaptant au goût du jour.

LA TABLE DE LA DÉRISION

12La table de la séduction est certainement le type de message alimentaire le plus répandu en littérature, et cela à n’importe quelle époque. Il y a pourtant un autre type dont on trouve la trace dans nos textes. Nous le qualifierons de table de la dérision dans la mesure où la nourriture (souvent à connotations érotiques) sert à se moquer d’un convive, invitant le lecteur à rire ou sourire à ses dépens. Chrétien de troyes en propose un exemple suggestif dans Le Chevalier au Lion. Après avoir blessé à mort le défenseur de la fontaine, Yvain se retrouve prisonnier dans le château de Laudine. Lunete soustrait le héros aux persécutions de ses ennemis et veille à ce qu’il ait de quoi manger :

  • 36 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, vv. 1048-1050.

S’aporta .i. capon en rost,
Et un gastel et une nape,
Et vin qui fu de boine crape36.

  • 37 A. J. Grieco, « Alimentation et classes sociales », p. 487.
  • 38 A. Saly, « Les oiseaux dans l’alimentation médiévale », pp. 174-175.

13Viande, gâteau, vin : le triangle chevaleresque, tel que l’a défini Anita Guerreau-Jalabert, est respecté, le repas digne du fils du roi urien. Mais pourquoi lunete propose-t-elle à Yvain un chapon et non pas un produit de la chasse — chevreuil, biche ou cerf ? le chapon, il est vrai, était au Moyen Âge un mets fort apprécié par la noblesse37. Mais cette volaille savoureuse est aussi — du moins le jus et le coulis obtenus quand on le cuit au bain-Marie — un reconstituant réservé aux malades38 et, surtout, il s’agit d’un animal castré. La malicieuse Lunete ne tendrait-elle pas au héros un miroir où se reflète l’impuissance à laquelle il est réduit ? Le texte le suggère, car, une centaine de vers plus tôt, Yvain a vu son cheval coupé en deux et ses éperons tranchés au ras des talons par la porte coulissante du château. S’il échappe à la mort, il n’en est pas moins symboliquement châtré, déchu de son statut de chevalier ! Sous le couvert d’un accueil courtois, lunete démasque la faiblesse du héros et annonce le rôle d’amant transi qui attend Yvain subjugué par la beauté de Laudine.

  • 39 Renaud de Beaujeu, Le Bel Inconnu, v. 2746.
  • 40 Sur l’importance de ce mécanisme, voir P. Haidu, « Au début du roman l’ironie », pp. 443-452.

14Le plat servi à une personne peut donc se transformer en instrument de dérision, en vecteur du rire. Mais Yvain ne réagit pas aux insinuations de lunete et mange de bon appétit. De même, le bel inconnu prend volontiers les « capons cras39 » offerts à dîner par lampart, lorsqu’il s’agit de réparer ses forces avant le combat contre les magiciens de la Gaste Cité. Dans le roman de renaud de beaujeu, rien ne suggère que l’hôte, vaincu à la joute par son invité, entende se moquer du héros prêt à délivrer la princesse enchantée. Le clin d’œil est réservé au lecteur qui se souviendra que Guinglain, novice en amour, n’a pas obtenu le baiser de la fée à l’Île d’or ; il y verra aussi, rétrospectivement, une annonce du fier baiser que la guivre impose au bel inconnu médusé après sa victoire sur les magiciens. L’évocation de la nourriture sert à créer, par l’ironie, une distance critique40, de sorte que le lecteur, amusé, sourit au récit des exploits réalisés par un héros auquel il ne saurait pleinement s’identifier.

  • 41 Pour une analyse détaillée, voir B. Wahlen, « Je n’en feray que che que j’ai empensé », pp. 106-11 (...)
  • 42 Ysaÿe le Triste, éd. André Giacchetti, § 46, p. 61.

