Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être à table au Moyen Âge

 | 
Nelly Labère

La table et ses tréteaux. La théâtralisation du repas

L’absence de table

Le jeûne de la vieille de Carême

Maria José Palla

Texte intégral

  • 1 « Oh vin que j’aime, mon mignon,/ nous t’avons, morbleu, savourez » (vv. 26-27). La traduction que (...)

« Vinho mano, meu vinho
que má ora te gastamos »1.

  • 2 Nous avons suivi la « Compilation » des œuvres complètes préparée par les enfants de Gil Vicente (C (...)
  • 3 Cette farce, interdite par l’Index du Vatican du 3 juillet 1551 avec six autres pièces, a été repré (...)

1Nous avons choisi La plainte de Maria la Noiraude2 de Gil Vicente (1465-1536) comme objet d’étude parce qu’elle nous semble réunir les conditions pour étudier le rituel de Carnaval / Carême et la symbolique de l’alimentation dans le théâtre de la fin du Moyen Âge et du début du XVIe siècle. Gil Vicente est contemporain du dramaturge allemand Hans Sachs (1494-1576) et tous deux ont écrit des pièces pour le Carnaval. La plainte de Maria la Noiraude, certainement l’une des pièces les plus courtes que l’auteur ait écrites (369 vers), est très connue mais semble avoir toujours souffert d’une interprétation problématique. Elle a été certainement représentée un Mardi gras, le même jour que La farce des physiciens du même auteur3.

  • 4 L. Stegagno Picchio, Il « Pranto de Maria Parda » di Gil Vicente.
  • 5 Gil Vicente, O « Pranto de Maria Parda » de Gil Vicente.
  • 6 Gil Vicente, La plainte de Maria la Noiraude, éd. P. Teyssier.

2Gil Vicente a écrit quarante-huit pièces de théâtre, des pièces religieuses, des pièces tragiques et des farces. La plainte de Maria la Noiraude figure dans le Cinquième Livre de la « Compilation » de l’œuvre de Gil Vicente. Son étude est d’habitude conduite à partir de l’exemplaire de Fernando Palha, aujourd’hui à l’université d’Harvard, comme l’ont fait les historiens de l’œuvre vicentine Luciana Stegagno Picchio4 et Sebastião Pestana5. Nous avons choisi le texte de la compilation que Paul Teyssier a traduit6.

  • 7 Le temps de Carnaval / Carême est le sujet de notre travail actuel, voir : M. J. Palla, « Le combat (...)
  • 8 Dans l’œuvre vicentine il y a d’autres personnages de vieilles en rapport avec le temps liturgique. (...)

3Nous entendons ici prouver que Maria est une figure de Carême7, et non pas uniquement une vieille « ivrognesse » comme on l’a toujours affirmé. En effet, Gil Vicente met en scène une vieille qui se lamente de ne plus trouver de vin dans les tavernes de Lisbonne (on ne doit pas boire de vin pendant le carême). Elle parcourt les rues populaires de la ville en suppliant les tenanciers de lui donner à boire. Mais Maria meurt à la fin de la pièce, faute de vin, après avoir fait un testament burlesque. Le temps d’abstinence est dur mais il faut le suivre ; ainsi, la pièce aurait été certainement écrite pour faire rire dans un moment proche des quarante jours d’abstinence8.

  • 9 O. Kleiman, « Maria Parda : le vin des étoiles », p. 15.
  • 10 J. Le Goff et N. Truong, Une histoire du corps au Moyen Âge, p. 112.

4Olinda Kleiman a fait une lecture originale en rapport avec le monde à l’envers et la sexualité, affirmant que Maria « n’est ni plus ni moins qu’une prostituée que la syphilis n’a pas épargnée9 », idée contre laquelle je m’inscris en faux car Maria est un personnage littéraire et rituel. Margarida Vieira Mendes est l’auteur d’une étude très importante sur cette pièce qui a été représentée dans l’une des chapelles de la cathédrale de Lisbonne ayant appartenue à la Misericórdia (fondée par la reine mécène de Gil Vicente) jusqu’en 1534. Le personnage de Maria peut être aussi associé au portrait d’une sorcière ou à la luxure : « avant de devenir une sorcière en puissance, la vieille femme en effet a une mauvaise réputation » nous dit Jacques Le Goff10.