15Il convient donc de distinguer deux types de messages alimentaires, l’un faisant appel au seul faire interprétatif du lecteur, l’autre établissant une communication entre les acteurs de la diégèse. Les deux configurations se combinent parfois de manière à créer des effets de sens particuliers comme dans Ysaÿe le Triste, roman arthurien tardif. Déguisé en femme, le nain tronc amène brun de l’Angarde à lui faire la cour, ainsi que le prévoit la coutume du château41. Le seigneur l’invite à s’asseoir à une table où il y avait « grant cantité de vins et de viandes42 ». Parmi les multiples plats, tronc choisit le chapon qu’il « deront » de ses mains, puis le « masque et avalle » en l’arrosant copieusement de vin. Le non-respect des manières de table par le nain, qui ne se comporte nullement en demoiselle courtoise, frappe brun de l’Angarde. Son attention se porte toutefois sur la seule boisson, car il espère enivrer tronc et vaincre ainsi la résistance de cette laide naine qui le provoque en jouant à la dame sans merci. Nous rions de ce mauvais lecteur qui, obnubilé par son désir, passe à côté de l’essentiel du message alimentaire : le chapon dévoré à belles dents n’annonce-t-il pas le sort qui attend brun de l’Angarde ? Non seulement son projet de séduction n’aboutira pas, mais le châtelain sera vaincu et tué par Ysaÿe, que tronc a libéré de sa prison.

  • 43 Ibid., § 567, p. 434.
  • 44 Jean Boccace, Decameron, p. 77.

16La volaille a un lien privilégié avec l’érotisme. Toujours dans Ysaÿe le Triste, au château de piralius le Jaloux, l’épouse du seigneur fait parvenir un « cappon », du « pain » et « ung grant barel de vin43 » à Marc et à tronc. Le repas (où l’on retrouve le triangle chevaleresque) est accompagné d’une lettre, dans laquelle s’exprime l’insatisfaction d’une femme étroitement surveillée par son mari : l’écriture sert de glose à la nourriture dont elle répète le message en l’explicitant. De manière comparable, le choix d’un plat peut préparer, chez Boccace, la « bella e pronta risposta », sur laquelle se clôt un récit. La cinquième nouvelle de la première journée raconte que philippe auguste, tombé amoureux par « oïr dire » de la marquise de Montferrat, s’invite chez elle en l’absence de son mari. Soupçonnant que le renom de sa beauté n’est pas étranger au désir subit du roi, la marquise ne lui sert que des gélines. La table n’en est pas moins digne d’un hôte de marque : des vins excellents accompagnent les plats préparés des manières les plus variées… jusqu’à ce que le monarque, étonné de ne manger que de la volaille dans une région réputée pour son gibier, ne demande : « s’il vous plaist, dites moy, dame, se en cestui pays naiscent seulemant gellines sanz aulcun coq44 ». À quoi la marquise, comprenant que son stratagème a fait mouche, lui répond « de joieux visaige » :

  • 45 Ibid., pp. 77-78.

Certes, sire, en cestui pays ne naiscent pas seulemant gellines sans coq, mais combien que les femmes soient aulcunemant distinctes et diferens en honneurs et en robes, toutevoies en cestuy pays toutes sont teles femmes comme elles sont ailleurs45.

17Ici aussi, le message alimentaire ne se suffit pas à lui-même et demande à être glosé. Mais cette fois le repas, répétitif et monotone, transgresse les règles de la gastronomie médiévale, de sorte qu’il interpelle le convive. Le roi comprend qu’il y a, sous ce déroulement inhabituel, un sen caché et s’interroge. L’érotisation de l’aliment va de pair avec son allégorisation, à travers laquelle la marquise dénonce la curiosité sexuelle mal placée de Philippe Auguste. La mise en scène était nécessaire pour que ce puissant roi reconnaisse la vertu de son hôtesse ; jamais celle-ci n’aurait obtenu gain de cause, si elle s’était contentée d’invoquer la fidélité due à l’époux absent ! Nourriture et parole s’allient pour former un seul et unique discours qui impose sa vérité au convive-lecteur. Convaincu de l’inanité de ses espoirs, le roi de france retournera le soir même à Gênes.

  • 46 Les cent nouvelles nouvelles, éd. Franklin p. Sweetser, p. 81.
  • 47 Ibid., pp. 81-82.
  • 48 Dans ses Contes et Nouvelles (IV, 11), La Fontaine donne une version de notre récit. L’opposition (...)
  • 49 Sur la « régénération de la nouvelle », voir N. Labère, Défricher le jeune plant, pp. 216-224.
  • 50 Voir par exemple la Rhethorica ad Herennium, 3, 12, 22.