5La pièce commence par un long monologue de Maria sur son corps où elle dessine son portrait de femme desséchée par la soif et dit :

  • 11 « Je veux seule pousser ma plainte / d’un mal qui frappe bien des gens. / Je suis là comme un ver d (...)

Eu só quero prantear
Este mal que a muitos toca ;
que estou já como minhoca
que puseram a secar.
Triste desaventurada
que tão alta está a canada
para mi como as estrelas ;
ó coitadas das guelas
guelas da coitada !
11

  • 12 La pièce a été représentée en 1522, date que l’on découvre dans le texte, à un moment où Gil Vicent (...)
  • 13 Le Cancioneiro Geral de 1516 possède deux testaments, et celui de Maria Parda rappelle les « cancio (...)
  • 14 Gil Vicente, La plainte de Maria la Noiraude, éd. Et trad. P. Teyssier, p. 8.

6La pièce12 est divisée en trois parties : monologue, dialogue, testament. Dans cette dernière partie, Gil Vicente décrit les divers articles d’un testament : datation, items, commande de l’âme, nomination des testamentaires dispositions pour les funérailles13. Paul Teyssier avait déjà pensé que la pièce pouvait être représentée pendant le Carême14 :

  • 15 Ibid., p. 9.

la plainte de Marie la Noiraude vient ainsi prendre place dans un ensemble d’œuvres où s’exprime la culture populaire, celle de Carnaval, de la Fête des fous et de ce qu’on a appelé le monde à l’envers15.

  • 16 Ibid., p. 13.

7Et en effet, la pièce nous fournit bien des indices témoignant qu’il s’agit bien d’une pièce de carême : Maria Parda cite l’Avent « a raia no avento » (v. 135, « la raie se mange dans l’Avent16 »). L’Avent est situé quatre semaines avant Noël, c’est un moment de pénitence. La liturgie de ce moment constitue une annonce à la naissance de Jésus et la musique religieuse de la messe est la même qu’en Carême que Maria évoque aussi :

  • 17 « Rue de são Gião, te voilà / dépouillée de même façon / que les autels dans le carême / ou que les (...)

Ó Rua de San Gião
Assi’stás da sorte mesma
como altares da quaresma
e as malvas no Verão.
Quem te levou teus trinta ramos
e o meu mana babamos
isto a cada bocadinho ?
Ó vinho mano, meu vinho,
que má hora te gastamos
17.

8Ou alors elle évoque les sept semaines :

  • 18 « Nous n’avons plus à y cuver / que sept épouvantables rages » (vv. 98-99).

Agora, tristes ! remoer
sete raivas apertadas
18.

  • 19 Juan del Encina, dans l’églogue V présente le berger Benito en figure de Carême avec de l’ail et de (...)

9Carême touche tout le monde : « mal que a muitos toca » (v. 2), et Maria Parda doit suivre l’abstinence dévolue en cette période : « agora tem a vez a guarda », et maintenant c’est l’abstinence (v. 143). Le nom du tavernier, Martim Alho a à voir avec cette époque de l’année car l’ail appartient au temps de pénitence19. On trouve encore dans la même pièce « Alhos verdes do Barreiro ».

10La pièce se passe pendant les temps de froidure, Gil Vicente évoque la noire entrée de mars : c’est une pièce hivernale. Maria Parda a uriné dans le froid, « despejei nestes frios ». Bien qu’elle évoque, ensuite, l’été suivant : « apagar lá pelas eiras » (v. 117).

11On a l’opposition entre la viande et le poisson, entre ce qu’il y avait et ce qu’il y a :

  • 20 « Dans la vieille rue des Bouchers / tant de sardines sur le gril » (vv. 38-39).

nas carnecerias velhas
muitas sardinhas nas grelhas
20.

12Maria évoque encore Pâques, la fin de Carême, « item me levarão mais / um grão círio pascoal » (vv. 333-334), la bougie pascale, allumée jusqu’à l’Ascension, étant le symbole du Christ : c’est le temps de la veillée pascale.

  • 21 Au Portugal, elle apparaît à plusieurs reprises : Carlos Lopes Cardoso a étudié cette abstraction p (...)