18Il n’y a pas que les volatiles qui servent de support à un message de nature érotique. Le poisson, nous l’avons vu, s’y prête également. Dans la dixième des Cent nouvelles nouvelles, il est utilisé dans une démarche qui fait pendant au stratagème mis en œuvre par la marquise de Montferrat. Un grand seigneur anglais vient de se marier et son « mignon » en est profondément heureux, car il espère que son maître renoncera enfin à ses aventures galantes et ne recourra plus à ses services. Quand le favori apprend que le gentilhomme n’entend pas changer de vie, il refuse net de faire encore l’entremetteur, craignant d’être source de « noise ou debat entre vous et madame46 ». Le seigneur, qui n’apprécie pas son « prescher », se tait sur le moment. Plus tard, il lui demande quel est son plat préféré, puis ordonne au cuisinier « que son mignon ne soit servy d’aultre viande que de pastez d’anguille47 ». Si le jeune homme jouit au début de cette apparente faveur, il finit par s’en lasser au point de perdre l’appétit. Il demande alors à son seigneur de changer son régime, avouant aimer le pâté d’anguille « pour une foiz, ou pour deux, ou pour trois, ou de foiz a aultre » (p. 83). Vois-tu, répond le seigneur, il en va de même pour moi et mon épouse, car ce n’est pas « sottise » — pour le dire avec la fontaine48 — « de changer son pain blanc en bis » ! Convaincu par cette « subtille comparaison » (p. 84), le mignon accepte de rendre de nouveau à son maître les services qu’il attend de lui. À juste titre, le favori est frappé par l’aspect rhétorique de la leçon, car le besoin de varietas ne se limite pas aux plaisirs du ventre. L’attitude du seigneur renvoie à l’esthétique qui régit le recueil tout entier, puisque chaque devisant doit fournir une nouvelle49 placée sous le signe du (re) nouveau pour édifier, récit après récit, une œuvre d’où l’ennui est banni. C’est par cette même varietas, principe hérité de la rhétorique antique50, que laurent de premierfait avait justifié sa traduction du Decameron. De manière significative, il recourt, lui aussi, à la métaphore alimentaire dans le prologue :

  • 51 Jean Boccace, Decameron, p. 5 (nous soulignons).

Ainsi je di que changement de viande refreschit et suscite a appetit naturel les estomacz acteinez et dangereux51.

  • 52 O. Paz, La flamme double, p. 73.

19Qu’elle serve à blâmer ou à célébrer les appétits naturels, l’utilisation de la nourriture comme métaphore érotique relève d’une démarche ludique, sur laquelle repose l’impression de subtilité rhétorique qui y est liée. De tels jeux sont plutôt inattendus dans un contexte courtois, car ils paraissent difficilement compatibles avec l’idéal d’un « amour purifié, raffiné » qui serait à la fois une « ascèse et une esthétique52 ». Le lecteur est d’autant plus surpris de les rencontrer dans le Livre du cuer d’amours espris (1457) de rené d’anjou. Quand Cœur et ses compagnons débarquent sur l’île de Compagnie et d’amitié, celles-ci servent aux voyageurs des mets qui, selon le narrateur, plaisent particulièrement aux amants : le « poisson rousty, lequel il appeloient entre eulx Validire », et « la salade de doulce response » (p. 260). Le jeu de mots transparent sur le nom du poisson (« va lui dire ») est explicité par amitié qui précise qu’en france on le nomme « maquereau ». La nourriture des voyageurs prête à sourire, car elle introduit une faille dans l’idéal auquel semblait vouée la quête de douce Merci par le chevalier Cœur. Avant même que les voyageurs n’arrivent à l’Île du dieu d’amour, l’allusion érotique introduit dans le récit l’appétit sexuel, dénonçant une courtoisie de façade. Cœur prend en effet plaisir à ce repas et dévoile à son insu un penchant pour des amours faciles, proches de l’univers de la nouvelle. Son impatience d’obtenir le surplus ne conduira-t-elle pas à la perte de l’objet du désir à la fin du récit ?

LE CUISINIER, FIGURE D’AUTEUR

  • 53 Mais pourquoi n’en trouve-t-on pas dans Les cent nouvelles nouvelles ? Il y aurait là matière à ré (...)
  • 54 Jean Boccace, Decameron, p. 715.
  • 55 Voir l’analyse détaillée que M. Picone fait de la nouvelle dans « Dal Fabliau alla novella ».