13L’identification de Carême à une vieille est fréquente : c’est la vieille de Carême21. Maria exhibe son corps sans chair, son corps déshydraté, comme on le voit dans le tableau de Bruegel à Vienne, le Combat entre Carnaval et Carême, où la même figure est représentée par un homme. Maria Parda est moribonde, demande une bougie parce qu’elle va mourir, emploie un lexique qui nous conduit à la sémantique de la tristesse, du vide et de la mort. Le corps de Maria est l’antithèse du corps du curé Jean Calado de La farce des physiciens. Tous les deux souffrent : le premier par le jeûne de Carême et le second par l’abondance de Carême-prenant. La bouche et le ventre sont les principales parties du corps grotesque car c’est là où passe la nourriture.

  • 22 « Pauvre brèche-dent lamentable,/ qui t’a valu cette misère ?/ Bavez, gencives et chicots / bavez d (...)

Triste desdentada escura,
quem me trouxe a tais mazelas !
Ó gengivas e arnelas
deitai barbas de secura ;
carpi-vos, beiços coitados,
que já lá vão meus toucados,
e a conta e a mantilha,
ontem bebi a mantilha
que me custou dous cruzados
22.

  • 23 Juan del Encina, Obras dramáticas I, pp. 165-177, vv. 51-55.

14Dans l’églogue de Juan del Encina, Antruejo o Carnestollendas, où est représenté un Mardi gras, l’auteur personnifie le Carnaval sous le nom de Saint Blaise, saint associé à saint Gorgomellaz, saint qui soigne les maladies de la gorge et décrit ainsi l’expulsion réalisée par Carême23. Maria Parda se plaint aussi de la gorge.

  • 24 « Que m’ont guérit d’un mal de gorge / au temps de la dernière peste » (vv. 322-323).

Que me deram na garganta
saúde a peste passada
24.

15La maladie débute par le centre du corps ; dans La farce des physiciens elle a commencé par une sensation de froid dans le nombril du curé João Calado : « tão seco trago o umbigo / como nariz de judeu » (vv. 201-202), et dans la pièce que nous étudions, c’est l’utérus qui souffre : « j’ai la matrice qui descend » (v. 123), se plaint Maria Parda.

  • 25 Gil Vicente énumère des noms de vins qui feraient les délices d’un œnologue en précisant les région (...)
  • 26 L’historien portugais Mário Viana a fait une étude très intéressante sur les vins dans notre pièce, (...)
  • 27 L’association entre l’humeur noire et le jus de pomme apparaît également dans la Farsa dos físicos.

16On sait que le vin est la boisson carnavalesque par excellence. On cite dans cette pièce le nom de plusieurs vins, ainsi que de récipients. Gil Vicente parle de vins portugais, grecs et espagnols25. Maria préfère le vin de Lisbonne et du Barreiro (près de Lisbonne), mais elle aime surtout le vin de Chypre et celui de malvoisie26. Conformément aux idées développées Aristote dans le Problème XXX, 1, ou L’homme de Génie et la Mélancolie, le Moyen Âge établissait un rapport entre le vin et les fonctions pneumatiques du corps humain : le vin perturbe les individus, le jus de raisin fait du vent dans le corps27 et Maria Parda a de l’air dans le ventre :

  • 28 « Quand je te parcours, oh ma rue,/ chacun des pets que vais lâchant / est un soupir de nostalgie. (...)

Quando eu, rua, per vós vou,
todolos traques que dou
são suspiros de saudade ;
pera vós ventosidade
naci toda como estou
28.

17Dans La farce des physiciens, la sorcière Brásia offre à manger et à boire à Jean qui devient malade de tant manger. Le ventre de Jean est plein et celui de Maria est vide et inondé d’eau, elle bave, elle urine, elle pleure. Par contraste avec le vin, l’eau est la boisson de Carême. Maria la rejette et s’insurge contre la loi musulmane qui interdit le vin. L’eau est abondante et tous les taverniers offrent de l’eau.

  • 29 « À Botarém l’eau fraîche abonde » (v. 170).

Branca Leda :
« Muita água há em Botarrém
29. »

  • 30 « Désaltérez-vous à l’eau fraîche » (v. 186).

Et João do Lumiar :
« Matai com água a secura
30. »

18À la série des vins est encore associée celle des récipients en rapport avec le vin : canada (ancienne mesure), odre (« outre »), pipa (« tonneau »), quartilho (« chopine »), tonel (« gros tonneau »).

  • 31 « Et qu’on cherche pour m’encenser / une vieille outre qui jadis / a contenu du malvoisie » (vv. 25 (...)

com que me hajam de encensar,
encensem-me assi vazia,
porque teve malvasia
31.

  • 32 Danièle Alexandre-Bidon est l’auteur d’un livre sur la céramique intitulé Une archéologie du goût, (...)

19Pendant la période de Carême ou à la fin du Carnaval, la vaisselle est cassée ou lavée, il faut éliminer la graisse, il faut frotter et savonner32 ; on lit dans la pièce :

  • 33 « Tes barriques sont-elles vides / et tes tonneaux debout, tous secs » ? (vv. 33-34).

As tuas pipas vazias,
os tonéis secos em pé
33 ?

  • 34 « Et nettoyées jusqu’à la lie » (v. 43).

das pipas limpas da borra34

  • 35 « À cause de tes flacons vides » (v. 49).

com tanta louça vazia35

  • 36 « Iront trente-six outres vides / que j’ai sifflées pendant les froids / sans jamais apaiser ma soi (...)

trinta e seis odres vazios,
que despejei nestes frios,
sem nunca matar desejo
36.

  • 37 R. Bartra, « Los vientos y los vinos de María la Parda », p. 3.

20Gil Vicente indique même le manque de vaisselle ou celle qui est cassée (avec la résurrection de Christ et le tremblement de terre dans l’Auto da Ressurreição). La plainte de Maria la Noiraude n’est pas une œuvre en célébrant Dionysos ou Bacchus. En effet, la tradition chrétienne établit elle aussi un rapport entre le vin et le sang du Christ qu’elle célèbre chaque fois dans la messe. De même, notre pièce célèbre un rituel de passage. Nous avons un contrepoint entre le rituel païen et le christianisme, idée développée par Roger Bartra37 :

  • 38 « Or dites-moi, buveurs mes frères,/ à quoi nous sert d’être chrétiens / si le bon dieu nous prend (...)

Ó bebedores irmãos
que nos presta ser cristãos
pois nos Deus tirou o vinho ?
Ó ano triste caindo
porque nos fazes pagãos ?
38

  • 39 La Lamentação da Mula d’Henrique da Mota est aussi une pièce en rapport avec le jeûne de Carême. La (...)

21Gil Vicente insère dans cette pièce un calendrier du temps : Carnaval (carne-cerias), Carême, Pâques, Avent. Il s’agit d’une œuvre sur le chagrin provoqué par le manque de vin et non pas sur la douleur à propos de la mort d’un roi ou d’une lamentation amoureuse39.

22Maria dans l’exorde parle du vin des étoiles « que tão alta está a Canada / pera mi como as estrelas », et dans le testament à la fin, elle évoque encore une fois les étoiles :

  • 40 « Je n’ai pas avec moi le vin / que je réclamais aux étoiles. / Je vais m’y rendre, / mais j’aurais (...)

Não levo o vinho que digo,
qu’eu chamava das estrelas :
agora me irei par’elas
com grande sede comigo
40.

23Au contraire du curé João Calado de La farce des physiciens qui mange et boit des aliments interdits par les médecins et par les traités, Maria jeûne. Le premier se remplit, la seconde se vide. João et Maria ont un corps qui souffre, tous deux monologuent sur leur propre corps, se plaignant de la misère et de la fin de la vie. N’oublions pas que cette pièce a été représentée dans une chapelle de la cathédrale de Lisbonne pendant le temps de carême. Il s’agit une pièce servant à fortifier le moment d’abstinence et à occuper un temps liturgique.

24Cette pièce contient de façon disjointe une image du monde, un monde dont les humeurs son rythmées par les rapports entre les quatre éléments qui constituent l’univers. Nous sommes en temps de carême, un temps qui marque un rituel ancien, des restes d’une mythologie ancienne. Une religion populaire existe et persiste, parfois en lambeaux, sous-jacente, maintenue probablement par une certaine forme de traditions orales. Cette pièce ainsi que La farce des physiciens appartiennent à une littérature morale qui aide à surmonter les transitions du temps et à vivre les moments de pénitence et de jeûne.