20Maîtres de la nourriture et maîtres de la parole ou, pour tout dire, maîtres du jeu, le gentilhomme anglais, la marquise de Montferrat, amitié et Compagnie rejoignent ces boulangers et cuisiniers du Decameron53, à qui leur esprit permet de tenir tête aux grands, quand il ne fait pas d’eux leur égal. On connaît l’histoire de Chichibìo (VI, 4) qui n’ose pas refuser à son amie l’appétissante cuisse d’une grue qu’il vient de rôtir pour son maître. Quand ce noble florentin, voyant arriver la volaille amputée d’une cuisse, accuse le cuisinier amoureux de gourmandise, il n’a pas tort, car rien ne serait arrivé, si « Chithibie » n’avait pas été subjugué par les charmes de « dame Brunete54 » ! Pour se tirer d’affaire, le cuisinier répond que les grues n’ont qu’une jambe. Irrité, le seigneur lui demande de prouver ses dires et l’emmène le lendemain au bord d’une rivière. Ils y aperçoivent douze grues en train de se reposer, « chascune sur ung pié » (p. 717), comme cela est leur habitude. Mais le seigneur frappe des mains, elles s’envolent, dévoilant qu’elles ont bel et bien deux cuisses. Sans réfléchir, le cuisinier fait alors remarquer à son maître que la veille il n’a pas frappé des mains. Le motto fait rire son interlocuteur qui, reconnaissant là un trait d’esprit digne de sa couche sociale55, lui pardonne.

  • 56 Voir L. Surdich, Boccaccio, p. 160 ; il parle aussi de « Cisti fornaio ».
  • 57 Jean Boccace, Decameron, p. 706 (nouvelle VI, 2).
  • 58 Ibid., p. 709.

21La parole salvatrice, née de la peur56, permet au cuisinier de contrecarrer le message alimentaire néfaste : à l’empire des sens s’oppose la force de l’esprit. Même si la trouvaille de Chichibìo est fondamentalement irréfléchie, elle suggère que le cuisinier ne sait pas seulement manier la broche, mais aussi la parole au point de réussir à forger une nouvelle réalité, supérieure au savoir né de l’expérience. Dans la même journée du Decameron, « Cistion le fournier57 » offre un bel exemple de la dignité à laquelle peut accéder un homme d’extraction modeste par la double maîtrise de la langue et des plaisirs du ventre. Chaque jour, ce boulanger florentin voit passer messire Gerin en compagnie des ambassadeurs du pape sous un soleil torride. Il s’assied alors devant son fournil et déguste, à la vue de tous, son petit vin blanc jusqu’à ce que messire Gerin, par ce geste alléché, demande à en goûter. À partir de ce moment, Cistion offre un verre aux membres de la délégation chaque fois qu’ils passent devant sa maison. Quelque temps plus tard, à l’occasion d’un grand dîner, Gerin envoie un serviteur demander au boulanger de bien vouloir lui remplir une bouteille de son excellent vin. À la vue du « grant flascon » que lui tend le valet, Cistion refuse d’accéder à la requête, se contentant de remarquer : « Certes, ton maistre t’envoie à la riviere de l’arne qui court parmy Florence58 ».

  • 59 Au contraire de ce gourmand que laurent de premierfait qualifie joliment de « jongleur et menestri (...)

22Quand le valet rapporte à messire Gerin la réponse spirituelle du boulanger, celui-ci comprend que son serviteur a substitué une grande bouteille au flacon qu’il lui avait donné. Il approuve l’attitude de Cistion et, sensible à sa générosité et à sa finesse d’esprit, se lie d’amitié avec lui. Par la juste mesure que Cistion observe en offrant son vin, par son maniement aussi de l’ironie, il fait preuve de savoir-vivre59. Sa courtoisie alimentaire et langagière l’élève au-dessus de son état, elle ouvre à un homme d’« assez vil et pouvre mestier » les portes de l’un des palais les plus en vue de Florence.