Notes

1 « Oh vin que j’aime, mon mignon,/ nous t’avons, morbleu, savourez » (vv. 26-27). La traduction que nous utilisons ici est de Paul Teyssier, La plainte de Maria la Noiraude, éd. P. Teyssier.

2 Nous avons suivi la « Compilation » des œuvres complètes préparée par les enfants de Gil Vicente (Copilaçam de todalas obras de Gil Vicente, éd. Luís Vicente). Cette édition est disponible sous la forme d’un fac-similé : Gil Vicente, Obras Completas. Signalons qu’une autre édition complète a été réalisée en 2002 : Gil Vicente, As obras, éd. J. Camões.

3 Cette farce, interdite par l’Index du Vatican du 3 juillet 1551 avec six autres pièces, a été représentée un Mardi gras devant la cour portugaise (la pièce daterait de l’année 1524, précisément du 9 février). Gil Vicente s’inscrit ainsi dans la tradition européenne de célébrer le Mardi gras par une représentation. Elle sera publiée dans la « Compilation » de toutes les œuvres de Gil Vicente, éditée par la fille et le fils du dramaturge en 1562. Dernière farce du Quatrième Livre de la « Compilation » de 1562, la pièce contient 720 vers. Elle est écrite en portugais et en castillan, plus quelques vers en latin. Rappelons l’idée générale de la farce. Sur la scène, un protagoniste — le curé João Calado (Jean Le Muet) —, son valet Perico (Pierre), l’entremetteuse Brásia Dias et quatre médecins. La pièce se noue et se dénoue autour de l’amour du curé pour la jeune Branca Denisa (Blanche Denise), un amour malheureux puisque le dérèglement de ses humeurs le conduira à la mélancolie, malgré les soins (contradictoires) que lui prodiguent la sorcière et les quatre médecins.

4 L. Stegagno Picchio, Il « Pranto de Maria Parda » di Gil Vicente.

5 Gil Vicente, O « Pranto de Maria Parda » de Gil Vicente.

6 Gil Vicente, La plainte de Maria la Noiraude, éd. P. Teyssier.

7 Le temps de Carnaval / Carême est le sujet de notre travail actuel, voir : M. J. Palla, « Le combat entre le gros et le maigre » et Id., « A comida como construção simbólica na pintura portuguesa ». Voir aussi J. Koopmans, « La table sur les tréteaux ».

8 Dans l’œuvre vicentine il y a d’autres personnages de vieilles en rapport avec le temps liturgique. Mais dans la Farce des physiciens de 1524, pièce représentée le Mardi gras, le curé amoureux João Calado malade de la bile noire ne meurt pas. Sa mort est suspendue jusqu’à Pâques. Ici c’est la sorcière Brásia (Brásia rappelle Blaise, le saint associé au Carnaval, le patron des démons. Il est né un 3 Février, le jour de naissance de Gargantua) qui donne à manger au curé amoureux d’une jeune fille, contre l’avis de quatre médecins qui suivent la médecine d’Hippocrate et lui administrent saignées, clystères et examens d’urine. Dans une autre pièce, le Triomphe de l’Hiver, une autre vieille portant le même nom, meurt pour donner naissance à la saison nouvelle, personnifiée par un homme jeune et beau.

9 O. Kleiman, « Maria Parda : le vin des étoiles », p. 15.

10 J. Le Goff et N. Truong, Une histoire du corps au Moyen Âge, p. 112.

11 « Je veux seule pousser ma plainte / d’un mal qui frappe bien des gens. / Je suis là comme un ver de terre / que l’on aurait mis à sécher. / Malheureuse, pauvre de moi / La chopine est là-haut, là-haut, / aussi loin que sont les étoiles. / Hélas, infortuné gosier !/ Hélas, gosier d’infortunée ! » (vv. 1-9).

12 La pièce a été représentée en 1522, date que l’on découvre dans le texte, à un moment où Gil Vicente n’a plus comme mécène le roi Manuel, mort en 1521.

13 Le Cancioneiro Geral de 1516 possède deux testaments, et celui de Maria Parda rappelle les « cancioneiros », avec la présentation des strophes, d’un tel pour un tel.

14 Gil Vicente, La plainte de Maria la Noiraude, éd. Et trad. P. Teyssier, p. 8.

15 Ibid., p. 9.

16 Ibid., p. 13.

17 « Rue de são Gião, te voilà / dépouillée de même façon / que les autels dans le carême / ou que les mauves en été. / Qui t’a pris tes trente rameaux ? / où sont les « buvons, ma mignonne ! » / qu’à chaque bouchée je poussais ? » (vv. 19-25).

18 « Nous n’avons plus à y cuver / que sept épouvantables rages » (vv. 98-99).

19 Juan del Encina, dans l’églogue V présente le berger Benito en figure de Carême avec de l’ail et des sardines.

20 « Dans la vieille rue des Bouchers / tant de sardines sur le gril » (vv. 38-39).

21 Au Portugal, elle apparaît à plusieurs reprises : Carlos Lopes Cardoso a étudié cette abstraction personnifiée et se plaint du manque d’études sur ce sujet au Portugal : « No “serrar a Velha”, assim como nas peças de Carnaval, existe um testamento em que se contemplam os vizinhos, como vemos na peça vicentina. Em Portugal e em Espanha, costumava fazer-se na quarta-feira de Cinzas uma grande velha de cartão ou papel, munida de sete pernas esquálidas, representando as sete semanas da Cuaresma » (C. Lopes Cardoso, Do Gordo Entrudo à Páscoa das Flores, p. 45).

22 « Pauvre brèche-dent lamentable,/ qui t’a valu cette misère ?/ Bavez, gencives et chicots / bavez de vous sentir si secs ! / Lamentez-vous pauvres babines :/ j’ai déjà vu partir mes coiffes,/ ma ceinture et mon cotillon,/et j’ai bu hier une mantille / qui m’avait coûté deux cruzades » (vv. 10-18).

23 Juan del Encina, Obras dramáticas I, pp. 165-177, vv. 51-55.

24 « Que m’ont guérit d’un mal de gorge / au temps de la dernière peste » (vv. 322-323).

25 Gil Vicente énumère des noms de vins qui feraient les délices d’un œnologue en précisant les régions et les pays. Sur le vin, voir M. J. Palla, « Manger et boire au Portugal ».

26 L’historien portugais Mário Viana a fait une étude très intéressante sur les vins dans notre pièce, ainsi que sur les rues de Lisbonne citées par Maria : M. Viana, « Considerações sobre o abastecimento de vinho em Lisboa ».

27 L’association entre l’humeur noire et le jus de pomme apparaît également dans la Farsa dos físicos.

28 « Quand je te parcours, oh ma rue,/ chacun des pets que vais lâchant / est un soupir de nostalgie. / C’est pour cette ventosité / que je fus faite à ma naissance » (vv. 86-90).

29 « À Botarém l’eau fraîche abonde » (v. 170).

30 « Désaltérez-vous à l’eau fraîche » (v. 186).

31 « Et qu’on cherche pour m’encenser / une vieille outre qui jadis / a contenu du malvoisie » (vv. 255-257).

32 Danièle Alexandre-Bidon est l’auteur d’un livre sur la céramique intitulé Une archéologie du goût, un ouvrage très important sur les récipients pendant la période d’abstinence, où elle explique qu’« il importait de casser ostensiblement sa vaisselle de terre au Carême prenant afin de démontrer que l’on était catholique » (note p. 171).

33 « Tes barriques sont-elles vides / et tes tonneaux debout, tous secs » ? (vv. 33-34).

34 « Et nettoyées jusqu’à la lie » (v. 43).

35 « À cause de tes flacons vides » (v. 49).

36 « Iront trente-six outres vides / que j’ai sifflées pendant les froids / sans jamais apaiser ma soif » (vv. 272-274).

37 R. Bartra, « Los vientos y los vinos de María la Parda », p. 3.

38 « Or dites-moi, buveurs mes frères,/ à quoi nous sert d’être chrétiens / si le bon dieu nous prend le vin ? / Méchante année, année radine / veux-tu donc nous rendre païens ? » (vv. 104-108).

39 La Lamentação da Mula d’Henrique da Mota est aussi une pièce en rapport avec le jeûne de Carême. La mule est privée de nourriture et de vin, elle représente une allégorie du temps de Carême.

40 « Je n’ai pas avec moi le vin / que je réclamais aux étoiles. / Je vais m’y rendre, / mais j’aurais toujours aussi soif » (vv. 365-368).

© Casa de Velázquez, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540