  • 60 Voir G. Güntert, Tre Premesse e una dichiarazione d’amore, p. 40 (avec bibliographie).
  • 61 N. Labère, Défricher le jeune plant, pp. 451-454.
  • 62 La chanson de Roland, éd. et trad. Gérard Moignet, laisse cxxxvii.
  • 63 Sebastian Brant, Das Narrenschiff, chap. 81 : « Von kochen und keller » (« Des cuisiniers et échan (...)

23Il est rare que la hiérarchie sociale soit abolie de manière aussi radicale que dans le Decameron de boccace60. À l’aube de la renaissance, le cuisinier peut néanmoins, comme l’observe Nelly labère61, devenir une figure du conseiller du prince. Ce n’est pas là une mince promotion, si l’on pense que, tout au long du Moyen Âge, le personnage a plutôt mauvaise presse — de La chanson de Roland62, où Charlemagne livre Ganelon à ses cuisiniers pour qu’ils le torturent, à sebastian brant63 qui voit en eux des serviteurs voleurs et gloutons.

  • 64 Guillaume Tardif, Les facecies du Pogge, nos XIII, XIV et XV.

24Parmi Les Facecies du pogge traduites par Guillaume tardif figurent trois récits64 qui ont pour protagoniste le cuisinier du duc de Milan. La première illustre particulièrement bien la nouvelle dignité du personnage. À son retour de france, où son maître l’avait envoyé parfaire son « art » (p. 108), le cuisinier trouve le duché en guerre contre florence. Le conflit ne tourne pas à l’avantage des Milanais et le prince, irrité et soucieux, ne trouve plus aucune « saveur » aux plats qu’on lui mijote. Il finit par accuser son cuisinier d’avoir perdu son temps en france, mais celui-ci, sachant que son maître est « joyeulx et recreatif homme », n’hésite pas à lui faire remarquer que :

  • 65 Ibid., p. 108.

[…] les Fleurentins vous donnent un empeschement a l’appetit si grant que vous ne trouvez goust a chose que vous buvez ou mangez, pourquoy vous ne devez point blasmer les viandes ne l’appareil d’icelles, car si les Florentins vous ostent l’apetit, ce n’est pas ma coulpe65.

  • 66 Voir J. Cerquiglini, « Le loisir et le concept de “récréation” à la fin du Moyen Âge», pp. 503-512 (...)
  • 67 E. R. Curtius, La littérature européenne, pp. 229-232. La métaphore peut être inversée et servir à (...)
  • 68 B. Castiglione, Il libro del cortegiano, pp. 157-159.

25L’assurance du cuisinier ne s’explique pas seulement par la familiarité du serviteur et de son maître. Elle traduit combien il est conscient de la qualité de son travail et, surtout, à quel point il maîtrise la communication alimentaire. Le cuisinier sait que la perfection d’un plat ne suffit pas à flatter le palais du destinataire ; si celui-ci ne se trouve pas dans la disposition d’esprit appropriée, il ne saurait apprécier le mets à sa juste valeur. Ce que poggio bracciolini thématise dans la facétie, c’est en fin de compte le parcours de la communication littéraire placée sous le signe de la convivialité et de la jouissance. Plus que le conseiller de son seigneur, le cuisinier représente le poète, capable de lui procurer la « recreation » (p. 109) dont les auteurs médiévaux, héritiers d’aristote, ne cessent de dire l’importance pour l’équilibre mental du prince66. D’anastaise des Honnestes au cuisinier du duc de Milan en passant par la marquise de Montferrat, toutes les scènes que nous avons évoquées se prêtent à une lecture métapoétique. Elles modulent, chacune à sa manière, la métaphore traditionnelle qui fait du festin une représentation de la poésie67. Le message alimentaire en offre une configuration narrativisée, qui non seulement demande à être décodée, mais infléchit le déroulement de l’histoire, laquelle, à son tour, conditionne l’interprétation de la scène. À la fois signe codifié par l’usage et élément constitutif de l’enchaînement diégétique, le message alimentaire est susceptible de sens multiples. Il nous interpelle en nous invitant à une lecture placée sous le signe du désir. Y répondre, sinon par l’adhésion, du moins par la réflexion, est le présupposé d’une communication réussie. Il faut entrer dans le jeu pour goûter au plaisir de la « recreation » — à la manière des devisants qui, dans le Cortegiano68 de baldassarre Castiglione, débattent de l’art de la facezia et voient dans la maîtrise avec laquelle boccace sait déclencher le rire un trait de l’urbanitas curiale.

Notes

1 Nous renvoyons une fois pour toutes à l’article pionnier d’A. Guerreau-Jalabert, « Aliments symboliques et symbolique de la table », pp. 561-594 ; voir aussi J.-C. Mühlethaler, « De la frugalité de l’ermite au faste du prince », pp. 14-25.

2 À ce sujet, voir M. Jeay, Le commerce des mots, pp. 29-34.

3 Voir P. Nykrog, Les fabliaux, pp. 157-158, et, plus récemment, C. Foscallo, « “Mors de fain” ou “Fain d’amor” », pp. 35-48.

4 R. Dubuis, La nouvelle et l’art du récit, pp. 85-86.

5 Voir M. Jeanneret, Des mets et des mots, surtout pp. 87-100.

6 Sur le succès de la légende, voir L. Rossi, « Il cuore, mistico pasto d’amore », pp. 28-128.

7 J.-J. Vincensini, Motifs et thèmes du récit médiéval, pp. 133-135, définit les trois transgressions du « repas cannibale vengeur ». S’y rattache la fable de Philomena, dont il ne sera pas question ici.

8 Jean Boccace, Decameron, p. 544.

9 Ibid., p. 546.

10 Voir notamment l’article d’A. J. Grieco, « Le thème du cœur mangé ».

11 Voir J.-C. Mühlethaler, « Problèmes de récriture », pp. 209-220.

12 Jean Boccace, Decameron, p. 667. Le récit est illustré par trois tableaux de Botticelli conservés au musée du Prado.

13 Sur le passage de l’exemplum à la nouvelle, voir Cl. Perrus, « La “Chasse infernale” ».

14 De oratore, II, 87, 358. Voir à ce sujet F. Vuilleumier Laurens, « Les leçons du paragone », pp. 606-609.

15 Voir à ce sujet L. Surdich, Boccaccio, pp. 152-153.

16 W. Pötters, Begriff und Struktur der Novelle, pp. 6-18, retrace la fortune critique de ce récit.

17 Jean Boccace, Decameron, p. 671.

18 Sur l’importance de ce thème dans le Decameron, voir L. Surdich, Boccaccio, p. 203.

19 Voir J. Le Goff et N. Lruong, Une histoire du corps au Moyen Âge, pp. 53-55.

20 Voir C. Casagrande et S. Vecchio, Histoire des péchés capitaux, pp. 196-197 et 211-212, ainsi que C. Müller, « Gourmandise et luxure ».

21 Jean Boccace, Decameron, p. 1143.

22 Ibid., p. 1144.

23 Giovanni Boccaccio, Decameron, p. 840 : « les poissons frétillent sur la table ».

24 Jean Boccace, Decameron, p. 1145 : « Ginevra la bella » et « Isotta la bionda », dit le récit italien.

25 Sur la construction de la littérarité, voir Y. Citton, Lire, interpréter, actualiser, pp. 59-63.

26 Voir P. Gallais, La fée à la fontaine et à l’arbre, notamment pp. 325-333.

27 Le traducteur accentue le caractère moral des remontrances, écrivant « reprendre de cestui vice », alors que boccace se contente d’un vague « di ciò (riprendre) » et parle d’« amore » et non de « concupiscence ».

28 Voir notamment le De regimine principum de Gilles de Rome qui consacre dix chapitres à la domination des passions et J. Krynen, L’Empire du roi, pp. 179-187. Aux yeux d’un public italien, le portrait se teinte d’ironie : les exactions de Charles d’anjou, vainqueur à Bénévent (1266), avaient conduit aux Vêpres siciliennes. Quant à Guy de Montfort, dante le place en enfer (Inf. XII, 118-120) pour avoir tué le prince Henri d’Angleterre dans la cathédrale de Viterbe.

29 On pense notamment à Partenopeu de Blois (dans le sillage d’Apulée ?) et à La Belle et la Bête (voir E. Bozoky, « Roman médiéval et conte populaire »).

30 Chrétien de Troyes, Le chevalier de la charrette, v. 990.

31 Antoine de La Sale, Jehan de Saintré, p. 432.

32 Sur l’importance des listes de mets et de boissons, souvent utilisées à des fins morales et didactiques, voir M. Jeay, Le commerce des mots, pp. 252-271.

33 Voir J.-F. Revel, Un Festin en paroles, chap. IV : « Enfin Taillevent fut… ».

34 Sur la condamnation des excès de table par Antoine de La Sale, voir M. Santucci, « Nourritures et symboles dans le Banquet du Faisan », pp. 430-435.

35 Au sens où l’entend G. Genette, Palimpsestes, p. 7.

36 Chrétien de Troyes, Le Chevalier au Lion, vv. 1048-1050.

37 A. J. Grieco, « Alimentation et classes sociales », p. 487.

38 A. Saly, « Les oiseaux dans l’alimentation médiévale », pp. 174-175.

39 Renaud de Beaujeu, Le Bel Inconnu, v. 2746.

40 Sur l’importance de ce mécanisme, voir P. Haidu, « Au début du roman l’ironie », pp. 443-452.

41 Pour une analyse détaillée, voir B. Wahlen, « Je n’en feray que che que j’ai empensé », pp. 106-111.

42 Ysaÿe le Triste, éd. André Giacchetti, § 46, p. 61.

43 Ibid., § 567, p. 434.

44 Jean Boccace, Decameron, p. 77.

45 Ibid., pp. 77-78.

46 Les cent nouvelles nouvelles, éd. Franklin p. Sweetser, p. 81.

47 Ibid., pp. 81-82.

48 Dans ses Contes et Nouvelles (IV, 11), La Fontaine donne une version de notre récit. L’opposition entre le « pain blanc », dont il est « tout saoul », et « le nouveau pain bis » se charge déjà sous la plume de Charles d’orléans (rondeau 96) de connotations érotiques et sociales (voir J.-C. Mühlethaler, « L’amoureuse cuisine »).

49 Sur la « régénération de la nouvelle », voir N. Labère, Défricher le jeune plant, pp. 216-224.

50 Voir par exemple la Rhethorica ad Herennium, 3, 12, 22.

51 Jean Boccace, Decameron, p. 5 (nous soulignons).

52 O. Paz, La flamme double, p. 73.

53 Mais pourquoi n’en trouve-t-on pas dans Les cent nouvelles nouvelles ? Il y aurait là matière à réflexion.

54 Jean Boccace, Decameron, p. 715.

55 Voir l’analyse détaillée que M. Picone fait de la nouvelle dans « Dal Fabliau alla novella ».

56 Voir L. Surdich, Boccaccio, p. 160 ; il parle aussi de « Cisti fornaio ».

57 Jean Boccace, Decameron, p. 706 (nouvelle VI, 2).

58 Ibid., p. 709.

59 Au contraire de ce gourmand que laurent de premierfait qualifie joliment de « jongleur et menestrier de bouche » (p. 1065). Le texte italien parle d’un « morditore », terme à double sens désignant le pique-assiette qui se sert de sa faconde pour se faire inviter (Decameron IX, 8). Le rapport entre nourriture et parole peut aussi dévaluer le locuteur !

60 Voir G. Güntert, Tre Premesse e una dichiarazione d’amore, p. 40 (avec bibliographie).

61 N. Labère, Défricher le jeune plant, pp. 451-454.

62 La chanson de Roland, éd. et trad. Gérard Moignet, laisse cxxxvii.

63 Sebastian Brant, Das Narrenschiff, chap. 81 : « Von kochen und keller » (« Des cuisiniers et échansons »).

64 Guillaume Tardif, Les facecies du Pogge, nos XIII, XIV et XV.

65 Ibid., p. 108.

66 Voir J. Cerquiglini, « Le loisir et le concept de “récréation” à la fin du Moyen Âge», pp. 503-512. Aristote souligne l’importance du loisir à la fin de La politique (VIII, 3).

67 E. R. Curtius, La littérature européenne, pp. 229-232. La métaphore peut être inversée et servir à condamner la poésie : Savonarole, La fonction de la poésie, p. 147, se réclamant de l’autorité de saint Jérôme, voit dans les épluchures dont se nourrit le fils prodigue une représentation du chant des poètes et des arts inutiles de ce monde.

68 B. Castiglione, Il libro del cortegiano, pp. 157-159.

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540